Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Mitteleuropa ou l’unité dans la diversité

Moritz Csaky

Texte intégral

1Je voudrais commencer par une mise en garde : il faut éviter de donner le même nom à deux choses différentes. Car la conception de Mitteleuropa qui a sa source chez Naumann et qui joue de nouveau, comme on l’a rappelé, un certain rôle en Allemagne, n’est pas identique avec la conception de Mittel­europa selon Bernard Michel par exemple, qui englobe les pays de l’Est de l’Europe centrale, dont une partie a appartenu jadis à la monarchie des Habs­bourg. La première conception est essentiellement politique, la seconde essentiellement culturelle et historique.

2Deuxièmement, il faut rappeler qu’il existe en Europe différentes régions, ce qu’on oublie en parlant de l’Europe en général. L’Europe est certainement l’objectif final, mais en attendant il y existe des régions différentes avec des structures sociales, culturelles et ethniques différentes. C’est ainsi qu’il existe, par exemple, en Europe deux régions dont la caractéristique princi­pale est la diversité, la pluralité. L’une d’entre elles est la péninsule ibé­rique ; la seconde est cette région qui, dans le passé, a constitué une partie de la monarchie des Habsbourg, une partie seulement.

3En tant qu’historien, je voudrais signaler que, dans cette région, le sentiment d’appartenir à une même communauté était déjà présent bien avant les Habsbourg et qu’il existait également avant eux des tentatives pour unifier cette région sur les plan politique, culturel et économique : à partir de la Bohême par les Przemyslides, de la Pologne par les Jagellons ou de la Hongrie par les Anjou. On peut dire que derrière ces entreprises d’unifica­tion politique se cachait la conviction que cette région, d’une certaine manière, pouvait être considérée comme un ensemble présentant des traits communs, sociaux, économiques et aussi, dans un autre sens, culturels. Ces points communs dans l’histoire de ces pays sont d’une très grande impor­tance pour l’émergence d’une conscience culturelle et politique commune dans le présent. La dimension historique est essentielle pour la naissance d’un sentiment d’identité collective. Elle est importante pour nous aujour­d’hui si nous voulons trouver une identité, non pas nationale, mais culturelle.

4Ceux qui vivent dans cette région de l’Europe centrale, dans cette Mitteleuropa, dans ce qui a constitué une partie de la monarchie des Habs­bourg, ceux-là, quand ils interrogent l’histoire, constatent que la caracté­ristique essentielle de cette région était la pluralité des cultures, des ethnies, des langues. C’est celle pluralité qui, globalement, distingue cette région de beaucoup d’autres, par exemple de l’ancien Reich. C’est elle qui nous autorise à parler de cet espace comme d’une unité.

Auteur

Professeur à l’université de Graz

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search