Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

La place de la République fédérale est dans l’Europe de l’Ouest...

Gerhard Heimann

Texte intégral

1Nous avons entendu beaucoup de définitions de Mitteleuropa. Pour ma part, je me reconnais tout à fait dans la définition de G. Konrad citée par Busek : le Mitteleuropéen est celui qui ressent la division de l’Europe comme une entrave et une offense... En tant que citoyen de la République fédérale, plus encore en tant que Berlinois, je suis dans ce cas.

2Ce qui importe en réalité ce ne sont pas les définitions, c’est la question de savoir comment on peut surmonter la division de l’Europe. Pour tous ceux qui vivent sur la frontière entre les deux systèmes c’est la question essentielle et elle le restera aussi longtemps que la division subsistera. Les gens et les peuples qui souffrent de cet état de choses le long de cette frontière qui va de la mer du Nord aux Balkans sont nombreux et leurs réponses sont différentes. Dans ce que nous avons entendu aujourd’hui, on constate ainsi une différence fondamentale entre d’une part les arguments des deux intervenants allemands, M. Weidenfeld et moi-même (même si nous ne sommes pas d’accord sur tout) et ceux des intervenants qui sont originaires, disons pour simplifier, de la sphère de l’ancienne monarchie des Habsbourg. Ces derniers cherchent en fait beaucoup plus à rétablir une identité culturelle. C’est tout à fait frappant et cela s’explique fort bien : les frontières politiques qui existent dans cette région ne sont pas susceptibles d’être modifiées.

3Mais ne pourrait-on pas tenir le même discours plus au nord, en ce qui concerne les rapports entre les deux États allemands, réduire ces rapports aussi à leur dimension culturelle ? Je dis non. Entre le cas des deux États allemands et celui de l’Autriche (que je ne considère pas, comme Honecker, comme « l’autre État allemand »), il y a une différence fondamentale : les deux États allemands sont situés au centre de l’antagonisme est-ouest, l’évo­lution de leurs rapports est décisif pour l’évolution de l’antagonisme est-ouest. La position de l’Autriche est certes importante, elle aussi, mais moins décisive. C’est pourquoi, je crois, les deux États allemands ne peuvent pas se permettre de réponse qui fasse abstraction de la politique et du rapport des forces en Europe. Malgré tout ce qui nous sépare, je suis d’accord avec M. Weidenfeld au moins sur un point : les deux États allemands et les Alle­mands d’une manière générale ne peuvent en aucun cas se permettre de rêver et de s’adonner à la nostalgie romantique. Contrairement à ce que M. Weidenfeld semblait dire ce matin, je ne me situe pas parmi les rêveurs romantiques.

4Et je voudrais le prouver : on a dit en effet que la RFA devait se deman­der ce qui est le plus important pour elle, l’appartenance à la communauté européenne ou, disons, la solidarité, ou encore de façon plus prosaïque, le commerce avec l’Europe de l’Est. L’appartenance à la communauté euro­péenne est bien entendu le fait le plus important pour la République fédérale. De toute évidence, pour un pays aussi dépendant des exportations que la RFA, le Marché commun est à peu près la même chose que l’espace qui a été constitué au xixe siècle sous Bismarck au centre de l’Europe pour les petits États allemands. L’essor de l’industrie allemande n’aurait pas été pensable si ce Reich n’avait pas existé. Les raisons en avaient été essentielle­ment économiques, parce que les frontières étaient devenues vraiment trop étroites. Cela signifie que la place de la République fédérale est en Europe occidentale, dans la communauté européenne. Personne n’a à se faire de souci à ce sujet. Ne serait-ce que pour des raisons purement égoïstes : la prospérité sociale et économique qui a été atteinte serait impensable sans la communauté économique.

5Mais ce n’est là qu’une parmi les nombreuses raisons pour lesquelles personne, chez nous, ne songe à quitter la communauté, c’est-à-dire à aban­donner l’idée d’une Europe occidentale, j’insiste occidentale, qui s’unit. Je crois que nous avons très bien compris que cette Europe occidentale qui s’unit ne serait pas possible sans la coopération avec la France. Mais aussi qu’une coopération avec la France ne serait pas possible s’il existait une Allemagne réunifiée ; je peux difficilement me le représenter. Je crois que la République a juste encore la bonne taille pour une coopération avec la France ; s’il y avait une Allemagne réunifiée, le problème de la taille atteinte par l’Allemagne ne se poserait pas seulement pour la Pologne. C’est pour­quoi je ne tiens pas la question de la réunification de l’Allemagne pour une idée très constructive dans la perspective de l’Europe. Mais je considère que l’idée de rendre la frontière qui sépare les deux Allemagnes plus facile à franchir, ce serait une bonne chose aussi bien pour la République fédérale que pour l’Europe. C’est pourquoi la question, selon moi, se pose dans les termes suivants ; existe-t-il une voie pour surmonter la division de l’Europe en commun avec la communauté européenne, jamais sans elle et au fond uniquement par elle ?

6Sur un point je voudrais contredire ce qu’a dit M. Hassner : s’il ne s’agissait, pour les Allemands, que d’un détour par l’Europe pour parvenir à une forme quelconque de réunification allemande, ce serait une erreur. Je suis d’accord avec presque tout ce qu’a écrit là-dessus Peter Bender et je trouve qu’on ne lui rend pas justice en considérant qu’il n’a qu’un souci, la réunification de l’Allemagne et que la voie de l’Europe est pour lui un détour. Ce n’est pas une germanisation de l’Europe qu’on cherche ainsi à obtenir en passant par la construction de l’Europe, et ce pour une bonne raison : la division de l’Allemagne à mon avis n’est pas la cause de la division de l’Europe. La division de l’Allemagne est la conséquence de la tension est-ouest et c’est pourquoi la même cause qui a provoqué la division de l’Allemagne est aussi la cause de la division de l’Europe. Cela signifie que l’intérêt de l’Europe se confond avec celui de l’Allemagne, et qu’il ne faut pas parler d’un détour par l’Europe pour aboutir à l’unité de l’Alle­magne, mais d’une prise de conscience de l’intérêt commun de l’Europe occidentale et de la République fédérale à surmonter la division.

7C’est indispensable parce que la question véritable de l’Europe c’est la question russe et pas seulement depuis le communisme. Il ne sert à rien de définir une Europe en faisant abstraction de la Russie. Cela n’est d’ailleurs pas possible, parce que la Russie en fait partie, géographiquement, mais aussi politiquement et historiquement, au moins depuis Pierre le Grand. Et c’est pourquoi l’Europe doit toujours trouver la réponse à la question de savoir comment cette Russie décidément trop grande, en tout cas trop grande pour l’Europe, peut être contrebalancée de telle manière qu’on ne tombe pas sous sa domination. Pour cela aussi nous avons besoin de la communauté européenne. Si nous ne voulons pas nous jeter simplement dans les bras des Russes, mais coopérer avec l’Union soviétique en tant que partenaires, nous devons être suffisamment forts pour pouvoir nous permettre une telle rela­tion de coopération sans nous exposer à aucune pression ni chantage.

8La République fédérale ne peut pas se jeter dans les bras des Russes, la carte russe n’existe pas pour elle. Il se peut qu’à l’inverse, les Russes disposent d’une carte allemande : je crois même qu’ils la joueront, non dans le sens d’une réunification, mais parce qu’ils ont eux-mêmes besoin d’amé­liorer leurs relations avec l’Europe de l’Ouest, parce qu’ils veulent l’Europe de l’Ouest comme partenaire. C’est pourquoi il faut que l’Europe de l’Ouest soit assez forte pour accepter une telle relation de partenariat, c’est-à-dire, il faut qu’elle s’unisse. Et là-dessus, je suis moins sceptique que beaucoup qui se sont exprimés ici, car au fond dès maintenant la population de la commu­nauté européenne est beaucoup plus nombreuse que celle de l’Union sovié­tique ; la CEE a aujourd’hui un produit national brut beaucoup plus élevé que celui de l’Union soviétique, son économie est plus moderne, elle dépasse l’Union soviétique dans presque tous les domaines. Elle est même, en ce qui concerne la puissance commerciale, supérieure aux États-Unis et son produit national brut approche presque celui des États-Unis et le dépassera un jour, c’est du moins mon pronostic.

9Pourquoi ne peut-on pas se représenter un équilibre européen, qui per­mette d’établir avec l’Union soviétique, avec cette Russie devenue trop grande, une relation de partenaires ? Cela concerne toute la communauté européenne, non pas l’Allemagne seule. Il n’y a aucune justification à ce que la République fédérale entretienne avec l’Europe de l’Est de meilleures relations que la France. On pardonnera peut-être aux Allemands si entre eux ils s’entendent un peu mieux, ne serait-ce que du point de vue de la langue et aussi du point de vue culturel et historique. Mais pour le reste, il est souhai­table, par exemple, que plus d’initiatives soient prises par la France en direction de l’Europe de l’Est, qu’on ne nous abandonne pas purement et simplement cette tâche à nous seuls, car nous ne pourrions pas l’assumer.

10Les relations entre les deux États allemands ne peuvent être vues que dans le cadre plus vaste d’une conception politique mondiale. Et c’est pourquoi l’unification progressive de l’Europe occidentale est nécessaire. Je suis très optimiste en ce qui concerne cette unification, bien que les insti­tutions européennes fassent montre d’une faiblesse ridicule. L’unification européenne viendra inéluctablement, parce qu’une économie en train de s’unifier, et c’est déjà le cas en Europe de l’Ouest où les frontières écono­miques dépassent les frontières politiques, a besoin dans certains domaines d’une législation harmonisatrice et celle-ci ne peut venir que d’une instance centrale européenne.

11En tout cas, je réaffirme que l’avenir de la République fédérale est en Europe de l’Ouest, et ensemble avec l’Europe de l’Ouest, après avoir établi des liens de partenariat avec l’Europe de l’Est, nous pourrons peut-être élargir nos marges de manœuvre et rendre les frontières plus perméables.

Auteur

Député de Berlin au Bundestag. Professeur à l’Université technique de Berlin.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search