Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne occupée 1945-1949

 | 
Henri Ménudier

V. Zone soviétique

La création du SED

Jean‑François Tournadre

Texte intégral

1Plus de quarante-deux ans après la date à laquelle s’est tenu le congrès d’unification du SPD et du KPD dans la zone d’occupation soviétique, cet événement décisif pour l’histoire de la RDA continue d’alimenter les polé­miques et de susciter des approches historiques divergentes, voire opposées. Sans doute, l’amélioration des rapports entre la RFA et la RDA et le climat actuel des relations entre le SPD et le SED ont-ils contribué à une décris­pation favorable à une étude plus sereine de cette question, mais aujourd’hui encore la majorité des études consacrées de part et d’autre à ce problème porte la marque d’affrontements et de clivages qui semblent plus profondé­ment enracinés que ceux qui se sont manifestés à propos d’autres aspects de l’évolution des zones d’occupation entre 1945 et 1949. En RDA, on s’en tient généralement à l’analyse qui veut que la formation du SED soit exclu­sivement le résultat de la volonté unitaire de la classe ouvrière ; en RFA à l’inverse, on continue le plus souvent à privilégier la thèse selon laquelle cette unification se serait effectuée sous le contrôle de l’Union Soviétique et à contre‑courant du sentiment des principaux intéressés allemands.

2Pour apprécier à sa juste mesure ce que vaut l’argument de la pression exercée par la puissance occupante, il convient de se reporter aux conditions dans lesquelles, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, la renais­sance d’une vie politique allemande autonome pouvait s’opérer. Les accords de Potsdam stipulent que « dans l’ensemble de l’Allemagne, tous les partis politiques démocratiques doivent être autorisés et favorisés ». Mais dans le même temps, la responsabilité attribuée aux commandants en chef des zones d’occupation les laisse seuls juges des mesures à prendre pour appliquer cette recommandation générale, en accord avec les gouvernements de leurs États respectifs. Dans la situation de l’époque, caractérisée à la fois par la décision commune aux Alliés de mettre sous tutelle l’ensemble de la popu­lation allemande et par les divergences et les oppositions d’intérêt qui divisent les puissances victorieuses, le rôle dévolu aux responsables des zones d’occupation ne pouvait pas manquer d’être déterminant. Le compro­mis signé à Potsdam est révélateur à cet égard : la question de la création ou recréation de partis politiques allemands n’y occupe qu’une place très réduite, et la mission attribuée au Conseil de Contrôle regroupant les quatre commandants en chef est pour l’essentiel limitée aux questions économiques et sociales. De ce fait, l’une des rares possibilités offertes aux Allemands de s’exprimer passe par la voie des partis politiques et se trouve en même temps soumise au bon vouloir des responsables des zones d’occupation. Ceux‑ci, dans l’usage qu’ils feront du pouvoir qui leur appartient, auront tendance à se montrer plus bienveillants à l’égard des partis politiques allemands plus proches des orientations des gouvernements dont ils dépendent. Même si la pression exercée, directement ou indirectement, par les puissances occu­pantes a pu être plus ou moins marquée, et surtout plus ou moins en accord avec les mouvements de l’opinion publique allemande renaissante, elle a existé dans toutes les zones d’occupation. En témoigne notamment le fait que les premières consultations locales organisées donnent, dans chacune des zones, des résultats qui, dans tous les cas, placent en tête des organi­sations politiques celles qui sont en accord déclaré avec les options des gouvernements des États occupants.

3Aussi ne nous parait‑il guère possible de s’en tenir, pour expliquer la création du SED, à la seule explication découlant de la pression exercée par l’Union Soviétique, même si celle‑ci a joué un rôle important dans la décision de fusion. Au reste, cette approche exclusive ne tient compte ni de la réalité de la volonté unitaire qui se manifeste dans la classe ouvrière dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ni de la manière dont le SPD et le KPD analysaient la responsabilité de la désunion de la gauche dans la création d’un espace politique où s’est engouffré le national‑socialisme du temps de la République de Weimar ; elle ne suffit pas à expliquer qu’après sa constitu­tion, le SED n’ait pas eu à souffrir de la désaffection massive des militants issus du SPD et ait au contraire connu une phase de croissance rapide du nombre de ses membres. Il est donc nécessaire, non pas de rejeter a priori ce facteur, mais de tenter de lui attribuer la place qui lui revient dans un fais­ceau d’explications dont la combinaison complexe est plus à même de rendre compte du processus qui a conduit à la création du SED.

4Dès la fin de la guerre, sociaux‑démocrates et communistes, tirant les leçons des conséquences de leurs affrontements sous la République de Weimar, contribuent à animer des mouvements, qui, sous des formes diverses, recommandent et pratiquent l’unité d’action dans la perspective de la libération du nazisme. Une note du service de renseignements américain, en date du 30 juin 1945, indique que les Alliés auraient tort de s’imaginer que la défaite du national‑socialisme laisse une population allemande complètement imbibée de l’idéologie nazie et rendue apathique par l’écroulement du régime hitlérien :

  • 1 Analyse du service de renseignements américain à propos du mouvement antifasciste en Allemagne, 30/ (...)

« À l’Est du Rhin est cependant apparu un phénomène social nouveau, qui est en complète contradiction avec ce à quoi l’on s’attendait précédemment et aussi avec l’expérience de la Rhénanie. Il s’agit des organisations de masse locales d’antinazis actifs (elles-mêmes s’appellent antifascistes), qui sont apparues de manière spontanée et qui ont pour objectif – pour reprendre leurs propres mots – de mobiliser les forces politiquement saines dans la popula­tion afin de créer les conditions pour une nouvelle Allemagne démocratique. […] Le fait que ces mouvements – indépendants les uns des autres et limités à l’échelon local – existent dans presque toutes les villes importantes de la partie de l’Allemagne occupée par les Américains, Leipzig, Halle et Franc­fort en Allemagne centrale, Munich et Stuttgart au Sud, Brême au Nord, Düsseldorf et Essen à l’Ouest et même depuis peu Coblence en Rhénanie, montre que – quelles que soient par ailleurs les différences dans leur création, leur direction et leurs structures – leur programme et leur orientation générale sont à ce point semblables qu’ils représentent une évolution fondamentale de caractère national, qui ne peut s’expliquer que par les caractéristiques de la situation actuelle en Allemagne ».1

5La nécessité de faire face aux difficultés matérielles et la volonté de prendre en mains de manière autonome la reconstruction du pays contribuent en outre à créer un terrain favorable à ce type d’initiatives.

6Cette aspiration unitaire ne se traduit pas seulement par les retrouvailles entre les deux grands courants du mouvement ouvrier; elle s’exprime aussi dans la convergence des revendications exprimées et dans l’ampleur des transformations revendiquées. Ainsi, l’exigence de la nationalisation des secteurs-clés de l’industrie se trouve à la fois dans les premiers programmes élaborés par le SPD et le KPD et correspond à l’évidence à une demande beaucoup plus large, puisqu’elle figure même dans les premiers textes publiés par la CDU. Certains, comme Adenauer, s’inquiètent de ce mouve­ment, et craignent que les conditions soient ainsi créées pour un élargisse­ment rapide de l’audience du KPD. D’autres, comme Kurt Schumacher, pourtant résolument hostile à l’unité d’action avec les communistes, font le constat de cette situation :

  • 2 Extrait des déclarations de programme de Kurt Schumacher, 5/10/1945, op. cit., p. 205.

« Sans aucun doute, l’immense majorité du peuple allemand est aujourd’hui anticapitaliste »2.

7Ainsi, les réformes économiques que l’administration militaire soviétique entreprendra sans tarder dans sa zone d’occupation (réforme agraire, natio­nalisation dans l’industrie), loin de heurter l’opinion publique allemande, vont aller dans le sens des souhaits formulés par une large partie de la popu­lation et conforter l’implantation des partis politiques qui vont soutenir ces initiatives. Les convergences sont en outre facilitées par le fait que le KPD, dans cette période de l’immédiat après-guerre, s’efforce de définir des objec­tifs adaptés à la situation allemande et se rallie à la formule de la démocratie parlementaire en se gardant dans un premier temps d’évoquer la perspective d’une révolution socialiste :

  • 3 Extrait de l’appel du Parti Communiste d’Allemagne, 11/6/1945, op. cit., p. 183.

« Nous estimons que la voie qui consisterait à imposer à l’Allemagne le système soviétique serait erronée, car cette voie ne correspond pas aux conditions actuelles de l’évolution en Allemagne. Nous estimons bien plutôt que les intérêts décisifs du peuple allemand dans la situation actuelle prescri­vent pour l’Allemagne une autre voie, à savoir celle de la mise en place d’un régime antifasciste et démocratique, d’une république parlementaire et démo­cratique avec tous les droits et toutes les libertés démocratiques pour le peuple ».3

  • 4 Cf. Badia, Gilbert (éd.), Histoire de l’Allemagne contemporaine, tome Il, Paris, Messidor-Editions (...)
  • 5 Extrait des déclarations de programme de Kurt Schumacher, 5/10/1945, op. cit., p. 209.
  • 6 Cité dans Ruhl, Klaus‑Jôrg (éd.), op. cit., p. 214.

8Le thème de l’unité d’action entre sociaux‑démocrates et communistes, même s’il est porté par un mouvement populaire et favorisé par une commu­nauté de vues à propos des grandes réformes à entreprendre, est pourtant bien loin de faire l’unanimité dans l’un et l’autre parti. Tout au contraire, c’est autour de cette question que se manifestent très tôt – et à un moment où l’influence de l’Union Soviétique ne peut guère être considérée comme un facteur déterminant – des clivages dans les directions des deux partis. Dans le KPD, certains responsables sont plus que réticents à l’idée de renouer avec le SPD, et expriment au moins leur volonté d’élargir d’abord l’audience propre de leur organisation avant d’envisager des initiatives communes avec les sociaux-démocrates. C’est ainsi que W. Ulbricht refuse au début de l’été 1945 la proposition d’unification formulée par le Comité directeur du SPD4. De même, à la direction du SPD se manifestent des divergences profondes sur la question de l’unité d’action avec les communistes avec des affron­tements entre O. Grotewohl, favorable à la mise en œuvre de cette stratégie et K. Schumacher, qui lui est totalement hostile. Dans le texte que nous avons précédemment cité, Schumacher s’explique sur ce point avec la plus grande clarté : « Au sens de la politique allemande, le Parti Communiste est superflu ». Dès ce moment – au mois d’octobre 1945 – il s’oppose à la constitution d’un parti unifié, qui représenterait à ses yeux « la tentative d’imposer au parti social‑démocrate une direction communiste »5. Plus tard, en janvier 1946, il ira encore plus loin dans son rejet de la collaboration avec les communistes en affirmant : « Fondamentalement, nous ne voyons pas dans le PC un parti de classe allemand, mais un parti d’État étranger »6. La vivacité du débat qui oppose à la direction du SPD, partisans et adversaires de l’unité d’action avec le KPD, témoigne à la fois de l’importance que cette question avait à l’époque aux yeux d’une partie de la population allemande et du fait qu’elle était posée avant même que la pression exercée par l’Union Soviétique favorise, dans sa zone, l’évolution qui devait conduire à la créa­tion du SED. K. Schumacher, en réussissant progressivement à gagner à ses conceptions anticommunistes la majorité de la direction du SPD dans les zones d’occupation occidentales, contribuera à creuser le fossé avec le SPD de la zone d’occupation soviétique, et donc paradoxalement à renforcer dans celle-ci la ligne unitaire défendue par Grotewohl.

9Afin de comprendre comment ces divergences ont pu se développer, il convient de rappeler selon quel processus se sont constitués ou reconstitués les partis politiques allemands au lendemain de la seconde guerre mondiale. En règle générale, celle-ci s’est faite non pas à partir d’une direction cen­trale – qui était difficile à construire dans la situation d’une Allemagne divisée en quatre zones – mais à partir des initiatives locales. Il s’ensuit un défaut initial de cohésion qui favorise l’expression des variantes straté­giques, comme on le constate dans les premiers mois de la réapparition publique du SPD. Cela est beaucoup moins vrai pour le KPD, qui disposait à la fois d’un mode de fonctionnement traditionnellement centralisateur et d’un noyau de direction issu du Comité de l’Allemagne libre.

10Dans ces conditions, l’histoire des relations entre SPD et KPD a connu, dans la zone d’occupation soviétique, une évolution totalement différente de ce qui s’est passé dans les zones occidentales. Le 19 septembre 1945, rom­pant avec la tactique qui avait été celle du KPD jusque là, Wilhelm Pieck appelle à la fusion des deux partis. Celle‑ci ne va toutefois pas se réaliser immédiatement, mais les courants qui lui sont favorables vont se renforcer dans les mois qui suivent à la fois à la faveur de meetings communs et en raison de l’impulsion donnée aux thèmes unificateurs par le soutien apporté de part et d’autre aux réformes engagées par les Soviétiques.

  • 7 Cf. discours d’Otto Grotewohl à la Conférence des soixante, le 20/12/1945, points 1 et 4 ; cité dan (...)

11Dans cette même période, les désaccords entre O. Grotewohl et K. Schumacher atteignent un point de non-retour. Cela ne signifie pas pour autant que les relations des sociaux‑démocrates avec les communistes soient exemptes de tout problème. Ainsi, lorsque le KPD organise les 20 et 21 décembre 1945 une conférence commune avec le SPD destinée à poser la première pierre de l’unification, O. Grotewohl se rend à cette « conférence des soixante », mais y prononce un discours très critique à l’égard de la manière dont les Soviétiques favorisent le KPD. Tout en évoquant la per­spective de la fusion, il fait de la renonciation par les Soviétiques à exercer une pression sur le SPD une condition préalable à la réalisation de cet objectif7. Cette prise de position manifeste à la fois la réalité de la pression soviétique, la progression des idées favorables à la fusion au sein du SPD de la zone d’occupation soviétique, mais aussi le fait que les résistances y sont encore très fortes, même si par ailleurs le thème de l’unité d’action fait pratiquement l’objet d’un consensus de la part des sociaux-démocrates de cette zone. Il reste qu’à l’issue de cette conférence, une commission dési­gnée par elle prend en charge la préparation pratique du passage au stade de la création « un parti unifié ».

12Mais de même que, dans les zones occidentales, le succès des thèses de Schumacher a été acquis au prix de nombreux affrontements et de la rupture avec le SPD de l’Est, de même, dans la zone soviétique, le choix de la fusion est largement contesté dans le SPD à l’échelle locale et se solde par un nombre de départs. En l’absence d’indications statistiques portant sur l’ensemble du parti, il est difficile d’apprécier quelle proportion de membres du SPD en zone soviétique était favorable à l’unification. Le refus opposé par K. Schumacher aux demandes réitérées de O. Grotewohl de convoquer un congrès du SPD pour trancher de cette question peut être interprété comme le signe de l’incertitude du premier quant au résultat d’une telle consultation. Mais il peut aussi bien traduire l’état de dégradation des relations entre les deux hommes ou la volonté de Schumacher de ne pas paraître prendre l’initiative de la manifestation publique de la rupture.

  • 8 Statistiques publiées dans Badia, Gilbert (éd.), op. cit.

13La seule véritable consultation qui aura lieu parmi les membres du SPD sur cette question n’autorise guère une généralisation de l’analyse à laquelle elle se prête, puisqu’elle sera limitée aux seuls secteurs occidentaux de Berlin (le 31 mars 1946). Il est toutefois intéressant de noter que 82% des militants se prononcent contre la fusion immédiate, mais 62% pour la poursuite de l’unité d’action avec les communistes8. Cette volonté persis­tante de collaboration, par‑delà le flottement qu’elle révèle à un moment où il est clair que le KPD et les Soviétiques misent tout sur l’unification, prouve à tout le moins que l’aspiration unitaire n’est pas éteinte, même s’il y a division à propos des formes qu’elle est susceptible de prendre.

14C’est enfin les 21 et 22 avril qu’a lieu le congrès fondateur du SED, les délégués sociaux‑démocrates et communistes votant la fusion à l’unanimité. Le processus qui aura conduit à cet événement déterminant pour l’histoire future de la RDA est la fois court dans le temps et particulièrement com­plexe. Il porte la marque à la fois de la situation de l’époque, de la volonté unitaire d’une grande partie des Allemands, de la pression exercée par les puissances occupantes sur les partis de leurs zones respectives, des options individuelles de certains responsables et des effets contradictoires de la conjonction de ces facteurs.

Notes

1 Analyse du service de renseignements américain à propos du mouvement antifasciste en Allemagne, 30/6/1945 ; cité dans Ruhl, Klaus‑Jörg (éd.), Neubeginn und Restauration. Dokumente zur Vorgeschichte der Bundesrepublik Deutschland 1945‑1949, Munich, dtv, 1984, 2e éd., p. 194.

2 Extrait des déclarations de programme de Kurt Schumacher, 5/10/1945, op. cit., p. 205.

3 Extrait de l’appel du Parti Communiste d’Allemagne, 11/6/1945, op. cit., p. 183.

4 Cf. Badia, Gilbert (éd.), Histoire de l’Allemagne contemporaine, tome Il, Paris, Messidor-Editions Sociales, 1987, p. 394.

5 Extrait des déclarations de programme de Kurt Schumacher, 5/10/1945, op. cit., p. 209.

6 Cité dans Ruhl, Klaus‑Jôrg (éd.), op. cit., p. 214.

7 Cf. discours d’Otto Grotewohl à la Conférence des soixante, le 20/12/1945, points 1 et 4 ; cité dans Weber, Hermann (éd.), DDR. Dokumente zur Geschichte der Deutschen Demokratischen Republik 1945‑1949, Munich, 1987, 3e éd., pp. 55 à 57.

8 Statistiques publiées dans Badia, Gilbert (éd.), op. cit.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr