Version classiqueVersion mobile

La Social-Démocratie dans l'Allemagne impériale

 | 
Joseph Rovan

Courants et controverses

Dimensions doctrinales et politiques du réformisme syndical allemand avant 1914

René Lasserre

Texte intégral

  • 1 August Bringmann (1861‑1920), membre du Comité directeur du Syndicat des charpentiers, rédacteur en (...)

« D’après la théorie marxiste, la lutte est en elle‑même conçue comme une finalité essentielle du mouvement syndical. Mais, pour nous, elle n’est qu’un moyen en vue d’améliorer la condition ouvrière. Ces deux conceptions fondamentalement différentes ne peuvent finalement que conduire à des désaccords. »
August BRINGMANN1, cf. Protokoll der Konferenz der Vertreter der Zentralvorstände (19.‑23. Februar 1906), p. 75

  • 2 Indépendamment de la vision étroitement « politique » dont elles relèvent, c’est, à notre sens, une (...)

1L’analyse du réformisme syndical et de ses dimensions doctrinales est indispensable et essentielle pour apprécier l’évolution de la social-démo­cratie allemande avant 1914. Cette analyse se révèle toutefois assez délicate : en raison même des liens originels qui unissaient les « Syndicats libres » au parti social-démocrate, le réformisme syndical ne put s’exprimer ni d’emblée ni de manière entièrement autonome. L’affirmation progressive et partielle du réformisme syndical et les conditions politiques dans lesquelles les syndi­cats purent développer leur action aux côtés du Parti sont en effet étroite­ment imbriquées et pour tout dire indissociables2. Les syndicats étaient en fait doublement tributaires du Parti. Ils en étaient tributaires doctrinalement, puisque, dans la répartition des rôles qui s’était instaurée entre eux, c’était le Parti qui était l’unique dépositaire de la doctrine. Ils en étaient tributaires politiquement, puisque le contenu et la finalité de leur action dépendaient de la fonction secondaire que leur assignait la doctrine dans la lutte pour le socialisme.

2C’est donc par l’intermédiaire d’une double remise en cause, à la fois doctrinale et politique, que le réformisme syndical réussit progressivement à s’affirmer comme une composante idéologique et politique spécifique au sein de la social-démocratie allemande d’avant 1914. Il fallut, d’une part, qu’intervienne, au sein de la social-démocratie, une revalorisation théorique du statut dévolu à l’action syndicale dans la transition vers le socialisme et, d’autre part, que les syndicats conquièrent leur autonomie politique face au parti social-démocrate.

1. Autonomie organisationnelle et subordination politique du syndicalisme

3L’abrogation de la législation antisocialiste créa dans le mouvement ouvrier une situation entièrement nouvelle puisqu’elle permit que se consti­tue à côté du parti un mouvement syndical organisé sur une base totalement autonome. La présence d’organisations syndicales se donnant explicitement comme but la défense professionnelle des ouvriers amena, par là même, la redéfinition des rapports entre lutte syndicale et lutte politique tels qu’ils avaient prévalu pendant la période d’interdiction. Les décisions initiales prises au Congrès syndical d’Halberstadt en 1892 impliquaient en effet une nouvelle répartition des rôles, jusqu’alors étroitement confondus. En se pro­nonçant pour la constitution exclusive de fédérations centrales et en rejetant l’organisation sur la base locale, de même qu’en créant, avec la Commission générale, une instance de représentation commune, distincte du parti social-démocrate, les syndicalistes avaient dès le départ affirmé sans équivoque leur volonté de séparer clairement la lutte syndicale de la lutte politique.

4L’acceptation du principe de cette séparation ne posa pas, en tant que telle, de problème majeur au sein de la social-démocratie. Le premier Congrès du parti social‑démocrate, qui se tint à Halle en octobre 1890, immédiatement après la levée de l’interdiction, affirma en effet la nécessité de la lutte professionnelle et recommanda, à cette fin, la création d’organi­sations syndicales. Dans une motion adoptée à l’unanimité, le Congrès dési­gnait la grève comme « une arme indispensable de la classe ouvrière » tant à titre défensif que « pour améliorer autant que possible, à l’intérieur de la société bourgeoise, sa condition sociale et politique ». Son usage devait toutefois n’intervenir qu’à bon escient et, à cet égard, le rôle des syndicats apparaissait essentiel. Le Congrès estimait en effet que :

  • 3 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1890, p. 216‑217.

« Pour mener de tels combats, il [était] absolument nécessaire que la classe ouvrière s’organise syndicalement et, autant que possible, en fédérations centralisées... »3

  • 4 Ibid, p. 222.

5Dans une seconde résolution, le congrès invitait tous les camarades du parti à adhérer aux organisations syndicales existantes, et là où il n’en exis­tait pas, à en créer4. Le Parti avait donc lui‑même encouragé la constitution d’un mouvement syndical ayant son organisation propre et reconnu le principe d’une séparation de l’action syndicale et de l’action politique. Lors de la discussion du nouveau programme au Congrès d’Erfurt en octobre 1891, ce choix ne fut d’ailleurs pas remis en cause. Face aux responsables du Parti qu’inquiétaient les progrès réalisés dans l’organisation des syndicats, August Bebel réaffirma la nécessité de la lutte syndicale :

  • 5 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1891, p. 162‑163.

« Tous ceux qui ont l’expérience de la pratique savent que ce serait une atti­tude stupide si le parti ne se souciait pas aussi d’exprimer les doléances et les souffrances quotidiennes de l’ouvrier et s’il n’encourageait pas à porter remède aux maux existants et à l’amélioration de la situation présente »5.

6Mais même si l’utilité des syndicats était désormais reconnue, le Pro­gramme d’Erfurt n’en réaffirma pas moins officiellement le principe de la subordination de la lutte syndicale à la lutte politique et de la prééminence du Parti sur les syndicats dans la lutte pour le socialisme :

« La lutte de la classe ouvrière contre l’exploitation capitaliste est nécessaire­ment une lutte politique. La classe ouvrière ne doit pas mener ses luttes éco­nomiques et ne peut pas développer son organisation économique sans droits politiques. Elle ne peut pas réaliser l’appropriation collective des moyens de production sans être en possession du pouvoir politique.

  • 6 Programme d’Erfurt. Texte dans : Karl Marx, Friedrich Engels, Critique des programmes de Gotha et d (...)

Rendre cette lutte de classe ouvrière consciente et unitaire et lui montrer son but nécessaire, telle est la tâche du parti social-démocrate »6.

7Du côté syndical, c’était également en fonction de la distinction entre le court et le long terme que l’on délimitait les tâches respectives des syndicats et du parti. Dans le troisième numéro du Correspondenzblatt, Carl Legien, le Président de la Commission Générale des Syndicats, écrivait ainsi, en février 1891 :

  • 7 Cf. Correspondenzblatt, 1891, no.3, 7.02.1891.

« La différence entre l’action politique telle que la développe le parti ouvrier et la mission des syndicats tient dans le fait que le premier aspire à une trans­formation de l’organisation sociale existante, alors que les seconds, en raison des limites que nous imposent les lois, situent leurs efforts dans le cadre de la société bourgeoise actuelle »7.

8Cette distinction, qui ressortissait à l’évidence et au bon sens, ne suffisait cependant pas, dans son apparente simplicité, à définir nettement les rapports réciproques de l’action syndicale et de l’action politique et à préciser leur articulation mutuelle dans la lutte pour le socialisme. Or c’était le problème essentiel, car de cette articulation dépendaient à la fois les finalités et le contenu assignés à l’action syndicale et la nature des relations qui devaient s’établir entre les syndicats et le Parti. Cette question allait constituer pen­dant plus de quinze ans un débat central au sein du mouvement socialiste allemand.

9En fait, pour les responsables du Parti, ce problème n’en était pas un. S’ils considéraient l’action syndicale comme nécessaire, ils lui accordaient tout au plus un rôle secondaire par rapport à la lutte politique. En cela, ils ne se référaient même pas à Marx pour qui les syndicats

  • 8 Cf. Karl Marx, Lohn. Preis und Profit, M.E.W. Bd. 16, Berlin (O), 1962, p. 152.

« rendent de grands services en tant qu’organes de rassemblement dans la résistance aux agressions du capital... [mais] manquent totalement à leur objectif dès qu’ils se limitent à guerroyer contre les effets du système existant au lieu de tenter de le transformer, au lieu d’utiliser leurs forces organisées comme levier dans la libération finale de la classe ouvrière, c’est‑à‑dire dans l’abolition définitive du salariat »8.

10Plus que la théorie, c’était l’expérience qui constituait l’élément détermi­nant de l’attitude du Parti. Rien ne semblait justifier une remise en cause de la priorité qu’il avait depuis ses origines accordée à la lutte politique. La situation semblait tout au contraire consacrer cette option fondamentale. Au terme de douze années d’interdiction, le Parti venait de remporter un succès politique considérable et ne cessait d’étendre son audience. À l’inverse, les syndicats étaient frappés de plein fouet par la crise ; leurs défaites succes­sives dans les grèves de l’automne et de l’hiver 1890 furent perçues comme autant de signes d’impuissance ; leur audience refluait et ils semblaient condamnés à péricliter. Les responsables du Parti considéraient cette évolu­tion avec un scepticisme croissant qui allait parfois de pair avec des critiques sans complaisance et une certaine hostilité à l’égard de la Commission géné­rale. Celle-ci était considérée comme quelque peu encombrante et il s’avéra assez rapidement que le Parti n’était disposé à accorder au mouvement syndical qu’un rôle subalterne.

  • 9 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1892, p. 221 et s.

11Cela apparut clairement lorsque les syndicats demandèrent au Parti de contribuer effectivement à leur développement. Pour enrayer leur déclin, Legien proposa en effet à deux reprises au Congrès du Parti une résolution obligeant les adhérents du Parti à s’inscrire également dans les syndicats de leur profession. L’adoption de cette obligation aurait mis les organisations syndicales sur un pied d’égalité avec le Parti, reconnu leur importance poli­tique et consacré de plein droit la dualité organisationnelle du mouvement. La proposition de Legien fut repoussée une première fois par le Congrès de Berlin en 18929 mais fut à nouveau présentée l’année suivante devant le Congrès de Cologne, en octobre 1893. Elle donna lieu cette fois à un débat approfondi qui permit de clarifier pour un temps les rapports entre les deux branches du mouvement ouvrier.

  • 10 Dans une lettre adressée par lui personnellement à Legien peu auparavant, Auer avait sévèrement « é (...)
  • 11 Ibid, p. 183‑184.
  • 12 Ibid., p. 183‑184.

12La discussion fut marquée par un très vif affrontement entre Legien et Ignaz Auer, le secrétaire du Comité directeur du Parti, qui avait quelque temps auparavant dénoncé les « menées séparatistes de la Commission géné­rale »10. Mais, au‑delà du tour parfois déplaisant de la polémique, le Congrès consacra très nettement le « leadership » du Parti. Legien plaida la cause des syndicats et s’efforça de faire ressortir l’importance politique de leur combat. Tout en assurant qu’il n’avait jamais considéré les syndicats comme autre chose qu’un « palliatif dans la société actuelle », il souligna la contribution essentielle qu’ils apportaient à l’éducation des masses. Dans la mesure où ils illustraient, par leur action quotidienne, les antagonismes entre le capital et le travail et parvenaient à mobiliser les ouvriers inorganisés, ils constituaient, selon lui, « le moyen de propagande le plus efficace au service du mouve­ment politique » ; par ailleurs, les sacrifices qu’ils demandaient à leurs mili­tants en faisaient « la meilleure école pour les camarades du Parti »11. Bien qu’il se fût résolument placé dans la perspective du Parti et qu’il eût impli­citement reconnu sa prééminence, Legien ne parvint cependant pas à convaincre les congressistes. Sa motion fut repoussée à une large majorité et il n’obtint rien d’autre qu’une nouvelle déclaration de sympathie en faveur du mouvement syndical12 qui n’était, en fait, qu’une fin de non-recevoir opposée à ce que les dirigeants socialistes considéraient comme une préten­tion démesurée. Du haut de leur autorité et sans la moindre hésitation, les grands ténors prononcèrent en effet sur l’impuissance et l’inutilité du syndi­calisme des sentences qui semblaient alors sans appel. En contradiction flagrante avec le sens réel de l’évolution de la politique et de la législation sociales, Bebel considérait par exemple que l’action syndicale était condam­née à se réduire en peau de chagrin

13Il déclara ainsi devant le congrès :

« En Allemagne, par l’effet des lois ouvrières et principalement des lois d’assurance […], par les dispositions du Code industriel, des domaines importants qui relevaient des attributions des syndicats leur ont été retirés […]. Chaque extension des attributions de l’État rétrécit davantage encore le champ d’activité syndicale ».

14Par ailleurs, il lui semblait que l’évolution du capitalisme rendait le syn­dicalisme superflu parce qu’inopérant :

  • 13 Ibid., p. 201.

« Nous pouvons nous organiser sur le plan syndical autant que nous vou­drons, dès lors que le capital aura universellement conquis un pouvoir égal à celui qu’il détient chez Krupp et Stumm, à l’Union de Dortmund, ou dans les districts métallurgiques et miniers de Rhénanie et de Westphalie, il en sera fini du mouvement syndical, il ne restera plus comme seul remède que le combat politique. Pour des raisons tout à fait naturelles et entièrement claires, les sources de vie des syndicats se tarissent l’une après l’autre »13.

15Dans un discours prononcé au lendemain du congrès de Cologne, Wilhelm Liebknecht, de son côté, dénia au mouvement syndical tout avenir en Allemagne :

  • 14 Cf. Rede des Reichstagsabgeordneten Wilhelm Liebknecht über den Kölner Parteitag mit besonderer Ber (...)

« Comme beaucoup de mes amis je ne crois pas que les organisations syndi­cales parviennent jamais en Allemagne au même degré de développement qu’en Angleterre. Cependant je crois cela parce que je suis convaincu qu’avant que ce degré de développement puisse être atteint, le drapeau rouge de la social-démocratie victorieuse flottera déjà sur la Bastille du capitalisme et sur les citadelles de la bourgeoisie allemande »14.

  • 15 Cf. Internationaler Sozialistischer Arbeiterkongreß, Zürich, 6.‑12.‑ August 1893. Zürich, 1894, p. (...)

16Ces prises de position illustrent l’importance primordiale et déterminante que la social-démocratie allemande accordait alors à la lutte politique et l’insignifiance dans laquelle elle tenait l’action syndicale, En cela, elle occu­pait une place nettement à part au sein du mouvement socialiste international qui, lors du Congrès de l’Internationale socialiste tenu la deuxième année à Zurich, avait placé sur un pied d’égalité le développement des syndicats et la lutte pour le pouvoir politique, considérant que les premiers étaient appelés à constituer l’organisation de base de la société future »15.

  • 16 Cf. G.A. Ritter, Die Arbeiterbewegung in Wilhelminischen Reich. Die Sozialdemokra­tische Partei und (...)

17Cette proclamation de la prééminence du Parti et de l’action politique impliquait aussi une dépréciation a priori de l’action des syndicats et une méconnaissance profonde de sa portée sociale et politique. L’indifférence et le désintérêt16 manifestés à l’égard de l’action syndicale relevaient à l’évi­dence d’un dogmatisme sectaire. Elles avaient cependant le mérite de ne pas lui porter de préjudice réel et de ne pas hypothéquer son développement futur. à cet égard, l’abstention du Parti laissait au mouvement syndical les coudées plus franches que ne l’aurait fait une reconnaissance effective, éven­tuellement assortie d’une tutelle ombrageuse. En fait, la répartition des tâches en fonction de la distinction entre l’action à court et à long terme, laissait au mouvement syndical une grande autonomie dans la poursuite de ses efforts d’organisation et dans son action professionnelle en faveur de l’amélioration de la condition ouvrière. Le primat accordé à la lutte politique était d’ordre théorique. Il n’entraînait pas de soumission politique effective des syndicats au Parti. La définition du syndicat comme école de recru­tement du Parti, considéré comme seul vecteur de l’action révolutionnaire, n’était guère contraignante du point de vue du contenu de l’action syndicale. Elle n’impliquait, en particulier, aucune norme doctrinale permettant d’ap­précier la contribution de l’action syndicale à la transformation de la société et laissait, en fait, le champ libre au réformisme syndical en matière écono­mique et sociale. Soumis à aucun principe, celui-ci tendait à se réduire à un trade-unionisme pur et simple trouvant en lui-même sa propre finalité. Legien ne risquait nullement d’enfreindre l’orthodoxie lorsque, dans son discours sur le droit de coalition, il déclarait devant le Congrès syndical de Francfort en 1899 que l’action des syndicats avait pour objectif essentiel

  • 17 Cf. Protokoll 3. Kongreß 1899, p. 102.

« d’élever dans la société présente la condition des ouvriers, d’améliorer leurs salaires, de réduire la durée de leur travail et par là même d’agir favora­blement sur leur état physique et moral »17.

18Et Legien concluait à l’intention des autorités :

  • 18 Ibid, p. 103.

« Nous, justement, travailleurs syndiqués ne souhaitons pas que l’on en vienne à ce que l’on appelle le grand chambardement (Kladderadatsch) et être obligés de créer des institutions sur les ruines de la société, que celles‑ci soient meilleures ou plus mauvaises que celles d’aujourd’hui. Ce que nous souhaitons, ce sont les conditions d’une évolution tranquille »18.

19De même, von Elm pouvait affirmer rétrospectivement, en 1905, sans risque de démenti :

  • 19 Cf. Adolf von Elm, « Rückblick auf den fünften deutschen Gewerkschaftskongreß » in : Sozialistische (...)

« Je dois contester tout à fait catégoriquement que, dans leurs statuts et leurs déclarations programmatiques, les syndicats aient jamais pris d’engagement quelconque à l’égard du transfert de la propriété privée des moyens de pro­duction de type capitaliste à la propriété collective qui constitue l’objectif final de la social-démocratie. Les syndicats sont des organisations dont le but avoué est d’obtenir les plus grands avantages pour la classe ouvrière dans le cadre de l’état actuellement en vigueur »19.

20C’était là une répartition des tâches qui présentait pour les deux parte­naires d’évidentes commodités au plan de la pratique. Le Parti pouvait se consacrer entièrement à l’action électorale et parlementaire alors que les syndicats pouvaient rester sur le seul terrain économique et s’en remettre au Parti pour la représentation des intérêts ouvriers au plan purement politique.

  • 20 Bebel prêtait foi à la prophétie d’Engels qui, en 1891, croyait pouvoir prédire « mathéma­tiquement (...)

21Ce modus vivendi reposait néanmoins sur des bases fragiles : il se fondait essentiellement sur la conviction de l’effondrement inévitable du capitalisme et de l’imminence de la victoire du socialisme20. Cette conviction n’avait pas incité les chefs socialistes à aller au-delà de la simple distinction entre l’ac­tion immédiate et l’action finale dans la fonction assignée aux syndicats. Dans leur optique, l’action syndicale n’était rien d’autre qu’un remède temporaire : elle ne servait qu’à protéger la classe ouvrière dans la société présente en attendant la victoire prochaine du socialisme. Cependant, le moins que l’on puisse dire, est que cette délimitation résistait assez mal à l’expérience de la pratique.

22Les chefs syndicalistes étaient les premiers à en apercevoir et à en déplorer le caractère artificiel. Dès 1892, Legien remarquait :

  • 21 Cf. Correspondenzblatt, 1892, p. 94.

« Les résolutions des congrès sont peut-être inattaquables du point de vue scientifique, mais elles ne permettent pas de franchir le fossé entre la société actuelle et la société socialiste »21.

  • 22 Tout à fait significatifs de cette orientation essentiellement pragmatique sont les articles-bilans (...)

23Les syndicats ne développèrent cependant aucune réflexion doctrinale sus­ceptible de combler ce fossé et d’établir un lien entre l’action syndicale et la lutte pour le socialisme. Tout en se référant constamment à la lutte des classes, la réflexion et la programmatique syndicales de l’époque se limi­taient à l’analyse concrète des problèmes et à la définition pragmatique des objectifs de l’action immédiate22. En cela, les syndicats s’en tenaient respec­tueusement aux compétences qui leur étaient dévolues : une réflexion qui aille au-delà de l’horizon de l’action présente était du ressort du Parti.

24En dépit de son aspect confortable qui, transitoirement, lui assura une certaine stabilité, ce compromis initial apparut de plus en plus factice au fur et à mesure que l’avènement du socialisme semblait s’éloigner et il fut pro­gressivement remis en cause, tant dans son fondement que dans son contenu. Il ne résista pas aux révisions qu’imposa le démenti apporté à la doctrine par l’évolution des faits. Bien qu’elle l’ait directement concerné, cette remise en cause ne provint cependant pas du syndicalisme lui-même ; il y fut impliqué, mais elle fut provoquée, pour l’essentiel, en dehors de lui. Les deux grands débats qui contribuèrent à cette redéfinition des finalités et des conditions de l’action syndicale la dépassaient largement. Cela est vrai aussi bien pour le débat théorique engagé autour du révisionnisme bernsteinien sur les moda­lités de la transition au socialisme que pour le débat politique sur les moyens de l’action révolutionnaire, en l’occurrence la grève générale et la grève de masse. Chacun de ces deux débats eut néanmoins sur le réformisme syndical une incidence essentielle : le premier lui donna sa justification doctrinale, le second permit d’en fixer durablement les modalités en consacrant l’autono­mie politique du syndicalisme vis-à-vis du parti social-démocrate.

2. L’apport doctrinal du révisionnisme au réformisme syndical

  • 23 Sur la vie et la pensée de Bernstein, on se reportera essentiellement à l’analyse très fouillée qu’ (...)
  • 24 En fait, c’est surtout à l’expérience du syndicalisme britannique, qu’il apprit à connaître de près (...)

25Entre le révisionnisme d’Eduard Bernstein23 et le réformisme syndical allemand, les affinités réciproques sont nombreuses. L’émergence du révi­sionnisme se nourrit largement de l’état d’esprit et de l’expérience du syndi­calisme24. Et, en retour, on relève d’évidentes continuités entre l’aspiration à une démocratisation de l’économie qui commençait à se faire jour autour des années 1900 dans le mouvement syndical et les propos de Bernstein. Néan­moins, Bernstein et le mouvement syndical ne se rencontrèrent jamais vrai­ment, et les rapports entre les idées du théoricien et les préoccupations des syndicalistes sont complexes et difficiles à apprécier. L’influence des thèses bernsteiniennes sur le syndicalisme est cependant essentielle, mais elle est indirecte. Pour diverses raisons, il serait en effet hâtif d’établir entre elles et le réformisme syndical une filiation immédiate.

  • 25 Principalement : Eduard Bernstein : Die Voraussetzungen des Sozialismus und die Auf­gaben der Sozia (...)
  • 26 Cf. Pierre Angel, op. cit., p. 177‑230.
  • 27 C’est ce que font bien ressortir les développements consacrés à Bernstein dans l’ouvrage de Léo Ham (...)
  • 28 Cf. E. Bernstein : Les présupposés du socialisme, op. cit., p. 174.
  • 29 Bernstein n’établit pas la priorité explicite de l’action politique. Cette priorité est néan­moins (...)
  • 30 Ibid., p. 178.

26La première de ces raisons tient dans le fait que la réflexion de Bernstein dépassait largement le cadre du mouvement syndical et de son action. Dans ses écrits25, Bernstein s’est essentiellement préoccupé de mettre en cause, en les confrontant à la réalité de l’évolution, les enseignements du matérialisme historique sur lesquels s’appuyaient le programme et la stratégie politiques de la social-démocratie26. À ce titre, la pensée de Bernstein est plutôt une théorie du réformisme politique que du réformisme syndical. À partir d’une critique des fondements économiques de la théorie marxiste et de leurs implications, Bernstein contesta la nécessité historique de l’effondrement du capitalisme. À celle‑ci il opposa la perspective de l’instauration graduelle du socialisme par l’intermédiaire d’un processus de démocratisation progressive de la société capitaliste. En cela, il est avant tout le précurseur d’un socia­lisme démocratique27. La démocratie est en effet un élément fondamental de la pensée bernsteinienne : « La démocratie est à la fois un moyen et un but. Elle est l’instrument de la conquête du socialisme et la forme même de sa réalisation »28. Elle constitue le ressort essentiel de la transformation orga­nique et pacifique de la société capitaliste à laquelle Bernstein convia la social-démocratie. Dans le processus de démocratisation qui, selon lui, doit conduire au socialisme, le réformisme syndical n’est ainsi qu’un élément parmi d’autres. Avec le développement des coopératives, il vient compléter les différents éléments du réformisme politique (démocratisation des institu­tions, action législative, action municipale), lequel est jugé implicitement29 déterminant puisqu’il « vise à créer les conditions qui permettront un pas­sage pacifique du système actuel à un ordre social meilleur »30.

  • 31 Tout au plus une dizaine de pages, réparties en plusieurs passages, dans l’édition française des Pr (...)
  • 32 Ibid., p. 167‑171.
  • 33 Ibid., p. 168 et 170.
  • 34 Dans la réfutation qu’elle apporte aux thèses de Bernstein dans Soziale Reform oder Revo­lution (18 (...)

27En second lieu, l’approche bernsteinienne du réformisme syndical est limitée et fragmentaire. L’action des syndicats ne fait l’objet que de dévelop­pements assez brefs en comparaison de l’analyse détaillée qu’il fait de celle des coopératives31. Celles‑ci apparaissent comme l’élément majeur du réfor­misme bernsteinien en matière économique en tant que formes de propriété collective et qu’instruments de régulation dans la commercialisation des biens. Mais surtout, les principaux développements que Bernstein consacre au syndicalisme32 relèvent d’une appréciation du contenu et de la portée de l’action syndicale qui est à la fois partielle et hâtive. Pour Bernstein, l’action syndicale, aussi bien sur le plan salarial qu’en matière de réduction de la durée du travail, consiste essentiellement à « empêcher que le taux de profit ne s’accroisse au détriment du taux des salaires » et conduit à « une répar­tition plus équitable du produit du travail »33. Toutefois, l’analyse que fait Bernstein de l’action syndicale ne va guère au-delà de cette fonction régula­trice dans la répartition du revenu, et elle ne montre pas en quoi elle contri­bue, même partiellement, à une transformation socialiste de l’économie34. Bien qu’assez précise, la démonstration de Bernstein tourne court sur ce point et cède immédiatement le pas à une vision plus globale de la portée réformatrice de l’action syndicale qui, pour être audacieuse, ne s’appuie plus alors que sur une série d’affirmations non démontrées. En termes à la fois péremptoires et allusifs, Bernstein écrit en effet :

  • 35 Cf. E. Bernstein : Les présupposés, op. cit., p. 170‑171.

« Les syndicats constituent, en raison de leur position politique et sociale, l’élément démocratique au sein de l’industrie. Ils tendent à briser l’absolu­tisme capitaliste et à permettre à l’ouvrier d’exercer une influence directe sur la gestion industrielle. Certains considèrent qu’on doit lutter pour un pouvoir syndical absolu au sein de l’entreprise, à moins d’abandonner tout principe. D’autres jugent cette revendication utopique et absurde dans une société socialiste. Ils dénient aux syndicats tout rôle économique durable et les consi­dèrent provisoirement comme un moindre mal. En fait, les syndicats ont des tâches importantes à remplir, aussi bien dans le présent que dans l’avenir immédiat. Celles‑ci n’exigent en aucune façon un pouvoir absolu »35.

  • 36 Et notamment à leur célèbre ouvrage : Sydney et Béatrice Webb : Industrial democracy. London, 1897,(...)

28Et, en se référant à Sydney et Béatrice Webb36, il conclut

  • 37 Cf . E. Bernstein, op. cit., p. 171.

« Quelques auteurs anglais ont eu le mérite d’être les premiers à réaliser que les syndicats représentent des organes essentiels de la démocratie et pas seulement des associations éphémères »37 ...

  • 38 Ibid., p. 182.

« D’ores et déjà les grands syndicats et les organismes d’entraide nous montrent le sens de l’évolution. Ils sont dès maintenant presque en mesure de garantir le droit au travail à leurs adhérents en dissuadant les patrons de licencier un ouvrier sans un motif dont ils n’auraient pas eux-mêmes reconnu la gravité, ou en centralisant les offres et les demandes d’emploi. Ce sont là autant d’indices qui, me semble-t-il, nous laissent espérer un aménagement du droit du travail dans un sens démocratique »38.

  • 39 Par « loi de fabrique » (« Fabrikgesetz »), Bernstein entend une loi introduisant une forme de repr (...)
  • 40 Cf. Eduard Bernstein : Zur Theorie und Geschichte des Sozialismus, op. cit., éd. 1904, p. 95.

29Ces affirmations, dont certaines relevaient plus de la spéculation et de l’anticipation que d’une analyse concrète des conditions et de l’action pro­fessionnelle, ne suffisaient manifestement pas à constituer une doctrine du réformisme syndical. Même accolée à cette autre affirmation selon laquelle « une bonne loi de fabrique39 peut renfermer plus de socialisme que le transfert à l’État de tout un groupe d’usines »40, l’idée que l’ouvrier tend à exercer par l’intermédiaire de son syndicat « une influence directe sur la gestion industrielle » constituait tout au plus un jalon dans la définition d’un réformisme syndical centré sur la démocratisation de l’économie. Un tout premier jalon qui se révèle néanmoins – mais a posteriori – d’importance essentielle car il esquissait, à l’état embryonnaire, la perspective cogestion­naire qui ne prendra corps progressivement dans la pratique du syndicalisme allemand et ne s’affirmera que vingt ans plus tard. À l’époque, toutefois, ces idées ont dû être perçues dans le mouvement syndical comme des vues assez abstraites puisque nous n’avons trouvé aucune trace portant témoignage qu’elles aient donné, en tant que telles, matière à examen. Indépendamment d’une évidente clairvoyance sur le sens général de l’évolution de l’action syndical et du droit social, il semble en effet que ce soit moins par leur contenu spécifique que par leur portée politique globale que les écrits de Bernstein aient exercé une influence notable sur le réformisme syndical et contribué indirectement à son affirmation politique.

  • 41 Cf. E. Bernstein : Zur Theorie..., op. cit., p. 95.
  • 42 C’est le titre de la deuxième partie du chapitre IV des Présupposés. Cf. p. 193. Elle porte en exer (...)

30En mettant le doigt sur le problème de la transition vers le socialisme, en dénonçant la faille que la doctrine et la pratique établissaient entre l’action dans la société présente et les conditions de l’avènement de la société future, Bernstein ébranlait l’édifice sur lequel était fondé le statut dévolu à l’action syndicale. En écrivant que, pour lui, « le but final du socialisme n’est rien mais que le mouvement est tout » et que, par là, il fallait entendre « le mou­vement général de la société, c’est‑à‑dire aussi bien le progrès social que l’action et l’organisation politique et économique nécessaires à la réalisation de ce progrès »41, Bernstein redéfinissait complètement l’articulation que le mouvement ouvrier allemand avait jusqu’alors établie entre la lutte politique et la lutte syndicale. En deçà de ces finalités à long terme, l’action politique se voyait désormais assigner des « tâches immédiates »42 alors que, dans leur action, les syndicats se trouvaient d’un coup promus au rang de dépositaires d’une fonction organique de transformation sociale qui en faisait, dans la société présente, les artisans d’une société future. C’est en ce sens, plus que par ses considérations lapidaires sur l’action syndicale proprement dite, que Bernstein apporta une contribution essentielle au réformisme syndical. En délivrant les syndicats des limites étroites du court terme dans lesquelles les avait jusqu’alors enfermées le primat accordé à la lutte politique, Bernstein ouvrait à leur action un horizon beaucoup plus vaste qui leur permettait désormais d’entrevoir une transformation graduelle des rapports de travail.

  • 43 Dans les votes qui suivirent ces trois débats, les principaux dirigeants syndicaux votèrent contre (...)
  • 44 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1901, p. 99 et 187‑188.

31Cette ouverture considérable, opérée dans le champ pratiquement clos où la doctrine s’était évertuée à maintenir les syndicats, avait naturellement des implications politiques réelles, mais imprévisibles, sur les relations avec le Parti. On comprend qu’alors ils n’aient pas cherché à s’engouffrer immédia­tement dans la brèche et se soient gardés d’intervenir trop ouvertement dans le débat sur le révisionnisme. Dans les trois congrès où le Parti débattit des thèses de Bernstein, à Hanovre en 1899, à Lübeck en 1901 et à Dresde en 1903, les responsables syndicaux n’apportèrent en effet au courant révision­niste qu’un soutien formel et très mesuré43. Visiblement les thèses bern­steiniennes plaçaient les responsables syndicaux dans un certain embarras. Au-delà d’une impression globalement favorable, ils considéraient avec un profond scepticisme une démarche qui ne semblait avoir qu’un lointain rap­port avec la réalité sociale concrète dans laquelle ils se débattaient. Tirant la leçon du Congrès de Lübeck où Bernstein, à son retour d’exil, fut formelle­ment désapprouvé44, Legien écrivait par exemple dans le Correspondenz­blatt :

  • 45 Cf. Correspondenzblatt 1901, p. 642.

« Lorsque Bernstein aura retrouvé, après quelques années, le contact direct avec le monde ouvrier allemand, il sera vraisemblablement amené à recon­naître qu’en Allemagne il est en tout premier lieu nécessaire de rassembler toutes nos forces dans le combat contre les offensives de la réaction. Et, s’il participe à ce combat, il fera passer ses idées révisionnistes au second plan »45.

32En fait, cette prise de position – qui constitue la principale des rares inter­ventions de Legien à propos du révisionnisme – illustre et explique le faible écho que rencontraient alors, dans les rangs du mouvement syndical, les per­spectives ouvertes par Bernstein. La voie qu’il montrait aux syndicats était sans doute séduisante mais elle relevait avant tout de la théorie et procédait encore, pour une large part, de l’anticipation. Elle dépassait les limites de ce qui, dans l’action immédiate, leur semblait relever du possible.

33En dépit d’affinités manifestes, la très grande différence de perspectives qui caractérisait le révisionnisme bernsteinien et le réformisme syndical ne permet donc pas d’établir entre eux une filiation directe ; on relève cepen­dant entre l’une et l’autre une convergence politique qui ne s’affirma qu’avec retardement et de manière progressive. Quelle que fut la tiédeur initiale des syndicalistes à l’égard de ses thèses, Bernstein contribua à lever l’hypothèque doctrinale qui pesait sur le réformisme syndical et limitait son champ d’action à la défense des intérêts immédiats de la population ouvrière. Même si les syndicats n’étaient encore que faiblement en mesure de le pro­mouvoir au moment où il formulait ses thèses, Bernstein ouvrit la voie à un réformisme syndical trouvant sa finalité dans la promotion sociale de la classe ouvrière et justifia par avance, au nom du socialisme et de la démo­cratie, une action syndicale qui allait progressivement chercher à dépasser l’action revendicative ponctuelle pour s’assurer des moyens d’intervention et de contrôle sur l’organisation des rapports collectifs de travail.

34Dans l’immédiat cependant, c’est sur le terrain collectif que la conver­gence entre le révisionnisme bernsteinien et le réformisme syndical se concrétisa effectivement. En rejetant officiellement en 1905 le recours à des moyens de lutte insurrectionnels et en imposant vis-à-vis du parti social-démocrate en 1906 le principe de son autonomie dans le choix de ses moyens d’action, le mouvement syndical consacra en effet sa volonté de promouvoir une transformation progressive des rapports sociaux existants.

3. L’affirmation politique du réformisme syndical

35Le problème de l’autonomie politique du mouvement syndical avait été posé une première fois en 1899‑1900 avec la discussion qui s’était engagée à propos de la neutralité politique des syndicats. Mais il s’agissait alors d’un débat assez formel qui touchait plus directement les conditions d’organi­sation que le contenu et les finalités de l’action syndicale. Il fut cependant la première manifestation tangible du désir d’indépendance idéologique du mouvement syndical et de sa distanciation progressive des objectifs politiques finaux de la social-démocratie.

  • 46 Sur les débuts du syndicalisme chrétien, voir principalement : August Erdmann : Die Christliche Arb (...)
  • 47 Sur ce point, voir Max‑Jürgen Koch : Die Bergarbeiterbewegung, op. cit., p. 57‑58 et Otto Hue : Die (...)
  • 48 Il publia notamment sur ce sujet une brochure qui fit l’objet de nombreuses discussions : Otto Hue (...)

36La question fut soulevée par les progrès des syndicats chrétiens qui, en mai 1899, tinrent à Mayence leur premier congrès national. Le syndicalisme chrétien connaissait alors des progrès très rapides dans les régions indus­trielles catholiques et en particulier dans le bassin de la Ruhr ; en 1900, ses différentes organisations rassemblaient environ 110.000 adhérents46. Cette progression inquiétait les responsables des « Syndicats libres » qui redou­taient une concurrence potentielle et les effets de la division syndicale. Ils pensaient alors qu’en affirmant plus nettement la neutralité politique et religieuse des « Syndicats libres » vis‑à‑vis du parti social‑démocrate, ils pourraient favoriser un rapprochement et peut‑être, à terme, un rattachement des syndicats chrétiens. Ce point de vue était principalement défendu par la fédération des mineurs47 qui était fortement concurrencée par le Syndicat des mineurs chrétiens (« Gewerkverein christlicher Bergarbeiter Deutsch­lands »). L’un de ses dirigeants et principal porte-parole, Otto Huë plaidait activement pour une stricte neutralité syndicale48. Cette idée n’était cepen­dant pas partagée par toutes les fédérations syndicales, en particulier par les métallurgistes, les maçons et les ouvriers du bois qui voyaient dans les idées socialistes un facteur important de mobilisation syndicale. Les principaux dirigeants nationaux défendirent néanmoins le principe de la neutralité, mais en termes plus nuancés. Au Congrès de Francfort, Legien déclara par exemple :

  • 49 Cf. Protokoll 3. Kongreß 1899, p. 219.

« En tant que telles, les organisations syndicales allemandes ne sont pas social-démocrates, car elles ne font pas dépendre l’adhésion de leurs nou­veaux membres de leur conviction socialiste ou de leur appartenance au parti social-démocrate. Mais les adhérents des syndicats [...] sont en très grande majorité des membres du parti social-démocrate. On ne voit pas comment il pourrait en être autrement et cela est tout à fait compréhensible. Le parti social-démocrate est le seul parti qui défende énergiquement nos revendica­tions. S’il advenait que se constitue en Allemagne un parti qui s’engage dans le même sens et jouisse de l’influence nécessaire, nous serions alors tout à fait disposés, en tant que syndicat, à négocier avec lui »49.

  • 50 Voir sur ce point l’article de Carl Legien : « Neutralisierung der Gewerkschaften » in : Sozialisti (...)
  • 51 Cf. Adolph von Elm : « Zur Frage der Neutralisierung der Gewerkschaften » in Die Neue Zeit XVIII (2 (...)
  • 52 Cf. La brochure de Karl Kautsky : Politique et syndicats. Paris, 1902, 65 p. Cette édition français (...)
  • 53 « Il est du plus grand intérêt pour les syndicats de se tenir à l’écart du parti politique. Comment (...)
  • 54 C.A. Ritter : Die Arbeiterbewegung, op. cit., p. 172, note 132.

37En fait, les dirigeants adoptèrent une position moyenne. Ils plaidèrent pour une réserve plus marquée des syndicats dans les questions purement politiques, sans pour autant remettre en cause les liens privilégiés qu’ils entretenaient avec le parti social-démocrate50. Néanmoins, ils ne manquèrent pas de souligner que « des prises de position officielles en faveur d’un seul parti risquaient de porter préjudice à la défense des intérêts profession­nels »51. Au sein du Parti ces positions reçurent un accueil mitigé. Les théori­ciens, et en particulier Karl Kautsky, s’élevèrent contre cette atteinte à l’uni­té du mouvement socialiste52. Bebel se rallia cependant à l’idée de la neutra­lité syndicale, considérant qu’elle permettait finalement de gagner plus faci­lement les inorganisés à la cause socialiste53. C’était là une appréciation qui avait le mérite du réalisme : du fait de leur développement, les syndicats ne pouvaient plus s’identifier totalement au Parti. Alors que près de 70 % des membres du Parti étaient syndiqués, seulement 30 % des adhérents des syndicats appartenaient au SPD54. Les espoirs de rapprochement avec les syndicats chrétiens s’évanouirent cependant assez rapidement et la question de la neutralité syndicale perdit de son intérêt. En 1902, au Congrès de Stuttgart, Bömelburg mit un terme définitif au débat en concluant :

  • 55 Cf. Protokoll 4. Kongreß, 1902, p. 104‑105.

« le parti social‑démocrate est le meilleur représentant de la classe ouvrière, cela fait partie du bien commun du mouvement syndical... En Allemagne, le mouvement syndical et la social-démocratie, c’est une seule et même chose » 55.

38Il n’en demeurait pas moins que ce débat avait traduit le nouveau rapport de forces qui s’était établi entre les syndicats et le Parti et révélé chez les premiers un souci d’indépendance croissant dans leur action professionnelle. En réponse à Karl Kautsky, la Commission générale n’avait pas manqué de faire remarquer, à ce sujet, en janvier 1900 :

  • 56 Cf. Correspondenzblatt, 1900, p. 11.

« Même vis‑à‑vis de Karl Kautsky, nous tenons à souligner que nous restons fermement attachés à ce que la tactique des syndicats soit déterminée unique­ment par les décisions des congrès syndicaux »56.

  • 57 Cf. Protokoll des Internationalen Arbeiterkongresses zu Paris, 14‑20 Juli 1889, Nürnberg 1890, p. 1 (...)
  • 58 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1893, p. 170. Ce mot fonda l’aphorisme qui fit par la suite fortune (...)

39Ce souci d’indépendance s’affirma avec beaucoup plus de netteté lorsque le mouvement socialiste allemand eut à se prononcer sur la question de la grève générale. La grève générale, le grand soulèvement spontané des masses contre l’ordre social existant, n’avait pas bonne presse chez les socialistes allemands pour qui la lutte sociale se concevait d’abord en termes d’organisation. Ils considéraient comme absurde l’idée de devoir jeter toutes leurs forces d’un seul coup dans une aventure à l’issue aussi incertaine. Au Congrès de l’Internationale ouvrière, qui s’était tenu en 1899 à Paris, Wilhelm Liebknecht avait déjà souligné57 que la grève générale n’avait aucune chance de succès ; en 1893, au Congrès du Parti à Cologne, il l’avait même qualifiée de « non-sens »58. Lors du Congrès de l’Internationale qui se tint à Paris en 1900, la question de la grève générale fut de nouveau exa­minée à la demande des socialistes français et Carl Legien répondit à Aristide Briand :

  • 59 Cf. Protokoll des Internationalen Sozialistischen Arbeiterkongresses abgehalten in Paris, 23.‑27. S (...)

« Pour la bourgeoisie, une grève générale menée par des masses inorganisées serait une partie de plaisir. En quelques jours, ils [sic] l’auraient écrasée, au besoin par les armes, anéantissant ainsi le travail de plusieurs décennies »59.

  • 60 Cf. Protokoll des Internationalen Sozialistischen Arbeiterkongresses abgehalten in Amster­dam, 14.‑ (...)
  • 61 Voir les articles de Rudolf Hilferding : « Zur Frage des Massenstreiks » in : Die Neue Zeit XXII (1 (...)
  • 62 Pour Bernstein, le recours à la grève politique de masse pouvait se justifier pour protéger ou éten (...)
  • 63 En 1896, le système électoral des trois classes tel qu’il existait en Prusse fut étendu au Royaume (...)
  • 64 Voir principalement la brochure qu’elle publia en 1906 où cette conception trouva son aboutissement (...)

40Dans les années 1900‑1905, cependant, la grève générale devint dans le mouvement ouvrier international un problème politique d’une brûlante actualité. À la suite des grèves générales qui eurent lieu en Belgique, en Suède et en Hollande, le Congrès de l’Internationale qui se tint à Amsterdam en 1904 recommanda, à défaut d’une grève générale qui se révélait impos­sible, le recours éventuel à la grève politique de masse « comme moyen ultime pour provoquer des changements sociaux importants ou s’opposer aux atteintes réactionnaires contre les droits des travailleurs »60. Malgré la cohésion dont fit preuve sa délégation dans les réserves qu’elle exprima au Congrès d’Amsterdam, la social-démocratie allemande vit se développer dans ses rangs une discussion animée sur le problème de la grève politique de masse. L’idée de la grève de masse trouva dans la gauche du Parti une active propagandiste avec Rosa Luxemburg mais également de fermes partisans dans les autres courants, en particulier avec Karl Kautsky et Rudolf Hilferding61 et à droite avec Bernstein62. Les grèves insurrectionnelles qui se produisirent en Russie en 1905, de même que la grande grève des mineurs de la Ruhr, contribuèrent à accélérer cette évolution progressive du SPD en faveur de la grève générale. Par ailleurs, les restrictions successives appor­tées en Allemagne aux modes de scrutin des Landtage63 laissaient planer l’idée d’une menace sur le suffrage universel contre laquelle le Parti se montrait soucieux de se prémunir. Même si le recours à la grève générale comme moyen de lutte révolutionnaire tel que le préconisait Rosa Luxemburg64 était loin d’être accepté dans tout le Parti, il semblait néan­moins que la majorité des militants n’était plus hostile au principe d’une grève générale défensive.

41Mais, alors que le Parti se ralliait progressivement à la grève politique de masse, les syndicats lui restaient fondamentalement hostiles. Dès 1903, au Congrès du Parti, Legien s’était opposé à ce que cette question fût inscrite à l’ordre du jour du prochain congrès. Il rappela le point de vue qu’il avait défendu face à Briand au Congrès de l’Internationale à Paris et ajouta que toute propagande en faveur de la grève de masse était nuisible aux syndicats et finalement démobilisatrice. Il avança même des considérations tout à fait prosaïques. Selon lui, les ouvriers diraient alors :

  • 65 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1903, p. 432‑433.

« A quoi bon payer nos cotisations si, d’un seul coup, nous pouvons renverser complètement la société capitaliste ? »65

  • 66 Cf. Protokoll 5. Kongreß 1905, p. 215.

42Lorsqu’en 1904, il se confirma que le Parti prendrait position lors de son prochain congrès à l’automne 1905, la conférence des directions syndicales centrales des 23 et 24 octobre 1904 décida de mettre la question de la grève générale à l’ordre du jour du Congrès syndical qui, lui, devait se tenir au printemps. En prenant ainsi de court le Parti, les syndicats entendaient faire connaître nettement leur position et sauvegarder par avance leur liberté d’ac­tion dans un domaine qui les intéressait au premier chef66. Le rapport que prononça Theodor Bömelburg au Congrès de Cologne en mai 1905 ne laissa aucune équivoque quant à la position des syndicats :

  • 67 Ibid., p. 221. Karl Kautsky ne manqua pas de faire remarquer que « l’ironie du destin » voulait que (...)

« Dans le mouvement, nous avons à veiller à ce que l’on mette un terme à cette discussion et à ce que l’on se garde de toute solution prématurée. Nous tous savons combien d’efforts il nous a fallu déployer pour faire des syndi­cats ce qu’ils sont devenus. Des sacrifices considérables ont été nécessaires pour amener nos organisations à l’état où elles sont et ce sont encore des sacrifices considérables qu’il faudra accepter pour que nos organisations accèdent à un degré de puissance supérieur. Mais pour continuer à dévelop­per nos organisations nous avons besoin de calme dans le mouvement ouvrier. [...] Contre la réaction il n’y a pas d’arme plus efficace que le déve­loppement et le renforcement des organisations »67.

43La résolution adoptée par le Congrès définissait la position officielle du mouvement syndical en ces termes :

« Le cinquième Congrès des syndicats allemands récuse toutes les tentatives qui, par la propagande en faveur de la grève politique de masse, visent à leur imposer une tactique déterminée...

  • 68 Ibid., p. 30.

Le Congrès rejette toute discussion relative à la grève générale telle que la prônent les anarchistes et autres personnes n’ayant pas la moindre expérience dans le domaine de la lutte sociale. Il tient à dissuader la classe ouvrière de se laisser détourner, par l’adoption et la diffusion de telles idées, de l’action quotidienne en faveur du renforcement de ses organisations »68.

  • 69 Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1905, p. 142. En l’occurrence, la résolution visait le système électoral (...)

44Peu de temps après, au Congrès du SPD qui se tint à Iéna en septembre 1905, le désaccord entre les syndicats et le Parti éclata au grand jour. Malgré la vive opposition des syndicalistes présents au Congrès (en particulier Legien, von Elm, R. Schmidt, Silberschmidt, Bömelburg), le parti social-démocrate se prononça à une très forte majorité (287 voix contre 14) pour le recours à la grève politique de masse en cas d’atteinte au suffrage universel ou au droit de coalition, ou en vue de conquérir de nouveaux droits fonda­mentaux en faveur de la classe ouvrière69.

  • 70 Correspondenzblatt, 1905, p. 636.
  • 71 Cf. H.J. Varain, op. cit., p. 34, et H. Wachenheim : Die Deutsche Arbeiterbewegung 1844 bis 1914, F (...)

45La résolution du Parti fut vivement contestée par les syndicats qui, par la voix de la Commission générale, fit savoir que dans une question où ils ne pouvaient qu’être impliqués directement, « il était absolument exclu que le Parti impose ses décisions aux syndicats »70. Une négociation serrée s’enga­gea entre le Comité directeur du Parti et la Commission générale qui aboutit, en février 1906, à un compromis officieux selon lequel le Comité directeur s’engageait à ne pas prendre l’initiative d’un déclenchement de la grève générale sans en référer à la Commission71. Le compromis fut néanmoins divulgué et la question renvoyée au Congrès de Mannheim en septembre 1906 où l’on parvint à un accord officiel et définitif. L’« accord de Mann­heim » stipulait en effet :

  • 72 Cf. Protokoll SPD‑Parteitag 1906, p. 140.

« Dans toutes les actions qui touchent aux intérêts respectifs des syndicats et du Parti, les directions centrales des deux organisations doivent rechercher un accord afin de parvenir à une attitude et une démarche communes »72.

  • 73 Ibid., p. 140‑141. Voir également le bilan que le Correspondenzblatt du 13.10. 1906 tire du Congrès (...)

46Il reconnaissait également « le caractère indispensable de l’action syndi­cale pour l’amélioration de la condition sociale des ouvriers dans le cadre de la société bourgeoise » et « l’égalité en droit » entre les syndicats et le parti social‑démocrate73.

47Cet accord mettait non seulement un terme à la suprématie du Parti mais consacrait l’autonomie politique du mouvement syndical. Par là‑même, il constituait la base politique durable à partir de laquelle il put désormais développer son action professionnelle en toute indépendance politique et doctrinale.

48Pourtant, dans les années qui suivirent, et jusqu’à la Première Guerre mondiale, cette indépendance ne permit pas aux responsables syndicaux de fixer à leur action des orientations programmatiques allant au‑delà d’objec­tifs immédiats. Le réformisme syndical avait effectivement réussi à s’im­poser politiquement mais se résuma à un pragmatisme multiforme auquel les responsables syndicaux ne cherchèrent pas à donner de perspective sociale d’ensemble. Certains syndicalistes en étaient d’ailleurs conscients. En 1906, un des dirigeants du Syndicat des maçons, Fritz Paeplow, déclarait en effet :

  • 74 Ces paroles furent prononcées au cours de la Conférence des directions syndicales centrales qui se (...)

« Il est vrai que nous n’avons toujours pas de théorie syndicale, que celle-ci doit encore être élaborée de toutes pièces. Cette théorie, nous la créerons, et, bien entendu, nous chercherons à en influencer le Parti »74.

49Ce défi que Paeplow lançait alors aux « idéologues » du Parti resta cependant sans lendemain et l’on chercherait vainement dans les écrits et les discours des dirigeants syndicaux d’avant 1914 l’esquisse d’une doctrine spécifique du réformisme syndical. C’était sans doute là une des plus grandes faiblesses de ces hommes qui étaient avant tout des organisateurs et des gestionnaires. Mais cela n’enlève rien à la continuité et à la cohérence de leur action : dans ses différentes dimensions, celle‑ci s’efforçait, patiemment et méthodiquement, d’assurer aux organisations syndicales une influence effective et diversifiée sur les rapports de travail. C’est dans la pratique, plus que dans la théorie, que s’affirma le réformisme syndical et sa capacité à modifier progressivement les rapports sociaux existants en cherchant à y faire prévaloir plus de dignité, de démocratie et de justice.

Notes

1 August Bringmann (1861‑1920), membre du Comité directeur du Syndicat des charpentiers, rédacteur en chef de Zimmerer, membre de la Commission générale de 1896 à 1902.

2 Indépendamment de la vision étroitement « politique » dont elles relèvent, c’est, à notre sens, une des principales limites des multiples analyses consacrées aux rapports syndicats/ Parti que de ne pas toujours en mettre suffisamment ou correctement en évidence la dimen­sion idéologique. Parmi l’abondante littérature consacrée à ce sujet, nous semble échapper à ce sujet la synthèse rapide de : Hans Josef Steinberg : « Die Entwicklung des Verhält­nisses von Gewerkschaften und Sozialdemokratie bis zum Ausbruch des Ersten Welt­krieges », in H.‑O. Vetter (Hrsg.) : Vom Sozialistengesetz zur Mitbestimmung, Köln, 1975, p. 121‑134 ; à l’inverse, l’ouvrage de Manfred Scharrer : ‑Arbeiterbewegung im Obrig­keitsstaat. SPD und Gewerkschaft nach dem Sozialistengesetz, Berlin, 1976, 127 p., tente de renouveler le sujet mais obscurcit le problème plus qu’il ne l’éclaire. Les dimensions doctrinales et programmatiques du réformisme syndical avant 1914 ont été assez peu étudiées. La présente contribution reprend un chapitre de notre travail : Aux origines du réformisme syndical allemand. Les « Syndicats libres » de 1890 à 1914. Paris, Université de Paris III, Institut d’Allemand, 1979, 354 p. (Thèse de 3e cycle sous la direction de Pierre Bertaux).

3 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1890, p. 216‑217.

4 Ibid, p. 222.

5 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1891, p. 162‑163.

6 Programme d’Erfurt. Texte dans : Karl Marx, Friedrich Engels, Critique des programmes de Gotha et d’Erfurt. Traduit et présenté par émile Bottigelli. Paris, Ed. Sociales, 1966, p.151.

7 Cf. Correspondenzblatt, 1891, no.3, 7.02.1891.

8 Cf. Karl Marx, Lohn. Preis und Profit, M.E.W. Bd. 16, Berlin (O), 1962, p. 152.

9 Cf. Protokoll S.P.D. ‑ Parteitag 1892, p. 221 et s.

10 Dans une lettre adressée par lui personnellement à Legien peu auparavant, Auer avait sévèrement « étrillé » le président de la Commission générale pour son action à sa tête. Legien porte les termes peu amènes de cette correspondance à la connaissance du Congrès. Cf. Protokoll S.P.D.‑ Parteitag 1893, p. 186.

11 Ibid, p. 183‑184.

12 Ibid., p. 183‑184.

13 Ibid., p. 201.

14 Cf. Rede des Reichstagsabgeordneten Wilhelm Liebknecht über den Kölner Parteitag mit besonderer Berücksichtigung der Gewerkschaftsbewegung, gehalten zu Bielefeld am 29. Oktober 1893. Bielefeld, 1893, p. 18.

15 Cf. Internationaler Sozialistischer Arbeiterkongreß, Zürich, 6.‑12.‑ August 1893. Zürich, 1894, p. 50.

16 Cf. G.A. Ritter, Die Arbeiterbewegung in Wilhelminischen Reich. Die Sozialdemokra­tische Partei und die Freien Gewerkschaften 1890‑1900, Berlin‑Dahlem, 1959, p. 125‑127.

17 Cf. Protokoll 3. Kongreß 1899, p. 102.

18 Ibid, p. 103.

19 Cf. Adolf von Elm, « Rückblick auf den fünften deutschen Gewerkschaftskongreß » in : Sozialistische Monatshefte 9. Jg., 1905, Bd. 2, p. 567.

20 Bebel prêtait foi à la prophétie d’Engels qui, en 1891, croyait pouvoir prédire « mathéma­tiquement » l’avènement du socialisme pour la fin du siècle. Cf. Friedrich Engels, « Der Sozialismus in Deutschland », in Die Neue Zeit X(1), 1891/92, p. 582. L’incidence de cette perspective sur l’attitude du Parti à l’égard des syndicats est nettement soulignée pas Hans‑Josef Steinberg, art. cit., p. 128

21 Cf. Correspondenzblatt, 1892, p. 94.

22 Tout à fait significatifs de cette orientation essentiellement pragmatique sont les articles-bilans publiés régulièrement par Carl Legien : « Ziele und Mittel der deutschen Gewerk­schaftsbewegung » in : Sozialistische Monatshefte 4. Jg., 1900 Bd. 1 p. 109‑116 et « Ein Jahrzehnt Gewerkschaftlicher Entwicklung » in : Die Neue Zeit XXIII (1) 1904/1905, p. 36‑44.

23 Sur la vie et la pensée de Bernstein, on se reportera essentiellement à l’analyse très fouillée qu’en donne la thèse de Pierre Angel : Eduard Bernstein et l’évolution du socialisme alle­mand, Paris, 1961, 461 p. et également à l’ouvrage de Peter Gay : Das Dilemma des demo­kratischen Sozialismus. Eduard Bernsteins Auseinandersetzung mit Marx. (The dilemma of democratic socialism), Nürnberg, 1954, 383 p.

24 En fait, c’est surtout à l’expérience du syndicalisme britannique, qu’il apprit à connaître de près pendant son exil en Angleterre, que se réfère Eduard Bernstein. Lors de son séjour à Londres, Bernstein entretint des contacts étroits avec les Webb et la Fabian Society. Sur cette période de la vie de Bernstein, voir Pierre Angel, op. cit., p. 66‑134.

25 Principalement : Eduard Bernstein : Die Voraussetzungen des Sozialismus und die Auf­gaben der Sozialdemokratie, Stuttgart, 1920 (1ère édition 1899), 275 p., les articles de Bernstein initialement parus dans la Neue Zeit en 1895/97 et en 1897/98 et qui déclen­chèrent le débat sur le révisionnisme, ont été repris dans Zur Theorie und Geschichte des Sozialismus. Gesammelte Abhandlungen. Berlin, 1901, 427 p. ; les Voraussetzungen ont été rééditées en 1974 en France (la dernière édition était de 1899 !) aux Éditions du Seuil sous le titre : Les présupposés du socialisme. Traduit de l’allemand par Frédéric Bon et Michel-Antoine Burnier. Paris, 1974, 301 p. C’est à cette édition que renvoient les références que nous faisons aux propos de Bernstein.

26 Cf. Pierre Angel, op. cit., p. 177‑230.

27 C’est ce que font bien ressortir les développements consacrés à Bernstein dans l’ouvrage de Léo Hamon : Socialisme et pluralités. Paris, 1976, p. 139‑161 sous le titre « édouard Bernstein ou le polygone nécessaire du gradualisme » ; voir également le chapitre consacré aux conceptions sociales et politiques de Bernstein dans Pierre Angel, op. cit., p. 231‑262.

28 Cf. E. Bernstein : Les présupposés du socialisme, op. cit., p. 174.

29 Bernstein n’établit pas la priorité explicite de l’action politique. Cette priorité est néan­moins implicite et découle de son propos. C’est bien la révision de l’action politique de la social-démocratie qui est, au départ, sa préoccupation centrale, et c’est à elle qu’il consa­cre – comparativement aux autres types d’action – la part la plus importante des dévelop­pements des Présupposés.

30 Ibid., p. 178.

31 Tout au plus une dizaine de pages, réparties en plusieurs passages, dans l’édition française des Présupposés cf. p. 135, 167‑171, 182, 183, 210 et 218. À l’inverse, les coopératives font l’objet de développements spécifiques cf. p 138‑166 (deuxième partie du chap. IV) et 209‑212.

32 Ibid., p. 167‑171.

33 Ibid., p. 168 et 170.

34 Dans la réfutation qu’elle apporte aux thèses de Bernstein dans Soziale Reform oder Revo­lution (1899), Rosa Luxemburg n’a pas beaucoup de difficulté à mettre en évidence la fra­gilité de la réflexion de Bernstein sur ce point et à montrer que l’influence de l’action syndicale sur la répartition des revenus ne suffit pas, à elle seule, à remettre en cause le mode de production capitaliste. Elle en tire cependant une conclusion inverse mais tout aussi radicale, en comparant l’action syndicale à un « travail de Sisyphe ». Cf. Rosa Luxemburg : Soziale Reform oder Revolution in : Politische Schriften I, Frankfurt /Wien 1972.

35 Cf. E. Bernstein : Les présupposés, op. cit., p. 170‑171.

36 Et notamment à leur célèbre ouvrage : Sydney et Béatrice Webb : Industrial democracy. London, 1897, 2 vol. Regine Bernstein assura la traduction allemande de l’autre grand ouvrage des Webb : The history of Trade Unionism. London, 1894, sous le titre : Die Geschichte des Britischen Trade-Unionismus. Stuttgart, 1895.

37 Cf . E. Bernstein, op. cit., p. 171.

38 Ibid., p. 182.

39 Par « loi de fabrique » (« Fabrikgesetz »), Bernstein entend une loi introduisant une forme de représentation des ouvriers dans l’entreprise. À l’époque, on parlait souvent, par ana­logie avec la représentation parlementaire sur le plan politique, de « fabrique constitu­tionnelle » (« Konstitutionelle Fabrik »). C’est en ces termes que l’on commence à parler en Allemagne de démocratie industrielle. Cf. R. Lasserre : Aux origines du réformisme syndical allemand, op. cit., p. 287‑325.

40 Cf. Eduard Bernstein : Zur Theorie und Geschichte des Sozialismus, op. cit., éd. 1904, p. 95.

41 Cf. E. Bernstein : Zur Theorie..., op. cit., p. 95.

42 C’est le titre de la deuxième partie du chapitre IV des Présupposés. Cf. p. 193. Elle porte en exergue, à l’intention de la social-démocratie, le vers de Schiller dans Marie Stuart : « Qu’elle ose donc paraître ce qu’elle est ».

43 Dans les votes qui suivirent ces trois débats, les principaux dirigeants syndicaux votèrent contre Bernstein ou s’abstinrent. Cf. H.J. Varain : Freie Gewerkschaften, Sozialdemo­kratie und Staat. Die Politik der Generalkommission unter der Führung Carl Legiens 1890‑1920, Düsseldorf, 1956, p. 27‑28.

44 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1901, p. 99 et 187‑188.

45 Cf. Correspondenzblatt 1901, p. 642.

46 Sur les débuts du syndicalisme chrétien, voir principalement : August Erdmann : Die Christliche Arbeiterbewegung in Deutschland, Stuttgart, 1908, p. 426‑505.

47 Sur ce point, voir Max‑Jürgen Koch : Die Bergarbeiterbewegung, op. cit., p. 57‑58 et Otto Hue : Die Bergarbeiter. Historische Darstellung der Bergarbeiter. Verhältnisse von der ältesten bis in die neueste Zeit. Bd. II, Stuttgart, 1913, p. 484‑488.

48 Il publia notamment sur ce sujet une brochure qui fit l’objet de nombreuses discussions : Otto Hue : Neutrale oder parteiische Gewerkschaften, zugleich eine Geschichte der deut­schen Bergarbeiterbewegung. Bochum, 1900, 157 p.

49 Cf. Protokoll 3. Kongreß 1899, p. 219.

50 Voir sur ce point l’article de Carl Legien : « Neutralisierung der Gewerkschaften » in : Sozialistische Monatshefte 4. Jg., 1900, p. 369‑376.

51 Cf. Adolph von Elm : « Zur Frage der Neutralisierung der Gewerkschaften » in Die Neue Zeit XVIII (2) 1899/1900, p. 361.

52 Cf. La brochure de Karl Kautsky : Politique et syndicats. Paris, 1902, 65 p. Cette édition française est une reprise des articles publiés par Kautsky dans Die Neue Zeit XVIII (2) 1899/1900, p. 388‑394, 429‑433, 457‑466, 492‑497, sous le titre « Die Neutralisierung der Gewerkschaften ».

53 « Il est du plus grand intérêt pour les syndicats de se tenir à l’écart du parti politique. Comment veulent‑ils sans cela gagner les ouvriers catholiques ? La politique doit être chassée des syndicats (nombreux signes d’approbation). Le mouvement syndical n’est pas social‑démocrate, il est un mouvement de classe prolétarien (Très bien). » Protokoll S.P.D.-Parteitag 1899, p. 235. Voir également le discours que tint Bebel le 31 mai 1900 à la maison des syndicats de Berlin, publié par la suite en brochure : August Bebel : Gewerk­schaftsbewegung und politische Parteien, Stuttgart, 1900.

54 C.A. Ritter : Die Arbeiterbewegung, op. cit., p. 172, note 132.

55 Cf. Protokoll 4. Kongreß, 1902, p. 104‑105.

56 Cf. Correspondenzblatt, 1900, p. 11.

57 Cf. Protokoll des Internationalen Arbeiterkongresses zu Paris, 14‑20 Juli 1889, Nürnberg 1890, p. 126.

58 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1893, p. 170. Ce mot fonda l’aphorisme qui fit par la suite fortune dans la social‑démocratie allemande : « Grève générale, ineptie générale » (« Generalstreik Generalblödsinn »).

59 Cf. Protokoll des Internationalen Sozialistischen Arbeiterkongresses abgehalten in Paris, 23.‑27. September 1900, p. 32.

60 Cf. Protokoll des Internationalen Sozialistischen Arbeiterkongresses abgehalten in Amster­dam, 14.‑20. August 1904, p. 24‑25 et 30.

61 Voir les articles de Rudolf Hilferding : « Zur Frage des Massenstreiks » in : Die Neue Zeit XXII (1), 1903/04, p. 134‑141 et « Parlementarismus und Massenstreik » Ibid, XXIII (2), 1904/05, p. 800‑814.

62 Pour Bernstein, le recours à la grève politique de masse pouvait se justifier pour protéger ou étendre les droits démocratiques. Cf. E. Bernstein : Der politische Massenstreik und die politische Lage der Sozialdemokratie in Deutschland. Breslau, 1905, 40 p. Sur ce point, voir également Pierre Angel, op. cit., p. 312‑318..

63 En 1896, le système électoral des trois classes tel qu’il existait en Prusse fut étendu au Royaume de Saxe, ce qui permit de chasser les socialistes du Landtag. Les villes hanséa­tiques de Hambourg et Lübeck envisageaient également d’adopter un système électoral restrictif, ce qui donna d’ailleurs lieu à plusieurs manifestations au cours de l’année 1905.

64 Voir principalement la brochure qu’elle publia en 1906 où cette conception trouva son aboutissement : Rosa Luxemburg : Massenstreik, Partei und Gewerkschaften, op. et éd. cit. p. 135‑228.

65 Cf. Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1903, p. 432‑433.

66 Cf. Protokoll 5. Kongreß 1905, p. 215.

67 Ibid., p. 221. Karl Kautsky ne manqua pas de faire remarquer que « l’ironie du destin » voulait que les syndicats allemands proclamassent leur besoin de tranquillité au moment même où des mouvements de grève agitaient toute l’Europe. Cf. Karl Kautsky : « Der Kongreß von Köln » in : Die Neue Zeit XXIII (2), 1904/05, p. 315.

68 Ibid., p. 30.

69 Protokoll S.P.D.‑Parteitag 1905, p. 142. En l’occurrence, la résolution visait le système électoral des trois classes qui était en vigueur en Prusse et en Saxe.

70 Correspondenzblatt, 1905, p. 636.

71 Cf. H.J. Varain, op. cit., p. 34, et H. Wachenheim : Die Deutsche Arbeiterbewegung 1844 bis 1914, Frankfurt a.M./Wien, p. 414.

72 Cf. Protokoll SPD‑Parteitag 1906, p. 140.

73 Ibid., p. 140‑141. Voir également le bilan que le Correspondenzblatt du 13.10. 1906 tire du Congrès de Mannheim, p. 611 et s.

74 Ces paroles furent prononcées au cours de la Conférence des directions syndicales centrales qui se tint en février 1906, quelques jours après la discussion que la Commission générale avait eue avec le Comité directeur du Parti à propos de la grève générale. Cf. Protokoll der Konferenz der Vertreter der Vorstände der Zentralverbände vom 19.‑23. Februar 1906. Berlin, 1906, p. 75.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search