Version classiqueVersion mobile

L'Allemagne occupée 1945-1949

 | 
Henri Ménudier

III. Forces vives, société et culture

Le syndicalisme dans les zones d’occupation occidentales

Alain Lattard

Note de l’auteur

NB. Titre de la thèse de 3ème cycle d’Alain Lattard : Syndicalisme ouvrier et syndicalisme patronal allemand sous l’occupation française 1945-1949 - L’exemple de la Rhénanie-Palatinat, 1983, T.1 : 306 p., T.2 : Notes et annexes, 124 p. (Directeur : Pierre-Paul Sagave, Université de Paris X). Version allemande revue et augmentée : Gewerkschaften und Arbeitgeber in Rheinland-Pfalz unter französischer Besatzung 1945-1949, Mainz, Hase & Koehler, 1988, XXIII-335 p.

Texte intégral

1Le regard que nous portons sur le passé dépend largement de notre situation présente. Pour qui s’intéresse à l’historiographie de l’immédiat après-guerre en Allemagne, en particulier à l’histoire du syndicalisme, cette constatation banale, mais a priori abstraite est une vérité manifeste.

  • 1 Theo Pirker, Die blinde Macht, t. 1 : 1945-1952, vom « Ende des Kapitalismus » zur Zähmung der Gewe (...)
  • 2 Cf. surtout Eberhard Schmidt, Die verhinderte Neuordnung 1945-1952, Francfort/Main 1970, mais aussi (...)

2D’emblée, notre sujet a en effet suscité un intérêt bien plus politique que purement historique. Avec Theo Pirker, qui dès le début des années 60 consacre une grande partie de son bilan critique du syndicalisme ouest-allemand aux années 1945-19491, c’est déjà un témoin et acteur engagé qui prend ses distances avec le DGB. Dix ans plus tard, il n’est pas fortuit que les premiers travaux de nature scientifique consacrés à ce même sujet viennent d’universitaires de la « nouvelle gauche »2. C’est la critique du capitalisme ouest-allemand qui incite à se pencher sur sa réinstallation, en d’autres termes sur les mécanismes conduisant à la « restauration » sociale qui se serait opérée pendant la période d’occupation. Dans une telle per­spective, le syndicalisme est au centre des analyses : en s’intéressant à sa reconstruction après 1945, on part en quelque sorte à la recherche d’une radicalité perdue. L’échec des objectifs de « renouveau social » (gesell­schaftliche Neuordnung) dont il est un des principaux défenseurs se serait en effet expliqué non seulement par les blocages tenant au régime d’occupation, mais aussi par le réformisme des directions syndicales. Se gardant de mobiliser la base ou freinant même son élan, elles auraient laissé passer une occasion d’imposer des réformes de structures qui ne se représentera plus.

3Entre-temps, l’évolution du climat intellectuel tout comme l’ouverture des archives ont suscité l’intérêt d’historiens venant d’horizons politiques plus divers et permis d’entreprendre des études méthodologiquement plus rigoureuses. Leurs résultats ne font pas qu’infirmer ceux des travaux anté­rieurs, mais les nuancent toutefois sur bien des aspects. Ils les complètent surtout en rendant compte davantage des politiques d’occupation et de leur logique.

I. La reconstruction des organisations

  • 3 Par référence au titre de Josef Becker/Theo Stammen/Peter Waldmann, Vorgeschichte des Bundesrepubli (...)

4Concernant les structures d’organisation, la période qui nous intéresse peut vraiment être qualifiée de « préhistoire de la RFA »3. Certes,le modèle syndical qui s’y forme s’inscrit dans des évolutions à long terme, mais tel qu’il se constitue et continue, aujourd’hui encore, de prévaloir largement en République fédérale, il est aussi le produit de la situation spécifique de l’après-guerre et des contraintes de l’occupation.

  • 4 Cf. Ulrich Borsdorf, « Der Weg zur Einheitsgewerkschaft », in : Jürgen Reulecke (éd.), Arbeiterbewe (...)
  • 5 Borsdorf, ibid.

5À partir de 1945, l’unité syndicale qui tend à se réaliser est en effet tout autant l’aboutissement d’aspirations antérieures à la guerre qu’un véritable saut qualitatif dans l’histoire syndicale allemande. Le phénomène le plus incontestable au lendemain de la défaite est la volonté de dépasser les divi­sions politiques et confessionnelles. On sait qu’un rapprochement entre les syndicats libres (ADGB, proche du SPD), le courant libéral (Hirsch-Dunckersche Gewerkschaftsvereine) et chrétien (le DGB de l’époque) s’était esquissé à la fin de l’automne 19314, mais il aura fallu l’expérience de la répression nationale-socialiste ainsi que le revirement de la politique communiste à partir de l’été 1934 pour que l’unité entre dans les faits. Amorcé dans la résistance ou l’exil, l’abandon des Richtungsgewerkschaften se manifeste donc spontanément en 1945, fort de l’argument que sans la division, le mouvement hitlérien n’aurait pas eu la partie si facile. L’argu­ment est convaincant, mais un peu court, car fixé sur l’aspect organisation­nel, il fait oublier les énormes différences idéologiques qui séparaient les trois tendances avant la guerre et n’incite pas à s’interroger sur ce qui sub­siste d’elles après la fin du Troisième Reich5. Notons en tout cas qu’aucune des puissances occupantes ne s’oppose à la constitution d’un syndicalisme qui, selon la formule, se définit comme indépendant des partis politiques et neutre du point de vue religieux. Elles ont même tendance à l’encourager, car la concurrence entre organisations rivales pousserait à la surenchère et donc à l’agitation syndicale.

6Une autre dimension de l’unité est celle qui doit se manifester à l’inté­rieur de l’entreprise. Il s’agit ici du dépassement des frontières profession­nelles, afin que se constituent des organisations d’industrie, plus fortes vis-à-vis du patron. L’idée ne date pas d’hier, puisqu’elle a commencé à se concrétiser avec la formation du deutscher Metallarbeiterverband en ... 1891. Mais le principe ne se diffuse que très lentement. Si, au terme de dures controverses, l’ADGB l’adopte au cours de son congrès de Leipzig en juin 1922, il lui faut trois ans plus tard au congrès de Breslau assouplir ses positions : une application mécanique aurait risqué de provoquer une séces­sion de certains syndicats membres. Là encore, les idées mûrissent pendant la période nationale-socialiste. En 1945, non seulement aucune profession ne fait plus majoritairement opposition à l’organisation par branche d’activité, mais il est question d’ouvrir les nouvelles structures aux employés et même aux fonctionnaires. Ainsi, pourra être réalisé complètement le mot d’ordre « un établissement, un syndicat ».

  • 6 Die Gewerkschaftsbewegung in der britischen Zone, Geschäftsbericht des DGB (britische Zone) 1947-19 (...)

7Cette conception est largement partagée, mais ne fait pas totalement l’unanimité. L’évolution en zone britannique, d’un grand rayonnement parce que s’y trouvent les plus gros bataillons syndicaux, regroupés, qui plus est, au sein d’une organisation territorialement centralisée, le montre bien6. D’emblée s’y constituent en effet des syndicats spécifiques d’employés en marge des organisations d’industrie, qui réunissent une première conférence de zone à Hambourg en mai 1946. Leur rassemblement, qui va à l’encontre du plan d’organisation de zone basé sur le principe de l’Industrie­gewerkschaft, (IG), aboutit à la formation du DAG (Deutsche Angestellten­gewerkschaft - britische Zone), dont le premier congrès se tient à Nienburg en février 1947. Cette organisation, exclusive quant au critère du statut professionnel, mais tout de même unitaire quant à ceux de l’appartenance politique et religieuse, se joint dans un premier temps aux syndicats d’indus­trie au sein de la centrale de zone, le DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund - britische Zone) fondé au congrès de Bielefeld en avril 1947. Mais le compromis sur la délimitation des secteurs de recrutement, conclu un mois auparavant à Francfort/Main était trop vague pour tenir. Le DAG ayant tendance à débaucher des employés appartenant aux IG, le conflit finit par éclater. Le DGB redéfinit strictement les frontières organisationnelles lors d’un congrès extraordinaire à Recklinghausen en juin 1948. Comme, un mois plus tard, le DAG refuse officiellement de les reconnaître, il se place de lui-même en dehors de l’organisation. Les tentatives ultérieures de concilia­tion n’aboutiront pas.

  • 7 Le plan d’organisation des différentes centrales syndicales in Siegfried Mielke et al., Organisator (...)

8Dans les autres zones d’occupation, le problème d’une organisation spécifique des employés se pose çà et là, mais tout d’abord sans provoquer de rupture ni générer de concurrence. Les syndicats d’employés qui se forment pour la zone française en Wurtemberg du Sud- Hohenzollern et pour la zone américaine en Bavière et en Wurtemberg-Bade restent intégrés dans les Bünde de leurs Länder respectifs7. Des contacts officiels avec le DAG existent cependant dès 1947 et lorsque le processus de fusion bi- puis trizonale entérine la référence exclusive au syndicat d’industrie, les syndicats d’employés de la zone américaine rejoignent le DAG plutôt que le DGB, bientôt suivis par leurs homologues de la zone française. Il faut pourtant retenir que les employés restant au total membres du DGB sont en nombre bien supérieur à ceux qui s’organisent en dehors de lui.

  • 8 Cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit. et Siegfried Mielke, « Organisationsprobleme und Neuordnungskonz (...)

9Dans ce conflit, les arguments s’opposent de façon abrupte. Les tenants du syndicat d’industrie n’invoquent pas seulement une solidarité abstraite, mais le rapprochement du statut des ouvriers et des employés, évident dans la pauvreté présente, mais aussi bientôt définitivement scellé par la rationa­lisation à venir. De cette réalité qu’ils ne nient pas, les partisans du DAG tirent quant à eux la conclusion inverse : il faut tenir compte des différences actuellement existantes, qui touchent en particulier aux régimes des assu­rances sociales, au droit de licenciement et à la poursuite de la rémunération en cas de maladie ; mais plus fondamentalement, il s’agit d’affirmer son identité afin de « ne pas se laisser rabaisser au niveau des ouvriers ». Bien que l’influence peu à peu croissante à la tête du DAG d’anciens cadres du très conservateur DHV (Deutsch-nationaler Handlungsgehilfenverband) exacerbe sans doute la concurrence avec le DGB, la cause fondamentale de la scission réside bien dans cette volonté d’affirmer son statut social8.

  • 9 C’est le cas à Munich, cf. Mielke, Organisatorischer Aufbau , op. cit., p. 523.
  • 10 Sur le syndicat d’Aix-La-Chapelle, cf. Jürgen Klein Bürgerliche Demokraten oder christ­liche, sozia (...)

10Pour beaucoup de militants syndicaux, le terme d’Einheitsgewerkschaft recouvre un troisième et dernier sens, qui va plus loin encore que les deux précédemment évoqués : c’est l’unité qui au-delà des frontières politiques, confessionnelles et de statut professionnel doit aussi abolir les barrières sectorielles. L’organisation doit donc être centralisée, les sous-ensembles par secteur d’activité (ou branche d’industrie) n’étant que des subdivisions fonctionnelles et non les entités autonomes que sont les IG qui se fédèrent volontairement en Gewerkschaftsbund sans y perdre l’essentiel de leur sou­veraineté. Or, cette forme du « syndicat général » – certains parlent, sans ironie aucune de « syndicat fourre-tout »9 (Eintopfgewerkschaft) est adoptée spontanément dans un très grand nombre de cas, à commencer par celui – ô combien symbolique ! – d’Aix-La-Chapelle, premier syndicat officiellement reformé sur le sol allemand depuis 193310.

11Une centralisation de ce type est justifiée au nom de la solidarité et de la cohérence, qu’on veut les plus complètes possibles afin de promouvoir la démocratisation de la société ; mais il faut voir aussi qu’elle apporte des avantages matériels et organisationnels immédiats en diminuant les coûts et les énergies nécessaires à l’administration interne et en permettant de mieux drainer le potentiel des adhérents dans des régions où le partage en groupes d’industrie donnerait des effectifs trop faibles. Dans la phase finale de l’organisation, limitée à l’échelon local, ces dernières considérations ont une très grande importance.

  • 11 Cf. pour la résistance les conceptions du cercle conservateur rassemblé autour de Carl Goerdeler. C (...)
  • 12 Mielke, Organisatorischer Aufbau, op. cit., p. 577.
  • 13 Cf. Mielke, ibid., p. 40 ainsi que Michael Fichter, Besatzungsmacht und Gewerkschaften, zur Entwick (...)

12Il existe en outre une certaine continuité entre ce modèle et les idées avancées dans certains cercles de la Résistance ou de l’Exil11, où il était question de s’inspirer de « ce qu’il y a de bon dans le Front du Travail nazi »12 pour reconstruire le syndicalisme. L’éventualité alors évoquée de passer par une phase d’adhésion obligatoire retient même après 1945 l’atten­tion de dirigeants du Bayerischer Gewerkschaftsbund, du Gewerkschafts­bund Württemberg-Baden, sans oublier Hans Böckler, qui avant de devenir le premier président du DGB (pour la bizone et la RFA) relance le syndica­lisme en Rhénanie du Nord à partir de Cologne13.

  • 14 Cf. Johannes Kolb, Metallgewerkschaften in der Nachkriegszeit, Francfort/Main 1970, p. 57 et Dietma (...)
  • 15 De nombreux exemples dans Siegfried Mielke, « Grenzen und Motive der Einflußnahme der amerikanische (...)
  • 16 Cité par Franz Hartmann, Geschichte der Gewerkschaftsbewegung nach 1945 in Niedersachsen, Hannover (...)

13Cette référence malheureuse au Deutsche Arbeitsfront, tout comme le fait que le centralisme devient le mode d’organisation du FDGB de zone sovié­tique, expliquent pour une bonne part que les alliés occidentaux le refusent. L’analyse succincte des différentes politiques syndicales d’occupation nous permettra de revenir sur leurs motivations. Mais il faut auparavant souligner que du côté allemand, l’interdiction du syndicat général n’est pas pour tout le monde une déception. Contrairement à ce qui a quelquefois été affirmé14, il existait aussi un courant tout à fait important défendant le syndicat d’industrie15. Franz Spliedt, dirigeant du comité syndical de Hambourg, qui en est un représentant notoire, justifie ses convictions lors de la première conférence de zone britannique en mars 1946 de la manière suivante : trop de centralisme tue les initiatives de la base, favorise la bureaucratisation, augmente le risque de sécession des employés, enfin et surtout, néglige les besoins et intérêts spécifiques des salariés des différentes branches en matière de négociation collective, de formation, de presse syndicale, etc...16 De telles idées sont p. ex. partagées très tôt par les métallos de Wurtemberg-Bade et de Basse-Saxe ou encore par les mineurs de Hesse et de Rhénanie-Palatinat qui ne manquent pas de les faire valoir dans le débat interne. L’intervention alliée a toutefois préjugé des résultats d’une libre discussion.

  • 17 Cf. Rolf Steininger, « England und die deutsche Gewerkschaftsbewegung 1945-1946 », in : Archiv für (...)

14Si les syndicats renaissants se coulent dans le moule commun de l’Einheitsgewerkschaft qui, mises à part les rectifications de l’occupant, correspond bien à leurs aspirations, ils s’organisent en revanche en fonction de législations spécifiques à chacune des zones. Car dans le domaine syndi­cal, la coopération quadripartite est un échec complet. Le projet de loi sur « la formation, le contrôle et le fonctionnement des syndicats » présenté à la fin septembre 1945 au Conseil de contrôle par les Britanniques se heurte au refus de la France17. Il y est en effet question de la formation des organisa­tions s’étendant à l’Allemagne toute entière, ce qui pourrait préjuger des remaniements territoriaux exigés à Paris (séparation de la Rhénanie, interna­tionalisation de la Ruhr) et va de toute façon à l’encontre des conceptions ultra-fédéralistes qu’on prône pour l’Allemagne. Comme dans le cas des administrations centrales prévues à Potsdam, c’est donc le veto français qui bloque la situation, alors qu’Anglo-Saxons et Soviétiques étaient tout d’abord prêts à s’entendre. Il n’y aura par la suite aucune législation du Conseil de contrôle qui permette aux syndicats de dépasser les frontières de zone. Les Britanniques et les Américains, qui recherchaient initialement le compromis avec les Soviétiques dans l’espoir d’influencer l’évolution syn­dicale dans la zone de ceux-ci, modifient leur attitude : c’est maintenant leur propre zone qu’ils souhaitent protéger de l’influence que le très puissant FDGB pourrait y exercer. La montée de l’antagonisme est-ouest pèse donc bientôt plus lourd que le seul veto français.

  • 18 Cf. Albert Behrendt, Die Interzonenkonferenzen der deutschen Gewerkschaften, Berlin-Est 1960.

15Cette dernière remarque vaut d’ailleurs tout autant pour les efforts de coordination à l’échelle nationale émanant des syndicats allemands eux-mêmes. Les conférences interzones qu’ils organisent à partir de l’automne 1946 ont beau adopter nombre de résolutions favorables à l’unité et même s’atteler à sa préparation (constitution d’un comité d’organisation en août 1947), les différences idéologiques et, très concrètement, l’attitude face au plan Marshall finissent par l’emporter. La conférence de Lindau (août 1948) marque la rupture entre le syndicalisme des zones occidentales et celui de la zone soviétique18.

  • 19 C’est la même prudence qui les conduit à interdire les divers comités antifascistes spon­tanément f (...)
  • 20 Sur la déclaration d’Eisenhower cf. Klein, Bürgerliche Demokraten, op. cit. p. 135 et 152 sq.

16Dans les trois zones occidentales, les occupants sont tout d’abord très prudents19. Alors que dès juin 1945 (avant Potsdam !), l’administration militaire soviétique appuie la reconstruction accélérée et fortement centra­lisée du FDGB, dont elle fera un de ses outils politiques, dans les zones voi­sines, l’évolution est particulièrement lente. Compte tenu des espoirs éveillés par la déclaration d’Eisenhower en décembre 1944, indiquant que « les travailleurs allemands pourront, lorsque les circonstances le permettront, s’associer en syndicats démocratiques », la déception est grande20.

  • 21 Cf. Fichter, Besatzungsmacht, op. cit., p. 108 sq.

17En zone américaine, la situation très diverse dans les premiers mois (été-automne 1945) selon l’attitude des officiers du travail locaux, va de l’inter­diction pure et simple de toute activité syndicale (exemple de Mayence ou de Francfort s/Main), à une autorisation sous surveillance21. Globalement et exception faite des districts de Sarre-Palatinat-Hesse du Sud et de Nord-Wurtemberg, l’attitude américaine est plutôt restrictive : lorsqu’elles sont tolérées, les organisations ne peuvent dépasser le cadre local et n’ont même pas d’autorisation officielle, puisque la division « travail » du gouvernement militaire ne publie pas de directive avant le 18 août 1945. Le texte promul­gué alors prévoit d’ailleurs un contrôle sévère, l’interdiction de toute activité politique et subordonne l’action syndicale à l’objectif prioritaire de l’occu­pant qui est l’organisation du marché du travail.

  • 22 Cf. en particulier Schmidt, Verhinderte Neuordnung , op. cit., p. 32 sq. Weiß-Hartmann, FGB Hessen, (...)
  • 23 Cf. Mielke, Grenzen, op. cit. et le même, « Der Wiederaufbau der Gewerkschaften : Legenden und Wirk (...)

18Plusieurs auteurs se sont notamment appuyés sur les mémoires du gouverneur Lucius Clay et sur les écrits de l’historiographe officiel Harold Zink pour souligner les motivations anticommunistes d’une telle attitude22. Siegfried Mielke estime quant à lui que ces sources, interprétations faites a posteriori dans un climat de guerre froide, devraient être considérées avec davantage de prudence. Il souligne qu’en 1945 l’administration militaire n’étant pas encore solidement organisée, les Américains ont au premier chef agi par prudence : à la fois pour protéger leur sécurité et pour éviter que les nouvelles organisations ne soient infiltrées par des partisans du national-socialisme, dont des sondages montrent peu après qu’il est loin d’être unani­mement rejeté. D’ailleurs, si l’anticommunisme expliquait tout, pourquoi des officiers américains auraient-ils dans certains cas exigé au nom de la démo­cratie que les syndicats déjà constitués fassent réélire leur direction en orga­nisant des votes dans les entreprises, alors que c’est justement ce type de procédure qui pouvait donner le plus d’influence au parti communiste ?23

  • 24 Cf. Fichter, Besatzungsmacht, op. cit.

19Michael Fichter, qui a exploité systématiquement les documents améri­cains, a entre-temps fait la lumière sur ce problème en montrant qu’en ma­tière de relations du travail, le gouvernement militaire voit s’affronter deux tendances rivales en son sein. La reconstruction syndicale à partir de scrutins en entreprise à laquelle on vient de faire allusion, est préconisée par la fraction « basiste » (grass roots position). Celle-ci estime qu’on ne peut faire a priori confiance à la classe ouvrière allemande, endoctrinée par douze ans de nazisme, ni à ses anciens leaders, co-responsables de l’effondrement de la République de Weimar. Il faut donc que le syndicalisme se réforme par le bas, à partir des groupes antifascistes d’entreprises, qui sont, eux, véritable­ment animés par l’esprit démocratique, la rééducation de l’adhérent moyen s’opérant petit à petit par la pratique et se vérifiant à travers la participation, notamment les processus électifs. La tendance adverse pense au contraire qu’il faut s’appuyer sur les cadres confirmés ayant fait leurs preuves avant 1933 et que reconstruire un syndicalisme n’étant pas fondamentalement différent de celui d’avant-guerre (free trade unionism) doit contribuer à empêcher une mainmise de l’Union soviétique sur l’Europe de l’Ouest. C’est cette dernière tendance, pour qui les principes grass roots ne peuvent que favoriser les visées de Moscou, qui finit par l’emporter au début de l’année 194624.

20L’analyse de Fichter permet donc de différencier les jugements, montrant en particulier qu’en traitant par la méfiance les initiatives des dirigeants en vue, les démocrates « radicaux » ont, là où ils ont pu mettre leurs concep­tions à l’œuvre, bien plus retardé le redémarrage syndical que les traditio­nalistes. Ceci dit, l’importance déterminante de l’anticommunisme dans la politique syndicale américaine se voit indéniablement confirmée.

  • 25 Pour l’évolution en zone américaine, cf. Fichter, ibid., p. 191 sq, Mielke, Organisa­torischer Aufb (...)

21Avec la fin de la querelle interne au gouvernement militaire, la politique se normalise et se libéralise. Les formalités sont simplifiées, mais proscri­vent toutefois la forme du syndicat général. Cet interdit, ainsi d’ailleurs que les séquelles du débat entre officiers militaires « basistes » et « traditiona­listes », retardent notablement la reconstruction syndicale en Bavière: le Bayerischer Gewerkschaftsbund n’est fondé qu’en mars 1947. Celle-ci progresse plus vite en Hesse et en Wurtemberg-Bade avec la formation du Freier Gewerkschaftsbund Hessen en août 1946 et celle du Gewerkschafts­bund Württemberg-Baden en septembre de la même année. Dès avril 1946 a vu en outre se constituer une coordination de la zone (Zonenausschuß)25.

  • 26 Cf. surtout Steininger, England, op. cit. et Mielke, Organisatorischer Aufbau, op. cit.

22La politique britannique a beaucoup de points communs avec la politique américaine26. Avant la conférence de Potsdam, on nage dans l’incertitude, le gouvernement militaire mettant en sommeil ou interdisant (comme p. ex. à Hambourg) les syndicats qui s’étaient spontanément reformés après l’entrée des troupes. Dans cette phase, la peur de l’influence communiste, mais aussi des préoccupations de sécurité prédominent. Ce dernier facteur transparaît d’ailleurs dans la rédaction de la directive n°1 du 5 juillet 1945 qui définit enfin une attitude officielle. Mais ce texte, confirmé et précisé par la Industrial Relations Directive du 8 août, ne doit pas faire oublier qu’avant la fin de l’année aucune activité syndicale ne peut vraiment redémarrer. La proclamation du 30 août 1945 indique d’ailleurs explicitement que « le gouvernement militaire souhaite un mouvement syndical solide et représen­tatif », mais que « cela ne peut être réalisé du jour au lendemain ». Comme « le peuple allemand doit dans son propre intérêt donner des bases solides à ses syndicats », il doit « construire bien et lentement ».

23Des instructions plus circonstanciées sont élaborées en octobre 1945, mais elles ne sont pas publiées tant qu’on espère l’adoption d’une législation au Conseil de contrôle. Les dispositions correspondantes ne deviennent donc officielles qu’à leur promulgation sous forme de la Industrial Relations Directive n° 16 du 12 avril 1946, elles ont toutefois officieusement cours auparavant. On y distingue trois phases successives dans la reconstruction syndicale : la phase 1, introductive, permet d’organiser les réunions de fondation, la présentation d’un programme et l’élaboration de statuts ; la phase 2, dite de développement, est celle où sont autorisés le recrutement des membres, l’encaissement de cotisations et l’installation d’un appareil admi­nistratif (avec location de locaux, embauche de permanents, etc.) ; quant à la phase 3, celle du syndicat achevé, elle est atteinte lorsque les statuts sont adoptés, les organismes de direction et les permanents désignés.

  • 27 Cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit., p. 26 sq.
  • 28 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit. p. 39 sq, Hartmann, Geschichte, op. cit. p. 69 sq.

24Selon les situations, le passage d’une phase à l’autre se fait plus ou moins lentement. À la fin de l’année 1945, 13 syndicats regroupant plus de 100 000 membres sont constitués à Hambourg, tandis qu’en Schleswig-Holstein, en Rhénanie du nord et en Westphalie aucun n’a encore atteint la phase II27. La principale pierre d’achoppement est le problème du syndicat général, défen­du en Basse-Saxe, en Rhénanie du Nord et en Westphalie. Dans ces deux dernières régions où existe une forte minorité favorable au syndicat d’indus­trie, l’Eintopfgewerkschaft est abandonné assez rapidement (décembre 1945), d’autant que le gouvernement militaire se fait plus persuasif en organisant la venue d’une délégation de la centrale anglaise TUC qui appuie ses arguments. En Basse-Saxe, la résistance est bien plus forte et il faut attendre mai 1946 pour que les syndicalistes se conforment aux vœux britanniques28.

25Une fois la phase III atteinte, les contrôles du gouvernement militaire sont allégés et conformément au centralisme de l’administration britannique, le mouvement syndical peut s’organiser à l’échelle de la zone toute entière. Après une première conférence de zone (Hanovre, mars 1946) où est déjà constitué un comité directeur et une commission provisoire, la deuxième conférence (Bielefeld, août 1946), réunit des délégués élus. Elle ouvre la voie à une fusion des différents syndicats régionaux par branche d’industrie, fusion que le gouvernement militaire autorise en octobre 1946. Le DGB (britische Zone) est définitivement constitué en avril 1947.

  • 29 Cf. Alain Lattard, Gewerkschaften, op. cit., p. 97 sq.
  • 30 Pour la zone française, cf. aussi Wolfgang Becker, Der Gewerkschaftsbund Süd-Württem­berg-Hohenzoll (...)

26Compte tenu des tergiversations constatées dans les zones américaine et britannique, on ne peut pas dire que les Français, qui publient leurs premières directives sur le droit syndical en septembre 1945, aient particu­lièrement retardé la reconstruction des organisations de salariés29. Si aucune mesure n’est annoncée avant cette date, c’est d’une part qu’on n’est pas capable d’élaborer plus vite une politique syndicale, politique que la mise en place particulièrement lente du gouvernement militaire régulier n’aurait, de toute manière, pas permis d’appliquer plus tôt, d’autre part c’est pour respec­ter la procédure de consultation tripartite. Quoi qu’il en soit, les syndicats commencent dans les faits à se réformer au niveau local à la fin de l’année 1945 et au début de 194630, comme dans les zones voisines.

27Ceci dit, le processus n’est pas particulièrement dynamique. La relative faiblesse du secteur industriel, donc du potentiel d’organisation dans les Länder qu’occupe la France y est pour quelque chose. Toutefois, les diffi­cultés viennent surtout du modèle d’organisation et de la procédure d’autori­sation prescrits. Dans le caractère particulièrement lourd et tatillon de cette dernière, il ne faut pas voir seulement un travers bureaucratique national promptement exporté en zone d’occupation ; c’est aussi la grande prudence vis-à-vis de ce qui doit devenir un mouvement de masse qui s’y exprime. Car les Français raisonnent moins de façon sociologique qu’en terme de psychologie des peuples : contrairement à ce qu’attendent beaucoup de mili­tants, le caractère ouvrier du syndicalisme ne constitue pas pour eux une garantie d’antifascisme, alors que sa nature même de collectif implique à leurs yeux le risque d’une dérive autoritaire à cause du réflexe d’obéissance, de ce « grégarisme » qui seraient propres au caractère allemand.

28Quant au modèle d’organisation imposé par le gouvernement militaire, il résulte de cette vision des choses, mais aussi du missionarisme qui sous-tend sa politique de rééducation. Il ne faut pas seulement que le syndicalisme se reconstruise « par le bas », c’est-à-dire ne dépasse pas l’échelon local pour une période probatoire, comme l’exigent les autorités anglaises et améric­aines; mais par référence au modèle français, le syndicat local, véritable « école de la démocratie », doit rester la cellule de base de l’organisation, dotée de l’autonomie financière et pouvant à tout moment reprendre son indépendance. Mis à part les problèmes financiers qu’elle suscite, surtout dans des régions où le potentiel militant est plutôt disséminé, cette concep­tion désoriente durablement les syndicalistes allemands, dont elle retarde la réorganisation. On mesure combien elle est étrangère à leur tradition en constatant l’inadéquation des terminologies françaises et allemandes : ce qui pour les Allemands est eine Gewerkschaft, recrutant sur tout le territoire d’un Land en zone américaine et à l’échelle de la zone toute entière dans les territoires sous occupation britannique, devient une fédération, qu’il faudrait appeler Landesvereinigung örtlicher (Industrie)Gewerkschaften ; le Gewerk­schaftsbund devient de ce fait eine Vereinigung von Vereinigungen, traduc­tion bien malaisée – et jamais employée ! – de confédération.

  • 31 Klein, Hand in Hand, op. cit., p. 328.
  • 32 Ainsi, elle accepte en Rhénanie-Palatinat d’étendre l’aire de recrutement des syndicats de base dan (...)
  • 33 Les compétences de ce dernier restent cependant limitées à un échange d’information, l’ordre du jou (...)

29Si la reconstruction syndicale en zone française s’opère donc lentement – le Gewerkschaftsbund Süd Württemberg-Hohenzollern se constituant en février 1947, l’Allgemeiner Gewerkschaftsbund Rheinland-Pfalz en mai et le Badischer Gewerkschaftsbund en juillet de la même année – on ne peut pourtant affirmer que le gouvernement militaire français ait cherché à la saboter31. L’exemple de la Rhénanie-Palatinat, qui n’est pas infirmé par ce que nous savons du Wurtemberg sud-Hohenzollern, montre en effet que l’administration française s’est au contraire efforcée d’appliquer avec souplesse les réglementations qu’elle a édictées32. Et même si un autre principe de la politique française en Allemagne, l’impératif de décentrali­sation, tend à isoler les syndicats à l’intérieur de chaque Land de la zone, il est caractéristique que par suite des nécessités de l’occupation soit autorisé à l’automne 1946 un secrétariat de zone, puis en août 1947 un comité syndical de zone33. Le pragmatisme l’emporte, car la France, comme les autres puis­sances occidentales d’occupation tient certes à contrôler de près la recon­struction et l’action syndicales, mais elle a trop besoin des organisa­tions de salariés en tant que facteur de régulation sociale pour avoir intérêt à les saboter.

  • 34 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit. p. 48.
  • 35 Cf. p. ex. Kolb, Metallgewerkschaften, op. cit., pp. 56, Schmidt/Fichter, Erzwungener Kapitalismus, (...)
  • 36 Cf. Mielke, Wiederaufbau, op. cit., p. 75 sq., Fichter, Besatzungsmacht, op. cit., p. 114 sq., Alex (...)

30Notons pour clore ce chapitre un autre point commun des politiques française et anglo-saxonne concernant la réorganisation syndicale : par suite de leur conception de la démocratie, elles tendent à renforcer un phénomène résultant naturellement de la césure nationale-socialiste, le manque de militants jeunes et le retour aux postes de responsabilité d’hommes exerçant déjà des fonctions dirigeantes sous la République de Weimar34. Au-delà de la simple constatation, le fait est déploré par tous les auteurs qui reprochent justement aux directions syndicales d’avoir freiné le désir de changement s’exprimant à la base. À ce stade de notre bilan, on peut au moins nuancer une des affirmations qui sous-tend l’opposition faite par eux entre base et direction, affirmation selon laquelle au moment de la renaissance des organi­sations, l’initiative serait la plupart du temps venue de groupes d’entreprises avant que le mouvement ne soit récupéré par les « bureaucrates », les syndi­calistes professionnels35. Toutes les recherches récentes montrent en effet que ce type de situation est au contraire l’exception. Le plus souvent, ce sont des comités constitués par d’anciens cadres hors des entreprises qui relan­cent la vie syndicale en 1945. Et même lorsque des groupes d’entreprises sont particulièrement actifs, ce qui est par exemple avéré pour Hanau, Kassel, Wiesbaden, pour les grandes villes industrielles de la Basse Saxe ou encore pour les principaux centres ouvriers de la Ruhr, leurs initiatives se développent presque toujours parallèlement à celles de comités d’organisa­tion extérieurs aux lieux de production, avec lesquels ils coopèrent36.

II. L’action syndicale

  • 37 Sur les programmes syndicaux, cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 66 sq. et Mielke, O (...)

31Comme pour les structures d’organisation, l’étude des programmes syn­dicaux dans cette période d’après-guerre fait apparaître une forte continuité, mais aussi des éléments nouveaux. Au-delà des tâches immédiates, telles que la participation à l’effort d’approvisionnement, au déblaiement des ruines, à la solution des problèmes de logement, de répartition de la main-d’œuvre, de remise en route des assurances sociales, etc., tâches qui s’inscrivent elles-mêmes dans les grands objectifs de reconstruction auxquels adhèrent les syndicats (dédommagement des peuples victimes du nazisme, dénazifi­cation, relance de la production, etc.), le mot d’ordre est la réorganisation fondamentale de la société (gesellschaftliche Neuordnung). À cet égard, les revendications, malgré certaines différences initiales sensibles d’une région à l’autre, s’articulent toutes autour de trois axes : la socialisation des secteurs-clés de l’industrie (surtout les mines, la sidérurgie et la chimie lourde) ainsi que des banques, l’introduction de la planification économique rendue possible par la socialisation, enfin la co-décision (Mitbestimmung) à tous les niveaux, celui de chambres économiques nationales et régionales permettant la participation syndicale à l’élaboration et la mise en œuvre de la planification, mais aussi à celui de l’entreprise, où sont souhaités autant le renforcement du rôle des conseils d’entreprise (Betriebsräte), qu’une représentation paritaire des salariés dans les conseils d’administration et les instances de direction37.

  • 38 Sur l’idée de démocratie économique à travers l’histoire syndicale, cf. Ulrich Borsdorf, Wirtschaft (...)
  • 39 Cf. Rudolf Kuda, « Das Konzept der Wirtschaftsdemokratie » in H.-O. Vetter (éd.), Vom Sozialistenge (...)

32Si ces éléments se trouvent déjà plus ou moins dans tous les programmes des syndicats libres depuis la première guerre mondiale38, ils sont désormais conçus comme formant une unité indissociable. Une autre nouveauté est l’importance donnée à la co-décision d’entreprise. Avant 1933, la « démo­cratie économique » telle que la conçoivent les théoriciens sociaux-démo­crates et telle qu’elle est par exemple présentée au congrès de Hambourg de l’ADGB (1927), met surtout l’accent sur le contrôle du pouvoir économique par le renforcement du pouvoir d’état. S’il existe dans les conceptions de Fritz Naphtali quelques développements sur la démocratisation de la gestion de l’entreprise, il est bien clair que c’est à un niveau plus global (überbetrieblich) que se joue l’essentiel, d’autant qu’aux yeux des sociaux-démocrates, il faut éviter le développement d’un égoïsme d’entreprise39. Ces arguments sont d’ailleurs nourris par la méfiance sous-jacente que les conseils d’entreprise, considérés comme héritiers partiels des conseils de 1918, inspirent au syndicalisme libre.

  • 40 Cet aspect nouveau est souligné par Mielke, Organisationsprobleme, op. cit
  • 41 Cf. note 35 ainsi que Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit., pp. 313-314 et 316.

33Après 1945, la perspective se modifie : la Wirtschaftsdemokratie n’est plus préconisée par référence à des réflexions plutôt abstraites qui se greffent sur la théorie du « capitalisme organisé » (Hilferding). Trouvant sa légiti­mation immédiate dans les conséquences que la compromission des milieux économiques avec le nazisme impose de tirer, elle est plus mobilisatrice. Elle se traduit d’autant plus naturellement par des revendications au niveau de l’entreprise40 – où se pratique entre autres une dénazification spontanée – que dans un premier temps, les politiques d’occupation limitent le champ de l’action syndicale à l’échelon local. Inversement, la création d’Einheitsge­werkschaften, qui, par définition, implique la présence d’un seul syndicat par entreprise et, dans un premier temps au moins, met sous le boisseau les rivalités entre courants politiques, contribue à dissiper la défiance tradition­nelle des syndicats pour les Betriebsräte. De ce fait, et compte tenu de ce que nous avons dit au terme de la partie précédente, il y a largement symbiose entre représentation des salariés et organisation syndicale, l’auto­rité de cette dernière, qui a une vue d’ensemble des problèmes, étant par ailleurs rarement contestée41. Cette subordination souhaitée par les syndica­listes (« die Betriebsräte als verlängerter Arm der Gewerkschaft ») sera par la suite mise à mal par la réactivation des luttes politiques dans lesquelles les communistes, minoritaires aux postes de direction syndicaux, mais bien implantés dans certaines entreprises, expriment souvent leur opposition par le canal des Betriebsräte .

  • 42 Cf. Helga Grebing, « Von der Wirtschaftsdemokratie zur Mitbestimmungsinitiative zur Entwicklung gew (...)
  • 43 Les deux citations – respectivement des deux dirigeants syndicaux sociaux-démocrates Erich Potthoff(...)

34N’oublions pas enfin qu’à la différence de l’entre-deux-guerres, la démo­cratie économique est désormais défendue par les trois courants syndicaux réunis en un. Si on excepte le cas des communistes, qui, jusqu’en 1934 assimilaient les conceptions de Naphtali au fascisme, cette unanimité est rendue possible par le fait que certains éléments des programmes syndicaux non sociaux-démocrates d’avant 1933 pouvaient, en faisant certes abstrac­tion des prémices idéologiques radicalement différents, être rapprochés de l’idée de Wirtschaftsdemokratie42. C’est dire que cette unanimité nouvelle a quelque chose de superficiel, car elle évacue largement la discussion sur les stratégies de réalisation des objectifs avancés. Il faut certes garder présent à l’esprit combien l’activité syndicale est axée par nécessité sur l’effort d’organisation et les tâches pratiques de première urgence plutôt que sur la réflexion théorique et donc se garder d’une critique irréaliste et arrogante. Reste que l’absence de débat sur les moyens de mettre en œuvre la démocratie économique est aussi un tribut payé à l’unité, au nom de laquelle le flou idéologique tend à devenir une vertu. L’idée, largement répandue dans les milieux syndicaux, selon laquelle avec la défaite du nazisme, en Allemagne le capitalisme « n’en a plus pour longtemps » ou même « l’éco­nomie capitaliste s’est totalement effondrée » peut apparaître à la fois comme une cause et une conséquence de cet état de fait43.

  • 44 Une revue rapide des prises de position partisanes dans Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., (...)
  • 45 Les leaders syndicaux sont souvent élus députés de leurs partis respectifs au parlement régional.

35Il est vrai que le large consensus politique allant de la gauche démocrate-chrétienne au PC, dont, au nom de l’antifascisme, jouit tout d’abord l’idée d’un contrôle du pouvoir économique, entretient une certaine « illusion lyrique »44. Sur ce plan, les espoirs sont cependant vite déçus, puisque le tant cité programme d’Ahlen, adopté par la CDU de la zone britannique, marque dès février 1947 sous des dehors progressistes la victoire de l’aile libérale dans ce courant politique. L’introduction dans un grand nombre de consti­tutions régionales (Landesverfassungen) d’articles allant dans le sens de la démocratie économique est trompeur. Il s’agit déjà, dans beaucoup de cas, de compromis difficilement arrachés, dont la précarité apparaît lorsque leur application est discutée dans les Landtage élus, où le « Sozialismus als christliche Aufgabe » a de moins en moins de poids. Il arrive d’ailleurs que ces débats qui, lorsqu’ils aboutissent, débouchent souvent sur des textes peu offensifs, manifestent par députés interposés45 les désaccords sur la concep­tion et l’application de la Wirtschaftsdemokratie qui existaient d’emblée, mais à l’état latent, dans les organisations syndicales.

36Jusqu’où doit aller la Mitbestimmung, qu’il s’agisse de la co-décision dans les entreprises ou dans les chambres économiques ? Faut-il socialiser, étatiser ou au contraire garder dans les entreprises collectivisées une part de capital privé ? Comment délimiter les secteurs-clés concernés par ces socia­lisations ? Quel type de planification envisager pour l’avenir ? Constater sur tous ces sujets le caractère diffus et parfois même contradictoire des propo­sitions avancées, conduit à relativiser et en tout cas à mieux comprendre l’échec des projets de Neuordnung défendus par le mouvement syndical après la guerre.

  • 46 Cf. Werner Plumpe, Vom Plan zum Markt, Wirtschaftsverwaltung und Unternehmer­verbände in der britis (...)

37Par ailleurs, et surtout, le destin de l’économie capitaliste en Allemagne est bien moins entre les mains des Allemands qu’entre celles des gouver­nements militaires. La nature de leur choix transparaît dès 1945 dans l’inté­gration au système d’administration économique des chambres de commerce et d’industrie et des organisations professionnelles, lesquelles avaient large­ment préservé leur identité sous le IIIe Reich. Grâce à cette décision d’appa­rence technique, les tenants de la libre entreprise, tout en participant d’abord au fonctionnement d’une économie administrée, regagnent d’emblée une position de force46. L’attitude des autorités d’occupation se révèle cependant de façon plus directe par des interventions limitant ouvertement la marge de manœuvre des acteurs sociaux allemands.

38En matière de socialisation, c’est dans la Ruhr que l’enjeu est le plus important et que les attentes sont les plus grandes, non seulement parce que le contrôle public des grandes entreprises métallurgiques et minières y est revendiqué par le mouvement ouvrier depuis la première guerre mondiale, mais parce qu’étant sous autorité britannique, la région dépend d’un gouver­nement travailliste réalisant chez lui un vaste programme de nationalisations dans des secteurs comparables.

39L’attitude britannique est cependant décevante, car ambiguë. Le gouver­nement militaire procède à des réquisitions, touchant Krupp en novembre 1945, le secteur charbonnier, les Vereinigte Stahlwerke et les Hermann Göring Werke en décembre de la même année, enfin le reste de la sidérurgie en août 1946. L’arrestation des dirigeants de Krupp et le fait que toutes ces entreprises soient soustraites aux intérêts privés est perçu comme positif, mais la mise sous séquestre ne règle pas la question de la propriété. Dans un premier temps, les charbonnages sont placés sous le contrôle direct de l’occupant, tandis que la sidérurgie est confiée à une administration provi­soire allemande qui laisse en place un grand nombre des anciens dirigeants. C’est seulement en octobre 1946 que le ministre des affaires étrangères britannique Ernest Bevin annonce officiellement par un discours aux Com­munes l’intention de son gouvernement de socialiser et de rendre par là même au contrôle allemand les industries correspondantes. Aucun délai n’est cependant fixé.

  • 47 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 53 sq, Wolfgang Rudzio, « Die ausgebliebene Sozia (...)
  • 48 En particulier, la crainte qu’une internationalisation permette à l’Union Soviétique d’accé­der à c (...)

40Le fait que ces promesses ne soient finalement pas honorées a suscité beaucoup de questions sur la politique britannique. On sait aujourd’hui47 que les projets de socialisation de l’industrie lourde allemande étaient inégale­ment soutenus au sein de l’appareil de décision britannique, à la tête duquel les pragmatiques dont Bevin faisait partie, l’emportaient sur ceux qui défen­daient des convictions idéologiques. Il est à cet égard caractéristique que la socialisation soit seulement envisagée et annoncée après qu’aient été défini­tivement abandonnés les projets d’internationalisation de la Ruhr, étudiés tout d’abord pour chercher un terrain d’entente avec la France. La décision est donc subordonnée à des considérations de politique étrangère et dans ce cas précis, motivée par des préoccupations de sécurité48 – même si le dis­cours d’octobre 1946 correspond en même temps au souci britannique de renforcer en Allemagne le courant social-démocrate en promettant la satis­faction d’une revendication qui lui est chère.

  • 49 Gloria Müller, Mitbestimmung in der Nachkriegszeit, britische Besatzungsmacht, Unter­nehmer, Gewerk (...)

41Une étude récente exploitant les archives du gouvernement militaire britannique49 a par ailleurs montré que pour celui-ci, dans l’ensemble peu favorable aux idées travaillistes (que défendent en revanche beaucoup de fonctionnaires du Foreign Office), la préoccupation première est de nature économique : il s’agit de relancer au maximum l’extraction charbonnière et la production sidérurgique, vitales pour l’équilibre de la balance commer­ciale de la zone, donc pour la réduction des charges retombant sur le contri­buable du Royaume-Uni. De ce point de vue, les mises sous séquestre ont l’avantage de dissocier opportunément les effets sociaux et économiques de l’expropriation. La socialisation, dont on pense qu’elle ne favoriserait pas une amélioration de la productivité, reste en suspens, tandis que le contrôle économique (direct ou indirect) par l’occupant permet de procéder à la déconcentration des Konzerne. Cette Entflechtung a en effet une importance primordiale, car elle donne les moyens d’une part de séparer les entreprises devant continuer à fonctionner de celles qui peuvent tomber sous le coup de la démilitarisation industrielle dont le principe a été adopté à la conférence de Potsdam, d’autre part de restructurer les groupes industriels pour mieux les gérer.

42Dans ces conditions, le gouvernement militaire a plutôt tendance à traîner les pieds lorsqu’il s’agit d’étudier les modalités d’application de la sociali­sation promise à Londres en octobre 1946. Celle-ci se heurte de toute ma­nière à des obstacles techniques particulièrement épineux, en particulier la question du transfert de la propriété (doit-elle échoir à un gouvernement de Land ou au futur gouvernement central allemand ?) et le problème des parts de capital détenues par la France et les pays du Benelux. Les protestations des gouvernements correspondants, en particulier celles de Paris, pour qui une socialisation signifie une concentration de pouvoir économique entre les mains des Allemands, donc un danger pour la sécurité de la France, contri­buent à bloquer toute décision. Lorsqu’après la conclusion du traité de Dunkerque, il est moins nécessaire de ménager Paris, les autorités britan­niques ne retrouvent pas pour autant une plus large marge de manœuvre. Au contraire : alors qu’à l’été 1947 elles s’apprêtent à nommer les administra­teurs provisoires allemands, elles se heurtent à l’opposition de Washington, où ont pris le dessus les adversaires de la socialisation.

  • 50 Sur les divergences au sein de l’administration américaine, cf. Dörte Winkler, « Die amerikanische (...)

43Le gouverneur de la zone américaine, Lucius Clay, n’avait quant à lui pas cessé de s’y opposer. Ainsi, il avait cherché à empêcher l’adoption dans la constitution de Hesse d’un article correspondant (art. 41), le referendum séparé qu’il avait exigé sur ces dispositions s’étant pourtant soldé par 75% de oui (décembre 1946). Six mois plus tard, Clay et le ministre de la guerre rallient à leur point de vue le département d’état, jusque-là plus conciliant50.

44Le veto américain, désormais sans appel, est immédiatement appliqué par Clay dans sa zone d’occupation, avec en Bavière la suspension immédiate d’une loi de mai 1947 prévoyant, en application de l’article 160 de la constitution, l’étatisation de mines, du secteur énergétique et des transports. Mais il rejaillit aussi sur la politique britannique, car Londres doit s’aligner sur l’attitude de son puissant partenaire, compte tenu de sa dépendance financière

  • 51 Cf. Gert Winter, « Sozialisierung in Hessen 1946-1955 », in : Kritische Justiz 7/1974, p. 157 sq., (...)

45Bien qu’aucune décision officielle ne transparaisse tout d’abord, dès la conférence de Washington sur le charbon (août-septembre 1947), qui aboutit à remettre la gestion des mines de la Ruhr à un directoire allemand placé sous contrôle anglo-américain, les dés sont jetés. Le retournement de la politique britannique se manifeste clairement à l’été 1948 par le refus d’autoriser la loi appliquant l’article sur les socialisations de la constitution de Rhénanie du nord-Westphalie. Pour justifier l’interdiction, prononcée le 23 août (c’est-à-dire deux semaines après le vote du texte), le gouvernement militaire affirme qu’une décision de ce type est trop importante pour être prise par un gouvernement de Land et doit donc être réservée au gouver­nement de l’Allemagne tout entière. En novembre, la loi anglo-américaine n°75 sur la déconcentration invoque le même argument pour remettre officiellement à plus tard le règlement des questions touchant à la propriété des secteurs sidérurgiques et charbonniers. Cette loi permet au gouverne­ment militaire américain d’intervenir en Hesse pour demander aux autorités allemandes d’arrêter toute mesure d’application de l’article 41 de la consti­tution (décembre 1948). Il faut dire cependant qu’en presque deux ans, le gouvernement hessois n’avait guère progressé en la matière, tant par suite de divergences politiques, qu’à cause des charges financières que l’adminis­tration provisoire par l’état d’un certain nombre d’entreprises impose, ce qui tempère fortement l’enthousiasme pour leur socialisation51.

  • 52 Sur les conseils d’entreprise, à part les indications éparses dans la plupart des études mentionnée (...)

46Concernant la question de la co-décision dans l’entreprise, la politique alliée est tout aussi réservée. Les conseils d’entreprise52 qui se forment spontanément et de façon plus ou moins ordonnée à partir du printemps 1945 parallèlement à la renaissance des syndicats, sont considérés avec méfiance, en particulier lorsque le parti communiste semble avoir de l’influence. Les gouvernements militaires souhaitent d’ailleurs qu’ils soient le plus vite possible contrôlés par les syndicats. Les autorités d’occupation tolèrent cependant les Betriebsräte, car il apparaît vite qu’ils remplissent un rôle important dans la mise en route des entreprises et stabilisent plutôt la situation sociale en contribuant à résoudre les problèmes d’approvision­nement. Pendant près d’un an, les conseils d’entreprise restent sans statut juridique. Comme le conseil de contrôle a aboli la législation du travail nazie, certains se réfèrent à la loi de 1920 qu’ils considèrent comme remise en vigueur. De même sont ici et là organisées des élections en bonne et due forme qui donnent aux représentations des salariés la légitimité du vote démocratique.

  • 53 L’expression est de von Plato, Nachkriegsjahre, op. cit. p. 46.

47En pratique, cette situation se traduit par l’établissement d’une sorte de « co-décision spontanée »53 des conseils d’entreprise, dont l’étendue est, il est vrai, très différente dans chaque cas particulier. Les pouvoirs sont en général d’autant plus restreints que l’implantation syndicale est faible, c’est-à-dire aussi que l’entreprise est plus petite. Mais inversement, les conseils profitent de certains facteurs propres aux premiers mois de l’occupation. Même si leur marge de manœuvre résulte d’un rapport de forces avec la direction, celle-ci n’a guère intérêt au conflit : la reprise de la production nécessite en effet la plupart du temps un engagement particulier des salariés (déblaiement des ruines, réaménagement du système de production etc.). On peut même dire que lorsque la solidarité d’entreprise, valeur traditionnelle des relations du travail en Allemagne, n’a pas été trop ébranlée par la période national-socialiste, elle trouve à ce moment l’occasion de se réactiver. L’entrepreneur et son personnel sont également rapprochés par les efforts communs pour l’amélioration de l’approvisionnement. Au fur et à mesure que le temps passe et que la disette s’aggrave, les avantages en nature, tels que distribution de combustible de chauffage, de chaussures, de pneus de vélo, toutes choses acquises par l’entreprise grâce à des marchés de compensation, ou encore la mise en place d’une bonne cantine comptent davantage que la rémunération en monnaie dévaluée. Les conseils d’entre­prise participent souvent à la conclusion des opérations de troc et toujours à la distribution des denrées obtenues. Enfin, il arrive aussi que la politique d’occupation, qu’elle impose des contraintes concernant la production ou qu’elle fasse planer des menaces de démontage, contribue à renforcer la collaboration Betriebsrat/direction.

  • 54 Les conseils d’entreprise font maintes fois passer l’intérêt de l’entreprise avant la logique de la (...)

48Un autre terrain d’action des conseils d’entreprise spécifique de cette période, la dénazification, est en revanche par nature beaucoup plus conflic­tuel. C’est d’ailleurs à la faveur de la dénazification que les conseils d’entre­prise arrivent quelquefois à exercer un contrôle serré sur la politique du personnel, qui, on l’imagine, n’est pas concédé volontiers par le manage­ment. Mais il faut là aussi éviter les images d’épinal. L’épuration à laquelle les conseils d’entreprise s’attellent avant même que ne soient mises en route les procédures officielles de dénazification est loin d’être toujours radicale et empreinte d’une forte conscience de classe54.

49Il ne s’agit pas ici de brosser un tableau idyllique des relations entre conseils d’entreprises et directions, mais de montrer qu’on ne peut généra­liser les observations concernant une minorité de conseils très actifs, menés la plupart du temps par des militants communistes. Par ailleurs, il faut bien voir que les droits acquis ici et là le sont de façon informelle et donc réver­sible. Or, l’évolution économique et sociale jouera plutôt dans le sens de leur érosion. La dénazification qui suscite vite déception et lassitude, perd de son importance, les éléments de co-décision économique, qui ont pu dans certains cas être assurés au moment de la remise en route de la production, sont plus difficiles à exercer lorsqu’avec la normalisation progressive de l’activité économique les décisions de gestion redeviennent plus techniques, enfin, les effets de la réforme monétaire, qui marque déjà une césure à cet égard, se conjuguent bientôt à ceux du plan Marshall pour rendre inutiles les marchés de compensation.

50Quoi qu’il en soit, la diversité des situations observables dans les premiers mois d’occupation incitent patrons et syndicats à souhaiter l’éta­blissement de références réglementaires solides. La loi n°22 du conseil de contrôle ne peut que les décevoir, car si elle légalise les conseils d’entreprise et fixe quelques règles générales concernant leur activité, elle laisse en suspens la question des pouvoirs : la définition de ceux-ci devra résulter d’une négociation avec l’employeur, c’est-à-dire d’accords d’entreprise.

51Ce principe n’est évidemment guère favorable aux salariés, surtout à ceux des petites entreprises. Les syndicats, dont la loi dit qu’ils coopèrent avec les conseils d’entreprise, ont beau élaborer des conventions-types (Muster­betriebsvereinbarung) pour éviter une négociation en ordre dispersé, ils se heurtent à une forte résistance des patrons, d’autant qu’à partir de la fin 1946, des organisations d’employeurs commencent à se reconstituer.

  • 55 Sur l’évolution en zone britannique et la grève à Bode-Panzer, cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit., (...)

52En zone britannique, où le taux d’organisation syndical est fort et les conseils d’entreprise plutôt combatifs, on n’observe après la publication en février 1947 de la Musterbetriebsvereinbarung du DGB pas moins d’une quarantaine de grèves déclenchées pour appuyer les revendications de cogestion. Mais sauf quelques rares exceptions, dont celle, très remarquée, de la société Bode-Panzer de Hanovre, les objectifs ne sont pas atteints55.

53Le fait que le gouvernement militaire ne mette pas fin de façon autoritaire à la grève chez Bode-Panzer ne doit pas tromper sur le sens de sa politique. Pour les autorités britanniques – comme d’ailleurs pour les autres puissances d’occupation – l’intervention directe dans un conflit du travail doit rester exceptionnelle. Elle apparaît d’autant moins indiquée ici que toutes les régions industrielles de la zone sont touchées par une vague de protestation contre l’insuffisance des rations alimentaires : il ne faut donc pas jeter de l’huile sur le feu.

  • 56 Cf. Müller, ibid., p. 125.
  • 57 Cf. Müller, ibid., p. 237.
  • 58 Ce qui sous-entend que la grève est interdite. Les autorités britanniques refuseront d’ailleurs de (...)

54De même, les décisions prises dans la sidérurgie, où les salariés des sociétés détachées des Konzerne dans le cadre de l’Entflechtung obtiennent à partir du début 1947 une représentation paritaire dans les conseils de sur­veillance et un délégué dans le présidium, ne signifient pas que les Britan­niques soutiennent les idées de démocratie économique. En fait, ils ne font qu’accepter les propositions du directeur allemand de l’administration provisoire, qui estime raisonnable d’accorder davantage de participation, notamment pour favoriser la reprise de la production et contrecarrer les revendications plus radicales avancées par certains conseils d’entreprise communistes. Pour le gouvernement militaire, cette solution, qui sera sanc­tionnée par la loi de 1951 sur la Montanmitbestimmung, n’en doit pas moins rester strictement limitée à ce secteur particulier56. La conception britannique est en effet aux antipodes de la cogestion : elle est fondée sur une stricte séparation des rôles patronal et syndical, les organisations de salariés devant se cantonner dans la négociation des rémunérations et conditions de travail57. D’ailleurs, la publication de l’accord-type du DGB en février 1947 suscite une réaction d’intimidation : les officiers britanniques affirment que la loi n°22 du conseil de contrôle ne légitime aucune co-décision dans les do­maines économiques et qu’en tout cas, les conventions d’entreprise doivent être conclues sans recours à la violence58.

  • 59 Cf. Steifert, Entstehung, op. cit., p. 333.
  • 60 Cf. respectivement Weiß-Hartmann, FGB Hessen, op. cit., p. 206, Seifert, ibid., p. 334, Brandt, Bet (...)
  • 61 Michael Berger, « Der Abbau sozialer Errungschaften und demokratischer Tradition in Baden 1946-1951 (...)

55Dans les zones américaines et françaises, les syndicats, le patronat et l’administration allemande souhaitent que soit complétée par voie réglemen­taire ou législative la loi n° 22 qui leur paraît trop imprécise. Le degré de Mitbestimmung accordé à l’issue de ces travaux dépend donc essentiellement des rapports de forces parlementaires. Mais lorsque le résultat leur paraît aller trop loin, les gouvernements militaires n’hésitent pas à intervenir. Ainsi, après la publication à la mi-août d’une déclaration commune des gouverneurs Clay et Robertson selon laquelle, comme pour la socialisation, une décision sur la cogestion à l’échelon provincial serait prématurée59, les autorités américaines suspendent les paragraphes des Betriebsrätegesetze de Hesse (fin août), de Wurtemberg-Bade (début octobre) et de Brême (fin octobre)60. En zone française, le gouvernement militaire tarde à donner son accord sur la loi de Bade du sud, pour finalement la refuser en juillet 194961.

  • 62 Un florilège de citations illustrant cette position dans Walther Bernecker, « Die Neugründung der G (...)
  • 63 Cf. en particulier Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 134 sq., Klessmann/ Friedmann, Str (...)

56Si malgré ces politiques restrictives des gouvernements militaires, beau­coup d’auteurs reprochent aux directions syndicales d’avoir trop peu fait pour la réalisation de la démocratie économique62, c’est par référence à la situation sociale très tendue résultant de la crise d’approvisionnement. Les manifestations, accompagnées de courtes grèves qui se déclarent spontané­ment un peu partout à l’hiver 1946-1947, sont particulièrement fortes dans la Ruhr, où un conflit sur le mode de rémunération et les heures supplémen­taires dans les mines de charbon culmine par une grève générale de 24 heures le 3 avril. De sporadiques, les mouvements deviennent massifs pen­dant l’hiver 1947-1948, où ils touchent pratiquement toutes les grandes villes ouest-allemandes et débouchent sur des mots d’ordre de grève générale en Bavière et en Wurtemberg-Bade. Il faut enfin citer la grève générale de la Bizone du 12 novembre 1948, qui rassemble près de 10 millions de salariés protestant contre les hausses de prix après la réforme monétaire63.

  • 64 Cf. Schmidt, ibid., p. 92 sq.
  • 65 Sur les luttes politiques à l’intérieur des syndicats cf. en particulier Christoph Klessmann, « Bet (...)

57Les organisations syndicales auraient-elles pu s’appuyer sur ce potentiel de protestation pour faire avancer les revendications sur les réformes de structures ? Il est un fait qu’elles n’ont guère essayé d’y parvenir, ne soute­nant que très rarement les grèves64 sauf quand il s’agit de canaliser l’indigna­tion. On ne peut guère attendre une autre attitude de la part de dirigeants, sociaux-démocrates dans leur grande majorité, dont la culture politique est étrangère au maniement des actions de masse. De plus, l’exacerbation des conflits avec les militants communistes, qui va de pair avec la détérioration des relations est-ouest (en particulier la discussion sur le plan Marshall), les incite encore davantage à éviter tout ce qui pourrait profiter au PC65.

58Parler cependant sans nuances des occasions manquées du mouvement ouvrier allemand paraît plutôt inconsidéré. C’est d’abord sous-estimer les contraintes de la situation d’occupation. Non seulement les gouvernements militaires peuvent pratiquement jusqu’à la mi-1947 menacer de freiner ou d’arrêter la reconstruction des organisations syndicales si celles-ci ne jouent pas leur rôle modérateur ; mais pour prendre l’exemple de la Ruhr, l’étude de Gloria Müller montre que si le gouvernement militaire britannique souhaite ne pas intervenir de façon visible, il observe de très près le déroule­ment des conflits et exerce de très fortes pressions sur les militants qui peuvent avoir une influence, allant même jusqu’à imposer les modalités des manifestations ou le contenu des déclarations syndicales.

  • 66 Comparer Klessmann/Friedmann, Streiks, op. cit., p. 42 et Detje, Von der Westzone, op. cit., p. 164 (...)

59Par ailleurs, il est difficile pour les syndicats d’établir un lien convaincant entre des mesures devant remédier rapidement à la situation de famine – souci premier des salariés – et les réformes de structure préconisées dans les programmes. Même dans le cas du conflit dans les mines de la Ruhr (1947) cité précédemment, il n’est pas aussi évident qu’on a pu le dire que la protestation pour l’amélioration de l’approvisionnement et des conditions de travail aille de pair avec une forte mobilisation pour la socialisation66.

  • 67 Cf. Detje, ibid., p. 113 sq., ainsi que Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit., p. 322 (...)
  • 68 Arno Klönne/Helmau Reese, Die deutsche Gewerkschaftsbewegung, Hambourg 1972, p. 191, la même thèse (...)
  • 69 Cf. von Plato, Nachkriegsjahre, op. cit., p. 51 et le même, « Der Verlierer geht nich leer aus », B (...)

60Enfin et surtout, les études régionales qui commencent à se développer montrent que l’opposition faite entre des directions réformistes et une base « révolutionnaire » est largement exagérée67. Dans leur immense majorité, les conseils d’entreprise sont avant tout absorbés par les tâches pratiques évoquées plus haut, ce qui ne favorise guère la poursuite d’objectifs plus politiques. De plus, la situation matérielle et morale produit « une très forte parcellisation, voire même une atomisation » de la conscience ouvrière68, qui mine l’exercice de la solidarité. Des enquêtes d’histoire orale tendent à confirmer ce phénomène d’individualisation et font en particulier ressortir les conséquences psychologiques du national-socialisme et de la défaite avec l’affaiblissement de la « culture militante » qui en résulte. Derrière les activistes communistes ou sociaux-démocrates, qui occupent le devant de la scène, se cachent probablement bien plus d’apathie et de dépolitisation que les analystes de la nouvelle gauche ont voulu le voir69.

*

61Pour le syndicalisme ouest-allemand, le bilan des années d’occupation est donc contrasté. Sur le plan organisationnel, il est plutôt positif. Le DGB, issu en octobre 1949 de la fusion des syndicats des trois zones occidentales, elle-même amorcée au printemps 1948, est en effet une organisation puissante, ne rassemblant pas moins de 4,9 millions d’adhérents. Par ailleurs, l’Industriegewerkschaft s’avère une structure solide. Le mouvement syndical en RFA n’est pratiquement pas affecté par les divisions politiques qui réapparaissent dans le syndicalisme de la plupart des autres pays européens après la phase unitaire de l’immédiat après-guerre. Il est vrai que le refus des tendances ne reste possible outre-Rhin que parce que le courant communiste a été marginalisé par la division du pays.

62En ce qui concerne les objectifs sociaux, l’échec est par contre quasiment total. Seule la Mitbestimmung dans les secteurs sidérurgique et charbonnier réalise une maigre amorce de démocratie économique. Les résultats des premières élections au Bundestag qui, contre toute attente, pérennisent l’orientation économique et sociale du Wirtschaftsrat, ruinent les espoirs de progrès ultérieurs sur la voie de la Wirtschaftsdemokratie et conduisent finalement à une rupture. Dans la longue phase de prospérité qui suit, le DGB préfère en effet s’adapter de façon pragmatique au système écono­mique que de rester sur ses positions. Du programme de Munich (adopté au congrès de fondation), qui reprenait les axes revendicatifs de la période d’occupation, ne subsiste plus aujourd’hui que la revendication de Mit­bestimmung. Mais sans les deux autres volets de la socialisation et de la planification indicative, elle a pris un sens tout à fait différent.

Notes

1 Theo Pirker, Die blinde Macht, t. 1 : 1945-1952, vom « Ende des Kapitalismus » zur Zähmung der Gewerkschaften, Munich 1960.

2 Cf. surtout Eberhard Schmidt, Die verhinderte Neuordnung 1945-1952, Francfort/Main 1970, mais aussi les analyses plus globales de Ute Schmidt/Tilman Fischer, Der erzwungene Kapitalismus, Klassenkämpfe in der Westzonen 1945-1948, Berlin 1973 et Ernst Ulrich Huster et al., Determinanten der westdeutschen Restauration 1945-1948, Francfort/Main 1977.

3 Par référence au titre de Josef Becker/Theo Stammen/Peter Waldmann, Vorgeschichte des Bundesrepublik Deutschland, Munich 1979.

4 Cf. Ulrich Borsdorf, « Der Weg zur Einheitsgewerkschaft », in : Jürgen Reulecke (éd.), Arbeiterbewegung am Rhein und Ruhr, Wuppertal 1974, p. 387-88.

5 Borsdorf, ibid.

6 Die Gewerkschaftsbewegung in der britischen Zone, Geschäftsbericht des DGB (britische Zone) 1947-1949, Cologne 1949, p. 517 sq.

7 Le plan d’organisation des différentes centrales syndicales in Siegfried Mielke et al., Organisatorischer Aufbau der Gewerkschaften 1945-1949 (Quellen zur Geschichte der deutschen Gewerkschaftsbewegung im XX. Jahrhundert), Cologne 1987.

8 Cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit. et Siegfried Mielke, « Organisationsprobleme und Neuordnungskonzeptionen der Gewerkschaften in den westlichen Besatzungszonen 1945 bis 1949 », in : Erich Mattias/Klaus Schönhoven (éd.), Solidarität und Menschenwürde, Etappen der deutschen Gewerkschaftsgeschichte von den Anfängen bis zur Gegenwart, Bonn 1984, p. 310. La citation « Wir Angestellten lassen uns nicht zu Arbeitern degra­dieren » émane du président du DAG de Münster et date de septembre 1947.

9 C’est le cas à Munich, cf. Mielke, Organisatorischer Aufbau , op. cit., p. 523.

10 Sur le syndicat d’Aix-La-Chapelle, cf. Jürgen Klein Bürgerliche Demokraten oder christ­liche, sozialdemokratische und kommunistische Gewerkschaftler : Hand in Hand gegen die Arbeiter, Hambourg 1974, p. 165 sq. Le syndicat d’Aix, dont la fondation est annoncée par toutes les radios est pour bien des militants de la première heure un modèle.

11 Cf. pour la résistance les conceptions du cercle conservateur rassemblé autour de Carl Goerdeler. Ceci dit, sous l’influence de Wilhelm Leuschner, ancien membre du comité directeur de l’ADGB, les conceptions initiales se modifient et évoluent vers le syndicat d’industrie : cf. Michael Schneider, « Zwischen Standesvertretung und Werkgemein­schaft: zu den Gewerkschafskonzeptionen der Widerstandsgruppe des 20. Juli 1944 », in : Jürgen Schmädecke/Peter Steinbach (éd.), Der Widerstand gegen den National­sozialismus, Munich 1985. Sur l’exil, voir les projets élaborés par Franz Tarnow au sein du Stockholmer Arbeitskreis deutscher Sozialdemokraten : Ulrich Borsdorf, « Arbeiter­opposition, Widerstand und Exil der deutschen Gewerkschafter », in : Mattias/ Schönhoven, Solidarität, op. cit.

12 Mielke, Organisatorischer Aufbau, op. cit., p. 577.

13 Cf. Mielke, ibid., p. 40 ainsi que Michael Fichter, Besatzungsmacht und Gewerkschaften, zur Entwicklung und Anwendung der US-Gewerkschaftspolitik in Deutschland 1944-1948, Opladen 1982, pp. 112 et 156.

14 Cf. Johannes Kolb, Metallgewerkschaften in der Nachkriegszeit, Francfort/Main 1970, p. 57 et Dietmar Ross, Gewerkschaften und soziale Demokratie, zur Einheitsgewerkschaft von Weimar zur Nachkriegszeit. Untersuchungen zur gewerkschaftlichen Programmatik für den Aufbau einer demokratischen Gesellschaft, Thèse, Bonn 1976, p. 320 et pour la Hesse, Anne Weiss-Hartmann, Der freie Gewerkschaftsbund Hessen 1945-1949, Marburg 1977, p. 82.

15 De nombreux exemples dans Siegfried Mielke, « Grenzen und Motive der Einflußnahme der amerikanischen Militärregierung auf den Aufbau und die Organissationsstruktur der Gewerkschaften in der amerikanischen Besatzungszone », in : Internationale wissenschaft­liche Korrespondenz zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, 2/1978, ainsi que pour la Hesse Angelika Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen 1945 bis 1948 : Zur Herausbildung des Prinzips autonomer Industriegewerkschaften, Marburg 1982, p. 85 sq.

16 Cité par Franz Hartmann, Geschichte der Gewerkschaftsbewegung nach 1945 in Niedersachsen, Hannover 1972, p. 71.

17 Cf. Rolf Steininger, « England und die deutsche Gewerkschaftsbewegung 1945-1946 », in : Archiv für Sozialgeschichte 1978, p. 52 sq et Alain Lattard, Gewerkschaften und Arbeitgeber in Rheinland-Pfalz unter französischer Besatzung 1945-1949, Mayence 1988, p. 111 sq.

18 Cf. Albert Behrendt, Die Interzonenkonferenzen der deutschen Gewerkschaften, Berlin-Est 1960.

19 C’est la même prudence qui les conduit à interdire les divers comités antifascistes spon­tanément formés dans de nombreuses villes au printemps 1945 : Lutz Niethammer/ Ulrich Dorsdorf/Peter Brandt, Arbeiterinitiative 1945, antifaschistische Ausschüsse und Reorganisation der Arbeiterbewegung in Deutschland, Wuppertal 1976.

20 Sur la déclaration d’Eisenhower cf. Klein, Bürgerliche Demokraten, op. cit. p. 135 et 152 sq.

21 Cf. Fichter, Besatzungsmacht, op. cit., p. 108 sq.

22 Cf. en particulier Schmidt, Verhinderte Neuordnung , op. cit., p. 32 sq. Weiß-Hartmann, FGB Hessen, op. cit., p, 10 et Kolb, Metallgewerkschaften., op. cit., p. 56 sq. Ces auteurs se réfèrent en particulier à Lucius Clay, Entscheidung in Deutschland, Francfort/Main 1950, p. 323 sq et Harold Zink, The United States in Germany 1944-1955, New-York 1957, p. 282.

23 Cf. Mielke, Grenzen, op. cit. et le même, « Der Wiederaufbau der Gewerkschaften : Legenden und Wirklichkeit », in : Geschichte und Gesellschaft, Sonderheft 5 (1979), politische Weichenstellungen im Nachkriegsdeutschland 1945-1953.

24 Cf. Fichter, Besatzungsmacht, op. cit.

25 Pour l’évolution en zone américaine, cf. Fichter, ibid., p. 191 sq, Mielke, Organisa­torischer Aufbau, op. cit., Weiß-Hartmann, Der FGB Hessen, op. cit. et Christfried Seifert, Entstehung und Entwicklung des Gewerkschaftsbundes Württemberg-Baden bis zur Gründung des DGB 1945 bis 1949, Marburg 1980.

26 Cf. surtout Steininger, England, op. cit. et Mielke, Organisatorischer Aufbau, op. cit.

27 Cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit., p. 26 sq.

28 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit. p. 39 sq, Hartmann, Geschichte, op. cit. p. 69 sq.

29 Cf. Alain Lattard, Gewerkschaften, op. cit., p. 97 sq.

30 Pour la zone française, cf. aussi Wolfgang Becker, Der Gewerkschaftsbund Süd-Württem­berg-Hohenzollern, zur Gewerkschaftsbewegung in der französischen Besatzungszone, Marburg 1988.

31 Klein, Hand in Hand, op. cit., p. 328.

32 Ainsi, elle accepte en Rhénanie-Palatinat d’étendre l’aire de recrutement des syndicats de base dans les régions peu industrialisées, permet la constitution de bureaux de cercle communs aux différents syndicats d’industrie afin de diminuer les coûts de gestion, accepte la nomination d’un délégué syndical de district coordonnant la fondation des organisations locales et ménage en douceur l’adaptation aux règles de septembre 1945 du syndicalisme rhénan (district de Coblence) bâti en août 9145 par le haut et sur le modèle du syndicat général.

33 Les compétences de ce dernier restent cependant limitées à un échange d’information, l’ordre du jour étant même soumis à l’autorisation préalable du gouvernement militaire : cf. Lattard, Gewerkschaften, op. cit., p. 116 sq.

34 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit. p. 48.

35 Cf. p. ex. Kolb, Metallgewerkschaften, op. cit., pp. 56, Schmidt/Fichter, Erzwungener Kapitalismus, op. cit., p. 17, Blinde Macht, op. cit., p. 31, Christoph Klessmann/Peter Friedmann, Streiks und Hungermärsche im Ruhrgebiet 1946-1948, Francfort/Main 1977, p. 34.

36 Cf. Mielke, Wiederaufbau, op. cit., p. 75 sq., Fichter, Besatzungsmacht, op. cit., p. 114 sq., Alexander von Plato, Nachkriegsjahre und Bundesrepublik Deutschland, Erfahrungs­strukturen und « große Politik », Tübingen 1987, p. 46, Hartmann, Geschichte, op. cit., p. 112, Richard Detje et al., Von der Westzone zum kalten Krieg, Restauration und Gewerkschaftspolitik im Nachkriegsdeutschland, Hambourg 1982, p. 111 sq. et Lattard, Gewerkschaften, op. cit., p. 155 sq.

37 Sur les programmes syndicaux, cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 66 sq. et Mielke, Organisationsprobleme, op. cit., p. 316.

38 Sur l’idée de démocratie économique à travers l’histoire syndicale, cf. Ulrich Borsdorf, Wirtschaftsdemokratie und Mitbestimmung, historische Stufen der Annäherung an den Kapitalismus, WSI-Mitteilung 3/1986.

39 Cf. Rudolf Kuda, « Das Konzept der Wirtschaftsdemokratie » in H.-O. Vetter (éd.), Vom Sozialistengesetz zur Mitbestimmung, Cologne 1975 et Fritz Naphtali, Wirtschafts­demokratie, ihr Wesen, Weg und Ziel (réédité par R. Kuda), Francfort/Main 1966 (1ère édition 1928).

40 Cet aspect nouveau est souligné par Mielke, Organisationsprobleme, op. cit

41 Cf. note 35 ainsi que Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit., pp. 313-314 et 316.

42 Cf. Helga Grebing, « Von der Wirtschaftsdemokratie zur Mitbestimmungsinitiative zur Entwicklung gewerkschaftlicher Programmatik », in : Die Mitbestimmung 8/9 1986.

43 Les deux citations – respectivement des deux dirigeants syndicaux sociaux-démocrates Erich Potthoff et Hans Böckler – dans Mielke, Organisationsprobleme, op. cit., p. 317.

44 Une revue rapide des prises de position partisanes dans Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 71 sq. Sur le caractère trompeur du consensus socialisant, cf. Helmut Altrichter, « Die verhinderte Neuordnung ? Sozialisierungsforderungen und Parteien­politik in den Westzonen 1945-1948 », in : Geschichte in Wissenschaft und Unterricht 1984/6, p. 354 sq.

45 Les leaders syndicaux sont souvent élus députés de leurs partis respectifs au parlement régional.

46 Cf. Werner Plumpe, Vom Plan zum Markt, Wirtschaftsverwaltung und Unternehmer­verbände in der britischen Zone, Düsseldorf 1987. Sur la renaissance des organisations syndicales industrielles et patronales, cf. Ingo Tornow, « Die deutschen Unternehmer­verbände 1945-1950, Kontinuität oder Diskontinuität », in Josef Becker et al., Vorgeschichte, op. cit.

47 Cf. Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 53 sq, Wolfgang Rudzio, « Die ausgebliebene Sozialisierung an Rhein und Ruhr, zur Sozialisierungspolitik von Labour-Regierung und SPD 1945-1948 », in : Archiv für Sozialgeschichte 1978, le même, « Das Ringen um die Sozialisierung der Kohlewirtschaft nach dem zweiten Weltkrieg », in : Hans Mommsen/Ulrich Borsdorf (éd.), Glück auf, Kameraden, die Bergarbeiter und ihre Organisation in Deutschland, Wuppertal 1979, le même, « Das Sozialisierungskonzept der SPD und seine internationale Realisierungschancen », in : Josef Foschepoth (éd.), Die britische Deutschland- und Besatzungspolitik, Paderborn 1985, Horst Lademacher, « Die britische Sozialisierungspolitik im Rhein- und Ruhr-Raum 1945-1948 », in : Claus Scharf/Hans-Jürgen Schröder (éd.), Die Deutschlandpolitik Großbritanniens und die britische Zone, Wiesbaden 1979 (repris sous forme abrégée dans Foschepoth, ibid.), enfin Rolf Steininger, « Die Rhein-Ruhr-Frage im Kontext britischer Deutschlandpolitik 1945-1946 » in : Geschichte und Gesellschaft Sonderheft 5, op. cit., et le même, « Reform und Realität, Ruhr-Frage und Sozialisierung in der anglo-amerikanischen Deutschlandpolitik 1947-1948 », in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte 1979/2.

48 En particulier, la crainte qu’une internationalisation permette à l’Union Soviétique d’accé­der à cette zone stratégique.

49 Gloria Müller, Mitbestimmung in der Nachkriegszeit, britische Besatzungsmacht, Unter­nehmer, Gewerkschaften, Düsseldorf 1987.

50 Sur les divergences au sein de l’administration américaine, cf. Dörte Winkler, « Die amerikanische Sozialisierungspolitik in Deutschland 1945-1948 » in : Geschichte und Gesellschaft Sonderheft 5, op. cit.

51 Cf. Gert Winter, « Sozialisierung in Hessen 1946-1955 », in : Kritische Justiz 7/1974, p. 157 sq., Weiß-Hartmann, FGB Hessen, op. cit., p. 166 sq. et 287 sq., et Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit., p. 260 sq.

52 Sur les conseils d’entreprise, à part les indications éparses dans la plupart des études mentionnées auparavant, cf. en particulier, Christoph Klessmann, « Betriebsräte und Gewerkschaften in Deutschland 1945-1952 », in : Geschichte und Gesellschaft Sonderheft 5, op. cit., Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit. (qui a dépouillé des archives de conseils d’entreprises), ainsi que Michael Fichter, « Aufbau und Neuordnung : Betriebsräte zwischen Klassensolidarität und Betriebssolidarität », in : Martin Broszat/ Klaus-Dietmar Henke/Hans Woller (éd.), Von Stalingrad zur Währungsreform, zur Sozialgeschichte des Umbruchs in Deutschland, Munich 1988, Peter Brandt, « Betriebs­räte, Neuordnungsdiskussion und betriebliche Mitbestimmung 1945-1948, Das Beispiel Bremen », in : Internationale wissenschaftliche Korrespondenz Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung 20/2 (juin 1984). Cf. aussi la thèse de Martin Rüther, Betriebräte in Köln von 1945 bis 1952, Cologne 1988, qui sera bientôt publiée.

53 L’expression est de von Plato, Nachkriegsjahre, op. cit. p. 46.

54 Les conseils d’entreprise font maintes fois passer l’intérêt de l’entreprise avant la logique de la dénazification en gardant des cadres compromis parce que leur qualification les fait apparaître comme indispensables : cf. à ce sujet Fichter, Aufbau, op. cit. p. 504, qui corrige en particulier les généralisations faites à partir de Tilman Fichter/Eugen Eberle, Betriebspolitik der KPD nach 1945 am Beispiel der Firma Bosch/Sieben Jahre offensiver Widerstand, Berlin 1974.

55 Sur l’évolution en zone britannique et la grève à Bode-Panzer, cf. Geschäftsbericht DGB, op. cit., p. 273, Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 87, Klessmann/ Friedmann, Streiks, op. cit., p. 35 sq., Hartmann, Geschichte, op. cit., p. 85 sq., enfin Müller, Mitbestimmung, op. cit., p. 146 sq.

56 Cf. Müller, ibid., p. 125.

57 Cf. Müller, ibid., p. 237.

58 Ce qui sous-entend que la grève est interdite. Les autorités britanniques refuseront d’ailleurs de préciser leur point de vue sur la grève malgré les demandes pressantes du secrétariat syndical de zone : sur cet épisode cf. Müller, ibid., p. 151 sq.

59 Cf. Steifert, Entstehung, op. cit., p. 333.

60 Cf. respectivement Weiß-Hartmann, FGB Hessen, op. cit., p. 206, Seifert, ibid., p. 334, Brandt, Betriebsräte, op. cit., p. 198.

61 Michael Berger, « Der Abbau sozialer Errungschaften und demokratischer Tradition in Baden 1946-1951 », in : Heiko Naumann, Vom Hotzenwald bis Wyhl, demokratische Traditionen in Baden, Cologne 1977.

62 Un florilège de citations illustrant cette position dans Walther Bernecker, « Die Neugründung der Gewerkschaften in den Westzonen 1945-1949 », in : Becker et al., Vorgeschichte, op. cit., p. 281-82 et Klaus Schönhoven, Die deutschen Gewerkschaften, Francfort/Main 1987, p. 207.

63 Cf. en particulier Schmidt, Verhinderte Neuordnung, op. cit., p. 134 sq., Klessmann/ Friedmann, Streiks, , op. cit., et Weiss-Hartmann, FGB Hessen, op. cit., p. 231 sq.

64 Cf. Schmidt, ibid., p. 92 sq.

65 Sur les luttes politiques à l’intérieur des syndicats cf. en particulier Christoph Klessmann, « Betriebsparteigruppen und Einheitsgewerkschaft », in : Vierteljahreshefte für Zeit­geschichte 31/2 (avril 1983).

66 Comparer Klessmann/Friedmann, Streiks, op. cit., p. 42 et Detje, Von der Westzone, op. cit., p. 164 sq.

67 Cf. Detje, ibid., p. 113 sq., ainsi que Jacobi-Bettien, Metallgewerkschaft Hessen, op. cit., p. 322 et Fichter, Aufbau, op. cit.

68 Arno Klönne/Helmau Reese, Die deutsche Gewerkschaftsbewegung, Hambourg 1972, p. 191, la même thèse est développée par Detje, ibid.

69 Cf. von Plato, Nachkriegsjahre, op. cit., p. 51 et le même, « Der Verlierer geht nich leer aus », Betriebsräte geben zu Protokoll, Berlin/Bonn 1984.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search