Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

Conclusion

Joseph Rovan

Texte intégral

1En organisant ce colloque, nous avions deux objectifs : d’abord faire prendre conscience des ambiguïtés de la notion de Mitteleuropa, d’Europe centrale – et je crois que nous avons bien senti que, vu de Vienne et vu de Berlin, cela n’a pas le même retentissement ni surtout les mêmes consé­quences politiques. Il est très important que tous ceux qui se servent de ce mot aujourd’hui en Europe aient clairement conscience du fait qu’il s’agit de contenus très différents selon leur contexte et qu’il faudrait peut-être appeler par des mots différents pour faciliter la compréhension.

2Le deuxième objectif était de répondre à une préoccupation : l’intérêt qui se manifeste dans certains pays d’Europe de l’Ouest aujourd’hui pour le développement des liens avec l’Europe de l’Est telle qu’elle est, est-il susceptible ou non de gêner le mouvement qui nous porte vers cette Europe fédérale qu’on vient d’évoquer à l’instant. Est-ce que, oui ou non, en nous préoccupant des questions d’Europe centrale, des liens entre tel ou tel peuple de l’Europe centrale, nous servons le dépassement des états nationaux, incapables dorénavant d’être un cadre pour la vie de nos peuples ? Ou est-ce qu’au contraire nous risquons de gêner ainsi la construction européenne ?

3Il est clair que sans l’Allemagne fédérale, tout ce que nous pouvons essayer de faire pour construire les États-Unis d’Europe est voué à l’échec. Et il est clair aussi que nous ne pouvons, à aucun moment demander à qui que ce soit en Allemagne fédérale ou de l’autre côté du rideau de fer, de renoncer à la politique des petits pas inaugurée après Helsinki. Le tout est de savoir si les petits pas sont opposés ou non aux grands pas, et si, sous prétexte de vouloir faciliter les échanges de familles et les voyages d’un côté ou de l’autre, nous serons contraints à ralentir ou à abandonner l’idée de la construction d’une Europe politique fédérale ?

4Mais, en fait, avons-nous autre chose à offrir aux peuples de l’Europe de l’Est qu’une politique qui progresse sur ces deux voies, qui cherche à chaque instant à améliorer la vie quotidienne des hommes et des femmes qui vivent dans ces pays et qui, en même temps, rappelle sans arrêt que les régimes qui dominent ces pays, qui tiennent ces peuples prisonniers sont des régimes totalitaires et que nous leur offrons, comme nous l’avons offert à l’Espagne et au Portugal et à la Grèce, de revenir occuper leur place dans l’Europe ? Il ne faut pas exclure l’idée de l’Europe centrale de la construction de l’Europe, mais l’y associer. Seul le transfert des compétences essentielles des États nationaux à l’Europe peut résoudre les problèmes régionaux.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter