Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

Universités, professeurs et étudiants en Allemagne dans la première moitié du xixe siècle.

Gilbert Krebs

Texte intégral

  • 1 On trouvera chez Heide Thielbeer, Universität und Politik in der Deutschen Revolution von 1848, Bon (...)

1La part prise par les universités dans les événements révolutionnaires de 1848 en Allemagne et en Autriche est bien connue1. Un peu partout on a vu des professeurs et des étudiants au premier rang de ceux qui réclamaient – et parfois tentaient d’obtenir par la force – des transformations de l’État et de la société. Les premiers ont été les principaux porte-parole de la bourgeoisie allemande aspirant à l’unité nationale et à la liberté politique. L’ardeur juvénile des seconds les a souvent portés à rejoindre, dans la rue et sur les barricades, bourgeois et ouvriers aux prises avec les forces de répression. Dans plusieurs villes universitaires, les étudiants, armés et en uniforme, ont constitué des gardes civiques et ont fait régner l’ordre en lieu et place des autorités défaillantes.

2Il faut pourtant éviter deux erreurs dans l’appréciation du rôle politique des membres de la communauté universitaire en 1848. D’une part, cette communauté était loin d’être unanime et reflétait en réalité toute la diversité des opinions qui partageaient la société allemande, depuis le socialisme révolutionnaire jusqu’au conservatisme intégral, en passant par toutes les nuances du libéralisme et du constitutionnalisme. D’autre part, il ne faut pas non plus surestimer l’importance quantitative de cette participation aux luttes politiques : les universitaires n’étaient pas un groupe social très nom­breux (environ 12 000 étudiants et 1 400 enseignants de tous grades vers le milieu du siècle) et de surcroît la majorité d’entre eux ne se sont jamais engagés activement dans la politique. Si, malgré cela, les universités appa­raissent comme un facteur politique important dans l’Allemagne de la pre­mière moitié du xixe siècle, c’est surtout à cause du rôle qu’elles ont joué pendant les décennies qui précédèrent la révolution. Grâce à leur statut privilégié dû surtout à la considération dont elles jouissaient dans l’opinion publique allemande les universités – malgré les contraintes et les contrôles auxquels elles étaient soumises, elles aussi – ont pu demeurer alors les principaux, parfois même les seuls, foyers d’une pensée politique indépen­dante et les sièges de mouvements d’opposition. Dans l’Allemagne de la Restauration et du « système Metternich », les universités étaient restées les gardiennes de la flamme d’espoir qui avait illuminé l’Allemagne pendant un court moment vers 1810-1813, lorsqu’il avait semblé que le sursaut national contre la domination étrangère portait aussi en lui la promesse d’une Alle­magne nouvelle, unie et libre.

  • 2 Un choix des principaux textes de Schelling, Fichte, Schleiermacher, Humboldt et Hegel concernant l (...)

3Les universités allemandes du xixe siècle sont filles de la philosophie idéaliste et de l’esprit de réforme qui imprégnaient les milieux intellectuels allemands ainsi que la haute administration prussienne autour de 1810. La plupart d’entre elles existaient bien auparavant, certaines depuis des siècles déjà, mais aucune n’a pu se soustraire au mouvement de réforme parti de la nouvelle université de Berlin. Progressivement, le modèle berlinois s’est étendu à toutes les universités, d’abord en Prusse, puis dans le reste de l’Allemagne. On a assisté ainsi à un renouveau de tout le système univer­sitaire, concernant moins les structures des institutions ou la pratique de l’enseignement que la conception de la mission de l’université et de son rôle dans l’État et la société2.

4A la fin du xviiie siècle, les universités allemandes étaient très étroite­ment liées aux États territoriaux : elles avaient pour principale fonction de fournir à ceux-ci les fonctionnaires, pasteurs et enseignants dont ils avaient besoin. Certains États, par exemple la Prusse de Frédéric II, n’hésitaient pas à interdire à leurs citoyens, sous peine de sanctions, d’aller étudier dans une « université étrangère », c’est-à-dire, dans ce cas, non prussienne. L’Aufklä­rung, qui a réussi à faire admettre, dans certaines limites, la « libertas sophandi », n’a en revanche rien changé à cet état de choses : la mission des universités se déduisait directement des besoins des États et principautés (petits ou grands) qui les entretenaient.

  • 3 La création d’une université à Berlin avait été envisagée depuis l’accession au trône de Frédéric G (...)
  • 4 Cf. Paulsen, op. cit. p. 251.
  • 5 ibidem, p,250

5C’est donc une nouveauté lorsque Humboldt, dans son argumentation pour persuader le roi de Prusse de créer une nouvelle université à Berlin3, insiste sur le fait que ce devrait être autre chose qu’une Landesuniversität. La nouvelle université de Berlin devrait au contraire manifester aux yeux de toute l’Allemagne que la Prusse, malgré ses grands malheurs, était plus que jamais décidée à occuper la première place en Allemagne dans le domaine de l’esprit et de la culture, qu’elle ne renonçait pas à exercer une influence décisive sur l’évolution intellectuelle et morale de la nation toute entière4. Il semble faire écho aux paroles du roi lui-même, qui avait déclaré que la Prusse devait « remplacer en force spirituelle ce qu’elle avait perdu en force physique »5. Mais la mission que Humboldt assigne à la nouvelle université dépasse ce cadre. Ses rapports avec l’État et la société ne seront plus plate­ment utilitaristes. L’université continuera certes à former les cadres de la nation, mais ce ne sera plus sa fonction essentielle ou unique. Avant d’avoir à tenir compte des besoins immédiats de la collectivité, l’université est au service de la science, de l’esprit, du progrès moral et intellectuel de la nation et de l’humanité. Cette conception idéaliste (dans tous les sens du mot) de la mission de l’université portait en germe bien des conflits : il n’est guère facile de servir ainsi deux maîtres, et les exigences de la vérité ne coïncident pas toujours avec celles de la politique. Ce sera le lot constant des univer­sitaires allemands de devoir choisir entre ces deux loyautés. Il n’en reste pas moins remarquable qu’une telle conception de l’université ait pu être éla­borée et adoptée à un moment où, par exemple, la France impériale suivait une voie totalement opposée, en multipliant les grands établissements spé­cialisés, étroitement liés aux besoins de la société, et en rejetant plus ou moins la pensée indépendante et la recherche désintéressée hors de l’université. L’université « humboldtienne » est bien le produit de l’esprit « réformateur » prussien, visant à réaliser l’idéal d’un Kulturstaat dont le rayonnement dépasserait de loin les limites territoriales et servirait de prin­cipe intégrateur à la nation allemande.

  • 6 Cette inauguration ne donna lieu à aucune manifestation particulière. L’université com­portait 24 c (...)
  • 7 Cf. entre autres, Hans-Werner Prahl, Sozialgeschichte des Hochschulwesens, München : Kösel-Verlag, (...)

6L’université de Berlin ouvrit ses portes à l’automne 18106. Elle servira de modèle pour celle de Breslau (1811) et celle de Bonn (1818) et, par la suite, sera progressivement imitée par tous les États allemands. Le tournant entre le xviiie et le xixe siècle voit le paysage universitaire allemand se modifier profondément. Beaucoup d’universités disparaissent : Wittenberg, Erfurt, Helmstedt, Rinteln, Duisburg, Altdorf, Cologne, Mayence, Trèves, Pader­born, Fulda, Bamberg, Dillingen, Herborn. Beaucoup d’entre elles n’avaient déjà plus guère d’étudiants ; pour d’autres, leur disparition est causée par la suppression de l’État ou de la principauté ecclésiastique qui l’avait créée. Certaines universités sont regroupées ou déplacées : Francfort/Oder rejoin­dra la nouvelle université de Breslau ; Ingolstadt, d’abord déplacée à Landshut, deviendra en 1826 la nouvelle université de Munich. La situation ainsi créée ne se modifiera plus de façon notable avant la deuxième moitié du xxe siècle. Le seul changement important au cours du xixe siècle sera (en dehors de la création de l’université allemande de Strasbourg en 1872) la multiplication des établissements d’enseignement supérieur technique (Tech­nische Hochschulen)7. Plusieurs d’entre eux remontent au début du xixe siècle, mais leur développement est surtout sensible à partir des années soixante et dépasse donc le cadre que nous nous sommes fixé ici.

  • 8 Cité d’après Paulsen, op. cit., p. 267
  • 9 Paulsen (op. cit., p. 267-270) rapporte plusieurs documents révélateurs à cet égard. C’est ainsi qu (...)

7Les nouvelles universités se composent, comme celles du xviiie siècle, de quatre facultés (cinq lorsqu’il y a deux facultés de théologie, une catholique et une protestante) : théologie, droit, médecine et philosophie. Cette dernière regroupe toutes les disciplines relevant de ce qu’on pourrait appeler les sciences fondamentales et la culture générale, entre autres les différentes branches de la philosophie, l’astronomie, les mathématiques, la physique et la chimie, la philologie ancienne et moderne, l’histoire, etc. Traditionnelle­ment, la faculté de philosophie était considérée comme une sorte de propé­deutique devant amener les étudiants à un niveau de culture générale suffi­sant pour entreprendre des études spécialisées, de médecine, de droit ou de théologie. À présent, elle gagne en importance et en prestige, en même temps que ses différentes composantes se développent et se diversifient. Sa première mission est de « donner aux étudiants une formation scientifique générale qui doit être la base de toute formation particulière, ainsi que des connaissances générales indispensables pour l’étude de la théologie, de la jurisprudence et de la médecine »8. On retrouve ici la fonction propédeu­tique, mais approfondie, puisqu’il ne s’agit pas seulement d’acquérir des éléments de culture et des connaissances de base, mais une véritable « for­mation scientifique » fondamentale. Les étudiants de toutes les facultés sont donc invités à suivre les cours de la faculté de philosophie. Mais il ne semble pas, à en juger par les plaintes des professeurs et les rappels à l’ordre des autorités universitaires, que les futurs juristes et médecins (on s’accorde à dire que les théologiens se montraient plus dociles en la matière) se soient pressés aux cours des philosophes et des philologues9. Sans doute esti­maient-ils que l’enseignement qu’ils avaient reçu dans les Gymnasien (eux aussi réformés et prolongés) leur donnait une formation générale suffisante et que d’autre part la masse de savoir spécialisé qu’ils devaient acquérir dans leurs facultés propres ne leur permettait guère de muser.

8À cela il faut ajouter que, dans la pratique, l’enseignement des facultés de philosophie correspondait de moins en moins à cette fonction propédeuti­que : au lieu d’un enseignement de culture générale, on y trouvait, de plus en plus, des cours faits par des spécialistes pour de futurs spécialistes.

  • 10 Fichte : Deducirter Plan einer zu Berlin zu errichtenden höheren Lehranstalt (1807), cité par F. Pa (...)
  • 11 Cf. Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte 1800-1866, Bürgerwelt und starker Staat, München : C. H. (...)

9En effet, la seconde mission que se donnaient les facultés de philosophie, « développer les sciences propres à la faculté et former des spécialistes dans ces sciences », prenait rapidement le pas sur la première. On peut le consta­ter aussi dans l’évolution des formes d’enseignement : aux cours magistraux (publics ou privés, c’est-à-dire payants) s’ajoute le « séminaire », qui prend de plus en plus d’importance. C’est là que se fait le véritable travail scientifique : on n’y transmet pas un savoir fini, on y apprend aux étudiants à « produire de la science » suivant l’exigence de Fichte. Les séminaires seront ainsi des « Pflanzschulen des wissenschaftlichen Verstandes­gebrauchs »10. Les étudiants y préparent sous la direction de leurs profes­seurs des travaux scientifiques, en particulier leurs thèses. De ces pépinières sortiront les grands savants qui illustreront la science allemande au xixe siècle dans tous les domaines11.

10Le séminaire réalise l’exigence fondamentale de la nouvelle université selon Humboldt : l’étroite union entre l’enseignement et la recherche. Ce principe ne sera jamais remis en question ; il reste aujourd’hui encore l’idéal auquel se réfèrent pratiquement tous les systèmes universitaires. Le second principe humboldtien, en revanche, celui de la « liberté d’enseigner et d’ap­prendre » (Lehr- und Lernfreiheit) connaîtra rapidement de sérieuses ava­nies. En tant qu’il était déduit du principe plus général de la liberté d’opinion et d’expression, il suivra forcément le sort que connaîtra dans l’Allemagne de la Restauration ce droit fondamental qu’avaient prôné les philosophes du xviiie siècle, qui avait été inscrit dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et que les armées de la Révolution avaient porté à l’Europe entière. Attaqué, rogné, nié, il fut rapidement remplacé par un système de surveillance et de censure plus ou moins tatillonne suivant les moments et les endroits. En Prusse, paradoxalement, les écrits universitaires échappèrent à la censure plus longtemps que les autres publications. C’est seulement après les décisions de Carlsbad que les universitaires furent soumis pour leurs écrits à la règle commune. Ils virent arriver dans leurs cours des audi­teurs attentifs, notant chaque parole, et découvrirent vite qu’il s’agissait d’informateurs de police chargés de rapporter d’éventuelles déclarations subversives. La première moitié du xixe siècle est ainsi émaillée d’«affaires» où des enseignants sont sanctionnés pour les opinions qu’ils ont professées, soit dans leurs cours, soit dans leurs écrits. Les sanctions pouvaient aller du simple blâme à l’emprisonnement, en passant par la révocation et l’exil.

11Et pourtant les universités restèrent, malgré tout, des refuges de la liberté de pensée et de parole. Cela est dû en grande partie au fait que les autorités hésitaient souvent à sanctionner les professeurs à cause du prestige dont ils jouissaient dans la population (contrairement au journaliste ou à l’écrivain politique) et à cause des désordres qui risquaient de naître d’une sanction prise à l’égard d’un membre de la communauté universitaire. En effet, souvent, les étudiants et les autres professeurs, même s’ils ne partageaient pas les opinions du collègue sanctionné se solidarisaient par esprit de corps. Par ailleurs un professeur révoqué, surtout s’il s’agissait d’un savant de renom, retrouvait généralement un poste dans une autre université alle­mande, car l’appréciation du caractère subversif des opinions politiques variait d’un État à l’autre. Pour ces raisons et aussi à cause de la « circulation des élites » qui se faisait normalement entre les universités allemandes, celles-ci gardaient un statut privilégié. Chacune d’entre elles, prise isolé­ment, était certes étroitement subordonnée aux autorités politiques locales, mais, prises globalement, elles constituaient comme un réseau, une sorte d’institution nationale, avant même que la nation allemande se trouvât unifiée. Elles préfiguraient une Allemagne qui n’existait pas encore.

  • 12 W. von Humboldt, « Sur l’organisation interne et externe des établissements scientifiques supérieur (...)

12Mais le principe de la Lehr- und Lernfreiheit signifiait aussi que chaque professeur déterminait librement les sujets des cours qu’il donnait, que chaque étudiant était libre de suivre les cours qui l’intéressaient et qui lui paraissaient importants. C’est également une conséquence logique de la conception humboldtienne : le professeur ne doit pas se laisser guider, pour le choix de ses sujets de cours, par des considérations utilitaristes, mais uni­quement par des raisons scientifiques ; de son côté, l’étudiant est seul responsable de sa formation (Bildung) ; il doit la poursuivre seul et en toute liberté (in Einsamkeit und Freiheit)12. Moins politique, moins dangereuse par conséquent que la liberté de parole, cette forme de « liberté académique » s’est maintenue plus longtemps

13Pourtant elle a connu, elle aussi, une érosion constante par la multi­plication des Studienordnungen édictées par les universités à la demande des ministères, et par une réglementation de plus en plus précise des conditions d’admission aux emplois publics et aux examens d’État (Staatsexamen). C’est ainsi que s’est établi un équilibre relativement satisfaisant entre les deux fonctions principales de l’université : donner une formation adéquate aux cadres intellectuels et administratifs de la nation tout en restant des établissements scientifiques de haut niveau et en fournissant à une pléiade de grands savants les moyens de poursuivre des recherches très spécialisées.

  • 13 Chiffres d’après H. W. Prahl, op. cit. p. 208-210.

14Les nouvelles universités allemandes n’ont pas connu dans la première moitié du xixe siècle de croissance importante : leur nombre, après avoir diminué considérablement au début du siècle, s’est stabilisé pour de longues décennies autour du chiffre de 20 universités (contre 39 à la fin du xviiie siècle). Le nombre des chaires occupées par des professeurs titulaires (Ordi­narien) a diminué lui aussi, passant de 791 en 1796 à 605 en 186013. En revanche le nombre total d’enseignants augmente, car celui des professeurs non titulaires (Extraordinarien) passe dans le même temps de 141 à 433, tandis que celui des Privatdozenten connaîtra une croissance encore plus importante et passe de 86 à 459. Comme les universités sont moins nom­breuses, le nombre moyen de professeurs par université augmente, de 26 à 73, entre 1796 et 1860. Cette augmentation concerne principalement les non-titulaires : les Ordinarien passent de 20 à 30, les Extraordinarien de 4 à 21 et les Privatdozenten de 2 à 22. Cette dernière catégorie pose un problème tout particulier puisqu’il s’agit d’enseignants « habilités » à donner des cours, mais n’ayant ni poste, ni traitement régulier (seulement les Kolleg­gelder: droits versés par les étudiants qui suivent leurs cours).

15Il ne faut pas perdre de vue, bien entendu, qu’il s’agit là de chiffres globaux et de moyennes : dans les différentes universités les situations pou­vaient être très variables. Il n’en reste pas moins que, d’une manière générale la structure du corps enseignant des universités allemandes s’est modifiée de manière caractéristique. Dans l’université traditionnelle, les magister ou les professeurs formaient une corporation dont tous les membres avaient les mêmes droits et prérogatives ; à présent nous nous trouvons en présence d’une structure hiérarchique dans laquelle une minorité dispose seule de la plénitude des droits et prérogatives et décide pour les autres. En effet, seuls les Ordinarien siègent dans le Conseil qui dirige en principe l’établissement et élit son recteur. Si on ajoute à cela les différences de revenus et de posi­tion sociale, on voit quel abîme s’ouvre entre l’Ordinarius, dont le prestige social égale celui des plus hauts fonctionnaires de l’État et le pauvre Privat­dozent forcé de vivre d’expédients.

16Pourtant, si le pouvoir des professeurs titulaires est absolu lorsqu’il s’agit de juger de la valeur d’une thèse ou de décider d’un programme de recher­che, il l’est en réalité beaucoup moins pour ce qui est de la gestion de leur université. Le Conseil des Ordinarien qui est censé diriger l’université, est tenu par l’État sous une surveillance étroite. Depuis 1819 au plus tard (décisions de Carlsbad), il y a dans chaque université un représentant du gouvernement doté de pleins pouvoirs (Bevollmächtigter) : celui-ci assiste aux délibérations, participe aux décisions et a le dernier mot en matière disciplinaire. Ces mesures de surveillance, auxquelles s’ajoute, dans la majo­rité des cas, la tutelle financière, ont encore été aggravées après 1833 et l’« affaire de Francfort ». Elles sont certes appliquées diversement suivant les États : le grand-duché de Saxe-Weimar, faisant preuve d’un grand libéra­lisme, a laissé vacant pendant de nombreuses années le poste de représentant du gouvernement à l’université d’Iéna ; dans d’autres cas, on a même remar­qué que l’action du « curateur » plénipotentiaire avait été tout à fait positive et avait permis de combattre le conservatisme borné du Conseil des Ordina­rien (c’est ce qu’on dit de Bethmann-Hollweg à Bonn) ; mais le plus souvent cette surveillance était exercée de façon pointilleuse et brutale, surtout lors­que le représentant du gouvernement était un commissaire de police ou le préfet de police lui-même (p. ex. à Göttingen après un « putsch des Privat­dozenten » en 1831 et à Breslau).

  • 14 H. Thielbeer (op. cit. p. 190-191) décrit en détail cette affaire, qui se terminera par un compromi (...)

17Il y eut également, au cours de ces décennies, des tentatives répétées des États pour modifier les statuts des universités afin de limiter les attributions du Conseil. Cette instance jugée trop lourde, manquant de souplesse et de dynamisme, souvent aussi trop peu docile, verra ses compétences réduites dans la plupart des cas. Le Conseil deviendra une assemblée délibérative déléguant la direction de l’université à une commission restreinte, le Sénat, dont les membres seront en partie nommés par l’État. Ainsi le principe de la Ordinarienuniversität, contesté par les non-titulaires, qui réclamaient une part du pouvoir, se trouvait aussi menacé par l’État, autorité de tutelle sou­cieuse de rogner l’autonomie des universités. Il est même arrivé que les deux forces se coalisent, l’État utilisant les revendications des non-titulaires pour imposer aux titulaires une limitation de leurs pouvoirs (p. ex. à Leipzig en 1850)14.

  • 15 En particulier à l’occasion d’une réunion qui regroupa en septembre 1848 à Iéna des représentants d (...)

18La situation conflictuelle créée dans les universités par l’existence d’une catégorie de plus en plus nombreuse d’enseignants qui, tout en ayant pour l’essentiel les mêmes responsabilités que les titulaires, n’en avaient ni les avantages matériels ni les pouvoirs, se traduira, à la faveur des événements de 1848, par un certain nombre d’actions et de revendications présentées de façon plus ou moins énergique15. La multiplication des non-titulaires corres­pond à diverses nécessités. Elle résulte d’une part de la diversification des enseignements : les spécialités et les disciplines nouvelles seront d’abord confiées à des Extraordinarien ; si elles s’imposent, on crée la chaire cor­respondante. Il en est de même des Privatdozenten, qui proposent générale­ment des enseignements très spécialisés en espérant que le succès qu’ils rencontreront auprès des étudiants justifiera leur promotion au rang d’Extra­ordinarius, voire même la création ou l’attribution d’une chaire. L’institu­tion des enseignants non titulaires s’avère de ce fait tout à fait bénéfique pour la diversification des disciplines et le progrès des sciences. Mais en même temps c’est un moyen efficace pour contrôler et discipliner les jeunes enseignants. Ils dépendent des Ordinarien pour tout ce qui concerne les titres universitaires, la Promotion (doctorat) et l’Habilitation (procédure qui s’est instituée progressivement dans la plupart des facultés au cours de la pre­mière moitié du siècle et qui donne la venia legendi, le droit d’enseigner, notamment comme Privatdozent en attendant un poste). Mais pour obtenir un poste, ils dépendent surtout de l’État, qui nomme les professeurs et qui exerce cette prérogative souvent sans suivre les avis de la faculté et en tenant compte autant de critères politiques que de critères scientifiques.

  • 16 Cité par Thielbeer, op. cit., p. 152.

19Cela ne pouvait manquer d’influer aussi sur les comportements politiques de ces enseignants. Si la majorité estimait sans doute que seule une totale soumission et un parfait conformisme politique pouvaient leur apporter rapidement la promotion désirée, d’autres trouvaient dans leur situation une raison de plus pour s’en prendre à un État qui ne savait pas reconnaître leurs mérites. Comme le dit un poème satirique anonyme de l’époque 16

Privatdozent ist krank und bleich
an Hunger und an Durst nur reich
weil ihn nicht zahlen tut der Staat
wird er ein roter Demokrat.

20Ce serait cependant une erreur de ramener le rôle politique des univer­sités à ces considérations personnelles et d’attribuer les actions politiques des enseignants à leurs ambitions déçues. Ce serait oublier que les univer­sités allemandes, pour la première fois dans leur histoire, se trouvent inves­ties en ce début du xixe siècle d’une fonction politique. Dans une Allemagne toujours morcelée, les universités réformées dans l’esprit de 1810 se consi­dèrent plus ou moins comme des institutions « nationales », dépositaires du patrimoine culturel et garantes de l’avenir de la nation allemande. C’est un moment unique dans leur histoire ; il prendra fin avec l’échec de la révo­lution de 1848. Ainsi, s’il est vrai que la majorité des professeurs ne se sont guère engagés dans les controverses et les luttes politiques, préférant vivre exclusivement pour leur recherche et leur enseignement, que d’autres mettaient leur savoir, leur prestige et leur plume au service du pouvoir et combattaient farouchement toute velléité de réforme, il y avait aussi de nombreux professeurs qui se sont fait les porte-parole de toutes les aspi­rations au changement. Dans bien des cas, il s’agissait d’anciens membres des Burschenschaften de 1815-1819 restés fidèles à leur idéal de jeunesse. On les retrouvera, nombreux, au Parlement de Francfort. La dispersion de cette première assemblée nationale allemande marquera aussi la fin du personnage de « professeur politique » dans les universités allemandes.

  • 17 Cf., Franz Schnabel, Deutsche Geschichte im neunzehnten Jahrhundert, 2e éd., Freiburg, Herder, 1949 (...)
  • 18 Karl Theodor Welcker (1790-1869) enseigna successivement à Kiel, Heidelberg, Bonn (1819) et Fribour (...)
  • 19 Georg Gottfried Gervinus (1805-1871). Son œuvre d’historien, en particulier son Histoire de la litt (...)
  • 20 Par exemple K. Th. Welcker, qui publia en 1814 les Kieler Blätter avec F.C. Dahlmann, puis à Fribou (...)

21Le professeur politique17 n’est pas un révolutionnaire. Homme de science et du verbe, il veut convaincre et non contraindre. Après avoir soigneuse­ment analysé les données du problème, il s’adresse à ses concitoyens et aux souverains pour les persuader de procéder aux réformes nécessaires pour que l’Allemagne prenne sa place parmi les nations modernes et pour que la bourgeoisie allemande puisse participer au vaste mouvement d’expansion économique qui est déjà en train de se développer dans les États voisins comme la France et la Grande-Bretagne. Juriste comme K. Th. Welcker, K. W. von Rotteck, K. J. Mittermaier, R. Mohl ou S. Jordan18, il a étudié les constitutions en vigueur dans d’autres pays et y a puisé les éléments du modèle qu’il propose pour l’Allemagne. Historien, comme G. Gervinus, G. Freytag ou F. G. Dahlmann19, il cherche à faire prendre conscience aux Allemands de leur identité nationale, fondée sur un passé prestigieux, notamment sur le plan culturel. Le professeur politique ne se contente cependant pas d’être un homme de cabinet et un enseignant. Il s’adresse au grand public par ses ouvrages20. Lorsqu’il est citoyen d’un des États allemands bénéficiant déjà d’une constitution et d’assemblées représenta­tives, il se fait élire dans le Parlement local et défend ses idées du haut de la tribune. Mais, ce faisant, il s’expose et se trouve souvent en butte à la répression politique : il sera chassé de sa chaire (Rotteck, Wehler, Mohl, etc.), chassé de la ville (J. Grimm, Gervinus, Dahlmann, trois parmi les « Sept de Göttingen ») et parfois même emprisonné (p. ex. S. Jordan). Il trouve cependant presque toujours une compensation à ses malheurs et, en tout cas, il aura le réconfort de constater la solidarité que lui manifeste la communauté universitaire, professeurs et étudiants. Vis-à-vis de l’opinion publique, sa stature ne fait que grandir : aux lauriers du héros s’ajoute l’au­réole du martyr.

  • 21 David Friedrich Strauss (1803-1874). Le scandale provoqué par sa Vie de Jésus (1835) lui ferma défi (...)
  • 22 Arnold Ruge (1802-1880]. Ancien Burschenschafter, emprisonné de 1824 à 1830, Privat­dozent à Halle (...)
  • 23 Le cas de Karl Marx illustre parfaitement cette évolution. Dès la fin de ses études, il se tournera (...)
  • 24 Cf. H. Thielbeer, op. cit. p.163 et suiv.

22Dans les années quarante, on voit un autre type de professeur politique faire son apparition dans les universités allemandes. Pendant les années qui précèdent la révolution de 1848, c’est sur eux que se concentre l’attention du public et des autorités. Ce sont des hommes plus jeunes, qui n’ont pas encore fait beaucoup de chemin dans l’institution universitaire : ils sont Privat­dozent ou, dans le meilleur des cas, Extraordinarius. Par leur âge comme par leur statut social, ils sont proches de leurs étudiants et exercent généralement sur ceux-ci une grande influence. Ils appartiennent à une génération qui n’a pas participé aux guerres de libération et qui n’a pas partagé les illusions de cette époque. On ne retrouve pas chez eux le pathos nationaliste qui carac­térise la génération de 1815. Leurs conceptions sont beaucoup plus radicales, tant en matière politique et sociale qu’en matière philosophique et religieuse. Ils sont prêts à bouleverser l’ordre social et politique tout entier. Cette pen­sée prend sa source chez Hegel, réinterprété par les « hégéliens de gauche » ou « jeunes hégéliens » (le maître lui-même est mort en 1831). Leurs chefs de file sont D. F. Strauss, L. Feuerbach, Bruno Bauer21, Lorenz von Stein, Arnold Ruge22. Ils lisent les Hallesche Jahrbücher, admirent les écrivains de la Jeune Allemagne et les font connaître à leurs étudiants. Cela montre bien d’ailleurs que le centre de gravité de la vie politique et en particulier de l’opposition démocratique est en train de se déplacer au cours des années quarante : il passe des universités aux milieux littéraires et journalistiques23. La révolution de 1848 sera en quelque sorte le chant du cygne des univer­sités allemandes dans le domaine politique. On verra alors les professeurs au Parlement de Francfort, les Privatdozenten aux côtés des étudiants dans les rues ou sur les barricades. Certains d’entre eux joueront un rôle important dans les assemblées où l’on discutera de l’avenir des universités (p. ex. l’assemblée d’Iéna du 21 au 24 septembre 1848, celle de Berlin du 24 septembre au 12 octobre 1849 ou la réunion des Jeunes Hégéliens à Francfort du 27 au 29 août 1848)24.

  • 25 Source : H. W. Prahl, op. cit. p. 370.
  • 26 Source : Preussische Statistik, H, 235 Statistik der Landesuniversitäten für das Studienjahr Ostern (...)

23Au début du xixe siècle, les effectifs d’étudiants fréquentant les univer­sités allemandes ont atteint les chiffres les plus bas enregistrés depuis la Guerre de Trente Ans25. Ils varient entre 5 000 et 6 000 pour les années 1796 à 1810 et tombent même en dessous de 5 000 entre 1811 et 1815 (au début du xviiie siècle il y avait encore près de 9 000 étudiants dans les universités allemandes). Après 1815, cependant, on enregistre une expansion rapide, qui culmine en 1830/31 avec 15 838 étudiants. Elle est suivie d’une régression tout aussi rapide, mais moins ample, puisque dès 1835 les effectifs se stabi­lisent autour de 12 000 environ. Ils resteront à ce niveau jusque dans les an­nées soixante. Ces 12 000 étudiants sont répartis de façon très inégale entre les vingt universités allemandes, mais en aucun cas les effectifs des univer­sités ne dépassent alors 2 000. En 1835, l’université la plus peuplée, celle de Berlin, compte 1 807 étudiants. Elle est suivie de Munich (1 417) et de Leipzig (1 016). Dans toutes les autres universités, les étudiants se comptent par centaines, Rostock devant même se contenter cette année-là de 88 étu­diants. La répartition est inégale suivant les facultés. En 1830/31, sur 1 000 étudiants, 269 sont inscrits en théologie protestante, 114 en théologie catholique, 284 en droit, 148 en médecine et 185 en faculté de philosophie. Entre 1830 et 1860, cette répartition des étudiants subira des modifications. Faibles en amplitude, elles sont néanmoins significatives d’une évolution qui s’amorce alors et qui se poursuivra pendant toute la fin du siècle : baisse relative des effectifs dans les facultés de théologie et de droit, augmentation en médecine et surtout en philosophie. En 1908/09 cette dernière accueille la moitié des étudiants allemands26. La diversification des disciplines qui com­posent la faculté de philosophie est certainement une des raisons de ces glissements, surtout si l’on songe à l’essor considérable que les sciences exactes connurent à cette époque. La seconde raison est a voir dans le déve­loppement de l’enseignement secondaire : de plus en plus, les facultés de philosophie ont pour tâche principale de former ces maîtres, alors qu’au début du xixe siècle ils étaient surtout formés dans les facultés de théologie.

  • 27 CF. H. W. Prahl, op, cit. p. 277 et suiv., ainsi que : Peter Lundgreen, Sozialgeschichte der deutsc (...)
  • 28 Selon H. Thielbeer, op. cit., p.240. il y avait au xviiie siècle dans les universités alle­mandes. (...)

24On ne possède pas de chiffres très précis et très sûrs quant à l’origine sociale des étudiants au début du siècle.27 Elles montrent cependant que l’accès aux universités devient au xixe siècle de plus en plus un privilège réservé à l’aristocratie et à la bourgeoisie : la généralisation de l’exigence du baccalauréat, qui nécessitait des études secondaires longues et coûteuses au Gymnasium a été sans doute à cet égard un moyen beaucoup plus efficace que les « Edicte wider die Studiersucht der niederen Classen » pris au xviiie siècle28. Les réformateurs de l’université avaient certes souhaité que celle-ci fût ouverte aux « talents de toutes les couches et classes ». Mais cela est resté dans une très large mesure un vœu pieux. Les chiffres montrent que plus de la moitié des étudiants étaient issus vers 1845 de familles d’Akade­miker, c’est-à-dire que les pères de ces étudiants avaient eux-mêmes fait des études supérieures et occupaient des positions sociales élevées. L’autre moitié des étudiants était issue, pour près de 30% de la bourgeoisie aisée (Besitzbürger) et pour moins de 20% des classes moyennes (Mittelstand), c’est-à-dire de familles d’artisans, de fonctionnaires subalternes, de petits commerçants, etc. Les études universitaires jouent bien un rôle de promotion sociale, mais il est essentiellement limité à la bourgeoisie : elles permettent aux enfants issus de cette classe de progresser dans la hiérarchie sociale et même, dans une certaine mesure, de concurrencer la noblesse pour l’accès aux positions dirigeantes dans l’État et la société. La réglementation de plus en plus stricte des examens donnant accès aux emplois publics constitue sans aucun doute un élément d’égalisation des chances... pour ceux qui ont la chance d’accéder à l’université. Seules les facultés de théologie et, dans une proportion moindre, les facultés de philosophie permettent à un petit nombre d’enfants des couches populaires de sortir de leur condition et de faire une carrière dans l’enseignement ou dans le clergé. Ce sont là typiquement des métiers « plate-forme » pour l’ascension sociale : la seconde génération pourra ensuite prétendre aux plus hautes destinées. C’est dans les facultés de droit en revanche que la sélection sociale est la plus rigoureuse : les caté­gories sociales supérieures (Akademiker et Besitzbürger) y sont sur-repré­sentées par rapport à la moyenne des étudiants. Ce recrutement social des étudiants n’a guère varié au cours de la première moitié du xixe siècle. La période de stagnation des effectifs, qui a duré de 1830 à 1860 environ, a même accentué le caractère sélectif de l’accès à l’enseignement supérieur. C’est seulement vers la fin du siècle que les effectifs ont connu une crois­sance importante, plus forte que la croissance de la population. Parallèlement on verra augmenter la proportion d’étudiants originaires du « nouveau Mittelstand », c’est-à-dire de cette classe des techniciens et des employés, de plus en plus nombreuse dans une société en voie d’industrialisation rapide.

  • 29 Chiffres d’après H. Thielbeer, op. cit. p.15 et P. Lundgreen, op. cit., p.107.
  • 30 CF. H. Thielbeer, op. cit. p. 30.
  • 31 Nous ne nous attarderons pas sur la description de la vie estudiantine, qui a fait l’objet de nombr (...)

25Dans les décennies qui précèdent la révolution de 1848, les étudiants représentent au total une population peu nombreuse : en moyenne environ 0,025% de la population totale (soit 25 étudiants pour 100 000 habitants)29. Mais si l’on veut apprécier le statut social de ce groupe et l’importance du rôle qu’il a pu jouer dans les phénomènes de prise de conscience politique ou même dans les actions politiques concrètes, il ne faut pas se référer à ce chiffre abstrait. Il ne rend pas compte de la place réelle que le groupe social des étudiants a tenue dans son environnement social. En effet, la plupart des universités étaient situées dans des villes de moins de 30 000 habitants, cer­taines même dans de petites villes de moins de 8 000 habitants (p. ex. Iéna ou Göttingen). De ce fait, la population étudiante constituait souvent un pourcentage relativement important de la population locale : jusqu’à 12% (Göttingen) et souvent autour de 5% (Bonn, Heidelberg, Giessen, Iéna)30. Ajoutons que les étudiants, malgré la mauvaise réputation que leur valaient leurs mœurs et leur morgue, jouissaient néanmoins d’un certain prestige social. D’une part, ils bénéficiaient de la considération dans laquelle était tenue l’institution universitaire dans son ensemble : ils étaient des « citoyens académiques », des « fils des muses »31, avec un statut particulier et des privilèges hérités du moyen âge. D’autre part, c’était en grande majorité des fils de bonne famille, de « jeunes messieurs ». Ces privilégiés du savoir et de la naissance se sentaient donc tout spécialement appelés à jouer un rôle déterminant dans la vie de la cité.

  • 32 L’histoire des associations d’étudiants a été abondamment étudiée en Allemagne. Citons deux « class (...)

26La vie associative a toujours été très active parmi les étudiants allemands et c’est surtout à travers leurs différentes associations qu’ils ont joué un rôle politique32. Il n’est pas aisé de donner un tableau d’ensemble de ces asso­ciations : c’était un domaine extrêmement complexe où la situation variait d’un État à l’autre, d’une université à l’autre. Parfois les associations chan­geaient de nom sans changer de nature ; de même on trouvait sous le même nom des associations de nature différente, suivant le moment ou suivant l’université. Enfin le jeu des scissions et des regroupements ne connaissait guère de répit. À la fin du xviiie siècle, le déclin des universités allemandes n’avait pas seulement eu des effets fâcheux sur la qualité de l’enseignement et sur les effectifs d’étudiants : il était tout aussi sensible dans la dégradation des mœurs estudiantines. Nombreux furent les textes de l’époque qui fusti­geaient ou raillaient la vie dissolue, la grossièreté, les habitudes d’intem­pérance, le mépris du bourgeois, du « philistin », par quoi se distinguaient les étudiants. Plus que dans les salles de cours, leur vie se concentrait dans les auberges et autres lieux de réunion des diverses associations. Encore convient-il de faire une distinction entre les Orden et les Landsmann­schaften. Les premiers étaient des associations relativement policées. De création assez récente, elles portaient l’empreinte de la franc-maçonnerie, tant dans leurs rituels que dans leur idéologie, d’inspiration rationaliste et universaliste. Elles ne devaient d’ailleurs pas survivre aux bouleversements du tournant du siècle. De toute manière, c’étaient les Landsmannschaften qui tenaient, au propre comme au figuré, le haut du pavé dans la quasi totalité des universités allemandes. Héritières des « nations » qui regroupaient les étudiants dans les universités du moyen âge, elles avaient maintenu le prin­cipe de territorialité. Cela se traduisait aussi dans les noms qu’elles se donnaient, Franconia, Borussia, Saxonia, etc. Avec leurs uniformes colorés, leurs épées, leur jargon et leur rituel (le Komment) et leur code de l’honneur dérisoire et archaïque, aux conséquences parfois tragiques lorsqu’un duel tournait mal, ces associations dominaient la vie estudiantine et parfois même marquaient de leur empreinte la vie quotidienne dans les petites villes universitaires.

  • 33 Notamment sous l’impulsion de Fichte. Devenu plus tard recteur de l’université de Berlin il y pours (...)

27Les malheurs de la patrie et le vent de réforme qui s’est mis à souffler en Allemagne dans la première décennie du xixe siècle ont également remis à l’ordre du jour la question de la réforme des mœurs estudiantines33. Aux motivations morales venaient se joindre des considérations nationales. En effet, les Landsmannschaften ne reflétaient-elles pas, sous une forme carica­turale, le morcellement de l’Allemagne et un particularisme qu’il s’agissait précisément de dépasser ? On assista d’abord à des tentatives pour regrouper les Landsmannschaften d’une même université. Les délégués des différentes associations réunis en Senioren-Convent pouvaient ainsi parler au nom de tous les étudiants d’une université, en dépassant les rivalités et les affronte­ments traditionnels entre groupes. Ces derniers gardèrent cependant leur autonomie et ne changèrent rien à leurs principes et leurs comportements. C’est seulement au moment des guerres de libération que les objectifs des réformateurs, en particulier leur volonté de substituer au patriotisme terri­torial un patriotisme national, semblèrent trouver un écho parmi les étu­diants : leur participation massive aux campagnes contre Napoléon avait certainement contribué à leur faire prendre conscience du destin national de l’Allemagne et de leur responsabilité en la matière.

  • 34 Cité d’après F. Schnabel, op. cit.,, t. 2, p. 240.
  • 35 Lors de l’assemblée constitutive de l’Allgemeine deutsche Burschenschaft, un porte-parole des étudi (...)

28Ils entendirent alors les appels lancés par E. M. Arndt qui, en 1814-1815, proposa la création de sociétés à la fois patriotiques et morales, les Deutsche Gesellschaften, dont le principal objectif devait être de maintenir intacte la flamme idéaliste des années du soulèvement et d’œuvrer pour la réalisation d’une Allemagne nouvelle. L’idée fut reprise notamment par une association estudiantine de Heidelberg, la « Teutonia ». Mais le principal artisan de la réforme des associations d’étudiants fut F. L. Jahn. Dès 1811, celui-ci avait soumis à Fichte, alors premier recteur de l’université de Berlin, son projet de création d’un nouveau type d’association, qu’il appelait Burschenschaft et qui devait réunir tous les étudiants d’une université : « Die gesamte Bur­schenschaft jeder höheren Schule macht ein Ganzes aus, ein freies Gemein­wesen freier Leute »34. Jahn ne fut pas entendu tout de suite : c’est seulement au retour des campagnes de 1813-1814 que l’idée prit corps. D’abord à Halle, où l’expérience tourna court, puis à Iéna, où fut créée le 12 juin 1815 la première véritable Burschenschaft, après que les Landsmannschaften existantes se furent sabordées. Il apparaissait clairement dans les statuts de la Burschenschaft, que l’unification des associations d’étudiants était conçue comme un prélude à l’unification de la patrie. Elle se donna comme devise : Honneur, Liberté, Patrie et adopta les couleurs rouge et noir, auxquelles viendra se joindre bientôt l’or. Ces trois couleurs Noir-Rouge-Or, où l’on voulait voir les couleurs de l’ancien Empire, seront le signe de ralliement de toutes les Burschenschaften, avant de devenir l’emblème de toutes les aspi­rations démocratiques en Allemagne35.

29Très rapidement des Burschenschaften se constituèrent sur le même modèle dans d’autres universités allemandes, mais non dans toutes. Il faut remarquer aussi qu’à part Iéna, seule l’université d’Erlangen a vu les Lands­mannschaften traditionnelles se dissoudre pour rejoindre en bloc la nouvelle association. Partout ailleurs les Burschenschaften se trouvaient donc être une association parmi d’autres, ayant certes pour vocation d’accueillir tous les étudiants, mais obligée de les disputer aux associations rivales. Placées en situation de concurrence, les Burschenschaften ont été amenées à accentuer ce qui les distinguait des autres. Étant donné que l’Allemagne nouvelle et unie qu’ils appelaient de leurs vœux devait prendre les traits de l’Allemagne d’antan et retrouver la gloire perdue du Saint-Empire, les membres de la Burschenschaft manifestaient cette référence au passé (notamment au passé médiéval, remis au goût du jour par le romantisme) dans leur habillement altdeutsch et même leur coupe de cheveux. C’est également pour retrouver la pureté des mœurs des anciens qu’ils combattaient les mœurs dissolues des associations traditionnelles. Enfin ils veillaient à donner à leurs associations des noms rappelant l’unité de la nation et son passé glorieux : Arminia, Ger­mania, Teutonia.

30L’unification des associations d’étudiants d’une même université était la première étape ; elle devait être suivie de l’unification des associations sur le plan national. Ce fut un des objectifs du rassemblement qui réunit 468 membres des Burschenschaften, les 18 et 19 octobre 1817 à Eisenach et à la Wartburg. Le prétexte était la célébration du 300e anniversaire de la Réforme et du 4e anniversaire de la bataille de Leipzig : amalgame curieux, mais tout à fait caractéristique, entre un patriotisme d’essence religieuse et culturelle et un patriotisme guerrier ; entre le « libérateur des esprits », Luther, et le libé­rateur du territoire, Blücher. L’ambiguïté caractérisait aussi la manifestation elle-même. Tandis que les festivités de la journée avaient nettement un caractère religieux avec prières, cantiques et discours, dans la soirée, à l’issue d’une retraite aux flambeaux, la politique fit son apparition : un petit groupe d’étudiants livra aux flammes des symboles de la réaction et quelques livres d’auteurs réactionnaires. Ce fut une situation qu’on retrou­vera souvent dans l’histoire des associations estudiantines allemandes au début du xixe siècle : une majorité se contentait de rêver à une Allemagne rénovée, différente de celle qui était née des maquignonnages de Vienne ; seule une minorité était prête à passer à l’action et à manifester ouvertement son opposition au système de la Restauration.

  • 36 Ces mots, de F. von Gentz, sont cités d’après F. Schnabel, op. cit., t. 2, p. 247.
  • 37 Jugement du prince Wittgenstein, ministre prussien de la police, cité par F. Schnabel, op. cit., t. (...)

31Mais il est vrai que, dans l’opinion publique et dans les chancelleries, on ne s’embarrassait pas de ces nuances. Tandis que, d’un côté, la presse libé­rale célébrait la Burschenschaft et la manifestation de la Wartburg comme l’annonce d’un grand mouvement politique, de l’autre côté, les autorités étaient saisies d’effroi et renforcèrent leur surveillance autour de ces associa­tions. Depuis le début, elles étaient suspectes. On observait avec inquiétude ces « personnages grotesques et repoussants, en habits vieux-allemands sales, allant quérir de fausses vérités auprès de leurs professeurs infâmes »36, et on les accusait de vouloir « tuer le véritable amour de la patrie au nom d’une Allemagne une et indivisible », de chercher à « faire disparaître les différents États allemands en les plongeant dans un chaos révolutionnaire »37. Des incidents comme ceux de la Wartburg ne pouvaient que renforcer ces craintes, et déjà les chancelleries se concertaient. Mais le moment de la répression n’était pas encore venu. Un an plus tard, du 16 au 18 octobre 1818, des représentants des différentes Burschenschaften purent se réunir à Iéna pour fonder la Allgemeine Deutsche Burschenschaft, organisation uni­taire groupant des étudiants de toutes les universités allemandes. Plus que par ses conséquences concrètes, ce geste était important par sa signification politique : c’était un défi ouvert au système Metternich. L’événement décisif qui permit à ce dernier de passer à l’action et d’obtenir des principaux membres de la Confédération qu’ils acceptassent de réprimer vigoureuse­ment les menées subversives dans leurs États respectifs, fut le geste sanglant d’un étudiant en théologie rêvant de martyre : l’assassinat de Kotzebue par Carl Sand le 23 mars 1819.

  • 38 F. Schnabel, op. cit., t. 2, p. 259.

32Les mesures arrêtées à Carlsbad, imposées par décision fédérale du 20 septembre 1819, permirent de bâillonner la presse et de mettre les universités sous liberté surveillée : les enseignants convaincus de propagation d’idées « néfastes, contraires à l’ordre public ou minant les fondements des insti­tutions » devaient être chassés de leurs chaires. La Burschenschaft fut inter­dite, car elle reposait sur un principe « intolérable », à savoir des « relations et une correspondance permanentes entre les différentes universités »38. Ces mesures, appliquées avec plus ou moins d’empressement et de rigueur dans les différents États allemands, mirent fin aux espoirs de la génération de 1815. Il n’y eut guère de réactions violentes : des protestations, des fêtes nostalgiques, au cours desquelles on chantait :

Das Band ist zerschnitten, war Schwarz, Rot und Gold,
Und Gott hat es gelitten : wer weiss, was er gewollt !
Das Haus mag zerfallen – was hat’s denn für Not ?
Der Geist lebt in uns allen, und unsre Burg ist Gott !

33et ce fut tout. Certes il y eut de petits groupes qui cherchèrent à poursuivre dans la clandestinité leurs activités. Mais ils étaient isolés et furent vite repé­rés et dispersés. 1819 marquait la fin d’une époque dans l’histoire des asso­ciations estudiantines allemandes. Par la suite il y aura encore quelques poussées de fièvre politique dans les universités, d’abord autour des années trente, puis dans les années quarante, mais il s’agira chaque fois de mouve­ments d’inspiration différente, portés par des générations nouvelles. Celle des étudiants de 1815, avec son nationalisme à la fois guerrier et mystique, romantique et politique, cédait la place à des générations plus réalistes, dont la pensée politique sera plus élaborée et les actions plus radicales.

  • 39 On a compté 190 anciens Burschenschafter parmi les députés au Parlement de Francfort, Ainsi l’actio (...)

34Cela ne signifie cependant pas que les Burschenschaften disparurent complètement et définitivement. Dans de nombreuses universités se main­tinrent ou se reconstituèrent des associations, de caractère purement local, bien entendu, qui se disaient plus ou moins ouvertement des Burschen­schaften, suivant le degré de tolérance des autorités. Mais elles ne pouvaient plus militer en faveur de l’unité allemande et étaient même obligées de renoncer à cet objectif plus modeste qu’eut été l’unification des mouvements d’étudiants : de ce fait, ces associations avaient perdu l’essentiel de ce qui faisait leur originalité et leur attrait. Même la volonté de réformer les mœurs estudiantines s’estompa rapidement. Il semblait bientôt ne plus y avoir, entre ces Burschenschaften « assimilées » et les associations traditionnelles, les anciennes Landsmannschaften, qui s’appelaient maintenant les Korps, que des différences infimes (ce qui n’empêchait pas, bien au contraire, les riva­lités et les bagarres avec ces associations. Pourtant c’est au sein des Bur­schenschaften et non dans les Korps que se manifesta vers la fin des années vingt le réveil politique des étudiants ; et c’est encore là que, dans les années quarante, les idées progressistes et républicaines rencontrèrent un écho favorable39. Malgré la surveillance renforcée dont ces associations étaient l’objet – ou peut-être à cause de cela –, malgré la prédominance de plus en plus nette des éléments conservateurs en leur sein, le souvenir des années glorieuses restait vivace dans les Burschenschaften et il s’y trouvera toujours une minorité d’étudiants tentés par l’action politique.

35En 1827 des étudiants libéraux d’Erlangen quittèrent la Burschenschaft « Arminia », à laquelle ils reprochaient son conservatisme chrétien, et fon­dèrent une Burschenschaft « réformée », qu’ils appelèrent « Germania ». Le phénomène se répéta dans d’autres universités et provoqua une intense agitation dans les associations estudiantines, en particulier dans les Burschenschaften. C’était une nouvelle génération d’étudiants qui se mani­festait là : moins rêveuse, plus radicale, plus ouverte sur le monde, à l’écoute des mouvements insurrectionnels qui se développaient en Europe. Les événements de Grèce, puis de France et de Pologne alimentaient leurs rêves et faisaient naître chez eux l’espoir d’un changement. Si la génération de 1815 avait été caractérisée par son nationalisme romantique, celle de 1830 l’était au contraire par un cosmopolitisme libéral.

36Les nouvelles associations nées dans les différentes universités a l’imi­tation de la « Germania » d’Erlangen (d’où le nom de « Germanistes » parfois donné à leurs membres) avaient nettement des visées politiques. Dans les statuts qu’elles s’étaient donnés clandestinement dès 1827 elles affirmaient que l’objectif des étudiants était de se préparer à réaliser l’unité du peuple allemand dans un État libre et juste. Encouragées par le succès et par la tolérance des autorités, elles se réunirent en Burschentage, où se retrouvèrent des étudiants des différentes universités, d’abord à Francfort en 1831, puis à Stuttgart en 1832.

  • 40 Cité d’après Werner Klose, Freiheit schreibt auf eure Fahnen. 800 Jahre deutsche Studenten. Oldenbu (...)

37C’est à l’occasion du rassemblement de Stuttgart qu’intervint une modifi­cation significative des statuts : à présent l’objectif déclaré sans ambages était de « susciter une révolution afin d’obtenir grâce à elle la liberté et l’unité de l’Allemagne »40. Par rapport à l’ensemble des étudiants, ces libéraux et ces démocrates radicaux n’étaient qu’une petite minorité. Mais ils étaient très actif et réussissaient à entraîner la masse. Ils étaient présents dans la plupart des affaires politiques de l’époque : manifestations de soutien aux insurgés polonais (Iéna 1832), participation à la fête des libéraux à Hambach (1832) et surtout « l’attentat de Francfort » (1833). Ce fut une entreprise folle, mal préparée, trahie d’avance, sans issue possible : une cinquantaine d’étudiants et d’artisans prirent d’assaut deux corps de garde à Francfort, ville où siégeait la Diète fédérale, en espérant donner ainsi le signal du sou­lèvement général en Allemagne. Ce fut un lamentable échec, qui coûta la vie à 9 des insurgés et donna une fois de plus aux États confédérés un prétexte pour renforcer leur dispositif de surveillance et de répression, notamment dans les universités. Dans une longue suite de procès, environ l 800 per­sonnes furent inculpées (parmi lesquelles 1 200 membres ou anciens membres des Burschenschaften), et le plus souvent condamnées.

38Ces nouvelles mesures marquèrent la fin du « printemps libéral » du début des années trente et donnèrent un nouveau coup d’arrêt au mouvement politique des étudiants. Elles n’empêcheront pas des actions isolées comme par exemple celle de G. Büchner à Giessen en 1835 ou les manifestations de solidarité des étudiants de Göttingen en faveur de leurs maîtres sanctionnés, en 1837. Mais, dans l’ensemble le calme revint dans les universités. Les associations d’étudiants retournèrent à leurs jeux coutumiers qui, s’ils n’étaient pas toujours innocents, étaient en revanche puérils et inoffensifs aux yeux de l’État. Au cours des années trente et quarante, le petit monde des associations d’étudiants changea. On vit se multiplier les associations traditionnelles, le plus souvent à la suite de scissions, et on vit également apparaître des groupes d’un type nouveau. C’étaient, d’une part, des asso­ciations d’étudiants se consacrant à des activités comme le chant choral ou la gymnastique, d’autre part des associations de caractère confessionnel : pro­testantes (« Uttenruthia » fondée à Erlangen en 1834 ; « Wingolf », Halle, 1844) ou catholiques (« Bavaria » fondée à Bonn en 1844). Politiquement, ces nouvelles associations étaient généralement aussi conservatrices que la majorité des Burschenschaften et la totalité des Korps. Mais elles s’opposaient à ces associations traditionnelles par leur conception du statut social de l’étudiant. Elles cherchaient à réintégrer les étudiants dans la vie sociale, à en faire des citoyens comme les autres. Si elles gardaient certaines des formes et des coutumes traditionnelles, les uniformes ou les « couleurs » ou encore certains rituels, elles écartaient en revanche, de façon plus ou moins décidée, le duel. Dans tous les cas, pour ces nouvelles associations, les coutumes estudiantines, lorsqu’elles étaient conservées, ne constituaient plus leur unique raison d’être.

  • 41 Cf. H. Thielbeer, op. cit. pp. 144-151.
  • 42 Les groupes qui constituaient le mouvement du Progrès, pour des raisons de prudence, se dissimulaie (...)

39Les années quarante virent également apparaître parmi les étudiants alle­mands un nouveau mouvement politique, qui se désignait lui-même comme le mouvement du Progrès (Progressbewegung)41. Son point de départ était extérieur aux associations : il naquit dans les rangs de ces étudiants qui ne faisaient partie d’aucune association, ces Nichtinkorporierte que les autres désignaient avec mépris comme Finken, Wilde, Kamele ou Filzmucker. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ils étaient nombreux à refuser d’entrer dans les associations, de se soumettre aux épreuves rituelles et de perdre leur temps en réunions et en beuveries. Dans certaines universités (en particulier dans celles des grandes villes, où la pression sociale était moins forte) ils formaient même la majorité. Mais, s’ils étaient certainement parmi les plus assidus aux cours et aux séminaires, ils ne jouaient en revanche aucun rôle dans la vie universitaire. Les autorités universitaires, comme les autorités civiles ne connaissaient d’autres interlocuteurs que les représen­tants des associations. Pour remédier à cette situation et pour pouvoir faire entendre leur voix, ces Finken le choix entre deux solutions : ou créer de nouvelles associations, ouvertes à tous, différentes de celles qui existaient, ou entrer dans des associations existantes pour tenter de les changer de l’intérieur. Ils ont adopté tantôt l’une, tantôt l’autre de ces solutions. Parmi les associations qui virent ainsi le jour, on peut citer par exemple celle du « Burgkeller » d’Iéna, fondée en 1843, la « Walhalla » créée à Heidelberg en 1844 ou la « Franconia » de Bonn, qui date de 184642.

40Sur le plan universitaire, elles se fixaient pour principal objectif d’abattre les cloisons qui séparaient les étudiants du reste de la population et les étu­diants entre eux ; elles combattaient l’existence d’une juridiction acadé­mique spéciale et la pratique, toujours florissante, du duel ; elles voulaient réunir tous les étudiants d’une université dans une « association générale », ouverte à tous et laissant à chacun l’entière liberté d’opinion et de parole. On retrouve ici l’objectif des Burschenschaften de 1815, qui, déjà, voulaient faire de la communauté des étudiants une préfiguration de la société future qu’ils appelaient de leurs vœux et qu’ils tentaient de réaliser par une action de type politique. Mais cette fois-ci la référence n’était plus l’idée mythique de la communauté nationale, soudée par les liens du sang et de l’histoire, c’était une société moderne, composée de citoyens libres et égaux. Politi­quement ces nouvelles associations étaient dominées par des étudiants de gauche, dont les maîtres à penser étaient les « Jeunes Hégéliens » ou les écri­vains de la « Jeune Allemagne », c’est-à-dire en grande majorité des penseurs extérieurs a l’université.

  • 43 Chiffres d’après H. Thielbeer, op. cit. p.137-140.

41Comme cela avait été le cas déjà précédemment, le nouvel engagement politique des étudiants allemands ne concernait qu’une petite minorité d’entre eux. Ainsi, par exemple, on a pu calculer que, lors des événements de 1848, les étudiants « républicains » ayant joué un rôle actif représentaient en moyenne environ 5% du total. Les « sympathisants », quant à eux, ont été évalués à environ 12%. Il s’agit là certainement d’un maximum et il est probable que dans les années qui avaient précédé la révolution ces chiffres étaient encore plus faibles. On a pu montrer aussi que la majorité de ces étudiants « de gauche » étaient originaires des classes les plus aisées de la société43. Par rapport à l’ensemble des étudiants, la catégorie des fils d’Akademiker et de Besitzbürger était sur-représentée. Cette constatation est corroborée par le fait que les étudiants de la faculté de droit étaient proportionnellement plus nombreux dans les rangs des « républicains » que ceux des autres facultés. Le mouvement du Progrès attirait principalement les fils des classes privilégiées, ceux-là même qui s’apprêtaient, à l’issue de leurs études, à occuper les positions dirigeantes dans l’État et dans la société. Leur objectif n’était certes pas une révolution sociale ; c’était tout au plus une « révolution bourgeoise » permettant à l’Allemagne de rattraper son retard sur ses voisins occidentaux. C’est sans doute ce qui explique pourquoi la plupart des étudiants qui avaient participé aux événements révolution­naires dans les premières semaines ont, par la suite, préféré se consacrer exclusivement aux problèmes des réformes universitaires, quand ils n’ont pas rejoint directement les partisans de l’ordre.

42Les universités allemandes, nées dans l’enthousiasme des années de réforme, ont-elles justifié les espoirs placés en elles ? Certes elles ont prospéré, se sont affermies et ont acquis au cours des premières décennies du xixe siècle un prestige social que même les événements les plus récents n’ont pas encore réussi à effacer complètement aujourd’hui. Elles ont créé un système d’enseignement et de recherche dont le haut niveau scientifique a fait pendant longtemps l’admiration et l’envie des pays voisins. Mais n’était-ce pas au prix de l’abandon de l’idée que l’université pouvait, être une insti­tution différente de toutes les autres, soustraite aux contingences politiques et sociales, une communauté libre d’enseignants et d’étudiants réunis pour se consacrer entièrement à la science, à la recherche de la vérité, en toute indépendance et toute liberté ?

43N’était-ce pas déjà une trahison de cet idéal lorsque les universités allemandes, au lendemain des guerres de libération, se sont crues appelées à incarner l’unité de la nation allemande, lorsque professeurs et étudiants ont pensé que la communauté universitaire pouvait préfigurer la communauté nationale ? Certes les universités ne se sont pas mises au service d’un État réel mais à celui d’une idée. Il n’empêche que, de ce fait, elles se sont trouvé mêlées aux luttes politiques du jour. Mais ce serait une erreur de penser que l’évolution ultérieure des universités est imputable exclusivement à la sur­veillance dont elles faisaient l’objet de la part de la police politique après 1819 et aux sanctions qui frappaient ses membres. Les États avaient d’autres raisons aussi pour faire rentrer les universités dans le rang et pour réduire la liberté d’enseigner et d’étudier et l’autonomie des établissements. En régle­mentant de façon de plus en plus stricte les études et les diplômes, en inter­venant dans le recrutement des enseignants et dans la création des chaires, les États visaient aussi à mettre l’université davantage au service des besoins de la société. Ce n’est que le début d’une évolution qui se poursuivra dans la deuxième moitié du siècle, notamment avec la création des établissements d’enseignement supérieur technique et leur élévation, vers la fin du siècle, au rang d’universités.

44Même ce rôle politique que les universités allemandes ont cru pouvoir jouer après 1815, elles n’ont pu le garder jusqu’au bout. Dans les années quarante, le centre de gravité de la vie politique n’est déjà plus dans les universités : le professeur est supplanté par le journaliste, l’écrivain, le penseur politique indépendant. Les associations d’étudiants, elles aussi, ont perdu progressivement leur importance politique : reproduisant de plus en plus les clivages politiques, sociaux et confessionnels de la société, elles ne pouvaient plus prétendre parler au nom de la jeunesse universitaire unanime. Certes elles ont gardé leur vitalité et leur audience auprès des étudiants, mais elles se sont détournées pour la plupart de la politique et ont renoncé à être les agents du changement, en attendant de devenir, dans la seconde moitié du siècle, les adversaires les plus farouches de toute nouveauté.

  • 44 Voir également à ce sujet : Karl Griewank, Deutsche Studenten und Universitäten in der Revolution v (...)
  • 45 La « participation à l’élection des autorités universitaires et aux choix des enseignants », figura (...)

45Les événements de 1848 et la part qu’y ont prise les étudiants et les professeurs ont pu cacher pendant un court moment la réalité de cette évo­lution. Il semblait que les universités allemandes allaient enfin devenir, comme elles l’avaient espéré en vain depuis 1813, les guides de la nation dans la voie de l’unité et de la liberté. Mais l’illusion fut de courte durée et le désenchantement aussi profond que les espoirs avaient été vifs. Même dans le domaine de la réforme universitaire, qui fit l’objet de débats longs et pas­sionnés à Iéna, Eisenach ou ailleurs44, il apparut bientôt que rien ne change­rait, qu’il n’était pas plus question de revenir au modèle humboldtien dans sa pureté originelle que de réaliser l’université démocratique réclamée par cer­tains « progressistes », dans laquelle les étudiants participeraient à toutes les décisions, y compris au recrutement des professeurs45.

46La communauté universitaire allemande a dû se rendre à l’évidence qu’un système universitaire ne peut évoluer que dans le même sens et au même rythme que la société qui l’a créé. L’université peut essayer d’infléchir l’évolution de la société, elle ne peut ni la devancer, ni s’y soustraire. L’idéal des réformateurs de 1810, rêvant d’une université à l’abri des vicissitudes de l’histoire, est sans doute condamné à rester une magnifique utopie, à laquelle on peut songer avec admiration et regret.

Notes

1 On trouvera chez Heide Thielbeer, Universität und Politik in der Deutschen Revolution von 1848, Bonn : Verlag Neue Gesellschaft, 1983, 269 p. une analyse détaillée de ces événe­ments. ainsi qu’une bibliographie sur la question.

2 Un choix des principaux textes de Schelling, Fichte, Schleiermacher, Humboldt et Hegel concernant la réforme de l’université a été publié en français, à l’initiative du Collège de Philosophie, sous le titre : Philosophies de l’Université, Paris : Payot, 1979, 391 p.

3 La création d’une université à Berlin avait été envisagée depuis l’accession au trône de Frédéric Guillaume III (1797) et, dès 1799, un plan élaboré par le philosophe Engel avait été discuté par le Cabinet. Mais le projet rencontrait une forte opposition, qui n’était pas due uniquement à la crainte des désordres que pourrait entraîner l’installation d’une univer­sité à Berlin. L’institution universitaire se trouvait à ce point déconsidérée à la fin du xviiie siècle que, par exemple, le ministre prussien von Massow proposa en 1790 de créer des établissements d’enseignement supérieur spécialisés pour la formation des médecins, juristes ou enseignants et de se contenter, pour le reste, c’est-à-dire la culture générale, des Gymnasien, C’était, à peu de choses près, la voie suivie en France à cette époque. Mais après la Paix de Tilsitt qui, en 1807, avait scellé la défaite et le démembrement de la Prusse (qui perdit en particulier Halle et son université), la question se posait en d’autres termes. (cf., F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts, rééd., de la troisième édition, de 1921, Berlin : W, de Gruyter, 1965, t. II p. 3 et 249.

4 Cf. Paulsen, op. cit. p. 251.

5 ibidem, p,250

6 Cette inauguration ne donna lieu à aucune manifestation particulière. L’université com­portait 24 chaires : 3 pour la faculté de droit, 3 de théologie protestante, 6 de médecine et 12 pour la faculté de philosophie. Dans les années précédentes, des cours publics avaient déjà eu lieu dans les différentes disciplines (Fichte y enseignait depuis 1801, Schleier­macher depuis 1807).

7 Cf. entre autres, Hans-Werner Prahl, Sozialgeschichte des Hochschulwesens, München : Kösel-Verlag, 1973, p. 364-367.

8 Cité d’après Paulsen, op. cit., p. 267

9 Paulsen (op. cit., p. 267-270) rapporte plusieurs documents révélateurs à cet égard. C’est ainsi qu’un texte remis à tous les étudiants s’inscrivant à l’université de Berlin (1818 et années suivantes) insiste sur la nécessité absolue des études classiques (en particulier de savoir lire et écrire le latin) pour toute formation scientifique et s’élève contre l’opinion « immorale » selon laquelle le savoir doit être un moyen pour gagner sa vie.

10 Fichte : Deducirter Plan einer zu Berlin zu errichtenden höheren Lehranstalt (1807), cité par F. Paulsen, op. cit. p. 256. On trouvera ce texte en traduction française in : Philosophies de l’Université, op. cit. pp. 165-252.

11 Cf. Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte 1800-1866, Bürgerwelt und starker Staat, München : C. H. Beck, 1993 (p. 494 et suiv.) ou F. Schnabel, Deutsche Geschichte im neunzehnten Jahrhundert. 2e éd, Freiburg : Herder, 1950, t. 3 : Erfahrungswissenschaften und Technik, 500 p.

12 W. von Humboldt, « Sur l’organisation interne et externe des établissements scientifiques supérieurs à Berlin » (1809-1910) in : Philosophies de l’Université, op. cit., p.319-329.

13 Chiffres d’après H. W. Prahl, op. cit. p. 208-210.

14 H. Thielbeer (op. cit. p. 190-191) décrit en détail cette affaire, qui se terminera par un compromis entre les Ordinarien et l’État au détriment des non-titulaires ; ceux-ci restèrent exclus des instances de décision.

15 En particulier à l’occasion d’une réunion qui regroupa en septembre 1848 à Iéna des représentants des enseignants de toutes les universités allemandes à l’exclusion des universités prussiennes. Pour les enseignants prussiens, une réunion fut convoquée à Berlin l’année suivante. Les principales revendications des non-titulaires concernaient leur partici­pation à la gestion des universités et les problèmes d’avancement. CF. H. Thielbeer, op. cit. en particulier pp. 163-168, 176-178, 199-212.

16 Cité par Thielbeer, op. cit., p. 152.

17 Cf., Franz Schnabel, Deutsche Geschichte im neunzehnten Jahrhundert, 2e éd., Freiburg, Herder, 1949, t. lI, p. 205 et suiv. Il montre en particulier que le « professeur politique » a joué en Allemagne un rôle analogue à celui de « l’avocat politique » dans d’autres pays.

18 Karl Theodor Welcker (1790-1869) enseigna successivement à Kiel, Heidelberg, Bonn (1819) et Fribourg (1823). Son activité de professeur, de publiciste et d’homme politique libéral lui valut à plusieurs reprises d’être poursuivi et sanctionné. Il siégea au Landtag de Bade, puis au Parlement de Francfort.

Karl von Rotteck (1775-1840), Historien et Juriste à l’université de Fribourg, député au Landtag où il anime le parti libéral, il est chassé de sa chaire en 1832, en même temps que Welcker, et se consacre ensuite avec celui-ci à la rédaction du Staatslexikon (1834-1844).

Karl Joseph Mittermaier (1797-1867), Juriste à Landshut, Bonn puis Heidelberg, Il sera député au Parlement de Francfort.

Robert von Mohl (1799-1875). Chassé de sa chaire à Tübingen en 1845 pour avoir critiqué le gouvernement : professeur à Heidelberg à partir de 1847. Après avoir siégé à Francfort en 1848, il fera une brillante carrière politique.

Silvester Jordan (1792-1861). Professeur de droit à Marbourg, il passera plusieurs années en prison entre 1839 et 1845 et siégera en 1848 à l’Assemblée nationale de Francfort.

19 Georg Gottfried Gervinus (1805-1871). Son œuvre d’historien, en particulier son Histoire de la littérature nationale allemande (1835-1842) a beaucoup contribué au développement du sentiment national. Nommé professeur à Göttingen en 1835, il est révoqué en 1837. Il siégea au Parlement de Francfort en 1848.

Gustav Freytag (1816-1895), dont l’œuvre littéraire reflète l’évolution de la bourgeoisie allemande au xixe siècle, a fait une courte carrière universitaire comme Privatdozent à Breslau (1839-1844).

Friedrich Christoph Dahlmann (1795-1960), Historien, il a enseigné à Kiel, puis à Göttingen (1823-1837). Après sa révocation, il trouvera une chaire à Bonn en 1842 et jouera un rôle politique important après 1840.

20 Par exemple K. Th. Welcker, qui publia en 1814 les Kieler Blätter avec F.C. Dahlmann, puis à Fribourg Der Freisinnige, interdit en 1832.

21 David Friedrich Strauss (1803-1874). Le scandale provoqué par sa Vie de Jésus (1835) lui ferma définitivement les portes de l’université.

Ludwig Andreas Feuerbach (1804-1872). Privatdozent à Erlangen en 1828, il tente vaine­ment pendant plusieurs années d’obtenir une chaire. En 1836, il quitte l’université, mais ses écrits continueront à y être lus et ardemment discutés.

Bruno Bauer (1809-1882]. Privatdozent à Berlin en 1834, déplacé à Bonn en 1939, frappé d’interdiction d’enseigner en 1842, il déploya dès lors une intense activité littéraire et journalistique.

22 Arnold Ruge (1802-1880]. Ancien Burschenschafter, emprisonné de 1824 à 1830, Privat­dozent à Halle de 1832-1841. Il exerça une grande influence avec ses Hallesche Jahrbücher (1837), qui devinrent en 1841 les Deutsche Jahrbücher, puis dans l’exil parisien, les Deutsch-Französische Jahrbücher, Ruge siégea au Parlement de Francfort à l’extrême-gauche.

Lorenz von Stein (1815-1890). Professeur d’économie politique et de droit constitutionnel, disciple de Hegel, il enseigna à Kiel de 1846 à 1851, puis à Vienne de 1855 à 1885,

23 Le cas de Karl Marx illustre parfaitement cette évolution. Dès la fin de ses études, il se tournera délibérément vers le journalisme (Rheinische Zeitung, Deutsch-Französische Jahrbücher, Vorwärts, Neue Rheinische Zeitung).

24 Cf. H. Thielbeer, op. cit. p.163 et suiv.

25 Source : H. W. Prahl, op. cit. p. 370.

26 Source : Preussische Statistik, H, 235 Statistik der Landesuniversitäten für das Studienjahr Ostern 1911/1912. Berlin, 1913, p.33.

27 CF. H. W. Prahl, op, cit. p. 277 et suiv., ainsi que : Peter Lundgreen, Sozialgeschichte der deutschen Schule im Überblick, T.1 : 1770-1918, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1980, p. 108.

28 Selon H. Thielbeer, op. cit., p.240. il y avait au xviiie siècle dans les universités alle­mandes. environ 30% de « pauperes », Sur les efforts des autorités pour endiguer le flot des étudiants cf. F. Paulsen op. cit. p. 94 et suiv.

29 Chiffres d’après H. Thielbeer, op. cit. p.15 et P. Lundgreen, op. cit., p.107.

30 CF. H. Thielbeer, op. cit. p. 30.

31 Nous ne nous attarderons pas sur la description de la vie estudiantine, qui a fait l’objet de nombreux ouvrages, (Cf. G. Bianquis, La vie quotidienne en Allemagne à l’époque romantique, Paris : Hachette, 1959 ou Peter Krause, O alte Burschenherrlichkeit. Die Studenten und ihr Brauchtum, Graz-Wien-Köln, 1979. Rappelons que pour la plupart des délits et en particulier pour tout ce qui concernait le duel, les étudiants relevaient d’une juri­diction universitaire et non des tribunaux ordinaires : au lieu de la prison, ils risquaient le « Karzer », qui n’était nullement considéré comme infamant, Signalons aussi la pratique du Auszug : en cas de conflit grave entre les étudiants et les autorités de la ville, ils organi­saient un « exode » et allaient s’établir dans une localité voisine. Généralement les autorités devaient négocier le retour des étudiants en traitant avec les représentants de ceux-ci d’égal à égal et souvent en leur donnant satisfaction sur les points en litige.

32 L’histoire des associations d’étudiants a été abondamment étudiée en Allemagne. Citons deux « classiques » : F. Schulze u. P. Szymank, Das deutsche Studententum von den ältesten Zeiten bis zur Gegenwart, 4e éd., München, 1932 : F. Heer, Geschichte der deut­schen Burschenschaft (nombreux volumes).

33 Notamment sous l’impulsion de Fichte. Devenu plus tard recteur de l’université de Berlin il y poursuivra ses efforts pour amender les mœurs estudiantines. Il se heurtera chaque fois à une opposition violente des associations et devra limiter ses ambitions,

34 Cité d’après F. Schnabel, op. cit.,, t. 2, p. 240.

35 Lors de l’assemblée constitutive de l’Allgemeine deutsche Burschenschaft, un porte-parole des étudiants déclara que les trois couleurs noir-rouge-or étaient « les anciennes couleurs allemandes ». Il n’en a jamais rien été, même si l’Empire avait eu, parmi d’autres emblèmes, l’aigle noir, aux serres rouges, sur fond or. L’ordre des couleurs noir-rouge-or semble d’ailleurs contrevenir à une règle de l’héraldique qui veut que deux « couleurs » soient toujours séparées par un « métal », blanc (argent) ou jaune (or). Les couleurs de la Burschenschaft sont apparues à Iéna pour la première fois sur un drapeau : trois bandes de largeur égale avec des feuilles de chêne d’or. Elles reprenaient vraisemblablement les couleurs de l’uniforme des volontaires de Lützow : redingote noire, revers rouges, boutons ou feuilles de chêne dorés.

36 Ces mots, de F. von Gentz, sont cités d’après F. Schnabel, op. cit., t. 2, p. 247.

37 Jugement du prince Wittgenstein, ministre prussien de la police, cité par F. Schnabel, op. cit., t. 2, p. 247.

38 F. Schnabel, op. cit., t. 2, p. 259.

39 On a compté 190 anciens Burschenschafter parmi les députés au Parlement de Francfort, Ainsi l’action de la « génération d’étudiants de 1815 » se prolonge bien au-delà du moment où elle disparaît de la scène universitaire.

40 Cité d’après Werner Klose, Freiheit schreibt auf eure Fahnen. 800 Jahre deutsche Studenten. Oldenburg u. Hamburg : G. Stalling, 1967, p. 153.

41 Cf. H. Thielbeer, op. cit. pp. 144-151.

42 Les groupes qui constituaient le mouvement du Progrès, pour des raisons de prudence, se dissimulaient souvent sous des appellations anodines comme « Neckarbund » ou « die Grauen » ; lorsqu’ils portaient des noms traditionnels comme « Teutonia » (Iéna), « Fran­conia » (Marbourg), ils prenaient soin de mettre en avant les activités culturelles. Certains groupes se faisaient passer pour des cercles de lecture ou des chorales,

43 Chiffres d’après H. Thielbeer, op. cit. p.137-140.

44 Voir également à ce sujet : Karl Griewank, Deutsche Studenten und Universitäten in der Revolution von 1848. Weimar : H. Böhlau, 1949, 90 p.

45 La « participation à l’élection des autorités universitaires et aux choix des enseignants », figurait comme point n° 9 à l’ordre du jour de l’assemblée des étudiants à la Wartburg, à la Pentecôte 1848. Cette revendication figure telle quelle dans l’adresse transmise à l’Assem­blée Nationale. Au cours du « Parlement étudiant » qui se réunit en septembre de la même année, toujours à la Wartburg, on précisa ces vues. L’organe représentatif de l’université devait être composé de tous les enseignants et d’un nombre égal d’étudiants, C’est cette assemblée (Universitätsausschuss) qui désignerait, en son sein, par élection, les organes exécutifs et la direction de l’université (cf. H. Thielbeer, op, cit., p. 213-214).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr