Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Pour une approche pragmatique

Erhard Busek

Texte intégral

1Je voudrais éclaircir un malentendu. Ce que j’ai dit à propos du rêve n’était en aucun cas une invitation au rêve à l’adresse des Allemands. Je crois que, instruite par l’expérience, l’Autriche sait depuis longtemps faire la part du rêve et de la réalité. Nous avons, depuis longtemps, perdu le désir de vouloir transformer nos rêves en réalités. Si nous rêvons, c’est plutôt pour tenter d’échapper à certaines réalités.

2Mais je crois qu’il ne faut quand même pas oublier que la situation actuelle en Europe, qu’il s’agisse de l’Europe dans son ensemble ou de Mitteleuropa, n’est pas normale. Et c’est cette situation qui conduit à cher­cher, non des solutions fondamentales, mais des solutions pratiques et transi­toires. C’est pourquoi je partage entièrement l’opinion de M. Weidenfeld lorsqu’il dit que la question de la réunification allemande n’a, en soi, rien à voir avec le problème de Mitteleuropa.

3Dans l’espace d’où je viens, la notion de Mitteleuropa a certainement pour fonction de dépasser le nationalisme dans la manière de concevoir les États et leur histoire. Les groupes qui s’intéressent à Mitteleuropa en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Italie, recherchent en même temps une nouvelle manière d’écrire l’histoire de leur pays, en tenant davantage compte du point de vue des autres. Et c’est là, je crois, un aspect très important qui peut apporter une contribution essentielle à l’entente entre les nations dans une région difficile.

4Il est exact qu’on vous parle de l’Occident ou qu’on vous parle de l’Europe lorsque vous allez en Pologne, mais nous devons aussi nous atten­dre à ce qu’on nous pose la question de savoir jusqu’à quel point l’Europe libre s’est vraiment intéressée à ce pays. Pendant les années critiques 1980-1981, aucun Polonais n’a placé ses espoirs dans l’Europe occidentale. Aucune constellation politique, même Solidarnosc, n’a dit que la Pologne voulait devenir un État libre, européen, occidental. Il ne faut pas oublier cela. La dernière fois que dans l’espace mitteleuropéen il y a eu un mouvement politique mettant ses espoirs dans une aide occidentale, c’était Budapest en 1956. La leçon a certainement été entendue dans cette région. C’est pourquoi il ne faut pas attacher trop d’importance à ces questions qui s’adressent à l’Occident ; elles ne correspondent à aucun espoir.

5En revanche, et nous revenons ainsi à la Mitteleuropa proprement dite, la conférence d’Helsinki et ses suites pratiques ont eu certains effets. Elles n’ont certes pas modifié la situation politique, mais elles ont apporté de petites améliorations. Et à mon avis il est significatif que la plupart des groupes de défense des droits de l’homme ou de dissidents qui existent dans les pays du pacte de Varsovie ont commencé l’année de la conférence d’Helsinki ou se réfèrent explicitement à cette date, comme la Charte 77. Mitteleuropa n’est donc pas la grande solution, mais le petit soulagement, l’amélioration des conditions de vie.

6Je proposerais moi aussi de laisser tomber le problème de la définition de Mitteleuropa. Je pense avec Heinrich Cord Meyer que « Mitteleuropa is a semantic confusion ». Mais les confusions ont souvent permis que les problèmes soient posés. C’est pourquoi, selon moi, parler de Mitteleuropa n’est pas une manière d’esquiver les vrais problèmes, mais c’est l’ouverture d’un deuxième niveau qui rend service à beaucoup d’hommes, l’ouverture sur la dimension culturelle de l’Europe ou de la Mitteleuropa.

7Pour finir, je voudrais poser quelques questions à ceux qui voient le salut dans un renforcement de l’idée européenne. Première question : « N’est-il pas vrai que les États qui aujourd’hui forment la communauté européenne s’identifient à l’Europe en soi ? » Deuxième question : « Qu’ont fait les États de la communauté européenne pour apporter l’Europe aux pays européens qui ne sont pas membres de la CEE ? » Je crains qu’au cours des années 1990-1992 qui verront l’achèvement du Marché commun, la question de l’Europe ne devienne un sujet de tension de plus en plus fort entre ceux qui sont dans la communauté et ceux qui, pour des raisons les plus diverses, sont en dehors. Et lorsque, à juste titre, on parle de différences de niveau de vie entre les pays du pacte de Varsovie et l’Autriche ou l’Europe, nous devons constater, nous qui ne sommes pas dans le Marché commun, que nous nous acheminons aussi vers une telle différence. Est-ce vraiment une conception européenne ? J’en doute. Car les troubles politiques naissent souvent aussi des différences économiques. Les troubles qui se sont produits dans le voisinage de l’Autriche en 1956, 1968, 1980 et 1981 n’ont pas eu seulement des causes politiques, mais aussi des causes économiques. Ils ont le plus souvent été déclenchés par des problèmes économiques. Et dans ce cas, les frontières ne comptent plus, pas plus qu’elles n’ont joué un rôle à l’occasion de l’accident de Tchernobyl.

8En conclusion, que ceux qui sont sceptiques à l’égard de l’idée de Mitteleuropa et qui pensent que la solution c’est l’Europe, se montrent un peu moins prodigues en solutions concrètes.

Auteur

Vice-maire de Vienne. Auteur de Projekt Mitteleuropa

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search