Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

La population allemande de 1830 à 1848

Les prémices d’une révolution démographique

Michel Hubert

Texte intégral

1Moins de vingt années dans la vie d’un peuple, guère plus d’une demi génération, c’est là une séquence bien courte pour l’histoire démographique qui d’ordinaire préfère envisager le passé selon des perspectives plus vastes.

2Certes les événements de 1830 marquent pour bon nombre de pays européens le début d’une nouvelle période ; le choc des journées de juillet parvient en Allemagne au moment où les bouleversements nés de la Révo­lution française de 1789 et de l’époque napoléonienne paraissent surmontés. Le libéralisme économique – sinon politique – commence à s’affirmer, la Prusse fait progresser l’unification douanière et le pays entre peu à peu dans l’ère industrielle.

3En même temps, la population continue à croître, prolongeant un vaste mouvement qui, entamé en 1816, va permettre à l’Allemagne de doubler son potentiel démographique en soixante-quinze ans, de le tripler même en un peu plus d’un siècle.

4Toutefois, durant le Vormärz, le rythme global d’accroissement demeure irrégulier, le mouvement naturel reflète encore de façon cruelle les « acci­dents » (disettes, épidémies, troubles) qui depuis toujours rythmaient la vie des peuples. C’est seulement à quelques signes que l’on perçoit le début de processus irréversibles pour l’économie et la population. Ainsi, au moment où les taux moyens de mortalité commencent à fléchir, les mouvements géographiques de population (migrations intérieures et émigration) prennent de l’ampleur, manifestant ainsi qu’une révolution tant industrielle que démo­graphique est désormais enclenchée.

Le mouvement général de la population

5La nécessité de replacer cette courte période de l’histoire démographique allemande dans un cadre de référence plus vaste et plus stable implique que l’on prenne quelques libertés avec les données politiques du moment, c’est-à-dire avec ce puzzle d’états et de morceaux d’États que constitue de 1815 à 1866 la Confédération germanique.

6Trois solutions se présentent à qui souhaite prendre en compte sur le plan statistique l’histoire de la population allemande durant cette période 1830-1848.

  • 1 Ainsi Preussische Statistik, particulièrement vol.40 et 188. Berlin : Verlag des Kön. Stat. Bureaus

7La première consiste à s’appuyer sur les statistiques officielles du Royaume de Prusse1, statistiques régulièrement établies dès 1816 pour l’ensemble du territoire de la « nouvelle » Prusse née du Congrès de Vienne. Les données ainsi disponibles concernent environ la moitié de la future Alle­magne impériale et révèlent une population sensiblement plus dynamique et plus féconde que dans le reste du pays.

  • 2 Hoffmann Walter Gustav, Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts. (...)

8La seconde possibilité est d’utiliser les statistiques rassemblées (ou reconstituées) par W.G. Hoffmann2 pour une Allemagne étudiée à partir de 1816 dans ses frontières de 1871.

  • 3 Koellmann Wolfgang, Quellen zur Bevölkerungs-. Sozial- und Wirtschaftsstatistik Deutschlands 1815‑1 (...)

9La troisième solution enfin s’appuie à la fois sur les données fournies par W.G. Hoffmann et sur les travaux de W. Koellmann3 ; dans ce cas l’Alle­magne est envisagée depuis 1816 dans ses frontières de 1871, mais cette fois Alsace-Lorraine non comprise.

  • 4 Statistik des Deutschen Reichs (StDR]. Berlin : Puttkammer et Mühlbrecht. Particulièrement vol. 44 (...)

10C’est cette dernière méthode que l’on s’efforcera de retenir le plus souvent, sans écarter cependant les statistiques officielles du Reich4 utilisées par Hoffmann et en s’attachant à signaler, chaque fois que cela s’impose, la spécificité des données prussiennes par rapport à celles de « l’Allemagne » ou des autres États la composant.

L’accroissement total et les fluctuations dans le rythme d’accroissement

  • 5 Considérée dans ses frontières de 1871, moins l’Alsace‑Lorraine.

11De 1816 à 1871 la population de l’Allemagne5 est passée de 23,7 à 39,5 millions d’habitants, soit une augmentation globale de 65% à un rythme moyen de + 1‰ environ par an.

12Certes, des variations considérables se font jour dans ce rythme d’ac­croissement (cf. graphique 1).

13Ainsi, de 1816 à 1825, l’Allemagne connaît une véritable explosion démographique provoquée tout à la fois par le retour de la paix, l’amélio­ration générale des conditions de subsistance et l’abandon des anciennes structures féodales ; le taux moyen d’accroissement annuel de la population est de 19,5‰ entre 1816 et 1825 contre 6,5‰, soit trois fois moins, dans la période suivante : 1825-1855. En effet, les années 1830 et 1831 accusent un net fléchissement, suivi vers 1833 par une période de reprise et de consoli­dation de la croissance jusqu’en 1845 qui s’explique par l’arrivée à l’âge de la procréation des classes d’âge particulièrement nombreuses nées entre 1816 et 1825. C’est alors que la courbe de croissance s’effondre en 1846-1848 pour remonter ensuite momentanément, puis fléchir à nouveau de façon nette entre 1851 et 1855 sous l’effet de la première grande vague d’émigration vers l’outre-mer. À partir de 1855 la croissance repart et se fait plus régulière, enregistrant simplement en 1866-1867 et en 1871 les contre­coups des guerres d’unification.

Graphique 1 : L’accroissement général de la population allemande* (1817-1871)

Graphique 1 : L’accroissement général de la population allemande* (1817-1871)

Les variations du rythme d’accroissement selon les régions.

14Cependant, au-delà de cet accroissement général de la population, des disparités considérables peuvent être observées dans le rythme de croissance des différentes régions d’Allemagne.

15Les contraintes statistiques ne permettant pas de disposer pour tous les États de chiffres précis sur la période envisagée (1830-1848), on utilisera comme référence une période légèrement plus longue, à savoir 1825-1855, ce qui sur le plan de la population comme de l’économie présente d’ailleurs plusieurs avantages. 1825 marque incontestablement la fin des vastes mou­vements consécutifs aux guerres européennes et aux réformes de structure, ceci étant surtout sensible dans la partie la plus agricole du pays. La période 1825-1855 reflète alors la situation démographique dans le stade préindus­triel où se trouvent la plupart des régions, tandis que certaines d’entre elles enregistrent déjà un décollage économique susceptible de se répercuter au plan de la démographie, processus que l’on perçoit encore plus nettement après 1855 et surtout après 1871.

  • 6 Pour plus de précisions voir Hubert Michel, La population allemande à l’ère industrielle 1815‑1914. (...)

16Même si le cadre de cette étude ne permet pas de trop approfondir l’ana­lyse6, il est possible d’observer, pour la période 1825-1855, cinq phéno­mènes distincts dans la croissance de la population allemande selon les régions.

17L’on note, tout d’abord, une croissance générale du royaume de Prusse par rapport à l’ensemble de l’Allemagne. Si, pour l’Allemagne toute entière, le taux moyen d’accroissement annuel est de 9,9‰ entre 1815 et 1871 et de 6,5‰ entre 1825 et 1855, il se situe, pour la Prusse, nettement au-dessus, soit respectivement 14,8‰ et 11,7‰.

18Cela s’explique essentiellement par le deuxième phénomène : la poussée démographique des régions du Nord-Est. Pendant plus d’un demi-siècle ces régions vont enregistrer les taux de nuptialité et de natalité les plus élevés d’Allemagne et si, après l’extraordinaire « baby boom » de 1816 à 1825, un certain ralentissement intervient au début des années 30, le tassement dans la croissance de ces régions ne se manifestera clairement qu’après 1860 sous l’effet des premières grandes migrations intérieures de l’ère industrielle.

19Ces migrations sont d’ailleurs à l’origine du troisième phénomène : l’ex­plosion démographique de Berlin. De toutes les villes allemandes comptant plus de 50 000 habitants en 1800, Berlin est la seule qui connaisse une telle expansion à partir de 1830. Sa population, 172 000 habitants en 1800, était passée à 198 000 en 1816 et 220 000 en 1825, soit une augmentation moyenne de 11,6‰ par an entre 1816 et 1825, ce qui reste encore inférieur à la croissance réalisée par la Prusse et par l’Allemagne toute entière. C’est à la fin des années 20 que le rythme d’accroissement de Berlin s’accélère à mesure que la ville gagne en importance politique, administrative et écono­mique. Ainsi en 1855 Berlin compte 461 000 habitants, une augmentation en moyenne annuelle de 23,6‰ depuis 1825, soit deux fois le rythme de la Prusse et quatre fois celui de l’Allemagne.

20Parallèlement cinq régions témoignent durant la période considérée d’un accroissement sensiblement supérieur à la moyenne allemande (+ 6,5‰) : il s’agit des provinces prussiennes de Rhénanie, de Westphalie, de Silésie et du Brandebourg ainsi que du royaume de Saxe.

21Entre 1825 et 1855 la Rhénanie passe de 2 à 3 millions d’habitants, soit une augmentation moyenne de 12‰, par an, légèrement plus que la Prusse toute entière : cette province qui n’a guère été touchée par la poussée démo­graphique de la décennie 1816-1825 va poursuivre sa croissance régulière jusqu’en 1871, pour connaître ensuite une formidable expansion sous le Reich.

22Il en va de même pour la Westphalie, essentiellement rurale jusqu’au milieu du siècle. Passant de 1,2 à 1,5 million d’habitants entre 1825 et 1855, la Westphalie augmente de 8,7‰ par an en moyenne, ce qui la situe à mi-chemin entre le taux prussien et celui de l’Allemagne toute entière ; c’est seulement après 1855 que se précisera son décollage démographique, évi­demment lié à l’industrialisation de la Ruhr.

23Le royaume de Saxe, au contraire, possède une tradition industrielle fort ancienne : cela explique que l’explosion démographique des années 1816-1825 ne l’ait guère touché (+ 11,9‰ en moyenne annuelle contre 28,7‰ en Prusse orientale et occidentale). En revanche, durant la période suivante marquée par un ralentissement tout relatif de la croissance, le royaume de Saxe témoigne d’une progression supérieure à la moyenne et sa population passe de 1 300 000 habitants en 1825 à 2 millions en 1855 soit + 14,1‰ par an. C’est seulement vers 1850-1860 que, comparée avec les nouvelles régions industrielles de l’Ouest, la Saxe se développera plus lentement, son essor reprenant au cours du IIe Reich après une reconversion économique.

24La Silésie, quant à elle, réalise entre 1825 et 1855 une croissance proche de la moyenne prussienne, passant de 2,3 à 3,2 millions d’habitants soit + 11‰ par an. Néanmoins derrière ce relatif équilibre se cachent des phéno­mènes plus complexes. De 1816 à 1825, cette province à la fois agricole et industrialisée a augmenté selon un rythme rapide (+ 17,7‰ en moyenne annuelle) ; puis, sous l’influence conjuguée de la concurrence anglaise et de celle des autres régions en cours d’industrialisation, la Silésie connaît des difficultés économiques, aggravées par les problèmes d’adaptation aux nou­velles formes d’artisanat et d’industrie. C’est pour cela que la Silésie sera particulièrement touchée vers le milieu des années 40 : mauvaises récoltes, hausse du prix des céréales, crise du secteur secondaire traditionnel (artisa­nat et travail à domicile), autant de raisons expliquant le recul des taux d’accroissement naturel de sa population tandis que s’ébauche même un mouvement d’émigration. C’est seulement vers la fin des années 60 qu’une reprise se dessinera, tant sur le plan économique que démographique.

25Le Brandebourg a également connu une croissance rapide de sa popula­tion entre 1816 et 1825 (+14,1‰ en moyenne annuelle). Or, durant la période 1825-1855, c’est la stabilité dans la croissance qui, en apparence, prédomine puisque la province passe de 1 200 000 à 1 800 000 habitants soit + 12,3‰ par an. Cependant on observe qu’ensuite, entre 1855 et 1871, ce taux diminue fortement pour n’atteindre que + 8‰ seulement ; on mesure ainsi la conséquence d’un phénomène spécifique et tout à fait nouveau dans son ampleur : depuis le début des années 40, il est clair que le Brandebourg se vide progressivement d’une partie de sa population au profit de Berlin.

26Le cinquième phénomène qui se fait jour à l’examen des taux de crois­sance démographique selon les régions d’Allemagne est l’existence d’un ensemble d’États dont l’accroissement entre 1825 et 1855 est nettement plus lent que la moyenne générale (+ 6,5‰).

27Ces États ou régions d’Allemagne forment un ensemble assez hétéroclite auquel il paraît, de prime abord, difficile de trouver de dénominateurs communs permettant d’expliquer valablement cette évolution.

28Sous cette rubrique se rangent, au Sud, la Bavière et le Wurtemberg (qui, ensemble, comptent autant d’habitants que la moitié de toute la Prusse), le grand-duché de Bade et le Palatinat. Dans l’Allemagne moyenne plusieurs territoires sont également dans ce cas, dont la Hesse-Nassau et les États de Thuringe et enfin, au Nord, le royaume de Hanovre, le grand-duché d’Olden­bourg, le Schleswig-Holstein, la ville de Lubeck ainsi que le Mecklembourg et le Brunswick.

  • 7 Le cas de la ville de Lubeck demeure évidemment marginal, bien que fort intéressant ; la faible cro (...)

29En dépit d’un tel éparpillement géographique et malgré les disparités considérables qui caractérisent les structures juridiques, politiques ou écono­miques de ces territoires7, on peut relever deux facteurs susceptibles d’avoir freiné leur croissance démographique : l’un concerne le mouvement naturel et l’autre le mouvement géographique.

30C’est surtout dans les États du Sud de l’Allemagne que la faiblesse de la croissance peut s’expliquer par un mouvement naturel nettement moins favorable que dans la moyenne du pays.

  • 8 Conrad Johannes, Grundriss zum Studium der politischen Oekonomie, Vol, IV : Bevölke­rungsstatistik, (...)
  • 9 Les dernières dispositions en la matière ne seront abolies en Bavière et dans le Wurtemberg que peu (...)
  • 10 C’est d’ailleurs pour lutter contre cette parcellisation des terres provoquée ou aggravée par les d (...)

31Ainsi par exemple, la population bavaroise est-elle passée de 3,9 à 4,5 millions d’habitants entre 1825 et 1855, soit un accroissement annuel moyen de 4,5‰. Or l’on constaté qu’à la même époque l’accroissement du royaume par excédent des naissances est également très inférieur à la moyenne alle­mande (6,4‰ de moyenne annuelle en Bavière en 1841 et 1850, contre 9,4‰ pour toute l’Allemagne8. Dans la décennie suivante le phénomène s’amplifie encore : tandis que l’excédent des naissances de l’Allemagne se situe à 9‰ en moyenne annuelle entre 1851 et 1860, il est seulement de 5,5‰ en Bavière, de 6,3‰ dans le Wurtemberg et de 7‰ en Hesse. Toutes ces régions du Sud qui, après 1815 avaient certes enregistré comme le reste de l’Allemagne une forte croissance due aux naissances et aux mariages différés, ralentissent nettement leur progression démographique dès 1825-1830. En effet, dans ces régions rurales caractérisées par un régime de petite propriété, un taux de natalité très élevé est impossible, d’abord parce que sous de multiples formes subsistent des réglementations restreignant le mariage9, ensuite parce que le régime de transmission juridique des sols inspirés par le droit latin et français a des effets malthusiens10, et enfin parce que cette structure de petites exploitations empêchant une culture intensive accroît l’insécurité des paysans lors d’une baisse des cours ou à l’occasion de mauvaises récoltes.

  • 11 Keyser Erich, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands, Leipzig, Hirzel, 1938, p.407.

32À cette natalité réduite s’ajoute une mortalité en général supérieure à la moyenne de l’Allemagne ; ainsi, entre 1841 et 1850, le taux moyen de mortalité est-il de 27,8‰ en Bavière contre 26,6‰11 dans l’Allemagne toute entière, phénomène qui procède selon toute vraisemblance d’un niveau d’hygiène, de santé et de subsistance moins favorable, mais aussi d’une structure par âges déjà perturbée par les migrations.

33Les mouvements géographiques de population, en l’occurrence une émi­gration de ces territoires vers d’autres contrées d’Allemagne ou vers l’Outre-mer, constituent, en effet, une seconde raison susceptible d’expliquer la moindre croissance de ces États.

34Pour la plupart, surtout dans le Sud, l’émigration était traditionnelle, tout comme l’immigration dans le cas des provinces orientales de la Prusse. Perturbé par les bouleversements des guerres européennes et masqué par le « rattrapage » démographique qui suivit, le phénomène d’émigration reprend dès le début des années 20 dans des régions comme le Wurtemberg, le pays de Bade, le Palatinat et même la Hesse. L’émigration en provenance de ces régions va progressivement s’amplifier après 1830, aidée par les progrès des transports fluviaux et terrestres. À partir de 1840 elle affecte de façon signi­ficative tous les États dont l’accroissement naturel demeure inférieur à la moyenne et tous les territoires dont l’excédent des naissances apparaît mo­déré, contribuant ainsi à ralentir d’autant la croissance ultérieure de la population. Cela met bien en lumière le lien qui existe entre l’accroissement naturel et le mouvement migratoire, (phénomènes qui seront analysés plus loin pour la période 1830‑1848) ; l’émigration, lorsqu’elle se prolonge, affecte la structure par âge du pays d’origine en accentuant de ce fait le ralentissement de la croissance démographique.

35Ainsi, entre 1841 et 1850, le Hanovre enregistre un solde migratoire négatif de 4,6‰ en moyenne annuelle, le grand‑duché d’Oldenbourg 4,2‰, la Hesse-Nassau 3,8‰, la Hesse-Darmstadt 5,7‰, le Wurtemberg 3,9‰, le grand-duché de Bade 5‰ ; pour la Bavière néanmoins cette émigration demeure plus modérée, puisque le solde migratoire n’est déficitaire qu’à concurrence de 2,6‰.

évolution du mouvement naturel

36Mouvement naturel et mouvement géographique sont ainsi apparus comme les deux facteurs d’évolution dans le rythme d’accroissement de la population allemande entre 1830 et 1848, même si leur poids respectif demeure bien inégal.

37En l’absence d’immigration importante, c’est évidemment le mouvement naturel et ses composantes qui retiennent le plus l’attention.

L’excédent des naissances et ses variations

Graphique 2 : évolution du mouvement naturel en Allemagne* 1817-1871 (natalité – mortalité – nuptialité)

Graphique 2 : évolution du mouvement naturel en Allemagne* 1817-1871 (natalité – mortalité – nuptialité)

38Au cours de la décennie 1816-1825 le mouvement naturel avait connu en Allemagne une augmentation extrêmement forte, l’accroissement par excé­dent des naissances (différence entre naissances et décès) atteignant 15,5‰ en 1820 et 17,9‰ en 1821 ; puis, à partir de 1825, un tassement relatif était intervenu, le taux d’accroissement naturel passant progressivement de 14,5‰ en 1825 à un peu moins de 10‰ en 1828.

Tableau 1 : L’évolution démographique en Allemagne 1817-1871 (accroissement – mouvement naturel – bilan migratoire)

Tableau 1 : L’évolution démographique en Allemagne 1817-1871 (accroissement – mouvement naturel – bilan migratoire)

source : Fischer, Krengel, Wietog : Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, vol. I, pp. 26-28

39De 1830 à 1848 le mouvement naturel demeure avant tout marqué par une très grande irrégularité : au début et à la fin de la période considérée, l’accroissement démographique par excédent des naissances enregistre deux crises graves (en 1830-1832 et en 1844-1848), entre lesquelles se situe une période d’expansion relativement importante (+ 10‰ en moyenne) dont les variations (de + 7,2‰ à + 11,4‰) proviennent, pour l’essentiel, des fluctuations de la mortalité.

40Après 1848, l’excédent des naissances grandit à nouveau, il connaît en 1852-1855 un tassement consécutif à l’arrivée à l’âge adulte des classes d’âges moins nombreuses nées entre 1825 et 1832 ; il repart ensuite dans un mouvement à la fois plus ample et plus régulier qui – l’accident de 1870-1871 mis à part – ne se ralentira qu’à la veille de la Première Guerre mon­diale pour s’effondrer ensuite (cf. graphique 3).

Graphique 3 : évolution démographique de l’Allemagne depuis 1850

Graphique 3 : évolution démographique de l’Allemagne depuis 1850

Source : W. Koellmann, Bevölkerung in der industriellen Revolution, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1974, p. 29.

Les composantes du mouvement naturel

41Parmi les composantes du mouvement naturel, la nuptialité est tradition­nellement le moins sujette à de grandes variations. Or, pour la période 1830-1848, l’évolution du nombre des mariages par rapport à la population totale reflète également l’existence des trois phases évoquées précédemment.

42Il apparaît ainsi (cf.graphique 2 et tableau 1) qu’après une forte expansion jusqu’en 1819-1820, le taux de nuptialité se stabilise légèrement au-dessus de 8‰. Une brusque césure intervient alors en 1829-1830, suivie par un retour à la stabilité entre 1832 et 1845, moment où s’amorce à nouveau un ralentissement net et durable des mariages. Le retour à une nuptialité régu­lière n’intervient que vers 1850, ou plutôt, compte tenu de la crise de 1852-1855, vers 1856.

43Cette constatation vérifie bien l’analyse précédente concernant l’évolu­tion de l’excédent naturel, c’est-à-dire un solde des naissances et des décès.

Tableau 2 : Le mouvement naturel en Prusse 1816-1864 (taux moyens pour 1000 hb)

Tableau 2 : Le mouvement naturel en Prusse 1816-1864 (taux moyens pour 1000 hb)
Bevölkerungsploetz

Tableau 3 : Le mouvement naturel en Allemagne 1841-1870

Tableau 3 : Le mouvement naturel en Allemagne 1841-1870

Source : W. Koellmann, Bevölkerungsploetz, op. cit. pp. 22-23

44Si l’on s’efforce alors d’envisager globalement le mouvement de la natalité et de la mortalité durant la période 1830-1848 en le replaçant dans l’ensemble de l’évolution démographique de 1816 à 1871 (cf.graphique 2 et tableaux 2 et 3), on est frappé tout d’abord par le maintien des taux de nata­lité à un niveau très élevé. Une fois effacé le phénomène de « rattrapage » de l’après-guerre, ces taux oscillent autour de 40‰ pour la Prusse et de 37‰ pour l’ensemble de l’Allemagne. Chaque fois qu’intervient un mouvement sensible de la natalité il résulte, s’il est ascendant, d’une reprise de la nuptialité (ainsi en 1833-1834 et en 1849), et surtout, s’il est descendant, d’une brusque aggravation de la mortalité (ainsi en 1831, en 1847-1848 et, dans une moindre mesure en 1852). Cela met en lumière le rôle primordial joué par la mortalité dans chaque fluctuation importante du mouvement naturel. Or, dans les dernières années de la période considérée, s’esquisse un léger fléchissement du niveau général de la mortalité, phénomène qui, isolé des « accidents » conjoncturels (troubles, guerres, épidémies et famines), peut apparaître comme le premier signe d’une évolution ultérieure (cf. graphique 3).

  • 12 Sur ce point cf. Reinhard M., Armengaud A. et Dupaquier J., Histoire générale de la population mond (...)

45Une comparaison avec des pays comme la Grande-Bretagne ou la France12 pourrait à cet égard, démontrer combien l’Allemagne d’avant 1850 est encore en retard sur l’évolution suivie par ses voisins.

46L’examen de la fécondité entre 1830 et 1848 permet de vérifier – au-delà des crises passagères, le dynamisme de l’expansion démographique alle­mande.

  • 13 Cité par Fischer Wolfram, Krengel Jochen et Wietog Jutte, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch. vol.l. (...)

47En 1831, le taux général de fécondité (nombre de naissances vivantes pour 1000 femmes âgées de 15 à 60 ans) est de 141 ; il passe à 143 en 1837, revient à 141 jusqu’en 1846, puis augmente sensiblement en 1858 (148), pour revenir à 142 en 186113.

  • 14 Le taux net de reproduction indique le nombre de naissances féminines qu’aurait, à la date choisie, (...)

48Le taux net de reproduction14, qui rend encore mieux compte du rempla­cement des générations, confirme cette expansion démographique, tout en permettant de vérifier que le recul de la mortalité générale, amorcé vers le milieu du siècle, agit à son tour dans le sens d’une augmentation de la fécondité (cf.tableau 4).

Tableau 4 : Taux de fécondité nette de la population allemande

Tableau 4 : Taux de fécondité nette de la population allemande

Source : Depoid Pierre, La reproduction nette en Europe depuis l’origine des statistiques de l’état-civil, Paris, Imprimerie Nationale, 1941, p 39

49Un dernier élément du mouvement naturel peut enfin retenir l’attention, c’est la structure par âge.

  • 15 Chiffres cités par Fischer, Krengel, Wietog. op. cit.. p. 22-23.

50Envisagée de façon globale, la structure par âge de la population alle­mande n’a guère subi de modification entre 1830 et 1848. Si, pour des rai­sons de cohérence statistique, l’on se réfère à la Prusse, il apparaît que les jeunes (moins de 15 ans) représentent 36,6‰ du total en 1831, 34,5‰ en 1840 et 34,8‰ en 1849 ; les personnes âgées de plus de 60 ans représentent 6‰ du total en 1831, 6,1‰ en 1840 et 5,9‰ en 1849. Quant à la tranche d’âge de 15 à 60 ans, elle n’augmente que légèrement sa part du total, pas­sant de 57,4‰ en 1831 à 59,4‰ en 1840 et 59,3‰ en 184915. Compte tenu de l’accroissement global de la population, cela tendrait à indiquer un allongement de l’espérance de vie pour les jeunes générations, les progrès tout relatifs des subsistances, de l’hygiène et de la médecine ne permettant pas encore de faire régresser la mortalité des personnes âgées, ni surtout celle des enfants en bas âge. C’est durant le dernier tiers du xixe siècle que des progrès décisifs interviendront à cet égard.

51L’on sait qu’entre 1815 et 1860 l’espérance de vie moyenne en Prusse se situe pour un nouveau-né autour de 27 ans, elle s’élève à 42 ans et demi pour un enfant ayant atteint l’âge de 5 ans et n’est plus que de 11 ans à 60 ans révolus.

52À ce sujet un clivage se dessine entre l’est et l’ouest de l’Allemagne.

53Si, durant la période 1815-1860 – et avec quelques variations selon les décennies, l’espérance de vie moyenne à la naissance est de 23,9 ans en Posnanie et de 24,7 ans en Prusse orientale ou occidentale, elle atteint déjà 29,8 ans en Rhénanie et 31 ans en Westphalie. Il existe donc suivant les régions des disparités inhérentes aux conditions générales d’existence.

54Or, avant 1870-1880, aucun progrès véritable n’intervient au niveau de la mortalité des plus jeunes.

55C’est ainsi que la mortinatalité (décès à la naissance) reste irrémédiable­ment stable autour de 40‰ jusqu’en 1875 environ. C’est très exactement le chiffre que Johann Peter Suessmilch avait calculé en 1750 ! Cela tendrait à prouver que, si en matière de médecine et d’hygiène quelques progrès ont été réalisés depuis le milieu du xviiie siècle, l’aggravation des conditions du travail féminin qui va de pair avec l’industrialisation empêche vraisembla­blement toute amélioration à cet égard.

  • 16 Il est actuellement en RFA de 26‰ pour les garçons et de 20‰ pour les filles, soit environ dix fois (...)

56Il en va de même pour la mortalité infantile (décès de 0 à 1 an). Le taux général de mortalité infantile en Allemagne est certainement supérieur à 240‰ entre 1830 et 1848 et il ne baissera de façon sensible qu’à partir de 190016.

57Les statistiques régionales dont on dispose (cf. tableau 5) confirment une augmentation générale de ce taux entre 1821 et 1830, puis une stabilisation – à un niveau particulièrement élevé – pour la Saxe, la Silésie, Berlin et la Bavière, entre 1831 et 1841, et enfin deux nouveaux paliers dans les décen­nies suivantes.

58Il existe un lien évident entre ces phénomènes et les épidémies de choléra qui se succèdent dès la fin des années 20 (cf. infra). Mais un lien tout aussi indéniable existe entre la mortalité infantile et l’environnement économique.

Tableau 5a : La mortalité infantile dans différents états d’Allemagne 1819-1870

Période

Sur 1000 naissances vivantes décès à l’âge de 0 à 1 an

En Prusse

En Saxe (royaume)

En Bavière

Chiffres absolus

pourcentage

Chiffres absolus

pourcentage

Chiffres absolus

pourcentage

1821-30

174

82,5

-

-

284

87,1

1831-40

183

86,7

266

99,6

296

90,8

1841-50

186

88,2

261

97,8

297

91,1

1851-60

197

93,4

255

95,5

310

95,1

1861-70

211

100,0

267

100,0

326

100,0

Source : Fischer, Krengel, Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, vol. I, p. 33.

Tableau 5b : La mortalité infantile dans les provinces prussiennes 1819-1870

Provinces prussiennes

Sur 1000 naissances vivantes, décès à l’âge de 0 à 1 an

1819-33

1834-48

1849-63

1864-70

Prusse Orientale

171

193

208

228

Prusse Ocidentale

180

193

216

242

Posnanie

182

195

217

238

Poméranie

140

153

164

193

Ville de Berlin

217

225

251

315

Brandebourg

159

173

187

189

Silésie

227

240

244

263

Saxe

175

184

197

162

Westphalie

136

142

137

162

Rhénanie

154

154

158

179

Hohenzollern

-

-

-

341

Source : Fischer, Krengel, Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, vol. I, p. 33.

59Dans le cas de la Bavière, essentiellement rurale, le taux élevé de morta­lité infantile procède sans nul doute de mauvaises conditions d’hygiène liées à des difficultés de subsistance qui, on l’a vu précédemment – affectent de façon structurelle le sud-ouest de l’Allemagne.

60Cependant des taux élevés de mortalité infantile apparaissent également dans deux régions où le secteur secondaire est traditionnellement développé : la Silésie et la Saxe. Cela tendrait à prouver que les progrès de l’industria­lisation et du machinisme, la mutation de l’artisanat et du travail à domicile ainsi que les conditions du travail féminin pèsent de plus en plus lourdement sur la démographie. D’ailleurs, le même processus frappera avec retard (après 1849 et surtout après 1864) les « nouvelles » régions industrielles de l’Ouest : la Rhénanie et la Westphalie. Le phénomène est encore plus mar­qué à Berlin où l’industrialisation progressive s’accompagne d’une urbanisa­tion « sauvage » et d’un afflux de populations déracinées.

61Sur ce point un autre élément intervient qui, tout en expliquant les taux élevés de mortalité infantile, souligne encore si besoin était l’impact que peuvent avoir sur la démographie des structures économiques et sociales particulièrement inhumaines : il s’agit du taux des naissances illégitimes.

  • 17 Conrad J. (op.cit. p. 173) a observé la mortalité infantile dans la ville de Halle an der Saale (Pr (...)

62Sachant qu’à cette époque la mortalité infantile est deux à trois fois plus élevée pour les enfants illégitimes17 on constate un parallélisme entre un taux élevé de naissances illégitimes et un taux important de mortalité infantile. Le phénomène tend d’ailleurs à s’aggraver entre 1820 et 1850, voire au-delà jusqu’à la fondation du Reich, ce qui confirme cette paupérisation croissante de larges couches de la population allemande.

  • 18 Ceci donne un relief particulier aux développements véhéments que Jean‑Jacques Rousseau et ses apôt (...)

63On observe enfin que cette augmentation de la mortalité infantile, si elle est particulièrement évidente dans les grandes villes (exemple à Berlin), est encore plus prononcée dans des régions industrielles bénéficiant encore d’un environnement rural (exemple la Silésie), et qu’elle culmine dans un pays manifestement agricole, la Bavière18.

Amplification des mouvements géographiques de population

64La conséquence logique d’une augmentation générale de la pression démographique en une époque de mutation économique et socioprofession­nelle est l’amplification des mouvements géographiques de population. Selon les régions, selon les années et selon le degré de paupérisation, cette mobilité géographique se traduit en migrations intérieures et en émigration, chacune d’intensité variable.

65Le point de départ officiel du mouvement est l’Acte du 8 juin 1815 qui proclame pour la Confédération germanique la liberté de migration des personnes entre les différents États. Cet événement met fin aux diverses politiques d’« Ancien Régime » pratiquées en la matière. Nombreux, en effet, étaient au xviiie siècle les États qui tentaient d’attirer les sujets des pays voisins afin de peupler leurs marches coloniales, ainsi la Prusse en pays slave, la Russie en Ukraine, l’Autriche dans les Balkans. Plusieurs États d’Allemagne n’hésitaient pas à exporter « en bloc » leur potentiel humain qu’ils vendaient comme soldats à des nations en guerre. D’autres pays enfin, préfigurant, de façon il est vrai maladroite, la politique des régimes totali­taires modernes, prétendaient interdire toute émigration à leurs sujets et punissaient les contrevenants d’amende ou de prison, faute de pouvoir les enfermer derrière des frontières minées et électrifiées ...

  • 19 En 1815 est proclamée 1a liberté de navigation sur le Rhin. puis en 1821 sur l’Elbe et le Danube et (...)

66Légalisée à partir de 1815, la migration hors des limites du pays natal va se développer progressivement dans un climat que diverses réformes rendent par ailleurs favorable. La libération des paysans, réalisée pour l’essentiel dans la première moitié du xixe siècle (en Prusse à partir de 1807‑1811), rompt les attaches traditionnelles et, en même temps, rend fréquemment impossible le maintien des plus défavorisés dans leur terroir. L’abolition des corporations et la proclamation de la liberté de l’artisanat, de l’industrie et du commerce tendent également à favoriser la mobilité, une mobilité des hommes qui bientôt va de pair avec une mobilité des marchandises à mesure que tombent les barrières douanières intérieures19.

67C’est ainsi que débutent en Allemagne les premiers grands mouvements de migrations intérieures et que bientôt l’émigration outre-mer connaît sa première phase de grande amplitude.

Le début des migrations intérieures

68Si, en la matière, les lacunes statistiques ne permettent pas de chiffrer avec précision l’importance du phénomène comme on pourra le faire après 1871, il demeure que les migrations intérieures intervenant entre 1830 et 1848 revêtent quatre caractéristiques principales. (cf. tableau 6)

69Il s’agit, tout d’abord, d’un exode rural, plus ou moins important selon que les structures agricoles permettent ou non d’absorber l’excédent démographique qui ne cesse de s’accumuler à partir de 1816.

Tableau 6 : Soldes migratoires dans différentes régions d’Allemagne (1817-1865)

Provinces prussiennes du Nord-Est

Royaume de Saxe

1

2

1

2

1817-1825

– 14 582

– 16 20

­

1826-1834

+ 34 600

+ 3 844

+ 129 074

+ 18 439

1835-1846

+ 116 676

+ 9 723

+ 18 932

+ 1 533

1847-1848

– 27 762

– 13 880

+ 5 225

+ 2 613

1849-1851

+ 1 952

+ 650

+ 2 484

+ 828

1852-1856

– 43 085

– 8 617

+ 7 508

+ 1 502

1857-1865

– 45 722

– 5 080

+ 38 212

+ 4 246

Province de Saxe

Rhénanie

1

2

1

2

1817-1825

+ 26 777

+ 2 975

+ 49 430

+ 5 492

1826-1834

+ 2 048

+ 228

+ 38 302

+ 4 266

1835-1846

+ 31 572

+ 2 631

+ 67 493

+ 5 624

1847-1848

+ 201

+ 100

– 10 840

– 5 422

1849-1851

– 13 153

– 4 384

– 13 521

– 4 227

1852-1856

– 29 409

– 5 882

– 9 264

– 1 633

1857-1865

– 40 576

– 4 508

+25 843

+ 2 671

Westphalie

Bade

1

2

1

2

1817-1825

+ 6 669

+ 741

+ 24 058

+ 2 673

1826-1834

+ 17 695

+ 1 966

– 8 076

– 897

1835-1846

– 9 842

– 820

– 23 088

– 1 924

1847-1848

– 8 544

– 4 272

– 15 710

– 7 855

1849-1851

– 14 453

– 4 818

– 4 6147

– 15 382

1852-1856

– 21 658

– 43 332

– 74 248

– 14 850

1857-1865

– 16 066

– 1 785

– 14 223

– 1 582

Wurtemberg

1

2

1817-1825

– 10 439

– 1 162

1826-1834

– 45 440

– 5 049

1835-1846

– 36 783

– 3 065

1847-1848

– 18 258

– 9 129

1849-1851

– 47 316

– 15 772

1852-1856

– 101 903

– 22 381

1857-1865

– 53 809

– 5 979

1 : en chiffres absolus

2 : en moyenne annuelle

Source : Wolfgang Koellman, Bevölkerung in der industriellen Revolution, op. cit. p. 70

  • 20 L’apport principal dont bénéficient ces régions n’est vraisemblablement pas dû à une migration inté (...)
  • 21 à ce sujet, voir les analyses de Peter Quante. Die Abwanderung aus der Landwirtschaft, Kiel, Kieler (...)

70Il est vrai que les régions du Nord‑Est, après s’être légèrement dépeu­plées lors de la mise en place des réformes (1817‑1825), conservent un solde migratoire positif de 1826 à 184720, ce qui renforce leur dynamisme démo­graphique en contribuant au doublement de leur population entre 1820 et 1870. Un examen de la répartition entre campagnes et villes (localités de + de 2 000 habitants) prouverait d’ailleurs que les campagnes se peuplent plus que les villes21.

71Ces provinces prussiennes du Nord‑Est constituent néanmoins une excep­tion particulièrement évidente si l’on observe l’ouest et surtout le sud du pays. Durant toute la période considérée, et même dès 1817 pour le Wur­temberg et dès 1826 pour le pays de Bade, ces régions essentiellement rurales perdent un potentiel démographique croissant ; la même chose vaudrait pour la Bavière qui a été précédemment évoquée et dont les structures économiques ou démographiques sont analogues. En revanche, le royaume de Saxe bénéficiant d’une avance industrielle considérable – et, dans une moindre mesure, la province prussienne de Saxe, enregistrent régulièrement un solde migratoire positif.

72L’examen de la population urbaine complète cette observation et permet d’avancer une deuxième proposition : les migrations intérieures intervenant durant la période considérée sont à l’origine d’un mouvement d’urbanisation qui, pour la première fois dans l’histoire allemande, connaît une telle ampleur (cf. tableau 7)

73Sur ce point, l’essor de Berlin a déjà été évoqué, mais il faudrait également citer Munich dont la population quadruple en 50 ans, ou Cologne, Breslau et Nuremberg qui doublent le nombre de leurs habitants.

  • 22 Cette situation de misère rurale chassant l’excédent démographique dans les centres urbains est, on (...)

74Il s’agit là, dans la plupart des cas, d’une urbanisation par exode rural qui revient à transférer vers la ville la misère de la campagne22. À côté des grandes villes, le même processus intervient d’ailleurs pour les villes de petite et moyenne importance.

75En outre, une troisième caractéristique se fait jour, que le solde migra­toire positif de la Saxe avait déjà illustrée : on perçoit de plus en plus une migration vers les centres industriels anciens ou nouveaux.

Tableau 7 : La croissance urbaine en Allemagne* (1800‑1850)

Tableau 7 : La croissance urbaine en Allemagne* (1800‑1850)

Source : Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsplötz, op. cit. p. 24

  • 23 Karl Erich Born, Moderne deutsche Wirtschaftsgeschichte, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1966, p. 63

76C’est le cas pour l’agglomération berlinoise (cf. supra), mais aussi pour les petites villes industrielles de Silésie où, entre 1816 et 1844, Gleiwitz passe de 3 500 à 11 800 habitants, Beuthen de 2 400 à 12 800 et Ratibor de 4 800 à 13 40023. À l’Ouest, en revanche, si le phénomène tend à se déve­lopper, il demeure encore limité jusqu’en 1860 environ, les soldes migra­toires négatifs de la Westphalie et même de la Rhénanie avant 1857 en apportent la preuve.

77Certes, entre 1816 et 1844, Dortmund passe de 4 000 à 28 000 habitants et Bochum de 2 000 à 12 000 ; cependant, en Westphalie, le pourcentage de population urbaine par rapport à la population totale n’augmente que de façon relativement limitée, passant de 27,1% à 36,6% entre 1818 et 1858.

78En Rhénanie, la croissance des zones industrielles est légèrement anté­rieure, mais avant 1848 elle demeure encore modeste, comme le montre le tableau 8.

  • 24 D’après Willy Horst, op. cit. p.25.

79On vérifie là un phénomène essentiel. En effet, la croissance globale de ce qui va constituer le bassin de la Ruhr s’effectue encore à un rythme assez lent, même si une accélération se dessine vers 1850. La région qui compte 244 500 habitants en 1825 en a 278 000 en 1834 (soit + 1,52% en moyenne annuelle), puis 359 000 en 1849 (soit + 1,95%) ; le véritable « décollage » intervient au milieu du siècle : la Ruhr compte 472 400 habitants en 1858 soit + 3,50% en moyenne annuelle entre 1849 et 185824.

Tableau 8 : évolution démographique de plusieurs agglomérations industrielles en Rhénanie de 1792 à 1850.

Tableau 8 : évolution démographique de plusieurs agglomérations industrielles en Rhénanie de 1792 à 1850.

Source : Willy Horst, Studien über die Zusammenhänge zwischen Bevölkerungsbewegung und Industrieentwicklung, Essen, Essener Verlagsanstalt, 1937, p.22.

80La dernière caractéristique de ces migrations intérieures entre 1830 et 1848 est enfin une faible amplitude du mouvement géographique contrastant avec les vastes déplacements de population (surtout le mouvement Est-Ouest) que l’on observera dans le dernier tiers du xixe siècle.

  • 25 Cf. Richard Graefen, Die Aus‑ und Abwanderung aus der Eifel in den Jahren 1815‑1955, Godesberg, Bun (...)

81Lorsqu’il y a migration définitive de la campagne vers la ville et vers l’agglomération industrielle, il s’agit d’une migration à courte ou moyenne distance. L’Umland se dépeuple au profit de la métropole (cf. Brandebourg), la région montagneuse au profit des vallées industrielles ou commerçantes. L’Eifel commence à se vider vers la Rhénanie, voire vers le bassin lorrain25.

82Toutefois, la prédominance des migrations intérieures sur de courtes distances n’exclut pas, bien au contraire, l’apparition d’un mouvement géographique plus spectaculaire encore : celui de l’émigration outre‑mer.

L’essor de l’émigration outre‑mer

83Alors que depuis des siècles l’émigration de populations allemandes était, pour l’essentiel, dirigée vers l’Europe centrale et orientale, le xixe siècle inaugure, pour l’Allemagne comme pour la plupart des pays européens, une forme d’émigration nouvelle, tant par son ampleur que par sa destination : c’est l’émigration vers le Nouveau Monde qui emportera 20 à 25 millions d’Européens entre 1820 et 1900.

  • 26 Deux études essentielles existent à ce sujet : Friedrich Burgdörfer, « Die Wanderungen über die deu (...)

84En ce qui concerne l’émigration allemande, on peut, à défaut de statis­tiques précises portant sur les départs26, se référer également aux statistiques américaines, sachant qu’à cette époque les émigrants allemands se rendent dans leur quasi totalité aux États‑Unis.

85Au lendemain des guerres de libération une première vague de départs provoquée en 1816-1817 par de mauvaises récoltes et des famines conduit vers le Nouveau Monde environ 20 000 Allemands, surtout originaires du Sud. Le mouvement d’émigration se ralentit ensuite très nettement entre 1820 et 1830 : moins de 30 000 Allemands émigrent en 10 ans.

86En revanche durant la période considérée (1830-1848), le mouvement prend un essor considérable : entre 1831 et 1840 plus de 170 000 Allemands émigrent, 153 000 s’installant aux états-Unis ; au cours de la décennie suivante (1841-1850) l’émigration est presque multipliée par trois : 470 000 départs environ correspondant à 435 000 entrées aux USA. Le mouvement doublera encore entre 1851 et 1860 (1 080 000 Allemands quittent leur pays et 980 000 entrent aux États‑Unis), puis se stabilisera autour de 700 000 à 800 000 départs dans les deux décennies suivantes (1860 à 1880). Au total, plus de 2 500 000 Allemands ont émigré entre 1820 et 1870 dont près de 650 000 durant la période 1830-1848. Le mouvement d’émigration, après avoir essentiellement affecté le sud‑ouest du pays, s’est progressivement étendu à l’Ouest et au Nord‑Ouest, puis touchant à son tour le Nord‑Est, il saisit finalement l’Allemagne toute entière.

87Les raisons expliquant cette vague brutale et nouvelle d’émigration sont évidemment complexes et multiples.

88De façon très générale, on peut expliquer un mouvement d’émigration aussi massif par des difficultés économiques profondes, occasionnellement par des persécutions politiques ou religieuses, ces diverses motivations se trouvant renforcées par une volonté de partir et d’atteindre un pays d’accueil dans lequel ces inconvénients n’existent ou n’existeraient pas.

  • 27 Maximilien Sorre, Les migrations des peuples. Essai sur la mobilité géographique, Paris, Flammarion (...)

89C’est ce que résume Maximilien Sorre lorsqu’il écrit27 :

« Les individus et les groupes humains sont quelquefois mis en mouvement par des pressions extérieures : cataclysme naturel, une guerre, la violence sous une forme ou sous une autre. Mais presque toujours, nous devons chercher l’origine de leurs déplacements dans leurs besoins, dans leur genre de vie, même dans leurs imaginations. »

90L’histoire de l’émigration allemande entre 1830 et 1848, et plus largement entre 1815 à 1870, reflète ainsi ces diverses motivations, de même qu’elle rend compte à sa façon de l’évolution économique des différentes ré­gions du pays. Or, dans cette histoire, trois étapes apparaissent. La première pourrait s’intituler : « de 1815 à 1845, Malthus a-t-il raison ? »

91La première grande vague d’émigration se produit en effet au lendemain des guerres napoléoniennes, surtout à la suite de l’hiver 1816-1817 dont les conséquences apparaissent catastrophiques pour l’agriculture allemande, particulièrement dans le sud du pays : des milliers d’agriculteurs prennent la décision d’émigrer. Dès ce moment, on voit se conjuguer les facteurs tant économiques et démographiques que religieux et politiques propres à favori­ser ces départs. Ainsi, au cours de l’évolution du pays entre 1815 et 1870, cette conjonction de phénomènes naturels et de mouvements « idéolo­giques » souvent confus, une conjonction généralement riche en contradic­tions, favorise une hémorragie de populations dont le rythme désordonné ne prendra fin qu’avec le siècle, et ce, sous le double effet de l’expansion industrielle et de l’impérialisme démographique.

  • 28 Chiffres cités par Erich Keyser, op. cit., p. 405.

92Si, en 1816‑1817, plus de 20 000 Allemands partent vers l’Amérique, c’est que leur pays se trouve dans l’impossibilité de les nourrir ; la plupart des émigrants proviennent des régions à forte densité démographique : le Wurtemberg qui en 1815 compte 72 habitants au kilomètre carré et le grand-duché de Bade 66 habitants au kilomètre carré, contre seulement 46 habi­tants au kilomètre carré28 à l’échelle de l’Allemagne tout entière.

93Ce serait donc la surpopulation, ce péril d’apocalypse dénoncé par Malthus dix‑huit ans auparavant, qui expliquerait un tel départ en vérifiant les thèses du prophétique pasteur.

94En réalité, la surpopulation est un fait difficilement mesurable en termes de densités démographiques comparées. À cette explication par la surpopu­lation, il faut préférer celle qu’impose la constatation d’une misère écono­mique, une misère qui, dans cette Allemagne encore agricole, dépend certes de la prolificité, mais surtout du rendement des terres, de leur système de culture et aussi d’un régime de transmission juridique de la propriété ayant des effets déterminants sur la taille des exploitations.

95Ainsi, face aux disettes de 1816-1817, le sud du pays, plus vulnérable sur tous ces plans, sera davantage affecté.

96Mais deux facteurs supplémentaires favorisent ces départs. Tandis que disparaissent les entraves administratives et « idéologiques » à l’émigration, celle‑ci se trouve encouragée par les progrès des transports et des communi­cations.

97En effet, sur le plan tant politique que religieux prévaut, à cette époque, l’idée selon laquelle l’État et les hommes ne doivent pas s’opposer systé­matiquement au départ de ces « malheureux » qui, il faut bien l’admettre, simplifient d’autant par leur émigration la tâche des autorités en diminuant le nombre des nécessiteux à secourir.

98Dans les communes où, sous l’effet des réformes et de la « libération », disparaissent les structures (communaux, par exemple) et les institutions traditionnellement destinées à aider les pauvres et les marginaux, on consi­dère avec une commisération mêlée de curiosité, sinon de soulagement, ceux qui ont été touchés par la grâce du départ, l’expression « Gottgewollte Schickung » (grâce issue de la volonté divine) étant couramment employée à ce propos.

99Les plus lucides néanmoins comprennent que ces ruraux, idéalisant le Nouveau Monde, sont souvent le jouet d’illusions au reste fort à la mode et, par ailleurs, concrètement profitables à ceux qui les diffusent. Les chro­niques de l’époque citent tel armateur helvétique qui, ayant organisé un service sur le Rhin en direction des ports de la Mer du Nord, provoque dans le Pays de Bade un véritable vertige d’émigration et... fait fortune en quelques mois.

  • 29 Comme le remarque Renate Vowinckel, Ursachen der Auswanderung gezeigt an badischen Beispielen aus d (...)

100Cependant, le mouvement s’apaise et, entre les années 20 et les années 30, les départs d’émigrants diminuent considérablement ; néanmoins, un courant régulier s’instaure bientôt entre l’Allemagne et les États-Unis grâce aux progrès de la navigation à vapeur qui accélère le passage outre-mer et en abaisse le prix29, mais aussi grâce à l’essor des communications postales permettant aux nouveaux Américains de vanter dans leur pays d’origine les bienfaits de leur terre d’accueil.

101Le deuxième grand moment que l’on pourrait intituler « List, Malthus et la misère » précède les convulsions politiques de 1848 : il est déclenché en 1844 par les difficultés économiques qui frappent à la fois les paysans et les artisans.

102Entre 1844 et 1847, des dizaines de milliers d’émigrants quittent le pays : de nouveau se pose la question de savoir s’il faut « laisser faire » l’émigra­tion ou l’interdire.

103Une réponse existe depuis longtemps : c’est celle que Frédéric List avait commencé à formuler dès 1816, lorsque le roi de Wurtemberg l’avait chargé d’enquêter sur les motifs poussant ses sujets à émigrer.

104À l’époque, List avait surtout insisté sur la dureté du régime fiscal, sur les injustices de l’ordre social, sur l’arbitraire de l’administration.

105Quinze ans plus tard, il précise son diagnostic et constate déjà que ce n’est pas la surpopulation, mais bien la misère qui pousse les Allemands à partir outre-mer : comment, sinon, expliquer le départ de régions agricoles peu peuplées et, par contre, la sédentarité des populations urbaines là où prospère l’industrie ? La solution est alors pour List dans ... l’essor des chemins de fer qui faciliteront l’échange des hommes et des marchandises, tout en fournissant dans l’immédiat du travail aux plus malheureux ; la solution est aussi dans le développement des villes manufacturières qui pro­gressivement feront passer l’Allemagne de l’âge agricole à l’âge industriel, deux solutions de nature à faire cesser l’émigration, tout en permettant à un plus grand nombre d’hommes de produire plus de richesses.

106Pour ce qui est de l’industrialisation et des chemins de fer, les vœux de F. List furent exaucés, mais l’émigration ne cessa pas pour autant.

107Toutefois, sous l’effet des événements qui secouent l’Allemagne et l’Europe, cette émigration prend une troisième forme : « 1848 ou l’émigra­tion politique ».

108Une des décisions du Parlement de Francfort consiste, en effet, à ranger le droit à l’émigration parmi les droits fondamentaux de l’individu (§ 5, art. 1 des « Grundrechte der Freiheit »).

  • 30 Sur ce sujet, on peut consulter la thèse de J.A. Hawgood (Heidelberg 1928) Politische und wirtschaf (...)

109Les premiers à bénéficier de ces nouvelles franchises seront justement les protagonistes de cette révolution après son échec. Dès 1849, on voit une nouvelle catégorie de migrants, en général des membres des couches supé­rieures de la société allemande, quitter le pays pour les états-Unis : ils ne sont pas mus par des raisons matérielles, c’est leur idéalisme qui les pousse à chercher en Amérique un refuge momentané, en attendant de pouvoir reve­nir – c’est du moins ce qu’ils espèrent –, dans une patrie conforme à leurs désirs30.

110À partir de 1850 le mouvement d’émigration devient irrésistible ; il double de volume par rapport à la décennie précédente (cf. supra), atteignant entre 1850 et 1854 un taux de 8,9‰ par rapport à la population totale de l’Allemagne. Au cours de l’année 1854, point culminant du phénomène, plus de 239 000 Allemands quittent leur pays.

111Ce phénomène, nourri par la pression démographique d’une Allemagne particulièrement dynamique, facilité par les progrès croissants des transports maritimes et ferrés, ne se tarira qu’au cours des années 1890-1895 lorsque se conjugueront deux facteurs : la fermeture progressive des États‑Unis qui, par ailleurs, connaissent de violentes crises économiques, et l’essor prodigieux de l’industrie du Reich, désormais capable d’intégrer les migrants.

évolution démographique et conjoncture

112Au terme de cette étude consacrée à la population allemande entre 1830 et 1848 une question se pose : la démographie reflète-t-elle les multiples événements qui ont pu affecter le pays durant ces quelque vingt années ?

113À plusieurs reprises une réponse a été esquissée, mais un bilan d’en­semble fait défaut.

114Pour caractériser le régime traditionnel, celui auquel la Révolution démo­graphique a mis fin en Europe après des millénaires, Alfred Sauvy évoque les Trois Parques : la guerre, la disette et l’épidémie qui frappant tour à tour les populations faisaient en sorte qu’au mieux elles restassent stables. L’histoire de l’Allemagne avant 1815 illustre fort bien cette situation avec son alternance de guerres, de pestes et de famines compensées par des périodes de « récupération ».

115Or, après quatre siècles environ d’une stagnation globale découlant d’un tel régime démographique, il semblerait qu’entre 1830 et 1848 les Trois Parques aient encore frappé l’Allemagne, mais, en l’occurrence, pour la dernière fois selon les règles traditionnelles.

116Les trois périodes observées durant le Vormärz sont à cet égard bien instructives : on y trouve deux phases de crises, séparées par une douzaine d’années de convalescence.

  • 31 En Prusse, le boisseau de blé. dont le cours se situait autour de 50 groschen d’argent depuis le dé (...)
  • 32 Sept pandémies de choléra successives frapperont l’Europe entre 1827 et 1975.
  • 33 Les provinces prussiennes du Nord‑Est sont les plus cruellement touchées : en 1831 ces provinces co (...)

117C’est tout d’abord vers 1830-1832, avec la première crise de la période considérée, que se combinent les trois éléments caractéristiques. L’Alle­magne connaît des difficultés économiques provoquées tant par la trans­formation des techniques de production que par la concurrence de l’étranger. À mesure que grandit la pression démographique liée au « baby boom » d’après 1815, une crise de subsistances se fait jour dans l’agriculture, provo­quant l’inévitable renchérissement des denrées agricoles classiques (seigle, blé)31. C’est alors qu’intervient un deuxième élément : l’épidémie. Il s’agit plus précisément de la première apparition en Europe du « choléra asia­tique »32. Frappant une population évidemment non immunisée et déjà affai­blie par les disettes, le choléra exerce une influence manifeste sur le mouve­ment naturel (cf. graphique 2 et tableau 1). La mortalité augmente fortement, culminant en 1831‑183233 ; la natalité, déjà freinée par un recul durable de la nuptialité consécutif aux difficultés économiques, accuse jusqu’en 1832 une baisse importante. En revanche, le troisième élément de cette crise, les troubles révolutionnaires de 1830-1831, ne joue vraisemblablement qu’un rôle accessoire dans le devenir de la population allemande.

118La phase suivante (1832-1844) est une période de relative récupération, encore qu’en la matière la situation de la population allemande n’apparaisse guère idyllique, émigration et mortalité infantile le prouvent amplement.

119Toutefois la nuptialité retrouve un niveau général élevé, en dépit d’un léger tassement vers 1836-1838. La mortalité se stabilise, elle diminue même très légèrement sur l’ensemble de la période : il n’empêche qu’elle demeure importante et fort sensible aux fluctuations des cours agricoles (remontée des prix vers 1836‑1837). La natalité enfin, profitant de l’arrivée à l’âge adulte de la génération d’après 1815, reste à la fois forte et quasi stationnaire entre 1833 et 1845.

1201844 annonce la fin de cette période de stabilisation et le retour de plu­sieurs années de crise où se conjuguent à nouveau les trois éléments clas­siques précédemment évoqués.

121Le rythme de cette crise de 1845-1848 est tout d’abord marqué par une succession de mauvaises récoltes ; dès 1845 le seigle et le blé augmentent de 40 à 55% par rapport à l’année précédente ; cela empire en 1846 et culmine en 1847, le prix des céréales triplant parfois par rapport à 1844. À cela s’ajoute l’impossibilité d’utiliser d’autres nourritures de remplacement, la récolte de pommes de terre étant également catastrophique. La crise agricole se répercute sur les autres secteurs de l’économie à un moment où, par ailleurs, l’industrie et le commerce se trouvent profondément affectés par la crise cyclique de 1846 qui vient d’éclater en Angleterre.

122C’est alors que se propage la deuxième grande vague de choléra, n’épargnant cette fois aucune région d’Allemagne.

123Le troisième fléau intervient alors au printemps 1848 et se manifeste, à défaut de guerre, sous la forme de graves troubles politiques que l’on ne peut bien sûr dissocier des famines, de la crise économique et de la catastrophe sanitaire.

124Le phénomène est manifeste sur le plan démographique.

125Si la nuptialité apparaît moins sensible à la crise agricole (elle ne fléchit sensiblement qu’en 1847), la mortalité et la natalité effectuent un « mouve­ment de ciseaux » spectaculaire : entre 1846 et 1848 la mortalité augmente brutalement tandis que s’effondre la natalité (cf. graphique 1 et tableau 2).

126Cette brusque rupture de la croissance démographique est générale : la plupart des régions dont l’excédent naturel moyen se situait autour de 9,5‑11,5‰ par an entre 1835 et 1846 voient celui‑ci baisser jusqu’à 7,5‰ environ. Seule la Saxe paraît moins touchée : le royaume de Saxe conserve un excédent de 9,8‰ contre 10,7‰ auparavant et la province prussienne de Saxe un excédent de 9,8‰ contre 11,2‰. Comme pour la crise précédente (1830‑1832) les provinces du Nord‑Est sont particulièrement affectées : leur excédent des naissances de 11,6‰ entre 1835 et 1846 est brusquement suivi par un excédent des décès de 4‰.

127Dès la fin de 1848 une amélioration se dessine, les récoltes étant meilleures, les cours baissent à nouveau et si le choléra persiste encore jusqu’en 1850, il est clair que cette crise, vraisemblablement la plus grave du siècle pour l’Allemagne, se trouve désormais surmontée ; le rattrapage démographique qui intervient dès 1849 en apporte d’ailleurs la preuve.

128Certes les années suivantes verront le retour des épidémies et des mau­vaises récoltes. Ainsi, en 1855, une brusque flambée de choléra accom­pagnée d’un renchérissement des céréales affecte encore le pays. Cependant la natalité repart en 1850 au rythme de l’essor industriel, tandis que la mortalité amorce un fléchissement que les guerres d’unification masquent à peine. Bientôt les fluctuations des cours agricoles perdront de leur impor­tance, relayées par les crises cycliques de l’industrie.

129En effet l’Allemagne s’industrialise, l’Allemagne connaît dans son évolu­tion démographique des disparités de plus en plus grandes selon les régions, l’Allemagne laisse toujours partir vers l’outre-mer son contingent d’exclus.

130Cependant au milieu du siècle un mouvement nouveau se dessine : au moment où se consolide le décollage industriel, et au moment où, par‑delà la crise, les progrès de l’agriculture commencent à améliorer de façon profonde les conditions de subsistance, la population allemande amorce un change­ment de régime démographique qui, quelques décennies plus tard, apparaîtra comme une révolution.

131L’antique prière : « A peste, fame, bello, libera nos, Domine » est‑elle pour autant devenue une incantation du passé ?

Bibliographie

Abel Wilhelm, Massenarmut und Hungerkrisen im vorindustriellen Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1972, 83 p.

Born Karl Erich, Moderne deutsche Wirtschaftsgeschichte, Cologne, Kie­penheuer & Witsch, 1966, 535 p.

Burgdörfer Friedrich, « Die Wanderungen über die deutschen Reichs­grenzen im letzten Jahrhundert », in : Allgemeines Statistisches Archiv (20). 1930.

Conrad Johannes, Grundriss zum Studium der politischen œkonomie. Iéna, Fischer, 1925, 235 p.

Depoid Pierre, La reproduction nette en Europe depuis l’origine des statis­tiques, Paris, Imprimerie Nationale, 1941. 42 p.

Fischer Wolfram, Krengel Jochen, Wietog Jutta, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch. vol. 1. Munich, Beck, 1982. 254 p.

Graafen Richard, Die Aus‑ und Abwanderung aus der Eifel in den Jahren 1815‑1955, Bad‑Godesberg, Bundesanstalt für Landeskunde, 1961, 115 p.

Hawgood John Arkas, Politische und wirtschaftliche Beziehungen zwischen den Vereinigten Staaten von Amerika und der deutschen provisorischen Central‑Regierung zu Frankfurt am Main 1848‑1849. Heidelberg, Thèse univ., février 1929. 75 p.

Hoffmann Walter Gustav, Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin/Heidelberg/New York, Springer. 1965, 642 p.

Horst Willy, Studien über die Zusammenhänge zwischen Bevölkerungs­bewegung und Industrieentwicklung, Essen, Essener Verlagsanstalt, 1937. 542 p.

Hubert Michel, La population allemande à l’ère industrielle 1815‑1914. Thèse de doctorat d’État, Paris, décembre 1978. 676 P.

Keyser Erich, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands, Leipzig, Hirzel, 1938, 459 p.

Koellmann Wolfgang, Bevölkerung in der industriellen Revolution, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1974, 286 p.

Koellmann Wolfgang, Bevölkerungsploetz. vol. IV. Wurzbourg Ploetz, 1965. 332 p.

Marschalck, Deutsche Überseewanderung im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Klett, 1973, 128 p.

Preussische Statistik. Vol. 46 et 168, Berlin, Verlag des kön. stat. Bureaus.

Quante Peter, Die Abwanderung aus der Landwirtschaft, Kiel, Kieler Studien, 1958, 221 p.

Reinhard Marcel, Armengaud André, Dupaquier Jacques, Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968. 708 p.

Sorre Maximilien, Les migrations des peuples. Essai sur la mobilité géographique, Paris, Flammarion, 1955. 265 p.

Statistik des Deutschen Reichs, Vol. 44, 150, 240, Berlin, Puttkammer & Mühlbrecht.

Vowinckel Renate, Ursachen der Auswanderung gezeigt an badischen Beispielen aus dem 18. und 19. Jahrhundert, Stuttgart, Kohlhammer, 1939, 148 p.

Notes

1 Ainsi Preussische Statistik, particulièrement vol.40 et 188. Berlin : Verlag des Kön. Stat. Bureaus.

2 Hoffmann Walter Gustav, Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts. Berlin-Heidelberg-New York : Springer, 1965, 2 vol. 842 p.

3 Koellmann Wolfgang, Quellen zur Bevölkerungs-. Sozial- und Wirtschaftsstatistik Deutschlands 1815‑1875, vol. 1. Quellen zur Bevölkerungsstatistik Deutschlands 1815-1875, Boppard : Boldt. 1980, 346 p.

4 Statistik des Deutschen Reichs (StDR]. Berlin : Puttkammer et Mühlbrecht. Particulièrement vol. 44 (1892) 150 (1903) et 240 (1915).

5 Considérée dans ses frontières de 1871, moins l’Alsace‑Lorraine.

6 Pour plus de précisions voir Hubert Michel, La population allemande à l’ère industrielle 1815‑1914. Thèse de doctorat d’État, Paris 1978, p. 169‑189, ainsi que tableaux n° 19 et 20.

7 Le cas de la ville de Lubeck demeure évidemment marginal, bien que fort intéressant ; la faible croissance de la population s’explique par un accroissement naturel anormalement faible (1,8‰ en moyenne annuelle entre 1841 et 1850 contre 3,4‰ à Hambourg et 8,8‰ à Brême) qui n’est pas compensé par un afflux migratoire suffisant : le solde migratoire de Lubeck n’est que de + 0,8‰ en moyenne annuelle durant la même période contre + 9,0‰ à Hambourg et + 4,4‰ à Brême. De multiples facteurs, essentiellement économiques, sont à la base de ce déclin.

8 Conrad Johannes, Grundriss zum Studium der politischen Oekonomie, Vol, IV : Bevölke­rungsstatistik, Iena Fischer, 1925 ; p.196‑199.

9 Les dernières dispositions en la matière ne seront abolies en Bavière et dans le Wurtemberg que peu avant 1870.

10 C’est d’ailleurs pour lutter contre cette parcellisation des terres provoquée ou aggravée par les dispositions du Code Napoléon que l’on remit en vigueur en Bavière (1855) et en Hesse (1858) le Höferecht (droit permettant de transmettre à un seul héritier 1a totalité d’une exploitation, les ayants droit recevant des dédommagements en espèce).

11 Keyser Erich, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands, Leipzig, Hirzel, 1938, p.407.

12 Sur ce point cf. Reinhard M., Armengaud A. et Dupaquier J., Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968, p. 358‑359 et Hubert Michel, op. cit. p.136 et suiv.

13 Cité par Fischer Wolfram, Krengel Jochen et Wietog Jutte, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch. vol.l. Munich, Beck, 1982 , p.30

14 Le taux net de reproduction indique le nombre de naissances féminines qu’aurait, à la date choisie, une génération de femmes, à supposer que la mortalité demeure stable.

15 Chiffres cités par Fischer, Krengel, Wietog. op. cit.. p. 22-23.

16 Il est actuellement en RFA de 26‰ pour les garçons et de 20‰ pour les filles, soit environ dix fois moins qu’au milieu du xixe siècle ...

17 Conrad J. (op.cit. p. 173) a observé la mortalité infantile dans la ville de Halle an der Saale (Prov. de Saxe) entre 1858 et 1862. Les résultats sont particulièrement révélateurs. Le quo­tient de mortalité infantile. c’est-à-dire la probabilité de décès entre la naissance et le premier anniversaire est, sur 100 naissances, de 13,04 pour des enfants appartenant aux classes dirigeantes, de 15,83 pour les enfants d’artisans, de 16,28 pour les enfants d’ou­vriers, de 20,20 pour les enfants de fonctionnaires subalternes et de petites commerçants, mais de 56,67 pour les enfants illégitimes.

18 Ceci donne un relief particulier aux développements véhéments que Jean‑Jacques Rousseau et ses apôtres de la Nature consacraient à l’immoralité des villes et à ses dangers pour 1’avenir de la population. Les mêmes thèses seront d’ailleurs remises au goût du jour 150 ans plus tard par les démographes allemands de l’entre‑deux‑guerres et spécialement de la période nazie. (cf. Friedrich Burgdörfer : « die Städte als Massengräber des deutschen Volkes ».)

19 En 1815 est proclamée 1a liberté de navigation sur le Rhin. puis en 1821 sur l’Elbe et le Danube et en 1831 sur le Main. En 1818 la Prusse abolit les 67 tarifs intérieurs qui entravaient cette liberté de circulation sur son territoire, soit presque la moitié de l’Alle­magne ; elle entreprend ensuite l’unification douanière dont la création du Zollverein (1834) sera une étape décisive.

20 L’apport principal dont bénéficient ces régions n’est vraisemblablement pas dû à une migration intérieure, mais provient, pour l’essentiel, d’une immigration originaire de la partie de Pologne annexée par la Russie depuis le Congrès de Vienne. L’existence de cette immigration entre 1829 et 1841 est confirmée par le solde migratoire global figurant au tableau 1.

21 à ce sujet, voir les analyses de Peter Quante. Die Abwanderung aus der Landwirtschaft, Kiel, Kieler Studien, 1958, p. 4 et suiv.

22 Cette situation de misère rurale chassant l’excédent démographique dans les centres urbains est, on le sait, une des plaies actuelles des pays du tiers‑monde.

23 Karl Erich Born, Moderne deutsche Wirtschaftsgeschichte, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1966, p. 63.

24 D’après Willy Horst, op. cit. p.25.

25 Cf. Richard Graefen, Die Aus‑ und Abwanderung aus der Eifel in den Jahren 1815‑1955, Godesberg, Bundesanstalt für Landeskunde, 1961.

26 Deux études essentielles existent à ce sujet : Friedrich Burgdörfer, « Die Wanderungen über die deutschen Reichsgrenzen im letzten Jahrhundert », in : Allgemeines statistisches Archiv 20 (1930), p.161‑196, 383‑419 et 537‑551. Et Peter Marschalck, Deutsche Über­seewanderung im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Klett 1973, 128 p.

Le principal obstacle statistique réside dans le fait qu’avant 1850, voire 1871, les ports de Brême et Hambourg ne sont pas les plus fréquemment utilisés par les candidats à l’émi­gration : ceux‑ci transitent souvent par Anvers et Le Havre, ce qui explique l’intérêt d’une référence aux statistiques d’« entrées » établies par les autorités américaines.

27 Maximilien Sorre, Les migrations des peuples. Essai sur la mobilité géographique, Paris, Flammarion, 1955, p. 28.

28 Chiffres cités par Erich Keyser, op. cit., p. 405.

29 Comme le remarque Renate Vowinckel, Ursachen der Auswanderung gezeigt an badischen Beispielen aus dem xviii. und xix. Jahrhundert, Stuttgart, Kohlhammer, 1939, p.68, un processus cumulatif intervient : le nombre des émigrants incite les armateurs à construire des navires supplémentaires et, pour rentabiliser l’investissement, on fait appel à des « agents recruteurs » qui « provoquent » de nouveaux départs.

30 Sur ce sujet, on peut consulter la thèse de J.A. Hawgood (Heidelberg 1928) Politische und wirtschaftliche Beziehungen zwischen den Vereinigten Staaten von Amerika und der deutschen provisorischen Zentralregierung zu Frankfurt a/Main.

31 En Prusse, le boisseau de blé. dont le cours se situait autour de 50 groschen d’argent depuis le début des années 20, en atteint 78,2 en 1831 : le seigle est à 54,8 groschen en 1831 contre 37,5 en 1820 (Preussische Statistik, vol. 48 A. Berlin 1879 p.16 et suiv.)

32 Sept pandémies de choléra successives frapperont l’Europe entre 1827 et 1975.

33 Les provinces prussiennes du Nord‑Est sont les plus cruellement touchées : en 1831 ces provinces comptant environ 3 150 000 habitants enregistrent un excédent des décès sur les naissances de 35 000. L’année suivante l’excédent des naissances sur les décès est encore inférieur à 2 000 (W. Koellmann, Bevölkerung in ..., op. cit. p. 66 et 94).

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : L’accroissement général de la population allemande* (1817-1871)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 2 : évolution du mouvement naturel en Allemagne* 1817-1871 (natalité – mortalité – nuptialité)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 1 : L’évolution démographique en Allemagne 1817-1871 (accroissement – mouvement naturel – bilan migratoire)
Crédits source : Fischer, Krengel, Wietog : Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, vol. I, pp. 26-28
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Graphique 3 : évolution démographique de l’Allemagne depuis 1850
Crédits Source : W. Koellmann, Bevölkerung in der industriellen Revolution, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1974, p. 29.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 3 : Le mouvement naturel en Allemagne 1841-1870
Crédits Source : W. Koellmann, Bevölkerungsploetz, op. cit. pp. 22-23
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4 : Taux de fécondité nette de la population allemande
Crédits Source : Depoid Pierre, La reproduction nette en Europe depuis l’origine des statistiques de l’état-civil, Paris, Imprimerie Nationale, 1941, p 39
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 7 : La croissance urbaine en Allemagne* (1800‑1850)
Crédits Source : Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsplötz, op. cit. p. 24
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 8 : évolution démographique de plusieurs agglomérations industrielles en Rhénanie de 1792 à 1850.
Crédits Source : Willy Horst, Studien über die Zusammenhänge zwischen Bevölkerungsbewegung und Industrieentwicklung, Essen, Essener Verlagsanstalt, 1937, p.22.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteur

Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr