Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Tenir Mitteleuropa à l’écart des combinaisons politiques ...

Zoran Konstantinovic

Texte intégral

1La notion de Mitteleuropa n’est pas constante, elle s’est modifiée au cours de l’histoire. Et en particulier elle n’a pas toujours englobé l’Alle­magne. En regardant son histoire, on peut dire, je crois, que cette Mittel­europa s’est développée par une suite de processus de délimitations, en se démarquant d’abord, au temps de l’humanisme, par rapport au monde médi­terranéen, puis au temps du baroque par rapport à l’Occident, y compris la France. Cette évolution s’est poursuivie jusqu’à ce que vers le début du xxe siècle on soit en présence d’une notion de Mitteleuropa aux limites géogra­phiques assez précisément définies. C’est de cette Mitteleuropa que je voudrais parler, car je crois qu’elle existe.

2Au récent congrès du Pen-Club à Lugano, l’une des quatre sections était consacrée au thème Mitteleuropa et la discussion y fut ouverte par deux orateurs allemands : l’un venait de la République fédérale, l’autre de la République démocratique allemande. Puis il y eut d’autres orateurs qui n’avaient aucun rapport avec la Mitteleuropa. De ce fait, la notion de Mittel­europa a été entièrement réduite aux positions des deux intervenants alle­mands : « Mitteleuropa c’est l’Allemagne, divisée par une frontière sanglante », dit le premier, et le représentant de la RDA répliquait : « Mittel­europa, c’est l’Allemagne, mais la frontière qui la divise n’est pas une fron­tière sanglante ». Les deux se trouvaient d’accord pour identifier la Mitteleuropa à l’Allemagne.

3Vous m’excuserez, j’espère, si j’avoue que beaucoup d’entre nous, en entendant une telle définition, se sont émus à cause de certains souvenirs qui restent bien vivants encore et qui n’ont pas fini de nous poursuivre. Peut-être y a-t-il eu, au lendemain de la seconde guerre mondiale, une possibilité de créer une Allemagne unie, une Allemagne qui serait devenue la Mitteleuropa au sens véritable du mot, une Allemagne neutre, le véritable centre retrouvé de l’Europe. C’est une question qu’on peut poser.

4Mais aujourd’hui la situation est telle, je crois, que Mitteleuropa doit absolument être tenue à l’écart de certaines combinaisons politiques. Les faits sont là : dans l’est de l’Europe, il existe un vaste ensemble et une partie de l’Allemagne est intégrée dans ce bloc oriental ; à l’ouest il existe un autre grand système et une autre partie de l’Allemagne appartient à ce bloc occi­dental. Et puis il y a un troisième système qui est le système mitteleuropéen : celui-là, il faut le tenir à l’écart de la politique, le considérer comme un système de valeurs culturelles et spirituelles, un vigoureux champ de forces spirituelles. Ce système mitteleuropéen, je crois que nous pouvons le déve­lopper à partir du voisinage culturel de ces peuples qui ne font pas tous partie du peuple allemand, où il y a aussi les Hongrois, les Yougoslaves, les Tchèques, les Polonais, je dirais même les Roumains.

5Pour nous, représentants des petits peuples de Mitteleuropa, de même que pour les Autrichiens qui sont eux aussi à la recherche de leur identité, de cette identité autrichienne qui peut faire le lien entre tous les peuples de cet espace mitteleuropéen, il est important, je crois, de recourir à cette notion de Mitteleuropa dans le sens évoqué ci-dessus. Il faut refuser de raisonner, comme on le fait généralement à l’Ouest comme à l’Est, en fonction du nombre de fusées, du nombre de divisions que possède l’un, que possède l’autre. Ce sont les valeurs spirituelles qui doivent être au centre de nos réflexions.

Auteur

Professeur à l’Université d’Innsbruck

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search