Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne occupée 1945-1949

 | 
Henri Ménudier

III. Forces vives, société et culture

Les expulsés d’Europe centrale, la migration vers l’Allemagne de l’Ouest (1944-1949)

Michel Hubert

Texte intégral

1Depuis quelques mois, la presse ne cesse d’en parler : un flot de réfugiés venus d’Europe de l’Est déferle sur la République fédérale... Comment accueillir des Allemands qui, par centaines de milliers, sollicitent leur intégration, doivent être nourris, vêtus, logés, réclament une formation ou un recyclage et posent de façon pressante la question de leur insertion profes­sionnelle dans une économie souffrant déjà de sous emploi ?

2Non, nous ne sommes pas en 1949, mais quarante ans plus tard et, une fois de plus dans l’histoire allemande, les mouvements géographiques de population viennent nous surprendre alors qu’un chapitre douloureux semblait clos.

3Ce chapitre avait débuté dans les années d’avant-guerre, à un moment où l’on pouvait penser que la longue marche du peuple allemand vers l’Est, entamée au moyen âge et stoppée par la Révolution industrielle, allait reprendre sous l’impulsion du national-socialisme.

4En 1938, utilisant les minorités allemandes des Sudètes, Hitler avait pu remettre en question l’ordre institué à Versailles, dépecer la Tchécoslovaquie puis en intégrer les diverses composantes dans le Troisième Reich. La même méthode fut utilisée, l’année suivante, pour la Pologne, mais cette fois en association avec l’Union Soviétique de Staline.

5En effet, quelques jours avant le début de la Seconde guerre mondiale, lors de la signature le 23 août 1933 du pacte germano-soviétique prévoyant le partage de la Pologne et la liquidation des Pays Baltes, les Allemands aussi bien que les Soviétiques avaient prévu de regrouper les populations tombant dans leur sphère d’influence respective pour mettre fin à l’enche­vêtrement quasi inextricable des minorités ethniques, religieuses et natio­nales qui caractérisait les petits états d’Europe orientale depuis la Première guerre mondiale.

6On assista alors à une poussée de germanisation, le Reich s’efforçant de substituer aux autochtones des régions annexées ou occupées des « colons » de langue allemande, poussée qui s’accentua avec le déclenchement de la campagne contre l’URSS en juin 1941. Mais, lorsque les armées allemandes durent battre en retraite, un mouvement inverse, un véritable raz-de-marée, se produisit jusqu’aux rives de l’Elbe.

7Ainsi, en octobre 1944, les troupes soviétiques atteignent la Prusse Orientale. Dans leur grande offensive d’hiver, elles occupent presque toutes les provinces orientales de l’Allemagne situées à l’Est de l’Oder et de la Neisse, provoquant un exode massif des habitants. Environ 3 millions de réfugiés arrivent alors sur le territoire de l’actuelle République fédérale, mais, après la capitulation au début de mai, 1 million d’entre eux réussissent à repasser l’Oder et la Neisse en direction de l’Est, dans l’espoir de retrouver leurs foyers abandonnés. Or, les autorités provisoires polonaises installées après la libération du pays par l’Armée Rouge, et notamment le Gouverne­ment de Lublin, avaient, dès février 1945, préparé des mesures visant à prendre en charge tous les territoires orientaux de l’Allemagne et à en expulser les habitants : en juin 1945, les Polonais ferment ainsi la ligne Oder-Neisse qui, officiellement (et unilatéralement), devient ligne de démarcation.

8L’accord de Potsdam va légaliser le déracinement de ces populations. Signé le 2 août 1945 entre les USA, l’URSS et la Grande-Bretagne, il attri­bue l’administration des provinces allemandes situées à l’est de l’Oder-Neisse et la ville de Dantzig, à la Pologne ; le nord de la Prusse Orientale passe sous administration soviétique. L’accord prévoit dans son article XII le « transfert ordonné en Allemagne des populations demeurées en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie ». Il faut remarquer qu’ainsi, ni la Bulgarie, ni la Yougoslavie, ni la Roumanie n’étaient juridiquement autorisées à expulser les minorités ethniques allemandes.

9Cependant, bien avant Potsdam, les autorités de tous les pays occupés par les troupes soviétiques avaient déjà entrepris l’expulsion systématique des habitants de nationalité ou de langue allemande et, bien après Potsdam – puisque le mouvement continue de nos jours – des Allemands, expulsés ou émigrés, devaient quitter les territoires où avait été institué un système poli­tique, social et économique inspiré par celui de l’Union Soviétique.

10L’Allemagne de l’Ouest a donc reçu une masse énorme et disparate de migrants allemands que l’on appelle généralement « réfugiés ».

11Le terme global de « réfugiés » désigne toute personne qui a dû aban­donner son foyer. Dans le cas des « réfugiés » allemands, l’Organisation Internationale des Réfugiés (I.R.O.) s’était, aux termes de sa constitution, déclarée exceptionnellement incompétente. Le Haut Commissariat des Nations Unies qui succéda à l’I.R.O. n’établit, lui, aucune discrimination à l’égard des Allemands, mais, dans la mesure où ils avaient été accueillis par un pays dont ils possédaient déjà la nationalité, ils se trouvèrent exclus du mandat de l’organisme des Nations Unies.

12Si les problèmes du droit international posés par les réfugiés allemands sont donc purement et simplement réglés par l’irresponsabilité des orga­nismes généralement compétents, les problèmes de terminologie sont, eux, beaucoup plus complexes : afin d’étudier les divers groupes de réfugiés nous adopterons la distinction allemande.

13Les ouvrages spécialisés distinguent entre les Flüchtlinge et les Vertrie­benen. Le Flüchtling (« fugitif » ou « réfugié ») est l’homme se trouvant en fuite et caractérisé socialement par les suites de cette fuite. Tandis que le Flüchtling possède encore une certaine marge de liberté dans sa décision et ainsi en supporte la responsabilité, le Vertriebener (« expulsé ») est soumis à l’oppression exercée, soit par un ordre d’expulsion, soit par une contrainte corporelle, économique ou politique.

14C’est en s’appuyant sur cette distinction que l’on a classé les migrants venus de l’Est en deux catégories. Les Vertriebenen, dont la grande masse est parvenue dans les zones occidentales d’occupation avant la fondation de la RFA, sont les expulsés, originaires de territoires situés à l’est de la ligne Oder-Neisse. En revanche, le terme de Flüchtling (« réfugié ») désigne les personnes provenant de cette partie d’Allemagne qui, en 1945, devint la zone soviétique d’occupation, pour se transformer le 7 octobre 1949 en République démocratique allemande. Sur un total de 3 600 000 réfugiés, la plupart ont effectué la migration vers l’Ouest entre 1949 et 1961, les statistiques n’enregistrant que 1 500 000 migrants venus de la zone sovié­tique d’occupation entre 1945 et septembre 1950, soit un peu plus de 20% du chiffre total de l’immigration allemande intervenue durant cette période. Pour l’histoire de l’Allemagne entre 1945 et 1949, c’est donc la migration des Vertriebenen qui constitue le phénomène essentiel en matière de mouvement géographique de population.

La migration des Heimatvertriebenen

15Les Heimatvertriebenen sont essentiellement les anciens habitants des territoires qui faisaient partie du Reich avant la guerre et qui, en 1944-1945, sont devenus polonais ou soviétiques. Ce sont également les membres des anciennes minorités allemandes à l’étranger, c’est-à-dire, les personnes qui habitaient les régions orientales du Reich de 1871 ou bien les territoires slaves bordant celui-ci.

16C’est cette catégorie de réfugiés qui arrive le plus tôt en Allemagne de l’Ouest, puisque, à la fin de 1946, 6 300 000 d’entre eux se trouvent déjà sur le territoire de la future République fédérale. Plusieurs millions, avant même la fin des hostilités, avaient en effet quitté leur région, terrorisés par l’avance des troupes russes ; les autres, habitant soit les anciennes provinces du Reich mises sous administration polonaise et soviétique, soit l’Europe centrale, se virent purement et simplement chassés de leurs foyers, les gouvernements nouvellement installés, instruits par les expériences de la guerre et de l’avant-guerre, ne désirant pas tolérer plus longtemps l’existence de mino­rités allemandes sur leur sol. Onze à douze millions d’Allemands entre­prirent donc une pénible et déchirante migration vers l’Ouest, plus de deux millions y perdirent la vie.

17À partir de 1946, le mouvement continue, mais à un rythme moins rapide et l’on peut admettre que les 1 100 000 personnes qui arrivent de l’Est – souvent en séjournant quelque temps dans la zone d’occupation soviétique – bénéficient déjà de conditions de transport moins inhumaines, même si leur dénuement matériel est analogue à celui de leurs malheureux précurseurs. En 1950, un peu moins de 8 millions d’expulsés se trouvent en République fédérale (7 978 000 selon les statistiques officielles qui comptabilisent les naissances intervenues après l’expulsion). Après 1950, ceux qui arriveront, venant soit par la République démocratique allemande, soit par l’Autriche et les pays occidentaux seront en nombre plus restreint : encore trois cent soixante dix mille en 1954, mais seulement 130 000 en 1956 ; leur nombre remonte à 249 000 en 1958 puis diminue jusqu’en 1960. Ainsi entre 1950 et 1960 arrivent 1 924 000 expulsés. Les services statistiques allemands distin­guent généralement parmi ceux-ci deux catégories.

18Ce sont, d’une part, les Aussiedler (rapatriés), c’est-à-dire ceux qui ont quitté les territoires de l’Est après les mesures générales d’expulsion – souvent grâce à des accords entre la RFA et leur « pays d’établissement » – et qui, par quelque chemin que ce soit, se sont rendus en République fédérale.

19D’autre part, ce sont d’anciens expulsés qui, après s’être fixés quelque temps en Allemagne de l’Est, ont gagné l’Allemagne de l’Ouest en fran­chissant le rideau de fer et qui pourraient ainsi être confondus avec les Vertriebenen se trouvant sur le territoire de la République fédérale d’Alle­magne.

Les différentes origines

20Les origines de ces réfugiés sont diverses et lorsqu’on les étudie, l’on se sent irrésistiblement attiré à remonter le cours du temps, à évoquer les divers épisodes de l’histoire allemande à l’est de l’Elbe. Politiquement, ces Vertrie­benen ont deux origines : les provinces de l’ancien Reich et les pays d’Europe dans lesquels ils étaient minoritaires.

21Quatre états du Reich ont été rayés de la carte politique du monde, quatre états historiquement fort anciens, aux traditions solides et de culture germanique depuis des siècles : la Poméranie, la Silésie, le Brandebourg et la Prusse. De ces états peuplés de 9,6 millions d’Allemands en 1939, la popu­lation germanique doit fuir en 1945. En 1950, 4 541 000 Reichsdeutsche Vertriebenen se trouvent déjà en République fédérale. Leur nombre va encore s’accroître jusqu’en 1960.

22La seconde catégorie est celle des Volksdeutsche Vertriebenen, c’est-à-dire les membres des minorités allemandes qui vivaient dans les différents états d’Europe Orientale. Avec eux s’arrête l’histoire de cette étonnante diaspora de « colons » allemands, commencée il y a neuf siècles. Le travail patient et habile qui avait permis la formation de ce que l’on appelait au xixe siècle l’Auslandsdeutschtum allait être anéanti en quelques mois par la haine née de la folie des dirigeants nazis.

Tableau 1 : La population allemande des régions d’expulsion

Avant l’expulsion

Après l’expulsion

Population allemande en 1939

1) Reich

1) Expulsés des régions

Prusse Or.

2.473.000

de l’Est du Reich : 6.944.000

Poméranie Or.

1.884.000

de l’étranger : 4.786.000

Brandebourg Or

642.000

Silésie

4.577.000

Total : 9.575.000

Total : 11.730.000

2) Minorités(1)

2) Restes en 1950

Tchécoslovaquie

3.477.000

Pologne

1.371.000

Est du Reich :

Roumanie

786.000

1.101.000

Pays Baltes, Memel, Dantzig

630.000

étranger : 1.544.000

Hongrie

623.000

Yougoslavie

537.000

7.424.000

3) Prisonniers (présumés encore en vie en 1950) :

Total :

16.999.000

72.000

Naissances

+ 659.000

4) Pertes par expulsion (2)

Pertes de guerre (2)

- 1.100.000

Est du Reich :

1.225.00

Total :

16.558.000

étranger : 886.000

Total : 16.558.000

(1) URSS : environ 1,5 à 2 millions
(2) Le total des pertes dues à la guerre et à l’expulsion s’élève donc à 3.211.000 soit, 18,9% de la population allemande établie dans ces régions en 1939.

Tableau 2 : La population allemande des régions d’expulsion

1950

1960 (1950-1960)

1) Reich

1) Aussiedler, rapatriés des régions de l’Est

Prusse Orientale

1.375.000

412.127

Poméranie Orientale

923.000

dont :

a) 299.000 (72,8%) des régions sous administration polonaise

Brandebourg Or.

153.000

b) 60.825 (14,7%) de Yougoslavie

Silésie

2.090.000

2) étranger

4.541.000

c) 34.530 (8,4%) des pays satellites moins la Pologne

d) 16.852 (4,7%) des régions sous administration soviétique

Tchécoslovaquie

1.918.000

Pologne

Roumanie

420.000

149.000

Pays Baltes, Memel, Dantzig

339.000

Hongrie

178.000

2) Expulsés (venus

Yougoslavie

148.000

de pays étrangers "libres" (ils ont pu, après leur expulsion, gagner un pays étranger, puis rejoindre la RFA : 230.000

URSS

52.000

Autres pays 45.267 dont 35.055(71,4%) d’Autriche

Total

3.436.000

3) Expulsés réfugiés en RFA après s’être installés en RDA : 1.509.200

23Le groupe le plus important était celui de la Tchécoslovaquie. Les Sudetendeutsche étaient installés en Bohême et en Moravie depuis des siècles. Au 1er janvier 1945, ils étaient 3 477 000. On les expulsa avec 50 kg. de bagages et 500 marks par personne : en 1950, 1 918 000 vivaient en République fédérale ; entre 1950 et 1960 près de 22 000 vinrent les rejoindre.

24Le second groupe par l’importance, était celui des Allemands d’Union soviétique. Les Rußlanddeutsche ou Schwarzmeerdeutsche étaient évalués en 1939 à 1,5 ou 2 millions répartis dans le bassin de la Volga en Ukraine, dans le Caucase et en Géorgie : pendant la guerre, la plupart « collabo­rèrent » avec les troupes allemandes : 52 000 résidaient en République fédérale en 1950, 4 105 gagnèrent l’Ouest entre 1950 et 1060, le reste a été tué ou déporté.

25Les Allemands de Pologne étaient 1 371 000 en 1939 : c’était le groupe le plus hétérogène du fait des nombreux déplacements de la frontière polo­naise ; en 1950, 420 000 s’étaient réfugiés en RFA, 45 000 vinrent les rejoindre entre 1950 et 1960.

26Les Allemands de Roumanie appelés Siebenbürger Sachsen et Banaten Schwaben étaient près de 800 000 en 1939 : 140 000 arrivèrent avant 1950, 45 500 les rejoignirent entre 1950 et 1960.

27Dans les états Baltes : Estonie, Lituanie et Lettonie, ainsi que dans les territoires de Memel et de Dantzig vivaient en 1939 environ 630 000 Allemands ; 430 000 se retrouvèrent à l’Ouest en 1950 ; 21 000 arrivèrent entre 1950 et 1960.

28Les Allemands de Hongrie, Ungarndeutsche, étaient 623 000 en 1939, dont environ 10% étaient d’ailleurs magyarisés. 180 000 s’enfuirent à l’Ouest avant 1950, 5 000 s’installèrent en République fédérale entre 1950 et 1960.

29En Yougoslavie, les Donauschwaben étaient 530 000 en 1939. Leur nombre avait déjà décru par rapport à 1918 où l’on en comptait 700 000. En 1950, 148 000 étaient arrivés en Allemagne de l’Ouest ; 61 000 purent les rejoindre entre 1950 et 1960, ce qui témoigne de la « perméabilité » relative­ment grande des frontières.

30Ainsi les Vertriebenen, qu’ils viennent des anciens états du Reich ou des minorités allemandes, qu’ils aient quitté leurs foyers et leurs biens au moment des mesures d’expulsion, ou qu’ils se soient installés pour quelque temps en Allemagne de l’Est représentent une masse énorme de près de 10 000 000 de personnes qui s’établit sur le territoire de l’actuelle Répu­blique fédérale et constitue plus de 18% de sa population totale.

31À cette migration des Vertriebenen qui, pour l’essentiel, s’est effectuée entre 1944 et 1949 s’ajoute l’arrivée en République fédérale d’environ 3 700 000 Flüchtlinge venus de la République démocratique allemande : en août 1961, lors de la construction du Mur de Berlin qui met fin à cet afflux, 13 à 14 millions de citoyens fédéraux, soit près du quart de la population totale de la RFA sont donc des migrants.

32Le mouvement se ralentira sans se tarir pour autant ; pendant plus de vingt ans, et à mesure que se développe l’Ostpolitik, des Allemands origi­naires de la diaspora d’Europe Centrale parviennent en République fédérale.

33Depuis le début des années quatre-vingt, la crise de la société polonaise, les changements intervenus à la tête de l’Union Soviétique et le marasme économique de tel ou tel état d’Europe de l’Est favorisent à nouveau un mouvement d’immigration qui, en 1988, pourrait concerner 200 000 Alle­mands. Serait-ce le dernier ressac d’une vague séculaire ?

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr