Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988

 | 
Gilbert Krebs

AVANT‑PROPOS

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Le colloque dont on lira ci‑après les actes s’est tenu à Paris le 10 juin 1987 à l’initiative du professeur Joseph Rovan et avec le concours du Bureau International de Liaison et de Documentation (BILD), de l’Institut Autrichien, du Goethe‑Institut et de l’Université de Paris III. Manifestation de caractère scientifique, académique par la qualité des participants, par le niveau auquel se situaient leurs réflexions et leurs argumentations, ainsi que par l’objectivité et l’urbanité des discussions qui ont suivi les exposés, c’était aussi un débat d’une très grande vivacité, où des positions très contrastées ont été défendues avec chaleur et un engagement personnel évident. Les nombreux participants qui se sont pressés dans les locaux du Goethe-Institut, puis de l’Institut Autrichien ne s’y sont pas trompé, comme l’ont montré leurs réactions.

2Quelle est l’actualité du problème de l’Europe centrale, de la Mitteleuropa, selon l’appellation, chargée de bien des connotations, utilisée dans les pays germanophones et même au‑delà ? à première vue, on constate que le problème ne fait pas partie des priorités des chancelleries euro­péennes, ni des réunions et des assemblées internationales ; il ne figure pas dans les programmes des gouvernements, on ne le rencontre pas souvent dans les pages politiques des journaux. Quasiment absent en France, très confidentiel, sinon clandestin, dans les pays d’Europe centrale au‑delà du rideau de fer – pour des raisons faciles à comprendre – le débat sur la Mitteleuropa reste limité, même en Allemagne et en Autriche, à des cercles restreints. La question, à l’évidence, ne se situe pas au niveau des problèmes du jour, mais d’une discussion plus fondamentale, d’une réflexion plus détachée des contingences du moment et qui s’interroge sur l’avenir de notre continent. Participent à ce débat principalement des intellectuels, des écrivains, des journalistes, des historiens, ainsi que des hommes politiques qui, n’étant pas directement en charge de responsabilités gouvernementales, peuvent se permettre de prendre du recul et de chercher des solutions pour demain.

3Cette situation comporte des avantages, mais aussi des risques. Elle permet de faire abstraction dans une certaine mesure des contraintes de la réalité, elle autorise le rêve, comme l’ont relevé plusieurs intervenants – pour s’en réjouir ou s’en inquiéter. Si l’actualité du sujet n’est pas brûlante, elle n’en est pas moins réelle. L’apparition de ce débat est l’indice d’une évolu­tion. Elle manifeste que les choses bougent, que de plus en plus de gens en Europe centrale pensent que la situation actuelle de l’Europe, la frontière politique, militaire, économique et idéologique qui la coupe en deux est contre nature et qu’elle ne doit pas être considérée comme quelque chose de fatal et de définitif. Les solutions envisagées pour en sortir sont encore floues, les voix qui les prônent encore discrètes, mais qui sait si, dans un contexte politique nouveau, elles ne déboucheront pas sur un vaste et puissant mouvement. Ce qui pour l’instant n’est encore que songes que d’aucuns qualifient de nostalgiques et passéistes, peut alors se concrétiser en programme d’action. C’est pourquoi il importe d’être attentif : le nouveau discours sur la Mitteleuropa ne restera peut‑être pas toujours un discours d’intellectuels.

Berlin ou Vienne ?

4Les universitaires, journalistes et hommes politiques qui s’expriment ici parlent en leur seul nom, mais ils sont représentatifs de divers courants politiques et de diverses sensibilités nationales. Ces origines nationales, idéologiques ou politiques différentes transparaissent clairement dans leurs discours, dans les définitions qu’ils donnent de la Mitteleuropa, dans leurs références historiques, leurs perspectives d’avenir, leurs arguments et contre‑arguments. Il faudra aussi tendre l’oreille pour entendre ce qui n’est pas formulé, ce qui peut‑être n’est même pas toujours conscient : les per­spectives plus lointaines, les motivations secrètes. S’agit‑il de rêves ? Ils ne sont jamais gratuits. Certains intervenants n’ont pas manqué de mettre en évidence cette dimension cachée du discours sur la Mitteleuropa et de mettre les auditeurs en garde contre les intentions ou implications profondes des projets évoqués ou contre des rêves qui – l’histoire l’a montré abondam­ment – peuvent parfois tourner au cauchemar.

5Tous étaient d’accord sur un point : la Mitteleuropa, quelle que soit sa définition, quels que soient ses limites et ses contenus n’a plus aujourd’hui d’existence que dans le souvenir et la nostalgie. Parler de la Mitteleuropa c’est donc parler du passé (mais duquel ?), c’est aussi, le cas échéant, envisager de reconstituer une certaine unité qui aurait existé jadis et qui a fait place, depuis 1945, à deux blocs antagonistes séparés par un fossé profond, une frontière qui laisse l’Autriche du côté de l’Occident, mais en limitant sa liberté d’action par un statut de neutralité absolue, partage l’Allemagne en deux et rejette à l’Est un certain nombre de peuples qui tournaient tradition­nellement leurs regards plus volontiers vers Vienne, Berlin, voire Paris, que vers Moscou.

6Mais, hormis ce constat, que de divergences et de contradictions ! La différence la plus évidente est celle de la délimitation géographique de la Mitteleuropa à reconstruire, ou plutôt – on reste généralement très vague sur les limites de l’ensemble – la détermination de son centre. Deux thèses s’affrontent, deux capitales se proposent : Berlin et Vienne. Les deux intervenants allemands, malgré tout ce qui les séparait par ailleurs, étaient d’accord sur un point : la division de l’Allemagne se trouve au cœur du pro­blème. On retrouve même chez l’un d’entre eux le discours traditionnel sur la mission de l’Allemagne, pays du centre, destiné à être le trait d’union entre l’ouest et l’est du continent. Tout en acceptant la division du pays comme une réalité impossible à nier ou à changer dans un avenir prévisible, il assigne à chacune des deux Allemagnes un rôle essentiel dans sa sphère respective. C’est à l’Allemagne divisée de montrer à l’Europe la voie vers un nouvel équilibre. Tout en estimant qu’il s’agit là de dangereuses rêveries, l’autre intervenant allemand pense lui aussi que c’est seulement autour de la frontière inter‑allemande que pourra se créer un nouveau type de rapports est‑ouest, et que si une nouvelle Mitteleuropa devait un jour se reconstituer ce ne serait certainement pas sans l’Allemagne.

7à l’inverse, les invités autrichiens, mais aussi ceux qui parlaient au nom d’une expérience acquise dans des pays qui faisaient jadis partie de l’ensemble austro‑hongrois, jugeaient cette idée inacceptable. Ils l’ont tous dit ; certains avec beaucoup de netteté. Pour eux, la nouvelle Mitteleuropa devrait ressembler, d’une certaine manière, à l’ancienne monarchie des Habsbourg et se reconstituer, comme une réalité essentiellement – sinon exclusivement – culturelle autour de Vienne. Berlin et Moscou sont, dans cette perspective, deux écueils à éviter. Ce qui s’exprime ainsi, c’est sans aucun doute une certaine nostalgie du « bon vieux temps », bien compré­hensible pour ce qui est de l’Autriche. Mais elle n’est pas seulement tournée vers le passé : l’Autriche, marginalisée par sa situation géographique et son statut de neutralité, se verrait bien jouer de nouveau en Europe centrale un rôle intégrateur, médiateur, conciliateur, rôle conforme à son histoire – sans pour autant d’ailleurs renoncer à briguer une place dans l’Europe communautaire.

8Il convient de remarquer que la « candidature » de l’Autriche à ce rôle est bien mieux reçue dans les pays de l’Est que celle de l’Allemagne. Qui s’en étonnerait ? On a fait remarquer à juste titre que le débat sur Mitteleuropa est en réalité né dans les pays de l’Est et suscite un intérêt tout particulier en Hongrie, Tchécoslovaquie ou Pologne. Là aussi la dimension nostalgique est indéniable. Mais elle ne signifie pas qu’on voudrait retourner à la situation d’avant 1918 et renoncer à l’indépendance nationale durement conquise. L’espoir qu’on y perçoit, c’est de renouer une certaine solidarité, essentielle­ment culturelle, autour des traditions de l’ancienne Europe centrale et de rendre plus supportable la tutelle pesante de l’Union Soviétique pour, peut-être, qui sait, la remplacer un jour par une construction supranationale nouvelle.

Le continent englouti

  • 1 Selon le sous‑titre d’une excellente anthologie publiée par Erhard Busek et Gerhard Wilflinger, Auf (...)

9Pourtant, les bases sur lesquelles on envisage de reconstruire ce « conti­nent englouti »1 paraissent bien minces et peu assurées. L’accent est toujours mis sur les objectifs essentiellement culturels et humanitaires de cette nouvelle construction, sans se cacher le caractère très limité de ce fonds commun de solidarités et de traditions culturelles des peuples concernés (exception faite pour les deux États allemands, bien entendu). Précisément la caractéristique la plus frappante de cette Europe centrale, c’est son morcel­lement politique et sa pluralité ethnique, linguistique et culturelle. Ériger la pluralité en critère d’unité, comme l’a fait un des participants du colloque, est une idée intéressante, mais cela paraît malgré tout mince face aux nombreux facteurs de division et aux multiples contentieux qui existent entre certains peuples de la région. Le malheur commun, le désir commun d’échapper à la tutelle soviétique, suffisent‑ils à faire oublier tout ce qui les a, pendant des siècles, divisés et opposés ? La tradition culturelle et littéraire réelle de l’empire austro‑hongrois, le « mythe habsbourgeois », ont‑ils une force d’intégration suffisante ? Faute de mieux, on fonde ses projets sur ces facteurs, en espérant que d’autres solidarités viendront s’y ajouter par la vertu d’une dynamique irrésistible.

10Nous sommes loin – du moins en apparence – des concepts de Mittel­europa qui ont été propagés et discutés, essentiellement en Allemagne, a partir de la deuxième moitié du xixe siècle. L’idée d’une intégration écono­mique, à visées nettement impérialistes, y tenait une place centrale. Ce fut le cas dans le livre célèbre de Friedrich Naumann paru en 1915 comme contribution à la discussion sur les « buts de guerre » de l’Allemagne impériale. Mais c’était déjà au centre des objectifs de la Mitteleuropäische Wirtschaftsverein (Association Économique pour l’Europe centrale) fondée en 1904 par l’économiste allemand d’origine autrichienne, Julius Wolf, visant à constituer sous la houlette du Reich allemand une communauté économique européenne englobant l’Autriche, la Hongrie et même des pays occidentaux comme la France, afin de pouvoir tenir tête à la puissance économique des Anglo‑Saxons. Ce fut encore le cas dans les initiatives allemandes en direction de l’Europe du Sud‑Est dans la période entre les deux guerres mondiales. L’absence quasi totale de la motivation économique dans les débats d’aujourd’hui est d’autant plus frappante. Mais la dimension économique, comme la dimension politique, ne ferait-elle pas partie des motivations cachées, de ce qu’on se cache parfois à soi‑même ?

11Les objectifs des défenseurs de la nouvelle Mitteleuropa sont simples et clairs si l’on s’en tient aux discours explicites. Il s’agit dans tous les cas de surmonter la division de l’Europe. Non, à l’évidence, la division politique puisqu’on admet qu’on ne changera pas le statu quo dans ce domaine, mais les mentalités, les attitudes, les relations entre les systèmes antagonistes : il faut multiplier les échanges, rendre les frontières moins étanches. C’est une application de la « politique des petits pas ». Y aurait‑il, derrière ces visées apparentes, d’autres intentions ? Une partie de la discussion a tourné autour de ce problème. Il ne nous appartient pas de prendre position sur cette question, ni de mettre en doute la sincérité des discours que nous avons entendus. Il est certain que les objectifs déclarés paraissent bien modestes au regard des problèmes qui se posent et que dans l’esprit de beaucoup ils ne sont qu’une première étape, destinée à créer une dynamique dont on ne peut, ni ne veut, définir pour le moment l’aboutissement final. Peut‑on interdire l’espoir ?

12Le motif essentiel de toute cette discussion est le désir d’un changement en Europe centrale. Que cette aspiration se raccroche à la notion plus ou moins mythique de Mitteleuropa, quoi de plus naturel. L’image utilisée par Erhard Busek, du « continent englouti » est significative. Tout comme le mythe de l’Atlantide, celui de la Mitteleuropa est lié d’une certaine manière au mythe de l’âge d’or, du bonheur perdu. Savoir que ce passé ne peut être ressuscité, n’empêche pas de partir à la quête d’un monde meilleur, plus humain. La question essentielle est celle posée dans le sous‑titre de notre réunion. Ces efforts, ces initiatives en faveur de la reconstruction d’une nouvelle solidarité des peuples de l’Europe centrale ne comportent‑ils pas des risques, ne sont‑ils pas susceptibles de mettre en péril l’évolution de l’Europe (qui est pour le moment essentiellement une Europe occidentale) vers son unité ? Cela ne revient‑il pas à lâcher la proie pour l’ombre et à compromettre l’équilibre actuel, fragile mais réel, en sapant le système de sécurité qui l’a rendu possible ? Telle n’est certainement pas l’intention des partisans de la nouvelle Mitteleuropa, mais ne peuvent‑ils pas devenir les premières victimes de leurs généreuses illusions ?

13Raison de plus pour écouter attentivement ces discours, pour peser les arguments des uns et des autres, pour mesurer avec attention les espoirs et les craintes qui se sont exprimés au cours de cette journée.

*
**

  • 2 Documents. Revue des questions allemandes. Revue paraissant quatre fois par an, éditée par le Burea (...)

14Ce colloque a été l’œuvre de notre collègue Joseph Rovan, professeur émérite à la Sorbonne, président du BILD. Il en a été l’instigateur, l’organi­sateur et l’animateur d’un bout à l’autre. C’est à lui que reviennent d’abord les remerciements de tous ceux qui ont eu la chance de participer a ces débats. Leurs remerciements vont aussi à tous ceux qui ont apporté leurs contributions, en particulier aux invités venus spécialement de Vienne ou de Berlin ainsi qu’aux institutions qui nous ont apporté leur soutien. Enfin, nous remercions la traductrice, Sylvie Banoun ainsi que la rédaction de la revue Documents qui, après avoir publié en bonnes feuilles les principaux textes (n’ 4/1987), nous a facilité la publication de la présente plaquette2.

Notes

1 Selon le sous‑titre d’une excellente anthologie publiée par Erhard Busek et Gerhard Wilflinger, Aufbruch nach Mitteleuropa, Rekonstruktion eines versunkenen Kontinents, Vienne, Edition Atelier, 1986, avec des contributions de Milovan Djilas, Peter Hanak, Leszek Kolakowski, György Konrad, Milan Kundera, René de Mouzon, Alexandre Sinovjev, Manès Sperber, Alois Sustar, Ljubomir Tadic, Jozef Tischner et C.F. von Weizsäcker. Citons également l’ouvrage fondamental de Erhard Busek et Emil Brix, Projekt Mitteleuropa, Vienne, Verlag C. Ueberreuter, 1986.

2 Documents. Revue des questions allemandes. Revue paraissant quatre fois par an, éditée par le Bureau international de Liaison et de Documentation (BILD). Rédaction et abonne­ments : 50, rue de Laborde, 75008 Paris.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr