Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988

 | 
Gilbert Krebs

Deuxième partie : La Paix et la Guerre

Les prisonniers de guerre allemands et l’économie française 1943-1948

Michel Hubert

Texte intégral

1à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un million de soldats appartenant aux armées de l’Axe ont été les prisonniers de la France, et pour plus de la moitié d’entre eux la captivité s’est prolongée pendant trois, voire quatre ou cinq années.

2Certes, ce phénomène n’est comparable, ni par le nombre, ni par la durée, au sort des 1 500 000 soldats français capturés en mai-juin 1940 et retenus en Allemagne, pour la grande majorité d’entre eux, jusqu’en 1945. Néan­moins cet étrange retournement de l’Histoire mérite qu’on lui consacre quelque attention.

3Près de cinquante ans se sont écoulés et un tel épisode des relations franco-allemandes demeure mal connu. Deux aspects principaux peuvent être envisagés.

4Il convient, tout d’abord, d’apprécier l’ampleur du fait démographique et historique, en précisant l’origine des prisonniers et les différentes phases de leur captivité. Par ailleurs, la politique de la France ayant consisté à mettre au travail le plus grand nombre possible de prisonniers de guerre allemands, un examen de l’intégration systématique d’une telle main-d’œuvre dans l’économie française doit permettre de mieux apprécier la contribution de ces hommes au relèvement du pays.

Importance historique du phénomène

5Lorsqu’en juin 1940 la France sollicite l’armistice, parmi les conditions qui lui sont imposées figure le maintien en captivité de quelque 1 500 000 soldats capturés. Durant quatre années, le gouvernement de Vichy tentera de les libérer. De multiples concessions seront faites au gouvernement du Reich, parmi lesquelles le transfert en Allemagne d’environ 720 000 travail­leurs français, mais, malgré tous ces efforts, la propagande de Vichy ne pourra se targuer que de maigres résultats.

  • 1 Nous reprenons ici l’abréviation couramment utilisée.

6Avec le débarquement allié en Afrique du Nord et au-delà de l’imbroglio politique qui s’ensuit durant plusieurs semaines, un tournant se dessine en faveur de la France Libre à la fin de l’année 1942. L’armée française parti­cipant de nouveau aux combats, les responsables politiques et militaires se trouvent confrontés au problème des prisonniers provenant des armées de l’Axe : c’est ainsi que débute l’histoire des PG1 allemands en France durant la Seconde Guerre mondiale.

Aspects quantitatifs et qualitatifs

  • 2 Ministère de la Défense Nationale. Historique du Service des prisonniers de guerre de l’Axe 1943-19 (...)

7Il est certes difficile d’effectuer un compte précis du nombre de PG détenus par la France entre 1943 et 1948. Cela tient aux multiples origines des prisonniers, aux diverses conditions de capture et également à la situa­tion intérieure du pays. Il semble toutefois admis qu’en la matière les sources officielles françaises dans leur état définitif2 puissent être considérées comme fiables.

8Le bilan global du phénomène se présente comme suit :

Tableau 1 : Les prisonniers de guerre : bilan chiffré
état des prisonniers selon la provenance :

prisonniers capturés par les forces françaises

237 000

prisonniers stationnés en Afrique du Nord

63 000

prisonniers cédés par les Britanniques

25 000

prisonniers cédés par les Américains

740 000

Total :

1 065 000

9Ce chiffre de 1 065 000 peut être vérifié ainsi :

état des prisonniers selon la situation en fin de captivité :

prisonniers rétrocédés aux Américains

70 000

prisonniers évadés

81 870

prisonniers décédés

24 178

prisonniers rapatriés

750 965

prisonniers transformés en travailleurs libres

137 987

Total

1 065 000

(voir graphique 1)

10Il est clair qu’il s’agit là, malgré la rigueur de certaines données, d’une évaluation. L’existence d’une marge d’imprécision est due, tout d’abord, aux prisonniers non allemands – les statistiques françaises les regroupent sous le vocable d’« allogènes », qui ont été libérés sur place sans recensement. Les forces armées allemandes comportaient une mosaïque de nationalités repré­sentées par des contingents de taille variable, « mobilisés » dans tous les pays occupés. Si les Belges, Hollandais, Danois, Norvégiens, Baltes ou Bulgares n’étaient guère nombreux, il en allait tout autrement des Polonais, des Tchécoslovaques, Yougoslaves, Hongrois, Roumains et Russes. Or, ces « allogènes » seront fréquemment libérés sans avoir fait l’objet d’un enre­gistrement.

  • 3 Par exemple les moins de 15 ans du Volkssturm.

11L’imprécision des statistiques tient aussi aux circonstances dans lesquelles s’achève la Seconde Guerre mondiale. Tel ou tel pays qui, au début de la guerre, était allié de l’Allemagne se retrouve dans le camp des vainqueurs cinq ans plus tard : nombre de ressortissants de ces pays seront libérés dès leur capture, sans qu’intervienne une comptabilisation. C’est ainsi le cas des prisonniers russes et de certains prisonniers italiens, les autres étant conduits dans des camps, répertoriés en tant que prisonniers, puis libérés ultérieurement (cf. infra). On note également que, dans les semaines suivant la capitulation du 8 mai 1945, les forces françaises relâchent fréquemment des combattants capturés dont l’état de santé, les infirmités ou l’âge3 excluent toute intégration dans le contingent des prisonniers.

12Enfin, la situation politique et militaire de la France en 1944-45 est telle que plusieurs milliers de prisonniers échappent à l’enregistrement statistique. Dans un pays où le soulèvement intérieur encadré par les F.F.I. débouche sur des opérations parallèles à celles des forces alliées et des unités françaises régulières (2e DB et 1ère Armée) – alors même que subsistent des poches de résistance allemande jusqu’au printemps de 1945, soit plusieurs mois après le franchissement du Rhin – comment éviter ces lacunes ? La marge princi­pale d’imprécision s’observe dans deux cas :

13Il s’agit d’abord des prisonniers capturés par les forces françaises sous commandement allié, et donc intégrés au contingent commun.

14Par ailleurs, il est établi que certains prisonniers capturés par les résistants de l’intérieur, F.T.P. surtout, furent immédiatement libérés parce qu’appar­tenant à des « pays alliés » (Union Soviétique par exemple). Dans quelques centaines de cas, cette libération est même assortie d’une intégration toute provisoire aux unités de partisans qui leur ont permis de quitter l’uniforme de la Wehrmacht.

Les grandes étapes

15Le chiffre de 1 065 000 prisonniers de guerre dont il a été fait mention précédemment (cf. tableau 1), s’il représente un ordre de grandeur tout à fait considérable, ne correspond qu’à une synthèse statistique dont les limites viennent d’ailleurs d’être soulignées. Il demeure qu’un tel contingent n’a jamais été détenu par la France à un moment quelconque de la période consi­dérée, car, entre 1943 et 1948, les arrivées et les départs de prisonniers se succèdent et se recoupent, selon une chronologie qui reflète bien les péri­péties historiques de l’époque.

16Trois phases peuvent être observées (cf. graphique 2, ci-après).

17La première période est celle de la France en guerre, de 1943 à mai 1945, les prisonniers étant capturés sur les théâtres d’opérations successifs : Afrique du Nord, France métropolitaine, puis Allemagne et Autriche.

18Dès le début de l’année 1943, des prisonniers provenant des forces de l’Axe engagées en Afrique sont détenus par les autorités françaises après avoir été capturés, soit par les Anglo-Américains, soit directement par les forces françaises d’Afrique du Nord. Il s’agit essentiellement de prisonniers allemands et italiens, mais des « allogènes » sont également recensés. Les Alsaciens-Lorrains enrôlés dans la Wehrmacht sont libérés dès le début, ainsi que les Soviétiques, immédiatement remis aux services du représentant de l’URSS à Alger, M. Bogomolov. Parmi les Tchécoslovaques, Yougoslaves et Polonais, beaucoup de soldats enrôlés de force sont libérés et s’intègrent aux unités nationales combattant avec les Alliés. Chez les Autrichiens, l’on observe un mouvement assez prononcé de désolidarisation par rapport aux Allemands, ce qui rend nécessaire une séparation dans la captivité, un cli­vage analogue se dessinant même à l’intérieur du groupe allemand entre les « nazis durs » et les « défaitistes ».

19Les divers contingents sont rapidement mis au travail, soit pour la reconstruction et le déminage en Tunisie, soit dans les mines du Sud algé­rien, l’essentiel de cette main-d’œuvre étant affecté à des travaux agricoles. À la fin de l’année 1944, le chiffre maximum de 65 000 PG est atteint en Afrique du Nord, 25 000 Allemands et 40 000 Italiens, ces derniers devant être progressivement libérés au cours de l’année suivante (cf. infra).

  • 4 On estime à 145 000 le total des prisonniers faits par la 1ère Armée française sur les divers théât (...)
  • 5 Buisson, op. cit. p. 37.

20En France métropolitaine, on l’a vu précédemment, les prisonniers des Alliés, des Forces françaises libres et les Forces Françaises de l’intérieur4 sont à peine 35 000 à la fin de 1944. La reddition des garnisons allemandes encerclées dans les « poches » de l’Atlantique et de la Mer du Nord permet d’atteindre au 1er mars 1945 le chiffre de 115 000 prisonniers. Mais quinze jours plus tard le nombre de PG se trouvant dans les dépôts de France métropolitaine approche 200 000, plus précisément 194 0005, essentielle­ment en raison des transferts de prisonniers que la 1ère Armée vient de capturer en Allemagne et en Autriche.

21Le mois de mai 1945 et la capitulation du Reich marquent donc un tour­nant important dans l’histoire des prisonniers allemands détenus par la France. Malgré la fin des hostilités, leur nombre continue à augmenter et toute perspective de libération générale semble écartée. De surcroît, la France élabore une politique de réparations qui revendique la cession d’un contingent particulièrement élevé de PG, afin de l’employer à son relève­ment économique (cf. infra).

22Si, au 15 mai 1945, la France détient en Métropole 194 000 et en Afrique du Nord 63 000 PG, ce chiffre augmente rapidement en raison des cessions britanniques et américaines auxquelles s’ajoutent encore les transferts de prisonniers capturés en Allemagne et Autriche par la 1ère Armée. En octobre 1945, le chiffre maximum de 870 000 PG administrés par la France est atteint, 710 000 environ se trouvant détenus en France métropolitaine (cf. graphique 2). Les cessions par les Alliés se poursuivent, mais déjà inter­viennent des rapatriements et des libérations. Toutefois le contingent global demeure supérieur à 800 000 jusqu’en avril 1946 avec au total 810 000 PG, dont 683 000 en Métropole. Au cours des mois suivants, un fléchissement de ce chiffre se dessine : le nombre des PG décroît lentement jusqu’en mars 1947, date à partir de laquelle débute une troisième phase, celle du rapatriement définitif.

Tableau 2 : Nombre total de prisonniers de guerre détenus en France 1945-1948

1945

janvier

35 500

1946

janvier

679 464

février

57 373

février

665 455

mars

64 649

mars

684 975

avril

77 019

avril

682 959

mai

114 979

mai

680 038

juin

234 838

juin

663 064

juillet

305 870

juillet

646 528

août

470 412

août

631 621

septembre

570 593

septembre

625 058

octobre

708 523

octobre

607 770

novembre

719 840

novembre

577 741

décembre

686 656

décembre

577 724

1947

janvier

565 609

1948

janvier

285 187

février

548 363

février

242 610

mars

544 937

mars

197 183

avril

537 365

avril

161 007

mai

513 126

mai

135 515

juin

486 448

juin

117 363

juillet

473 435

juillet

94 138

août

452 181

août

78 454

septembre

426 122

septembre

65 872

octobre

393 845

octobre

48 674

novembre

360 104

novembre

21 842

décembre

320 637

décembre

311

Source : Böhme, op. cit., p. 28

23Trois phénomènes caractérisent cette période 1945-1948, au cours de laquelle s’affirme la politique française de réparations.

24À cet égard, la France élabore une véritable « théorie des réparations » qu’elle souhaite obtenir de l’Allemagne vaincue. Elle revendique et obtient des cessions considérables de prisonniers de guerre provenant des puissances alliées et, dans le même temps, elle effectue des libérations ou rapatriements dictés soit par les circonstances politiques, soit par les impératifs d’une gestion économique de cette main-d’œuvre.

25Il est clair qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France considère les PG allemands comme un des éléments fondamentaux de sa politique de réparations, au même titre que l’exploitation de la Sarre et de la zone d’occu­pation. Le caractère spécifique que revêt la captivité en France de plusieurs centaines de milliers de PG jusqu’en décembre 1948 est au reste fort bien illustré par ces formules empruntées à des études officielles de l’époque.

  • 6 Étude rédigée par la Direction Générale des prisonniers de guerre (Ministère des Armées) à la deman (...)

« Au lendemain de notre nouvelle victoire [...], la France a un besoin immédiat de la contribution de son ancienne ennemie à la reconstruction de son économie »6.

  • 7 Idem, publiée dans Notes documentaires et études N° 563 du 4 mars 1947 sous le titre La situation d (...)

« Nous n’avions pas d’autre alternative [...] que de recourir aux prisonniers de guerre pour constituer le supplément de main-d’œuvre indispensable à la reconstruction de l’économie française ».7

  • 8 M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montch (...)
  • 9 Il ne peut être question dans ce cadre d’analyser plus avant le bilan économique et démographique d (...)

26Au printemps 1945, la France souffre en effet d’un manque considérable de main-d’œuvre : 200 000 soldats français et 160 000 civils ont péri dans le deuxième conflit mondial, chiffres auxquels il convient d’ajouter les 240 000 Français prisonniers, ouvriers ou déportés morts en Allemagne8. Si l’on admet que 80% de ces décès concernent des actifs, cela constitue déjà un dé­ficit de main-d’œuvre s’élevant à 400 000 personnes au moins. Par ailleurs, 300 000 étrangers, le plus souvent en âge de travailler, avaient quitté la France au début de la guerre : évaluer à 500 000 personnes le manque de main-d’œuvre résultant des mouvements démographiques liés au conflit mondial semble donc fort justifié et vraisemblablement inférieur à la réalité. À la lumière de cette estimation et compte tenu des destructions et pré­lèvements9, le chiffre de 1 900 000 PG allemands que la France souhaite employer en 1945 afin de compenser les pertes démographiques et écono­miques de la guerre peut apparaître comme une revendication fondée.

27C’est en fonction de cette revendication française qu’il faut comprendre les multiples cessions de prisonniers de guerre effectuées par les Alliés. Mais, sur ce point, comment oublier que, pour les Britanniques comme pour les Américains, chaque transfert de prisonniers contribue à alléger d’autant la charge économique causée par l’effondrement et la désorganisation d’une Allemagne que gèrent désormais ces mêmes vainqueurs.

28Cinq cessions interviennent successivement entre février et septembre 1945.

29La première cession débute à la fin de février 1945, préparée par un accord conclu en décembre 1944 entre le gouvernement français et les auto­rités militaires alliées : le point principal réside dans l’obligation faite à la France de respecter la Convention de Genève de 1929 en matière de traite­ment des prisonniers, un contrôle conjoint étant prévu et le principe étant établi que les prisonniers cédés seraient « aptes au travail ». 50 000 PG seront remis à la France en trois mois (de mars à mai 1945) ; 15 000 pro­viennent des camps britanniques de Normandie et Belgique, 35 000 des camps américains établis en France.

30La deuxième cession, soit 50 000 PG intervient en l’espace de quelques semaines durant les mois de juin et juillet 1945, les USA souhaitant visiblement vider leurs camps de prisonniers en France.

31En dépit des difficultés d’organisation et de ravitaillement, le gouverne­ment français, arguant de son besoin de réparations et exploitant l’oppor­tunité, effectue une démarche plus pressante, qui aboutit en juillet 1945 à une troisième cession américaine de 228 000 PG ; une quatrième cession, correspondant à 50 000 PG, intervient ensuite en août et septembre.

32C’est à ce stade du processus que sont ouvertement formulées les demandes françaises (cf. supra) tendant à obtenir 1 750 000, voire 1 900 000 PG. Compte tenu des quatre cessions effectuées, 1 300 000 prisonniers seraient donc encore nécessaires ...

33Les négociations entre les autorités françaises et les Alliés sont parti­culièrement complexes. Il s’agit, tout à la fois, d’organiser des transferts de prisonniers provenant des zones américaine et britannique vers la nouvelle zone française d’occupation en Allemagne, ainsi que des cessions de prison­niers allemands provenant des états-Unis. Finalement la cinquième cession ne concernera que 275 000 prisonniers parmi lesquels on comptabilise 175 000 transferts vers la zone française d’occupation, ainsi que 100 000 prisonniers venant de Norvège et directement livrés à la France à partir du 15 septembre 1945.

34Au total, les cessions américaines effectuées en 1945 s’élèvent donc à 638 000 prisonniers, les cessions britanniques à 15 000.

35C’est au moment où se constitue donc un vaste contingent de PG devant participer à la reconstruction de la France qu’intervient une crise dans les relations franco-américaines au sujet de ces mêmes prisonniers. À la suite d’une intervention directe du Comité International de la Croix Rouge (CICR) auprès du Quartier Général américain à Francfort, démarche dénon­çant les mauvaises conditions d’alimentation, d’habillement et de soins médicaux faites aux PG administrés par la France, les autorités américaines suspendent leurs cessions le 29 septembre 1945. Des négociations franco-américaines se déroulent en octobre et, à cette occasion, plusieurs faits sont mis en lumière qui illustrent bien les difficultés de l’après-guerre.

  • 10 C’est un thème qui inspirera jusqu’à nos jours les polémiques franco-allemandes consacrées au probl (...)

36Certes, dans les dépôts français, nombre de prisonniers allemands sont mal nourris et mal vêtus10, mais le sort d’une grande partie de la population française n’est guère plus enviable. Par ailleurs, les mauvaises conditions sanitaires observées, si elles mettent directement en cause les autorités fran­çaises tenues de respecter sur ce point les obligations internationales, font également apparaître une responsabilité américaine. Malgré plusieurs enga­gements franco-américains – dont le premier date du 23 décembre 1944 – aux termes desquels ne devaient être cédés à la France que des prisonniers aptes au travail, les autorités alliées ont transféré des PG déjà sous-alimentés, affaiblis ou malades.

  • 11 Ces faits permettent aux autorités françaises de constater – non sans quelque cynisme – que sur 638 (...)

37Trois sortes de dispositions vont alors être prises pour régler le problème. Dès le début de l’hiver 1945-46, des livraisons américaines en vivres et en vêtements sont faites à la France qui, de son côté, procède à la rétrocession aux autorités américaines de 70 000 prisonniers inaptes. Enfin, les autorités françaises s’emploient à libérer sur place dans leur zone d’occupation les quelque 60 000 PG qui, pour des raisons diverses (âge, maladie, infirmité), ne peuvent servir de main-d’œuvre.11

38À la fin du mois d’octobre 1945, le « malentendu » franco-américain semble réglé, il en demeure néanmoins un malaise au niveau des opinions publiques.

  • 12 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 169 et suiv..

39Après cet épisode, les négociations reprennent entre Français et Améri­cains afin d’organiser la cession de nouveaux contingents : la France réitère sa demande d’un effectif global chiffré, cette fois, à 1 300 000 PG, ce qui, compte tenu du solde des cessions et rétrocessions (environ 600 000) signi­fierait la livraison par les états-Unis de 700 000 prisonniers supplémentaires. Un accord intervient (Accord Juin-Lewis) à la fin de l’année 1945 sur de nouvelles cessions qui finalement se montent à 101 000 PG. Certains ont été prélevés dans les camps américains de France, la plupart – parmi lesquels nombre de S.S. – proviennent des camps de la zone américaine, d’autres enfin ont été ramenés des USA, la perspective d’une nouvelle captivité pro­voquant chez eux quelques protestations12, dont l’opinion publique inter­nationale se fera l’écho.

40Ainsi s’achèvent, en juillet 1946, les cessions américaines, l’administra­tion US en Allemagne ayant à la fois surévalué son contingent de prisonniers et sous-estimé les besoins en main-d’œuvre de PG qui existaient dans sa propre zone.

41C’est au cours de cette année 1946 que la France utilisera au maximum le travail des prisonniers de guerre allemands. En avril 1946 ils sont environ 683 000 en France métropolitaine (cf. tableau 2) ; à la même date, environ 28 000 sont détenus par les autorités françaises des zones d’occupation en Allemagne et en Autriche, tandis qu’en Afrique du Nord ne restent plus qu’environ 25 000 PG allemands, le rapatriement des prisonniers italiens s’achevant au mois de juin 1946.

  • 13 Ainsi la « mise en congé de captivité » pour 10 000 PG originaires de la zone française d’occupatio (...)

42L’année 1946 est, en effet, la grande année des rapatriements. Dès 1944, on l’a vu précédemment, étaient intervenus des rapatriements de grands blessés ; en 1945 des libérations immédiates13 ou des rapatriements rapides avaient eu lieu, avec ou sans immatriculation, dans les zones françaises d’Allemagne et d’Autriche.

  • 14 Cf. graphique 1 colonnes 1 et 3.

43Le rapatriement de quelque 130 000 PG allogènes14 apparaît comme une « tâche longue et délicate » que les autorités françaises réalisent en distin­guant trois groupes.

44Le premier est celui des PG appartenant aux nationalités alliées.

45Outre le cas des Soviétiques, libérés en bloc et immédiatement pris en charge par leurs autorités nationales, il y a les Tchécoslovaques, les Yougo­slaves et les Polonais, qui seront remis aux missions diplomatiques respec­tives, le sort des Baltes, des Sudètes ou des colons allemands de Yougoslavie n’étant pas simple à régler.

46Les Italiens, Autrichiens et Hongrois constituent une deuxième catégorie.

47Malgré l’absence d’armistice entre la France et l’Italie, les autorités fran­çaises décident, en septembre 1945, de libérer tous les prisonniers italiens (50 000 environ) ; le rapatriement s’achèvera au cours de 1946 (cf. supra).

  • 15 Le gouvernement français est le premier à avoir pris cette mesure dans le cas des Italiens et des A (...)

48Pour les Autrichiens également la décision de libération prise par la France15 est plus dictée par un souci de coopération politique que par des obligations internationales. En octobre 1945, l’ordre de libération est donné, seuls demeurent captifs les S.S. et les membres du parti nazi ; ils seront livrés ultérieurement aux tribunaux autrichiens. De plus, la libération s’ap­plique à d’autres nationaux originaires d’Europe centrale dont les familles viennent de se réfugier en Autriche. Globalement plus de 50 000 PG sont rapatriés vers l’Autriche, la plupart en 1946, bien que le mouvement ne soit achevé qu’à la fin de 1947.

49La libération de 10 000 Hongrois est décidée en mars 1946 comme un geste de reconnaissance envers l’ancien régime de l’amiral Horthy qui avait accueilli plusieurs milliers de prisonniers français évadés. À l’occasion de cette libération, quelques centaines de Hongrois restent en France.

  • 16 Il n’existait pas d’état de guerre entre la Roumanie et la France.

50En revanche, la troisième catégorie, celle des autres nationalités, ne connaît pas de libération systématique. Mis à part quelques milliers de Roumains libérés à partir d’octobre 194516, les prisonniers n’ayant pas la nationalité allemande ne seront remis à leurs autorités diplomatiques qu’à la suite d’une demande officielle.

  • 17 Buisson, op. cit., p. 66.

51Lorsque s’achève l’année 1946, l’ensemble de ces libérations et rapatrie­ments représente selon les estimations des autorités militaires françaises17 la libération d’un contingent mensuel de 22 000 PG, et ce depuis mai-juin 1945.

52Mais c’est justement à l’automne 1946, au moment où s’achèvent les grandes libérations collectives, qu’est soulevé de façon insistante le pro­blème du rapatriement général des prisonniers encore détenus, essentielle­ment des Allemands.

53La pression de l’opinion publique anglo-saxonne, les contrôles plus ou moins bienveillants du CICR, une intervention du Souverain Pontife et un sourd malaise en Allemagne même, vont conduire la France à envisager cette troisième phase du processus. Tandis que, dans chaque dépôt, l’admi­nistration classe les PG selon l’âge et la situation familiale, une négociation s’engage d’abord entre le ministre français des Affaires étrangères et l’ambassadeur des états-Unis à Paris. Les autorités américaines tiennent à marquer leur responsabilité quant au sort des PG qu’elles ont cédés ; la France, de son côté, veut faire accepter le principe d’une transformation volontaire des prisonniers de guerre en « travailleurs libres », afin d’atténuer la perte en main-d’œuvre. Après intervention du CICR, qui logiquement devait être associé à une telle opération tout à fait nouvelle par rapport à la Convention de Genève, une conférence américaine réunie à Paris permet d’aboutir le 11 mars 1947 à un accord (Accord Teitgen-Caffery).

  • 18 Cf. tableau 1.

54Aux termes de cet accord, le gouvernement français s’engage à rapatrier un contingent mensuel d’au moins 20 000 PG, sans distinction d’origine selon la capture18. Par souci d’équité et d’efficacité, les autorités françaises vont établir un plan général de rapatriement tenant compte à la fois des critères humains « classiques » (âge, situation de famille) et de critères plus spécifiques, tels que la résistance au nazisme de certains prisonniers, l’acceptation de tâches pénibles (déminage) ou le volontariat pour les sous-officiers non astreints au travail.

  • 19 Mais uniquement en France métropolitaine ; en Afrique du Nord, cette option est exclue...

55Par ailleurs, l’accord de mars 1947 prévoit la transformation sur place19 des PG allemands volontaires en travailleurs libres. La France espérait encore à cette époque conserver un potentiel d’environ 500 000 personnes. Ainsi, au moment où l’échéancier de la libération est connu de tous, chaque prisonnier a-t-il la possibilité d’obtenir soit son rapatriement à la date prévue, soit de solliciter auprès du Ministère du Travail un contrat de travail dans des conditions analogues à celles des salariés français occupant le même emploi.

  • 20 Buisson, op. cit. , p. 68.
  • 21 Boehme Helmut, op. cit., p. 138.

56Au total les statistiques françaises font état de 137 000 libérations sur place avec transformation en travailleurs libres à la date du 15 avril 194720 ; en apparence l’expérience semble réussie, puisque pour un contingent global de 555 000 prisonniers (officiers et sous-officiers non compris), les transfor­mations concernent 25% du total. En réalité, le nombre des optants se révélera inférieur. Dès avril 1947, en effet, l’accord franco-américain est rendu caduc par l’accord quadripartite de Moscou qui fixe au 31 décembre 1948 le terme ultime de la captivité des PG allemands. Cet accord oblige la France à accélérer le rythme des libérations, rendant ainsi l’éventuelle trans­formation moins attrayante. De plus, parmi les travailleurs libres, une proportion notable (environ 15%) profite du congé qui a été octroyé pour ne pas retourner en France21, ce qui augmente d’autant la statistique des « éva­dés » (cf. tableau 1). Enfin, il est clair que l’amélioration de la situation économique et politique dans les trois zones occidentales d’occupation après juin 1948 incite nombre d’anciens PG à ne pas renouveler leur contrat. Il s’ensuit que, fin 1948, 71 000 seulement demeurent encore en France pour achever leur contrat.

57Les autres PG allemands, qui n’ont pas opté pour la libération sur place, ont été rapatriés selon le plan prévu : au total 254 000 rentrent en Allemagne au cours de l’année 1948.

58Le 13 décembre 1948, le général Koenig peut annoncer aux ministres-présidents de la zone française d’occupation et au CICR que, quelques jours plus tôt, le dernier prisonnier de guerre allemand a quitté le sol français.

59Ainsi s’achève cette captivité des soldats allemands qui, pour certains, a duré quatre, voire cinq ans, des prisonniers dont le travail constitue une contribution indéniable à la reconstruction du pays.

Les prisonniers de guerre allemands dans l’économie française

60La France, on l’a souligné à plusieurs reprises, considère les prisonniers des forces armées allemandes comme une main-d’œuvre servant à réparer les pertes qu’elle a subies durant quatre ans de guerre et d’occupation.

61Très tôt, les autorités militaires mettent en place des structures propres à encadrer et employer les soldats capturés. Avec le transfert en Métropole du gouvernement provisoire d’Alger cette organisation se précise et, à mesure qu’intervient la libération du territoire, l’on voit s’édifier un système per­mettant de répartir les prisonniers selon les besoins de la Reconstruction.

62Lorsque s’achève la captivité, un bilan peut être dressé, qui met en lumière l’apport des prisonniers de guerre à l’économie française.

Les structures administratives d’encadrement et les conditions de captivité

63La mise en place de structures propres à encadrer les PG est un reflet assez fidèle de l’évolution historique du phénomène que l’on a déjà es­quissée.

64De 1943 au printemps 1945, c’est l’improvisation qui l’emporte, en Afrique du Nord d’abord, puis en métropole et enfin dans les zones d’occupation d’Allemagne et d’Autriche. La seconde phase, du printemps 1945 à l’été 1947, est celle de l’utilisation massive et organisée d’une main-d’œuvre dont la France n’accepte de se défaire qu’à regret, au cours d’une période allant de juillet 1947 à la fin décembre 1948.

65Le premier élément d’une administration des prisonniers de guerre apparaît en Afrique du Nord lorsque, le 3 juin 1943, le général Giraud confie au général Boissau le soin d’organiser un véritable service des PG. Dès cette date se manifestent l’ambivalence et la spécificité des préoccupations fran­çaises. Il ne s’agit pas seulement de garder des prisonniers, c’est-à-dire des combattants potentiels que l’on souhaite soustraire à l’armée ennemie, mais il convient surtout de les mettre au travail pour compenser un manque immé­diat de main-d’œuvre, en l’occurrence la perte résultant de la mobilisation décrétée en Afrique du Nord. C’est alors que, tout naturellement, se greffe l’idée selon laquelle les Alliés américains et britanniques pourraient céder à la France les prisonniers qu’ils ont capturés.

  • 22 Boehme Helmut, op. cit., p. 128.

66À partir de l’été 1943, la Direction des Prisonniers de guerre fonctionne, répartissant les PG selon leur nationalité d’origine dans les camps du Maghreb où ils sont employés à des travaux publics, à des actions de déminage et, pour la plupart, à des tâches agricoles. Durant une année on peut observer un déroulement « classique » de la captivité : la délégation du CICR qui s’est installée à Alger dès le printemps 1943 inspecte les camps et constate que les stipulations de la Convention de Genève y sont respectées. Par son intermédiaire, les PG allemands reçoivent des colis d’Allemagne, le Vatican se chargeant d’acheminer la correspondance destinée aux familles. Quant aux prisonniers invalides, ils peuvent même être rapatriés en Alle­magne via la Suède grâce aux échanges de prisonniers effectués en novem­bre 1944 et janvier 1945.22

  • 23 Depuis le décret du 9 juin 1944, chaque région militaire possède le même ressort territorial et le (...)

67Lorsqu’en septembre 1944 le Gouvernement provisoire d’Alger s’installe à Paris, on assiste à la constitution d’une administration centrale : la Direc­tion générale des prisonniers de guerre de l’Axe se met en place le 1er septembre 1944 avec pour objectif l’application de l’Instruction sur les prisonniers de guerre prise le 6 novembre 1939 et dont l’article 71 prévoyait déjà la mise au travail des soldats capturés. Pendant quelques mois la tâche de la nouvelle administration consiste à encadrer les prisonniers de la 1ère Armée et des FFI au rythme de la libération du territoire ; des antennes régionales se constituent en province, qui ne parviennent pas toujours à échapper aux conflits entre les représentants du pouvoir central et certains chefs locaux de la Résistance armée. Bientôt chaque région militaire de Métropole23, ainsi que les villes d’Alger, Tunis et Rabat, abritent une Direc­tion régionale des prisonniers de guerre, elle-même responsable des « dépôts » ; la garde de ces camps correspondant à environ 250 000 PG en mai-juin 1945 mobilise au total 40 000 hommes dont 35 000 sont des soldats indigènes nord-africains et coloniaux.

68C’est au cours de l’été 1944 que s’impose l’idée d’une mise au travail systématique des PG allemands, l’urgence des tâches de reconstruction se conjuguant avec l’aspiration à une juste réparation pour les 750 000 S.T.O. et les 1 500 000 prisonniers français utilisés ou retenus en Allemagne dans ce conflit qui s’achève. Il est probable aussi que pour certains responsables français, la perspective de prisonniers allemands « réparant » les dégâts de la guerre paraisse préférable aux vengeances et brimades qui çà et là se dé­chaînent envers l’ancien occupant dans l’euphorie de la libération.

69Des « commandos » s’organisent alors progressivement sous garde mili­taire ou « militarisée », et les PG sont utilisés pour déblayer les ruines, reconstruire les infrastructures de communication et déminer, particulière­ment le long du Mur de l’Atlantique. Un transfert de main-d’œuvre s’effec­tue donc de l’Armée vers d’autres autorités administratives, à un moment où s’instaure une collaboration entre le Ministère des Armées, chargé de garder les PG, et le Ministère du Travail, désireux de les répartir dans l’économie pour faire face aux tâches les plus urgentes de la reconstruction.

70Avec l’utilisation croissante de PG par des employeurs privés s’amorce la deuxième phase de l’histoire des prisonniers allemands. À partir de la fin de 1945 jusqu’en 1947, la majeure partie de cette main-d’œuvre est directement utilisée par des particuliers et des entreprises qui ont fait valoir auprès des Directions départementales de la main-d’œuvre, dépendant du Ministère du Travail, un besoin urgent en la matière. L’autorité militaire confie alors les prisonniers au Ministère du Travail, mais en conserve la garde et la respon­sabilité dans le respect des conventions internationales. Il ne reste plus qu’à codifier les conditions matérielles et pratiques de cette cession de main-d’œuvre.

  • 24 Notes documentaires et études n° 270, p. 4.

71Le principe de base étant qu’un PG ne doit constituer ni une source de profits pour l’employeur, ni une concurrence pour les salariés français, un contrat est établi par la Direction régionale ou départementale de la Main d’Oeuvre qui prévoit un salaire directement versé par l’employeur au pri­sonnier. Ce salaire varie selon les qualifications et les régions ; il est de 10 F par jour en moyenne pour l’année 1946. À ce salaire peuvent s’ajouter des primes de rendement, mais elles ne doivent pas dépasser 20 F par jour24. De plus, l’employeur doit payer directement une assurance pour le prisonnier qu’il emploie et respecter les dispositions légales en matière de durée du travail, de repos hebdomadaire et de protection vis-à-vis des travaux dange­reux ou insalubres. Le PG allemand travaille donc dans des conditions ana­logues à celles du salarié français de même qualification. Outre le salaire et l’assurance, l’employeur privé doit verser à l’état une « indemnité compen­satrice » fixée par l’Administration, de telle sorte que « pour chaque PG à son service il ait à débourser au total une somme équivalente au salaire mini­mum de l’ouvrier français, manoeuvre ou spécialiste de la catégorie cor­respondante », le salaire de comparaison étant fixé par un arrêté du Ministère du Travail pour chaque région, puis pour chaque département.

72Ainsi, le prisonnier de guerre, tout en obtenant une rémunération pour son activité, participe directement à l’effort de production nationale et constitue de surcroît une source de revenus pour l’état.

  • 25 On observe, au cours de la période considérée, l’existence de plusieurs types de dépôts : dépôts d’ (...)
  • 26 Buisson, op. cit., p. 114.

73Même logé, nourri et gardé par ses employeurs, le PG continue d’appar­tenir à un « commando professionnel » et relève d’un « dépôt »25 qui est responsable de son habillement ainsi que de son maintien dans de bonnes conditions physiques. C’est d’ailleurs à partir du dépôt civil ou militaire qu’une inspection est organisée pour vérifier le respect des conventions internationales, la fréquence normale étant pour chaque prisonnier celle d’une inspection par trimestre26, sans préjuger des inspections non admi­nistratives effectuées par le CICR et d’autres organisations caritatives.

74Quant au problème de la garde des PG, il est désormais résolu de la façon suivante : seuls sont gardés par la troupe (40 000 hommes maximum au total, cf. supra), les prisonniers des dépôts et des gros commandos civils. La majorité des PG employés dans le secteur civil se trouvent placés sous la responsabilité de l’employeur qui, en cas d’évasion, doit verser à l’Autorité militaire une amende de 1500 F destinée à couvrir les frais de recherches. Il ressort des statistiques que les évasions sont moins fréquentes pour les PG logés chez des employeurs privés que pour ceux gardés dans des dépôts ou dans des commandos de taille importante.

75Il semble inutile ici de revenir sur la troisième phase de l’histoire des prisonniers allemands employés dans l’économie françaises ; cette phase correspondant à la libération systématique des PG a été évoquée précédem­ment. Il convient néanmoins de garder en mémoire le processus de « trans­formation sur place » concernant plus de 100 000 PG devenus travailleurs libres, ce qui a largement facilité la transition en matière de main-d’œuvre.

Les conditions de captivité

76Il ne peut être question, dans ce cadre, de faire un bilan exhaustif d’un phénomène qui, par essence, demeure fort complexe, puisqu’il se résume à une juxtaposition de centaines de milliers d’expériences individuelles.

77Néanmoins l’examen des diverses sources documentaires laisse appa­raître que, dans l’ensemble, le sort des prisonniers de guerre allemands en France, s’il a parfois été dur sur le plan physique en raison des travaux à accomplir, n’a pas été en contradiction majeure avec les règles internatio­nales. Vingt ans plus tard, les études allemandes rejoignent en la matière les rapports officiels français, même si elles apportent quelques nuances ou cri­tiques, ce qui, au fond, correspond à une certaine logique. En effet, dès la mise en place du service des prisonniers de guerre en Afrique du Nord et de façon plus systématique lors de la libération du territoire, la conception qui a prévalu fut celle de l’utilisation massive de ceux-ci ; il s’ensuivait que cette main-d’œuvre, pour être rentable, devait être maintenue dans des conditions physiques satisfaisantes.

78Sur le plan sanitaire comme sur les autres (logement, habillement, ali­mentation) on vérifie la même évolution historique qui conduit d’une période d’improvisation et de difficultés (1943-1945) à une phase d’organi­sation et d’amélioration des conditions générales de captivité (1946-1948).

79Certes la Convention de Genève de 1929 stipulait, dans son article 9, que les membres du personnel sanitaire capturés devaient être renvoyés à leur puissance d’origine ; mais l’Allemagne ayant en 1940 conservé d’office les sanitaires, la France s’autorise en 1943 à faire de même. Cela permet vrai­semblablement d’atténuer les effets de la captivité pour les PG de l’Axe en Afrique du Nord où des cas de maladie (paludisme) et de malnutrition sont fréquemment signalés. En 1945, arguant de l’absence d’un gouvernement allemand avec lequel elle pourrait négocier la question des sanitaires, la France maintient en captivité ceux dont elle a besoin pour l’encadrement d’un nombre croissant de PG selon le principe suivant : un médecin et dix infirmières sont nécessaires pour 1000 PG, ainsi qu’un dentiste pour 3000 PG.

  • 27 Buisson, op. cit., p. 385.

80Pour la période 1943-1948, soit au total un million de prisonniers, on enregistre 24 17827 décès selon une courbe décroissante qui reflète bien la normalisation de la situation.

  • 28 Buisson, op. cit., p. 385.

81C’est en septembre 1945 que le taux de mortalité est le plus élevé parmi les prisonniers, phénomène qui s’explique à la fois par les conséquences des derniers mois de guerre et par l’absence d’un tri véritable entre les prison­niers valides, aptes à travailler, et les autres. Sur un effectif total de 734 632 PG, les décès s’élèvent pour le mois à 3 806, soit 5‰. Il demeure que, pour l’ensemble de l’année, le taux de mortalité des PG allemands avec 3,9‰ est sensiblement plus faible que celui de la population masculine française se trouvant dans la tranche d’âge de 25 à 29 ans, soit 6,3‰. Les sources fran­çaises28 soulignent le fait, mais ne précisent pas qu’une partie non négli­geable de cette population masculine participe jusqu’en mai 1945 à des opérations militaires auxquelles par essence sont soustraits les prisonniers de guerre allemands.

82Au cours des années suivantes, la mortalité des PG diminue de façon très nette, comme en témoigne le tableau 3.

Tableau 3 : évolution de la mortalité des PG allemands en France

Année

Nombre de décès

Taux moyen de mortalité en ‰

Nombre moyen de PG

1945

15 767

3,9

741 239

1946

5 112

0,2

663 000

1947

1 020

0,15

423 912

1948

256

0,073

54 700

Source : Buisson, op. cit., p. 221

83Ces chiffres émanant des autorités françaises ont été repris dans les études allemandes qui ajoutent simplement que les statistiques ne peuvent prendre en compte les décès intervenus après les libérations anticipées de PG malades ou inaptes au travail.

84En matière de logement, d’habillement et d’alimentation, les difficultés de la période 1943-1945 ont été abondamment évoquées, tant dans les sources françaises qu’allemandes : elles sont le reflet des circonstances historiques et plus précisément de la pénurie qui caractérise le fonction­nement de l’économie française depuis l’armistice de juin 1940. La libé­ration progressive du territoire, l’enthousiasme qui suit la victoire n’y changeront rien et les prisonniers connaîtront les mêmes rigueurs que la majorité des Français, rigueurs à peine atténuées jusqu’à la fin de 1945 par quelques prélèvements effectués dans les dépôts de l’Allemagne vaincue ou par quelques livraisons provenant des réserves américaines.

  • 29 Cf. Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, p. 135.
  • 30 Buisson, op. cit., p. 213.

85On observe qu’en 1946, pour les PG internés dans des dépôts, la ration journalière ne dépasse pas 1800 calories par jour : c’était le régime moyen des Français durant les quatre années d’occupation29. En 1947 les 2000 calories sont atteintes et en 1948 les 2200 calories journalières sont dépas­sées. Il est clair que pour la majorité des PG qui sont employés dans le secteur privé – dont beaucoup dans l’agriculture – les conditions sont par nature plus favorables, le principe étant que les PG détachés dans l’économie civile reçoivent la même ration que les travailleurs français effectuant le même travail, et ce à l’exception du vin30.

86Si, dans l’ensemble, les conditions de captivité des prisonniers de guerre allemands ne peuvent être considérées comme anormalement difficiles, il apparaît cependant que, sur trois points au moins, les autorités françaises ont adopté une attitude qui n’était pas conforme aux dispositions internatio­nales : il s’agit du déminage, des sanctions envers le personnel sanitaire et des modalités de correspondance entre les PG et leurs familles.

87La Convention de Genève ayant, dans son article 32, interdit l’emploi de prisonniers de guerre « à des travaux insalubres et dangereux », il était évi­dent que les opérations de déminage auxquelles participèrent les PG alle­mands constituaient une violation nette des accords internationaux : les cri­tiques furent vives, de la part de la Croix Rouge et de l’opinion publique internationale – américaine surtout ; on en retrouve la trace dans les ouvrages allemands les plus récents. Afin de se justifier, la France invoqua l’urgence qu’il y avait, tant en Afrique du Nord qu’en Métropole, à protéger les populations civiles contre les séquelles meurtrières des combats. Pour renforcer l’argumentation, on ajouta que les spécialistes allemands désignés pour ces travaux de déminage étaient souvent ceux-là même qui avaient posé les mines, des mines qui, tout bien considéré, avaient été placées par l’occu­pant en territoire français, aux frontières, dans les ports et sur les côtes.

88Autre manquement aux règles internationales, les sanctions – en général légères – infligées au personnel sanitaire pour des raisons de discipline. Certes, les textes en vigueur ne les prévoyaient pas, mais, sur ce point, la France invoqua la nécessité d’éviter toute discrimination entre les prison­niers, ce qui au fond confirmait de façon indirecte sa conception quant à la captivité des sanitaires allemands.

  • 31 Cette restriction à la correspondance est surtout sensible dans le cas des prisonniers gardés dans (...)

89Enfin, dans l’organisation de la correspondance entre les prisonniers et leurs familles, la France n’a pas totalement respecté la Convention de Genève. Comme elles en avaient le droit, les autorités françaises ont mis en place un système de « formules réglementaires de correspondance » dans le sens prisonniers-familles, mais elles ont parfois31 restreint l’échange dans le sens familles-prisonniers en imposant des coupons-réponses. Les explica­tions avancées pour justifier une telle censure qui ne sera assouplie qu’au printemps 1948 furent, comme dans les cas précédents, d’ordre pratique – la multiplicité des langues parlées par les soldats de la Wehrmacht, et « moral » – l’Allemagne ayant utilisé le même procédé pour les prisonniers français.

Les principaux secteurs d’emploi des PG allemands

90Du point de vue économique, la main-d’œuvre que représentent les PG allemands peut être subdivisée en trois catégories : les inactifs, les prison­niers employés dans le secteur militaire et les prisonniers affectés à l’éco­nomie « civile ». (Cf. graphique 3, ci-après)

91Quel qu’ait pu être le désir des autorités françaises de voir un maximum de prisonniers allemands employés à des tâches constructives et utiles, tout contingent de soldats captifs comporte son volant d’inactifs.

  • 32 Notes documentaires et études, n° 270, p. 4.
  • 33 Ibid., p. 7, note 2.

92Il s’agit des officiers, des sous-officiers réfractaires au travail et des PG inaptes ou malades ; les statistiques comptent également parmi les inactifs les prisonniers qui se trouvent en instance de mise au travail (avant l’affec­tation à un commando) ou en instance de libération (dans le cas de prison­niers non-allemands remis à leurs autorités nationales). On observe enfin que les statistiques officielles rangent dans cette catégorie32 le « personnel néces­saire au service intérieur et à l’entretien des dépôts » ainsi que le personnel sanitaire33.

  • 34 Par exemple la plupart des Italiens avant la fin de 1945, les Autrichiens durant le printemps et l’ (...)

93Si, durant l’ensemble de la période 1945-1948, le chiffre global des inactifs connaît quelques fluctuations correspondant tantôt aux livraisons de prisonniers par les Alliés, tantôt aux libérations de prisonniers non-alle­mands34, l’évolution générale est parallèle à celle du nombre total des prisonniers : après un gonflement des effectifs de cette catégorie qui, en octobre 1945, représentent presque 1/3 de l’ensemble (207 000 sur 700 000), le nombre des inactifs se stabilise en 1946 autour de 100 000 personnes pour fléchir progressivement jusqu’à la phase ultime des rapatriements amorcée au printemps 1948.

94Le fait essentiel sur le plan économique est que, durant plus de trois ans, de novembre 1945 à décembre 1948, la part des inactifs dans l’effectif global des PG demeure stable autour de 20% (Cf. graphique 3 et tableau 4)

95Bien différente est l’évolution de la main-d’œuvre employée dans le secteur militaire.

96De 1943 au début de 1945, la majeure partie des PG exerçant une activité effectuent des tâches secondaires liées au fonctionnement de l’appareil militaire français. Exception faite des PG employés dans les mines ou l’agri­culture de l’Afrique du Nord et des commandos « prêtés » pour des opé­rations de déblaiement en Métropole, leur activité consiste à entretenir le matériel, à participer au déminage, à faciliter les transports ou la manuten­tion. En janvier 1945, sur 35 000 PG, 21 000 – soit près de 60% – travaillent dans le secteur militaire. Au cours de l’année 1945, la situation se modifie radicalement : le nombre des prisonniers va se trouver multiplié par 20, passant de 35 000 à 700 000, le nombre des inactifs va passer de 1 100 à 137 000, alors que le chiffre des PG directement employés par l’Armée ne fait que quadrupler, passant de 21 000 à 80 000.

97Du point de vue de l’emploi des prisonniers, les statistiques du mois d’avril 1945, à la veille de la capitulation allemande, sont caractéristiques : chacune des trois catégories regroupe 1/3 de l’effectif total. Ainsi, sur 77 000 prisonniers, 27 150, soit 35%, sont inactifs, 22 500, soit 29%, sont encore employés par l’Armée et déjà 27 400, soit plus de 35% effectuent des travaux dans le secteur civil. Quelques mois plus tard se précise la nouvelle répartition des PG qui, pendant trois ans, permettra d’utiliser cette main d’oeuvre à la reconstruction économique.

  • 35 Auxquels il faut ajouter 1700 à 1900 prisonniers prêtés par la France aux autorités militaires alli (...)
  • 36 Buisson, op. cit., p. 152.

98Le principe en est simple : à partir d’un « volant » d’inactifs relativement stable autour de 20% du total, une proportion croissante de PG est affectée au secteur civil, ce qui diminue d’autant le nombre des prisonniers employés par l’Armée : de 80 00035 en décembre 1945 (soit 11,5% du total) les PG allemands ne sont plus que 7 600 (soit 2,4%) dans le secteur militaire deux ans plus tard, en décembre 1947. Dès la fin 1945, le Ministère du Travail joue un rôle capital dans cette évolution en comptabilisant les besoins et en codifiant l’emploi des prisonniers qu’il réclame à l’Armée. Parallèlement, les pressions des syndicats visant à interdire l’emploi de prisonniers dans les fonctions de secrétaires, plantons, cuisiniers, ordonnances, etc., réduisent les capacités d’accueil du secteur militaire et l’incitent à abandonner une main-d’œuvre qu’il n’a plus le loisir d’utiliser. Ainsi, au cours des premiers mois de l’année 1946, il devient évident que l’Armée, si elle conserve la respon­sabilité des PG, n’en maîtrise plus l’affectation en tant que main-d’œuvre, phénomène qui reflète bien au fond la redistribution des cartes intervenues sur le plan politique depuis la démission du Général de Gaulle en janvier. Le 20 mai 1946, une circulaire limite à 25 000 le contingent des PG pouvant être employés dans l’Armée, celle-ci devant recevoir les « S.S. indésirables » ainsi que les « prisonniers aptes aux travaux légers »...36 En 1947 une étape suivante est franchie : le gouvernement ayant dû accepter le principe de la libération des PG, le Ministère du Travail décide de regrouper toute la main d’oeuvre au profit d’activités prioritaires et invite l’Armée à céder avant le 31 mai tous les prisonniers utilisables. Par dérogation, 8 000 environ pour­ront être conservés, la plupart seront affectés d’octobre 1947 à avril 1948 à l’entretien ou à la restauration des bâtiments devant servir comme derniers dépôts lors de la libération définitive.

99C’est la troisième catégorie de PG allemands qui, par son importance quantitative et par son rôle économique, présente sans conteste le plus d’intérêt.

100Comme on l’a vu précédemment, l’idée d’une utilisation des prisonniers de guerre allemands à des tâches de reconstruction économique est une des composantes essentielles de la politique française à l’égard de l’Allemagne, et ce avant même la fin des hostilités. Sur ce point, la position de la France n’est pas sans analogie avec la pratique soviétique et elle s’éloigne assez nettement des conceptions britanniques, belges et a fortiori américaines.

101D’abord employés par l’Armée, les PG allemands sont progressivement affectés à des commandos civils dès le début de 1945. À mesure que se chiffrent les besoins et selon les capacités d’accueil, les trois premiers tri­mestres de 1945 voient le chiffre de PG employés dans l’économie civile augmenter jusqu’à un seuil de 400 000. D’octobre 1945 jusqu’à juin 1947, soit pendant près de deux ans, cet effectif sera maintenu, voire dépassé pour atteindre un peu plus de 500 000 entre avril et septembre 1946.

  • 37 Notes documentaires et études, op. cit., p. 3.

102L’année 1946 représente donc une année « exemplaire » en la matière, un volant de 450 000 à 500 000 PG allemands étant directement mis au service de l’économie française. Un rapport de mars 1946, rédigé à la demande du Secrétariat à l’Information du gouvernement par la Direction des prisonniers de guerre du Ministère des Armées résume bien les préoccupations du mo­ment et la diversité des tâches auxquelles ces prisonniers sont affectés37.

« La France a besoin de travailleurs dans toutes les branches d’activité du pays. S’il importe de relever les ruines accumulées sur tout le territoire et de réaliser le déminage de régions étendues, il n’est pas moins urgent de fournir à l’agriculture, aux houillères et autres industries extractives, aux sources d’énergie hydro-électriques, au forestage, aux travaux publics, aux grandes entreprises de transport, aux industries de fabrication et de transformation de toute nature, les bras nécessaires à une reprise économique qui, pour toute la nation, est une question vitale. À côté des grandes entreprises économiques, il ne faut pas méconnaître non plus les nécessités de toutes les petites exploi­tations industrielles, agricoles ou commerciales qui ont une place importante dans l’économie française. De même, à côté de tous les secteurs de l’écono­mie civile, il y a intérêt à pourvoir les secteurs militaires pour la remise en état de camps, de terrains d’aviation, de ports de guerre, etc...

Au total, les besoins de main-d’œuvre englobent dans leur nature absolument toutes les branches de l’activité nationale ; en quantité, ils pourraient se chiffrer par un nombre extrêmement important, sans doute plusieurs millions d’hommes ».

103Trois secteurs économiques principaux utilisent la main-d’œuvre des prisonniers de guerre : l’agriculture, les mines et la « reconstruction ».

104Tant que durent les hostilités, ce sont les industries extractives et la « reconstruction » (dont le déminage) qui mobilisent la part la plus impor­tante de cette main d’œuvre, respectivement 30% pour les mines et environ 20% pour la reconstruction ; cependant dès le mois de mai 1945 jusqu’à la fin de 1948, le secteur « agriculture et forêts » accueille au moins 50% de tous les PG du travail en Métropole, ce qui n’est pas sans rappeler, toutes proportions gardées, la situation observée en Afrique du Nord.

  • 38 Sauvy, Alfred, op. cit., p. 145.

105Ainsi, d’octobre 1945 à août 1947, 200 000 prisonniers allemands, voire 250 000 au cours de l’été 1946, permettent un redressement de l’agriculture française dont la production en 1945 atteignait à peine 60% de celle réalisée en 193838.

106Cette stabilité dans l’emploi d’un tel nombre de PG pendant plus de trois ans s’explique par le caractère structurel des besoins d’une agriculture qui, certes affaiblie par les ponctions de main-d’œuvre et les prélèvements des années d’occupation, souffre avant tout d’un retard technologique. On oublie en effet trop souvent que la France devra attendre les années cinquante et soixante pour réaliser la révolution agricole réussie par l’Allemagne à la fin du xixe siècle : à cet égard, le travail des PG allemands, même s’il est res­senti comme une « juste réparation » des méfaits de guerre, est au fond un palliatif avant l’inévitable mutation.

  • 39 En 1946 qui peut être considérée comme année de référence, la répartition de la main-d’œuvre consti (...)

107La perspective est un peu différente pour les mines et pour cette branche que les statistiques françaises de l’époque intitulent « reconstruction »39. Dans les mois qui suivent la libération du territoire, la part des effectifs employés à la reconstruction augmente fortement ; elle passe de 9% à 22% du total, au détriment de celle utilisée dans les mines qui, de 28,1% en février 1945 s’abaisse à 7,9% en novembre de la même année. À partir de 1946, un nouvel équilibre s’instaure : le pourcentage de PG employés à la reconstruction décroît lentement, ce qui est conforme à la nature des tâches désignées par ce terme. Ainsi le nombre de prisonniers travaillant dans cette branche, après avoir été égal ou supérieur à 100 000 entre novembre 1945 et avril 1946 passe à 70 000 en janvier 1947 et à 23 000 en décembre.

108En revanche, on retrouve dans l’emploi des PG allemands l’une des préoccupations majeures de l’époque : la « bataille du charbon ». Dès le mois de décembre 1945, la proportion de prisonniers employés dans les mines augmente à nouveau : elle passe de 8,3% (39 000 PG) en décembre 1945 à 12,2% (51 000 PG) en décembre 1946 et se stabilise autour de 14% en 1947, atteignant durant l’été de 1947 le même niveau que celui des effec­tifs de PG travaillant à la « reconstruction » (soit un peu plus de 50 000 PG) pour l’emporter ensuite largement. Pendant le deuxième semestre de 1947, les quelque 50 000 PG allemands travaillant à l’extraction du charbon constituent près de 25% de l’effectif global (221 000 personnes) employé par les houillères. À la lumière de ces chiffres et sachant à quel point la pénurie de main-d’œuvre comme la médiocrité des installations entravent la produc­tivité de cette branche, on comprend mieux les réticences manifestées par les autorités françaises lorsqu’il est question de libérer les prisonniers de guerre allemands.

109Si d’autres branches ont également bénéficié de l’apport en main-d’œuvre que constituaient les PG, le rôle de ceux-ci ne peut y être considéré comme particulièrement significatif. On observe néanmoins l’emploi de prisonniers à des tâches d’intérêt communal (voirie essentiellement) d’avril 1946 à juin 1948, l’utilisation de PG à la restauration de l’infrastructure routière (travaux publics) et à la remise en état du réseau ferré, la SNCF employant 5 000 à 8 000 prisonniers entre 1945 et 1948.

Répartition géographique des prisonniers de guerre

110Suivant les différentes phases de la captivité qui ont été évoquées précé­demment, la répartition géographique des PG présente d’importantes varia­tions. Il est clair cependant que l’intérêt d’un tel examen se situe au moment où le nombre des prisonniers aptes au travail est le plus élevé. C’est en 1946 que se manifeste la contribution la plus massive des prisonniers au relève­ment de la France, leur effectif employé culminant en mars et avril grâce à la conjonction de deux facteurs : un chiffre global de PG encore très important (810 000) et une augmentation permettant de les répartir efficacement selon les besoins. À cet égard, le recensement du 10 mars 1946 intervient donc à un moment particulièrement favorable.

111On y vérifie que le nombre de PG employés dans le secteur civil est en passe d’atteindre son seuil maximum : 477 000 le 10 mars 1946 et plus de 520 000 le 1er avril, ce contingent d’un demi million de PG affectés au secteur civil demeurant relativement stable jusqu’en septembre 1946 pour décroître ensuite.

112Un examen de la répartition des prisonniers allemands selon les départe­ments illustre bien le rôle qui leur a été assigné dans l’économie française.

  • 40 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 234 et suiv.

113Les statistiques en chiffres absolus40 montrent une présence dans tous les départements, Corse exceptée. Les zones rurales du Centre et du Sud (Indre, Cantal, Lot, Lozère, Hautes-Pyrénées) comptent à peine plus de 1000 PG par département. En revanche, il y en a 35 700 dans le Pas-de-Calais, à cause des houillères, mais également 12 700 dans les Bouches-du-Rhône, plus de 11 000 dans le Var et la Gironde, c’est-à-dire là où les façades maritimes du pays ont particulièrement souffert de la guerre. Dans l’est de la France (Bas-Rhin, Haut-Rhin, Moselle), l’effectif des PG au travail se situe autour de 20 000 par département, alors que dans les zones très urbanisées de la région parisienne et de l’agglomération lilloise il n’y en a pratiquement pas.

114Par rapport au total des actifs, le pourcentage représenté par les prison­niers de guerre allemands est de 2,3%. De ce point de vue aussi on vérifie, à la fois une présence sur l’ensemble du territoire, mais des variations dans la densité selon les régions. Globalement les PG sont sous-représentés dans l’Ouest et le Massif Central. En revanche, dans tous les départements du Nord-Est (Lorraine, Alsace) et dans trois départements du Sud-Est (Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Var), leur part dans la population active varie entre 5,2% (Vosges) et 9,4% (Moselle).

  • 41 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 238 et suiv.

115étant donné que 50% environ de la main-d’œuvre constituée par les PG se trouve employée dans l’agriculture, une confrontation avec les actifs de ce secteur peut présenter un intérêt41. La part des prisonniers y atteint 2,7% du total des actifs, mais l’importance des dépôts du Nord-Est conduit à une surreprésentation des PG se trouvant dans les départements où le secteur agricole n’est pas prépondérant.

116Cette répartition des prisonniers selon les départements permet ainsi de vérifier le caractère organisé et systématique de la politique de réparations menée par la France, une partie des PG étant affectée en priorité à des tâches de déminage et de déblaiement ainsi qu’à l’extraction minière ou à des travaux publics (routes, ports, barrages), tandis que le reste est utilisé à des activités agricoles, là où un supplément de main-d’œuvre peut améliorer la production.

Bilan de l’apport économique des prisonniers de guerre

117Si les statistiques du recensement de mars 1946 sont précises quant à la localisation géographique des prisonniers, rares sont en revanche les indica­tions permettant de chiffrer l’apport qu’ils ont représenté pour l’économie française.

118L’on sait qu’au cours de l’année 1946, les PG constituent un peu moins d’1/3 de la main-d’œuvre employée à l’extraction du charbon (cf. supra), ce rapport étant de 1/5 à la fin de 1947. Globalement les sources françaises et allemandes avancent pour ces deux années une contribution des prisonniers correspondant à 30% de la production charbonnière.

119Pour les autres activités, déminage, déblaiement, par exemple, comment chiffrer exactement les prestations ?

  • 42 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 250.
  • 43 Ibid., p. 249.

120De façon plus générale, la part des prisonniers dans la production natio­nale est estimée pour 1946 à 3,2% dans le secteur primaire, 2,8% dans le secteur industriel et à 0,9% dans les activités de service relevant de l’état, ce qui représenterait au total 1,9% du produit intérieur net de l’année42 ou 1,7% du produit national43.

121Une évaluation financière de cet apport telle qu’elle a été faite dans les sources allemandes comporte néanmoins des limites, car elle ne prend en compte que l’année 1946, année « record » en matière d’emploi des prison­niers, et elle ne déduit pas les frais engagés pour leur garde ou leur entretien.

  • 44 Buisson, op. cit., p. 374 et Le Monde du 5 janvier 1949.

122Plus globales, mais peut-être plus suggestives, sont les évaluations qui, du côté français, évoquent « des centaines de millions de journées de travail »44 et les statistiques des chercheurs allemands parvenus à 383 millions de jours ou 3,06 milliards d’heures consacrées par les prisonniers de guerre à cette reconstruction.

123Il reste qu’une fois achevé le rapatriement, une fois apaisées les rancoeurs et les souffrances de la captivité, l’aide que les prisonniers de guerre alle­mands ont apportée à la France fut clairement reconnue comme en témoi­gnent eux-mêmes les responsables militaires français :

  • 45 Buisson, op. cit., p. 375.

« Le bilan économique est [...] splendide et l’on est bien obligé de reconnaître ce qui n’est que la vérité, à savoir que les prisonniers de guerre ont puissamment contribué au relèvement d’une France ruinée par la guerre et par l’occupation".45

124Après les antagonismes, l’oppression et les rapports de force qui, depuis des générations, caractérisaient les relations franco-allemandes, ne pourrait-on pas voir dans cette contribution des PG allemands le premier pas vers une réconciliation des deux peuples ?

Bibliographie

Ministère de la Défense Nationale (Général Buisson) Historique du service des prisonniers de guerre de l’Axe, 1943-1948, Paris, Direction générale des prisonniers de guerre de l’Axe, 1948, 487 p. polycopié.

Notes documentaires et études, Secrétariat d’état à la Présidence du Conseil. Paris n° 270, 26 mars 1946, Les prisonniers de guerre en mains fran­çaises, 8 p. et n° 563, 4 mars 1947, La situation des prisonniers de guerre allemands en France, 16 p.

Boehme, Kurt W., Die deutschen Kriegsgefangenen in französischer Hand. Bielefeld, E. Gieseking, 1971, 390 p.

Sauvy, Alfred, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 1978, 256 p.

Maschke, Erich, Die deutschen Kriegsgefangenen des 2. Weltkrieges. Eine Zusammenfassung, Bielefeld, E. Gieseking, 446 p.

Le Monde, 5 janvier 1949

Notes

1 Nous reprenons ici l’abréviation couramment utilisée.

2 Ministère de la Défense Nationale. Historique du Service des prisonniers de guerre de l’Axe 1943-1948, Paris, Direction Générale des prisonniers de guerre de l’Axe, 1948. Afin de simplifier la lecture, nous citerons cet ouvrage selon la méthode adoptée par les sources allemandes qui considèrent comme auteur principal de ce rapport administratif le général de corps d’armée Buisson, responsable du service durant la majeure partie de la période considérée (juillet 1945-décembre 1948).

3 Par exemple les moins de 15 ans du Volkssturm.

4 On estime à 145 000 le total des prisonniers faits par la 1ère Armée française sur les divers théâtres d’opérations. Le nombre de prisonniers provenant des garnisons de l’Atlantique atteint 72 000, alors que le chiffre des prisonniers capturés par la Résistance intérieure se situe dans une fourchette allant de 20 000 à 50 000 (Buisson, op. cit., p. 37, 38 et 386).

5 Buisson, op. cit. p. 37.

6 Étude rédigée par la Direction Générale des prisonniers de guerre (Ministère des Armées) à la demande du Secrétariat à l’Information du gouvernement français et publiée dans Notes documentaires et études n° 270 du 26 mars 1946 sous le titre Les prisonniers de guerre en mains françaises.

7 Idem, publiée dans Notes documentaires et études N° 563 du 4 mars 1947 sous le titre La situation des prisonniers de guerre allemands en France.

8 M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968, p. 572.

9 Il ne peut être question dans ce cadre d’analyser plus avant le bilan économique et démographique de la guerre pour la France.

10 C’est un thème qui inspirera jusqu’à nos jours les polémiques franco-allemandes consacrées au problème des PG ...

11 Ces faits permettent aux autorités françaises de constater – non sans quelque cynisme – que sur 638 000 prisonniers cédés par les Américains à la France 130 000, soit 20%, n’ont pu être utilisés.

12 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 169 et suiv..

13 Ainsi la « mise en congé de captivité » pour 10 000 PG originaires de la zone française d’occupation, afin qu’ils contribuent plus directement au relèvement économique de leur région.

14 Cf. graphique 1 colonnes 1 et 3.

15 Le gouvernement français est le premier à avoir pris cette mesure dans le cas des Italiens et des Autrichiens.

16 Il n’existait pas d’état de guerre entre la Roumanie et la France.

17 Buisson, op. cit., p. 66.

18 Cf. tableau 1.

19 Mais uniquement en France métropolitaine ; en Afrique du Nord, cette option est exclue...

20 Buisson, op. cit. , p. 68.

21 Boehme Helmut, op. cit., p. 138.

22 Boehme Helmut, op. cit., p. 128.

23 Depuis le décret du 9 juin 1944, chaque région militaire possède le même ressort territorial et le même chef-lieu que la région économique, la France étant découpée en 22 régions : une liaison étroite s’instaure entre le général commandant la région militaire et le Commis­saire de la République ; cette coordination disparaîtra avec le décret du 18 février 1946 ramenant à 9 le nombre des régions militaires et avec la loi du 26 mars 1946 supprimant les régions économiques.

24 Notes documentaires et études n° 270, p. 4.

25 On observe, au cours de la période considérée, l’existence de plusieurs types de dépôts : dépôts d’officiers et dépôts de troupe, dépôts de transit et de rassemblement, mais surtout des dépôts de main-d’œuvre, parmi lesquels les plus importants sont les dépôts miniers.

26 Buisson, op. cit., p. 114.

27 Buisson, op. cit., p. 385.

28 Buisson, op. cit., p. 385.

29 Cf. Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, p. 135.

30 Buisson, op. cit., p. 213.

31 Cette restriction à la correspondance est surtout sensible dans le cas des prisonniers gardés dans les dépôts. En revanche, les PG employés dans le secteur privé disposent de larges facilités de correspondance avec leurs familles, ainsi qu’en témoignent de multiples exemples, cités tant par les sources allemandes que par les rapports français.

32 Notes documentaires et études, n° 270, p. 4.

33 Ibid., p. 7, note 2.

34 Par exemple la plupart des Italiens avant la fin de 1945, les Autrichiens durant le printemps et l’été de 1946.

35 Auxquels il faut ajouter 1700 à 1900 prisonniers prêtés par la France aux autorités militaires alliées en France.

36 Buisson, op. cit., p. 152.

37 Notes documentaires et études, op. cit., p. 3.

38 Sauvy, Alfred, op. cit., p. 145.

39 En 1946 qui peut être considérée comme année de référence, la répartition de la main-d’œuvre constituée par les PG dans cette branche d’activité est la suivante : environ 52% dans des travaux d’ordre général tel que le déblaiement des ruines, 40% dans le déminage et 8% dans la construction de barrages.

40 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 234 et suiv.

41 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 238 et suiv.

42 Cf. Boehme Helmut, op. cit., p. 250.

43 Ibid., p. 249.

44 Buisson, op. cit., p. 374 et Le Monde du 5 janvier 1949.

45 Buisson, op. cit., p. 375.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr