Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

Portrait de classe avec paysans

Étude sur le film de Volker Schlöndorff La soudaine richesse des pauvres gens de Kombach

Gilbert Guillard

Texte intégral

« Les paysans pèchent à la fois contre Dieu et contre les hommes. Ils ont plusieurs fois mérité la mort du corps et celle de l’âme, ils ne reconnaissent et ne respectent aucun droit, mais leur fureur se donne libre cours … Que l’autorité intervienne sans hésiter, qu’elle frappe en bonne conscience tant qu’elle peut remuer un muscle. »
Martin Luther Contre la coalition des paysans pillards et meurtriers

« Les paysans constituent une classe aussi impuissante que celle des petits bour­geois, dont ils se différencient cependant heureusement par leur plus grand courage. En revanche ils sont totalement incapables de quelque initiative historique que ce soit.
Friedrich Engels Les guerres de paysans en Allemagne

  • 1 Der Postraub in der Subach aktenmässig bearbeitet von Kriminalgerichtssekretär Carl Franz, gedruckt (...)

1En 1970 Volker Schlöndorff réalisa un film La soudaine richesse des pauvres gens de Kombach qui marqua une nouvelle étape dans l’évolution du jeune cinéma allemand depuis les années soixante. Le scénario, qu’il rédigea en compagnie de son épouse Margarethe von Trotta, n’est autre qu’une adaptation à l’écran d’un rapport publié en 1825 par le secrétaire aux affaires criminelles Carl Franz, L’attaque de la chaise de poste à Subach1. Réimprimée en 1909 dans un journal local, cette vieille chronique fut redécouverte par un amateur d’histoire régionale.

2Elle raconte comment en 1821, lassés de leur misère, sept paysans et journaliers de Kombach, village situé dans le grand‑duché de Hesse-Darmstadt, et un colporteur juif, décidèrent d’attaquer le transport de fonds chargé de convoyer la recette des impôts de Biedenkopf à Giessen. L’attaque devait avoir lieu sur la portion de territoire de la principauté de Hesse‑Cassel qui coupait en deux le grand‑duché. En raison de leur inexpérience, leur entreprise échoua cinq fois. Mais même lorsqu’ils eurent réussi, ils ne purent longtemps profiter de leur argent et furent bientôt arrêtés. À cette époque en effet, les paysans étaient si pauvres que la moindre dépense qu’ils pouvaient se permettre grâce à leur butin devait infailliblement attirer l’attention du juge d’instruction.

3Leur interrogatoire, en forme de lavage de cerveau, n’eut pas seulement pour but de leur faire avouer leur crime, mais aussi de les amener à une véritable autocritique, à reconnaître l’aspect « antisocial » de leur comporte­ment qui remet en cause la sacro‑sainte autorité. Condamnés à mort, ils subiront, à l’exception de deux d’entre eux qui préfèrent le suicide à l’exécution, leur supplice en sujets résignés, obéissants et repentants, ayant à nouveau accepté la morale de la société qui les opprime. Seul le colporteur juif instigateur de l’attaque échappera à la justice et émigrera aux états‑Unis.

Situation du film dans le cadre du jeune cinéma allemand

  • 2 Brigitte Jeremias, « Eine neue Art von Heimatfilm ». Frankfurter allgemeine Zeitung, 27/l/71.
  • 3 « Die andere Tradition », article paru dans le Süddeutsche Zeitung, 8/2/71.

4Tourné en Oberhessen et dans l’Odenwald, racontant une histoire du ter­roir, ce film fut salué à sa sortie par la critique comme une nouvelle forme de « Heimatfilm »2. Il s’inscrivait effectivement dans une série d’œuvres réali­sées par de jeunes cinéastes engagés, ayant pour héros le braconnier Jenner­wein (Volker Vogeler) ou le bandit bavarois Mathias Kneissl (Reinhard Hauff) ou encore Michaël Kohlhaas (Schlöndorff lui‑même, en 1969). Peut‑être aurait-on dû au demeurant appeler ces films des « Räuberfilme », d’une part parce que l’ennui pesant secrété par les Heimatfilme disparaît ici au profit d’une réelle tension dramatique, d’autre part parce que ces films ne se rattachent à une tradition cinématographique que pour mieux la critiquer. Comme le note le regretté Alf Brustellin, journaliste et cinéaste, l’Allemagne n’a produit qu’un seul genre cinématographique qui lui soit vraiment spéci­fique, le Heimatfilm. Ce genre aurait pu précisément, puisque « le peuple » y est par définition le principal acteur du drame, être le lieu privilégié où les inférieurs, les gens du commun, les faibles, les exploités, les révoltés soient mis en scène dans leur espace historique et leur tradition propres3. En fait, le Heimatfilm a été dévoyé avant la guerre par la propagande nationale-socia­liste et a dépéri après la guerre, ravalé au rang de dépliant touristique, de pilule euphorisante et de potion de l’oubli pour effacer un passé trop gênant.

5Schlöndorff, lui, n’a pas réalisé un Heimatfilm du type des années cinquante, qui nous présente des amours d’abord contrariés puis bénis du ciel et de l’église, où la splendeur de paysages non pollués, le tintement cristallin des cloches et le charme pittoresque des costumes traditionnels nous rappellent à chaque image que nous sommes dans un monde sans fêlure, où Dieu, la nature et la société se fondent en une harmonieuse unité. Certes Michael Kohlhaas avec son faste, ses couleurs flamboyantes, son action sanglante, apparaît finalement comme un film d’aventures assez banal, mais dans La soudaine richesse ... tout ceci s’efface au profit d’une rigueur, d’une distanciation, d’une recherche historique qui situent cette œuvre aux antipodes du Heimatfilm. L’idylle y devient un mirage, symbolisé par ce « Geldkärrchen » qui passe et repasse dans la forêt, accompagné des sons clairs et mélodieux d’une harpe et de flûtes. Le Heimatfilm est en outre placé sur le même plan que la « littérature pour paysans », dont quelques exemples sont cités dans La soudaine richesse..., mécanismes à fabriquer des illusions. Schlöndorff a utilisé ironiquement pour son film un titre qui évoque ceux des Moritaten de l’époque, des récits stéréotypés avec une conclusion moralisante, et il raconte l’histoire dans le style populaire des almanachs pour paysans. Le film est donc au confluent d’une tradition littéraire ancienne (la fable) et d’une tradition cinématographique récente (le Heimatfilm) qu’il reprend, démonte et critique. Si l’on s’interroge sur « l’ac­tualité » du film, il y a là un premier parallèle clairement tracé entre le passé et le présent.

Une œuvre didactique

  • 4 Jean de Baroncelli, « Un western dialectique », Le Monde, 10/12/71.

6Dans une interview au journal Le Monde, Schlöndorff déclarait : « On en est arrivé à démonter un mécanisme, à faire un film assez didactique, dia­lectique »4. Incontestablement, il ne s’agit pas d’un discours innocent, mais d’un discours savant, qui se manifeste par un choix, un découpage du réel. Quant à la construction générale du film, elle se caractérise par une structu­ration très forte et un plan dialectique en trois parties : la préparation de l’attaque et son exécution, l’enquête, l’arrestation et la condamnation, entraî­nant résignation ou résistance. Chaque partie est scandée par l’intervention du juif. Il propose aux paysans un moyen de se procurer de l’argent ; au mariage, il explique le rôle de l’argent ; à la fin il explique les raisons de l’échec des paysans.

7Devant une leçon sociologique aussi clairement exposée, se pose alors la question de savoir si elle ne débouche pas sur une réflexion politique actuelle. Schlöndorff s’est exprimé là‑dessus de façon très nette. Dans l’interview déjà citée plus haut il déclare :

  • 5 Ibid.

« C’est un film strictement historique qui ne peut se comprendre que dans l’époque. Je m’étais trompé avec Michael Kohlhaas en essayant de traiter une situation d’aujourd’hui par l’intermédiaire du xive siècle. J’ai compris à ce moment-là les théories de Brecht : chaque situation est unique, déterminée par des forces qui ne se conjuguent qu’à ce moment précis : On ne peut pas non plus faire de films à double niveau. Je n’ai pas envie de faire des films pour l’élite »5.

8Interrogé à d’autres reprises sur « l’actualité » du sujet traité, il a répondu que l’on devait essayer d’apprendre et de comprendre l’Histoire de façon cri­tique et qu’il était plus important et plus riche d’enseignement de laisser un tel épisode dans son époque plutôt que de l’actualiser, d’en tirer des paral­lèles ou des symboles, d’en faire une parabole, comme il l’avait fait en partie dans Michael Kohlhaas et Törless. Effectivement un tel film se différencie par exemple nettement du Niklasharter Fahrt de R.W. Fassbinder, où l’op­tion révolutionnaire du cinéaste rattache constamment le présent au récit. L’un des intérêts principaux du film réside dans cette honnêteté intellec­tuelle, dans le fait qu’il s’agit d’une situation historique réelle, non romancée et non « actualisée ».

9Schlöndorff ne prétend certes pas à une objectivité scientifique, d’ailleurs difficile à trouver en la matière, mais son film est mieux qu’une reconstruc­tion, c’est un témoignage vivant. Il évite en effet de tomber dans des généralités historiques, il se limite à un petit cercle de personnes, vivant dans un petit village, ne connaissant des grands problèmes du temps que les conséquences immédiates pour eux, les effets et non les causes. Il se contente de raconter une histoire bien précise, sans la situer en permanence devant un arrière‑plan historique, sans insister sur les signes précurseurs de troubles futurs, tout comme s’il ne connaissait rien du processus historique d’ensemble, qu’il laisse au spectateur le soin de découvrir. Or précisément le film acquiert ainsi non seulement un charme esthétique, qu’on évoquera plus tard, mais aussi une signification socio‑historique qui va du détail authen­tique jusqu’au souffle de l’esprit du temps. Le spectateur perçoit aussi bien la condition misérable, la pauvreté matérielle et spirituelle des paysans de l’époque et l’étroitesse carcérale de leur univers que la révolte en germe du Vormärz – alors même que les paysans n’en ont eux pas encore conscience. À travers la ballade populaire de pauvres diables soumis à un régime féodal oppresseur, c’est un moment clé de l’histoire allemande qui nous est pré­senté.

Conditions historiques de l’époque

10Comme l’écrit Hans‑Magnus Enzensberger dans son commentaire du Hessische Landbote,

  • 6 Der Hessische Landbote. kommentiert von Hans‑Magnus Enzensberger, Insel Verlag (Frankfurt am Main 1 (...)

« le congrès de Vienne de 1815 avait à nouveau stabilisé l’ancien régime absolutiste en Allemagne. Pour les gouvernements leur principal devoir n’était pas de développer politiquement et économiquement leur pays, mais de faire en sorte que le statu quo y soit maintenu »6.

  • 7 Ibid, p.22.

11Il n’y avait pas eu de révolution bourgeoise et les anciennes forces sociales continuaient de diriger à leur profit les différents états. Certes, il existait des foyers de résistance libéraux. Ainsi en Hesse, l’Université de Giessen, où enseigna notamment le juriste Karl Follen, qui prêchait l’abolition de la monarchie. Après l’assassinat de Kotzebue, les « Karlsbader Beschlüsse » imposèrent dans toute l’Allemagne le silence à cette opposition, qui dut se faire clandestine, mais n’en disparut pas pour autant de Giessen. À côté des organes politiques, l’appareil judiciaire était, lui aussi, totalement soumis aux forces conservatrices : « Die Justiz ist in Deutschland die Hure der Fürsten » écrivait Büchner dans son Hessische Landbote7.

  • 8 Cf. Heinrich Bechtel Wirtschafts‑ und Sozialgeschichte Deutschlands, Verlag Georg Callwey, München (...)

12Sur le plan social toutefois, un pas important avait été fait avec l’abolition du servage et la libération des paysans, réalisées en Prusse en deux étapes, 1807 et 1810 (abolition du servage foncier). Outre l’aspect humanitaire, une série de considérations économiques et politiques avaient amené le baron von Stein à prendre cette mesure. Il estimait que le développement écono­mique de l’agriculture ne pouvait être assuré que si des hommes libres fournissaient un travail volontaire. En accord avec Gneisenau et Scharnhorst, il pensait également que seuls des citoyens libres, délivrés du servage et des dîmes et corvées, pouvant donc faire fructifier librement leur terre, seraient prêts à mourir pour elle et à former le noyau d’une armée nationale8. Toute­fois, les autres états allemands suivirent avec un certain retard. En Hesse-Darmstadt, ce n’est qu’en 1820 que le servage fut aboli et dans le royaume de Hanovre et la principauté de Hesse‑Cassel, l’ordre féodal avait en fait été rétabli en 1814. Il fallut attendre les événements révolutionnaires de 1830‑31 pour que les princes consentent à libérer leurs paysans et à autoriser le rachat des charges seigneuriales.

  • 9 Les citations du film sont extraites du scénario publié dans Reihe Filmtexte. Herausgeber Hoffmann (...)

13Au début du film, un récitant précise bien que le servage avait été aboli, mais il ajoute que « cela n’avait pas entraîné la liberté, mais une pauvreté accrue »9. En effet, l’abolition avait été assortie d’une « régularisation » (Regulierung) de la situation des paysans, contraints d’indemniser les sei­gneurs dépouillés de leurs privilèges. La misère paysanne résulte en fait d’un ensemble de raisons sociales et économiques qui apparaissent dans le film : surpopulation, conditions précaires d’existence dues notamment aux consé­quences de la régularisation, aux conditions de production et aux charges écrasantes, enfin exploitation d’une classe par une autre et soumission à une idéologie opprimante.

Paysannerie et surpopulation

14Le thème apparaît de trois façons différentes dans le film. Sophie et Heinrich ont un enfant illégitime ; le soldat Volk ne peut se marier avec la fille qu’il aime, car il doit verser une somme importante pour pouvoir l’épouser ; les paysans souhaitent émigrer en Amérique.

  • 10 Ernst Wolfgang Buchholz, Ländliche Bevölkerung an der Schwelle des Industriezeitalters, Fischer, St (...)

15E.W. Buchholz, dans son étude sur la population des campagnes à la naissance de l’ère industrielle, constate que la politique de peuplement (Peuplierung) pratiquée avec succès au xviiie siècle se transforme dans la première moitié du xixe siècle en tentatives infructueuses de stabiliser certaines couches sociales qui se développent « exagérément » particulière­ment dans les campagnes10. On passe en effet d’une sous‑ à une surpopu­lation. La vague est particulièrement importante jusqu’en 1830, connaît une rupture en 1831/32 en raison d’une épidémie de grippe, repart avec un taux de croissance net de 1,2% par an jusqu’en 1837. Il y aura ensuite un léger ralentissement et les années 1847/48 marquent une nouvelle rupture en raison de la crise agricole. Les années suivantes verront à nouveau une recrudescence.

16Cet accroissement subit concerne essentiellement la classe paysanne et il est en relation directe avec la libération des paysans. Il s’explique en effet moins par le recul de la mortalité (qui favorisait d’ailleurs encore plus les classes aisées) que par le développement des naissances. Jusqu’à sa libéra­tion, la population agricole demeurait en effet à peu près stable pour des raisons sociales. Le mariage dépendait en effet du consentement du grand propriétaire et était lié à des conditions économiques précises : il fallait être en état de subvenir aux besoins d’une famille. Celui qui n’héritait pas ou n’épousait pas une fille possédant des terres, demeurait la plupart du temps célibataire et travaillait comme domestique. Après la libération, les paysans n’avaient plus besoin d’une autorisation pour se marier et les mariages se multiplièrent. Avec la fin des conflits, moins d’hommes partirent au service militaire. On constate également un accroissement de la fécondité, Enfin la classe sociale la plus défavorisée, qui jusqu’à la fin du xviiie siècle avait été limitée dans son développement par le double garde‑fou des ressources insuffisantes et d’une morale contraignante, tend à s’émanciper de ces contraintes et à se reproduire « sans complexes ».

  • 11 « Grundlinien der Philosophie des Rechts oder Naturrecht u. Staatswissenschaft » in : Grundrisse. § (...)
  • 12 Werner Conze. « Vom Pöbel zum Proletarlat », in : Moderne deutsche Sozialgeschichte. Herausgegeben (...)

17Hegel avait déjà étudié ce processus de « développement de la plèbe » (Pöbel)11 et constaté qu’il débouchait sur un risque de révolution sociale, car « en dépit de sa trop grande richesse, la société bourgeoise n’est pas assez riche, ne possède pas suffisamment de biens propres pour obvier à la trop grande pauvreté et à la trop forte reproduction de la plèbe »12. La plèbe ne pouvant gagner son pain par son travail l’exigera comme un droit, droit qui ne peut être réalisé que par un bouleversement de la loi sociale. Ce dévelop­pement fut favorisé par les transformations économiques amenées par la régularisation après l’abolition du servage et par l’accroissement de la sur­face de terre cultivable. Le nombre des fermiers et métayers fut ainsi multi­plié par deux, ce qui permit à son tour un développement des couches de base de la société agricole. Ainsi la couche sociale paysanne la plus défavo­risée, journaliers et valets, jusque‑là fortement gênée dans sa reproduction par le droit civil, les mœurs et le service militaire, obstacles désormais abolis, trouvait de plus une possibilité d’insertion économique.

  • 13 Wilhelm Abel, Die drei Epochen der deutschen Agrargeschichte, Schafer, Hannover 1962. p. 100.
  • 14 Herbert Hitzemann, Die Auswanderung aus dem Fürstentum Lippe, Phil. Diss., Maschschr., Münster 1953 (...)

18Cette capacité d’absorption était cependant limitée et bientôt plusieurs régions allemandes se trouvèrent au bord d’une surpopulation catastrophique qui entraînait avec elle le développement du paupérisme. Seules les régions où l’ancienne structure sociale agricole subsistait, la Bavière par exemple, échappèrent à cette spirale infernale. En Hesse cette structure n’existant plus, le développement de cette couche sociale entraîna un déséquilibre avec les ressources proposées. Au début des années 1840, la paupérisation croissante de masses de plus en plus nombreuses se fit nettement sentir. Le pays étant encore dans un stade pré‑industriel, la surcapacité en forces de travail ne fut pas absorbée par l’industrie, elle ne déboucha pas non plus sur le chômage, mais sur une diminution générale des revenus ; les terres se morcelèrent de plus en plus, des familles occupant même de minuscules parcelles et « le monde retentit à nouveau des plaintes des propriétaires, jurant que la plus grande plaie de l’agriculture était le trop grand nombre de personnes vivant dans les campagnes et dont on ne savait que faire »13. Si l’on prend par exemple les statistiques d’un pays à forte prédominance agraire comme le Lippe‑Detmold, on constate que de 1784 à 1848 le nombre de « colons » (gros, moyens et petits propriétaires paysans) est passé de 5 700 à 7 600, tandis que celui des travailleurs agricoles est passé de 3 500 à 8 00014. Ces chiffres montrent bien que ce fut surtout la couche la plus démunie qui progressa le plus vite.

  • 15 Ouvrage cité ci‑dessus.

19Cette évolution a été analysée par Werner Conze dans son article De la plèbe au prolétariat15. Le concept de plèbe (Pöbel) était lié à celui de limi­tation et non à celui d’expansion. Lorsque celle‑ci sortit des limites assi­gnées, le mot « Proletariat », hérité à travers le français du latin « prole­tarius », « qui ne compte dans l’état que par ses enfants », à peine utilisé jusqu’alors, s’imposa à partir des années 1830. La théorie des deux classes fut très tôt associée au mot prolétariat. Avant même qu’elle soit développée par les premiers théoriciens socialistes et mise en relation avec le phéno­mène d’industrialisation, cette division de la société en deux classes oppo­sées apparut comme extrêmement dangereuse. En 1832, Carl Bertram Stüve décrivait ainsi ces deux forces opposées :

  • 16 Carl Bertram Stüve, Über die gegenwärtige Lage des Königreichs Hannover, Jena 1832. S.16. Cité par (...)

« L’une vit de ses biens et de leurs fruits, l’autre doit d’abord, en utilisant ses forces, amener la première à lui abandonner une part suffisante de ses biens pour assurer sa propre subsistance »16.

20Le développement foudroyant de cette classe ne manqua pas d’inquiéter les couches aisées. Ainsi le président von Wincke écrivait en 1824 dans un rapport sur le fractionnement croissant des propriétés :

  • 17 Cité par Conze, p.116.

« Le bonheur de la société bourgeoise dépend de l’existence de nombreux hommes travailleurs, en bonne santé, forts, intelligents et ayant des principes moraux. Ce bonheur ne peut être conciliable avec l’existence d’une plèbe nombreuse et misérable. La législation ne doit donc pas prendre pour prin­cipe une croissance inconditionnelle de la population »17.

  • 18 Déclaration du 14 janvier 1801 au Landtag de province, cité d’après Conze, p.116.

21De même peu avant sa mort, le baron von Stein mettait en garde contre les dangers résultant pour la classe bourgeoise de l’accroissement du nombre et des exigences des classes les plus défavorisées, évoquant notamment les journaliers et métayers dans les campagnes : « cette classe nourrit et porte en elle l’envie et la cupidité »18.

22Ces craintes se traduisirent en tentatives pour freiner cette prolifération des couches inférieures. Les solutions les plus radicales furent proposées par le médecin K.A. Weinhold, farouche partisan d’une rigoureuse contracep­tion, qui dans son ouvrage De la surpopulation en Europe centrale et ses conséquences sur les états et leur civilisation (1827) réclamait l’interdiction de procréer pour tous les mendiants et les hommes les plus pauvres non mariés, pour les invalides et les malades vivant grâce aux aides communales et pour tous les domestiques, apprentis, journaliers, qui ne devaient être autorisés à se marier que lorsqu’ils jouissaient de ressources suffisantes pour nourrir une famille. Quant aux théories de Malthus, elles étaient déjà répandues en Allemagne, avant d’être combattues par Marx et Engels. Ce sont les communes qui paraissaient le mieux armées pour appliquer des lois restrictives et nombre d’entre elles ne se firent pas faute d’interdire à la fois l’immigration venue d’autres états allemands et les mariages qui ne dispo­saient pas d’une base économique suffisante.

  • 19 Cité d’après Conze, p.116.

23Ainsi en 1821 dans le duché de Braunschweig, des mesures furent prises suite à un rapport adressé au gouvernement, déplorant que les journaliers puissent convoler avant d’avoir acquis un lit, des vêtements appropriés, les ustensiles de ménage nécessaires, ou avant d’avoir appris un métier qui puisse les nourrir, et regrettant que ces mariages soient plus féconds que ceux des classes aisées19. Lorsque dans le film on voit Sophie se plaindre de devoir vivre dans le péché, faute d’argent pour pouvoir acquitter le droit au mariage (Receptionsgeld), on comprend la raison d’être de cette taxe : non seulement elle rapporte de l’argent à l’état, mais en outre elle limite (ou tente de limiter) le développement des classes inférieures.

24L’une des conséquences de cette surpopulation, entraînant la misère faute de structures économiques adéquates, fut l’émigration massive vers d’autres pays, en particulier les états‑Unis. Schlöndorff signale que lors de ses recherches sur la vie des paysans en Hesse à cette époque, il s’est trouvé constamment confronté à ce thème. Près de 10% de la population a en effet émigré et dans la région du Westerwald et de la Rhön, des villages entiers se sont vidés de leur population. Une chronique du temps rapporte qu’émigrer vers le Brésil est devenu en Hesse‑Darmstadt une sorte « d’épidémie morale, 40 000 citoyens s’y sont décidés ». Dans un ouvrage passablement orienté, paru en 1937, Renate Vowinckel (source citée par Schlöndorff), s’est effor­cée de démontrer qu’il n’y avait pas réellement de surpopulation et que l’émigration fut surtout due à des raisons politiques. Certes dans le rapport de Friedrich List sur les causes de l’émigration, qui fut remis en 1817 au ministère de l’Intérieur du royaume de Württemberg, les raisons évoquées sont le manque de liberté et l’oppression dont souffraient jusqu’alors dans leurs conditions de vie les émigrants. La lenteur de la justice, la paperasserie administrative, l’arbitraire des gros propriétaires sont également cités à côté de facteurs économiques, comme les charges communales, les péages, les impôts trop lourds, les séquelles financières de la guerre, etc. Mais les idées personnelles de List l’avaient sans doute amené à « orienter » quelque peu son rapport.

25Vowinckel constate par contre à juste titre que lorsque certains gouverne­ments inquiets de l’hémorragie proposèrent d’interdire l’émigration, les diri­geants communaux s’y opposèrent, heureux de pouvoir à la fois se débar­rasser de miséreux à la charge de la commune et acquérir à vil prix les terres des émigrants. Certains états allèrent, eux, jusqu’à racheter leurs terres à des communautés entières qu’ils envoyaient en Amérique, façon expéditive de se débarrasser d’une plèbe devenue encombrante et dangereuse. En tout cas en 1848, la raison invoquée pour cette émigration massive par la « National­versammlung » fut la surpopulation, au point qu’on adopta une résolution garantissant le droit à l’émigration :

  • 20 Cité d’après Renate Vowinckel, Ursachen der Auswanderung im 18. und 19. Jahrhundert, Kohlhammer Ver (...)

« La liberté d’émigrer n’est pas limitée par l’état. On ne saurait prélever de droits au départ. Tout ce qui concerne l’émigration est placé sous la protec­tion et jouit de la sollicitude de l’Empire »20.

26Dans le film, il apparaît clairement que c’est leur misère matérielle qui amène les paysans à rêver de l’Amérique (au point de verser dans l’illusion de l’Eldorado, comme nous le verrons plus loin).

27Cette misère cruelle correspond bien à la réalité d’alors. Il est significatif qu’un écrivain politiquement engagé comme Ferdinand Freiligrath ne puisse, lorsqu’il veut adjurer ses compatriotes de renoncer à émigrer, trouver que des arguments esthétiques et sentimentaux. Ainsi, dans son célèbre poème les émigrants, il écrit :

  • 21 Freiligraths Werke, Deutsches Verlagshaus Bong, Leipzig, non daté, 3 volumes. tome 1. p.12.

« Comme vous aurez la nostalgie
Là‑bas dans les forêts étrangères
Des vertes montagnes du pays natal,
Des champs de blé dorés et des coteaux d’Allemagne ! »21

28Ceci parait bien insuffisant face aux charges accablantes et à la faim dont souffraient ces émigrants dans le pays natal en question. On peut lire dans une demande d’autorisation d’émigrer remise par un apprenti boulanger d’Allendorf en 1822 :

  • 22 Cité dans le dossier établi par la télévision sur le film. Hessischer Rundfunk ‑ Information Fernse (...)

« Sans aucune perspective d’avenir, presque sans vêtements et sans même le pain quotidien, ma femme, mes deux enfants et moi‑même nous retrouvons ici en pleurs et je constate qu’en Europe il n’y a point de salut pour nous ».22

Conditions d’existence des paysans

29Il faut d’abord se souvenir qu’en 1816 l’Allemagne était encore un pays agricole. 70% de la population vivaient dans les campagnes et la première source de production était la terre. Friedrich Engels écrivait dans Le Statu quo en Allemagne (1847) :

  • 23 Der Status Quo in Deutschland, 1847, cité d’après Enzensberger, p.38.

« Tandis qu’en France et en Angleterre les villes dominent la campagne, en Allemagne la campagne domine la ville, l’agriculture domine le commerce et l’industrie. La raison en est que l’Allemagne est en retard d’une civilisation face aux pays occidentaux. Chez ces derniers ce sont le commerce et l’indus­trie qui sont la branche nourricière de la masse du peuple, chez nous c’est l’agriculture »23.

30Ceci est particulièrement vrai pour le grand-duché de Hesse‑Darmstadt. Il n’y avait que deux villes de plus de 20 000 habitants, Darmstadt et Mainz, et 85% de la population vivaient dans les campagnes. Mais en raison de l’explosion démographique du début du xixe siècle, le pays comptait déjà plus de 700 000 habitants pour un territoire de 8 000 km2, soit une densité de population presque égale à 100 au km2. L’artisanat, encore prisonnier des corporations, ne jouera pas de rôle moteur avant le milieu du siècle et il en va de même pour l’industrie. Le régime constitutionnel établi depuis peu n’était en fait qu’une farce ; il y avait deux Chambres, l’une haute, avec des membres de droit ou désignés, l’autre basse, avec un système électoral à trois niveaux. Bien loin de répondre aux aspirations du peuple, elle ne satis­faisait même pas celles de la grande bourgeoisie.

31Le servage aboli depuis peu avait été remplacé par l’impôt direct et la régularisation. Celle‑ci devait avoir pour les paysans des conséquences par­fois catastrophiques. Certes, contrairement à la Prusse, pays de Gutsherr­schaft, c’est‑à‑dire où le seigneur exploite directement sa terre, la Hesse était un pays de Grundherrschaft, où le propriétaire se contente de percevoir les revenus de son domaine. La régularisation prit donc une forme différente. Dans le premier cas, les paysans devaient céder une partie de leurs terres en échange de la suppression des privilèges seigneuriaux, en particulier des corvées : un tiers ou même la moitié, selon que le paysan était ou non « spannfähig » (pouvait fournir un attelage). Dans le second cas, ils pou­vaient dédommager le seigneur sous forme de versements. Mais ce rachat des droits féodaux supposait des ressources financières dont ne disposait pas la grande majorité des paysans, obligés là aussi de vendre une partie de leurs terres ou de s’endetter à tel point que cette vente fut bientôt nécessaire. Beaucoup de paysans petits propriétaires devinrent ainsi simples fermiers ou journaliers. Nombreux furent ceux qui, même s’ils avaient conservé une partie de leurs terres, n’arrivaient plus à en tirer suffisamment pour assurer leur subsistance. On mesurera les conséquences historiques de cette mesure en se rappelant que, dans de nombreux cas, le processus de rachat dura pendant tout le xixe siècle et ne fut terminé qu’à la veille de la première guerre mondiale ...

32Certes ce fut un avantage pour les paysans de n’avoir plus en face d’eux que deux créanciers, l’état pour les impôts et la banque pour les emprunts. Outre cette simplification, ils étaient désormais libres de leur personne et pouvaient disposer de leurs propriétés. Mais ils se voyaient par contre livrés sans protection aux aléas de la production et du marché, et nous verrons qu’ils étaient loin de disposer tant du capital que de la technique et de l’instruction nécessaires pour faire face à ces problèmes. Si les avis des historiens diffèrent singulièrement quant au degré de modification de la structure de la propriété foncière entraîné par la régularisation, tous s’ac­cordent à y voir un bouleversement sociologique important : il y eut un effet positif de l’émancipation, qui profita aux paysans les plus riches, et négatif de l’endettement et de la perte de terres, amenant le développement d’une nouvelle classe de prolétaires agricoles. La misère et le mécontentement devaient ainsi croître dans l’ensemble de l’Allemagne rurale ; l’intérêt du film de Schlöndorff est de nous montrer pourquoi ils ne débouchèrent pas sur une révolution paysanne.

33Dans ce film nous voyons des paysans installés sur de minuscules par­celles, typiques pour la région centrale de l’Allemagne de l’Ouest. Ils sont confrontés à deux problèmes majeurs qui les condamnent à la pauvreté : des conditions de production extrêmement défavorables, des impôts et taxes écrasants. La production agricole a stagné de 1800 à 1820. Sur la base de prix constants et si l’on prend l’indice 100 en 1800, elle n’était qu’à l’indice 101 en 1820. Le décollage ne s’opérera qu’à partir de 1830. En 1816 notamment, il y eut une récolte catastrophique, la plus mauvaise depuis 1770, qui entraîna la famine. Des chevaux abattus et enterrés furent déterrés et mangés, on fabriqua du pain à partir de l’écorce des arbres. Le cheptel, déjà diminué de moitié par la guerre, souffrit cette même année d’épidémies et des pluies diluviennes, et baissa encore. Par contre, comme l’abandon de la jachère et la transformation de pâturages en terres cultivables avaient déjà amené l’offre à la limite de la demande en année normale, les récoltes sur­abondantes des années 1819 à 1821 entraînèrent un effondrement des cours faute de mécanismes régulateurs.

34Les paysans étaient pris entre deux feux : ou bien la terre trop aride ne rapportait pas suffisamment ; ce n’est qu’après les travaux de Justus von Liebig (né à Darmstadt) dans les années 1840, que la révolution décisive des engrais chimiques pénétra dans les campagnes. Dans le film, l’un des pay­sans affirme que la terre rapporte deux fois moins que ce qu’on y sème. Le commentaire dit que, comme tous les champs des pauvres gens, celui des Geiz se trouvait sur les hauteurs près d’une forêt, où le sol était plus sec et caillouteux. Ou bien la terre rapportait trop et l’effondrement des prix entraî­nait la ruine des paysans. Endettés comme ils l’étaient, ils ne pouvaient pro­céder au remboursement que si les prix agricoles demeuraient élevés.

35Ce n’est qu’après 1830 que ces remboursements reprirent de façon nor­male ; entre temps, les paysans avaient épuisé toutes leurs économies, toutes leurs possibilités de crédit et nombre d’entre eux avaient dû vendre leurs terres. Le père Geiz déclare dans le film :

  • 24 Scénario, p.9.

« Un paysan qui fait des dettes est un homme perdu. Il y laisse tout, même sa chemise. On emprunte six, là où la terre ne rapporte que trois. Les intérêts deviennent plus importants que l’emprunt. La maison est gagée, ainsi que le bétail et que la récolte de l’année suivante. Et à la fin, les gendarmes viennent et te mettent, toi, ta femme et tes enfants, à la porte. L’intérêt à tout bouffé ; maintenant te voilà journalier... »24

36Les petits et très petits exploitants étaient contraints pour subsister d’as­surer des activités annexes (travaux des champs à la journée, filage, coupes, etc.), d’autant plus que le partage des communaux lors de la régularisation leur interdisait désormais d’avoir du bétail, faute de pâturages suffisants. La production était en outre handicapée par les conditions techniques. Le remplacement de la faucille par la faux (qu’on voit au début du film et qui représente un investissement considérable pour le paysan) est en fait l’une des innovations les plus importantes. Contrairement à l’industrie, aucune énergie nouvelle ne vint remplacer le travail humain et animal dans les campagnes : la première charrue à vapeur n’apparaîtra que vers 1850 et Schlöndorff nous montre même des paysans attelés eux‑mêmes à leur char­rue – trop pauvres pour se payer des bœufs, « nicht spannfähig ». En outre l’introduction de machines, fort coûteuses, ne se justifiait que pour alléger les conditions de travail et non pour remplacer une main‑d’œuvre surabon­dante et bon marché. Ce n’est que peu à peu au cours de cette première moitié du siècle qu’on passa du Moyen Age technique à l’époque moderne. Ainsi 1822, époque où se déroule le film, représente vraiment le creux de la vague en Hesse, puisqu’on sort tout juste des réformes néfastes aux paysans et qu’on n’utilise pas encore de nouvelles techniques.

37Il faut ajouter à cela le fait que les risques d’exploitation étaient beaucoup plus grands à l’époque. Le feu prenait facilement dans les fermes en bois, à toit de paille et à foyer ouvert. Le paratonnerre ne se développa qu’au cours du xixe siècle. Les paysans étaient impuissants devant les épidémies et les variations climatiques trop fortes. Enfin l’absence de transports efficaces contribuait à leur isolement économique. Et Schlöndorff nous montre un journalier si pauvre qu’il n’a même pas assez d’argent pour aller battre le grain dans la région voisine... La liaison ferroviaire entre Darmstadt et Giessen ne fut réalisée qu’en 1852. Or le chemin de fer était un élément régulateur essentiel qui permettait non seulement d’écouler les produits, mais d’évacuer le trop‑plein des campagnes. Ainsi dans son livre Le système ferroviaire allemand comme moyen de parfaire l’industrie allemande, l’union douanière et l’unité nationale (1841), Friedrich List le qualifiait de « société d’assurance contre la faim et la misère ». Les campagnes furent alors intégrées au cycle de croissance économique et leur excès de popula­tion vint fournir la main d’œuvre nécessaire au développement industriel.

38Produisant mal, endettés, les paysans souffraient en outre des nombreuses redevances qu’ils devaient verser. Ainsi dans le film, il est question de la « Receptionsgeld », impôt pour se marier ; du rachat, lorsque l’on a tiré un mauvais numéro pour le service militaire, de la « Fräuleinsteuer », impôt spécial levé lors des mariages princiers, etc. On conçoit dès lors la misère des paysans de l’époque, clairement exprimée dans le film par les hardes qu’ils portent, la pauvreté des demeures, du mobilier et des ustensiles, la frugalité des repas. La modestie même de leurs rêves en porte témoignage. L’un des héros déclare :

  • 25 Version définitive du film

« Quand je serai riche, j’irai dans un bon hôtel et j’aurai une assiette pour la soupe, une autre pour les pommes de terre, etc. J’aurai un verre pour l’eau, un pour le vin, un pour le schnaps »25.

39Cette misère est si grande que le juge d’instruction n’aura aucun mal à retrouver les coupables. Il lui suffit de tenir cyniquement le raisonnement suivant :

  • 26 Scénario, p.20.

« Si l’on prend en considération la pauvreté des paysans du cru, si l’on prend en considération en outre la sécheresse et la maigre récolte de l’année précé­dente, et également le fardeau supplémentaire que représente l’impôt spécial levé à l’occasion du mariage de notre princesse bien‑aimée, on en conclut que toute dépense, fût‑elle aussi minime, doit attirer nos soupçons ... Même s’ils sont extrêmement prudents, leur pauvreté ne leur permettra pas de celer ces trésors et l’usage qu’ils en feront les livrera au bras de la justice »26.

  • 27 Jörg Ulrich « Wer in Kombach bar bezahlt. kommt vor Gericht », article paru dans le Münchner Merkur (...)

40Pour reprendre le titre d’un article sur le film : qui paie comptant à Kombach, passe en justice27.

La structure hiérarchique sociale et ses modifications

41Dès le début du film, la hiérarchie sociale existante avec la domination d’une classe sur l’autre apparaît clairement ; Jacob Geiz, jeune journalier, se fait rabrouer par son employeur, le maître de poste, parce qu’il ne coupe pas l’herbe assez courte. Peu importe à ce dernier que l’ouvrier risque de fêler sa faux, son gagne‑pain ... La terre que possède la famille Geiz ne suffit pas à les nourrir et elle doit trouver des ressources complémentaires. La régulari­sation eut pour effet de modifier les rapports de propriété existants. Tandis que de nombreux petits paysans descendaient d’un cran l’échelle sociale en devenant journaliers, les gros propriétaires devenaient des seigneurs. En haut de la pyramide, la noblesse avait gardé sa suprématie ; à elle seule, elle pos­sédait la quasi totalité des très grandes propriétés. Dans certains états, elle conservait même un droit de basse justice sur les paysans. Rappelons cepen­dant que les nobles de l’Ouest de l’Allemagne, dont la Hesse, se considé­raient toutefois plus comme des propriétaires mettant leurs biens en fermage que comme de véritables entrepreneurs agricoles, alors que le Junkertum de l’Est administrait de façon directe ses biens. De la célèbre formule de G.F. Knapp, selon laquelle la régularisation avait laissé « le propriétaire sans serviteur et le serviteur sans propriété », on ne retiendra en fait que l’obli­gation pour les seigneurs d’avoir recours à la couche sociale la plus défavo­risée pour exploiter leurs terres. En raison des services qu’on attendait d’elle, cette couche sociale devenait plus que jamais nécessaire ; en effet, comme le note Günther Franz, alors que l’ancienne Gutsherrschaft reposait sur des paysans exploitants, la nouvelle Gutswirtschaft fait appel à des travailleurs agricoles.

  • 28 Carl‑Friedrich Benckendorf, œconomia Forensis, Berlin 1764, cité par Conze, p.114.
  • 29 Cité par Günther Franz in Handbuch der deutschen Wirtschafts‑ und Sozialgeschichte, herausgegeben v (...)

42Après la disparition du servage, on voit ainsi se développer au xixe siècle un nouvel « état », le Landarbeiterstand, qui atteindra en 1867 la moitié de la population agricole. Ce n’est pas une classe homogène et on pourrait distin­guer quatre catégories : les « Insten », qui reçoivent un lopin de terre tout juste suffisant à leur subsistance et doivent en échange fournir un travail quotidien, presque des serfs ; les « Häusler », propriétaires de parcelles infé­rieures à quatre hectares et donc contraints de compléter leurs ressources par un travail supplémentaire ; les « Einlieger », sans aucune terre, simples loca­taires, travailleurs sans contrat, véritable sous‑prolétariat des campagnes. Il s’agit là, selon Benckendorf, « la plupart du temps de personnes de faible constitution, et dans leur ensemble, elles constituent une société de vieilles femmes »28. Les personnes en question étaient à la limite du minimum vital. Et pourtant on constate que dès le plus léger accroissement des capacités de peuplement d’un village ou d’une région, ce sont eux qui en profitent et se développent le plus. Célibataires dans leur quasi‑totalité au xviiie siècle, ils se marient de plus en plus au xixe. Dernière catégorie enfin, qui est un peu à part, les domestiques ; aucune loi ni contrat ne réglemente leur temps de travail ni leur salaire. Ils doivent être « nuit et jour et sans faiblir au service de leurs maîtres », ils doivent « recevoir les ordres et les réprimandes avec respect et modestie »29. Les maîtres peuvent les « tancer et leur faire subir des violences légères », et si les domestiques veulent quitter leur service sans raison légale, on peut les contraindre par la force à rester. Les seuls droits qu’on leur reconnaisse sont de recevoir une nourriture qui ne les rende pas malades (elle peut très bien être infecte, mais ne doit pas aller jusqu’à l’em­poisonnement... ) et d’avoir à leur disposition le temps nécessaire pour suivre le dimanche l’office religieux.

43La domination financière des seigneurs et gros propriétaires s’accom­pagnait donc d’une domination quasi physique et l’abolition du servage ne changea en fait dans bien des endroits que peu de choses à la condition de nombreux paysans. Il y avait à tous points de vue entre la classe aisée et le gros de la paysannerie un formidable fossé. Le colporteur juif déclare dans la première scène du film pour illustrer la scène décrite plus haut –

  • 30 Scénario. p.1.

« La vie des gens de qualité est une longue journée de fête, ils vivent dans de belles maisons, ils portent de beaux habits, ils ont des visages bien nourris et ils parlent un langage qui leur est propre »30.

44Il suffit d’inverser exactement cette description pour définir la condition paysanne. Il semble bien d’ailleurs que Schlöndorff ait repris là en pratiquant précisément cette inversion une phrase du Hessischer Landbote :

  • 31 Hessische Landbote. p.20.

« La vie des princes est une longue journée de fête ; le peuple, lui, est étendu devant eux comme l’engrais sur le champ. Le paysan marche derrière la char­rue, l’employé du prince lui, marche derrière le paysan et le pousse, lui, son bœuf et sa charrue ; le prince prend le blé et laisse au peuple les chaumes.
La vie du paysan est une longue journée de travail ; des étrangers dévorent ses champs sous ses yeux, son corps est couvert de cals, sa sueur est le sel sur la table du seigneur »31.

45Dans la première moitié du xixe siècle, les choses ne devaient guère évoluer. Ce n’est que vers les années cinquante que la paysannerie put com­mencer à se constituer un capital d’exploitation suffisant, cela grâce à plusieurs facteurs : la disparition pour certains des dettes issues de la régula­risation, la remontée et la réglementation des prix agricoles. La fondation de chambres de commerce agricoles fut un atout supplémentaire. Les états prirent conscience du fait que les pouvoirs publics devaient intervenir pour soutenir l’agriculture. Des coopératives de vente et d’achat, de production et d’exploitation furent fondées. Enfin des organismes financiers spécialisés dans l’aide aux paysans, aptes à développer leur épargne et à leur procurer des crédits, virent le jour. Leur création comblait une lacune qui avait coûté cher aux paysans, leur incapacité à traiter certaines questions d’argent. Dans la dernière scène du film, le juif explique l’échec des paysans par cette incapacité même :

  • 32 Scénario, p.42.

« Les paysans ne peuvent rien entreprendre avec de l’argent, car de toute leur vie ils n’ont eu que de la terre dans les mains ... Lorsqu’ils ont de l’argent dans les mains ils ne savent pas s’en servir. En outre ils ne doivent pas le montrer, car l’argent chez un paysan éveille les soupçons... »32.

46La coopérative agricole financière Raiffeisen, du nom de son fondateur, fut créée après l’année terrible de 1847, qui vit le retour de la famine dans les campagnes, pour éviter la réapparition de tels événements. Mais 1847 montre bien que la paysannerie était encore à cette date une classe tota­lement soumise aux aléas du climat et de la conjoncture mondiale et ne disposant d’aucune garantie de ressources ni d’aide par qui que ce fût. On notera aussi que le développement du capitalisme dans l’agriculture alle­mande n’aboutit pas, faute de structures financières adéquates, à la création de capital susceptible de s’investir dans un autre secteur ; la seule contri­bution de l’agriculture au développement de l’industrialisation fut de mettre à la disposition des entreprises une population en surnombre et misérable. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir du milieu du siècle que commence l’exode rural vers les villes, point final pour de nombreux paysans de l’expropriation et de l’exploitation qu’ils avaient subies durant des décennies.

La soumission idéologique

  • 33 Op. cit. p. 282.

47Au début du xixe siècle, la majorité de la population paysanne ne savait ni lire ni écrire. Certains états avaient certes introduit l’obligation scolaire dès avant 1800, mais elle ne s’imposa que lentement dans le demi-siècle qui suivit. Günther Franz note qu’en 1848 parmi les hommes autour de vingt-cinq ans 16%, parmi les femmes 40%, ne pouvaient signer leur contrat de mariage33. Pendant longtemps, l’autorité avait d’ailleurs jugé dangereuse l’éducation pour les paysans et en contrepartie, à vrai dire, une bonne part de la paysannerie la rejetait comme inutile. L’éducation progressa cependant peu à peu et l’on peut voir dans le film des enfants lire des textes sous la férule d’un maître d’école et réciter des fables sous les yeux admiratifs de leurs parents analphabètes. Signe irréfutable, on vit se développer rapide­ment les almanachs pour paysans puis les premiers hebdomadaires agricoles et des brochures de conseils pratiques pour les travaux des champs.

48Il nous faut là extrapoler quelque peu, car à l’époque où se déroule le film, tout cela commençait tout juste à apparaître. Ainsi c’est à partir des années 1820 qu’on assista à la fondation d’instituts agronomiques, d’ailleurs réservés aux gros fermiers. Des écoles agricoles (Ackerbauschulen) seront ensuite créées pour les fils de paysans, mais seulement vers la moitié du siècle. Quant aux associations, dont la fondation fut si vivement recom­mandée par le théoricien de la vie agricole Thaer parce qu’elles permettaient d’échanger le savoir et de rassembler des fonds d’aides, ce n’est qu’après 1820 qu’elles se développèrent. D’abord créées par les plus riches, elles ne s’étendirent que peu à peu à l’ensemble de la paysannerie. Dirigées le plus souvent par un haut fonctionnaire, elles avaient pour but de favoriser le progrès dans les campagnes sous la conduite de l’état, en organisant notam­ment des expositions, des concours dotés de prix, en créant des biblio­thèques, des journaux, en donnant des conseils. À partir de 1837, des délé­gués d’associations se réunirent sur le plan national.

49Dans le film on peut voir par la juxtaposition de trois générations les lents progrès accomplis en ce domaine. Les plus vieux sont encore enfoncés dans l’ignorance la plus noire et la superstition, les hommes dans la force de l’âge émergent péniblement des ténèbres, seuls les enfants ont accès au savoir. Gros plans émouvants de visages paysans où l’intelligence enfouie dans une gangue séculaire s’efforce de percer, phrases si pauvres en vocabulaire qui tentent de bâtir un raisonnement... Seul le colporteur juif qui est affranchi des limites étroites de la paroisse et a acquis ses connaissances au fil des routes est capable non seulement de comprendre, mais aussi d’expliquer et de tirer des plans.

  • 34 Op. cit., p. 51.
  • 35 Scénario, p.3.

50À cette misère intellectuelle vient s’ajouter une misère morale. Les pay­sans sont soumis au triple joug de la religion, de la superstition, de la morale sociale opprimante qui fait d’eux des sujets soumis. Comme le note Enzens­berger, Ludwig Weidig, le pasteur co‑auteur avec Büchner du Hessische Landbote, savait que, pour impressionner les paysans, il fallait des citations de la Bible, non des statistiques. Les autorités pour eux étaient Ezéchiel et Jérémie, non Robespierre et Babeuf34. La religion est omniprésente dans le film. L’épouse de Geiz rappelle les commandements, répète à tout bout de champ « Dass Gott erbarm!  » Après un échec, les paysans louent le Seigneur de les avoir écartés du péché et tous écoutent attentivement la lecture de la Bible faite par un petit garçon. Sophie se désole de devoir vivre « dans le péché » sans le sacrement de mariage. Le postillon implore la Vierge et tous les saints lors de l’attaque. Enfin, les paysans avant leur exécution, demanderont à communier. La seule manifestation critique vient de la cadette Johanna, épouse de Johann : lorsque son mari après un nouvel échec déclare « Qui ne doit pas voler, ne doit pas voler. C’était un signe de Dieu », elle répond ironiquement « Amen » ce qui lui vaut aussitôt un souf­flet brutal de son mari35.

  • 36 Cf. G. Franz, p.302.

51On ne peut évidemment s’empêcher de penser aux principes luthériens de respect de l’autorité ; le prince étant le représentant de Dieu sur terre, la révolte contre le prince est une révolte contre Dieu, écrit Luther dans Von der weltlichen Obrigkeit ‑ die treue Vermahnung an allen Christen sich zu hüten vor Aufruhr und Empörung. Les thèses de plusieurs historiens esti­mant que Luther a accentué l’oppression d’une partie de la population sur l’autre en la justifiant théologiquement sont trop connues pour qu’il soit nécessaire d’y revenir. La situation dans laquelle se trouvent les paysans leur semble naturelle, voulue par Dieu. Même les catastrophes qu’engendrent les éléments ne sont que l’expression de son courroux. Il faut se souvenir des difficultés que rencontrait encore en 1840 la fondation de sociétés privées d’assurance contre les incendies, en butte aux attaques de la hiérarchie reli­gieuse qui estimait qu’il fallait laisser aux soins de la Providence la protec­tion des biens et à Dieu la possibilité de châtier ainsi les hommes. S’assurer, c’était contrecarrer le plan divin36. Moses Hess constatait, lui, dans la lignée de Feuerbach, que

  • 37 Cité par F.G. Dreyfus, Histoire des Allemagnes, Paris, Armand Colin 1972.

« l’aliénation religieuse n’est que l’expression idéologique de l’aliénation effective de l’essence humaine qui se produit en régime capitaliste »37.

52Soumis à la religion, les paysans le sont aussi à la superstition. La mère Geiz évoque les fantômes qui pourraient errer dans la maison. Sophie reproche à son mari de prononcer le nom de leur enfant avant son baptême, ce qui pourrait entraîner sa mort. La mère Geiz donne à son fils Johann une patte d’oie qui le protégera de toute blessure durant l’attaque, et Johann après leur succès s’agenouille et baise ce fétiche. L’une des voisines dénonce Heinrich parce qu’alors qu’elle prononçait son nom la clé placée dans la bible est tombée du livre, signe qu’il est coupable.

53Enfin une morale sociale à la fois simpliste et opprimante achève d’abêtir et d’écraser ces paysans. L’école et l’éducation réservée aux enfants en sont les véhicules privilégiés. Ainsi une scène nous montre un vieux couple attelé à une charrue et labourant avec peine un champ rocailleux, tandis qu’une classe de jeunes enfants récite le texte suivant, extrait du Meier Helmbrecht

  • 38 Scénario, p. 20/21.

« Cultive ton champ, reste derrière ta charrue,
Tu te rends ainsi suffisamment utile sur cette terre.
Tu profites ainsi au pauvre et au riche.
Contente‑toi donc de cultiver ton champ
Car assurément mainte gente dame
Est embellie grâce au travail du paysan.
Maint roi est couronné par le revenu des champs.
Aussi fier que puisse être certain
Son orgueil se transformerait en honte
S’il n’y avait pas le paysan sur cette terre.
Cultive donc ton champ, reste derrière ta charrue,
Tu te rends ainsi suffisamment utile sur cette terre ».38

54Cette scène (et d’après lui l’ensemble du film) a été inspirée à Schlön­dorff par un passage de La Terre de Zola, où les paysans se lisent Les malheurs et le triomphe de Jacques Bonhomme :

  • 39 émile Zola, La Terre, Le livre de poche, Paris, 1962 p.82/83.

« Heureux laboureur ne quitte pas le village pour la ville, où il te faudrait tout acheter, le lait, la viande, les légumes, où tu dépenserais toujours au‑delà du nécessaire à cause des occasions. N’as‑tu pas au village de l’air et du soleil, un travail sain, des plaisirs honnêtes. La vie des champs n’a point son égal.
Tu possèdes le vrai bonheur loin des lambris dorés. Si tu as la paix au cœur, ta fortune est faite »39.

55Les paysans de Zola se demandent avec juste raison si ce livre se moque d’eux. Il est vrai que depuis les Bucoliques de Virgile les poètes et écrivains ont toujours entretenu le mythe du paysan heureux. Chez les romantiques allemands, cette poétisation de la campagne est particulièrement accusée. Mais on trouve quantité d’autres exemples en un siècle, depuis les lettres du 4 et 10 mai dans Werther, jusqu’à Irrungen, Wirrungen.

  • 40 Dossier télévision.

56Dans l’Allemagne de l’époque, les paysans ne pouvaient évidemment se rendre compte de la façon cynique dont on évoquait leur sort dans les salons. D’où la technique utilisée par Schlöndorff : « J’ai réalisé une sorte de col­lage littéraire à l’intérieur d’une histoire totalement véridique »40. C’est ainsi qu’on trouve deux autres textes littéraires dans le film, tous deux récités par des enfants d’âge scolaire ; l’un de Jeremias Gotthelf, extrait d’un almanach pour paysans et qui conclut par cette phrase « C’est le cœur qui décide si l’argent rend heureux ou malheureux ». L’autre de Gellert, intitulé « Etre satisfait de son sort » et dont voici un extrait :

  • 41 « Zufriedenheit mit seinem Zustande ». Scénario p.16 et aussi Gellerts Dichtungen. Leipzig und Wien (...)

« Jouis de ce que Dieu t’a donné,
Renonce volontiers à ce que tu ne possèdes point.
Chaque état a sa propre paix
Chaque état a son propre fardeau ...
Les richesses n’apportent jamais à l’homme de satisfaction,
La véritable joie des âmes, c’est la vertu et la modestie ».41

57Les paysans sont tellement bien endoctrinés par la morale et la hiérarchie régnantes qu’ils en reproduisent fidèlement les mécanismes au sein même de leur propre univers. Ils seront ainsi rapidement dénoncés par leurs voisins et cette absence de solidarité dans la révolte s’explique surtout par le respect fondamental du sacro‑saint ordre établi. Les coupables eux‑mêmes ne se contenteront pas d’avouer leur crime, ils reconnaîtront l’aspect sacrilège de leur acte et marcheront en sujets repentants et obéissants au supplice. édu­qués pour le servage, ils sont incapables de se rebeller. Le vieux Geiz dira lui‑même « L’ordre doit régner, les bandits doivent expier leur trahison ». Ils s’en prendront avec violence à Heinrich qui refuse de partager leur atti­tude « Tu iras en enfer ! nous ne voulons que ton bien ! » Deux d’entre eux choisiront toutefois le suicide. Ce qui amènera un sermon du pasteur sur le vrai et le faux repentir.

  • 42 Scénario, p.38.

« Après avoir confessé votre crime, ils vous faut maintenant vous présenter devant votre prince et lui dire : nous nous repentons d’avoir attenté à vos lois et à votre ordre ».42

58Et l’on entendra en commentaire après les aveux spontanés d’un des paysans cet extrait du protocole judiciaire :

  • 43 Scénario, p. 37.

« C’est ainsi que la remontrance éternelle de sa conscience est plus pénible pour le criminel que le cachot, les fers et la mort. Pour se réconcilier avec l’humanité, qu’il a offensée, les lois qu’il a violées, il se jettera dans les bras de la justice, en réclamant comme une bénédiction le châtiment »43.

59Enfin les comportements autoritaires sont repris dans leur vie quotidienne. Tout le monde obéit au père, les femmes n’ont pas voix au chapitre (c’est d’ailleurs la plus vieille qui le rappelle aux autres) et sont giflées et troussées quand bon semble aux mâles, et si en face du maître de poste on ravale sa rancune d’exploité, on traite le juif en inférieur.

60On voit dès lors que ce difficile accouchement d’un embryon de révolte sera la lutte du pot de terre contre le pot de fer. D’un côté

« de pauvres gens, que la superstition et la religion, les stupidités édifiantes apprises à l’école et une conception paternaliste de la justice ont transformé en lourdauds maladroits, à qui en outre on apprend à rire de leur propre mal­heur, à l’accepter comme voulu par Dieu »,

61de l’autre

  • 44 Dossier télévision

« quelque chose qui par essence est réputé inattaquable. Ils vont enfreindre le tabou de l’autorité – l’autoritarisme est une sorte de déterminisme fataliste » (Schlöndorff).44

62Rien d’étonnant donc à ce qu’ils cherchent leur salut dans l’irrationnel tant la réalité est pour eux sans espoir. Vouloir émigrer aux états‑Unis ou attaquer un transport de fonds revient pour eux au même.

63L’aliénation des paysans apparaît jusque dans leur révolte même. Ils choisissent de perpétrer une attaque à main armée ; rien de politique là-dedans, tout au moins à leur niveau. Si, vu de l’extérieur, leur acte pourrait apparaître comme un geste révolutionnaire en raison de l’objectif choisi (les impôts de l’état), eux‑mêmes se considèrent comme des voleurs de grand chemin qui n’ont que la seule excuse de la nécessité de survivre ; sans cette nécessité ils ne passeraient pas à l’acte. Ils n’ont d’ailleurs pas conscience de la dimension de leur crime avant que la société ne leur en démontre « l’énormité ». Les paysans de Kombach ne songent nullement à remettre en question le principe d’ordre et d’autorité, à lui en substituer un autre. Ils souhaitent simplement profiter d’une maillon faible de cet ordre répressif pour s’assurer une place au soleil au sein de cet ordre même. Ils le tiennent en effet non seulement pour intangible, mais encore pour sacré. Ainsi après chaque tentative infructueuse, ils n’éprouvent pas seulement de la déception, mais aussi du soulagement. Et le poids de leur remords sera d’autant plus grand qu’ils n’ont jamais en fait songé à attenter aux principes fondamen­taux. Le fait même que leur désespoir cherche un remède dans le vol est dû à l’existence d’un personnage qui ne fait pas partie de leur classe, le colporteur de bas et lingerie.

64Celui‑ci étant israélite, certains ont accusé Schlöndorff d’antisémitisme. Ce juif apparaîtrait comme un individu retors et subversif, semant la graine du crime chez ces honnêtes gens, tirant ensuite pour lui les marrons du feu ; il sera en effet le seul à échapper à la rigueur de la loi. Cette interprétation est manifestement erronée. D’abord il semble qu’il y ait eu en fait une erreur de Schlöndorff due au nom (David Briel) relevé dans le document de 1829 ; il en a déduit qu’il s’agissait d’un juif, ce qui n’était pas le cas. Mais surtout ce personnage ne symbolise pas la puissance occulte juive, mais il explique a contrario pourquoi les paysans sont condamnés d’avance à l’échec. Lui seul n’est pas attaché à la terre, fixé à un village ; mobile de par sa pro­fession, il échappe aux contrôles. Il l’explique lui‑même à la fin du film lorsqu’on le voit s’éloigner dans la brume :

  • 45 Scénario. p.42

« Le paysan ne peut aller là où on ne le connaît pas, parce que sa terre ne le suivra pas. Mais moi je suis libre et je n’ai ni maison ni terre qui me retienne... »45

65Lui seul a une capacité de réflexion et d’organisation : il propose ainsi d’uti­liser à leur profit le morcellement de l’Allemagne en menant l’opération hors du territoire même du grand duché de Hesse‑Darmstadt de façon à ce que le souverain puisse se faire rembourser par son voisin, le prince de Hesse-Cassel, sans avoir à se payer sur ses propres sujets. Lui seul a le sens de l’argent, non seulement comme moyen d’assurer sa survie, mais comme source d’autres gains, comme capital à faire fructifier. Lui seul n’est pas aveuglé par les chimères dont se bercent les paysans. Ainsi il souhaite lui aussi partir aux états‑Unis, mais pour d’autres raisons que ses comparses. A la fin du film on l’entend énumérer, telle une litanie de noms sacrés, les plus grandes villes américaines et il conclut : « des millions de gens qui ont besoin de bas... » L’Amérique n’est pas pour lui l’Eldorado, qu’il évoque pour raffermir le courage de ses complices, mais un marché à conquérir, un lieu où, nanti de la mise de fonds nécessaire, il pourra développer ses acti­vités. Il apparaît en fait comme l’incarnation du capital mobilier triomphant au xixe siècle face au capital immobilier jusque là dominant et qui va décliner, de la finance et de son expression industrielle face à la terre longtemps seule productrice.

66Il n’en reste pas moins qu’à travers le personnage de David Briel sont évoquées les relations ambiguës qui existaient entre juifs et paysans. Dans la scène où l’on voit la troupe rentrer après une tentative manquée, les hommes s’assoient aussitôt à table tandis que Briel reste debout dans un coin, sachant bien qu’il est considéré comme un inférieur. Et bien qu’il n’apparaisse pas directement dans le film, on ne peut s’empêcher de se remémorer les rapports financiers existant dans l’Allemagne de l’époque entre juifs prêteurs et paysans emprunteurs avec parfois l’épilogue drama­tique du paysan trop endetté pour pouvoir rembourser et qui devait céder sa terre au créancier. Ce qui explique qu’en 1848 les paysans s’en prirent parfois aux Juifs, accusés de les exploiter par des taux usuraires, notamment dans le pays de Bade. Alors que jusqu’au début du xixe siècle, les Juifs n’avaient pas le droit de posséder de terres, c’est dans les années 1820‑1850 que naquit ainsi dans certaines régions allemandes chez la paysannerie un sentiment d’antisémi­tisme fondé non plus sur la différence religieuse, mais sur un problème économique, sentiment exploité cent ans plus tard par le national-socialisme.

67Pour les paysans, la carriole pleine d’or est une Fata Morgana, le rêve de richesse et de bonheur qu’ils poursuivent avec autant de naïveté (cf. leur comportement lors des attaques infructueuses et après leur succès), tout comme l’image qu’ils se font de l’Amérique. Ils lisent des lettres (authen­tiques) d’émigrants qui décrivent avec force affabulations la vie de cocagne qu’ils mènent là-bas

  • 46 Extraits de lettres d’émigrants de Milwaukee, 1822. cités dans le dossier télévision.

« La terre est si bonne qu’elle n’a pas besoin d’engrais durant trente ou quarante ans ... Le lait et le miel coulent à pleins bords ... Nous mangeons davantage de viande que vous ne mangez de pain et nous buvons plus de café et de vin que vous ne buvez d’eau »46.

68Ils chantent en dansant la chanson des émigrants composée en 1832 par le maître d’école wurttembergeois Sauter.

  • 47 Die sämtlichen Gedichte des alten Dorfschulmeisters Samuel Friedrich Sauter. Creuzbauer und Hosper, (...)

« Il y a autant de pommes de terre que de massepain
Chaque pied en donne trois boisseaux
Le café pousse sur chaque buisson
Et chacun peut en user librement... »47

  • 48 « Soziale Ursachen der Revolution von 1848 » in : Moderne Sozialgeschichte. ouvrage cité, p.154.

69Le film de Schlöndorff montre donc très clairement qu’en raison de leur misère intellectuelle, misère dont la structure sociale de l’époque est respon­sable et qu’elle entretient sciemment, les paysans de Kombach ne peuvent même envisager quelque révolte que ce soit, sinon celle qui se fourvoie en une action brève, violente et irréfléchie, vouée à l’échec. Comme le note justement Rudolf Stadelmann « une oppression n’engendre le méconten­tement et la révolte que lorsqu’elle est perçue comme une injustice » et ce n’est pas la misère elle‑même mais la prise de conscience de cette misère qui est une force révolutionnaire48. Comme nous le verrons, c’est aussi l’ab­sence (à la différence des villes) de porte‑paroles auprès des paysans, susceptibles d’expliquer et d’entraîner, et d’un programme, qui a fait que la dynamique révolutionnaire en puissance dans cette classe paysanne en raison de ses conditions d’existence, s’épuise en quelques rares mouvements spora­diques et sans portée.

Une classe sans maître

  • 49 Cité d’après Enzensberger. p. 42.

70On a vu que Schlöndorff souhaitait faire de son film avant tout un témoi­gnage historique didactique. En tant que tel il ne se contente pas de nous présenter de la façon la plus concrète parce que visuelle la situation drama­tique d’une classe sociale au début du xixe siècle, il nous remémore certaines vérités de base la concernant et nous amène à nous poser quelques questions. L’isolement radical des paysans sur le plan social, économique et politique ressort admirablement de ce film. Ils étaient totalement coupés de la bour­geoisie libérale, qui voulait certes obtenir la direction de l’état, mais crai­gnait de perdre ses biens et ses privilèges sociaux et se méfiait des actions menant trop loin. Les motifs « révolutionnaires » se ramenaient en fait pour les gros détenteurs de capitaux au désir de mener eux‑mêmes leurs affaires et pour l’ensemble de la bourgeoisie à l’idéal d’une Allemagne unie – option objectivement, mais non subjectivement révolutionnaire, puisqu’elle re­nouait en fait avec la tradition de l’Empire. Seuls les étudiants, les apprentis et certaines fractions radicales de la petite bourgeoisie, inspirés par un petit groupe d’intellectuels (Gutzkow, Heine, Börne, etc ... ) allaient au‑delà. Mais cette inspiration faisait assurément défaut à la classe paysanne paralysée par l’analphabétisme et le manque d’éducation politique. Engels écrit que dans les villages régnaient « un esprit de clocher borné, un étouf­fant fanatisme de bigoterie, de fidélité et d’honnêteté »49. Et en 1846 un haut fonctionnaire suisse notait :

  • 50 Cité d’après Dreyfus, p. 209

« Qui constitue en Allemagne le parti Progressiste ? Ce sont des avocats, des médecins et des industriels. Ce ne sont ni les paysans ni les artisans... »50.

71L’erreur de Büchner fut précisément de croire que les paysans formaient une classe susceptible de renverser la hiérarchie sociale. Favorable à une remise en cause par la violence des rapports de propriété existants, il se méfiait des libéraux jugés trop conservateurs et des intellectuels auxquels il opposait la masse des non‑possédants et des incultes. De 1830 à 1848 certains événements lui donnèrent en partie raison. Ainsi en 1830 dans le duché de Hesse‑Darmstadt le mouvement populaire en faveur de réformes libérales et constitutionnelles, et pour l’abolition des privilèges féodaux débuta dans les campagnes. En septembre les paysans s’armèrent et la révolte dut être écrasée par l’armée. Deux cent paysans furent arrêtés, des dizaines condamnés à la prison. Dès 1817 la bourgeoisie libérale s’était réunie en sociétés de lecture et à la suite d’un rassemblement à Uberau, village situé près de Darmstadt, avait adressé un « Appel national » à la chambre, rédigé par le conseiller Beck, réclamant une véritable représen­tation ; ce texte fut imprimé et distribué par les étudiants de Giessen. Mais devant les troubles elle se rangea du côté du gouvernement et le chef de la députation libérale à la Chambre, Ernst Emil Hoffmann, fit distribuer un manifeste appelant à « l’obéissance aux autorités. »

72En 1834 éclatèrent plusieurs émeutes de la faim au cri de « Liberté, égalité ! » Des troupes de paysans en colère occupèrent certains gros bourgs, s’attirant ainsi la répression militaire, comme en septembre lors du « bain de sang de Södel ». Johann Georg Wirth dénonça dans la Deutsche Tribüne la lâcheté des libéraux. En 1848, c’est à nouveau dans les campagnes qu’écla­tèrent les premiers troubles, parfois dès l’annonce de la révolution à Paris. En Hesse, et notamment dans la région de l’Odenwald, les paysans mar­chèrent sur les châteaux, brûlèrent les dossiers et les titres et reprirent le blé qu’ils avaient déjà dû verser. Là encore la bourgeoisie libérale prit aussitôt ses distances et F.G. Dreyfus rapporte ainsi qu’un des leaders libéraux déchira publiquement la lettre de concession accordée par un gros proprié­taire à ses paysans. Le trait commun à tous ces mouvements est qu’ils se heurtent à chaque fois à l’hostilité de l’opposition libérale et qu’ils prennent très vite fin sans remettre en cause la structure même de la société, soit qu’ils fussent écrasés par la force, soit, comme en 1848, que les paysans se contentent de l’abrogation de certains impôts et droits, vestiges du régime féodal qui pesaient encore sur eux.

  • 51 Op. cit., p.140.

73Pratiquement tous les historiens qualifient ces mouvements de jacqueries et ne leur accordent qu’une importance des plus faibles comparée à celle des mouvements urbains. Il est intéressant de noter également qu’ils sont attri­bués non à une pénétration des idées révolutionnaires, mais à la misère maté­rielle du monde rural, alors que pour les révolutions urbaines c’est le raisonnement inverse qui prime. Ainsi Rudolf Stadelmann écrit que l’on a depuis longtemps abandonné l’idée que la Révolution de 1848 était due à une accumulation particulièrement importante de difficultés matérielles et à un accroissement des inégalités51. Les conditions de vie dans les villes s’étaient améliorées depuis la fin du xviiie siècle – ce qui était beaucoup moins évident dans les campagnes.

74Si 1848 fut plus qu’une révolution bourgeoise, avec la participation de larges masses prolétaires dans les villes (ouvriers, compagnons, artisans), c’est en partie en raison de la pénétration des idées socialistes et commu­nistes, même si l’écho était plus faible qu’en France. Les campagnes, elles, étaient restées à l’écart. Certes Marx consacra quatre des dix‑sept points de son programme en 1848 aux problèmes paysans : abolition des charges féodales sans indemnité, transformation des domaines féodaux en propriétés d’état, ainsi que des hypothèques dont étaient grevés les biens des paysans, transformation des fermages en impôt. Mais ses écrits antérieurs étaient demeurés pratiquement inconnus des paysans. Quant à l’échec de Büchner et de son manifeste, il témoignait déjà de l’incapacité de cette classe à assimiler à cette époque une doctrine révolutionnaire. Sans chefs (comme les ouvriers) et en outre sans programme, les mouvements paysans étaient d’avance condamnés au mieux à un succès des plus limités (abolition d’une vieille redevance), au pis à un échec sanglant, comme à l’époque des guerres de paysans, un passé dont finalement les héros du film de Schlöndorff ne sont pas si éloignés.

75Au‑delà de l’évocation historique précise, le film de Schlöndorff se révèle ainsi avoir d’autres dimensions. Il débouche d’abord sur une interro­gation plus générale. Schlöndorff déclare dans une interview que ce qui l’intéresse, lui et de nombreux jeunes cinéastes allemands, c’est de savoir « pourquoi il n’y a pas eu de révolution dans mon pays ». Il se réfère aux nombreux films allemands récents qui prennent pour toile de fond le xixe siècle. À travers une série d’épisodes fortement typés, le film montre également le difficile passage d’un monde archaïque à un monde moderne. Ce n’est donc pas seulement un moment historique, mais l’un des méca­nismes même de l’Histoire qui apparaît ici, le fait que dans tout processus historique, chaque tentative de transformation des conditions existantes est d’abord suivie d’échecs. Enfin Schlöndorff a lui‑même dit que, bien qu’il n’ait pas établi de liens directs avec le présent, le sujet était « actuel » : non en tant que parallèle direct à notre époque, mais parce qu’il suffit d’analyser le texte de la chronique pour comprendre comment une certaine structure sociale empêche les couches défavorisées d’appréhender directement leur situation et de la transformer en toute connaissance de cause.

76Cette chronique sert en fait de modèle du fonctionnement d’un système oppresseur. En ce sens le film n’est pas « sozialkritisch » mais « gesell­schaftskritisch », c’est-à-dire qu’il ne dénonce pas des inégalités du xixe siècle qui sont de toute façon abolies, mais il montre quelles forces et quels mécanismes se conjuguent dans une société pour exalter et perpétuer les conditions existantes ; c’est là selon Schlöndorff son actualité. Celui‑ci précise, en insistant sur son objectif –

  • 52 Interview dans Télérama, n° 1142

« Kombach est fait sur des détails. J’y traite une situation historique comme telle et ainsi, indirectement, j’en apprends plus au public sur notre temps qu’en établissant des parallèles toujours un peu faux. Les spectateurs ap­prennent à voir les événements comme déterminés par une situation histo­rique précise dans des rapports de force précis. Sur ces rapports, on peut agir : la société est le fait des hommes, elle peut donc être changée. Ce film est l’amorce d’une réflexion, d’un enchaînement de ces raisons qu’on se donne à soi‑même et qui nous interdisent d’éluder un problème »52.

77Il nous rappelle ainsi la question que posait Büchner

  • 53 Cité par Jörg Ulrich.

« Quels sont donc ceux qui ont créé cet ordre là, et qui veillent à maintenir cet ordre là ? »53

  • 54 Karl Korn, « Der plötzliche Reichtum der armen Leute von Kombach », article paru dans le Frankfurte (...)

78Une autre dimension mérite d’être soulignée nous assistons dans ce film à la fin de siècles d’oppression physique et spirituelle, à la naissance, au sein même d’une situation apparemment désespérée sur tous les plans, d’un pro­cessus, lent et pénible certes, qui mènera à une prise de conscience ; et en dépit de toutes leurs erreurs et illusions, ce processus est le fruit des espoirs ancestraux des paysans. Loin d’un manifeste théoricien sur la nécessité impérative d’une « éducation révolutionnaire », Schlöndorff exprime ainsi son respect devant l’existence des forces vives au sein du peuple, sa dignité et sa grandeur, comme le note Karl Korn54. D’où l’émotion manifestée par plusieurs critiques et suscitée par le sentiment d’appartenir à ce peuple venu du fin fond de la forêt et qui accède péniblement à la lumière. Constatons enfin (car le film de Schlöndorff a ceci de remarquable qu’il se développe en cercles concentriques poussant toujours plus avant la réflexion) que cette histoire de chasse au trésor, avec son mode de narration naïf qui met côte à côte la noce paysanne et l’échafaud sanglant, ce presque conte du « Knüppel im Sack », ces épisodes de « Märchen » et de « Schwärmerei », tout cela est aussi l’histoire éternelle de la chasse au bonheur et de son échec.

79Il faudrait dire un mot de l’esthétique du film qui traduit très précisément cette situation d’une classe qui semble prise entre le monde du conte et la découverte de l’autodétermination politique. Le talent de Schlöndorff a été de concilier l’inconciliable et de réaliser une œuvre jugée par certains critiques d’une lucidité heureusement dénuée de toute émotion superflue, et par d’autres d’un romantisme et d’une poésie issus des profondeurs de l’âme populaire. De ce point de vue le film se présente en effet comme une unité contradictoire. À la très forte structuration évoquée plus haut correspond une caméra phénoménologique. Les plans et le montage sont inspirés directe­ment par l’action seule et non par une ré‑vision subjective du réalisateur. Les personnages sont ainsi suivis pas à pas, version allemande de ce que la critique italienne appelait le « pedinamento dell’ personagie ». Le résultat est que d’une part chaque scène, chaque image analyse avec une précision chirurgicale les mécanismes et les effets de l’oppression : le commentaire dit en voix off, qu’il soit en accord ou en contradiction flagrante avec l’image, éclaire en permanence l’action et interdit au spectateur toute interprétation personnelle et passionnelle erronée, en révélant les causes et les rapports. Schlöndorff a en outre refusé d’utiliser la couleur « pour ne pas distraire le spectateur », ce qui ne l’a pas empêché de donner à ces images traitées en un noir et blanc velouté d’une mystérieuse douceur une extraordinaire beauté plastique.

80Et pourtant, en dépit de ce style de récit néo-vériste, nous n’avons pas affaire à un cours du soir politique. La mise en scène des individus et du monde où ils vivent est à la fois trop concrète et par là‑même d’une poésie trop authentique pour cela. De même le thème révolutionnaire n’est nulle­ment affadi par le souci esthétique de l’auteur. Ce « western » dialectique allemand, pour reprendre une expression de l’auteur, ne nous montre pas seulement la révolte dérisoirement anarchique d’une classe face à un boule­versement social (la naissance de l’ère capitaliste moderne) et aux problèmes, insurmontables pour elle dans son état d’oppression, qu’entraîne ce bouleversement. Il témoigne aussi de la noblesse de l’éveil de consciences en lutte contre l’ignorance et l’endoctrinement, même si ce premier éveil est encore un échec faute d’un maître d’école.

Bibliographie

On consultera également les ouvrages et articles suivants :

Werner Conze (Hrsg.) Staat und Gesellschaft im deutschen Vormärz 1815-1848. Klett‑Verlag. Stuttgart, 1962. (Sept articles de T. Schieder, O. Brunner, R. Koselleck. W.Zorn, W.Fischer, E. Angermann, W.Conze).

Walther Seitz (Hrsg), Quellen zur deutschen Wirtschafts‑ und Sozial­geschichte im 19. Jahrh. bis zur Reichsgründung. Wissenschaftliche Buchgesellschaft. Darmstadt 1980.

Karl Esselborn, Schriften zur Hessischen Geschichte, Landes‑ und Volks­kunde. Verlag der « Litera », Darmstadt 1923

August Lichtner, Landesherr und Stände in Hessen‑Cassel 1797‑1821, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen 1913

Aus alten deutschon Volkskalendern. Geschichten und Weisheiten mit einem Vorwort von Wilhelm Schäfer und einigen Betrachtungen von W.H. Riehl, J. Gotthelf und J.P. Hebel zum Nutzen der neuen Kalender. Berlin‑Steglitz, Eckart-Verlag 1935.

Articles de presse : Wolf Donner, « Wenig Lärm um viel », Die Zeit, 5/2/71

« Postraub anno 1822 », Abendzeitung München, 1/11/70 (hs)

Les photos d’illustration nous ont été aimablement fournies par la société BIOSKOP‑FILM, München.

Notes

1 Der Postraub in der Subach aktenmässig bearbeitet von Kriminalgerichtssekretär Carl Franz, gedruckt 1825 bei Heinrich Hase, Giessen.

2 Brigitte Jeremias, « Eine neue Art von Heimatfilm ». Frankfurter allgemeine Zeitung, 27/l/71.

3 « Die andere Tradition », article paru dans le Süddeutsche Zeitung, 8/2/71.

4 Jean de Baroncelli, « Un western dialectique », Le Monde, 10/12/71.

5 Ibid.

6 Der Hessische Landbote. kommentiert von Hans‑Magnus Enzensberger, Insel Verlag (Frankfurt am Main 1965), p.38

7 Ibid, p.22.

8 Cf. Heinrich Bechtel Wirtschafts‑ und Sozialgeschichte Deutschlands, Verlag Georg Callwey, München 1967, p. 330 et suivantes.

9 Les citations du film sont extraites du scénario publié dans Reihe Filmtexte. Herausgeber Hoffmann und Schabert, Kommunales Kino, Frankfurt am Main, 1970. On notera toutefois que la version définitive du scénario présente certaines modifications par rapport à ce texte.

10 Ernst Wolfgang Buchholz, Ländliche Bevölkerung an der Schwelle des Industriezeitalters, Fischer, Stuttgart 1966.

11 « Grundlinien der Philosophie des Rechts oder Naturrecht u. Staatswissenschaft » in : Grundrisse. §. 2~4, 245. Werke. Suhrkamp. Frankfurt 1971, 20 tomes, volume n° 7.

12 Werner Conze. « Vom Pöbel zum Proletarlat », in : Moderne deutsche Sozialgeschichte. Herausgegeben von Hans‑Ulrich Wehler, Neue Wissenschaftliche Bibliothek, Kiepenheuer und Witsch, Köln, 1973 p. 115. Article remarquable et très documenté.

13 Wilhelm Abel, Die drei Epochen der deutschen Agrargeschichte, Schafer, Hannover 1962. p. 100.

14 Herbert Hitzemann, Die Auswanderung aus dem Fürstentum Lippe, Phil. Diss., Maschschr., Münster 1953, p.29. cité par Conze. p.116.

15 Ouvrage cité ci‑dessus.

16 Carl Bertram Stüve, Über die gegenwärtige Lage des Königreichs Hannover, Jena 1832. S.16. Cité par Conze, p.117.

17 Cité par Conze, p.116.

18 Déclaration du 14 janvier 1801 au Landtag de province, cité d’après Conze, p.116.

19 Cité d’après Conze, p.116.

20 Cité d’après Renate Vowinckel, Ursachen der Auswanderung im 18. und 19. Jahrhundert, Kohlhammer Verlag. Stuttgart Berlin 1939, p.114.

21 Freiligraths Werke, Deutsches Verlagshaus Bong, Leipzig, non daté, 3 volumes. tome 1. p.12.

22 Cité dans le dossier établi par la télévision sur le film. Hessischer Rundfunk ‑ Information Fernsehen, 14/l/1971.

23 Der Status Quo in Deutschland, 1847, cité d’après Enzensberger, p.38.

24 Scénario, p.9.

25 Version définitive du film

26 Scénario, p.20.

27 Jörg Ulrich « Wer in Kombach bar bezahlt. kommt vor Gericht », article paru dans le Münchner Merkur, 6/2/71.

28 Carl‑Friedrich Benckendorf, œconomia Forensis, Berlin 1764, cité par Conze, p.114.

29 Cité par Günther Franz in Handbuch der deutschen Wirtschafts‑ und Sozialgeschichte, herausgegeben von Hermann Aubin und Wolfgang Zorn, Klett Verlag. Stuttgart 1976 (2 volumes), tome 2, chapitre 7 « Landwirtschaft l800-1850 », p.303. Ouvrage fondamental.

30 Scénario. p.1.

31 Hessische Landbote. p.20.

32 Scénario, p.42.

33 Op. cit. p. 282.

34 Op. cit., p. 51.

35 Scénario, p.3.

36 Cf. G. Franz, p.302.

37 Cité par F.G. Dreyfus, Histoire des Allemagnes, Paris, Armand Colin 1972.

38 Scénario, p. 20/21.

39 émile Zola, La Terre, Le livre de poche, Paris, 1962 p.82/83.

40 Dossier télévision.

41 « Zufriedenheit mit seinem Zustande ». Scénario p.16 et aussi Gellerts Dichtungen. Leipzig und Wien Bibliographisches Institut, 1891, p.264 in : Geistliche Oden und Lieder.

42 Scénario, p.38.

43 Scénario, p. 37.

44 Dossier télévision

45 Scénario. p.42

46 Extraits de lettres d’émigrants de Milwaukee, 1822. cités dans le dossier télévision.

47 Die sämtlichen Gedichte des alten Dorfschulmeisters Samuel Friedrich Sauter. Creuzbauer und Hosper, Karlsruhe 1645. Ces poèmes, volontairement déformés de façon caricaturale, furent publiés par Ludwig Eichrodt dans les Fliegende Blätter de 1655 à 1857 sous le pseudonyme de Gottlieb Biedermaier – et devinrent le symbole de toute une époque.

48 « Soziale Ursachen der Revolution von 1848 » in : Moderne Sozialgeschichte. ouvrage cité, p.154.

49 Cité d’après Enzensberger. p. 42.

50 Cité d’après Dreyfus, p. 209

51 Op. cit., p.140.

52 Interview dans Télérama, n° 1142

53 Cité par Jörg Ulrich.

54 Karl Korn, « Der plötzliche Reichtum der armen Leute von Kombach », article paru dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8/2/71.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540