Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Social-Démocratie dans l'Allemagne impériale

 | 
Joseph Rovan

La social-démocratie et la société allemande

Le parti, les syndicats et la jeunesse

Les mouvements de jeunesse socialistes avant la Première Guerre mondiale

Gilbert Krebs

Texte intégral

Le SPD et le problème de la jeunesse

1Dans l’Allemagne de 1900, les enfants des travailleurs et les jeunes travailleurs eux-mêmes, apprentis ou ouvriers d’usine, étaient l’objet de multiples sollicitations venant d’horizons idéologiques et politiques fort divers. De nombreuses organisations, tant confessionnelles que laïques, s’intéressaient à eux et cherchaient à les attirer dans leurs rangs : mouve­ments de jeunesse protestants et catholiques, associations sportives, clubs de gymnastes ou d’excursionnistes, plus tard aussi des organisations paramili­taires, créées par l’État.

2Il était dans la nature des choses que la social-démocratie s’intéressât plus particulièrement aux problèmes matériels et moraux que la jeunesse prolé­tarienne rencontrait dans une société en train de se transformer rapidement, de s’industrialiser et de s’urbaniser à un rythme effréné, et se préoccupât d’organiser ces jeunes pour mieux les défendre et les former. Pourtant, pendant longtemps le SPD et les syndicats proches de lui n’ont pas semblé avoir conscience de l’importance de cet enjeu et n’ont considéré les pro­blèmes de la jeunesse prolétarienne que comme un aspect parmi d’autres de la misère matérielle et morale du prolétariat, estimant que la question de la jeunesse ouvrière trouverait sa solution en même temps que la question sociale, qu’elle ne réclamait ni actions, ni moyens, ni organisations spéci­fiques. C’est ainsi que les revendications concernant l’interdiction du travail des enfants, la limitation de la durée du travail pour les jeunes, la reconnais­sance du droit au repos hebdomadaire, l’interdiction de confier aux jeunes travailleurs certaines tâches pénibles ou dangereuses, faisaient partie du combat général pour des conditions de travail moins inhumaines. De même, le combat pour la généralisation, la gratuité, la neutralité et l’amélioration qualitative de l’enseignement s’inscrivait dans le cadre de la lutte pour per­mettre à la classe ouvrière l’accès à la culture.

  • 1 L’« Arbeiter-Turnerbund » fut créé en 1893 par des clubs de gymnastes ouvriers qui estimaient ne pl (...)

3L’action de la social-démocratie en faveur de la jeunesse ouvrière est ainsi restée pendant longtemps purement revendicative : elle exigeait des pouvoirs publics une amélioration de la condition matérielle et morale de la jeunesse prolétarienne, mais ne soutenait pas ces exigences par des formes d’action ou des organisations spécifiques. Elle ne faisait pas non plus beau­coup d’efforts pour essayer de pallier les carences des pouvoirs publics comme elle l’avait fait, pour les adultes, en créant tout un réseau d’organi­sations culturelles (Arbeiterbildungsvereine, plus tard Freie Volksbühne), organisations coopératives, associations de gymnastique (Arbeiterturner­bund) ou sportives1. Dans ce réseau très dense, qui formait une sorte de « contre-société » socialiste, il y avait une lacune concernant la jeunesse. Il ne faut pas en conclure cependant que rien n’était fait pour les enfants et les jeunes : précisément les associations que nous avons mentionnées ci-dessus s’occupaient aussi des enfants de leurs adhérents. Elles organisaient des activités à leur intention et parfois même les regroupaient dans des sections à part : ce fut le cas notamment du Arbeiterturnerbund qui organisait souvent à leur intention des jeux et des excursions. Mais tous ces efforts ne pouvaient compenser l’absence d’un véritable mouvement de jeunesse, malgré la bonne volonté des responsables des clubs culturels ou de gymnastique. Le caractère « familial » de ces activités, la tutelle constante des adultes pou­vaient satisfaire à la rigueur les plus jeunes, mais certainement pas les adolescents. Or c’est là précisément que le problème se posait avec le plus d’acuité. Pour les jeunes d’âge scolaire (jusqu’à 13-14 ans), la social-démocratie n’avait aucune possibilité de concurrencer sérieusement l’éduca­tion scolaire et elle n’avait nulle envie de se substituer à l’éducation familiale. Pour ce qui est des jeunes travailleurs de plus de 18 ans, même s’il n’étaient pas encore majeurs, ils étaient considérés au regard de la législation du travail comme des adultes. Ils pouvaient sans difficulté adhérer aux syndicats. Restait la catégorie intermédiaire des 14-18 ans : considérés tantôt comme des enfants, tantôt comme des adultes, ils n’étaient ni l’un ni l’autre. Comment assurer efficacement leur protection dans la vie professionnelle (et en particulier veiller à ce que les protections accordées par la loi soient respectées), comment améliorer leur formation, comment les gagner à la cause du socialisme ? Il fallait sans nul doute trouver des solutions nouvelles.

4C’est aux alentours de 1900 que le problème a commencé à être posé à la social-démocratie allemande. Mais il était posé en des termes tels que pendant des années les instances dirigeantes du SPD et plus encore celles des syndicats libres ne s’engagèrent qu’avec beaucoup de réticences dans la voie qui leur était montrée.

  • 2 Résolution proposée par Rosa Luxemburg. Son intervention au Congrès avait porté sur les thèmes de l (...)

5L’exemple était venu de l’étranger. Une résolution adoptée au Congrès socialiste international de Paris en 1900 invitait les différents partis socia­listes à intensifier la lutte contre le militarisme ; d’une part, en refusant de voter les dépenses militaires, navales et coloniales dans leurs Parlements respectifs, d’autre part, en organisant la jeunesse et en l’éduquant dans un esprit antimilitariste2. Mais les socialistes allemands ne mirent pas beaucoup d’empressement à réaliser cette décision.

6Le congrès du SPD de 1903, réuni à Dresde, eut à se prononcer sur plusieurs motions concernant la lutte antimilitariste : toutes furent repous­sées. L’année suivante, à Brême, le même groupe de délégués, appartenant pour la plupart à l’aile gauche du parti, déposa de nouvelles motions sur le même sujet : elles eurent le même sort que l’année précédente. Pourtant, d’une année à l’autre, on constate que le débat devient plus animé. La cause de l’antimilitarisme gagne des adeptes et la direction modérée du parti devra bientôt en tenir compte. La motion qui a suscité le débat le plus long et le plus passionné à Brême fut celle de Karl Liebknecht. Considérant que l’État bourgeois comptait principalement sur l’armée pour avoir le dessus en cas de conflit ouvert avec le prolétariat organisé, Liebknecht demandait que le SPD intensifiât sa propagande en direction des soldats, plus précisément des conscrits avant leur incorporation. Il fallait faire en sorte que le pouvoir ne soit plus sûr de son armée. Comme agents de cette propagande, Liebknecht envisageait d’une part les syndicats, qui pouvaient agir sur les jeunes travailleurs, d’autre part des organisations de jeunesse qu’il fallait créer encore. Au cours du débat Liebknecht affirma :

  • 3 Cf. Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt der deutschen Arbeiter-Jugendbewegung 1904-1914. Berlin (Ost (...)

« Il ne fait de doute pour aucun social-démocrate que nous devons nous atta­quer au problème de l’éducation de la jeunesse, et éducation de la jeunesse signifie éducation antimilitariste » .3

7Mais il ne fut pas suivi. La majorité des délégués présents ne voyaient pas la nécessité de s’occuper de l’éducation de la jeunesse, ni celle d’une inten­sification de la propagande antimilitariste. La motion fut repoussée à une grande majorité. Le député Molkenbuhr, exprimant l’opinion de la direction du parti, estimait inutile de combattre spécialement le militarisme, car pro­pager les idées du socialisme était suffisant, selon lui, pour faire reculer le militarisme et avec la victoire du socialisme le militarisme disparaîtra de lui-même. D’autre part, il s’opposa à la création d’un mouvement de jeunesse social-démocrate :

  • 4 ibidem, p. 29.

« Si un tel mouvement existait, nous serions obligés de le combattre (appro­bation dans la salle), car le parti recherche la centralisation et une plus grande unité »4.

8On ne pouvait être plus clair. La question du mouvement de jeunesse socialiste, étroitement liée à celle du combat antimilitariste, était devenue un point de désaccord de plus entre la gauche du SPD et sa majorité. La direction, fidèle à sa pratique constante, n’abandonnera son attitude hostile que lorsqu’elle ne pourra faire autrement et qu’elle devra tenir compte des initiatives venues de la base et, par la suite, elle n’aura de cesse de faire rentrer dans le rang les organisations de jeunesse.

Naissance et évolution des mouvements de jeunesse socialiste entre 1904 et 1908

  • 5 Dans une étude récente (Arbeiterjugend 1904-1945. Sozialistische Erziehungsgemeinschaft. politische (...)

9Deux organisations de jeunesse socialistes ont vu le jour en Allemagne la même année, en 1904, respectivement à Mannheim et à Berlin. Nées indé­pendamment l’une de l’autre, elles présentent dès le début des différences notables, dues principalement aux conditions juridiques qui président à leur naissance : jusqu’en 1908 les lois sur les associations valables en Bade et dans d’autres États d’Allemagne du Sud sont beaucoup plus libérales que celle en vigueur en Prusse. Mais les différences entre les deux associations proviennent aussi du fait qu’elles se réfèrent à des modèles étrangers diffé­rents : elles illustrent en quelque sorte deux types fondamentaux possibles pour un mouvement de jeunesse socialiste, le type politique et le type syn­dical5.

  • 6 Ludwig Frank, né en 1674 à Nonnenweiler, après des études brillantes, avait ouvert un cabi­net d’av (...)

10L’association qui s’est constituée à Mannheim au mois d’octobre 1904 sous le nom de « Verband junger Arbeiter Mannheims », est née sur l’initia­tive de Ludwig Frank, jeune avocat socialiste de Mannheim, alors âgé de 30 ans. Actif et doué, Ludwig Frank venait d’être élu au conseil municipal, en attendant d’entrer au Landtag puis au Reichstag. Il semblait promis à jouer un rôle de premier plan dans la social-démocratie allemande6. Il venait de participer au congrès international socialiste d’Amsterdam et y avait assisté à une réunion de délégués des mouvements de jeunesse socialistes. C’est cette réunion, où l’absence d’un mouvement de jeunes en Allemagne avait été évoquée, qui incita Frank à tenter l’expérience à Mannheim. Le modèle qu’il avait devant les yeux était celui du mouvement de jeunesse socialiste belge, la « Jeune garde socialiste », qui, sous l’impulsion notamment de Hendrik de Man, s’était fait remarquer par une intense activité antimilitariste.

  • 7 Le tirage du journal Die junge Garde finit par atteindre 11 000 exemplaires. En 1908, au moment de (...)

11Le groupe se constitua avec 25 membres et élut comme président le responsable du club local de gymnastes ouvriers. D’autres créations de groupes suivirent rapidement, à Heidelberg, Pforzheim et Fribourg. Bientôt, il apparut nécessaire de regrouper les différentes associations locales. Ce fut fait en février 1906 : l’organisation prit le nom de « Verband junger Arbeiter Deutschlands », adopta comme siège Mannheim et décida de publier un journal, Die junge Garde. L’année 1906 vit une intensification du recrute­ment : 29 nouveaux groupes locaux furent créés cette année-là, et le tirage du journal atteignit 4000 exemplaires. Le succès rapide du mouvement, obtenu sans aide notable de la part des appareils du parti et des syndicats, montre bien qu’il répondait à un besoin réel7.

  • 8 Ce sera aussi le thème développé par Liebknecht. En luttant contre le militarisme, la gauche du SPD (...)
  • 9 Cf Walter Sieger. Das erste Jahrzehnt, op.cit. p.55.

12La première assemblée générale de l’organisation se réunit le 30 octobre 1906 à Mannheim, à l’issue du congrès du SPD qui s’était tenu dans la même ville. Dans son compte rendu d’activité, le président Bruno Wagner expliqua que l’objectif principal de l’association était de former la relève pour le mouvement ouvrier : elle devait en particulier veiller à ce que les jeunes travailleurs restassent des prolétaires conscients, même pendant la durée de leur service militaire ; il fallait donc développer parmi la jeunesse, avant son incorporation, une propagande antimilitariste, non dans le sens anarchiste, mais dans le sens marxiste8. La discussion qui fit suite à cet exposé porta surtout sur des questions de tactique. Plus qu’aux contenus et aux finalités de cette « éducation socialiste », on s’intéressa à la manière dont elle devait se dérouler : ou bien de façon discrète et efficace, par des conférences, des publications, des contacts personnels, etc., ou bien par des manifestations publiques qui attireraient sur le mouvement l’attention de l’opinion publique... mais aussi de la police. La première de ces attitudes était préconisée par le parti et les syndicats, mais c’est la seconde qui avait la préférence des jeunes rassemblés à Mannheim. Tous les observateurs pré­sents à l’assemblée générale de Mannheim furent frappés – mais pas forcé­ment séduits – par la passion avec laquelle les jeunes participaient aux débats, par l’ardeur avec laquelle ils voulaient se lancer dans l’action et par le radicalisme des méthodes qu’ils envisageaient9.

13Au cours de cette même assemblée, Ludwig Frank fit le point sur les rapports entre le parti et le mouvement de jeunesse. Il signala que l’attitude du parti avait changé à cet égard et qu’après la résolution qui venait d’être adoptée au congrès de 1906, le mouvement de jeunesse pouvait compter dorénavant sur le soutien et la protection du parti. Selon Frank, les deux tâches prioritaires du mouvement de jeunesse devraient être, d’une part, la lutte contre l’exploitation des jeunes ouvriers et apprentis et contre le non-respect des règlements sur la protection des jeunes travailleurs, d’autre part, l’éducation socialiste des jeunes. Cela signifie qu’il faut non seulement com­pléter l’éducation scolaire, mais aussi lutter contre la propagande militariste. Il résuma ces objectifs dans une formule :

Protection des jeunes bras contre l’exploitation

  • 10 « Schutz den jungen Händen gegen die Ausbeutung. — Schutz den jungen Köpfen gegen die Verdummung ». (...)

Protection des jeunes têtes contre l’abêtissement .10

14L’intervention de Karl Liebknecht fut consacrée au problème de la lutte antimilitariste. Il montra l’importance du problème : le militarisme constitue pour la bourgeoisie un moyen pour asservir la classe ouvrière et le cas échéant pour faire tirer les ouvriers sur des ouvriers. Mais Liebknecht ne propose aucune méthode de lutte précise :

  • 11 Cf. Walter Sieger, op.cit. p. 57.

« ... car toute proposition inconsidérée risque de compromettre l’ensemble de la propagande antimilitariste légale. La tâche de celle-ci sera de prévenir la jeunesse contre le militarisme et de la mettre en garde contre lui. »11

  • 12 Le nouveau nom du mouvement était « Verband junger Arbeiter und Arbeiterinnen Deutschlands (Sitz Ma (...)

15L’assemblée générale se termina par l’adoption de plusieurs résolutions concernant la lutte contre l’alcoolisme, la collaboration avec les associations de gymnastes ouvriers, etc. L’assemblée modifia les statuts pour permettre l’adhésion des jeunes filles, et changea le nom du mouvement en consé­quence12. Enfin, les délégués présents décidèrent d’organiser en 1907 une conférence internationale de la jeunesse socialiste en relation avec le congrès socialiste international qui devait se tenir à Stuttgart, et ils saluèrent la « lutte héroïque de la classe ouvrière et du peuple russes ».

  • 13 Dans l’organe officiel du SPD Vorwärts du 19 Mai 1906. Cité par W. Sieger, op.cit. p. 51.

16À l’occasion de cette assemblée générale du « Verband junger Arbeiter und Arbeiterinnen Deutschlands » de 1906, on voit ainsi se préciser les traits d’un mouvement de jeunesse socialiste qui sait prendre ses distances par rapport au parti, tout en affirmant son appartenance au mouvement ouvrier, qui prétend mettre l’accent sur des points particuliers du programme social-démocrate et utiliser des moyens d’action qui lui soient propres. Le mouve­ment de Mannheim ne cachait pas son caractère politique : il se disait lui-même une « organisation de jeunesse social-démocrate », le « dernier-né des membres du mouvement ouvrier moderne »13 ; son journal, Die Junge Garde publiait régulièrement des articles politiques portant la signature de sociaux-démocrates connus, en particulier celles de Ludwig Frank et de Karl Liebknecht, et des dirigeants du parti et des syndicats étaient invités aux assemblées générales du mouvement.

  • 14 Depuis 1894, il existait une « Association de jeunes travailleurs » à Vienne. En 1900 elle se réorg (...)

17Une association de cette nature aurait été impossible en Prusse où la loi sur les associations interdisait aux apprentis et aux écoliers d’adhérer à des associations à caractère politique et même d’assister à des réunions organi­sées par des mouvements politiques. Le mouvement de jeunesse né à Berlin en 1904 devait donc mettre l’accent sur son caractère politiquement neutre, syndical, imitant en cela le mouvement de jeunesse socialiste autrichien.14

  • 15 Le journal qui, le premier, ouvrit ses colonnes aux lettres de lecteurs indignés par cette affaire (...)

18À l’origine du mouvement berlinois, il y eut une tragédie : le suicide d’un jeune apprenti maltraité par son patron. Ce fait divers donna lieu dans la presse social-démocrate15 à une vive discussion sur l’opportunité de créer une organisation de type syndical réservée aux apprentis, afin de mieux veiller aux intérêts de cette catégorie de travailleurs particulièrement exposée à l’arbitraire et à l’exploitation. Ces articles et les réactions des lecteurs ont conduit à la création d’une Association des Apprentis et jeunes travailleurs berlinois (Verein der Lehrlinge und jugendlichen Arbeiter Berlins), le 10 octobre 1904.

  • 16 Cf, à ce sujet les souvenirs de Helmut Lehmann dans : Deutschlands junge Garde. Erleb­nisse aus der (...)

19C’était une association de jeunes, même si elle comptait des adultes dans ses rangs (elle élut comme président un jeune syndicaliste de 21 ans, Helmut Lehmann), ouverte aux apprentis et travailleurs des deux sexes16. Elle se fixait pour but, à l’exclusion de tout objectif religieux ou politique, de conseiller et de défendre les membres en cas de conflit avec les employeurs, de faciliter leur placement, de veiller à leur formation, d’organiser des cours, des conférences, des réunions, de diffuser des publications et de fonder un foyer pour apprentis. Elle publia un journal, Die arbeitende Jugend, dès 1905. Avec l’appui des responsables syndicaux locaux, l’association grandit rapidement dans la capitale et s’étendit à d’autres villes.

  • 17 Dès la première réunion du mouvement de jeunesse socialiste à Berlin, en novembre 1904 , le pasteur (...)

20La nouvelle association eut à lutter d’abord contre les associations chré­tiennes de jeunes gens qui étaient à Berlin sous l’influence du bouillant pasteur Stoecker, fondateur du mouvement chrétien-social17. Les manœuvres de ces adversaires reçurent l’appui des employeurs et de leurs corporations artisanales (Innungen), qui exercèrent des pressions de toutes sortes sur leurs apprentis pour les empêcher d’adhérer à la nouvelle association. Leur colère était encore exaspérée par le ton du journal où étaient relatés, dans une rubrique permanente intitulée « le tableau d’honneur des employeurs », de nombreux cas d’abus et de mauvais traitements dont étaient victimes les apprentis.

  • 18 « Vereinigung der freien Jugendorganisationen Deutschlands ».

21L’exemple berlinois essaima rapidement et des associations de jeunes ouvriers et apprentis se constituèrent dans d’autres villes d’Allemagne du Nord. Dès décembre 1906 elles se réunirent à Berlin pour se fédérer. Il ne leur était en effet pas possible de rejoindre la fédération de Mannheim, trop ouvertement politique. Elles créèrent ainsi une Union des organisations de jeunesse libres (siège : Berlin) 18. Sa structure était assez lâche et laissait une grande autonomie aux associations rattachées. Le recrutement s’intensifia et les effectifs augmentèrent rapidement : au cours de la seule année 1907, l’Union passa de 1483 à 3789 membres, le nombre des abonnés de la Arbeitende Jugend de 500 à 8500, pour atteindre 10 000 en juin 1908. Rien qu’à Berlin, l’association comptait en 1907 1268 membres (1047 membres de moins de 18 ans, dont 770 apprentis).

22Au total, les deux branches du mouvement de jeunesse socialiste, celle de Mannheim et celle de Berlin, atteignirent en 1908 un effectif de près de 10 000 adhérents. D’autres groupes s’étaient également constitués çà et là, sans se rattacher à l’une ou à l’autre de ces fédérations. Néanmoins, pour apprécier la portée de ces chiffres, il faut considérer qu’il y avait à cette époque plus de 4 millions de jeunes travailleurs et apprentis, garçons et filles en Allemagne. Les résultats ont donc été plutôt modestes ; ils étaient pour­tant suffisants pour inquiéter les autorités.

Les réactions gouvernementales et l’attitude du parti et des syndicats

  • 19 Pour 1’année 1907, l’association de jeunesse socialiste a vu, en Prusse, 8 de ses réunions interdit (...)

23Dans un premier temps, ces réactions ont été relativement modérées, malgré les appels désespérés des corporations d’artisans, malgré les articles incendiaires de la presse de droite. Sans doute la police interrompait-elle souvent les réunions ou interdisait-elle des manifestations sous des prétextes futiles19. Mais il n’y eut pas de répression systématique : à plusieurs reprises même, des décisions abusives de la police et de la justice ont été condam­nées en appel.

24Cette attitude modérée des autorités peut s’expliquer de différentes ma­nières. La première raison était sans doute que le mouvement n’avait pas encore atteint des dimensions vraiment inquiétantes et que les autorités vou­laient éviter de donner par des interventions brutales de l’importance à ce qui n’en avait encore que peu. Mais la principale raison était que le gouver­nement prussien préparait tout un ensemble de mesures pour régler le pro­blème des mouvements de jeunesse.

  • 20 Karl Liebknecht, Militarismus und Antimilitarismus unter besonderer Berücksichtigung der internatio (...)

25Le seul domaine où le gouvernement prussien et les autorités du Reich ne pouvaient pas rester inactifs fut celui de la propagande antimilitariste. Ils préférèrent frapper à la tête en s’attaquant non au mouvement de jeunesse où cette propagande était la plus active (celui de Mannheim), non pas aux journaux où paraissaient le plus d’articles antimilitaristes (en particulier Die Junge Garde), mais à l’auteur de ces articles et principal inspirateur de cette agitation, Karl Liebknecht. L’occasion en fut fournie par la publication d’une brochure où Liebknecht reprenait, en les développant, ses articles anti­militaristes, sous le titre Militarismus und Antimilitarismus unter besonderer Berücksichtigung der internationalen Jugendbewegung20.

  • 21 Les attendus du jugement précisaient : « Die Mittel, durch welche der Angeklagte eine Vor­bereitung (...)

26Le procès de Liebknecht fut le procès de l’antimilitarisme, mais aussi celui du mouvement de jeunesse mis au service de cette agitation. C’est ce qui ressort des attendus du jugement par lequel Liebknecht fut condamné à un an et six mois de prison pour « préparatifs en vue d’une entreprise de haute trahison »21. Ce verdict était destiné à marquer publiquement, en particulier vis-à-vis du SPD, une limite qu’il ne fallait pas franchir. L’aver­tissement fut sans doute compris et constitua pour le SPD une raison supplé­mentaire pour tenter de mettre fin à une entreprise qui avait tendance à lui échapper. Ludwig Frank, qui avait vu son influence dans le mouvement de jeunesse s’effacer de plus en plus au profit de Karl Liebknecht prêtera la main à cette liquidation.

  • 22 Par exemple la Deutsche Arbeitgeberzeitung où fut menée, pendant l’hiver 1907-1908, une véritable c (...)

27Le second moyen par lequel les autorités cherchèrent à mettre un frein aux progrès des mouvements de jeunesse socialistes fut l’adoption d’une nouvelle loi sur les associations. Jusque-là, chaque État membre du Reich avait sa législation propre. Diverses tentatives d’unification et de remise à jour, entreprises à partir de 1896, avaient déjà échoué. Le moment paraissait opportun pour régler cette question. Le projet initial soumis au Reichstag ne prévoyait pas de limitation du droit de réunion et de coalition des jeunes. Dès qu’il fut connu, il provoqua une levée de boucliers dans les milieux patronaux et leur presse22. Après des débats houleux, et après que les Libé­raux eurent changé leur position initiale, la loi fut adoptée avec des amen­dements importants, introduisant des dispositions d’exception contre la jeunesse. En Allemagne du Sud, les paragraphes 17 et 18 de la nouvelle loi modifiaient complètement les conditions dans lesquelles la jeunesse pouvait exercer le droit de coalition ; même en Prusse, elle aggravait encore les dispositions restrictives concernant la jeunesse : toute activité politique était maintenant interdite, non seulement aux apprentis et aux écoliers, mais à tous les jeunes de moins de 18 ans. De surcroît, la loi laissait une grande liberté à la police lorsqu’il s’agissait d’apprécier le caractère politique d’une réunion.

28à ces deux mesures de caractère répressif vint s’ajouter un peu plus tard tout un train de mesures « positives » destinées à soustraire la jeunesse à l’influence social-démocrate en l’attirant dans des organisations « natio­nales ».

29Nous y reviendrons ci-dessous. Au cours de ces quelques années qui séparent l’apparition des mouvements de jeunesse socialistes et la promul­gation de la nouvelle loi sur les associations, l’attitude du parti social-démocrate a apparemment évolué. Après l’hostilité de principe était venu le temps de la tolérance et même, semble-t-il, du soutien. Le congrès du parti de 1905 à Iéna avait vu une première victoire de Karl Liebknecht, puisque sa motion recommandant une intensification de la propagande antimilitariste y avait été adoptée, sous une forme très atténuée, il est vrai. C’est également à Iéna que le SPD avait décidé de mettre à l’ordre du jour de son prochain congrès le problème de l’éducation socialiste de la jeunesse ouvrière.

  • 23 Heinrich Schulz (1872-1932) était le spécialiste des questions d’éducation dans le SPD. Son évoluti (...)
  • 24 Cf Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt, op.cit. pp.66-67.

30Ce congrès de 1906, qui s’est tenu à Mannheim, accorda ainsi une grande place aux questions de la jeunesse et de l’éducation. Heinrich Schulz23 déve­loppa ses conceptions sur l’éducation socialiste dans le domaine scolaire, tandis que Clara Zetkin et Ludwig Frank s’attachèrent surtout à l’éducation en dehors de l’école. Frank exposa les principes et les objectifs d’un mouve­ment de jeunesse socialiste. Réunissant des apprentis et des jeunes travail­leurs sans distinction de branche professionnelle, il devrait approfondir leur connaissance du socialisme et affermir leur conscience de classe, défendre leurs intérêts professionnels spécifiques en veillant notamment à l’applica­tion stricte des dispositions concernant la protection de la jeunesse au travail, organiser des cours et des conférences pour tenter de combler les lacunes laissées par l’école, informer sur les réalités du militarisme. Conscient des réticences de bon nombre de délégués, Frank insista sur le fait que le mou­vement de jeunesse était un excellent moyen pour amener un sang nouveau au parti. Certes, il y avait des inconvénients et des risques, expliqua-t-il, mais le risque pour l’unité et l’avenir du mouvement ouvrier serait plus grave si le parti et les syndicats abandonnaient la jeunesse à elle-même24.

31Convaincus par cette éloquence, les délégués adoptèrent à l’unanimité une résolution présentée par Karl Liebknecht, dans laquelle le congrès exprimait sa sympathie aux organisations de jeunesse socialistes et leur promettait le soutien du parti. C’est ce message que Frank et Liebknecht étaient venus apporter à l’assemblée générale du Verband junger Arbeiter und Arbeiterinnen Deutschlands réunie le 30 octobre de cette même année, également à Mannheim.

32Les « syndicats libres » d’obédience social-démocrate firent preuve de plus de constance dans leur opposition aux mouvements de jeunesse. Dès le mois de novembre 1906, la conférence annuelle des représentants des diffé­rentes centrales syndicales réunie à Berlin en présence d’un représentant de la direction du SPD, prit nettement position. Carl Legien se prononça contre la création d’un mouvement de jeunesse socialiste sous la forme d’une organisation ayant une certaine autonomie par rapport au parti et aux syndi­cats et s’étendant sur tout le territoire du Reich. La tâche d’éduquer la jeunesse et de défendre ses intérêts incombait, selon lui, au parti et aux syndicats et ils ne devaient en aucun cas se laisser déposséder de cette responsabilité.

  • 25 Ibidem. p.123.
  • 26 Cf. Johannes Schult, Aufbruch einer Jugend. Der Weg der deutschen Arbeiterjugend­bewegung, Bonn, Ve (...)

33Cette attitude hostile ne devait jamais se démentir. Au congrès des syndicats de 1907, le porte-parole de la direction affirma que les organi­sations de jeunesse socialistes avaient échoué dans leur tâche essentielle, l’éducation socialiste de la jeunesse « dans le sens de nos conceptions et de nos idées ». Il déplora les « chimères internationales » poursuivies par les mouvements de jeunesse25 et conclut en préconisant la réintégration de l’organisation des jeunes dans le parti et les syndicats. C’est en 1908 que cette campagne devait atteindre son point culminant : au congrès de Hambourg, les orateurs participèrent avec entrain à la liquidation des mouve­ments de jeunesse : ils déplorèrent le « romantisme politique » qui poussait les jeunes à se lancer dans des entreprises inconsidérées comme l’agitation antimilitariste, ils évoquèrent avec un sourire condescendant la réunion internationale de Stuttgart, où la jeunesse a discuté « à grand renfort de tam-tam, de questions politiques de la plus haute importance », ils qualifièrent de « bavardage enfantin » les campagnes de presse concernant les abus dont étaient victimes les apprentis. En conclusion, l’orateur principal, Robert Schmidt (futur ministre de l’Économie du Reich en 1919-1920) conseilla aux jeunes de se contenter de profiter de leur jeunesse et aux apprentis de ne pas gaspiller leur maigre argent de poche en cotisations et abonnements, de s’en servir plutôt pour s’acheter un bout de saucisson26.

La réorganisation du mouvement en 1908

  • 27 Par exemple, Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt, op.cit. p.121 : « Auch an diesem Beispiel zeigt si (...)

34La nouvelle loi sur les associations, qui devait entrer en vigueur le 15 mai 1908, offrit aux syndicats et au parti l’occasion de réorganiser les mouve­ments de jeunesse, une occasion qu’ils ont saisie avec un empressement tel que l’accusation de « complicité objective »27 avec l’impérialisme, que leur adressent aujourd’hui certains historiens, n’est pas entièrement dénuée de fondement.

35Quelques jours avant la date fatidique, le 3 mai 1908, le mouvement de Mannheim réunit une assemblée générale extraordinaire à Darmstadt : le SPD y était représenté par Hermann Muller, les syndicats par Robert Schmidt. Deux solutions étaient en discussion pour permettre au mouvement de jeunesse de survivre sous la nouvelle loi : la première, soutenue par les « radicaux » de l’aile gauche du parti, consistait à changer les statuts du Verband de façon à en faire une association non politique. Ce plan prévoyait, pour les jeunes de plus de 18 ans, la création d’une nouvelle organisation qui, elle, pouvait être politique, mais devait rester distincte du parti. La deuxième solution, préconisée par la direction du parti et défendue à Darmstadt par Ludwig Frank, prévoyait la dissolution du Verband. Les groupes locaux de la jeunesse ouvrière pourraient subsister à condition de renoncer à toute activité politique. Il n’y aurait pas d’organisation spéciale pour les plus de 18 ans : ils étaient invités à rejoindre les rangs du parti et des syndicats. L’assemblée générale adopta la seconde solution, acceptant ainsi de se saborder, de « capituler devant les syndicats », comme devait l’écrire la Leipziger Volkszeitung, organe de l’aile gauche du SPD.

36Le mouvement berlinois (Vereinigung der freien Jugendorganisationen Deutschlands) n’était pas directement menacé par la nouvelle loi, puisqu’il s’était toujours affirmé apolitique. Afin de prendre de vitesse la direction du parti et la mettre devant un fait accompli, il décida le 7 septembre 1908 de se transformer en Verband der arbeitenden Jugend Deutschlands et d’étendre son rayon d’action à toute l’Allemagne. Mais la manœuvre échoua. Elle n’empêcha pas le SPD, lors de son congrès de Nuremberg en septembre 1908, de régler définitivement le problème du mouvement de jeunesse dans le sens déjà esquissé à Darmstadt. Après l’organisation d’Allemagne du Sud, celle du Nord disparut, du moins en tant qu’organisation centrale.

37La résolution adoptée au congrès de Nuremberg réaffirma que l’éducation de la jeunesse était une tâche importante pour la classe ouvrière et en esquissa les formes et les moyens. En même temps, elle en fixa les limites en précisant que la défense des intérêts économiques et les décisions politiques restaient exclusivement de la compétence des organisations syndicales et du parti. Pour donner satisfaction à la gauche et aux jeunes, le congrès fit suivre cette résolution de la « déclaration » suivante :

  • 28 D’après Fritz Globig. op.cit. p.72.

« cette résolution signifie que rien ne s’oppose à l’existence d’organisations de jeunesse locales de caractère non politique qui s’administrent elles-mêmes, avec le concours d’adultes ».28

  • 29 Cf. Johannes Schult, op.cit. p.72-73.

38La principale innovation du congrès de 1908 fut la création des « Commissions de jeunesse » (Jugendausschüsse). Ces commissions, insti­tuées par le SPD pour réorganiser ses activités en direction de la jeunesse et tenir compte de la nouvelle situation après l’entrée en vigueur de la loi de 1908 sur les associations, servaient en réalité à reprendre en main les mouvements de jeunesse. Elles devaient être créées au niveau local, mais coordonnées au niveau national : à tous les niveaux elles étaient étroitement dépendantes de l’appareil du parti et des syndicats. Chaque commission se composait à parts égales de représentants du parti, de représentants des syndicats et de représentants de la jeunesse. Ces derniers, qui occupaient donc un tiers des sièges, devaient être obligatoirement âgés de plus de 18 ans ; ils étaient élus en réunion publique par l’ensemble des jeunes adhé­rents. Les commissions étaient responsables des activités éducatives propo­sées aux jeunes, à savoir : « conférences instructives sur des questions d’éco­nomie politique, d’histoire, de droit, de sciences naturelles, de technique, de littérature, d’art, d’hygiène ». Elles organiseraient aussi « des réunions ami­cales, des manifestations sportives et des jeux »29. Tout cela était bien entendu moins innocent qu’on voulait bien le dire et permettait bien de donner une formation idéologique aux jeunes. Mais le caractère aride de certains sujets limitait aussi leur audience auprès des jeunes.

39La coordination du travail des commissions était assurée par un orga­nisme central : la Zentralstelle für die arbeitende Jugend Deutschlands. Le fait que le SPD mette à la tête de cette centrale un dirigeant très en vue, en l’occurrence Friedrich Ebert le futur président du Reich, montre bien l’importance qu’il attachait à cette organisation et sa volonté de l’intégrer étroitement dans l’appareil du parti. Un nouveau journal parut à partir du 1er janvier 1909 : Die Arbeiter-Jugend, dont la direction fut confiée à Karl Korn. Ce bi-mensuel d’une bonne tenue intellectuelle sera pendant des années le principal lien entre les différents groupes des mouvements de jeunesse socialistes. Il était lu non seulement par les jeunes participant aux activités des « commissions » mais aussi par ceux des mouvements indépen­dants de toute sorte. Véhiculant principalement les positions de la direction du parti, il s’ouvrait aussi, à l’occasion, à des courants minoritaires.

  • 30 Ibidem, p.106-107.

40Cette organisation devait survivre jusqu’à la guerre de 1914, malgré certaines critiques et revendications. Au cours de la première Conférence générale des Commissions de jeunesse, qui regroupait en 1910 les repré­sentants de 129 commissions, Ebert eut à faire face à la demande d’un certain nombre de délégués qui exigeaient pour les représentants des jeunes 50 % des sièges dans les commissions, donc la parité entre représentants de la jeunesse et représentants des syndicats et du parti. Ebert réussit à faire repousser ces demandes. Dans son discours de clôture, il rappela que l’orga­nisation de la jeunesse ne devait pas être un parti dans le parti et mit en garde la jeunesse contre les excès auxquels pourrait l’entraîner son « besoin d’activité »30.

41L’institution se développa rapidement : en 1913 il y avait 837 commis­sions regroupées en 38 directions régionales. Pourtant les chicanes juri­diques, les tracasseries policières ne se ralentirent pas. Les autorités cher­chèrent en particulier à paralyser l’activité des commissions en ressortant une loi vieille de cent ans qui stipulait que nul n’était autorisé à donner des cours s’il n’avait pas une autorisation officielle. Mais ces persécutions visaient encore plus directement les organisations « indépendantes » qui s’étaient maintenues ou même créées après 1908.

42Comme l’avait précisé le congrès du parti de 1908 à Nuremberg, la dissolution des deux fédérations de mouvements de jeunesse et la création des « commissions de jeunesse » n’excluaient pas qu’il y ait au plan local des associations de jeunesse gérées par les jeunes eux-mêmes « avec le concours d’adultes ». Mais elles devaient évidemment, pour satisfaire à la loi de 1908, être entièrement apolitiques.

43Malgré cette marge de manœuvre étroite, constamment rétrécie par l’intervention des autorités pour qui, dans certains cas, le simple fait d’être abonné au journal Die Arbeiterjugend constituait une preuve d’activités politiques illégales, les associations de jeunesse social-démocrates se multi­plièrent après 1908. Dès 1910 on a ainsi dénombré 103 associations indépen­dantes avec plus de 17.000 membres et, en 1914, 138 associations locales avec environ 19.000 membres (pour mémoire, en 1908 les deux fédérations de Berlin et de Mannheim comptaient environ 10.000 membres). Cet accroissement peut s’expliquer d’un côté par le développement général que connaissent à cette époque toutes les organisations de jeunesse : la crois­sance des mouvements de jeunesse confessionnels ou du mouvement scout dans la même période est beaucoup plus rapide encore. Mais il montre aussi que la mise au pas de la jeunesse socialiste a échoué dans une large mesure. Et ce dernier échec concerne aussi bien le parti et les syndicats eux-mêmes que les pouvoirs publics. Ce succès des jeunes n’a été possible que parce qu’ils ont trouvé souvent un soutien efficace dans les instances locales du parti, surtout là où l’aile gauche était fortement implantée.

44Dans leurs rapports avec le parti, ces associations oscillaient entre l’adhé­sion et l’opposition. Toutes se considéraient comme faisant partie du mouve­ment ouvrier ; mais elles refusaient de se laisser dicter leurs décisions par l’appareil du parti. Elles admettaient que des représentants du parti siègent à titre personnel dans le comité de direction, mais tenaient à déterminer elles-mêmes leurs actions et leurs priorités.

  • 31 Cf. les incidents qui se sont produits à l’occasion du congrès international des « Associa­tions Ch (...)
  • 32 On trouve le récit de ces « aventures » dans tous les livres de souvenirs consacrés aux mouvements (...)

45Le « besoin d’activité » contre lequel Ebert avait mis en garde les jeunes se donnait libre cours dans ces associations. Les manifestations culturelles, cours, conférences ou visites de musées y tenaient une place secondaire. On y préférait sans nul doute la récréation à l’instruction, l’action à l’éducation : soirées, excursions, fêtes en plein air, mais aussi participation à des mani­festations politiques (au risque de tomber sous le coup de la loi) et inter­ventions dans les réunions des adversaires, en particulier celles des mouve­ments de jeunesse chrétiens31. Ce type d’activités, le fait que les jeunes assu­maient eux-mêmes les responsabilités du mouvement, la relative cohérence des groupes, tout cela créait un sentiment de solidarité, encore accentué par les persécutions et les dangers encourus en commun32. Face à ces groupes bien vivants, l’institution des commissions de jeunesse paraissait aussi pesante qu’inefficace.

La jeunesse comme enjeu et comme acteur politique

46à première vue, l’histoire des mouvements de jeunesse socialistes alle­mands avant la première guerre mondiale que nous venons d’esquisser briè­vement, ne concerne qu’un aspect secondaire de l’histoire du mouvement ouvrier et, à plus forte raison, de l’histoire de l’Allemagne. Pourtant elle reflète de façon exemplaire, comme en un miroir grossissant, quelques-uns des clivages qui caractérisaient la société allemande au début de ce siècle et illustre les conflits qui pouvaient en naître : conflit des générations, conflit entre un prolétariat organisé conscient de sa force et une société qui cherche désespérément à endiguer ses progrès, conflit enfin au sein même du mou­vement ouvrier entre courants en désaccord sur les moyens et peut-être même sur les objectifs de leur action.

47Comme le rappela Molkenbuhr au congrès de Brême en 1904, le parti social-démocrate a toujours été soucieux de préserver son unité, car c’était pour lui la garantie de sa force et de sa survie. C’est pourquoi toute organi­sation catégorielle qui prétendait se constituer parallèlement aux structures du parti ne pouvait être ressentie que comme une menace contre le principe de la centralisation des décisions, et par conséquent combattue, car elle aurait fini par constituer un parti dans le parti, comme le dira Bebel en 1910. De leur côté, les syndicats manifestèrent une hostilité encore plus vive à l’encontre d’un mouvement de jeunesse autonome. Pourtant, ils avaient dû lutter eux-mêmes pendant des années pour faire reconnaître leur autonomie par rapport au parti et pour devenir, d’une certaine manière, un parti dans le parti. Ils ne s’en montraient que plus sourcilleux pour défendre l’unité du mouvement ouvrier et pour affirmer que la défense des intérêts des apprentis et des jeunes travailleurs était de la seule compétence des syndicats.

48Pourtant, il semble bien que ces objections de principe que l’on opposait aux organisations de jeunesse nées en 1904 cachaient d’autres craintes. Très rapidement, en effet, ces organisations ont subi l’influence des représentants de l’aile gauche du parti, qui y voyaient le moyen de propager certaines de leurs idées, notamment l’antimilitarisme, et de renforcer leurs positions dans le parti. On trouve parmi les ardents défenseurs des organisations de jeu­nesse Clara Zetkin et Karl Liebknecht, parmi leurs adversaires les plus acharnés Robert Schmidt et Carl Legien, c’est-à-dire en termes politiques, l’extrême gauche contre l’extrême droite du mouvement ouvrier. Autre indice révélateur, la trajectoire de Ludwig Frank. Créateur et défenseur de l’organisation de Mannheim, il a pris par la suite ses distances, à mesure qu’il a évolué vers des positions réformistes et que l’influence de Liebknecht a grandi dans le mouvement. Pour finir, il s’en est fait le liquidateur.

49Il est clair que l’activisme d’un Liebknecht était mieux perçu dans les rangs de la jeunesse socialiste que la tactique prudente des petits pas préco­nisée par la direction du parti. Il y avait là un potentiel de révolte, encore attisé par les persécutions et les tracasseries policières, qui ne demandait qu’à devenir un potentiel révolutionnaire. Le SPD s’est employé à y mettre un frein dès qu’il a pu.

  • 33 L’Allemagne était représentée par 5 délégués (4 pour l’organisation de l’Allemagne du Sud, 1 pour c (...)

50Il s’agit d’un phénomène international que d’autres partis frères ont déjà connu : la social-démocratie allemande est dans ce domaine plutôt en retard. Encore absent à Amsterdam en 1904, le mouvement de jeunesse socialiste allemand n’apparaîtra sur la scène internationale qu’à l’occasion du Congrès de l’Internationale à Stuttgart en 1907. C’est là que les délégués des organi­sations de jeunesse socialistes de 13 pays33 ont décidé de créer une « Inter­nationale de la jeunesse », de la doter d’un bureau permanent de 5 membres et d’en installer le siège à Vienne. Mais cette Internationale des Jeunes, peu soutenue par les partis membres de la IIe Internationale ne répondra pas à l’attente de ses promoteurs : au terme d’une existence effacée, elle se sabordera en 1914. Lors de la 2e conférence internationale des organisations de jeunesse socialistes à Copenhague en 1910, Karl Liebknecht prit la parole à titre personnel, car le SPD avait refusé d’envoyer des délégués officiels.

  • 34 Sur la carrière étonnante de Willi Münzenberg (1889-1940), qui a commencé à militer dans la jeuness (...)

51Pourtant les contacts internationaux de la jeunesse socialiste n’ont pas cessé. Ils ont permis notamment à certains groupes allemands proches de l’aile gauche de rester en relations avec les organisations de jeunesse d’autres partis socialistes aux positions plus radicales que celles du SPD. Des représentants des organisations de jeunesse socialistes d’Allemagne du Sud ont ainsi participé, en avril 1915, à une conférence internationale des jeunesses socialistes, réunie, à l’initiative des jeunes socialistes suisses (dont le secrétaire était alors Willi Münzenberg)34 à Berne. Cette réunion, à laquelle participèrent aussi deux délégués des bolcheviques russes en exil, préluda ainsi à la conférence de Zimmerwald de la même année et constitua un tournant dans l’histoire de la gauche allemande et dans l’évolution qui mènera à l’éclatement du mouvement ouvrier.

  • 35 Cette lutte s’intensifia considérablement dans la première décennie du xxe siècle notam­ment sous l (...)
  • 36 Trois citations illustrent cette continuité : « Wer die Schule hat, der hat die Zukunft » (F. Stieh (...)
  • 37 Tout le xixe siècle est ainsi jalonné de tentatives répétées et finalement couronnées de suc­cès po (...)
  • 38 Guillaume II dit textuellement : « Schon längere Zeit hat Mich der Gedanke beschäftigt, die Schule (...)

52L’histoire des mouvements de jeunesse socialistes allemands ne s’inscrit pas seulement dans le cadre des conflits internes de la social-démocratie ; elle prend aussi place dans le contexte général de la lutte d’influence que se livraient toutes les forces politiques allemandes auprès de la jeunesse, plus particulièrement de la jeunesse ouvrière35. Ce n’est pas un phénomène nouveau36. Mais alors que pendant la majeure partie du xixe siècle le conflit était circonscrit au domaine scolaire37 et mettait aux prises les autorités civiles avec les autorités religieuses, les États avec les Églises, il s’étend de plus en plus au domaine extra-scolaire vers la fin du siècle. En même temps l’apparition du prolétariat organisé comme une force avec laquelle il fallait compter avait modifié les fronts. La rivalité entre État et Églises s’atténue (du moins en Allemagne) pour faire place à une alliance contre l’ennemi commun, le socialisme, considéré comme une menace contre les structures de la société traditionnelle et contre les valeurs spirituelles sur lesquelles elle se fonde. à plusieurs reprises Guillaume II lui-même avait rappelé cet objec­tif essentiel de toute éducation et notamment de l’école publique : mettre en garde et immuniser la jeunesse contre l’influence des idées socialistes38. Dans le domaine scolaire, où les forces traditionnelles disposaient d’un monopole total, leur action était aisée, tout comme dans cette autre « école du citoyen » que prétendait être l’armée, où les jeunes Allemands appre­naient, en même temps que le maniement des armes, les vertus essentielles du patriotisme, du civisme et de l’obéissance aveugle.

  • 39 L’expression est de Bethmann-Hollweg, qui voyait dans ces « positive Maßnahmen zum Schutz der schul (...)

53Il n’en était pas de même dans le cas des jeunes sortis de l’école, qui risquaient d’être contaminés par les idées socialistes sur les lieux de travail. C’est vers eux que se tournait de plus en plus l’attention des pouvoirs pu­blics. Les initiatives en faveur de la « schulentlassene Jugend » se multi­plièrent au cours des années : suivant une méthode bien connue, elles forment le pendant des mesures répressives que nous avons évoquées ci-dessus. Ces « mesures positives pour protéger la jeunesse d’âge post-scolaire contre des influences hostiles à l’État et à l’armée »39 consistaient principale­ment dans la mise en place et le développement de tout un réseau d’insti­tutions et d’organisations destinées à éviter de laisser la jeunesse abandonnée à elle-même et aux « mauvaises influences ». Il faut mentionner en particu­lier le développement des écoles de perfectionnement pour les apprentis (Fortbildungsschulen) et la mise en place à partir de 1910 du système de la Jugendpflege. Les textes publiés en 1911 prévoient notamment la création, dans les communes, d’une commission pour l’éducation péri- et post-scolaire de la jeunesse (Ausschuß für Jugendpflege). Ces commissions où siègent habituellement des enseignants, des représentants de l’armée, des Églises et de la municipalité, reçoivent leurs instructions, ainsi que du « matériel pédagogique » d’une commission centrale siégeant à Berlin (Zentralausschuss für Jugendpflege) dépendant du ministère de l’Intérieur. Elles ont pour tâche de coordonner et de soutenir moralement et financière­ment (grâce à des fonds publics et privés) l’action des organisations ayant pour objet :

« la formation d’une jeunesse joyeuse, physiquement résistante, moralement saine, animée par le souci du bien commun et par la crainte de Dieu, par l’amour du pays natal et de la patrie.. »,

54et de

  • 40 Cf. « Grundsätze und Ratschläge für Jugendpflege, Anlage zum Erlaß vom 16. Januar 1911 » : in : Unt (...)

« soutenir, compléter et prolonger l’action éducatrice des parents, de l’école et de l’Église, des employeurs et des maîtres d’apprentissage »40.

  • 41 Guillaume II avait même envisagé un moment de créer un mouvement de jeunesse de type pré-militaire, (...)
  • 42 Cf. Gilbert Krebs, Jeunesse et société en Allemagne au début du XXe siècle. thèse. Paris-Sorbonne, (...)

55La Jugendpflege, on le voit, ne cache pas son jeu et annonce clairement son objectif. Comme le réseau des organisations qui correspondaient à ces critères était jugé souvent insuffisant, l’on vit se développer à partir de 1911 de nombreuses associations de jeunesse nouvelles, encouragées et soutenues par les autorités civiles et militaires. Le scoutisme, qui venait d’être introduit en Allemagne profita largement de ce soutien, ainsi que le Jungdeutsch­landbund créé en 1911 par le Generalfeldmarschall von der Goltz avec la bénédiction du ministère de la Guerre41. Bénéficiant de nombreux concours, dotés de matériel d’origine militaire et d’uniformes, organisant des défilés et de grands jeux, souvent sous la conduite de jeunes officiers, ces mouvements constituent un cas extrême et traduisent la militarisation croissante de la société allemande dans les années qui précèdent 1914. Leur succès auprès de la jeunesse fut indéniable, y compris dans les milieux du prolétariat indus­triel. Mais il ne faut pas oublier pour autant le rôle des associations plus traditionnelles : mouvements de jeunesse catholiques, protestants, Turner­jugend, etc., dont les effectifs dépassent de loin ceux des mouvements mili­taristes. Une statistique établie pour l’année 191442 donne environ 100 000 membres pour la jeunesse ouvrière, 192 000 pour le Jungdeutschlandbund et le mouvement des éclaireurs, mais 362 000 pour les associations catholiques, 120 000 pour les mouvements protestants et 500 000 pour les jeunes gymnastes (Turnerjugend). Au total sur les 5 400 000 jeunes Allemands âgés de 14 à 21 ans que compte la population allemande en 1914, environ 1 400 000 sont membres d’une organisation de jeunesse.

  • 43 « Der Kampf der Parteien um die Jugend ». Tel fut aussi le sujet d’une conférence organisée en 1912 (...)

56Replacée dans ce contexte, l’histoire de ces mouvements socialistes et la politique menée à leur égard par le parti et les syndicats sociaux-démocrates s’éclairent d’un jour nouveau. D’une part il ne leur était pas possible de se désintéresser du problème et de rester à l’écart de cette « lutte des partis pour s’emparer de la jeunesse »43. D’autre part, les règles du jeu étaient fonda­mentalement faussées. Non seulement les jeunesses socialistes étaient ex­clues du bénéfice des facilités accordées par l’État (en particulier elles ne pouvaient pas bénéficier des réductions sur les chemins de fer, contrairement aux associations « nationales ») ; mais encore elles devaient faire preuve d’infinies précautions pour ne pas tomber sous le coup de la loi de 1908, pour qui l’endoctrinement patriotique et la propagande militariste n’avaient aucun caractère politique, tandis que la propagation d’idées socialistes et antimilitaristes parmi la jeunesse constituait un délit grave et était passible des tribunaux. Ainsi obligée de louvoyer, la social-démocratie ne pouvait faire autrement que de tempérer le « besoin d’action » de la jeunesse et de mettre un frein à son impatience révolutionnaire.

57Mais cette période du début du xxe siècle voit aussi naître et se déve­lopper en Allemagne ce phénomène de révolte de la jeunesse contre le monde des pères et ses valeurs traditionnelles qu’on appelle habituellement la Jugendbewegung. Eminemment ambigu, ce mouvement de sécession de la jeunesse hors du cadre de la société adulte, cette revendication d’autonomie des jeunes touche d’abord et principalement les enfants de la bourgeoisie, les élèves des lycées et collèges (c’est là que naîtra et s’implantera le mouve­ment Wandervogel) puis, vers 1910-1914, les étudiants des universités, où la Freideutsche Jugend créée en 1913 est comme une résurgence des Burschen­schaften de 1813. Pour de multiples raisons, la jeunesse prolétarienne reste à l’écart de ces mouvements avant 1914. Pourtant une observation plus atten­tive des associations de jeunesse socialistes fait apparaître des indices déno­tant une certaine parenté dans la démarche.

58On découvre un premier point commun dans les circonstances de la naissance de ces mouvements. Le Wandervogel est né de la seule initiative des jeunes lycéens et ses membres ont toujours cherché à garder leur indépendance par rapport aux organisations d’adultes quelles qu’elles soient. Les mouvements de jeunesse socialistes ont certes été créés à l’initiative d’adultes et ont cherché à s’intégrer dans le mouvement ouvrier. Pourtant, en réalité, ils sont nés aussi sous la pression de la base, c’est-à-dire des jeunes eux-mêmes, et non de la volonté du parti ; ils ont affirmé constamment leur volonté d’autonomie et n’ont accepté de rentrer dans le rang que contraints et forcés. Après 1908, les associations indépendantes prirent de plus en plus leurs distances par rapport aux appareils et n’hésitèrent pas à entrer en conflit avec eux le cas échéant.

  • 44 Cf. les récits de Fritz Globig, Erich Lindstaedt et ceux reproduits dans les ouvrages collectifs dé (...)
  • 45 Cf. Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung, op.cit. p. 88.

59C’est également dans ces associations indépendantes que se dévelop­pèrent des activités et des habitudes très proches de celles des groupes de Wandervogel ; réunions au cours desquelles on chante des chansons popu­laires, groupes de danses folkloriques, excursions collectives, acquisition et installation d’un refuge à la campagne44. Ces activités, qui allaient parfois au détriment de l’engagement politique, ont fait dire à certains que les mouve­ments de jeunesse socialistes se sont embourgeoisés45. Il nous semble que la vérité est ailleurs : en développant ainsi une vie collective propre, une sorte de subculture juvénile, les jeunes ouvriers et apprentis n’ont fait que suivre une tendance générale de la jeune génération en Allemagne. Ils ont décou­vert, dans un monde de plus en plus aliénant, un moyen pour se ménager un domaine réservé à la fête et à l’illusion de la liberté.

60Mais contrairement aux jeunes lycéens et étudiants du Wandervogel, ils ne rejetaient pas pour autant les valeurs culturelles et spirituelles du monde des aînés, pas plus qu’ils ne renonçaient aux convictions socialistes de leurs parents. Au contraire, ils les adoptaient avec enthousiasme et étaient prêts à les défendre par tous les moyens. Partisans du « tout et tout de suite », ne comprenant pas les compromis et compromissions des adultes, ils s’oppo­saient à eux non sur les objectifs mais sur les moyens. Leurs divergences ne portaient pas sur des points de théorie, n’étaient pas fondées par des différences dans l’analyse de la théorie marxiste. Elles étaient principale­ment motivées par la différence d’âge et de situation. En face d’eux, lorsque les syndicalistes, à l’occasion de leur congrès de Hambourg, se moquent du « romantisme politique » des jeunes et qualifient de « bavardages enfantins » les campagnes de presse de leur journal Die arbeitende Jugend, ce n’est pas un discours théorique qu’ils utilisent, mais un langage de pères courroucés par l’outrecuidance de leur progéniture.

61La guerre, puis l’éclatement du mouvement ouvrier et les débuts difficiles de la République de Weimar bouleverseront aussi la situation des mouve­ments de jeunesse socialistes. De nouveau groupes apparaîtront, tant dans le sillage du parti communiste que dans celui du parti social-démocrate. La création du parti communiste apportera une solution aux conflits de ten­dances dans la social-démocratie ; le régime démocratique de Weimar sup­primera les obstacles qui entravaient le travail des organisations de jeunesse socialistes. Pourtant les relations entre les mouvements de jeunesse, le parti et les syndicats resteront toujours difficiles et conflictuelles. Elles le sont encore aujourd’hui.

Notes

1 L’« Arbeiter-Turnerbund » fut créé en 1893 par des clubs de gymnastes ouvriers qui estimaient ne plus pouvoir rester au sein de la « Deutsche Turnerschaft », à cause de l’attitude de plus en plus ouvertement antisocialiste adoptée par cette fédération. Par la suite il y eut aussi un « Arbeiter-Radfahrerbund », un « Arbeiter-Schwimmerbund » et un « Arbeiter-Athletenbund ». Ces quatre fédérations sportives ouvrières se regroupèrent en 1912 en une « Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege » afin de pouvoir lutter plus efficacement contre les efforts du « Jungdeutschlandbund ». Dans beaucoup de ces clubs, près de la moitié des adhérents étaient âgés de moins de vingt ans. Cf. Horst Überhorst, Frisch frei stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933. Düsseldorf, Droste Verlag. 1973.

2 Résolution proposée par Rosa Luxemburg. Son intervention au Congrès avait porté sur les thèmes de la paix internationale, du militarisme et des armées permanentes.

3 Cf. Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt der deutschen Arbeiter-Jugendbewegung 1904-1914. Berlin (Ost) Rütten & Loening, 1958 p. 26-29.

4 ibidem, p. 29.

5 Dans une étude récente (Arbeiterjugend 1904-1945. Sozialistische Erziehungsgemeinschaft. politische Organisation, Frankfurt/M. dipa, 1980) Erich Eberts distingue un troisième cou­rant dans les organisations de jeunesse socialistes. Il serait représenté par le « Jugend­bund. Unterabteilung des Fortbildungsvereins für Barnbek, Uhlenhorst und Umgebung ». Refusant le modèle syndical de Berlin comme le modèle politique de Mannheim, ce mou­vement, qui est resté limité à Hambourg et sa banlieue, mettait l’accent sur la « formation continue » des jeunes travailleurs. Des groupes semblables ont existé dans d’autres villes allemandes, mais ils ne se sont jamais fédérés.

6 Ludwig Frank, né en 1674 à Nonnenweiler, après des études brillantes, avait ouvert un cabi­net d’avocat à Mannheim et commencé à militer dans les rangs du SPD. Son ascension fut rapide : conseiller municipal en 1903, député et président du groupe parlementaire social-démocrate au Landtag en 1905, député au Reichstag en 1906, Frank était considéré comme un des plus sûrs espoirs du SPD : il était actif, éloquent, brillant et habile. On le considérait déjà comme le « Kronprinz » du « Kaiser » Bebel. D’autres voyaient en lui un nouveau Lassalle. En 1914, après avoir voté les crédits de guerre. Ludwig Frank estima de son devoir de s’enrôler. Il tomba au front le 3 septembre 1914.

7 Le tirage du journal Die junge Garde finit par atteindre 11 000 exemplaires. En 1908, au moment de sa dissolution, la fédération comptait 85 groupes locaux et environ 4 500 membres. Une statistique de 1907 établit l’âge des adhérents comme suit : moins de 18 ans, 56% ; entre 18 et 20 ans, 29% ; au-dessus de 20 ans, 15%. Les jeunes filles ne représen­taient que 5% des effectifs. D’après Karl Korn, Die Arbeiterjugendbewegung, 1. Teil, Berlin. Arbeiterjugend-Verlag, 1923, p. 90.

8 Ce sera aussi le thème développé par Liebknecht. En luttant contre le militarisme, la gauche du SPD ne prêchait pas le pacifisme et elle refusait les moyens prônés par les anarchistes, comme l’insoumission, le refus d’obéissance, la résistance individuelle. Elle voulait rester dans les limites de la légalité. Cf. Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt. op.cit. p.82-92.

9 Cf Walter Sieger. Das erste Jahrzehnt, op.cit. p.55.

10 « Schutz den jungen Händen gegen die Ausbeutung. — Schutz den jungen Köpfen gegen die Verdummung ». Cité d’après Karl Korn, op.cit. p.77.

11 Cf. Walter Sieger, op.cit. p. 57.

12 Le nouveau nom du mouvement était « Verband junger Arbeiter und Arbeiterinnen Deutschlands (Sitz Mannheim) ».

13 Dans l’organe officiel du SPD Vorwärts du 19 Mai 1906. Cité par W. Sieger, op.cit. p. 51.

14 Depuis 1894, il existait une « Association de jeunes travailleurs » à Vienne. En 1900 elle se réorganisa en « Verband der jugendlichen Arbeiter Österreichs ». Son journal Der jugend­liche Arbeiter avait également des lecteurs et des abonnés en Allemagne.

15 Le journal qui, le premier, ouvrit ses colonnes aux lettres de lecteurs indignés par cette affaire et qui joua un rôle important dans la naissance du mouvement de jeunesse berlinois fut Das Neue Montagsblatt d’Eduard Bernstein.

16 Cf, à ce sujet les souvenirs de Helmut Lehmann dans : Deutschlands junge Garde. Erleb­nisse aus der Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung, Berlin(Ost), Verlag Neues Leben, 1959, pp.8-18.

17 Dès la première réunion du mouvement de jeunesse socialiste à Berlin, en novembre 1904 , le pasteur Stöcker avait délégué un groupe de « Jeunes Gens Chrétiens » pour porter la contradiction et empêcher les adhésions. Cette guérilla devait se poursuivre pendant des années.

18 « Vereinigung der freien Jugendorganisationen Deutschlands ».

19 Pour 1’année 1907, l’association de jeunesse socialiste a vu, en Prusse, 8 de ses réunions interdites et 12 autres réunions interrompues par la police avant la fin. Non seulement les réunions devaient être annoncées et autorisées d’avance, mais le plus souvent un policier y assistait et y mettait fin s’il estimait qu’elle tournait à la réunion politique.

20 Karl Liebknecht, Militarismus und Antimilitarismus unter besonderer Berücksichtigung der internationalen Jugendbewegung. In : K. Liebknecht, Gesammelte Werke und Schrif­ten. Bd.1, Berlin, Dietz, 1958 (première édition : Leipzig. 1907).

21 Les attendus du jugement précisaient : « Die Mittel, durch welche der Angeklagte eine Vor­bereitung zum Hochverrat betätigt hat, sind Jugendorganisationen ». cité d’après Fritz Globig, … aber verbunden sind wir mächtig. Berlin (Ost) Verlag Neues Leben, 1956 p. 53.

22 Par exemple la Deutsche Arbeitgeberzeitung où fut menée, pendant l’hiver 1907-1908, une véritable campagne de presse pour obtenir l’introduction d’une limite d’âge pour l’exercice du droit de réunion. La fédération des associations patronales (« Verein deutscher Arbeit­geberverbände ») adressa une pétition dans le même sens au Reichstag et au Bundesrat.

23 Heinrich Schulz (1872-1932) était le spécialiste des questions d’éducation dans le SPD. Son évolution politique le mènera à l’aile droite du parti. Il défendra le principe de la « neutralité de la jeunesse ».

24 Cf Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt, op.cit. pp.66-67.

25 Ibidem. p.123.

26 Cf. Johannes Schult, Aufbruch einer Jugend. Der Weg der deutschen Arbeiterjugend­bewegung, Bonn, Verlag Schaffende Jugend, 1956, pp.59-60, ainsi que Fritz Globig... aber verbunden sind wir mächtig, op.cit. p. 59.

27 Par exemple, Walter Sieger, Das erste Jahrzehnt, op.cit. p.121 : « Auch an diesem Beispiel zeigt sich der objektive Zusammenhang von Imperialismus und Opportunismus ».

28 D’après Fritz Globig. op.cit. p.72.

29 Cf. Johannes Schult, op.cit. p.72-73.

30 Ibidem, p.106-107.

31 Cf. les incidents qui se sont produits à l’occasion du congrès international des « Associa­tions Chrétiennes de Jeunes Gens » à Elberfeld-Barmen en 1909 relatés dans « Mit Karl Liebknecht in der Stadt an der Wupper », in : Deutschlands junge Garde, op.cit. p. 60.

32 On trouve le récit de ces « aventures » dans tous les livres de souvenirs consacrés aux mouvements de jeunesse, en particulier dans ceux de Johannes Schult et Fritz Globig déjà cités, ainsi que dans les livres suivants : Deutschlands junge Garde. Erlebnisse aus der Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung von den Anfängen bis zum Jahre 1945, Berlin. Verlag Neues Leben, 1959 ; Erich Lindstaedt, Mit uns zieht die Neue Zeit. Berlin, Verlag Schaffende Jugend, 1959 : Arbeiterjugendbewegung in Frankfurt 1904-1945, Giessen, Anabas, 1976 ; Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung 1904-1945, Berlin, Verlag Neues Leben, 1973.

33 L’Allemagne était représentée par 5 délégués (4 pour l’organisation de l’Allemagne du Sud, 1 pour celle du Nord), la Bohême. la Belgique. la Suisse avaient envoyé respecti­vement deux délégués, l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, l’Espagne, la Grande-Bretagne, la Hollande, la Suède et l’Australie un seul. Ces délégués étaient pour la plupart des adultes venant de participer au congrès de l’Internationale socialiste. Le Bureau de l’« Internatio­nale Verbindung sozialistischer Jugendorganisationen » se composait de K. Liebknecht (Allemagne) H. de Man (Belgique). Winarsky (Autriche), G. Möller (Suède], Roland Holst (Hollande). H. de Man nommé secrétaire du Bureau fut remplacé l’année suivante par Danneberg (Vienne). Cf. Richard Schueller, Geschichte der Kommunistischen Jugend­internationale. Bd.1 : Von den Anfängen der proletarischen Jugendbewegung bis zur Gründung der KJI. München, Trikont Verlagskooperative. s.d. [1ère éd. : Berlin. 1929/31].

34 Sur la carrière étonnante de Willi Münzenberg (1889-1940), qui a commencé à militer dans la jeunesse ouvrière à Erfurt. puis en Suisse (1910-1918), qui a ensuite joué un rôle de premier plan, dans les années vingt et trente, comme patron de presse communiste en Alle­magne. avant de trouver la mort dans des circonstances mystérieuses dans l’exil français, cf. la biographie de Babette Gross, Willi Münzenberg. Eine politische Biographie, Stuttgart, DVA, 1967.

35 Cette lutte s’intensifia considérablement dans la première décennie du xxe siècle notam­ment sous l’impulsion de l’Etat-Major, inquiet des progrès de la propagande antimilitariste et de la dégradation de la situation sanitaire de la jeunesse allemande (le pourcentage des jeunes reconnus « bons pour le service » oscillent autour de 55%) en même temps que le risque d’une guerre prochaine devenait de plus en plus perceptible.

36 Trois citations illustrent cette continuité : « Wer die Schule hat, der hat die Zukunft » (F. Stiehl, réorganisateur de l’enseignement en Prusse en 1854) ; « Wer die Jugend hat, besitzt die Zukunft ». (R. Bosse. Ministre des Cultes de Prusse, 1892-1899) ; « Wer die Jugend hat, der hat die Armee »  (K.Liebknecht dans son pamphlet antimilitariste de 1907.

37 Tout le xixe siècle est ainsi jalonné de tentatives répétées et finalement couronnées de suc­cès pour unifier le système éducatif et assurer l’influence prépondérante de l’Etat en matière de programmes et d’inspection des maîtres.

38 Guillaume II dit textuellement : « Schon längere Zeit hat Mich der Gedanke beschäftigt, die Schule in ihren einzelnen Abstufungen nutzbar zu machen, um der Ausbreitung sozia­listischer und kommunistischer Ideen entgegenzuwirken. In erster Linie wird die Schule durch Pflege der Gottesfurcht und der Liebe zum Vaterlande die Grundlage für eine gesunde Auffassung auch der staatlichen und gesellschaftlichen Verhältnisse zu legen haben. Aber ich kann Mich der Erkenntnis nicht verschliessen, daß in einer Zeit, in welcher die sozialdemokratischen Irrtümer und Entstellungen mit vermehrtem Eifer verbreitet werden, die Schule zur Förderung der Erkenntnis dessen, was wahr, was wirklich und was in der Welt möglich ist, erhöhte Anstrengungen zu machen hat. Sie muß bestrebt sein, schon der Jugend die Überzeugung zu verschaffen, daß die Lehren der Sozialdemokratie nicht nur den göttlichen Geboten und der christlichen Sittenlehre widersprechen, sondern in Wirklichkeit unausführbar und in ihren Konsequenzen dem Einzelnen und dem Ganzen gleich verderblich sind ». Wilhelm II, Allerhöchste Ordre an das Staatsministerium, Berlin, l. Mai 1889, in : Verhandlungen über Fragen den höheren Unterrichts, W. Hertz, Berlin, 1891, p.3-4.

39 L’expression est de Bethmann-Hollweg, qui voyait dans ces « positive Maßnahmen zum Schutz der schulentlassenen Jugend gegen staats- und heeresfeindliche EinfIüsse », une des tâches primordiales de ce temps.

40 Cf. « Grundsätze und Ratschläge für Jugendpflege, Anlage zum Erlaß vom 16. Januar 1911 » : in : Unterrichts-Zentralblatt, p. 282.

41 Guillaume II avait même envisagé un moment de créer un mouvement de jeunesse de type pré-militaire, obligatoire pour tous les jeunes Allemands, dont il aurait pris lui-même la tête. Le gouvernement ayant réussi à l’en dissuader et à faire adopter les mesures plus incitatives que coercitives, institutionnalisées en 1911 par le système de la « Jugend­pflege », l’Etat-Major réagit par la création du « Jungdeutschlandbund » qui prit rapidement une influence prédominante dans la « Jugendpflege ». L’adhésion au « Jungdeutschland­bund » resta cependant volontaire. Cf. Helmuth Westphal, Die Politik der herrschenden Klassen zur Militarisierung der deutschen Körperkultur am Vorabend des ersten Welt­krieges, thèse. dact., Potsdam, 1963.

42 Cf. Gilbert Krebs, Jeunesse et société en Allemagne au début du XXe siècle. thèse. Paris-Sorbonne, 1979, p.763.

43 « Der Kampf der Parteien um die Jugend ». Tel fut aussi le sujet d’une conférence organisée en 1912 par la « Deutsche Zentralstelle für Jugendfürsorge », à laquelle partici­pèrent des représentants de toutes les familles spirituelles et politiques, le SPD inclus.

44 Cf. les récits de Fritz Globig, Erich Lindstaedt et ceux reproduits dans les ouvrages collectifs déjà cités, Arbeiter-Jugend in Frankfurt et Deutschlands junge Garde.

45 Cf. Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung, op.cit. p. 88.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr