Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le modèle autrichien

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

Avant-propos

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Des taux d’inflation et de chômage très inférieurs à ceux des autres pays industrialisés et surtout une paix sociale rarement troublée ont valu à l’Autriche, au début des années quatre-vingt, d’apparaître aux yeux de beaucoup d’observateurs français comme une sorte d’oasis, un modèle à étudier et peut-être à imiter. Les choses ont un peu changé depuis : d’une part l’économie autrichienne – en particulier son industrie nationalisée – n’a pas été épargnée par les difficultés et d’autre part le paysage politique français s’est lui aussi modifié.

  • 1 Récemment le professeur Anton Pelinka a tout au plus diagnostiqué une certaine érosion. Cf. Anton P (...)

2Il n’en reste pas moins que le modèle autrichien, s’il n’est plus guère considéré comme un exemple à imiter – mais une telle imitation serait-elle possible ? – demeure un modèle d’organisation de la vie sociale et écono­mique original et plein d’enseignements. Certes, il n’apporte pas la solution miracle à tous les problèmes de notre temps, mais il continue à fonctionner de façon tout à fait satisfaisante dans le cadre de la République danubienne et résiste à tous les changements politiques1. Et qui sait s’il ne peut pas un jour prochain servir de modèle dont s’inspireront les sociétés et les écono­mies en pleine mutation de l’Europe centrale.

3Les articles qui suivent sont dus à la plume de quelques-uns des meilleurs connaisseurs du système autrichien : universitaires français et autrichiens et hommes de terrain ayant joué et continuant à jouer un rôle important dans le fonctionnement du système analysent l’histoire, la structure et le fonction­nement de ce modèle unique de coopération et de concertation entre forces sociales qu’on appelle en Autriche la Sozialpartnerschaft.

4Monsieur Thomas Lachs, ancien syndicaliste, dirigeant d’une grande banque nationalisée autrichienne ainsi que Monsieur Fritz Klenner, un des meilleurs spécialistes du syndicalisme autrichien, présentent d’abord une vue d’ensemble du système : édifice complexe, très centralisé, étendant ses rami­fications à tous les niveaux et dans tous les domaines de la vie politique, sociale et économique du pays, système fondé plus sur la volonté de concer­tation des partenaires sociaux que sur une législation contraignante. C’est le regretté professeur Karl Stadler (Linz) qui retrace ensuite les circonstances de la mise en place d’un système qui a conduit la société autrichienne de l’affrontement souvent sanglant à une sorte de consensus social organisé

5Des analyses fouillées et souvent critiques de la Sozialpartnerschaft sont ensuite présentées par le sociologue Bernd Marin (Vienne) et le politologue Anton Pelinka (Innsbruck). Ils démontent les mécanismes de son fonction­nement en mettant en lumière les avantages, mais aussi les risques inhérents à un système qui privilégie la stabilité au détriment de la participation et de l’innovation et qui a tendance à vider de sa substance la vie démocratique parlementaire en confiant un pouvoir de décision de plus en plus large à une nouvelle caste de technocrates et d’experts.

6En contrepoint, René Lasserre (Paris III) montre les profondes diffé­rences de structure, de tradition et de comportement entre les syndicalismes autrichien et français, permettant ainsi de mieux comprendre le caractère particulier de l’expérience autrichienne et l’impossibilité de la transposer dans un environnement social et économique différent. Enfin le docteur Heinrich Neisser, député ÖVP au Nationalrat, tout en ne faisant pas mystère de ses réserves et de ses craintes, montre que le principe de la Sozialpartnerschaft, précisément parce qu’il transcende les clivages poli­tiques et qu’il est accepté aussi bien par l’opposition que par la majorité, a toutes les chances de durer.

7Les particularités du modèle autrichien s’expliquent par la situation géopolitique du pays, mais aussi par son histoire. En matière de conclusion, notre collègue Joseph Rovan (Paris III) donne un raccourci brillant et éminemment suggestif de cette histoire en élargissant la perspective et en montrant comment l’Autriche a su tirer la leçon de ses erreurs et de ses malheurs tout en demeurant fidèle à ses traditions et à sa nature profonde.

8Le modèle autrichien n’est pas un produit d’exportation, mais c’est une expérience originale qui, dans le contexte spécifique autrichien, continue à faire la preuve de son efficacité et de sa viabilité. Bien que les articles ci-après aient été écrits, pour l’essentiel, entre 1982 et 1984, ils gardent toute leur valeur et ont pu être publiés tels quels, hormis quelques rectifications portant sur des points de détails. C’est une preuve de plus de la stabilité du système.

9à un moment où l’Autriche se rapproche de plus en plus de l’Europe communautaire, il nous a semblé intéressant de faire connaître à un public français plus vaste ces quelques études qui constituent une bonne intro­duction à la connaissance du modèle social autrichien.

Notes

1 Récemment le professeur Anton Pelinka a tout au plus diagnostiqué une certaine érosion. Cf. Anton Pelinka, « Die Erosion der österreichischen Sozialpartnerschaft » in : Revue d’Allemagne, tome XX, N° 1/2, 1988, pp. 88-96.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr