Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

1. Positions

Se ressouvenir de Mitteleuropa

Erhard Busek
Traduction de Sylvie Banoun

Texte intégral

1Mitteleuropa a cessé d’exister au plus tard en 1945. Là où elle existait passe depuis Yalta la ligne de démarcation géopolitique qui sépare deux systèmes mondiaux ; en conséquence, on parle maintenant d’Europe de l’Ouest et d’Europe de l’Est, bien que cette différenciation, elle aussi, n’ait plus, et depuis longtemps, de valeur pratique pour les états membres de la CEE : dans les media, dans la bouche des hommes politiques, et probable­ment aussi dans l’esprit des citoyens des États, on appelle en effet cet ensemble l’Europe, sans beaucoup se casser la tête pour savoir ce qu’ils avaient fait des pays qui sont des démocraties libres et pourtant ne peuvent pas ou ne veulent pas entrer dans la communauté. Encore moins se rappelle-t-on que, de l’autre côté, c’est aussi l’Europe. Pourtant à l’école on apprend encore que ce continent, si vieux et pourtant si créatif, qui, sur un globe terrestre apparaît plutôt comme un prolongement de l’Asie, va quand même jusqu’à l’Oural. La réalité parait plus petite : politique européenne, cela signifie aujourd’hui Paris, Bonn, Londres, Rome, en plus un peu Bruxelles et Strasbourg, et puis encore Athènes et la péninsule ibérique.

2Celui qui n’en est toujours pas convaincu n’a qu’à se rendre à Washing­ton pour constater dans les couloirs du Congrès les limites de l’Europe : on n’y sait déjà pas très bien si l’Empire soviétique ne commencerait pas déjà chez nous, à Vienne. Consolons nous... les Européens en savent plus à ce sujet, mais pas autant malheureusement que les Autrichiens le souhaiteraient. Alfred Grosser, pourtant un politologue et journaliste en vue n’a pas été gêné de faire remarquer en souriant, lors d’un récent séjour à Vienne, que les Autrichiens prenaient maintenant lentement conscience, en considérant le développement de l’Europe, du fait que, sous prétexte de neutralité, ils s’ex­cluaient eux-mêmes de l’Europe et que cette prise de conscience les amenait sans doute à un processus réflexif pour savoir s’ils ne voudraient pas venir en Europe. Mis à part le fait qu’un tel point de vue méconnaît l’historique de la voie autrichienne vers la liberté, ainsi que la situation et la réalité autrichienne, ce discours est une fois de plus le signe que Mitteleuropa est, de manière évidente, un concept historique.

  • 2 Écrivain hongrois contemporain,

3Il faut dire qu’il a été longtemps étranger. Un membre du « Groupe de Vienne », Oswald Wiener, intitula une de ses œuvres : « Amélioration de l’Europe centrale », sans qu’on sache bien pourquoi, à moins d’en prendre comme un symbole le fatras d’idées littéraires qui constitue ce livre. Pour­tant, cela remonte à plus de vingt ans... Aujourd’hui, ce sont des voix con­temporaines et fort intéressantes qui parlent de nouveau de Mitteleuropa. Milan Kundera, Tchèque en exil, écrit sur ce sujet, et cherche à sauver par-dessus les abîmes, ce qui a pu exister autrefois. Milovan Djilas utilise la Neue Zürcher Zeitung pour attirer l’attention sur Mitteleuropa et les chances qui existent dans un tel contexte pour la Yougoslavie ; György Konrad2, lauréat du Prix Herder, ne se lasse pas d’écrire sur ce sujet en prenant des risques politiques ; et des auteurs polonais sans nombre insistent sur l’idée que leur patrie aurait sa vraie place en Mitteleuropa et non au sein d’un empire oriental. Il est certain que c’est la situation politique de ces pays qui se traduit ici en littérature. Il en va autrement dans le mouvement « Civilta Mitteleuropa » qui fleurit à Trieste, dans le Frioul, et même en Lombardie et en Toscane.

  • 3 Venezia Giulia, province italienne, autrefois autrichienne,

4L’idée mitteleuropéenne n’est apparue ni à Vienne, ni en Autriche, ni dans les pays derrière le « Rideau de fer » : elle a été pensée, célébrée et décrite en littérature d’abord dans le Frioul, et la Vénétie Julienne3, dans ces endroits où l’histoire a engendré des appartenances pleines de changements et de mélanges intéressants. Il est possible que ce mouvement ait corres­pondu à une attitude rétrovertie envers l’histoire, mais en même temps c’était là un affrontement actif : il y a plus de vingt ans que Claudio Magris (de Trieste) y a apporté une contribution fondamentale avec son ouvrage : Il mito Absburgico nella literatura Austriaca (Le mythe des Habsbourg dans la littérature autrichienne), et si sa dernière œuvre s’intitule Danubio, c’est peut‑être un signe du destin car l’œuvre prend ainsi comme héros éponyme le fleuve fatidique de la Mitteleuropa pour décrire le paysage intellectuel et culturel. De manière générale, il se peut qu’il soit caractéristique de l’évolu­tion que nous, Autrichiens et Viennois avons découverte à notre tour. Ce furent, par exemple, des historiens américains tels que Carl Schorske et William Johnston, Allan Jenik et Stephan Toulmin qui ont ressuscité le débat mitteleuropéen et ce n’est pas un hasard si la première exposition sur Vienne autour de l’année 1900 s’est tenue au Palazzo Grassi à Venise.

Tout cela n’est que nostalgie

5Ici paraît s’amorcer un retour de la pensée qui va au-delà des relations de voisinage et en partie également de parenté qui existent entre les pays mitteleuropéens. Manifestement, il est possible d’atteindre un « plus » en choses qu’on a en commun que ce que permettent les relations ordinaires entre hommes et entre États et dans cette optique, on ne sous-estime pas les littérateurs, journalistes et poètes, car où en seraient les Lumières et plus tard le nationalisme s’il n’y avait pas eu les penseurs et les chantres de ces visions du monde ? Même la dictature, mais également et surtout la lutte contre la dictature ont eu leurs témoins intellectuels et poètes. D’ailleurs que saurions‑nous encore ici de la difficulté d’être libre si, sur la terre entière, les meilleurs de leur pays n’avaient pas attiré l’attention sur les malheurs et les souffrances de leurs concitoyens ?

6Mais la politique elle aussi a les meilleures raisons de se ressouvenir de Mitteleuropa. De quels points de vue pourrait‑on réfléchir sur la question ? En tant qu’Autrichien, je tente de soumettre à notre discussion quelques réflexions politiques.

  • 4 Titre du dernier des quatre volumes de Andrics consacrés à l’histoire de l’Autriche depuis 1864 (N. (...)

71) L’Histoire est une partie de notre réalité ; l’histoire autrichienne est riche de multiples relations avec Mitteleuropa ; notre pays a été l’un de ceux qui ont forgé les formes de la politique mitteleuropéenne. Cette expérience constitue un trésor aujourd’hui sans doute en majeure partie oublié mais qui n’est peut-être qu’enfoui. Le fait que les hommes, et pas seulement des artistes et des savants, mais également des efforts très concrets dans le domaine économique, cherchent à reconstruire un avenir sur cette base, devrait nous éclairer en ce sens. Nous autres Autrichiens, nous étonnons toujours de ce que les pays voisins se mobilisent davantage que nous pour regagner ces relations. Certes, nous ressentons nous-mêmes douloureuse­ment l’étroitesse de L’île des Bienheureux4, et nous ressentons sans doute également, assez souvent, l’envie d’avoir plus de choses en commun avec eux. Mais jusqu’ici notre pensée mitteleuropéenne se fige dans le plaisir de voir que le velours des sièges des cafés a pâli de la même manière à Prague, Budapest, Trieste et Zagreb que chez nous à Vienne. à ce jour, il n’existe donc pas chez nous de concept d’une politique mitteleuropéenne.

82) Étant donné le climat politique général, il faut penser en alternatives : il ne fait pas de doute que la situation européenne est caractérisée par l’équilibre des Puissances. À quel point il est difficile de le préserver, à quel point il est fragile à cause du simple fait, indéniable, qu’à l’intérieur d’une démocratie, la politique étrangère relève la plupart du temps d’options de politique inté­rieure, cela ne peut pas être nié. La construction d’un réseau de références politiques communes dans l’espace mitteleuropéen peut contribuer à préser­ver cet équilibre et à réduire en même temps notre dépendance envers le climat général, mais dans l’état actuel des choses tout au moins, il ne paraît guère possible de faire disparaître cette dépendance.

  • 5 Liqueur d’abricots hongroise (N.d.l.r.).

93) Démocrates et démocraties ont aussi des responsabilités à assumer à l’égard de l’extérieur ; quand on vit dans le domaine géopolitique où nous sommes domiciliés, la démocratie signifie aussi plus de responsabilité. On ne peut pas se permettre le luxe de se ressentir comme la « vitrine du monde libre » et se contenter ensuite de tirer les rideaux ou encore de laisser régner dans la vitrine le désordre et la laideur. On ne peut pas lutter à Helsinki pour la « troisième corbeille » si on n’essaie pas ensuite d’aller chercher avec cette corbeille ceux qui n’ont pas encore en partage les bons produits qu’elle contient. Il ne suffit pas de leur montrer que notre monnaie est forte, que nous aimons beaucoup le salami et tenons très bien le Barack5... Il est pos­sible que ce soit pour eux utile économiquement, mais dans certains cas politiquement pas attirant, de voir les citoyens des pays démocratiques comme de purs consommateurs.

10Par ailleurs, il nous faut penser au fait que des notions transposées dans un autre contexte politique peuvent y acquérir selon les circonstances un sens différent : tandis qu’une « finlandisation » serait pour l’Autriche une détérioration de sa situation d’État libre, György Konrad a raison de faire observer qu’une finlandisation de la Hongrie ou d’autres pays du Pacte de Varsovie représenterait pour eux une amélioration de leur sort en matière de liberté... Nous n’avons pas le droit de juger les situations existentielles d’autres systèmes politiques à l’aune de nos catégories occidentales.

114) Le ressouvenir de Mitteleuropa est utile à la vie et à la survie de l’Autriche neutre. Le nombrilisme permanent si prisé dans notre pays, ne présente pas seulement le danger de l’auto-mystification mais celui de nous empêcher d’avoir un avenir... En effet, celui qui ne regarde plus que soi est convaincu de son importance et oublie qu’ailleurs l’évolution continue inexorablement. Or, celui qui renonce à tourner ses antennes vers l’extérieur, à mener et à écouter des discussions, à s’orienter dans le monde et à acquérir des connaissances nouvelles, celui-là perdra inévitablement la course à l’avenir. Pour un pays neutre, il peut être absolument suicidaire de ne pas tenir compte de telles perspectives. Si en un premier temps, l’obscurantisme de cette attitude nombriliste peut en effet faire naître un étonnement amusé, jamais par la suite elle ne sera prise au sérieux. On ne peut se permettre d’accepter plus longtemps l’image de marque figée de l’Autriche, réduite aux chevaux blancs de l’école Espagnole à Vienne, aux Petits Chanteurs de Vienne et au Festival de Salzbourg, le tout amélioré d’un grand zeste de tourisme et de succès (qui n’existent plus) aux championnats de ski.

12Se ressouvenir de Mitteleuropa doit signifier ceci : il n’y a pas seulement le souvenir de vieilles traditions, non seulement le sentiment qu’un jour il a été possible de vivre ensemble, même si, à un autre moment, cela est apparu comme impossible, mais il existe également la volonté de nouer de nouvelles relations, de faire l’effort de chercher les possibilités de mises en commun, la conviction qu’il peut y avoir des visions plus ambitieuses. De cette manière, nous ressouvenir de l’Europe centrale peut nous aider à retrouver le chemin de l’avenir.

Nombreux sont les obstacles sur cette route

13« Est Mitteleuropéen tout homme que la division de notre continent blesse, touche, gêne, inquiète et oppresse » écrit György Konrad dans l’essai qui a pour titre Le Rêve de Mitteleuropa. Il est possible que le besoin de quelque chose de plus grand et même illimité soit né du sentiment de l’étroi­tesse : celui qui appartient à une petite nation, et encore plus si c’est une nation aussi petite que celle des Autrichiens, celui‑là a probablement besoin de penser à l’Europe comme à une unité, à une entité, il a besoin de ce grand cercle concentrique qui lui procure un élargissement de sa conscience de soi toute personnelle. Konrad, qui est Hongrois, insiste sur le fait que Mittel­europa est pour Vienne une question de vie et de mort, mais que le Troisième Reich avait ôté à la ville son importance internationale.

14« Berlin était la capitale et Vienne point, Vienne était‑elle alors une ville autrichienne ? Il n’y avait alors rien de tel : Vienne était allemande – et si c’était une ville allemande, elle ne pouvait pas être la capitale. Qu’est-ce que l’Autriche sans les dix peuples qui en font partie ? Quelle sorte de ville est donc Vienne sans Mitteleuropa ? Dans les villes de la ci-devant Monarchie subsistent pourtant les mêmes gares, les mêmes hôpitaux, les mêmes écoles. Si Vienne n’est la capitale que de l’Autriche contemporaine, alors sa situa­tion géographique n’est pas très heureuse ; si Vienne est la capitale d’une Mitteleuropa culturelle, alors elle est géographiquement tout à fait bien située. Vienne était une capitale mitteleuropéenne, c’est d’ailleurs ce qui en avait fait une ville d’importance mondiale, et à cette fonction répondait la magnificence de la ville. Une ville assez paradoxale en somme, permettant d’appréhender intellectuellement le paradoxe de l’existence humaine. Vienne est-elle une ville de province allemande ou un centre mitteleuropéen ? Il est possible que ce dilemme soit encore actuel : elle pourrait être culturellement une ville de province allemande tout en étant juridiquement la capitale d’un État souverain, dans la mesure où la réflexion à ce sujet n’a, en fin de compte, qu’une importance locale. La ville qui manifestera le plus grand intérêt pour l’idée de Mitteleuropa et pour ses voisins deviendra la capitale spirituelle de celle Mitteleuropa. Mais montrer de l’intérêt pour ses voisins signifie bien plus que l’étude politique de ses organismes étatiques. Le langage de la réconciliation naîtra du dialogue entre autoportraits intel­lectuels et de l’échange de la sagesse mitteleuropéenne ».

15C’est là un bien beau témoignage de la haute idée que l’on se fait à l’extérieur des Viennois et de leur potentialité dans leur dimension historique et pour des tâches futures. Ma position de Viennois me permet au contraire d’adopter une perspective plus critique. Dans le débat qui a lieu actuellement sur l’idée de Mitteleuropa, Vienne est le dernier partenaire entré dans la conversation. D’autres nous y ont cherché : avec leur raison, par intérêt, avec la nostalgie d’apprendre le passé dont elle avait été le lieu et aussi avec l’espoir qu’en ce lieu, il puisse y avoir un avenir ; ils nous ont cherché, les Claudio Magris, les William Johnson, Carl Schorske, György Konrad, Milan Kundera et Leszek Kolakowski, ce sont eux qui ont fait l’exposition sur « Vienne autour de 1900 » qui a d’abord eu lieu au Palazzo Grassi à Venise et non à Vienne... ces choses‑là, il nous les faut présentes à l’esprit pour ne pas nous raconter d’histoires à nous-mêmes, nous les Viennois. Il est vrai, des sceptiques pourraient venir et dire que l’intérêt que nos voisins mani­festent pour la question s’explique fort bien par le fait qu’ils vivent dans des systèmes politiques où l’on peut, sur le chemin de Vienne, sans éveiller les soupçons, s’évader un peu de la morne réalité. Ou bien encore que Vienne et l’Autriche sont une région où l’on peut vivre au quotidien de petites concré­tisations de la grande espérance de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE).

16Mais il faut aussi les comprendre, ces gens qui vivent de l’autre côté du Rideau de fer : pouvoir manifester leur nostalgie de s’octroyer une petite liberté est déjà une amélioration de leur situation. Les petites possibilités qui sont en partie nées de l’Accord d’Helsinki, signifient de petites libertés. À plusieurs égards, ces gens nous soupçonnent fortement nous, gens de l’Ouest, d’exiger d’eux qu’ils se résignent à leur destin pour que nous puis­sions sauvegarder, en fin de compte, notre tranquillité et être dispensés d’avoir à nous souvenir de quelconques responsabilités à l’égard des voisins... mais avons-nous le droit de prescrire l’absence de liberté à d’autres pays et à leurs citoyens ? Et ce dans le seul but de ne pas avoir, de notre côté, à nous activer pour la sauvegarde de notre propre liberté ? Les sceptiques pourraient opiner que nous ne faisons rien d’autre en réalité que de prendre conscience de notre devoir d’aider nos voisins... Mais si nous en prenions véritablement conscience, ce serait déjà quelque chose. Un argument cepen­dant s’oppose aux interrogations des sceptiques : il n’y a pas que des pays vivant sous un autre système politique qui s’intéressent à Vienne aujour­d’hui, mais aussi des Italiens du Nord. Le débat scientifique sur l’Autriche et Mitteleuropa est aujourd’hui plus fréquent dans les universités d’Italie du Nord que dans les universités autrichiennes... Alors les sceptiques reviennent à la charge et disent que ce phénomène n’est rien d’autre qu’une protestation contre le centralisme gouvernemental de Rome ou, comme Quirino Principe l’a formulé, contre la domination qu’exerce la Méditerranée sur l’Italie tout entière ; ou bien encore, ce serait l’expression d’un régionalisme, une sorte de phénomène de mode, de la forme mitteleuropéenne, d’un engouement pour les costumes folkloriques.

Un fardeau avec lequel il faut vivre

17En ce qui me concerne, je pense que le discours sur Mitteleuropa n’est rien d’autre que la manifestation d’un instinct de conservation apparaissant aux niveaux les plus divers, de la politique à l’économie en passant par la culture... en fait, ce dont il s’agit, c’est l’identité des hommes qui sont ici chez eux.

18Je ne nie pas que le fait de se rallier à l’idée mitteleuropéenne implique aussi un fardeau – surtout dans le rapport aux voisins. Il ne faut pas le nier, il faut que le fardeau qui pèse sur cette idée fasse partie du discours et fasse partie du rapport entre Vienne et la Mitteleuropa.

19En cherchant le discours sur la Mitteleuropa, j’ai trouvé un essai de Bruno Kreisky datant de 1968. Bruno Kreisky, à l’époque novice dans la fonction de chef de l’opposition alors qu’il était déjà un vieux routier de la politique étrangère, y proclame que l’idée de Mitteleuropa pourrait devenir une idée vitale pour Vienne et pour l’Autriche, mais que – et c’est là qu’intervient la notion d’un premier fardeau à assumer – il est difficile d’en faire prendre conscience à ses camarades de parti parce que ceux-ci y asso­cient toujours le souvenir de la Monarchie des Habsbourg : voilà un fardeau avec lequel il faut vivre et auquel il arrivera sûrement ainsi à d’autres de penser.

20Au nombre des fardeaux qui pèsent sur l’idée de Mitteleuropa, il faut compter le fait que des gens comme List, Naumann et Haushofer ont com­pris cette idée comme un moyen d’établir l’hégémonie allemande. Il ne faut pas non plus nier, et j’en demande pardon aux amis allemands ici présents, que, même de nos jours, l’idée de Mitteleuropa peut faire problème en Autriche. Quand par exemple, un président d’État comme Honecker utilise pour désigner l’Autriche, l’expression de « Troisième État allemand », il faut dire que, dans le contexte historique dans lequel nous vivons, c’est la déno­mination que l’Autriche ne peut accepter. Quand des historiens de Répu­blique fédérale du niveau du Pr. Erdmann, utilisent une dénomination semblable, c’est tout aussi désagréable. Ma position d’homme politique me permet de comprendre que les relations difficiles entre les deux états alle­mands supposent, comme au billard, qu’on passe parfois par la bande, la seule chose que je ne veuille pas, c’est que mon pays accepte de se prêter à ce jeu.

Mitteleuropa dans la littérature

21En revanche, je pense que nous devons vivre avec ces problèmes et ces fardeaux justement parce qu’existent l’histoire et la politique. Mais, com­prenez‑le comme une consolation ou dans une autre intention, nous pouvons aussi nous servir des définitions qui appartiennent à la littérature, pas seulement en guise d’excuse mais parce qu’elles sont réellement utiles. Et si je puis me référer encore une fois à György Konrad, selon lequel Mittel­europa se manifeste surtout dans les villes et dans les modes de vie de ces villes : à Budapest, à Vienne, à Prague, à Cracovie, à Trieste, à Zagreb, et selon lui, également à Berlin. Ou bien je peux aussi m’en tenir à ce que dit Milan Kundera, selon lequel Mitteleuropa est une partie importante de l’Occident latin, tombée en 1945 pour une large part sous l’influence de l’Est ; une contrée située géographiquement au centre, culturellement à l’Ouest et politiquement à l’Est ; et il faut savoir que Kundera, dont l’expérience vécue est proche de celle des Autrichiens, complète en disant que Berlin et Moscou sont des pôles dont Mitteleuropa n’a rien à attendre de bon.

22Pour Leszek Kolakowski enfin, Mitteleuropa est une partie de l’Occident qui a tiré de l’héritage gréco‑judéo‑chrétien les concepts de liberté, de subjectivité et d’autonomie personnelle, qualités qui permettent aussi de définir l’appartenance à la Mitteleuropa. Il est également agréable d’écouter ce qu’a dit Barbara Coudenhove Kalergi au cours d’un débat sur la question : « L’Europe centrale, ce sont des églises baroques, des cafés, l’Apfelstrudel (tarte viennoise aux pommes) et le G’spritze (vin blanc additionné d’eau minérale gazeuse) », Mitteleuropa, ce sont le catholicisme et les synagogues juives, ce sont Prague et Trieste, Innsbruck et Lemberg, et on peut par là revenir à Milan Kundera qui a dit des frontières de la Mitteleuropa qu’elles ont leur siège dans l’Imaginaire. La question des frontières de la Mittel­europa est au demeurant une question à laquelle, en dernière analyse, on ne peut jamais répondre. Henry Cord Meyer a d’ailleurs dit de la Mitteleuropa qu’elle correspond à une confusion sémantique. Il est certain aussi que dans des contextes politiques différents, l’expression prend elle-même un sens différent. Quoi qu’il en soit, l’image de la cloison mobile qui délimiterait la Mitteleuropa me paraît être tout à fait utilisable : il nous faut prendre en compte les contextes politiques qui autorisent un pays à faire partie davan­tage de Mitteleuropa – et un autre moins – mais cette définition n’est évidemment jouable que si l’on considère Mitteleuropa d’abord comme un principe intellectuel et non comme une option politique.,

23Pour l’homme politique et au niveau politique, il est utile de concevoir Mitteleuropa comme un « méta-niveau », un domaine intermédiaire dans lequel la tâche principale ne consiste pas a nouer des relations privilégiées entre des États et non plus entre des villes, mais entre des hommes dans la diversité de leurs spécificités. Pour moi – et j’attache à cette pensée un petit espoir – parler ainsi correspond à faire un pas en avant non négligeable, à proposer un dépassement spirituel du principe de l’État ou national, alors que ce principe et les conséquences qui s’en dégagent font encore l’objet en cette fin de xxe siècle d’une lutte acharnée.

24Au fond, la problématique formulée pour notre colloque : « Mitteleuropa, une idée pour ou contre l’Europe », ne se pose pas à mes yeux. Mitteleuropa peut être et est une évolution en direction de l’Europe unie : elle apporte en effet une humanisation et des conditions de vie plus supportables pour le grand nombre ; en quelque sorte, elle créerait du supportable à l’intérieur d’une situation insupportable depuis Yalta. On peut y découvrir des aspects irrationnels – mais il y a dans cette idée beaucoup de pragmatisme, car la politique est toujours, en tout premier lieu, responsable des conditions de vie des hommes réellement existantes.

25Il faut également évoquer ici les possibilités de donner forme et contour aux relations extérieures, que permettent avant tout les démocraties, non pas seulement aux chancelleries, mais surtout aux citoyens. Depuis longtemps les relations extérieures ne sont plus du pur ressort des ministères et des fonctionnaires qui en sont officiellement chargés. L’image d’un pays se constitue en effet aujourd’hui de diverses façons, de même que les relations s’instaurent de manière diverse, par exemple par les échanges culturels et en particulier aussi par le tourisme, par les relations étroites qui se nouent entre jeunes, entre organisations de jeunesse et enfin au travers de débats scienti­fiques et de contacts médiatiques. Il n’y a là-dedans aucune espèce de romantisme, car les échanges culturels sont de nos jours quelque chose de très pragmatique. À bien des égards nous ne sommes plus en mesure de subsister sans eux. Regardez le calendrier des concerts, les listes de réser­vations des opéras, sans oublier les foires internationales du livre, et vous saurez très vite quelle part pratique de Mitteleuropa existe d’ores et déjà et quelles relations extérieures pratiques se déroulent déjà.

26Des associations de citoyens libres peuvent faire beaucoup en direction de l’extérieur s’ils le veulent. C’est la chance des savants des universités, des artistes, des écrivains et des musiciens, de ceux qui sont chez eux dans les arts plastiques, c’est la chance des Églises, parce qu’elles sont en mesure d’apporter une contribution pour que, dans le champ de tension de la tour de Babel où on ne se comprend pas les uns les autres, puisse survenir une nouvelle Pentecôte dans laquelle chacun entendra l’autre dans sa propre langue.

27C’est une chance pour les jeunes qui peuvent pratiquer quotidiennement le passage de frontières, parce qu’ainsi ils ne font pas seulement l’expérience de limites mais apprennent surtout à développer la force qui permet de les franchir, d’accepter l’autre dans sa différence et de vouloir quand même le rejoindre. C’est une chance offerte au voisinage le plus simple tel que le permet le tourisme moderne, mais également aux modes de voisinage supérieur ; la chance de savoir où les autres se trouvent chez eux. C’est la chance d’une démocratie vécue et des démocrates qui ne se limitent pas à proclamer tous les dimanches l’avènement de la tolérance et de la compré­hension, mais qui savent les mettre en pratique durant la semaine. On a souvent reproché aux partisans de la Mitteleuropa d’être attachés à une utopie. Mais qu’on me permette de retourner une question en guise de réponse : l’actuelle situation politique dans l’espace, n’est‑elle pas elle aussi, au sens propre du terme, une utopie, un ou-topos, un non-lieu, un lieu qui n’existe nulle part : où il nous est impossible de considérer les conditions dans lesquelles nous vivons comme un « chez nous ».

28Pour pouvoir discuter avec d’autres, il nous faut savoir d’abord qui nous sommes nous-mêmes. Il ne suffit pas d’être détenteurs d’un grand tapis sous lequel ont été balayés beaucoup de choses et dont on a tiré ensuite maintes choses agréables pour pouvoir au contraire mieux en publier d’autres. Au sens de Wittgenstein, nous avons à interpeller la réalité, à avoir avec elle un entretien grave dans un style convenable ; ensuite il nous sera loisible d’accomplir ce que György Konrad attend de nous et ce sera là ma conclusion :

29« Nous nous trouvons ici, dans l’espace du Danube, à une garden-party de longue durée. Flânons donc un verre à la main, apprenons à nous connaître mutuellement, bavardons ensemble. Trinquons ensemble et représentons‑nous cette vision qui n’existe pas et qui existe cependant : l’aura commune d’un corps morcelé ».

30Mitteleuropa est, pour conclure, un projet passionnant, un projet d’avenir pour l’Europe.

Notes

2 Écrivain hongrois contemporain,

3 Venezia Giulia, province italienne, autrefois autrichienne,

4 Titre du dernier des quatre volumes de Andrics consacrés à l’histoire de l’Autriche depuis 1864 (N.d.1.r.).

5 Liqueur d’abricots hongroise (N.d.l.r.).

Auteur

Né en 1941. Ancien vice‑maire de Vienne , il a publié un plusieurs ouvrages sur Mitteleuropa, notamment Aufbruch nach Mitteleuropa et Projekt Mitteleuropa, Vienne, 1986.

Sylvie Banoun (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search