Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

La crise du rhin et le malentendu franco-allemand (1839-1841)

Marc Thuret

Texte intégral

1La Triersche Zeitung publiait, à la fin de l’été 1840, un poème intitulé : Der deutsche Rhein, œuvre d’un dilettante inconnu, Nikolaus Becker, 31 ans, stagiaire au tribunal de Bonn :

Sie sollen ihn nicht haben,
Den freien deutschen Rhein...

2Ces quelques strophes, un peu courtes et répétitives, faillirent devenir la Marseillaise des Allemands (on leur trouva un titre, La Colognaise, mais non la mélodie apte à les transformer en hymne national). Les manuels d’histoire omettent rarement de les citer ; elles fournissent aujourd’hui encore l’inévitable référence littéraire de toute évocation du passé franco-allemand, et son auteur, qui n’a rien laissé d’autre à la postérité, jouit grâce à elles d’une étonnante célébrité... Der deutsche Rhein apparaît comme la première manifestation du chauvinisme cocardier qui va hypothéquer le dialogue entre les deux nations pendant plus d’un siècle. La chanson de Becker a scandalisé les Français en leur révélant l’existence d’un sentiment national allemand jusque-là ignoré ou sous-estimé. Elle traduit une profonde évolution de ce sentiment et correspond à une césure importante dans l’histoire du Vormärz : ce coup de clairon nationaliste a réveillé l’Allemagne de son sommeil Biedermeier et promulgué les revendications nationalistes et libertaires dont la poésie et la presse retentiront jusqu’à l’échec de la révolution. À l’origine de ce nouvel état d’esprit, se situe la crise diploma­tique que l’on a appelée « crise du Rhin », événement central dans l’histoire de l’Allemagne de la première moitié du siècle, épisode lourd de consé­quences et de signification pour toute l’Europe du xixe siècle.

De la crise d’Orient à la crise du Rhin

3Par un de ces retournements dont l’histoire offre maint exemple, la crise du Rhin est née sur les rives orientales de la Méditerranée, d’une constel­lation à laquelle l’Allemagne est d’abord étrangère : les divisions de l’Em­pire ottoman, les jeunes ambitions coloniales de la France et l’opposition de l’Angleterre à l’expansion d’une rivale en Afrique et en Orient. La France, présente en Algérie depuis 1830, était devenue partie prenante dans les affaires d’Orient et suivait attentivement, comme l’Angleterre, la Russie et l’Autriche, l’interminable décadence de l’Empire ottoman, aussi mal remis de ses six années de lutte contre les soulèvements grecs que de l’intervention des grandes puissances en 1827. Ces événements avaient renforcé les forces centrifuges. Mehemet Ali, lieutenant du Sultan et pacha d’Égypte depuis 1806, s’estimant mal dédommagé des sacrifices consentis pour aider son suzerain contre les Grecs, s’était retourné contre lui, l’avait battu à trois reprises, en 1831, 1832 et 1839 et s’était emparé de sa flotte. Les succès du pacha d’Égypte créaient un dangereux dualisme et menaçaient le fragile statu quo auquel, pour des raisons différentes, tenaient l’Angleterre, l’Au­triche et la Russie. La France, au contraire, soutenait Mehemet Ali, que la presse et les récits des voyageurs français peignaient sous les traits d’un monarque éclairé, ami des réformes et de la modernité. Le gouvernement voyait en lui un allié précieux dans sa politique méditerranéenne, espérant sans doute en secret que le pacha d’Égypte préférerait un jour être le vassal d’un roi de France que celui d’un sultan de Constantinople...

4La question d’Orient était devenue un facteur de division entre les deux principaux signataires de la quadruple alliance, conclue en 1834 entre l’Angleterre, la France, l’Espagne et le Portugal : les monarchies constitu­tionnelles de l’ouest de l’Europe se démarquaient des monarchies conser­vatrices d’Europe centrale et orientale, Prusse, Autriche et Russie, l’ancien noyau de la Sainte Alliance, soudé une nouvelle fois par la nécessité d’op­poser un front commun aux pulsions révolutionnaires venues de France, de Belgique et de Pologne.

5Ce partage diplomatique de l’Europe en deux blocs, l’un libéral, l’autre absolutiste, correspondait – et c’était une nouveauté – aux frontières idéolo­giques comme à la vision des opinions publiques, qui situaient clairement le progrès démocratique et libéral à l’Ouest, la réaction à l’Est (et la voyaient sous des couleurs d’autant plus sombres que l’on s’approchait de Saint-Pétersbourg). L’unité des États constitutionnels, en renforçant le prestige des idées libérales, compliquait la tâche des monarchies absolutistes, les obli­geant à miser toujours davantage sur la compétence de leurs organes de censure et de police. Le prestige des institutions libérales adoptées à Londres et à Paris avait même tempéré les susceptibilités nationales des Allemands : la « Jeune Allemagne » avait créé dans les États de la Confédération germanique un fort courant de francophilie. La fascination qu’exerçaient, sur un pays en grande partie muselé par la censure, les débats d’une presse libre et d’une opinion pluraliste, faisait oublier la contestation, toujours vivace, des traités de 1815 et les revendications territoriales de l’opposition bona­partiste, républicaine ou libérale.

6La politique d’«entente cordiale» encourageait un certain manichéisme : les lumières et la liberté étaient à l’Ouest, l’obscurantisme et la répression à l’Est. Le rayonnement de la France, le prestige de ses révolutions, sortaient grandis de cette constellation. C’est contre cet état des choses que le tsar Nicolas 1er, soutenu par son beau-père, Frédéric-Guillaume III de Prusse, puis, à la mort de celui-ci (6 juin 1840) par son beau-frère, Frédéric-Guillaume IV, entendait lutter. L’imbroglio oriental, en facilitant un rappro­chement avec l’Angleterre, allait permettre au tsar de briser le front des puissances occidentales et d’isoler Louis-Philippe, l’indigne roi des Barri­cades, honni à Berlin et à Saint-Pétersbourg.

7La conférence ouverte à Londres en 1839 pour le règlement de la question d’Orient réunissait des représentants des cinq puissances : Angle­terre, France, Prusse, Autriche et Russie. La France défendait les prétentions du pacha d’Égypte à la domination de la Syrie jusqu’à la côte. Palmerston, le chef de la diplomatie anglaise, voulait isoler l’Égypte du reste de l’Empire « par toute l’étendue du désert », position à laquelle se rallièrent tous les membres de la conférence, sauf la France, qui s’exposait ainsi à l’isolement. Le délégué du tsar (von Brunnow) persuada Palmerston de transformer cette position de faiblesse en déroute diplomatique. À la faveur du silence des sabbats victoriens, les délégués de la Russie, de l’Autriche et de la Prusse préparèrent, à partir de juin 1840, sans consulter le représentant de la France (Guizot), le traité signé le 15 juillet : les quatre puissances garantissaient l’Empire ottoman « contre toute attaque venue de la mer », équilibraient et répartissaient leurs forces dans la région des détroits et s’engageaient, dans un protocole secret, à chasser Mehemet Ali de Syrie par la force s’il n’ob­tempérait pas aux décisions du traité. Lord Palmerston eut beau répéter que le traité ne remettait pas en question « l’entente cordiale », toute la France, son gouvernement et son opinion publique, se sentit trahie par son alliée, ramenée à la situation de 1815, seule contre toute l’Europe coalisée, humi­liée, comme au moment de l’écrasement de la révolution polonaise, en 1831, jugée trop faible et pusillanime pour défendre par les armes un ami lointain.

  • 1 Jakob Venedey, p. 4.

8Le gouvernement de Louis-Philippe (présidé depuis mars par Thiers) n’avait pas les moyens de sa politique en Orient : ses navires de guerre, en nombre insuffisant, ne quitteront pas Toulon pour affronter l’armada des bâtiments russes et anglais croisant devant les côtes syriennes. Compenser par la véhémence du verbe la faiblesse des moyens matériels, c’est le réflexe des faibles. Ce fut celui des Français en 1840, de leur parlement, et surtout de leur presse qui, dès le lendemain du traité, se répandit en déclarations tonitruantes. Les journalistes, puis certains députés parlèrent de guerre sur le Rhin, propos imprudents, mais gratuits, car même les plus étourdis la savaient impossible : « La Prusse est en état de mettre en quelques semaines 500.000 hommes sur pied ; la France ne dispose que de trois ou quatre cent mille soldats, voilà ce qui préserve les provinces rhénanes de toute tentative d’invasion », constatait Jacob Venedey1.

9Mais dans les articles de l’été et de l’automne 1840, ce sont les cam­pagnes que la France a gagnées, et non pas celles qu’elle va mener, que l’on évoque. On tentait d’intimider l’adversaire en réveillant le spectre des armées révolutionnaires de 1793, on se consolait des humiliations présentes en se remémorant les victoires de l’Empire (ce que fait Alfred de Musset également dans sa fameuse réponse à Nikolaus Becker). Les envolées du premier ministre, les tirades pathétiques des journalistes étaient toutes étran­gement tournées vers le passé. C’est néanmoins dans ce contexte que la presse se mit à évoquer la honte des traités de 1815 et les frontières natu­relles perdues. Le National, organe de la gauche bonapartiste, publiait en août la déclaration suivante :

  • 2 de Guichen, p. 302.

« Savez-vous ce qu’aurait fait un gouvernement digne de ce pays ? La mobilisation serait faite ; une armée de cent mille hommes irait chercher son champ de bataille sur le Rhin ; Ancône serait dans nos mains, cinquante mille hommes camperaient aux Alpes... La révolution, c’est notre nationalité même et c’est elle aujourd’hui qu’il faut invoquer, ce sont ses principes qu’il faut répandre, c’est sa foi qu’il faut prêcher »2.

  • 3 op. cit. p. 343.

10Malgré l’emploi du conditionnel, ce n’est pas de fiction qu’il s’agit, c’est du passé que l’on rêve (Hoche sur le Rhin, Bonaparte en Italie). Ce n’est ni à l’Allemagne, ni à l’Autriche que l’on déclare la guerre, c’est à la monarchie de Louis-Philippe, jugée incapable de mener la politique étrangère digne de la France : « Oseriez-vous, seulement pendant deux jours, dégarnir Paris ? » demande encore Le National. « Vous tremblez pour votre existence et vous parlez de guerre !...Non, non vous ne la ferez pas ; la France est exposée avec vous à tous les outrages »3

  • 4 voir Sagnac. 1919 p. l02.
  • 5 de Guichen, p. 331.
  • 6 Extrait d’un article du Telegraph de Gutzkow dans : Schriften der Frühzeit, 1920, p.150‑152. cité p (...)

