Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Ne pas chercher la solution au centre

Pierre Hassner

Texte intégral

1Pour éviter un malentendu : je n’ai jamais dit et je ne pense pas non plus que la politique allemande est centrée seulement sur elle-même et que tout ce qu’elle fait n’est que prétextes et détours. J’ai essayé seulement d’expli­quer comment dans un certain courant de pensée – j’ai cité Peter Bender, Günther Gaus, Egon Bahr – se posait, sans doute à juste titre, le problème du rapport entre la division de l’Allemagne et la division de l’Europe et qu’ils songeaient au détour européen comme à une manière de résoudre à long terme le problème allemand. Cela n’a rien à voir avec la politique de l’Allemagne et le rôle de l’Allemagne en général.

2J’en profite pour ajouter plusieurs remarques à ce que j’ai dit tout à l’heure. D’abord, je ferais quand même remarquer que ce matin, dans les deux interventions allemandes, ce qui nous a tous frappés c’est qu’il était assez peu question de la Mitteleuropa en tant que telle, mais surtout du problème allemand et de la situation de l’Allemagne dans l’Europe centrale.

3Deuxièmement, je crois qu’il y a actuellement en Allemagne, comme dans d’autres pays d’ailleurs, à droite comme à gauche, des tendances à l’introspection, des tentatives de recherche d’identité. Même la jeunesse allemande qui, avant, s’occupait du Vietnam et de l’Amérique latine, redé­couvre des problèmes allemands. Je rappelle aussi la récente « querelle des historiens ». Ce n’est qu’une tendance parmi d’autres, mais elle existe, c’est normal, comme dans tout pays qui cherche son identité. Mais il est souhai­table que l’Allemagne la cherche dans le cadre européen et pas dans des cadres dont je pense comme vous qu’ils pourraient devenir dangereux.

4Enfin, il faut reconnaître que pour l’Europe il y a surtout deux questions qui déterminent politiquement et militairement l’avenir : la question russe et la question allemande. Il y a un triangle du point de vue de la sécurité, constitué par l’Allemagne divisée et les deux Grands. C’est là que se situe mon principal désaccord avec Bender et les autres : comme eux je désire surmonter la division de l’Europe, mais, contrairement à eux, je ne crois pas que cela dépend de ce qui se passe au centre de l’Europe. Cela dépend en réalité des transformations à l’intérieur de l’Union soviétique, de la politique américaine, de la construction de l’Europe occidentale, etc. Lorsque les conditions favorables seront réalisées là, les pays qui se trouvent au milieu pourront trouver pour leurs problèmes les solutions auxquelles ils aspirent.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search