Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

1. Positions

Mitteleuropa, et après ?

Plaidoyer pour une raison cosmopolite

Franz Slawik

Texte intégral

1Rêve, utopie, tragédie, nostalgie, mélancolie, mythe, prédominance de l’irrationnel, ordre de chevalerie littéraire, concept culturel : voilà la tonalité fondamentale de nombreuses assertions concernant le débat sur la Mittel­europa, tel qu’il se déroule en Autriche depuis quelque temps. Et je ferais un bien piètre connaisseur et amateur de l’histoire intellectuelle de mon pays si cela devait m’étonner ou bien encore m’inquiéter, surtout quand les méta­phores sont issues principalement de la plume d’artistes, d’essayistes et de commentateurs. Mais je suis déjà plus prudent, je l’avoue, quand des scienti­fiques deviennent eux aussi lyriques, et je dresse une oreille très attentive dès que les frontières entre la politique et la poésie commencent à s’estomper, quand on peut dire des paroles des hommes politiques ce que la Veuve d’éphèse dit de son cher disparu dans l’œuvre de Christopher Fry Un Phœnix de trop : « il savait si bien parler que les bilans sonnaient comme des vers d’Homère et les vers d’Homère comme des bilans ».

Une actualité douteuse

  • 2 In Robert Musil : Gesammelte Werke (Œuvres complètes), Hambourg, 1978, vol. 8, p. 1 042 et suiv.

2Quand on parle de Mitteleuropa, me viennent en effet à l’esprit deux écueils contre lesquels nous a mis en garde un homme qu’on cite volontiers comme témoin de choix à ce sujet, Robert Musil : « Nous nous extasions devant le sentiment et pestons contre l’intellect en oubliant que le sentiment a sans celui‑ci la finesse d’un gros carlin. Et il est difficile de nier qu’il y ait beaucoup de sentiment, beaucoup d’émotion, dans les concepts cités dont l’origine peut être prouvée dans tous les cas. » La mise en garde formulée par Musil contre les fautes que nous serions susceptibles de commettre, non pas du fait « d’erreurs de détail », mais du fait « d’un mode de pensée parti­culier », me paraît encore plus importante. Elle se trouve dans un essai par lequel l’auteur règle son compte à l’œuvre maîtresse d’Oswald Spengler, et qui porte le titre : « Esprit et Expérience. Remarques destinées aux lecteurs qui ont échappé au Déclin de l’Occident ». Ainsi, il met en garde contre l’arbitraire littéraire, terme par lequel il stigmatise la terminologie pseudo-mathématique de Spengler, une terminologie dont Musil affirme, dans une formule lapidaire, « qu’elle n’a pas plus de valeur scientifique qu’un zoologue qui classerait parmi les quadrupèdes les chiens, les tables, les chaises, ainsi que les équations du quatrième degré »2.

3Le fait que cette mise en garde intervienne précisément à propos d’un des « grands » thèmes tels que l’Occident, l’Europe, Mitteleuropa, etc. n’est sans doute pas le fruit du pur hasard.

4C’est pourquoi il me faut préciser tout d’abord un certain nombre de points concernant les critères qui permettent d’évaluer le degré d’actualité d’une idée :

  1. Si l’on mesure l’actualité d’une idée au fait qu’on organise à son sujet des symposiums, des enquêtes, des colloques, que les médias s’en emparent, que des intellectuels, qu’ils y soient invités ou non, s’expriment à ce sujet et que des cercles plus ou moins élitistes en débattent, alors l’idée de Mitteleuropa est une idée actuelle en Autriche ;

  2. Si son degré d’actualité est mesurable au fait que ce label soit mis a posteriori sur des mesures politiques, économiques ou culturelles qui auraient été prises de toute façon, même sans cette idée, ou dans une tout autre optique, alors cette idée est actuelle ;

  3. Si enfin, pour les raisons 1 et 2, la classe politique s’empare de ce thème, tantôt le pousse jusqu’à l’absurde, tantôt recule devant lui comme prise d’effroi devant son propre courage, et tantôt le contourne dès qu’elle en entrevoit les conséquences considérables, désagréables, parfois non dépour­vues d’un certain risque, alors cette idée de Mitteleuropa est bien actuelle en Autriche.

  • 3 In : W, Pesendorfer: Staat und äußere Sicherheit (L’Etat et la Sécurité extérieure). In : Überliefe (...)

5Mais si le degré d’actualité d’une idée tient aussi à sa présence dans les actions humaines, au fait qu’elle crée une unité de motivation si grande qu’elle en devient le ciment d’une communauté unitaire, parce qu’elle est commune à tous, donc ainsi d’une portée générale, pour tous la même et donc identique d’un individu à l’autre, alors l’actualité de l’idée de Mittel­europa est pour le moins discutable. Pourtant ce sont justement ces déter­minants que la science politico-philosophique tient pour essentiels de l’idée d’état, et plus précisément de l’état, en tant qu’idée concrète réellement existante dans l’histoire et non seulement comme idée possible3.

  • 4 In : Jürgen Habermas : Der philosophische Diskurs der Moderne (Le discours philoso­phique de la mod (...)

6Naturellement, ce n’est pas par hasard que j’ai choisi l’État national comme exemple d’une idée concrète, mais parce que beaucoup de faits apportent de l’eau au moulin de ceux qui pensent que l’État national consti­tutionnel et démocratique issu de la Révolution française est jusqu’à présent la seule réalisation positive dans l’histoire mondiale d’une structure consti­tuée en identité qui réunit librement les aspects généraux et les aspects individuels de l’être ensemble (Miteinandersein)4.

L’état national est maintenant obsolète

7Maintenant nous vivons dans une époque où ce rôle de l’État national paraît en voie d’être dépassé. C’est là une des raisons majeures de l’appa­rition d’une Europe unifiée. À cette situation se relie la question : des sociétés aussi complexes que la nôtre sont‑elles encore quelque part en mesure de fonder de nouvelles identités. À une telle possibilité, Jürgen Habermas a énoncé dès 1973 quelques présupposés :

  1. Une nouvelle identité collective dans une société qui transcenderait le concept d’État n’est plus maintenant envisageable que comme un processus d’apprentissage continu ;

  2. Cette identité ne peut pas s’articuler en représentations du monde ; elle doit supposer la validité d’une morale universelle susceptible d’être discutée dans un débat raisonnable ;

  3. Elle ne peut pas être orientée de façon rétrospective vers des valeurs traditionnelles, mais pas non plus être purement et d’une manière prospec­tive, tournée vers des tâches de planification ou vers des modes de vie en projet. Elle ne serait alors, elle aussi, rien d’autre qu’un programme et resterait abstraite.

  • 5 Le sociologue allemand Niklas Luhmann a publié de nombreuses contributions sur le thème général de (...)
  • 6 In : Jürgen Habermas, op. cit., p. 423 et suiv.

8Je voulais mettre ces remarques en exergue, pour indiquer au moins schématiquement le « mode de pensée » qui est mon point de départ, sans pour autant m’identifier totalement à l’approche de Habermas dont je liens d’ailleurs la réflexion pour une des plus nuancées de notre époque, parce qu’elle intègre dans une perspective critique non seulement les acquis inaliénables de la tradition réflexive occidentale, mais aussi toutes les contri­butions essentielles contemporaines, de Niklas Luhmann et sa théorie des systèmes5 à Foucault et d’autres... Je n’ajouterai qu’une chose : Habermas désigne la culture comme étant « la réserve de connaissances dans laquelle les agents du processus de communication se mettent d’accord sur quelque chose dans le monde6, et puisent pour se munir d’interprétations suscep­tibles de produire des consensus ». Il inclut dans ce fond « le potentiel d’interprétation de soi et du monde que contiennent la science et la philosophie, le potentiel de rationalité que contiennent les conceptions de la morale et du droit strictement universelles, ainsi que, last but not least, les contenus d’expérience radicaux du modernisme esthétique ».

9Comme c’est si souvent le cas, c’est peut‑être une remarque qui a été faite plutôt en passant qui révèle le véritable contenu politique de ce qu’on a coutume d’appeler l’idée de Mitteleuropa, ou, en d’autres termes, il se pro­duit un déplacement : on quitte le domaine de la politique pour entrer dans celui de la philosophie de l’histoire ou de la culture.

10C’est ainsi, par exemple, que M. Sinowatz, alors chancelier autrichien, invita à Vienne au cours de l’été 1985 trois hommes politiques de pointe, Peter Glotz, alors secrétaire général du SPD, Hans‑Joachim Hoffmann, le ministre de la Culture de RDA, et le ministre de la Culture hongrois, M. Köpeczi, pour un « dialogue des divergences ». à quoi un journaliste répon­dit en exigeant un colloque avec des « courants authentiques ».

« Mitteleuropa », selon le gouvernement de grande coalition

11Permettez‑moi tout de même d’esquisser maintenant pour vous en quelques mots la position de l’Autriche officielle, donc de l’Autriche poli­tique, telle qu’elle se présente dans la déclaration gouvernementale de 1987.

12On y évoque cinq fois des sujets concernant au moins partiellement « Mitteleuropa », bien que le terme lui-même n’intervienne qu’une seule fois explicitement ; voici ces passages :

  1. Le gouvernement fédéral poursuivra une politique d’ouverture à l’égard de ses voisins, politique qu’il tient pour une tâche particulièrement impor­tante. Par ses efforts pour entretenir des rapports cordiaux avec tous ses voisins, l’Autriche renforcera la coopération européenne dans les domaines politique, économique et culturel, et ce, par‑delà les frontières des systèmes sociaux et idéologiques. Dans le même temps, le gouvernement tirera profit de sa politique d’ouverture à l’égard de ses voisins pour résoudre des pro­blèmes de protection de l’environnement dépassant le simple cadre national, problèmes dont l’apparition, conséquence de nouvelles technologies, est un défi sérieux qui permettra de juger rapidement la réalité de la coopération entre États ;

    • 7 La « Communauté de travail Pays alpins » et la « Communauté de travail des Pays et Régions des Alpe (...)

    La coopération régionale s’est imposée comme une nouvelle dimension des relations extérieures — du côté autrichien au niveau des Bundes­länder — et elle tend à être un complément de la politique de voisinage à l’égard des États voisins. Le gouvernement fédéral se félicite du type de relations qui se développent dans le cadre de l’ARGE ALP et de l’ARGE ALPEN‑ADRIA7. Il estime que celle coopération est précisément adaptée aux données géographiques et culturelles de la Mitteleuropa. L’intention existe de conférer à cette coopération sans frontière un fondement sûr de droit constitutionnel ;

  2. En ce qui concerne la fonction de la protection que l’Autriche exerce en faveur des habitants du Tyrol du Sud, « le gouvernement fédéral s’emploiera à consolider les liens historiques qui existent avec le Tyrol du Sud, dans un esprit européen, et à faire en sorte que les protestations de solidarité ne restent pas lettre morte » ;

  3. L’Autriche s’engage à continuer la politique traditionnelle d’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile : « Nous avons continuellement ouvert notre pays aux réfugiés provenant d’États situés en Europe ou hors d’Europe comme première terre d’asile et qui cherchent chez nous un refuge » ;

  4. Le gouvernement accordera une attention particulière aux minorités eth­niques vivant sur le territoire autrichien. « Les groupes ethniques minori­taires ne représentent pas seulement un enrichissement de la multiplicité culturelle et sociale de l’Autriche ; elles ont aussi une fonction importante de tête de pont pour le développement des relations avec nos voisins. Le gouvernement fédéral cherchera à créer, par un dialogue constant et ouvert avec les groupes ethniques, les conditions nécessaires à la préservation de leur identité, au maintien de leur situation actuelle à leurs possibilités d’épa­nouissement. »

13Je crois que, même sans analyse détaillée, ces passages, même s’ils ne s’élèvent pas à la hauteur emphatique d’une « Idée Mitteleuropa », four­nissent dans leur modération bien équilibrée et dans un esprit de « Real­politik », une bonne contribution à la mise en œuvre des aspirations essen­tielles de cette région, à savoir le maintien et la consolidation de la paix, la compréhension entre les peuples, ainsi que l’ouverture culturelle qui doit aller de pair avec la préservation des traditions historiques ; dans cette optique, leur contribution n’est pas sans intérêt. Par ailleurs, ils sont entourés de prises de position au sujet de l’Europe unifiée, de la Conférence sur la coopération et la sécurité en Europe, de la collaboration apportée par l’Autriche au travail de l’ONU, de la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, etc. Le développement de rapports étroits avec la Communauté Européenne est qualifié littéralement d’« aspiration centrale de la politique étrangère et économique autrichienne », ce qui répond implici­tement à la question que se pose notre colloque d’aujourd’hui « pour ou contre l’Europe ? » au moins pour le côté autrichien.

14Il convient peut‑être d’ajouter que le point 2 fait allusion entre autres à des activités de coopération auxquelles participe mon Land de Basse-Autriche, activités dont le but est d’établir une sorte de « ARGE du Danube » et qui doivent recevoir en 1988 une accentuation culturelle parti­culière par la création d’un « Festival du Danube ».

Une notion multidimensionnelle

  • 8 In : Jürgen Habermas, op. cit.

15J’en arrive maintenant aux contributions qui, comme l’écrit un journaliste, traitent des aspects relevant de la « philosophie de l’histoire appliquée à un grand espace territorial » ou, si l’on préfère, des aspects « philosophie de la culture » ou « philosophie sociale » de l’idée de Mitteleuropa. Comme nous l’avons dit plus haut, des symposiums et d’autres manifestations similaires, mais aussi des écrits sous forme d’essais ont été consacrés à cette idée. Les participants et les auteurs des contributions étaient surtout des intellectuels ; les thèmes abordés ont en conséquence été variés et le niveau des discussions élevé. Les méthodes d’argumentation étaient tout aussi bariolées. Pour toutes ces raisons, il est difficile d’en faire ici un résumé approximatif. Pour donner cependant au moins une idée de ce que serait une étude systématique de cette multiplicité, dont la nécessité découle de l’exigence philosophique des interventions, je poursuivrai la citation de la pensée de Habermas déjà évoquée dans ma première partie : « La tâche la plus haute de la philosophie est, selon moi, d’opposer à toute forme d’objectivisme, à l’autonomisation idéologique, c’est-à-dire illusoire de pensées et d’institutions, la force de la réflexion autonome radicale sur soi. Cette réflexion sur soi est le seul médium, dans lequel, aujourd’hui encore, peut se constituer l’identité de la société et de ses membres — à moins que nous ne retombions au stade d’identités particularistes »8.

  • 9 Kurt Skalnik, directeur de ministère, président du Club de Presse Concordia.
  • 10 Barbara Coudenhove‑Calergi est journaliste à la radio‑télévision autrichienne.
  • 11 In : B. Coudenhove‑Calergi : La Renaissance d’un concept et l’identité autrichienne, vol. 1, p. 133 (...)

16Cet arrière‑plan donne un sens positif à la question posée plus haut : un mode de vie unitaire est‑il un présupposé important pour que se constitue une identité de Mitteleuropa ? Ainsi, Kurt Skalnik9 parle de la « conscience d’un mode de vie, trait d’union obligatoire, qui, dans un monde chargé de tensions aurait introduit un processus de retour intellectuel sur soi », et la journaliste Barbara Coudenhove-Calergi10 écrit que, pour elle, « Mittel­europa est partout où il y a des églises baroques avec des tours à bulbe, des cafés de type viennois, des petits choux farcis et des chaussons fourrés à la compote de prunes, une certaine sorte de gares et d’écoles peintes en jaune Marie-Thérèse »11.

  • 12 Professeur émérite d’histoire à l’université de Vienne.
  • 13 D’après Eva Roth : « Patrie Mitteleuropa ‑ Comme un phénix renaissant de ses cendres ». In : Wochen (...)
  • 14 Professeur d’histoire à l’université de Graz.
  • 15 Cf. M. Csaky : « L’Autriche et l’idée de Mitteleuropa » ‑ Europäische Rundschau, N° 2/86, p. 106.
  • 16 György Sebestyén, écrivain autrichien d’origine hongroise: Eine historische Notwendig­keit (Une néc (...)
  • 17 Journaliste autrichien et historien : Eine mitteleuropäische Erfahrung (Une expérience mitteleuropé (...)
  • 18 Peter Hának, historien : Gab es eine mitteleuropäische Identität in der Geschichte ? vol. 1, p. 115 (...)
  • 19 Op. cit. p. 123.

17à la communauté de mode de vie s’associe l’histoire comme facteur d’unité ; on voit apparaître cette conception tout d’abord avec une certaine réserve et d’une manière réaliste dans la formulation du doyen des historiens autrichiens, Adam Wandruszka12 : « On pourrait interpréter ce mouvement comme un signe de décrispation de l’histoire... mais on ne devrait tirer de ce genre d’atmosphères et renversements des valeurs aucune conclusion sinon que des deux côtés de vieux préjugés peuvent être démantelés et que ce pro­cessus est en cours »13. L’historien Moritz Csaky14 est, quant à lui, déjà plus affirmatif puisqu’il considère la « dimension historique comme un facteur tout à fait essentiel »15, tout comme l’écrivain Sebestyen16 et le journaliste Ernst Trost17. Mais l’historien Hának18, dans son essai intitulé : « Y a‑t‑il eu dans l’histoire une identité mitteleuropéenne ? » arrive à une autre réponse : oui, si l’on identifie le mot identité avec l’« existence objective », mais non, si l’on comprend sous le terme identité une notion de conscience : « Si cela a existé à une époque quelconque, le souvenir même s’en est perdu »19. Ce « non » signifie cependant la négation globale de la question si l’on prend au sérieux les réflexions déjà citées à propos du degré d’actualité d’une idée et sur le concept d’identité dans le mode de pensée des auteurs cités. Mais laissons là la discussion sur des problèmes apparemment académiques pour retourner encore une fois à la réalité politique.

  • 20 In : Die Ara Kreisky (L’Ère Kreisky), publié sous la direction de Bielka, Jankowitsch, Thalberg, Vi (...)

18Au cours de l’été 1975, Kreisky, alors chancelier fédéral, déclara à l’occasion de la signature, à Helsinki, de l’Acte final de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe : Nous connaissons « l’importance d’un continent où règne la détente. Si elle existe, alors nous serons au cœur de ce continent une communauté florissante et un foyer sûr pour ses habi­tants ; mais si elle n’existe pas, nous résiderons dans l’ombre morne d’une ligne de démarcation, ... qui traverse toute l’Europe et deviendra la ligne de séparation entre ses systèmes politiques et militaires »20. L’actualité de cette constatation, trois citations du numéro du 29/5/1987 de l’hebdomadaire Die Zeit en témoignent :

  1. La première est du chancelier Kohl à propos du débat sur la réunification de l’Allemagne : « La liberté est plus importante que l’unité ; la liberté est une priorité absolue » ;

  2. La deuxième est de Erich Honecker, secrétaire général du SED : « La RDA et l’Allemagne fédérale n’ont jamais été unies, ce qui les sépare, ce sont des mondes, le monde socialiste et le monde capitaliste » ;

  3. La dernière est de Mikhaïl Gorbatchev : « Les rapports qui existent histo­riquement entre l’Europe de l’Ouest et les États‑Unis, tout comme ceux qui lient l’URSS et les démocraties populaires sont une réalité politique ».

  • 21 In : Milan Kundera : « Die Tragödie Mitteleuropa » (La Tragédie Mitteleuropa) ; Journal, Nr 15/ (...)
  • 22 In: Jürgen Habermas: Die neue Unübersichtlichkeit (La nouvelle opacité), Frankfurt a. M., 1985, p. (...)
  • 23 Das Neue Programm des SPÖ (Le nouveau programme du parti socialiste autrichien), Vienne, 1978, chap (...)

19Cet arrière‑plan confère sans doute aussi un contenu politique aigu même à des assertions qui sont en apparence le fait d’un bel esprit éloigné de la politique, comme celle de Milan Kundera que je vous livre ici : « L’identité d’un peuple ou d’une civilisation se reflète et se concentre dans ce qu’on entend communément par culture »21. à ce propos, je me permets de me référer à Habermas qui utilise à deux endroits l’expression de « charge explosive » : là où il parle d’art et de culture, et dans ses réflexions sur les principes universalistes de la morale. Il le justifie en ces termes : « Une morale universaliste ne connaît par essence pas de barrières... »22 et pour­rait‑on ajouter, pas non plus de frontières. Au sujet de la culture, Kundera lui‑même écrit : « C’est un groupe d’écrivains hongrois qui ouvrit la voie à l’explosion de 1956. Ce furent le théâtre, le cinéma, la littérature et la philosophie qui conduisirent finalement à la libération du Printemps de Prague... »23. L’ambivalence du terme de libération est ici, je crois, indis­cutable.

20Mais que signifie tout cela ? Il n’y a pas d’activité dans notre situation historique qui ne nécessite de la circonspection, de la tolérance et de la persévérance. Pour que se forge de la confiance, il faut du temps, du tact, de la rationalité. Le romantisme et l’irrationalité sont choses fort belles dans la vie quotidienne ou en art ; mais même l’idéaliste Schiller a traité de rêveur son Marquis de Posa, qui pousse à la Révolution bien que « le siècle ne soit pas mûr pour son idéal ». C’est pourquoi je souscris à l’extrait suivant du programme du Parti Socialiste Autrichien, et pas seulement parce que je suis socialiste :

  • 24 In: Jürgen Habermas: Die neue Unübersichtlichkeit, p. 237.
  • 25 Op. cit. p. 255.

21« Nous, Démocrates Socialistes, sommes d’avis que la transformation des structures de pouvoir dans les États communistes doit être avant tout l’affaire des hommes qui y vivent »24. J’y souscris surtout parce que ce texte corres­pond aux principes d’une éthique dont je trouve encore une fois la formu­lation chez Habermas : « Celui qui prend un risque, doit avoir seul le droit de décider » et encore : « Toute intervention opérée au sein de structures de sociétés complexes a des conséquences si imprévisibles, qu’on ne peut confier à quelqu’un la responsabilité de mettre en œuvre des processus de réforme à la condition seulement qu’ils soient considérés comme des pro­cessus d’essais et d’erreurs menés scrupuleusement sous le contrôle strict et attentif de ceux qui ont à en subir les conséquences »25.

Un mythe aux pieds d’argile

22Ces quelques exemples montrent déjà que le nombre disponible de points d’interrogation est à peine suffisant quand on s’intéresse de près à la discus­sion concernant ce « rêve », cette « idée », ce « projet » de Mitteleuropa. Ce mythe ne repose-t-il pas sur des pieds d’argile très friables, si un de ses apologistes, Hának, est contraint d’émettre à son sujet de sérieux doutes historiques ? Est‑il si facile de relativiser le fait de la frontière érigée entre les deux blocs, tel que le mettent en évidence les trois citations de la Zeit auxquelles nous nous sommes référés, que le laisserait supposer une quatrième citation du même numéro, à savoir le cri d’Edward Kennedy : « Je suis Polonais ? ».

  • 26 Erich Heintel est professeur titulaire émérite de philosophie à l’université de Vienne.

23Les efforts pour amorcer un dialogue même, et surtout dans le domaine culturel, n’ont-ils pas tout particulièrement besoin de rationalité et de réflexion sur soi ? On pourrait pour ce faire prendre modèle sur ce que dit en quelques lignes le philosophe viennois Erich Heintel26 : « Au cours de colloques avec des philosophes venant d’États marxistes, à l’Abbaye de Zwettl, nous avons pu constater, en près de deux décennies, que quand on discute sans préjugés, l’aspiration fondamentale à une libéralité (qualifiée) n’est de toute façon jamais mise en doute, mais qu’ensuite quand on en vient à parler de la motivation de chacun dans des situations dont il faut bien admettre qu’elles sont différentes, il devient nécessaire que l’accent soit mis sur des aspects différents. Ce faisant, je suis, en tant qu’individu, nécessai­rement assigné à l’espace dans lequel je suis tenu de vivre avec toutes ses données sociales et politiques. Seul un caractère borné serait alors en mesure de voir tout le positif de son seul côté et tout le négatif chez l’autre. Étant donné que je suis partie prenante, je ne peux en agissant procéder à des évaluations sur le pourcentage de supériorité qui reviendrait à mon côté et celui dont pourrait se réclamer l’autre. Et ainsi, respectant le principe de la maximalisation de la motivation, je ne peux donc finalement que m’investir à 100 % pour que soit défendu ce que, dans le champ limité de mes possi­bilités, j’estime devoir être défendu ».

  • 27 In : Milan Kundera: « Die Tragödie Mitteleuropa », op. cit., p. 18‑2 1.
  • 28 In: Erhard Busek - Emil Brix: Projekt Mitteleuropa (Projet Mitteleuropa), Vienne, 1986, p. 30.
  • 29 In: György Konrád : Der Traum von Mitteleuropa (Le rêve de Mitteleuropa), NÖ Journal, N° 14, juin 1 (...)
  • 30 In : Karl Schlögel : Die Mitte liegt ostwärts (Le Centre est à l’Est), Berlin, 1986, p. 11.

24Je ne voudrais pas être mal compris : je ne suis en aucun cas insensible aux nombreuses bonnes raisons qui plaident pour notre « Mitteleuropa » — surtout dans une perspective d’histoire de la culture. En particulier, je respecte, comprends, ai de la commisération et de la sympathie pour tout ce qui dans beaucoup des contributions citées parle de destin individuel et collectif, de deuil, de désespoir et d’espoir. Je comprends que pour Milan Kundera « les Juifs soient au xxe siècle l’élément cosmopolite moteur en Mitteleuropa »27, et je liens cet héritage pour essentiel et lourd de respon­sabilités ; je déplore avec Erhard Busek qu’il ne « reste plus grand‑chose en Europe des visions d’universalité des grands humanistes du xvie siècle »28 ; mais je me demande si une nouvelle particularité qui s’appellerait Mittel­europa serait à la hauteur de l’esprit universel de cet héritage. Quand György Konrad analyse avec beaucoup d’esprit « l’irrationalisme militaire » auquel nous devons deux guerres mondiales29, on se demande s’il n’y a pas aussi d’autres irrationalismes dont le danger a été dénoncé entre autres par son compatriote Georg Lukács et quel est le degré de la rationalité personnelle dont Konrad nous crédite, nous autres, Mitteleuropéens. On se demande comment il se fait que dans les discours de la plupart des apologistes de l’idée emphatique de Mitteleuropa, qui eux‑mêmes sont conscients des nombreux problèmes qu’elle pose, étant « séduisante, pathétique, arrogante, ambivalente » (une citation de Karl Schlögel)30, surgisse toujours, après toutes ces réserves, un grand « quand même ».

  • 31 In: Robert Musil: Der Mann ohne Eigenschaften (L’Homme sans qualités), Hambourg, 1952, p. 248.

25L’homme sans qualités de Robert Musil déplore que les gens qui veulent à toute force « rationaliser tout ce qui entre dans leur domaine, laissent de préférence à leur femme les questions de beauté, de justice, d’amour et de foi, c’est‑à‑dire toutes les questions qui ont trait à l’humanité pour autant qu’ils n’y ont pas d’intérêt professionnel ; dans la mesure où celles‑ci n’y suffisent pas tout à fait, ils laissent une sous‑catégorie d’hommes leur conter le calice et l’épée de la vie avec ses fioritures vieilles de mille ans qu’elles écoutent, avec légèreté, moroses et sceptiques »31. On finirait presque par croire que la discussion sur Mitteleuropa serait une part de l’œuvre musi­lienne. Il n’est pourtant pas question ici d’opposer, de manière inconciliable et exclusive, idée et réalité, opportunisme de la Realpolitik et vision idéa­liste. La médiation cependant ne se trouvera pas non plus dans un nouveau mythe, dans un mysticisme et un irrationalisme, comme on l’entend parfois en sourdine dans cette discussion, mais dans le concept de la « phrenésis », qui, il est vrai, n’est pas né en Europe Centrale, mais qui est tout de même de bonne ascendance vieille-européenne et même vieille-grecque, dans cette sagesse politique qui, parce qu’elle est compréhension des situations et compréhension des nécessités du moment présent tient exactement le milieu entre la théorie abstraite et le pragmatisme aveugle, entre le délire idéo­logique et la technologie cynique du pouvoir. Ce n’était pas la moins impor­tante de nos intentions que de faire apparaître les réflexions qui précèdent comme un plaidoyer en faveur de cette sagesse.

* *
*

  • 32 In: Robert Musil: Gesammelte Werke (Œuvres complètes), vol. 8, p. 1044.

26C’est une « logique du discours » totalement nouvelle (pour reprendre une expression de Habermas, de qui d’autre!) à mi‑chemin entre les apolo­gistes et les sceptiques de l’idée de Mitteleuropa qu’offre le passage que je vais citer, extrait lui aussi de l’essai de Musil sur Oswald Spengler: « Il y a des papillons jaunes, il y a des Chinois jaunes ; on peut donc dire dans un certain sens que le papillon est l’hybride ailé du Chinois en Mitteleuropa... ». Ce serait là l’habitant idéal de ce nouvel Empire du Milieu, de ce « rêve » appelé Mitteleuropa ; et en plus personne n’aurait à le craindre, car, c’est bien connu, « les papillons n’ont pas inventé la poudre, puisque justement les Chinois l’avaient déjà fait »32. Eh oui, justement!

Notes

2 In Robert Musil : Gesammelte Werke (Œuvres complètes), Hambourg, 1978, vol. 8, p. 1 042 et suiv.

3 In : W, Pesendorfer: Staat und äußere Sicherheit (L’Etat et la Sécurité extérieure). In : Überlieferung und Aufgabe. Festschrift für E. Heintel zum 70. Geburtstag (Tradition et Mission. Publication pour le 70e anniversaire de E. Heintel), H. Nagl‑Docekal Hg., Wien, 1982, p. 317 et suiv.

4 In : Jürgen Habermas : Der philosophische Diskurs der Moderne (Le discours philoso­phique de la modernité), Frankfurt a.M., 1985, p. 424.

5 Le sociologue allemand Niklas Luhmann a publié de nombreuses contributions sur le thème général de la société, partant d’un concept de système forgé dans des contacts cyber­nétiques et biologiques.

6 In : Jürgen Habermas, op. cit., p. 423 et suiv.

7 La « Communauté de travail Pays alpins » et la « Communauté de travail des Pays et Régions des Alpes orientales » se sont fixés pour but « de trouver en commun sur le plan de l’information, des solutions et de la coordination, des questions qui intéressent les mem­bres » ; des questions concernant notamment les domaines : protection de l’environnement, communications, culture et économie. En font partie des régions de la République fédérale, de l’Italie, de la Yougoslavie et de l’Autriche (N.d.l.R).

8 In : Jürgen Habermas, op. cit.

9 Kurt Skalnik, directeur de ministère, président du Club de Presse Concordia.

10 Barbara Coudenhove‑Calergi est journaliste à la radio‑télévision autrichienne.

11 In : B. Coudenhove‑Calergi : La Renaissance d’un concept et l’identité autrichienne, vol. 1, p. 133 et suiv.

12 Professeur émérite d’histoire à l’université de Vienne.

13 D’après Eva Roth : « Patrie Mitteleuropa ‑ Comme un phénix renaissant de ses cendres ». In : Wochenpresse, 27/1986, p. 50.

14 Professeur d’histoire à l’université de Graz.

15 Cf. M. Csaky : « L’Autriche et l’idée de Mitteleuropa » ‑ Europäische Rundschau, N° 2/86, p. 106.

16 György Sebestyén, écrivain autrichien d’origine hongroise: Eine historische Notwendig­keit (Une nécessité historique), vol. 1, p. 127 et suiv.

17 Journaliste autrichien et historien : Eine mitteleuropäische Erfahrung (Une expérience mitteleuropéenne), vol. 1, p. 125.

18 Peter Hának, historien : Gab es eine mitteleuropäische Identität in der Geschichte ? vol. 1, p. 115 et s.

19 Op. cit. p. 123.

20 In : Die Ara Kreisky (L’Ère Kreisky), publié sous la direction de Bielka, Jankowitsch, Thalberg, Vienne, 1983, p. 229 et s.

21 In : Milan Kundera : « Die Tragödie Mitteleuropa » (La Tragédie Mitteleuropa) ; Journal, Nr 15/ 16, juillet/août 1984, p. 18‑21.

22 In: Jürgen Habermas: Die neue Unübersichtlichkeit (La nouvelle opacité), Frankfurt a. M., 1985, p. 50 et: Legitimationsprobleme im Spätkapitalismus (Problèmes de légitimation dans le capitalisme tardif), Frankfurt a.M., 1973, p. 110.

23 Das Neue Programm des SPÖ (Le nouveau programme du parti socialiste autrichien), Vienne, 1978, chap. 3.6. 1, alinéa 2.

24 In: Jürgen Habermas: Die neue Unübersichtlichkeit, p. 237.

25 Op. cit. p. 255.

26 Erich Heintel est professeur titulaire émérite de philosophie à l’université de Vienne.

27 In : Milan Kundera: « Die Tragödie Mitteleuropa », op. cit., p. 18‑2 1.

28 In: Erhard Busek - Emil Brix: Projekt Mitteleuropa (Projet Mitteleuropa), Vienne, 1986, p. 30.

29 In: György Konrád : Der Traum von Mitteleuropa (Le rêve de Mitteleuropa), NÖ Journal, N° 14, juin 1984, p. 9‑11.

30 In : Karl Schlögel : Die Mitte liegt ostwärts (Le Centre est à l’Est), Berlin, 1986, p. 11.

31 In: Robert Musil: Der Mann ohne Eigenschaften (L’Homme sans qualités), Hambourg, 1952, p. 248.

32 In: Robert Musil: Gesammelte Werke (Œuvres complètes), vol. 8, p. 1044.

Auteur

Ancien ministre de l’éducation du Land de Basse-Autriche

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search