11L’emphase de telles déclarations rendait le malentendu inévitable. Mais l’opinion allemande s’y est-elle vraiment trompée ? A-t-elle vu dans le panache arrogant (mais nostalgique) des déclarations françaises une mani­festation d’agressivité propre à inquiéter ? Est-elle passée à l’attaque pour s’être sentie menacée ? C’est l’impression que l’on retient face à la contre-offensive poétique menée en Allemagne par ces lecteurs de journaux, par ces poètes dilettantes saisis de passion pour la cause nationale. Mais la presse allemande elle-même n’emboîte le pas qu’assez tard et avec moins de fougue. L’Augsburger Zeitung du 25 octobre admet que la France a des raisons de se trouver offensée par un traité qui brise son système d’al­liances4. Le Preußischer Staatsanzeiger remarque avec raison que « tout homme sensé qui aura lu les rodomontades des propagandistes et les menaces jetées par les journaux français aux provinces du Rhin, sait de quel côté a été, jusqu’ici, la modération »5. Des voix s’élèvent même, dans la presse et dans la littérature, pour condamner l’esprit de la campagne anti-française. L’ancienne « Jeune Allemagne » et les jeunes hégéliens critiquent vivement la chanson de Becker et ses imitations. Une partie de la presse libérale tente de retourner la polémique contre la politique de restauration, contre les choix diplomatiques de la Confédération. Le jeune Engels, mini­misant la portée et la résonance de la campagne de presse en France (« das alberne Geschrei einiger Journalisten nach der Rheingrenze »), s’indignant au contraire des réactions qu’elle a suscitées en Allemagne (« man kann kein Zeitungsblatt in die Hand nehmen, ohne der franzosenfressenden Wut zu begegnen, die neu erwacht ist »), remarque, en février 1841, que les Allemands se trompent d’adversaire : « Das stabile Prinzip Englands und das System Rußlands, das sind die Erbfeinde des europäischen Fortschrittes, nicht aber Frankreich und seine Bewegung »6. Herwegh objecte avec ironie que le Rhin pourrait être plus libre que ne le proclame Becker et tente, avec d’autres publicistes libéraux, d’engager la polémique sur le terrain des libertés

  • 7 Protest. Herwegh. p. 31 ; voir aussi le poème Der Rhein de Robert Prutz :

Singt alle Welt : Der freie Rhein !
So sing’ doch ich : Ihr Herren, nein !
Der Rhein, der Rhein könnt freier sein-
So will ich protestieren.
7

12Heine fera même dire au vieux « Vater Rhein » de son Wintermärchen à propos de la chanson de Becker :

  • 8 Wintermärchen. Kaput V.

Das dumme Lied und der dumme Kerl !
Er hat mich schmählich blamiert,
Gewissermaßen hat er mich auch
Politisch kompromittiert.
Denn kehren jetzt die Franzosen zurück,
So muß ich vor ihnen erröten,
Ich, der um ihre Rückkehr so oft
Mit Tränen zum Himmel gebeten.
8

13L’Allemagne officielle se montra mesurée dans ses déclarations et singu­lièrement unanime dans ses actes. Frédéric-Guillaume IV de Prusse prit sur lui de coordonner la défense des membres de la Confédération : signature d’un traité préalable avec l’Autriche définissant une stratégie commune en cas de guerre, en août, mobilisation des troupes de Rhénanie, en octobre, missions du colonel de Radowitz à Vienne et dans les petites cours alle­mandes, création d’un comité de liaison et ouverture des pourparlers sur la construction de places fortes à Ulm et Rastatt en décembre... autant de mesures qui ravivèrent les cris de guerre dans l’opinion française et déci­dèrent les partis à accepter le programme des fortifications de Paris défendu par Thiers devant la Chambre, en février 1841. Ces remparts et ces places fortes, nés de la crise, étaient pourtant promis à une existence plus éphémère que les préjugés nationalistes, les rancœurs et les blessures d’amour-propre, même si l’émotion semblait être retombée, un an plus tard, quand la question d’Orient fut une nouvelle fois réglée, conformément aux vœux des quatre puissances, par un traité au bas duquel la France apposait cette fois sa signature, le 15 juillet 1841.

Les origines de l’antagonisme franco-allemand

14En 1840, les Allemands avaient découvert une France incorrigiblement attachée aux objectifs du césarisme napoléonien. Ses revendications terri­toriales leur apparurent non seulement comme une menace pour l’identité nationale des Rhénans, mais aussi pour l’existence et l’indépendance de l’Allemagne toute entière. L’analyse faite par E.M. Arndt dans son libelle sur le Rhin (Der Rhein, Teutschlands Strom und nicht Teutschlands Grenze, 1813) gardait, à leurs yeux, toute sa pertinence : la revendication des fron­tières naturelles n’était qu’un prétexte. Tout portait à penser, vingt-cinq ans après la chute de l’empereur, que cette politique resterait la même, quel que soit le monarque : les frontières naturelles avaient été revendiquées par les Bourbon, soucieux de donner des signes de leur attachement à la grandeur nationale, prêts à s’allier à la Russie pour profiter d’un nouveau partage du monde (Constantinople allant au tsar, la rive gauche du Rhin au roi de France) ; elles avaient été revendiquées, après la chute de Charles X, par les libéraux, au nom de la tradition révolutionnaire, et avec l’objectif déclaré d’affaiblir le camp absolutiste ; ces revendications réapparaissaient en 1840, teintées de nostalgie, mais répercutées par un mouvement massif de l’opi­nion.

15On peut même se demander pourquoi ces prétentions obstinées à arrondir les frontières françaises aux dépens de l’Allemagne ne provoquèrent l’indi­gnation des Allemands qu’en 1840. Elles n’avaient certes jamais été aussi bruyamment exprimées, mais ce tumulte même était une manifestation d’im­puissance et jamais, sans doute, elles n’avaient été aussi purement verbales. Pourquoi les Allemands se montrèrent-ils soudain si susceptibles sur la défi­nition des frontières d’un État national toujours inexistant ? N’avaient-ils pas, dix ans plus tôt, acclamé une insurrection polonaise dont le succès aurait pourtant inévitablement entraîné d’importants remaniements territoriaux aux dépens des États allemands ? N’avait-on pas, à la fête de Hambach, en 1832, acclamé les patriotes français et polonais malgré les menaces que leurs revendications faisaient peser sur les contours de l’Allemagne future ?

  • 9 Heine. De l’Allemagne. p. l00.
  • 10 Wenger, p. l12.
  • 11 Venedey. La France, l’Allemagne et la Sainte Alliance des Peuples, cité par Sagnac, 1920, p. 113.

16La crise du Rhin révéla à l’Europe que, sous la paisible apparence du Biedermeier, de profondes transformations s’étaient accomplies dans la mentalité des masses allemandes, désormais unies par un sentiment national global, dynamique, offensif et, en partie, tourné contre la France. L’opinion et les partis français, des légitimistes aux républicains, avaient toujours refusé d’admettre l’existence de ce sentiment. De nombreux médiateurs, Allemands réfugiés à Paris, Alsaciens ou voyageurs clairvoyants, s’étaient vainement employés à instruire la nation du véritable état de l’opinion publique en Allemagne. « Prenez garde !... » écrivait Heine en conclusion de sa série d’articles sur l’Allemagne publiée dans la Revue des Deux Mondes en 1834, « on ne vous aime pas ! »9. « Les provinces rhénanes sont pays allemand », prévenait Jean-Henri Schnitzler10. « La patrie avant tout, et, hélas, s’il le faut, aux dépens de la liberté ! Voilà l’idée dominante de toute l’Allemagne », objectait Jakob Venedey aux Français qui croyaient qu’une nouvelle croisade révolutionnaire serait bien accueillie en Allemagne11.

  • 12 Le Rhin. I.p.503, cité par Wenger, p. 117.

17Rien n’était plus répandu, en France, après 1830, que le missionarisme révolutionnaire et l’illusion que les peuples soumis aux monarchies d’Europe centrale comptaient sur la France pour se libérer du despotisme. La nostalgie des masses françaises pour l’Empire, imprudemment encouragée par Louis-Philippe (le retour des cendres de Napoléon couronnera, le 15 décembre 1840, la période d’agitation bonapartiste et nationaliste), imposait l’idée simpliste que le passé impérial éveillait, partout où les institutions françaises avaient eu le temps de faire leurs preuves, les mêmes souvenirs qu’en France. On croyait fermement que les monarchies restaurées par la Confédération germanique au mépris des personnalités culturelles, en dépit des aspirations à la liberté et à la modernité, faisaient regretter la présence française, voire même, dans les régions autrefois annexées, la nationalité française. « La rive gauche du Rhin est restée française », écrivait en 1842 Victor Hugo12, que son voyage en Rhénanie n’avait décidément pas plus instruit que la crise de l’année précédente.

18L’intelligentsia française était tentée de nier l’existence du nationalisme allemand parce qu’elle n’en saisissait pas la nature, ou plus exactement, parce qu’elle n’en avait, jusque-là, perçu qu’une face : celle que présentaient les émigrés de Paris, celle qui se dégageait des revendications libérales de la bourgeoisie cultivée. Pouvait-on dissocier nationalisme, libéralisme et francophilie ? La France était la patrie des nouvelles valeurs, le foyer de l’aspiration des peuples à disposer de leur identité, de leurs frontières et de leurs institutions. On ne pouvait pas lui emprunter ces principes et la haïr. Les Alsaciens parlaient un dialecte germanique ; leurs traditions et leur culture les rapprochaient des Allemands ; les conquêtes sociales et institu­tionnelles de la Révolution en avaient pourtant fait des patriotes français. Pourquoi leurs voisins septentrionaux auraient-ils réagi autrement ?

  • 13 C’est le sens de l’étude de Philippe Sagnac publiée en l919 dans la Revue des études napo­léonienne (...)

19Les Rhénans subissaient depuis le congrès de Vienne la domination d’une monarchie protestante, militariste, attachée par des liens dynastiques et idéo­logiques à la Russie, modèle honni de tous les despotismes rétrogrades. Ce rattachement, décidé pour des raisons stratégiques (implanter l’armée prus­sienne sur les bords du Rhin afin de garantir la Confédération germanique de l’expansionnisme français et de la contagion révolutionnaire), transformait la Rhénanie en zone occupée. Les Rhénans avaient lutté pour conserver une partie des institutions héritées de l’administration française : le statut des communes, les jurys d’assises, les législations sur la propriété et sur la famille issues du Code du Commerce et du Code civil... Quelles raisons auraient-ils eues de préférer la domination prussienne à la française ? Les Français de 1840 n’en voyaient aucune. L’historiographie conservatrice entretiendra cet aveuglement jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale, en s’employant, chaque fois que l’occasion s’en présentait, à réveiller les vieux projets annexionnistes13.

Les passions nationales en 1840

20Le sentiment national des Français, à l’heure où éclate la crise du Rhin, a gardé le caractère rationnel et fonctionnel qui lui vient de ses origines ; il est né de la contestation du système féodal, il doit le jour à l’esprit des lumières, il n’offre, à son apparition, qu’une version sécularisée et roturière des objec­tifs du despotisme éclairé : créer l’unité par l’adhésion à des principes, à des institutions, à une communauté d’intérêts, à l’intérieur de frontières définies par la nature et par l’histoire, dans un État préexistant. Le sentiment national français, situe ses points de ralliement à l’extérieur des individus. Il est porté par l’enthousiasme des citoyens pour des principes qui affranchissent, anoblissent et créent une identité définissable en termes objectifs. Le nationalisme allemand que la France découvre en 1840 est au contraire un sentiment enfoui dans le secret des consciences, fait de nostalgie pour le passé le plus lointain, de réminiscences folkloriques et de rêves d’avenir... Pulsation obscure, contradictoire, romantique, il est incompréhensible aux Français depuis qu’il s’exprime au grand jour et massivement.

  • 14 Rochau, p. 75 (voir les remarques faites à ce sujet par F. Meinecke dans : Weltbürgertum und Nation (...)

21Cherchant des précédents à ce phénomène, ils retrouvèrent les impré­cations de 1813, les chants belliqueux de Körner, Arndt, Rückert, les libelles de Jahn et de Görres, cris excessifs poussés dans l’élan de la première bataille, et dont l’écho n’avait été qu’assez faiblement perçu dans les pro­vinces occidentales d’Allemagne. Le chauvinisme obtus du « Turnvater » Jahn et la teutomanie estudiantine, c’était donc cela qui s’opposait aux croi­sades de l’État français ? Après n’avoir perçu que la face cosmopolite et libertaire du nationalisme allemand14, on ne voulut plus voir en France que sa face chauvine et vindicative. On continuait aussi à méconnaître la comple­xité du sentiment national qui s’était formé à l’intérieur de la Confédération germanique. On ignorait à la fois sa maturité et les conditions dans les­quelles il avait grandi : les progrès des communications, du savoir, des modes d’information, des échanges commerciaux avaient créé chez les Allemands une nouvelle perception de leur espace géographique et de leur groupe humain. Cette perception condamnait les particularismes au dépé­rissement, renforçait l’identité collective et le besoin d’unité. La longue frustration des années de réaction avait, par ailleurs, contribué à décourager les élans de la génération romantique, à dessécher les idéaux de la résistance au despotisme napoléonien, à durcir sa composante chauvine. À ce point de son évolution, la crise de 1840 offrait au nationalisme allemand l’occasion de mesurer sa force à celle du nationalisme voisin.

22L’exceptionnelle constellation de l’année 1840, sa richesse en événe­ments et en commémorations hautement symboliques, donnera à cette con­frontation ce caractère retentissant qu’en a retenu l’histoire, ce panache, qui nous paraît aujourd’hui ridicule, mais qui a si durablement marqué les préjugés nationaux des deux pays. De juillet à octobre, l’actualité et son écho journalistique entretiendront, dans les deux pays, l’exaltation nationaliste à son plus haut niveau : inauguration de la Colonne de Juillet, à Paris ; qua­trième centenaire de l’imprimerie (Gutenberg-Fest), à Leipzig le 25 juillet, puis dans la plupart des grandes villes allemandes ; fondation du « Dombau­verein » pour l’achèvement de la cathédrale de Cologne, en août ; cérémo­nies de Königsberg (10 septembre) puis de Berlin (15 octobre) pour l’intronisation du nouveau roi de Prusse... Au cours des mêmes semaines, la flotte anglo-russe bombardait Beyrouth (11 septembre), Louis-Napoléon tentait de débarquer à Boulogne (6 octobre), le prince de Joinville levait les cendres de Napoléon à Sainte-Hélène (8 octobre), Darmès attentait aux jours de Louis-Philippe (15 octobre), Thiers donnait sa démission (28 octobre)...

Nation et princes allemands

23Parmi les événements de cette année 1840, il en est peu qui eurent, en Allemagne, autant de retentissement que ceux qui accompagnèrent l’avène­ment du nouveau roi de Prusse. Les cérémonies données en son honneur à Königsberg, Berlin et Cologne focalisaient tous les espoirs de la nation alle­mande sur des gestes riches de promesses et de valeurs symboliques.

« ...der Thronwechsel in Preußen bewirkte, daß das öffentliche Interesse sich wieder mehr den deutschen Zuständen zukehrte, für deren organische Umgestaltung im Sinne der Nationalwünsche und Nationalbedürfnisse sich jetzt neue Aussichten zu eröffnen schienen. »

24Les discours du nouveau roi de Prusse ne promettaient certes que peu de nouveauté, et il ne font jamais allusion au conflit opposant la France et l’Allemagne, si ce n’est pour affirmer l’attachement de la Prusse à la paix. Mais le roi parlait, communiquait avec les foules, sollicitait leur adhésion. C’était une innovation spectaculaire. Les souverains prussiens avaient tou­jours été avares de discours. La tradition monarchique ne prévoyait que des formes codifiées et rigides de représentation, ne ressemblant en rien aux effusions chaleureuses du nouveau roi, porté par la jubilation des foules, et par son propre tempérament, à une ivresse enthousiaste qui semble, un mo­ment s’être communiquée à tous ses sujets, mêmes rhénans.

25Il avait, dès son accession au trône, fait libérer l’archevêque de Cologne, Klemens von Droste zu Vischering (arrêté sous Frédéric-Guillaume III pour avoir refusé la législation prussienne sur les mariages mixtes) ; il avait, peu après (le 10 août), amnistié les sujets poursuivis pour leur appartenance aux corporations d’étudiants ou aux sociétés patriotiques. Ces mesures, promet­tant une ère d’ouverture et de réconciliation, balayèrent les derniers obs­tacles idéologiques à l’union entre les Rhénans et leur puissance tutélaire. Leur antagonisme avait été fortement érodé déjà par une longue coexistence économique et administrative, par le succès de l’Union douanière, l’amélio­ration des échanges et la réorientation des intérêts commerciaux vers l’est du continent. Les événements, les cérémonies et les discours de cette introni­sation réveillaient chez les Rhénans l’espoir d’une intégration prochaine au sein d’un vaste État national réalisé avec le soutien des princes. Les initia­tives de la Prusse pour un renforcement de la capacité défensive de la Confédération encouragèrent ces illusions. De façon générale, les manifesta­tions nationalistes en Allemagne furent alors d’autant plus hardies que les sujets allemands les croyaient encouragées par leurs princes.

  • 15 Treitschke, p. 87.

« Zum ersten Male seit unvordenklichen Zeiten war die deutsche Nation mit ihren Fürsten ganz einig, und Metternich, der jetzt im Alter die Dinge bequem zu nehmen liebte, meinte zufrieden, diese nationale Bewegung sei ganz unberührt von den revolutionären Gedanken der Befreiungskriege »15.

26Depuis le retour à la paix et depuis la réorganisation de l’Allemagne, en 1815, petits et grands monarques semblaient s’être ingéniés à décevoir, à irriter, à dresser contre eux la jeunesse des universités et l’intelligentsia libérale ; mais ils pouvaient toujours compter sur les vivats des foules, sur leurs marques de soumission et de respect. On avait beau maudire leur manque de parole, leurs idées rétrogrades, leurs mesures tatillonnes, ils restaient auréolés du prestige de leurs ancêtres, de leur pouvoir, de l’éclat de la vie de cour. Grillparzer, de passage à Berlin en 1826, note le 6 septembre dans son journal :

  • 16 Tagebuch auf der Reise nach Deutschland : voir aussi les remarques de Heine dans ses Lettres de Ber (...)

« Wie bald die Preußen ihre Konstitutionslust verloren haben ! Sie vergöttern ihren König, als ob er nicht mehr der von anno 1806 wäre und als ob sie alles erhalten, was sie im Jahre 1816 so heiß zu wünschen schienen. »16

27Ce que Heine écrivait des Allemands de 1806 était en grande partie valable pour ceux de 1840 :

  • 17 Heine, Romantische Schule.

« Kein Volk hegt mehr Anhänglichkeit für seinen Fürsten wie das deutsche... Das ganze deutsche Volk glich [1806] jenen treuherzigen alten Dienern in großen Häusern, die alle Demütigungen, welche ihre gnädige Herrschaft erdulden muß, noch tiefer empfinden als diese selbst, und die im Verbor­genen ihre kummervollsten Tränen weinen, wenn etwa das herrschaftliche Silberzeug verkauft werden soll... »17

28Les conflits n’avaient pourtant pas manqué depuis 1816, soulevés, le plus souvent, par la question constitutionnelle, problème-clé de toute l’histoire du Vormärz : incapables de se soumettre aux usages constitutionnels, le duc Charles de Brunswick, en 1830, puis l’électeur Guillaume de Hesse, en 1831, avaient abdiqué au profit de leurs héritiers. Ernest Auguste, roi de Hanovre, abroge, le 1er novembre 1837, la constitution octroyée par son prédécesseur, déclenchant ainsi la retentissante affaire des « Göttinger Sieben » : sept professeurs (parmi lesquels Jakob et Wilhelm Grimm) desti­tués pour avoir rappelé leur attachement à la constitution abrogée. La soli­darité manifestée par l’opinion aux victimes de l’arbitraire royal ne déboucha pas pour autant sur une contestation globale du pouvoir monar­chique. Frédéric-Guillaume IV réparera l’outrage fait aux sept professeurs de Göttingen en nommant, en 1841, les frères Grimm à l’Université de Berlin : un roi leur avait ôté leur chaire, un autre la leur rendait. Le pouvoir monar­chique réparait les fautes du pouvoir monarchique. Les Allemands criti­quaient leurs princes et plaçaient en eux tous les espoirs. La gauche française révélait qu’elle ignorait tout de l’Allemagne quand elle s’imaginait qu’on attendait, outre-Rhin, que la France délivre les peuples du despotisme. Mais comment concevoir, à Paris, que c’était à une révolution venue d’en haut que la plus grande partie des Allemands aspirait ? Comment prévoir que cette révolution nationale allait en effet leur être octroyée, trente ans plus tard, « par le fer et par le sang », à l’avantage du roi de Prusse, aux dépens de la France ?

29Faut-il mettre l’obstination des Allemands dans leur attachement à la monarchie sur le compte de leur immaturité politique ? Étaient-ils, sur ce point, plus en retard que les Français qui, huit ans plus tard, allaient massi­vement élire « le neveu du grand empereur » à la présidence de la Répu­blique ? Certainement pas. Mais le chaos sanguinaire de la révolution française, stylisé en épopée héroïque à Paris, avait inspiré aux Allemands une horreur durable des révolutions venues d’en bas. Et les insatisfaits du Vormärz, s’ils avaient quelque chose à perdre, feront le nécessaire, en 1848, pour qu’elle n’ait pas lieu.

Nation, langue et tradition

30La crise de 1840 fit apparaître, parmi les caractéristiques du nationalisme allemand, des traits conservateurs qui bouleversaient les idées reçues. Les patriotes français ne reconnaissaient plus, dans l’application que leurs voi­sins en faisaient, les leçons que la France avait données. Les cocardes, les drapeaux, les sociétés, les fêtes patriotiques, c’était pourtant le folklore révo­lutionnaire, adopté, semblait-il par les Allemands. Les revendications consti­tutionnelles, nationales, libertaires, pour l’Allemagne et pour les peuples opprimés, c’était l’esprit de 1789 qui soufflait sur les États de la Confédéra­tion... Mais le nationalisme allemand, en reprenant à son compte l’universa­lité des principes révolutionnaires, puis en s’opposant aux abus de l’occu­pant français, s’était cherché une définition nouvelle, fondée sur la sensibilité romantique. À l’union fonctionnelle proposée par la Révolution, puis par l’Empire, les pères du nationalisme allemand avaient opposé leur vision d’une nation organique, indissociable de ses racines : ethnie, histoire, culture, langue et caractère nationaux.

  • 18 Arndt, p, 7.

31La langue surtout leur semble être un critère naturel irréfutable. « Die einzige gültige Naturgrenze macht die Sprache », postule Arndt dans son pamphlet anti-français de 181318. L’amère expérience de l’aliénation linguistique subie pendant la départementalisation avait renforcé, chez les Rhénans plus encore que chez les autres Allemands, l’attachement à la langue maternelle comme le rappelle Jakob Venedey dans une brochure de 1840 destinée à éclairer les Français sur la situation allemande :

  • 19 Venedey, p, 43.

« Non seulement les hommes d’élite, non seulement la jeunesse des uni­versités, mais la masse du peuple elle-même a le sentiment de sa nationalité allemande et le pressentiment de son malheur si elle était forcée d’appartenir à la France, le pressentiment, et, disons-le aussi, le souvenir de ce malheur, car elle a déjà appartenu à la France et, si elle a appris à estimer les Français, elle sait aussi combien est dure la position d’un peuple qui est obligé de se servir d’une langue étrangère pour parler à ses juges et à ses administrateurs, qui ne les comprend pas et ne peut pas se faire comprendre d’eux »19.

32L’idée que c’est la langue qui fait la nation ne quittera plus les con­sciences allemandes et s’imposera peu à peu à toute l’Europe du xixe siècle, nourrissant la plupart de ses conflits, conditionnant les politiques culturelles, sociales ou coloniales de presque tous les pays. Malgré les difficultés de définition, malgré l’impossibilité de cerner avec précision l’aire de la ger­manophonie, le nationalisme allemand ne renoncera que très tard au projet de faire coïncider le domaine national et l’aire linguistique de l’allemand.

Von der Maas bis an die Memel,
Von der Etsch bis an den Belt..

33Ce ne sont que quatre jalons de l’aire linguistique des dialectes germa­niques que Hoffmann von Fallersleben plante dès la première strophe de son Lied der Deutschen, écrit en 1841, en écho aux chants patriotiques de la crise du Rhin, mais ils englobent l’aire du néerlandais et ne situent une barrière à l’extension de l’Allemagne que là où commencent les aires du lituanien, de l’italien et du danois.

34Après la communauté de langue viennent aussitôt celle du sang, celle du caractère et celle de la culture, ce que Hoffmann von Fallersleben suggère une fois de plus par l’énumération de quatre termes chargés de valeur symbolique:

Deutsche Frauen, deutsche Treue,
Deutscher Wein und deutscher Sang...

35Ce n’est qu’à la troisième strophe qu’apparaissent les grands principes issus du mouvement d’idées de la période révolutionnaire

Einigkeit und Recht und Freiheit
für das deutsche Vaterland...

36L’identité nationale est d’abord ressentie comme liée aux particularités les plus intimes de chaque Allemand. Elle est inscrite dans son hérédité, dans son caractère et dans sa langue maternelle.

  • 20 Hoffmann von Fallersleben : Mein Vaterland, 1ère strophe.

Was ich bin und was ich habe,
Dank ich dir, mein Vaterland.
20

37La nation allemande ne doit pas sa grandeur aux principes qu’elle a conquis, mais à ce qu’elle a toujours été : constituée par la communauté des descendants d’Arminius, elle s’identifie aux valeurs des guerriers qui résis­tèrent à la conquête étrangère. Elle est constituée par une union d’hommes et de femmes qui n’ont jamais adopté la langue de l’envahisseur latin, qui ont toujours rejeté l’aliénation de leur conscience, qui n’ont jamais renié leurs valeurs essentielles. Ces mythes de l’agitation anti-napoléonienne, loin de disparaître avec la présence française, s’étaient, depuis 1815, progressive­ment infiltrés dans l’inconscient collectif des Allemands. L’insatisfaction dont souffraient les générations du Vormärz avait entretenu leur actualité. La crise du Rhin révélait que ces mythes s’étaient intégrés au sentiment national allemand, au grand dépit des Français qui espéraient récolter d’autres fruits là où ils avaient cru semer les excellents principes de 1789.

38La crise du Rhin offre un premier exemple des rivalités nationales de l’ère moderne. Cette tension collective, entretenue par les média, exploitée par les gouvernements, ce renforcement de préjugés exaspérés par la propa­gande des partis, c’est déjà l’état d’esprit qui permettra le déclenchement de la guerre franco-allemande et des deux guerres mondiales. On assiste pour la première fois à l’expression de passions nationales portées par les foules, amplifiées par la presse, récupérées par la littérature. On voit les nationa­lismes se cristalliser autour de symboles simplificateurs, à la symétrie éton­nante : le tricolore noir-rouge-or est brandi contre le bleu-blanc-rouge ; le Rheinlied de Becker, baptisé Colognaise, fait pièce à la Marseillaise, l’exhumation d’Arminius à celle de Napoléon... Mais on voit aussi les nationalismes adopter des valeurs qui leur sont propres et les enfermer dans des systèmes d’appréciation impénétrables à la nation adverse. La France et l’Allemagne se cantonnent dans des particularismes hermétiques, sans cesser de prétendre enseigner à l’autre des principes proclamés universels. Chacune des deux nations se sent investie, l’une par son histoire récente, l’autre par les qualités intrinsèques de sa langue, de sa littérature, de sa pensée, d’une mission globale, dont le succès est indispensable au bien de l’humanité. L’une se juge grande par sa Révolution, l’autre par sa tradition. Le sentiment national, né de la volonté d’émancipation des peuples, a érigé en 1840 les insurmontables barrières des susceptibilités collectives. L’exaltation chau­vine des hymnes patriotiques et des articles incendiaires suscités par la crise apparaît alors comme une des conséquences inattendues de l’internationali­sation des principes libéraux et démocratiques, comme un exemple supplé­mentaire du caractère imprévisible des événements historiques, de leur acharnement à contrarier les meilleures intentions, à inverser, dans les méandres de leur développement, le cours de l’histoire.

Bibliographie

E. M. Arndt, Der Rhein, Teutschlands Strom und nicht Teutschlands Grenze, Leipzig, 1813.

Jakob Venedey, La France, L’Allemagne et les provinces rhénanes, Paris, 1841.

Joseph Görres, Politische Schriften, Werke Bd. l, Leipzig, 1854.

A. L. von Rochau, Geschichte Frankreichs 1814-1852, Leipzig 1858.

Heinrich von Treitschke, Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert, Leipzig, 1927.

Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, Studien zur Genesis des deutschen Nationalstaates, München, 1911.

A. Hasenclever, Die orientalische Frage 1838-1841, Leipzig, 1914.

Ph. Sagnac, « La crise de l’Occident et la question du Rhin », Revue des études napoléoniennes N° 16 et 17, 1919, 1920.

Vicomte de Guichen, La crise d’Orient de 1839 à 1841, Paris, 1921.

Irmline Veit-Brause, Die deutsch-französische Krise von 1840, Studien zur deutschen Einheitsbewegung Dissertation, Köln, 1967.

Max von Boehn, Biedermeierdeutschland 1815-1847, Berlin, 1921.

Echtermeyer, Deutsche Gedichte, Düsseldorf, 1950

H. Heine, De l’Allemagne, Paris, 1979

G. Herwegh, Werke in einem Band. Berlin u. Weimar, 1967.

M. G. Goriely, « L’Allemagne et l’idée nationale ». Centre national d’étude des problèmes de sociologie et d’économie européennes : Senti­ment national en Allemagne et en Belgique aux XIXe et XXe siècles, col­loque des 25 et 26 avril 1963, Université libre de Bruxelles

Christoph Prignitz, Vaterlandsliebe und Freiheit, Deutscher Patriotismus von 1750 bis 1850, Wiesbaden, 1981

Hambacher Fest 1832-1982, Katalog der Ausstellung des Landes Rhein­land-Pfalz, 1982

Der deutsche Vormärz, Texte und Dokumente, hrg, von Jost Hermand, Stuttgart, 1978.

Klaus Rudolf Wenger, Preußen in der öffentlichen Meinung Frankreichs 1815-1870, Göttingen, Frankfurt u. Zürich, 1979

Raymond Poidevin, Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris, 1977.

Pierre Ayçoberry, Marc Ferro, Une histoire du Rhin, Paris, 1981.

Notes

1 Jakob Venedey, p. 4.

2 de Guichen, p. 302.

3 op. cit. p. 343.

4 voir Sagnac. 1919 p. l02.

5 de Guichen, p. 331.

6 Extrait d’un article du Telegraph de Gutzkow dans : Schriften der Frühzeit, 1920, p.150‑152. cité par J. Hermand. p. 140. Ces considérations n’empêchent pas Engels d’aller plus loin encore que Becker et ses émules : « Allerdings ist es eine fixe Idee bei den Franzosen, daß der Rhein ihr Eigentum sei, aber die einzige des deutschen Volkes würdige Antwort auf diese anmaßende Forderung ist das Arndtsche ‘Heraus mit dem Elsaß und Lothringen’! »

7 Protest. Herwegh. p. 31 ; voir aussi le poème Der Rhein de Robert Prutz :

Wer hat nun Recht. zu sagen und zu singen

Vom Freien Rhein. dem Freien deutschen Sohn ?

O diese Lieder. die so mutig klingen.

Beim ew’gen Gott, sie dünken mich wie Hohn.

cité d’après Hermand. p.132.

8 Wintermärchen. Kaput V.

9 Heine. De l’Allemagne. p. l00.

10 Wenger, p. l12.

11 Venedey. La France, l’Allemagne et la Sainte Alliance des Peuples, cité par Sagnac, 1920, p. 113.

12 Le Rhin. I.p.503, cité par Wenger, p. 117.

13 C’est le sens de l’étude de Philippe Sagnac publiée en l919 dans la Revue des études napo­léoniennes.

14 Rochau, p. 75 (voir les remarques faites à ce sujet par F. Meinecke dans : Weltbürgertum und Nationalstaat.

15 Treitschke, p. 87.

16 Tagebuch auf der Reise nach Deutschland : voir aussi les remarques de Heine dans ses Lettres de Berlin en 1822. « Es ist einer der schönsten Züge im Charakter der Berliner, daß sie den König und das königliche Haus ganz unbeschreiblich lieben. » 3. Brief aus Berlin.

17 Heine, Romantische Schule.

18 Arndt, p, 7.

19 Venedey, p, 43.

20 Hoffmann von Fallersleben : Mein Vaterland, 1ère strophe.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540