Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988

 | 
Gilbert Krebs

Quatrième partie : Les travaux et les jours

Le Messager : Joseph Rovan

Essai d’une biographie franco-allemande

Hansgerd Schulte

Texte intégral

1Une semaine dans la vie de Joseph Rovan prise au hasard (extrait de son agenda) :

Lundi 26 septembre 1988

• 7h : travail à un article pour Documents

• dans la matinée : avion pour Munich

• 13h : déjeuner avec Klaus von Bismarck

• 14h : débat télévisé à la Radio bavaroise sur les affaires franco-allemandes

• soirée : discussion avec des hommes politiques

Mardi 27 septembre

• Matin : retour à Paris

• 13h : travail au BILD

• 15h : RV aux Affaires étrangères

• 17h : RV avec le directeur de la Fondation Konrad Adenauer à Paris

• 19h : RV aux Éditions Julliard au sujet de la publication de son livre : France-Allemagne, Deux nations - un avenir.

Mercredi 28 septembre

• Matin : travail à son Histoire de l’Allemagne

• 13h : déjeuner de préparation des stages de langue et d’information sur l’Allemagne pour jeunes cadres de l’Industrie et de l’Administration

• 15h : réunion préparatoire à un colloque franco-germano-espagnol

• dîner à la maison avec des amis

Jeudi 29 septembre

• départ pour Brême

• conférence et discussion au « Club zu Bremen » (un des plus vieux clubs d’hommes d’affaires en Allemagne – on y mange très bien)

Vendredi 30 septembre

• départ pour Karlsruhe

• discours sur « Histoire et perspectives des relations franco-allemandes »

• participation aux manifestations du 175e anniversaire des « Caisses d’épar­gne »

Samedi 1er octobre

• départ pour Nuremberg

• 50e anniversaire de Michael Stürmer : déjeuner avec de nombreux amis et responsables politiques.

• rentré tard dans la nuit à Paris

• minuit : promenade avec Arco et Elvire – depuis son enfance Joseph aime la présence affectueuse et tranquille des teckels.

2Commentaire de la semaine par Malou : « Vous êtes fou, Joseph! ».

3Madame Rovan a raison : il y a toujours un grain de folie dans les grandes entreprises des hommes et la vie de Joseph Rovan au service de la cause franco-allemande en est un bel exemple.

***

  • 1 Les passages entre guillemets indiquent qu’il s’agit de citations prises dans nos nombreux entretie (...)

4Joseph Rovan est né le 25 juillet 1918 à Munich et d’après nos recherches astrologiques sous le signe de Mercure. Son destin de messager était donc inscrit dans les faits et circonstances de sa naissance. En effet, quand on naît à Munich en 18, quand le père s’appelle Rosenthal et la mère Loewi, on était infailliblement voué à un destin migratoire après 1933. C’est ainsi que Joseph Rovan deviendra par la force des choses « ce Français avec un passé allemand »1.

Munich - Vienne - Berlin

5Arrêtons-nous quelques instants sur ce passé allemand pour mieux com­prendre les pérégrinations du messager. Le père, Erich Rosenthal était le fils d’un industriel du textile ce qui lui valut le double avantage de pouvoir vivre de ses rentes sans travailler et de faire une thèse de doctorat sur « Le com­merce du coton à la Nouvelle-Orléans » qu’il soutint en 1913 à Leipzig sous la direction du célèbre historien Karl Lamprecht. La mère, Ella Loewi, était bavaroise depuis des générations, de sorte que le père est devenu bavarois par alliance tout comme le fils devait plus tard adopter l’Auvergne, le pays natal de sa femme.

6Joseph vécut les trois premières années de sa vie à Murnau, près de Munich, dans une confortable maison bourgeoise. Monsieur Rosenthal, en bon patriote allemand, avait investi toute sa fortune dans les emprunts de guerre pour tout perdre après la défaite. Il fallait donc bien se résoudre à gagner sa vie. Madame Rosenthal avait des parents à Vienne qui entrete­naient un grand commerce de bois dans lequel son mari est entré en 1921, ce qui a entraîné l’installation de la famille dans la capitale autrichienne jus­qu’en 1929. Ces années viennoises ont profondément marqué le jeune Joseph qui y a vécu les conséquences immédiates de la dislocation de la monarchie des Habsbourg. Plus tard, il devait consacrer son premier travail universitaire, un diplôme des sciences politiques, aux tentatives de l’empe­reur Charles pour sauver la monarchie austro-hongroise par le fédéralisme. En tout cas, ses souvenirs de jeunesse sont plutôt attachés à Vienne qu’à Berlin où le père s’installa avec sa famille en 1929 après avoir été à nouveau ruiné par la crise économique. Il changea encore une fois de métier et devint conseiller fiscal. Sur le plan politique, Monsieur Rosenthal était un libéral-social proche de Friedrich Naumann. Converti au protestantisme, il se sentait si profondément allemand qu’il ne pouvait accepter Hitler par fierté natio­nale. Le jour du premier boycott des magasins juifs, le 1er avril 1933, il dit à son fils : « Joseph, je ne resterai pas un jour de plus dans un pays qui me montre un tel mépris, à moi qui suis depuis des générations d’une famille de citoyens loyaux et qui ai donné toute ma fortune à la patrie ». Le lendemain il partit pour ne plus jamais retourner en Allemagne. Après de brefs séjours exploratoires en Suisse et en Hollande, il finira par s’établir à Paris. Il avait en effet des affinités françaises pour avoir fréquenté le lycée huguenot à Berlin. Est-ce l’ironie du sort ou plutôt la logique symbolique d’une vie vouée à la haine des nazis si Monsieur Rosenthal se met maintenant à déve­lopper un procédé chimique de dératisation et qu’il s’acharne à poursuivre les rats dans les bas-fonds de Paris. En tout cas, cette modeste entreprise de dératisation fera vivre sa petite famille pendant les années à venir et assurera à son fils une éducation de qualité qui lui permettra l’insertion dans la culture française.

7En effet, Joseph rejoint son père à Pâques 1934, après avoir accompli son année scolaire au fameux Friedrichswerder Gymnasium de Berlin. Il rentre en seconde au lycée Carnot de Paris où professeurs et élèves l’accueillent avec sympathie. C’est là que commencera sa carrière scolaire et univer­sitaire. Avec l’aide de son père, et souvent dans les hurlements et les pleurs, il apprend le français dont il n’avait que quelques notions élémentaires. Un an après, il est présenté au Concours Général de Français. Il passe la pre­mière partie du bac dès 1935 et la seconde en 1936. C’est pendant ces deux années que se fera le passage d’une culture à l’autre, que ce jeune homme doué pénètre avec passion l’univers prodigieux des écrivains et philosophes français. Là encore, le rôle du père est capital. Si d’un côté il a facilité l’inté­gration dans la culture française, il maintient de l’autre le contact avec la langue et la culture allemandes, ce qui permet à Joseph de devenir cet être bicéphale, familier de deux civilisations et messager entre deux mondes.

