Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

De la restauration à la révolution de 1848

Où l’on voit l’Allemagne entrer dans l’ère industrielle

Joseph Rovan

Texte intégral

1Entre 1816 et 1855 la population de l’Allemagne (dans les limites qui seront celles du Second Empire après 1871, mais sans l’Alsace‑Lorraine) passera d’environ 23,5 millions à 34,5 millions, ce qui représente en moins de quarante ans une croissance de près de 50%, sans exemple dans toute l’histoire antérieure. Ce mouvement se poursuivra tout au long du siècle quoiqu’en se ralentissant vers la fin : en 1914, au bout de cent ans, la population allemande avec près de 68 millions d’âmes aura pratiquement triplé. Aucun phénomène de l’histoire événementielle n’égale en importance cette véritable explosion démographique, d’autant plus digne de retenir notre intérêt que, pendant la même période, la croissance française sera beaucoup plus lente : de 10 millions à peine, puisque nous passons de 33 millions d’habitants (sans l’Alsace‑Lorraine) à 44 millions.

2Le phénomène démographique allemand aura une importance capitale pour les rapports du peuple allemand avec ses voisins, et notamment avec la France, dont l’essor depuis le haut moyen Age avait été intimement lié à la prépondérance du nombre de ses habitants : au xive siècle avec 20 millions d’habitants, la France comptait à elle seule le tiers de la population européenne ; à l’époque de Louis XIV – après l’hécatombe de la Guerre de Trente ans – il y avait deux fois plus de Français que d’Allemands. En 1816, même en comptant les Allemands d’Autriche, les Allemands restaient inférieurs en nombre aux Français, mais un siècle plus tard il y a deux fois plus d’Allemands en Europe que de Français. Le rapport s’est inversé.

3Même si l’opinion n’est pas consciente alors de toute l’ampleur de ce phénomène – mais peu à peu elle le devient et vient à nourrir un mépris croissant à l’égard des Français décadents qui n’ont plus d’enfants, par égoïsme et par imprévoyance – il est évident qu’une augmentation aussi rapide du nombre des membres de la communauté manifeste un dynamisme et une vitalité dont les effets se feront sentir nécessairement dans beaucoup de domaines de l’existence individuelle et collective. On peut présumer un rapport entre le sentiment qui commence à se répandre dans le peuple alle­mand d’être perpétuellement victime d’injustices et de traitements qui ne l’acceptent pas au niveau de sa véritable valeur, et ce dynamisme vécu : un mélange surprenant et désagréable de plaintes et d’auto‑commisération d’une part, de prétentions et de présomption d’autre part, commence à se manifester dans la mentalité allemande à l’époque que nous étudions à présent.

4Les causes des grands mouvements démographiques sont toujours mul­tiples et toujours en partie obscures. Devant l’importance fondamentale de ce qui se passe au xixe siècle en Allemagne dans ce domaine, il parait cepen­dant nécessaire de rechercher ce qu’il est actuellement possible d’énoncer de ces causes. Il me semble qu’une des plus considérables est la longue période de paix que les peuples allemands connaîtront après 1816. À l’exception de la brève parenthèse de la guerre contre le Danemark en 1848/49, à laquelle ne participe en fait que l’armée prussienne, et de la guerre franco‑autri­chienne de 1859, qui ne met en jeu que la minorité d’Allemands qui habitent l’Autriche, l’immense majorité du peuple allemand vivra en paix pendant 50 ans, de 1815 à 1866. Les campagnes de pacification qui se déroulent dans le Pays de Bade, au Palatinat, en Saxe dans la phase finale de la Révolution de 1848/49 ne laissent guère de traces matérielles et les grandes guerres de 1859, 1864, 1866 et 1870/1871 se dérouleront elles‑mêmes presque exclusi­vement à l’étranger. Il en sera de même en 1914/18. Le sol allemand, les habitants, les installations économiques ne seront pratiquement pas touchés par la guerre entre 1815 et 1942. Quand on songe aux pertes humaines et aux ravages matériels que la guerre n’avait cessé de produire pendant toute l’histoire antérieure, on ne sera pas tenté de sous‑estimer le sentiment de sécurité et de durée qui va se développer dans une Allemagne ainsi épar­gnée, appelée à connaître les fruits d’une tranquillité sans pareille. Même si de tels phénomènes ne font pas l’objet d’une appréhension directe par la conscience, ils sous‑tendent certainement les comportements qui se déve­loppent au long des décennies de paix.

5Une autre cause de l’essor démographique peut être identifiée dans l’amélioration de l’hygiène publique et privée. L’administration des monarchies éclairées a la volonté et les moyens de s’occuper sérieusement de ces problèmes. La lutte contre les épidémies connaîtra des succès décisifs après la dernière grande poussée du choléra au début des années 1830. La qualité des études médicales, la recherche médicale et l’extension des services médicaux progressent dans une interaction de plus en plus efficace. épargnés par la guerre, les épidémies et les famines (qui se font plus rares – la dernière grande famine tueuse de pauvres gens aura lieu en 1847) les hommes vivent plus longtemps, les femmes sont mieux soignées pendant leurs maternités, la mortalité infantile commence à reculer.

6Il est vrai que les éléments de progrès sont en partie contrebalancés par les effroyables conditions de vie des classes pauvres dans les entreprises et dans les villes du capitalisme naissant (et parfois aussi dans les régions rurales où domine le travail industriel à domicile), mais pour l’ensemble on peut présumer une prévalence des facteurs positifs : en 1845 près de 75% de la population prussienne, c’est‑à‑dire de l’état le plus industrialisé, vit encore à la campagne, et quand l’urbanisation entrera dans la voie d’une progression plus accélérée, les conquêtes de la santé publique l’accompagne­ront dans une large mesure.

7Des études récentes ont pu d’autre part montrer les rapports étroits qui ont existé dans l’Allemagne de la première moitié du xixe siècle entre la législation sur le mariage et la croissance de la population. En Prusse, où les réformes de l’époque Stein‑Hardenberg ont rendu le mariage entièrement libre, la croissance entre 1816 et 1865 a été beaucoup plus élevée que dans les États du Sud où la politique consista longtemps à soumettre le mariage à une autorisation qui n’était accordée que si les futurs conjoints étaient éco­nomiquement en état d’entretenir une famille. En Prusse occidentale la croissance a été de 121% en 50 ans contre 35% en Bavière, en Poméranie de 111% contre 21% au Tyrol. Le retard démographique autrichien est saisis­sant : 49% de croissance moyenne, toutes provinces réunies, contre 87% en Prusse. La démographie précède et explique ainsi en partie la défaite autri­chienne de 1866. La victoire de Sadowa a été gagnée dans les berceaux prussiens.

8Je suis porté à m’étonner de ce que l’économie allemande ait été en mesure de nourrir, sans crise vraiment grave, une population en croissance aussi rapide. On peut penser que le développement de la production agricole en Prusse, conséquence des réformes entreprises entre 1807 et 1819, a joué un rôle capital dans ce parallélisme, satisfaisant quand on regarde de loin et n’observe que les grandes lignes. Il a dû en être de même de la liberté d’en­treprendre là où elle a été accordée largement comme en Prusse.

9La création de vastes espaces économiques, propices aux échanges grâce à la suppression des douanes intérieures et extérieures a certainement contribué également à la disparition du fantôme de la famine par l’essor du commerce et, partant, de la production. Dès 1818 un des plus puissants esprits de l’Allemagne du xixe siècle, le ministre prussien du commerce, Motz, obtient l’abolition des douanes intérieures : de Königsberg à Trèves, la Prusse est un ensemble économique d’un seul tenant. En 1834 se fonde le Zollverein, l’Association douanière qui groupe autour de la Prusse et sur son initiative les deux Hesse, la Bavière, le Wurtemberg, la Saxe et les petits États de Thuringe. Le Grand‑Duché de Bade suit en 1836. Le Hanovre est le seul grand État du territoire du futur Reich à rester en dehors de l’Union jusqu’en 1851.

10Ainsi se réalise l’unification économique d’une « petite Allemagne » dont l’Autriche reste exclue, d’abord à cause de ses propres craintes, l’État autri­chien ne se sentant pas en mesure de supporter les conséquences d’une large ouverture de ses frontières. Ensuite, quand l’Autriche voudra à son tour adhérer, la Prusse qui domine économiquement l’Association s’opposera à l’entrée de l’Empire, qui ne peut évidemment envisager une adhésion par­tielle, limitée aux seuls territoires membres de la Confédération germanique (ce qui excluait notamment la Hongrie, la Dalmatie et la Pologne autri­chienne). Un grand Zollverein comme l’Autriche le préconise après l’échec des mouvements révolutionnaires de 1848, de Hambourg à Trieste, n’aurait pas seulement eu des conséquences graves pour l’agriculture allemande du fait de la concurrence hongroise (les conditions sociales particulièrement arriérées permettant aux propriétaires hongrois de produire à moindre frais), elle aurait surtout mis fin à hégémonie économique prussienne, seul domaine où entre 1830 et 1860 l’État prussien avait réellement marqué des points dans la rivalité qui l’opposait, directement ou indirectement, à l’Autriche pour la primauté en Allemagne. Quoi qu’il en soit de ces développements, le Zollverein en favorisant les échanges entre les quatre cinquièmes de l’Allemagne non autrichienne a certainement contribué à rendre possible la croissance démographique.

11Dans le même sens agira la construction d’un réseau ferroviaire qui mettra fin à l’isolement des bassins économiques particuliers, tout en fournissant une formidable incitation au développement de l’industrie lourde et en absorbant une partie de la main‑d’œuvre rendue disponible par la suppression de nombreuses exploitations paysannes et par l’augmentation de l’excédent des naissances. Commencé en 1835 par la ligne Nuremberg‑Fürth le système des chemins de fer allemands atteint déjà une extension considé­rable lors de la Révolution de 1848. En 1860, il aligne 11 600 kilomètres et l’interconnexion entre les différentes régions est réalisée. L’aspect politique national et militaire de l’édification du réseau ferroviaire est évident – l’État, notamment la Prusse, a parfois dû suppléer l’insuffisance du système ban­caire, qui cependant profitera largement de l’intensification générale de l’activité économique induite par cette gigantesque entreprise qui provo­quera aussi l’afflux d’importants capitaux étrangers.

12Le chemin de fer établira des relations de plus en plus étroites et complexes entre les opérateurs économiques de toute l’Allemagne ; il créera des solidarités et des interdépendances nouvelles et facilitera l’écoulement des produits des grands domaines agricoles de l’Est vers les nouveaux centres urbains et les agglomérations industrielles du centre et de l’ouest. En favorisant le rapide déplacement des personnes et du courrier, le chemin de fer intensifie la circulation des idées et de l’information. En 1848 on s’aper­cevra que les gares joueront le rôle de véritables « bourses des nouvelles » où les gens viendront apprendre et discuter les derniers événements d’une Révolution se développant parallèlement dans la plupart des capitales alle­mandes. Des esprits aussi différents que Friedrich List, économiste, ban­quier, publiciste et ardent patriote qui préconise un protectionnisme national pour favoriser l’essor d’une industrie allemande, et Helmut von Moltke, penseur sévère et puissant d’une stratégie moderne, futur chef d’État‑major et organisateur des victoires prussiennes de 1864, 1866 et 1870/71, s’inté­ressent aux chemins de fer comme instruments de l’action politique.

13L’approfondissement, la diversification et l’extension des terrains de la gestion et de l’intervention publiques grâce à une bureaucratie plus nom­breuse, et surtout plus instruite, issue des universités nouvelles ou rénovées, très consciente de ses prérogatives, mais aussi de ses responsabilités, sera en fin de compte l’élément essentiel sur lequel pourra prendre appui l’expan­sion économique grâce à laquelle la croissance démographique ne débou­chera pas sur la famine et l’épidémie. En Prusse notamment l’idéalisme libéral qu’une partie de la haute administration est allée puiser dans l’enseignement de Kant s’allie, non sans heurts, à l’idéologie de la toute puissance de l’État, raison incarnée, professée par Hegel à l’Université de Berlin. De l’un et de l’autre courant se déduit une conception de l’État dépositaire de l’intérêt général au-dessus des conflits et ambitions des intérêts partiels. Cette vision non dépourvue de grandeur et de noblesse morale est le plus souvent aveugle devant les faits qui font de l’État l’instru­ment et l’enjeu des conflits entre les classes et catégories de la société ; elle assimile un ordre historique actuel dans lequel une ou plusieurs minorités trouvent les moyens d’établir et de maintenir des possessions et des privilèges, à un ordre objectif absolu et immuable. Il n’empêche que pour la première fois dans l’histoire allemande la plupart des États allemands vont posséder les moyens de connaître, de soutenir, de contrôler et d’orienter le développement économique dans toute sa multiplicité.

14Les déceptions de 1815 et la répression qui sanctionnera après 1820 les tentatives de reprise du mouvement national démocratique dont les volon­taires des Guerres de Libération avaient été pour une large part les porteurs, paralysent l’élan politique. L’État est la possession des princes et de leur bureaucratie – les dynamismes, ambitions et espérances des jeunes Alle­mands qui ne peuvent ou ne veulent le servir dans de telles conditions sont de ce fait déportés vers les champs de la culture et de la science d’une part, de l’action économique d’autre part. L’énergie des novateurs ne peut se satisfaire des méthodes et des rythmes de la bureaucratie, la vie parle­mentaire n’existe encore que dans certains États du Sud, et à l’état embryonnaire.

15La science allemande, de la philologie à la chimie, prend alors un essor formidable ; très vite elle donnera des modèles au monde entier. De tous les pays civilisés les étudiants affluent à Heidelberg ou à Göttingen, à Berlin ou à Bonn. À Berlin encore et à Vienne, en Haute‑Silésie, en Saxe, en Rhénanie et en Westphalie l’industrie moderne, celle qui construit et utilise les machines, constitue ses premiers pôles de développement. Sauf en Silésie où la haute noblesse prend une part importante à l’essor des charbonnages et de la métallurgie, le monde industriel et bancaire comme celui des universités appartient aux bourgeois qui constituent ainsi à côté de la grande propriété foncière, de l’armée et de la haute administration, en majorité réservées à la noblesse, de nouveaux pôles de pouvoir. Des artisans ingénieux et obstinés comme Borsig à Berlin ou Krupp dans la Ruhr, de petits industriels comme Harkort dans le Siegerland, des banquiers comme Camphausen, Hansemann et Mevissen pour la Rhénanie sont les maîtres d’œuvre d’une première phase rapide et orageuse de la construction du capitalisme en Prusse. En 1848 la Révolution leur donnera une première fois le pouvoir politique qu’ils partagent avec les grands universitaires. Ils ne sauront pas le conserver, mais vingt ans plus tard Bismarck parviendra à asseoir la construction de son nouveau Reich sur l’alliance‑compromis entre l’ancienne noblesse foncière et la nouvelle aristocratie de la banque et de l’usine. Entre 1815 et 1848 l’économie constitue sans doute le chapitre le plus intéressant de l’histoire allemande.

16Depuis sa terrible mais fugace apparition au xvie siècle, lors de la Grande Guerre des Paysans, le peuple, les masses, ceux qui ne sont ni nantis ni privilégiés, n’ont guère fait apparition dans les événements retenus par l’historiographie allemande. Le peuple est la matière première de l’histoire, mais ses noms n’y surgissent que rarement et ses aventures ne sollicitent pas souvent l’attention. Le regard de l’écrivain est généralement attiré par l’ex­ceptionnel, le peuple est rarement romantique. Les grands parce qu’ils dépassent la mesure ordinaire ont par‑dessus le marché, au‑dessus de tous leurs autres avantages, celui de fournir le contenu de la mémoire commune officielle (et même de la légende populaire). Quand on était du peuple, il fallait être brigand pour devenir célèbre sans quitter le peuple. Maintenant, après la Révolution française et la victoire remportée par les forces de restauration, victoire qui ne rassurera jamais complètement les possédants, qui laisse subsister le souvenir de l’explosion révolutionnaire et la crainte qu’elle ne vienne à se reproduire, le peuple rentre dans l’histoire allemande, moins par ce qu’il est effectivement que par la peur qu’il suscite avant même qu’elle soit justifiée. Quelques années à peine après que Leopold von Ranke, grand‑maître et grand-père de l’historiographie allemande moderne aura écrit « ce sont les hommes qui font l’histoire », Karl Marx disciple indirect de Hegel posera les fondements du matérialisme historique.

17Le peuple fait peur parce que sa misère, qui a toujours été grande, se déroule maintenant devant des yeux devenus attentifs. La sécurité et le bien‑être procurés aux privilégiés par la paix, par les progrès de l’administra­tion et de la santé, par le développement du commerce et de l’industrie font apparaître encore plus grands, plus scandaleux et plus redoutables les contrastes avec la situation des non‑possédants, rendue plus dramatique encore par la disparition de ce qu’il y avait aussi de protecteur pour eux dans l’ancien ordre social, à la campagne comme en ville.

18Les premières vingt années qui suivent la fin des guerres de Libération sont une période de grande misère et de terribles souffrances populaires : la réouverture de l’Europe continentale aux produits de l’industrie anglaise, après la levée du blocus napoléonien, ruine une partie importante des entre­prises locales que le blocus avait favorisées ou fait naître. Nous avons déjà mentionné la perturbation de la société rurale dans les provinces de l’Est, qui fait perdre aux paysans, par le biais de la suppression du servage, une grande partie des exploitations précédemment entre leurs mains. Dans les États où les corporations ont été abolies, la libre concurrence produit une démulti­plication des entreprises artisanales sans rapport avec les besoins et les moyens dont dispose l’éventuelle clientèle. Cette « explosion artisanale » est évidement liée à la rapide croissance démographique. Dans les États où le système corporatif sera maintenu plus longtemps avec des éléments à la fois restrictifs vis‑à‑vis du monde des impétrants du dehors et protecteur pour les « heureux » membres du dedans, les compagnons, de plus en plus nombreux, ont de moins en moins de chances, non seulement de devenir maîtres à leur tour, mais de gagner ce qui est indispensable à leur subsistance et à celle d’une famille. L’agriculture connaît une crise de surproduction provoquée par la fin des troubles dus à la guerre, et aussi par les « corn laws » anglaises qui gênent terriblement les exportations allemandes (jusqu’à leur abolition en 1846) et de cette crise ainsi que des rigueurs de quelques hivers très durs sortira de 1827/28 une période de famine populaire.

19Pour les possédants et les privilégiés, la Révolution de Juillet sonne l’alerte : la menace n’est pas conjurée, les masses plébéiennes sont toujours à l’affût, guettent les tenants de l’ordre. Seule une combinaison efficace de religion et de contrôle policier, l’Église exerçant la police des âmes et enseignant par le catéchisme les devoirs d’obéissance et de résignation, permet de contenir les classes dangereuses. Que le péril soit réel : les barri­cades berlinoises et viennoises le montreront en 1848, celles de Dresde en 1849. Mais la facilité avec laquelle les tenants de l’Ordre viendront à bout de ces soulèvements avec le soutien actif ou tout au moins la tolérance passive des bourgeoisies, montre aussi qu’il reste très limité. Rien de comparable avec les « journées » de 1830, 1832, février 1848, juin 1848 ne se produira en Allemagne.

20Le héros porte‑parole du peuple en Allemagne, entre 1815 et 1848 et même après, c’est le pitoyable Woyzeck, sorti de l’observation exacte et hallucinée du jeune Georg Büchner. écrasé, trahi, anéanti, Woyzeck tue son amour sans imaginer de pouvoir s’en prendre à ceux qui sont les artisans de son malheur. Depuis les pamphlets de Luther et les poésies militantes de Hutten, rien – sinon peut-être la révolte de Karl Moor chez le jeune Schiller – n’a été écrit de plus insurrectionnel en langue allemande. Mais Büchner, après avoir semé le vent de la contestation dans le Hessische Landbote, feuille presque confidentielle, dénonciatrice d’injustices et d’oppressions, mourra à 26 ans : sa dernière œuvre grandiose, La Mort de Danton n’appelle plus la Révolution, mais découvre dans celle-ci l’éternelle dimension tragique de l’existence. Avec certaines pages de Heine c’est ce que l’Allemagne du Vormärz (la période d’avant la révolution de mars 1848) a produit de plus durable dans le domaine de la parole.

21En fait, avant 1848, les menaces contre l’ordre de la Restauration ne proviennent guère des masses profondes du peuple. Les troubles de la faim et du chômage ne dépassent pas le niveau des jacqueries locales. Quand elles se font violentes et sanglantes comme, en 1844, le mouvement des tisserands à domicile silésiens contre les patrons des manufactures employant des métiers mécaniques, l’impression est d’autant plus grande que de tels faits sont rares. Heine a pris cette révolte pour thème d’une de ses poésies les plus célèbres et cinquante ans plus tard le souvenir de ces sanglants excès provo­qués par le désespoir fournira encore le sujet du grand drame « naturaliste » de Gerhart Hauptmann qui porte le même titre simple et accusateur que le poème : Les Tisserands.

22Les travailleurs de l’industrie ne sont pas encore nombreux ; entre les compagnons artisans qui n’ont pas assez d’ouvrage pour nourrir leurs familles et les ouvriers salariés des manufactures, les frontières sont incer­taines et mouvantes ; la « conscience de classe » reste profondément mar­quée par les aspirations, les expériences, la morale du travail artisanal : sous réserve de ce qui vient d’être dit quant au caractère fluctuant des frontières, les statistiques donnent pour la Prusse en 1847 : 457 000 maîtres artisans, 385 000 compagnons et 550 000 ouvriers salariés.

23Sur l’ensemble du territoire du Zollverein, elles comptent 1 208 000 ouvriers d’usines travaillant dans 148 000 entreprises dont la plupart étaient donc fort petites. Les conditions de vie dans une « usine » ayant une quinzaine de salariés ne devaient pas encore être très différentes de celles qui régnaient dans un atelier où le maître travaillait avec 3 ou 4 compagnons et 1 ou 2 apprentis. Dans la Révolution de 1848, contrairement à ce qui se passe en même temps en France, contrairement à ce qui se passe dans le mouve­ment chartiste anglais, les ouvriers d’usine, les « prolétaires » dont Marx élabore la définition, ne joueront qu’un rôle tout à fait secondaire. C’est le spectacle de la France et surtout de l’Angleterre qui orientera les recherches de Marx, dont les découvertes et les spéculations s’appliqueront toujours difficilement aux réalités allemandes.

24Les premiers groupements dont sortira un jour un mouvement ouvrier allemand naissent parmi les compagnons, dont les déplacements, les « tours », élargissent le champ de vision tout en facilitant les contacts à travers l’Allemagne toute entière, voire l’Europe. Les créateurs de la social-démocratie dans les années 60 seront à peu près tous des compagnons ou des maîtres artisans, à l’exception de quelques intellectuels comme Ferdinand Lassalle et Wilhelm Liebknecht.

25À l’étranger, des artisans, des ouvriers qualifiés, des employés sont au contact des organisations révolutionnaires nationales et internationales, de la « Jeune Europe » de Mazzini, des groupements socialistes français, clandes­tins ou semi‑clandestins, selon les mouvements. En Allemagne comme à l’étranger, des associations de solidarité, des associations culturelles, des caisses d’entraide sont au point de départ d’activités politiques ayant plus nettement le caractère de conspirations révolutionnaires, en même temps qu’elles demeurent des sociétés de pensée et de discussion. C’est ainsi que se formera en Suisse et à Paris dans les années 40 la « Ligue des Justes » qui deviendra sous l’impulsion de Marx la « Ligue des Communistes ». Dans cette généalogie du mouvement ouvrier, l’universitaire Marx remplace et marginalise l’ouvrier Wilhelm Weitling. Marx lui-même, quand il se lance pour la première fois dans l’action politique en publiant la Rheinische Zeitung (en 1842), fait partie de la gauche radicale bourgeoise et s’adresse à cette frange radicale et démocrate des classes privilégiées. Ses comman­ditaires et ses lecteurs sont des commerçants, des entrepreneurs, des fonc­tionnaires, des universitaires. Les « travailleurs » ne comptent que par la peur qu’ils inspirent. La dialectique de la vie politique met aux prises les défenseurs de l’ordre établi, conservateurs, réactionnaires, légitimistes, tradi­tionalistes et les partisans du mouvement, du changement, constitutionnels, libéraux, démocrates, les uns et les autres divisés entre modérés et radicaux, les uns et les autres ressortissants de catégories privilégiées.

26La Confédération germanique (Deutscher Bund), née à Vienne en 1815, est au fond une Confédération rhénane dont feraient partie cette fois‑ci les deux « superpuissances » allemandes. La résistance des petits et moyens États, appuyés par les puissances extérieures, a aisément triomphé des velléités de restauration de l’Empire à laquelle Metternich lui‑même n’était guère attaché. Le Deutscher Bund est une Confédération d’États, son organe central, le Bundestag qui siège à Francfort est comme l’ancien Reichstag de Ratisbonne une assemblée d’ambassadeurs, présidée par le représentant de l’Autriche. La Confédération, théoriquement au moins, n’est pas dépourvue de compétences : elle a des forces militaires, des villes fortifiées (« forte­resses fédérales »), elle peut mener une politique commerciale et douanière commune, elle fixe des règles générales à l’organisation interne des États, chacun doit donner à ses sujets une constitution basée sur le principe de la représentation des « états » (Stände), des catégories sociales ; elle peut déclarer la guerre, recevoir les ambassadeurs des pays étrangers, prendre des mesures contre la subversion intérieure.

27Cependant la plupart de ces compétences restent purement formelles (ce sont les armées des États qui fournissent les contingents et les garnisons), voire théoriques – la politique douanière commune ne sera pas réalisée dans le cadre de la Confédération mais dans celui du Zollverein, sous la direction de la Prusse. La Confédération, en fait, ne peut fonctionner que si les « superpuissances », la Prusse et l’Autriche, sont d’accord. Chacune des deux est en mesure de s’opposer à une tentative de majorisation que l’une entreprendrait avec ses amis aux dépens de l’autre. On disait avant 1789 que chaque fois que la Prusse et l’Autriche se mettaient d’accord, la survie du Reich était menacée. À présent les choses sont inverses : il n’y a plus d’autorité commune à défendre ou à maintenir. L’Autriche et la Prusse négocient, se mettent d’accord et imposent leur décision aux autres membres du « Club » allemand, qui ne peuvent qu’entériner les décisions des « Grands ». Et quand leur entente se brise, la Confédération n’est plus en état de fonctionner.

28La Confédération durera 51 ans, trois ans de plus que le Reich bismarckien qui lui succédera (il est vrai qu’elle sera comme suspendue, sans être juridiquement dissoute, pendant les événements de 1848/49). Son histoire est bien avant tout celle des relations austro‑prussiennes. Au départ et pendant longtemps, la Prusse se considère et se trouve considérée comme inférieure. Elle est moins étendue, moins peuplée que l’Autriche ; le réta­blissement d’un royaume de Hanovre en 1815 coupe en deux l’État prussien, ses deux provinces orientales, Rhénanie et Westphalie, sont séparées des six autres par une bande de territoires hanovriens. Jusqu’à l’avènement de Bismarck en 1862, la Prusse, mise au pied du mur, cède chaque fois devant la menace d’un conflit avec l’Autriche, qui mettrait l’Allemagne à feu et à sang, comme cela avait été le cas au xviiie siècle, du temps de la Guerre de Sept Ans. Dans les années 1850, alors qu’il représente son Roi au Bundesrat à Francfort, Bismarck dira un jour au ministre d’Autriche : ou vous nous reconnaîtrez l’égalité de droits en Allemagne – ce serait le partage en deux zones d’influence –, ou ce sera le conflit.

29Structure sans panache, mais d’une réelle utilité, la Confédération germanique fournit provisoirement une réponse assez satisfaisante à la question allemande : comment organiser une nation qui englobe deux grandes puissances, quatre royaumes, cinq grands‑duchés et une foule d’États de moindre importance ? Chemin faisant, la Confédération résout aussi le problème central des rapports de l’Allemagne avec l’Europe envi­ronnante : pays trop vaste, situé au centre, trop peuplé pour que l’existence d’un État allemand unique et fort puisse être tolérée par les autres États du continent. Le nouveau royaume des Pays‑Bas participe à la Confédération avec sa province luxembourgeoise (qui englobe les deux Luxembourg actuels, le Grand‑Duché et la province belge), le Roi d’Angleterre est aussi Roi de Hanovre, le Roi de Danemark, duc de Holstein et de Lauenbourg (un petit duché à l’est et au sud‑est de Hambourg). Inversement la province prussienne de Posen (Poznan) ne fait pas partie de la Confédération germa­nique – sa population est en grande majorité polonaise. Si la Hongrie, la Dalmatie, la Galicie, parties intégrantes de l’Empire autrichien restent en dehors du Deutsche Bund, la Bohême, la Moravie, la Silésie autrichienne, pays à majorité slave, Trieste et Trente – villes italiennes de langue et d’esprit – appartiennent à la Confédération.

30Les Grandes Puissances européennes sont garantes de l’ordre établi à Vienne comme la France et la Suède avaient été garantes des dispositions des Traités de Westphalie qui, déjà, avaient donné à l’Europe une sorte de constitution. La Confédération est ainsi profondément insérée dans le tissu de l’Europe, la Bundesakte, l’Acte constitutif de la Confédération germa­nique, est dans un certain sens une « constitution de paix », elle conjure la peur que l’Allemagne pourrait faire naître chez les autres peuples et garantit en même temps la nation allemande contre les convoitises des autres grands.

31Son principal défaut, mais celui là est de taille, est qu’elle déçoit les patriotes qui voulaient une Allemagne grande, unie et libre et qu’elle laisse à la France les terres allemandes acquises au xviie et xviiie siècle – de même qu’elle laisse hors de la Confédération le Duché de Schleswig, dont la population est en majorité allemande. Le Schleswig et l’Alsace seront, cin­quante ans plus tard, l’enjeu de deux guerres extérieures, et le problème polonais sera de même, mais en sens inverse, un des enjeux majeurs de la première guerre mondiale. La dialectique des passions nationales déclenchée par la Révolution Française fera voler en éclats l’ordre restauré de 1815. Cependant cinquante ans de paix, cent ans de stabilité au moins relative ne sont pas de minces valeurs dans l’aventure humaine tissée de « bruit et fureur ». Du bruit, les jeunes patriotes déçus vont en faire pas mal, à quoi répondra, démesurée en apparence, la fureur de la répression. De retour dans les universités (qui en comparaison avec les nôtres sont des institutions toutes petites où tout le monde connaît tout le monde), les volontaires des Guerres de Libération et leurs frères plus jeunes encore manifestent leur dépit de voir la patrie frustrée de son unité et eux‑mêmes des libertés civiques espérées et même promises.

32Une sorte de national‑radicalisme qui s’exprime et se vêt en « rétro » (la face politique et nationale du romantisme) se développe parmi les étudiants, formulé et favorisé par certains professeurs. La « Teutschtümelei » (une manière exagérée et même puérile d’affirmer la germanité, son ancienneté, sa grandeur, sa vocation universelle) est plus qu’une simple mode : le « T » veut marquer la continuité historique, l’ensourcement et l’enracinement dans les passés germaniques lointains, que les historiens et les philologues universitaires sont en train d’exhumer scientifiquement. « Teutsch » signifie une manière plus prononcée, plus voulue d’être allemand, que le prosaïque « Deutsch » qui correspond moins bien à l’originel « tiu(t)sch » lequel désignait le peuple à la fois en tant que communauté de destin, et par opposition au monde latin des clercs. Des sociétés de pensées et de débats, des conspirations plus ou moins confidentielles n’auraient guère de quoi inquiéter les autorités si celles‑ci, si près encore de l’explosion révolution­naire, ne vivaient pas dans un état de permanente inquiétude.

33Plus grave, parce que mouvement général s’étendant à la quasi‑totalité des universités, apparaîtra le rassemblement national et populaire des étu­diants qui se constitue sous le nom de Burschenschaft. Le Bursche, c’est le jeune homme, l’adolescent capable de porter les armes et de chercher l’aventure ; le terme est vieillot comme les habits que les Burschen em­pruntent volontiers au moyen‑âge ou à la grande époque allemande que fut le xvie siècle. Les écrits de Ernst Moritz Arndt et ceux plus excitants encore de Friedrich Ludwig Jahn, l’apôtre de la gymnastique comme fondement de l’éducation (ses « gymnastes » avaient été un des viviers du mouvement des Volontaires de 1813/14), inspirent ces groupements qui, dépassant les anciennes associations régionales qui s’étaient constituées dans les univer­sités, veulent réunir tous les jeunes Allemands destinés à devenir l’élite dirigeante de la nation. L’entraînement à l’usage des armes (aboutissant au duel obligatoire, la Mensur, où se mesurent le courage et la « virilité » des hommes), les grandes beuveries imitées des mœurs que Tacite attribue aux anciens Germains, la haine des Français, ennemis héréditaires et porteurs de l’idéologie rationaliste, l’antisémitisme et un christianisme peu dogmatique qui n’est souvent qu’une sorte de déisme naturaliste et nationaliste, carac­térisent la Burschenschaft en même temps que l’aversion contre la tyrannie des princes et de leur bureaucratie, sèche et rationaliste, pâles imitations du modèle versaillais haïssable, étranger et tyrannique.

34Leur idéal politique, ce n’est pas une démocratie parlementaire, rhéto­rique, d’avocats et de notaires, mais une démocratie selon le cœur et les mœurs des anciennes tribus germaniques, communauté de vie et de mort, association de guerriers qui désigne ses chefs par acclamation et prend ses décisions en assemblée comme le font encore les peuples restés fidèles à l’ancienne liberté allemande, par exemple dans certains cantons suisses. Le monde d’un Metternich, grand seigneur francophone, sceptique et plein de mépris pour les idéologies, leur est plus étranger et leur parait plus détestable encore que celui des Jacobins français. Dans les conceptions des Burschen­schafter apparaissent beaucoup d’éléments que – renforcés, systématisés et parfois dévoyés – nous retrouverons dans le national‑socialisme, dont le chant officiel célèbre en même temps le souvenir des camarades assassinés par le Front Rouge et par la Réaction. Metternich et ses associés ne s’y trom­peront pas : dans les universités monte un mouvement révolutionnaire. Qu’il s’inspire des vieux Germains plutôt que de Rome ou de Sparte, peu importe à ceux que l’idéologie et l’intérêt dressent contre tout changement.

35En 1817 les Burschenschaften frappent un grand coup : plusieurs milliers d’étudiants se réunissent en octobre au château historique de la Wartburg en Thuringe pour y célébrer à la fois le trois‑centième anniversaire de l’acte révolutionnaire de Luther (que l’on voit sous les couleurs d’un libérateur national) et le troisième anniversaire de la bataille de Leipzig, première grande victoire allemande sur les armées de Napoléon. Des discours en­flammés succèdent aux chants : à la fin un groupe particulièrement excité livre au bûcher avec les symboles de la réaction – la queue de perruque du bureaucrate et le bâton du sous‑officier prussien – un certain nombre de livres mal vus des jeunes extrémistes. Le bûcher de la Wartburg imite mal le Réformateur brûlant la Bulle du Pape ; nous savons aujourd’hui qu’il inspirera d’autres flammes symboliques qui dévoreront en 1933 d’autres livres considérés comme antinationaux. Là aussi ce seront des étudiants qui reprendront la tradition.

36Quant à la Wartburg – où Luther avait trouvé refuge à son retour de la Diète de Worms en 1521 – elle évoque aussi les grandes œuvres de la poésie médiévale allemande et leurs auteurs qui venaient s’affronter ici dans des joutes mémorables, ces joutes dont le souvenir constituera la toile de fond du Tannhäuser de Richard Wagner. Le combattant des barricades de Dresde en 1849, l’auteur d’écrits antifrançais et antisémites, l’évocateur des lointains passés germaniques légendaires et médiévaux, le musicien d’une bourgeoisie dont le romantisme tardif lit les cours de la bourse dans des fauteuils en peluche de velours, le Wagner pseudo‑chrétien, syncrétique, au déisme nationaliste, résume en les conduisant à des aboutissements tantôt géniaux et tantôt grotesques la Weltanschauung du mouvement étudiant de 1817. Le lecteur n’aura pas trop de peine à découvrir d’autres correspondances idéo­logiques et morales avec le mouvement étudiant des années 1960, avec le Mouvement de Paix des années 1980.

37Entre 1815 et 1820 les gouvernements de la Restauration paraissent hési­ter sur la voie à suivre. L’Acte confédéral, les proclamations du Roi de Prusse, les textes constitutionnels dans les États du Sud promettent ou semblent promettre un certain degré de représentation des citoyens et un certain degré de liberté de la presse. L’influence de hauts fonctionnaires d’esprit libéral est encore puissante. Cependant les princes guettent les conspirateurs, les jacobins, les fondateurs de sociétés secrètes. En 1819 un exalté, Carl Sand, ancien volontaire de 1813, tue d’un coup de poignard l’écrivain Kotzebue qui passe pour un agent du Tsar de Russie. Maintenant, Metternich tient un prétexte. Après s’être entendu avec la Prusse, il impose au Bundestag un certain nombre de mesures de répression : l’épuration des universités, l’interdiction des Burschenschaften, l’établissement d’une cen­sure préventive, la création d’une instance centrale de recherche et d’enquête contre les menées révolutionnaires. Les souverains sont tenus à n’accorder aux « états » (c’est‑à‑dire à une représentation de type ancien, semblable aux « états généraux » d’avant la révolution) que des droits limités et révocables.

38Les décisions appelées « de Karlsbad », du nom de la ville d’eaux en Bohême où Metternich avait élaboré, avec les représentants des gouverne­ments les plus sûrs, les textes qui furent ensuite votés par le Bundestag, seront exécutées avec une rigueur inégale, le plus durement en Prusse où de nombreux « démagogues » sont emprisonnés, alors que le Roi renonce à convoquer une représentation nationale, et en Autriche où la prédominance de la police devient écrasante dans l’administration. Pour une vingtaine d’années, la vie politique allemande se rétrécit sur quelques centres où subsistent difficilement des tendances libérales : dans le Grand‑Duché de Bade où le juriste Karl von Rotteck publie le grand Dictionnaire des Sciences politiques, véhicule de l’influence libérale bourgeoise ; en Rhéna­nie où restent vivants des souvenirs de la période française et en Prusse Orientale où l’enseignement de Kant continue à se faire sentir. Un grand nombre d’universitaires et d’écrivains sont contraints à l’exil en Suisse et en France, où ils se nourrissent des idées du libéralisme radical. En Allemagne même, la vie politique, à peine née, est en grande partie réduite au silence. L’idéal de Metternich est une société où il ne se passe rien, un État qui n’a que des problèmes extérieurs. Cet idéal d’immobilité a rarement été plus près d’une réalisation complète que dans l’Allemagne de la décennie 1820‑1830.

39À l’extérieur aussi l’ordre établi doit s’établir selon les vues de l’homme d’État viennois dans un statu quo immuable. Pendant quelques années, appuyé sur la Russie et la Prusse, Metternich tient en échec partout en Europe les partisans du changement. À Naples, au Piémont les troupes autrichiennes anéantissent des mouvements révolutionnaires ; en Espagne, la France de Louis XVIII se charge de cette besogne (c’est la grande idée de Chateaubriand comme ministre des Affaires étrangères). Cependant sous le ministère de Canning, après 1822, l’Angleterre abandonne la solidarité avec les puissances conservatrices. En Méditerranée orientale elle appuie la ré­volte des Grecs contre leur souverain « légitime », le Sultan ; en Amérique Latine, Canning soutient les colonies espagnoles soulevées contre leur Métropole. Après la Révolution de juillet, la France, dont la politique extérieure est à nouveau pour une large part inspirée par Talleyrand, forme avec l’Angleterre un groupe pro‑libéral, qui s’oppose souvent à l’alliance conservatrice des trois « puissances orientales ». La solidarité de la Russie, de la Prusse et de l’Autriche jouera pleinement lors du soulèvement polonais de 1830 contre le Tsar Nicolas. En mobilisant une forte armée, la Prusse notamment empêche les insurgés de se créer un « sanctuaire » dans les régions polonaises prussiennes. De cette crise date en Prusse le début d’une politique antipolonaise. Jusque‑là l’administration prussienne n’avait pas systématiquement combattu la langue et la culture polonaises ; désormais on se méfiera de la loyauté des sujets polonais, et les idées nationalistes se répandent dans les nouvelles générations des deux communautés.

40Les affaires de Pologne se recouvrent partiellement avec les problèmes catholiques. L’Église n’est‑elle pas depuis la disparition de l’État polonais le principal, l’unique défenseur de l’identité nationale ? Les rapports avec le catholicisme polonais ne constituent cependant qu’un aspect partiel des rela­tions que l’État prussien doit entretenir avec l’Église catholique. Grâce aux acquisitions territoriales réalisées à l’Est (partages polonais) et à l’Ouest (rattachement de la Rhénanie après 1814), la Prusse compte maintenant un bon tiers de ressortissants catholiques dont le sort religieux reste à régler. La Prusse, pas plus que les autres États devenus souverains après la dislocation du Saint‑Empire, n’a conclu avec Rome un concordat.

41Protestante, nationaliste, libérale ou absolutiste, l’Administration prus­sienne (mais la même observation vaut pour le Grand‑Duché de Bade, le royaume de Wurtemberg et même en partie pour la Bavière) ne peut admettre qu’un pouvoir étranger s’interpose entre le Roi et une partie de ses sujets. Qu’il s’agisse des limites des diocèses, de la formation des prêtres, de la gestion des biens d’Église, de l’inspection scolaire, du contenu des ser­mons ou des mariages mixtes entre catholiques et protestants, l’État entend édicter règles et règlements, en limitant le plus possible les relations de « ses » catholiques avec le Saint‑Siège. De plus, dans le monde de la culture, le catholicisme passe pour une survivance attardée qui est en train de s’éteindre. En dehors de la Bavière, de l’Autriche, des principautés de Hohenzollern et de Liechtenstein, toutes les dynasties régnantes sont main­tenant protestantes (les Rois de Saxe sont catholiques, il est vrai, mais leur État est resté luthérien). Aucun évêque n’a pu être nommé, sauf en Autriche, en Bavière et dans les provinces annexées par la France, depuis les sécula­risations de 1803 que Rome n’a pas admises. De ce fait beaucoup de diocèses se trouvent privés de pasteurs, les curés ne sont plus inspectés, les séminaires fermés, les nouveaux curés sont nommés par les gouvernants protestants. Il n’y a plus d’universités catholiques, et peu de professeurs croyants et pratiquants. Le catholicisme subit alors un retard culturel qu’il n’a pas encore tout à fait rattrapé de nos jours.

42La situation est paradoxale : dans une Allemagne placée sous le signe de la Restauration, l’Église catholique, puissance essentiellement traditionaliste reste sur la touche. Peu à peu cependant les gouvernements constatent que le peuple catholique demeure attaché à sa foi et à son Église et qu’une politique systématiquement anticatholique prive l’Ordre d’une catégorie importante de défenseurs possibles. À Rome, aussi, dans l’intérêt commun de la lutte contre la révolution, on est enclin aux compromis. Vers la fin des années 20, les accords de forme et de nature diverses organisent pour les divers États à population catholique un modus vivendi acceptable. Ces textes soumettent à un contrôle très strict les relations des évêques avec Rome ; ils réajustent les diocèses aux nouvelles frontières, créent dans les universités des facultés catholiques, assurent au clergé des rémunérations publiques et, en Prusse notamment, établissent au profit de l’Église un « impôt ecclésiastique » qui est censé représenter un dédommagement pour les biens d’Église sécularisés. Pour la survie et la défense de leur Église, les catholiques s’organisent, s’unissent. Des associations se créent, des publications se fondent. Dans les États où se développe une vie parlementaire, des députés catholiques sont élus dans les régions annexées après 1803. Ainsi s’ébauche une vie politique et parlementaire de la minorité catholique, qui se concrétisera dans les années 50 par la naissance du parti catholique le Zentrum. Pour survivre après la destruction de l’ancienne Reichskirche (l’Église du Reich), les catholiques allemands cherchent à équilibrer la pesanteur de l’État hostile en prenant appui sur le Saint‑Siège. Longtemps largement indépendant autour de ses princes‑évêques, le catholicisme allemand se fait maintenant ultra­montain,

43Les arrangements conclus entre 1825 et 1830 ne règlent cependant pas tout le contentieux. En Prusse, un premier Kulturkampf, une lutte pour l’âme du peuple éclate en 1837 à propos des mariages mixtes, le gouvernement royal ayant décidé que les enfants devront être élevés dans la religion du père. Le Saint‑Siège enjoint alors aux prêtres catholiques de refuser la bénédiction nuptiale aux couples mixtes qui ne promettraient pas d’élever tous leurs enfants dans la religion catholique. Pour sanctionner le refus d’obéissance du clergé, le Roi fait arrêter et interner les archevêques de Cologne et de Posen. La réaction populaire est véhémente et puissante. « L’événement de Cologne » fait naître dans le peuple catholique une forte conscience de son identité. Parmi les intellectuels, laïcs ou clercs, renaît la confiance dans les valeurs et les formes de vie catholiques. On ne subit plus sans réagir les prétentions du protestantisme et de la philosophie des lumières. Joseph Görres, dans sa jeunesse partisan de la Révolution, en 1813/1815 chantre de la renaissance nationale, publie en 1838 le pamphlet Athanase, qui exalte la grandeur du catholicisme et défend la liberté de conscience.

44En 1840 le nouveau Roi de Prusse, chez qui la foi chrétienne se mêle à une vision romantique du passé national, fait libérer les archevêques et met fin au conflit. Quelques temps après, il décide de reprendre et d’achever la construction de la cathédrale catholique de Cologne, immense projet aban­donné depuis la fin du moyen‑âge. Le catholicisme retrouve sa place dans la culture allemande, mais les conflits ne sont pas définitivement apaisés. Ils connaîtront une nouvelle et forte poussée dès la création du Deuxième Reich dans le second Kulturkampf déchaîné par Bismarck.

45Condamnant le monde moderne dont les deux pôles sont la Révolution et le libéralisme, l’Église catholique allemande s’est habituée à contester l’autorité séculière, elle en viendra à édifier une théorie catholique de la société, une Katholische Soziallehre qui rejette dos à dos le socialisme révolutionnaire et le capitalisme libéral pour prôner la solidarité des groupes naturels et historiques, les familles et les corporations. La lutte contre l’État protestant et libéral contraint ainsi le catholicisme allemand à une fécondité intellectuelle rejoignant le mouvement qui se dessine en France, à la même époque autour de Lamennais, de Lacordaire et de Montalembert. En Alle­magne, alors que le catholicisme politique populaire du Sud trouvera d’élo­quents tribuns parlementaires, un savant prêtre d’origine aristocratique Wilhelm von Ketteler, deviendra à la fois le théoricien de la Soziallehre et l’organisateur de puissantes structures de masse pour la défense de l’Église.

46En traitant des affaires du catholicisme allemand, mon récit a pris de l’avance, il nous faut revenir en arrière pour voir l’Allemagne, les Alle­magnes, sous le coup de la Révolution française de juillet. Le monde civi­lisé, le seul qui a conscience de l’univers humain, et qui le domine de plus en plus, en est encore à vivre au rythme des pulsions françaises. Certes l’Alle­magne est solidement tenue par le système Metternich, mais sur ses frontières, à l’Ouest comme à l’Est, l’Ordre restauré ou institué en 1815 est furieusement secoué. La révolution belge fait voler aux éclats la structure artificielle, sans fondements historiques récents, du royaume des Pays‑Bas. Un soulèvement où convergent des éléments libéraux, catholiques, nationaux populaires et bourgeois connaît le succès grâce aux soutiens rivaux de la France et de la Grande‑Bretagne, au grand dam des puissances conserva­trices. Comme la nouvelle Belgique s’annexe la partie occidentale, franco­phone, du Luxembourg, autour d’Arlon, la Confédération germanique ob­tient en échange le rattachement du Duché de Limbourg qui reste sous la domination du Roi de Hollande. La cité de Luxembourg, érigée en place forte fédérale, reçoit une garnison prussienne.

47L’insurrection polonaise à l’Est ne connaîtra pas d’aussi heureux abou­tissements. L’entente des puissances copartageantes triomphe de la volonté de résurrection nationale ; l’échec du mouvement, nous l’avons vu, marquera à l’intérieur de la Prusse le départ d’une politique d’assimilation et de germanisation à laquelle s’opposera pendant quelques décennies encore la polonophilie de l’opinion libérale : jusqu’à ce qu’en 1848 et dans les années suivantes le libéralisme bourgeois commence à se rendre compte qu’il n’y a pas entre les aspirations nationales de peuples voisins et imbriqués l’un dans l’autre, cette harmonie préétablie dont Herder avait été le penseur et le chantre.

48À l’intérieur des Allemagnes, la Révolution de juillet ne suscite que des mouvements limités et épars; à Braunschweig, où le Duc absolutiste est remplacé par son frère qui accorde une constitution sur le modèle des États du Sud ; en Hesse électorale, en Saxe, dans le royaume de Hanovre, qui obtiennent également des constitutions comportant en général une deuxième chambre où la masse paysanne a des représentants et qui concourent à la législation. Si ces mouvements sont fragmentaires, c’est que la bourgeoisie libérale, au sein de laquelle les fonctionnaires jouent un rôle déterminant, s’est maintenant habituée au cadre des nouveaux États et que l’aspiration à l’unité nationale passe au second rang, derrière le désir d’obtenir les libertés politiques élémentaires. Un peu partout elle parvient d’ailleurs à desserrer au moins partiellement et pour un certain temps l’étau de la censure.

49Des revues de haute tenue et d’esprit très divers répandent dans les diffé­rentes strates de la bourgeoisie le débat d’idées. Une pensée révolutionnaire radicale s’exprime pendant plusieurs années (1838‑43) dans les Annales de Halle pour la science et l’art allemand (Hallische Jahrbücher für deutsche Wissenschaft und Kunst) où écrivent les hégéliens de gauche, Ruge, Feuerbach, Bauer dont l’influence sera considérable sur toute une génération intellectuelle à commencer par le jeune Karl Marx ; en face, la Feuille hebdomadaire politique berlinoise (Berlinisches politisches Wochenblatt) exprime, à partir de 1837, l’opinion conservatrice militante qui s’inspire de la pensée traditionaliste historisante et romantique du bernois Karl Ludwig von Haller avec l’approbation et la sympathie du prince héritier, du futur Frédéric‑Guillaume IV.

50Une nouvelle génération d’écrivains, héritiers à la fois de la littérature classique (Goethe meurt en 1832 très peu de temps après avoir achevé le second Faust, où se décèlent les influences les plus modernes, celle du Saint‑Simonisme notamment) se veut investie d’une mission politique : Georg Büchner dont le Messager du Pays Hessois, le Hessische Landbote, paraît en 1834, Heinrich Heine, Ludwig Börne – ces deux derniers apportant à la littérature allemande la ferveur et l’inquiétude de la première génération juive entrée dans « l’assimilation », qui aiguise son esprit critique au tran­chant des difficultés qu’elle y rencontre –, seront rapidement contraints à l’exil, mais la censure bavaroise laissera paraître dans le Journal d’Augs­bourg (Allgemeine Zeitung), les stimulantes lettres du jeune Heine. Le groupe littéraire du Junges Deutschland, la « Jeune Allemagne », est porteur d’une critique radicale, à la fois politique, esthétique et morale qui s’attaque aux fondements de la société.

51Au Staatslexikon du professeur fribourgeois Karl von Rotteck, qui joue un rôle important au Landtag de Bade et répand dans la bourgeoisie éclairée des conceptions nourries de Montesquieu et de Rousseau, la philosophie politique des droits de l’homme (à partir de 1834), fait face la réflexion de l’historien Fr. Christophe Dahlmann qui enseigne à Göttingen un libéra­lisme basé sur une théorie historique du droit et des droits. Grâce aux pro­grès de l’instruction, à la multiplication des publications et à l’amélioration des communications, l’intérêt pour les idées politiques commence à pénétrer dans les milieux populaires, dans les masses petites bourgeoises et artisa­nales. Des manifestations s’organisent qui ne sont plus seulement le fait de quelques centaines d’étudiants : en mai 1832 plus de 30 000 personnes participent aux grandes fêtes de Hambach dans le Palatinat où s’affirment des idées radicales démocratiques et nationales ensemble avec un grand élan de fraternité et de solidarité avec les exilés polonais.

52À la manifestation de Hambach, suivie d’une tentative assez ridicule de putsch étudiant à Francfort, Metternich, appuyé par les forces réactionnaires de tous les États allemands, réplique par une nouvelle mouture des décisions de 1819/20 : renvoi de professeurs et de fonctionnaires trop libéraux, ferme­ture d’universités, dissolution des Diètes trop revendicatrices, renforcement nouveau de la censure. L’atmosphère cependant a bien changé par rapport à la première phase de répression vers 1820. De l’extérieur l’Angleterre et la France protestent en tant que puissances cosignataires des Traités de Vienne. À l’intérieur, des personnalités célèbres comme Rotteck dénoncent l’absur­dité des mesures réactionnaires et réclament un régime constitutionnel garantissant les libertés.

53En 1837 le nouveau Roi de Hanovre, Ernst August qui succède à son frère Guillaume IV en vertu de la loi salique (alors qu’en Angleterre la succession revient à sa nièce, la Reine Victoria), révoque la constitution relativement libérale de 1833. Sept professeurs célèbres de l’université de Göttingen, dont Dahlmann et le fameux philologue Jakob Grimm ainsi que l’historien Gervinus, protestent au nom du serment qu’ils ont prêté à l’ancienne constitution : ils sont immédiatement contraints à l’exil. Les « Sept » de Göttingen, du coup, revêtent la dignité de héros nationaux. Leur prise de position confère à l’université une fonction de conscience commune pour toute la nation allemande. Décidément l’absolutisme ne peut plus être ce qu’il avait été.

54Alors que les émotions soulevées par les mesures anticatholiques en Prusse et par le conflit entre le Roi et les universitaires en Hanovre ne sont pas encore calmées, un grand sursaut nationaliste va secouer en 1840 l’opinion allemande, ne laissant de côté – comme s’ils appartenaient à un autre monde – que les milieux officiels, gouvernementaux. C’est pourtant la politique des cabinets qui est à l’origine de l’excitation violente qui dressera l’une contre l’autre une grande partie des opinions formulées, exprimées, publiées en France et en Allemagne.

55L’indépendance de la Grèce n’avait pas mis fin aux convoitises des grandes puissances qui guettent les soubresauts de l’Homme malade, de l’Empire ottoman, chacune tentant à la fois de s’assurer des avantages dans cette succession qui s’ouvre avant décès et d’empêcher les autres de s’en attribuer. L’Allemagne n’est qu’indirectement mêlée à l’affaire par l’inter­médiaire de la Prusse qui n’a pas d’intérêts dans les Balkans et en Méditer­ranée orientale, mais qui est l’alliée de la Russie et de l’Autriche fortement engagées dans ces régions. La France au contraire en s’appuyant sur le Vice‑Roi d’égypte contre son suzerain d’Istamboul joue gros jeu dans les affaires d’Orient au point de se séparer de l’Angleterre avec laquelle elle a souvent mené depuis 1830 une politique commune de soutien aux forces libérales. Imprudent et hasardeur, Adolphe Thiers veut échapper aux contra­dictions intérieures qui affaiblissent la Monarchie de Juillet en mobilisant, avec les souvenirs de la « grandeur » napoléonienne, un chauvinisme néo-jacobin. Il provoque ainsi la constitution d’un front uni de toutes les autres puissances qui tiennent à prolonger l’agonie de l’Empire Turc et ne veulent pas que se substitue à lui en Orient un nouveau pouvoir fort. La France se voit exclue du règlement de la question d’Orient, mais le Roi ne veut pas d’une guerre perdue d’avance qui replacerait la France dans l’isolement qui avait été le sien après Waterloo. Thiers sera contraint à se retirer, mais la réaction des faiseurs d’opinion est intense. Curieusement, le ressentiment très vif des « nationaux » français se tourne contre les États allemands, la Prusse et l’Autriche, davantage que contre l’Angleterre. Les traités de 1814/15 ont, dit‑on, laissé la France avec de mauvaises frontières, à la merci de voisins hostiles. Dans la presse chauvine on redécouvre ainsi la question du Rhin et des « frontières naturelles », beaucoup plus apte que la Méditerranée Orientale à galvaniser les foules. Thiers a créé un climat belliqueux, il a alimenté le désir de revanche essentiellement dirigé contre les vainqueurs de Waterloo, la Prusse qu’on identifie avec l’Allemagne et l’Angleterre.

56En Allemagne les luttes pour les libertés politiques intérieures avaient fait passer au second plan, après 1815 et surtout après 1830, les problèmes exté­rieurs. La plupart des partisans du changement, libéraux modérés ou démo­crates radicaux voyaient l’Allemagne comme une nation saturée. La France libérale, démocrate, socialiste était redevenue un modèle pour la gauche allemande. N’était-elle pas la patrie des grands principes, la patrie de la liberté ? La crise de 1840 va mettre fin à cette idylle qui a correspondu en France pendant ces mêmes années à un intérêt très vif pour la culture alle­mande. Une véhémente émotion nationale se répand à travers les États allemands : l’opinion libérale retrouve les accents antifrançais des Guerres de Libération, et les milieux officiels, toujours effrayés devant les mani­festations d’une volonté politique, se croient obligés d’emboîter le pas. Les deux Grandes Puissances renouvellent leurs accords militaires, les dispo­sitions de la Constitution fédérale relatives à la défense sont modernisées. L’on entonne des chants antifrançais comme La Garde sur le Rhin. La lutte contre les princes et les gouvernements réactionnaires se donne à nouveau des accents nationalistes. Le « chemin particulier » de l’histoire allemande se précise : la liberté est inséparable de l’unité, et celle‑ci ne pourra sans doute être obtenue sans un conflit avec la France, qui ne voudra jamais se résigner à l’apparition d’une puissante Allemagne unie, bien plus forte que ne le sont séparément depuis 1815 la Prusse et l’Autriche, même alliées. Un jour prochain la liberté suspectée d’être d’origine française, d’être une liberté à l’occidentale, viendra à être subordonnée à l’unité, pour être ensuite carré­ment rejetée.

57Les décisions rendues nécessaires par la menace de guerre avec la France, c’est un nouveau Roi de Prusse qui a dû les prendre. En Autriche le chan­gement de règne s’est fait plus tôt, en 1835, mais le nouvel empereur, Ferdinand Ier, est un débile, d’une intelligence médiocre ; le pouvoir réel est exercé par un Conseil d’État au sein duquel l’autorité de Metternich reste grande, mais point exclusive. Frédéric‑Guillaume IV, le nouveau Roi de Prusse, vient en 1840 de succéder à son père ; il n’a pas l’esprit sec, sobre et court de ce bureaucrate couronné qui ne s’exprimait que par monosyllabes. Le nouveau souverain est un émotionnel, romantique, sentimental, mystique, à la fois hésitant et obstiné. Son idéal, c’est la société du moyen‑âge, telle du moins qu’il l’imagine, basée sur des liens de fidélité et de loyauté réci­proques entre seigneurs et sujets, un ordre corporatif et solidaire où chacun sert le bien commun sans esprit de lucre, une culture illuminée par la Foi en un Dieu qui assigne à chacun sa place à sa naissance. S’il déteste la bureau­cratie rationaliste et répressive, le nouveau Roi n’est pas un libéral, mais un traditionaliste aux idées confuses s’enivrant de belles paroles et de nobles pensées confuses. Il suscitera de grands espoirs et sèmera la déception. Il souffrira terriblement de voir méconnus son immense bonne volonté et l’amour qu’il porte à ses sujets. Désireux d’être aimé, il libère les prisonniers et rappelle les bannis. Les archevêques catholiques retrouvent leurs cathé­drales et les professeurs victimes des épurations successives leurs chaires. La censure s’adoucit ; à côté des militaires et des administrateurs la Cour accueille des savants illustres et des artistes.

58Mais les années passeront sans que rien de décisif ne se produise. Pendant ce temps la bourgeoisie des entrepreneurs, de la banque et de l’industrie, dont le rôle social et économique ne cesse de croître, continue à se voir exclue du pouvoir politique. Peu à peu un fossé se creuse entre le Roi hésitant et l’opinion libérale, même modérée, légaliste, qui ne souhaite que l’établissement d’un ordre constitutionnel avec l’élection d’un parlement représentatif.

59Après moult atermoiements et péripéties, pressé par la nécessité de lancer un grand emprunt pour financer la construction de la ligne ferroviaire Berlin‑Königsberg, dont l’importance politique et militaire est grande, mais qui n’est pas une bonne affaire du point de vue économique et ne trouve donc pas de financement privé, le Roi convoque en février 1847 une « Diète réunie », qui comprendra tous les membres des huit Diètes provinciales et reproduit la structure par ordres (haut et petit clergé, noblesse, bourgeois, paysans) qui prévaut dans celles‑ci. Mais les paysans ne sont représentés que dans les provinces occidentales. Investie du droit de voter l’impôt et l’em­prunt, la Diète réunie refuse de jouer le jeu du Roi : elle exige la périodicité régulière des réunions, l’élection directe des représentants, la participation à l’élaboration et le vote des lois. Au sein de la Diète, les libéraux, en majorité bourgeois rhénans, hauts fonctionnaires et intellectuels de Prusse orientale, dominent nettement. Personne ou à peu près personne parmi ces banquiers, ces industriels, ces grands commis, ces médecins et avocats ne songe à une révolution, mais le conflit entre la majorité de la Diète et le Roi, sur l’arrière‑plan de la première « Révolution industrielle » qui s’accélère et des crises‑famine qui sévissent dans certaines régions, débouchera sur la Révo­lution de 1848. La Prusse, par les espoirs que le Roi a fait naître, par l’intensité de sa vie intellectuelle, par les rapides progrès de son économie, attire à nouveau les regards de l’Allemagne toute entière. Dans les États du Sud, le libéralisme arrache d’ores et déjà aux gouvernements des conces­sions importantes dans la voie qui mène à un système constitutionnel et parlementaire digne de ce nom. Une opinion publique commune se forme, qui transcende les frontières des États. Une grande agitation intellectuelle s’exprime dans la multiplication des journaux et des revues. Les courants politiques se précisent. Libéraux constitutionnels modérés, démocrates radi­caux, petits cercles socialistes‑communistes, mouvements catholiques popu­laires, conservateurs militants, élaborent leurs visions idéologiques et leurs programmes pratiques.

60Dans la mesure où les associations politiques restent interdites, l’aspi­ration libérale et nationale se reporte sur le domaine culturel : les philologues spécialisés dans la « germanistique », l’étude de la langue et de la littérature nationales, se rassemblent en 1846 et 1847 dans de grands congrès qui, réunissant des hommes venus de toutes les régions allemandes, sont de véritables parlements de l’esprit. L’amour si répandu pour la musique a fait naître un peu partout des Gesangvereine ou Sängerbünde, associations de chant choral qui deviennent des forces d’exaltation nationale. Une grande « Fête universelle des chanteurs allemands », qui se tient à Lübeck se trans­forme en une éclatante manifestation de l’esprit unitaire. L’Allemagne des citoyens s’exprime soudain sans se préoccuper davantage des cours, des grands seigneurs et des bureaucrates. Le mouvement des « Tireurs », des Schützen fort du rôle qu’il a joué contre Napoléon au Tyrol en 1809, en Prusse en 1813, affirmant les valeurs de santé, de vigueur physique et la nécessité d’une préparation populaire à la défense commune, possède un caractère plus directement politique. Son action est reprise et en quelque sorte doublée par les « Gymnastes », les Turner, eux aussi organisateurs de grandes et excellentes joutes où s’exalte l’esprit national.

61Enfin, encouragés par l’atmosphère générale et les concessions arrachées à leurs gouvernements, les élus libéraux des parlements du Sud passent aux actes : à Heppenheim en Hesse, ils se rencontrent avec des représentants du libéralisme modéré de Rhénanie pour débattre des conditions de l’élection d’une assemblée nationale commune à toute l’Allemagne. Déjà, sur leur gauche, des « radicaux » ouvertement républicains et partisans d’une révolu­tion violente se regroupent de leur côté, en liaison étroite avec les exilés et avec les mouvements révolutionnaires étrangers, notamment français.

62Mais c’est de France que viendra, encore une fois, en février 1848, le signal qui sera perçu dans toute l’Europe, et plus particulièrement en Allemagne, comme le début d’une ère nouvelle.

Bibliographie

Handbuch der deutschen Geschichte, herausgegeben von O. Brandt, A.D. Meyer, L. Just. Frankfurt a.M. : Akademische Verlagsgesellschaft Athenaion

Bd. 3. Ia : K. von Raumer et M. Botzenhart, Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert. Deutschland um 1800 : Krise und Neugestaltung von 1789 bis 1815 (1980)

Bd. 3 Ib : K.G. Faber, Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert. Restauration und Revolution von 1815 bis 1851 (1979)

Nipperdey, Thomas. Deutsche Geschichte 1800‑1866. Bürgerwelt und starker Staat. München : C.H. Beck. 1983

Huber, E.R. Deutsche Verfassungsgeschichte seit 1709. Stuttgart, W. Kohlhammer

Bd. 1: Reform und Restauration 1789‑1850 (2e éd. 1975)

Bd. 2: Der Kampf um Einheit und Freiheit (2e éd. 1978)

Lehrbuch der deutschen Geschichte. Berlin (DDR) : Deutscher Verlag der Wissenschaften.

Bd. 5 : J. Streisand. Deutschland von 1789 bis 1815 [5e éd.1981)

Bd. 6 : K. Obermann, Deutschland von 1815 bis 1849 (1972)

Conze. W. (Hrsg.) Staat und Gesellschaft im deutschen Vormärz 1815‑1840, Stuttgart, Klett, 3e éd. 1978

Fenske. H. (Hrsg), Vormärz und Revolution 1840‑1849 Darmstadt ‑ Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976 [Quellen zum politischen Denken der Deutschen im 19. und 20. Jahrhundert. Bd IV]

Rosenberg, H.. Politische Denkströmungen im Vormärz. Göttingen, 1972

Buchheim, K Deutsche Kultur zwischen 1830 und 1870, Frankfurt ‑ Akademische Verlagsgesellschaft. Athenaion, 1966

Huber. E.R. und W. (Hrsg.) Staat und Kirche im 19. und 20. Jahrhundert, 2 Bde (1800-1890) 1973/76

Meineke, Friedrich, Weltbürgertum und Nationalstaat, München u. Berlin, 1908, rééd.

Joachimsen, P. Vom deutschen Volk zum deutschen Staat. Eine Geschichte des deutschen Nationalbewusstseins, Göttingen. 3e éd. 1956.

Henning, F.W. Wirtschafts ‑ und Sozialgeschichte.

Bd.2 : Die Industrialisierung in Deutschland 1800‑ 1914, Paderborn, F. Schöningh, 1978.

Henischer, V. Deutsche Wirtschafts‑ und Sozialpolitik 1818-1945. 1980

Pöls, W. (Hrsg.) Deutsche Sozialgeschichte. Dokumente und Skizzen

1.: 1815‑1870, München. C.H. Beck. 1976

Schieder,W. Anfänge der deutschen Arbeiterbewegung. Stuttgart, 1963

Meineke, Fr. Die Entstehung des Historismus. 2 Bde, 1936, rééd. 1959

Srbik. Heinrich von, Geist und Geschichte des deutschen Humanismus bis zur Gegenwart, 2e éd. 1964.

Streisand, Joachim (Hrsg.) Die deutsche Geschichtswissenschaft vom Beginn des 19. Jahrhunderts bis zur Reichseinigung, Berlin (DDR) 1963

Huch. Ricarda. Alte und neue Götter. Die Revolution des 19. Jahrhunderts in Deutschland. Berlin, Zürich. 1930 rééd. 1948

Huch. Ricarda, Die Romantik. Ausbreitung, Blütezeit und Verfall, Tübingen, Wunderlich, 5e éd. 1979.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540