Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Arrière-plans et arrière-pensées politiques

Pierre Hassner

Texte intégral

1S’il me fallait justifier ma participation à ce débat, je pourrais faire valoir deux faits. On a déjà entendu ici les points de vue nationaux d’Europe cen­trale représentée par les deux nations aristocratiques que sont la Hongrie et la Pologne et j’ai pensé que, étant d’origine roumaine, il m’appartiendrait peut-être de faire entendre la voix des peuples paysans ou bourgeois de la région, en particulier aussi, puisque malheureusement la Tchécoslovaquie n’est pas représentée ici, la voix du brave soldat Schweik. Deuxièmement, par mon métier, je m’occupe de politique internationale et malheureusement plus de questions de sécurité que de culture et de psychologie et c’est donc à ce point de vue de la sécurité que je voudrais m’attacher plus particu­lièrement.

2En entendant certaines des interventions ici, j’ai pensé que l’Europe centrale c’est à la fois beaucoup moins et beaucoup plus que l’Europe centrale. Dans un sens, c’est la division de l’Allemagne, ce sont les deux États allemands ; dans un autre sens c’est toute l’Europe, c’est le problème de sa division et il semble bien que le problème spécifique de la Mittel­europa, de l’Europe centrale soit un peu perdu de vue. C’est d’ailleurs ce que reconnaît l’un de ceux qui ont le plus réfléchi à ce problème en République fédérale, Peter Bender, qui explique dans un de ses derniers articles : le problème c’est que nous nous trouvons au milieu ; les problèmes qui se posent à nous se posent à tout le monde, à toute l’Europe ; mais le problème de l’Europe divisée est forcément vécu plus intensément par ceux qui sont au milieu, par les Allemands et par les pays d’Europe centrale qui vivent plus directement la division, que, par exemple, la Norvège ou le Portugal. Selon Bender, c’est donc un même problème qui se pose à tous les Européens en cercles concentriques. Pour lui, la Mitteleuropa c’est la communauté de ceux qui souffrent de la division et qui ont intérêt à remédier à ses conséquences : « Eine Notgemeinschaft der teilungsgeschädigten Län­der » et « Eine Interessengemeinschaft zum Abbau der Teilungsfolgen ». Mais à partir de ces deux définitions, qui me paraissent politiquement ou généralement acceptables, commencent précisément les différences.

3On a entendu s’exprimer jusqu’à présent trois conceptions, trois défini­tions. D’abord les deux auxquelles a fait allusion Krzysztof Pomian, à savoir premièrement le problème de la division de l’Allemagne, de l’existence de deux États allemands et deuxièmement le problème des Européens de l’Est qui veulent se distinguer de la Russie, qui veulent affirmer leur spécificité en tant que victimes impuissantes et qui développent face à la politique une position morale, ce que Geörgy Konrad appelle « l’antipolitique », qui est un peu le prix de leurs souffrances. Puis il y en a une troisième, qu’on voit notamment à travers les exposés autrichiens : quelque chose qui est beaucoup plus directement lié aux souvenirs et aux traces historiques et culturelles de l’Empire des Habsbourg et des liens qui en restent.

Détours et prétextes

4En ce qui concerne les deux premières conceptions, je crois, comme Pomian, qu’en dernière analyse il faut les distinguer, qu’on rend un grand service en séparant le sort de l’Allemagne et le sort de la Mitteleuropa. Mais, malgré tout, ce n’est pas par hasard que beaucoup de gens en Europe centrale voient d’un œil favorable certains projets de neutralisation, de dénucléari­sation de l’Europe centrale, y compris de l’Allemagne et pensent que ce serait une chance pour régler leur situation.

5Le problème des rapports entre la division de l’Allemagne et la division de l’Europe est un problème très compliqué et je crois que la position que Pomian a critiquée n’est pas aussi contradictoire qu’il le dit, même si je ne la partage pas. Ce que des gens comme Peter Bender, comme Egon Bahr ou Günther Gaus pensent, c’est qu’on ne peut pas surmonter la division de l’Allemagne directement. Que, pour la surmonter un jour, il faut faire le détour par l’Europe, il faut commencer par accepter la division de l’Alle­magne en deux États et mettre tous ses espoirs dans l’unification de l’Europe. C’est ce que dit Peter Bender : « Die deutsche Teilung bildet die Voraussetzung, um mit der Teilung Europas fertig zu werden ».

6Mais il ne s’agit sans doute que d’un détour : par le rapprochement des deux Europe, par un statut particulier des deux Allemagnes, par des liens militaires, économiques, politiques entre les deux Allemagnes, on veut arriver à créer un jour des conditions qui rendront possible, sinon la réunifi­cation en un État, du moins quelque chose comme une confédération des deux États allemands. Et cela, Egon Bahr et Günther Gaus le disent explicitement : dans un débat avec le fils de Willy Brandt, Peter Brandt, qui est partisan de la réunification de l’Allemagne, Günther Gaus a dit : « Je veux la même chose que vous, mais vous êtes trop pressé. Cela ne peut être que la dernière étape et non pas la première. » Et Egon Bahr vient de dire en reparlant des trois étapes de son fameux plan : « Jusqu’à l’an 2000, personne ne doit parler de l’unité allemande ». C’est une boutade, mais c’est intéres­sant malgré tout.

7C’est donc l’idée d’une dialectique historique et d’un détour. On peut parler à cet égard d’une européisation de la question allemande, mais peut-être aussi – et c’est là que la critique de Pomian est justifiée – se demander si cette européisation du problème allemand ne cache pas une germanisation de la question européenne et si on ne voit pas dans l’évolution de l’Europe seulement ce qui rend possible un rapprochement des deux États allemands, l’attachement de l’Allemagne à l’Occident étant précisément conditionné par cet espoir. Tout en partageant certaines perspectives de Peter Bender, je m’inquiète lorsque je l’entends dire que si l’on veut que l’Allemagne reste attachée à l’Occident, il faut qu’il y ait beaucoup de mouvement vers l’Est. Je souhaite, moi aussi, que les choses bougent en direction de l’Est, mais je m’inquiète et m’interroge quand je vois qu’on en fait la condition de l’appartenance de l’Allemagne à la communauté occidentale.

Une utopie passéiste

8Deuxièmement, il y a la dimension historique. On pourrait appliquer, me semble-t-il, à l’idée de « Mitteleuropa », ce que Nietzsche disait des Alle­mands : ils ont un avant-hier et ils ont un après-demain, mais ils n’arrivent pas à avoir un présent, un aujourd’hui. Ce n’est peut‑être pas vrai de l’Allemagne, mais c’est vrai de la Mitteleuropa. C’est visiblement du domaine, d’une part, de la nostalgie, d’autre part de l’utopie. Les deux sont pleinement légitimes d’ailleurs si l’on admet, comme je l’ai dit au départ, que tout cela ce sont des réactions contre une division de l’Europe qui fait profondément violence à son âme, à ses traditions et à sa volonté. Mais il reste qu’il s’agit quand même d’une utopie et d’une utopie passéiste, et on peut se poser la question : « Est-ce que le seul projet que l’Europe puisse faire pour surmonter Yalta, sa division, c’est de retourner à l’Empire austro-hongrois ? » Mais l’idée de Mitteleuropa ne serait pas la seule à aller chercher ses références dans le passé.

9La diversité dans les conceptions de l’Europe centrale vient aussi de ce que chacun se réfère à sa propre nostalgie historique. On a évoqué le livre de Naumann de 1915 qui parlait de Mitteleuropa. Contre lui le fondateur de la Tchécoslovaquie, Masaryk avait dressé une autre notion de l’Europe centrale – il ne disait pas Mitteleuropa – et sa définition de l’Europe centrale c’était « une zone de petits États s’étendant du Nord au Sud, comprenant les Lapons, les Suédois, les Norvégiens, les Danois, les Finlandais, les Esto­niens, les Lettons, les Lithuaniens, les Polonais, les Silésiens, les Tchèques et les Slovaques, les Magyars, les Serbo-croates et les Slovènes, les Roumains, les Bulgares, les Albanais, les Turcs et les Grecs ». Mais il n’y avait pas de place pour les Allemands ni pour les Autrichiens dans son schéma. Aujourd’hui encore les références historiques et culturelles ne sont pas les mêmes pour chacun. Elles existent à la fois en fonction de l’expé­rience de l’Empire austro-hongrois qui n’est pas la même pour un Polonais ou pour un Hongrois, et elles existent en fonction des projets politiques.

10En même temps, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi une réalité présente de la Mitteleuropa, de l’Europe centrale. C’est un domaine où l’on sent bien qu’il se passe quelque chose, sur le plan de la prise de conscience et sur le plan de la culture. Du point de vue économique aussi, il y a une réalité qui reconstitue un peu de l’espace danubien. Le CEPII en France a fait récemment une étude sur ce qu’il appelait « l’effet Habsbourg ». Elle a montré que d’une part la République fédérale d’Allemagne et l’Autriche sont effectivement plus tournées que les autres pays d’Europe occidentale vers cette région qui était leur ancienne région de présence, mais que néanmoins, en tout cas pour la République fédérale, l’Europe de l’Est comptait infini­ment moins que les pays du Marché commun et qu’on ne pouvait pas parler d’un déterminisme économique qui poussait l’Allemagne vers l’Est. Malgré un certain lien spécifique, dont l’image est d’abord le commerce inter-allemand par rapport au Marché commun, et, plus généralement, malgré une plus grande intimité économique de l’Allemagne avec l’Europe du Centre-Est, on est donc loin de la situation de l’avant-guerre.

Des risques pour l’Europe

11Mais j’en viens à ce qui constitue mon problème plus particulier dans ce débat, le problème politico-militaire. La question, encore une fois, est celle de savoir de quel poids les communautés culturelles, humaines, psycho­logiques, voire économiques pèsent face à cette double réalité : d’une part, l’opposition politique entre deux types de régimes : communiste et non communiste, ou libre et totalitaire, ou capitaliste et socialiste, comme l’on voudra, et d’autre part le fait que la sécurité de l’Europe est fondée sur l’opposition, l’équilibre de deux alliances conduites par les deux Grands avec la présence de leurs armes nucléaires.

12Peut-on imaginer – c’est cela le grand problème de l’Europe d’aujour­d’hui – la coexistence de niveaux divergents où la division serait progressi­vement surmontée au niveau culturel, voire au niveau économique, où les anciennes sous-régions balkaniques, danubiennes, nordiques tiendraient à se reconstituer humainement et culturellement par-delà les frontières à la fois des états nationaux et des blocs, sans que les structures politiques et les structures militaires en soient touchées ? Y a-t-il une coexistence de ces niveaux contradictoires ou y a-t-il là une dynamique ? Est-ce que par là on avance l’un vers l’autre ? Est-ce que l’un serait éventuellement même le masque de l’autre ?

13On retrouve ici le problème allemand et l’éternel dialogue de sourds entre Allemands et Français. Les Allemands nous disent : « Nous acceptons la division des états, mais nous voulons préserver la Kulturnation ». Et les Français, forts de leur tradition d’État national, répondent : « Nous savons fort bien que si vous accordez une telle importance aux rapports inter-allemands, ce n’est pas pour permettre des réunions de famille, ce n’est pas pour maintenir l’unité culturelle, c’est parce que vous avez toujours comme objectif dernier la réunification ». Les Français, me semble-t-il, ont tort : ils sont ou trop machiavéliques ou trop prisonniers de leur propre expérience. À mon avis, les Allemands sont parfaitement sincères lorsqu’ils disent : « La réunification, le Reich bismarckien, d’abord nous savons que c’est impos­sible, que personne ne le permettrait. Deuxièmement, nous savons que ce serait dangereux pour tout le monde et ce qui nous intéresse, ce n’est pas cela, c’est justement l’aspect culturel et humain, etc. »

14Simplement, je pense que les Allemands, inconsciemment – sauf pour certains comme Egon Bahr où je crois que c’est très conscient – se trompent en ne voyant pas qu’il est impossible de séparer aussi nettement les deux aspects. Cela a été très bien exprime par Anne-Marie Le Gloannec dans un numéro de la Revue Française de Science Politique consacrée à ce sujet sous le titre : « L’Allemagne : deux États, une nation ? » : « Rapallo n’est pas à craindre. Ne s’agit-il pas avant tout d’une quête de l’Allemagne littéraire et idéale ? L’Allemagne nation et non État ? » Pourtant, dit-elle, précisément parce qu’elle n’a pas de cadre politique, cette quête pourrait insensiblement avoir des incidences sur la politique.

La confusion du culturel et du politique

15C’est cela qui personnellement me gêne dans des idées comme celles de Peter Bender etc. : ce n’est pas que je le soupçonne de vouloir le Reich bismarckien et de ne pas le dire, c’est que je pense que la volonté de sur­monter la division, de rapprocher les deux états allemands, lui fait minimiser la différence des régimes politiques. Il considère que la seule chose impor­tante c’est de surmonter la division de l’Europe et il pense que, dans ce désir de détente, Bonn a plus de choses en commun avec Varsovie et Berlin-Est qu’avec Paris et Londres, que dans l’effort pour unir l’Europe toute entière les Allemands sont plus près des Mitteleuropäer que des Westeuropäer. C’est peut‑être vrai pour ce point particulier, mais pour ce qui est du régime politique et de leurs intérêts de sécurité, jusqu’à preuve du contraire, le destin des Allemands de l’Ouest est en Europe occidentale. Le problème c’est qu’il faut éviter de provoquer, par la recherche de l’identité culturelle et humaine, consciemment ou inconsciemment, l’érosion des fondements poli­tiques et stratégiques de la situation de l’Allemagne et de la situation de l’Europe. C’est cela, me semble-t-il, le problème.

16Personnellement, je trouve que tout ce qui peut rapprocher les cultures, les hommes, est bon et je considère que cet effort pour surmonter la division, pour redécouvrir les vieilles communautés partielles, historiques, est un facteur tout à fait positif. Mais en même temps, j’estime qu’il ne faut pas se dissimuler – inconsciemment ou consciemment – la contradiction entre, d’une part, ces efforts et, d’autre part, la nature des régimes communistes et celle de l’équilibre militaire européen. Il y a un certain danger de confusion du culturel et du politique. Je crois qu’on a intérêt à séparer les deux questions : la question de l’identité culturelle de l’Europe de l’Est et la question du statut politique des pays communistes. Et en ce qui concerne le problème du désarmement, je ne voudrais pas que l’Europe se décide en faveur d’un désarmement nucléaire simplement en se disant que former ensemble une zone dénucléarisée (limitée à l’Europe centrale ou englobant l’Europe de la Pologne au Portugal, peu importe) c’est au moins former une communauté et surmonter Yalta.

17Notre problème est de devoir tenir compte en même temps de deux ensembles de faits, d’une part de l’opposition des régimes et de la sécurité européenne et, d’autre part, des aspirations des Européens à leur propre iden­tité et à leur communauté. Le premier va dans le sens de la division et le second dans le sens de la recherche de moyens pour surmonter la division. Cette contradiction est celle de l’Europe centrale, mais c’est aussi la contradiction de tous les Européens.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search