Version classiqueVersion mobile

Mitteleuropa

 | 
Gilbert Krebs

1. Positions

Mitteleuropa : une idée pour ou contre l’Europe ?

Gerhard Heimann
Traduction de Sylvie Banoun

Texte intégral

1Dans une intervention récente à Berlin, où l’on débattait déjà du thème qui nous occupe aujourd’hui, le professeur Rovan avait fait une évocation saisissante de l’histoire européenne pour nous adresser, à nous Allemands, une requête instante : « Laissez en place le bouchon qui retient enfermé dans sa bouteille le diable qui s’appelle Mitteleuropa ». Je comprends très bien cette position, parce que, moi aussi, je vois dans une Europe de l’Ouest unifiée, au sein de laquelle « Français et Allemands se garantiraient mutuel­lement contre l’héritage que constitue, pour les uns comme pour les autres, leur tradition nationale d’hégémonie » (pour citer à nouveau une expression de J. Rovan), la seule possibilité qui soit offerte à l’Europe de s’affirmer. Je rejoins donc ses préoccupations sur plus d’un point.

2Mais sa requête, les Allemands ne pourront pas l’exaucer, dussent-ils le promettre solennellement ; car rien n’a conditionné autant les Allemands que leur situation géographique au cœur de l’Europe. Or cette donnée demeure ; et elle regagne d’autant plus d’importance que les Allemands prennent davantage conscience du fait qu’il ne peut exister, du point de vue de l’histoire, d’année zéro, de véritable recommencement total ; que donc l’an­née 1945 non plus n’en fut pas un. Toute autre interprétation équivaudrait à une tentative de fuite hors de l’histoire, d’avance condamnée. La situation historique d’un peuple est une donnée définitive ; à quelques exceptions près qui représentent des cas particuliers, un individu, et même un peuple tout entier ne sont pas libres de la refuser ; on peut vouloir la nier, et la refouler, mais elle demeure néanmoins une réalité incontournable et fondamentale, qui finit par s’imposer à nouveau. Cependant, une situation géographique n’est pas nécessairement la même chose qu’une situation politique. Elle s’insère seulement dans la situation politique, mais comme un facteur déter­minant. Ce que je veux dire par là, c’est que le lieu où habitent les Alle­mands, c’est justement Mitteleuropa. La manière dont ils se comportent en ce lieu, c’est là une question à laquelle il existe plusieurs réponses et politiques plus ou moins valables, plus ou moins constructives ou destruc­trices. La seule qui soit radicalement impossible à la longue serait de faire comme si l’on ne vivait pas au milieu de l’Europe, mais seulement à l’Ouest ou seulement à l’Est. J’en tire la conséquence qu’il nous faut faire une distinction précise entre les différentes conceptions de Mitteleuropa, et qu’il faut les examiner avec attention.

L’hégémonie des deux grandes puissances

3L’une des conceptions de la Mitteleuropa, celle dans laquelle s’ancrait la construction de l’Empire allemand et qui consistait pour celui-ci à exercer un pouvoir hégémonique politique et militaire à partir du centre de l’Europe, a échoué en provoquant la catastrophe la plus grave que l’Allemagne ait subie depuis la Guerre de Trente Ans. L’Allemagne y a entraîné d’autres peuples ; aussi ces autres peuples revendiquent maintenant un droit de participation aux décisions qui déterminent la forme future de l’Allemagne. Ce droit de codécision a pris, dans le cadre des droits réservés aux quatre vainqueurs relatifs à tout ce qui concerne l’Allemagne en tant que tout, la forme d’un condominium relevant du droit des gens et qui est, dans son application, exercé conjointement ; ce statut continue d’exister à Berlin, il y représente, à côté de sa qualité juridique générale, une réalité politique concrète de tous les instants. En m’exprimant ainsi, je ne prétends d’ailleurs pas que ce qui vient d’être dit ne vaudrait que pour Berlin et pas aussi, bien que d’une manière limitée, pour les deux états allemands. La vérité est que ce condo­minium rayonne à partir du centre de l’Europe pour s’exercer sur l’Europe tout entière, dans la mesure où les deux principaux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et l’Union soviétique, exercent, chacun à sa manière, leur hégémonie dans leur zone d’influence européenne.

4Je suppose que cette affirmation sera considérée comme hérétique, et en France encore plus qu’ailleurs. Premièrement parce que je mets les deux Superpuissances sur le même plan, bien qu’elles représentent des systèmes de valeurs tout à fait différents. Deuxièmement parce que la France se croit souveraine et n’est pas prête à subir une hégémonie, fût-ce celle d’une puissance amie, comme les États-Unis. Je rétorquerai que c’est justement parce que le système de valeurs des États-Unis est démocratique et libéral (mais pas social, soit dit en passant), et qu’il s’identifie sur ce plan à nos propres valeurs, qu’aucun peuple de l’Europe de l’Ouest, au contraire de ceux de l’Europe de l’Est, ne s’est encore révolté contre ce système. C’est là une différence très importante que je connais et dont je reconnais l’impor­tance, mais une puissance hégémonique reste tout de même une puissance hégémonique ; on peut s’en convaincre à tout instant quand, dans les négo­ciations où se prennent les décisions concernant les intérêts les plus vitaux des Européens en matière de sécurité, les deux Supergrands sont seuls à être partie prenante alors que les Européens ne sont même pas admis à la table des enfants. La prétention de souveraineté que la France entend faire reconnaître en ce qui la concerne, serait plus crédible à mes yeux si la France et la République fédérale, donc, disons, la Communauté Européenne, ou plus précisément encore l’Europe occidentale, étaient en position, le cas échéant, de renoncer à la présence de plus de 300.000 hommes de troupes améri­caines stationnées en Europe de l’Ouest, ainsi qu’aux innombrables arme­ments nucléaires terrestres et marins qui s’y trouvent. Cette question que je pose aujourd’hui de façon purement rhétorique pourrait d’ailleurs devenir dès demain une question tout à fait réelle.

Entre deux grandes idéologies

5Nous venons d’évoquer deux conceptions de la Mitteleuropa que je ne trouve pas plus sympathique l’une que l’autre : la première, celle de l’Em­pire allemand et de sa tentative avortée d’exercer une hégémonie politique et militaire en Europe à partir du milieu de l’Europe... Et l’autre qui voit les deux Superpuissances combler à elles seules le vide politique laissé en 1945 au milieu de l’Europe par la disparition de l’Empire allemand. La première conception est familière à tout le monde, et tout le monde la réprouve – elle appartient d’ailleurs au passé. L’autre, qui existe réellement, est rendue floue par l’exagération de l’opposition entre les deux systèmes, qui a pour objet de nous contraindre tous à prendre parti en permanence dans la guerre civile mondiale entre capitalisme et socialisme. Le mécanisme est le même des deux côtés de la frontière tracée par la guerre civile qui coupe l’Europe en deux, même s’il se rapporte à des systèmes de valeurs différents. La défense de la liberté dans l’un des camps, et celle de la révolution socialiste dans l’autre, font de la plupart des pays européens des alliés sûrs des deux grandes puissances qui sont à la tête de chaque camp. Dans cette intériorisation du conflit entre les deux systèmes idéologiques, il n’y a véritablement plus que l’Ouest et l’Est, et il n’existe plus de milieu. La malchance des Allemands, qui y sont pour quelque chose, je le concède, c’est de vivre des deux côtés de la frontière de la guerre civile et de constituer de chaque côté un État allemand.

6Et ici, je formule une hypothèse (qui me semble se fonder sur de nom­breux signes dignes de foi) : je prétends que les Allemands ne se laisseront pas durablement enfermer dans l’affrontement des systèmes. Cela ne signifie pas qu’ils le nieront puisqu’il est réel ; personne ne doit craindre non plus, en France par exemple, de voir les Allemands de République fédérale cesser un jour d’être de bons démocrates, de défendre l’État de droit et l’État social ainsi que la liberté individuelle. Je n’ai au reste jamais rencontré quiconque (il se peut que de tels gens existent, mais je n’en connais pas), qui veuille qu’en République fédérale s’instaure un ordre différent de celui qui existe actuellement. Notre démocratie en République fédérale est aujourd’hui plus stable, de toute évidence, que celle de nombreux autres états qui se réclament également de l’Occident et brandissent bien haut la bannière de l’anticommunisme. De même, presque tout le monde est prêt, en République fédérale, à faire usage d’une des plus fortes armées conventionnelles de l’Al­liance atlantique pour défendre loyalement à l’extérieur cet ordre intérieur que je viens de décrire. Il est absurde, en ce sens, de parler d’une tendance croissante au neutralisme ou d’une orientation vers une voie allemande spécifique (Deutscher Sonderweg). La crainte qui existe à ce sujet chez nos voisins occidentaux embrume leurs capacités d’analyse et les conduit à mal interpréter des symptômes qui annoncent une tout autre évolution.

7Ces symptômes, auxquels nous songeons vraisemblablement tous, indi­quent en effet bien autre chose. Je le répète : les Allemands ne se laisseront pas enfermer durablement dans l’affrontement des deux systèmes ; dans leur mémoire collective, il demeure en effet l’impact de l’expérience la plus ter­rible qu’ait vécue l’Allemagne, mise à part la dictature nazie : celle de la Guerre de Trente Ans. Les guerres de religion qui sont, en plus, des guerres civiles, sont les plus meurtrières. La France le sait bien qui a eu sa nuit de la Saint‑Barthélémy. En Allemagne, nous avons dû, depuis la Guerre de Trente Ans, apprendre à vivre ensemble entre gens de confessions différentes ; à présent, nous avons commencé à donner l’exemple de ce que deux États appartenant à des systèmes idéologiquement opposés, à des blocs militaires ennemis, peuvent coexister pacifiquement, à l’avantage des deux parties. C’est là une énorme différence par rapport à la situation en Corée, et cela interdit naturellement de continuer à se réclamer bruyamment de la diffé­rence des systèmes comme d’une bannière qu’on déploie avant la bataille. Il ne coûte rien de le faire à Washington, bien au contraire, et je me permets de subodorer (vous êtes, bien sûr, libres de me contredire) que cela coûte égale­ment moins de le faire à Londres ou à Paris qu’à Bonn ou à Berlin. Dans ce monde disgracieux, les Superpuissances continueront à lutter pour l’exten­sion, ou au moins la consolidation de leurs zones d’influence que ce soit en Afghanistan ou au Nicaragua. Aucun des deux exemples ne me paraît d’ailleurs idéologiquement très motivant. Notre intérêt tout à fait direct, à nous autres Allemands, c’est au contraire de découvrir et de développer dans l’affrontement des idéologies les éléments qui les rendent capables de vivre en paix l’une avec l’autre. Ce serait nous surestimer et dépasser nos moyens que de tenter d’en faire autant en Afghanistan ou au Nicaragua, bien que cela y serait également fort nécessaire. Pour ce qui est des deux États allemands, nous sommes en mesure de le faire à condition d’exploiter judicieusement les conditions du contexte politique international sans dépasser les bornes qu’elles imposent. C’est sans doute d’ailleurs notre remarquable réussite dans cette voie qui suscite des irritations grandissantes chez nos alliés.

Transformer l’antagonisme en dualisme

8Je viens ainsi de présenter une troisième conception de la Mitteleuropa, et à celle-là je souscris volontiers : je vais tenter maintenant de la décrire avec plus de précision. L’important est de partir de la constatation que je viens de faire : la tentative qui consistait à organiser l’Europe à partir de son milieu s’est soldée en 1945, avec la chute de l’Empire allemand, par un échec, et cela, pour un laps de temps aussi long qu’un regard humain peut l’em­brasser.

9L’Empire allemand a politiquement péri, quoi qu’en disent les fictions juridiques qui le considèrent comme existant, du point de vue du droit des gens et du droit public. L’ancien milieu de l’Europe a été divisé entre deux systèmes antagonistes. La tentative de faire sortir un des deux états, voire les deux, de leur système d’alliances respectif serait voué à l’échec et ne contiendrait même pas en germe une idée constructive pour un ordre futur en Europe ; ainsi, il n’est, par exemple, pas possible de penser la République fédérale hors du processus d’unification de l’Europe de l’Ouest et de l’en­tente avec la France sans que ne s’éteigne du même coup le dernier atome d’espoir d’amener l’Europe à trouver sa propre identité, équilibrant ainsi la pression hégémonique que l’Union soviétique exerce sur l’Europe Centrale de telle sorte que devienne envisageable une relation de partenaire avec elle ainsi qu’avec les autres États du Pacte de Varsovie.

10Cette constatation ne signifie cependant aucunement qu’on exclue la possibilité d’une reconstitution d’une Europe du Milieu, étant entendu que celle reconstruction ne devrait, en aucun cas, prendre le passé pour modèle, ce qui relèverait d’un modèle mental si simpliste et si unidimensionnel qu’il ferait table rase du concept, central dans l’histoire de l’esprit européen, de la division en deux systèmes qui se fécondent et s’enrichissent mutuellement.

11La mission historique des Allemands, qui, par leur propre faute et par la politique qu’ont menée les vainqueurs pour étendre leur sphère d’influence respective, se sont vus inclus de force dans deux systèmes différents, con­siste à contribuer puissamment, à leur manière propre, à transformer l’anta­gonisme de ces deux systèmes en un dualisme se caractérisant par un proces­sus dynamique de tension dialectique fructueuse. Mais ce modèle de pensée ne définit-il pas déjà, du reste de façon très exacte, ce qui se passe dans la réalité quotidienne au sein de chacun des deux États allemands et dans leurs relations ?

Qu’en est‑il de la division de l’Allemagne ?

12Ma conception de la Mitteleuropa part de l’idée que la division de l’Alle­magne en deux États est durable. Je vais même jusqu’à penser que cette division contient une chance d’un point de vue européen global, donc une chose que les autres États européens ne possèdent pas de la même manière. La question est seulement de savoir si quelqu’un, en Europe, croit que nous autres Allemands sommes réellement décidés à accepter sérieusement notre division en deux États. En effet, au contraire de la France où, depuis la Révolution, un lien de nature tout à fait progressiste s’est heureusement établi entre la Nation, l’État et la Démocratie, la tentative que les Allemands ont faite en ce sens en 1848 s’est soldée par un échec : l’unité étatique que Bismarck a réalisée par la suite, excluait, en effet, d’importantes compo­santes de la nation allemande de l’époque, en particulier les Allemands d’Autriche, tout en conservant parallèlement un ordre social prédémocra­tique et préparlementaire qui brisa l’échine de la bourgeoisie naguère libérale en instaurant une paix politique intérieure d’un type particulier. Le natio­nalisme populiste qui en résulta ne se fondait donc pas sur des traditions démocratiques et ce nationalisme fut aussi une des origines profondes de la catastrophe allemande, dont 1933 et 1945 ne furent que des points culmi­nants mais qui avait commencé bien plus tôt... C’est lui encore qui fait qu’on ne peut toujours pas parler de manière non passionnelle en Allemagne du rapport entre Nation, état et Démocratie.

13Refouler cette problématique ne satisferait cependant, à long terme, ni nos voisins, ni nous-mêmes. Aussi nous faut-il, une fois pour toutes, savoir si la coïncidence entre la Nation et l’État, ou tout au moins l’abri sécurisant que procure a une Nation non divisée le fait de vivre au sein d’un état d’une certaine taille, si cette normalité revendiquée par presque tous nos voisins européens comme quelque chose qui va de soi, peut avoir, ou devrait avoir, la même valeur pour les Allemands.

  • 2 In Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, n’ 18 du 3 mai 1987, p. 16.

14Aussi longtemps que « l’idée de la réunification, telle qu’elle a été définie par la Cour Constitutionnelle fédérale, fera partie, sans nouvelle clarifica­tion, tel un sous-marin, de notre convoi en route vers la paix (convoi qui, nous l’espérons, nous sera commun) nous n’arriverons à aucune normali­sation » écrit Manfred Stolpe2, responsable de l’Union des Églises Protes­tantes de RDA. Si on suit l’opinion de Stolpe, et personnellement j’y suis grandement enclin, alors la normalité ne signifie pas la même chose pour les Allemands et pour nos voisins européens.

15à vrai dire, il est étonnant que cette constatation ne soit pas reçue comme une banalité et qu’elle ne soit pas une évidence commune à tous les Alle­mands, qu’ils soient élèves à l’école primaire ou vieillards. Un peuple qui vit au milieu de l’Europe, comme c’est le cas des Allemands, est, en effet, nécessairement exposé simultanément aux influences et aux interventions politiques, militaires, économiques et culturelles provenant des quatre points cardinaux. Quand tout va bien, on peut à la rigueur intégrer et équilibrer l’ensemble de ces actions et réactions, culturellement et intellectuellement ; du point de vue politique, en revanche, il a été presque toujours impossible d’équilibrer les interventions ; leur impact se poursuivait à l’intérieur du corps allemand ; une des conséquences de cet état de choses en est la plura­lité d’États allemands qui constitue une donnée quasi permanente de notre histoire.

16Le Dieu qu’invoque Ernst Moritz Arndt, au début du xixe siècle, ce Dieu qui « ne voulait pas de valets, et qui, pour cette raison conçut le fer », n’a jamais donné aux Allemands une puissance suffisante pour leur permettre d’exercer une domination sur l’Europe à partir de son milieu ; mais il ne les a pas faits non plus assez petits pour qu’ils soient en mesure de vivre en paix, tranquilles, à l’abri de leur insignifiance comme les Suisses et depuis peu les Autrichiens. C’est pourquoi la politique que Ernst Moritz Arndt conseillait aux Allemands, à savoir de conquérir pour eux aussi, à la pointe de l’épée, la normalité des autres peuples, à savoir l’unification de la Nation en un seul État, si elle n’était certes pas immorale tant que les guerres pouvaient apparaître comme le moyen ultime de la politique, constituait quelque chose de bien pire : un conseil mauvais parce qu’inadapté à la réalité allemande. Transposée au présent, cette politique serait à la fois immorale et inadéquate parce que, dans les conditions d’une paix reposant sur l’équilibre de la terreur nucléaire, qui sont celles dans lesquelles nous vivons, aucun but ne doit être placé au-dessus de la paix. L’histoire de l’échec de l’État natio­nal allemand devrait nous avoir servi de leçon : ce n’est pas l’État unitaire comme expression de l’auto-affirmation par l’exercice de la puissance qui peut fournir aux Allemands leur identité commune, mais au contraire leur mission spécifique européenne en tant que peuple situé au milieu de l’Europe. Pour accomplir cette mission, la division en plusieurs États n’est visiblement pas un handicap mais plutôt un avantage. D’ailleurs, si on excepte les soixante-quinze ans de l’Empire bismarckien, les choses n’ont-elles pas toujours été ainsi en Allemagne ?

L’Allemagne comme « milieu »

  • 3 Journaliste fort connu pour ses positions anti-atlantistes (N.d.l.R.).

17Tout serait très simple si la République fédérale continuait à suivre la voie que lui ont tracée les deux grands hommes d’État qu’elle a produits au cours de sa brève histoire. Konrad Adenauer a ancré à l’Ouest la République fédérale (remarquez que je ne dis pas « l’Allemagne »), de façon irréver­sible ; Willy Brandt a, lui, sur la base de cet ancrage à l’Ouest, ouvert son champ de vision en direction de l’Est. Ce n’est que dans cette complémen­tarité que s’accomplit la mission européenne des Allemands ; elle seule donne un sens à la volonté de se maintenir à Berlin-Ouest. Sans un point d’insertion voulu et conçu comme « consensuel », comme le dit Peter Bender3, comme position médiane, comme « milieu », il n’y a pour les Allemands que le choix entre une orientation vers l’un ou l’autre côté. Aussi longtemps que les Allemands n’auront pas regagné consciemment le milieu comme leur position de départ, il n’y aura pas d’Europe capable de définir son identité autrement et de manière plus enveloppante que comme celle de sa partie occidentale ou celle de sa partie orientale.

18Ce sont surtout les Allemands et les Tchèques, les Autrichiens, les Hongrois et culturellement, mais non géographiquement... les Polonais à qui il appartient de refaire l’Europe complète (si cela se peut) comme entité susceptible d’être concrètement rencontrée dans la vie politique, économique et culturelle. C’est cela qui importe et non pas la question de savoir si les Allemands se retrouvent ou ne se retrouvent pas à l’intérieur d’un seul État. Au contraire, le fait que continuent d’exister côte à côte deux États alle­mands permet à la République fédérale de lier ensemble des intérêts élémen­taires qui dans une autre constellation se gêneraient mutuellement. Elle peut continuer à faire partie de l’Alliance occidentale, tant que cela sera néces­saire, et – chose pour elle encore plus importante – elle reste comme force motrice qui, plus que d’autres pays, a besoin du Marché Commun, pour pousser en avant, ensemble avec la France, le développement qui mènera de la Communauté Européenne à l’union politique. En même temps elle pourra sans s’enfoncer dans les contradictions, exploiter tous les avantages qui résultent de son voisinage avec l’autre État allemand et l’Union soviétique. Si, en plus, elle parvient à partager avec la RDA le rôle européen qui lui échoit en ce sens, de façon à ce que la frontière inhumaine qui sépare le peuple allemand devienne une frontière de sécurité commune, une frontière favorisant une relation de partenaire de vaste ampleur et créatrice de connec­tions multiples, alors le peuple allemand pourra devenir le peuple le plus européen d’Europe et aussi le plus moderne puisqu’il aura été contraint de remplacer le principe, de toute façon dépassé, de l’État-Nation par des formes susceptibles de devenir le modèle d’une coopération s’étendant au-delà des systèmes et englobant l’Europe tout entière. Les autres peuples vivant dans la partie orientale de la Mitteleuropa profiteraient ainsi directe­ment des perspectives qui résulteraient d’un tel développement.

Mitteleuropa, pour ou contre l’Europe ?

19Il ne reste au fond plus qu’une question : celle de savoir si l’idée de la Mitteleuropa est une idée pour ou contre l’Europe. En réalité, j’ai déjà donné ma réponse ; je pense sincèrement que tout dépend de quelle conception de Mitteleuropa on a fait le choix. La « voie allemande particulière » (deutscher Sonderweg), qui visait à établir une hégémonie sur l’Europe a détruit l’Alle­magne et l’Europe. Le modèle symétrique, qui constitue lui aussi une « voie particulière », à savoir la neutralité d’une Allemagne pacifique, libre de toute appartenance à l’un des deux blocs qui ferait d’elle un parc naturel protégé et ôterait du même coup à l’Europe occidentale le dernier espoir de se main­tenir face aux deux Supergrands et de retrouver son identité.

20Il faut en rester à l’engagement irréversible de la République fédérale au sein de la Communauté Européenne, et faire en sorte que cette Communauté devienne de plus en plus un facteur politique international de poids, capable de résister à la pression hégémonique potentielle qui émane de l’Union soviétique en direction du reste de l’Europe, en demeurant, aussi longtemps que nécessaire, dans l’alliance des états-Unis, mais non dans une dépen­dance envers ceux-ci.

21La Communauté Européenne, malgré son nom, n’inclura pas à l’avenir l’ensemble de l’Europe, mais restera l’organisation politique de l’Europe occidentale. Ainsi, s’opposeront pendant longtemps encore deux grands systèmes en Europe, et le système oriental restera sous la domination de l’Union soviétique. La « maison de l’Europe » est en réalité, comme Klaus Boemer l’a fait remarquer, une maison double. C’est ici que l’intérêt parti­culier des Allemands intervient pour que règnent dans cette maison double des relations de bon voisinage fondées sur une sécurité commune garantie par un niveau d’armement peu élevé, mais surtout par un réseau serré d’interconnections et d’interdépendances résultant d’une coopération pous­sée dans les domaines industriel, technique, scientifique et artistique. Le centre de l’Europe renaîtra, non pas avec une forme propre de structure institutionnelle, d’organisation politique ou militaire, mais par le fait qu’ici, plus que n’importe où ailleurs en Europe, se déroulera une communication par‑delà les limites des systèmes, coopération qui adoucira le caractère séparateur des frontières. Cette conception de la Mitteleuropa est axée sur la paix européenne et c’est sa fonction créatrice de paix qui la rend légitime. S’il existe encore un avenir quelconque pour l’Europe, cette conception deviendra irrésistible. Elle permet de faire coïncider des intérêts allemands et des intérêts européens, ce qui n’est pas le point le moins important pour un peuple divisé.

Notes

2 In Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, n’ 18 du 3 mai 1987, p. 16.

3 Journaliste fort connu pour ses positions anti-atlantistes (N.d.l.R.).

Auteur

Né en 1934, il a été professeur à l’Université Technique de Berlin et député de Berlin au Bundestag.

Sylvie Banoun (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search