Version classiqueVersion mobile

Entre signe et concept

 | 
Loïc Depecker

Partie 1

Éléments de terminologie : principes généraux

Texte intégral

1 Terminologie et linguistique

1.1 Présentation

1Le texte qui suit s'inscrit dans le prolongement de la démarche décrite précédemment. Son objet principal est de dégager certains principes de terminologie aujourd'hui relativement admis, et d'indiquer de nouvelles pistes de recherche. L'une des pistes principales est de montrer la parenté de la linguistique et de la terminologie en insistant sur les liens qui les unissent, même si la seconde s'est développée largement en marge de la première. Ce rapprochement, qui a rarement été fait et dont les conséquences ne nous paraissent pas encore clairement tirées, apparaît très riche. Il permet notamment de remettre dans le champ de la terminologie des préoccupations qui avaient été volontairement laissées de côté ou délaissées. À l'inverse, il a pour effet d'ouvrir des pistes de recherche à la linguistique en permettant de tirer certaines conséquences utiles de l'exercice particulier de la terminologie. Ainsi, il ne nous paraît pas que la linguistique ait encore pris toute la mesure de ce que peut apporter la problématique du concept, pas plus que la terminologie n'ait encore tiré toutes les conséquences du fait qu'elle est d'abord une linguistique. Posées de cette façon, ces questions débouchent sur d'immenses problèmes, riches d'enseignement sur le fonctionnement des langues. Par exemple, les rapports de la langue à la pensée, de la langue au réel, peuvent à notre sens être revus sous un angle relativement nouveau. Le travail de terminologie met en lumière de façon très vive une distinction qui n'est pas prise en compte ou qui ne paraît pas a priori digne d'attention, à quelques exceptions près, dans les milieux de la linguistique. Cette distinction peut se résumer ainsi : il y a un ordre de la langue et un ordre de la pensée. C'est le présupposé sur lequel est en partie construite l'argumentation qui suit. C'est aussi sur cette base que fonctionne la pratique terminologique, et cela pour une raison toute simple : la terminologie ayant souvent à travailler dans le champ de la traduction, elle est obligée de postuler un sens interlinguistique, commun aux langues. De cette façon, elle prend en considération le fait qu'il y a des éléments communs aux langues et des éléments indépendants des langues. Nous verrons que réouvrir cette voie de recherche a bien des conséquences. Ce texte a notamment pour but d'indiquer certaines des pistes qui en résultent, même si les démonstrations, encore parfois à l'état de prémices, en sont difficiles et restent à approfondir. Nous n'avons pas voulu sur ce point faire référence aux recherches menées en psychologie et en psycholinguistique (ce qui serait passionnant mais nous emmènerait trop loin), mais nous fonder, de façon pragmatique, sur la comparaison entre langues et sur des phénomènes internes aux langues. Et dans cette direction, en analysant les décalages décelables entre signe linguistique et concept.

2Plusieurs constatations ont servi de point de départ à ce texte : d'une part l'attitude des linguistes et des terminologues, qui mène, au pire, à une incompréhension, au mieux à une relative indifférence réciproque, malgré quelques bonnes avancées (ainsi Lehmann et Martin-Berthet, 1998) ; d'autre part l'absence d'essai de synthèse concernant les acquis et explorations de la terminologie aujourd'hui, alors que les enseignements de terminologie et les guides pratiques commencent à se multiplier (Suonuuti, 1997) ; enfin, la stimulation que représentent les récents travaux de recherche en terminologie et les réflexions menées dans le cadre international du Comité de travail 37 (CT37 ou en anglais TC37) de l'ISO (International standard organisation — Organisation internationale de normalisation), auxquels l'auteur participe depuis plusieurs années. Ce texte n'est cependant pas le commentaire des normes issues de ce comité, ce qui aurait été une autre option, sans doute plus facile. Il s'y alimente toutefois, car ces normes offrent une base de référence sur l'acquis en matière de terminologie, sur lequel s'accorde aujourd'hui la communauté internationale. Mais le présent texte s'alimente aussi aux nombreux débats en commissions ou comités de terminologie auxquels l'auteur est partie prenante depuis vingt ans, et aux échanges avec les étudiants intervenus durant toutes ces années dans le cadre de séminaires, cours et conférences, en France et à l'étranger.

3Si l'on veut resituer les questions de terminologie telles qu'elles sont traitées aujourd'hui d'un point de vue à la fois théorique et pratique sous la forme d'une coopération internationale menée au niveau mondial, il est nécessaire de se reporter aux travaux du Comité de travail CT37 de l'ISO. Créé en 1936, le CT37 est chargé de la normalisation internationale des procédures en matière de terminologie. Il est aujourd'hui articulé en trois sous-comités qui illustrent les préoccupations dont il a à traiter, à savoir :

  • la théorie de la terminologie (sous-comité 1 ou SCI) ;

  • l'application des principes de terminologie à la traduction (sous-comité 2 ou SC2) ;

  • l'application de l'informatique à la terminologie (terminotique) (sous-comité 3 ou SC3).

4Les travaux effectués au sein de ce comité aboutissent à des normes, textes décrivant les concepts opératoires et les procédures de travail en terminologie. Ils font l'objet d'un consensus international de la part des pays représentés au sein du TC37. Ces réflexions, mises en forme au fil des années, représentent un véritable patrimoine intellectuel, car elles sont l'expression d'une concertation menée en commun depuis plus de cinquante ans entre pays et écoles de pensée souvent différents et complémentaires.

5Les principaux textes de référence qui seront évoqués dans le texte qui suit, qui ont force de normes internationales, et à l'élaboration ou la révision desquels l'auteur a participé sous la forme de leurs différentes versions préparatoires, sont les suivants :

  • ISO 639 (1988) : Code pour la présentation des noms de langue ; nouvelle édition ISO 639-1,1999.

  • ISO 639-2 (1998) : Code pour la présentation des noms de langue. Partie 2 : code alpha 3.

  • ISO 704 (1987) : Principes et méthodes de terminologie, s.l., 16 p. ; et documents de travail de l'édition 2000, dont :

  • ISO/TC37/SC1/WG3 N 31/ISO CD 704.2Terminology work-Principles and methods, 20 juillet 1996 (document de travail) ; ISO/TC37/SC1/ISODIS 704, N154E, N44E (Terminology work-Principles and methods), 1998 (document de travail) ; ISO TC 37/SC1, Projet de norme internationale ISO/CD 704-1, « Travail terminologique-Partie 1 : Principes et méthodes », Afnor, Paris-la- Défense, 1997 ; ISO/CD 704-1 : 1997 (F) Travail terminologique-Partie 2 : Principes et méthodes Afnor, Paris-la-Défense, 1997 ; ISO/DIS 704 (Terminology work-Principles and methods) (1998) ; ISO/DIS 704 (Terminology work-Principles and methods) (1999).

  • ISO 704 (2000) : Travail terminologique-Principe et méthodes (français et anglais), 2e édition, 15 novembre 2000,41 p.

  • FD ISO 860 (1996) : Travaux terminologiques-Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-la-Défense, 1997, 7 p.

  • ISO 1087 (1990) : Terminologie-Vocabulaire ; nouvelle édition 1998 : Travaux terminologiques- Vocabulaire-Partie 1 : Théorie et application.

  • ISO 1951 (1997) : Symboles lexicographiques et conventions typographiques à utiliser en terminographie ; nouvelle édition FD ISO 1951 (1998) : Symboles lexicographiques et conventions typographiques à utiliser en terminographie, Afnor, Paris-la-Défense, 9 p.

  • ISO 8402 (1994) : Quality Management and Quality Assurance-Vocabulary, Management de la qualité et assurance de la qualité-Vocabulaire, 2e édition, Genève, 39 p.

  • ISO 10241 (1992), Normes terminologiques internationales-Élaboration et présentation, première édition, Genève ; Afnor, Paris-la-Défense, 1994,21 p.

  • ISO FDIS 12199-4 (1997 E) : Terminologie, Ordre alphabétique multilingue des données terminologiques et lexicographiques utilisées dans l'alphabet latin.

  • ISO 12620 (1995) : Aides informatiques en terminologie-Catégories des éléments de données terminologiques.

6L'importance nouvelle de la terminologie et la place grandissante qu'elle a prise au carrefour d'autres disciplines (traduction, documentation, rédaction, science de l'information, cognitique, etc.) expliquent le développement de la discipline au niveau international et l'attention particulière qu'elle recueille aujourd'hui de la part des États (Depecker, 1999 (1.)). Notamment, les enjeux politiques (diffusion des langues et construction de solidarités géolinguistiques), économiques (maîtrise de l'information et des flux de traductions), et culturels (adaptation des langues à la modernité) sont devenus au fil des années des éléments majeurs. Les principales normes du CT37 ayant été récemment réexaminées et reprises de fond en comble, il a paru utile de pouvoir en présenter ici certains aspects importants pour la théorie de la terminologie. Il est de plus nécessaire de considérer que ces normes sont le résultat d'un consensus atteint à l'issue de multiples discussions et d'échanges de vues entre membres de pays partenaires du CT37. Toute norme de l'ISO repose, pour s'imposer, sur un consensus, nécessairement trouvé au prix de concessions de la part des uns et des autres. Dans ce sens, il a souvent été dommage de ne pouvoir évoquer dans une norme telle ou telle question ou de ne pouvoir pousser plus avant la réflexion sur le plan linguistique, alors que la voie était toute ouverte pour cela durant les discussions intervenant lors des réunions internationales. Même, il a pu arriver que la réflexion menée à ce niveau ne puisse aboutir, la pensée paraissant encore trop neuve ; ainsi, au chapitre du projet de norme ISO/DIS 704 (Terminology work-Principles and methods), traité par le sous- comité 1 du CT37 lors de sa réunion de Stockholm du 10 au 14 août 1998, concernant le chapitre portant sur les systèmes de concepts, fallait-il choisir pour titre : « Developing concept Systems », « Modelling concept Systems », « Construction of concept Systems », « Development of concept Systems » (Document N154E, N44E, p. 21) ? Or, ce genre d'interrogation pose toute la question de ce que fait exactement le terminologue dans son travail d'ordonnancement des concepts et de la manière dont la théorie doit en rendre compte.

7S'appuyant sur ces problématiques en cours, le texte qui suit a donc pour objet de prendre acte des principaux acquis de la terminologie au niveau international, d'en examiner les lignes de force, et de tracer quelques-unes des perspectives de recherche possibles en matière de théorie et de pratique de la terminologie. Les principes contenus dans ces normes ou projets de normes sont donc complétés par des propositions qui sont propres à l'auteur, l'expérience du travail au sein de l'ISO ayant forcé à pousser plus loin certaines analyses à partir d'intuitions et de constatations faites au cours des débats intervenus lors des réunions internationales annuelles du CT37. Il a pu se faire ainsi que certaines questions qui n'ont pu encore recueillir de consensus soient évoquées ici, le travail de normalisation internationale, qui implique aujourd'hui pour le CT37 près de trente pays, étant fait de compromis entre plusieurs conceptions de la terminologie, plusieurs écoles de pensée, plusieurs expériences et héritages différents. Le texte qui suit se présente donc sous la forme d'une part d'un exposé des éléments sur lesquels il apparaît fécond de s'appuyer pour travailler en terminologie. Ce texte se démarque parfois sensiblement des positions défendues par les pays au sein du CT37.

8Ainsi, est souvent sous-jacente dans ces normes une conception instrumentale de la langue, qui guette tout travail de terminologie, surtout lorsqu'il est conçu, comme souvent, dans une approche normalisatrice : le terme s'y trouve globalement réduit, de façon plus ou moins implicite, à une relation entre objet, désignation et concept. Conception qui est constamment à l'œuvre dans les normes et documents normatifs cités en appui des démonstrations qui suivent. Sans doute ce point de départ n'est-il pas à négliger. Il peut en effet aider à faire la part, dans les questions rencontrées, de ce qui relève de la langue et de ce qui relève de la pensée, stimulant du même coup une voie de recherche qui commence à porter ses premiers fruits. Ce que l'on pourrait qualifier de nominalisme, entendu comme réduction du réel à l'organisation de ses dénominations, sert ainsi de dénominateur commun à une discipline, la terminologie qui, à ce jour, a peu théorisé, sauf sur certains points, sur ce qui demeure essentiellement une pratique. D'où l'intérêt de relever certaines lignes de faille de cette approche, d'en analyser les limites, et de suggérer des pistes nouvelles. C'est toute la question du rapport de la langue au réel qui se trouve ainsi posée, problématique que la terminologie, par le rapport privilégié qu'elle entretient avec l'objet, particulièrement l'objet technique ou scientifique, est susceptible de renouveler.

9Une approche purement nominaliste, qui a tendance à voir dans les termes de simples étiquettes, et dans les systèmes de concepts des mécanismes abstraits, ne peut cependant, à notre sens, appréhender les enjeux qui se dessinent entre langue et culture, langue et société, langue et savoir. On voit d'ailleurs apparaître depuis quelque temps une remise en cause de cette conception, grâce notamment à certains travaux et entreprises terminologiques menés dans des pays de cultures éloignées, au contact par exemple du Réseau international de néologie et de terminologie francophone (RINT). En témoigne par exemple une revue comme Terminologies nouvelles (notamment les numéros 6 et 9, intitulés Terminologie et développement) : la collaboration internationale menée dans les langues partenaires de la francophonie conduit ainsi, entre autres facteurs, à considérer que tout terme, toute terminologie, tout système conceptuel constituent la synthèse de représentations propres à des groupes humains, la dimension ethnologique par exemple (qui s'applique aussi aux sociétés occidentales) ou « ethnovision » (Pottier, 1992, p. 70) ne devant pas être négligée.

1.2 Perspectives de la terminologie

10C'est dire que la terminologie manque encore à puiser dans d'autres disciplines, même si elle s'y est essayée avec courage (par exemple Wüster, 1981). Il est vrai que les terminologues pionniers se sont tournés vers la logique ou la philosophie. Mais il est par exemple étrange de constater que la terminologie ait encore peu pris à la linguistique, s'étant constituée souvent délibérément, à ses origines, en dehors d'elle. Le corollaire de cette attitude est, au mieux, l'indifférence des linguistes à l'égard de la terminologie, au pire, le déni d'existence.

11Or, la terminologie tirerait sans doute avantage de beaucoup d'apports divers, comme précisément ceux de la linguistique. L'apport de la morphologie, de la sémantique, de la morphosyntaxe, de la sociolinguistique devrait être une voie d'accès prioritaire. Elle ne l'est pas ou peu, sous l'influence notamment de l'École de terminologie de Vienne (dite aussi « École wüsté- rienne »), de la pratique nord-américaine (essentiellement canadienne), très pragmatique, de la terminologie, de la normalisation technique, dont le souci essentiel est de décrire des objets à des fins pratiques et opérationnelles. La comparaison des langues devrait être également exploitée : les découpages particuliers que font les langues du réel mettent en lumière des phénomènes que l'étude d'une seule langue occulte nécessairement. L'histoire de la langue a aussi à apporter, non pas seulement en tant qu'histoire, mais en tant que domaine d'expérience dans lequel s'est jouée la constitution, au fil des siècles, de langues de spécialité. Ainsi, un terme nouveau n'apparaît pas ex nihilo dans une langue, ne s'y inscrit pas toujours sans difficulté, n'y meurt ou demeure pas sans raison. A l'inverse aussi, il convient de se garder d'un excès d'historicisme : si coche de plaisance pour houseboat s'est bien installé en France, en partie parce que coche était resté dans la tradition et les métiers de la batellerie, il a en revanche été rejeté en Amérique du nord. De même, les terminologues ne sont pas les premiers ni les seuls à avoir réfléchi sur les vocabulaires spécialisés, et il y aurait avantage à s'inspirer par exemple des grands nomen- clateurs du XVIIIe siècle (notamment Brunot, 1966) et des recherches actuelles en matière de systématique (Goujet, 1988 ; Poney, 1993). Complémentairement, l'histoire des sciences n'est sans doute pas non plus suffisamment exploitée dans une optique de compréhension des phénomènes cognitifs qui entrent dans la structuration des terminologies. L'épistémologie a aussi un rôle à jouer, dans la lignée de la pensée de représentants aussi importants que Michel Foucault, François Dagognet ou Gilles-Gaston Granger. La psychologie, notamment sous l'aspect de l'étude des phénomènes cognitifs entrant en jeu dans la formation des connaissances ; la sociologie, sous celui de la formation, de la circulation et de la réception des discours au sein d'une société ; voire l'ethnologie, auraient aussi à dire, dans les modes d'appropriation des objets techniques et des savoirs scientifiques. Car ces disciplines articulent souvent avec bonheur appropriation du monde et structuration en langues. Nous ne sommes d'ailleurs pas isolé à postuler l'ouverture d'un tel champ, Alain Rey le faisant depuis longtemps pour « le domaine lexical » (Rey, 1977, p. 166). Il serait instructif de compléter ces directions par l'apport de la logique, les logiciens eux-mêmes, et les linguistes de plus en plus, plaidant pour un rapprochement de leurs disciplines, selon différentes approches, notamment, comme le synthétisent par exemple Marie-Dominique Popelard et Denis Vemant, en indiquant qu'il s'agirait de traiter du « logico-linguistique <...> lieu privilégié de réflexions sur des notions communes aux langues naturelles et aux langages formels » (1998, pp. 59-60 ; aussi, Galmiche, 1991, p. 21 sq. et passim).

1.3 Interrelations entre terminologie et linguistique

12Dans les pages qui suivent, ce sont essentiellement les questions que la linguistique peut aider la terminologie à cerner qui seront traitées. À l'inverse, il y sera fait également état des questions que la terminologie est susceptible de poser à la linguistique, dans le souci de faire droit à ce que la terminologie nous paraît pouvoir apporter de nouveau. Cela, en partant du constat suivant : la terminologie a cette particularité qu'aucune science humaine ne réfléchit et n'a autant accès à l'objet. Si l'on accepte le principe selon lequel nous appréhendons les objets au travers des concepts que nous nous en faisons, la terminologie est dans cette perspective d'un apport encore insuffisamment exploité. La terminologie met en effet en valeur le rapport de la langue à l'objet, la pratique du terminologue étant, d'une façon générale, de faire correspondre à chaque concept une ou plusieurs désignations linguistiques (synonymiques dans une langue, ou équivalentes d'une langue à l'autre). Il ne peut parvenir à ce travail de mise en correspondance des désignations autour du concept qu'elles désignent que par la définition : c'est par la description qu'il donne du concept, sous la forme, essentiellement, d'une définition linguistique, qu'il peut déterminer que le concept décrit correspond à l'objet visé, et que les désignations renvoient bien à cet objet par l'intermédiaire du concept. Dans cette perspective, il y a peu de disciplines, en dehors de la logique et de la philosophie, qui trouvent là assez vite leurs limites, qui aient pour objet d'analyse le rapport du signe à l'objet. Ordinairement, la linguistique a abordé l'objet sous l'angle du référent uniquement, l'objet étant réduit souvent à une idéalité inaccessible. Sans doute conviendrait-il de revenir sur cette approche, à des fins même simplement pratiques (comme par exemple pour mesurer le degré d'adéquation d'un terme par rapport à son référent, donc à l'objet qu'il désigne). Contentons-nous de préciser pour l'instant ce que nous entendons par objet et référent : l'objet est une entité extralinguistique ; le référent est l'objet vu, essentiellement, dans son rapport au signe. Le référentiel serait ainsi, dans notre approche, le réel extralinguistique (au moins pensée ou objet du monde) abordé sous l'angle de son rapport à la langue ou à un système sémiotique.

13Et de fait, même dans la linguistique, peu nombreux sont ceux qui se sont aventurés à prendre rigoureusement en compte le rapport du signe au concept, voire même à l'objet. Mais certaines démarches récentes dans cette direction nous paraissent fructueuses, comme par exemple : Cruse (1986, pp. 87 sq. et passim) ; Galmiche (1991) ; Kleiber (1997, pp. 9-37) ; Pottier (1974,1992 et passim) ; Rastier (1991, p. 74 sq.) ; Thoiron et al. (1996, pp. 512-524) ; Putnam (1990 [1988] et passim). De même, la critique de certains présupposés contenus dans, ou induits par le Cours de linguistique générale de Saussure (notamment Milner, 1978, p. 57 sq. ; Rastier, passim) peut aider à resituer des problématiques utiles à la terminologie. L'un des enjeux du texte qui suit, qui prolongent certaines intuitions et développements de plusieurs articles récents (notamment Depecker 1995,1996 ; Gaudin 1996), est que la terminologie met en lumière le rapport du signe au concept, celui du signe au référent et, plus largement, la question de la référence et de l'objet. Ouvrant au-delà sur la sémiotique.

14Il y aurait donc à notre avis beaucoup à apprendre à creuser dans cette direction. Nous essayons ici d'amorcer la réflexion dans ce sens en nous efforçant de rester dans le cadre de la terminologie.

1.4. Le terme : désignation et dénomination

15Nous posons comme principe que le terme est formé d'une désignation et d'un concept. Ce point de départ est utile pour plusieurs raisons. On verra un peu plus loin ce qu'il en est du concept. En ce qui concerne la désignation, ce nom même est fondamental. Les descriptions de la terminologie parlent le plus souvent de dénomination, selon un terme repris de la tradition (voir par exemple le numéro spécial de Meta consacré, précisément, à La dénomination, 1996). À notre sens, le mot de dénomination est trompeur, même s'il s'offre d'emblée à la réflexion comme porteur de la référence (notamment Siblot, 1997, p. 38 sq.). Il induit en premier lieu qu'il n'y aurait en terminologie que des noms. Ce qui est loin d'être le cas. Les verbes sont nombreux (on verbalise un véhicule), les expressions verbales aussi (transmettre des données), et les adjectifs voire les adverbes existent, comme dans le domaine du droit par exemple (Cornu, 1990). En second lieu, le mot de dénomination a tendance à réduire la part linguistique du terme à une catégorie grammaticale (le nom), occultant par là-même, relativement, sa nature plus générale de signe. Or, pour nous, il y a un intérêt méthodologique, et au-delà, comme on essayera de l'illustrer, à considérer le terme comme un signe linguistique à part entière. Cela paraît une évidence. Mais on rencontre souvent dans les milieux de la terminologie, notamment dans les milieux de la normalisation ou au sein de l'École de Vienne, où est née la terminologie et qui reste encore si influente, une conception qui revient en grande partie à réduire le terme à une étiquette apposée sur un concept. Ainsi par exemple, mentionné en présentation d'un manuel de terminologie élaboré par l'un des membres de cette école, qui fait autorité : « Les progrès réalisés dans ces domaines < du savoir en général > donnent lieu à de nouvelles notions auxquelles des termes doivent être affectés » (Felber, 1987, p. 1). Nous ne pouvons suivre cette voie pour différentes raisons dont plusieurs seront développées dans les pages qui suivent. Disons pour le moment que l'expérience terminologique d'où nous partons, qui est une expérience active d'aménagement linguistique et terminologique dans un cadre politique, dont nous avons retracé et expliqué les grandes lignes dans la thèse notamment (Depecker, 1994, 2001), montre à l'évidence qu'un terme, c'est-à- dire généralement un signe linguistique à sens spécialisé, est un élément actif et réactif. La création d'un néologisme, terminologique ou non, le choix d'un terme plutôt que d'un autre, la décision même de statuer sur un terme, la diffusion qui en est faite dans la société, etc. indiquent suffisamment, s'il en était besoin, la réactivité de telles unités linguistiques : lancées dans le public, elles ont inévitablement un impact. Qu'ils suffisent de rappeler les débats passionnés et publics qui ont entouré, dans les années 1980, des termes comme Walkman /baladeur, sponsoring/parrainage, sidéen/sidatique, etc. (Depecker, 1994, 2001 et passim), sans oublier la dimension idéographique du signe comme lorsqu'il s'est agi par exemple de fixer l'écriture du terme média, ou de débattre de l'accent circonflexe dans le cadre des Rectifications de l'orthographe (Conseil supérieur de la langue française, 1990). Le terme est donc pour nous pleinement signe. Et c'est un signe vivant. C'est sans doute en partie le manque de prise en compte de ce fait fondamental qui a pu conduire la plupart des terminologues à considérer que leur discipline ne relevait pas ou peu de la linguistique ; qu'elle pouvait se résumer à une science abstraite maniant des concepts assortis de leur étiquette linguistique ; et à penser qu'elle n'était qu'une sous- partie de l'opération de traduction.

16Enfin, nous faisons bien, pour notre part, la distinction entre terme et désignation. Souvent la confusion est faite entre les deux. Lorsque l'on parle de « terme » par exemple, il est possible de comprendre que l'on parle du terme dans son intégralité (désignation et concept), ou seulement de sa partie linguistique. Or, autant il nous paraît fondamental de marquer l'opposition qui sépare désignation et concept, autant il l'est de les séparer l'un et l'autre du total dont ils font partie. Cela a des conséquences dans le travail terminologique, selon que l'on travaille sur le concept ou sur la désignation : le traitement et la répartition de l'information s'effectuent différemment, notamment dans l'articulation entre note linguistique et note technique, qui complète la définition d'un terme. La note linguistique porte sur la désignation, c'est-à-dire sur le signe linguistique (orthographe, niveau de langue, usage, connotation, etc.). La note technique porte sur des particularités de l'objet auquel correspond le concept décrit dans la définition (utilisation, fonctionnalité, spécification, etc.). Cette articulation fonctionne généralement bien, et permet de sérier de façon économique et cohérente les informations consignées sur un terme. Il arrive cependant qu'elle soit parfois peu discernable, mais ce cas ne fait que mettre en valeur l'étroite contiguïté entre le concept et sa manifestation linguistique.

1.5. Le terme : entre signe, concept et objet

17Le terme, qui réunit comme on l'a vu désignation et concept, renvoie à un objet. « Objet » est le terme utilisé en terminologie pour désigner un objet entendu au sens large (chose, entité, phénomène) (ISO 1087, 1990 ; ISO 8402, 1994). Il ne s'agit pas de l'objet tel que l'entendent la plupart des philosophes (cf. par exemple Bertrand Russel : « Étymologiquement, un « objet » c'est quelque chose de dressé sur notre chemin : si dans l'obscurité je me heurte à un poteau, je suis convaincu de percevoir un « objet », 1969, p. 131). « Objet » est un terme commode en terminologie, car il évite d'entrer dans les débats sur le réel, qui animent philosophes, logiciens et épistémologues (notamment, Bitbol, 1998). Cela, même s'il est vrai que nous appréhendons au moins des objets, des évènements ou des abstractions. Quoi qu'il en soit, le terme, élément fondamental de la terminologie, est pris entre : la pensée constituée (le concept), la langue (le signe linguistique), le réel (l'objet). Cette constatation n'est pas nouvelle, mais elle ne paraît pas avoir encore été mise à profit en linguistique, ni analysée en profondeur en terminologie. Les implications de cette configuration du terme ne nous semblent pas non plus avoir été véritablement exploitées, même si les perspectives historiques eh sont parfois superbement dressées (notamment Rastier, 1990). En tout état de cause, la problématique du signe qui y correspond est très présente, depuis l'origine, dans la tradition philosophique, au moins depuis Platon et Aristote (voir en particulier la remarquable revue qu'en fait Alain Rey, 1973, 1976). Elle a été travaillée, particulièrement, par les stoïciens, les scolastiques, les philosophes modernes, jusqu'aux penseurs les plus contemporains. Aristote introduit un schème de pensée dont il fait la démonstration dans le Perl hermeneias (ou De interpretationé), inclus dans YOrganon. Selon une démonstration qui s'affinera au fil des siècles, quand nous comprenons un mot ou tout autre signe, nous y associons un concept. Ce concept détermine ce que le mot désigne et ce à quoi il renvoie. Ce schème de pensée a été remarquablement durable, et on le retrouve sous des réalisations diverses deux mille ans plus tard aussi bien chez John Stuart Mill que dans les écrits de Frege ou de Carnap. La réflexion qui suit ne prétend pas apporter des éléments de solution à cette position du problème. Elle ne peut qu'essayer de resituer la question et d'esquisser des éléments de réponse, en indiquant qu'il peut être fructueux, par exemple, de puiser chez certains auteurs en adoptant une perspective terminologique qui n'était à l'évidence pas la leur. Les auteurs que nous serons amené à commenter ici sont ceux qui nous paraissent le plus immédiatement aller dans le sens de cette démonstration. Ils ne sont évidemment pas exclusifs d'autres, qui pourraient paraître à juste titre tout aussi importants.

1.6. Guillaume d’Ockham

18La lecture de Guillaume d'Ockham est susceptible d'aider à travailler l'idée d'une distinction entre signe et objet, et entre concept et signe. Celui-ci indique, dans une perspective théologique il est vrai, « que les mots et les concepts nous trompent » (Somme logique, 1,51) :» <...> multiplicare entia secun- dum multitudinem terminorum, et quod quilibet terminus habet quid rei ; quod tamen abusivum est et a veritate maxime abducens. Non enim quaerendum est in omnibus terminis quid rei sed tantum quid nominis in multis, quales sunt omnes termini rela- tivi et nonnulli alii, quorum quilibet aequivalet in significando longue orationi. Et ideo propositiones in quibus ponuntur resolvendae sunt et exponendae, utendo aliquotiens descriptione loco nominis, quia voces et conceptus decipiunt » : « Multiplier les étants d'après la multiplicité des termes et considérer qu'à n'importe quel terme correspond quelque chose de réel : c'est là une opinion abusive qui éloigne de la vérité. Car il ne faut pas chercher dans tous les termes ce qu'il en est de la chose mais seulement ce qu'il en est du nom dans le multiple, comment s'y appliquent tous les termes relatifs et quelques autres, qui chacun équivaut par sa signification à une longue phrase. Aussi, les propositions dans lesquelles ils sont utilisés doivent être résolues et exposées, en employant parfois une description à la place d'un nom, car les mots et les concepts nous trompent » (traduit d'après Biard, 1974). Il est donc nécessaire de dégager très nettement ce qui relève du signe et ce qui relève du concept, car méprises et confusions viennent souvent du fait que nous prenons l'un pour l'autre. De même faut- il distinguer ce qui est du signe et ce qui est de la chose. C'est la tâche principale de la logique de cette époque que d'opérer ces distinctions (notamment Alféri, 1989, p. 22 et passim ; Heidegger, 1916, p. 129). Même si cette analyse a été élaborée dans des champs épistémologiques différents, on peut cependant suggérer que le terminologue s'essaie précisément, plus ou moins consciemment, à se défier des signes et à s'en dégager, afin de restituer un rapport sûr entre signe et objet. Il ne peut le faire, en l'état actuel de la réflexion, qu'en passant par le concept (auquel il accède essentiellement par la définition). La terminologie a en effet pour vertu de forcer à distinguer les relations qui portent sur les signes, des relations qui portent sur les choses : traiter un terme amène ainsi à faire la part de ce qui relève du signe, du concept et de l'objet. Il arrive souvent, particulièrement dans le cas de termes nouveaux, ou dans le cas d'organisations nouvelles de concepts dans un champ terminologique en formation, que le terminologue ait à circonscrire rigoureusement des objets qui s'offrent à lui de façon confuse dans la langue.

19Si le nominalisme consiste à réduire les choses à leur nom, ce nominalisme a du bon s'il pousse à faire la part des choses, des signes et des concepts. Il offre également une base de travail à partir de laquelle avancer.

1.7 Un exemple de traitement terminologique

20Toutes perspectives et proportions gardées, on pourrait illustrer ce propos par l'examen du traitement auquel a donné lieu le terme point de contrôle en séance de commission ministérielle de terminologie de la télédétection aérospatiale du 2 octobre 1986 (Depecker, 1989). Point d'appui, point de repère et amer y furent examinés en relation avec la traduction erronée mais courante de point de contrôle pour control point. Deux autres termes s'offrent alors à la discussion, point de canevas et point de vérification, qui semblent se démarquer des deux précédents tout en s'inscrivant dans le même champ. Le point de départ de toute analyse terminologique étant souvent problématique, la question se pose alors de comment procéder. On avait commencé par fixer le concept de point d'appui sous la forme de sa définition (« point matérialisé au sol par un détail naturel ou artificiel, connu en coordonnées et identifiable sur l'image »). Un peu plus tard, cette définition va à point de canevas : « la définition retenue » dit le compte rendu de réunion, « reprend celle prévue, initialement, pour point d'appui. Le point d'appui est un point de canevas. » Point d'appui est de ce fait revu en fonction de la définition de point de canevas, et se définit alors par « point de canevas utilisé pour effectuer le prétraitement et/ou le traitement géométrique des données ». Pour point de vérification, auquel est dès l'abord relié l'équivalent angloaméricain check point, « la définition », dit le même compte rendu, « est rédigée à partir de point de canevas, le point de vérification étant également un point de canevas, autre que le point d'appui. » La définition en était alors fixée comme suit : « Point de canevas, autre que le point d'appui, utilisé pour apprécier les résultats d'un prétraitement et/ou d'un traitement géométrique des données. » Corrélativement, point de repère (landmark) est fixé en « point matérialisé au sol par un détail naturel ou artificiel identifiable sur l'image » ; de même pour amer (sea-mark) : « repère terrestre ou marin visible destiné à la navigation maritime ou aérienne » (Paul, Depecker, 1991). On perçoit ici le côté phénoménologique du traitement terminologique, particulièrement dans cette phase initiale de travail où l'on a tendance à prendre une désignation pour une autre, à cerner de façon vague un concept qui se révèle ouvrir sur un autre pour finalement s'y substituer, etc. C'est ainsi le constant va-et-vient établi entre les objets (ici les différents points de référence cartographiques), les concepts (cernés par les définitions), et les désignations, travaillées d'une langue à l'autre, qui permet d'avancer dans le traitement de ces différents termes.

21C'est là renouer, au moins dans la détermination des éléments à décrire, avec une longue tradition. La linguistique du XXe siècle, dans ses grandes lignes, s'est cependant démarquée le plus souvent de cette antique tradition selon laquelle un signe est avant tout signe de quelque chose. Elle s'est précisément constituée en marge, voire contre cette problématique, et sans doute le fallait-il pour constituer la linguistique en tant que telle. Mais cette tradition du rapport du signe à la chose est certainement à retravailler (particulièrement Siblot, 1997), notamment dans une perspective terminologique. Et cela, d'autant plus que la linguistique peut désormais fournir des bases solides à cette démarche. Ce que l'on peut considérer comme la base du travail terminologique dépend en effet en priorité, dans l'état actuel de la réflexion et de la pratique, de la relation établie entre signe, concept et objet. Ce qui place évidemment la terminologie dans une position privilégiée pour travailler cette relation. Paradoxalement, cela a jusqu'à présent été peu mis en valeur.

1.8 L'analyse de Gottlob Frege

22Pourtant, cette voie ouverte semble prometteuse, d'autant que bien des jalons sont déjà posés par la logique, la linguistique, et la philosophie du langage. Si l'on se reporte à un auteur aussi important, pour notre recherche, que Frege, force est de considérer qu'il apporte des éléments de réflexion déterminants sur les rapports entre signe, objet, concept, et les relations qui les unissent. Le cadre général de sa démarche reste le rapport de la pensée au vrai. Mais l'une des voies pour y parvenir est de vérifier, quand cela est possible, la relation entre ce que Frege appelle le sens d'un signe (ce qu'il signifie en tant que signe), et son référent (Bedeutung, souvent traduit en français par « dénotation »). C'est en effet l'exigence de vérité qui pousse à avancer vers la référence. Mais cette affirmation va plus loin, en ce qui concerne notamment la manière dont le signe donne l'objet, voire donne sur l'objet : « il est naturel d'associer à un signe (nom, groupe de mots, caractères), outre ce qu'il désigne et qu'on pourrait appeler sa dénotation < Bedeutung, ce à quoi il renvoie > ce que je voudrais appeler le sens du signe, où est contenu le mode de donation de l'objet » (Frege, 1971 [1892], p. 103). Frege propose donc une répartition entre signe, sens, et référent. Très éclairante est la remarque sur le sens du signe en tant que mode de donation de l'objet : par quoi, explique Frege un peu plus loin, les langues diffèrent : « un même sens a dans les langues différentes, et parfois dans la même langue, plusieurs expressions » (ibidem, p. 104). Complémentaire de cela est l'existence de plusieurs signes possibles pour un même référent : « le lien régulier entre le signe, son sens, et sa dénotation < Bedeutung > est tel qu'au signe correspond un sens déterminé et au sens une dénotation déterminée tandis qu'une seule dénotation (un seul objet) est susceptible de plus d'un signe » (ibidem). Est bien circonscrite ici la part du signe (porteur du « sens ») et celle du référent. La relation du signe avec le sens forme unité et c'est l'association avec ce à quoi elle renvoie qui peut permettre la pluralité des désignations autour d'un objet.

23À cette série de perspectives particulières données par le signe s'ajoute la représentation que l'on peut avoir, individuellement, de tel ou tel signe : « Si un signe dénote un objet perceptible au moyen des sens, ma représentation est un tableau intérieur, formé des souvenirs des impressions sensibles et des actions externes ou internes auxquelles je me suis livré. Dans ce tableau, les sentiments pénètrent les représentations ; la distinction de ses diverses parties est inégale et inconstante. Chez le même individu, la même représentation n'est pas toujours liée au même sens. Car la représentation est subjective ; celle de l'un n'est pas celle de l'autre. Et il est bien naturel que les représentations associées au même sens diffèrent grandement entre elles. Un peintre, un cavalier et un naturaliste lieront sans doute des représentations bien différentes au nom « Bucéphale ». C'est par là qu'une représentation se distingue essentiellement du sens d'un signe. Celui-ci peut être la propriété commune de plusieurs individus : il n'est donc pas partie ou mode de l'âme individuelle. Car on ne pourra pas nier que l'humanité possède un trésor commun de pensées qui se transmet d'une génération à l'autre » (ibidem, p. 105). Cette représentation que l'on a individuellement du sens d'un signe ne remet pas en cause véritablement le sens de ce signe, mais permet de situer la part de la compréhension usuelle des signes et celle, par exemple, de l'imaginaire qu'ils suscitent. La logique trouve là cependant une de ses limites : « Il ne faut pas oublier qu'on peut exprimer différemment le même sens, et que la différence n'est pas alors celle du sens mais une différence de manière de voir, d'insistance, de coloration, que la logique ne prend pas en compte » (ibidem, « Concept et objet », note p. 131).

24Ainsi a-t-on, mise en perspective chez Frege, la relation du signe, du sens, du référent et de la représentation. Ce détour permet de mieux appréhender, à notre avis, certains des phénomènes que l'on rencontre dans tout travail de terminologie. Par exemple la relation entre signe (désignation), sens (entendu comme sens du signe dans la langue), et référent (objet, considéré dans sa relation par rapport aux signes). Frege indique : « C'est donc la recherche et le désir de vérité qui nous poussent à passer du sens à la dénotation » (ibidem, « Sens et dénotation », p. 109). Lu dans une perspective terminologique, ce peut être là une remarquable illustration du travail du terminologue, qui s'efforce de relier les signes à leur référent et d'en éprouver la relation. Frege va plus loin encore, puisque le but de sa démarche est la recherche du vrai. Il indique : « pour connaître, il faut encore unir à la pensée sa dénotation < Bedeutung >, c'est-à-dire la valeur de vérité de la pensée » (ibidem, p. 111).

25L'exercice du jugement mène donc à la mise à l'épreuve des signes au regard de ce qu'ils représentent : « dans tout jugement <...> le pas est franchi qui nous fait passer du niveau des pensées au niveau des dénotations (de l'objectif) » (ibidem, p. 110). La démonstration trouve cependant ses limites, de notre point de vue, dans le fait, notamment, que Frege ne situe pas exactement la place et le rôle du concept dans la relation entre le signe et le référent, laissant la voie à de nouvelles interrogations. Ce manque, autant que les limites que Frege trouve dans cette direction, semblent indiquer les possibilités qu'ouvre précisément cette recherche.

1.9 L'analyse de Louis Hjelmslev

26L'une des démarches les plus audacieuses de description de la relation entre signe et référent nous semble être celle de Louis Hjelmslev. S'appuyant sur une analyse de la fonction sémiotique et dans la lignée de Saussure, à qui il donne raison de distinguer forme et substance, Hjelmslev montre que le signe linguistique est constitué de « deux grandeurs : expression et contenu ».

27L'expression est le côté sensible de la langue, le contenu ce qu'elle exprime. Ces « deux grandeurs » sont indissociables et se présupposent l'une l'autre : « Une expression n'est expression que parce qu'elle est l'expression d'un contenu, et un contenu n'est contenu que parce qu'il est contenu d'une expression » (Prolégomènes, p. 67). Ces deux plans, plan de l'expression et plan du contenu, se répartissent à leur tour en deux niveaux : la forme et la substance.

28La forme de l'expression est ainsi en œuvre dans les règles syntagmatiques et paradigmatiques qui s'expriment dans une langue (oppositions phonologiques par exemple). La substance de l'expression est la substance phonique mise en œuvre par une langue (ce dont s'occupe par exemple la phonétique).

29La forme du contenu est l'organisation du sens linguistique (par exemple, les parties du discours). On peut interpréter la substance du contenu, quant à elle, comme l'empreinte, dans le signe, du référent, c'est-à-dire la manière dont le réel emplit la forme du signe : le bois (ensemble d'arbres sur pied) est aussi le bois de ma porte (Prolégomènes, p. 76 ; de même, Greimas, 1986, p. 26 : la substance du contenu doit être considérée comme « la manifestation linguistique du contenu »).

30L'un des grands mérites de cette articulation du signe, au demeurant difficile à tenir, est notamment de rendre sensible et analysable l'empreinte que fait chaque langue du réel, et par là-même, la différence de découpage entre les langues (wood et timber pour l'exemple de bois exprimé ci-dessus). Cela est d'un grand intérêt, car le travail de terminologie se fait le plus souvent en plusieurs langues, le terminologue ayant à se défier du sens que les signes semblent avoir. C'est pour cela qu'il met constamment en regard désignations et concepts afin d'avoir un ancrage sûr pour déterminer qu'un terme (concept + désignation) réfère bien à l'objet qu'il étudie. Ce travail permet de relier les langues de la façon la moins équivoque possible et d'en permettre de l'une à l'autre la traduction, tout au moins dans les domaines techniques et scientifiques. Ainsi les langues informent le réel, le mettent en forme, et c'est en cela et pour cela qu'elles sont différentes. Dans notre perspective, l'un des points les plus riches de l'analyse de Hjelmslev est qu'il tend à dépasser la description de la relation entre signe et référent. Le sens linguistique occupe là une place particulière : « Le sens < Hjelmslev prend l'exemple de « je ne sais pas » dans différentes langues > devient chaque fois substance d'une forme nouvelle et n'a d'autre existence possible que d'être substance d'une forme quelconque » (Prolégomènes, p. 70). Il s'agit ici d'une véritable prise en compte de la pensée dans le signe, le signe lui donnant forme et la transformant en substance du contenu. De ce fait, si le signe informe le réel, le réel en retour investit le signe.

31Mais la démarche se referme sur le linguistique, ce qui se conçoit tout à fait dans la perspective de Hjelmslev (notamment 1966, p. 25). Il a d'ailleurs une remarquable intuition lorsqu'il observe que « c'est à la linguistique qu'il revient spécifiquement de décrire la forme linguistique et de rendre possible sa projection sur les objets extralinguistiques qui, pour le linguiste, sont la substance de cette forme » (Prolégomènes, p, 101). La limite de ce parti-pris est cependant de fermer le linguistique sur lui-même. La dimension de la pensée, par exemple, n'est le plus souvent suggérée, au mieux, que sous la forme du « sens non-formé » (ibidem, p. 70). Même s'il lui « semble juste qu'un signe soit signe de quelque chose » (p. 76), Hjelmslev ne va pas au-delà de l'explication qu'il en donne par la substance du contenu. Nulle mention du concept ou du travail de la pensée, Hjelmslev s'en tenant sur ce point à l'analyse de Saussure. Cette linguistique referme donc le signe sur lui-même, sans extrapoler sur le dehors du signe, ce que l'on pourrait appeler le « hors-signe », à savoir ce à quoi il renvoie, qui relève du domaine de la pensée et du réel (unité de pensée ou faits d'univers). Il semble bien pourtant que l'on puisse tirer plus avant les conclusions de la démonstration de Hjelmslev, car si la présence du référent dans le signe se réduit à la substance du contenu, cela veut justement dire qu'il est même davantage possible de poser la question du rôle de la pensée, et particulièrement du rapport entre signe et concept. D'autant que Hjelmslev a des intuitions très justes, notamment lorsqu'il veut éviter, comme Saussure avant lui, « la méprise fort répandue selon laquelle une langue n'est qu'une nomenclature pure et simple, une réserve d'étiquettes destinées à être attachées à des objets préexistants » (Prolégomènes, p. 77 ; Cours de linguistique générale, p. 97). Certes, des nécessités d'ordre scientifique ont fait tenir à l'écart le rôle de la pensée dans la langue ou d'autres aspects (cf notamment Ricœur, 1967), mais ce manque, précisément, aurait pu être mieux situé. De fait, la substance du contenu pas plus que la forme du contenu n'épuisent, à notre avis, la dimension du signe.

Il apparaît à l'issue de ces brèves analyses que le débat demeure ouvert, dans une perspective terminologique, entre signe, concept et objet. Nous restons dépositaires du problème que nous posions au départ : comment entrer dans l'analyse des relations entre signe, concept et objet ? Ockham marque bien la distinction entre chacun de ces termes, mais ne nous donne pas véritablement les instruments pour dépasser cette répartition. Frege, tout en distinguant sens linguistique et référent, ne permet pas de creuser le rapport du signe au concept. Et Hjelmslev referme le signe linguistique sur lui-même sans ouvrir de possibilités de réflexion vers le concept, le signe semblant puiser dans l'« amorphe » de la pensée pour lui donner forme. Sans doute pouvons- nous essayer de franchir un pas de plus, puisque nous avons vu que la terminologie a besoin de cerner le signe, le concept et l'objet, et de travailler sur les relations qui les unissent. Ce qu'on trouve peu, sous l'angle qui nous intéresse ici, dans les théories linguistiques, sinon de façon relativement éparse, la linguistique ayant eu tendance à se refermer sur le signe linguistique pour fixer son champ scientifique et se constituer (notamment Hjelmslev, 1966, et passim).

2. Concept et signifié

2.1 Le concept confondu avec le signifié

32Peut-être pouvons-nous partir, précisément, du signe linguistique pour essayer d'aller plus loin. Même s'il excelle à conduire l'analyse à ses limites, Hjelmslev, on l'a vu, illustre bien cette tendance à la clôture du linguistique. Il ne prétend pas en cela s'inscrire en marge de Saussure, dont le grand mérite a été de penser le signe de façon structurale, en dégageant et différenciant signifiant et signifié. Ce qui est de l'ordre de la pensée est cependant, dans son Cours de linguistique générale, relégué le plus souvent au niveau de l'« amorphe », sans qu'il y ait là de connotation péjorative : « amorphe » signifie pour lui « qui n'a pas de forme en soi » (ainsi, Godel, 1957, p. 207 et passim). Mais il y a constamment dans le Cours une sorte de réductivisme de la pensée au signe, la langue donnant forme aux « masses amorphes » de la pensée et du son (Cours de linguistique générale, p. 156 ; aussi Bouquet, 1997, p. 233). Hjelmslev insiste sur ce point, en citant d'ailleurs Saussure : « Prise en elle- même, la pensée est comme une nébuleuse où rien n'est nécessairement délimité. Il n'y a pas d'idées préétablies, et rien n'est distinct avant l'apparition de la langue » (Prolégomènes, p. 67). La démonstration de Saussure est cependant à approfondir sur ce point. Partant du principe que « l'unité linguistique est une chose double », Saussure indique que « le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique », en précisant que cette dernière est « l'empreinte psychique de ce son, la représentation que nous en donne le témoignage de nos sens » (Cours de linguistique générale, p. 98). Le signe linguistique est donc pour lui « une entité psychique à deux faces », constituée par « la combinaison du concept et de l'image acoustique ». Il fait franchir ici un pas décisif à l'analyse linguistique en faisant échapper le mot « signe » à « l'usage courant » qui peut en être fait, celui de désigner « l'image acoustique seule, par exemple un mot (arbor, etc.) » (ibidem, p. 99). Il ajoute : « On oublie que si arbor est appelé signe, ce n'est qu'en tant qu'il porte le concept « arbre », de telle sorte que l'idée de la partie sensorielle implique celle du total » (ibidem, p. 99). On verra un peu plus loin ce que peut avoir de fondamental, à notre avis, cette déclaration. Insistons pour l'instant sur son caractère novateur : en faisant du signe une combinaison de « deux éléments intimement unis », Saussure ouvre la possibilité de penser le signe comme une entité structurale. Même s'il regrette de devoir garder le mot « signe » pour signifier le « total » du signe, ce qui pouvait être ambigu, il conclut ainsi cette démonstration : « Nous proposons de conserver le mot signe pour désigner le total, et de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant ; ces derniers termes ont l'avantage de marquer l'opposition qui les sépare soit entre eux, soit du total dont ils font partie » (Cours de linguistique générale, p. 99). La face sonore du signe est donc assimilée au signifiant, le concept étant pour sa part réduit au signifié. Dans son Cours, Saussure ne s'est pas attardé sur le concept, se contentant de l'expliciter, à un moment, de cette façon : « les faits de conscience que nous appellerons concepts » (ibidem, p. 28). De plus, il utilise souvent, de façon plus ou moins interchangeable semble-t-il, les mots de « pensée », d'« idée », et de « concept » (cf aussi Godel, 1957, p. 112).

33Pour nous, il semble possible d'aller plus loin en reprenant plusieurs des déclarations de Saussure comme on le verra un peu plus tard. Pour l'instant, contentons-nous d'énoncer l'hypothèse suivante : le concept ne se résume pas au signifié. L'un et l'autre sont distinguables même s'ils ont tendance à être confondus dans la langue. Cette déclaration est à prendre non comme une vérité révélée, mais comme une direction de travail. Il y a là à notre avis une voie de recherche à explorer, d'autant que cette distinction semble opératoire en terminologie. De fait, les langues, en découpant les concepts, en les regroupant ou dégroupant, ne font le plus souvent que donner forme à des concepts existant dans la pensée. Il nous paraît en tout état de cause nécessaire de travailler cette hypothèse, car c'est sur elle que s'appuie, plus ou moins explicitement, le travail terminologique. Seulement, les terminologues emploient le terme de « concept » pour dire « signifié », et les linguistes celui de « signifié » pour dire « concept ». Ce qui est pour le moins troublant. Cette constatation est à examiner car elle semble cristalliser un malentendu. Il s'agit donc de regarder ce point, d'en dégager l'intérêt, et d'en tirer les conséquences.

2.2 Le concept ne se résume pas au signifié : examen d'un champ terminologique

34Cette hypothèse a commencé d'être reprise et développée, particulièrement dans les milieux de la terminologie (Cabré, 1993, p. 97 ; Depecker, 1995,1996 ; Gaudin, 1996 ; Thoiron et al., 1996 ; voir également Rastier, 1991, qui remet de façon remarquable la problématique générale en perspective). La démonstration n'en a pas encore été véritablement faite à notre avis dans le champ de la linguistique, car elle est peu aisée : elle requiert en effet de séparer le signe de lui-même. Elle semble cependant pouvoir être recherchée, notamment, du côté de la comparaison des langues, de l'analyse de champs conceptuels, et des effets d'ambiguïté propres au signe linguistique. A contrario, ce que nous appellerons plus loin la « richesse du signifié », semble témoigner de l'excès du signe par rapport au concept.

35Ainsi, l'examen d'un champ terminologique dans deux langues laisse entrevoir cette distinction possible entre signifié et concept. Considérons d'un point de vue général qu'un champ terminologique est un ensemble de termes dont les concepts sont en étroite relation. Si l'on examine par exemple le champ terminologique de la veille sur un navire, selon le beau paradigme fourni par Marc Van Campenhoudt (1996), on constate que l'anglais emploie match pour désigner plusieurs concepts, match ayant sens de « veiller, surveiller, regarder ». Dans cette langue, match désigne aussi une montre. Le signifié de match, c'est-à-dire l'ensemble sémantique constitutif de cette forme, renvoie concomitamment en anglais à l'idée de veille, de regard, de surveillance, de temps, et correspond à chaque fois à un concept différent ; il y a de plus une extension de l'action à l'objet (match = « montre ») ou de l'action de surveiller aux personnes qui en sont chargées (match = « équipe de surveillance »). Il en va différemment pour le français, qui organise cet ensemble en ayant recours, pour chaque concept, à des désignations distinctes. Si l'on se dégage des langues, on cerne les concepts suivants :

- concept de//surveillance// :

  • anglais « match », qui peut s'expliciter, pour cette langue, en « action de veiller de façon vigilante par le regard » ;

  • français « veille », qui a sens de « veiller » (être éveillé), et indirectement d'« être vigilant » ;

- concept de//temps de surveillance// :

  • anglais match : qui peut s'expliciter en « résultat de l'action de veiller de façon vigilante par le regard » ;

  • français « quart », temps de surveillance équivalent au quart d'une durée (deux à quatre heures dans la marine nationale française, cette durée pouvant varier), par opposition, essentiellement, à d'autres divisions du temps ;

- concept d'//équipe de veille// :

  • anglais match : qui peut s'expliciter en « équipe effectuant cette action de veille vigilante » ;

  • français « bordée » : partie de l'équipage de service à bord.

36La signification induite est de ce fait actualisée de façon différente d'une langue à l'autre : le champ conceptuel est structuré sur le plan linguistique en anglais sous la figure de la veille et du regard (match), alors qu'en français la figure correspondante n'est explicitée sur le plan linguistique, sous la forme du terme « veille », que pour l'un des concepts (celui de/ /surveillance/ /). Les deux langues désignent donc les mêmes concepts, les signes linguistiques mis en œuvre les mettant en forme et les donnant à voir différemment dans des signifiés particuliers.

37Or, si le concept se résumait au signifié, les signifiés des deux langues seraient identiques.

2.3 Le concept ne se résume pas au signifié : description d'une relation hyperonyme-hyponyme

38On a vu à partir de l'exemple précédent que les signifiés des langues ne décrivent pas les concepts de la même façon. Il est également possible d'observer, à partir de la description d'une relation hyperonyme-hyponyme, qu'ils ne les décrivent ni découpent non plus de la même façon. On peut reprendre sur ce point l'exemple célèbre de l'anglais river. River se traduisant en français courant par « fleuve » ou « rivière », on pose que fleuve et rivière sont distingués en français sur le plan linguistique, mais confondus en anglais. Ce qui induit une configuration hyponymique et hyperonymique différente dans les deux langues. En ce qui concerne river, on a, au niveau linguistique :

hyperonyme : zvatercourse/cours d'eau
hyponyme(s) : river/fleuve, rivière
(d'après The New Shorter Oxford Dictionary, 1993).

39On a donc dans l'anglais river un « grand » signifié malaisément décom- posable, pour deux signifiés distincts en français. Sur le plan de la structuration lexicale (plan de la langue), l'anglais présente donc un hyponyme, alors que le français livre deux cohyponymes (fleuve et rivière). On a en effet en français un hyperonyme (« cours d'eau ») et deux hyponymes de même niveau (« fleuve » et « rivière »), c'est-à-dire deux cohyponymes ou « isonymes » (Gouadec, 1990, p. 50) : sous les signes de « fleuve » et de « rivière » le français « hétéronymise » donc (il use de deux termes) et « isonymise » (il les associe au même niveau) ce que l'anglais garde confondu. Ce genre de décalage entre signifiés d'une langue à l'autre fait que, dans toute opération de traduction, le degré de recouvrement est forcément aléatoire (notamment Mounin, 1963, p. 48 sq. et passim) : river déborde « fleuve » et « rivière », et « fleuve » et « rivière » réduisent river à une partie de lui-même. Or, si le concept se résumait au signifié, on serait obligé d'admettre dans ce genre de cas : soit que les concepts varient obligatoirement d'une langue à l'autre, puisque les signifiés varient ; soit que les signifiés des deux langues sont interchangeables, ce qui est impossible puisqu'ils ne se correspondent pas.

40Si l'on dégage de cette présentation des signifiés la structuration en concepts correspondante, on a :

concept superordonné : / /cours d'eau/ / / /watercourse/ /
conceptssubordonnés ://fleuve// //rivière// //river////(small)river//

41À partir du français on reconstitue, au plan conceptuel, un concept superordonné et deux concepts subordonnés. Ces deux concepts subordonnés forment à leur tour deux concepts coordonnés, en français distingués en langue ; mais non en anglais, sauf dans les cas où river est précisé par small, ce qui est relativement usuel. Mais la langue anglaise ne fournit pas de forme distincte sur le plan de la lexie, donnant par là-même à river une surface sémantique de toute façon plus grande (cours d'eau de plus ou moins grande importance) : à tel point que river équivaut parfois à watercourse (Webster's, 1961). On peut cependant rétablir plus ou moins ces décalages de signifiés à partir d'une analyse conceptuelle. Celle-ci peut être faite comme ici à partir du français, mais elle pourrait l'être à partir de toute autre langue, ou à partir d'une approche non linguistique, par création de concepts indépendante des langues : il suffit d'articuler le concept de//cours d'eau// en plusieurs autres concepts en fonction du débit, comme le fait EDF, et d'y assortir des désignations linguistiques. Pottier a une remarquable expression pour décrire ce vide linguistique qui peut ou non être provisoire (mais qu'on peut vouloir combler lorsqu'on travaille en terminologie multilingue) : il l'appelle le « lexe », ombre du concept qui semble planer sur les langues avant de s'y incarner... (1974, p. 44). Ces différentes raisons contribuent à expliquer pourquoi sont davantage privilégiées, dans les domaines spécialisés, des désignations susceptibles de coïncider tant du point de vue de leur signifié que du concept auquel elles renvoient : ainsi pour voie d'eau/waterway/Wasserstrafie dont la surface sémantique et conceptuelle reste très proche d'une langue à l'autre (Directive 96/50 du Conseil de l'Europe du 23 juillet 1996).

42La structuration en langues induit donc des structurations de signifiés différentes, souvent éloignées, voire relativement irréductibles : river excède « fleuve » et « rivière », et « fleuve » et « rivière » réduisent river à une partie de lui-même. C'est pourquoi la terminologie s'efforce de dégager des langues les concepts, et de prendre appui sur ces derniers pour reconstituer le matériau linguistique les nommant (désignations) ou les formulant (définitions) : c'est donc que la terminologie tend à faire des définitions de concepts. On peut examiner ce point à partir d'un autre exemple, celui de bateau dans le domaine de la navigation intérieure. Dans ce domaine, bateau est défini comme une « construction flottante motorisée ou non, susceptible de se déplacer ou d'être déplacée, et apte à recevoir ou à transporter des biens ou des personnes » (arrêté de terminologie des transports du 18 juillet 1989, Journal officiel du 12 août 1989). Cette définition très précise articule certains caractères retenus ici par rapport à d'autres. Ainsi, le caractère de//construction// distingue le bateau de tout autre objet flottant ;//motorisée// et//non motorisée// permettent d'englober bateaux à moteur et bateaux à voile ;//susceptible de se déplacer// distingue le bateau de Y//établissement flottant//, qui reste immobilisé à quai et qui est par là soumis à des règles de sécurité particulières ;//d'être déplacé// inclut notamment les barges ;//apte à recevoir ou à transporter des biens ou des personnes/ / (si l'on veut bien faire de cet ensemble un caractère homogène même s'il englobe plusieurs caractères), distingue le bateau de toute autre construction flottante (balise, ponton, etc.).

43On remarque le fonctionnement de la définition terminologique, qui opère par inclusion/exclusion stricte de caractères, et par opposition à d'autres concepts. Le rapport d'opposition principal est ici l'établissement flottant, qui forme un cas à part dans la règlementation de la navigation intérieure (il est immobilisé à quai et difficilement déplaçable). Le rapport d'opposition et les critères choisis pour l'énoncé de la définition auraient pu être avec navire, qui est un bateau prévu pour le transport sur mer. Mais le fait qu'ici bateau soit défini dans le domaine de la navigation intérieure a paru suffisant pour s'en tenir à l'opposition, principalement, avec établissement flottant : il ne s'agit de définir ici que les bateaux prévus pour la navigation intérieure. Bateau est donc défini, à des fins de règlementation, comme un concept spécialisé, la perspective terminologique forçant bateau à une spécificité qu'il n'a pas dans la langue commune : la spécialisation donnée au terme bateau en réduit donc l'extension. Si l'on se reporte à l'inverse à un dictionnaire de langue comme le Lexis, on est très loin de cette spécificité : bateau : « toute sorte de navire et d'embarcation » (Lexis, 1979). À un autre niveau de définition encore, bateau est, pour Le Nouveau Petit Robert, une « construction flottante destinée à la navigation » (1993). Dans cette définition de bateau, il ne semble pas qu'on puisse observer de distorsion entre concept et signifié : les deux paraissent coïncider. Mais dans ce cas, on peut considérer que c'est la langue qui donne forme au concept (on imagine difficilement que bateau soit autre chose qu'une « construction flottante destinée à la navigation ») ; dans le cas de la définition terminologique en revanche, on doit considérer que c'est le concept qui donne forme à la langue (on tire « bateau » dans un sens spécifique qu'il n'a pas communément). Si cette hypothèse est juste, onomasiologie et sémasiologie ne seraient pas seulement des démarches de travail et d'analyse différentes (aller des concepts vers les signes, ou aller des signes vers les concepts) : ce seraient aussi des manières différentes pour la langue et les concepts de se constituer. Qn doit alors prendre en considération le rôle que joue la stipulation dans cette opération d'assignation de sens qui est souvent celle de la terminologie : on donne un sens particulier à une imité linguistique en la sommant d'avoir ce sens dans la démonstration que l'on produit. Pour compléter cette analyse, nous aurions tendance à dire que dans bateau au sens général, chacun des sèmes que le mot a en français est disponible, alors que dans bateau au sens terminologique qui lui est donné en navigation intérieure, les sèmes ne sont délivrés que par les caractères du concept. Ces sèmes deviendraient disponibles si par exemple on créait le terme de « bateau intérieur » (bateau destiné à naviguer en eaux intérieures), auquel cas le signifié intégrerait intégralement sous forme de sèmes les caractères du concept, signifié et concept coïncidant alors.

44Ce genre de phénomène paraît étrange, mais il est courant dans les domaines techniques ou scientifiques dans lesquels c'est le concept qui est visé et défini en premier lieu, non son expression en langue (qui est de l'ordre du signifié). D'où les distorsions observables de l'un à l'autre.

2.4 Le concept ne se résume pas au signifié : l'ambiguïté du signifié

45Il est possible d'approfondir ces deux analyses portant sur la distinction entre concept et signifié en observant le fonctionnement d'un terme. On a vu plus haut comment il avait été possible de structurer le champ terminologique des points de référence cartographique : c'est la distinction entre désignations et concepts qui permettait d'en reconstituer le champ terminologique, par l'opération de délimitation des concepts, alors que la langue, par le calque « point de contrôle » pour control point induisait en erreur (l'angloaméricain control point recouvrant à la fois point de canevas et point d'appui et non point de vérification comme l'usage de « contrôle » pouvait le suggérer) ; de fait, le signifié du terme français contrôle (qui réunit la maîtrise et la vérification d'une opération ou d'un ensemble d'opérations) est différent du signifié de control, qui n'a le plus généralement en anglais que le sens actif de « maîtrise ». D'où l'ambiguïté, sous l'influence de l'anglais, du terme « contrôle » en français spécialisé (soit : maîtrise ou vérification soit, par calque de l'anglais, uniquement maîtrise). Cela, même si les deux concepts auxquels contrôle renvoie (//maîtrise// et//vérification//) restent bien présents et rigoureusement distinguables. Simplement, contextes et situations de communication influent en permanence sur l'interprétation à donner du ou des signifiés en jeu, ce qui exige la fixation du sens des termes spécialisés : « contrôle » est pour cette raison quasiment banni de spécialités comme l'ingénierie nucléaire, dans lesquelles toute imprécision dans le sens des termes employés peut avoir de graves conséquences. D'autres exemples seraient également illustratifs de ce phénomène, comme fuel-oil, qui désigne en anglais à la fois le combustible et le carburant, et en français uniquement le combustible. De fait, l'une des propriétés du concept est d'être, d'un strict point de vue logique, distinct de tout autre et non ambigu. À suivre ces démonstrations, on doit considérer que l'ambiguïté d'un terme (et plus généralement d'une unité linguistique, voire sémiotique) est portée par le signe même, et dans le signe, particulièrement par le signifié de la désignation (c'est-à-dire l'ensemble sémantique constitutif de la forme linguistique). Cela, même si les concepts que l'ensemble signifié associe dans un même signifiant n'en demeurent pas moins présents. D'où la forte ambiguïté de ce que l'on pourrait appeler les effets de langue sur les concepts, qui ont tant retenu des penseurs comme Guillaume d'Ockham. D'où la nécessité de travailler en terminologie sur les concepts afin de dégager la signification exacte des termes que l'on traite. C'est par là également que s'expliquerait ce que l'on pourrait appeler la « peur du signifié », pour cause d'ambiguïté et de méprise, constatable chez les techniciens et scientifiques, ou la méfiance vis-à-vis du terme imagé (notamment Bachelard, 1972, p. 75), au profit de l'analyse des concepts qui, eux, sont considérés le plus souvent comme non ambigus et clairement définissables ; et cela d'autant plus lorsqu'ils peuvent recevoir la sanction du réel : que ce soit leur délimitation par une définition linguistique, ou leur représentation dans un autre système symbolique (dessin d'une entité chimique, équation mathématique, etc.), c'est le concept et son inscription dans une analyse rationnelle qui forme le point d'ancrage de tout exercice scientifique.

2.5 La richesse du signifié

46Sans doute, si le signe linguistique est de par son signifié, ambigu, tient-il aussi du signifié sa richesse. Le signe linguistique déborde de sens. Il suffit de comparer « eau » à son symbole chimique, H20. Ce symbole inscrit l'entité chimique dans un système rigoureux, fondé sur la décomposition des composants de l'eau, hydrogène et oxygène. HzO ne résonne pas, n'éveille pas d'échos, ne suscite pas l'imaginaire. Et c'est ce qui est recherché, le propre des sciences exactes étant de créer des systèmes de notation qui leur soient spécifiques. Ainsi, « les signes, d'abord surchargés des connotations qui s'associent ordinairement aux images, s'en dépouillent progressivement pour ne plus fonctionner que comme architectures d'éléments porteurs de sens délimités et entre eux composables » (Granger, 1979, p. 26 : notons au passage que ce serait là un bon programme de terminologie). L'auteur ajoute : « l'histoire des sciences nous montre que chacune d'elles tend à développer un système graphique spécifique plus ou moins clairement dissocié du simple codage des langues naturelles » (ibidem, p. 27). Cette problématique est immense et débouche sur l'étude générale des systèmes symboliques. En ce qui nous concerne, nous retenons qu'une notation comme H20 n'a généralement pas d'autre charge de sens que celle qu'elle a dans le système où elle s'inscrit. Alors que ses équivalents linguistiques, que ce soit sous les signes « eau », « Wasser », « water », « agua », « aqua », etc. ont dans les langues une surface sémantique et une dimension émotionnelle très grande. Ils y évoquent l'eau comme élément liquide, élément régénérateur, principe de vie, de propreté, de pureté, de résurrection, etc. (voir par exemple Bachelard, 1971 [1942]). Ainsi, si le signe linguistique comporte une dimension dénotative (il renvoie généralement à un référent relativement situable), il contient aussi une dimension connotative (il évoque des images et des représentations structurées dans et par la langue, la société, les individus). Bref le signe linguistique est doté, comme le dit superbement Saussure, d'une « vie sémiologique » qui lui est propre. C'est précisément pour cette raison que les sciences s'en défient et tentent autant que possible d'y échapper.

47Pour nous, c'est principalement le signifié qui condense cette charge de sens que nous appelons la « richesse du signifié », qui est son trop plein de sens, actuel (en contexte), ou mobilisable (dans la langue). Ce dont tous les dictionnaires, si nous n'en étions convaincus nous-mêmes, plus ou moins témoignent : les dictionnaires de langue sont pleins de ces sens, dénotatifs certes, mais aussi connotatifs. Ainsi de l'article « faisan » dans Le Nouveau Petit Robert (1993) : « Oiseau galliforme (phasianidés) à plumage coloré et longue queue (mâle), dont la chair est très estimée » : à la description relativement encyclopédique de l'oiseau s'ajoute une notation culinaire et culturelle assez imprévue. De même ailleurs, dans le Grand Larousse de la langue française : « Oiseau gallinacé originaire d'Asie, à plumage éclatant surtout chez le mâle, qui possède une longue queue et à chair estimée » (cité par Collinot et Mazière, 1997, p. 172 sq. et passim, qui mettent remarquablement en valeur cet aspect des dictionnaires). Pour notre part, nous ne contestons pas qu'il y ait dans le signe « faisan » le concept de//faisan//. L'animal est bien là, dans sa famille et dans son ordre. Mais il est pris dans un environnement sémantique, voire sémiotique, qui le déborde largement. On pourrait prolonger la démonstration avec le paon par exemple : « Oiseau domestique d'un beau plumage, qui a une petite aigrette sur la tête et une longue queue couverte de marques en forme d'yeux, ordre des gallinacées, genre paon domestique, pavo cristatus, L. » (Littré). Et, sous un autre regard : « Oiseau originaire d'Asie (gallinacés, phasianidés) de la taille d'un faisan, dont le mâle porte une chatoyante livrée bleue mêlée de vert, une aigrette en couronne, et une longue queue aux plumes ocellées que l'animal peut redresser et déployer en éventail » (Le Nouveau Petit Robert, 1993) : le paon fait penser au faisan, et c'est ici non sa chair mais sa couleur qui fait rêver. On voit combien les représentations sociales s'expriment ici, qui peuvent éventuellement varier d'une société à l'autre. Le signifié y montre ses parures et diaprures face à l'impassibilité postulée du concept (on peut rêver à ce que Roland Barthes aurait pu écrire sur le sujet).

48Nous n'oublions cependant pas, sans que cela puisse être développé ici, que le signifiant aussi contribue à la richesse du signe. Ainsi, l'admirable baladeur, terme officialisé en France pour Walkman (Journal officiel du 18 février 1983), réunit de façon étonnante la notion de balade (au sens de promenade) et la ballade (au sens de chanson) (Depecker, 1996). La dimension connotative du signe peut ainsi apparaître dans son signifiant, sa morphologie et les effets qui s'en suivent (homonymie, mise en paradigme, etc.), selon ce que Saussure appelle « les rapprochements consacrés par la langue » (Cours de linguistique générale, p. 99).

2.6 Retour à Saussure

49Si l'on reprend la démonstration de Saussure sur la structure du signe linguistique telle qu'on l'a commentée un peu plus haut, on peut retenir que son grand mérite est d'introduire le concept dans le signe en « combinaison » avec la face sonore du signe linguistique, faisant du signe linguistique une entité structurale. Mais dans le temps même où il introduit le concept dans le signe, il le réduit au signifié. Il semble à partir de là que le concept n'existe plus en dehors du signifié. C'est comme cela que le Cours de linguistique générale a été lu. Certes, la plupart des déclarations de Saussure vont dans ce sens, notamment les images qu'il emploie pour asseoir sa démonstration. Ainsi de l'image du recto et du verso de la feuille de papier, qui illustre l'association du signifiant et du signifié ; même si elle n'est pas injustifiée, cette image a l'effet de lier le concept au signifié et de l'y réduire, entretenant l'assimilation de l'un à l'autre : « La langue est encore comparable à une feuille de papier : la pensée est le recto et le son le verso ; on ne peut découper le recto sans découper en même temps le verso ; de même dans la langue, on ne saurait isoler ni le son de la pensée, ni la pensée du son » (Cours de linguistique générale, p. 157). Notons cependant que Saussure ne dit pas explicitement ici que la pensée se réduit à la langue. L'exemple porte d'ailleurs sur l'indissociabilité du signifiant et du signifié. Il est magnifiquement introduit par cet exposé : « Le rôle caractéristique de la langue vis-à-vis de la pensée n'est pas de créer un moyen phonique matériel pour l'expression des idées, mais de servir d'intermédiaire entre la pensée et le son, dans des conditions telles que leur union aboutit nécessairement à des délimitations réciproques d'unités. La pensée, chaotique de sa nature, est forcée de se préciser en se décomposant. Il n'y a donc ni matérialisation des pensées, ni spiritualisation des sons, mais il s'agit de ce fait en quelque sorte mystérieux, que la « pensée-son » implique des divisions et que la langue élabore ses unités en se constituant entre deux masses amorphes <.. .> chaque terme linguistique est un petit membre, un articulus où une idée se fixe dans un son et où un son devient le signe d'une idée » (ibidem, p. 156). Ce texte pose en lui-même d'immenses questions : sur le rôle exact de la langue par rapport à la pensée, sur la manière dont ces « unités » sont délimitées, sur la façon dont une idée se fixe dans un son et réciproquement, etc. Cet exposé tend à faire de la langue une sorte de pure forme ou de grand être anonyme en-deçà duquel se meut la masse amorphe de la pensée, et au-delà duquel rien n'est plus décomposable. Soulignons en ce qui nous concerne le fait que la pensée reste présente dans la réflexion de Saussure, le signe ne la réduisant pas, sinon qu'il lui donne forme (« une idée se fixe dans un son », « un son devient le signe d'une idée »).

50De même pourrait-on prendre en considération les prémices de la démonstration de Saussure sur les éléments constitutifs du signe linguistique, examinée plus haut : il ne dit pas que le concept est le signifié : « le signe linguistique <...> unit un concept et une image acoustique <...>. Nous proposons de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant » (ibidem, pp. 98-99). Mais il dit que la face conceptuelle du signe est le signifié. Selon une magnifique image, il souligne : « arbor porte le concept arbre » (ibidem, p. 99 ; aussi Godel, 1957, p. 82 et passim). Arbor porte le concept arbre : cela ne veut pas dire qu'il s'y résume. De même lorsque Saussure parle des « rapprochements consacrés par la langue » < entre « le sens du mot arbor » et le concept arbre > (Cours de linguistique générale, p. 99). Arbor porte le concept arbre sans s'y résumer, pas plus que le concept arbre ne se résume au mot arbor. Le concept remplit le signe et le signe se remplit du concept. Mais l'un et l'autre restent à distinguer.

51Un autre passage ne laisse d'ailleurs pas, dans cette mesure, d'être troublant. Saussure parle ainsi, à propos du changement linguistique, des « changements de sens qui atteignent le concept signifié » (Cours de linguistique générale, p. 109). Ce passage ne peut-il laisser présumer que le terme même de signifié a été formé par Saussure à partir de l'expression « concept signifié » ? Lu sous ce regard, le Cours prend à certains passages une tout autre résonance. Ainsi : « Le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique » (ibidem, p. 98). Il y insiste un peu plus loin : « Nous appelons signe la combinaison du concept et de l'image acoustique » (ibidem, p. 99). Cette déclaration est selon nous à lire en elle-même : le signe linguistique unit un concept (une unité de pensée) et une image acoustique c'est-à- dire un son ou une suite de sons formant une image mentale reliée à un concept. Pour nous, l'expression de « concept signifié » donne toute sa dimension à l'analyse de Saussure : le signifié serait le concept signifié par la langue ; à savoir, selon une intuition géniale, le concept tel qu'il est formé par la langue. C'est-à-dire comme le signifié des linguistes.

52Si la linguistique a ramené le concept au signifié pour l'y confondre, c'est sans doute en raison de plusieurs autres affirmations du Cours de Saussure, que nous avons rappelées plus haut (telle : « Nous proposons de conserver le mot signe pour désigner le total < le signe dans son ensemble >, et de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant », idem, p. 99). On peut éventuellement penser que cette confusion peut aussi venir de la manière dont son Cours a été retranscrit. Sur ce point, le livre de Godel sur les sources manuscrites du Cours de Saussure est troublant (Godel, 1957, notamment pp. 95,113 sq. et passim). Ainsi de cette reconstitution à partir des prises de notes du cours de Saussure (les italiques indiquent qu'il s'agit des termes mêmes du manuscrit considéré, marqué entre parenthèses) : « Dans sa leçon du 5 mai 1911 sur les unités concrètes de la langue, Saussure a dit que le concept, pour entrer dans l'ordre linguistique, ne doit être que la valeur d'une image acoustique (D 193 DS) ; autrement, il n'est qu'une abstraction. Et il ajoutait : Le concept devient une qualité de la substance acoustique (DJS) comme une sonorité déterminée devient une qualité de... (S). Malheureusement S < c'est-à-dire Sechehaye > n'a pas terminé sa phrase (les points de suspension sont dans le manuscrit) » (Godel, pp. 114-115). Cela est rageant, bien entendu. Retenons simplement pour notre démonstration le fait que le concept, en investissant le signe, entre dans l'ordre linguistique. Cela ne veut pas dire qu'il y disparaisse. À notre avis, Saussure est loin d'avoir méconnu cela, car outre les indications qu'il livre çà et là, il vit dans un monde intellectuel et dans une tradition où la distinction entre pensée et langue est courante (ainsi Mounin, 1968).

53Quoi qu'il en soit, cette voie de recherche, si elle se confirmait, ouvre à notre avis d'immenses perspectives, notamment parce qu'elle permet de poser, face à la langue, une « structure d'entendement, lieu de la connaissance, par nature déliée des langues naturelles » (Pottier, 1974, p. 21). La tradition philosophique ne dit rien d'autre. C'est cette structure qui est le lieu de la conceptualisation, et qui permet notamment la traduction d'une langue dan » une autre. Ce serait renouer avec la philosophie du langage et d'autres disciplines qui ont sans doute beaucoup à apporter à la linguistique et à la terminologie.

2.7 Quelques conséquences possibles de la distinction concept/ signifié

54Distinguer entre signifié et concept permettrait donc, d'après nous, de resituer ce qui appartient au signe et ce qui appartient au concept, et de tenter de faire la part de l'un et de l'autre dans les faits observés. Cette hypothèse ouvre sur plusieurs autres, et peut contribuer à privilégier certaines orientations de recherche. Par exemple, à propos de la synonymie, de l'antonymie, de l'hy- peronymie/hyponymie et de l'homonymie. Ces questions placent au cœur de la sémantique. Ainsi de la synonymie. En quoi en effet et dans quelle mesure peut-on dire qu'une unité linguistique est synonyme d'une autre, question éminemment importante en terminologie ? Il nous paraît utile de distinguer au moins, pour étudier la synonymie dans ce cadre, entre sens, signification et désignation. La signification est le sens d'un signe en tant que signe en langue ; le sens est le sens actualisé d'un signe ; la désignation est le fait, pour un signe, de renvoyer à ce qu'il désigne (son désigné) ; et par extension le signe lui-même. Ainsi, deux ou plusieurs unités linguistiques seront dites synonymes du point de vue de leur sens si dans un certain nombre de cas, l'une peut être substituable à l'autre et vice versa : voiture et auto. Dans un certain nombre de cas seulement car il est relativement admis aujourd'hui que du point de vue de leur usage en discours, deux unités linguistiques ne peuvent être synonymes (même pour auto et voiture, qui n'entrent pas dans les mêmes combinaisons, dont l'un -voiture-, est privilégié en France, l'autre au Canada, etc.) (notamment Rastier, 1991, pp. 73 sq.). Mais du point de vue de leur désignation, deux ou plusieurs unités linguistiques seront dites synonymes si elles renvoient au même concept, et par ce concept au même objet ://logiciel pour l'enseignement/ / est désigné par « logiciel d'enseignement », « logiciel pédagogique », « logiciel d'apprentissage », « didacticiel », etc. qui constituent, par rapport au concept, des désignations équivalentes. C'est cet aspect de la synonymie, dite « synonymie référentielle » (notamment Martin, 1976), qui est principalement utilisé en terminologie. Plus radicalement, Josette Rey-Debove indique à ce propos : « Il peut y avoir des synonymes dans une théorie de la désignation qui établit des relations entre le monde et les signes, mais pas dans une théorie de la signification » (1997, p. 95). De fait, si on faisait une analyse de signifiés uniquement, il serait d'après nous difficile, voire impossible, de donner ces désignations comme équivalentes, « d'enseignement » n'équivalant ni à « d'apprentissage », ni à « pédagogique », ni à « didactique ». Difficile aussi de les réduire à un dénominateur commun qui serait fait à partir des signifiés de ces désignations. Alors que du point de vue du concept, ces relations sont transitives (si logiciel d'enseignement équivaut à logiciel d'apprentissage et ce dernier à logiciel pédagogique, le premier correspond au troisième), réflexives et symétriques.

55La distinction entre signifié et concept touche également la question de l'antonymie. L'antonymie recouvre en terminologie au moins deux types de relations logiques, celles du contraire et celle du contradictoire (notamment Martin, 1976, p. 59 sq. ; Pottier, 1992, p. 47 sq.). La relation de contradictoire est fondée en logique sur le fait qu'une proposition est soit vraie, soit fausse. Ainsi : exécutoire,/non exécutoire ; légal/illégal, licite/illicite, etc. Un acte est donc exécutoire, légal, licite ou non : il ne peut, en toute rigueur, être entre les deux. La relation de contraire est fondée en logique sur l'opérateur d'inversion : une proposition peut être contraire à une autre. Ainsi de : donner/rendre) emprunter/rembourser ) monter/démonter) analogique/numérique, etc. Ces relations peuvent être marquées dans les langues de façon plus ou moins riche et précise. En français, pour les relations de contradictoire : légal/illégal/ne pas être légal) conforme/non conforme) constitutionnel/anticonstitutionnel) mariage/déma- riage) courant/contre-courant ; échogène/anéchogène, etc. On observe donc à partir de ces remarques que l'antonymie recouvre, dans l'usage qui en est fait habituellement en linguistique, des relations d'opposition variées. Il y aurait certainement intérêt à faire la part, dans cette analyse, de ce qui revient au signifié (signification structurée par les langues) et de ce qui ressortit à la logique (relations conceptuelles reproduites par les langues). Ainsi les relations qui entrent dans la désignation de la nature d'une eau minérale. Elles sont exprimées en français de façon plutôt contradictoire : gazeuse, pétillante/non gazeuse, non pétillante, plate. En anglais, elles seront davantage exprimées par des contraires : sparkling,fizzing/thin. Sans doute faudrait-il exploiter davantage, tant en linguistique qu'en terminologie, ces phénomènes de structuration propres aux langues, selon des axes sémantiques qui leur sont propres (notamment Greimas, 1986, p. 21), en considérant qu'il s'agit bien là de constructions internes aux langues. À l'opposé, si l'on voulait aller plus loin en adoptant une autre perspective, en se reportant au référent, on observerait que les noms à référent concret n'ont pas d'antonyme : un *non camion n'existe pas (notamment Rey-Debove, 1997).

56Le phénomène de l'hyperonymie et l'hyponymie ouvre également la voie à la distinction entre concept et signifié. On a vu plus haut ce qu'il en était de l'exemple de river/fleuve, rivière, qui montre l'indistinction lexicale de l'anglais face aux deux concepts distingués en français. Mais absence lexicale ne signifie pas forcément inexistence de concept : soit cette indistinction est réelle tout en étant compensable par différents procédés (comme on l'a vu pour small river équivalent possible de rivière), soit cette indistinction n'est qu'apparente et peut être interprétée comme un phénomène d'homonymie. Ainsi du terme de couverture en télédétection aérospatiale. Une couverture représente à la fois l'action d'effectuer une saisie de données sur une zone, et le résultat de cette action. Couverture est donc, dans ce domaine, homonymique, représentant, d'un point de vue terminologique, deux concepts. L'anglais les distingue sous les termes de surveying pour le premier et de coverage pour le second. Ce qui donne :

hyperonyme : exposure (prise de vue)

hyponymes : surveying (couverture) coverage (couverture) : l'anglais hétéro- nymise (différencie sur le plan linguistique) et isonymise (met au même niveau hyponymique) les termes correspondant aux deux concepts de/ /prise de données sur une zone// et de//résultat de cette action//. Alors que le français les homonymise sous le terme de couverture. Ces mises en relation des concepts par la langue tendent à montrer l'influence des concepts dans la langue : celle-ci les hétéronymise, synonymise, ou homonymise, donnant à voir les décalages entre signes et concepts.

57Cette problématique ouvre sur beaucoup de questions. Par exemple sur celle du traitement terminographique en polysème (un seul article pour les différents sens d'un terme) ou en homonyme (un article pour chacun des sens d'un terme). La pratique, prenant en compte plus ou moins consciemment les aspects théoriques que nous venons de décrire, a tranché : c'est un traitement par homonymie qui est appliqué en terminographie, ne serait-ce que pour permettre la traduction d'une langue à l'autre de chaque terme à partir d'un seul et unique concept : ainsi, couverture sera dégroupé en deux fiches distinctes dont chacune traitera d'un seul concept, et portant l'une comme équivalent anglais surveying, et l'autre coverage.

58Une autre question, plus vaste encore, qu'il conviendrait de creuser, est celle du rôle du suffixe -nyme en terminologie grammaticale. À parcourir ces différentes analyses, on peut constater que -nyme tend à marquer les relations des signes dans la langue, et non les relations logiques entre concepts. Quoi qu'il en soit, il semble possible, à partir de ces éléments, de faire la constatation suivante : il y a une structuration en concepts et une structuration en langue, et on en peut observer les décalages, dans une langue, mais aussi entre langues. Il est donc nécessaire désormais de nous interroger sur le concept proprement dit.

2.8 Le concept

59En partant de la distinction entre langue et pensée, nous ne prétendons pas scinder le signe au profit de l'inconnu, mais seulement nous appuyer sur ce qui paraît opératoire dans la réflexion qui est faite du concept depuis bien longtemps par d'autres disciplines, particulièrement logique et philosophie. De plus, de récentes théories, élaborées dans le champ de la linguistique, permettent aujourd'hui de mieux relier pensée et signe (notamment Pottier, 1974, p. 21 sq. et passim ; 1992, p. 61sq. et passim ; Kleiber, 1997, p. 9 sq. ; Putnam 1990 [1988] et passim). Ces acquis aident à nuancer ce qu'ont de relativement catégorique les descriptions traditionnelles du concept et du signe, qui sont d'ailleurs loin d'être homogènes. Il n'est en effet pas dans notre propos de parcourir logique et philosophie pour en dégager ce qu'il en est du concept, mais seulement d'esquisser des pistes reliant concept et signe, et ce à quoi ils renvoient. Le postulat de la tradition, que nous reprenons ici, énonce que le concept est l'élément principal par lequel nous pensons. C'est une unité structurée de pensée par laquelle nous nous formons une connaissance du réel. Nous appréhendons les objets à travers les concepts, et pensons par concepts et par relation entre concepts. Un concept se compose de caractères, unités logiques de base, et s'analyse selon deux axes :

  • l'intension (ou compréhension, terme traditionnel mais qui peut faire confusion), qui représente l'ensemble des caractères qui constituent un objet : par exemple, une table se définit comme un meuble comportant un plan soutenu par des pieds ;

  • l'extension, qui représente l'ensemble des objets auxquels s'applique ce concept : quel que soit le style ou la forme d'un meuble, il est possible de dire s'il s'agit d'une table ou non.

60Nous ne dissimulons pas que même ce simple exemple présente plusieurs difficultés ; ainsi, ne vaudrait-il mieux parler, plutôt que de pieds, de piète- ment, de socle ou de base ?

61Quoi qu'il en soit, on considère généralement que les objets sont catégorisés sous la forme de concepts. Les propriétés d'un objet sont abstraites, dans le concept, sous la forme de caractères. Ces propriétés sont plus ou moins exploitées et mises en œuvre dans le concept. Cela dépend, notamment, de l'appréhension que l'on a de l'objet, certaines propriétés pouvant échapper à la perception ou à la conceptualisation. S'ouvrent ici plusieurs questions intéressant la terminologie, dont celle de l'universalité des concepts, dans laquelle nous ne souhaitons pas entrer. Disons brièvement que sans doute, certains concepts sont universellement partagés par l'humanité : le soleil, le ciel, le sol, le corps, l'eau par exemple. Mais d'une civilisation, d'un mode d'analyse à un autre, ces concepts vont varier en fonction des représentations et des points de vue adoptés. C'est ce à quoi nous nous attacherons un peu plus loin à propos notamment de la dimension et de la direction du concept.

62On peut aller plus loin en disant qu'un concept peut être décrit par un système symbolique (Granger, 1960, 1979) : notamment une équation, une représentation visuelle, une icône, une ou plusieurs unités linguistiques. C'est ce dernier aspect, essentiellement, qui intéresse la terminologie : le concept est décrit en terminologie par une définition linguistique. Celle-ci peut être considérée comme un microsystème constitué par l'énoncé des caractères du concept et des relations qu'ils forment entre eux. Ces caractères sont sélectionnés, dans l'énoncé linguistique qui les résume, en fonction notamment du point de vue adopté, de la description recherchée, du degré de précision voulu, de la formulation retenue, de la culture considérée. Dans la définition de cerisier : « arbre à cerises », on peut considérer qu'il y a trois caractères énoncés : arbre, à (qui donne), des cerises. Le point de vue adopté ici est celui de cerisier en tant qu'arbre fruitier. Le niveau de précision reste très général. Un niveau plus foncièrement terminologique, c'est-à-dire plus spécifique (voire hyperspécifique, du type définition encyclopédique) aurait pu conduire à diverses précisions : que le cerisier est généralement de taille moyenne, qu'il est de la famille des rosacées, que ses fleurs se présentent en bouquets, qu'il fleurit au printemps, etc. Il est possible aussi de décrire le concept par différentes paraphrases, comme on peut le faire dans un exposé plus ou moins didactique, mais il s'agit là d'une description qui n'est pas foncièrement différente de celle donnée par la définition. De même, on remarque combien définition et désignation peuvent être proches au point de coïncider : « arbre à cerise » aurait pu ne jamais être lexicalisé en français sous la forme de cerisier, et donc rester la seule désignation pour cet arbre.

63Ces quelques considérations sur le fonctionnement du concept et sur le rapport à la définition, tels qu'ils sont légués par la tradition, tendent à montrer combien cet acquis gagnerait à être approfondi. Ainsi, quelle description adopter pour analyser rigoureusement les éléments constitutifs d'une définition ? Faut-il parler de « traits », d'« incluants », de « définisseurs » ? Pour nous, articuler une définition autour des caractères du concept décrit peut permettre de mieux systématiser la description. De fait, la terminologie y a recours et a tiré grand parti de cette analyse traditionnelle du concept. Celle-ci en est un des fondements, la constitution de la terminologie en tant que discipline procédant de la distinction entre concept et signe.

2.9 Le signifié

64Dans la perspective adoptée ici, il semble utile d'aborder maintenant la question du signifié en nous en tenant aux principaux éléments susceptibles d'éclairer les faits terminologiques. Nous nous appuyerons sur l'une des définitions qu'en donne François Rastier, qui n'est peut-être pas très précise mais qui a ici valeur opératoire : le signifié est l'« ensemble des relations sémantiques relatives à un signe linguistique » (1991, p. 125). Si l'on aborde la question selon une sémantique de type structural, approche qui paraît pour le moment l'une des plus opératoires pour appréhender les questions de terminologie, on peut considérer que le signifié se décompose en sèmes, unités sémantiques différentielles de contenu. Le sème forme une unité minimale de différenciation au sein d'un ensemble sémantique ou sémiotique donné (notamment Greimas, 1986, p. 21 et passim ; Pottier, 1974,1992 et passim). Ainsi, on peut décomposer le signifié de bateau en indiquant qu'il comporte au moins les sèmes de/transport/, de/mobilité/, et de/qui va sur l'eau/. On peut considérer qu'il s'agit là de sèmes génériques. Des sèmes spécifiques s'y associent, tels :/à voile/, /à moteur/, /à vapeur/, etc.

65Outre qu'ils peuvent s'articuler en sèmes génériques et en sèmes spécifiques, les sèmes peuvent être décrits comme n'étant pas tous de même nature. L'une des grandes distinctions établies est celle formulée entre sèmes dénotatifs et sèmes connotatifs. Un sème dénotàtif détermine le sens d'un signe de façon stable. Ainsi,/à explosion/détermine un type de moteur. En revanche, un sème connotatif détermine le sens d'un signe de façon relativement instable, virtuelle, situationnelle, voire individuelle : présent dans le signe, il est plus ou moins actualisable selon les contextes et les situations de communication (notamment Pottier qui parle à ce propos de « virtuème », 1974, p. 29 sq., de « sème virtuel », 1992, p. 66, voire de « sème contextuel », 1992, p. 67). Explosion, dans moteur à explosion, peut ainsi éveiller les sèmes de/soudaineté/et de/danger/.

66L'ensemble des sèmes compose le sémème (Pottier, Greimas, ibidem). La notion de sémème est importante car elle tend à montrer que sur un noyau sémique (ensemble de sèmes stables d'un signifié, Pottier, 1974, p. 63 ; Greimas, 1986, p. 44 sq.) peuvent se greffer différents types de sèmes, notamment connotatifs (Pottier, ibidem) ou contextuels (Greimas, 1986, p. 45 sq.). La notion de sème contextuel permet en effet, entre autres choses, de décrire les variables de sens d'un signe linguistique en fonction des effets de sens intervenant ou susceptibles d'intervenir en énoncé. Et au-delà, de rendre compte de toute la richesse actuelle et virtuelle du sémème d'un signe.

67L'utilité d'une telle description est immédiate en terminologie. Ainsi les sèmes peuvent-ils entrer en contradiction dans la langue même et rendre inopérante une désignation : contrôler a pour sème/vérifier/, mais comporte dans son sémème le sème de/maîtriser/, ce qui le rend inapte à être utilisé en contexte technique, en raison de confusions possibles (maîtrise-t-on une procédure pour autant qu'on a effectué les vérifications utiles ?). Également, il peut être nécessaire, dans la sélection des désignations ou dans la création de néologismes, d'examiner le sémème d'un terme, notamment pour éviter les éventuelles contradictions connotatives. Ainsi pour chatoiement dans le domaine des techniques radar : ce terme s'est révélé, à l'usage, mal adapté comme équivalent de l'anglais speckle, pour désigner le scintillement qui apparaît dans la texture d'une image -sur un écran radar par exemple-, formant obstacle par rapport à la cible. Chatoiement, avec ses sèmes de brillance, de soyeux, de richesse, donne une connotation positive à ce phénomène négatif qui constitue une gêne et une difficulté dans l'analyse des images. Il a eu de cette façon tendance à être rejeté par les spécialistes, pour cette raison, et de leur aveu même (Depecker, 1997, p. 122 sq.). On a affaire là à un effet de connotation contraire, qui tend à montrer un peu plus combien les termes sont loin d'être de simples étiquettes sur les choses.

68Des ensembles de sèmes peuvent s'organiser1 à différents niveaux. Le classème est constitué des sèmes génériques d'un sémème, et le sémantème, de ses sèmes spécifiques (Pottier, 1974). Un classème peut être de type plus ou moins générique, la difficulté étant souvent de déterminer ce qui est générique de ce qui est spécifique. Le classème est cependant souvent de type très général : animé/inanimé ; humain/non humain ; matériel/immatériel, etc. Cette distinction peut être utile en terminologie, notamment pour guider la création de termes ; ainsi, l'application à un animé d'un terme ayant un classème d'inanimé, pourra créer des confusions : télédétecteur se dira difficilement du professionnel de la télédétection. De même pour la traduction d'une langue à l'autre : en sangô, un inanimé ne peut réaliser d'action : l'emploi dans cette langue d'un terme d'inanimé pour désigner une action sera alors étrange. Le sémantème regroupe des sèmes spécifiques dont certains forment relation et opposition par rapport au sémème d'un autre terme. Sous le terme barrage, barrage filtrant s'organise en français par rapport à barrage bloquant par l'opposition du sème spécifique de/passage aléatoire/.

69Ces ensembles permettent notamment d'observer comment dans une langue et entre les langues les sèmes se regroupent et s'opposent. Là aussi, l'utilisation en terminologie est immédiate, ne serait-ce que pour mieux analyser comment une langue structure sémantiquement un ensemble considéré (champs sémantiques), ce qu'elle structure dans cet ensemble (concepts désignés ou non), comment elle le structure (degré de recouvrement d'un concept par différentes désignations, reproduction dans le sémème de propriétés de l'objet, traductibilité d'une langue à l'autre, etc.), et selon quelle axiologie, comme pour les sièges, les chaussures (Walter, 1985), etc. Il est ainsi possible d'observer les champs sémantiques se déployer à partir de sèmes génériques, par exemple/mouvement/voire,/transport par air/, en considérant les regroupements de sèmes voisins dans une série particulière en français autour de courrier dans court/moyenHong courrier. Chacun de ces termes étant reliés par le sème/rayon d'action/. D'une langue à l'autre, on peut aussi observer la diversité des structurations possibles, par exemple autour du sème/police/, structurant en langue anglaise policeman (« policier, agent de police ») et slee- ping policeman (ouvrage aménagé pour canaliser la circulation et le stationnement) : sème que des équivalents français de sleeping policeman, comme borne ou borne de stationnement ne rend aucunement.

70Dans la perspective que nous avons adoptée, il est nécessaire de garder à l'esprit que le sème est un élément propre à un signifié d'une langue (voire à un système symbolique), et qu'il lui est étroitement attaché. Sinon, le risque est grand de confondre ce qui appartient à la langue et ce qui relève du concept. Or, la simple comparaison d'une langue à l'autre, comme on le voit encore sur ces exemples, montre que le matériau linguistique qu'elles mettent en œuvre n'est pas identique, et que dans cette mesure leur organisation sémique diffère nécessairement. L'analyse est aussi rendue peu aisée du fait qu'il est parfois difficile de discerner certains éléments et de déterminer, par exemple, si tel ou tel sème relève du sémantème d'un signe ou de son classème.

71Ces quelques considérations invitent à bien resituer ce type d'analyse sémantique. Elles portent rigoureusement sur le signe et, dans le signe, sur le signifié essentiellement. Il est peu contestable que le classème joue un rôle dans les langues, du point de vue syntaxique (accord, etc.), sémantique (agent animé ou inanimé, etc.), morphologique (morphème spécifique au masculin/féminin, au singulier/pluriel, etc.). Mais ces contraintes et variations propres à un système linguistique ont a priori peu d'incidence sur des démarches comme celle de la terminologie, sauf pour le travail sur la désignation, dont le traitement implique, comme nous l'avons dit plus haut, une attention toute particulière au sémème du terme traité. Car pour le reste, la terminologie se défie de ce que peut induire le signifié (notamment parce que le sémème d'un signifié déborde le plus souvent l'ensemble des caractères composant le concept désigné). Il y a donc avantage à examiner le sémème d'un terme lors d'un traitement terminologique. Mais il faut à cela une certaine prudence. Le signe opère une catégorisation particulière, qui ne coïncide pas nécessairement avec celle de la pensée. Et si par exemple la formule chimique de l'aspirine est extrêmement précise et permet de reproduire ladite substance, le signe linguistique « aspirine » ne donne de cette substance qu'une catégorisation relative : sur le plan morphologique, on peut considérer que -me indique une substance médicamenteuse, mais de manière bien vague (Cottez, 1989, p. 203), aspirine ayant sur le plan sémantique un sème général d'« apaisement, particulièrement des maux de tête ». De même acide acétylsalicylique, nom plus systématique, ne donne pas pour autant le mode de liaison et d'articulation des atomes dans la molécule. La catégorisation en langue est donc relativement vague et bien loin de la précision que peut en faire par exemple la formule chimique qui, elle, permet de reproduire la molécule ou le produit. La formule chimique livre donc un concept opératoire, ce que ne fait pas le signe linguistique (Granger, 1979, passim). Ce détour par un autre système symbolique peut aider à aller plus loin dans la réflexion amorcée plus haut sur le signifié et sur le rapport au concept. Cette catégorisation particulière au signe, qui est l'une des caractéristiques propres aux langues, fait surgir aussi les principales difficultés de traduction. D'où l'utilité de l'analyse terminologique comme auxiliaire de la traduction.

72On trouve çà et là des tentatives pour adapter à l'analyse sémantique l'analyse ordinairement effectuée pour traiter des concepts (ainsi Lehmann et Martin-Berthet, 1998). Mais on y retrouve souvent aussi la tendance à croire que les mots renvoient directement à l'objet. C'est pour cela qu'il paraît hasardeux en terminologie d'appliquer à l'analyse sémique les principes de l'analyse conceptuelle. Si l'analyse du signifié tend à dissocier certains aspects, elle ne les sépare pas complètement. Lorsqu'on indique par exemple que le concept renvoie à l'objet ; que l'intension du concept est l'ensemble des caractères qui le constituent ; et que l'extension du concept est l'ensemble des objets auxquels s'applique un concept donné, le signe linguistique ne se trouve pas Tejeté de cette analyse. De façon parallèle en effet, l'intension d'un signe est l'ensemble des sèmes qui constituent son signifié ; et l'extension d'un signe, l'ensemble des référents auxquels ce signe est applicable (Lehmann, Martin- Berthet, 1998, p. 12 et passim).

73Le terme de signifié a précisément le mérite de situer la problématique au niveau du signe. Or, il nous paraît nécessaire, au moins, d'essayer de situer le signe par rapport au concept et d'essayer d'aller plus loin. Ce que la plupart des linguistiques ne font pas, pour des raisons de délimitation de leur objet, de point de vue qui leur est propre, ou pour la simple raison qu'il y a là une réelle difficulté (Rey, 1977, p. 33).

2.10 Description possible des liens entre concept et signe

74L'une des meilleures preuves de la distinction entre signifié et concept pourrait être, précisément, qu'il est possible d'observer les liens entre concept et signe, alors que cela n'est pas possible à partir du signe même (ce serait s'en tenir à l'analyse traditionnelle du signifié, auquel le concept est traditionnellement assimilé). On peut de fait analyser les rapports du signe au concept et les travailler, en considérant le signe comme un tout (signifiant + signifié) par rapport au concept. Avant cela, nous rappellerons certains faits de langue pour souligner la complémentarité des deux descriptions concept/signe, et signe/concept. On a vu plus haut les relations dans le signe et entre les signes que représentent par exemple l'homonymie ou la synonymie. L'homonymie relève d'une des propriétés du signe linguistique, qui est la polysémie, à savoir le fait pour un signe d'avoir plusieurs sens. La synonymie relève, quant à elle, d'une autre des propriétés du signe linguistique qui est de pouvoir être relativement, dans certains contextes, employé pour un autre. Il est possible à partir de là d'examiner, dans une approche sémasiologique (c'est-à-dire en partant du signe), ce qu'il en est de la relation entre le signe linguistique et le concept : le signe linguistique est le plus souvent polysémique : il a plusieurs signifiés qui correspondent à plusieurs concepts. Il est rare en revanche que le signe soit monosémique (qu'il ait un seul sens), sauf en domaine spécialisé. Ainsi, on peut concevoir, si l'on veut reprendre l'exemple d'un auteur qui se bat courageusement sur ces questions, que chlorhydrique n'ait qu'un seul sens, un seul signifié, et corresponde à un seul concept (Martin, 1992, p. 75). Mais là aussi il faut être prudent, les adjectifs pouvant avoir plusieurs sens même dans le domaine de la chimie, comme ici où chlorhydrique peut au moins signifier « fait de chlore et d'hydrogène », ou « de la nature du chlore (allié à l'hydrogène) », ce qui représente tout de même des nuances importantes. La distinction entre signe et concept peut contribuer à mettre en valeur ce genre de phénomènes, en prenant en considération la nature foncièrement polysémique des signes des langues.

75À l'inverse, selon une approche onomasiologique (c'est-à-dire en partant du concept), la description de la relation du concept au signe linguistique peut être tout aussi instructive. Un concept peut recevoir soit une désignation (celle-ci pouvant inclure des notations du type H20), soit plusieurs. Si le concept n'en reçoit qu'une, la relation du concept au signe est dite monony- mique (notamment ISO, 1087 :1990, chapitres 5.4.1. et 5.4.2.). Mais un concept qui ne reçoit qu'une désignation est extrêmement rare. Il s'agit d'entités scientifiques, molécules ou étoiles essentiellement, désignées par des codes en raison de leur trop grand nombre. Qu'en revanche un concept reçoive plusieurs symboles ou désignations, ce fait n'a pas de nom, sans doute parce que c'est l'immense majorité des cas. Nous proposons de l'appeler, en correspondance avec le terme de « mononymie », « la polynymie » : fait pour un concept d'avoir plusieurs symboles ou désignations.

76Ces remarques formulées à partir de la distinction entre concept et signe ont un intérêt théorique et méthodologique pour la terminologie. Elles mettent en perspective ce genre de phénomènes, en soulignant la nature foncièrement polysémique des signes linguistiques. Elles permettent aussi de bien situer ce qui relève du linguistique et ce qui relève du conceptuel, et de mieux cerner les problématiques qui leur reviennent. Ainsi lorsqu'on dit qu'un terme est homonyme d'un autre, la relation qui est visée est la relation impliquant en priorité le signe linguistique, non le concept : un concept ne peut être dit « homonyme » d'un autre, pour la simple raison qu'il est concept (propriété de non identité). De même, quand on dit d'un terme qu'il est monosémique, la relation visée est une relation de langue au concept considéré. Dire d'un concept qu'il est monosémique n'a pas de sens. À l'inverse, une désignation peut difficilement être dite contraire ou contradictoire d'une autre, sauf à considérer que la langue coïncide avec la logique. Mais les langues ne peuvent que reproduire plus ou moins fidèlement les relations logiques entre concepts et elles sont en cela éminemment variables. La preuve en est que la description grammaticale des relations de contraire (blanc/noir) et de contradictoire (légal/illégal) les confond sous le terme d'antonyme. Seules les relations entre concepts, telles que la logique les a décrites, peuvent être contraires ou contradictoires, ce qui a une incidence dans le traitement des langues.

77Il est donc possible de décrire les rapports entre signe et concept, et entre concept et signe en partant du concept pour aller vers le signe : dans le premier cas, sont mis en relief les phénomènes de polysémie, synonymie, et homonymie inscrits dans la nature du signe linguistique. Dans le second cas, on constate que rares sont les concepts qui n'ont qu'un symbole ou un signe pour les désigner : entités scientifiques, molécules ou étoiles essentiellement, désignées par des codes en raison de leur trop grand nombre, ce que Michel Serres relève en fustigeant le procédé : « L'étoile comme telle ou nommée ainsi n'existe plus guère <...>. Les RR Lyrae ou la lueur NGC1036 ne font plus partie d'aucune langue et se détachent du langage comme les formules qu'on discute à leur propos » (1985, p. 378).

2.11 Description possible des liens entre signe et concept

78Une description du concept qui mérite analyse est celle qu'opère la désignation en tant que signe linguistique. Il ne s'agit pas tant, dans la désignation, de décrire tous les caractères du concept, que de renvoyer de façon plus ou moins globale et précise au concept considéré. La langue a en effet un pouvoir très relatif de précision dans la description qu'elle fait des concepts, par rapport à d'autres systèmes symboliques. La description des caractères du concept opérée par la désignation est plus ou moins explicite. Ainsi, parler de section efficace en physique nucléaire pour décrire la « mesure de la probabilité qu'une interaction se produise entre une particule ou un rayonnement incidents, et une cible constituée par une autre particule ou un système de particules », est bien loin d'exprimer le phénomène, que d'ailleurs même l'équation la plus élaborée ne rend qu'imparfaitement. Mais les ressources morphologiques d'une langue peuvent permettre d'approcher de façon plus ou moins satisfaisante la description du concept désigné. De fait, la motivation d'un terme vient du souci de faire correspondre un signe linguistique au concept auquel il renvoie. Mais la motivation d'un terme, quelle qu'elle soit, n'épuise jamais le concept, encore moins le référent.

79Ce processus est particulièrement mis en relief dans les termes construits : dans méningite par exemple, le suffixe -ite marque le caractère « inflammation », le paradigme classificatoire qu'il forme avec névrite, tendinite, etc. soulignant la stabilité de ce renvoi. Plusieurs types de précisions peuvent intervenir à partir de là, comme celle de la gradation des affections les unes par rapport aux autres : -ite (affection aiguë), -ose (affection chronique), -orne (tumeur). Ces possibilités d'adéquation des désignations aux concepts donnent lieu à des procédés variés de construction de noms : noms systématiques, noms semi-systématiques (on dit aussi semi-triviaux), noms triviaux. Ainsi par exemple d'un nom comme octane : chacun des éléments qui le composent est systématique, au sens où ils renvoient à un caractère nettement défini, à savoir oct- (huit) et -ane (atome de carbone). Octane est donc un terme renvoyant à 8 atomes de carbone. Pour ce qui est des noms semi-systématiques, on peut citer le nom de méthane, dont le premier élément n'a pas de sens systématique, même si étymologiquement il en a un (grec méthu, « boisson fermentée ») ; méthane correspond à un seul atome de carbone. Enfin le nom trivial est un nom qui n'a pas de valeur systématique, tel esprit-de-bois, vieux nom alchimique pour méthanol. Dans cette typologie, opérationnelle en chimie, le nom systématique est une sorte d'idéal, mais relativement accessible, « l'objectif essentiel de la nomenclature systématique < étant > que le nom décrive la structure des corps telle qu'elle est exprimée par les formules développées » (Rigaudy, 1995, p. 2) : ce à quoi tend en permanence la chimie, pour laquelle le concept est véritablement la structure de l'entité décrite.

80Cette description peut avoir une incidence sur la manière dont on examine le signe linguistique en regard du concept. Si on analyse l'adéquation du nom à l'objet, on peut par exemple, dans l'idéal, reconstituer un produit à partir de son nom. C'est ce qui se passe en chimie pour les noms systématiques. Le nom systématique énumère linguistiquement, de façon la plus exhaustive possible, les caractères du concept décrit. Le procédé peut aller très loin, car ce ne sont pas seulement les constituants de l'entité considérée qui sont décrits, mais également, dans la mesure du possible, les liaisons entre ces constituants. Ainsi pour azacyclopentane : il s'agit d'un composé à un cycle saturé constitué d'un enchaînement de 5 atomes dont 4 sont identiques, marqué NH (azote portant un seul hydrogène (H)) (notamment Rigaudy, 1995, p. 6). Cyclo- indique le cycle (enchaînement des atomes) ; peut a, qu'il y en a cinq ; aza- marque la présence d'un atome d'azote (N) ; -ane est le suffixe d'alcane (carbone (C) + hydrogène (H)). C'est donc un cycle à 5 chaînons avec 4CH2 (groupement méthylène) et 1 NH (amine secondaire). Cela n'empêche pas que l'entité puisse avoir plusieurs noms ; ainsi, 1 -azacyclopentane considéré comme une amine secondaire cyclique est appelé usuellement pyrrolidine. Il y a donc une efficace possible du signe linguistique, poussée très loin en chimie ou en nomenclatures scientifiques, grâce à la description morphologique qu'il peut inclure : la structure du référent est dans le nom lui-même. Exemple exceptionnel, même, et certainement limite, d'un accès à l'intériorité de l'objet par le nom. Au-delà, s'ouvre l'ensemble des noms triviaux avec lesquels il faut bien composer car ils sont dans l'usage, ou lui sont destinés : aspirine (nom trivial) est ainsi un nom commercial de l'acide acétylsalicylique (acide acétique + acide salicylique). On voit ici tout l'intérêt que peut avoir ce genre de description fondée sur la morphologie descriptive, notamment pour la création néologique ou la normalisation terminologique, même si ce type de systématisation est rare, la chimie représentant en la matière un modèle relativement idéal. Mais l'exemple de la chimie a le mérite de bien montrer qu'il peut y avoir morphologiquement plusieurs degrés de description du concept par le signe, notamment sur le plan morphosémantique.

81Il est donc possible de décrire les rapports entre concept et signe et entre signe et concept, et de dresser des perspectives : dans le premier cas, on relève les phénomènes de polysémie, synonymie, et homonymie inscrits dans la nature du signe linguistique. Dans le second cas, on constate que rares sont les concepts qui n'ont qu'un symbole ou un signe pour les désigner.

2.12 Objet et référent

82D'après les exemples de noms chimiques vus ci-dessus, l'objet serait atteignable par le terme. Ou du moins, l'objet serait reproductible par le terme systématique dans une sorte de nominalisme idéal, le nom réduisant en quelque sorte l'objet à lui-même. Ainsi de cette recommandation pour former des noms en chimie : « de la nature du composé (ou du caractère qu'on souhaite souligner) on déduit le type de nomenclature à utiliser <...> ; on détermine, s'il y a lieu, le type de groupe caractéristique à retenir comme groupe principal et par suite à désigner par un suffixe <...> ; on détermine la structure fondamentale (chaîne principale, système cyclique ou en nomenclature conjonctive les éléments structuraux constituants) ; on nomme la structure fondamentale et le ou les groupes principaux ; on détermine et l'on nomme les divers préfixes ou infixes ; on complète le numérotage ; on assemble les noms partiels en un nom complet, en rangeant les préfixes séparables dans l'ordre alphabétique » (Rigaudy, 1995, p. 21-22). Il s'agit là de l'exemple limite d'un idéal terminologique rêvé. Loin s'en faut que les choses se passent comme cela en terminologie. Il est donc nécessaire d'examiner maintenant ce qu'il en est ordinairement de l'objet et du référent.

83Le monde qui nous entoure est composé de choses, d'objets et de phénomènes. Sans entrer dans le détail de la distinction entre objet et chose (« objet » impliquant davantage l'idée de construction, d'intervention humaine, de genèse et de changement : notamment Simondon, p. 20 et passim) ; ni entre phénomène et objet (phénomène impliquant principalement des faits observables), nous dirons que le mot généralement utilisé en terminologie pour désigner l'entité du réel à laquelle renvoie un terme est celui d'« objet ». Un objet est défini comme « un élément de la réalité qui peut être conçu ou perçu » (ISO 1087 : 1990). L'un des intérêts de cette définition est qu'elle ouvre sur le concept (ce qui peut être conçu) et sur le percept (ce qui peut être perçu). Pour des raisons de commodité, objet est ici entendu au sens large, réunissant indistinctement choses, faits, entités, phénomènes, etc. D'autres disciplines, comme la chimie, parlent davantage d'« entité ». Ce dernier terme figure aussi dans une norme internationale sur le « management de la qualité » avec la définition suivante : « ce qui peut être décrit et considéré individuellement » (anglais entity, item) (ISO 8402 :1994, p. 2). Nous nous en tiendrons ici au terme d'objet car c'est celui qui est admis en terminologie et qu'on retrouve communément dans les sciences. Un objet a des propriétés. Il s'agit des caractéristiques que l'on relève dans un objet donné et qui peuvent prêter à description et analyse. On parle parfois de « propriétés d'objet », mais l'expression peut faire confusion. Lorsqu'on dit que l'objet a des propriétés, il s'agit de propriétés objectives, décomposables et éventuellement reconstituables scientifiquement. Cette caractérisation est à distinguer des propriétés qu'on attribue aux objets ; c'est s'interdire sinon de penser la relativité des représentations d'objets en fonction des individus, des sociétés, des époques. On peut éventuellement parler dans ce cas de « propriétés symboliques » (Martin, 1992, p. 72).

84Une autre distinction qu'il convient de faire ici est la distinction entre objet et référent. Le référent est l'objet en tant qu'y renvoie un signe : c'est en quelque sorte l'objet considéré sous l'angle du signe. La terminologie a principalement affaire à l'objet. En cela, elle s'inscrit principalement dans une sémantique de la référence (cf notamment Kleiber, 1997), ayant cette chance relative d'avoir affaire à des signes qui réfèrent (Rastier, 1991, p. 82). C'est ce à quoi et en quoi réfère le terme qui reste son objectif : déterminer la référen- tialité des termes par rapport à leur objet ; déterminer des règles d'assignation de la référence ; préciser le référent. Avec comme but principal de tenter de relier le signe à l'objet décrit. Le terme de référent est important car il s'inscrit dans la problématique linguistique usuelle, qui parle d'ailleurs assez peu du référent en tant qu'objet : le référent est pour la linguistique souvent considéré comme étant de l'ordre de l'extralinguistique, donc de ce qu'on ne peut véritablement analyser. Ce qui est sûr, c'est que je ne peux toucher du doigt un référent, alors que je peux le faire d'un objet. Benveniste use d'un mot commode pour nommer ce à quoi renvoie le signe linguistique : il l'appelle, à certains endroits, le « désigné » (sans doute pour designatum) (notamment 1974, II, p. 173 et passim). Ce qui est le pendant de ce que nous avons défini sous le nom de désignation, c'est-à-dire la partie linguistique du terme par rapport au concept. Le signe renverrait donc à un « désigné ». Pour nous, si l'on veut considérer que le référent est partie prenante de l'empreinte de l'objet dans le signe, il serait intéressant d'approfondir cette question en étant conscient de la difficulté à cerner ce qu'il en est. La notion de référent est nécessaire, car elle peut impliquer ce que l'on pourrait appeler le « référé », à savoir ce qui est évoqué par le signe, par des effets de représentation propres au signe, ou au-delà par des effets de représentation propres à une société ou à un individu. Ce qui nous paraît recevable en tout cas, c'est que le référent est porteur de représentations. Nous reviendrons sur ce point lorsque nous aborderons la question de la représentation.

85Quoi qu'il en soit, considérons ici que, par la langue, on accède à l'objet à travers au moins deux sortes de prismes : le concept, qui articule les propriétés de l'objet sous la forme de caractères, et le signe en tant qu'il « donne » (pour reprendre l'image de Frege), sous la forme de ce que l'on décompose comme des sèmes, l'objet comme référent. La terminologie peut avoir affaire, pour des raisons méthodologiques, à un type de référent particulier : le référent absolu, c'est-à-dire un référent idéalement considéré comme hors de tout contexte. Milner indique dans un autre cadre, adaptable cependant à la terminologie, que « l'unité table »<...> [peut être] « référentiellement autonome » (1978, p. 333). Cette attitude méthodologique permet de décrire de façon efficace le concept correspondant à un objet. Mais la terminologie doit aussi se départir de cette attitude afin, notamment, de pouvoir penser d'une part les questions d'environnement d'objets : ainsi, définir dans le domaine des composants électroniques unité de fabrication initiale (pour l'anglais front-end) force à passer par le concept d'« ensemble d'opérations de fabrication débutant avec la première étape du traitement de la plaquette de semi-conducteurs ». Mais les variétés de mode de fabrication, notamment chez Texas Instruments et chez IBM conduisent à ajouter : « et se terminant, suivant les fabricants, avant ou après les étapes de métallisation » (Arrêté du 14 septembre 1990, Journal officiel du 26 septembre 1990). Et d'autre part les variations linguistiques que peut amener l'exercice des désignations d'objets, telles que synonymie, reformulation, niveaux de langue, variations topolectales, etc. La terminologie fonctionne donc dans un monde où le sens littéral est central (que l'on pourrait rapprocher de la notion de « mots-objets » chez Russel, notamment 1969, p. 36). Mais les effets de sens dus à la vie sémiologique des termes considérés comme des unités linguistiques ne sont pas inexistants (notamment Équipe de recherche en syntaxe et sémantique, 1999), même s'ils tendent, dans le traitement terminologique, à être maîtrisés, dans un milieu souvent restreint où les règles sont la plupart du temps relativement connues des protagonistes.

86L'objet intéresse donc la terminologie en ce qu'il est matière à description : soit par la définition du concept qui y renvoie ; soit par la désignation qui le nomme. Nous n'entrerons pas ici dans la question passionnante mais pour l'instant difficilement soluble du cas où l'objet auquel renvoie un terme n'est pas, ou difficilement, objectivable (Alféri, passim). Considérons a priori que le terme, sauf à désigner un « concept usurpé », renvoie bien à un objet, le plus souvent un objet dans le monde (en allemand Gegenstand). Pour résumer, nous dirons ici que :

  • un objet est structuré en propriétés ;

  • un concept en caractères ;

  • un signifié en sèmes.

87L'enjeu étant de trouver les voies de passages et d'analyse entre ces éléments.

2.13 Désignation, concept et objet

88Il convient désormais d'essayer d'analyser ensemble, dans la mesure du possible, désignation, concept et objet : ce que tend précisément à faire le travail terminologique. Si l'on admet que les propriétés d'un objet sont abstraites, dans le concept, sous la forme de caractères, il faut examiner de quelle façon la langue réagit par rapport à cette relation. De fait, la détermination des propriétés d'un objet et des caractères d'un concept aide à comprendre pourquoi les langues ne retiennent, dans la nomination de l'objet, que certaines propriétés. Par exemple, dans la description du pompier, plusieurs propriétés peuvent être observées et conceptualisées sous la forme de caractères : l'agent, le feu, l'incendie, les moyens de lutte contre l'incendie, la pompe, le fait de défendre, d'éteindre, de lutter contre le feu/l'incendie, etc. Si l'on regarde donc les langues suivantes, on note :

  • allemand Feuerwehrmann : feu + défense + agent humain ;

  • anglais firefighter : feu/incendie + lutter + agent humain ;

  • espagnol bombero : pompe + agent humain ;

  • français pompier : pompe + agent humain, etc. (d'après Thoiron, 1996).

89Cette comparaison met en valeur la manière dont les langues donnent forme au réel en articulant propriétés de l'objet, caractères du concept, et ressources morphosémantiques. Elle aide à concevoir ce qu'est l'exercice de la néologie, conscient ou non. La détermination des propriétés d'un objet, abstraites sous la forme de caractères, permet en effet de créer des termes, ou d'élaborer des définitions qui tendent à ne retenir de l'objet que les propriétés considérées comme les plus significatives dans l'optique et la culture choisies.

90On peut essayer d'aller plus loin en indiquant le rapport qui peut s'établir entre caractères du concept et sèmes du signifié. Il est possible de considérer d'un point de vue structural que comme les caractères d'un concept renvoient à des propriétés de l'objet considéré, les sèmes d'un signifié renvoient d'une certaine façon aux caractères du concept auquel renvoie le signe, par le recours à des ressources morphosémantiques. En cela notamment, les langues diffèrent les unes des autres. De fait, les différents caractères d'un concept se trouvent le plus souvent imparfaitement reproduits par le signe linguistique ; à l'inverse, le signe linguistique excède les caractères du concept. Par exemple, le concept de/ /voie sans issue/ / peut se décomposer sous la forme de trois caractères (//voie//, //absence//, //issue//). Le terme de « voie sans issue » n'a a priori pas de connotation particulière. Ce qui est différent de « cul-de-sac », qui forme image, ou d'« impasse », qui ont tous deux en français le sème supplémentaire abstrait, contenu en propre dans le signe linguistique, de/solution impossible/. Il peut également arriver que les ressources de la morphologie ne soient pas exploitées. Pour le concept d'autobus par exemple, le caractère//avec moteur// est reproduit dans le signifié d'autobus sous la forme d'un sème correspondant (qui le distingue par exemple du signifié de diligence). Ce sème dénotatif, qui indique une propriété objective de l'objet auquel renvoie le concept, peut s'accompagner de sèmes connotatifs du type/être secoué/, plus instables et plus subjectifs (Pottier, 1974, p. 29 sq.). De même, dans certains pays ou continents, le taxi pourra garder le sème dénotatif de/transport à la demande/, qui reste constant, assorti de sèmes connotatifs de/non individuel/, /sans compteur/, voire de/trajet aléatoire/, etc.

91Sans doute faudrait-il approfondir ces éléments en se posant la question de ce qui revient au concept dans ce genre de description, et de ce qui ressortit au signe. Et poser la question de la représentation, en essayant de dégager ce qu'il y a d'éventuellement particulier à une représentation africaine du taxi par exemple, par rapport à toute autre représentation. Sans prétendre apporter d'hypothèses satisfaisantes, nous aurons cependant l'occasion d'y revenir plus loin dans le chapitre sur la représentation. On observe pour le moment de quelle façon les langues prêtent une vie particulière aux concepts et forment des imaginaires collectifs. Bien des difficultés s'ouvrent alors. Mais cette direction de travail reste à exploiter, notamment pour l'exercice de la néologie, le choix des désignations terminologiques, la compréhension des mécanismes de traduction vers d'autres langues, etc.

2.14 Quelques bénéfices pour la terminologie de la distinction signifié/concept

92L'hypothèse selon laquelle il serait utile de distinguer signifié et concept nous paraît riche de conséquences. Elle permet de mieux discerner ce qui, dans la langue, et plus largement, dans les systèmes sémiotiques, relève des signes et ce qui relève des concepts. Non que nous postulions entre les uns et les autres une séparation qui soit toujours claire, distincte et suffisante. D'une part parce qu'il y a une interaction évidente et permanente entre les deux, ce qui fait qu'on les confonde quasiment toujours. D'autre part parce qu'il faut bien admettre qu'il y a du flou aussi bien dans la pensée que dans la langue, ce que tout scientifique admettra, et que les délimitations que l'on est amené à faire sont assez souvent peu déterminantes et peu satisfaisantes. Il est cependant nécessaire de faire la part du feu, en prenant la mesure de cela pour avancer, que ce soit en terminologie ou en traduction, opérations qui restent malgré tout possibles à l'état de pratiques quels que soient les présupposés théoriques sur lesquels elles s'appuient.

93On peut s'appuyer à ce propos sur certaines des conséquences entrevues lors de la description de la distinction entre signifié et concept. Outre les considérations théoriques sur la nature du signe linguistique, l'un des avantages de disjoindre le concept du signifié est de préserver au signe linguistique, particulièrement dans une perspective terminologique, toute sa richesse. La terminologie est trop souvent traitée dans un cadre de normalisation, qui a naturellement tendance à réduire le terme à ce qu'il désigne, non à ce qu'il exprime. D'où par exemple la suspicion qui pèse, dans les milieux spécialisés, sur le terme imagé (Depecker, 1997 (2.), et passim). Ce qui conduit d'une part à une conception utilitariste de la langue, aujourd'hui largement partagée dans les milieux de la terminologie. Et d'autre part, à couper le traitement des terminologies de la réalité du terrain et de la variété des usages. Un simple regard sur les jargons par exemple (Depecker, 1995 (2.)) ou la moindre expérience d'aménagement terminologique montrent que le terme est un élément éminemment riche et réactif. Un terme ne fait pas que désigner, il exprime aussi des sensibilités, des imaginaires, des manières de voir. Bref, il est signe avant tout, et signe de langue vivante. Qn a vu plus haut les raisons pour lesquelles nous préférons, pour décrire la structure du terme, utiliser désignation plutôt que dénomination : le terme de désignation laisse ouverte la possibilité de mettre sous désignation d'autres catégories que celle du nom ; de plus, il a l'avantage de contenir le mot signe (désignation), c'est-à-dire de montrer que le terme est un signe linguistique à part entière, même s'il s'inscrit dans le lexique de façon particulière. Et précisément, nous entendons laisser au terme toute sa portée de signe. Même si le terminologue se cale sur le concept et sur l'objet pour déterminer ou fixer avec précision le sens d'un terme, le terme n'en reste pas moins, dans cette opération, signe. Et signe de langue. Tout terme qu'il soit, un terme reste signe, et c'est précisément son signifié voire son signifiant de signe, qui lui laisse des possibilités de charge émotionnelle. Or tout se passe comme si les terminologues ne s'étaient pas intéressés au signifié, se contentant de dégager les concepts pour fixer autour d'eux les désignations correspondantes dans les langues ; et comme si les linguistes s'étaient désintéressés du concept, le réduisant plus ou moins explicitement au signifié. Pour ces derniers, c'est s'interdire de penser ce qui est proprement du signe et ce qui est proprement de la pensée. Pour les terminologues, c'est s'interdire de penser ce qu'il y a de proprement linguistique dans leur travail : notamment l'existence de termes imagés, des niveaux de langue dans lesquels ils peuvent s'inscrire, des synonymes qui peuvent les accompagner, etc. D'où par exemple le rejet ou l'occultation plus ou moins constante des termes imagés dès qu'il s'agit d'un usage surveillé ou normalisé. Ainsi, sur les quelque quatre mille termes traités par les commissions ministérielles françaises de terminologie (Depecker, 1999 (3.)), on ne compte guère que quelques termes faisant image (comme marsouinage, qui désigne le balancement longitudinal d'un avion), ou relevant du jargon (tel visu pour visuel).

94C'est aussi, pour le terme, sa permanence de signe qui explique, a contrario, l'acharnement des terminologues à réduire le terme à un sens hypothétiquement unique et utopiquement monosémique. Considérer la terminologie sous l'angle essentiellement de la normalisation, en pensant qu'à un concept doit correspondre une désignation et une seule, a conduit à séparer la création et le traitement des termes des usages réels ou possibles, réduisant notamment les effets des mesures d'aménagement terminologique prises dans différents pays. Au-delà se profile d'ailleurs l'impossibilité de penser, par exemple, l'aménagement linguistique comme une discipline autre que politique. Cette analyse du terme comme signe vivant, telle que nous la proposons, ouvre en revanche la possibilité de prendre en considération, en terminologie, des phénomènes très importants comme la synonymie, les niveaux de langue, les reformulations, les variations micro- et macrogéographiques, les « surmots » d'adorables jargons (Depecker, 1995, (2.), p. 26 sq.), etc. Cette prise en considération est récente et n'a pas encore, à notre connaissance, été formulée de cette façon. Elle vient particulièrement d'expertises menées sur certaines expériences d'aménagement terminologique, notamment au Canada et en France (RINT, 1994).

2.15 Quelques conséquences pour le travail terminologique de la distinction signifié/concept

95Donc tout terme qu'il soit, un terme demeure signe linguistique. Cela peut paraître une évidence. Mais cette évidence est loin d'en être une dans les milieux techniques ou scientifiques. D'autant que, historiquement, la terminologie s'est constituée comme discipline dans le cadre et dans les milieux de la normalisation technique, et les idées et les manières de travailler restent imprégnées par cette origine : les désignations sont, le plus souvent, des étiquettes sur des concepts, et les mots ou termes ne doivent avoir qu'un seul sens dans un domaine considéré. Or, même si ces exigences peuvent se concevoir, elles ne sont pas toujours tenables et il est utile d'en prendre acte. Ainsi a-t-on vu plus haut que par exemple dans les cas d'homonymie, plus nombreux dans les langues qu'on ne croit, on ne peut considérer que le terme a forcément, dans un même domaine, un seul et unique sens : couverture désigne bien, en télédétection aérospatiale, les concepts de//prise de données sur une zone/ / (anglais surveying), et de//résultat de cette action/ / (anglais cove- rage). Le signe peut donc induire des effets de sens relativement imprévus dans une langue : sublimation est en même temps « élévation vers un autre état », « passage direct de l'état solide à l'état de vapeur », « déplacement d'une pulsion d'un objet vers un autre », etc. Toute la volonté souvent un peu réductrice des terminologues n'y fera rien.

96C'est justement en raison de ces ambiguïtés et de ces pièges possibles que la prise de conscience du terme comme signe linguistique peut contribuer à faire redoubler de vigilance par rapport aux phénomènes de confusion que peut induire le fait d'en rester au seul niveau de la langue. Que Ton cherche des termes équivalents dans d'autres langues, ou que Ton traduise, il est sûr qu'on doit se défier de traduire mot pour mot, ou signifié pour signifié. Car le signifié d'un terme dans une langue, -c'est ce qui résulte de nos précédentes analyses-, ne correspond souvent qu'imparfaitement au signifié d'un terme d'une autre langue. Aussi le terminologue doit-il, pour s'assurer du passage d'une langue à l'autre, passer par le niveau conceptuel. Et à partir de la définition, même provisoire, qu'il peut donner du concept, analyser ce qu'il en est des signes qu'il a à associer : variantes de signifiant (ainsi scanner/scanneur/scaneur ; stéréoisomère/stéréo-isomère/stéréoïsomère, etc.), sigles et acronymes, etc. Analyser aussi ce qu'il en des relations entre signes et concepts : homonymes, c'est-à-dire renvoi par une même désignation à plusieurs concepts ; antonymes, qui situent le terme traité par rapport à ses opposés en langue, en restant attentif aux relations logiques qu'ils sous-tendent ; synonymes, c'est-à-dire, essentiellement, unités terminologiques correspondant au concept considéré, dans un domaine de spécialité, et dans une langue de travail considérée ; dans cette perspective, et compte tenu de ce qui a été dit plus haut sur la « polynymie » (fait pour un concept de recevoir plusieurs désignations), on ne peut que faire droit à l'existence de ce que Guilbert nomme le « foisonnement de synonymes » (1975, p. 83). C'est précisément ce que montre le travail terminologique : que le matériau linguistique traité comporte nombre de synonymes, contrairement au sentiment que laisse parfois supposer la normalisation technique, à savoir l'existence d'une seule désignation pour un concept. Qn doit opérer de la même façon pour les langues dans lesquelles s'effectue le traitement terminologique.

97La prise en considération du terme en tant que signe doit également aider dans le choix des désignations existantes à privilégier, qu'il s'agisse d'un travail de normalisation technique, d'harmonisation de terminologies, de création de néologismes. Outre la nécessité de prendre en considération l'existant afin de ne pas créer de toutes pièces des désignations alors que certaines circulent déjà ou sont déjà dans l'usage, on doit examiner le signifié des désignations à privilégier en étant attentif aux effets possibles des connotations et, parfois, en en jouant sciemment. On a vu plus haut l'exemple de chatoiement, dont la connotation positive entre en contradiction avec le concept désigné qui représente une gêne. Les exemples en négatif sont nombreux : primeur (qui fait un peu légumier) pour scoop, bande vidéopromotionnelle pour clip, télévision à accès conditionnel pour pay tv, microtisation pour downsizing, etc. À l'inverse, baladeur allie admirablement les sèmes de balade et de ballade (Depecker, 1994, 2001 passim ; 1997, p. XXIV sq.).

98Comme résultante, la constitution des définitions et des arborescences terminologiques doit notamment mettre en valeur la structuration des signes en langue (hyperonymes et hyponymes) et la structuration en concepts correspondante (concepts superordonnés et concepts subordonnés). Et faire considérer que ces arborescences forment le plan de deux ordres, ordre de la langue et ordre des concepts, mise en regard qui permet le passage d'une terminologie d'une langue dans la terminologie d'une autre langue, en marquant les décalages de l'une à l'autre. C'est là réduire la trop large interprétation à donner dans telle ou telle langue d'un signe linguistique. Le revers de cela est que les langues s'ajustent parfois maladroitement sur les arborescences conceptuelles ainsi réalisées.

99Enfin, l'un des avantages de disjoindre signifié et concept a pour utilité, dans le travail terminologique, non pas simplement de sérier les problèmes et de répartir en conséquences les phases de travail, mais aussi d'articuler l'information dans les supports de gestion, de diffusion et d'échanges de données. Cette distinction permet ainsi de séparer ce qui relève des catégories de données traitant de la désignation (champ de l'entrée, note linguistique, etc.), de ce qui relève des catégories de données traitant du concept (définition, note technique, autre) ; et de répartir en conséquence les phases de travail, ces deux plans ne relevant pas forcément des mêmes compétences. Le terminologue est là dans son rôle de terminographe, d'entrepreneur-rédacteur de projet terminologique. À partir des différents éléments que nous avons dégagés, il est possible de tenter une redéfinition du terme spécialisé.

3. Terme et unité terminologique

3.1 Redéfinition du terme technique ou scientifique

100Les terminologues et les spécialistes du lexique ont généralement analysé le terme sous deux de ses caractéristiques, relativement bien dégagées : la monosémie et la monoréférentialité. Ainsi, un terme scientifique ou technique « tend à être monosémique ou plutôt monoréférentiel dans chaque domaine particulier de la connaissance » (Guilbert et al., 1973, p. 8, 10 et passim). Monosémique signifiant que le terme n'a, dans son domaine propre, c'est-à- dire dans un domaine de spécialité, qu'un seul sens ; monoréférentiel, que le terme renvoie à un seul référent. Cette analyse a peu varié (ainsi Lerat, 1995, p. 93, qui cite Guilbert), même si sont intervenues quelques mises en garde salutaires (notamment Gouadec, 1990, p. 14, qui parle à ce sujet d'« utopie terminologique »). Mais il convient de prendre en considération la nuance apportée par Guilbert lui-même qui indique que ce n'est là pour le terme qu'une tendance. Il s'agit donc d'une sorte d'idéal à atteindre dans la communication spécialisée, mais à notre avis, à la fois limité et risqué si l'on s'y remet totalement. Cette affirmation est surtout maniée par les normalisateurs pour qui, comme nous l'avons observé pour l'avoir vécu dans les milieux de la normalisation technique, un terme ne doit avoir qu'un « sens ». Et il ne peut l'avoir que si l'on précise bien le domaine dans lequel le terme en question est défini.

101Mais si l'on considère la question de la monosémie, on perçoit que ce mot même forme difficulté. Si l'on s'en tient au sens strict du terme « monosémie », il paraît a priori difficile de trouver un terme qui n'ait qu'un seul sème. Peut- être faudrait-il mieux dire alors non qu'un terme est monosémique, mais qu'il est « monosémantique » (il n'a qu'un seul sens, et encore, en spécifiant bien qu'il n'a qu'un seul sens dans son domaine de spécialité). Mais à notre avis, même cette dernière caractérisation paraît insuffisante ; qu'un terme soit dit « technique » ou « scientifique » (ce qui est dans certains cas difficile à déterminer) n'annule pas a priori ses autres sens, qui peuvent rester actifs. Quant à la monoréférentialité, cette analyse ne prend pas en compte les difficultés de délimitation d'un terme, les niveaux de déformation qui peuvent intervenir dans la langue par rapport au concept et au référent, et la difficulté souvent de pointer le référent d'un terme. Ainsi, de l'exemple de chlorhydrique vu plus haut : si cet adjectif renvoie bien au chlore, il n'est pas spécifié d'emblée s'il signifie « relatif au chlore », « de la nature du chlore », « composé de chlore », ou tout autre chose. De même, le terme aspirine n'est monoréférentiel que dans la mesure où sa formule chimique permet de reproduire sa composition moléculaire, cette reproductibilité lui conférant une stabilité scientifique. Mais même un terme aussi ferme peut avoir dans la langue une vie propre et par exemple faire image, désignant de façon figurée un calmant en général, une peau non bronzée, etc. en acquérant ce que Saussure appelle superbement une « vie sémiologique » (Cours, p. 111). Si l'on indique que le terme aspirine est monosémique, il faut donc penser « sème », dans « monosémique », comme « sème dénotatif », des sèmes connotatifs ou contextuels pouvant survenir.

102Sans remettre totalement en cause ces analyses qui définissent le terme comme monosémique et monoréférentiel (ce dernier qualificatif étant supposé assurer la monosémie du terme), nous voudrions ajouter, dans le fil des démonstrations précédentes, que pour nous le terme a une caractéristique fondamentalement autre : le terme est avant tout monoconceptuel : sa désignation renvoie à un seul et même concept. Sinon c'est d'un autre terme qu'il s'agit. Ainsi du terme de couverture vu plus haut : dire qu'il est monosémique, même dans un domaine aussi spécialisé que la télédétection aérospatiale, serait faux. D'une part parce qu'il renvoie à deux concepts, celui de//prise de données sur une zone// (anglais surveying), et celui de//résultat de cette action// (anglais coverage). Couverture représente donc deux termes, comme les équivalents anglais le soulignent. D'autre part, parce que couverture a en français plusieurs connotations : les sèmes de/continuité/, d'/enveloppe- ment/par exemple peuvent jouer ; alors qu'en anglais ce sont ceux d'/enquête/, de/tour d'horizon/, d'/arpentage/, etc. (survey) qui interviennent. Toutes les stipulations du monde n'y feront rien puisque ces sèmes sont déjà dans la langue. Le terme serait donc d'après nous, avant tout, monoconceptuel, et c'est cette caractéristique qui tend à faire de lui une unité linguistique monoréférentielle et indirectement monosémique. Cette analyse est en tout cas celle qui est couramment (et inconsciemment) faite en terminologie, car c'est la seule qui permette de caler les termes sur les objets auxquels ils correspondent. C'est en cela que le travail de terminologie procède d'une démarche radicalement, mais non uniquement, onomasiologique.

103Il est cependant à la fois curieux et compréhensible que lorsqu'on parle de terme on ne parle guère de technicité. Celle-ci semble aller de soi. La notion de technicité est pourtant fondamentale, car elle détermine ce qui dans le lexique ou dans un discours relève du terminologique ou non. Ainsi, le terme de weekend, pris dans un contexte touristique peut avoir une durée plus ou moins longue. Au point que la précision attendue du terme, complémentaire de sa technicité, peut conduire à démarquer le mot de la langue commune de celui de la langue spécialisée, c'est-à-dire du terme. De fait, pour un hôtelier, « nuit » a un sens particulier : c'est la durée qui va, pour l'occupation d'une chambre, de midi à midi. D'où l'adaptation récente, pour ce sens, du terme nuitée. Cette question est difficile à traiter, mais elle est déterminante dans les textes à traduire : un mot de la langue courante peut être pris subrepticement dans une optique technique, et former véritablement un terme, dont la traduction peut varier totalement dans une autre langue. Ainsi de résultat en parlant d'une analyse médicale : en italien par exemple, ce ne sera pas risultato qui conviendra alors, mais plutôt èsito.

104Enfin, pour aborder brièvement ici la question de la qualification du terme (quand on dit qu'il est « technique » ou « scientifique »), on peut dire que la tradition en terminologie, peu ancienne il est vrai, est de parler de terme technique et scientifique, moins souvent de terme technique ou scientifique. Il s'agit là d'une difficulté dont on se tire mal dans la mesure où il est difficile, dans l'absolu et souvent dans la pratique, de faire le partage entre le technique et le scientifique. Dire en plus qu'un terme peut être les deux (technique et scientifique) est douteux. Quoi qu'il en soit de ces questions épistémologiques, qui ne sont cependant pas sans intérêt pour l'étude du lexique, il paraît plus juste de parler de terme spécialisé. Si l'on veut garder un point de vue général, le terme est souvent, dans une acception technique ou dans une acception scientifique, une spécialisation de sens, dans un ou plusieurs domaines, d'une unité linguistique (notamment Lerat, 1995). C'est ce que nous allons voir à présent.

3.2 Inscription des terminologies dans une langue : la langue spécialisée

105L'analyse du terme telle que nous l'avons établie jusqu'ici conduit à considérer les termes du point de vue de leur inscription dans la langue. Cette inscription s'effectue selon ce que l'on pourrait appeler les « dimensions » de la langue, à savoir son articulation en langue générale, langue commune, et langue spécialisée. La question est peu souvent abordée. Elle est pourtant fondamentale, pour des raisons épistémologiques, pour cerner la place des terminologies dans le lexique, ou simplement pour établir des dictionnaires. Et c'est trop peu que de dire « qu'une terminologie est, par rapport à un lexique, dans une situation d'extériorité : elle possède certains des caractères d'un métalangage ». Il faudrait sans doute préciser en quoi et à quel niveau elle possède certains de ses aspects ; Alain Rey ajoute : « mais, dans la mesure où elle prétend maîtriser des réalités et des pratiques non langagières, elle s'en distingue fondamentalement » (1979, p. 18). La formulation fait quelque peu défaut ici, « non langagière » suggérant que ces réalités et ces pratiques sont au-delà des mots, ce qu'elles ne sont précisément pas. Quoi qu'il en soit, retenons que les terminologies ont des spécificités qui les situent de façon particulière dans le lexique. Mais la notion même de lexique requiert à l'évidence que celui-ci prenne aussi en charge les terminologies. C'est donc une autre perspective qu'il faut adopter pour avancer dans les voies ouvertes plus haut.

106Pour penser les dynamiques qui traversent la langue et la manière dont y fonctionnent les terminologies, nous considérons très opératoire la distinction entre langue générale, langue commune et langue spécialisée. La langue générale peut se définir comme l'ensemble des formes et des règles de combinaison qui entrent dans le fonctionnement d'une langue. C'est la langue en tant que « grand réservoir ». La langue générale alimente la langue du quotidien, langue de tous les jours, de la vie ordinaire, des situations courantes. Nous préférons pour cette langue, appelée de façon diverse, le terme de « langue commune » car c'est sous cette appellation que cette notion a été théorisée à partir, principalement, du XVIIe siècle (Collinot et Mazière, 1997, p. 28 et passim). Il y a à partir de là au moins deux hypothèses concernant la langue technique ou scientifique, comme nous nommerons pour l'instant l'ensemble linguistique constitué par les énoncés à contenu technique ou scientifique : soit la langue technique ou scientifique est à considérer à part de la langue commune, ce que la spécificité de certains de ses formants par exemple pourrait amener à penser ; soit la langue technique ou scientifique est à considérer dans la continuité de la langue générale. C'est cette dernière hypothèse que nous retiendrons, pour plusieurs raisons. La première, c'est que la langue technique pour ne prendre qu'elle, s'alimente en permanence à la langue commune ; il n'est que de considérer les termes de métiers ou de jargons, les images qu'ils véhiculent, les formes aussi bien lexicales que syntaxiques. Il y a véritablement continuité de la langue commune à la langue technique, techniciens, ingénieurs, ouvriers, artisans parlant et désignant avec leur langue de tous les jours, c'est-à-dire avec la langue commune. De même pour la langue scientifique, que l'on pourrait croire bien à part et fermée sur elle-même. Dans une discipline dont les terminologies sont aussi bien structurées que la chimie, on trouvera certes des termes de formation savante, comme isotope, réaction monotope, etc. Mais là aussi se développent des jargons, ce qui montre que le terreau est bien la langue commune. Ainsi, réaction monotope, qui est une opération par laquelle sont associés dans un récipient différents réactifs chimiques, se dit aussi sur la paillasse « réaction pot-au-feu » (onepot reaction)... (Depecker, 1995, (2.), p. 13 sq.). Certes, certains termes, comme dibenzophénan- thrène, qui est un composé hydrocarbure (série de composés isomères différant par la position des noyaux basaux), comportent une morphologie particulière et ont peu de chances de passer dans la langue commune. Mais à l'inverse, des termes comme hydrocarbure, comme oxygène, voire kinésitérapeu- the (à la formation si savante, ininventable de nos jours) circulent sans difficulté dans la langue commune, qui montre par là sa perméabilité. Chacune des langues, langue technique, langue scientifique, langue commune forme ainsi un ensemble qui n'est ni clos ni imperméable. Il y a au contraire une interaction constante entre elles, qui forme une dynamique permanente et en perpétuel renouvellement. D'où l'intérêt de parler à ce propos de « langue spécialisée » et non de langue de spécialité : la langue technique et la langue scientifique ne sont, à quelques exceptions près, que des spécialisations de la langue commune (on trouve des applications habiles de ce choix dans Le Nouveau Petit Robert, 1993 ; voir également Lerat, 1995, p. 20 sq.).

107Il y a à partir de là des voies de recherche passionnantes à approfondir dans différentes directions, comme celle de la détermination de ce qu'est la langue technique et la langue scientifique ; même, sur le simple fait de savoir si elles sont caractérisables l'une par rapport à l'autre, si elles sont une ou plusieurs, et si elles forment des systèmes et des sous-systèmes spécifiques. Pour nous, nous considérons que si ces langues sont des spécialisations de la langue commune, il n'en demeure pas moins qu'elles ont leur lexique et leur expression propres. Et si nous allons dans le sens de Pierre Lerat sur ce point, notamment pour une vision globale des dimensions de la langue, nous considérons que la dénomination de « langue de spécialité » est à conserver pour souligner que la langue spécialisée s'articule souvent finement par domaine d'activité et qu'elle peut varier sensiblement de l'un à l'autre : il y a donc pour nous, par rapport à la langue générale et à la langue commune, unelangue spécialisée, celle-ci s'articulant par secteur d'activité. On perçoit ici combien ces problématiques peuvent être riches, particulièrement sur un plan épistémologique. Elles le sont tout autant, dans une autre perspective, plus historique : il suffit d'analyser les courants de pensée qui parcourent l'histoire des langues, notamment entre partisans de l'inclusion ou de l'exclusion des terminologies dans le patrimoine de la langue. Qn verrait par exemple où se range Furetière, qui indique superbement dans la préface de son grand dictionnaire : « Les termes des Arts et des Sciences sont tellement engagés avec les mots communs de la langue, qu'il n'est pas plus aisé de les séparer que les eaux de deux rivières à quelque distance de leur confluent » (1690).

3.3 L’unité terminologique

108Nous ne nions pas que l'analyse précédente tend à simplifier relativement les choses. Elle permet pourtant, selon nous, d'établir des repères utiles dans des questions souvent complexes. Il est nécessaire d'aller plus loin en dépassant la simple problématique du terme, qui a tendance à figer la réflexion sur le terme, et non sur son inscription et sa vie en discours. La terminologie traite traditionnellement du terme, c'est-à-dire comme on l'a vu, d'un ensemble constitué d'un concept et d'une désignation. Il faut cependant prendre en considération le fait que « terme » a tendance à se dire, dans cette perspective, d'une unité lexicalisée et figée, la lexie. Chaise-longue, s'il s'agissait d'un terme spécialisé (et après tout ce peut l'être), serait bien un terme, car on ne peut, comme l'indique André Martinet, parler d'une chaise plus longue (Éléments de linguistique générale, 4-35, 1974, 1980). Mais il est possible que des unités qui paraissent figées comme celle-ci retrouvent un certain mouvement par le fait même qu'elles sont prises en discours. Heure de grande écoute peut ainsi faire émerger heure de plus grande écoute : « Dimanche 2 février, les trois réseaux de télévision américains aménageaient leur heure de plus grande écoute pour la première mondiale de Remetnber the Time » (Henri Béhar, le Monde, 5 février 1992, p. 15). De même, peuvent vivre en concurrence des formes plus ou moins lexicalisées comme image du satellite, image de satellite, image satellite, image satellitaire, image satellitale. C'est donc à des formes variées auxquelles est confrontée la terminologie, particulièrement dans un but de traduction. De plus, le terme peut être extrêmement long, et l'on peut douter dans ce cas de ses chances de lexicalisation ou de viabilité. Ainsi de câble à géophones à pression incorporés pour enregistrement continu (de fait, c'est le terme flûte qui est utilisé sur les chantiers) ; ou de l'exemple célèbre de charrue pour labourer à plat à traction animale sans avant-train (Guilbert, 1971, p. 51). Enfin, il est nécessaire de considérer la puissance de transformation de formes comme bateau qui marche à la vapeur, qui se réduit à bateau qui marche à vapeur, bateau à vapeur, et finalement vapeur. C'est donc une dynamique d'intégration et de désintégration des éléments qui intervient en permanence dans la langue, qui peut faire souvent douter de la pertinence terminologique de certaines unités : cortège des messico- les, unité du paysage végétal, coefficient d'élasticité des importations par rapport au revenu national, vitesse d'abaissement à la température choisie, polymorphisme de taille des fragments de restriction, pâtissier glacier chocolatier confiseur, dont le seul aspect fait se dresser les cheveux de certains membres de l'Académie française...

109C'est notamment pour ces différentes raisons que nous considérons plus intéressante la démarche qui consiste à aborder ces questions sous l'angle de l'unité terminologique et non pas sous celui du terme. Comme on peut l'observer, l'unité terminologique se caractérise par sa relative plasticité, qui est le fait de son fonctionnement en discours. Ses différentes capacités d'intercalation d'éléments (heure de plus grande écoute), d'expansion (charrue pour labourer à plat à traction animale sans avant-train) et, à l'inverse, de réduction (un vapeur), en somme sa puissance transformationnelle, conduisent à dépasser la simple problématique du terme entendu comme une unité lexicalisée et figée. Nous ne rejetons évidemment pas le terme. Seulement, nous le considérons comme la synthèse réalisée de l'unité terminologique et c'est dans cette dynamique qu'il faut l'aborder (Depecker, 1999, (2.)).

110La terminologie, que l'on assimile souvent à une lexicographie spécialisée, débouche ainsi directement sur la syntaxe et la traduction vive. À la problématique de l'unité terminologique, dont le repérage, on va le voir, reste relativement aléatoire, doivent inévitablement s'ajouter, dans une belle continuité, la problématique de l'unité phraséologique et celle de l'unité traductolo- gique. Ne pouvant développer ces points qui excèdent le cadre fixé à cette étude, nous nous contenterons de n'en donner que l'esquisse. Pour nous, l'unité phraséologique est essentiellement une unité à support verbal pouvant former phrase (elle forme en fait prédicat de phrase) : ainsi transmettre des données forme une unité phraséologique. On y retrouve les possibilités trans- formationnelles de l'unité terminologique : expansion : charger des fichiers à distance ; intercalation : charger en temps réel des fichiers à distance ; ou réduction : télécharger des fichiers, voire télécharger. En ce qui concerne l'unité traductolo- gique, on peut dire brièvement ici qu'elle est à situer au-delà de l'unité terminologique et de l'unité phraséologique, même si elle peut parfois coïncider avec elles. Ainsi, des segments comme into drive (Dans le lecteur), could not create directory (Impossible de créer le dossier), ou Set up is not completed (L'installation n'est pas encore terminée), forment des unités difficilement clas- sables et peu réductibles aux unités précédentes (Microsoft, 1999). De même, comment réduire en concepts des segments comme quels qu'en soient les promoteurs (zvether the owners be parties thereto or not) (Gouadec, 1997, p. 54) ? Quant à des unités comme promotion par l'argument charitable (charity promotion), prônée par la commission générale de terminologie et l'Académie française (Journal officiel du 14 août 1998), il s'agit de pénibles équivalents traductifs donnés à des unités qui semblent être pourtant de véritables termes.

3.4 Utilisation de concepts de la linguistique pour la détermination des unités terminologiques

111Le terminologue est constamment confronté à la question de savoir s'il a affaire à une unité terminologique ou non, quelle en est la segmentation, la variabilité et la pertinence. Il lui est possible, pour trancher, de recourir à des critères internes à la langue : phénomènes d'accord, organisation syntagma- tique et paradigmatique des unités, récurrence des unités terminologiques, etc. ; et à des critères externes : pertinence du « désigné », existence d'un véritable concept, validité de la désignation correspondante, etc. Par exemple, l'unité « renards blancs de la politique » pour parler de politiciens corses, souvent vieux et rusés patriarches, ne semble pas renvoyer à un concept véritablement établi. C'est là pourrait-on dire que le concept montre son « sérieux » : se poser la question de savoir si de telles unités renvoient à un véritable concept peut permettre de se retrouver dans l'extraction terminologique de textes.

112Ces critères, qui ne sont pas les seuls, sont évidemment à adapter en fonction des contextes. En ce qui concerne les critères internes à la langue auxquels le terminologue peut avoir recours, il s'agit souvent de grands concepts élaborés en linguistique (ce qui montre un peu plus combien la terminologie est aussi une discipline linguistique). Ainsi sur l'axe syntagmatique, l'ordre syntactique des éléments peut manifester la cohésion de l'unité terminologique : échange de données informatisé (EDI, electronic data interchange), pour laquelle l'accord manifeste l'unité terminologique : c'est bien l'échange qui est informatisé. De même, la succession des éléments dans réseau téléphonique public commuté, qui devient sous la plume de France Telecom réseau téléphonique commuté public, indique la présence d'une unité terminologique. L'axe paradigmatique permet aussi de déterminer des unités terminologiques : donnée en polarisation croisée face à donnée en polarisation parallèle révèle l'existence de deux véritables unités ; de même pour prise de vue photographique à basse altitude par rapport à prise de vue photographique à haute altitude.

113Parmi les autres concepts de linguistique utilisés pour le repérage des unités terminologiques, figure notamment l'observation, dans les syntagmes, de la désactualisation : transmission de données par rapport à transmission des données tend à montrer le figement sous la forme d'un terme. On trouve cependant aussi physique du solide, mécanique du vol, accident du travail, etc. ce qui montre que ce critère n'est pas toujours probant : ainsi de visibilité sous fouillis (pour subclutter visibility) en face de verrouillage sur le fouillis (pour clutterlock).

114On voit ici que ce qui est véritablement visé est le figement (Martinet, 6-20, 1974, 1980), c'est-à-dire le phénomène par lequel le locuteur considère un ensemble comme une unité indissociable. Le mot a le mérite de laisser entendre la progressivité d'un tel processus. Sans doute est-il cependant à disjoindre du phénomène de lexicalisation, qui met davantage l'accent sur la mise en lexique des unités linguistiques : des unités pourront être considérées comme figées sans pour autant être dites lexicalisées en raison de la variable constituée par l'un de leurs éléments (Depecker, 1999, (2.)). Ainsi d'association de deux molécules, qui laisse entendre que l'unité lexicale considérée et lemma- tisable comme telle est association de molécules.

115Quoi qu'il en soit, et pour résumer, ce qui demeure important pour la détermination d'unités terminologiques est, outre les éléments mentionnés plus haut, au moins deux critères forts :

  • d'une part la récurrence du même ensemble d'unités : si association de molécules revient dans un texte, même assorti de variables telle que association de deux molécules, cela représente un élément important qui témoigne de la présence d'une unité terminologique. Ce critère peut se doubler efficacement d'un critère de type interlinguistique : si dans une autre langue proche, une imité terminologique renvoyant au même concept existe, c'est souvent qu'elle renvoie bien à un véritable concept. Ainsi de l'angloaméricain multisatellite image, qui a tendu à prouver à un certain moment que l'unité terminologique image multisatellite recouvrait un véritable concept (« image obtenue à partir de données d'une même zone, provenant de plusieurs satellites », arrêté de la télédétection aérospatiale du 26 juillet 1988, Journal officiel du 9 septembre 1988 ; Depecker, 1994). La terminologie pousse ainsi à regarder ce qui se passe, de ce point de vue, dans d'autres langues, offrant par là des possibilités d'analyses encore peu exploitées ;

  • d'autre part, la pertinence du concept auquel renvoie l'unité considérée (notamment Office de la langue française, 1979). Ces deux critères doivent conduire à une segmentation appropriée de l'unité terminologique. Une fois considéré ensuite que tel groupement d'éléments forme unité terminologique, le terminologue aura recours à la stipulation, concept de logique utilisé en linguistique (ainsi Martinet, 1985, p. 9) : procédé qui lui permet de dire par exemple que coiffe, jambe, ou enrichissement ont tel sens et renvoient à tel concept dans leur domaine de spécialité. C'est sans doute ici encore une fois la limite du linguistique et un seuil où les critères purement linguistiques ne suffisent plus. De fait, l'élargissement de la problématique du terme à l'unité terminologique force à s'appuyer à un certain moment sur l'intuition que l'on peut avoir du concept, - lui-même plus ou moins précis -, auquel renvoie l'unité terminologique.

116Si l'on veut creuser un peu plus loin encore en entrant dans certaines théories linguistiques, ce genre d'analyse peut permettre d'ouvrir sur la problématique du phrasème entendu comme syntagme susceptible de prolonger une approche de type fonctionnaliste complétant l'analyse en phonème, monème, et synthème (Martinet, 1974, 1980, 1985 et passim ; Depecker, 1999, (2.)). La problématique de l'unité terminologique débouche ici directement sur la syntaxe. Il nous faut cependant, dans la perspective que nous avons choisie, revenir au concept et examiner ce qu'il en est de la définition..

4. Concept, signe et représentation

4.1 Concept et définition

117Nous avons vu un peu plus haut que le concept est décrit en terminologie par une définition linguistique. Celle-ci peut être considérée comme un microsystème constitué par l'énoncé des caractères du concept et des relations qu'ils forment entre eux. Ces caractères sont sélectionnés, dans l'énoncé qui les énumère, en fonction notamment du point de vue adopté, de la description recherchée, du degré de précision voulu, de la formulation retenue, de la culture considérée. Ce qu'on doit admettre a priori est que chaque caractère est lui-même un concept. Ainsi, dans la définition succincte du concept de//pommier// = « arbre à pommes »,//arbre//, //à (donnant des)//, / /pommes/ / sont eux-mêmes des concepts. Cette précision est importante car elle souligne l'emboîtement des concepts les uns par rapport aux autres. On est alors amené, dans le prolongement des analyses précédentes, à se poser la question suivante : que définit-on quand on définit, particulièrement dans une perspective terminologique ?

118Il est apparu jusqu'à maintenant que pour éviter le piège des langues, la terminologie s'efforçait de dégager les concepts. Qu'elle faisait en sorte de reconstituer à partir de là le matériau linguistique les nommant (désignations) et les formulant (définitions). Ce serait donc, si l'on suit ce raisonnement, que la terminologie fait des définitions de concepts. Si l'on prend l'exemple de bateau dans le domaine de la navigation intérieure, bateau est défini comme une « construction flottante motorisée ou non, susceptible de se déplacer ou d'être déplacée, et apte à recevoir ou à transporter des biens ou des personnes » (arrêté de terminologie des transports du 18 juillet 1989, Journal officiel du 12 août 1989). Cette définition est très précise et articule les caractères retenus par rapport à bien d'autres. Ainsi, le caractère de/ /construction/ / distingue le bateau de tout autre objet flottant ;/ /motorisée/ / et/ /non motorisée/ / permettent d'englober bateaux à voile et bateaux à moteur ;//susceptible de se déplacer// distingue le bateau de 1'//établissement flottant//, qui reste immobilisé à quai et qui est par là soumis à des règles de sécurité particulières ;//d'être déplacé// inclut notamment les barges ;//apte à recevoir ou à transporter des biens ou des personnes / / (si l'on veut bien faire de cet ensemble un caractère homogène même s'il englobe plusieurs caractères), distingue le bateau de tout autre construction flottante (balise, ponton, etc.).

119On observe le fonctionnement de la définition terminologique, qui opère par inclusion/exclusion de caractères et par opposition à d'autres concepts. Le rapport d'opposition principal est ici l'établissement flottant, qui forme un cas à part dans la règlementation de la navigation intérieure (il est immobilisé à quai et n'est pas, sauf exception, déplaçable). Le rapport d'opposition et les critères choisis pour l'énoncé de la définition auraient pu être avec navire, qui est un bateau prévu pour le transport sur mer. Mais le fait qu'ici bateau soit défini dans le domaine de la navigation intérieure a paru suffisant pour s'en tenir à l'opposition, principalement, avec établissement flottant : il ne s'agit de définir ici que les bateaux prévus pour la navigation intérieure. Bateau est donc défini, à des fins de règlementation, comme un concept spécialisé, la perspective terminologique forçant ici bateau à une spécificité qu'il n'a pas dans la langue commune et en réduisant de ce fait l'extension.

120Si l'on se reporte à l'inverse à un dictionnaire de langue comme le Lexis, on est très loin de cette spécificité : « toute sorte de navire et d'embarcation » (Lexis, 1979). Et si on examine Le Nouveau Petit Robert, on relève que bateau est une « construction flottante destinée à la navigation » (1993). La définition énumère quatre caractères ://construction//, //flottante//, //destiné à//, //navigation//. Du point de vue du concept, c'est le concept générique de//bateau// qui est défini ici. Du point de vue du signifié, on peut considérer que ces caractères coïncident avec les sèmes de bateau entendu au sens général : c'est le sens que bateau a usuellement en français. Au même article bateau, ce dictionnaire indique cependant : « REM. Dans la langue spécialisée, bateau, par ailleurs terme générique, s'emploie surtout en parlant des embarcations et navires de très faible tonnage ». Pour Le Nouveau Petit Robert, la langue spécialisée ajoute donc la précision « de très faible tonnage ». À considérer ces éléments, on pourrait penser que la langue spécialisée ne fait qu'ajouter ou retrancher des sèmes dans le sémème des mots de la langue commune. Et de fait, dans le cas de la définition du mot bateau dans la langue commune telle que la restitue Le Nouveau Petit Robert (« construction flottante destinée à la navigation »), c'est la langue qui donne forme au concept (il n'y a pas immédiatement d'autre signification de bateau en français).

121Mais si l'on regarde la définition de bateau donnée plus haut dans le domaine de la navigation intérieure (« construction flottante motorisée ou non, susceptible de se déplacer ou d'être déplacée, et apte à recevoir ou à transporter des biens ou des personnes »), il s'agit d'abord d'une ensemble de caractères qui tendent à se répartir en autant de sèmes dans le mot. C'est le concept qui donne forme à la langue : on tire bateau dans un sens qu'il n'a pas communément. Onomasiologie et sémasiologie ne seraient donc pas seulement des démarches de travail différentes (aller des concepts vers les signes, ou des signes vers les concepts) : ce sont aussi des manières différentes pour la langue et les concepts de se constituer (selon une autre perspective Pottier, 1974, p. 22, énonce d'une certaine façon cette hypothèse). Qn doit alors prendre en considération le rôle que joue la stipulation dans cette opération d'assignation de sens : on donne un sens particulier à une unité linguistique en la sommant d'avoir ce sens dans la démonstration que l'on produit, c'est-à-dire qu'on lui attribue des caractères qui paraissent des sèmes surajoutés à sa signification attendue. Pour compléter cette analyse, nous aurions tendance à dire que dans bateau au sens général, chacun des sèmes est disponible, alors que dans bateau au sens qui lui est donné en navigation intérieure, les sèmes ne sont délivrés que par les caractères du concept. Ces sèmes deviendraient usuellement disponibles si par exemple on créait le terme de « bateau intérieur » (bateau destiné à naviguer en eaux intérieures), auquel cas le signifié intégrerait intégralement sous forme de sèmes les caractères du concept, signifié et concept coïncidant alors.

122Il y aurait certainement à creuser dans la définition spécialisée que donne Le Nouveau Petit Robert de bateau, à savoir qu'il « s'emploie surtout en parlant des embarcations et navires de très faible tonnage ». La forme linguistique bateau peut se prêter à cette restriction de sens (que nous aurions pour notre part tendance à qualifier d'« intension de sens » pour faire pendant à ce qu'on nomme usuellement « extension de sens », cf aussi Rastier, 1991, p. 197), parce que le sémème de bateau tend à correspondre à une embarcation de plus faible tonnage qu'un navire. À défaut, la résistance de la langue à ce nouveau sens aurait sans doute conduit à l'invention d'un autre terme. On perçoit ici l'une des limites à la distorsion qui peut être faite au sens d'une unité linguistique dans une langue.

4.2 Définition de concept et définition de signifié

123À la question de savoir ce que l'on définit s'ajoute celle de la nature de la définition elle-même. Si l'on veut poursuivre notre problématique, on ne peut qu'aboutir à cette interrogation : lorsqu'on définit, fait-on une définition du signifié ou une définition du concept ? L'endroit où l'on peut observer le signifié se disjoindre un peu plus du concept est d'après nous fourni par les cas où le signifié montre son exubérance. Nous l'avons constaté un peu plus haut lorsque nous avons examiné la richesse du signifié. On peut essayer d'analyser un peu plus ce phénomène en recourant tout d'abord à un exemple de définition lexicographique un peu appuyée, celle de chalumeau, prise dans Furetière : « tuyau de blé <...> chalumeau se dit aussi d'un instrument de musique, champestre, composé soit d'un, soit de plusieurs tuyaux de bled < blé >, soit de quelque autre matière deliée. Les chalumeaux ont servi de fluste à nos anciens et on en a fait de l'écorce d'un saule levée quand il est en seve »<...> (1690 ; également Collinot et Mazière, 1997). Se dégagent ici deux sens : chalumeau comme paille (« tuyau de blé ») et comme instrument de musique. On peut considérer que ces deux sens correspondent à deux concepts. Cependant, concernant celui d'instrument de musique, on peut s'interroger sur la notation de « champêtre » qui lui est assortie : s'agit-il d'un caractère ou d'un sème ? Pour nous, il s'agirait plutôt d'un sème : c'est une représentation culturelle de l'instrument, assise notamment sur les traductions en français d'auteurs anciens (latin avenu), non un caractère propre au concept de chalumeau (on ne pense pas quand on parle de flûte que celle-ci est plus de la ville que de la campagne...). De même pour la référence à « nos anciens » : il semble qu'il s'agisse plus du sème/ancienneté/, que d'un caractère propre au concept de chalumeau. Quant à la matière dont étaient faits les chalumeaux (« de l'écorce de saule levée »), cette propriété paraît suffisamment extrinsèque et sujette à caution pour n'être pas retenue dans le concept de chalumeau (ce serait plutôt celui de//matière végétale//). Allant plus loin, le lexicographe cite dans le même article ce fabuleux exemple qui vient renforcer sa description : « Les bergers dans leurs églogues disent qu'ils chanteront les louanges de leurs bergères sur leurs chalumeaux ». Sans entrer dans le détail de cette note, disons que l'on pourrait difficilement considérer que le concept de//chalumeau// comporte le caractère//idylle//, voire//amour//. Il s'agit de sèmes connotatifs marquant une représentation particulière de l'objet. Ce serait donc que l'on aurait, et c'est dans ce sens que nous avons développé la démonstration un peu plus haut, deux sortes de phénomènes : d'un côté le concept avec des caractères stables et bien identifiés, de l'autre le signifié, avec des sèmes plus ou moins stables et bien délimités, associés à des sèmes d'ordre représentationnel.

124Un autre exemple peut aider à distinguer définition de signifié et définition de concept. On a vu plus haut, à propos du paon et du faisan, l'aspect luxuriant et parfois baroque de certaines de leurs définitions : le paon est « d'un beau plumage », il est « de la taille d'un faisan », « le mâle porte une chatoyante livrée bleue mêlée de vert », etc. (pour un peu, il ne lui manque plus que le ramage). Ainsi de la définition du paon donnée par Littré : « Oiseau domestique d'un beau plumage, qui a une petite aigrette sur la tête et une longue queue couverte de marques en forme d'yeux, ordre des gallinacées, genre paon domestique, pavo cristatus, L. » : le signifié déploie ici ses sèmes. Et nous devons y revenir car cette luxuriance paraît très significative de la distinction que nous avons faite entre signifié et concept. Quand Littré dit du paon qu'il est un « oiseau », qu'il a « une petite aigrette sur la tête » et « une longue queue », il énumère des caractères du concept de paon. Ces caractères, d'ordre anatomique, appartiennent en propre à l'animal. Qu'il ajoute « genre paon domestique, pavo cristatus, L. », il ne fait qu'affermir cette description de concept, puisqu'il inscrit le paon dans une nomenclature systématique de concepts élaborée par Linné. Mais qu'il dise que ledit oiseau est « domestique », qu'il est « de la taille d'un faisan », que le plumage en est « beau », que sa queue comporte des marques « en forme d'yeux » (qui renvoie au mythe d'Argus), il énumère de l'animal un ensemble de caractéristiques qui constituent des clichés d'ordre culturel, davantage sèmes que caractères. À notre avis, ces dernières caractéristiques ne sont pas de l'ordre du concept tel qu'on l'a vu réduit, avec bateau, à sa plus simple expression (si l'on peut dire).

125De fait, il y a plusieurs éléments dans la définition du paon donnée par Littré qui sont de l'ordre de la définition proprement terminologique : que c'est un « oiseau », qu'il a « une petite aigrette sur la tête », » une longue queue », et des « marques » sur celle-ci. Qu'il circonscrive le paon sous la forme Pavo cristatus et dans l'ordre des gallinacées le situe encore plus précisément dans une classification qui vaut réduction de la définition terminologique : le taxon en effet, c'est-à-dire le nom inscrit dans une nomenclature scientifique, est fondé sur les propriétés de l'objet et sur les caractères du concept. Tout le reste appartient d'après nous à la représentation, que nous considérons a priori essentiellement portée dans le signe par le signifié. On observe à partir de là combien la définition terminologique peut être différente de la définition lexi- cographique : dans l'exemple de paon, la définition lexicographique s'efforce de restituer l'objet décrit en mêlant sur le plan sémantique, à des fins essentiellement didactiques, l'unité paon en tant que mot de la langue commune, terme de langue spécialisée, et taxon de nomenclature scientifique, avec ses sèmes et ses caractères, selon une approche qui relève, sur le plan des genres littéraires, du dictionnaire, de l'encyclopédie, ou du guide de civilisation. La définition terminologique quant à elle, aura tendance à réduire au maximum ces considérations : c'est le concept qui forme unité, non le sens d'un mot dans une langue. Ce qui laisse entendre que dans l'exercice de la traduction, même si Ton traduit des mots (et souvent plutôt des syntagmes que des mots) ou des termes, on ne saurait traduire exactement des signifiés, qui restent, dans la majorité des cas, irréductibles d'une langue à l'autre.

4.3 Intérêt méthodologique majeur de la définition de concept

126Les experts de la normalisation technique internationale ont bien saisi ce point, même s'ils ne l'ont pas explicité de cette façon. Les recommandations qu'ils formulent dans les normes mettent bien en lumière cette préoccupation de se déprendre du sens des signes dans les langues afin d'établir les définitions autour des concepts. Ainsi, dans le chapitre intitulé « Description des notions » (entendons « concepts ») de la norme ISO 860 (Travaux terminolo- giques-Harmonisation des notions et des termes), il est indiqué :

« Avant de rédiger la définition harmonisée, on doit obtenir un consensus sur
les caractères qui sont essentiels à la compréhension de la notion [entendons concept] ;
les caractères qui doivent faire partie de la définition <...> ».

127La « définition harmonisée » dont il est ici question est une définition de concept susceptible de permettre sa représentation linguistique dans les langues traitées ou visées. Le choix des caractères permet de cerner le concept et de situer le point de vue. C'est cette définition qui doit former le pivot autour duquel ces langues peuvent s'ajuster. La norme ajoute : « Toutes les versions d'une définition dans les différentes langues doivent comprendre les mêmes caractères. Cependant, la formulation des définitions dépend des règles propres à chaque langue » (ISO 860, 1996, chapitre 5). Cette remarque apporte une précision importante, qui forme d'après nous l'un des fondements de la terminologie : ce n'est pas la définition en tant qu'énoncé linguistique qui est première, mais les caractères du concept traité en tant qu'ils constituent précisément ce concept et permettent d'articuler l'énoncé de la définition. Une fois les caractères établis et sélectionnés, la formulation de la définition peut varier en fonction des langues. Si l'on prend l'exemple du terme qualité dans la norme internationale Management de la qualité et assurance de la qualité (ISO 8402,1994, p. 7), on trouve ces définitions de la qualité : « totality of characte- ristics of an entity that bear on its ability to satisfy stated and implied needs »/» ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites ». Dans les deux langues, on ne s'attendrait pas à trouver usuellement une telle définition, de même pour le russe KaneCTBO (la norme étant également traduite en russe). C'est toute la différence entre définir « qualité » (le mot « qualité ») et définir la//qualité// (le concept de qualité). On voit notamment ici que pour réunir les langues il est nécessaire de recourir le plus souvent dans la définition à un degré de généralité assez élevé.

128La norme ISO 860 mentionnée plus haut est révélatrice en plusieurs endroits de ce type de définition (que nous appelons « définition de concept »), car elle décrit les différentes procédures à adopter pour permettre l'ajustement des langues autour des concepts, montrant par là le côté supralinguistique du travail de terminologie. Elle indique notamment, au chapitre consacré à la « Comparaison des notions isolées » : « L'analyse des notions doit se faire par la comparaison des définitions, et non pas des termes ». Si l'on se rappelle que, dans notre démonstration, le terme est formé d'une désignation renvoyant à un concept, on comprend que ce n'est pas sur le terme en tant que signe dans une langue que s'appuie l'élaboration de la définition terminologique, mais sur le concept traité. La norme précise au moins trois cas de figure susceptibles d'intervenir : « Les définitions doivent être extraites de sources fiables, y compris toute expérience disponible dans un domaine donné. Après l'analyse comparée de toutes les définitions d'une notion [d'un concept], déterminer quelles sont les conditions possibles : soit les termes renvoient à la même notion dans les différentes langues ; soit il existe des différences dans la compréhension ou dans l'extension de la notion, ou dans les deux. Dans ce cas, les spécialistes du domaine doivent décider laquelle des conditions suivantes s'applique :

  1. les différences sont pertinentes. Il s'agit donc de plusieurs notions différentes. Chacune des notions doit être définie et intégrée dans le système de notions harmonisé.

  2. les différences sont insignifiantes, donc une seule notion est nécessaire. Cette notion doit être définie de façon satisfaisante dans chacune des langues et intégrée dans le système harmonisé de notions » (ISO 860,1996, chap. 4.2.2.).

129La procédure se résume donc à ceci : les définitions sont élaborées sur les sources nécessaires à la constitution de plusieurs définitions possibles. Ces définitions sont faites à partir des langues formulant le concept traité. Si le signifié des termes de ces langues correspond strictement au concept traité, il y a coïncidence entre termes et définition. Sinon, il s'agit soit, dans l'une ou l'autre langue, d'un autre concept que celui qui est traité ; soit, si la différence est « insignifiante », la définition doit effacer les différences : ce qui arrive souvent, c'est que l'on formule alors une définition aussi générique que nécessaire afin qu'elle serve de dénominateur commun au travail d'ajustement des langues sur le concept traité amené à surplomber les langues* Dans ces conditions, il faut bien considérer que dans ce travail, il s'agit surtout d'adéquation, et que les langues peuvent être plus ou moins forcées, comme on l'a vu plus haut, à signifier ce qu'elles ne signifient pas habituellement. On donne par exemple à hit-parade la définition de « classement des meilleurs succès de diffusion dans le domaine des variétés », et l'équivalent français palmarès, dont la surface sémantique est beaucoup plus large (Depecker, 1997, p. XXIV) ; ou à l'inverse, on donne à bateau le sens spécifique que le concept de bateau a dans le domaine de la navigation intérieure. Preuve supplémentaire de la différence entre concept dégagé des langues et concept intégré dans les langues sous la forme de signe.

130Ces recommandations sont constantes dans la normalisation terminologique, même si les normalisateurs ne s'illusionnent pas sur ces efforts de rapprochement entre concepts et langues. Simplement, il leur est nécessaire d'y tendre. Ce point est souligné à propos de la création de termes, notamment dans ce passage où l'on doit savoir gré aux normalisateurs de reconnaître la violence faite aux langues, dans leurs déclarations visant à l'atténuer : « Afin d'établir une correspondance terminologique chaque fois que possible, il importe d'utiliser les mêmes caractères de la notion dans l'opération de désignation, notamment lors de la création de nouveaux termes. Cependant, aucune pression ne doit être exercée sur les différentes langues pour qu'elles adoptent un type de formation de terme qui serait étranger à leur structure propre » (ISO 860, 1997, chapitre 6.2.3). Dans ces échanges, les langues grincent donc comme de bons instruments que l'on forcerait. Mais c'est la seule façon aussi de pouvoir faire en sorte qu'elles se correspondent.

131Une fois établie la distinction entre les concepts dégagés des langues (qui forment le matériau principal sur lequel travaille la terminologie), et les signes linguistiques fonctionnant dans les langues, il reste à établir ce qui les relie malgré tout. Nous entrons ici dans une zone périlleuse car les phénomènes en sont difficiles à saisir et à décrire.

4.4 Concept logique et concept psychologique

132La terminologie occupe une place à part dans la description qu'elle est amenée à faire des objets. Par la nécessité de les circonscrire clairement, elle peut permettre d'observer des faits difficilement perceptibles par d'autres disciplines. La terminologie doit restreindre et isoler son objet de travail pour avancer, ce qui induit, de façon générale, certaines particularités. On a vu plus haut qu'elle a à traiter le plus souvent d'objets dans le monde (Gegenstand), qui sont assez souvent observables, décomposables et vérifiables. Corrélativement, la terminologie a à manipuler un type de référent que l'on a qualifié plus haut d'« absolu », pour marquer l'abstraction qui en est faite, autant que possible, du point de vue de la représentation : le référent, et le concept qui le décrit, sont traités a priori dans une sorte d'abstraction qui les dégage de certaines contingences. Ainsi, cerner le concept d'//unité de fabrication initiale/ / nécessite de faire abstraction, a priori, des éventuelles variantes que le processus de fabrication peut avoir selon les constructeurs, quitte dans un deuxième temps à préciser et à spécifier : « ensemble d'opérations de fabrication débutant avec la première étape du traitement de la plaquette de semi-conducteurs et se terminant, suivant les fabricants, avant ou après les étapes de métallisation ». La terminologie, également, tend à faire abstraction, sauf spécifications particulières, de la représentation attachée à l'objet : cerner le concept de//bicyclette// n'implique pas a priori de distinguer entre l'utilisation qui est faite en Europe de l'objet (instrument de loisir), de celle qui en est faite en Asie (instrument de travail). Enfin, la terminologie opère principalement en synchronie, et n'a pas à traiter, sauf à faire le lien entre désignations anciennes et modernes, de l'évolution d'un objet et des désignations qui l'accompagnent : ce n'est pas de centrale atomique dont on parle aujourd'hui, mais de centrale nucléaire, et traiter de l'évolution de l'un à l'autre n'a guère d'utilité immédiate en terminologie (indépendamment de son intérêt épistémologique), sauf à faire le lien entre les deux termes et à avertir sur l'usage de la désignation à privilégier.

133Ces faits sont ici présentés dans l'idéal et ne font pas état des multiples cas de figure qui peuvent se présenter dans le travail terminologique. Mais cette présentation a l'avantage méthodologique de dégager la perspective propre à ce travail, en ce qui concerne particulièrement les types de concepts auxquels la terminologie peut avoir affaire : à savoir le concept entendu au sens scientifique. L'histoire de la philosophie dégage ainsi au moins deux grands types de concepts sur lesquels d'ailleurs les querelles abondent : le concept logique, et le concept psychologique (ainsi Blanché, 1970, passim ; Frege, 1971 [1892], p. 127 sq.). L'une des tâches de la logique étant de se déprendre du psychologique (notamment Husserl, 1913), la recherche d'une distinction entre concept logique et concept psychologique tient à la constatation suivante : nous avons besoin pour penser de concepts et de définitions stables. Mais nous sommes en permanence confrontés à des situations et à des phénomènes qui évoluent dans le temps, par le fait même que nous évoluons. Lors même que nous y reconnaissons des objets, leur permanence est relative et nous sommes nous-mêmes continuellement soumis à l'incertitude, à l'intuition et à la subjectivité. Il nous faut donc nous appuyer sur certaines constantes que l'on peut dégager, au-delà de la connaissance intuitive et confuse que l'on peut en avoir. Dans cette perspective, nous sommes obligés de postuler que l'on peut manier des concepts qui sont en quelque sorte des idéalités (Logique et connaissance scientifique, p. 623 sq.). Le concept logique est donc censé couvrir ce qui, dans le réel, est régulier, en posant un formalisme qui dégage des contingences. Le concept logique représente ainsi une sorte d'universel abstrait, qui se retrouve dans le concept scientifique : les concepts mathématiques sont ainsi des idéalités universelles (notamment Desanti, 1968). La validité des concepts scientifiques peut être le plus souvent vérifiée, même indirectement. Ils atteignent par là à une certaine précision. Si l'on prend l'exemple du concept physique de//section efficace// (« mesure de la probabilité qu'une interaction se produise entre une particule ou un rayonnement incidents, et une cible constituée par une autre particule ou un système de particules »), l'objet décrit est difficilement appréhendable mais il est isolable, même obliquement (Bitbol, 1998, p. 85 sq.), et cernable par une définition de concept et une modélisation mathématique.

134Dans sa dimension normalisatrice, la terminologie tend à s'appuyer, autant qu'elle le peut, sur des concepts de ce genre. Elle a à manier des concepts qu'elle aborde comme stabilisés ou en voie de stabilisation. La définition qu'elle est amenée à en donner participe d'ailleurs, à un moment donné, de cette stabilisation. Et cela, même s'il est indéniable que les concepts évoluent. On doit cependant s'appuyer sur le fait que les concepts techniques ou scientifiques, outre la description que la langue ou d'autres systèmes symboliques peuvent en faire, ont cette particularité d'être souvent vérifiables. Certaines théories, comme l'opérationnalisme, soutiennent même que le sens d'un terme est déterminé par sa définition opératoire : pour savoir si le concept acide s'applique ou non à un liquide donné, il est nécessaire (ou il suffit) d'y tremper un morceau de papier bleu de tournesol (Hempel, 1972). Mais c'est là confondre deux ordres différents, celui de la pensée, et celui du réel, le concept d'acide n'ayant jamais fait virer de couleur un quelconque liquide. Une approche intéressante dans cette direction est celle de certains courants de pensée en intelligence artificielle, qui privilégient l'analyse dans un texte des termes ayant véritablement un contenu conceptuel et déterminant des opérations à effectuer. Ainsi, « l'énoncé « la sténose est serrée » prescrit, dans le contexte des coronarographies, par son contenu conceptuel, qu'il faut dilater l'artère pour restaurer la circulation » (Bachimont, 1995, p. 75).

135De façon en tout cas pragmatique, le terminologue est avisé de s'en remettre en dernier lieu, pour la validation de son travail, aux experts du domaine, jugés seuls aptes à faire le lien entre l'exercice terminologique de définition de concepts et leur objectivation dans la pratique. C'est dire aussi que l'exigence opératoire peut être éminemment variable.

136Face au concept logique, qui s'appuie le plus souvent sur une exigence opératoire, le concept psychologique relève de la subjectivité. Ainsi le concept psychologique de//poids// renvoie davantage à la lourdeur, alors qu'il renvoie en physique nucléaire au concept de//poids atomique//, nombre d'éléments constituant un atome. De même de la chaleur, perçue comme une différence entre le chaud et le froid, alors qu'elle est due à la vitesse de déplacement de particules. Le concept entendu au sens psychologique tend de fait à altérer l'idéalité attendue de sa définition par la saisie phénoménologique que l'on peut avoir de l'objet auquel il est censé renvoyer. Cette distinction entre concept logique et concept psychologique, même si elle ne peut qu'être esquissée ici, peut contribuer à mettre un peu plus en valeur la distinction entre concept et signifié. À la précision possible du concept (cf Russel qui parle de « l'exactitude conceptuelle », 1969, pp. 118 et 120 sq.), à son efficacité opératoire, postulée et recherchée, répond le flou des mots. Ainsi Robert Martin, au détour de l'examen de définitions de dictionnaires courants, indique-t-il que les vocables n'ont rien de rigoureux : « La plupart des mots ont en ce sens un contenu flou. Qu'est-ce qu'être intelligent, être malade, être sérieux ? Qu'est- ce que la liberté ou la démocratie ? Qu'est-ce qu'un intellectuel ? » (1992, p. 29). On serait porté à croire qu'au vague, à la fluctuation, à la généralisation du signifié, répondent en quelque sorte l'idéalité et la transcendance du concept. On doit cependant rester prudent et considérer que la terminologie ne traite pas que des concepts scientifiques, et que tout concept n'est pas vérifiable. Cela, encore une fois, dans l'idéal. Le moindre travail terminologique en effet, s'il veut être fidèle aux objets qu'il décrit, se doit de prendre en considération les variations géographiques, temporelles, culturelles, psychologiques, voire psychanalytiques (Depecker, 1995, (2.)).

137Cette problématique ouvre évidemment sur d'immenses problèmes, qu'on ne peut prétendre ni résoudre, ni développer ici. Les concepts par exemple sont-ils universels, et offrent-ils une base ferme à partir de laquelle s'entendre sur leur référence ? Cette question est d'importance, car elle met en jeu la base même du travail terminologique à savoir : la validité des concepts qu'elle décrit et celle de sa description même. Mais la terminologie doit postuler qu'un certain nombre de concepts qu'elle a à traiter sont identifiables comme tels et stabilisables. Surtout lorsque l'objet décrit est un objet concret. Dans le cas de concepts scientifiques, à l'universel abstrait des concepts correspond expérimentalement l'universel concret des objets. Mais cela ne peut se réaliser que dans certains domaines des sciences et des techniques, et pour certains ensembles seulement. Dès que les concepts ne sont plus formalisables sous la forme de modèles mathématiques notamment, toutes sortes de variations sont possibles. Or, si ces concepts varient, est-ce que ce qui varie est le point de vue que nous avons sur eux, les représentations particulières que nous en avons, la langue elle-même, celle-ci offrant à son tour un milieu déformant à nos représentations ? Nombre de difficultés viennent ici du fait que signe et pensée ne sont pas du même ordre, le symbolique n'étant qu'une manifestation sensible et détournée du concept. Nous ne dissimulons donc pas que parler même « du » concept peut paraître réducteur. Sans doute y a-t-il plusieurs approches des concepts en fonction du niveau d'abstraction, de leur nature plutôt technique ou scientifique, des objets décrits, du domaine dans lequel les concepts s'inscrivent, etc. Il y aurait dans cette direction beaucoup à faire pour mieux cerner ces distinctions.

138Qu'il nous suffise de dire que ces considérations contribuent, dans notre perspective, à mieux dégager l'une des caractéristiques des concepts, qui est d'être de différents types, de se prêter à plusieurs types de descriptions, et d'être éventuellement vérifiables par rapport aux objets auxquels ils s'appliquent. Ce serait là notre début de réponse à la question de l'universalité des concepts. Mais il convient de se défier d'extrapoler à partir d'exemples trop idéaux, comme ceux des concepts de chimie : si l'on peut si facilement produire de l'aspirine à partir de sa formule chimique, c'est que souvent, en chimie, le concept est la structure de l'entité considérée (atome, molécule, etc.). En cela, la définition de concept qui livre l'entité est pleinement opératoire. Pour d'autres disciplines, la nature exacte « du » concept peut souvent paraître bien vague. Mais il y a là une piste de recherche à suivre, susceptible de rendre compte de la différence des questions rencontrées lorsqu'on travaille, en terminologie, sur des domaines d'activité différents et donc sur des matériaux différents et plus ou moins souples. Également, sur les limites à l'exercice terminologique que représentent certaines descriptions (l'esthétique, les idées religieuses ou politiques, etc.), certaines sciences humaines ou sociales, ou certains ensembles flous. Mais il paraît important d'essayer d'aller plus loin dans l'analyse du concept à des fins directement applicables au travail terminologique.

4.5 La représentation

139Nous avons jusqu'à présent rejeté à bon compte les phénomènes de représentation vers le signifié ou éventuellement, vers le concept psychologique, sans pouvoir d'ailleurs distinguer rigoureusement ce qui relève de l'un et de l'autre. Nous devons cependant essayer d'approfondir ce point en nous demandant ce qu'il en est de la représentation en tant que telle, même si cela paraît difficile en l'état. Gn peut se demander par exemple si le fait que le printemps soit considéré dans la plupart des civilisations comme une saison privilégiée, relève de l'objet, du concept que l'on s'en fait, du signe, de la représentation. Un peu des quatre sans doute, de façon pour l'instant assez peu discernable faute d'outils théoriques satisfaisants. Si le printemps n'était, sous nos latitudes, la saison qui succède à l'hiver, saison de la chaleur, de l'allongement des jours, de la croissance des fruits et des fleurs, il pourrait difficilement être considéré comme une saison privilégiée ; de même s'il n'était vu, dans la représentation que l'on peut s'en faire, comme une période de renaissance et d'expansion de la nature, ou si le signe linguistique n'exprimait ces caractères sous la forme de sèmes positifs (le printemps est souvent dans les langues indoeuropéennes, la saison qui est la « première » ; sur cet aspect des choses, cf Pottier, 1992, p. 25). La dimension idéographique du signe peut d'ailleurs souligner superbement ce point dans certains systèmes : l'idéogramme chinois et l'idéogramme japonais du printemps comportent tous deux dans leur signifiant le trait « soleil ». Nous ne nous cachons pas que ce genre d'analyse reste encore limité, voire périlleux, les éléments participant à la description des uns et des autres restant souvent obscurs. La voie ouverte ici demanderait à être complétée par d'autres descriptions, notamment sur les interactions entre concept et signifié, sèmes et caractères. Et plus globalement entre concept et signe en général. Car si le signe décrit d'une certaine façon le concept, le concept à son tour peut déterminer certains signes, dans une interaction constante. Mais la représentation peut-elle, dans notre perspective, s'analyser en tant que telle ?

140On peut s'appuyer, pour examiner ce point, sur notre hypothèse précédente, à savoir que l'exubérance du signifié, tel qu'il s'exprime dans certains ouvrages lexicographiques, relève d'une représentation particulière des objets décrits : que le faisan soit considéré dans la plupart de nos dictionnaires comme un mets prisé montre l'une des dimensions culturelles attachées à l'animal. On a vu plus haut, à différentes reprises, comment la sémantique a pris en charge d'une certaine façon la représentation, notamment en adjoignant au signifié des sèmes connotatifs (Pottier, 1974) ou contextuels (Greimas, 1986) (également Rastier, 1987, p. 44 et passim). Il reste que la représentation en tant que telle est peu décrite, en tout cas dans notre perspective. Sans entrer dans un trop grand détail, contentons-nous d'essayer de cerner quelle base adopter, de façon pragmatique, dans le travail terminologique pour traiter certains des phénomènes de représentation.

141Le premier point est de pouvoir distinguer ce qui, dans l'objet, représente des propriétés qui lui sont propres. La distinction habituellement faite est entre propriétés intrinsèques et propriétés extrinsèques : les premières sont propres à l'objet et y sont irréductibles (comme, le plus souvent, sa matière, sa constitution, etc.) ; les secondes sont généralement plus aléatoires, et éventuellement variables (comme la couleur, la texture, la fonction, etc.). Mais il ne faut pas se dissimuler que la détermination des unes et des autres n'est pas toujours facile, voire possible. En tout cas, le second point sur lequel s'appuyer est que ces propriétés de l'objet sont à distinguer, dans le travail terminologique, des propriétés qu'on lui attribue (la grandeur par exemple), et surtout des « propriétés symboliques » qui relèvent plus directement de la représentation (notamment Martin, 1992, p. 72 sq.) : comme exemples de propriétés symboliques on peut citer, pour l'oiseau, sa frugalité (« avoir un estomac d'oiseau »), sa gaîté (« gai comme un pinson »), son instabilité (« être comme un oiseau sur la branche »), etc. Si l'on examinait ces représentations à l'aune d'une science expérimentale, bien peu se révéleraient pertinentes. Dictons et proverbes alimentent à l'envi ces représentations, que l'on retrouve à l'état plus ou moins latent dans le signe « oiseau », et dans les définitions dites « stéréotypiques » (disons fondées sur des images conventionnelles et socialisées) qu'en donnent les dictionnaires, comme on l'a vu plus haut pour les définitions de paon et de faisan. À cela s'ajoute le fait que ces représentations sont plus ou moins socialisées (par les qu'en dira-t-on, par le signifiant, notamment dans les écritures idéographiques, etc.), ce qui signifie d'une part que l'on doit s'efforcer de prendre en compte ce que Bachelard nomme « complexe de culture », à savoir un ensemble d'éléments d'ordre culturel qui entrent dans l'appréhension qu'on peut se faire des images (Bachelard, 1971 [1942], p. 26-27 et passim) ; et d'autre part, le fait que nous pouvons à notre tour avoir chacun une représentation individuelle qui nous est propre. Cela semble en partie cernable du point de vue du lexique par la distinction entre sème socialisé et sème non-socialisé (Martin, 1976, p. 139-140 ; Lehmann, Martin- Berthet, 1998, p. 26). Mais là encore, les critères de détermination semblent manquer. De plus, la notion de prototype, à savoir le fait de se représenter une classe d'objets par un spécimen considéré comme caractéristique (le moineau pour la classe des oiseaux par exemple), contribue à mettre en valeur l'aspect réducteur de la représentation. Elle alerte aussi sur la manière parfois surprenante dont certains objets peuvent être appréhendés par certaines sociétés ou civilisations, voire par certains individus (notamment Kleiber, 1990). Elle a l'intérêt, également, d'intégrer les données sociales et psychologiques (Lehmann, Martin-Berthet, 1998, p. 30 sq.).

142Pour ce qui est de la terminologie, ces deux notions, stéréotypie et proto- typie, offrent plusieurs avantages : la première donne à voir la richesse du signifié et les représentations qui y ont attachées, ce qui conduit à faire autant que possible, dans le travail terminologique, la part de ce qui relève des propriétés de l'objet, et de ce qui relève du reste ; la seconde, réduisant les objets d'une classe à un type, tend à fermer le champ de la représentation, et invite à prendre en considération les réductions et déformations qui interviennent dans la catégorisation des objets dans une langue, mais aussi dans une société, une civilisation, voire même un individu. En allant dans cette direction, les études effectuées par exemple sur la compréhension, par les populations, des signes iconiques, ou le travail de terminologie effectué en langues africaines montrent que ces phénomènes d'appropriation des objets et concepts sont loin d'aller de soi. Dans le cas de la « localisation » (pour l'anglais locolization, auquel nous préférons le terme « acculturation ») d'un logiciel, il n'est pas toujours possible de représenter la fonction « poubelle » par une icône évoquant un récipient en métal : dans bien des régions d'Afrique ou

143d'Asie, la poubelle, quand elle existe, se réduit le plus souvent à un sac de plastique. Plus désastreux est le signe de la tête de mort inscrit sur un emballage d'insecticide, qui peut être interprété, comme des études sur le Nord du Cameroun l'ont récemment montré, comme un encouragement à utiliser ce produit avec le sourire... (Toumeux, 1993). Il serait donc pour le moins réducteur de réduire ces phénomènes au seul concept, ce que Bachelard exprime de son point de vue, superbement : « Si la sublimation < au sens psychanalytique > était une simple affaire de concepts, elle s'arrêterait dès que l'image serait enfermée dans ses traits conceptuels ; mais la couleur déborde, la matière foisonne, les images se cultivent » (Bachelard, 1971 [1942], p. 26). On est fatalement amené à se poser nombre de questions, notamment celles de la culture et de la perception, et à s'orienter vers un travail relevant, à notre avis, d'une philosophie de l'expérience (notamment Husserl, 1913 et passim ; Merleau- Ponty, 1960 et passim). Une « science terminologique » (en anglais terminology science, l'expression étant lexicalisée dans cette langue) aurait sans doute avantage à puiser dans cet héritage pour acquérir sa pleine maturité et pour appréhender les processus mentaux mis en œuvre dans la formation et la structuration des termes.

144Ce champ de recherche est passionnant et relève encore aujourd'hui, relativement, de la philosophie ou de la psychologie. Mais il gagnerait à être davantage exploité, notamment dans la perspective de la terminologie. Pour l'instant, il paraît difficile d'aller plus loin, en ce qui nous concerne, que l'analyse de la représentation par le signe, le signe étant par nature représentation, car il catégorise et décrit le réel d'une certaine façon. Les phénomènes de représentation sont perceptibles et analysables dans le signifié même, notamment par les sèmes que l'on peut en dégager. Cette approche est, a priori et provisoirement, suffisante en terminologie, l'important étant, comme nous l'avons montré plus haut, de se méfier des connotations diverses (positives autant que négatives) susceptibles d'interférer avec la désignation de l'objet décrit. Ajoutons qu'il conviendrait de revoir ce qui est habituellement nommé « point de vue », « perspective », « angle d'approche », etc., selon des appellations pour le moins flottantes et peu opérationnelles. On ne peut dire que le point de vue ne participe pas de la représentation : c'est le « point de vue » que l'on adopte sur l'oiseau qui souligne en lui sa frugalité ou sa gaîté. Cela gagnerait aussi à être approfondi, la représentation paraissant participer du « point de vue » que l'on a sur l'objet (en en dégageant certaines propriétés), sur le concept (en en dégageant certains caractères), et sur le signe (en soulignant certains sèmes). On pourrait par exemple examiner dans cette direction la notion d'euphémisme (souplesse pour flexibilité, plan social pour licenciement, etc.), qui n'est pas sans intérêt en terminologie.

145En résumé, nous aurions tendance à poser aujourd'hui, en ce qui concerne la représentation, les éléments suivants (sans toutefois faire de cet essai de typologie un ensemble de compartiments étanches les uns aux autres) :

  • la notion de prototype, du type de la réduction du concept d'oiseau à moineau, ou de celui de chien à chien de traîneau (cf Putnam, 1988, p. 88), tend à montrer que la représentation peut être considérée et étudiée comme relativement autonome par rapport au langage ;

  • la langue alimente cependant ce genre de représentation, notamment par des expressions comme « gras comme un pape », « gai comme un pinson », etc., qui sont sédimentées dans des manières de dire ;

  • les signes linguistiques, des termes comme chatoiement, livrée (la livrée d'un train, d'un véhicule), etc., peuvent contenir en eux-mêmes des représentations, ici positives ;

  • des objets peuvent susciter des représentations qui sont particulièrement mises en lumière à la fois dans le concept et dans le signe, comme le montrent de manière forte les tabous qu'y associent les différentes sociétés (l'inceste, les déjections, les maladies, etc.).

146Pour répondre à la question que nous posions un peu plus haut sur la représentation comme objet d'étude, il nous paraît donc que celle-ci peut être décrite de façon relativement précise, sans que nous ayons encore d'instruments théoriques susceptibles de nous mener plus loin.

4.6 Le référenciel

147Nous avons jusqu'à présent essayé d'analyser dans ce chapitre ce qu'il en était du signe par rapport au concept. Il convient cependant de tenter d'approfondir la vision particulière induite par le signe, qu'il soit linguistique ou autre, par rapport à l'objet auquel il réfère. L'objet a été considéré jusqu'ici comme un élément relativement individuel (un « singulier » dirait-on en philosophie), pour des raisons de clarté de la démonstration, mais aussi selon ce qui se fait ordinairement dans les travaux terminologiques. Qn décrit par exemple un matériel automobile ou un modèle d'ordinateur, voire l'un ou plusieurs de leurs éléments, sans prendre en considération, souvent, l'univers dans lequel ils s'inscrivent ou sont censés évoluer : approche qui peut être parfois périlleuse, même si elle est courante en raison notamment de l'urgence dans laquelle s'effectuent le plus souvent les travaux terminologiques.

148Il nous faut cependant revenir à la notion de référent en tant qu'objet considéré sous l'angle du signe. Le terme de référent est important car outre qu'il situe dans une démarche linguistique, l'objet n'est atteignable que par lui : le référent est ce qui, dans le signe, est donné de l'objet. Mais on doit considérer que les objets ne sont pas donnés un à un, mais qu'ils sont là ensemble dans des mondes particuliers. Ils ne sont pas non plus tous restitués par la langue, ni intégralement. Si l'on veut avancer dans cette direction, il est difficile de ne pas se poser alors la question du référentiel, qui permet de faire mieux appréhender ce qui se joue entre les signes et les référents. Le concept de « référentiel » a été retravaillé récemment par Ferdinand Gonseth (1975), et il a l'avantage d'être fondé sur des analyses scientifiques très fournies. Le référentiel est le système de références dans lequel évolue un être vivant. Ces références sont objectives et aussi subjectives. Tout sujet parlant s'exprime donc dans un référentiel particulier, entre le déjà là et son projet d'existence : « Le langage met partout en œuvre une pré-information dont les sources ne sont pas toutes à découvert » (idem, p. 27). Nous pourrions ajouter qu'il y a dans cette direction un rapport entre les couples exister/existentiel et référer/référentiel. Josette Rey-Debove reprend cette analyse en définissant le référentiel comme l'ensemble des éléments de connaissance auxquels se réfère un sujet utilisant une langue et/ou un système de signes. Il faut pour cela comprendre que le réel est ce qu'il est : non ici le réel du logicien, qui est fait de relations, autant que possible, constantes et universelles. Mais le réel ordinaire, qui n'est pas le même pour tous : le réel du pêcheur polynésien ou du charmeur de serpent marocain n'est pas celui du linguiste parisien, même si l'on peut considérer que l'un peut, dans une certaine mesure, se représenter relativement, après explications, le réel de l'autre. Le référentiel serait donc, dans une société donnée, un ensemble de perceptions et de connaissances, dont certaines sont sémiotisées (voir aussi sur ce sujet Pottier, 1992). Il est important de comprendre que, dans cette perspective, le réel ne se réduit pas aux objets. Il se compose aussi des représentations, lieux-communs, mythes, imaginaires, etc. qui animent une communauté, une société, un groupe humain. Le référentiel donne donc le réel, mais aussi se donne comme réel. Cela signifie que « la licorne ou Odette Swann existent au même titre conceptuel que le cheval et Jules César » (Rey-Debove, 1998, p. 6). Les usagers des langues et de tout système de signes en général puisent donc dans leur réel ordinaire pour prélever et sémiotiser certains faits, évènements ou phénomènes : en bref, pour référer.

149Josette Rey-Debove, qui souligne avec pertinence cet aspect des choses, indique à ce sujet : « Le référentiel est évidemment un ensemble de représentations, et ces ensembles sécants < au réel > ne le sont qu'en perspective. Le référentiel s'applique à une partie du réel dont il rend compte, mais il contient une autre partie qui est purement sociale, éventuellement mythique. Le référentiel néanmoins est, par rapport au discours, du côté du monde et non du signe » (idem, p. 23). Ainsi, la notion de référentiel implique le réel et les représentations que nous nous en faisons. Et de ce réel, nous n'avons accès qu'à une partie, le reste nous échappant largement car non représenté ou sémiotisé. On peut s'interroger ici sur ce qu'il en est du rapport entre référentiel et signe. Sans pour autant se poser la question tout à fait en ces termes, Josette Rey-Debove met sur la voie d'une réponse : le référentiel est du côté du réel et de la représentation que nous nous en faisons (perception et conceptualisation), les signes restant fondamentalement de l'ordre du sémiotique. Le lien entre les deux pourrait être, d'après nous, que le référentiel pourrait s'analyser en termes de « référé » (notamment Quemada, 1980-1996, qui utilise la notion de référé, mais pour le situer dans le signifié) : ce que nous nous représentons et la manière dont nous nous le représentons. Le référé serait dans notre optique une unité de représentation, plus ou moins actualisée (actualisable) ou réalisée dans des signes ; les signes restant quant à eux analysables en termes de sèmes, comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Mais la démonstration nous en semble à certains égards difficile. Ainsi, dans notre expérience se trouve un arbre qui donne des cerises au printemps ; dans notre référentiel, cet arbre est situé comme donnant des fruits comestibles et appétissants ; mais qu'en est-il de son/ses référé(s) ? serait-ce printemps, pique-nique à la campagne, dessert dans les arbres, ou tout autre chose ? Et le terme cerisier, puisque cet objet est structuré par ce terme sur le plan linguistique (et non comme arbre à cerises), comporte-t-il un tel sème ? Cela est difficile à dire et en tout cas peu discernable en l'absence d'analyse probante à cet égard (voir cependant Grize, 1997, passim), On peut simplement dire ici que le terme cerisier comporte au moins le sème d'/arbre fruitier/, grâce à la série pommier, poirier, etc. Ce genre d'analyse reste encore limité, voire périlleux, les éléments concourant à la signification d'un signe restant souvent très obscurs. Elle peut cependant être plus convaincante grâce à des exemples tels que ceux des idéogrammes chinois et japonais du printemps que nous avons vus plus haut, qui comportent tous deux le trait « soleil ». On peut effectivement considérer ici que le soleil est un référé assez attendu du printemps, et que ce référé est structuré dans de tels signifiants.

150On perçoit donc qu'à un certain moment le référé rejoint le sème, et qu'il y aurait correspondance, si notre analyse est juste, entre l'un et l'autre. Mais le sème demeure une structure de type linguistique, aujourd'hui bien dégagée, au moins en sémantique structurale. Alors qu'il manque au référé une structure qui aiderait l'analyse. D'où la pratique courante de la sémantique d'assimiler le référé à du linguistique sous la forme de sèmes dits « connota- tifs », « contextuels », « afférents », etc. sans s'aventurer plus avant dans les effets de représentation, peu maîtrisables d'ailleurs dans l'état actuel des choses. Et que dire du fait par exemple qu'en français de France cerise peut aussi être, de façon argotique, le symbole de la déveine (cf le livre d'Alphonse Boudard, La cerise) ? Ces questions resteraient à approfondir mais il paraît utile de se les poser et d'essayer de s'y retrouver, dans le souci d'une approche globale des phénomènes. Et elles sont d'autant moins faciles à résoudre que le monde réel, le référentiel et le lexique sont en perpétuel devenir. D'où la belle analyse de Josette Rey-Debove sur le lexique d'une langue défini comme « fantaisie notionnelle » (idem, p. 23) : une langue ne formule du réel qu'une partie, et du référentiel ne restitue également que certains éléments. Cette « fantaisie » se trouve accentuée par le dictionnaire général, qui lui-même ne livre, par la force des choses, qu'une partie du lexique...

151Si l'on veut résumer ce bref exposé sur la représentation, on pourrait indiquer que :

  • le réel est fait d'objets ;

  • le référentiel est la partie du réel à laquelle une communauté a accès ;

  • le référentiel est fait de ce réel et des représentations qui y sont attachées ;

  • le référentiel donne lieu à des référés, éléments de représentations ;

  • le référé est de l'ordre de la représentation, le sème de l'ordre du linguistique ;

  • le référé peut être structuré dans le signe sous la forme de sèmes.

5. Relations entre concepts et systèmes de concepts

5.1 Dimension et direction du concept

152Nous avons plus haut que la définition utilisée en terminologie est articulée autour des caractères du concept traité. La question qui se pose alors est celle de la sélection des différents caractères retenus pour la définition. Il est possible d'évoquer à ce propos une voie intéressante qui commence d'être dégagée en terminologie : celle de la dimension du concept. Cette approche du concept a notamment été évoquée lors de la réunion du CT37 d'août 1997 à Copenhague à l'occasion de la discussion sur la révision de la norme ISO 704 (Terminology work-Principles and methods). Elle repose sur la constatation que le traitement et l'organisation des connaissances conduisent à considérer le concept comme un élément à plusieurs dimensions. Chacune de ces dimensions est déterminée par les critères retenus pour décrire le concept. Ges critères peuvent varier en fonction de plusieurs paramètres, notamment le domaine choisi, l'angle de vue considéré, la direction de recherche envisagée, l'intérêt de dégager telle propriété de l'objet plutôt qu'une autre, etc. Ainsi peut-on analyser un aéronef sous les critères de son mode de propulsion (hélice ou réacteur), de son mode de déplacement (vertical et/ou horizontal), de sa capacité d'emport (plus ou moins de cent places, avec ou sans fret), de son rayon d'action (court/moyen/long-courrier), de sa vitesse (supersonique ou non), etc. De même, pour un matériau, on pourra analyser le béton sous les critères de sa composition, de son comportement, de son utilisation, de ses réalisations, etc. Et même, pour un domaine moins structuré a priori, on pourra aborder le théâtre vivant sous les critères de : la conduite des acteurs, la gestuelle, la disposition des éléments de décor, l'éclairage, etc. Ces critères peuvent se combiner pour donner des directions de traitement. Ainsi des différentes dimensions considérées pour le concept de théâtre vivant, qui peuvent conduire à des regroupements : conduite des acteurs, gestuelle, disposition des éléments de décor, éclairage, concourant chacun à la mise en scène.

153La détermination de ces critères permet aussi des classifications (classification des aéronefs, des matériaux de construction, des arts vivants, etc.), la réunion des concepts sous une même catégorie orientant dans une certaine perspective le traitement qui en est fait. L'utilisation de critères trace ainsi des axes d'analyse dont la diversité s'explique par les différences d'appréhension du même concept ou d'un même ensemble de concepts d'une discipline, d'une application, d'une théorie à l'autre. Les techniques documentaires opèrent d'ailleurs de cette façon, car elles ont à classer des documents en fonction d'utilisations particulières et très souvent rigoureusement définies. Les variations de la dimension du concept détermine donc aussi bien l'analyse que l'on peut faire du concept, que celle que l'on peut faire de la structure dans laquelle il se trouve inscrit par là même (arborescence). Si l'on admet le fait que le concept peut être abordé sous des angles de vue différents et donc à partir de critères différents qui déterminent sa dimension, on doit considérer qu'un concept est un élément à plusieurs dimensions et que la dimension choisie varie à chaque fois en fonction de l'angle de vue retenu dans le travail terminologique. C'est cette pluridimensionnalité du concept qui fait qu'on peut avoir plusieurs arborescences possibles.

154Le terme de dimension commence donc à s'imposer dans les milieux de la terminologie pour désigner les critères sélectionnés pour traiter d'un concept ou d'un ensemble de concepts. Mais cette question est depuis longtemps d'importance pour la terminologie. Dans sa première édition, la norme ISO 704 indiquait : « La définition doit fixer, et dans la mesure du possible, refléter dans son énoncé, la place de la notion [entendons concept] en cause au sein du système des notions apparentées auquel elle appartient. C'est pourquoi, il est nécessaire de choisir les caractères de telle sorte qu'ils délimitent la notion [concept] par rapport aux notions [concepts] apparentées. Les définitions de toutes les notions [concepts] faisant partie d'un système doivent concorder » (Principes et méthodes de la terminologie, Norme française ISO 704, première édition, 1987). La place du concept doit donc être établie en fonction des critères choisis pour le traiter, et de la délimitation qui en est faite par rapport à d'autres concepts. C'est laisser entendre, par voie de conséquence, qu'on ne peut comprendre un terme, le plus souvent, que si on connaît le système dans lequel il s'inscrit. D'après nous cependant, il manque à cette analyse de souligner qu'on ne choisit pas au hasard les critères de sélection des caractères, mais qu'on le fait dans une certaine optique.

155Aussi, outre la dimension du concept, qui nous parait être un élément théorique important pour la pratique de la terminologie, nous avons également éprouvé la nécessité de définir corrélativement l'axe selon lequel un objet est abordé au travers d'un concept. En effet, lorsque nous abordons un concept, nous le faisons toujours selon un certain axe, en fonction d'un but, d'un objectif, d'une application particulière. Par exemple, la visée sous laquelle différentes disciplines peuvent aborder l'eau est extrêmement variée. Le chimiste l'aborde le plus souvent sous celle de sa composition ; le physicien sous celle de sa dynamique ; l'environnementaliste davantage sous celle de son utilisation (consommabilité, exploitation, préservation, etc.). Cette visée, cette direction de visée, nous nous proposons de l'appeler direction du concept. La direction du concept est corrélative de la dimension du concept, et indispensable pour cerner l'objet de toute recherche. De fait, on ne peut traiter d'un concept sans indiquer la direction sous laquelle on le considère.

156Le concept de dimension paraît donc a priori plus riche que ceux de point de vue, de perspective, d'angle d'attaque ou autre, qui n'ont pas de sens opératoire bien clair. Force est d'ailleurs de relever le défaut et l'insuffisance, souvent, des termes aptes à décrire les modes d'analyse du ou des concepts. Cela est sans doute révélateur de l'état encore embryonnaire des recherches en la matière et de l'effort qu'il serait nécessaire d'y investir. On pourrait pour cela emprunter à l'approche structurale utilisée en chimie pour décrire les structures atomiques et moléculaires. Cela servirait à décrire non plus la manière dont un concept est appréhendé, mais l'organisation des éléments qui le composent. Les chimistes font en effet la distinction entre la constitution, la configuration et la conformation d'une structure atomique ou moléculaire :

  • constitution : nature des atomes, nombre d'atomes, et mode d'enchaînement des atomes d'une structure moléculaire ;

  • configuration : orientation dans l'espace des atomes d'une entité moléculaire et de leurs liaisons ;

  • conformation : arrangement spatial des atomes d'une entité moléculaire par rotation autour d'une ou de plusieurs liaisons simples.

157Sans essayer de formaliser plus qu'il n'est nécessaire à ce stade de notre réflexion, nous pourrions prendre en considération les éléments qui composent un concept, à savoir les caractères correspondant aux propriétés des objets. On pourrait parler, à l'exemple de la chimie, de constitution du concept pour désigner la nature, le nombre des caractères et leur mode d'enchaînement. Ainsi, pour résumer les éléments qui nous semblent opératoires en terminologie, nous pouvons avancer qu'un concept a une dimension (formée par les critères appliqués à l'analyse particulière qui en est faite), une direction (la visée sous laquelle cette analyse est effectuée), et une constitution (le nombre de caractères qui le constituent et les relations qu'ils induisent).

5.2 Relations entre concepts

158Cet aspect de la question est très vaste et dépasse largement le cadre de la terminologie. Mais il est nécessaire de l'aborder, ne serait-ce que pour avoir à l'esprit que les relations entre concepts font partie de la définition des termes : ce sont les relations qu'un terme entretient avec d'autres au plan conceptuel qui permettent de le situer et de le définir dans un domaine. Cette constatation peut s'effectuer a contrario : on ne peut en effet définir un terme sans connaître le système dans lequel il s'inscrit. Les relations entre concepts sont aussi utilisées dans d'autres disciplines, telle l'intelligence artificielle (Équipe de recherche en syntaxe et sémantique 1997,1999). On répertorie aujourd'hui plusieurs centaines de relations entre concepts. Nous nous en tiendrons ici aux principales relations les plus utilisées en terminologie.

159Il est nécessaire cependant, pour comprendre la manière dont les concepts sont reliés entre eux, de passer par une distinction élaborée par la philosophie, et qui nous semble fondamentale : celle entre relations logiques et relations ontologiques (notamment Heidegger, 1916, p. 150 ; Russel, 1969, p. 329 sq. et passim). Les relations logiques sont les relations qui s'établissent entre concepts d'un point de vue formel. On peut citer comme relations logiques la relation d'identité, la relation d'implication, la relation d'inclusion, etc. Par exemple, une rose est une fleur, qu'elle soit fleur implique qu'elle hérite de ses propriétés, le concept de//fleur// inclut les espèces de fleurs que nous pouvons reconnaître pour telles. Les relations ontologiques sont les relations établies par la constitution même des objets dans le monde. Ainsi, le pétale, la tige ou le pistil ne sont pas des espèces de fleur mais l'une des parties d'une fleur : ils sont en relation de coprésence les uns avec les autres (Russel, ibidem, p. 364). La terminologie a à traiter de concepts qui relèvent souvent de l'une de ces relations, soit de l'autre. À partir de là s'ouvrent deux grands types de relations entre les concepts utilisées en terminologie : les relations genre-espèce, qui relèvent des relations logiques entre concepts ; et les relations tout-partie, qui relèvent des relations ontologiques entre concepts (notamment ISO CD 704-1,1997).

160Ainsi, les relations genre-espèce dites aussi « relations génériques », sont fréquentes dans le travail terminologique. Outre qu'elles sont très utilisées dans les nomenclatures scientifiques (un chat est un félidé, qui est un mammifère, qui est un vertébré, qui est un animal), elles offrent une grande variété de réalisations. Elles se réalisent particulièrement, pour les objets construits, dans les relations type-produit : ainsi, un Airbus est un type d'avion, l'Airbus A-320 étant un produit particulier de la gamme d'Airbus Industries. De même, les relations tout-partie dites aussi « relations partitives », sont fréquentes en terminologie. La terminologie a en effet affaire, très souvent, à la description d'objets faits de parties ou de constituants. Ces relations peuvent elles-mêmes aussi se décomposer en nombreuses réalisations : relation composé-composant (molécule-atomes), contenant-contenu (pipeline-transport de fluides), etc. (notamment, ISO CD 704-1 :1997 ; ISO 1087 : 1990,1997).

161Il peut arriver que la relation espèce-genre et la relation tout-partie se combinent : une mansarde est une espèce de chambre, ainsi qu'une partie d'une maison. Il convient cependant d'avoir à l'esprit que la détermination d'une relation espèce-genre et d'une relation tout-partie n'est pas toujours facile ni possible. Ainsi par exemple, la brillance entre-t-elle dans la limpidité d'un vin (Blin, 1998) ?

162Il existe par ailleurs tout un ensemble de relations qui ne tiennent ni du genre à l'espèce ni du tout à ses parties, dites « relations associatives », les concepts y étant reliés entre eux de façon plus ou moins stricte. Ainsi, le concept de culture est associé à celui d'éducation, de musée, de cinéma. L'agent d'une action est associé à l'action, il n'en est ni une partie ni une espèce, etc. Il existe donc de nombreux types de relations d'association entre concepts :

mesure/unité de mesure ; couleur/ signal, etc. Les deux grandes relations associatives qui se rencontrent le plus souvent dans le travail terminologique sont celles qui portent sur le temps (relations séquentielles : détonateur/explosion), et celles qui portent sur le lieu (que nous proposons d'appeler « relations topologiques » : aile antérieure/aile postérieure/aileron latéral, etc.).

163Enfin, les relations entre concepts déterminent des types de concepts particuliers : pour les relations genre-espèce : concepts génériques (par exemple pin) et concepts spécifiques (pin parasol) ; pour les relations tout-partie : concepts intégrants (par exemple système de propulsion) et concepts partitifs (moteur fusée et moteur d'appoint) ; pour les relations associatives : concepts associés (éducation associée à culture), etc.

164Ces différentes relations commandent nombre d'aspects du travail terminologique. Leur détermination permet notamment de cerner les champs terminologiques et les domaines dans lesquels ils s'inscrivent, en mettant en relief leur structure et la manière dont les langues les formulent. Elles peuvent également jouer un rôle dans l'élaboration des définitions, pour le choix du définisseur initial notamment : un processus est un ensemble d'opérations ; une aile est une partie d'avion ; une tulipe une espèce de fleur, etc. Un vaste champ de recherche s'ouvre ici, qui n'a pas été encore véritablement abordé sous l'angle de la terminologie. Certaines approches, réalisées dans le cadre de l'examen des relations sémantiques, sont riches, comme celle de A. Cruse (1986). Même si ce dernier est d'une grande rigueur et d'une extrême prudence, on perçoit à certains passages qu'il y aurait sans doute intérêt dans ce genre d'analyse à décrire les phénomènes à un niveau non plus sémantique mais conceptuel. Ainsi pour les relations tout-partie : handle désigne en anglais aussi bien le manche d'un couvert (le manche d'une cuillère par exemple), que la poignée d'une porte, la langue structurant ces objets à partir de la main qui les manie. Si l'association sous handle de l'un et l'autre concept est de ce fait pertinente, elle ne l'est pas aussi immédiatement ni de la même façon en français où deux termes, manche et poignée, fonctionnent sans rapport formel particulier ou immédiatement décelable. C'est pourquoi, dans le fil des démonstrations faites plus haut, il nous paraîtrait plus adéquat de réserver des termes comme « holonyme » (le tout) et « méronyme » (la partie d'un tout) qu'utilise Cruse (1986 p. 160 sq.) pour désigner des structurations en langue, à distinguer des structurations en concepts qui s'établissent à un autre niveau. Certaines démonstrations y gagneraient en pertinence (notamment p. 164).

165Il convient donc encore une fois d'aller plus loin, en considérant que les relations entre concepts forment le pivot de l'analyse terminologique, qui mène naturellement à la confection de systèmes terminologiques.

5.3 Ordination des concepts

166Les concepts s'organisent selon certains ordres, en fonction des relations qu'ils entretiennent entre eux. Ces relations sont souvent déterminées par la constitution qui leur est propre, particulièrement leur intension (ensemble des caractères qui les composent). On distingue notamment les concepts superordonnés et les concepts subordonnés. Ces concepts relèvent généralement des relations de type genre-espèce ou tout-partie. Ainsi, le concept de/ /photographie// est le concept superordonné des concepts subordonnés//photographie analogique// et//photographie numérique//. Les variations dans l'intension d'un concept, notamment son nombre de caractères, déterminent sa plus ou moins grande spécificité. Ainsi, le concept de//tulipe// entendu comme « liliacée bulbeuse à fleur solitaire renflée à sa base et resserrée à son extrémité » comporte plus de caractères que le simple concept de fleur.//Tulipe// hérite cependant des caractères de//fleur//, en tant que « partie d'une plante phanérogame contenant les organes reproducteurs ». Simplement,//tulipe// est une fleur dont les caractères sont plus nombreux que ceux de//fleur// en général.//Fleur// est donc le concept superordonné de//tulipe// qui est l'un de ses concepts subordonnés.

167Les relations de coordination entre concepts mettent encore davantage en valeur cet aspect de leur organisation. Les relations de coordination dérivent de la propriété qu'ont certains concepts d'hériter en commun de mêmes caractères des concepts qui leur sont supérieurs. Cette propriété fait qu'ils sont en relation de parenté, tout en s'opposant sur un ou plusieurs caractères qui leur sont propres. Les concepts coordonnés sont donc des concepts ayant le même concept immédiatement superordonné, et ayant en commun une même série de caractères. Ainsi, le lis et la tulipe ont tous deux un seul cotylédon (famille des monocotylédones) et ont une fleur à six parties périanthaires. Ils se différencient notamment par leur forme, leur couleur, le nombre de fleurs, etc.

168Superordination, subordination et coordination se retrouvent également dans les relations tout-partie. Ainsi, une grappe de raisin est constituée d'une rafle et de baies (concepts subordonnés et coordonnés), la baie étant elle-même constituée d'un pédicelle, d'une pellicule, de la pulpe, du pépin, etc. (Brosseau, 1998).

169Il peut se faire cependant que les concepts se rapprochent et se différencient les uns des autres sans forcément posséder de caractères en commun. Ainsi, si le concept de/ /musée/ / a à voir avec celui de/ /culture/ /, le concept d'//extincteur// n'a à voir avec la culture que pour autant qu'il y a des extincteurs dans les musées. On parle alors de relation d'association et de concepts associés. Ces relations beaucoup plus lointaines sont cependant importantes dans le travail terminologique, car il est souvent utile de traiter, pour des raisons pratiques, de l'ensemble des termes entrant dans la constitution d'un domaine. Sans doute faudrait-il approfondir ce point en essayant de déterminer les degrés plus ou moins significatifs d'association entre les concepts. De fait, les relations entre location, loueur, contrat, conditions de location ne sont pas aussi lointaines qu'entre celles susceptibles de relier culture et musée.

170On peut donc observer que les concepts s'étagent sur différents niveaux, et se regroupent en fonction des caractères qui les constituent. En l'absence de terme véritablement établi pour désigner le niveau auquel se situent les concepts, nous proposons de parler d'« ordre », voire d'« ordination », qui forment paradigme avec « superordination » (niveau auquel un concept surplombe un autre concept) et « subordination » (niveau inférieur auquel se trouve un concept). Le terme d'ordination ne dépare d'ailleurs pas, ayant usuellement le sens d'« élévation à un ordre ». Ces grandes relations entre concepts déterminent à leur tour des systèmes terminologiques particuliers.

5.4 Systèmes terminologiques : arborescence de termes et arborescence de concepts

171La structuration en concepts s'effectue selon différents niveaux et en fonction de différents axes, représentés le plus souvent par un axe vertical et un axe horizontal. Ainsi peut-on constituer des systèmes selon que les concepts sont subordonnés, coordonnés ou associés les uns aux autres. On peut déterminer au moins trois grands types de systèmes de concepts en fonction de leur ordination :

  • les systèmes hiérarchiques ;

  • les systèmes non hiérarchiques ;

  • les systèmes mixtes.

172Les systèmes hiérarchiques sont fondés sur les relations de position entre concepts (que nous appelons « ordre tactique des concepts »). Ils dérivent principalement des relations de superordination et de subordination. Les deux grands types de systèmes hiérarchiques utilisés en terminologie reposent sur les relations de type générique (espèce-genre), ou partitif (tout-partie).

173Ainsi :

mammifère

carnivore

félidé

chat

forment un système générique ;

roue

jante, rayons, chambre à air, pneumatique

forment un système partitif (notamment ISO CD 704-1,1997).

174Les systèmes génériques sont fondés sur les relations de type générique entre concepts. Ils dérivent principalement de la relation espèce-genre. Les systèmes génériques se répartissent en systèmes génériques monodimensionnels et en systèmes génériques multidimensionnels. Dans les systèmes génériques monodimensionnels, on considère qu'un seul concept surplombe les autres. Ainsi :

biologie

Biologie cellulaire

Biologie des organismes

175Il faut cependant noter qu'un système de ce genre est difficile à déterminer a priori comme étant monodimensionnel. Ainsi, on peut toujours considérer que biologie pourrait être surplombé par sciences de la vie, ce dernier par vie tout court, et pourquoi pas, au-delà. Dans ces conditions, ce n'est souvent qu'à certains nœuds de l'arborescence qu'intervient de manière stricte ce genre de configuration.

176Dans les systèmes génériques multidimensionnels, deux ou plusieurs concepts de même niveau surplombent les autres. Ainsi, pour la détermination de la filiation :

grand-père

grand-mère

père

mère

fils

fille

177Mais là encore, la multidimensionnalité est difficile à établir strictement : grand-père et grand-mère pourraient être surplombés par grands parents, par ancêtres, par ascendants, etc., et former alors un système monodimensionnel. Aussi, si la distinction entre systèmes monodimensionnels et systèmes multi- dimensionnels doit être maintenue, notamment à des fins opératoires dans le traitement terminologique, on doit considérer que cette typologie ne se réalise dans les faits que de façon tendancielle.

178D'autres systèmes de concepts peuvent ne pas être de type hiérarchique. C'est le cas par exemple des relations séquentielles, qui décrivent généralement des processus qui se déroulent dans le temps. Ainsi, le traitement des déchets en déchetterie nécessite plusieurs phases : localisation des déchets, emballage des déchets, acheminement des déchets, réception des déchets, entreposage, tri, broyage, fermentation (s'il y a lieu), épuration/déferraillage, criblage (séparation des indésirables et des déchets organiques), conditionnement, reconditionnement, commercialisation, etc.

179Les deux types de systèmes terminologiques, système hiérarchique et système non-hiérarchique, peuvent se combiner pour former un système mixte, ce qui est relativement fréquent en terminologie.

180Ainsi :

laminoir →élaboration des alliages →coulée →décochage récupération de coulée

I

trains de laminoir

I

tablier releveur guide ripeur rouleau d'entraînement retoumeur de lingot (d'après Ferradji, 1997).

181Le laminoir est le lieu de plusieurs opérations (relations séquentielles) et il est par ailleurs constitué de trains de laminoir faits de différentes parties (relations hiérarchiques).

182Un champ de recherche s'ouvre ici qui consisterait à analyser la manière dont les langues désignent ces concepts et comment elles se structurent autour d'eux et en eux. L'une des premières utilités de ce travail serait de mieux faire prendre conscience des faux-amis et chassés-croisés de formes entre les langues, tels :

  • français démarreur !anglais starter ;

  • français starter/anglais choke.

183Ou bien encore :

  • français trole ! anglais crude oil ;

  • français essence !anglais petrol

184En effet, pour éviter de tomber dans le piège de ces ressemblances formelles, il est nécessaire d'avoir recours à une analyse terminologique qui mette au même niveau hiérarchique les concepts en cause. Par exemple :

185Ou encore :

186Il est remarquable de constater que l'essai d'alignement de langues sur un système de concepts fait ressortir nombre de difficultés. Ainsi de l'arborescence, élaborée à partir de l'anglais, représentant les relations de génériques à spécifiques de certains « instruments pour écrire » (ce terme même ne semblant pas véritablement établi en français) :

187On peut constater sur ce simple exemple (réunion internationale de TISO/CT37, Berlin, août 1999) combien le français peine à s'aligner sur l'anglais, dans la mesure où, autant lead pencil et mechanical pencil sont en anglais bien spécifiques de pencil, autant porte-mine s'analyse difficilement comme spécifique de crayon (ISO DIS 704,1999). La symétrie pen/pencil contribue de plus à structurer les distinctions en anglais. Encore une fois, c'est la décision d'articuler les langues autour de concepts, même si ces derniers sont dégagés à partir de la structuration qu'en fait une langue (ici l'anglais), qui aboutit à l'alignement possible de désignations d'une langue à l'autre.

188Au-delà de ces traitements terminologiques, la comparaison entre systèmes de concepts, sous-tendus par une systémique particulière, et axiologie, système de structuration propre aux langues, devrait déboucher sur une vision plus claire de l'influence réciproque des langues et des concepts dans la structuration des savoirs. Cette voie commence à être explorée de façon prometteuse, notamment par les travaux du Centre de recherche en terminologie et traduction de l'Université de Lyon II. Ceux-ci mettent en valeur les caractères d'un concept tels qu'ils sont nommés par les différentes langues étudiées (Thoiron, 1996). Additionnés les uns aux autres, ces caractères désignés par les langues sont regroupés dans un ensemble appelé « archi-concept » (voir plus haut en 1.2.13. « Désignation, concept et objet » la démonstration concernant le concept de//pompier//, exemple repris de Thoiron, 1996). La difficulté, et pour nous sans doute la limite de cette description, est que cette recomposition dudit « archi-concept » est fondée sur les langues uniquement, non sur le concept délié des langues. L'un des points que nous avons défendus étant en effet de se déprendre, en terminologie, du signifié du signe (pour éviter les confusions que les langues induisent), pour traiter autant que faire se peut du concept au sens logique.

6. Remarques sur la normalisation terminologique

189La normalisation terminologique effectuée en milieu technique donne plusieurs indications dans cette direction (il faut lire ici « concept » pour « notion » et « conceptuel >> pour « notionnel ») : « Après avoir dressé la liste des termes, il faut classer les notions apparentées en champs notionnels (ensembles de notions apparentées). Les critères de groupement des notions doivent être les mêmes pour toutes les langues. Il faut préciser les relations entre les champs notionnels. À l'intérieur de chaque champ, il faut ensuite structurer les notions en sous-systèmes, de façon à affecter à chaque notion une place spécifique dans le système. <...> Il faut mettre au point des systèmes de notions pour chaque langue, en tenant compte, si possible, des systèmes nationaux, des différents organismes, des différentes écoles de pensée, etc. Une fois ce travail achevé, il faut vérifier :

  1. si chaque notion est à la bonne place ;

  2. s'il manque certaines notions.

190<...> Si l'on ne réussit pas à établir un système commun à toutes les langues, on dispose des trois solutions suivantes :

  1. On élabore, si possible, un système international de notions qui diffère légèrement des systèmes nationaux. Ce nouveau système deviendra une Norme internationale et servira de référence.

  2. On ne normalise que la partie qui fait l'objet d'un consensus <...>.

  3. Si aucune des deux méthodes ci-dessus n'est applicable, on peut présenter les résultats dans un rapport technique qui constituera la base d'une norme future » (ISO 10241,1992).

191On note la portée de ces remarques, qui conduisent à créer de toutes pièces « un système international de notions [concepts] ». À force de viser le consensus, ce qui est la base de la normalisation, on peut croire que la normalisation est le plus souvent amenée à créer des distorsions. Dans la pensée : au moins distorsion entre les concepts tels qu'ils sont appréhendés dans une communauté de pensée ou dans un pays, et les concepts reconstruits sur la base d'un accord international. C'est ce que nous avons vu par exemple pour la définition normalisée de la qualité (« ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites »). Ce n'est pas là, sur le plan du concept, ce que l'on conçoit couramment lorsqu'on réfléchit, dans notre société, au concept de qualité. Et distorsions dans la langue : même s'il n'y a là rien qui ne soit foncièrement contraire au sens que qualité peut avoir en français, on doit reconnaître que ce terme ne peut avoir ce sens précis en français que par stipulation (voir 1.4.3. « Intérêt méthodologique majeur de la définition de concept »).

192Il y aurait donc au moins, dans cet exercice, deux grands types de distorsions :

  • distorsion entre concept couramment utilisé par une communauté et concept reconstruit par la normalisation : qualité =/ /caractéristiques positives que possèdent en propre un être, une entité ou un objet/ / ; en regard de la définition de la normalisation ://ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites// (ISO 8402,1994, p. 7) ;

  • distorsion entre désignation dans une langue et ce concept reconstruit par la normalisation : le terme « qualité » ne renvoie pas immédiatement en français, ni même vraisemblablement dans aucune langue, au concept de//ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites//.

193On trouverait de cela nombre d'exemples. Ainsi du terme papier : papier n'a pas en français courant le sens de « carton » (cela n'apparaît par exemple à aucun endroit du Nouveau Petit Robert, 1993). C'est pourtant ce sens qu'il a dans la normalisation technique internationale, le terme papier recouvrant, par stipulation, à la fois papiers et cartons : « Terme générique désignant un ensemble de matériaux se présentant <.. .> sous forme de bandes ou de feuilles fabriqués par dépôt de fibres végétales, minérales, animales ou synthétiques, seules ou mélangées en suspension fluide, avec ou sans addition d'autres substances, sur un dispositif de formation approprié <...>. Le terme « papier » pris dans son sens générique peut être utilisé pour désigner à la fois le papier et le carton <...> » (Afnor, 1979, p. 6). Il y a à l'évidence distorsion entre le signifié de « papier » en français et le concept de/ /papier/ / tel qu'il est défini dans le cadre de cette norme. Nous avons vu que cette situation n'est pas extraordinaire dans le traitement terminologique, sitôt qu'on essaie de faire correspondre des termes d'une langue à ceux d'autres langues. Il est nécessaire de trouver alors un « moyen terme », si l'on peut dire, pour mesurer le décalage, pour la désignation d'un même concept, entre un terme d'une langue et celui d'une autre langue : river ne s'ajuste à fleuve que pour autant qu'on reste conscient que river peut aussi désigner rivière.

194Il faut toutefois noter que dans beaucoup de cas, notamment pour des objets concrets, la question ne se pose pour ainsi dire pas de façon aussi contournée : un crayon de papier est un crayon de papier (ISO 704-1,1997), un panneau d'enveloppe est un panneau d'enveloppe (Afnor, 1989), un fermen- teur est un fermenteur, etc. Mais cette constatation ne doit pas faire oublier cette évidence simple qui fonde toute traduction : tout signe est irréductible, et ce n'est que la définition qu'on en donne qui permet un ajustement rigoureux des signes d'une langue à l'autre.

195Des principes méthodologiques dans ce sens sont réaffirmés çà et là tout au long de ces normes. Ainsi de la nécessité permanente de remonter aux concepts : « Dans certains domaines, l'harmonisation des notions n'a même pas été entreprise au niveau des notions, et par conséquent tout effort d'harmonisation des termes est prématuré. Sans harmonisation des notions, toute tentative d'harmoniser les termes ne peut qu'entraîner des malentendus » (ISO 860, 1996, p. 7). Dans cette norme, on relève également, au chapitre intitulé « Structure des différentes langues » : « Afin d'établir une correspondance terminologique chaque fois que possible, il importe d'utiliser les mêmes caractères de la notion dans l'opération de désignation, notamment lors de la création de nouveaux termes. Cependant, aucune pression ne doit être exercée sur les différentes langues pour qu'elles adoptent un type de formation de terme qui serait étranger à leur structure propre » (ISO 860,1997, chapitre 6.2.3).

196C'est sans doute là où nous pouvons retrouver l'une des conclusions inscrite dans la thèse de doctorat (Depecker, 1994, 2001) : que le traitement terminologique, si rigoureux soit-il, se doit de rester attentif à la nature propre des langues traitées. Le travail du terminologue, dans l'une de ses dimensions les plus nobles, est sans doute de veiller à maintenir la cohérence des langues qu'il a à traiter, et à inscrire les terminologies dans le tissu de la langue. Loin d'être de simples instruments, comme nous avons essayé de le montrer, les langues sont inscrites, par toutes leurs dimensions, y compris scientifiques et techniques, dans des sociétés et dans des cultures qu'elles contribuent à façonner. C'est ce que nous voulons dire, notamment, quand nous disons qu'un terme est un « signe vivant ». Ce fait même est fondamental.

7. Conclusion de la première partie

197L'une des ambitions que nous avions en écrivant ce texte était d'essayer de faire se rejoindre l'une et l'autre approches, terminologique et linguistique, afin de contribuer à mieux asseoir la terminologie comme discipline et à ouvrir des voies à la linguistique. Nous sommes parti du constat banal mais troublant que les terminologues ignorent relativement les linguistes, étant plutôt eux-mêmes, le plus souvent, des traducteurs, des ingénieurs, des scientifiques ou simplement des experts qui font de la terminologie sans toujours en être véritablement conscients. Que de l'autre côté, les linguistes ignorent les terminologues, considérant que la terminologie n'est pas véritablement une discipline linguistique, ou que cette discipline n'est pas assez formelle, c'est- à-dire à leur sens, centrée sur le linguistique, pour offrir une voie de travail susceptible de les intéresser. Cela quand ils ne croient pas tout simplement que la terminologie consiste à enseigner les mots techniques. Nous sommes donc parti de ce qui est pour nous un malentendu, à partir de notre travail en terminologie de plus de vingt années. Or, les deux disciplines, linguistique et terminologie, ont beaucoup à voir l'une avec l'autre, et c'est ce que nous avons voulu montrer : en tout premier lieu, le terme est un signe linguistique ; ensuite, ce qui concourt à le définir est une définition d'ordre linguistique ; enfin, la terminologie a emprunté nombre de procédures de travail et de réflexion à la linguistique.

198On a vu ce qu'il en était pour la détermination des unités terminologiques (axes syntagmatique et paradigmatique, grands principes de morphologie et de sémantique, processus de structuration du lexique, typologies des discours, etc.). En retour, nous avons essayé de montrer l'apport que peut représenter la terminologie en tant que discipline, notamment dans les rapports réciproques de la langue au concept et au réel extralinguistique. Les décalages entre pensée et langue, et particulièrement concept et signe, sont sans doute à approfondir, et cela d'autant plus que cette voie n'est pour ainsi dire pas explorée car elle semble verser dans la métaphysique et relever davantage de l'accord entre l'esprit et le monde. La terminologie offre pourtant une voie de recherche privilégiée en ce qu'elle donne à voir bien des phénomènes dans cette direction, notamment, par la comparaison et la traduction des langues. On a vu ce qu'il en était par exemple lors de la description que nous avons faite des rapports réciproques entre concept et signe. De même, nous avons dégagé certains des avantages qu'il y a à postuler un ordre de la pensée et un ordre de la langue, ce qui nous paraît utile non seulement du point de vue théorique mais aussi du point de vue pratique. D'un point de vue pratique, ne serait-ce que pour permettre de mieux cerner ce qui relève du terminologue et ce qui relève du spécialiste du domaine, et ainsi de mieux articuler les phases de travail de l'un et de l'autre et l'organisation des données traitées. D'un point de vue théorique, pour essayer de mieux faire la part du linguistique par rapport au conceptuel. Ainsi par exemple, les grands concepts de linguistique désignés par le suffixe -nyme (homonyme, synonyme, antonyme, paronyme, hyperonyme, hyponyme, etc.) expriment, de notre point de vue, la réalisation, voire la structuration en langue, de relations conceptuelles. Il faut souvent pouvoir faire la part de l'un et de l'autre pour analyser avec précision la correspondance d'un terme d'une langue avec celui d'une autre langue. C'est pour cette raison que nommer « méronyme » la partie d'un tout, comme le fait avec intelligence A. Cruse (1986, p. 157), ne peut se justifier que s'il est clairement spécifié qu'il s'agit là d'un fait lexical (ibidem, notamment p. 179) : un « méronyme » peut ne pas être nommé dans une langue, ou ne pas l'être en langue commune, alors que le concept auquel il renvoie est pensé par le locuteur de cette langue. Ainsi, le français et l'anglais nomment communément comme partie du bras Yavant-bras (forearm), mais non la partie du bras qui porte le biceps. Cette partie existe pourtant, ne serait-ce que par le fait qu'elle s'oppose « en creux » à avant-bras : exemple d'une conceptualisation virtuellement actualisable en langue. On trouverait de ce phénomène d'innombrables exemples ; ainsi, la plupart des langues ne nomment pas « la plage qui rejoint au cou la base du maxillaire et réclame du raseur < la personne qui se rase > le recours à un comportement particulier » (Martinet, 1997, p. 461). Ce qui tend à montrer que la question du passage par le concept et par le référent ne peut pas ne pas être posée, surtout lorsqu'il s'agit de travailler sur plusieurs langues, et nombre d'autres questions habituellement traitées ou évoquées par la linguistique.

199Les analyses que nous avons faites, et d'autres qui se dessinent actuellement, doivent, selon nous, faire prendre conscience de la nécessité, aussi bien pour la terminologie que pour la linguistique dans son ensemble, d'un détour par un niveau conceptuel pour la bonne compréhension des phénomènes décrits. De fait, l'une des voies ouvertes par l'approche que nous avons adoptée est que la problématique terminologique envisage la langue dans ses rapports aux concepts. Les quelques considérations sur le fonctionnement du concept que nous avons relevées, tel qu'il est légué par la tradition, tendent à montrer combien cet acquis reste peu exploité et gagnerait à être reconsidéré. Plus ou moins consciemment, la terminologie en a tiré grand parti. Il y a en effet une grande confusion et des difficultés dont on ne peut sortir, si ces deux plans, le plan du linguistique et le plan du conceptuel, sont confondus dans l'analyse. Ce phénomène se révèle particulièrement dans la comparaison d'une langue à l'autre, ce que la terminologie fait en permanence, ayant pour application directe, essentiellement, de faire s'ajuster les termes d'une langue à ceux d'une autre langue par le biais des concepts décrits. Qu'il n'y ait pas d'isomorphisme entre systèmes de concepts et systèmes de désignations dans une langue et d'une langue à l'autre tend à montrer que cette distinction est opératoire. Il y a donc un enjeu à ce texte, qui est de faire la part, au moins, du conceptuel et du linguistique par le biais d'une approche terminologique, et de s'efforcer d'en tirer des conclusions théoriques et pratiques. Cet aspect de la question n'a pas été à notre avis suffisamment travaillé. C'est en effet davantage le rapport du signe au référent qui a fait l'objet de recherches, souvent prometteuses (ainsi Siblot, 1997). Beaucoup de pistes sont cependant ouvertes depuis quelques années, même si nombre de blocages subsistent dans cette direction dans les milieux de la linguistique en raison d'une certaine suspicion vis-à-vis du subjectif, qui tend à faire penser que hors du purement formalisable, rien ne se peut décrire. Cela peut se justifier, dans une certaine mesure. Mais les démonstrations que nous avons faites, en reprenant certaines des analyses de Saussure, tendent à montrer que même si le terrain est glissant, il est néanmoins possible de trouver des points d'appui. Le concept, dans son rapport au signe, a été l'élément central de notre démonstration. De fait, cerné et décrit par la définition, le concept est l'élément essentiel sur lequel le terminologue s'appuie pour travailler. L'approche onomasio- logique reste ainsi au cœur de sa démarche. Mais elle n'en est pas exclusive, contrairement à ce que l'on a tendance à penser. Le terminologue comme le lexicographe en effet, a affaire aux textes, et les dépouillements terminologiques qu'il fait ne sont pas sensiblement différents de ceux du lexicographe. Simplement, il a souvent à reconstituer les faits qu'il traite en s'appuyant, fondamentalement, sur l'analyse qu'il effectue des concepts. Or, ceux-ci sont dépendants des domaines de spécialité, et non foncièrement, comme en lexicographie, des contextes. Les linguistiques de corpus (notamment Association française de linguistique appliquée, 1996 ; Habert et al., 1997) et des applications récentes d'informatique linguistique (particulièrement Rastier et al., 1994) tendent à montrer que le contexte reste partie prenante du sens d'un terme. C'est dans cette direction que va la démarche récente d'un courant de pensée issu de l'intelligence artificielle, fondé sur des terminologies extraites de corpus de textes de façon automatique (Conseil international de la langue française, 1996 ; Équipe de recherche en syntaxe et sémantique, 1999). Outre qu'il y a là une nécessité requise par l'analyse et le traitement de textes en milieux industriels, cette orientation contribue à remettre en cause relativement le traitement des terminologies selon un point de vue purement normalisateur. Mais il renvoie aussi à l'idée d'un sens qui circulerait librement entre interlocuteurs, ce à quoi la terminologie, dans sa pratique la plus courante, s'efforce de renoncer. Pour nous, il conviendrait de lier deux approches : onomasiologique, par l'étude du concept auquel renvoie le terme considéré ; sémasiologique, par l'étude des contextes dans lesquels le terme considéré s'inscrit. C'est ce double mouvement qui permet à notre avis de cerner le sens d'un terme, situable mais toujours soumis aux variations du sens dans la langue et à la mobilité de la référence. Loin de nous donc l'idée de tout réduire au concept : le fait que nous affirmions qu'un terme est un signe, et un signe vivant, indique suffisamment combien nous considérons qu'en tant que signe le terme reste soumis à une vie en contexte, une langue naturelle n'étant jamais (ou très rarement) totalement dénotative, mais au contraire éminemment « multiplane » (Greimas, 1970, p. 14).

200D'un autre côté, la problématique liant signe et objet ne pouvait pas ne pas être évoquée, la terminologie mettant aussi particulièrement en lumière cette relation. Cette voie de travail est cependant beaucoup plus exploitée en linguistique que celle portant sur les relations entre signe et concept (ainsi Kleiber, passim et 1997 ; Rastier, passim). La pragmatique, notamment, s'y attache, réinscrivant la linguistique dans une vision plus globale des phénomènes et s'efforçant de prendre en compte les conditions de la communication, les protagonistes, et les rapports qui interviennent entre eux (notamment Siblot, 1997). Pour notre part nous irions également dans cette direction, dans une conception ouverte de la langue et des langues, qui n'exclurait pas de l'analyse linguistique une partie de ses constituants. La terminologie ouvre, de fait, largement sur un champ de réflexion et de recherches inexploité parce que non encore examiné sous l'angle particulier qui est le sien. Ainsi, nous avons eu l'occasion de montrer que la terminologie n'est pas encore fondée comme science ni même comme discipline, parce que les principes fondamentaux sur lesquels elle s'appuie ne sont pas encore dégagés. Ce qui impliquerait de distinguer encore plus profondément, à notre avis, ce qu'il en est du signe, de l'objet, et du concept. Et ce qu'il en est de la représentation. Nous avons noté à cette occasion combien les relations qui les unissent sont encore mal définies, mal cernées, mal inventoriées même. Par exemple, nous n'avons trouvé nulle part une description satisfaisante et synthétique du concept et des éléments qui le composent ; ou des relations que les concepts entretiennent les uns avec les autres, même si les relations logiques sont souvent, elles, bien inventoriées (par exemple Blanché, 1957, p. 35 sq.).

201De même, et paradoxalement, de la question de la terminologie utilisée dans la description des phénomènes que nous avons été amené à décrire. Au fil de l'analyse, nous avons eu l'occasion de nous apercevoir combien les termes qui décrivent les concepts et leurs agencements ont vieilli, sont flous ou mal adaptés, et qu'il y aurait nécessité à affiner la description des concepts et leurs relations (voir notamment Goujet et al., 1988). Les termes de « point de vue », d'« angle de vue », de « perspective », etc. gagneraient ainsi à être affinés et retravaillés. De même, bien des relations entre concepts demanderaient à être étudiées et réexaminées. On sent bien ici que la description achoppe encore sur ces points, parce qu'à notre avis, elle a été jusqu'à présent peu globale et synthétique. Ce ne peut être l'objet de cette habilitation à diriger les recherches, mais cet objectif semble à poursuivre. Sans doute faudrait-il là aussi un renouvellement théorique et est-ce une tâche urgente de la terminologie. Nous avons bien conscience que nous sommes au début de la réflexion sur le concept abordé dans une perspective terminologique et linguistique. A notre sens, c'est l'un des intérêts de notre démarche. Nous espérons par ce travail montrer l'utilité d'introduire un nouvel axe d'investigation qui intégrerait le concept dans la linguistique, avec pour bénéfice, précisément, et peut-être paradoxalement, de mieux cerner dans la langue la part du linguistique. Car nous ne nions pas par ailleurs que la langue génère ses propres relations.

202Nous n'avons pas dissimulé les embûches que cette entreprise comporte. Ni le caractère audacieux qu'elle peut avoir, dans la façon de réinterroger la question du signifié et du rapport au concept. Débat que la linguistique semble, à quelques exceptions près, considérer comme clos, mais qui pour nous est à réouvrir. Car la terminologie, par l'approche particulière qui est la sienne, est susceptible, par sa simple pratique, de faire voir ces problématiques sous un angle neuf. Elle a la chance d'être une science de techniciens et de scientifiques, et d'avoir une prise particulière sur le réel, dans un esprit de rigueur qui anime des spécialistes de toutes disciplines. La terminologie ouvre de fait, selon nous, sur un rapport aux signes, aux choses, aux concepts, qui apparaît aujourd'hui nouveau, même si, comme nous l'avons noté à plusieurs reprises, mais trop brièvement, cette réflexion traverse les siècles en philosophie, en logique, et en sciences en général. L'idée par exemple d'une lingua characteristica réapparaît là de façon plus vivace que jamais et prend prise sur le monde des sciences et techniques d'aujourd'hui. Cela tend à faire considérer ces enjeux sous l'angle d'une « philosophie générale des systèmes symboliques » (Granger, 1979, p. 15), ce qui fait que ce sont aussi bien la philosophie, l'épistémologie, la sémiologie (la « signologie » comme l'appelle parfois Saussure) que la linguistique qui sont, entre autres, impliquées ici, tout comme les sciences et techniques confrontées à une description symbolique du réel. L'idée d'une « mimologie », c'est-à-dire d'une « relation d'analogie en reflet » entre le mot et la chose (Genette, 1976 et passim) nous est de ce fait éminemment chère et précieuse, et nous pensons que la terminologie, par les cas multiples qu'elle est amenée à traiter et à résoudre, peut contribuer à mieux montrer certains fonctionnements des langues en action. Nous avons essayé de le donner à penser, en nous appuyant toujours sur des exemples, point central et nœud de toute démonstration et de toute pédagogie. C'est dire combien nous considérons que par la redécouverte, notamment, de la triade héritée de la pensée antique du signe, de l'objet et du concept, un champ de recherches est en train de se réouvrir (dans cette direction, notamment Thoiron, 1996). D'où les possibilités que nous avons montrées de décrire certains rapports entre signe et concept, concept et signe, concept et objet. Nous avons conscience aussi que dans cette présentation tout n'est pas si simple (Rastier, 1990). Sans doute est-il trop simple et réducteur de dire que, dans la triade signe, objet, concept, le signe est de l'ordre du linguistique, le concept, de l'ordre de la pensée (ou de l'entendement), et l'objet de l'ordre de l'extralinguistique. Ainsi, on ne voit pas bien encore de quoi relève la représentation, même si l'on perçoit qu'elle joue un rôle en la matière (ne serait-ce pas elle qui « joue » de l'un à l'autre ?). Mais c'est le schéma que l'on peut avancer pour l'instant, notamment en raison de son caractère opératoire en terminologie. Et dégager la part du référentiel, du conceptuel, du perceptuel même devrait être une voie de recherche qui aiderait la terminologie et d'autres disciplines, en tout premier lieu la linguistique.

203Nous avons conscience de proposer des voies nouvelles de réflexion, qui pourront être jugées trop audacieuses et insuffisamment démontrées. Ainsi de la distinction concept/signifié d'où découlent bien des conséquences : le terme entendu comme monoconceptuel, la définition comme définition de concept ou définition de signifié, le suffixe -nyme comme désignant fondamentalement des relations en langue, etc. Mais ces questions sont à notre avis inévitables et on ne peut pas ne pas se les poser. Aussi bien, l'emprise du référent dans le terme, qui est un des points sur lesquels travaille la terminologie, l'empreinte du concept dans le signe, ou les effets de représentation contenus dans le signifié sont des éléments susceptibles d'être réexaminés. Une des voies esquissées ici étant, de façon sans doute encore simpliste, que le signifié se spécifiant en sèmes, le travail du terminologue, surtout dans sa dimension néologique et normalisatrice, tend à faire se correspondre au mieux les sèmes du signifié aux caractères du concept, cela, quand l'analyse est possible et les choix encore ouverts car, souvent, les usages sont déjà là, le terminologue n'ayant plus guère de latitude pour trancher, sauf à courir le risque d'aller à contrecourant.

204Si l'on voulait résumer la portée des principes avancés ici, on pourrait dire que la terminologie offre une voie d'approche pour travailler les relations signe/concept/objet, pour appréhender la distinction entre signifié et concept, les rapports du signe au référent, ceux du concept au signe (mononymie, etc.), les relations qui unissent propriétés de l'objet, caractères du concept, sèmes du signifié. Mais les rapports entre concept et désignation, et à l'intérieur de la désignation entre signifié et concept et entre signifié et signifiant sont souvent loin d'être symétriques comme un structuralisme rassurant pourrait le laisser croire. Nous percevons donc les limites des éléments présentés ici. Sans doute faudra-t-il poursuivre la description en travaillant sur des unités phraséologiques (mettant en jeu notamment des syntagmes verbaux), tout ne se résumant pas à notre sens à des unités terminologiques.

205Ces éléments conduisent, de notre point de vue, nécessairement, vers une approche pluridisciplinaire. Ainsi, ce sont aussi bien des disciplines connexes, comme la psycholinguistique, l'ethnolinguistique, les sciences de la connaissance, etc., qui sont requises. La construction de systèmes experts par exemple force à décomposer certaines des opérations que nous pouvons faire en tant qu'humains en utilisant la langue (notamment Rastier et al., 1994). C'est donc que nous devons nous projeter au-delà de la langue si nous voulons savoir de quoi elle parle. Savoir aussi comment l'analyser et en tirer profit pour les applications concrètes qui en sont faites dans les industries de la langue. On débouche inévitablement sur d'autres problématiques, comme la nécessité de raisonner sur ces faits en relation avec d'autres disciplines telles que la logique et la philosophie, qui aident à réfléchir sur le rapport à la perception et à l'expérience. Sans doute manque-t-il pour aller plus loin, sinon d'une théorie de la perception et d'une théorie de la représentation, du moins d'éléments allant dans ce sens (Depecker, 1999, (4)). Car c'est toujours bien le sujet humain qui fait le lien entre percept, concept, objet et signe. Et sans doute y aurait-il besoin, pour décrire les relations entre signe, concept et objet, plus que d'un schéma trop simple ici à peine esquissé, d'une description menant à une nouvelle conception du signe (voir notamment, dans une perspective différente, Milner, 1978, p. 54 sq.). C'est dire combien les questions soulevées ici sont immenses. Nous sommes conscient des limites actuelles de certaines des réponses que nous y apportons. Si les éléments de terminologie que nous formulons ici peuvent au moins poser quelques jalons vers une réflexion plus large, nous en serions heureux.

206Pour résumer en quelques lignes les éléments présentés, nous dirons que les présupposés qui nous ont permis d'avancer sont les suivants :

  • un terme est fait d'une désignation associée à un concept ;

  • cette désignation est un signe linguistique (formé d'un signifié et d'un signifiant) ;

  • ce signe linguistique est un signe vivant, non une étiquette ;

  • un signe linguistique est irréductible à tout autre ;

  • un terme prend sens dans un domaine de spécialité défini ;

  • c'est sa qualité de signe qui confère à un terme sa portée contextuelle ;

  • même normalisé, ce terme reste signe ;

  • un terme est dit, de façon stipulative, monoconceptuel (il renvoie à un seul concept) ;

  • le concept ne se résume pas au signifié ;

  • le concept est décrit en terminologie par la définition ;

  • l'objet est appréhendable à travers un concept ;

  • les caractères du concept correspondent à certaines propriétés de l'objet ;

  • les grandes relations entre concepts sont d'ordre logique ou ontologique ;

  • les concepts entretiennent des relations entre eux et s'organisent en systèmes ;

  • ces systèmes sont exprimés dans les langues.

207L'axe de réflexion qui a été choisi tout au long de ce texte, qui relève d'une de nos convictions profondes, est qu'il est réducteur d'aborder la terminologie sous l'angle de la normalisation et qu'il importe de considérer le terme comme un véritable signe linguistique, non comme une étiquette, même si le traitement terminologique tend à décomposer plusieurs de ses aspects. Cette approche, que nous avons expérimentée à partir de nombreux travaux terminologiques, de plusieurs années d'expérience d'aménagement terminologique et d'enseignement dans ce domaine, nous paraît des plus fécondes. Elle conduit à préserver ce que nous avons appelé la « richesse du signifié », et à se garder de faire de la langue un simple instrument, ce qui serait la couper du milieu culturel et de l'environnement dans lesquels elle est parlée. Par l'analyse qu'elle fait des concepts en rapport avec le réel et sa représentation, par l'approche de l'objet qui est la sienne, par la prise en considération constante du référent dans le traitement des désignations, la terminologie peut ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Elle peut par exemple mettre en lumière certains phénomènes linguistiques encore mal perçus, telle l'inscription dans la langue des systèmes conceptuels (Depecker, 1997,1998), ou le rôle de la morphologie et de la sémantique dans la description des concepts et des relations qu'ils entretiennent entre eux (Cottez, p. 19). En travaillant les distinctions énoncées ici entre signe linguistique, concept, référent, on peut s'attendre que la terminologie apporte au dévoilement de certains mécanismes du langage, à la manière dont les signes fonctionnent, à la façon dont ils donnent le monde et sur le monde.

208C'est certainement à partir d'une voie comme celle-ci qu'il sera possible de jeter les fondements de la terminologie, en approfondissant les différentes pistes qui se dégagent dans l'exercice de la terminologie (comme la sémantique référentielle), pour déboucher éventuellement sur une théorie de l'expérience : sur la manière dont le signe renvoie à l'objet et sur la manière dont nous appréhendons le monde. Ainsi, le signe est ce qui met le sensible en rapport avec le conceptuel. Inversement, c'est aussi lui qui rend sensible le concept et les représentations qui lui sont associées. Il y a sans doute beaucoup à tirer des quelques options énoncées ici. Elles ne constituent pas seulement un problème théorique, mais elles ont des répercussions dès le traitement des données terminologiques, par exemple sur la détermination des champs d'information dans les bases de données.

209Il y a un autre aspect de cette recherche qui resterait à approfondir, celui de la traduction. La terminologie peut être considérée comme une partie relativement parcellaire de la traduction. Mais elle est devenue centrale dans les domaines de spécialité. En effet, pour faire correspondre une unité linguistique d'une langue à une unité linguistique d'une autre langue, il ne s'agit pas simplement d'ajuster un signifié d'une langue à un signifié de l'autre langue : l'anglais control ne correspond pas au français contrôle, non plus que petrol à pétrole, ou starter au franglais starter. Les analyses auxquelles il faut avoir recours pour résoudre ces problèmes de correspondances laissent penser que pour comprendre ce qui se passe dans une langue et pour traduire, il est nécessaire de passer par une structure conceptuelle supralinguistique sur laquelle se décide l'ajustement des sens. De même, si l'on traduit l'anglais deed en français, il convient d'indiquer son degré de recouvrement avec le français contrat, et entre contrat lui-même et l'anglais contract. Et cela, pour toutes les langues impliquées dans le travail terminologique considéré. En essayant de rapprocher, à travers tous ces points que nous soulevons, linguistique et terminologie, et au-delà, des disciplines aussi importantes que la traduction (notamment Berman, 1984), nous pensons ne pas faire œuvre seule de linguiste, mais aussi d'épistémologue, en tentant de resituer la linguistique et la terminologie dans la perspective de la philosophie du langage et des sciences. Nous ne sommes, à notre avis, qu'au début d'une véritable réflexion sur la terminologie, sur sa constitution et sur ses conditions de possibilité : à considérer les manifestations de terminologie au cours desquelles les questions fondamentales qui la concernent sont débattues, on peut se demander si une science qui ne cesse de revenir sur ces questions a vraiment commencé. D'autres voies de recherche se dessinent encore, comme celle d'une épistémologie de la terminologie, susceptible de dégager les caractéristiques de la science comme systèmes symboliques, et des langues dans les sciences. Un penseur comme Gilles-Gaston Granger a travaillé dans cette direction et ouvert des voies. Il reste cependant beaucoup à faire, par exemple dans la direction d'une culture technologique, qui fait du terminologue un véritable technologue (Simondon, p. 151).

210La terminologie s'étant constituée dans une relative indépendance par rapport à d'autres disciplines, il apparaît donc utile aujourd'hui de restituer le continuum entre ce qui a été séparé pour des raisons de constitution et de circonscription de la terminologie comme discipline. Dans son objet d'étude, la terminologie se trouve en relation directe avec les sciences et les techniques, la logique, la philosophie, les sciences de la connaissance, la sémiologie, la linguistique (particulièrement la sémantique et la morphosyntaxe), etc. Nous avons esquissé plus haut quelques pistes de recherche en direction de ces disciplines, en insistant sur les liens qui unissent terminologie et linguistique. La terminologie se retrouve aujourd'hui, de fait, au carrefour de plusieurs disciplines qui l'exploitent de façon importante : cognitique, traductique, sciences de l'information et de la documentation, etc. Étant donné l'état d'avancement de la terminologie et sa rapide évolution, il semble opportun de s'interroger sur ses fondements possibles. Car à travers la terminologie, au niveau de maturité qui est le sien aujourd'hui, il y a chance de pouvoir étudier de façon privilégiée certains mécanismes du langage qui apparaissent plus clairement grâce à elle, particulièrement le rapport du signe au concept et celui du signe à l'objet. Et d'essayer à travers cette analyse de dégager ce qu'il en est de la représentation, voie de recherche qui nous paraît de grande importance.

211Ce texte peut être considéré comme un essai pour mettre en place, dans cette perspective, des éléments de terminologie générale vus sous un angle à la fois analytique et synthétique. Il peut aider à situer la terminologie aujourd'hui : c'est une discipline qui est dans une situation à la fois désagréable et agréable : désagréable car elle peut apparaître, à certains point de vue, iconoclaste ; agréable, parce qu'elle semble ouvrir des voies de recherche imprévues. C'est le but de ce texte que de s'y essayer.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search