Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988

 | 
Gilbert Krebs

Deuxième partie : La Paix et la Guerre

La paix par la jeunesse

Aspects du pacifisme en France et en Allemagne entre les deux guerres mondiales

Gilbert Krebs

Texte intégral

1S’il est probable, hélas, que les guerres, les conflits armés entre groupes d’hommes, entre tribus et entre peuples sont une réalité aussi ancienne que l’humanité elle-même, on peut supposer que l’amour de la paix, la volonté de la restaurer quand elle est perdue, de la préserver lorsqu’elle est menacée sont, eux aussi, de très anciennes aspirations des hommes. Mais le pacifisme en tant que mouvement organisé ou comme notion désignant « les efforts individuels et collectifs pour propager une politique de règlement pacifique des conflits entre états sans recours à la force et pour réaliser une commu­nauté d’États et de peuples pacifique et fondée sur le droit » est un phéno­mène relativement récent.

2Il date pour l’essentiel du xixe siècle et les formes qu’il a prises ont considérablement varié au cours du temps. Avant de nous arrêter sur quelques aspects et quelques initiatives caractéristiques du pacifisme des années 20 et 30 en France et en Allemagne, il convient donc de situer le phénomène dans son contexte historique.

L’histoire d’un espoir

3Nombreux furent, au cours des siècles, les hommes de pensée ou d’action qui, d’érasme à Kant, de Sully à Saint-Simon en passant par William Penn ou l’abbé de Saint-Pierre, ont condamné la guerre et proposé des systèmes destinés à garantir la paix universelle et éternelle.

  • 1 Marcel Merle distingue ainsi entre six thèmes principaux des mouvements de la paix : la paix par la (...)

4À partir du xixe siècle, ces visions philosophiques, morales ou poétiques d’un monde de paix et d’amour se multiplient, et aux appels individuels viennent s’ajouter les efforts collectifs pour réaliser cet idéal. Le mouvement de la Paix devient dès lors, dans de nombreux pays, un élément plus ou moins important de la vie politique et sociale. Simple par l’objectif qu’il vise, le mouvement se présente sous des aspects très divers selon ses arrière-plans idéologiques et selon les moyens qu’il préconise pour atteindre son but. Au-delà des différentes typologies qui ont été proposées1, il nous semble que la plupart des formes du pacifisme peuvent se ranger dans l’une ou l’autre des trois catégories suivantes : d’abord le pacifisme qui estime qu’il faut commencer par réformer l’homme, créer un homme nouveau, pacifique, hostile par nature à toute violence ; ensuite le pacifisme qui veut d’abord réformer ou révolutionner la société, persuadé que la société nouvelle façon­nera un nouvel homme et créera un nouvel équilibre entre les nations ... lorsque toutes auront adopté le même modèle de société ; enfin il y a les réalistes qui simplement cherchent à régler les relations entre nations en créant des institutions capables de jouer le rôle d’arbitre ou de gendarme, de manière à éviter autant que possible que les différends ne dégénèrent en conflits armés.

5La première de ces attitudes était pendant longtemps représentée surtout par des communautés religieuses comme celles des Mennonites ou des Quakers – que leur caractère de sectes condamnait à un certain isolement et donc, malgré l’intransigeance de leurs convictions non-violentes et l’ardeur de leur prosélytisme, à une certaine impuissance. La seconde se retrouve principalement dans des partis ou des mouvements politiques. Quant à la troisième attitude, la plus importante au cours du xixe siècle, elle est le fait de mouvements généralement sans attaches confessionnelles ou politiques précises, mais se recrutant principalement dans les milieux libéraux bour­geois et se fixant comme objectif d’instaurer un nouvel ordre international où le règlement des conflits entre nations pourrait se faire sans recours à la violence.

  • 2 L’« American Peace Society » réunit en 1828 un certain nombre de sociétés qui se sont constituées à (...)

6Le xixe siècle a vu naître ainsi de nombreuses « Sociétés de la Paix » : d’abord la « London Peace Society » (1816) et l’« American Peace Society » (1828)2 ; en 1821, fut fondée en France la « Société de la Morale Chré­tienne » d’où sortira en 1841 un « Comité de la Paix ». En 1830, naquit à Genève la première « Société de la Paix » continentale. Très tôt ces sociétés entrèrent en contact les unes avec les autres : le premier congrès international du mouvement pour la paix eut lieu à Bruxelles en 1848 ; le second à Paris en 1849 fut ouvert par un grand discours de Victor Hugo. Le troisième congrès, dans la Paulskirche de Francfort en 1850, se trouvait déjà placé sous le signe du désenchantement, du reflux des illusions nées dans l’ent­housiasme révolutionnaire de 1848.

  • 3 La Königsberger Friedensgesellschaft fut interdite dès 1850.
  • 4 « Ligue du Bien public », 1863, « Ligue Internationale et permanente de la Paix", 1867, sous l’impu (...)
  • 5 Né en 1836, fondateur de nombreuses associations pour la cause de l’Union européenne, de la paix, d (...)
  • 6 Bertha von Suttner avait publié en 1889 un roman contre la guerre sous le titre : Die Waffen nieder (...)
  • 7 Ludwig Quidde, historien à l’université de Munich, journaliste et homme politique libéral, publia d (...)

7De ce fait, le mouvement de la paix ne parvint pas à prendre pied en Allemagne, malgré une timide tentative du côté de Königsberg3. Tandis que dans toute l’Europe et particulièrement en France de nombreuses sociétés se formèrent pour la cause de la Paix4, il fallut attendre la fin du siècle pour voir se constituer en Allemagne un mouvement analogue, malgré les appels de quelques publicistes comme Constantin Frantz et les tentatives de pionniers comme Eduard Löwenthal5. À partir des années 1880, quelques groupes pacifistes se constituèrent, notamment à Francfort, Stuttgart et Darmstadt. Mais c’est seulement en 1892 que l’Allemagne rejoignit les autres pays européens avec la création, sous l’impulsion d’Alfred Hermann Fried, de la « Deutsche Friedensgesellschaft » (DFG), à Berlin, sur le modèle et sous l’influence de la « Österreichische Gesellschaft der Friedensfreunde », fondée en 1891 par Bertha von Suttner6. Les débuts de la DFG furent malaisés, marqués par des querelles au sein de la direction. C’est seulement à partir de 1907, après le Congrès de la Paix tenu à Munich, que le mouve­ment acquit un certain dynamisme, grâce surtout à l’action de Ludwig Quidde, qui deviendra Président de la DFG en 1914 7.

Avatars du pacifisme en Allemagne

  • 8 Parmi les organisations qui sont restées proches de la Friedensbewegung, il faut citer en particuli (...)
  • 9 Un poème souvent cité de Felix Dahn, auteur à succès (Ein Kampf um Rom), écrit en réaction directe (...)

8En apparence, les mouvements de la paix qui existent vers 1900 en Allemagne et en France se ressemblent beaucoup par les formes de leurs actions, par leurs objectifs et même par les milieux où ils recrutent la plupart de leurs adhérents. Pourtant ils diffèrent sensiblement, surtout en ce qui concerne la place qu’ils tiennent dans la vie publique. En France, le mouve­ment de la paix a une solide implantation dans les milieux politiques de la gauche libérale, notamment dans le parti radical-socialiste, et il possède des relais très efficaces dans la presse républicaine et dans des mouvements comme la Ligue des Droits de l’homme, créée en 1898 dans le contexte de l’affaire Dreyfus. Dans l’Allemagne de Guillaume II, toute entière mobilisée dans un effort colossal, à la fois économique et militaire, le mouvement de la paix est tout à fait marginalisé dans la société et la politique, tout comme l’ensemble du courant démocratique, divisé et réduit à l’impuissance. Isolé dans la vie politique comme dans la société, attaqué de toutes parts, le mou­vement ne trouve guère d’alliés dans son combat pour la paix8. En revanche il a des adversaires résolus et puissants, à la tête desquels on trouve les partis conservateurs et le Alldeutscher Verband, rejoint un peu plus tard par le Deutscher Wehrverein 9.

  • 10 Cette période a vu également la création de nouvelles organisations en Allemagne, notamment, en 191 (...)

9Si le mouvement de la paix « bourgeois » a pu espérer trouver un allié dans le mouvement ouvrier, internationaliste et antimilitariste, il a dû dé­chanter. Pour les socialistes allemands, plus encore que pour leurs homo­logues français, le combat pour la paix passe nécessairement par l’abolition de la société capitaliste, par la révolution. C’est seulement dans les dernières années de l’avant-guerre, à partir de 1906-1907, devant la montée des périls, qu’on peut observer un certain rapprochement ou du moins une plus grande tolérance10. Tout en restant persuadés que le meilleur rempart contre une guerre éventuelle reste la solidarité du prolétariat, les socialistes admettent à présent l’utilité d’instances d’arbitrage internationales et ils consentent à collaborer avec le mouvement de la paix. En 1912 on peut même lire un article d’Eduard Bernstein dans la Friedens-Warte, le journal de la DFG.

10Jean Jaurès écrivait en 1907 : « Oui, l’arbitrage international est possible, oui, la paix du monde est possible » et il ajoute : « c’est par la volonté des ouvriers de tous les pays, lassés de payer de leur sang vos rêves et vos crimes, que l’arbitrage international va s’établir. » Cette même année 1907 voit le congrès de l’Internationale socialiste à Stuttgart proclamer sa volonté d’empêcher la guerre par tous les moyens. Et encore en 1913 le congrès socialiste de Bâle demande « aux travailleurs de tous les pays d’opposer à l’impérialisme capitaliste la force de solidarité internationale du prolétariat » et met en garde les gouvernements contre les risques qu’ils courraient pour leur survie en déclenchant une guerre.

11On sait ce qu’il est advenu de ces résolutions et de ces espoirs. Pas plus que les institutions d’arbitrage mises en place à la Haye par les conférences de 1899 et de 1907, la solidarité des prolétaires et l’internationalisme socia­liste n’ont su empêcher la catastrophe.

12On assista alors, dans le mouvement de la paix, au spectacle affligeant des reniements et des revirements, des silences prudents ou embarrassés et des tentatives désespérées pour expliquer l’inexplicable, justifier l’injusti­fiable. Dans leur grande majorité, les socialistes comme les « pacifistes bour­geois » mirent un point d’honneur à prouver qu’ils n’étaient pas moins bons patriotes que leurs adversaires d’hier. Rares furent ceux qui choisirent le silence ou l’exil. Puis les pacifistes se ressaisirent ; la perspective d’une vic­toire rapide et facile s’éloignait, les deux pays s’installaient dans la guerre et le mouvement trouva dès lors une mission nouvelle : hâter le retour de la paix.

  • 11 Deux congrès de la DFG eurent lieu au cours de la guerre ; le premier en 1915 à Leipzig, le second (...)
  • 12 Ces tentatives de dialogue avec l’étranger se heurtaient à de nombreuses difficultés, notam­ment av (...)
  • 13 Cf. Pierre Grappin, Le Bund Neues Vaterland (1914-1916). Les rapports avec Romain Rolland, Lyon, S. (...)

13En fait – une fois l’enthousiasme d’août 1914 passé et les illusions d’une victoire rapide envolées – le mouvement de la paix n’a jamais cessé de se manifester en Allemagne comme en France11, malgré les difficultés aux­quelles il avait à faire face, malgré une surveillance policière de plus en plus étroite, la censure et des mesures d’interdiction de plus en plus nombreuses. Il a cherché à maintenir le contact avec l’étranger12 et, dans le pays même, il a joué un rôle dans la discussion sur les moyens et les conditions de la paix. Autre signe d’une certaine vitalité, on vit naître de nouvelles organisations, en particulier, en novembre 1914, le « Bund Neues Vaterland » (BNV)13, qui contrairement à la DFG cherchait à agir sur les élites plutôt que sur les masses, puis la « Zentralstelle für Völkerrecht » en 1916. Au sein même de la DFG, on voyait des groupes radicaux s’élever contre la mollesse de la direction du mouvement, notamment les groupes autour de Die Aktion de Franz Pfemfert et du Forum de Wilhelm Herzog.

  • 14 Ludwig Quidde fut vice-président du « Conseil national provisoire » de Bavière, le comte Arco fut a (...)

14À l’approche de la fin de la guerre, le pacifisme fut de plus en plus actif : il pouvait penser que son heure était venue, en même temps que celle de la démocratie en Allemagne. De surcroît, avec les « Quatorze points » du prési­dent Wilson, il voyait pour la première fois certains de ses principes essen­tiels inscrits dans le programme de paix d’un gouvernement. Au moment de la révolution, des dirigeants du mouvement de la paix jouèrent même un rôle politique actif et accédèrent à des responsabilités gouvernementales, notam­ment en Prusse, en Bavière et en Wurttemberg14.

  • 15 L’expression est utilisée par Heinrich Mann dans son essai sur Zola en 1915.
  • 16 Une histoire du pacifisme allemand de la période national-socialiste porte en sous-titre : Ein Beit (...)

15Mais dès que furent connues les conditions de l’armistice – puis celles du traité de Versailles – la position des pacifistes devint de nouveau difficile. Dans de larges couches de la population, la démocratie venue en Allemagne dans les fourgons de l’ennemi, la démocratie « fruit de la défaite »15, se trouvait d’emblée discréditée, et le pacifisme partageait ce discrédit. Il se trouvait accusé d’avoir contribué à la défaite de l’Allemagne, de l’avoir poignardée dans le dos et de vouloir pactiser à présent avec l’ennemi d’hier, avec ces vainqueurs qui faisaient subir à l’Allemagne un traitement si injuste16. Malgré cela, le pacifisme se développa sous la République de Weimar grâce, d’une part, aux nouvelles conditions de la vie politique qui permettaient au mouvement de se déployer plus librement et, d’autre part, au refus radical, à l’horreur viscérale de la guerre que beaucoup d’anciens com­battants avaient rapportés de ces quatre années de tuerie. On assista ainsi à un renouveau des mouvements dans le sens de la diversification et de la radicalisation.

  • 17 Parmi les autres organisations adhérentes citons : « Bund der Kriegsdienstgegner » (env. 20.000 adh (...)

16La DFG reste le mouvement le plus important (il atteindra jusqu’à 30 000 adhérents en 1926). Mais à côté de lui se constituent de nouveaux groupes : la Deutsche Liga für Völkerbund, créée en 1918 par Mathias Erzberger et qui prendra par la suite le relais du Verband für internationale Verständigung ; le Bund Neues Vaterland, qui reste un des mouvements les plus actifs malgré la faiblesse de ses effectifs (env. 1000 adhérents), prend le nom de Deutsche Liga für Menschenrechte et noue des liens étroits avec la Ligue des Droits de l’homme française. Du côté des catholiques, on crée en 1919 le Friedens­bund Deutscher Katholiken (FDK) sous la direction de Magnus Jocham et de Joseph Kral. Il établit des liens avec les catholiques de gauche de Marc Sangnier et travaille en relation avec les mouvements de jeunesse et les syn­dicats catholiques, ainsi qu’avec l’aile gauche du Zentrum (45 000 adhérents en 1929). Le Deutscher Monisten-Bund se rallie au pacifisme, de même que la Gesellschaft für Förderung des Tierschutzes und verwandter Bestre­bungen (créée en 1907) qui prend le nom de Bund für radikale Ethik. Du côté des anciens combattants, le Friedensbund der Kriegsteilnehmer sera une des organisations les plus actives pendant quelques années, notamment par l’organisation annuelle de rassemblements internationaux sur le thème « Nie wieder Krieg ! » entre 1920 et 1926 (il aura jusqu’à 70 000 membres, mais décline ensuite très vite). Au début de 1922, toutes ces organisations pacifistes et un certain nombre d’autres se regroupent dans le Deutsches Friedenskartell (DFK)17

  • 18 En 1921 un groupe de pacifistes allemands, comprenant entre autres le comte Kessler et les dirigean (...)

17Pour le mouvement de la paix allemand, l’objectif prioritaire au lende­main de la guerre était de renouer les liens avec le mouvement international, de faire admettre de nouveau, le plus vite possible, l’Allemagne dans le con­cert des nations et en particulier de normaliser les rapports avec la France. L’entreprise s’avéra plus difficile que prévu. En effet, du fait de leurs liens maintenant plus étroits avec les partis politiques, notamment avec les partis de la coalition de Weimar, les mouvements pacifistes ne pouvaient prendre des positions en contradiction avec les positions officielles de ces partis, notamment reconnaître la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenche­ment de la guerre, accepter les réparations et, d’une façon générale, l’ordre créé par le traité de Versailles. Inversement, les représentants des principaux mouvements pacifistes français, tout comme la plupart des partis politiques français, faisaient de ces points des préalables à toute reprise de contacts suivis avec les Allemands. À la première réunion du Bureau international de la Paix en 1919, la rencontre des délégués allemands et français fut glaciale. La Deutsche Friedensgesellschaft était, à l’évidence, mal placée pour renouer le dialogue entre Allemands et Français. Ce sont d’autres branches du mouvement de la paix qui ont, les premiers, retrouvé le contact : notamment le Bund Neues Vaterland avec la Ligue des Droits de l’homme, le mouvement de la paix catholique avec le mouvement de Marc Sangnier18 et les mouvements de jeunesse.

Une nouvelle génération pacifiste

18Parmi les nouveaux visages que le pacifisme prend au lendemain de la guerre la plus meurtrière que l’Europe ait connue depuis des siècles, un des aspects les plus frappants, c’est l’irruption, notamment en Allemagne, de la jeune génération dans le mouvement de la paix. Qu’il s’agisse de jeunes isolés ou de mouvements de jeunesse, cette apparition de la jeunesse entraîne aussi de nouvelles formes d’action, plus spectaculaires que les congrès tradi­tionnels des ligues de la paix : manifestations de masses, « croisades », rencontres de jeunes, camps, etc. C’est sur cet aspect que nous voudrions nous arrêter un peu. Dans le cadre de cet article, il n’est pas possible d’en donner une vue d’ensemble : aussi nous bornerons nous à jeter quelques lumières sur des aspects qui nous paraissent plus particulièrement signifi­catifs pour l’époque et riches de leçon pour notre présent.

  • 19 Un grand rassemblement de la jeunesse, organisé en octobre 1913 près de Kassel, eut un grand retent (...)
  • 20 C’est ainsi que le livre publié en 1913, sous le pseudonyme d’Agathon, par Alfred Tarde et Henri Ma (...)

19La situation des organisations de jeunesse était très différente en Alle­magne et en France au début du xxe siècle. En Allemagne, le mouvement de la jeunesse (Jugendbewegung) né à la fin du xixe siècle, est devenu un véritable phénomène de société au plus tard en 191319. Il reprend avec une vigueur redoublée au lendemain de la guerre : il se présente alors comme un ensemble foisonnant, en permanente évolution et restructuration, de groupes et d’organisations de toute taille, de toute nature et de toute sensibilité religieuse, politique ou philosophique, mais unis par l’appartenance à une même génération, par un « style de vie » commun et par une commune revendication d’autonomie de la jeune génération. En France, rien d’équi­valent. Lorsqu’on y parle au nom de la jeune génération, c’est généralement au seul nom de la jeunesse intellectuelle20. Il existe certes depuis la fin du xixe siècle des organisations de jeunesse aux effectifs parfois assez nom­breux, mais elles sont étroitement intégrées dans des mouvements d’adultes : Union Chrétienne de jeunes gens, Association catholique de la jeunesse fran­çaise, Ligue Française de l’Enseignement. À la veille de la guerre, le scou­tisme, venu d’Angleterre, a également pris pied en France : il connaît une expansion rapide au lendemain de la guerre (les Scouts de France fondés en 1920 deviendront rapidement le mouvement le plus nombreux et le plus actif), tandis que les mouvements d’action catholique se diversifient (création de la JEC 1929 ; JOC 1927 ; JIC 1935 ; JAC 1930 ) et que la Ligue française de l’Enseignement développe ses services spécialisés. De même, on voit se développer les mouvements de jeunesse des partis politiques. Mais il n’y a guère de modification dans les rapports entre les générations, dans les relations de ces mouvements avec les organisations d’adultes et on n’y entend guère cette revendication d’autonomie de la jeunesse qui est carac­téristique de la société allemande.

20Cette jeunesse, qui n’a pas participé au massacre, qui ne porte pas de responsabilité dans le déclenchement des hostilités, qui n’est pas liée par des considérations d’opportunité politique, est-elle capable de réussir là où la génération des adultes échoue : surmonter les antagonismes et les ressenti­ments nés de la guerre, rétablir des relations normales avec les ennemis d’hier, trouver des terrains d’entente qui pourraient garantir contre le retour des malheurs ?

Le refus de l’oubli

  • 21 Le mouvement a été créé en France par un pasteur, un professeur de l’Ecole des Roches et un officie (...)

21Un premier cas intéressant est celui du mouvement scout. Né en Angleterre vers 1908 sous l’impulsion du général Baden-Powell, le scou­tisme a été rapidement adopté par les nations du continent (dès 1910-1911 en France et en Allemagne) : là aussi, comme en Grande-Bretagne, la partici­pation active de certains militaires et l’appui des autorités civiles et militaires ont été déterminants21. Il se présente comme un mouvement d’éducation à la fois morale, physique et civique, avec – surtout au début – une allure indén­iablement militaire. Le principal objectif du scoutisme est de former de bons citoyens, efficaces, loyaux, prêts à défendre leur patrie, les armes à la main s’il le faut.

  • 22 Dès 1909 un groupe du Wandervogel rendit visite aux boy-scouts anglais et ceux-ci furent reçus en r (...)
  • 23 Le Deutscher Pfadfinderbund et les autres organisations nées avant 1914 se sont profondé­ment modif (...)

22Mais, pour autant, le scoutisme n’est pas chauvin ni xénophobe, il ne refuse pas les contacts avec les mouvements des autres pays ; la « fraternité scoute » ne s’arrête pas aux limites des frontières nationales, elle englobe les « frères » de tous les pays. D’abord informels22, ces contacts par-dessus les frontières furent institutionnalisés au lendemain de la guerre notamment par la création d’un « Bureau International » (IB). Dès 1919, dans le cadre de la préparation d’un grand rassemblement international, du « jamboree » de Londres de 1920, le mouvement anglais entra en contact avec le principal mouvement scout allemand, le Deutscher Pfadfinderbund (DPB)23 pour l’inviter à participer au rassemblement. Ce fut le début d’une longue série d’invites et de dérobades, de reculs et de malentendus et lorsqu’en 1933 le scoutisme allemand subit le sort de la plupart des autres organisations de jeunesse allemandes et fut dissout, il n’avait toujours pas réussi à normaliser ses rapports avec le Bureau international (IB) du mouvement.

23En 1920, les dirigeants du Deutscher Pfadfinderbund (DPB) réunis à Naumburg avaient pris la décision de ne participer à aucun rassemblement international avec les mouvements étrangers (en tout cas avec ceux des vain­queurs de 1918) tant que des soldats ennemis se trouveraient sur le territoire allemand. De ce fait, les scouts allemands furent absents du jamboree de Londres. Au jamboree suivant, à Copenhague en 1924, quelques groupes allemands étaient présents ; cependant ils n’appartenaient pas au DPB, mais à des ligues de moindre importance, non reconnues par le Bureau Inter­national.

24Pour le rassemblement suivant, prévu pour 1929 à Liverpool, le DPB, imité en cela par la plupart des autres ligues, n’était nullement décidé à chan­ger d’attitude. De son côté, le Bureau International multipliait ses efforts pour réintégrer le scoutisme allemand dans la communauté internationale, mais il posait ses conditions, exigeant en particulier le respect du principe de nationalité : un interlocuteur unique parlant au nom de tout le scoutisme allemand et interdiction, pour les ligues allemandes, d’entretenir des groupes en dehors des frontières du Reich, notamment en Autriche et dans les minorités allemandes d’Europe centrale. À la conception « occidentale », pour qui le critère unique était la nationalité, les Allemands opposaient l’appartenance à la communauté de langue et de culture allemande ; au principe de la Nation, ils opposaient celui du Volk. Le Bureau International tenta de contourner l’obstacle en suscitant la création en 1927 d’une nouvelle fédération sous le nom de Deutscher Scoutverband, mais peu de ligues s’y rattachèrent et leur participation au rassemblement de Liverpool (Birken­head) tourna à la déroute.

25À partir de 1929, d’une part, les mouvements scouts allemands s’achemi­naient vers plus d’unité (création du Deutscher Pfadfinderverband) et, d’autre part, l’évacuation de la Rhénanie levait certains obstacles. Les con­tacts avec le Bureau International reprirent, mais les progrès furent lents et en 1933 l’évolution de la situation politique en Allemagne mit fin à toutes les tentatives pour renouer les liens avec le mouvement international, en même temps qu’il mit fin au scoutisme allemand pour les douze années à venir. Pendant toutes les années de la République de Weimar donc, le scou­tisme allemand n’a pas su surmonter les ressentiments nés de la défaite ni accepter le nouvel état de l’Allemagne et de l’Europe. Il a refusé l’oubli et s’est montré, somme toute, plus intransigeant encore que la plupart des partis politiques de la République de Weimar qui, à partir de 1923, ont cherché à obtenir la révision du verdict de Versailles en faisant mine de l’accepter.

La Ligue de la jeunesse du monde

26Ces mêmes difficultés et ces mêmes blocages se retrouvent dans la prin­cipale organisation de jeunesse allemande à visées explicitement internatio­nalistes et pacifistes : la Ligue de la jeunesse du monde (Weltjugendliga).

27Elle a vu le jour à Vienne en 1919, sur l’initiative d’étudiants viennois et avec le concours du comte Harry Kessler. L’accueil favorable que l’initiative reçut d’emblée montre le désir de milliers de jeunes de surmonter au plus vite les barrières dressées entre les peuples par une guerre sanglante de plus de quatre années, de retrouver le contact avec les jeunes des autres pays, y compris de ceux qui avaient été naguère les adversaires des puissances centrales.

« junge Menschen (haben) sich nach Beendigung des Krieges die Hände gereicht und gelobt, nie wieder Waffen gegeneinander zu erheben »

28Le groupe autrichien fut rapidement rejoint par un groupe allemand (août 1919) qui fut dès lors et jusqu’à la fin l’élément moteur du mouvement. Un groupe hollandais s’y joignit en 1920, puis un groupe suisse. La ligue se fixait comme principal objectif d’établir ou de rétablir des relations et d’organiser des rencontres et des échanges avec la jeunesse des autres pays. Là aussi l’expérience de la guerre a été le motif le plus puissant

« Tausende aus unseren Reihen haben aus den Erfahrungen des Krieges gelernt, daß die Anwendung von Waffengewalt zur Beseitigung von Streitigkeiten zwischen den Völkern beseitigt werden muß. »

  • 24 Bund republikanischer Freischaren e.V.; Club demokratisch gesinnter Studenten, Mün­chen ; Freiprole (...)
  • 25 Publiée par Walter Hammer, cette revue n’était liée à aucun mouvement en particulier; elle se voula (...)

29Mais là aussi la réalisation de ces objectifs s’est heurtée à des difficultés nombreuses. Certes il y a eu des rencontres, notamment avec la jeunesse française à l’occasion des Congrès de la Paix organisés par la Jeune Répu­blique de Marc Sangnier (1921 à Paris, 1923 à Fribourg e.B.) et dans les camps de jeunesse pacifistes organisés à Chevreuse par le groupe Le Trait d’Union en 1924 et 1925. Il y a eu aussi des contacts avec des organisations internationales proches par leurs objectifs (Ligue internationale de la Jeunesse, British Federation of Youth), mais ces contacts ne débouchèrent pas sur une coopération suivie. La Weltjugendliga resta essentiellement can­tonnée à l’Allemagne et à l’Autriche. Sur le plan de la politique intérieure, sans avoir de liens avec aucun parti, elle prenait souvent part à la vie politique aux côtés des partis de gauche dans le combat pour la démocratie et la paix, contre la renaissance du nationalisme. Elle recrutait ses adhérents directs parmi les jeunes de toutes catégorie sociales, mais l’essentiel de ses forces venait de groupes de la Jugendbewegung qui avaient joint leurs efforts24 à ceux de la Weltjugendliga. Elle publiait, pour faire connaître son action et ses objectifs, un bulletin périodique (Mitteilungsblatt der Welt­jugendliga), mais apparaissait souvent aussi dans les principales revues de la Jugendbewegung, en particulier dans Junge Menschen25.

30À partir de 1926, dans le contexte des illusions de l’ère briandiste, la Ligue de la jeunesse du Monde consacra tous ses efforts à la création d’une ligue internationale, d’une Ligue mondiale de la jeunesse pour la Paix : Weltbund der Jugend für den Frieden. L’initiative venait d’Amérique, du groupe Fellowship of Youth for Peace, d’inspiration Quaker. Elle était égale­ment soutenue par le mouvement anglais British Federation of Youth. Un groupe de travail fut créé en Allemagne – auquel participaient entre autres le secrétaire général de la Weltjugendliga Georg Schulze-Moering, Nicolas Ehlen pour la jeunesse catholique et Hermann Schafft pour la jeunesse protestante – pour préparer la rencontre internationale.

  • 26 Sur les 400 participants, une centaine étaient des étrangers venus d’Europe, des USA et même d’Asie (...)

31En 1927 fut organisé, à l’auberge de jeunesse de Freusburg, une rencontre des mouvements de jeunesse allemands à laquelle participaient également des délégations de jeunes de nombreux autres pays26. Cette rencontre des­tinée à préparer le congrès proprement dit, prévu pour 1928, révélait déjà toutes les difficultés auxquelles allait se heurter l’entreprise. Elle commença d’ailleurs par un différend entre les participants allemands eux-mêmes, sur la question du drapeau.

32Les débats fort longs et souvent très vifs aboutirent à un certain nombre de thèses, qu’on peut résumer ainsi :

33La lutte pour la paix passe par la lutte contre l’impérialisme et le capita­lisme, contre le colonialisme et la domination de la race blanche, pour le droit à l’autodétermination de tous les peuples et l’autonomie culturelle des minorités nationales. La Société des Nations n’est que la gardienne du statu quo international et la représentante des intérêts des puissances impérialistes. Sa seule justification est qu’elle évite peut-être des crises internationales plus graves. Mais elle devra être réformée, en particulier en changeant les struc­tures sociales, politiques et intellectuelles des pays qui la composent. Le congrès place ses espoirs dans un démantèlement rapide du système capita­liste « occidental » grâce à l’union de toutes les forces révolutionnaires, mais aussi et surtout grâce à la lutte des peuples colonisés pour leur indépendance.

  • 27 Cf. Ludwig Oppenheimer, « Die grundsätzlichen Fragen » in : Für einen Weltbund der Jugend, p. 27.

34Ce qui s’exprime là, c’est donc un rejet décidé des efforts pour la paix et la réconciliation internationale tels qu’ils avaient été menés depuis 1918, notamment dans le cadre de la Société des Nations. L’idée est même lancée d’une société des nations des peuples opprimés : face à la « société des nations genevoise », qui est l’assemblée des nations dominantes, civilisées, de bonne famille, ce serait « la véritable société des nations », une commu­nauté des peuples jeunes, sans nom, à qui appartient l’avenir27. C’est égale­ment le rejet du système politique et social de la démocratie libérale, tel qu’il est en vigueur dans les pays occidentaux. La jeunesse allemande, grâce à la situation centrale de l’Allemagne, estime qu’elle est appelée à jouer le rôle d’intermédiaire et à réaliser la synthèse entre le réalisme « occidental » et l’humanisme révolutionnaire « oriental » :

  • 28 ibid. p. 30.

« [Die] Wendung des revolutionären Denkens durch eine Revolutionierung der Revolutionäre zur Sachlichkeit und [die] Wendung des politischen Willens in den Völkern der herrschenden Staaten zur Menschlichkeit »28

35Ces conclusions adoptées par les jeunes présents à la réunion, en majorité des Allemands, de toute obédience politique ou religieuse, sont tout à fait représentatives de la sensibilité politique de la jeunesse allemande de l’époque, de ses illusions et de ses secrets espoirs. Sur la base de ces prin­cipes, on voyait se rejoindre la jeunesse pacifiste et la jeunesse nationaliste, l’extrême-gauche et l’extrême-droite. Ce qui les réunissait, c’était en réalité la remise en cause de l’ordre établi par Versailles, la volonté de révision.

  • 29 Les délégations les plus nombreuses furent celles des USA (78), de la Grande-Bretagne (61), des Pay (...)

36Ce ne pouvait pas être le point de vue des représentants des pays occi­dentaux, minoritaires à Freusburg, mais largement représentés au Congrès proprement dit, qui se réunit en août 1928 à Eerde près d’Ommen en Hollande. Les jeunes venus là des cinq continents (450 délégués de 31 nations29) pour débattre de la création d’une ligue mondiale de la jeunesse pacifiste, ont surtout commencé par étaler leurs différences et leurs conflits. Le congrès fut le théâtre de chaudes empoignades. Les Allemands, et en particulier les jeunes nationalistes, commencèrent par protester contre l’ab­sence de délégués soviétiques, à qui les Pays-Bas avaient refusé le visa d’entrée. Ensuite, la motion de protestation allemande ayant été rejetée par une forte majorité, les représentants des jeunes nationalistes allemands an­noncèrent leur retrait officiel pour protester contre le système de délibé­rations sur le mode parlementaire occidental et le vote de résolutions :

  • 30 reproduit in : Die Kommenden, 1928, N°35, p. 425.

« Als Führer von Bünden der nationalistischen Jugend stellen wir fest, daß Zusammensetzung und Arbeitsweise des Kongresses den Anschauungen und Lebensformen der Bündischen Jugend widersprechen. Maßnahmen und Handlungen der Kongreßleitung und Delegationen lassen Abhängigkeit sonst selbständiger Jugendverbände von staatlichen Interessen sichtbar werden. Wir verurteilen das Verhalten der Exekutive im Zusammenhang mit dem Nichterscheinen der Russen. Als Angehörige einer unterdrückten Nation haben wir Deutsche kein Interesse daran, die Machtverteilung der Friedens­abschlüsse von 1919 durch pazifistische Phrasen zu verewigen und moralisch zu bemänteln. »30

37Les différents camps s’affrontaient : « révolutionnaires » contre « évolu­tionnaires », représentants des peuples colonisés contre représentants des pays impérialistes ; ceux qui prônaient la paix sur la base d’un statu quo mondial et ceux pour qui cette paix n’était qu’une duperie, parce que pour eux le combat pour la paix passait par la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme. Le « dépassement » du capitalisme était admis comme un objectif commun, mais sur le sens de ce dépassement et les voies pour y parvenir, il n’y avait aucun accord. On réclamait de la SDN la reconnais­sance du droit des peuples à l’autodétermination, la suppression des mandats, des protectorats et des sphères d’influence.

38Le problème des minorités et celui de la reconquête de la pleine souveraineté intérieure et extérieure du Reich étaient au centre des préoccu­pations des Allemands, à quelque famille politique ou idéologique qu’ils appartinssent : droite et gauche unies, démocrates et nationalistes au coude à coude. Souvent l’on voyait les communistes, les « national-révolution­naires » allemands et les représentants asiatiques et africains faire front commun contre les « pacifistes à tout prix ». On prône, face au pacifisme occidental, le « Friedenskampf der jungen Völker ». Le pacifisme c’est ce que prêchent les peuples occidentaux, soucieux de maintenir un statu quo inique tandis que le combat pour la paix des peuples jeunes, des peuples opprimés – qu’il s’agisse de colonies ou de pays qui estimaient avoir été mis injustement au ban de la communauté internationale (Allemagne, Union Soviétique) – passe par la volonté de changer la situation existante, jugée intolérable.

39Malgré toute l’habileté des organisateurs du Congrès et le vote parfois unanime de résolutions reprenant un certain nombre des thèses formulées au cours des discussions, il apparut que la création d’une ligue internationale de la jeunesse pour la paix était irréalisable pour le moment. Le congrès se sépara sur un constat d’échec. Au cours de l’année suivante, plusieurs réunions eurent encore lieu entre les représentants des organisations de jeunesse allemandes. Mais les discussions n’aboutirent à aucun résultat tan­gible. L’activité de la Weltjugendliga déclina en même temps qu’elle se radicalisait dans ses prises de position en politique intérieure allemande.

40L’histoire de la Weltjugendliga est intéressante à plus d’un point de vue. C’était un des rares endroits où la jeunesse allemande, représentée par de nombreuses organisations de la Jugendbewegung, s’est retrouvée autour des thèmes de la paix et de la coopération internationale. Malgré la vivacité, parfois même la violence des discussions et des disputes qui les opposaient les unes aux autres sur de nombreux points, malgré l’échec final du projet de ligue internationale, il y avait entre ces organisations un point commun : la situation de l’Allemagne vaincue, abaissée, privée de défense, amputée d’une partie de son territoire, de sa souveraineté et de ses colonies dominait tous les débats, était au centre de toutes les préoccupations – beaucoup plus que la paix.

Marc Sangnier et le mouvement de la Paix

41Parmi tous ceux qui, du côté français, ont travaillé dans les années vingt et trente à la réconciliation de la France et de l’Allemagne et à l’instauration d’un monde de paix durable, Marc Sangnier mérite sans aucun doute de figurer au premier rang. Marc Sangnier (1873-1950) fut l’un des pères de la démocratie chrétienne et une figure de proue du catholicisme social en France. À un moment où le catholicisme français, et en tout cas sa hiérar­chie, était encore majoritairement hostile à la république, Sangnier, dans la ligne de l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII (1891), a consacré sa vie à chercher à concilier l’église catholique avec la démocratie libérale et sociale.

42Le mouvement qu’il créa en 1891 et auquel il donna le nom de Sillon fut au départ un mouvement de jeunesse, du moins un mouvement de jeunes : il est né au Collège Stanislas à Paris parmi les étudiants préparant le concours d’entrée à l’école Polytechnique:

« le Sillon est né dans un obscur berceau que l’ardeur juvénile, la naïve passion de dévouement et d’amitié fraternelle de quelques collégiens lui avaient préparé ».

43Pendant deux décennies, le Sillon devait incarner tous les espoirs de renouveau du catholicisme français, attirant de nombreux jeunes gens dans ses rangs et suscitant des débats passionnés dans les milieux intellectuels du catholicisme français. Son objectif était à la fois social et politique : éduquer les jeunes de toutes les classes de la société à la liberté et à la responsabilité en les appelant à agir, à s’engager pour la cause de la religion mise au ser­vice de la démocratie. Les principaux moyens de cette action étaient l’éduca­tion populaire (universités populaires, instituts populaires) et les organi­sations de jeunesse. C’est ainsi qu’il a essayé de mobiliser sous le nom de La Jeune Garde les jeunes catholiques autour d’un idéal de « chevalerie des temps moderne », proche du scoutisme.

44Condamné en 1910 par la hiérarchie catholique, le Sillon disparut en tant que mouvement. Mais l’esprit qui l’animait n’était pas mort. Marc Sangnier n’abandonna pas son combat ; il en changea seulement les moyens et les formes et il se lança dans l’action politique avec la création de la Ligue de la Jeune République et du journal La Démocratie qui deviendra par la suite Jeune République.

45Dans l’Europe exsangue et déchirée de l’après-guerre, il considérait que la tâche la plus importante et la plus urgente était d’œuvrer pour une paix véritable, pour la naissance d’une « conscience internationale » et pour le « désarmement des haines ». Inlassablement, Sangnier plaidera pour qu’un traitement moins rigoureux soit infligé à l’Allemagne vaincue, pour qu’un nouvel ordre international soit instauré sur la base de la démocratie et pour que « l’Internationale démocratique » s’ouvre rapidement à l’Allemagne vaincue.

46En relation avec d’autres mouvements pacifistes et sous l’égide de « l’Internationale Démocratique », Sangnier organisa au cours des années vingt ses célèbres « Congrès de la Paix », qui eurent un grand retentissement. Le premier eut lieu à Paris en 1921 et réunit les représentants de nombreuses nationalités, y compris une délégation allemande d’une dizaine de personnes. Après un deuxième congrès qui s’est tenu en Autriche, à Vienne en 1922, le troisième congrès fut convoqué à Fribourg en Allemagne en Novembre 1923. Malgré la situation politique très tendue, notamment à cause de l’occu­pation de la Ruhr par les troupes françaises et belges, malgré l’inflation qui atteignit alors ses sommets, ce fut un grand succès : il y eut entre 600 et 700 participants allemands, parmi lesquels de nombreux jeunes gens, souvent venus de loin à pied :

« couverts de poussière, mais alertes, avec une flamme de résolution dans le regard, bras et jambes nus, le corps vêtu seulement d’une blouse au col largement ouvert, en grossière toile kaki, comme la culotte très courte, un solide bâton à la main et souvent même une guitare en bandoulière ».

47Ce fut la rencontre de Marc Sangnier avec la Jugendbewegung et ce fut la révélation, l’éblouissement :

  • 31 Marc Sangnier, La paix par la jeunesse, p. 7.

« Le grand événement, c’est la prise de contact entre l’âme de l’Allemagne et l’âme de la France. Le grand événement c’est que de jeunes Français, ceux qui portent l’avenir de la nation dans leur cœur et dans leur sang, aient pu devenir les camarades intimes de vos jeunes Allemands, des “Quickborn”, des “Großdeutsche”, de vos jeunes socialistes, qu’ils aient pu passer des journées à parler, causer ensemble... »31

  • 32 Articles dans La Jeune République du 17 août et intervention devant la Chambre des Députés le 16 no (...)

48Dès lors, il place l’essentiel de ses espoirs dans l’action de la jeune géné­ration pour la paix et il essaiera de persuader les responsables politiques français de l’existence en Allemagne, en particulier dans la jeunesse alle­mande, d’un sincère désir de paix32:

  • 33 Marc Sangnier, La paix par la jeunesse, p.7.

« .. les diplomates, les gouvernements pourront essayer de nous séparer ; ce qu’ils ne pourront séparer, ce sont nos cœurs réunis ; les cœurs des peuples sont plus forts que les volontés même des politiciens et des gouverne­ments ».33

Le Congrès de Bierville

49Les deux congrès suivants se déroulèrent à Londres (septembre 1924) et à Luxembourg (septembre 1925). Mais le point culminant de son action pour la paix et l’entente entre les nations fut en 1926 le Congrès de la Paix de Bierville près d’Etampes : une grande manifestation de masse

  • 34 ibid.

« permettant à toutes les jeunesses pacifistes du monde de vivre ensemble des semaines entières, de se connaître vraiment, et de créer ainsi une grande et forte famille de militants »34.

50Le contexte politique s’y prêtait, puisque, après Locarno, les relations politiques entre la France et l’Allemagne avaient commencé à se normaliser. Le déroulement du Congrès semblait confirmer toutes les espérances. Plus de 1000 Allemands y participèrent, représentant la jeunesse catholique prin­cipalement, mais aussi des mouvements de jeunesse socialistes. Au total, 28 nations étaient présentes.

51Pendant près d’un mois la petite localité d’Ile-de-France, et en particulier la propriété que Marc Sangnier y possédait, fut le théâtre d’une fête perma­nente de la jeunesse et de la paix:

  • 35 ibid. p. 9.

« à Bierville, la jeunesse du monde, à qui l’avenir appartient, proclamera sa volonté de faire la véritable paix des peuples par l’amour, la seule paix qui tienne contre les intérêts et les appétits... »35.

52Plus de 5000 congressistes participèrent à ces semaines. Tous les courants de pensée, toutes les confessions y étaient représentés, dans « une sorte d’union sacrée pour la paix. » On y vit défiler pour s’adresser aux con­gressistes des libres penseurs et des évêques, des hommes politiques, des membres du gouvernement (le vice-président du Conseil des Ministres, Louis Barthou). Le Ministre de la Guerre lui-même, M. Painlevé, prêta le matériel militaire nécessaire pour la construction et le fonctionnement du « Camp de la Paix ».

53Le déroulement du congrès fut une longue suite de manifestations et de fêtes et c’est sans doute le principal souvenir que les participants en ont gar­dé : le sentiment que pendant quelques semaines les cœurs avaient battu à l’unisson et que la jeunesse des deux pays avait communié dans un sentiment de fraternité parfaite. À côté de cela, les débats et les motions adoptées paraissent bien pâles et conventionnels ; d’ailleurs, les résolutions restèrent très modérées dans leurs formulations et très vagues quant à leurs conséquences pratiques. Elles concernaient les questions habituelles qui préoccupaient la jeunesse pacifiste : le traitement des peuples colonisés, l’objection de conscience, la réforme du système économique capitaliste, la reconnaissance du droit à l’autodétermination de tous les peuples et la réunion de tous les efforts pacifistes.

  • 36 Dans un article de la Jeune République (7 octobre 1927) Gabriel Germain reviendra sur ces réactions (...)

54Le congrès de Bierville eut un grand retentissement en France comme en Allemagne. Toute la presse en rendit compte (généralement de façon posi­tive) et Marc Sangnier lui-même évoqua la rencontre à la tribune du Palais Bourbon. En Allemagne, l’écho ne fut pas moins vif ; on en retrouve la trace dans la presse, ainsi que dans beaucoup de publications de la Jugendbewe­gung. Mais il y eut aussi des voix discordantes – de la part des milieux natio­nalistes français bien sûr – mais aussi de la part des mouvements de jeunesse de gauche en Allemagne, qui reprochaient à Marc Sangnier le caractère idéaliste de son pacifisme, de ne tenir aucun compte de la situation politique réelle et d’accepter en réalité le statu quo, sans s’occuper des problèmes brûlants de l’Allemagne, du traité de Versailles, de la clause de la culpabilité exclusive de l’Allemagne, des réparations, du désarmement etc.36

55Les congrès suivants n’atteignirent pas le même retentissement public : ni le congrès de Wurtzbourg en 1927 qui se déroula en partie au Burg Rothen­fels, siège de l’organisation de jeunesse catholique Quickborn, dont le maître à penser était le philosophe Romano Guardini, ni celui de 1928 qui eut lieu à Genève. Marc Sangnier se rendit compte que le mouvement s’essoufflait et il chercha à lui donner un nouvel élan en adoptant de nouvelles formes. En 1929 il lança une « croisade de la jeunesse pour la paix ». Ne s’agissait-il pas de montrer aux Allemands qu’en France le mouvement pour la paix n’était pas seulement l’affaire des vieux et des politiciens ?

  • 37 In : Le Volontaire, 2e année, N°27, 9 février 1930.

« Nous n’avions en face de l’ardente jeunesse allemande pacifique que peu de camarades jeunes et résolus et nous avons craint un instant que ceux-là qui passèrent la frontière, l’allure libre, genoux nus, col à l’aise, ne la repassent en disant : en France, pour la Paix, il n’y a que les vieux ! »37

56La « croisade » qui toucha de nombreuses villes françaises, se termina par un grand rassemblement au Trocadéro, à peine perturbé par des contre-manifestations de la jeunesse nationaliste française.

57Dans le cadre de cette croisade, Marc Sangnier créa un nouveau mouve­ment de jeunesse, les « Volontaires de la Paix », édita un journal Le Volon­taire, et essaya de développer des formes de vie et d’action proches de ce qu’il avait observé dans la Jugendbewegung allemande ; ses « volontaires » portaient uniforme, culotte courte, chemise blanche et foulard bleu ; ils prati­quaient les randonnées, les camps, fréquentaient les auberges de jeunesse, chantaient leurs chansons.

  • 38 ibid.

« Le Volontaire n’est pas un garçon sédentaire, [il] est fait pour les horizons vastes, pour les routes pénibles, mais au terme desquelles est son idéal : une vie fraternelle et libre, dégagée des étroitesses, méprisante des frontières »38.

58La même année, Marc Sangnier créa à Bierville la première auberge de jeunesse de France, puis la Ligue Française des auberges de jeunesse.

59Malgré toutes les critiques qui lui ont été faites, l’action de Marc Sangnier a sans doute été, pendant la période des années vingt et trente, celle où la réconciliation des deux pays était recherchée avec le plus de sincérité, avec le moins d’arrière-pensées politiques. Mais la sincérité et les bons senti­ments sont-ils suffisants ? Malgré le caractère spectaculaire de ses manifes­tations, malgré le retentissement qu’elles eurent et les foules qu’elles mobili­sèrent, malgré les innombrables mouvements, comités, périodiques, « foyers de la paix » qu’il créa au cours de ces années, le pacifisme de Marc Sangnier garde un caractère idéaliste et illusoire, parce qu’il omet de tenir compte de la situation réelle de l’Europe et en particulier des préoccupations essen­tielles de l’Allemagne à cette époque. Le dialogue des cœurs est certes nécessaire, mais il faut aussi un dialogue des esprits qui disposent d’un langage commun. Plus qu’un « pacifisme d’action » (selon l’expression de Sangnier lui-même), son pacifisme est celui du cœur. Mais il n’est peut-être pas interdit de penser qu’à longue échéance ce dernier se révèle aussi effi­cace, sinon plus, que des actions trop prudentes, trop soucieuses des besoins et des possibilités du moment.

Le « pacifisme contre la Paix »

60La fin des années vingt marque une profonde césure dans les efforts, tant français qu’allemands, en faveur de la paix. La crise économique fait appa­raître la fragilité de la prospérité des années folles. Les égoïsmes nationaux reprennent le dessus. La disparition des deux hommes qui ont incarné la politique de réconciliation, Stresemann et Briand, marque le tournant. Le dernier projet de Briand, d’une Union européenne, est rapidement enterré, avant même que son auteur ne quitte ce monde. En Allemagne, l’évolution politique, la dégradation rapide de l’ordre démocratique, le réveil des extré­mismes, enfin la venue au pouvoir du parti national-socialiste, soutenu par tous ceux qui n’avaient jamais accepté le verdict des armes de 1918 et tout misé sur la révision du traité de Versailles, mit un point final au mouvement de la paix. Les pacifistes furent poursuivis, emprisonnés ou durent s’exiler.

61En France, la crise du mouvement de la paix fut plus tardive et moins complète. Mais là aussi le tournant de 1930 fut sensible. Beaucoup d’illu­sions s’envolèrent et la menace allemande se manifesta de nouveau dans toute son acuité. En 1933, Pierre Brossolette écrivit dans Notre Temps, la revue de la « Jeunesse briandiste »

« Nous voici maintenant en 1933. Et tout s’est écroulé [...] les Internationales se dissolvent, la Société des Nations est morte, l’Union européenne est une dérision et le désarmement une blague... L’Allemagne est plus loin que jamais de la France ».

62Tandis qu’en Allemagne une chape de plomb s’appesantit sur toute la vie politique, que les partis sont interdits à l’exception du seul parti national-socialiste, que la presse est mise au pas, comme toute la vie intellectuelle, que l’oppression policière frappe les pacifistes, que le réarmement du Reich est accéléré, que les vertus guerrières sont revalorisées et l’opinion publique remilitarisée, en France des pacifistes s’interrogent et font leur examen de conscience.

63« Un examen de conscience international », c’est le sous-titre de l’ou­vrage de Gaston Fessard Pax Nostra , paru en 1936:

« le 16 mars dernier, Hitler a rétabli le service militaire : à Berlin, la décision a été acclamée par un peuple fier d’avoir retrouvé le sentiment de son indépendance et […] fanatisé […] ; à Paris [on observe] un regain d’énergie du pacifisme. »

64Ce regain de vigueur du pacifisme en France est réel, mais ce n’est plus le même pacifisme, ce ne sont plus les mêmes groupes, ni les mêmes hommes. Ceux qui jusqu’alors avaient milité avec le plus d’énergie s’interrogent maintenant et se demandent si la poursuite des efforts pour préserver la paix à tout prix n’est pas un risque pour la paix. C’est dans cet esprit que le philosophe Gabriel Marcel lance l’expression : « le pacifisme contre la paix ». Et Fessard lui-même conclut son livre en disant :

  • 39 Gaston Fessard, Pax Nostra, Paris, Grasset, 1936 p. 376.

« la nécessité d’une prédilection pour ma patrie comme condition et moyen d’une dilection qui s’étende à l’humanité [fait que] je ne puis plus désormais coopérer de loin ou de près à une propagande pacifiste »39.

65à quoi fait écho la déclaration du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (créé en 1934) au cours du « Congrès International pour la défense de la culture » de juin 1938 :

« la lutte contre le fascisme sous toutes ses formes l’emporte sur l’idée de paix ».

66Mais, pendant ce même temps, d’autres redécouvrent le pacifisme, à mesure que le péril d’une nouvelle guerre se précise. Il y a, d’une part, le pacifisme ambigu de certains représentants de la droite révolutionnaire fran­çaise, inspiré surtout par la sympathie qu’ils éprouvent à l’endroit du fas­cisme et du nazisme, mais il y a aussi la renaissance d’un pacifisme de meilleur aloi, celui des hommes qui n’ont pas oublié la tuerie de 1914-1918 et chez qui la nouvelle menace ravive le souvenir du cauchemar.

  • 40 C’est au lendemain de la guerre, qu’il avait faite au front et qui lui avait inspiré son grand succ (...)

67Ils retrouvent alors des accents qui avaient été en 1919-1920 ceux d’un Henri Barbusse40 en France, d’un Carl von Ossietzky ou d’un Kurt Hiller en Allemagne, pour qui le pacifisme était la lutte sans compromis contre le meurtre, au nom du respect inconditionnel de la vie humaine. Hiller écrivait alors :

  • 41 Kurt Hiller, Ratioaktiv, Reden 1914-1964, Wiesbaden, Limes Verlag, 1966, p.32.

« Es gibt kein Staatsinteresse, dessen Verletzung objektiv ein gleich großes Übel wäre wie die Verletzung des subjektiven Interesses irgendeines seiner Mitglieder am Lebendbleiben. Es gibt keinen Verteidigungskrieg ; denn Leben ist unter allen Umständen wertvoller als Besitz »41.

68Mais Kurt Hiller, admettra plus tard qu’il s’était trompé:

  • 42 ibid. p. 43.

« Der Absolutpazifismus, welchem ich seit Schluß und infolge des ersten Weltkriegs ein paar Jahre lang anhing […] ist spätestens seit 1935 durch Fascismus und Nazismus widerlegt worden » ... « es gibt echten Verteidi­gungskrieg »42.

69Or c’est précisément au même moment où, selon Hiller, le pacifisme absolu aurait dû ouvrir les yeux et constater qu’à défendre à tout prix la cause d’un monde sans armes, on pouvait se rendre coupable ou complice de crimes bien plus atroces encore que la guerre, qu’on voit se développer en France ce même type de pacifisme radical. Nous n’en examinerons ici qu’un aspect parmi d’autres, en relation avec le mouvement des Auberges de jeunesse et avec Jean Giono.

Au devant de la vie ...

  • 43 Sur les orientations et les prises de position pacifistes de ce syndicat, cf. : Michèle Cointet-Lab (...)

70Le mouvement des Auberges de jeunesse (AJ) connaît en France un succès foudroyant dans les années trente. La Ligue Française des Auberges de Jeunesse créée par Marc Sangnier en 1929 se développe, bientôt rejointe par d’autres mouvements : notamment en 1933 par le Centre Laïque des Auberges de Jeunesse, soutenu par le Syndicat National des Instituteurs43. L’essor sera particulièrement rapide après 1936, grâce au soutien du gouvernement du Front Populaire et en particulier du ministre Léo Lagrange. Il se développe également toute une idéologie de « l’ajisme « , faite de

  • 44 Route, N°2, p. 13, 1942.

« sentiment de la fraternité universelle, exaltation de la jeunesse, aspiration vers la liberté par le contact avec la nature, amour d’une vie simple, débar­rassée de contraintes et de préjugés menteurs »44,

71et dans laquelle la défense de la paix et la volonté de fraternité par-delà les frontières tient une grande place.

  • 45 Gaston Roche, in : Au devant de la Vie, octobre 1937.

« Tout ce que nous désirons et prêchons, nous la jeunesse du monde, c’est la paix. Car la paix, c’est tout, c’est la vie, c’est le travail. Le travail c’est la joie et la joie c’est l’amour. Pour avoir la paix, jeunesse, unissez-vous ! » 45

  • 46 Jean Giono né à Manosque en 1895 mort en 1950. Fils d’un cordonnier d’origine piémon­taise et d’une (...)
  • 47 L’autre livre-culte des Auberges de la Jeunesse fut : Que ma joie demeure (1935).
  • 48 L. Heller-Goldenberg, Jean Giono et le Contadour, p. 35.

72Les « Auberges de Jeunesse du Monde Nouveau » n’étaient qu’une fédé­ration relativement modeste et éphémère (2 auberges à Paris, 4 en Provence), mais l’idéologie « ajiste », ainsi que l’influence de Jean Giono46, de son mes­sage de respect de la vie, de retour à la simplicité de l’existence au contact avec la nature et de fraternité humaine, y étaient particulièrement sensibles. Le livre de Giono Les vraies richesses47 y fut considéré comme la véritable « bible des temps modernes »48 apprenant à vivre

  • 49 M.R. Achard, in : Les Amis de la Terre, cité par Heller-Goldenberg, op. cit.

« en dépouillant le vernis factice d’une fausse civilisation pour se plonger dans le bain vivifiant de la nature, au contact des camarades simples et vrais, ayant au cœur un brin d’idéal et dans les yeux un peu de flamme »49.

73En effet

  • 50 Pierre Bolla, « Traçons notre route », in : Route, N°8, p.7, février 1943, cité par Heller-Goldenbe (...)

« l’idée maîtresse de l’ajisme (comme celle de la philosophie gionesque), c’est la foi dans la valeur éducative du contact direct de l’homme avec la nature. Cet appel du plein air, ce chant du monde, si bien interprété par Giono qu’il a polarisé à une certaine période les aspirations de toute une jeunesse, les auberges nous permettent d’y répondre, d’y prendre part »50.

  • 51 La pensée de ce groupe s’exprimait en particulier dans les Cahiers du Contadour.

74Cet idéal, ce modèle de vie, Giono allait l’illustrer lui-même avec le Contadour. Ce nom désigne un lieu isolé en Haute-Provence où un groupe d’amis (femmes et hommes, plus ou moins jeunes, des étudiants, des instituteurs, des dentistes, etc) se réunissait régulièrement autour du maître Jean Giono51.

75Que cherchaient ces jeunes qui affluent vers Giono ? Leur démarche, conformément à l’enseignement du maître, est à la fois un retour à la terre, à la nature, mais aussi la recherche d’une communauté, d’un guide spirituel, rôle que Giono après des réticences initiales assume de plus en plus sérieu­sement. Ce dont ils rêvent, c’est une société nouvelle, différente, une société qui ne soit plus fondée sur l’argent, car, dit Giono :

  • 52 Jean Giono, Les vraies richesses, préface.

« La société construite sur l’argent détruit les récoltes, détruit les bêtes, détruit les hommes, détruit la joie, détruit le monde véritable, détruit la paix, détruit les vraies richesses »52.

76c’est une société où se trouveraient de nouveau remis à l’honneur le travail du paysan et celui de l’artisan :

« Sa richesse ne dépend pas de son salaire, mais de ses joies ; il en trouve dans le fer, dans le bois, dans le cuir, dans le blé. Il en trouve dans la possession de lui-même, dans l’obéissance à sa nature d’homme ». (ibid)

77c’est une société qui aurait retrouvé les vraies valeurs, cachées et détruites par la civilisation moderne. Si l’humanité est malheureuse c’est que

  • 53 Jean Giono, Les vraies richesses, Préface (Le livre Les vraies richesses, paru en 1936 est dédié au (...)

« des hommes existent, qui ne savent pas ce qu’est un arbre, une feuille, une herbe, le vent de printemps, le galop d’un cheval, le pas des bœufs, l’illumination du ciel »53.

78C’est aussi une société qui respecte la vie sous toutes ses formes et rejette la guerre, quelle qu’en soit le motif.

Un pacifisme radical

79Progressivement, la défense de la paix devient la préoccupation centrale de Giono et du Contadour. Le thème n’est pas nouveau chez lui, mais prend à présent une dimension nouvelle à mesure que la menace d’une nouvelle guerre se précise. À l’origine du pacifisme de Giono, il y a le souvenir de la grande tuerie de 1914-1918. Il l’exprime par exemple en 1931 dans le Grand Troupeau , puis en 1934 dans Je ne peux pas oublier ...

  • 54 repris dans : Jean Giono; Ecrits pacifistes, op.cit. p. 27.

« ... que vous avez été des hommes vivants et que vous êtes morts, qu’on vous a tués au grand moment où vous cherchiez votre bonheur et qu’on vous a tués pour rien, qu’on vous a engagés par force et par mensonge dans des actions où votre intérêt n’était pas... »54.

80En 1935, il écrit dans Monde, le journal d’Henri Barbusse :

  • 55 ibid. p. 267.

« Chaque année quand revient l’anniversaire du commencement de la guerre, je renouvelle mes résolutions.
Si j’ai obéi la première fois, j’avais des excuses.
Si j’obéissais à l’ordre d’une nouvelle guerre – n’importe laquelle – je serais à jamais déshonoré devant les générations futures, devant l’enchaînement de la vie dans le monde, devant ce qui existe et devant ce qui, en moi-même, est immortel »55.

81Son refus est radical et fondamental : la vie est la valeur suprême, devant laquelle toutes les autres valeurs s’effacent :

  • 56 in : Cahiers du Contadour III-IV, cité par L. Heller-Goldenberg.

« La patrie qu’est ce que c’est ? C’est moi et les miens et là où je suis avec eux. Quand le bon Dieu a fait la terre, il n’a pas fait de frontières. Il n’a fait qu’un soleil, c’est le même partout, aussi bien en Allemagne ou en Chine qu’ici... la patrie de l’homme c’est partout où il peut vivre »56,

82et même la menace très précise d’une attaque de sa patrie par un voisin hostile ne lui semble pas une raison suffisante pour s’écarter de cette voie :

  • 57 Cahiers du Contadour, III-IV, p. 65 cité par L. Heller-Goldenberg, op. cit. p. 153.

« Que peut-il nous arriver de pire si l’Allemagne envahit la France ? Devenir Allemand ? Pour ma part j’aime mieux être Allemand vivant que Français mort. Mussolini et la Passionaria disent : ‘Mieux vaut un jour comme lion que cent ans comme brebis’. Moi je dis : ‘Mieux vaut cent ans comme brebis qu’un seul jour comme lion’ »57.

83Se rend-il compte qu’en l’occurrence il s’agit d’autre chose que d’un con­flit de nations, que cette Allemagne est celle d’Hitler, des autodafés de li­vres, de l’oppression, des persécutions, de l’antisémitisme, des camps de concentration ? Il ne semble pas.

84Son message est entendu, on lui écrit:

« Votre NON se lève comme un drapeau. Vous êtes l’espérance de ceux qui ne veulent pas être des moutons » (Cahiers du Contadour)

  • 58 E. Boyer, Au devant de la vie, 1937.

« Tous debouts, camarades, pour clamer notre amour de la vie, notre haine, notre dégoût de la guerre, tombeau des libertés... Il faut comme Giono, dans son Refus d’obéissance dire non et l’imposer ce Non, au nom de ce que nous avons de plus cher : la vie » 58.

85à l’époque de la crise tchécoslovaque, en 1938, et de la rencontre des chefs d’état à Munich, le pacifisme de Giono s’exacerbe, son ton devient plus rude. C’est, au mois d’août, sa Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix, puis, au plus fort de la crise, une suite ininterrompue de manifestes, de déclarations, de télégrammes. Il s’en prend à ceux qui, comme Romain Rolland, ont demandé aux gouvernements occidentaux de faire preuve de fermeté à l’égard du nazisme ainsi qu’au parti communiste, qui, dit-il, pousse à la guerre. Il est vrai que le soulagement qu’il exprime au moment où le danger paraît conjuré, correspond au sentiment d’une grande partie de la population française, en particulier de la jeunesse. Pourtant, ce n’était qu’un répit. En 1939, le spectre de la guerre était de nouveau là. Après avoir déclaré au début de septembre encore qu’il ne répondrait pas à l’appel, Giono se présentera malgré tout à la caserne.

  • 59 Sur l’influence de Giono et du Contadour, on lira avec profit le chapitre des mémoires de Joseph Ro (...)

86Ce n’est pas le lieu de juger Giono. Ses prises de position pacifistes lui ont valu la prison en 1939, et il a de nouveau connu la prison à la Libération pour n’avoir pas su prendre clairement ses distances par rapport à la révolu­tion nationale du maréchal Pétain. Mais quel que soit le jugement que l’on porte sur son action, celle-ci mérite le respect parce qu’elle n’était inspirée par aucun mobile bas et elle mérite l’attention parce que les mêmes ques­tions se posent encore aujourd’hui. Elle est intéressante à cause de ce mélange très « moderne » de militantisme pacifiste et de recherche d’un mode de vie différent, d’une « alternative » à notre société actuelle. Elle est riche d’enseignements enfin à cause de son caractère ambigu, à cause de cette si coupable « innocence » dont elle a fait preuve59.

Des rendez-vous manqués ?

87Ces quelques pages ne voulaient et ne pouvaient pas être une étude d’ensemble sur le pacifisme des années 20 et 30, pas même sur le pacifisme dans les mouvements de jeunesse. Les trois ou quatre phénomènes que nous avons évoqués brièvement ne suffisent pas pour tirer des conclusions. Bornons nous donc à quelques simples constats.

88L’histoire des mouvements pacifistes n’a jusqu’à présent pas beaucoup intéressé les historiens, encore moins les historiens français que leurs col­lègues allemands. Il existe quelques ébauches, quelques études ponctuelles, mais les lacunes dans nos connaissances sont encore énormes. Le moment est sans doute venu de surmonter ce qui ressemble beaucoup à un tabou. Est-ce parce que les pacifistes des années 20 et 30 se sont égarés ? C’est vrai pour certains d’entre eux : on songe par exemple à la trajectoire fatale d’un homme comme Marcel Déat. Est-ce parce que leur action a été finalement vaine ? Mais n’avons-nous pas tout à apprendre de leurs espoirs et de leurs illusions, de leurs erreurs et de leurs omissions, de leurs échecs et de leurs réussites ?

89Les pacifistes n’étaient, en France comme en Allemagne, qu’une minorité attaquée de toutes parts et ils n’ont pas réussi à mobiliser des foules. Le souhait de Marc Sangnier d’un « pacifisme populaire », dont il voyait le réservoir naturel dans les syndicats et les auberges de jeunesse, ne s’est pas réalisé. Même le souvenir des atrocités de la première guerre mondiale n’a pas suffi pour empêcher la jeunesse allemande de se laisser à nouveau mobi­liser pour une sanglante revanche.

90Pour être efficace, un mouvement de la paix doit avoir une large assise. Mais pour cela, il faut que les relations entre les nations soient établies sur le dialogue, un dialogue entre partenaires égaux en droits. C’est ainsi que la Weltjugendliga n’a pas pu aboutir, parce que la jeunesse humiliée d’un pays vaincu qui a le sentiment – justifié ou non – d’avoir été spolié et mis au ban de la communauté internationale, d’être un objet d’opprobre, ne peut dialo­guer avec la jeunesse d’autres pays. La communauté du destin national s’est révélée en l’occurrence plus forte que tous les désirs de paix, plus forte aussi que tous les autres clivages internes.

91L’idée, apparue en France et en Allemagne au lendemain de la première guerre mondiale, d’un front commun de la jeunesse, qui permettrait d’igno­rer les frontières des classes et des confessions comme les clivages idéolo­giques et politiques et les frontières entre les nations, s’est révélée être une autre « grande illusion ». Les jeunesses française et allemande se sont certes rencontrées, ont échangé des idées, se sont confortées mutuellement dans leur désir de paix ; mais elles n’ont à aucun moment su dépasser durable­ment les ressentiments et les méfiances qui empoisonnaient les relations entre les deux pays ; la bonne volonté, un sentiment momentané de frater­nité, si puissants soient-ils, ne suffisent pas pour faire disparaître les causes et les moyens de nouveaux conflits sanglants entre les nations : le « paci­fisme du cœur » selon l’expression de Marc Sangnier, en ignorant ou en refusant les moyens de la politique, se condamne à l’impuissance.

92Les amères expériences que tous les pacifistes ont dû faire pendant les années 20 et 30, et l’effondrement final de leurs rêves ne doivent pourtant pas nous empêcher d’apprécier à leur juste valeur leur action. Tout n’a pas été inutile. Ces contacts entre les jeunesses allemande et française au cours des années 20 et 30, à la recherche d’un avenir commun d’entente et de paix, n’ont certes pas porté de fruits tout de suite. Mais il ne faut pas oublier que la plupart de ceux qui, après les sombres années de l’hitlérisme et de la guerre, ont renoué les liens entre les deux pays et réalisé cette réconciliation que d’aucuns qualifient de « miraculeuse » ont participé dans leur jeunesse à ces premières ébauches d’un dialogue entre la France et l’Allemagne.

Bibliographie

***, Die Tage von Bierville. Deutscher Bericht nach amtlichen Unterlagen und Zeugnissen von Freunden und Gegnern, Würzburg, 1926.

***, Study-Outline for the World Youth Peace Congress 1928. In 6 sections, printed by the British Federation of Youth, London, 1928.

Aries, N., Le Sillon et le mouvement démocratique, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1910.

Barthelemy-Madaule, Madeleine, Marc Sangnier 1873-1950, Paris, Seuil, 1973.

Bourneuf, Roland (ed.) Les critiques de notre temps et Jean Giono , Paris, Garnier, 1977.

Chonez, Claudine, GIONO par lui-même, Paris, Seuil, 1956 (Les écrivains de toujours).

Fessard, Gaston , Pax Nostra, Paris, Grasset, 1936.

Giono, Jean, écrits pacifistes, Paris, Gallimard, 1978 (coll. Idées).

Hardenberg, Alice Gräfin, Bündische Jugend und Ausland, Thèse Munich, 1966.

Heller-Goldenberg, Lucette, Jean Giono et le Contadour, Paris, Les Belles Lettres, 1972.

Hiller, Kurt, Ratioaktiv, Reden 1914-1964, Wiesbaden, Limes Verlag, 1966.

Holl, Karl et Wette, Wolfram, Pazifismus in der Weimarer Republik, Paderborn, F. Schöningh, 1981.

Holl, Karl, Pazifismus in Deutschland, Frankfurt/M., Suhrkamp, 1988 (Neue historische Bibliothek. es 1533).

Hoog, Georges, Histoire, doctrine, action de la Jeune République, Paris, 1925.

Jantschge, Werner (Hrsg.), Für einen Weltbund der Jugend. Bericht über das Weltjugendtreffen auf der Freusburg 1927, Frankfurt/Main, 1928.

Kindt, Werner (Hrsg.) Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933: Die Bündische Zeit , Düsseldorf/Köln, Diederichs Verlag, 1974.

Lion Stabsarzt Dr. Alexander, Das Pfadfinderbuch, Nach General Baden-Powells Scouting for Boys, herausgegeben unter Mitwirkung von Offi­zieren und Schulmännern, München, Verlag der Ärztlichen Rundschau, Otto Gmelin, 1909 ( Réédition en fac-similé: Baunach, Ed. Hinkel, Deutscher Spurbuchverlag, 1987).

Merle, Marcel, Pacifisme et Internationalisme XVIIe-XXe siècles, Paris, A. Colin, 1966.

Nerrlich Helmut, Das Pfadfindertum in Deutschland. Von der Entstehung bis zur Verbotszeit, Baunach, Deutscher Spurbuchverlag, 1986.

Ory, Pascal et Sirinelli, Jean-François, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, A. Colin, 1986.

Reinemann, Otto (Hrsg.), Zehn Jahre Kampf der Jugend für den Frieden. Arbeitsbericht der Weltjugendliga, 1919-1929, Berlin, 1929.

Sangnier, Marc, Le Pacifisme d’Action , Paris, Foyer de la Paix, 1936.

Seidelmann, Karl, Die Pfadfinder in der deutschen Jugendgeschichte, T.1 : Darstellung, Hannover, H. Schroedel, 1977 ; T. 2,1 : Quellen und Dokumente aus der Zeit bis 1945 , Hannover, Schroedel, 1980.

Notes

1 Marcel Merle distingue ainsi entre six thèmes principaux des mouvements de la paix : la paix par la vertu, la paix par le droit, la paix par la politique, la paix par le progrès, la paix par la Révolution, la paix par l’équilibre. Cf. Marcel Merle, Pacifisme et Inter­nationalisme, Paris, A. Colin, 1966.

2 L’« American Peace Society » réunit en 1828 un certain nombre de sociétés qui se sont constituées à partir de 1814, date de parution du manifeste A Solemn Review of the Custom of War de Noah Worcester.

3 La Königsberger Friedensgesellschaft fut interdite dès 1850.

4 « Ligue du Bien public », 1863, « Ligue Internationale et permanente de la Paix", 1867, sous l’impulsion notamment de Frédéric Passy ; la même année naquit à Genève, à la suite d’un congrès international, la « Ligue Internationale de la Paix et de la Liberté ». Malgré le retrait, dès 1868, de l’aile socialiste, cette ligue eut une influence considérable par ses congrès annuels en Suisse et ses sections nationales en Italie et en France. Cette ligue avait inscrit entre autres à son programme la création des états-Unis d’Europe. La cause de l’arbitrage international est au centre de l’action de la « Société française pour l’Arbitrage entre Nations »(1867) et de l’« Association de la Paix par le Droit » (1887).

5 Né en 1836, fondateur de nombreuses associations pour la cause de l’Union européenne, de la paix, de l’arbitrage international obligatoire. Il publia en 1870 un pamphlet : Der Milita­rismus als Ursache der Massenverarmung in Europa und die europäische Union als Mittel zur Überflüssigmachung der stehenden Heere, qui lui valut des difficultés avec la justice. Mais ni ses écrits, ni ses associations ne connurent de succès.

6 Bertha von Suttner avait publié en 1889 un roman contre la guerre sous le titre : Die Waffen nieder ! Devant le succès, elle décida de créer en Autriche une « société de la Paix ». Ce fut le début d’une longue suite d’actions en faveur de la paix, jusqu’à sa mort en 1914. Alfred Fried, lui aussi Autrichien, a fait connaître l’œuvre de Bertha von Suttner en Allemagne, organisant des conférences, publiant un journal sous le même titre Die Waffen Nieder et prenant l’initiative de la création de la « Deutsche Friedensgesellschaft. »

7 Ludwig Quidde, historien à l’université de Munich, journaliste et homme politique libéral, publia des pamphlets antimilitaristes (Der Militarismus im Deutschen Reich, 1893 et Caligula, 1894) qui lui valurent des poursuites. Il reçut le Prix Nobel de la Paix en 1927, en même temps que le Français Ferdinand Buisson.

8 Parmi les organisations qui sont restées proches de la Friedensbewegung, il faut citer en particulier les mouvements féministes « bourgeois » (c’est-à-dire « non socialistes »).

9 Un poème souvent cité de Felix Dahn, auteur à succès (Ein Kampf um Rom), écrit en réaction directe à la campagne de Bertha von Suttner et la création de la DFG, donne bien le ton de ces attaques :

Die Waffen hoch ! Das Schwert ist des Mannes eigen :

Wo Männer fechten, hat das Weib zu schweigen.

Doch freilich, Männer gibt’s, in diesen Tagen,

Die sollten lieber Unterröcke tragen. (1892)

10 Cette période a vu également la création de nouvelles organisations en Allemagne, notamment, en 1911, celle du « Verband für internationale Verständigung » qui établira des relations avec le mouvement français « Association pour la Conciliation internationale » et participera à l’organisation de rencontres entre parlementaires allemands et français, ou anglais.

11 Deux congrès de la DFG eurent lieu au cours de la guerre ; le premier en 1915 à Leipzig, le second en décembre 1917 à Erfurt.

12 Ces tentatives de dialogue avec l’étranger se heurtaient à de nombreuses difficultés, notam­ment avec les pacifistes français ou belges. Le Conseil du Bureau international ne s’est réuni qu’une fois, en janvier 1915. Ce n’est qu’avec les pays neutres que le dialogue put être maintenu, notamment à La Haye en avril 1915.

13 Cf. Pierre Grappin, Le Bund Neues Vaterland (1914-1916). Les rapports avec Romain Rolland, Lyon, S.E.G., 1952.

14 Ludwig Quidde fut vice-président du « Conseil national provisoire » de Bavière, le comte Arco fut appelé au ministère du commerce de Prusse, Breitscheid et Gerlach entrèrent au Ministère de l’Intérieur de Prusse, F.W. Foerster fut nommé ambassadeur de Bavière en Suisse, le comte Kessler représenta pendant un court moment la République à Varsovie ; quant au pacifiste Immanuel Herrmann, de Stuttgart, il accepta dans le gouvernement social-démocrate du Wurttemberg le poste de Ministre de la Guerre.

15 L’expression est utilisée par Heinrich Mann dans son essai sur Zola en 1915.

16 Une histoire du pacifisme allemand de la période national-socialiste porte en sous-titre : Ein Beitrag zum Zusammenbruch Deutschlands, (Gerda Starker, Die geschichtliche Entwick­lung des deutschen Pazifismus seit 1900, Heidelberg, 1935)

17 Parmi les autres organisations adhérentes citons : « Bund der Kriegsdienstgegner » (env. 20.000 adhérents), « Deutscher Pazifistischer Studentenbund », « Bund Entschiedener Schulreformer », « Bund religiöser Sozialisten », « Deutsche Abteilung der Weltjugend­liga », « Vereinigung der Freunde von Religions- und Völkerfrieden », « Bund für Mutter­schutz und Sexualreform »(H. Stöcker), « Großdeutsche Volksgemeinschaft », « Liga gegen koloniale Unterdrückung », la branche allemande du « Internationaler Versöhnungs­bund », « Katholische Weltjugendliga », « Gesellschaft für republikanisch-demokratische Politik », « Freideutscher Bund », « Volksbund für Geistesfreiheit », « Freie Aktivistische Jugend », « Bund Freier Sozialistischer Jugend ». Il y eut aussi la branche allemande de la « ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté » fondée en 1919 à Zurich. Du côté du pacifisme radical, il faut signaler le mouvement de Kurt Hiller, né autour de la revue Die Aktion et des Ziel-Jahrbücher, qui militait pour le refus de toute violence et qui prendra en 1926 le nom de « Gruppe Revolutionärer Pazifisten »(GRP).

18 En 1921 un groupe de pacifistes allemands, comprenant entre autres le comte Kessler et les dirigeants du Friedensbund der Deutschen Katholiken a pris part au Congrès de l’Inter­nationale démocratique à Paris. Des contacts avec la Ligue des Droits de l’homme sortit le manifeste An die Demokratien Deutschlands und Frankreichs, qui suscita de vives polé­miques en Allemagne. Par la suite, les relations entre les deux organisations, la Deutsche Liga für Menschenrechte (nouveau nom du BNV à partir de 1922) et la LDH s’intensifièrent.

19 Un grand rassemblement de la jeunesse, organisé en octobre 1913 près de Kassel, eut un grand retentissement dans la presse et imposa à l’attention publique un phénomène qui remontait aux dernières années du XIXe siècle. Cf. Hoher Meißner 1913. Der Erste Freideutsche Jugendtag in Dokumenten, Deutungen und Bildern, herausgegeben von Winfried Mogge und Jürgen Reulecke, Köln, Verlag Wissenschaft und Politik, 1988, 424 pages.

20 C’est ainsi que le livre publié en 1913, sous le pseudonyme d’Agathon, par Alfred Tarde et Henri Massis se fonde principalement sur une enquête réalisée auprès des étudiants pari­siens « des Ecoles, des Facultés et des lycées » pour « décrire le type nouveau de la jeune élite intellectuelle » Cf : Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, Paris, Plon, 1913.

21 Le mouvement a été créé en France par un pasteur, un professeur de l’Ecole des Roches et un officier de marine, en Allemagne par le Major Maximilian Bayer et le Oberstabsarzt Alexander Lion. C’est ce dernier qui avait publié dès 1909 une adaptation du livre de Baden-Powell, Scouting for Boys sous le titre Das Pfadfinderbuch (Verlag der Ärztlichen Rundschau, Otto Gmelin, München). Signalons une très belle réédition en fac-similé de cette première édition (Baunach : Ed. Hinkel, Deutscher Spurbuchverlag, 1987)

22 Dès 1909 un groupe du Wandervogel rendit visite aux boy-scouts anglais et ceux-ci furent reçus en retour en Allemagne .

23 Le Deutscher Pfadfinderbund et les autres organisations nées avant 1914 se sont profondé­ment modifiés au lendemain de la guerre. Notamment sous l’influence des mouvements de jeunesse « libres », ils ont secoué la tutelle des autorités civiles et militaires et redéfini, de leur propre chef, leurs objectifs et leurs règles de fonctionnement. Cette autonomie s’ac­compagnait d’une grande instabilité institutionnelle : toute la période de 1919 à 1933 est caractérisée par des scissions et des regroupements incessants. Bien que le DPB restât l’organisation la plus nombreuse, il lui était impossible de parler au nom du scoutisme allemand tout entier, tant les clivages étaient profonds, notamment sur des questions poli­tiques. Citons parmi d’autres organisations : Christliche Pfadfinderschaft Deutschland, Republikanischer Pfadfinderbund, Neupfadfinder, Ringpfadfinder, Rheinischer Pfadfinder­bund, Deutscher Pfadfinderbund Westmark, Deutscher Späherbund, Reichspfadfinder, Kolonialpfadfinder, Deutscher Republikanischer Pfadfinderbund, Deutsche Pfadfinder­schaft Sankt Georg, etc.

24 Bund republikanischer Freischaren e.V.; Club demokratisch gesinnter Studenten, Mün­chen ; Freiproletarisches Kartell, Berlin ; Großdeutsche Volksgemeinschaft ; Jungborn, katholische abstinente Jugend der Werktätigen ; Kameraden, deutsch-jüdischer Wander­bund (Märkischer Gau) ; Katholische Weltjugendliga ; Kreuzfahrer, wandernde katho­lische Volksjugend ; Freie aktivistische Jugend ; Liste der freien Hochschulgruppe an der Universität und Technische Hochschule München ; Quickborn, Winfrid-Kreis ; Reichsbund freigeistiger Jugend Deutschlands ; Wandervogel vegetarischer Art ; Weltbund junger Esperantisten, Bezirk Deutschland ; Internationale Jugendliga, Deutscher Zweig ; Reichsbund demokratischer Studenten ; Deutscher pazifistischer Studentenbund ; Frei­deutscher Bund.

25 Publiée par Walter Hammer, cette revue n’était liée à aucun mouvement en particulier; elle se voulait « überbündisch ». Par la qualité de ses collaborateurs et la diversité de ses thèmes, c’est une des revues les plus riches et les plus représentatives des mouvements de jeunesse allemands à cette époque.

26 Sur les 400 participants, une centaine étaient des étrangers venus d’Europe, des USA et même d’Asie (Inde, Malaisie, Philippines).

27 Cf. Ludwig Oppenheimer, « Die grundsätzlichen Fragen » in : Für einen Weltbund der Jugend, p. 27.

28 ibid. p. 30.

29 Les délégations les plus nombreuses furent celles des USA (78), de la Grande-Bretagne (61), des Pays-Bas (97), de France (24) ; il y avait aussi des participants noirs africains et des asiatiques. La délégation allemande comptait 104 membres : 19 d’entre eux repré­sentaient la Weltjugendliga, 12 la jeunesse ouvrière ; il y avait également 8 théosophes, 2 anthroposophes, 4 communistes, 3 jeunes socialistes, 9 jeunes catholiques, 9 Bündische, 3 jeunes protestants, 4 nationalistes, 2 jeunes démocrates, 20 divers. Les délégués étrangers appartenaient tous à des mouvements pacifistes ou socialistes.

30 reproduit in : Die Kommenden, 1928, N°35, p. 425.

31 Marc Sangnier, La paix par la jeunesse, p. 7.

32 Articles dans La Jeune République du 17 août et intervention devant la Chambre des Députés le 16 novembre 1923.

33 Marc Sangnier, La paix par la jeunesse, p.7.

34 ibid.

35 ibid. p. 9.

36 Dans un article de la Jeune République (7 octobre 1927) Gabriel Germain reviendra sur ces réactions et expliquera le « radicalisme de la jeunesse allemande » par l’expérience de la guerre et de la défaite.

37 In : Le Volontaire, 2e année, N°27, 9 février 1930.

38 ibid.

39 Gaston Fessard, Pax Nostra, Paris, Grasset, 1936 p. 376.

40 C’est au lendemain de la guerre, qu’il avait faite au front et qui lui avait inspiré son grand succès, le roman Le Feu, qu’Henri Barbusse lança son Manifeste La Clarté dans l’Abîme, profession de foi enthousiaste pour le respect de la vie, le refus de la violence et de la guerre, la réconciliation des peuples naguère ennemis, la révolution sociale. Le mouvement Clarté qui en est sorti suscitera parmi les intellectuels allemands un grand intérêt, qui se refroidit par la suite, à mesure que l’engagement communiste de Barbusse se précisa.

41 Kurt Hiller, Ratioaktiv, Reden 1914-1964, Wiesbaden, Limes Verlag, 1966, p.32.

42 ibid. p. 43.

43 Sur les orientations et les prises de position pacifistes de ce syndicat, cf. : Michèle Cointet-Labrousse, « Le Syndicat National des Instituteurs, le pacifisme et l’Allemagne », in : Les relations franco-allemandes 1933-1939 , Paris, CNRS, 1976, pp. 137-150.

44 Route, N°2, p. 13, 1942.

45 Gaston Roche, in : Au devant de la Vie, octobre 1937.

46 Jean Giono né à Manosque en 1895 mort en 1950. Fils d’un cordonnier d’origine piémon­taise et d’une blanchisseuse, il a commencé à écrire au retour de la guerre de 1914-1918, qui l’a durablement marqué comme beaucoup d’écrivains de sa génération.

47 L’autre livre-culte des Auberges de la Jeunesse fut : Que ma joie demeure (1935).

48 L. Heller-Goldenberg, Jean Giono et le Contadour, p. 35.

49 M.R. Achard, in : Les Amis de la Terre, cité par Heller-Goldenberg, op. cit.

50 Pierre Bolla, « Traçons notre route », in : Route, N°8, p.7, février 1943, cité par Heller-Goldenberg, op.cit. p. 35.

51 La pensée de ce groupe s’exprimait en particulier dans les Cahiers du Contadour.

52 Jean Giono, Les vraies richesses, préface.

53 Jean Giono, Les vraies richesses, Préface (Le livre Les vraies richesses, paru en 1936 est dédié au Contadour).

54 repris dans : Jean Giono; Ecrits pacifistes, op.cit. p. 27.

55 ibid. p. 267.

56 in : Cahiers du Contadour III-IV, cité par L. Heller-Goldenberg.

57 Cahiers du Contadour, III-IV, p. 65 cité par L. Heller-Goldenberg, op. cit. p. 153.

58 E. Boyer, Au devant de la vie, 1937.

59 Sur l’influence de Giono et du Contadour, on lira avec profit le chapitre des mémoires de Joseph Rovan que celui-ci a publié dans Media in Francia. Recueil de Mélanges offert à K.F. Werner, 1989, notamment pp. 431 et 436 sq.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr