Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects du Vormärz

 | 
Gilbert Krebs

AVANT ‑ PROPOS

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple H.A. Glaser (Hg) Deutsche Literatur. Eine Sozialgeschichte (Rowohlt). Le tome 6. éd (...)

1Les six études réunies ci-dessous sont consacrées à quelques aspects de la société allemande entre le traité de Vienne de 1815 et la révolution de 1848. À première vue, la principale caractéristique de cette période de l’histoire allemande parait être l’absence d’événements de premier plan, de guerres, de grands bouleversements sociaux ou politiques. Naguère encore rudement secoués par la tourmente des guerres de la Révolution et de l’Empire, les états allemands semblaient être tombés, la paix revenue, dans une profonde léthargie, dont ils seront tirés brutalement par l’explosion populaire de 1848. Mais sous le calme apparent de ces décennies – un calme en grande partie factice, obtenu par la censure et la répression policière – l’Allemagne chan­geait : elle se préparait à faire son entrée dans l’ère industrielle et à prendre sa place parmi les grandes nations du monde. Cette période a été longtemps négligée par l’histoire, précisément parce qu’elle était pauvre en événe­ments. Mais aujourd’hui les historiens s’attachent davantage à l’analyse des réalités sociales et aux lentes évolutions qui se produisent dans ce domaine qu’à la description des batailles. Aussi la recherche historique marque-t-elle un intérêt croissant pour la première moitié du xixe siècle. Après l’histoire sociale et politique, l’histoire littéraire, à son tour commence à la considérer comme une unité, sans ignorer, bien entendu, la diversité des courants parfois contradictoires qui s’y sont manifestés1.

  • 2 Sur ces problèmes, voir en particulier Peter Stein. Epochenproblem «Vormärz » (1815-1848), Stuttgar (...)

2Dans ce contexte, le terme même de Vormärz connaît aujourd’hui une fortune nouvelle. De plus en plus, il est employé pour dénommer la période de 1815 à 1848 dans sa totalité, alors que des notions comme Biedermeier, Restauration, Junges Deutschland n’en désignent plus que des aspects particuliers2. Ses connotations ont cessé d’être négatives ‑ Vormärz ne signi­fie plus seulement une période dépassée, rétrograde, condamnée à disparaître sous peu, comme c’était encore le cas au début de notre siècle, mais surtout une période de transition, de gestation, de préparation des temps nouveaux. En se référant aux événements révolutionnaires qui débutèrent en mars 1848, la notion de Vormärz (littéralement « l’avant mars ») place la période 1815-1848 dans une perspective prérévolutionnaire. Cela ne signifie nullement qu’elle implique une vision finaliste de l’histoire et qu’elle postule le carac­tère inéluctable de cette révolution.

3L’article de Joseph Rovan, par lequel s’ouvre ce recueil, trace un tableau d’ensemble, aux multiples facettes, de l’Allemagne entre Restauration et Révolution. Il en analyse la situation et l’évolution politique, évoque les pro­blèmes économiques, sociaux et démographiques, sans négliger les aspects culturels. On peut ainsi saisir, d’entrée de jeu, toute la complexité des phénomènes en train de se produire dans une Allemagne, qui sous un immo­bilisme de surface change beaucoup plus qu’on ne croit. Si les Français avaient alors été plus attentifs et mieux informés, ils auraient été moins surpris de voir, à la fin du siècle, l’Allemagne unifiée sous la conduite de la Prusse réclamer avec force sa « place au soleil ». Ce qui s’est préparé pen­dant le Vormärz c’est moins la révolution de 1848 que l’Allemagne de Bismarck et de Guillaume II. Les illusions françaises à l’égard de l’Alle­magne sont bien mises en évidence dans l’étude de Marc Thuret consacrée à la « crise du Rhin » de 1839-1841. Ni Madame de Stael, ni la fréquentation des réfugiés allemands de Paris n’avaient préparé les Français aux mani­festations de chauvinisme qui se produisirent à cette occasion.

4Aux chants guerriers et patriotiques, de facture et d’inspiration très traditionnelles, qui ont été écrits en cette circonstance, Marie-Claire Hoock-Demarle oppose un autre type de littérature : celle qui fut inspirée par la question sociale. En prenant pour thème la condition ouvrière et en entre­prenant de décrire et de dénoncer la misère du prolétariat naissant, ces œuvres firent également éclater les formes connues et assignèrent à l’art de nouvelles fonctions. C’est de cette même fonction de l’art que se réclame l’œuvre analysée par Gilbert Guillard dans l’article suivant. Elle a pour thème la misère paysanne en Hesse dans les années 1820, bien qu’il s’agisse d’un film réalisé en 1970. Rien ne pourrait mieux illustrer cette « actualité du Vormärz » évoquée ci‑dessus, que ce bond de 150 ans. Il est amplement justifié par la qualité et la valeur documentaire de ce film qui présente, dans sa noirceur, un tableau véridique de la situation régnant à cette époque dans une des régions les plus déshéritées de l’Allemagne.

5Une des principales causes de cette misère était la situation démogra­phique de l’Allemagne. C’est elle que Michel Hubert analyse dans son article. Des nombreux tableaux et graphiques et des analyses très fouillées qu’on y trouve, il ressort que dans ce domaine aussi le Vormärz n’était pas une période d’immobilisme, un de ces moments où l’histoire semble repren­dre son souffle. Au contraire, on voit s’amorcer à cette époque des dévelop­pements qui iront s’amplifiant jusqu’à la fin du siècle. La démographie allemande sera un des facteurs essentiels de sa puissance au xxe siècle. Un autre facteur de cette puissance, reconnu très tôt, fut l’excellence du système éducatif et universitaire allemand. Le dernier article du recueil retrace dans ses grandes lignes l’histoire de l’université en Allemagne. Il met l’accent tout particulièrement sur le rôle qu’elle a joué dans les premières décennies de cette période, malgré son relatif isolement ou peut-être précisément à cause de cela, dans la vie politique d’une nation allemande qui se cherchait encore.

6L’université humboldtienne reposait entre autres sur le principe de l’étroite association de la recherche et de l’enseignement. D’une certaine manière, en entreprenant l’ouvrage que nous présentons ici au lecteur, nous avons été fidèles à cette exigence. Car il est directement issu de l’ensei­gnement donné dans le cadre du programme d’agrégation de 1984. C’est pourquoi nous voudrions associer ici à cette entreprise collective l’ensemble de ce qu’on appelait du temps de Humboldt « die akademische Gemein­schaft ».

Notes

1 Cf. par exemple H.A. Glaser (Hg) Deutsche Literatur. Eine Sozialgeschichte (Rowohlt). Le tome 6. édité par B. Witte, est intitulé « Vormärz » et traite de la période de 1815 à 1848

2 Sur ces problèmes, voir en particulier Peter Stein. Epochenproblem «Vormärz » (1815-1848), Stuttgart, Metzler. 1974.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr