Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

L’expression de la condition ouvrière dans la littérature du Vormärz

Marie-Claire Hoock-Demarle

Full text

1Leipzig, 29 Juni 1844

  • 1 Literarische Geheimberichte. Protokolle der Metternich-Agenten, Hg H. Adler. Köln, 1981 p, 40

« In der Anlage übersende ich das Lied, welches die schlesischen Weber sangen, während sie die Fabriken demolierten. Es ist zwar holperig und ohne Kunst zusammengeleimt, aber wenn man bedenkt, dass es von den wütenden Volkshaufen gebrüllt wurde und dass diese ihre Klagen darin fanden, so ist es allerdings schauerlich »1.

  • 2 F. von Baader, Über das dermalige Missverhältnis der Vermögenslosen oder Proletairs zu den Vermögen (...)

2L’année 1840 n’est pas seulement un tournant politique, l’avènement en Prusse d’un nouveau roi ou le déclenchement d’une crise franco-allemande, c’est aussi le point de départ d’une prise de conscience des changements sociaux. C’est en effet le moment précis où l’on passe de la notion de « pauvre », familière encore à Georg Büchner, à celle de « prolétaire », employée certes dès 1835 par le philosophe Franz von Baader, mais qui ne conquiert droit de cité que dans les années quarante, époque à laquelle elle investit tous les domaines, y compris celui de la littérature2. Dans quelle mesure la littérature d’un Vormärz, réduit ici sciemment à la période 1840-1848, fait-elle sa place à la réalité sociale ? Dans quelle mesure s’en trouve-t-elle modifiée dans ses contenus et ses modes d’expression ?

3De la réponse à ces questions dépend la possibilité d’une définition autre de la littérature : assiste-t-on à la naissance d’une littérature opérative, pui­sant à des sources traditionnelles, en découvrant de nouvelles, soucieuse avant tout de s’impliquer totalement dans l’exploration et l’expression du social avant même d’être révolutionnaire ?

1. De la littérature du Vormärz

4En 1846, dans un style qui est devenu celui du Vormärz, J.M. von Radowitz, militaire et diplomate prussien, pouvait écrire

  • 3 Cité in W. Conze, « Vom Pöbel zum Proletariat », in : Vierteljahrschrift für Sozial- u. Wirt­schaft (...)

« Das Proletariat steht in riesengrosser Gestalt da und mit ihm öffnet sich die blutende Wunde der Gegenwart, der Pauperismus »3.

5Et de fait, le terme, importé d’Angleterre, est à la mode. Présent dès 1820 dans les innombrables « Questions » mises au concours par les académies et gouvernements, il fait en 1840 son entrée dans les encyclopédies avec une telle force que Ersch-Gruber prévient son lecteur :

  • 4 Ersch-Gruber, Allgemeine Enzyklopädie, Dritte Sektion, Leipzig 1840. article « Pauperismus » p. 239 (...)

« Eine Geschichte des Pauperismus hier aufzustellen würde die Grenzen dieses Artikels überschreiten ».4

  • 5 Numéro III, 1844 : « Le paupérisme et comment le combattre ». Numéro IV, 1844 : « Les émeutes dans (...)
  • 6 Bibliographies actuelles : A. Kuczynski, Die Geschichte der Lage der Arbeiter, Berlin 1960, Bd.9, r (...)

6De très sérieuses revues, comme la Deutsche Vierteljahresschrift s’inté­ressent au problème et lui consacrent de nombreux articles5. Parallèlement, la littérature spécialisée connaît une véritable inflation. Les bibliographies modernes sur ce sujet tentent bien de la recenser mais s’avouent non exhaus­tives6. L’augmentation est très nette de 1844, avec 12 titres, à 1847, avec 35 titres et 1848 avec 86 titres. Si l’étude thématique de ces ouvrages ne s’im­pose pas ici, il reste intéressant de noter le large éventail qu’offre l’origine sociale des auteurs, dans la mesure où ils ne restent pas anonymes, phéno­mène de plus en plus fréquent à partir de 1845. L’analyse montre que l’aris­tocratie n’est pas indifférente aux problèmes de l’époque puisqu’elle fournit en 1842 37,5%, en 1843 28,5% des contributions. Ceux-là même qui sont directement concernés ne se retranchent pas toujours derrière un prudent anonymat, on trouve ainsi des artisans, nombre d’aubergistes, des associa­tions locales et même un « Proletär » conscient de l’être. La grande majorité des auteurs se recrute dans la classe bourgeoise, industriels tels Harkort ou Schlöffel, fonctionnaires tels A. Schneer ou J.G. Hoffmann, le directeur du Bureau prussien des statistiques, médecins tel R, Virchow, journalistes comme F. Grieb, E. Dronke ou A. Wöninger, professeurs, écrivains d’obé­dience locale ou émules de mouvements littéraires importants tels T. Mundt ou K. Gutzkow. Enfin, l’apport le plus significatif vient de ceux que leurs opinions politiques ou idéologiques ont obligé et obligent encore à prendre le chemin de l’exil, de H. Heine à F. Freiligrath, K. Grün, G, Herwegh, K. Marx, F. Engels, A. Ruge, G. Weerth, W. Weitling, la liste, non exhaustive, est impressionnante.

7La présence de ces quelques noms apporte un premier élément de réponse à ceux qui se demandent en quoi les écrits sociaux du Vormärz font encore partie du domaine de la littérature. Aux tenants d’un littéraire étroitement défini, les contribution de Heine, Herwegh ou Weerth sont une garantie de qualité et la preuve que l’on peut être auteur et même grand auteur tout en traitant de thème aussi terre à terre que la misère ouvrière, le travail, la faim ou l’exploitation de l’homme par l’homme. De même, les genres littéraires traditionnels ne sont pas systématiquement rejetés. Le théâtre certes fait bien piètre figure, mais pour la prose ou le lyrisme, les lois du genre sont sauves.

8Les titres peuvent étonner les esprits quelque peu classiques : Eisen, Gold und Geist, Weisse Sklaven oder die Leiden des Volkes, romans d’E. Will­komm, ou encore Polizeigeschichten et Aus dem Volke, recueils de nouvelles d’E. Dronke.

9Pour des raisons évidentes, le lyrisme est roi : facilité de la communi­cation orale, organes de transmission tout trouvés en la personne des artisans et compagnons, sans oublier une censure plus facilement déjouée. Ce lyrisme rejette toute contrainte esthétique et renoue délibérément avec la tradition du Volkslied remise en honneur, avec quelques remaniements, par le romantisme. Mais ira-t-on jusqu’à créer des genres nouveaux, plus adaptés aux thèmes et contenus qui font leur apparition ? La question se pose d’emblée devant l’abondance des ouvrages de facture documentaire et d’écriture journalistique, qui constitue un véritable phénomène de l’époque.

  • 7 En 1822, 1 500 000 jeunes fréquentaient 1’école (12% des habitants en Prusse) cf. Sozial­geschichtl (...)

10En 1840, l’alphabétisation est, en Allemagne et plus singulièrement en Prusse, assez développée jusque dans les milieux ouvriers pour que se soit formé un public de lecteurs attentifs aux articles et récits divers paraissant dans les journaux et gazettes7.

  • 8 Cf. Marx, rédacteur en chef de la Rheinische Zeitung, puis avec Heine, Ruge, Engels, des Deutsch‑Fr (...)

11Toute une littérature, au sens large du terme, s’articule à travers ces organes de presse. Et ce mode d’expression est loin d’être négligé par les auteurs eux-mêmes qui sont, pour la plupart collaborateurs, voire rédacteurs de journaux importants8. N’est-ce pas là, pour la période du Vormärz, un des agents essentiels de la prise de conscience du processus social ?

L’émergence du thème ouvrier dans la littérature du Vormärz

La condition ouvrière

  • 9 Les « Handwerksburschenlieder » restent une constante de cette littérature, cf. le recueil de Weitl (...)

12La constatation de la présence d’une masse ouvrière dans l’Allemagne des années quarante se fait pas sans un certain étonnement et, au niveau de l’écriture, sans quelques balbutiements. Rien, par exemple, du tableau de la ville tentaculaire tel qu’elle apparaît dans les Promenades dans Londres de Flora Tristan (1839) ou dans la description de Manchester faite par Engels dans La situation de la classe laborieuse en Angleterre (1845). La condition ouvrière est, en Allemagne, un phénomène encore mal défini, l’ouverture économique amorcée par le « Zollverein » de 1834 est encore trop récente, la montée vers les villes encore peu discernable. L’Allemagne de 1840 est et reste essentiellement agraire. Il n’est donc pas étonnant de voir figurer, dans ce qui apparaît vers cette époque comme l’ébauche d’écrits sociaux, l’artisan dans sa diversité ou le paysan de régions défavorisées aux côtés de l’ouvrier de manufacture ou de celui qui représente le plus fidèlement le type ouvrier de l’époque, l’ouvrier à domicile, le « Heimarbeiter »9. Ce sont là en partie, ceux à qui Büchner adressait son Hessischer Landbote (1835) et qui com­munient encore dans une même exigence de respect et de dignité humaine

  • 10 L. Wagner, Schreiner aus Giessen, 1836. D’autres poèmes traitent des vignerons (Weerth/ Dronke).

« Ehrt doch den Handwerksmann
Und auch den Bauersmann,
Arm oder reich !
Gleich gebaut, wie auch ihr
Und von derselben Zier... »10

13L’industrialisation n’apparaît ici que sous des dehors très généralisés, voire largement conventionnels : la faim, la misère familiale, les rapports patrons-ouvriers. Ces derniers, s’ils s’avèrent parfois difficiles, s’articulent moins en termes de revendications qu’en plaintes sur l’injustice qui fait du riche un nanti du quotidien et du pauvre un oublié de Dieu :

  • 11 N. Müller, « Morgenlied eines Handwerksburschen », in : K. Gödeke, Deutschlands Dichter von 1813 bi (...)

« Herr, hätt’ ich doch zu essen
Von Deinem Brod und Fisch !
Hast Du mich denn vergessen
An Deinem grossen Tisch ? »11

  • 12 Par la « Loi sur les pauvres » du 3/0/1842, le gouvernement prussien tente d’améliorer la situation (...)
  • 13 1832 : 10 000 cas d’émigration pour les USA ; 1840 : 30 000 et en 1847 : 75 000 cas.

14Quelques thèmes traduisent une inquiétude plus profonde : la hantise de la mendicité, de la prison, du vagabondage, conséquences premières de la prolétarisation12. De même la peur de la mort, la tentation du suicide marquent le début du déracinement. Vient s’y ajouter le thème de l’émigra­tion massive, une des manifestations précoces de l’aggravation de la situa­tion13. L’industrialisation en ce début de décennie se résume donc surtout au phénomène de la « Heimindustrie » et concerne essentiellement le textile. La littérature s’occupe très tôt du sort de ces anciens « paysans libérés » deve­nus par la force des choses des ouvriers livrés à l’arbitraire des entre­preneurs, les « Verleger », qui les paient à la pièce et distribuent à leur gré la matière première, quitte, si besoin est, à rattraper sur les salaires les écarts de prix. Mais là encore, les premières ébauches littéraires n’échappent guère au conventionnel : pauvre tisserand, famille nombreuse, enfants affamés sur fond de printemps éclatant et de pâles consolations dans l’au-delà :

  • 14 H,von Fallersleben. Der arme Damastweber.

« Ist farblos unser Leben
So ohne Frühlingsschein

Gott wird einst Frühling geben,
Wir alle warten sein ».
14

15Vers 1843-1845 de nouveaux thèmes apparaissent, comme l’urbanisation et la paupérisation. À l’inverse des premières descriptions encore marquées par un certain sentimentalisme, c’est désormais le souci de la réalité sociale prise sur le vif qui l’emporte. Une littérature-document commence à s’ex­primer avec le dernier chapitre de Ce livre appartient au roi de Bettina von Arnim et Berlin I et II d’E. Dronke. Là, l’ouvrier émerge peu à peu de la masse indistincte des pauvres, une classe ouvrière en pleine gestation se dessine, qui n’a pas encore conscience de sa force :

  • 15 Bettina von Arnim, Dies Buch gehört dem König. In : Werke und Briefe, Hg. G. Konrad. Köln 1959 Bd. (...)

« Vor dem Hamburger Tore, im sogenannten Vogtland, hat sich eine förm­liche Armenkolonie gebildet. Man lauert sonst jeder unschuldigen Verbin­dung auf. Das aber scheint gleichgültig zu sein, dass die Ärmsten in eine grosse Gesellschaft zusammengedrängt werden, sich immer mehr abgrenzen gegen die übrige Bevölkerung und zu einem furchtbaren Gegengewichte anwachsen »15.

16Les valeurs sûres du passé, la qualification, la spécialisation souvent transmises de père en fils n’ont plus cours. Dérisoires vestiges, elles masquent mal le déclassement social :

  • 16 Id. p. 239.

« 92 b Stube 59 ! An der Tür steht angeschrieben : ‘Webermeister Künstler’. In der Stube ist ein Spulrad an der Stelle des Webstuhles ».16

17Mais l’isolement est rompu, la solidarité s’instaure, l’entraide ouvrière pallie les carences du système de l’administration des pauvres et refuse, non sans fierté, pitié et charité :

  • 17 Id. p. 240.

« Witwe K. beklagt sich darüber, dass man sich zu sehr erniedrigen müsse, wenn man etwas von der Armendirektion erhalten wolle »17.

18E. Dronke, tout en reprenant largement les conclusions de Bettina – qu’il cite – a pour lui un avantage incontestable, celui d’avoir vécu entre temps la révolte des tisserands silésiens de Juin 1844 :

  • 18 E. Dronke, Berlin I, p. 298.

« Früher hatte sich die wohlgeordnete Gesellschaft um das Proletariat gar nicht gekümmert ; es waren in den Augen der Besitzenden ‘einzelne Fälle’... sie wussten nur, dass sie von diesen einzelnen nichts zu befürchten hatten, jetzt belehrte sie dieser Schrei aus dem schlesischen Gebirge, dass es eine gefahrdrohende Masse sei, welche zur Verzweiflung getrieben werde ».18

19Dans le climat social du Vormärz, la littérature joue un rôle non négli­geable, véhiculant d’une part le changement à travers toute l’Allemagne, aidant d’autre part à donner forme à ce qui n’est encore qu’une masse et déjà une menace. Grâce à elle, l’image de l’ouvrier isolé, physiquement et mora­lement abattu, résigné à son sort, s’efface. Dans la prise de conscience qui s’opère au début de la décennie, deux éléments pèsent de tout leur poids, la révolte des tisserands silésiens et l’orchestration littéraire de cet événement. De la conjonction des deux naît enfin en Allemagne une littérature spéci­fique au Vormärz, de moins en moins tributaire de la tradition libérale à caractère politique des années 1830-1840, de plus en plus à la recherche de moyens d’expression adéquats.

De l’ouvrier au prolétaire

  • 19 K. Marx, « Aufsatz über das ‘Blutgericht’» in : Schriften zur Literatur und Kunst.

« Der schlesische Aufstand beginnt damit, womit die französischen und englischen Aufstände enden, mit dem Bewusstsein über des Wesen des Proletariats »19

  • 20 Sur l’importance de la pomme de terre, nourriture du pauvre, les témoignages sont nombreux : par ex (...)

Les textes consacrés au bref épisode, durement réprimé, de juin 1844 sont divers et nombreux. Dans le seul domaine du lyrisme, on en recense plus de treize variantes émanant d’auteurs connus (Freiligrath, Heine, H. von Fallersleben, Weerth, Dronke) de femmes (L. Aston, L. Otto-Peters) ou de collectifs anonymes. Parmi ces derniers, un poème a particulièrement retenu l’attention et de K. Marx et des agents de Metternich, le célèbre « Blut­gericht », dont les 25 strophes constituent une description détaillée de la révolte silésienne. L’univers y apparaît comme coupé en deux, avec d’un côté les « Herren Zwanziger » qui resteront dans la mémoire ouvrière et, de l’autre, la masse encore indéfinie des tisserands. La difficulté de vivre ne s’exprime plus seulement à travers les symboles habituels, mais se concré­tise singulièrement, invoquant tour à tour les crises agraires, le manque de pommes de terre par exemple20, l’absence de tout bien propre (« Hab und Gut ») et de tout salaire (« Lohn »). Le thème de l’hypocrisie de la religion fait son apparition ; les tisserands ne sont plus dupes de consolations futures promises par ceux qui ne croient ni à Dieu ni au Diable. Le temps de la pitié est révolu, les comptes (« Rechenschaft ») sont exigibles ici-bas. Sont de même dénoncées avec lucidité les pratiques de baisse des salaires, de concurrence déloyale, de provocation permanente :

« Und hat einer noch den Mut
Die Wahrheit nachzusagen,
Dann kommt es so weit, es kostet
Blut,
Und dann will man verklagen ».

20L’affrontement est désormais entre ceux qui sont de par la « grâce de Dieu » et ceux qui se veulent de par la « colère de Dieu ». Si au « Ihr » parfaitement identifiable ne s’oppose pas encore un « wir » organisé, on sent peu à peu émerger la conscience collective d’une force qui se cherche et l’appel qui, avec la nostalgie de la simplicité relative de jadis, clôt la longue plainte des tisserands est déjà une invitation à s’unir :

« Sind ja noch welche, die der Schmerz
Der armen Leute beweget,
... Die müssen, von der Zeit gedrängt,
Auch in das Gleis einlenken ».

21La formulation du « wir » est plutôt le fait des écrivains de métier, tel Heine qui emploie dans son poème « Die schlesischen Weber » une formule empruntée aux guerres de libération, « Mit Gott, König und Vaterland ». L’intention politique est évidente, il s’agit d’une part d’éveiller un écho chez des individus qui ont été en leur temps des combattants du roi, mais aussi d’inscrire la révolte silésienne dans une tradition de soulèvement populaire allemand.

  • 21 C’est le titre donné à un recueil de poèmes du Vormärz édité par F. Diederich : Von unten auf. Ein (...)

22L’émergence des thèmes ouvriers dans la littérature du Vormärz se fait donc par étapes, mais après 1844 la figure de l’ouvrier n’est plus la même. La trilogie artisan-ouvrier-paysan se décante au profit d’une image idéal-typique qui est celle du « prolétaire ». Toute la symbolique s’inverse en un élan irrésistible, en une thématique du « Vorwärts », du « Auf, Proleta­rier ! », du « Von unten auf ! »21 C’est du reste le titre d’un poème de Freiligrath qui se termine par l’apothéose du mécanicien, qualifié de « Machinist‑Proletär », méditant au fond du bateau à vapeur transportant le roi de Prusse en son Burg rhénan :

  • 22 F. Freiligrath, « Von unten auf ! » in : ça ira ! 1846.

« Wir aber steigen feuerfest aufwärts ans Licht aus unserer Gruft !
Wir sind die Kraft ! Wir hämmern jung das alte morsche Ding den Staat,
Die von Gottes Zorne sind bis jetzt das Proletariat ».
22

  • 23 Cf le soulèvement des « Luddites » en Angleterre en 1811 et 1816, particulièrement à Nottingham.

23Les attitudes changent et se radicalisent. La violence devient un thème permanent et le leitmotiv du sang versé omniprésent. La malédiction tissée dans la toile-linceul en est la variante la plus connue mais elle n’est pas unique, le fil se fait corde, l’enclume forge l’épée ou le marteau, l’outil, symbole de l’enchaînement au travail, devient instrument de libération sans perdre de sa précision technique. Sa nouvelle fonctionnalité, en le concrétisant, le rend parfois menaçant, il se fait arme. Curieusement il n’est jamais question ici de destruction des machines, thème familier à la réalité et à la littérature ouvrières anglaises23. Il s’agit plutôt d’un détournement de fonction, d’une appropriation de l’outil de travail pour la violence. La même attitude se dessine face à la religion, mise elle aussi au service de la colère ouvrière :

  • 24 G. Herwegh, « Aufruf », Werke I, Berlin 1909 p. 38/39.

« Reisst die Kreuze aus der Erden !
Alle sollen Schwerter werden,
Gott im Himmel wirds verzeihen ».
24

  • 25 H.von Fallersleben, Unpolitische Lieder, 1840/41 ; F. Freiligrath, Glaubensbekennt­nis, 1844 ; ça i (...)

24C’en est donc bien fini des Unpolitische Lieder et autres Glaubens­bekenntnisse des années quarante. Désormais les recueils s’appellent Ça ira !, Armensünderstimmen, Stimmen der Zeit, Soziale Gedichte25.

25L’ouverture internationale est un phénomène nouveau et non négligeable. Par les exilés, l’Angleterre n’a cessé de fournir des points de repère. Engels, Weerth, Freiligrath, Harring, Weitling ont, à des degrés divers, souligné la solidarité qui unit par exemple l’Allemand et l’Irlandais et Weerth fait tenir à son « Vieil aubergiste du Lancashire » le langage de ses frères tisserands, tandis que les chartistes anglais saluent la révolte de 1844 :

  • 26 G. Weerth, Lieder aus dem Lancashire, 1845.

« Aus York und Lancashire
Sie sangen aus rauhen Kehlen,
Sie sassen bis zur Nacht
Sie liessen sich erzählen
Von der schlesischen Weberschlacht »26

26Ainsi se rejoignent le produit brut de la conscience collective et l’expres­sion plus élaborée d’écrivains conquis par un mouvement social dont ils mesurent peu à peu la portée. Mais cette jonction ne se fait pas sans heurts. Certains auteurs, comme Heine, restent fidèles à une certaine esthétique. Ses tisserands sont aux dimensions de la misère et de la colère du monde et leur révolte s’inscrit dans la tradition de non-asservissement, de refus de l’humi­liation qui a été, dix ans auparavant, celle des canuts lyonnais :

  • 27 H. Heine, « Die schlesischen Weber » in : Zeitgedichte, 1844.

« Im düstern Auge keine Träne,
Sie sitzen am Webstuhl und fletschen die Zähne »
27

27D’autres par contre, se déclarent prêts à renoncer à toute règle artistique, à s’effacer devant la puissance du fait social :

  • 28 G. Herwegh, « Brief an seine Frau », cité in G. Lukacs, « Heine als nationaler Dichter » in : Deuts (...)

« Mein Dichten und Trachten ist nun, etwas hinauszuschleudern, was die Menge packt und ergreift. Ein gelungenes Lied wäre hinreichend ; warum kann ich keine Marseillaise schreiben ? »28

28On est là au cœur d’une polémique qui traverse la littérature du Vormärz et concerne spécifiquement la conception du lyrisme et de l’engagement du poète. Heine se moque sans ménagement d’une poésie qu’il juge naïve et quelque peu illusoire et traite Herwegh de « eiserne Lerche »

  • 29 H. Heine, Zeitgedichte. 1844.

« Weil Du so himmelhoch dich schwingst
Hast du die Erde aus dem Gesichte
Verloren – nur in deinem Gedichte
Lebt jener Lenz, den du besingst ! »29

29La question ici n’est pas de savoir si l’ironie de Heine s’exerce à juste titre mais d’accorder à la remarque de Herwegh toute sa valeur. En em­ployant le terme de « Lied » et non de « Gedicht », Herwegh souligne en effet son souci de trouver une forme poétique plus accessible, plus diffusable aussi, qui mette l’accent sur la transmission du message bien plus que sur les états d’âme du poète. Le lied est-il la seule forme possible, la littérature du Vormärz n’a-t-elle pas inventé des formes à son usage, privilégié ses genres propres ?

L’éclatement des formes dans la littérature du Vormärz

Le changement dans la tradition

30La littérature du Vormärz se situe dans une double tradition. Novatrice quant à ses thèmes, elle n’est pas totalement dégagée de la tutelle des genres littéraires classiques, roman, nouvelle, lyrisme sous ses aspects les plus divers, lied, ballade, ode ou poème satirique. Mais si l’on en observe de près les produits, on s’aperçoit que chacun de ces domaines bien définis y subit une sorte de glissement singulier.

  • 30 G. Büchner, Dantons Tod (1835), Woyzeck (paru en 1874). Les contemporains n’ont pas vu Dantons To (...)

31Le théâtre, si peu représenté qu’il soit en cette période où la censure se montre particulièrement attentive à ce qui se dit sur scène, a appris à l’école de Georg Büchner et de C.F. Grabbe30. Certes leurs émules ont laissé peu d’œuvres remarquables, mais un élément semble désormais faire partie de la dramaturgie, le peuple anonyme et collectif et son langage direct et cru. Il faudra certes attendre plus de trente ans pour que se concrétise sur scène cette tendance avec les Weber de G. Hauptmann, mais les succès de K. Gutzkow et ceux, plus satiriques, de J. N. Nestroy ne sont pas négli­geables.

32Quant au roman, tributaire encore d’une tradition à la Wilhelm Meister, il cherche lui aussi dans la réalité immédiate nombre de ses inspirations. La voie a été tracée par K. Immermann qui, dans son roman Die Epigonen (1836), traite incidemment le thème de l’industrialisation, mais ses succes­seurs s’orientent délibérément vers un roman historique moderne :

  • 31 A. Stahr, « der politische Roman », in : Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst, Leipzig 18 (...)

« Der moderne historische Roman ist keineswegs unbefangen. Der moderne Dichter ... spielt ein gewagteres Spiel, um so gewagter, je näher der Gegen­wart ! Denn es ist sein Hass, seine Liebe ... oder vielmehr, nicht das seinige, sondern das seiner Zeit, dem er Worte leiht »31

33Mais est-ce force de la tradition ou insuffisance créatrice des auteurs, le. roman social tant espéré ne voit pas plus le jour que le drame politique, et l’énorme fresque de Gutzkow, Die Ritter vom Geist, n’échappe pas aux pièges de l’utopie.

34Seul le lyrisme est donc à même d’assumer le rôle de rénovateur, bien qu’il ne se défasse pas toujours d’un narcissisme dénoncé par les contempo­rains :

  • 32 K. Gutzkow, Wissenschaft und Literatur, Frankfurt 1646.

« Die deutsche Lyrik ist grösstenteils eine eitle, sich selbst bespiegelnde Subjektivität langweiliger und oft unbedeutender Geister »32.

  • 33 Beaucoup de ces mélodies sont identifiées. Cf. B. James, Glasbruch 1848, Luchterhand 1983.

35Mais en renouant sciemment avec la forme populaire du Volkslied et sa variante la plus présente au cœur des masses, le chant religieux, le Geist­liches Lied, le lyrisme élabore son expression spécifique. Refrain, répétition, mélodies simples et connues, tout ici est conçu pour que se grave dans les mémoires et se transmette une parole ouvrière33. L’expression y est certes parfois outrancière, l’image violente ou absurde, mais on y trouve aussi nombre de réminiscences puisées dans les contes et légendes,

  • 34 F. Freiligrath, Aus dem schlesischen Gebirge, Sankt Goar, März 1844.

« Ich will’s mit Rübezahl versuchen.
Wo bleibt er nur ? zum drittenmal : Rübezahl !
Er half so vielen schon vorzeiten
.
Grossmutter hat’s mir oft erzählt !
Ja, er ist gut den armen Leuten,
Die unverschuldet Elend quält ! »34

36Certaines allégories semblent directement empruntées aux Contes de Grimm :

  • 35 A. Glassbrenner, « Das Märchen vom Reichtum und der Not », in : Verbotene Lieder, 1843.

« Es war einmal Bruder und Schwester :
Der Reichtum und die Not »
35.

37Ainsi à travers la communauté du langage s’affirme de plus en plus une mémoire collective où chacun se reconnaît dans une expression sans âge.

  • 36 T. Mundt, Thomas Münzer, 1841 (3e édition).
  • 37 H. von Fallersleben, Politische Lieder aus der deutschen Vorzeit, 1843, et Geschichte des deutschen (...)

38C’est là un phénomène que la littérature allemande a connu lors de la guerre des paysans et dans le tourbillon de la Réforme et qu’elle retrouvera après 1918. Le lyrisme du Vormärz s’inscrit dans cette tradition, entre les cantiques détournés de leur fonction première et les créations de l’Agitprop. Il est intéressant de noter le succès d’un personnage historique comme Thomas Münzer, à qui Th. Mundt consacre un roman36, ou la mode des recueils de poèmes « du bon vieux temps », en l’occurrence celui de Luther37. Mais il est vrai que certains accents sont étonnamment proches :

  • 38 P. Suchenwirt, Von dem Kriege der Fürsten u. Reichsstädte (fin du XIVe) cité in M. Baeumer, Sozialk (...)

« Den Reichen sind die chasten vol,
Dem arm sind si laere,
Dem Povel wird der magen hol,
Daz ist ein grozzes swere,
Wan sie sehent weib und chind
Vor Hunger gel gestellet,
Die arm dez undurfftig sind
Gar übel in daz gevellet.
Tzuhant der povel samet sich
Mit manigerhant waffen »
38.

L’émancipation de la prose

  • 39 Cf. la critique des Mystères de Paris, Marx/Engels, in : La Sainte Famille, M.E.W. Bd 2, p. 55 et s (...)

39S’il fallait s’en tenir aux seuls romans de l’époque, la prose ferait, à l’instar du théâtre, bien piètre figure. Aucun émule de Balzac, pas même un imitateur d’Eugène Sue, pourtant fort admiré en Allemagne en dépit des critiques que Marx et Engels adressent aux Mystères de Paris39 !

  • 40 Cf A. Glassbrenner, Berlin wie es ist ‑ und trinkt’ (1832-50) et E. Dronke, Polizei­geschichten (18 (...)

40En fait, la prose du Vormärz connaît une évolution particulière due en bonne part à l’accélération de l’information et à l’élargissement de sa diffu­sion. Une fois de plus, l’écrivain du Vormärz détourne à son usage une forme de prose existante, ici les comptes rendus de voyage, observations et récits qui ont fait le succès de la « Jeune Allemagne ». Mais loin de chercher leurs sujets à l’étranger, les auteurs se penchent sur la réalité immédiate, sur Berlin et ses classes populaires, sur les milieux ouvriers de régions en crise40. Certains puisent directement dans les journaux matière à nouvelles :

  • 41 Renvoi de H. Püttmann, cité in K. Gaffert, Die soziale Frage in Literatur und Kunst des XIX. Jhdts, (...)

« Siehe Allgemeine Zeitung vom 27. Juni 1845 »41

41Il est évident que si ce type de prose connaît un tel succès, c’est qu’il échappe en partie à la censure et que, semblable en cela aux innombrables pamphlets et tracts qui fleuriront pendant la révolution de 1848, il atteint un public de plus en plus vaste.

  • 42 G. Weerth, Fragment eines Romans, 1846/47, Sämtliche Werke. hg. von B. Kaiser, Aufbau-Verlag 1956.

42Cette littérature-reportage s’élabore par étapes. Elle apparaît déjà à la fin du livre de Bettina von Arnim, Ce livre appartient au roi, dont le dernier chapitre est le récit d’une enquête menée par un ami suisse, Grünholzer, dans la colonie des pauvres berlinoise, le Vogtland. La rigueur brutale des chiffres, l’énumération sans commentaires éplorés des drames quotidiens, la description aussi technique que possible de l’environnement, la précision des lieux, la sobriété des dialogues, sont des nouveautés que le lecteur perçoit d’autant mieux qu’un style autre, à vrai dire une absence de style, naît sous ses yeux, Cette première ébauche n’est pas unique. Weerth, dans son Fragment de roman42 et Dronke dans son Berlin, portent sur la réalité sociale de leur temps le même regard, renchérissant sur ses aspects concrets, prosti­tution, criminalité, déchéance physique et morale. Sous le poids du social, le style se fait de plus en plus transparent et l’auteur, en s’abstenant de toute considération personnelle, met l’accent sur la machine sociale et sa respon­sabilité. Avec ce type de littérature se pose pour la première fois le problème de l’authenticité du récit brut :

  • 43 E. Dronke, Vorwort zu Aus dem Volke, 1846.

« Meine Geschichten haben keinen anderen Zweck als Episoden aus dem wirklichen Leben zu geben »43.

43Là est sans doute l’originalité de la littérature du Vormärz, point de départ d’une recherche à laquelle les moyens d’investigation et d’information mo­dernes donnent aujourd’hui une toute autre dimension, reportages de G. Wallraff, « Werkkreisliteratur » ou « Protokolle » à la Maxie Wander :

  • 44 Christa Wolf, Vorwort zu Maxie Wander, Guten Morgen, du Schöne. Frauen in der DDR. Protokolle, Luch (...)

« Die Texte, die so entstanden sind – Vorformen von Literatur, deren Gesetze nicht unterworfen, der Versuchung von Selbstzensur nicht ausgesetzt – sind besonders geeignet, neue Tatbestände zu dokumentieren. »44

44Le reportage journalistique est aussi présent dans la littérature du Vormärz. Témoin de la révolte de juin 1844, W. Wolff dans Das Elend und der Aufruhr in Schlesien (1844), donne des événements un récit heure par heure, dans un style percutant, sans adjectifs ni commentaires. Aucun symbole, aucune allégorie, mais une visualisation pré‑cinématographique du cortège des tisserands, de la mise en place du dispositif militaire et du massacre final :

  • 45 W. Wolf, « Das Elend und der Aufruhr in Schlesien », paru dans Deutsches Bürgerbuch* (1845). Cf. F. (...)

« Infolge dreier Gewehrsalven blieben sofort elf Menschen tot. Blut und Gehirn spritzte weithin. Einem Mann trat das Gehirn über dem Auge heraus… Bis jetzt sind überhaupt 24 schwer und tödlich Verwundete, ausser den obigen elf Toten, bekanntgeworden... »45

45Plus proche de la Grève d’Eisenstein que du style épique des mineurs grévistes de Germinal, le texte de Wolff ne constitue pourtant pas encore la limite extrême de cette littérature documentaire.

  • 46 B, von Arnim à A. Stahr. 27 Juin 1844.
  • 47 Journal de Cologne, Journal de Magdebourg Mai 1844.
  • 48 W. Vordtried, « B. von Arnims Armenbuch » in : JB des deutschen Hochstiftes, Francfort 1962, et mon (...)

46Et c’est encore Bettina von Arnim, « l’Enfant terrible » de l’histoire de la littérature allemande, qui tente l’impossible : faire du matériau brut, livré par la collectivité, un Livre des pauvres. Tentative certes vouée à l’échec car la censure veille : « Allein, den Hungrigen helfen wollen, heisst Aufruhr predi­gen »46 ; mais tentative intéressante par la documentation réunie et par le processus de l’écriture. Bettina fait paraître dans divers journaux47 un appel demandant qu’on lui adresse tous les renseignements concernant la situation ouvrière et ce en Mai 1844, un mois avant que n’éclate la révolte des tisserands. Quelques industriels, médecins et juristes lui répondent mais aussi des ouvriers, isolés ou regroupés, les listes s’accumulent, parfois publiées dans la presse, véritables cahiers de doléances que Bettina comptait éditer tels quels, avec une introduction48. Ce que ce Livre des Pauvres aurait pu être, deux passages du manuscrit le montrent. Dans la description de la vente des toiles aux halles de Waldenburg, un simple détail technique suffit à dénoncer la solidarité de caste des fabricants‑acheteurs :

  • 49 B. von Arnim, « Armenbuch », in : Jahrbuch les FDH, op. cit, p. 461.

« Die Leute schreien auf, sie wollen die Arbeit nicht hergeben für gar kein Verdienst. Sie müssen wohl, ein Zeichen in der Leinwand von der Hand des ersten Bieters weist die Käufer auf das erste Gebot an. Sie bleiben alle dabei. »49

  • 50 Ce récit, indépendant du Armenbuch proprement dit, en est la suite et est publié in JB des FDH, p. (...)

47Dans l’autre une très vieille femme conte, en une interminable com­plainte ponctuée du même lancinant refrain, l’histoire de « l’argent qui fait des petits » Die Erzählung vom Heckebeutel50 :

  • 51 Id. p. 506.

« Die Steinalte hatte das Unmögliche versucht, um im 90. Lebensjahr noch mit eigenen Kräften eine unabhängige Existenz zu erwerben, diese langten nicht aus, das war vorauszusehen »51.

48La référence stylistique au conte souligne désormais la dérision d’une situation sans issue, à l’inverse du monde féerique où il se trouve toujours une solution. À ce degré, l’écriture du Vormärz se distancie de ses premières ébauches sociales, met à nu les illusions du début de la décennie.

  • 52 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil 1953.

49Sans atteindre le « degré zéro de l’écriture » qui est absence de style, « écriture blanche »52, il y a là un véritable processus de décantation au contact du fait social spécifique à cette décennie.

  • 53 Literarische Geheimberichte, Protokolle der Metternich-Agenten, op. cit. BI, p.246.

« Wenn nun aber die literarische Masse noch mehr Terrain gewinnt, wenn ihr die Tatsachen und die Ereignisse zu Hilfe kommen, so wird man erfahren wie schnell sie sich zu dem Instinkt und den Bedürfnissen der Proletarier herab­lässt... Man wird keine genügenden Mittel besitzen, um die Intelligenz und die literarische Masse, die dieselbe repräsentiert, abzuhalten, den Staat und die Gesellschaft in ihrem Interesse zu exploitieren »53

  • 54 Un exemple entre autres, la série « Les tisserands si1ésiens » de K. Kollwitz, 1894.

50Politique encore en 1840, la littérature du Vormärz s’oriente par étapes vers une expression originale de la réalité sociale, sans que, du moins avant 1847 et le Manifeste, le facteur économique soit vraiment pris en compte. La misère de la condition ouvrière y est encore traitée de manière ponctuelle, la recherche de la forme adéquate reste un élément prépondérant. Mais, entre le lyrisme politique et les pamphlets de 1848, son rôle est loin d’être négli­geable. Marquée par la révolte des tisserands silésiens, elle est avant tout l’histoire d’une double prise de conscience, celle de la naissance d’un prolé­tariat ouvrier dont la force numérique incite à réfléchir sur ce qu’est réelle­ment la condition ouvrière, celle aussi de l’élaboration d’une parole ouvrière qui revendique sa place dans une littérature à peine sortie de sa « Kunst­periode » et toute secouée encore des débats des années 1830-1840 sur l’engagement ou non de l’écrivain. En se mettant délibérément à l’écoute du social, la littérature du Vormärz tranche en faveur d’un engagement si total qu’elle finit par renoncer aux lois du genre, par plier son expression aux exigences du social. Ce faisant, elle crée des formes d’expression originales et joue consciemment un rôle déterminant dans le réveil de 1848. Thèmes et images de la condition ouvrière y trouvent définitivement leur place et c’est dans ce vivier que viendront puiser les tenants futurs de toute expression artistique opérative54.

51Trouvant sa raison d’écrire dans le présent, elle dépouille peu à peu les héritages, ne conservant que les modes d’expression les plus véhiculables et s’aventure parallèlement dans des voies (documentaire, reportage, enquête sociale) totalement inexplorées à l’époque et, dans une perspective actuelle, résolument modernes.

52L’échec de la révolution de 1848, le repliement sur soi et dans le « réa­lisme poétique » des écrivains de 1850, ont quelque peu occulté la singula­rité d’une production littéraire, parfois inégale, souvent raillée, volontaire­ment étouffée. Destin à la mesure peut‑être des espoirs déçus que concrétisent ces extraits de deux poèmes, l’un antérieur, l’autre postérieur à 1848 :

  • 55 F.A. Muercker, poème écrit avant 1648.
  • 56 Anonym, Der Proletarier, 1856.

« Stürzt Brüder, der Geduld Altäre,
Traut nur des Armes Kraft, der kühnen Tat »55
« Not und Armut hör’ ich sagen
“Lerne kraftvoll uns ertragen
Neide nicht des Reichen Glück.
Doch die Seel’ hast du gerettet
Und dein Leib ist stark und frisch” »
56

Notes

1 Literarische Geheimberichte. Protokolle der Metternich-Agenten, Hg H. Adler. Köln, 1981 p, 40

2 F. von Baader, Über das dermalige Missverhältnis der Vermögenslosen oder Proletairs zu den Vermögen besitzenden Klassen der Societät, München 1835.

3 Cité in W. Conze, « Vom Pöbel zum Proletariat », in : Vierteljahrschrift für Sozial- u. Wirt­schaftsgeschichte. Bd. 41. 1954. Sur le personnage de Radowitz, cf. R. Huch, Alte und neue Götter, 1930.

4 Ersch-Gruber, Allgemeine Enzyklopädie, Dritte Sektion, Leipzig 1840. article « Pauperismus » p. 239‑269.

5 Numéro III, 1844 : « Le paupérisme et comment le combattre ». Numéro IV, 1844 : « Les émeutes dans les fabriques ».

6 Bibliographies actuelles : A. Kuczynski, Die Geschichte der Lage der Arbeiter, Berlin 1960, Bd.9, registre établi par R. Hoppe de 1820 à 1850 (407 titres) et Jankte-Hilgen, Die Eigentumslosen, Fribourg, 1965 (308 titres de 1795 à 1850 dont une dizaine de « Questions mises au concours »).

7 En 1822, 1 500 000 jeunes fréquentaient 1’école (12% des habitants en Prusse) cf. Sozial­geschichtliches Arbeitsbuch I (1815/1870) Hg. W. Fischer, München 1962. Ce sont eux qui, la trentaine passée, constituent le public des nouveaux journaux.

8 Cf. Marx, rédacteur en chef de la Rheinische Zeitung, puis avec Heine, Ruge, Engels, des Deutsch‑Französische Jahrbücher. Heine a collaboré à 1a Augsburger Zeitung puis au Vorwärts. La Neue Rheinische Zeitung réunit en 1848 Marx, Engels, Dronke, Freiligrath, Weerth, Wolff. Cf aussi les nombreuses revues éditées par Herwegh (Europe), Ruge (Hallische Jahrbücher) ou Pfau (Eulenspiegel).

9 Les « Handwerksburschenlieder » restent une constante de cette littérature, cf. le recueil de Weitling portant ce titre (1842) et toujours sous le même titre, celui de Weerth (1847).

10 L. Wagner, Schreiner aus Giessen, 1836. D’autres poèmes traitent des vignerons (Weerth/ Dronke).

11 N. Müller, « Morgenlied eines Handwerksburschen », in : K. Gödeke, Deutschlands Dichter von 1813 bis 1843 (872 Charakter-Gedichte), Hannover, 1844.

12 Par la « Loi sur les pauvres » du 3/0/1842, le gouvernement prussien tente d’améliorer la situation des pauvres et des vagabonds dont la charge incombait jusque-là à leur commu­nauté d’origine. cf, H. Schinkel, « Armenpflege und Freizügigkeit in der preussischen Gesetzgebung vom J. 1842 » in : Vierteljahresschrift f. Sozial- u. Wirtschaftsgeschichte, 50, 1963.

13 1832 : 10 000 cas d’émigration pour les USA ; 1840 : 30 000 et en 1847 : 75 000 cas.

14 H,von Fallersleben. Der arme Damastweber.

15 Bettina von Arnim, Dies Buch gehört dem König. In : Werke und Briefe, Hg. G. Konrad. Köln 1959 Bd. 3-4, p. 227.

16 Id. p. 239.

17 Id. p. 240.

18 E. Dronke, Berlin I, p. 298.

19 K. Marx, « Aufsatz über das ‘Blutgericht’» in : Schriften zur Literatur und Kunst.

20 Sur l’importance de la pomme de terre, nourriture du pauvre, les témoignages sont nombreux : par exemple A. Schneer, Über die Noth der Leinenarbeiter in Schlesien und die Mittel, ihr abzuhelfen (1844) : « Die missratenen Ernten der Kartoffeln, namentlich in den beiden letzten Jahren. haben sie [die Weber] auf die billigeren wilden oder Vieh­kartoffeln zur Nahrung angewiesen ».

21 C’est le titre donné à un recueil de poèmes du Vormärz édité par F. Diederich : Von unten auf. Ein neues Buch der Freiheit, Berlin 1911, cité in W. Roer, Die soziale Bewegung von der Deutschen Revolution 1848 im Spiegel der zeitgenössischen politischen Lyrik, Münster 1933, p. 306.

22 F. Freiligrath, « Von unten auf ! » in : ça ira ! 1846.

23 Cf le soulèvement des « Luddites » en Angleterre en 1811 et 1816, particulièrement à Nottingham.

24 G. Herwegh, « Aufruf », Werke I, Berlin 1909 p. 38/39.

25 H.von Fallersleben, Unpolitische Lieder, 1840/41 ; F. Freiligrath, Glaubensbekennt­nis, 1844 ; ça ira ! 1846 ; E. Dronke, Armensünderstimmen, 1846 ; L. Pfau, Stimmen der Zeit 1848 ; H. Püttmann, Soziale Gedichte, 1845.

26 G. Weerth, Lieder aus dem Lancashire, 1845.

27 H. Heine, « Die schlesischen Weber » in : Zeitgedichte, 1844.

28 G. Herwegh, « Brief an seine Frau », cité in G. Lukacs, « Heine als nationaler Dichter » in : Deutsche Realisten des XIX. Jhts, 1935.

29 H. Heine, Zeitgedichte. 1844.

30 G. Büchner, Dantons Tod (1835), Woyzeck (paru en 1874). Les contemporains n’ont pas vu Dantons Tod sur scène et n’en connaissaient qu’une version édulcorée par les soins de Gutzkow, soucieux des réactions de la censure. La première représentation date de 1902 (Freie Volksbühne, Berlin). C,F. Grabbe, Napoleon und die hundert Tage (1830/31) : « Er ist reell und greift in die Zeit ».

31 A. Stahr, « der politische Roman », in : Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst, Leipzig 1842.

32 K. Gutzkow, Wissenschaft und Literatur, Frankfurt 1646.

33 Beaucoup de ces mélodies sont identifiées. Cf. B. James, Glasbruch 1848, Luchterhand 1983.

34 F. Freiligrath, Aus dem schlesischen Gebirge, Sankt Goar, März 1844.

35 A. Glassbrenner, « Das Märchen vom Reichtum und der Not », in : Verbotene Lieder, 1843.

36 T. Mundt, Thomas Münzer, 1841 (3e édition).

37 H. von Fallersleben, Politische Lieder aus der deutschen Vorzeit, 1843, et Geschichte des deutschen Kirchenliedes bis auf Luthers Zeit, 1832.

38 P. Suchenwirt, Von dem Kriege der Fürsten u. Reichsstädte (fin du XIVe) cité in M. Baeumer, Sozialkritische u. revolutionäre Literatur der Reformationszeit, IASL 5/1980.

39 Cf. la critique des Mystères de Paris, Marx/Engels, in : La Sainte Famille, M.E.W. Bd 2, p. 55 et suivantes.

40 Cf A. Glassbrenner, Berlin wie es ist ‑ und trinkt’ (1832-50) et E. Dronke, Polizei­geschichten (1846).

41 Renvoi de H. Püttmann, cité in K. Gaffert, Die soziale Frage in Literatur und Kunst des XIX. Jhdts, 1973, Krit. Geschichte, 5/1‑2.

42 G. Weerth, Fragment eines Romans, 1846/47, Sämtliche Werke. hg. von B. Kaiser, Aufbau-Verlag 1956.

43 E. Dronke, Vorwort zu Aus dem Volke, 1846.

44 Christa Wolf, Vorwort zu Maxie Wander, Guten Morgen, du Schöne. Frauen in der DDR. Protokolle, Luchterhand 1979.

45 W. Wolf, « Das Elend und der Aufruhr in Schlesien », paru dans Deutsches Bürgerbuch* (1845). Cf. F. Engels, Wilhelm Wolff, Artikelserie für : Die neue Welt, Leipzig 1876.

46 B, von Arnim à A. Stahr. 27 Juin 1844.

47 Journal de Cologne, Journal de Magdebourg Mai 1844.

48 W. Vordtried, « B. von Arnims Armenbuch » in : JB des deutschen Hochstiftes, Francfort 1962, et mon article, « Les écrits sociaux de B. von Arnim », Le mouvement social, n° 110, 1/1/1980.

49 B. von Arnim, « Armenbuch », in : Jahrbuch les FDH, op. cit, p. 461.

50 Ce récit, indépendant du Armenbuch proprement dit, en est la suite et est publié in JB des FDH, p. 497 et suivantes.

51 Id. p. 506.

52 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil 1953.

53 Literarische Geheimberichte, Protokolle der Metternich-Agenten, op. cit. BI, p.246.

54 Un exemple entre autres, la série « Les tisserands si1ésiens » de K. Kollwitz, 1894.

55 F.A. Muercker, poème écrit avant 1648.

56 Anonym, Der Proletarier, 1856.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Terms of use: http://www.openedition.org/6540