Version classiqueVersion mobile

Entre signe et concept

 | 
Loïc Depecker

Partie 2

Éléments de terminologie : théorie et pratique

Texte intégral

Introduction

1Le texte qui suit est un essai de mise en application des développements de la partie précédente (Éléments de terminologie : principes généraux). Il a été conçu dans l'optique d'une meilleure diffusion de certains des principes acceptés aujourd'hui par une grande partie de la communauté internationale des chercheurs et praticiens en terminologie. Ces principes sont énoncés ou dérivent des normes internationales concernant les procédures de travail en terminologie homologuées par l'ISO (International Standard Organisation) depuis plus de cinquante ans.

2Ce guide à visée essentiellement pratique et didactique, est à destination d'un public, principalement, de linguistes, de techniciens et de scientifiques. Il n'existe en effet pas de condensé qui fasse le point des grandes questions de la terminologie, selon une approche à la fois théorique et pratique, pas plus qu'il n'existe, à notre connaissance, de bibliographie appropriée, qui atteste d'une vision d'ensemble sur ces questions et qui prenne en compte la terminologie dans ses dimensions épistémologiques et philosophiques.

3Il s'agit donc d'un texte de sensibilisation qui tend à fournir des éléments de nature à la fois théorique et pratique. Il manque encore de guides qui donnent une vision brève et synthétique de la terminologie, ou qui fassent le lien avec la linguistique, dont les notions sont mal connues du milieu des scientifiques et techniciens. Ce petit guide peut ainsi permettre de prendre connaissance rapidement des principes et méthodes du travail terminologique.

4Dans le cadre de la soutenance de l'habilitation à diriger des recherches, cet essai a nécessité d'éprouver, à partir d'exemples renouvelés, travaillés différemment, ou plus immédiatement compréhensibles, les principes formulés dans la première partie. Il a également conduit à approfondir certaines questions, en les mettant à l'épreuve d'exemples nouveaux. Il a enrichi la bibliographie initiale d'indications et de références complémentaires.

1. Objet, concept, signe

1.1 L’objet

5Le monde conçu ou perçu se décompose sous la forme d'objets. L'objet a des propriétés. Celles-ci peuvent être intrinsèques ou extrinsèques. Les propriétés intrinsèques d'un objet appartiennent à sa nature propre.

6Par exemple : Ce peut être son origine, sa composition, son agencement, sa structure, sa fonction, sa forme, etc.

7Les propriétés extrinsèques sont celles qui relèvent de l'accidentel ou de l'accessoire.

8Par exemple : Ce peut être l'origine d'un objet, son mode de commercialisation, son prix, etc.

9En pratique : La description des propriétés intrinsèques et extrinsèques d'un objet peut varier en fonction de l'axe d'analyse adopté. Il peut être difficile, dans certains cas, de déterminer ce qui est intrinsèque et ce qui est extrinsèque. Cette distinction peut cependant être parfois moins opératoire que la détermination des propriétés d'un objet à partir d'autres relations, comme leur localisation, leur fonction, etc.

10Par exemple : Sur un bâtiment de la marine à voile, les voiles sont essentiellement nommées en fonction de leur localisation : ainsi un cacatois est toujours la voile carrée située au-dessus du perroquet.

11NB : Il serait possible, à la place d'objet, de parler d'entité (ISO 8402,1994), terme plus général. En effet, on n'a pas seulement affaire en terminologie à des objets, mais aussi à des phénomènes, des processus, des réalités difficilement définissables ou cernables, etc. L'usage de la terminologie a cependant fixé le terme d'objet pour la désignation de ces réalités.

Références :

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, col. Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • ISO 8402, Quality Management and Quality Assurance-Vocabulary, Management de la qualité et assurance de la qualité-Vocabulaire, 2e édition, Genève, 1994> 39 p.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Van Campenhoudt (Marc), Le réseau notionnel interlinguistique, Réseau notionnel, intelligence artificielle et équivalence en terminologie multilingue : essai de modélisation, http//www.refer.fr/termisti/mi.htm, 1996 (notamment paragraphe 3.7.).

1.2 Le concept

12Les objets sont catégorisés sous la forme de concepts. Le concept est une unité structurée de pensée par laquelle nous appréhendons le monde.

13NB : Concept, unité de pensée, forme parallélisme avec percept, unité de perception.

14Le concept se compose de caractères, unités élémentaires de pensée.

15NB : Le terme de notion est souvent employé comme synonyme de concept, particulièrement dans l'ancienne normalisation internationale en matière de procédures de travail en terminologie. En raison de la tradition logique et philosophique en la matière, il est cependant préférable de parler en français de concept plutôt que de notion, terme moins opératoire qui tend à désigner, dans l'acception courante, une idée relativement vague et générale.

Références

  • Commission Afnor X 03 A « Terminologie-Principes et coordination », Projet de comité ISO/CD1087-1, Travaux terminologiques-Vocabulaire, Partie 1 : Théorie et application, Principes et méthodes, Juin 1995, 21 p. (document de travail) ;

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 1 ;

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

1.3 Le signe linguistique

16La désignation est le plus souvent un signe linguistique. Comme tout signe linguistique, elle se compose d'un signifiant et d'un signifié. Le signifiant est la partie sensible du signe, soit son aspect phonique ou graphique. Le signifié est la partie sémantique du signe.

17Par exemple : Le signifiant de sonde spatiale se compose d'une suite de sons pertinents (ou phonèmes) reproduits à l'aide de caractères graphiques. Son signifié renvoie à « engin destiné à explorer l'espace ».

18NB : La confusion est souvent faite entre concept et signifié. Le découpage que font les langues du réel montre cependant que le signifié reste distinct du concept, même s'il a tendance à être confondu avec lui.

19Par exemple : Pour désigner la veille sur un navire, l'anglais a recours au terme zvatch, qui exprime l'idée « d'être éveillé, de veiller par le regard, surveiller ». Watch désigne aussi une montre. Le signifié de zvatch renvoie donc concomitamment à l'idée de regard, de veille, de temps, et correspond à chaque fois à un concept différent. Le français a en revanche recours, pour chaque concept, à des désignations distinctes :

  • anglais watch : « acte d'être vigilant par le regard » = français veille ;

  • anglais watch : « division des temps de veille » = français quart ;

  • anglais watch : « équipage de quart » = français bordée.

20NB : Comme on le voit sur cet exemple, le signifiant joue aussi un rôle dans la structuration du signifié, puisqu'il est forme du signifié.

Références

  • Cabré (Teresa), La terminologîa, Teoria, metodologta, aplicaciones, Editorial Antârida/Empüries, Barcelone, 1993, p. 97 ;

  • Gaudin (François), « L'ombre du concept », Meta, La dénomination, numéro spécial, vol. 41, n° 4, décembre 1996, pp. 604-621.

  • Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale, Recherche de méthode, col. Formes sémiotiques, PUF, 1986, passim.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, col. Formes sémiotiques, PUF, Paris, 1991, 73 sq.

  • Van Campenhoudt (Marc), Le réseau notionnel interlinguistique, Réseau notionnel, intelligence artificielle et équivalence en terminologie multilingue : essai de modélisation, http : / / www.refer.fr/termisti/mi.htm, 1996.

En résumé :

- nous catégorisons les objets à travers les concepts que nous nous faisons de leurs propriétés ;
- ces propriétés sont intégrées dans les concepts sous la forme de caractères ;
- les signes linguistiques intègrent ces rapports sous une forme sémiologique propre aux langues.

1.4 Le terme : désignation et concept

21Le terme est un signe linguistique spécialisé (technique ou scientifique). Il est constitué d'une désignation renvoyant à un concept. La désignation est de l'ordre de la langue. Le concept est de l'ordre de la pensée.

22Par exemple : Le terme atome est un signe linguistique constitué d'un signifiant exprimé par les lettres et les sons correspondant à : a-, t-, o-, m-, (e) ; son signifié exprime d'une part un élément du monde physique extrêmement petit : en cela il correspond au concept d'atome entendu comme concept scientifique ; d'autre part un sens dérivé et figuré, dans des expressions comme « ne pas avoir un atome de bon sens ».

23En pratique : La distinction entre désignation et concept présente notamment l'avantage de faire la part des questions relevant de la langue et celles qui relèvent de la pensée. Ce qui est utile en terminologie pour situer le sens de chaque terme en priorité par rapport au concept, et non par rapport à la langue.

Références

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principe et méthodes (français et anglais), 2e édition, p. VII et passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 1 ;

  • Rey (Alain), La terminologie noms et notions, col. Que sais-je ?, PUF, Paris, 1979, passim.

1.5 Langues et découpage du réel

24Les langues diffèrent dans la description qu'il leur est donné de faire du réel. Au moins quatre sortes de distorsions peuvent intervenir :

  • une divergence de découpage des concepts d'une langue à une autre ;

  • une différence de représentation des concepts d'une langue à une autre ;

  • une fausse convergence conceptuelle par effet de rapprochement formel dans une langue donnée ;

  • un manque de désignation dans une langue pour un concept donné.

Références

  • Berman (Antoine), L'épreuve de l'étranger, Culture et traduction dans l'Allemagne romantique, Les essais, CCXXVI, Gallimard, Paris, 1984, passim.

  • Ladmiral (Jean-René), Traduire : théorèmes pour la traduction, col. Tel, Gallimard, 1994, passim.

  • Martinet (André), « L'expérience et la mise en mots », Significations Essais en l'honneur d'Henry Schogt, recueillis par Parth Bhatt, Canadian Scholar's Press, Toronto, 1997, pp. 461-465.

  • Meta, La dénomination, numéro spécial, vol. 41, n° 4, décembre 1996, p. 509-639.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

1.5.1. Divergence de découpage des concepts d'une langue à l'autre

25Dans le découpage du réel fait par les langues interviennent des phénomènes de non recouvrement d'une langue à l'autre.

26Par exemple : Anglais river/fleuve, rivière ; danois skov/forêt, bois, etc.

27En pratique : Ce non recouvrement débouche sur des impossibilités de correspondances d'une langue à l'autre. On a alors affaire soit à des équivalences fonctionnelles, soit à des vides linguistiques dans une langue.

28Par exemple : En français, le terme contrat désigne l'accord des parties au contrat (negotium, équivalant à l'anglais contract) et le document qui constate cet accord (instrumentum, anglais deed).

Références

  • Betzi (Nathalie), Droit des obligations : le contrat, français/anglais/espagnol, Maîtrise de LEA, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 1997-1998.

  • Ladmiral (Jean-René), Traduire : théorèmes pour la traduction, col. Tel, Gallimard, 1994, passim.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

1.5.2. Différence de représentation des concepts d'une langue à l'autre

29Les distorsions qui interviennent entre les langues dans leur description du réel produisent dans les langues des rapports souvent différents aux concepts. Les formes linguistiques auxquelles elles ont recours induisent des représentations différentes.

30Par exemple : sleepingpoliceman/borne ; wildcat/forage d'exploration.

31NB : Ce phénomène a des répercussions sur la phraséologie d'une langue. Par exemple : zualk/don't walk/walkway (signalétique aux États-Unis).

Références

  • Ladmiral (Jean-René), Traduire : théorèmes pour la traduction, col. Tel, Gallimard, 1994, passim.

  • Meta, La dénomination, numéro spécial, vol. 41, n° 4, décembre 1996, p. 509-639.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

1.5.3. Fausse convergence conceptuelle par effet de rapprochement formel dans une langue

32La langue a recours, pour désigner les concepts, à des formes qui lui sont propres. La morphologie d'une langue peut donc induire des rapprochements entre concepts qui sont d'ordre linguistique, non d'ordre logique. Ce phénomène est particulièrement observable dans l'homonymie (une même forme linguistique pour plusieurs concepts).

33Par exemple : La forme fleur peut être en français : une fleur en tant que telle (œillet, rose, fleur des champs, etc.) ; une fleur de vin (moisissure) ; la fleur de farine (partie la plus fine de la farine) ; la fleur de virginité, etc. C'est moins la rigueur logique qui intervient ici que les jeux de l'analogie.

34NB : Dans cette mesure, une langue forme des champs sémantiques qui lui sont propres. On peut ainsi considérer que chaque langue forme empreinte particulière du réel.

Références

  • Dikikidiri (Marcel), « Le signifié et le concept dans la dénomination », Meta, Montréal, 1999 (à paraître).

  • Hjelmslev (Louis), Prolégomènes à une théorie du langage, Les Éditions de Minuit, Paris, 1971 [1943], passim.

  • Ladmiral (Jean-René), Traduire : théorèmes pour la traduction, col. Tel, Gallimard, 1994, passim.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

1.5.4. Manque de désignation dans une langue pour un concept donné

35Le manque de désignation d'un concept dans une langue peut être le fait :

  • soit d'une indistinction dans une langue pour un concept considéré :

36Par exemple : Français fleuve, rivière/anglais river ;

  • soit d'une lacune linguistique :

37Par exemple : Il n'y a pas de mot courant en français pour désigner le dessous du menton d'un être humain.

  • soit de l'absence dans la réalité décrite par cette langue du concept ou de l'objet considéré.

38Par exemple : Certaines couleurs de neige, de pelage, etc.

39NB : En cas de nécessité, il arrive souvent que ce manque soit comblé par une périphrase ou par un emprunt plus ou moins établi à une autre langue.

Références

  • Dikikidiri (Marcel), « Le signifié et le concept dans la dénomination », Meta, Montréal, 1999 (à paraître).

  • Hjelmslev (Louis), Prolégomènes à une théorie du langage, Les Éditions de Minuit, Paris, 1971 [1943], passim.

  • Ladmiral (Jean-René), Traduire : théorèmes pour la traduction, col. Tel, Gallimard, 1994, passim.

  • Martinet (André), « L'expérience et la mise en mots », Significations, Essais en Vhonneur d'Henry Schogt, recueillis par Parth Bhatt, Canadian Scholar's Press, Toronto, 1997, pp. 461-465.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

1.6. L'emprunt

40L'emprunt est le processus d'appropriation par une langue d'unités linguistiques d'une autre langue.

41Par exemple : marketing.

42Le comblement de l'emprunt peut se faire au moins par :

  • l'assimilation : anglais maintenance/français maintenance ;

  • l'adaptation phonique et/ou graphique : anglais processor/français processeur ;

  • la création d'une forme nouvelle : Walkman/baladeur.

43NB : 1. Une langue n'est pas un tout homogène. Notamment, des variantes géographiques peuvent exister (zapping/pitonnage, Canada).
2. Un terme emprunté acquiert le plus souvent dans la langue emprunteuse des sens différents à ceux qu'il a dans sa langue d'origine.

44Par exemple : anglais square/français square (parc public).

Références

  • Depecker (Loïc), Un exemple d'aménagement terminologique : les commissions ministérielles de terminologie en France (1970-1993), Thèse de doctorat, Université de Paris VII, Paris, 1994, passim.

  • Pergnier (Maurice), Les anglicismes, col. Linguistique nouvelle, PUF, Paris, 1989, passim.

2. Le concept

2.1. Intension et extension du concept

45Le concept s'analyse selon deux axes, l'intension et l'extension.

46L'intension est l'ensemble des caractères qui constituent un concept.

47Par exemple : Une table se définit comme un//meuble// comportant un//plan// soutenu par un//piètement//.

48L'extension est l'ensemble des objets auxquels s'applique un concept.

49Par exemple : Quel que soit le style ou la forme d'un meuble, il est possible de dire, dans la majorité des cas, s'il s'agit d'une table ou non.

50En pratique : Le concept est décrit en terminologie par la définition, essentiellement. Cette approche par le concept permet notamment de comprendre les enjeux et les mécanismes de la définition : la définition inclut une somme de caractères (intension), et délimite l'ensemble des objets auxquels ceux-ci s'appliquent (extension).

51NB : 1. Le terme « compréhension » est souvent utilisé dans la tradition comme équivalent d'extension. Il paraît préférable en français de parler d'extension, en raison de la confusion de sens possible.
2. L'extension varie généralement avec l'intension et vice-versa. Ainsi, plus l'intension est faible, plus l'extension est grande.
3. La question de l'extension d'un concept est constante en terminologie.

52Par exemple : Le concept de réseau informatique inclut les moyens de télécommunications reliant les matériels entre eux ; mais du point de vue de l'extension, on peut être amené à se demander si ce concept inclut les ordinateurs reliés au réseau.

Références

  • Amauld (Antoine) et Nicole (Pierre), La logique ou Vart de penser, col. Tel, Gallimard, Paris, 1992, p. 50 sq.

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 31/ISO CD 704.2 Terminology Work-Principles and Methods, 20 juillet 1996 (document de travail) ;

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

2.2 Niveaux de concepts

53Les concepts s'ordonnent les uns par rapport aux autres en fonction, notamment, de leur plus ou moins grande intension (ensemble des caractères qui les constituent). On distingue particulièrement, comme niveaux des concepts, la superordination et la subordination.

54Par exemple : Le concept de//conduite d'un engin selon une trajectoire définie//, désigné en français par le terme navigation, est le concept superordonné des concepts subordonnés //navigation sur l'eau/ / et//navigation aérienne//.

55Généralement, plus l'intension d'un concept est importante, plus le concept est spécifique et subordonné.

56Par exemple : Charrue pour labourer à plat à traction animale sans avant- train est spécifique de charrue et lui est subordonné.

57NB : Il n'y a pas véritablement de termes établis pour désigner le niveau auquel les concepts sont situés. On pourrait parler d'« ordre », ou d'« ordination », qui se rencontrent dans les textes, principalement philosophiques. Le terme « niveau » a le mérite d'être bien compris.

Références

  • Guilbert (Louis), « La néologie scientifique et technique », La Banque des mots, n° l, Conseil international de la langue française, Paris, 1971, p. 51.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

2.3. Constitution du concept

58La constitution d'un concept est l'ensemble des caractères dont se compose un concept, et la manière dont ils sont reliés entre eux.

59Par exemple : Le concept de/ /table/ / est constitué particulièrement par les caractères//plan// et//piètement//.

60NB : Le terme de constitution est proposé ici en l'absence de désignation véritablement établie. Ce terme est repris au vocabulaire de la chimie (ensemble et connectivité des éléments d'une entité entre eux). On pourrait ainsi introduire un parallélisme entre constitution d'un objet (ensemble de ses propriétés) et constitution d'un concept (ensemble de ses caractères).

61En pratique : Il est important d'établir la liste des caractères d'un concept afin de sélectionner les caractères utiles au traitement terminologique voulu.

2.4. Caractères du concept et propriétés de l'objet

62Les propriétés d'un objet sont abstraites, dans le concept, sous la forme de caractères. La détermination des propriétés d'un objet et des caractères d'un concept permet de comprendre pourquoi les langues ne retiennent, dans la nomination de l'objet, que certaines propriétés.

63Par exemple : Dans la dénomination du pompier, les langues peuvent retenir : l'agent, le feu, l'incendie, la pompe, le fait de défendre, d'éteindre, de lutter contre le feu/l'incendie, etc.

  • allemand Feuerwehrmann : feu + défense + agent humain ;

  • anglais firefighter : feu/incendie + lutter + agent humain ;

  • espagnol bombero : pompe + agent humain ;

  • français pompier : pompe + agent humain, etc.

64En pratique : La détermination des propriétés d'un objet permet de créer des termes ou d'élaborer des définitions qui tendent à ne retenir de l'objet que les propriétés considérées comme les plus significatives dans l'axe d'analyse choisi.

65Par exemple : Le terme image médistancée a été créé en télédétection aérospatiale de façon raisonnée pour désigner une image qui induit une méprise sur la distance séparant le capteur de sa cible. Il aurait été possible de sélectionner, pour la formation de ce terme, d'autres propriétés, comme le fait l'angloaméricain slant range image, qui souligne non la méprise, mais la cause de la méprise : le fait que la distance-temps par rapport à la cible est mesurée en oblique (slant).

Références

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • Depecker (Loïc), « Traitement d'une paire terminologique : ground range image et slant range image », Meta, XXXVI, 1,1991, pp. 231-233.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, Paris, 1992, p. 61 sq.

  • Thoiron (Philippe) et al., « Notion d'« archiconcept » et dénomination », Meta, La dénomination, numéro spécial, vol. 41, n° 4, décembre 1996, pp. 512-524.

2.5. Types de caractères du concept

2.5.1. Caractères essentiels et caractères non-essentiels

66La distinction est parfois faite, parmi les caractères d'un concept, entre caractères essentiels, et caractères non-essentiels. Un caractère est considéré comme essentiel s'il est indispensable pour la détermination du concept traité.

67Par exemple : Il est difficile de définir une table sans indiquer une série de caractères essentiels, à savoir qu'il s'agit d'un//meuble//, que ce meuble comporte un//plan// (une surface plane), et qu'il est soutenu par des//pieds//. Le caractère//horizontal// du plan peut être considéré comme moins, voire non- essentiel, ce plan étant rarement orientable (la table d'architecte).

68En pratique : La détermination des caractères d'un concept est indispensable pour l'analyse des concepts et pour leur circonscription les uns par rapport aux autres. D'un point de vue linguistique, la sélection des caractères essentiels s'avère particulièrement utile dans :

  • la formation des termes, la morphologie pouvant renvoyer à certains caractères :

69Par exemple : Dans tendinite, le suffixe -ite marque le caractère//inflammation// ;

  • la formulation des définitions, une définition se composant de caractères. Par exemple : Dans cette définition de pommier : « arbre à pommes »,/ /arbre/ / et//pommes// désignent des caractères.

70NB : Dans une définition, l'inclusion ou l'exclusion d'un caractère varie en fonction de Taxe d'analyse choisi et du degré de précision recherché.

Références

  • Cottez (Henri), Dictionnaire des structures du vocabulaire savant, col. Les usuels du Robert, Paris, 1992, passim.

  • Frege (Gottlob), « Compte rendu de Philosophie der Arithmetic I de E.G. Husserl », Écrits logiques et philosophiques, Points, Essais, Éditions du Seuil, 1971, p. 142 sq. et passim.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termino- logique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p.ll.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

2.5.2. Caractères distinctifs

71Parmi les caractères considérés comme essentiels dans un concept, certains permettent de distinguer plus particulièrement le concept traité d'un autre concept. Ils sont habituellement nommés caractères distinctifs.

72Par exemple : Par rapport à barrage bloquant, le caractère essentiel de barrage filtrant est que ce dernier laisse passer les véhicules ou les personnes de façon sélective.

73En pratique : La détermination des caractères distinctifs d'un concept est indispensable pour l'analyse des concepts et pour leur circonscription les uns par rapport aux autres.

74NB : Caractère distinctif est une dénomination commode qui permet de situer une procédure de travail en terminologie. En effet, en théorie, tout caractère est par nature distinctif dans un concept.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 7.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termino- logique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 11.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

2.5.3. Critères de distinction des concepts

75La distinction effectuée entre concepts repose, dans le traitement terminologique, sur un certain nombre de critères. La détermination d'un concept dépend en effet des critères utilisés pour le décrire. Ces critères varient en fonction des caractères retenus.

76Par exemple : Qri peut aborder une couche géologique sous l'angle de sa composition, de ses propriétés physico-chimiques, de sa localisation, de son histoire, etc.

77NB : Le terme critère de subdivision est souvent utilisé pour désigner le processus de distinction entre concepts. Il a cependant le défaut de laisser penser que la distinction s'exerce de manière uniquement hiérarchique. Sans doute vaut-il mieux parler de façon plus générale de critères de distinction des concepts.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termino- logique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 11.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

2.6. Dimension du concept

78L'analyse d'un concept est déterminée par le choix qui est fait des critères utilisés pour le décrire. Les critères retenus pour décrire un concept forment la dimension du concept. Ces critères peuvent varier en fonction notamment du terme considéré, du domaine dans lequel il s'inscrit et de l'objectif visé.

79Par exemple : Le concept de//verre// peut être abordé sous les critères de sa composition, sous celle de sa résistance, de sa malléabilité, etc.

80Dans la mesure où un concept peut être abordé de différentes façons, ses dimensions peuvent être nombreuses.

81En pratique : Les différences de dimensions d'un concept peuvent faire varier ses définitions et les désignations qui lui correspondent.

82Par exemple : Dans le domaine des biotechnologies, le concept de//stérilisation// (d'un instrument, d'une cuve), abordé sous la dimension de la pratique effective, peut se trouver désigné par le terme de taux de contamination.

83NB : On parle souvent de point de vue, de perspective, etc. pour dire que le concept est considéré selon un angle de vue plutôt que sous un autre. Dimension a le mérite de mettre en valeur l'aspect multidimensionnel du concept.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termi- nologique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p.ll (document de travail).

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 31 /ISO CD 704.2 Terminology Work-Principles and Methods, 20 juillet 1996, 42 p. (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

2.7. Direction du concept

84L'axe d'analyse choisi dans la détermination des critères retenus pour décrire un concept forme la direction du concept.

85Par exemple : Composition, résistance, malléabilité peuvent constituer chacun un critère formant la dimension du concept de//verre// considéré selon la direction de son comportement sous contrainte.

86NB : Le terme de direction est proposé ici pour désigner l'orientation que l'on prend dans la détermination et la sélection des caractères d'un concept.

87En pratique : Cette orientation est essentielle dans tout travail de terminologie, la dimension du concept ne pouvant se concevoir sans sa direction.

2.8. Concept et langues

88Les langues découpent le réel de façon différente. Afin d'établir des équivalences entre elles, il est nécessaire de passer par un élément pivot qui serve d'unité de référence. Le concept joue ce rôle, en vertu du principe qu'un concept ne peut être identique à un autre.

89En pratique : La définition d'un terme, qui a pour but de décrire le concept traité, forme cet élément pivot.

90Les langues ne recouvrent pas toujours un même concept de la même façon. Le travail terminologique peut permettre de cerner avec précision le degré de recouvrement d'une langue à l'autre.

91Par exemple : Pour fixer le sens français de starter dans le domaine de l'automobile, seule une analyse approfondie à partir des concepts permet :

  • de cerner les concepts désignés sous cette forme :
    en français//dispositif d'aide au démarrage à froid d'un moteur à étincelles// ;
    en anglais//dispositif de démarrage d'un moteur// ;

  • de déterminer les désignations correspondantes aux concepts ainsi délimités : en français enrichisseur et en anglais choke.

Références

  • Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », Écrits logiques et philosophiques, Points, Essais, Éditions du Seuil, 1971, p. 102 sq.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Mounin (Georges), Clefs pour la linguistique, Seghers, 1968, p. 71 sq.

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, Bibliothèque des idées, Gallimard, Paris, 1963, passim.

3. La désignation

92La désignation est un signe qui renvoie à un concept. En terminologie, il s'agit dans la majorité des cas d'un signe linguistique.

93Par exemple : fusée, véhicule, ordinateur, etc. sont des signes linguistiques qui renvoient chacun à un concept.

94Différents types de symboles peuvent aussi être considérés comme des désignations, particulièrement les symboles alphanumériques :

  • symboles chimiques : H20, CH4/... ;

  • symboles documentaires : A4, in 8°,... ;

  • symboles monétaires : £, $, etc.

95Ces symboles peuvent être associés à des termes.

96Par exemple : papier A4, cartographie SI, etc.

97NB : Le terme de désignation est usuel en terminologie pour parler du signe linguistique (anglais désignation). Il a notamment l'avantage d'évoquer dans son radical le mot signe. On parle parfois, à sa place, de dénomination, qui a le défaut de laisser penser que le matériau décrit en terminologie n'est composé que de noms.

Références

  • Granger (Gilles Gaston), Langages et épistémologie, Klincksieck, Paris, 1979, passim.

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 31/ISO CD 704.2 Terminology Work-Principles and Methods, 20 juillet 1996, p. 29 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • Thoiron (Philippe) (sous la direction de), La dénomination, Meta, numéro spécial, Les Presses de l'Université de Montréal, vol. 41, n° 4, décembre 1996, pp. 509-639.

3.1. Le signifiant

98Le signifiant est la forme sensible du signe. Il est phonique ou graphique. Plusieurs types de notations sont possibles.

99Par exemple : le chiffre 7 peut se transcrire en 7, sept, VII, vii ; monsieur en M., Mr. Ces notations peuvent se combiner : format in 4° ; satellite SPOT-2 ; véhicule 4x4 ; XXe siècle, etc.

100En pratique : En terminologie, le signifiant est traité essentiellement sous ses formes phonétique, morphologique et orthographique. Celles-ci peuvent avoir une influence sur la prononciation.

101Par exemple : scanner / scanneur ; monitor/moniteur ; vélo tout chemin/vélo tous chemins, etc.

Références

  • Anis (Jacques) (éd.), Le signifiant graphique, Langue française, n° 59, septembre 1983, Larousse, 127 p.

  • Granger (Gilles Gaston), Langages et épistémologie, Klincksieck, Paris, 1979, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, p. 40 sq.

3.2 Le signifié

102Le signifié est le contenu sémantique d'un signe. Il est composé de sèmes. Le sème est une unité de sens contenu dans un signifié.

103Par exemple : En français, le signifié de rose englobe le sème de/végétal/, de/fleur/, de/couleur/, etc. ; ainsi que les représentations qui lui sont associées, la beauté, l'amour, la commémoration, etc.

104Dans le cas où un signe (un mot par exemple) a plusieurs sens, on considère généralement qu'il a plusieurs signifiés.

105Par exemple : Pénétré a pour signifiés/ouverture dans une paroi/, /partie d'un écran/, /créneau horaire /(une fenêtre de tir), etc.

106NB : Le signifiant demeure présent dans le signifié, notamment par son contenu idéographique. Ainsi le signifiant de printemps peut évoquer en français la « saison qui est première » ; selon une représentation différente, les idéogrammes chinois et japonais comportent pour ce mot le trait/soleil/.

Références

  • Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale, PUF, 1986, et passim.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, et passim.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991, et passim.

3.3. Sème et sémème

107L'ensemble des sèmes d'un signifié constitue son sémème.

108Par exemple : Calculette comporte notamment les sèmes de/calcul/, de/machine/, de/petite taille/.

109En pratique : Il est souvent utile, dans la sélection des désignations ou en néologie, d'examiner le sémème d'un terme, notamment pour éviter les connotations contradictoires.

110Par exemple : Chatoiement, qui possède à la fois les sèmes de brillance, de soyeux, de richesse, s'est révélé mal adapté comme équivalent de l'anglais speckle (scintillement qui apparaît dans la texture d'une image -sur un écran radar par exemple-, formant obstacle par rapport à la cible). Chatoiement donne en effet une connotation positive à ce phénomène qui représente une gêne pour l'opérateur radar.

Références

  • Depecker (Loïc), (éd.), La mesure des mots, cinq études d'implantation terminologique, Publications de l'Université de Rouen, Rouen, 1997, p. 122 sq.

  • Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale, PUF, 1986, p. 42 sq.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, passim.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991, passim.

3.4. Types de sèmes du signifié

111Les sèmes peuvent être de différente nature. On distingue usuellement :

  • les sèmes dénotatifs : sèmes correspondant à l'objet désigné ;

  • les sèmes connotatifs : sèmes correspondant à une représentation particulière se rapportant à l'objet.

112Par exemple : Pinson comporte notamment les sèmes de/doté de plumes/, /à ailes/, /capable de voler/, /chanteur/, etc. S'y ajoute le sème connotatif de/gaîté/, que souligne l'expression française de gai comme un pinson.

113On peut compter parmi les sèmes connotatifs les sèmes contextuels, c'est- à-dire les sèmes apparaissant dans certains contextes.

114NB : Les sèmes d'un signifié sont souvent confondus avec les caractères du concept correspondant.

115Par exemple : Dans bateau défini au sens de « construction flottante destinée à la navigation » (Le Nouveau Petit Robert, 1993) les sèmes coïncident avec les caractères du concept désigné.

Références

  • Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale, PUF, 1986, p. 42 sq.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, passim.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991, passim.

En résumé :

- un objet est structuré en propriétés ;
- un concept est structuré en caractères ;
- un signifié est structuré en sèmes.

4. Relations entre désignation et concept

116Les relations entre désignation et concept peuvent s'analyser dans deux directions :

  • de la désignation vers le concept ;

  • du concept vers la désignation.

117En pratique : La détermination des relations entre désignations et concepts sont au fondement du travail terminologique. Elle contribue à situer le sens des termes et à assurer leur équivalence d'une langue à une autre.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

4.1. Relations désignation/concept

118Les relations entre désignation et concept sont d'ordre sémasiologique (du signe vers le concept). Plusieurs phénomènes d'ordre linguistique peuvent intervenir, particulièrement la polysémie (plusieurs sens pour une forme linguistique) et la monosémie (un seul sens pour une forme linguistique).

4.1.1. La polysémie

119La polysémie est le fait pour un signe linguistique d'avoir plusieurs significations (de renvoyer à plusieurs concepts).

120Par exemple : Doigt peut renvoyer à une partie du corps, à une pièce métallique, à une partie d'un gicleur, etc.

121La polysémie se réalise particulièrement dans l'homonymie (une forme identique pour plusieurs significations).

122Par exemple : Photographie peut renvoyer à l'action de prendre des clichés (la photographie) ou à son résultat (une photographie).

123En pratique : Dans le travail terminologique, la polysémie nécessite de délimiter, pour chaque désignation, et dans un domaine considéré, les concepts auxquels elle renvoie. Cela contribue à cerner le contenu sémantique de chaque forme et à assurer la traduction d'une langue à l'autre.

124NB : La polysémie est générale dans les langues, en vertu notamment des principes d'analogie et d'économie linguistique.

Références

  • Depecker (Loïc), Dictionnaire du français des métiers, Adorables jargoits, col. Point-virgule, Seuil, Paris, 1995, (préface).

  • Guilbert (Louis), La création lexicale, Larousse Université, Paris, 1975, p. 65 sq.

  • Quemada (Bernard), « Technique et langage », in Histoire des techniques, col. Encyclopédie de la Pléiade, Éditions Gallimard, Paris, 1978, pp. 1146-1240.

  • Taylor (John R.), Linguistic Catégorisation, Prototypes in Linguistic Theory, Oxford University Press, 2e édition, New-York, 1995, passim.

4.1.2. La monosémie

125La monosémie est le fait, pour une désignation, de n'avoir qu'un sens (de renvoyer à un seul concept).

126Par exemple : Le terme octane désigne un hydrocarbure saturé acyclique composé de huit atomes de carbone.

127La monosémie est un phénomène rare. Il peut cependant être atteint dans les terminologies concertées ou contraintes, comme en chimie.

128En pratique : En terminologie, c'est l'attribution à un terme, d'un domaine ou d'un usage spécialisé, qui permet de caler la désignation sur le concept auquel elle renvoie. On tend ainsi à une monosémie par domaine.

129Par exemple : Même si le terme chaussette a de multiples sens, il est stipulé que, dans le domaine de l'ingénierie nucléaire, chaussette a le sens de « tube fermé à une extrémité permettant la pénétration d'un milieu par un autre ».

Références

  • Gouadec (Daniel), Constitution des données, Afnor Gestion, Paris-la-Défense, 1990, p. 14 sq.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, p. 40.

4.2. Relations concept/désignation

130Les relations entre concept et désignation sont d'ordre onomasiologique. La démarche qui consiste à analyser les relations du concept vers le signe est appelée démarche onomasiologique.

131Par exemple : Pour cerner avec précision la distinction entre le français pétrole et l'anglais petrol, il est indispensable de déterminer les concepts auxquels renvoient ces désignations. C'est la fixation du concept/ /huile minérale naturelle utilisée comme source d'énergie// qui permet de lui faire correspondre le français pétrole et l'anglais crude oil Et c'est la fixation du concept//carburant issu du pétrole// qui permet de faire correspondre à ce dernier le français essence et l'anglais petrol.

132NB : Même si la démarche onomasiologique est fondamentale en terminologie, la démarche sémasiologique (du signe vers le concept) en est le plus souvent inséparable.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (1999), (Terminology Work-Principles and

  • Methods) ; ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 1.

  • Rey (Alain), La terminologie noms et notions, col. Que sais-je ?, PUF, Paris, 1979, passim.

4.2.1. La mononymie

133La mononymie est le fait, pour un concept, d'être nommé par une seule désignation.

134Par exemple : RR Lyrae ou NGC1036 forment des noms ou codes correspondant à des objets célestes.

135NB : La mononymie est un phénomène très rare. Mais elle est recherchée en normalisation, et il peut se rencontrer dans les terminologies concertées ou contraintes, comme en chimie ou en astronomie.

136Dans une relation de mononymie, la désignation est appelée mononyme.

Références

  • ISO/TC37/SC1 /WG3 N 31/ISO CD 704.2 Terminology Work-Principles and Methods, 20 juillet 1996, p. 30 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (1999), (Terminology Work-Principles and Methods) ; ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 14.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

  • Serres (Michel), Les cinq sens, Grasset, Paris, 1985, p. 378.

4.2.2. La polynymie

137La polynymie est le fait, pour un concept, d'être nommé par plusieurs désignations.

138Par exemple : Le concept de//palme entourant le pied et s'attachant à l'arrière par une sangle réglable// est désigné au moins par les termes de palme réglable et de palme à sangle. Dans d'autres langues, comme en anglais, au moins par fin with straps, open-heel adjustable fin ; en italien, au moins par pinna a cinghiolo et pinna regolabile, etc.

139La polynymie est la tendance générale dans les langues. Elle se réalise particulièrement dans la synonymie (plusieurs formes pour un seul sens).

140En pratique : Il est admis que l'approche terminologique s'effectue généralement du concept vers sa ou ses désignations (approche onomasiologique). En fait, le traitement terminologique se fait souvent du concept vers sa désignation, et de la désignation vers son concept (approche sémasiologique), les deux approches se complétant.

141NB : Le terme de polynymie est proposé ici à titre de néologisme.

Référence

  • Coatantiec (Céline), Terminologie du matériel de plongée sous-marine, Maîtrise de LEA option traduction, Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III, 1996, p. 3.

4.3. Réalisations de la polysémie

4.3.1. L'homonymie

142L'homonymie est le fait, pour une même désignation, de renvoyer à plusieurs concepts.

143Par exemple : En langue spécialisée, fenêtre peut notamment désigner : en spatiologie : une fenêtre de tir ; en multimédia, une partie d'écran, etc.

144NB : 1. L'homonymie est un phénomène linguistique. Il doit être distingué des relations entre concepts, un concept étant par principe distinct de tout autre.

145Certains homonymes, dits énantionymes, peuvent avoir des sens contraires. Par exemple : louer (donner en location) et louer (prendre en location).

146En pratique : Il est fondamental en terminologie de dégager les différents concepts auxquels peut renvoyer une désignation.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 31/ISO CD 704.2 Terminology work-Principles and methods, 20 juillet 1996, p. 30 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (1999), (Terminology Work-Principles and Methods) ; ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

  • Lehmann (Alise) et Martin-Berthet (Françoise), Introduction à la lexicologie, Sémantique et morphologie, Dunod, 1998, p. 65 sq.

4.3.2. Les types d'homonymes

147Les homonymes se répartissent en homonymes pleins (homophones et homographes), et en homonymes partiels (homophones ou homographes).

4.3.2.1. Les homonymes pleins

148Les homonymes proprement dits se prononcent et s'écrivent de façon identique.

149Par exemple : Voler (« s'envoler » et « dérober »).

150NB : Le terme d'homonyme plein (anglais full homonym) est proposé ici en l'absence de terme établi en français.

Références

  • ISO/TC37/SC1 /WG3 N 31/ISO CD 704.2, Terminology Work-Principles and Methods, 20 juillet 1996, p. 30 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (1999), (Terminology work - Principles and methods) ; ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

4.3.2.1.1. Les homophones

151Les homophones sont des termes qui se prononcent de façon identique. Par exemple : français mer/mère ; pair/paire/père.

Référence

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire, p. 5 ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 5.

4.3.2.1.2. Les homographes

152Les homographes sont des termes qui s'écrivent de façon identique.

153Par exemple : français ://^ (« enfant de sexe masculin »)/fils (pluriel de///).

Référence

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire, p. 5 ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 5.

4.3.2.2. Les homonymes partiels

154Les homonymes partiels sont des termes qui sont soit homophones, soit homographes.

155Par exemple : français : chair/chaire.

Référence :

  • SO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire, p. 5 ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, p. 5.

4.4. Réalisations de la polynymie

4.4.1. La synonymie

156La synonymie est le fait, pour plusieurs formes linguistiques, de désigner un même concept.

157Par exemple : Le concept de/ /logiciel pour l'enseignement/ / peut être désigné par les termes de logiciel d'enseignement, logiciel pédagogique, logiciel d'apprentissage, didacticiel, etc.

158NB : La synonymie est un processus général des langues. En terminologie, la synonymie est impliquée par les différentes descriptions possibles d'un même concept dues notamment aux niveaux de spécialisation, aux variations géographiques, aux registres de langue.

159En pratique : La prise en compte de la synonymie est fondamentale en terminologie. Elle permet notamment de prendre en considération les variations micro- ou macrogéographiques et les registres de langue.

160Par exemple : Tableur est souvent désigné sous la forme de chiffrier au Canada. Électricité peut se dire aussi courant ou jus.

161NB : 1. La synonymie est un phénomène de langue. Elle ne doit pas être confondue avec les relations qui existent entre les concepts.
2. Les analyses linguistiques récentes tendent à faire admettre qu'il n'y a pas de synonyme parfait, chaque forme linguistique ayant ses propres nuances particulières, notamment de description du concept, de connotation et de fonctionnement en discours.

Références

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, p. 265 sq.

  • Depecker (Loïc), « Éloge de la synonymie », Actes du Coloquio de lexicologia e lexicografia, 26 et 27 juin 1990, INIC, Université de Lisbonne, Lisbonne 1991, pp. 204-206.

  • Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », Écrits logiques et philosophiques, Points, Essais, Éditions du Seuil, 1971, p. 102 sq.

  • Guilbert (Louis), La création lexicale, Larousse Université, Paris, 1975, p. 65 sq.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991, pp. 73-114.

4.4.2 Analyses de la synonymie

162Dans une perspective terminologique, il est possible de retenir au moins deux types d'analyse de la synonymie :

  • celle qui s'effectue par rapport au concept auquel renvoient les désignations.

163Par exemple : Pour désigner le concept de / / fragment d'ADN susceptible de

164se déplacer d'un endroit du génome à un autre/ / coexistent transposon, élément instable, élément mobile, élément transposable, gène sauteur, gène mobile, etc

  • celle qui s'effectue en rapport avec le fonctionnement des désignations en discours (approche discursive ou « différentielle »).

165Par exemple : Salarié et travailleur paraissent fonctionner de façon synony- mique en discours (on peut à la limite employer l'un pour l'autre même si les connotations ne sont pas les mêmes). Mais si l'on peut parler de travailleur immigré, on ne peut parler de salarié immigré.

166En pratique : Ces deux types d'analyse sont complémentaires. Une réflexion logique doit permettre de déterminer des degrés de justesse de la synonymie (« degrees ofsynonymity »).

167Par exemple : Dans le discours des techniciens de l'hydraulique du drainage agricole fonctionnent de façon relativement indifférente, pour désigner le concept de//pompage avec contrôle du débit pompé// : pompage d'essai, essai par pompage, et essai de pompage, qui en bonne logique ne sauraient renvoyer au même concept. Seul pompage d'essai est acceptable dans ce cas.

168NB : Il est notable que les synonymes donnent chacun une vue différente du concept et de l'objet désigné.

Références

  • Cemagref, Commission ministérielle de terminologie de l'agriculture, Délégation générale à la langue française, Glossaire des termes officiels de l'hydraulique du drainage agricole, Paris, 1989, p. 67.

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, p. 88.

  • Frege (Gottlob), « Sens et dénotation », Écrits logiques et philosophiques, Points, Essais, Éditions du Seuil, 1971, p. 103.

4.4.3. Réalisations de la synonymie

169La synonymie se réalise de manière différente en fonction de divers facteurs. On peut notamment citer :

  • le type de discours.

170Par exemple : selon qu'il s'agit d'un discours scientifique ou d'un discours de vulgarisation, on emploiera pour désigner le concept de//sillon profond situé à la surface du cerveau, qui délimite les lobes cérébraux/ / les termes sulcus cérébral, scissure cérébrale, ou sillon cérébral.

  • le registre (ou niveau) de langue.

171Par exemple : Électricité, courant, jus désignent le concept de//courant électrique// selon un registre neutre, standard, ou familier.

  • le statut d'emploi du terme.

172Par exemple : Walkman (marque déposée)/baladeur.

  • la zone géographique.

173Par exemple : poignée de porte/cliché (nord de la France, Belgique) ; tableur (Europe)/chiffrier (Canada).

  • la période temporelle.

174Par exemple : centrale atomique/centrale nucléaire ; antipode optique/énantiomère (stéréochimie).

  • le domaine d'activité.

175Par exemple : Chef de bord désigne indifféremment le responsable sur un bateau ou sur un avion ; mais capitaine se dit pour les bateaux et commandant pour les avions.

176En pratique : Pour des raisons d'efficacité, la normalisation tend à privilégier une désignation aux dépens de ses synonymes. Il y a cependant intérêt à intégrer les synonymes dans le travail terminologique, afin notamment de prendre en considération la diversité des situations et des usages.

177NB : 1. La liste ci-dessus n'est pas exhaustive des réalisations de la synonymie. Il est également possible de relever les phénomènes de synonymie par types de document (analyse documentologique), situations de discours, etc.
2. La zone géographique peut être un pays, une région, une province, une entreprise, une administration, un service particulier, etc.

178Par exemple : cycle de formation/cycle d'enseignement (ministère de l'éducation nationale, 1990).

Références

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, p. 283 sq.

  • Gouadec (Daniel), Données et informations terminologiques et terminographiques, Natures et valeurs, Terminoguide n° 1, La Maison du Dictionnaire, Paris, 1994, p. 22 sq.

  • Guilbert (Louis), La création lexicale, Larousse Université, Paris, 1975, p. 83.

4.5. Analyse de certains faits linguistiques en comparaison de la structuration en concepts

179Les langues ont leur façon particulière de décrire le réel et de structurer les concepts. La distinction entre signifié et concept conduit à examiner les relations formées à l'intérieur d'une langue et celles qui existent entre les concepts.

Références

  • Arnauld (Antoine) et Nicole (Pierre), La logique ou l'art de penser, col. Tel, Gallimard, Paris, 1992, p. 46 et passim.

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, passim.

4.5.1. Hyperonymie et hyponymie

180L'hyperonymie et l'hyponymie sont des relations établies par la langue entre concept superordonné et concept subordonné.

181Par exemple : Le concept de//cours d'eau// peut inclure des cours d'eau de plus ou moins grande importance. Le français structure en langue deux concepts distincts, désignés par les termes de fleuve et de rivière. L'anglais structure en langue ces deux concepts sous le terme de river.

182En pratique : Il est nécessaire de faire la distinction entre les relations qu'entretiennent les concepts les uns par rapport aux autres, et l'organisation de ces relations dans la langue. Cette distinction peut notamment contribuer à éviter de fausses équivalences d'une langue à l'autre.

183NB : En traduction, le terme manquant dans une langue est généralement rendu par une périphrase ou par l'hyperonyme immédiatement supérieur.

Références

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, p. 84 sq.

  • Kleiber (G.) et Tamba (I), « L'hyponymie revisitée : inclusion et hiérarchie », L'hyponymie et l'hyperonymie, Langages, n° 98, Paris, Larousse, juin 1990.

4.5.1.1. L'hyperonyme

184L'hyperonyme est la désignation dans une langue d'un concept superordonné.

185Par exemple : Voie navigable, qui désigne en français le concept de//cours d'eau accessible aux bateaux//, est l'hyperonyme de fleuve (« cours d'eau relativement important »).

Référence

  • L'hyponymie et l'hyperonymie, Langages, n° 98, Paris, Larousse, juin 1990, passim.

4.5.1.2. L'hyponyme

186L'hyponyme est la désignation dans une langue d'un concept subordonné. Par exemple : Fleuve, qui désigne en français le concept de / / cours d'eau relativement important//, est l'hyponyme de voie navigable (« cours d'eau accessible aux bateaux « ).

Référence

  • L'hyponymie et Vhyperonymie, Langages, n° 98, Paris, Larousse, juin 1990, passim.

4.5.1.3. L'isonyme (ou cohyponyme)

187Un isonyme est la désignation dans une langue d'un concept coordonné. Par exemple : Fleuve (« cours d'eau relativement important »), et rivière (« cours d'eau d'importance moyenne ») étant, dans le domaine de la navigation intérieure, au même niveau conceptuel par rapport à voie navigable, se trouvent par là isonymes l'un de l'autre.

188NB : On parle généralement dans ce cas de cohyponyme. Le terme de cohyponyme peut cependant prêter à confusion car il implique, notamment, que le terme désigné comme cohyponyme possède un hyperonyme reconnu. « Isonyme » permet de couvrir tous les cas de figure.

Références

  • Gouadec (Daniel), Constitution des données, Afnor Gestion, Paris-la-Défense, 1990, p. 50.

  • L'hyponymie et Vhyperonymie, Langages, n° 98, Paris, Larousse, juin 1990, passim.

4.5.1.4. L'hyperonomase

189À des concepts de même niveau distingués dans une langue par deux désignations isonymes peut ne correspondre dans une autre langue qu'un hyperonyme englobant, désignant un concept supérieur.

190Par exemple : Pour les deux concepts distingués, en français, par les termes bois et forêt, ne correspond en danois que le terme skov. C'est ce dernier terme, dit « hyperonomase », qui sera généralement employé pour traduire indifféremment le français bois ou forêt.

191NB : Le phénomène d'hyperonomase peut intervenir par effet d'emprunt d'une langue à une autre.

192Par exemple : Dans l'usage technique en France (années 1990), handover (transfert cellulaire : « transfert automatique de la liaison radio d'une fréquence porteuse à une autre ou d'un intervalle de temps à un autre au sein d'une même cellule ») est souvent utilisé pour désigner le transfert automatique cellulaire (cellular handover) et le transfert automatique intercellulaire (intercellular handover).

193NB : L'hyperonomase, phénomène linguistique, est liée à l'homonymie, mais ne s'y confond pas : l'homonymie est principalement un processus interne à une langue. Alors que le recours à un terme superordonné pour traduire dans une langue A un terme logiquement subordonné dans une langue B est surtout un artifice de traduction.

194En pratique : 1. Le recours à l'hyperonomase est un procédé courant en traduction.
2. Le terme d'hyperonomase a été proposé par Marc Van Campenhoudt (1996).

Référence

  • Van Campenhoudt (Marc), Le réseau notionnel interlinguistique, Réseau notionnel, intelligence artificielle et équivalence en terminologie multilingue : essai de modélisation, http//www.refer.fr/termisti/mi.htm, 1996, (notamment paragraphe 3.3.).

4.5.1.5. L'isonomase

195Il peut se faire que des termes de même niveau conceptuel structurés dans une langue n'aient pas de désignations équivalentes dans une autre langue, un seul terme hyperonyme désignant un concept supérieur y correspondant.

196Par exemple : Le terme sangô vuko (Centrafrique) correspond au français violet, indigo, bleu, noir, gris et brun.

197En pratique : Le recours à l'isonomase, à savoir à un terme de même niveau conceptuel dans une langue pour traduire un terme de niveau supérieur dans une autre langue, est un procédé courant en traduction : à la différence du recours à l'hyperonomase, il porte sur les isonymes d'une même langue.

Référence

  • Mounin (Georges), Clefs pour la linguistique, Seghers, 1968, p. 71 sq.

4.5.2. L'antonyme

198Un antonyme est la désignation dans une langue d'un concept opposé à un autre. Par exemple : donner/prendre ; emprunter/rembourser) monter/démonter) analogique/numérique.

199L'antonyme recouvre notamment, dans l'usage qui en est fait habituellement en linguistique, des rapports d'opposition variés. Les deux grands rapports d'opposition sont :

  • le contraire (emprunter/rembourser) ;

  • le contradictoire (conforme/non-conforme ; légal/illégal/non légal).

200En pratique : La recherche des antonymes est particulièrement importante dans le travail terminographique. Elle contribue à structurer les concepts tels qu'ils sont désignés dans une langue et à associer d'une langue à l'autre les désignations qui y correspondent.

Références

  • Martin (Robert), Inférence, antonymie et paraphrase, Bibliothèque française et romane, Librairie C. Klincksieck, Paris, 1976, passim.

  • Mouna (Kamel), Saint-Dizier (Patrick), « La relation d'opposition dans la description terminologique et la représentation des connaissances », Actes des deuxièmes rencontres terminologie et intelligence artificielle, T1A-97, 3 et 4 avril 1997, Équipe de recherche en syntaxe et sémantique, Université de Toulouse- le-Mirail, Toulouse, 1997, p. 141 sq.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, p. 48 sq.

5. Référent et terme

5.1. Le référent

201Le référent est ce à quoi renvoie un signe. Le référent est interne aux langues, et tend à correspondre à un objet perçu ou conçu structuré au travers d'un concept.

202Par exemple : Le référent de colchique correspond à l'objet fleur telle qu'elle se présente dans le monde réel.

203En pratique : La relation signe/référent permet notamment de comprendre le type particulier d'unité linguistique que constitue le terme spécialisé, particulièrement technique ou scientifique, qui a tendance à renvoyer à un référent relativement précis et situable.

204NB : 1. Il peut arriver que les limites du référent restent relativement indistinctes, notamment en néologie.
2. La terminologie décrit principalement les objets du monde (objets techniques, processus, constituants du minéral et du vivant, etc.). Elle se situe donc souvent dans une sémantique de la référence au monde extérieur. Il ne s'agit là que d'une forme de sémantique, dite « sémantique référentielle ».
3. Le référent, point d'intersection entre signe, concept et objet, concentre sur lui des faits de représentation (« référé »).

Références

  • Cruse (D.A.), Lexical Semantics, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge University Press, 1986, p. 199 sq. et passim.

  • Lyons (John), Linguistique générale, col. Langue et langage, Larousse, Paris, 1970, p. 327 sq.

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, p. 20 sq.

  • Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991, pp. 73-114.

En résumé :

- un signe renvoie à un objet à travers un concept ;
- le référent est ce à quoi renvoie le signe ;
- le signe est de l'ordre du linguistique ; le concept, de l'ordre de la pensée (du conceptuel) ; le référent, de l'ordre de la représentation (le référentiel).

5.2. Le terme

205Le terme est un signe linguistique spécialisé (technique ou scientifique). Il est constitué d'une désignation renvoyant à un concept. La désignation est de l'ordre de la langue. Le concept est de l'ordre de la pensée.

206Dans les cas de synonymes renvoyant au même concept, on considère qu'il y a autant de termes que d'unités linguistiques.

207Par exemple : Logiciel pédagogique, logiciel d'enseignement et didacticiel forment chacun un terme.

208Dans cette mesure, on peut considérer qu'un terme se définit par le fait qu'il est, dans son domaine d'emploi, monoconceptuel (il est réputé ne renvoyer qu'à un seul concept).

209Par exemple : Octane renvoie au concept d'/ /élément chimique composé de 8 atomes de carbone / /.

5.3. Types de termes

210Le terme est considéré comme un type de nom. On classe usuellement les noms en :

  • nom propre ;

  • nom commun ;

  • terme.

211NB : Une dynamique est perpétuellement à l'œuvre entre ces classes : un nom propre peut devenir un nom commun (frangipane), un nom commun un terme (souris en informatique), un terme un nom commun (créneau), etc.

212Les terminologies ne sont cependant pas constituées que de noms. Dans les langues indoeuropéennes, verbes, adjectifs et adverbes peuvent être fréquents selon les domaines.

213Par exemple : Télécharger ; tuïlé (en parlant d'un vin) ; anticonstitutionnellement

Références

  • Blin (Gwendolyn), Examen visuel du vin, français-anglais, Maîtrise de Langues étrangères appliquées, Université de la Sorbonne-nouvelle-Paris III, Paris, 1998, sp.

  • Depecker (Loïc), Dictionnaire du français des métiers, Adorables jargons, Point Virgule, Éditions du Seuil, Paris, 1985, 359 p.

  • Quemada (Bernard), « Technique et langage », in Histoire des techniques, Encyclopédie de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1978, p. 1146 sq.

  • Rey (Alain), La terminologie noms et notions, col. Que sais-je ?, PUF, Paris, 1979, p. 21 sq.

5.3.1. Le nom scientifique

214En tant que signes spécialisés, les termes sont de nature technique ou scientifique. Le nom scientifique est le terme scientifique désignant un concept. Il s'agit assez souvent d'un terme de nomenclature.

215NB : Le nom scientifique s'oppose à son nom trivial.

216Par exemple : Le nom scientifique du terme aspirine est acide acétylsalicylique.

Référence

  • Panico (R.), Richer (J.C.), Nomenclature UICPA des composés organiques, Masson, 1994, Paris, Milan, Barcelone, p. 1 sq.

5.3.2. Le taxon

217Le taxon est un type de terme particulier. Alors que le terme renvoie le plus souvent à des objets techniques ou scientifiques, le taxon est généralement une unité de classification des objets des sciences de la nature (éléments, minéraux, êtres vivants, etc.).

218Par exemple : Agaricus bisporus est le taxon de champignon de Paris. Il entre dans un système de classification (taxinomie) qui va de l'espèce (Agaricus bisporus), au genre (Agaricus), à la famille (Agaricaceaé), à l'ordre (Agaricales), à la classe (Basidiomycètes), et à la division (Champignons).

219NB : 1. Le latin est souvent employé pour former des taxons.
2. Afin de faire entrer le taxon dans la théorie linguistique, le néologisme taxème est ici proposé.

5.3.3. Le nom commercial

220Le nom commercial est le nom donné à un produit aux fins de commercialisation.

221Par exemple : Gardénal, nom déposé en 1926 d'un phénobarbital.

222NB : Le nom commercial fait l'objet d'une déclaration particulière auprès d'un organisme agréé. Il s'agit le plus souvent d'un nom de marque ou de raison sociale.

223Par exemple : Abribus ; Apple.

224NB : Le nom commercial se caractérise par le statut juridique dont il fait l'objet et par les contraintes d'utilisation qui pèsent sur lui.

6. La définition

225En terminologie, une définition est un microsystème composé de caractères du concept décrit.

226Par exemple : Cerisier : « arbre à cerises ». Arbre, à (« qui a », ou « qui donne »), cerises, représentent de façon minimale des caractères du cerisier.

227En pratique : La définition permet de décrire et de circonscrire le concept traité. Elle a, en terminologie, vocation à être interlinguistique.

Références

  • Centre d'études du lexique, La définition, col. Langue et langage, Larousse, 1990, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

6.1. Définition et désignation

228Désignation et définition forment une construction logique dont la désignation constitue le thème (ce dont on parle) et la définition le prédicat (ce que l'on dit à ce sujet). Elles sont reliées par une relation, souvent une copule de type « être ».

229Par exemple : Dans la définition : Pommier : « arbre à pommes », pommier forme le thème, arbre à pommes le prédicat. La copule est exprimée par le verbe être en français (un pommier est un arbre à pommes).

230En pratique : Désignation et définition donnent accès au concept traité. Elles se complètent à cette fin, et il y a continuité de Tune à l'autre.

231Par exemple : Le terme glace peut se définir comme de l'« eau gelée ». À l'inverse, eau gelée correspond à glace.

232En pratique : Dans l'analyse d'un concept, permuter définition et désignation permet souvent de vérifier la pertinence de la définition et de la désignation Time vis-à-vis de l'autre.

Références

  • Centre d'études du lexique, La définition, Langue et langage, Larousse, 1990, 303 p.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termi- nologique-Partie 1 : Principes et méthodes », 6.2.1.1., Afnor, Paris-la-Défense, 1997.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Rey-Debove, La linguistique du signe, Une approche sémiotique du langage, Armand Colin, Paris, 1998, passim.

6.2. Constituants de la définition

233Une définition est composée de définisseurs qui correspondent aux caractères du concept traité, et des relations les reliant. On distingue généralement le définisseur initial des autres définisseurs entrant dans la constitution de la définition.

234Par exemple : Dans la définition : Cerisier : « arbre à cerises », arbre est le définisseur initial, cerises un définisseur complémentaire, et à ( = « qui a ou qui donne ») la relation qui les lie.

235NB : Il y a souvent beaucoup d'imprécision dans la description des éléments constituant une définition : on parle de « trait », d'« incluant », de « sème », etc. Le terme de définisseur, privilégié ici, paraît le plus simple et le mieux adapté à l'analyse terminologique.

236NB : Le degré de technicité d'une définition dépend du choix et du nombre des caractères retenus pour décrire le concept traité.

Référence

  • Centre d'études du lexique, La définition, col. Langue et langage, Larousse, 1990, passim.

6.3. Sélection des caractères de la définition

237Dans une définition terminologique, les caractères s'ordonnent de façon stricte les uns par rapport aux autres. Les caractères qui rapprochent ou différencient les concepts peuvent être plus ou moins importants. Il est possible de distinguer, relativement, caractères essentiels (ou principaux) et caractères non-essentiels (ou secondaires). Mais cette distinction peut varier en fonction de l'axe d'analyse et des critères choisis pour définir le concept traité.

238Par exemple : Dans le cas d'un avion, le caractère de/ /à moteur/ / peut être considéré comme un caractère principal : ce caractère le distingue des aéronefs en général. Dans cette perspective, il est possible de considérer les caractères//monomoteur//, //bimoteur//, etc. comme secondaires par rapport au caractère//à moteur//.

239NB : Les caractères retenus pour la définition d'un terme sont sélectionnés selon la dimension (critères de sélection des caractères) et la direction (axe d'analyse choisi pour cette sélection) du concept auquel renvoie ce terme.

240Par exemple : Le concept de/ /mouton/ / peut être envisagé sous sa dimension de vivant ou mort ; et selon la direction de viande d'alimentation humaine.

241NB : Des langues peuvent être amenées à distinguer de manière formelle certains concepts en fonction de leur dimension et/ou de leur direction : anglais sheep (mouton vivant)/mutton (mouton de boucherie).

242En pratique : La distinction entre caractères principaux et caractères secondaires est nécessaire pour sélectionner les caractères mis en valeur dans la définition.

Référence

  • Centre d'études du lexique, La définition, col. Langue et langage, Larousse, 1990, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Palmer (F.R.), Semantics, 2e édition, Cambridge University Press, Cambridge, 1981, p. 127 et passim.

6.4. Genre prochain et définition

243Le définisseur initial permet de situer le terme traité par rapport aux autres dans un système terminologique donné. Il représente généralement le niveau conceptuel immédiatement supérieur (genre prochain) au concept du terme traité par la définition.

244Par exemple : Dans la définition de chaise : « siège constitué d'un dossier et de pieds, sans accoudoirs », le terme immédiatement superordonné à chaise est siège, et non meuble, qui est plus générique.

245En pratique : La règle du genre prochain permet d'ordonner les concepts les uns par rapport aux autres de façon stricte. Elle n'est pas toujours applicable, en raison notamment de l'impossibilité de la mettre en œuvre dans le cas de certaines relations logiques.

246Par exemple : Dans un système partitif, le définisseur ne peut être, le plus souvent, le concept immédiatement superordonné : piston ne peut être défini par le concept superordonné moteur à piston, mais par un définisseur du type « partie de » ou « pièce de », suivi par exemple des caractères relatifs à la fonction de l'objet.

247NB : 1. Il n'est pas toujours possible de discerner avec certitude le genre prochain.
2. Le terme « genre prochain » (ou « genre proche ») est la traduction française de genus proximum, issu de la logique classique.

Références

  • Centre d'études du lexique, La définition, Langue et langage, Larousse, 1990, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Rousseau (Louis-Jean), « Vers une méthodologie de la définition terminologique », Langues et sociétés en contact, Mélanges offerts à Jean-Claude Corbeil, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1994, pp. 169-174.

6.5. Direction de la définition

248La définition diffère en fonction des critères utilisés pour sélectionner les caractères du concept traité, et en fonction de la direction de travail suivie. La détermination du domaine est fondamentale pour cerner cette direction.

249Par exemple : Le terme de sol peut être défini comme :

  • partie superficielle de la croûte d'une planète (géologie) ;

  • partie de la surface terrestre susceptible de produire des récoltes (agriculture) ;

  • surface d'une planète permettant le poser d'engins spatiaux (spatiologie) ; etc.

250La définition est donc un système de concepts (exprimés sous la forme de caractères) qui décrit un concept en le plaçant dans le système de concepts du domaine considéré.

251En pratique : Outre la détermination du domaine dans lequel le terme est défini, la définition peut intégrer dans sa direction : la nature de l'objet défini (ce que c'est), sa fonctionnalité (à quoi il sert), les moyens qui concourent à sa fonctionnalité, etc.

252NB : En l'absence d'appellation établie, le terme direction de la définition est proposé ici en correspondance avec direction du concept vue plus haut.

Références

  • ATEA-CRIDEL, (sous la responsabilité d'Armelle Le Bars, Didier Minot et Dominique Partenay), Dictionnaire multilingue de l'aménagement du territoire et du développement local, français, anglais, portugais, italien, espagnol, allemand, danois, néerlandais, grec, La Maison du Dictionnaire, Paris, 1997, p. 9.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

6.6. Types de définitions

253Les types de définitions utilisés en terminologie sont nombreux. L'une des distinctions essentielles est celle qui est faite entre définition en intension et définition en extension.

254La définition en intension énumère les caractères principaux constituant un concept.

255Par exemple : Orbiter : « Placer un engin spatial sur une orbite prédéterminée ». La définition en extension énumère les objets auxquels s'applique un concept.

256Par exemple : Semaine : « Période de sept jours constituée par les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, et dimanche ».

257NB : La définition en intension est la plus utilisée en terminologie. Ce type de définition inclut souvent la détermination de l'extension du concept défini.

258Par exemple : Du point de vue de l'extension du concept, la question peut se poser de savoir si réseautique inclut la constitution et l'exploitation d'un réseau de communication.

Références

  • Centre d'études du lexique, La définition, Langue et langage, Larousse, 1990, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Rousseau (Louis-Jean), « Vers une méthodologie de la définition terminologique », Langues et sociétés en contact, Mélanges offerts à Jean-Claude Corbeil, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1994, pp. 169-174.

7. Le domaine en terminologie

259Un terme se définit en fonction du domaine dans lequel il s'inscrit. La détermination de l'appartenance d'un terme à un domaine oriente la définition qui en est faite et son inscription dans le système de concepts du domaine considéré.

260Par exemple : Eau se définit différemment selon le domaine dans lequel le terme est analysé (environnement, chimie, drainage agricole, etc.).

Référence

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), et al. Introduction à ltude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, p. 119 sq.

7.1. Domaine et secteur d'activité

261Le domaine est le champ conceptuel dans lequel s'inscrit un ensemble de termes.

262Par exemple : Le domaine de l'automobile, de la chimie, de la télédétection. Le secteur ou secteur d'activités est l'ensemble constitué par les activités d'une pratique, d'une industrie, d'un métier, d'un art.

263Par exemple : L'industrie nucléaire constitue un ensemble qui comporte plusieurs secteurs d'activité : ingénierie nucléaire (particulièrement construction de centrales), retraitement des combustibles, etc.

264NB : La terminologie tire son analyse des secteurs d'activité considérés. Mais le domaine, en terminologie, est une reconstruction : c'est un système de concepts. II forme lui-même un concept entendu au sens de la terminologie, à savoir une unité de pensée composée de caractères distinctifs. Il peut être plus ou moins structuré selon les secteurs d'activités et les langues.

265En pratique : Cette distinction entre domaine et secteur d'activité peut s'avérer utile pour expliquer l'inclusion de certains termes dans un ensemble terminologique.

266Par exemple : Extincteur ne paraît pas faire partie a priori du domaine de la culture. Mais l'objet en est très usité dans le secteur d'activité de la culture (musées, salles d'exposition, etc.).

Références

  • Depecker (Loïc), Un exemple d'aménagement terminologique : les commissions ministérielles de terminologie en France (1970-1993), Thèse de doctorat, Université de Paris VII, Paris, 1994, passim.

  • Gouadec (Daniel), Données et informations terminologiques et terminographiques, Natures et valeurs, Terminoguide n° 1, la Maison du Dictionnaire, Paris, 1994, p. 8.

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), étal., Introduction à l'étude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, passim.

7.2. Domaine d'origine

267Le domaine d'origine d'un terme est le domaine dans lequel est créé le concept auquel renvoie ce terme.

268Par exemple : Le terme indice de végétation a été créé en télédétection aérospatiale. Cette sorte d'indice, qui exprime la valeur numérique obtenue à partir de réponses spectrales d'objets, a en effet été mise au point dans le cadre de cette technologie. Cet indice permet par exemple de reconnaître si la zone télédétectée comporte des végétations en état de floraison, d'épiaison, etc.

Référence

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), et al., Introduction à l'étude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, p. 124.

7.3. Domaine d'appartenance

269Le domaine d'appartenance d'un terme est le domaine auquel appartient le concept auquel renvoie ce terme.

270Par exemple : Le terme de signature spectrale a été créé en chimie pour désigner l'invariance spatio-temporelle des raies spectrales des éléments chimiques. Chaque objet est ainsi reconnaissable à sa signature. La télédétection aérospatiale a annexé ce terme en lui donnant un sens particulier, les objets télédétectés, un champ de blé par exemple, pouvant avoir une signature variable selon que le blé est en herbe ou en épiaison. Ainsi, la chimie est le domaine d'origine de signature spectrale, l'un de ses domaines d'appartenance étant la télédétection aérospatiale.

Référence

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), et al., Introduction à l'étude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, p. 124.

7.4. Domaine d'application

271Le domaine d'application d'un terme est le domaine dans lequel le concept correspondant à ce terme est utilisé.

272Par exemple : Le terme de linéament a été créé en géologie avec le sens d'alignements rectilignes ou légèrement incurvés de formes topographiques à l'échelle régionale, généralement considérés comme reflet de la croûte terrestre. Depuis l'apparition des images satellites, le terme est utilisé pour désigner des lignes droites ou légèrement incurvées, quelle qu'en soit la longueur (on reconnaît par là des lignes de faille, des filons, des limites de formation, etc.). La télédétection aérospatiale donne à linéament une signification plus générale grâce à la synopticité que permet l'observation par satellite, mais elle ne l'annexe pas pour autant.

273NB : 1. Le domaine d'application renvoie à la notion de secteur d'activité.
2. On parle parfois aussi, notamment au Canada, de domaine d'emploi.
3.
Ces distinctions entre domaine d'origine, domaine d'appartenance et domaine d'application ne sont pas encore faites en terminologie. Elles sont cependant très utiles pour former des nomenclatures et des arborescences cohérentes.

Référence

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), et al., Introduction à l'étude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, p. 124.

7.5. Champ conceptuel et champ terminologique

274Le champ conceptuel est un ensemble de concepts correspondant à un champ d'expérience.

275Par exemple : Les cours d'eau peuvent être envisagés selon l'importance de leur débit. En français, le concept de cours d'eau relativement important est désigné par le terme « fleuve », le concept de cours d'eau de moindre importance par celui de « rivière ».

276Le champ terminologique est un ensemble de désignations correspondant à un champ conceptuel.

277Par exemple : Cours d'eau, fleuve et rivière constituent un champ terminologique.

278Le champ terminologique d'une langue ne correspond pas forcément au champ conceptuel correspondant au champ d'expérience traité.

279Par exemple : En anglais, les concepts de fleuve et de rivière sont confondus dans le terme de river. Le champ terminologique correspondant à cours d'eau, fleuve et rivière est constitué en anglais par waterway et river.

280En pratique : En terminologie, il est souvent suppléé au manque de désignation d'une langue. Rivière aurait dans cette perspective tendance à être traduite par small river, river seul correspondant alors à. fleuve.

Référence

  • Mounin (Georges), Les problèmes théoriques de la traduction, NRF, Éditions Gallimard, Paris, 1963, passim.

8. Concepts et systèmes de concepts

281Un concept ne va jamais seul. Les concepts se distinguent en s'associant et en s'opposant. Les relations entre concepts conduisent à la formation de systèmes de concepts. Les systèmes de concepts varient notamment en fonction de la nature du domaine traité et du degré de systématicité des concepts mis en œuvre. L'axe selon lequel les concepts s'organisent les uns par rapport aux autres est la systémique.

282Par exemple : Le système des nombres est un système absolument rigoureux. Sa systémique correspond àx + 1 jusqu'à l'infini. Certains systèmes tendent vers cet idéal, comme les systèmes de concepts portant sur les entités chimiques, qui reposent sur une systémique rigoureuse dans laquelle chacun des concepts trouve sa place dans un ensemble construit et le plus souvent vérifiable. Il n'en est pas de même pour d'autres systèmes, comme ceux élaborés par une pratique empirique, tels les concepts de techniques commerciales qui ont généralement entre eux peu de liens strictement définis, sauf lorsqu'ils sont élaborés dans le cadre d'une théorie économique particulière.

283En pratique : Il est généralement admis que le travail terminologique est un travail systématique. Il arrive cependant qu'il ne puisse l'être rigoureusement, comme dans le cas de recherches terminologiques ponctuelles. Il peut aussi se faire que certains concepts ne puissent s'inscrire correctement dans un système donné de concepts.

Références

  • Blanché (Robert), Structures intellectuelles, Librairie philosophique Vrin, Paris, 1966, pp. 11,45, et passim,

  • Paul (Serge), Depecker (Loïc), et al. Introduction à l'étude de la télédétection aérospatiale et de son vocabulaire, Ministère de l'éducation nationale, Direction des enseignements supérieurs, La documentation française, Paris, 1991, passim.

  • Rigaudy (Jean), Nomenclature des composés organiques, Traité Constantes physicochimiques, Techniques de l'ingénieur, fascicule K 220, Paris, 1995, 33 p.

8.1. Propriétés des concepts

284Plusieurs propriétés des concepts induisent les relations qu'ils entretiennent entre eux, particulièrement :

  • un concept ne peut être identique à un autre (principe de non-identité) ;

  • un concept peut hériter des caractères d'un autre concept (principe de l'héritage des propriétés) ;

  • un concept peut en impliquer un autre (principe d'inférence) ;

  • un concept peut en subsumer d'autres (en englober d'autres) sous lui (principe de subsomption).

285NB : Ces principes fondent le travail terminologique en tant que mise en correspondance des désignations avec les concepts auxquels elles renvoient.

Références

  • Blanché (Robert), Introduction à la logique contemporaine, Librairie Armand Colin, Paris, 1957, passim.

  • Blanché (Robert), La logique et son histoire d'Aristote à Husserl, Librairie Armand Colin, Paris, 1970, passim.

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • Frege (Gottlob), Écrits logiques et philosophiques, Points, Essais, Éditions du Seuil, 1971, passim.

  • Putnam (Hilary), Philosophie de la logique, col. Tiré à part, Éditions de l'Éclat, Combas, 1996 [1971], passim.

8.2. Relations entre les concepts

286Les relations entre les concepts sont le résultat de rapports établis dans l'entendement. Ces rapports dépendent de la nature des concepts, de leur degré d'abstraction, des objets auxquels ils renvoient, etc.

287Il est possible de dégager au moins deux grands types de relations entre les concepts :

  • les relations logiques ;

  • les relations ontologiques.

288Ces relations induisent des rapports entre les concepts, qui sont le plus souvent d'ordre hiérarchique ou non-hiérarchique.

289En pratique : Relations logiques et relations ontologiques sont les relations les plus souvent utilisées en terminologie.

Références

  • Blanché (Robert), Introduction à la logique contemporaine, Librairie Armand Colin, Paris, 1957, passim.

  • Blanché (Robert), La logique et son histoire d'Aristote à Husserl, Librairie Armand Colin, Paris, 1970, passim.

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • Putnam(Hilary), Philosophiede la logique, col. Tiré à part, Éditions de l'Éclat, Combas, 1996 [1971], passim.

  • Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, passim.

8.2.1. Relations logiques et relations ontologiques

290Les relations logiques sont généralement définies comme des rapports d'abstraction entre les concepts. Il peut s'agir de rapports d'identité, de similitude, d'inclusion, d'exclusion, etc.

291Par exemple : L'orange est une agrume, qui est elle-même un fruit.

292Les relations ontologiques sont généralement définies comme des rapports entre concepts dont les objets auxquels ils renvoient sont en relation de présence ou de contiguïté.

293Par exemple : L'aile est une partie d'un avion.

294En pratique : Il n'est pas toujours facile ou possible de faire la part de l'abstraction dans les relations entre les concepts. Mais cette distinction entre relations logiques et relations ontologiques est fondamentale pour comprendre les différences d'appréhension du réel, de structuration des langues et des ensembles terminologiques.

295Par exemple : Une relation espèce-genre (tulipe/fleur) relève fondamentalement d'une classification effectuée par la pensée ; une relation partie-tout (marche/escalier) est fondée sur la nature des objets et sur leur organisation dans le monde.

Références

  • Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, passim ;

  • Tassy (Pascal), (sous la coordination de), L'ordre et la diversité du vivant, Nouvelle Encyclopédie Diderot, Fondation Diderot, Fayard, Paris, 1986, passim.

  • Wüster (E.), « L'étude scientifique générale de la terminologie, zone frontalière entre la linguistique, la logique, l'ontologie, l'information et les sciences », in Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, p. 97 sq. et passim.

8.2.1.1 Relations logiques entre les concepts

296Les relations logiques sont généralement définies comme des rapports de ressemblance, d'identité ou d'opposition entre concepts. Dans une relation logique, les concepts possèdent au moins un caractère en commun. Les relations logiques peuvent se répartir particulièrement en :

  • relations génériques ;

  • relations spécifiques ;

  • relations de coordination.

297NB : Identité est entendue ici comme inclusion d'un concept dans un autre, deux concepts ne pouvant être, en théorie, absolument identiques.

Références

  • Blanché (Robert), Introduction à la logique contemporaine, Librairie Armand Colin, Paris, 1957, passim.

  • Blanché (Robert), La logique et son histoire d'Aristote à Husserl, Librairie Armand Colin, Paris, 1970, passim.

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, passim.

8.2.1.1.1 Relations génériques entre concepts

298Une relation est dite générique entre concepts lorsque l'intension d'un concept (l'ensemble des caractères qui le composent) inclut celle d'autres concepts qui lui sont subordonnés.

299Par exemple : Le concept de//navigation// inclut le concept de//navigation fluviale// et le concept de//navigation maritime//.

300Dans une relation générique, plus l'intension d'un concept est réduite, plus son extension est grande.

301Par exemple : Le concept d'arbre, qui se résume à quelques caractères (grande plante ligneuse comportant des branches et des feuilles), s'applique a priori à toute espèce d'arbres.

302NB : 1. Les relations génériques peuvent se répartir en au moins deux grands types de relations très utilisées en terminologie :

  • la relation espèce-genre ;

  • la relation type-produit.

3032. Relation genre-espèce ou relation générique sont les appellations usuelles de cette relation. Elles ne préjugent cependant pas du sens de la relation (espèce vers le genre ou genre vers l'espèce), qui est confondu dans cette appellation.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail), p. 12 sq.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français- anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, Travail terminologique- Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.2.1.1.2. Relations spécifiques entre concepts

304Une relation est dite spécifique entre concepts lorsqu'un concept est inclus dans un autre concept et qu'il possède au moins un caractère distinctif supplémentaire.

305Par exemple : Les concepts de//courrier postal// et de//courrier électronique/ / sont inclus dans celui de/ /courrier / /. Ce dernier les inclut lui-même l'un et l'autre, distingués au moins par le caractère distinctif supplémentaire d'//acheminement par voie postale// et par celui d'// acheminement par moyens électroniques/ /.

306NB : La relation spécifique est proposée ici comme l'inverse de la relation générique. Généralement, relation générique est entendue comme la relation d'un concept générique à un concept spécifique et vice-versa. Il n'est donc pas fait droit à une distinction particulière pour la relation lorsqu'elle s'exerce de spécifique à générique. Cette distinction peut cependant s'avérer utile. Ainsi, l'attribution d'un terme à un domaine se résume souvent à classer un terme spécifique sous un terme générique, c'est-à-dire à établir une relation de concept spécifique à concept générique.

307Par exemple : Stipuler que le concept de//lettre/ / est une espèce d'//objet postal/ / consiste à établir une relation de spécifique à générique.

8.2.1.1.2.1. Les relations espèce-genre

308Une relation espèce-genre est une relation dans laquelle un concept est englobé par un autre concept. Elle est souvent associée à la relation d'identité.

309Par exemple : Le colchique (espèce) est une espèce de fleur (genre).

310En pratique : 1. Cette relation est particulièrement représentée dans les domaines scientifiques, notamment les sciences de la vie.
2. La relation espèce-genre est l'une des principales relations logiques utilisées en terminologie.

311NB : Le terme de relation espèce-genre est proposé ici pour préciser le sens de la relation entre concept spécifique et concept générique. Il a été vu plus haut que cette relation est par exemple utilisée pour inscrire un terme dans un domaine.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.2.1.1.2.2. La relation type-produit

312Les relations génériques peuvent se diversifier en plusieurs relations, comme la relation type-produit.

313Par exemple : L'Airbus A 320 est un type d'Airbus, lui-même un type d'avion, lui-même un type d'aéronef, etc.

314En pratique : Cette relation est particulièrement utilisée dans les domaines techniques.

Références

  • Gouadec (Daniel), Terminoguide n° 1, Données et informations, La Maison du Dictionnaire, Paris, 1994, pp. 41,54 sq. et passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français- anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

8.2.1.1.3. Relations de coordination

315Une relation de coordination entre concepts est une relation qui unit des concepts dépendant d'un même concept immédiatement supérieur.

316Par exemple : 1. Les concepts de navigation fluviale et de navigation maritime, immédiatement inclus sous le concept de navigation, sont en relation de coordination l'un avec l'autre.
2. Les concepts de pied et de chapeau, parties immédiatement constitutives du champignon, sont en relation de coordination Tune avec l'autre. Pied et chapeau sont coparties du champignon.

317En pratique : Les relations de coordination sont très importantes dans la conduite du travail terminologique car elles permettent de traiter les concepts de façon systématique et oppositionnelle.

318Par exemple : Traiter le concept de lobe frontal conduit nécessairement à prendre en compte les relations de coordination existant entre, notamment, lobe pariétal, lobe occipital, et lobe temporal.

319NB : Les relations de coordination sont rarement désignées comme telles en terminologie, même dans la normalisation. On parle surtout de concepts coordonnés. Aux relations entre concepts correspond dans les langues la relation d'isonymie.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.2.1.2. Relations ontologiques

320Les relations ontologiques peuvent se définir comme des rapports entre concepts dont les objets auxquels ils renvoient sont en relation de présence ou de contiguïté.

321Il est fait le plus souvent appel, en terminologie, à deux grands types de relations ontologiques entre les concepts :

  • les relations partitives ;

  • les relations associatives.

322NB : Les relations partitives sont généralement de type hiérarchique ; les relations associatives ne le sont généralement pas.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail), p. 18 sq.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, passim.

  • Wüster (E.), « L'étude scientifique générale de la terminologie, zone frontalière entre la linguistique, la logique, l'ontologie, l'information et les sciences », in Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, p. 94 sq. et passim.

8.2.1.2.1 Les relations partitives

323Une relation partitive est une relation dans laquelle un objet représente la partie d'un tout.

324Par exemple : Un tout (une automobile) est constitué de parties (carrosserie, châssis, essieux, roues, moteur, etc.).

325NB : Il existe plusieurs types de relations partitives, telles les relations composant-composé, contenu-contenant, membre-collection, etc.

326Par exemple : Le fer est un composant de l'acier. Une cartouche contient plusieurs paquets de cigarettes. Un coureur peut être membre d'une équipe, d'une écurie, etc.

327En pratique : Les relations partitives sont particulièrement présentes dans les domaines techniques et scientifiques. Elles sont très utilisées en terminologie.

328NB : 1. Relation partitive est le terme employé dans la normalisation terminologique récente. On parle aussi, dans ce sens, de relations partie-tout. Il pourrait être utile de parler de relation partie-tout lorsqu'on considère la partie par rapport au tout et de relation tout-partie lorsqu'on considère le tout par rapport à la partie. D'autant qu'on parle parfois de relation intégrante dans ce cas.

3292. On parle aussi de « relation méronymique » ou de « méronyme » (partie d'un tout). Pour nous, le méronyme est une relation établie en langue, non une relation strictement conceptuelle.

330Par exemple : En français courant, il n'y a pas de méronyme pour désigner la partie opposée à l'avant-bras (*l'arrière bras). Mais il n'en reste pas moins que cette partie du corps est conceptualisée ou aisément conceptualisable.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail), p. 18 sq.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 9.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • Van Campenhoudt (Marc), « Recherche d'équivalences et structuration des réseaux notionnels : le cas des relations méronymiques », Terminology, volume 3/1,1996, pp. 53-83.

8.2.1.2.2 Les relations associatives

331Les relations associatives sont des relations qui s'établissent entre concepts soit par vertu (principe agissant qui, dans une chose, est la cause des effets qu'elle produit), soit par expérience.

332Par exemple : Ondes et télédétection forment une relation associative par vertu, la télédétection opérant par mesures de longueurs d'ondes, particulièrement des ondes électromagnétiques émanant des objets.

333NB : Les relations associatives comportent de nombreux types de relations. Les deux grands types de relations associatives les plus utilisées en terminologie sont celles qui portent sur le temps et celles qui portent sur le lieu, soit :

  • les relations séquentielles ;

  • les relations topologiques.

Références

  • ISO TC 37/SCI, Projet de norme internationale DIS 1087-1, Travail terminologique- Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 9.

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail), p. 18 sq.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français- anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

8.2.1.2.2.1. Les relations séquentielles

334Les relations séquentielles sont des relations établies entre des concepts qui réfèrent à des objets présentant une contiguïté temporelle ou spatiale.

335Les relations séquentielles comprennent de nombreux types de relations : relations cause-effet (détonateur/explosion), agent-action-résultat (dessina- teur/dessiner/dessin), producteur-produit (déchetterie/produits recyclés), outil-outil (vis/tournevis), procédé/processus (unité de fabrication initiale/unité de fabrication finale), etc.

336Parmi les grands types de relations séquentielles utilisées en terminologie figurent les relations temporelles.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 9.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

8.2.1.2.2.1.1. Les relations temporelles

337Les relations temporelles sont des relations dans lesquelles un objet ou un phénomène est conçu comme le résultat d'un procédé ou d'un processus.

338Par exemple : La qualité d'un produit est le résultat d'une série d'exigences et de contrôles de qualité dans une chaîne de production.

Références

  • Actes des deuxièmes rencontres terminologie et intelligence artificielle, TIA-97,3 et 4 avril 1997, Équipe de recherche en syntaxe et sémantique, Université de Toulouse-le-Mirail, Toulouse, 1997, p. 7 sq. et passim.

  • ISO 8402 (1994) : Quality Management and Quality Assurance-Vocabulary, Management de la qualité et assurance de la qualité-Vocabulaire, deuxième édition, Genève, passim.

  • Simondon (Gilbert), Du mode d'existence des objets techniques, col. Analyse et raisons, Aubier, Éditions Montaigne, Paris, 1969, passim.

8.2.1.2.2.1.2. Les relations topologiques

339Les relations topologiques sont des relations dans lesquelles un objet est situé par rapport à un autre.

340Par exemple : Chez les coléoptères, aile antérieure/aile postérieure.

341En pratique : Ces relations sont particulièrement utilisées dans les domaines techniques (construction de pièces, assemblage d'objets, etc.) et dans les domaines scientifiques (anatomie, astronomie, etc.).

342NB : 1. Relation topologique est proposé ici à titre de néologisme pour désigner ce concept nommé de façon fluctuante (relation de localisation, etc.).
2. Une langue peut lexicaliser de façon plus ou moins stricte une relation topologique ; par exemple : molaire/prémolaire.
3. Selon le point de vue sous lequel on considère un concept, la relation topologique peut s'ajouter à la relation partitive.

Référence

  • Van Campenhoudt (Marc), Le réseau notionnel interlinguistique, Réseau notionnel, intelligence artificielle et équivalence en terminologie multilingue : essai de modélisation, http//www.refer.fr/termisti/mi.htm, 1996, (notamment paragraphe 3.3.).

8.3 Relations entre concepts et types de systèmes de concepts

343Les types de relations entre concepts induisent des types de systèmes de concepts. L'ordre particulier qui forme la structure d'un système de concepts est sa systémique.

344Par exemple : La série des alcanes (hydrocarbures saturés acycliques, linéaires ou ramifiés) est caractérisée par la présence d'un ou de plusieurs atomes de carbone : méthane (un atome de carbone), éthane (deux atomes de carbone), propane (trois atomes de carbone), butane (quatre atomes de carbone), etc. La systémique de cette série peut se décrire enx + 1 atome de carbone.

345Les relations entre concepts déterminent des systèmes d'ordre hiérarchique (fondés généralement sur les relations logiques entre concepts), ou d'ordre non hiérarchique (fondés généralement sur les relations ontologiques entre concepts).

Référence

  • Rigaudy (Jean), Nomenclature des composés organiques, Traité Constantes physicochimiques, Techniques de l'ingénieur, fascicule K 220, Paris, 1995, p. 5

8.3.1. Types de relations entre concepts et types de concepts

346La structure que prennent les principaux types de relations entre concepts utilisés en terminologie sont les relations de superordination, de subordination, de coordination et d'association.

347De ces types de relations entre concepts résultent les types de concepts suivants :

  • concepts superordonnés (superordinate concepts) ;

  • concepts subordonnés (subordinate concepts) ;

  • concepts coordonnés (coordinate concepts) ;

  • concepts associés.

348En pratique : Le travail de terminologie effectué dans des domaines diversifiés et sur de vastes ensembles de concepts révèlent nombre de relations et de types de relations entre concepts.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 1087, Norme internationale, Terminology-Vocabulary, Terminologie vocabulaire, lère édition, Genève, 1969, pp. 1-2. ; ISO 1087 (1990) : Terminologie- Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

8.3.1.1 Relations de superordination et de subordination

349Les relations de superordination et de subordination dérivent de la propriété de certains concepts de subsumer d'autres concepts, c'est-à-dire d'en englober d'autres sous eux (principe de subsomption).

350Ces relations induisent différents types de relations. Les plus utilisées en terminologie sont les relations génériques et spécifiques (relations genre- espèce), et les relations partitives (relations tout-partie).

351Les relations de superordination et de subordination déterminent des systèmes hiérarchiques de concepts.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.3.1.1.1. Concepts superordonnés et concepts subordonnés

352La particularité qu'ont certains concepts de subsumer d'autres concepts conduit à la distinction entre concept superordonné (concept de niveau supérieur) et concept subordonné (concept de niveau inférieur).

353Par exemple : Papier est un concept superordonné par rapport à papier chiné, papier vélin, papier satiné, etc.

354NB : Concept superordonné et concept subordonné font référence à la position des concepts dans un système de concepts (ordre tactique des concepts). Les concepts peuvent être plus ou moins immédiatement superordonnés ou subordonnés à d'autres.

355Par exemple : Fusée peut être décrit comme un véhicule (genre prochain), ou de façon plus générique comme un engin.

356NB : La place qu'occupe un concept dans un système hiérarchisé de concepts se nomme ordinairement niveau.

Références

  • Afnor, Papiers, cartons et pâtes, Vocabulaire, Norme française homologuée NF Q 01-005, Paris-la-Défense, décembre 1979, 48 p.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.3.1.1.1.1. Concepts génériques

357Un concept générique est un concept qui possède, dans une relation générique, la plus petite intension (ou nombre de caractères). Il possède cependant une plus grande extension que les concepts qui lui sont subordonnés (il s'applique à plus d'objets).

358Par exemple : Le concept de//pin// possède moins de caractères que le concept de//pin parasol//. Mais il s'applique à toutes les sortes de pins reconnues comme telles.

359En pratique : Concepts génériques et concepts spécifiques sont très utilisés en terminologie.

Références

  • ISO TC 37/SCl, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français-anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • Wüster (E), « L'étude scientifique générale de la terminologie, zone frontalière entre la linguistique, la logique, l'ontologie, l'information et les sciences », in Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, p. 84 sq.

8.3.1.1.1.2. Concepts spécifiques

360Un concept spécifique est un concept qui possède, dans une relation générique, une plus grande intension (ou nombre de caractères) que les concepts qui lui sont supérieurs. Il possède cependant une moins grande extension que les concepts qui lui sont superordonnés (il s'applique à moins d'objets qu'un concept superordonné).

361Par exemple : Le concept de//pin// possède moins de caractères que le concept de//pin parasol//. //Pin// est le concept générique immédiatement superordonné de//pin parasol//, concept subordonné spécifique.

362En pratique : Concepts génériques et concepts spécifiques sont très utilisés en terminologie.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminolo- gique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français-anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

  • Wüster (E), « L'étude scientifique générale de la terminologie, zone frontalière entre la linguistique, la logique, l'ontologie, l'information et les sciences », in Rondeau (G.) et Felber (H.) (éd.), Textes choisis de terminologie, Girsterm, Université Laval, Québec, 1981, p. 84 sq.

8.3.1.1.1.3. Concepts intégrants et concepts partitifs

363Dans une relation partitive, un concept superordonné est le concept intégrant d'un ou de plusieurs autres concepts. Un concept subordonné est dit concept partitif.

364Par exemple : Dans un lanceur,//moteur-fusée// et//moteur d'appoint// sont des concepts partitifs du concept intégrant//système de propulsion//.

365NB : Le type de relation qui unit partie et tout est couramment désigné par le terme de relation partitive. On pourrait parler de relation d'intégration dans le cas contraire.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, « Travail terminologique-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français-anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

  • Sager (Juan C.), A Practical Course in Terminology Processing, John Benjamins Publishing Company, Amsterdam/Philadelphia, 1990, p. 32-34.

8.3.1.1.2 Concepts spécifiques

366Les relations de coordination dérivent de la propriété qu'ont certains concepts d'hériter des mêmes caractères de concepts supérieurs. Cette propriété fait qu'ils sont en relation de parenté, tout en s'opposant sur un ou plusieurs caractères spécifiques qui leur sont propres.

367Par exemple : Par rapport à//barrage routier//, //barrage filtrant// et//barrage bloquant// sont en rapport de subordination. Mais ils sont l'un par rapport à l'autre en relation de coordination.

368NB : Relation de coordination est proposé ici pour désigner ce type de relation.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.3.1.2.1. Concepts coordonnés

369Les concepts coordonnés sont des concepts ayant le même concept immédiatement superordonné. Ils ont de ce fait en commun une même série de caractères.

370Par exemple : Papier antirouille, papier non oxydant, papier antitemissure, papier non ternissant sont des concepts coordonnés. Ils ont le même concept superordonné papier.

371NB : 1. La coordination entre concepts est particulièrement bien marquée lorsque les concepts sont en relation d'opposition. Ainsi entre papier antirouille (qui empêche la rouille), et papier non oxydant (qui ne contient pas de substances susceptibles de provoquer la rouille).
2. Il est parfois difficile de déterminer si des concepts sont de même niveau ou non. Ainsi, les concepts coordonnés sont parfois présentés comme des concepts ayant le même concept immédiatement superordonné (notamment ISO 1997). Il peut cependant se faire que ces concepts n'aient pas en commun de série de caractères qui les relient de façon cohérente dans un même ensemble. On parle parfois de concepts coordonnés, alors même que ceux-ci n'ont pas le même concept immédiatement coordonné.

372En pratique : La détermination du concept immédiatement superordonné est utile pour le traitement d'un terme, notamment pour le choix du définisseur initial, de sa définition ou de son inscription dans une arborescence.

Références

  • Afnor, Papiers, cartons et pâtes, Vocabulaire, Norme française homologuée NF Q 01-005, Paris-la-Défense, décembre 1979, 48 p.

  • Depecker (Loïc), « Cinq notions de télédétection aérospatiale : un exemple de structuration terminologique », Meta, XXXVI, 2,1989, pp. 280-284.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale DIS 1087-1, Travail terminologique- Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 8.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.3.1.3. Relations d'association entre concepts

373Les relations d'association entre concepts sont des relations établies en fonction soit de la nature des objets auxquels ils renvoient, soit par expérience. Elles ont pour particularité de n'être pas forcément hiérarchiques.

374Par exemple : Le concept de marathon est associé à celui de Jeux olympiques ; le concept de culture à celui d'éducation, de musée, etc.

375NB : Il existe de nombreux types de relations d'association entre concepts. Par exemple : mesure/unité de mesure ; couleur/signal, etc.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997 (document de travail).

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO/DIS 1087-1, Terminology Work-Vocabulary-, Part 1 : Theory and Application Terminologie-vocabulaire, 1997 (en cours d'adoption).

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.3.1.3.1 Concepts associés

376Les concepts peuvent entretenir certains rapports entre eux sans posséder de caractères en commun.

377Par exemple : Souvent, l'agent d'une action est associé à l'action, sans en être ni une partie ni une espèce.

378En pratique : Dans le travail terminologique, il est souvent utile de renvoyer, de façon plus ou moins stricte, d'un concept vers un autre, à des fins pédagogiques, didactiques, informationnelles, systémiques, etc.

379Par exemple : Formation : voir aussi pédagogie.

380NB : Il n'est pas toujours possible de déterminer la mesure exacte selon laquelle des concepts sont associés, non plus que d'énumérer tous les concepts associés à un concept.

Références

  • ISO/DIS 1087-1, Terminology Work-Vocabulary, Part 1 : Theory and Application Terminologie-vocabulaire, 1997.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques-Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application, passim.

8.4. Relations d'opposition entre les concepts

381Les concepts se différencient entre eux selon plusieurs types de relations d'opposition, particulièrement :

  • l'oppositionnel immédiat ;

  • le contraire ;

  • le contradictoire.

382NB : On pourrait appeler oppositionalité la propriété qu'ont les concepts de s'opposer. Cette oppositionalité peut se marquer en degré (degrés d'opposi- tionalité).

383En pratique : Il est très utile, dans l'analyse des concepts, de noter les oppositions, afin notamment de vérifier la cohérence et la complétude de l'analyse. NB : Les oppositions sont marquées de façon diverse dans les langues.

384Par exemple : En français, l'eau peut être gazeuse, pétillante ou non (relations entre contradictoires). En anglais, elles seront davantage exprimées par des contraires : sparkling,fizzing/thin.

Références

  • Blanché (Robert), Structures intellectuelles, Librairie philosophique Vrin, Paris, 1966, p. 11 et passim.

  • Cuvillier (Armand), Vocabulaire philosophique, le Livre de Poche, Biblio essais (réédition), Armand Colin, 1956, passim.

  • Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale, Recherche de méthode, col. Formes sémiotiques, PUF, 1986, p. 21.

  • Martin (Robert), Inférence, antonymie et paraphrase, Bibliothèque française et romane, Librairie C. Klincksieck, Paris, 1976, passim.

  • Martin (Robert), Pour une logique du sens, col. Linguistique nouvelle, PUF, 1983, 2e édition revue et augmentée, Paris, 1992, passim.

  • Rey-Debove, La linguistique du signe, Une approche sémiotique du langage, Armand Colin, Paris, 1998, passim.

8.4.1. Concepts immédiatement oppositionnels

385Certains concepts en relation de coordination se différencient par un caractère considéré comme essentiel. Il est possible de parler à leur propos de concepts immédiatement oppositionnels.

386Par exemple : Le concept d'avion et le concept d'hydravion sont immédiatement oppositionnels par le type de surface d'atterrissage et donc de train d'atterrissage.

387En pratique : Il est important de situer, dans le travail terminologique, les concepts immédiatement oppositionnels aux fins, notamment, de cerner les différences entre concepts et de construire les champs terminologiques.

Référence

  • Depecker (Loïc), « Cinq notions de télédétection aérospatiale : un exemple de structuration terminologique », Meta, XXXVI, 2,1989, pp. 280-284.

8.4.2. Concepts contraires

388Deux concepts sont dits contraires lorsque l'affirmation de l'un implique la négation de l'autre, mais non forcément l'inverse.

389Par exemple : Donner/rendre ; emprunter/rembourser ; monter/démonter ; analogique / numérique.

8.4.3. Concepts contradictoires

390Deux concepts sont dits contradictoires lorsque l'affirmation de l'un implique la négation de l'autre, et vice-versa.

391Par exemple : Exécutoire/non exécutoire.

392NB : 1. Ces relations d'ordre logique peuvent être marquées de façon riche dans les langues. Ainsi en français pour les relations de concepts contradictoires : légal/non légal/illégal/ne pas être légal ; constitutionnel/anticonstitution- nel ; mariage/démariage ; courant/contre-courant ; échogène/anéchogène, etc.
2. Qn a tendance à confondre en langue les relations de contraire et de contradictoire sous le phénomène linguistique de l'antonymie.

Références

  • Cornu (Gérard), Linguistique juridique, Domat droit privé, Montchrestien, Paris, 1990, pp. 179 sq.

  • Mouna (Kamel), Saint-Dizier (Patrick), « La relation d'opposition dans la description terminologique et la représentation des connaissances », Actes des deuxièmes rencontres terminologie et intelligence artificielle, T1A-97, 3 et 4 avril 1997, Équipe de recherche en syntaxe et sémantique, Université de Toulouse- le-Mirail, Toulouse, 1997, p. 141 sq. ;

  • Pottier (Bernard), Sémantique générale, PUF, 1992, p. 48 sq.

En résumé :

- les propriétés des concepts sont notamment la non identité, l'héritage de propriétés, l'inférence, la subsomption ;
- ces propriétés induisent des relations entre concepts ;
- les relations entre concepts forment des systèmes de concepts.

9. Les systèmes de concepts

393Par les relations qu'ils forment les uns avec les autres, et par leur organisation au sein d'ensembles de connaissances, les concepts s'organisent en systèmes de concepts. L'analyse des systèmes de concepts varie en fonction des domaines dans lesquels ils s'inscrivent et des critères appliqués à sélectionner les caractères qui composent les concepts.

394Par exemple : Les gaz rejetés dans l'atmosphère sont analysés par le chimiste en fonction de leurs éléments et de leurs propriétés ; parle spécialiste de l'environnement, en fonction, le plus souvent, de leur nocivité ; par le météorologiste, en fonction de leurs effets sur le temps ou le climat, etc.

Références

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail terminologique- Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 20.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termina- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2V édition, 15 novembre 2000, passitn.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passi ?n.

9.1. Types de systèmes de concepts

395Les relations entre concepts déterminent des types de concepts et des types de systèmes de concepts. Ces systèmes reposent sur des structurations différentes entre concepts, qui constituent leur systémique particulière.

396Les principaux types de systèmes de concepts utilisés en terminologie sont :

  • les systèmes hiérarchiques ;

  • les systèmes non-hiérarchiques ;

  • les systèmes mixtes.

397En pratique : Le travail de terminologie effectué dans des domaines diversifiés et sur de vastes ensembles de concepts montre que les systèmes de concepts, surtout lorsqu'ils sont étendus, sont rarement homogènes, et qu'ils sont mixtes le plus souvent.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie ; ISO 704, Travail termino- logique-Principes et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, p. 6 et passim.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

9.1.1. Les systèmes hiérarchiques

398Les systèmes hiérarchiques sont fondés sur les relations de position entre concepts (ordre tactique des concepts). Ils dérivent principalement des relations de superordination et de subordination.

399Les deux grands types de systèmes hiérarchiques utilisés en terminologie reposent sur les relations de type générique (genre-espèce), ou partitif (tout- partie).

400Par exemple : Mammifère, carnivore, félidé, forment un système générique. Roue, jante, rayons, chambre à air, pneumatique forment un système partitif.

401NB : Dans un système hiérarchique, les critères de distinction entre concepts sont des critères de subdivision.

Références

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 38 E/ISO CD 704 Terminology Work-Principles and Methods, 20 mai 1997, p. 12 (document de travail).

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail termino- logique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, p. 13.

  • ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail terminologique- Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704, (Terminology Work-Principles and Methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principes et méthodes (français-anglais), 2e édition, 15 novembre 2000, passim.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

9.1.1.1 Systèmes génériques

402Les systèmes génériques sont fondés sur les relations de type générique entre concepts.

403Les deux grands types de systèmes génériques utilisés en terminologie reposent sur les relations genre-espèce et type-produit.

404Par exemple : Relations genre-espèce :

Mammifère
carnivore
félidé
chat.

405Relations type-produit :

avion de combat
avion de chasse
Rafale.

406En pratique : Les systèmes génériques sont très courants dans les domaines scientifiques (sciences de la vie et classification du vivant).

407Les systèmes génériques se répartissent en :

  • systèmes génériques monodimensionnels,

  • systèmes génériques multidimensionnels.

Référence

  • ISO/CD 704-1 : 1997 (F) Travail terminologique-Partie 1 : Principes et méthodes Afnor, Paris-la-Défense, 1997.

9.1.1.1.1 Systèmes génériques monodimensionnels

408Dans les systèmes génériques monodimensionnels, on considère qu'un seul concept surplombe les autres.

409Par exemple : aïeuls

grand-père

grand-mère

père

mère

fils

fille, etc.

410En pratique : Les systèmes génériques monodimensionnels comportent généralement aussi des relations multidimensionnelles.

9.1.1.1.2 Systèmes génériques multidimensionnels

411Dans les systèmes génériques multidimensionnels, deux ou plusieurs concepts de même niveau surplombent les autres.

412Par exemple :

accélérer décélérer
freiner.

413En pratique : Les systèmes génériques multidimensionnels sont relativement rares.

9.1.2. Les systèmes non hiérarchiques

9.1.2.1 Systèmes séquentiels

414Les systèmes séquentiels sont des systèmes dans lesquels les relations entre concepts réfèrent à des objets présentant une contiguïté spatiale ou temporelle. Les deux grands types de relations séquentielles les plus utilisés en terminologie sont :

  • les relations temporelles ;

  • les relations topologiques.

415Par exemple : Le traitement des déchets en déchetterie nécessite plusieurs phases : localisation des déchets, emballage des déchets, acheminement des déchets, réception des déchets, tri, broyage, fermentation, épuration/ déferraillage, criblage (séparation des indésirables et des déchets organiques), conditionnement, reconditionnement, commercialisation, etc.

9.1.3. Les systèmes mixtes

416Les systèmes mixtes sont des systèmes dans lesquels les relations entre concepts sont soit hiérarchiques soit non-hiérarchiques.

417Par exemple :

accélérer décélérer
rapport
levier de sélection
changement de rapport →rétrogradage
moteur →charge du moteur
→ régime du moteur

418En pratique : Les systèmes de concepts comportent le plus souvent des relations hiérarchiques et des relations non-hiérarchiques.

Références

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., passim ; nouvelle édition en cours : ISO/DIS 704 (Terminology Work-Principles and Methods) (1999), passim.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, passim.

  • Bouillot (Sophie), Proactive : La nouvelle boîte de vitesses automatique de Renault, Maîtrise de Langues étrangères appliquées option traduction, Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III, Paris, 1999.

10. Conclusion de la deuxième partie

419Les éléments évoqués dans cet essai d'application des principes énoncés dans la première partie de ce travail léments de terminologie : principes généraux) représentent une des mises en forme possibles. Son caractère analytique est destiné à mieux faire comprendre le cheminement de la démarche.

420L'un des intérêts, à notre sens, est d'aider à guider en terminologie un public de scientifiques et de techniciens qui n'ont souvent pas de compétences particulières en cette matière et peu en linguistique. La terminologie, telle qu'elle est présentée dans le présent document, est issue, en grande partie, du corps de doctrine mis en forme depuis plus d'un demi-siècle au sein du Comité technique 37 de l'ISO (CT37), chargé de la normalisation des procédures de travail en terminologie. Cela ne nous a pas empêché, sur plusieurs points, de donner notre propre opinion sur tel ou tel aspect sur lequel nous pourrions être en désaccord. Ainsi même, nous avons été amené à proposer certains termes pour des phénomènes qui n'ont pas encore été explicités ou travaillés, comme celui de « polynymie » (par opposition à « mononymie », terme très admis dans la normalisation) pour nommer le fait qu'un concept a plusieurs désignations (ce qui est l'immense majorité des cas) ; celui de « constitution » pour désigner l'ensemble des caractères d'un concept et la manière dont ils sont reliés entre eux ; ou celui de « direction » pour spécifier l'orientation selon laquelle on appréhende un concept ou un ensemble de concepts.

421Pour mettre en place ces démonstrations, nous nous sommes efforcé de prendre systématiquement appui sur des exemples, notre expérience d'enseignant nous ayant convaincu de leur valeur pédagogique essentielle. Ces exemples sont souvent issus des travaux de comités de vocabulaire ou de commissions de terminologie dont nous sommes partie prenante depuis près de vingt ans et au cours des séances desquels nous avons eu l'occasion de prendre nombre de notes. C'est dire que ce sont pour la plupart des exemples réels, retravaillés ici et resitués dans une problématique générale du travail terminologique : il nous paraît en effet difficile en linguistique, comme dans les sciences humaines en général, de démontrer sans exemple.

422Contrairement à la première partie, ce texte est volontairement analytique, attaché à mettre en place un cheminement de pensée qui fasse entrer toute personne, scientifique, technicien, lettré, étudiant, dans une discipline pour laquelle il n'existe encore que très peu d'ouvrages accessibles en français. L'expérience de travail avec les spécialistes nous a fait prendre conscience de l'intérêt qu'ils ont à acquérir ce que l'un d'entre eux a appelé, de façon spontanée, « une culture terminologique », qui permette d'entrer dans le travail terminologique de manière raisonnée et selon un « ordre des idées » immédiatement accessible. Le monde de l'entreprise a le souci constant de l'efficacité et de l'appropriation d'éléments directement utilisables. Les étudiants d'aujourd'hui aussi. C'est ce que nous nous sommes efforcé de faire ici, dans une visée très pratique.

423Nous avons aussi, dans cette perspective, enrichie la bibliographie en l'orientant vers des documents à portée pratique, mais aussi vers des ouvrages de portée générale. En pensant à cette perspective de « culture terminologique », nous y avons inscrit quelques références clés, comme Les mots et les choses de Michel Foucault, qui nous paraît l'un des ouvrages les plus susceptibles de mettre en perspective, dans une dimension historique et épistémologique, les représentations qui s'attachent à la manière dont, à travers les siècles, les discours structurent le savoir. Également, l'œuvre de Gilles Gaston Granger est de grande conséquence pour entrer dans des problématiques reliant langue et systèmes scientifiques. Et comment passer sous silence la Méthode de nomenclature chimique de Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy (1787) ? Plus près de nous, nous avons également cité et exploité certains ouvrages ou documents de notre maître en chimie, le professeur Jean Rigaudy. Nous ne nous dissimulons pas que cette bibliographie gagnerait à être encore travaillée sur certains aspects complémentaires et à partir d'ouvrages en d'autres langues (notamment pour le champ germanique et pour l'École russe de terminologie).

424Toujours est-il que nous nous sommes principalement appuyé, pour cette deuxième partie du texte, sur des documents normatifs. Les documents de travail élaborés en réunion, ou pour les réunions nationales ou internationales, offrent un bon panorama de l'état actuel de la réflexion menée en commun dans une trentaine de pays sur les questions de terminologie. Notamment, la norme ISO 1087 (Travaux terminologiques -Vocabulaire, Théorie et application) est une des normes majeures, en ce sens qu'y est fixée la terminologie de la terminologie. Et dans cet exercice de mise au point mené dans le cadre de l'ISO et poursuivi année après année, ce sont les fondements mêmes de la terminologie qui sont périodiquement abordés. Preuve supplémentaire, et autoappliquée à la discipline reine en la matière, - la terminologie -, de l'exercice de la définition comme mise à jour des fondements. De fait, dans la perspective que nous avons suivie, et dans la réflexion élaborée pour cette habilitation à diriger des recherches, il nous apparaît que la terminologie reste à fonder. Plusieurs pistes mènent à cette fondation et nombre d'éléments se mettent progressivement en place. Notamment, la définition du rapport du signifié au concept nous semble fondamental dans cette voie. Il faut aller plus loin et élaborer une théorie cohérente et générale, qui prenne en considération les faits en eux-mêmes, sans couper la terminologie de la linguistique (et d'autres disciplines), ni faire de la terminologie un bras mort ou sans vie (voir dans une perspective qui nous est proche, Paul Ricœur « La structure, le mot, l'événement », 1967).

425À partir de là, cette deuxième partie offre à son tour de nouvelles voies de recherches. Par exemple vers des questions touchant à la terminographie. Celle-ci étant entendue comme une application des principes de la terminologie à la réalisation de produits, à savoir : recueil des données terminologiques, mise en forme, traitement, gestion, exploitation, structuration en banques de données, diffusion sur Internet, etc. Exercice passionnant, qui aurait mené fort loin. On y pourrait montrer quelles sont les particularités de la terminographie par rapport à la lexicographie : l'un des points centraux étant que la terminographie doit se construire et approfondir ses méthodes à partir de la lexicographie, étant entendu (ce dont tout le monde ne convient pas) que la terminographie peut être considérée comme une lexicographie spécialisée. Ainsi, la question des marques grammaticales, sujet maintes fois abordé en commissions de terminologie (alors que d'autres sujets plus brûlants gagneraient à bénéficier de ce précieux temps), trouve sa solution dans la tradition lexicographique, qui date en France de plusieurs siècles. Il suffit de se reporter, pour tout éclaircissement, à la pratique des meilleurs dictionnaires du français, notamment Le Nouveau Petit Robert. Ce sont là des questions qui peuvent paraître banales, mais qui sont très importantes quand elles sont résolues sans conflit, ne serait-ce que pour l'harmonisation des données en banque de terminologie ou pour la création de produits terminologiques homogènes. Il y aurait un grand intérêt à mettre en place ces éléments de terminographie, car ceux-ci sont souvent négligés ou dispersés dans des ouvrages le plus souvent intéressés à énoncer les règles informatiques de mise en base de données, plutôt qu'à commencer par le recueil, l'analyse et le traitement des données terminologiques. Ainsi des questions touchant à l'unité terminologique (repérage et segmentation), à la lemmatisation, à l'écriture de la désignation et de ses variantes, au choix entre singulier et pluriel (qui implique souvent une analyse en termes de concept), ou des marques grammaticales. Toutes choses qui font du terminologue, véritablement, un lexicographe spécialisé. Or, l'une des tendances de la terminologie, actuellement, est de considérer, assez souvent, que ces questions sont résolues par l'intelligence artificielle et que le terminologue peut se contenter de jeter un regard sur les listages sortis de machines.

426Cela pose cependant la question du travail terminographique en équipe et de la viabilité de la gestion de projets terminologiques. L'expérience montre que même entre terminologues aguerris, ces questions restent souvent indécises, ne serait-ce qu'en raison des traditions lexicographiques et grammaticales différentes en fonction des pays et des langues.

427Il en serait de même pour les questions touchant à la structuration en domaines et sous-domaines, ou pour la définition, dont l'écriture et la mise en forme posent souvent aux praticiens de graves difficultés. Ces éléments de terminographie devraient donc prendre en compte les constituants de la définition : définisseur initial, définisseurs complémentaires et articulations entre eux à l'intérieur de la définition. Ainsi du définisseur initial : comment le choisir ? Pour définir leadership par exemple : faut-il écrire « fait/posi- tion/situation/état ( ?) d'une personne reconnue comme chef de file dans son domaine » ? Quelle généricité donner à cet intégrateur dans le cas de définitions de machines (appareil, système/dispositif/, etc.) ou de processus (action, opération, procédure, procédé, etc.) ? De même, peut-on ou faut-il définir par le générique ? Par exemple, pour bâti : « assemblage de montants et de traverses ». Ou faut-il définir par le spécifique, comme pour substrat : « molécule sur laquelle agit une enzyme ». En allant plus loin, comment, par exemple, sélectionner les définisseurs complémentaires ? Quels qualificateurs utiliser en terminologie : « destiné à », « permettant de », « ayant pour but de », « servant à », « utilisé pour », etc. ? Sans compter les rapports à maîtriser entre définition, désignations, variantes, synonymes...

428Autre question, souvent posée : comment faire une bonne définition ? Il faut pouvoir aider à construire des définitions qui soient aussi concises que possible et aussi complexes que nécessaire. Qu'elles ne soient ni incomplètes, ni négatives, ni circulaires, ni tautologiques, du type arbre à feuilles persistantes : « arbre à feuillage persistant » (ISO CD 704-1,1997, 6.3.1. et passim). Qu'elles ne soient pas une suite d'exemples, une note encyclopédique, un commentaire à lui tout seul. Il faut donc mettre en place les éléments d'explication qui aident à faire que les définitions soient claires, compréhensibles, adéquates, finies. Pour aboutir finalement à un ensemble de définitions qui replacent correctement les termes traités dans le système auquel ils appartiennent (ISO CD 704-1,1997,6.2.1.2)

429Ici, tout renvoie à tout, et chaque détail participe de la qualité et de la fiabilité de l'ensemble.

430C'est donc à tout un ensemble de questions, aussi bien d'ordre terminologique que terminographique, auxquelles il faut répondre pour avancer. Nous avons essayé ici de jeter les bases du projet que nous avons depuis longtemps de constituer un guide méthodologique qui fasse le tour de ces problèmes. Souvent en effet, les difficultés prévisibles au départ de tout projet terminologique sont méconnues ou sous-estimées. Ce guide, à visée didactique, aurait pour but d'exposer les principales exigences à maîtriser dans le travail terminologique. Cela, afin de répondre à une nécessité de plus en plus requise par le monde de l'entreprise, qui a peu droit à l'erreur, à savoir : la qualité des travaux terminologiques (nouveau thème de travail de normalisation proposé à la réunion de Londres de l'ISO CT37 le 14 août 2000).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search