Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

2. Mitteleuropa en débat

Une notion ambiguë : Mitteleuropa

Krysztof Pomian

Texte intégral

1Pour commencer, je ne peux m’empêcher d’exprimer mon inquiétude et ma gêne face aux ambiguïtés que me semble véhiculer le concept de Mittel­europa, tel que nous l’utilisons dans notre discours, tel aussi qu’il est utilisé d’une manière générale dans des discours mi-culturels, mi-politiques. Avec une certaine facilité, elle-même déjà quelque peu suspecte, on y passe des problèmes de la politique territoriale à de hautes réalités spirituelles pour revenir ensuite au point de départ. Ce qui suscite ces inquiétudes et semble frapper d’ambivalence toute la problématique que nous développons aujour­d’hui, c’est qu’elle recouvre en fait deux tendances strictement opposées.

2La première, c’est la tendance des peuples européens faisant partie du bloc soviétique à se libérer de la domination soviétique. Et lorsqu’à Varso­vie, à Budapest ou à Prague on parle d’Europe centrale, qu’on le dise en français ou en allemand ou dans la langue du pays, on ne cherche qu’une chose : donner corps au désir de se libérer de la domination soviétique, de ce régime semi-colonial auquel on est soumis.

3Mais la même problématique et la même terminologie de la Mitteleuropa recouvrent aussi des tendances tout à fait différentes, à savoir le désir de stabiliser le statu quo en Europe. C’est ce désir qui s’exprime dans un discours qui, en parlant de la Mitteleuropa, vise les rapports entre les deux États allemands, la République fédérale et la République dite démocratique allemande, pays artificiel de 18 millions d’habitants avec 25 ou 32 divisions soviétiques sur son territoire, et semble considérer la division de l’Alle­magne, donc la division de l’Europe en deux blocs, comme quelque chose d’éternel, sinon de naturel. Mais, et c’est plus grave encore, il est entendu aussi, ou plutôt sous-entendu, qu’il s’agirait par ce biais de dégager la République fédérale de l’alliance occidentale.

4Soyons net : entre ces deux tendances, la tendance des pays européens du bloc soviétique à se libérer de la domination soviétique et la tendance à trouver une formule politique permettant à la République fédérale de se dégager de l’alliance occidentale, il y a une contradiction totale. Lorsqu’on assiste à un discours où l’on glisse constamment d’un plan à l’autre, où on ne sait jamais si on parle au nom de l’une de ces tendances ou de l’autre, on ne peut que ressentir une forte gêne et je voulais exprimer ce sentiment qui ne me quitte pas chaque fois que je rencontre ce type de problèmes.

5Historiquement, le territoire que nous appelons Mitteleuropa est marqué, au départ, par une particularité négative. Lorsqu’on prend une carte de l’Europe, on trouve d’une part un énorme espace qu’on peut définir de manière assez précise, où s’est étendue à partir des débuts du christianisme, disons entre le troisième et le quatorzième siècle, l’influence de l’Église catholique, apostolique et romaine. D’autre part, nous avons un énorme espace sur lequel s’est étendue, presque dans le même temps, l’influence byzantine. Avant même le schisme, avant le onzième siècle, il y avait déjà des différences culturelles importantes, qui projetaient vers le nord et vers l’est du continent la vieille division entre la partie grecque et la partie latine de l’Empire romain. D’autres différences se sont ensuite greffées sur les premières, parmi lesquelles une des plus importantes était celle des rapports entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel. Ces différences concernent aussi les références linguistiques et la tradition littéraire, latin et grec, ainsi que les références iconographiques : il suffit de penser aux destins différents de la peinture occidentale et de la peinture grecque.

6Il y a donc cette division très ancienne et profonde qui traverse l’Europe, du nord au sud. Or, entre ce qui était le cœur de la chrétienté latine, de l’Europe latine, et ce qui était, après la chute de Byzance, l’Europe ortho­doxe et l’Europe grecque, il y avait un espace où certains choix se sont opérés très tôt, mais dont, néanmoins, l’affiliation s’est décidée très tard. De surcroît, il y avait les Turcs, facteur particulièrement important pour l’histoire de l’Europe balkanique, dont la dernière offensive sous les murs de Vienne date de la fin du xviie siècle. C’est dans ce cadre que se pose réelle­ment, à mon avis, la question de la Mitteleuropa, c’est à lui, à cet espace dont le destin n’était pas très clair, qui a eu à affronter les Russes et les Turcs et qui, effectivement, a été réuni en grande partie sous le sceptre des Habsbourg à partir du xviiie siècle que pense l’historien.

7Mais quelle est sa réalité présente ? Sur le plan économique, ce qui caractérise cet espace c’est l’énorme différence économique qui le sépare de l’Autriche et de l’Allemagne fédérale. Une grande partie de cet espace centre-européen est uni par une certaine misère et par des perspectives économiques qui ne sont guère réjouissantes, même dans le meilleur des cas (par exemple la Hongrie). Le deuxième élément qu’il faut évoquer, ce sont les conflits entre ces pays d’Europe centrale. Il y a là un certain nombre de vieux antagonismes : certains ont été gelés, d’autres ont été aggravés. La domination soviétique joue dans une certaine mesure le rôle de gendarme, elle empêche les conflits d’éclater ouvertement (par exemple entre la Roumanie et la Hongrie). Mais il ne faut pas perdre de vue que la présence soviétique est aussi génératrice de conflits : elle seule, par exemple, explique l’existence d’un personnage comme M. Ceaucescu.

8Ces antagonismes existent, on ne peut les nier, mais ils ne justifient évidemment pas la présence soviétique dans cette région. Dans un monde où on a réussi à résoudre pacifiquement des problèmes aussi ardus que la question d’Alsace-Lorraine, il n’y a certainement aucun problème territorial, aucun litige polono-tchèque ou hungaro-roumain qui ne puisse trouver sa solution dans un cadre approprié, qui n’est ni un cadre de la misère, ni un cadre d’antagonismes nationaux attisés, suscités et reproduits le cas échéant. Il faudrait sans doute beaucoup de temps et beaucoup d’évolution tranquille et des gens de la stature des Adenauer et des De Gaulle. Mais ceci est une autre histoire.

9Est-ce parce que je suis historien et Polonais que je ne partage pas tout à fait l’engouement actuel pour la Mitteleuropa ? L’ordre international issu du Traité de Vienne de 1815 et qui s’est maintenu jusqu’au traité de Versailles en 1918 impliquait la division de la Pologne, son démembrement entre trois puissances. Le sud de la Pologne avec Cracovie ne pouvait faire partie de l’Empire autrichien que parce que Varsovie faisait partie de l’empire russe et Poznan de l’Allemagne. Je ne puis avoir de nostalgie pour une période de l’histoire où mon pays s’est trouvé dans la situation qui est aujourd’hui celle des Kurdes. Mais même sans la partager moi-même, je dois constater objec­tivement que cette nostalgie existe en Pologne, qu’elle est tout particulière­ment sensible dans la région de Cracovie. Il faut bien l’admettre : soixante-dix ans après la disparition de la double monarchie, François-Joseph est en passe de devenir un personnage populaire et le jour viendra où les anthropo­logues recueilleront dans les légendes des montagnards polonais ou slo­vaques les souvenirs du « bon Empereur »... Les écrivains autrichiens de la grande époque qui ont passé leur vie à lutter contre la « Kakanie » doivent se retourner dans leurs tombes.

10On parle donc de nouveau aujourd’hui de Mitteleuropa, C’est une problé­matique qui est apparue non pas en Autriche, ni en Allemagne, mais à Prague ou chez les Pragois en exil – je pense à Milan Kundera – à Budapest, à Varsovie. Mais de quoi parle-t-on ? C’est d’une Europe centrale libre d’influence soviétique et qui serait, dans un certain sens, une Autriche. Le rêve de nos peuples est d’avoir un statut tel que celui défini pour l’Autriche par les deux grandes puissances par le traité de 1955. Si une telle zone, une telle énorme « Autriche » multinationale, allant de la mer Baltique à la mer Adriatique et la Mer Noire, pouvait être créée, cela comblerait à coup sûr les vœux des populations d’Europe centrale concernées.

11Mais cette Mitteleuropa n’est pas concevable avec l’Allemagne. Il y a au moins trois raisons pour cela. D’abord on ne peut pas parler à la fois de la problématique de Mitteleuropa et de l’Allemagne divisée. En historien de l’Europe, je ne crois absolument à aucun argument historique supposé justi­fier la division de l’Allemagne en deux États. Je pense que dans toute situa­tion normale, l’Allemagne serait réunifiée. La seconde raison c’est qu’une Allemagne réunifiée constituerait un potentiel comparable à celui de tous les autres pays de la région pris ensemble. En termes démographiques, la diffé­rence n’est pas considérable, de l’ordre de 20 ou 30 millions d’habitants, je pense. Sur le plan économique, en revanche, la différence est énorme au détriment de l’Europe centrale. Enfin, troisième raison, il n’y aurait rien pour contrebalancer l’influence allemande. Il ne faut pas oublier que si l’Europe des Douze a pu se faire, c’est parce qu’il y avait au départ deux partenaires de niveau a peu près égal et dont l’influence se contrebalançait : la France et l’Allemagne. Dans une Europe centrale avec l’Allemagne, il y aurait l’Allemagne face à une multiplicité d’États entre lesquels il reste encore des conflits non réglés.

12C’est pourquoi, il faut le dire clairement, si l’on veut donner une chance à la Mitteleuropa de se réaliser, il faut que ce soit sans les Allemands. L’idée d’une Mitteleuropa avec l’Allemagne ne peut servir que de repoussoir, elle fera reculer tous les pays concernés. La place de l’Allemagne – de toute l’Allemagne et pas seulement de la République fédérale – est en Europe occidentale, non en Europe centrale.

Auteur

Historien, né en 1934 à Varsovie. Directeur de recherches au CNRS.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search