8Il accomplit ses études universitaires avec la même aisance et la même rapidité : licence d’allemand d’abord, pour être le plus tôt possible en mesure de gagner sa vie, diplôme de sciences politiques ensuite et pour finir une licence en droit sans avoir jamais suivi aucun cours pour cette dernière. Parmi ses maîtres en allemand, c’est surtout Edmond Vermeil qui l’a profon­dément marqué avec sa conception d’ouverture de la germanistique tradi­tionnelle aux problèmes de civilisation et à l’étude de l’Allemagne actuelle. Cette orientation explique également son goût pour l’histoire, les sciences politiques et le droit. Il termine ses études en 1939 et envisage de faire une thèse de doctorat en droit international privé pour devenir avocat dans un domaine qui était encore assez fluctuant, et par conséquent, susceptible d’inventions créatrices. Mais la guerre devait changer tous ses plans.

9Avant d’aborder cette nouvelle étape dans le récit de sa vie, il convient de s’interroger sur les influences intellectuelles et spirituelles que le jeune homme a reçues pendant ses années de formation. Déjà le lycéen se sent fortement attiré par la revue Esprit et le groupe de catholiques de gauche autour de son directeur Emmanuel Mounier. À travers les articles parus dans Esprit il fait connaissance des grands textes des Pères jésuites Henri de Lubac et Gaston Fessard – notamment les Aspects sociaux du dogme du premier et du second le livre sur les rapports entre le catholicisme et le communisme – tous deux sont devenus ses maîtres à penser. Il doit égale­ment à Esprit la connaissance de Jean-Marie Soutou, un des collaborateurs de la revue, qui par le hasard d’une rencontre dans une gare pendant l’exode de 1940, allait devenir « l’ami depuis toujours ». Le fait important est que Joseph Rovan se sent en parfait accord avec le catholicisme tel qu’il est vécu par le groupe de la revue Esprit. Cette communauté fondamentale de pensée est sûrement à l’origine de sa conversion du protestantisme au catholicisme. Ses parents, tous deux des protestants actifs, bien que d’origine juive, lui avaient tout naturellement donné une éducation religieuse protestante. En plus de cette affinité intérieure avec la foi catholique, Joseph se sent attiré par le côté baroque de l’église de Rome, mais également par la Amtskirche – l’église officielle – avec sa hiérarchie, ses structures rassurantes, son dogme, son credo, etc., alors qu’il éprouve une certaine aversion à l’égard du flou et des incertitudes des sectes protestantes, notamment dans les milieux des anthroposophes autour de Rudolf Steiner avec lesquels ses parents étaient en contact. Toujours est-il qu’il choisit le catholicisme comme la forme et l’ex­pression adéquates de sa foi chrétienne.

10C’est le moment de dire un mot sur ses rapports avec le judaïsme. Joseph Rovan a été allemand et protestant, catholique et français, mais jamais il ne s’est senti juif, bien que d’origine juive des deux côtés, paternel comme maternel. Ses parents s’étaient détachés très tôt du judaïsme pour vivre dans une atmosphère entièrement chrétienne. C’est Hitler qui lui a appris qu’il était juif, c’est lui qui lui a imposé du dehors son identité juive, c’est lui qui l’a obligé de se faire une conscience de la judaïté que naturellement il n’avait pas. Comme pour beaucoup de juifs allemands, c’était un des aspects absurdes et tragiques de l’antisémitisme hitlérien. Quant à Joseph Rovan, il s’est toujours trouvé dans une situation complexe par rapport au judaïsme : d’un côté, la religion juive lui était étrangère et de l’autre il devait se sentir solidaire avec le peuple juif, surtout après les atrocités qu’il venait de subir sous le régime nazi.

Lyon et la Résistance

11« Entrer en résistance, c’était un processus progressif » se remémore Rovan pour qui c’est le premier engagement politique au niveau de l’action. À la fois par goût des nuances et par souci de vérité historique, il n’a cessé d’insister sur le fait qu’en 1940 l’idée même d’entrer en résistance était « une idée tout à fait neuve ». Après l’armistice, personne ne songeait à continuer la guerre en quelque sorte « à titre privé ». Le gouvernement du maréchal Pétain apparaissait à cette époque comme un gouvernement légal et reconnu par la grande majorité des Français. Commentaire de Rovan :

« On a donc inventé, en quelque sorte, la résistance en la faisant, petit à petit, chacun à sa manière ».

12Nous allons donc essayer de retracer les différentes étapes de ce chemi­nement à partir d’actions isolées plus ou moins légales jusqu’à la résistance officielle qui, pour Joseph Rovan, devait se terminer dans le camp de concentration de Dachau en juillet 1944.

13Rovan a fait la drôle de guerre de la façon suivante :

« j’avais été soldat, j’avais bien couru. J’ai réussi à courir si vite que je me suis retrouvé à deux ou trois kilomètres de la limite de la zone d’occupation, ce qui était bien agréable, parce que j’étais ainsi ‘de l’autre côté’ ».

14Il se fait démobiliser à Limoges et s’établit à Lyon où il s’engage dans une organisation créée par un prêtre catholique pour aider la masse des réfugiés qui afflue vers la zone non occupée, des Belges et des Alsaciens qui ne peuvent rentrer chez eux, mais aussi des juifs de toutes nationalités. L’asso­ciation s’appelle Les Amitiés chrétiennes et le prêtre fondateur est l’Abbé Alexandre Glasberg, un juif polonais converti au catholicisme. Jean-Marie Soutou est de son côté le directeur de cette entreprise très particulière. étant donné que cette association poursuit des buts caritatifs, elle est placée sous la haute protection du Cardinal-Archevêque de Lyon, Monseigneur Gerlier, qui est politiquement très à droite et fidèle au maréchal Pétain. Cette « couver­ture » s’avéra fort utile quand Les Amitiés chrétiennes commencent à s’oc­cuper non seulement des réfugiés, mais encore des jeunes officiers qui souhaitent rejoindre Londres et en outre des personnes qui sont dans des situations illégales et pour lesquelles on se met à fabriquer de faux papiers: des passeports, des cartes d’identité, des cartes de ravitaillement et de faux certificats de naissance. C’est à ce moment d’ailleurs que Rovan se donne à lui-même sa première carte d’identité française au nom de Louis Rivier, alors qu’il était officiellement apatride d’origine allemande. En été 1942, une nouvelle étape dans le glissement progressif vers la résistance est franchie lorsque le gouvernement de Vichy, sous la pression des autorités nazies, décide de livrer aux Allemands les étrangers juifs qui vivaient dans la zone sud, sous prétexte de protéger les juifs français. C’est ainsi que plusieurs milliers de malheureux sont enfermés dans les camps d’internement. Les responsables des Amitiés chrétiennes, sous prétexte d’apporter des vivres et des vêtements, reçoivent l’autorisation d’entrer dans ces camps. En réalité, avec la complicité de l’administration française, ils sont seulement là pour demander aux parents de leur confier leurs enfants mineurs, qu’ils placent dans des couvents de la région lyonnaise. Ceux-là ont survécu, alors que les enfants dont les parents ne voulaient pas se séparer sont tous morts à Auschwitz. Cette action vaut à l’Archevêque de Lyon des remontrances de la part de Laval, le chef de gouvernement de Pétain, et « son âme damnée ». Mais le Cardinal dira qu’il ne savait rien de tout cela et c’était vrai. Ce disant, il couvrait ses subordonnés et leurs collaborateurs.

15Parallèlement et en rapport avec l’action des Amitiés chrétiennes, des prêtres catholiques, et notamment des prêtres jésuites, commencent à s’op­poser à Vichy en fondant une revue clandestine Témoignage Chrétien. Elle a pour but d’expliquer aux catholiques français, dont beaucoup sont à ce moment pro-Vichy, qu’il est extrêmement grave pour un chrétien de colla­borer avec le nazisme qui, à leurs yeux, n’est rien d’autre qu’un paganisme athée et criminel. Ainsi le premier numéro clandestin porte comme titre : France, prends garde à perdre ton âme. L’animateur principal de Témoi­gnage Chrétien est un jésuite lyonnais, le Père Chaillet, et l’instigateur spiri­tuel, le Père de Lubac, cette grande figure du catholicisme français, qui est, à la fois par son humanisme et par sa réputation de théologien, le maître à penser de toute une génération d’intellectuels chrétiens. En tout cas, il a profondément influencé Joseph Rovan qui est resté en contact avec lui jusqu’à ce jour. Âgé de 90 ans, il a été fait cardinal il y a quelques mois par le Pape Jean-Paul II. Ce qui importe dans le contexte des divers mouvements de résistance, c’est qu’avec le groupe de Témoignage Chrétien un fort courant de lutte contre le nazisme est né au sein du catholicisme français.

Faux papiers et fausses identités

16En novembre 1942, un nouveau palier dans la formation de la résistance est atteint lorsque la zone sud est occupée à son tour par les troupes alle­mandes en réponse au débarquement allié en Afrique du Nord. Cette fois-ci la Gestapo avec Klaus Barbie fait son entrée à Lyon. Il faut combattre l’ennemi sur place et les méthodes de la Gestapo n’ont rien à voir avec celles de la police française, souvent complice. On entre dans une phase massive de la Résistance quand Laval décide d’envoyer les jeunes Français en service de travail obligatoire (S.T.O.) en Allemagne. Ceux qui se refusent à la déportation se retrouvent dans le maquis où la résistance prend maintenant une forme plus organisée. Les jeunes gens sont encadrés et formés par des officiers de métier, et chacun y assume une responsabilité quasiment offi­cielle. Rovan est chargé de la fabrication et de la distribution des faux papiers pour la résistance dans toute la zone sud. Il a des dizaines de collabo­rateurs avec lui, il dispose de presses pour imprimer les papiers et il établit des liens avec les mairies pour avoir les tampons, bref « c’était une véritable usine ». En même temps, la répression se fait plus dure et il faut rivaliser de ruses et de subtilités avec la Gestapo et ses collaborateurs français. Par exemple, pour la fabrication de fausses cartes d’identité, il fallait choisir des noms dont les titulaires ne risquaient pas de rencontrer les vrais porteurs ou d’être démasqués par la Gestapo qui, dans les mairies, pouvait contrôler les registres de naissance. Mais fort heureusement ces registres ne comportaient pas mention des décès, ce qui amène Rovan et son collègue pour la zone nord, le romancier François Vernet, à choisir les noms des morts-nés pour les donner aux responsables les plus élevés de la résistance. Quand Joseph et François furent arrêtés ensemble, l’identité de mort-né du second résista à la Gestapo, mais hélas point au typhus.

17Profitons en pour parler un peu des différents noms que Rovan lui-même a portés. S’il y a en effet une remarquable continuité dans la personnalité de Joseph Rovan, il n’en est pas de même de son identité administrative. Né Rosenthal, le nom de Rovan lui est venu dans un rêve, de sorte qu’une inter­prétation freudienne par les mécanismes du subconscient nous semble indis­pensable : les deux premières lettres « R » et « O » sont évidemment les mêmes dans les deux noms, le « van » est la contraction phonétique de « vallon » qui est la traduction de « Tal ». C’est ainsi que Rovan assume même dans le rêve – qui est comme chacun sait « la voie royale vers le sub­conscient » – son destin de « français avec un passé allemand ». Il utilise le nom de Rovan pour la première fois en 1939 pour signer un article que Claude Gallimard lui avait demandé pour la revue Nouveaux Cahiers que celui-ci venait de créer avec une orientation plus politique face à la NRF.

18Pendant la résistance, il s’appelle d’abord Louis Rivier. Quand la Gestapo découvre que c’est une fausse identité, il donne sous la torture le nom de Pierre Citron, le nom de son meilleur ami du lycée Carnot qui, à l’époque, se battait en Afrique du Nord, de sorte qu’il ne risquait pas de réapparaître de sitôt en France. Il est quand même revenu après le débarque­ment pour terminer sa carrière comme éminent professeur dans notre Université. À Dachau, Rovan porte donc le nom de Citron sans que jamais on ne découvre son identité juive. Il y a des miracles ou des anges gardiens pour sauver une vie.

19C’est en février 1944, que Rovan est arrêté par la Gestapo lorsqu’il est en « voyage d’affaires » chez son homologue de Paris qui coordonne la fabri­cation des faux papiers pour la zone nord. Il a commis la grande imprudence de se rendre à son domicile au lieu de le rencontrer dans un endroit neutre, comme les règles de sécurité l’exigeaient. « Mais enfin, quand on vit pendant des années en clandestin, il y a parfois des défaillances. Il faisait froid, c’était bien chauffé chez lui, il y avait de quoi manger ». Dans un certain sens, Rovan a eu de la chance d’être arrêté par la Gestapo de Paris qui le prend pour un subordonné sans importance alors qu’il est connu et recherché par la Gestapo de Lyon ce qui, sans doute, lui évite de faire la connaissance de Klaus Barbie et de ses tortionnaires. Il fera quand même la connaissance de « la baignoire » : « Mais enfin c’était juste une journée et cela n’a pas dépassé mes capacités de supporter ». C’est dit avec cette pudeur émouvante des gens qui ont vraiment souffert.

20Ensuite, il y a le débarquement en Normandie et les Allemands vident les prisons en envoyant tout le monde dans les camps de concentration. Pour Joseph Rovan, c’était Dachau en juillet 1944 « où j’ai eu l’occasion de passer jusqu’à ma libération le 29 avril 1945, quelques mois dans ce lieu de villégiature ». Il est entré avec le numéro 76 657, une numérotation qui courait depuis 1940. Sur « ces mois de villégiature » Rovan a tout dit dans les Contes de Dachau. Pour moi, c’est son livre le plus personnel et le plus émouvant. Il faut le lire pour comprendre pourquoi et comment ces hommes et ces femmes ont lutté et souffert. Aussi l’a-t-il dédié à ses deux fils : « Pour mes fils Christophe et Benoît, afin qu’ils sachent ».

Pas de mini-Dachau en France

21Dans l’immédiat après-guerre, Rovan se consacre à deux activités essen­tielles et complémentaires : à une activité politique et administrative comme collaborateur du ministre des Armées, Edmond Michelet (1945-46) et à une activité intellectuelle et journalistique comme secrétaire de rédaction de la revue Esprit (1945-46). Il avait fait la connaissance de Michelet à Dachau où celui-ci avait été choisi comme porte-parole du groupe français. C’est précisément sur la base de cette expérience commune dans les camps de concentration que le ministre des Armées charge Rovan de superviser le million de prisonniers de guerre allemands qui se trouvent alors en France, afin d’éviter que les « camps français ne deviennent une suite de petits Dachau ». Rovan a essayé de soulager leur sort dans la mesure du possible et même si récemment encore, dans un débat dans la presse, des voix critiques se sont fait entendre parmi les anciens prisonniers, il est juste de dire que Rovan a mis tout en œuvre pour éviter le pire, pour que le traitement infligé aux Allemands vaincus soit à la hauteur de « l’Allemagne de nos mérites ». Contrairement aux Anglo-saxons, la France n’a pas de doctrine cohérente de rééducation de sorte que ceux qui en ont la charge sont livrés à leur inspira­tion. C’est ainsi que Rovan développe sa propre philosophie qui consiste à faire préparer l’Allemagne de demain par les Allemands eux-mêmes, de ne rien imposer de l’extérieur et de s’assurer seulement que les futures élites en soient capables. Pour cela il crée un certain nombre de centres de formation, notamment celui de Saint-Denis, où de jeunes officiers allemands pleins de talent se donnent mutuellement une véritable formation universitaire qui dans la plupart des cas leur assurera une brillante carrière dans la nouvelle Allemagne. Rovan se contente de fixer les critères d’admission à ces univer­sités pour jeunes officiers : il fallait avoir moins de trente ans et être Ritter­kreuzträger, à l’exclusion toutefois des S.S. Les prisonniers organisent les cours eux-mêmes, ils sont leurs propres enseignants, aucun Français perma­nent n’est affecté au centre. À leur demande, on leur fait venir les confé­renciers qu’ils veulent entendre et les livres qu’ils souhaitent lire. En dehors de Saint-Denis, Michelet crée un séminaire pour prêtres catholiques à Chartres et un autre pour pasteurs protestants à Montpellier. Le principe est toujours le même : laisser les Allemands se former par eux-mêmes pour leur permettre de préparer leur avenir.

22Dans toutes les étapes de la vie de Rovan, la réflexion critique a toujours accompagné son action politique. L’article L’Allemagne de nos mérites, paru le 1er octobre 1945 dans la revue Esprit en est un exemple célèbre. Il ne faut certes pas forcer ce texte, mais avec ses accents sincères et graves il contient à mon sens la vision de l’avenir franco-allemand dans la construction de l’Europe. L’idée directrice en est simple et généreuse. Après la capitulation sans conditions du Reich, l’Allemagne est physiquement, moralement et politiquement anéantie. Rovan note :

  • 2 "L’Allemagne de nos mérites », in : Esprit. 13e année, n° 115 du 1er octobre 1945, p. 530

« Cette extinction totale de la souveraineté nationale qui frappe un des grands peuples de l’Europe est un fait trop neuf pour que nous puissions l’accepter sans réflexion ».2

23En effet, aucun pays des temps modernes n’a été dans une situation pareille. L’Allemagne n’existant plus, un traité de paix comme celui de Versailles n’est même plus possible. Or, ce qui me paraît essentiel dans l’analyse de Rovan, c’est que dès ce moment il lie la France à l’Allemagne, qu’il voit très clairement une communauté de destin des deux peuples à l’intérieur de l’Europe.

  • 3 Ibid., p. 534

« N’oublions pas que l’Allemagne a précipité l’Europe avec elle dans sa ruine ... D’une preuve éclatante et décisive, l’Allemagne nous a prouvé la solidarité de nos destins ».3

24Il s’ensuit comme seule conclusion possible :

« La France a charge de l’Allemagne. Puisqu’il n’y a plus d’Allemagne, l’Allemagne sera ce que nous ferons d’elle ».

25Rovan y voit la pierre de touche de tout ce qu’ils ont dit et défendu pendant la résistance sur la dignité de la personne et les droits de l’homme, sur la démocratie et sur la supériorité intellectuelle, sur toutes ces valeurs qui étaient l’enjeu de leurs luttes.

  • 4 Ibid., p. 540

« Si la devise de la République n’exprime plus la vocation universelle de la France, en quel nom la résistance a-t-elle résisté ? L’épouvantable plaie que l’Allemagne étale maintenant au cœur de l’Europe jugera l’œuvre des nations. L’Allemagne de demain sera la mesure de nos mérites ».4

26à ce niveau de notre étude sur l’action politique et intellectuelle de Joseph Rovan, plusieurs remarques s’imposent. Il est clair que pour lui la guerre déclenchée par Hitler était une guerre civile européenne et non une guerre nationale. Par conséquent, il ne faut pas effacer l’Allemagne, mais au contraire l’aider à retrouver sa place parmi les peuples civilisés au sein de l’Europe. La lutte contre les nazis pendant la résistance et la reconstruction de l’Allemagne après 1945 sont pour Joseph Rovan intimement liées, c’est au fond le même combat en faveur d’un humanisme authentique sur le plan moral et en faveur d’un modèle franco-allemand pour la construction de l’Europe sur le plan politique. Enfin, force est de constater que cette œuvre de réconciliation franco-allemande est à ses premiers débuts le fait de quelques personnalités isolées et non d’une politique gouvernementale concertée. Ces franco-allemands de la première heure ont très souvent souffert personnellement des atrocités du régime nazi, très souvent ils sortent des camps de concentration. Joseph Rovan est de ceux-là.

Troisième expérience allemande

27En 1947, le capitaine Jacques Deshayes – cette fois-ci un prêtre catho­lique converti au communisme pour peu de temps – chargé des questions de jeunesse dans l’administration culturelle de la zone française, fait venir Joseph Rovan à Baden-Baden pour s’occuper du secteur des mouvements de jeunesse et de l’éducation populaire dont il avait quelque expérience, puis­qu’il était depuis 1945 secrétaire général de Peuple et Culture. Rovan aura précisément pour mission de développer les Volkshochschulen, ces univer­sités populaires que les nazis avaient fermées et qui devaient jouer un rôle si important dans l’éducation des adultes en Allemagne jusqu’à nos jours. À cette époque un peu confuse et peu structurée par une conception d’ensem­ble, presque tout dépend des initiatives et de l’imagination des personnes en présence. Rovan organise des séminaires, notamment à Titisee en Forêt Noire, pour former les responsables des Volkshochschulen. Les rencontres entre jeunes Français et Allemands ont beaucoup de succès. En l’été 1948 – cette fois-ci à Constance – un jeune homme ‘l’air très malin’ se présente : « Je représente les étudiants protestants français ; je m’appelle Michel Rocard ».

28Joseph Rovan raconte qu’il s’est beaucoup amusé pendant cette période, puisqu’il pouvait laisser libre cours à son imagination et organiser sa vie suivant le « principe du devoir » qui en même temps est celui du plaisir. Il ne cesse de parcourir l’Allemagne de bout en bout, il organise des rencontres et des sessions partout, même en zones américaine et anglaise, ce qui était à la limite de la légalité, il cherche et rencontre des personnes intéressantes, comme par exemple Klaus von Bismarck à Vlotho ou la sociologue irlan­daise Lanah Grennan dans la Ruhr ou encore à Berlin-Est, Heinz Kessler, l’actuel ministre de la Défense de la RDA. Mais quels sont donc les résultats concrets de l’action du « chef de bureau chargé de l’éducation perma­nente » – tel est son titre officiel – au sein de l’administration culturelle de la zone d’occupation française ? En préparant la réouverture pour soutenir l’essor des Volkshochschulen il a créé un centre de documentation pour pouvoir diffuser des publications françaises aux universités populaires allemandes, ce qui est particulièrement important à une époque où l’Alle­magne manque de devises. Ensuite, il a créé un corps de lecteurs « itiné­rants » au service des activités de jeunesse et d’éducation populaires dans tous les Länder de la République fédérale d’Allemagne. Un petit nombre subsiste jusqu’à aujourd’hui auprès des services culturels de l’Ambassade de France et un, au moins, est devenu célèbre : il s’agit de Jean-Marie Zemb, actuellement professeur au Collège de France et auparavant notre collègue à Asnières. Il sera plus tard à l’origine d’une nouvelle étape dans la vie de Joseph Rovan, puisqu’il l’a ramené vers une carrière universitaire : chargé de créer en 1968 le département d’allemand de l’université de Paris-Vin­cennes, il fera appel à Rovan qui accepta.

29Il convient de nous interroger sur le contexte politique dans lequel s’est effectuée l’action de Rovan et de ses collègues à Baden-Baden. À travers son témoignage et d’après les documents d’époque que j’ai pu consulter, il semble bien qu’il n’y ait pas eu de la part du gouvernement français une conception cohérente ni pour la rééducation des Allemands ni pour l’action de politique culturelle dans la zone française. Rovan ne se souvient pas d’avoir reçu d’ordre de quelque hiérarchie supérieure que ce soit, ni d’avoir lu un papier officiel fixant les grandes orientations d’une politique à suivre. Il semble au contraire y avoir eu une multitude d’attitudes divergentes, voire même contradictoires, des rivalités de compétence entre différentes adminis­trations civiles et militaires et enfin de petites guerres franco-françaises avec des alliances transnationales franco-allemandes. Dans ce désordre général et souvent sympathique, des fortes personnalités ont leur chance, comme Raymond Schmittlein, le chef de l’administration culturelle et éducative en Allemagne. Il joue un rôle de premier plan dans le rétablissement de la vie culturelle et notamment du système scolaire et universitaire en zone fran­çaise.

30C’était un Alsacien de Belfort, catholique et germaniste et plus tard député. Déjà avant 1939, il travaillait dans les services culturels. Ainsi la guerre l’a surpris comme directeur de l’Institut Français à Kaunas en Lithua­nie. Il rejoint le général de Gaulle à Londres, devient son premier représen­tant à Moscou, se bat en Afrique à Bir-Hakeim contre Rommel et enfin, après la guerre, il prend possession de l’hôtel Stephanie à Baden-Baden pour y diriger les services culturels français avec le grade de général. Rovan porte sur lui un jugement extrêmement positif : « Schmittlein était un patron extra­ordinaire par la vigueur, la force morale et physique, par la volonté de réussir et par la solidarité avec ses subordonnés ». Il est secondé par Madame Giron, directrice générale adjointe, une femme d’une compétence et d’une valeur exceptionnelles. Elle vient de mourir il y a quelques mois. De surcroît, elle avait été la secrétaire de de Gaulle à Londres, de sorte que l’accès direct au Général est assuré, ce qui représentait un poids politique considérable, notamment en face de l’administration militaire du général Koenig.

31Dans ces circonstances et en l’absence de directives gouvernementales, ces deux personnalités de grande envergure ont la chance de réaliser leur vision de la reconstruction culturelle de l’Allemagne. Elle consiste essentiel­lement à transposer le plus possible du système éducatif français dans la réalité allemande, ce qui ne manque pas de susciter de vives oppositions voire même de l’obstruction du côté allemand. Schmittlein décide d’abord de rouvrir l’université de Mayence que la Révolution française avait fermée, avec l’intention de créer une université d’un type nouveau, ce qui s’est avéré faux. Ensuite, il veut introduire le principe de l’ENA en Allemagne en fon­dant une École Supérieure d’Administration à Spire : elle est devenue une bonne université, mais certes pas l’ENA allemande. L’école d’Interprètes de Germersheim est également son œuvre, une bonne réussite, même si l’on y fait beaucoup d’anglais. Dans l’enseignement secondaire, l’intention de vouloir introduire le baccalauréat centralisé d’après le modèle français ou de remplacer les Pädagogischen Akademien par les écoles Normales d’institu­teurs ne sont pas des initiatives heureuses. Par contre, l’envoi d’une trentaine de lecteurs de français dans les universités allemandes et un nombre appré­ciable d’assistants dans les lycées, la création d’excellents Instituts Français à Fribourg, Stuttgart et Tübingen, par exemple, sont autant de réussites incontestables. Dans l’ensemble, le bilan de l’action culturelle de Raymond Schmittlein et de ses services peut être considéré comme largement positif, même si cette politique de « francisation » à outrance s’est heurtée à des réticences compréhensibles. Avec ses improvisations et la large place faite aux initiatives personnelles, elle est en tout cas caractéristique de cette pre­mière période des pionniers du franco-allemand. Une dernière anecdote racontée par Rovan illustre bien cet état d’esprit. Pour réaliser ses projets ambitieux, Schmittlein a besoin de beaucoup d’argent. C’est alors que le général se transforme en ingénieux homme d’affaires en donnant le mono­pole de la production des livres scolaires – il fallait bien remplacer les livres de classe nazis où La Lorelei était attribuée à un auteur inconnu – à la maison d’édition Burda à Offenburg moyennant une participation aux béné­fices. La présence d’énormes quantités d’argent allemand dans les tiroirs du bureau de Schmittlein donne lieu à des spéculations les plus extravagantes : on va jusqu’à supposer l’existence d’une machine à fabriquer des billets de marks dans les caves de l’Hôtel Stephanie.

L’Italie

32Rovan revient en 1951 en France pour entrer à l’UNESCO avec un contrat d’expert qui le conduit en Italie où il s’occupe essentiellement des problèmes de la télévision comme moyen pédagogique dans l’éducation des adultes et en particulier comme moyen de lutte contre l’analphabétisme dans le sud de l’Italie. Il s’attache de plus en plus à ce pays, commence à écrire sur les problèmes italiens et pense aborder une nouvelle époque dans sa vie en se consacrant entièrement à l’Italie. Le messager franco-allemand a failli se transformer en messager franco-italien ! Mais pour notre bonheur la convergence de deux circonstances heureuses s’est opposée à la tentation italienne : le retour de de Gaulle au pouvoir en 1958 et avec lui celui de Michelet au ministère des Anciens Combattants d’abord et de la Justice ensuite et enfin et surtout son mariage avec Marie-Louise Delrieu. Nous croyons savoir de source sûre que ce dernier facteur a été déterminant pour fixer Joseph en France. Depuis, Malou Rovan accompagne les turbulentes activités de son mari avec sérénité, parfois aussi avec un regard ironique, voire même critique, mais toujours avec une profonde sympathie, alors qu’il n’est pas facile tous les jours. C’est elle qui a achevé son enracinement dans la France profonde en le conduisant dans son Auvergne natale où ils ont une merveilleuse maison. « Et ils eurent deux fils ».

33Dans le cadre de ses activités ministérielles, il prépare pour Michelet les conseils des ministres où au début de la 5ème République l’on pouvait faire passer des lois par simple voie d’ordonnance sans avoir recours au vote du Parlement. Ensuite, Michelet est nommé Garde des Sceaux et Rovan réflé­chit sur les réformes de l’administration pénitentiaire. Il aurait voulu suppri­mer la peine de prison pour les trois quarts des cas car « la prison est produc­trice de prison ». La promiscuité dans les prisons fait que les condamnés légers ou les condamnés à titre préventif sont contaminés par les autres. Il en veut pour preuve une simple comparaison de chiffres : en 1958 et en pleine guerre d’Algérie, on compte 30 000 détenus dont 10 000 FLN. Aujourd’hui il y en a 50 000, donc beaucoup plus. Il s’ensuit que la prison ne semble pas un instrument efficace pour prévenir la délinquance. Rovan pense que 10 000 places pour les grands criminels et les récidivistes seraient suffisantes pour un pays comme la France. Le reste devrait faire l’objet d’un traitement social. était-il en 1958 si loin des réflexions de l’actuel Garde des Sceaux ?

34Son autre préoccupation politique à cette époque est l’affaire algérienne. étant donné que Michelet est le pivot du groupe des ministres convaincus de la nécessité d’une entente avec l’insurrection algérienne, il est directement impliqué dans le processus qui devait conduire à l’indépendance à laquelle, bien sûr, comme son chef, il aurait préféré une communauté franco-algé­rienne. Pour Rovan la réconciliation franco-allemande et la réconciliation franco-algérienne sont les deux grands problèmes binationaux que sa géné­ration avait à résoudre.

Journaliste - Professeur

35Il quitte Michelet en 1960 pour se consacrer avec plus d’intensité à ses activités de journaliste, d’historien et d’homme de lettres. Nous l’avons dit, ce besoin de réflexion et d’explication a toujours accompagné son action politique. Ainsi de 1947 à 1983 jusqu’à leur disparition, il collabore réguliè­rement aux Frankfurter Hefte. Cette revue dont les principaux responsables du côté allemand sont Eugen Kogon et Walter Dirks était à l’origine un peu l’équivalent de la revue Esprit avec son orientation « catholique de gauche ». Rovan y écrit deux ou trois articles par an sur les affaires françaises. En cela il reste fidèle à sa vocation première : expliquer la France aux Allemands et l’Allemagne aux Français. C’est dans cette logique qu’il faut comprendre sa participation à Documents et plus tard la prise en charge de la revue. Depuis 1955 et parallèlement à ses activités italiennes, il exerce les fonctions de correspondant permanent du Mannheimer Morgen à la suite du départ de son ami, l’écrivain allemand Eckhart Peterich pour l’Institut Goethe de Milan.

36Un autre ami, Walter von Cube, que Rovan avait fait venir comme instructeur au Centre de Saint-Denis, lui demande de collaborer à la radio bavaroise dont Cube est devenu le directeur après son retour en Allemagne. Aujourd’hui encore, Rovan commente pour cette radio les grands événe­ments de la vie française. Aussi avons-nous chargé une étudiante de notre Institut de recenser ses papiers les plus importants et de les soumettre à une analyse thématique. Ce travail fera l’objet d’un mémoire de maîtrise dont nous envisageons la publication.

37Parallèlement à son activité journalistique, Rovan travaille à ses livres sur l’Allemagne. Notre collègue, Henri Ménudier, les a réunis pour ce volume de « Mélanges ». Je me contenterai donc de n’en citer que quelques-uns pour illustrer les principaux centres d’intérêt et d’études de leur auteur : Allemagne (1955) ; Histoire du catholicisme politique en Allemagne (1956) ; L’Europe (1966) ; L’Allemagne n’est pas ce que vous croyez (1978) ; Histoire de la Social-démocratie allemande (1978) ; La Bavière (1981) ; L’Allemagne du changement (1983) ; Bismarck (1984) ; Zwei Völker eine Zukunft (1985) ; Que devient l’Allemagne ? (1986) ; Contes de Dachau (1987) ; Konrad Adenauer (1987) ; France-Allemagne : deux nations, un avenir (1988).

38Ses activités de recherche axées sur l’étude de la civilisation allemande le conduisent tout naturellement vers l’université : déjà en 1956 il est chargé de cours à l’ENA et en 1968 il entre à l’Université de Paris VIII-Vincennes, d’abord comme professeur associé ce qui lui laisse suffisamment de temps pour ses autres occupations professionnelles. Ainsi il revient dans une insti­tution dans laquelle il aurait voulu entrer dès 1939, pour y rester en tout dix-huit ans. L’expérience universitaire, et particulièrement celle de Vincennes, est essentielle pour Joseph Rovan. La conception de cette université d’un nouveau type est tout à fait dans la logique de sa pensée pédagogique. L’ouverture aux travailleurs sans baccalauréat, le fait d’accepter des per­sonnes qui n’ont jamais fait d’études auparavant sont autant de principes qui correspondent à ses préoccupations dans le domaine de l’éducation des adultes. Rien d’étonnant alors que Rovan trouve passionnant l’enseignement à ces étudiants adultes dont il souligne par ailleurs l’extraordinaire qualité. Fidèle au cours magistral, il leur fait de grandes synthèses sur les problèmes franco-allemands qui font actuellement la matière d’un livre sur l’histoire de l’Allemagne. Les étudiants obtiennent de bons résultats « à condition de les traiter sérieusement sans céder à la démagogie ». Si les principes de Vincennes correspondent à la pensée de Rovan, la pratique en est souvent différente. C’est une université extrêmement politisée où s’affrontent des minorités qui font régner le désordre et l’arbitraire. La haine que se vouent communistes et gauchistes vaudra à Rovan d’être élu directeur de l’UER d’allemand pendant 10 ans puisqu’il n’était ni l’un ni l’autre. Dans une période de crise, il devient même Président de l’Université de Vincennes par intérim ce qui lui vaut d’être séquestré par les maoïstes.

39En 1981 il vient chez nous à Asnières où nous sommes heureux et fiers de l’accueillir. Il y obtient sa titularisation dans l’enseignement supérieur et reste jusqu’au départ à la retraite en 1986. Jamais il n’avait consacré autant de temps à une même occupation, qu’il quitte après en avoir épuisé les charmes et en même temps heureux de pouvoir se diriger vers d’autres horizons. D’ailleurs, ce métier de professeur lui convient aussi parce qu’il lui laisse suffisamment de liberté pour faire autre chose à côté. En l’occurrence, il s’agit de trois institutions dans lesquelles il s’est engagé à fond, toutes les trois à vocation franco-allemande même si c’est à des degrés différents : l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, Peuple et Culture et le BILD, le Bureau International de Liaison et de Documentation, avec sa revue Documents.

OFAJ - BILD - PEC

40Rovan est membre du premier conseil d’administration de l’OFAJ en 1963 ; il y est au titre de Peuple et Culture. Son premier souci est d’y faire entrer un groupe de personnes compétentes dans les affaires franco-allemandes pour compenser une composition essentiellement politique. C’est ainsi qu’il propose la nomination de Helmut Becker, son ami et homologue au Volkshochschulverband. Alfred Grosser s’y trouve également comme spécialiste des questions franco-allemandes. Ils sont donc un petit groupe averti et compétent qui a exercé une influence décisive sur l’orientation de l’Office en faisant adopter certains principes qui ont cours encore aujour­d’hui : ainsi, par exemple, l’interprétation souple de la limite d’âge pour distinguer les jeunes des vieux ; l’introduction de l’éducation des adultes qui en France est de la compétence du ministère de la jeunesse alors qu’en République fédérale elle relève de celle des Länder et non du Bund comme la jeunesse ; enfin le principe que l’Office doit surtout se servir d’organi­sations existantes pour réaliser ses programmes et faire le moins possible en régie propre. Après 25 ans d’existence, Rovan pense que le bilan de l’Office est globalement positif. « Il a repris en l’amplifiant ce que j’ai essayé de faire depuis 1945 ». C’est un succès numérique incroyable avec dans les meilleures années un volume d’échanges de 300 000 jeunes. « C’est la plus grande migration des peuples organisée en temps de paix ». Le 25e anni­versaire de l’Office offre aux deux gouvernements l’occasion heureuse d’augmenter considérablement les moyens financiers qui étaient en baisse depuis un certain nombre d’années à cause de la diminution de la dotation française ce qui, par la règle de la réciprocité, avait entraîné une diminution générale fâcheuse.

41La grande césure dans la vie non-universitaire de Rovan représente le passage de Peuple et Culture au BILD en 1978. On peut dire sans exagé­ration qu’il a été un des pères de Peuple et Culture et que Peuple et Culture a fait Joseph Rovan. L’éducation des adultes est une préoccupation majeure de sa vie, elle constitue une partie importante de sa philosophie politique. « Rendre la culture au peuple, et le peuple à la culture », cette maxime a guidé son action pédagogique mais lui a également inspiré une Idée neuve de la démocratie, un livre, paru en 1961, dans lequel il explique que la démocratie devrait sortir de la sphère politique dans laquelle elle a été trop longtemps confinée pour s’étendre à tous les aspects de la vie. La démocratie même comme forme de gouvernement ne peut fonctionner réellement si elle repose sur une démocratisation effective de tous les secteurs de notre société, donc en fin de compte : rendre la démocratie au peuple, et le peuple à la démocratie.

42D’autres plus qualifiés que moi rendront compte – au moins je l’espère - de l’action que Joseph Rovan a menée de 1944 à 1978 en tant que secrétaire général de Peuple et Culture. Je me contenterai d’indiquer ici que pendant toute cette période il a donné à cette action une orientation nettement franco-allemande. Dès les débuts il collabore étroitement avec le Volkshochschul­verband qui est son principal partenaire allemand même si les structures des deux organisations sont différentes. Il avait d’ailleurs – nous l’avons rap­pelé – contribué à la réouverture des Volkshochschulen, c’est-à-dire des uni­versités populaires allemandes après la guerre pendant ses activités à Baden. Il s’est lié d’une amitié profonde et durable avec les dirigeants de l’Asso­ciation allemande, avec Helmut Becker son Président, et Helmut Dolff, son Secrétaire Général, un homme remarquable dont nous avons tous regretté la disparition prématurée. De nombreuses manifestations sont organisées en étroite coopération entre les deux institutions, un échange de vues permanent a lieu sur les conceptions d’éducation des adultes et sur la politique à mener. Les cadres franco-allemands font de nombreux séjours de formation dans le pays partenaire, de sorte que l’on peut dire que Rovan a fait de Peuple et Culture un véritable instrument de la coopération franco-allemande.

43Il quitte Peuple et Culture en 1978, à soixante ans, parce qu’il pense qu’il était temps pour cette institution de renouveler l’équipe dirigeante et pour lui de faire autre chose. Cette autre chose est la présidence du BILD, du Bureau International de Liaison et de Documentation, où il était déjà entré en 1974 comme Vice-Président délégué. Le Président était alors François Bourel, qui lui-même avait succédé au Père du Rivau, fondateur de la revue Documents et du BILD. À ce grand rassembleur d’hommes, à ce franco-allemand de la première heure, nous nous devons de rendre ici hommage en évoquant sa mémoire et son action.

44Jean du Rivau est originaire d’une famille de hobereaux de la Sarthe, il entre dans l’ordre des Jésuites et devient aumônier de l’armée de l’air sta­tionné à Offenburg. Ne connaissant ni l’Allemagne, ni l’allemand, il a été profondément touché par la misère et la souffrance du peuple allemand pendant et après la guerre. Ainsi, une de ses premières actions est de s’occu­per des enfants des exilés de Silésie. À la limite de la légalité, il fait ache­miner le courrier des prisonniers allemands en France vers leurs familles en Allemagne pour lesquelles c’était souvent le premier signe de vie d’un être cher qu’on croyait mort ou disparu. À côté de ses actions humanitaires, il sent une véritable passion pour le franco-allemand et il fait sans aucun doute partie de ces personnalités peu nombreuses au début qui, à titre personnel et sans couverture officielle, ont eu le courage de lancer l’œuvre de récon­ciliation. C’est en été 1945 qu’il fonde une revue pour informer les Français sur ce qui se passe en Allemagne, c’est la naissance de Documents. Autour de la revue est créée une association, le BILD, dont la vocation essentielle sera de faire se rencontrer de jeunes Français et Allemands pour qu’ils apprennent à se connaître et à mieux se comprendre. Les deux entreprises ont eu le succès durable que nous leur connaissons et Joseph Rovan en a pris la relève. Pour la petite histoire, il est sans doute amusant de noter que le Père du Rivau considérait au début Joseph Rovan comme un redoutable gauchiste. Il venait de l’équipe de la revue Esprit qui avait une solide réputation de mouvement catholique de gauche et en particulier son directeur Emmanuel Mounier avec son souci de ne pas rompre avec les communistes. Ensuite, il était bien connu que c’était un communiste et ancien prêtre Jacques Deshayes qui avait fait venir Rovan à Fribourg. Tout ceci ne devait pas paraître « très catholique » au Père jésuite. D’une rencontre, à vrai dire un peu forcée, entre les deux hommes à l’occasion d’un congrès d’écrivains catholiques à Lahr en 1947 est née une amitié solide fondée sur une estime réciproque.

45Joseph Rovan, homme de gauche, fera peut-être sourire certains, et pourtant malgré sa réputation de conservateur, il s’est lui-même toujours considéré comme un véritable homme de gauche par rapport aux « faux hommes de gauche » qui adhèrent à des systèmes totalitaires. La gauche authentique dont Rovan se réclame est celle qui lutte contre les inégalités culturelles comme il a essayé de le faire toute sa vie au sein de Peuple et Culture, c’est celle qui veut introduire plus de démocratie dans la société française comme il a tenté de le faire avec le projet de Vincennes, c’est enfin cette volonté opiniâtre de mener une politique de réformes pour améliorer concrètement le sort des hommes en dehors de toute appartenance idéolo­gique. C’est en ce sens que Rovan se considère comme un homme de gauche.

46Avec le BILD, il prend également la direction de la revue Documents et lorsque l’ancien rédacteur en chef, René Wintzen, part à la retraite, il le remplace par un jeune journaliste du Monde, Bernard Brigouleix. Il consacre actuellement une grande partie de son temps et de son énergie à la revue et essaye de formuler et de pratiquer une nouvelle politique. Partant du fait que les lecteurs de Documents sont essentiellement des personnes appartenant à la classe politique et relativement peu d’enseignants, donc des députés, des hauts fonctionnaires, des responsables politiques, mais également des jour­nalistes et des spécialistes des questions franco-allemandes, l’objectif devra être en conséquence d’informer à un très haut niveau sur l’Allemagne et les tendances de son évolution future dans les différents domaines, mais aussi de dénoncer ce qui va mal dans les relations entre les deux pays. La revue essaie de maintenir un équilibre entre le politique, l’économique, le culturel, le religieux et le littéraire. Les articles doivent être courts pour être lus. Enfin, cette nouvelle orientation de Documents aura pour but d’en faire une revue franco-allemande de la construction européenne.

47C’est en même temps l’actuelle orientation de la pensée et de l’action politique de Joseph Rovan. Il ne cesse de nous le répéter : « La France et l’Allemagne ne m’intéressent plus ; ce qui m’intéresse c’est l’Europe ». Il distingue plusieurs étapes dans l’histoire du franco-allemand. Une première étape après la guerre dont l’objectif est la réconciliation et l’abandon de la notion de l’ennemi héréditaire. Une deuxième étape conduit vers la coopé­ration effective et culmine dans le marché commun et le Traité de l’élysée. Les deux objectifs peuvent être considérés comme achevés. Le franco-allemand ne peut plus rien donner, on tourne en rond et le danger est qu’à force de tourner en rond, les Français et les Allemands vont s’agacer. « C’est comme un très vieux couple qui est irrité par les toussotements de l’autre pendant quarante ans ». La métaphore est jolie. Il s’ensuit que la seule raison d’être du franco-allemand est de devenir un modèle et un moteur pour la construction de l’Europe. C’est une question de survie pour notre civilisation matérielle et culturelle. Ni la France ni l’Allemagne ne sont de taille à garder leur indépendance et à défendre la culture occidentale. Il faut par conséquent l’Europe comme une grande puissance entre les deux blocs ouest-est. C’est le mérite incontestable de François Mitterrand, de Helmut Kohl et de Jacques Delors d’avoir relancé l’Europe à la réunion de Luxembourg en imposant le marché unique après 1992 avec ses contraintes. Il faudra en effet réajuster les impôts, conduire une politique monétaire commune, intégrer également la politique culturelle et universitaire, créer une loi cadre de l’audio-visuel. Il faudra aussi une défense européenne commune, ne serait-ce que pour des raisons financières, et enfin pour couronner tout cela un pou­voir politique commun. L’Europe est bien repartie – le transfert des cendres de Jean Monnet au Panthéon est le symbole éclatant de cette volonté poli­tique concertée – mais elle va se heurter à beaucoup de difficultés et surtout à des résistances d’intérêt égoïste qu’il faudra surmonter par des décisions politiques. Pour Rovan, c’est la France et l’Allemagne qui sont seules capables de créer les états-Unis d’ Europe avec un pouvoir fédérateur fort : « le franco-allemand est dépassé, ce qui est actuel c’est l’action commune de la France et de l’Allemagne pour l’Europe ».

48Que faut-il faire ? Comment Rovan envisage-t-il sa propre contribution à cette œuvre essentielle ? Quelle stratégie recommande-t-il pour sa réalisa­tion ? Il a donné aux moyens d’action dont il dispose une orientation réso­lument européenne. Ainsi à la revue Documents, mais également aux acti­vités du BILD qui sert à l’OFAJ de courroie de transmission pour mener sa politique d’ouverture européenne. Le BILD organise des séminaires entre Français, Allemands et Italiens, par exemple, un premier séminaire franco-germano-grec est en préparation ; des rencontres entre journalistes français, allemands et espagnols sont en cours à Berlin, Perpignan et Saint Jacques de Compostelle.

49Parallèlement il essaie d’influencer les dirigeants par une stratégie de persuasion puisque c’est à eux de surmonter les obstacles par leurs décisions. Avec son ami, l’Ambassadeur Soutou, il a créé un organisme qui s’appelle « Cassiodore » et qui n’a d’autre but que d’influencer les hommes politiques des pays européens à hâter l’union de l’Europe. « Cassiodore » agit par des réunions et des Lettres dont Rovan est le rédacteur. Sur le plan bilatéral, il fait partie d’un groupe de réflexions, pour conseiller le Chancelier Helmut Kohl, qui se réunit tous les deux mois autour de Horst Teltschik à la Chan­cellerie fédérale. Enfin, Rovan nous a confié le secret de sa stratégie euro­péenne : c’est la conjuration. Il faut constituer une bande d’hommes prêts à agir, un réseau de conjurés – eine verschworene Bande, comme il dit – décidés à travailler ensemble et à organiser cette mobilisation franco-allemande pour la construction de l’Europe.

50Interrogé sur ce qu’il juge être le plus important dans sa vie, Joseph Rovan répond sans hésiter : « J’ai eu la chance pendant toute ma vie de pouvoir faire ce qui me plaisait, je ne me suis jamais ennuyé, tout ce que j’ai fait m’a toujours amusé ». En effet, quelle chance prodigieuse de pouvoir porter un tel jugement sur les soixante-dix ans d’une vie. Eh bien, nous tous, tes collègues d’Asnières, tes amis qui sont venus jusqu’ici pour t’honorer, nous te souhaitons du fond du cœur que Dieu puisse prolonger cette chance le plus longtemps possible, pour ton bonheur et pour le nôtre.

Notes

1 Les passages entre guillemets indiquent qu’il s’agit de citations prises dans nos nombreux entretiens amicaux qui, par ailleurs, font l’essentiel de la matière de cet essai biographique.

2 "L’Allemagne de nos mérites », in : Esprit. 13e année, n° 115 du 1er octobre 1945, p. 530

3 Ibid., p. 534

4 Ibid., p. 540

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter