Desktop versionMobile Version

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Persévérer dans la construction d’une Europe libre...

Jean-Marie Soutou

Volltext

1En 1945, Français casanier, provincial, pratiquement ignorant de toute autre histoire que de celle de son propre pays, j’arrivai précisément au cœur de cette Europe dont nous venons de parler et où je devais passer six ans. Je la découvris à Trieste, ou peut-être même déjà – les trains en août 1945 étaient lents et s’arrêtaient partout – à partir de Milan. En progressant vers le cœur de cette Europe centrale, je découvrais non pas une autre Europe, mais une autre partie de l’Europe et je me sentis chez moi, malgré les barrières linguistiques... Aujourd’hui, la qualité de nos débats et des interventions, qualité intellectuelle et scientifique, mais aussi morale, m’a replongé dans cette vérité : tout cela c’est l’Europe et toutes les autres distinctions sont artificielles.

2Mais il me semble aujourd’hui qu’en rêvant autour du concept de Mittel­europa, nous courons le risque, par nos silences, de réduire l’Union sovié­tique à un État comme les autres. Ce serait l’erreur politique majeure. L’Union soviétique n’est pas réductible à la Russie, sa politique à l’égard de l’Allemagne ne peut pas être comparée à la politique allemande de la Russie. Certains discours sur la Mitteleuropa qu’on entend aujourd’hui sont ceux-là même que l’action rapide et dynamique de Gorbatchev veut nous inspirer. Méfiance, donc ! Nous ne devons jamais oublier les antagonismes politiques fondamentaux et les données concrètes de la stratégie.

3Nous n’avons qu’une chose à faire, si nous en avons le courage et la force, c’est de persévérer dans la construction de l’Europe libre et organisée qui reste ouverte à l’autre partie de l’Europe. C’est exactement ce qu’attend de nous l’Europe captive, la partie de nous-mêmes qui est captive. Nous sommes aujourd’hui blasés : en regardant l’Europe nous en voyons surtout les imperfections, mais nous oublions les immenses progrès réalisés dans le dialogue des nations de l’Europe.

4L’Europe organisée, quelles que soient les délégations de pouvoir – pas assez nombreuses à mon goût – reste une juxtaposition de patries, chacune d’entre elles restant une personne morale distincte, chacune avec une nais­sance, une croissance historique, une mémoire particulières et donc un apport spécifique, unique et irremplaçable dans la communauté constituée. C’est cela qu’il faut que nous fassions sentir à toutes ces patries de l’Europe captive. Mais pour pouvoir tenir ce discours avec une chance de succès, il faut que nous surmontions nos dissensions internes. Alors, ce qui aujour­d’hui est imprudence, audace excessive ou gesticulation ridicule deviendrait une politique cohérente sachant allier fermeté et ouverture, la seule politique qui ait une chance de réussir face à l’Union soviétique. Par réussir, j’entends retrouver l’unité de l’Europe, de toute l’Europe, dans la liberté et non pas dans la soumission à une hégémonie.

Autor

Ambassadeur de France. Ancien Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search