Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

1. Positions

Mitteleuropa – rêve ou cauchemar pour l’avenir de l’Europe ?

Werner Weidenfeld

Texte intégral

1Pour traiter le thème « Mitteleuropa », on dispose d’un certain nombre d’issues de secours qui permettent d’éviter avec élégance de se confronter au véritable problème clé. Je voudrais brièvement évoquer quelques-unes de ces échappatoires et quelques détours.

  • On pourrait dire : « Mitteleuropa », ce n’est qu’une représentation toute générale et diffuse qu’il n’est guère possible de définir d’une manière non équivoque, une représentation qui, de ce fait, n’est pas susceptible d’être « politisée » d’une manière concrète. Il suffit de se reporter aux tentatives de définition des dictionnaires, pourtant simplifiants par nature, pour s’aper­cevoir qu’elles sont à tel point différentes qu’on ne peut guère établir sur un tel fondement un concept politique digne de ce nom.

  • On pourrait aussi invoquer le fait que dans les travaux consacrés à « Mitteleuropa », l’auteur se défend dans beaucoup de cas de poursuivre la réalisation d’un problème politique. Il s’agirait plutôt de formuler un certain sentiment de la vie.

  • Il serait également possible de rappeler que la réactualisation récente de l’idée « mitteleuropéenne » a commencé en Hongrie et en Tchécoslovaquie pour être reprise en Autriche et que ce n’est donc qu’au terme de cette progression qu’elle s’est manifestée en République fédérale : le thème « Mitteleuropa » apparaît donc en premier lieu comme un moyen pour favo­riser la distanciation des Européens de l’Est par rapport à leur partenaire et allié tout puissant, l’Union soviétique.

Une partie de notre identité culturelle

2De plus, on pourrait insister sur le fait qu’en matière culturelle les Euro­péens et principalement les Allemands retrouvent une partie de leur identité historique, en dirigeant à nouveau leur regard vers l’Est. Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’Europe orientale a été écartée artificiellement du champ de vision de l’Europe occidentale, les regards étant prioritairement braqués sur le conflit Est-Ouest dont la réalité tout entière paraissait alors revêtir les couleurs. Au cours de la guerre froide, l’image de l’Europe de l’Est s’est chez nous étiolée, et dans ce sens, la discussion actuelle contribue peut-être à une normalisation souhaitable. Car l’Europe orientale a été à toutes les époques mêlée à l’histoire allemande. L’Allemagne a reçu des im­pulsions historiques aussi bien de l’Est que de l’Ouest et à travers les siècles la question « comment s’arranger avec les forces politiques à l’Ouest et à l’Est ? » demeure un thème passionnant de la politique allemande rempli de surprises et de rebondissements. Les grandes questions spirituelles et poli­tiques ont toujours été en Allemagne en même temps des questions de lieu géographique. La question « Qui sommes-nous ? » est toujours associée en Allemagne à des questions telles que « Qui sont nos partenaires ? Où est notre place ? Dans quels rangs devons-nous nous insérer ? ».

3Pour illustrer ces affirmations, il suffit d’évoquer les grands conflits et les constellations fondamentales qui ont imposé leur sceau à l’histoire de l’Alle­magne, par exemple le dualisme entre la Prusse et l’Autriche. Ce dualisme ne conduit pas toujours à un affrontement entre les deux puissances. Celles-ci se sont opposées en commun à la Révolution française, à Napoléon, au Mouvement libéral. Mais au tréfonds des choses, ce qui importe en fin de compte, c’est la conséquence que la Prusse tire de la Guerre de Sept Ans : elle ne peut faire confiance ni à l’Autriche, ni à la France, ni même à l’Angleterre. C’est le changement de camp de la Russie qui venait de sauver la Prusse, suivi – après la disparition de Pierre III – par la décision russe de se maintenir neutre. C’est là que se trouve sans doute la racine de l’étroite relation que la Prusse voudra désormais, et pour longtemps, entretenir avec la Russie, et que Bismarck s’efforcera de conserver.

  • 2 Seul Großdeutschland englobe les Allemands d’Autriche.
  • 3 La première représentation élue de la nation allemande (Allemands d’Autriche compris), se réunit en (...)

4Le dualisme austro-prussien débouche sur la lutte entre deux conceptions de l’unification de l’Allemagne : la Grande Allemagne et la Petite Alle­magne2. Ainsi, l’aspiration à la liberté démocratique et à l’unité nationale qui se développe dans la première moitié du xixe siècle est surchargée dès le départ de problèmes de localisations géographiques. L’Assemblée Nationale de la Paulskirche3 échoue et avec elle la tentative de créer l’État national allemand par la seule puissance des idées libérales et bourgeoises, en le dotant de toute la force de pulsion que possédait alors le mouvement pour la liberté et les libertés.

5Qu’on se rappelle également dans ce contexte le rôle de cauchemar joué par des coalitions puissantes, l’encerclement dans la politique bismarckienne et, en résultante, ses efforts pour tenir réunis en sa main tous les fils de la grande politique afin de pouvoir jongler lui-même souverainement avec les balles des constellations internationales. De même que pour Bismarck, la maxime fondamentale de la politique allemande avait été que, dans le système des cinq grandes puissances européennes, l’Allemagne devait tou­jours se trouver dans le camp de la majorité, de même l’on trouvera comme noyau dur de la politique extérieure de la République de Weimar, de se garder ouvertes toutes les options – à l’Ouest comme à l’Est – d’exploiter en sa faveur tout conflit intérieur au système international et de n’assurer des engagements – à l’Ouest comme à l’Est – que dans des limites étroites.

Les mains libres tous azimuts

6Qu’on se rappelle ensuite le fantôme de Rapallo : la crainte qu’inspirait à nos voisins l’idée que les Allemands pourraient être tentés de se débarrasser de leurs engagements et de dénoncer les solidarités acceptées pour ne plus jouer que leur jeu propre, sans se préoccuper de ceux qui avaient été jus­qu’alors leurs partenaires, pour développer de nouvelles options dans un contact étroit avec l’Union soviétique, options qui auraient pour consé­quence de porter la révolution dans la situation sécuritaire de l’Europe.

7Ces rappels historiques montrent avec quel doigté il convient de traiter des thèmes politiques susceptibles de rouvrir le débat sur les lieux géopoli­tiques des Allemands. Ils montrent également que tous les détours intellec­tuels ajoutent des connotations exactes, mais qu’ils laissent bien de côté le thème clé de la détermination du lieu géopolitique des Allemands.

8Pour aborder le problème par son côté le plus profond où se formulent des positions de principe : Mitteleuropa est – du point de vue de la psycho­logie sociale – une construction à la fois culturelle et politique. Nous avons besoin de représentations et d’orientations très générales de ce genre pour filtrer et assigner à leur place les informations qui nous parviennent. De telles constructions culturelles – politiques sont réactualisées et dramatisées à l’occasion par des élites intellectuelles. S’il en est ainsi, la question déter­minante que nous devons nous poser au sujet de notre thème, devra être formulée comme suit : Qui réactualise en ce moment en République fédérale et pour quelles raisons l’idée de « Mitteleuropa » ?

9J’emploie ici à dessein des formules aussi accentuées pour bien faire comprendre que c’est une différence très importante si un tel thème est réactualisé et dramatisé à Budapest, à Prague, à Varsovie, à Vienne – ou à Bonn. À la question fondamentale posée à l’alinéa précédent, je vais maintenant m’efforcer de répondre en quatre points :

101) Ce qui est important, au départ, c’est de savoir quelle représentation du concept Mitteleuropa va être réactualisée comme construction intellectuelle. Formulé par Friedrich Naumann en 1915 comme contribution à la discussion sur les buts de guerre allemands, le concept politique « Mitteleuropa » visait une sphère d’influence allemande en Europe occidentale, centrale et méridio­nale. Les Puissances centrales – l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie considé­rées comme une entité unique – devaient assurer le leadership dans une Mitteleuropa susceptible de maintenir son indépendance également envers l’Est et l’Ouest : « Autour de la germanité croît la culture de Mitteleuropa, croît le type d’homme qui est le milieu entre les Français, les Italiens, les Turcs, les Russes, les Scandinaves et les Anglais. Laissez-nous chercher ce point central ! » Dans ce sens, l’idée de Mitteleuropa anime encore les discussions sur les valeurs et orientations fondamentales pendant les années vingt et trente. Mais l’idée de Naumann se brise contre les réalités de son temps. Il n’y avait pas de place pour une culture mitteleuropéenne du Milieu, située entre les autres cultures européennes. En ce qui concerne l’Allemagne, le concept politique « Mitteleuropa » est par conséquent occupé par une tradition qui le définit pleinement et n’admet pas de nouvelles définitions au hasard ou au choix d’intentions d’aujourd’hui. C’est donc à raison que des Européens conscients du passé ont un mouvement de recul quand devant eux quelqu’un formule un programme d’action prenant appui sur l’idée « Mitteleuropa ».

Une idée sans lien avec le réel

112) Au concept « Mitteleuropa » fait défaut la relation à la réalité politique existante dans la mesure où il est impossible de détecter, aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est, les acteurs qui seraient à même de réaliser cette idée.

12De plus, le thème « Mitteleuropa » est mis en avant avec des variantes fort différentes : comme un projet de neutralité pour « Mitteleuropa », comme culture des pays et peuples de « Mitteleuropa », comme système de sécurité alternatif en Mitteleuropa, susceptible de remplacer les systèmes actuels et de servir en même temps de zone tampon entre les Puissances mondiales. Dans tous les cas, les acteurs qui voudraient et pourraient réaliser ces projets et idées font défaut, mais font également défaut les conditions cadre sur le plan international, les ascètes de la Weltpolitik qui seraient nécessaires pour réaliser de telles entreprises, et font défaut de même les instances de garantie politiquement efficaces dont un tel modèle aurait besoin. Répétons-le, en plaçant toutes nos observations sous un seul dénomi­nateur commun : il manque une politique capable de transférer une telle vision du monde imaginaire dans le monde réel.

13Cependant, l’absence de tout rapport au monde politique réel n’enlève rien à l’acuité actuelle de l’idée mitteleuropéenne. Il existe en effet dans la pensée politique allemande une vieille tradition qui laisse la conscience, mal à l’aise dans les complexités des constellations politiques, chercher refuge dans le romantisme, dans la certitude de l’avènement de l’idée pure.

14Cette disposition d’esprit développe la capacité de détecter les chemins secrets qui mènent au chaos. Les tentatives allemandes dans ce domaine paraissent infinies : des voies particulières, des voies sans issue, la nostalgie du politique absolu, la culture de la perte de mémoire. Sous la surface dure des réalités politiques continuent à se consumer encore les cendres chaudes des vieilles nostalgies culturelles à la recherche de cette idée resplendissante dont le rayonnement efface toutes les lourdeurs, tous les fardeaux et toutes les contradictions et confrontations de la politique réellement existante. Comme si la recherche des chemins de fuite vers l’irrationalité permettait de trouver la clé de la félicité politique.

15Mais ce n’est pas seulement la renaissance du penchant au romantisme politique qui confère aujourd’hui à l’idée de « Mitteleuropa » son attractivité et son rayonnement. Celle-ci réunit en faisceau toute une série de tendances culturelles axées sur la critique de la civilisation réelle : devant des représen­tations apocalyptiques dans le domaine de la sécurité, on a l’impression de voir gagner du terrain l’idée qu’on pourrait sauter hors de la spirale des menaces entre l’Est et l’Ouest, tout en cultivant la paix solitairement et pour soi – au-delà des formes que le conflit entre Est et Ouest impose aux rela­tions entre les Puissances. Le rétablissement de l’unité allemande apparaît alors comme une conséquence inéluctable de l’installation de la « Mittel­europa », qui pourrait enfin se lancer au-devant d’un avenir resplendissant, n’étant plus secouée par la crainte du bolchevisme, ni paralysée comme vassal obéissant des USA. Ce nouveau nationalisme rétablit la nation dans le rôle de quintessence de toute existence réussie, où l’individuel et le collectif se rejoignent dans une coïncidence bienheureuse et toujours inachevée. Les adeptes de ces phantasmes ne sont nullement troublés, de toute évidence, par le fait que cette représentation n’a pour ainsi dire rien à voir avec la situation réelle de la nation allemande entre Dresde et Munich, comme entre Leipzig et Aix-la-Chapelle. Le volontarisme constitue le fondement d’une pareille pensée : il suffit que les Allemands le veuillent très fort pour que la situation européenne évolue en direction de la paix et de la nation auxquelles on aspire avec la même passion.

16Le rêve de « Mitteleuropa » pourrait devenir le lieu de rassemblement des nationalistes anciens et nouveaux, des pacifistes et des neutralistes, ainsi que le terrain de rencontre de la pensée antioccidentale, de la distanciation envers la politique et du rejet critique de la société industrielle. La doublure psycho­logico-sociale qui abrite tout ceci se révèle être un scepticisme mal à son aise envers la modernité en soi. La promesse romantique devient alors la réponse aux complexités et complications où le regard ne se retrouve plus, et un dédommagement pour la triste expérience de la déception politique.

17Quels sont les intérêts qui se cachent derrière les tentatives pour réac­tualiser et dramatiser la vieille idée de « Mitteleuropa » ? Cette idée remplit en Europe occidentale, en Pologne, en Hongrie, etc. avant tout la fonction de distanciation envers l’Union soviétique ; en République fédérale, elle a la fonction d’accélérer la distanciation envers les états-Unis et la France.

18L’intérêt qui se cache derrière la réactualisation du concept de Mittel­europa s’appelle donc : émigration hors des obligations politiques. En bref le concept de « Mitteleuropa » apparaît aujourd’hui comme une création du romantisme politique.

19Les succès que rencontre cette réactualisation sont placés dans une étroite relation avec les succès et les échecs de l’intégration européenne.

Une conséquence des lenteurs de l’intégration

20On ne peut se cacher que les tissus qui maintiennent la vigueur de l’idée européenne se sont distendus. Les forces d’impulsion émotionnelle de la génération des fondateurs sont épuisées, des points d’interrogation scep­tiques occupent le devant de la scène. La mésaventure psychologico-sociale de l’unification européenne consiste en ce qu’elle a elle-même par son fonctionnement dans la quotidienneté, avec ses succès et ses insuccès, défait le fondement d’un enthousiasme mobilisateur des citoyens : le processus de l’unification européenne est devenu une partie de l’expérience ordinaire de la politique de tous les jours. Celui qui, face aux champs de ruines de la Deuxième Guerre mondiale, aurait prédit qu’on atteindrait l’état actuel de l’intégration, aurait été qualifié de rêveur politique et fantaisiste, étranger à la réalité. Le rêve quasi impossible de la génération de la Guerre est devenu entre-temps notre réalité allant de soi, à tel point que nous n’avons plus guère conscience des luttes passionnées et de la longueur du chemin qui ont conduit à cette réalité présente. Les succès de l’unification européenne font maintenant partie de notre culture politique dans laquelle nous vivons sans être conscients de ce qui la caractérise et dont l’importance pour une convi­vance respectueuse de la dignité humaine n’est plus continuellement pré­sente à nos esprits. Ce qui va de soi n’est pas susceptible en politique de devenir le catalyseur d’enthousiasmes politiques, ni un but pour l’espérance humaine. La conscience des citoyens n’a pas encore assumé ce passage de l’idée au quotidien politique. Des frustrations, les manifestations d’une abusive pitié de soi-même, sont les conséquences inévitables.

21Le rêve de la Mitteleuropa se glisse alors comme du lierre dans les fissures qui se forment sur les murs de la maison que les Européens ont voulu construire, après la Deuxième Guerre mondiale pour servir d’abri à l’État constitutionnel démocratique.

22Ce qui, ensuite, a rendu possible l’érosion de l’idée d’intégration supra­nationale, constitue un étrange mélange dans lequel entrent aussi bien l’attente trop exigeante vouée à l’idée européenne que les déceptions et frustrations nées des lourdeurs et lenteurs d’une intégration sans cesse freinée par des crises et un manque de clarté et de rigueur dans la définition même du concept d’intégration. Dans cette situation, ni le recours au pathé­tique, ni l’emploi d’une rhétorique brumeuse ne seraient d’une grande utilité, alors que les fondements de l’unification de l’Europe sont examinés et contrôlés pour savoir quel poids ils peuvent supporter et le rêve de « Mitteleuropa » est une des épreuves auxquelles est ainsi soumise l’unifica­tion. Les succès trop rares et trop limités que rencontre l’idée européenne sont les meilleurs alliés du rêve mitteleuropéen. Il résulte de cette situation que l’émigration intérieure par laquelle les Allemands se réfugient dans le monde imaginaire d’un ordre nouveau, pourrait être facilement empêchée, si l’opinion était galvanisée et mobilisée par de nouveaux succès spectaculaires de l’intégration européenne.

Notes

2 Seul Großdeutschland englobe les Allemands d’Autriche.

3 La première représentation élue de la nation allemande (Allemands d’Autriche compris), se réunit en mai 1848 à l’Église Saint Paul à Francfort.

Auteur

Né en 1947, professeur de sciences politiques à Mayence puis à Munich, ancien professeur associé à Paris III et coordinateur des relations germano-américaines, il est auteur de nombreux ouvrages sur la politique européenne.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search