Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Postface

Bernard Bosredon

Texte intégral

1La phrase paradoxale extraite du film de Carlo Rim, L’armoire volante, par Fabienne Cusin-Berche, dans l’un de ses textes, résonne étrangement : « Je vous le concède elle est morte mais elle n’est pas décédée ». Nous aimerions en renverser aujourd’hui les termes tant Fabienne est, dans cet ouvrage, bien vivante, de cette vie généreuse qui fut la sienne et qui ne cesse d’agir sur ceux qui l’ont connue. Nous savons tous combien les textes les plus abstraitement scientifiques peuvent laisser passer quelque chose de l’être qui les a écrits. Cela se manifeste d’abord dans la manière. L’auteur apporte à l’analyse les soins les plus méticuleux pour affronter ensuite sans détour les questions difficiles avec, toujours, ce sentiment aigu de l’articulation nécessaire entre les approches théoriques et les observations les plus empiriques. Mais il y a aussi cette autre manière qui est l’essence même de la recherche, celle du refus. Fabienne Cusin-Berche pratique consciencieusement la seule linguistique qui compte, celle du « non » et, pour cela, refuse de cacher le fait têtu qui embarrasse, refuse de mentir, aux autres et à soi-même – là comme ailleurs. Telles sont les qualités dont témoigne ce livre.

2L’exploration par l’auteur des textes de spécialité est un modèle de recherche appliquée. Répondant à une commande de l’entreprise EDF ou s’interrogeant ailleurs sur les particularités des termes scientifiques et techniques, elle ne cesse de poursuivre une recherche plus large aux confins de la notion même de langue et, pour ce faire, pose la question du fondement de son objet en interrogeant l’hypothétique opposition entre « langue usuelle » et « langue spécialisée ». Mais elle se garde bien de donner une réponse trop simple. Une définition positive est toujours dans ce domaine une définition trop courte et « à l’emporte-pièce ». Ce type de définition ne peut en effet tenir compte que du « posé » et ne laisse aucune place au non-dit, à l’arrière-texte fondateur, cet élément nécessaire non seulement à la compréhension mais aussi à l’analyse. C’est pourquoi l’auteur préfère privilégier un faisceau de propriétés plus ou moins présentes ou actives selon la spécificité de l’objet analysé en repérant la concentration des particularités discursives. Le texte et, plus globalement, la discursivité constituent ainsi l’ancrage fort de cette recherche. Cet ancrage s’est progressivement imposé à travers l’expérience de l’enseignement spécialisé des techniques d’expression, dans l’intérêt porté aux productions textuelles situées dans des pratiques institutionnelles et des techniques spécifiques (didactique, management, internet…), grâce à des choix théoriques en lexicologie liant nécessairement l’instance du discours et la question lexicale ; question dont l’auteur relève qu’elle est plutôt minorée dans les conceptions contemporaines de la linguistique.

3Quoique Fabienne Cusin-Berche situe par conséquent ses recherches lexicologiques dans un cadre discursif plus vaste – les mots entre langue et discours – et peut- être même parce qu’elle situe la lexicologie bien comprise dans ce cadre-là et non ailleurs, elle procède à une analyse des termes extrêmement fine. Ainsi, passent tour à tour sur sa paillasse les mots de usager, client, abonné puis, dans ce mouvement brownien qui conduit des contraintes nombreuses et complexes à stabiliser formes et sens associés, ceux de décideur, directeur et manageur, ce dernier accompagné lui- même de ses rameaux que constituent managérial et son cousin managériat (non encore reconnu par le correcteur orthographique…). Il convient aussi de relever le classique serment dont l’étude est à cette occasion complètement renouvelée dans le cadre d’une sémantique lexicale modernisée.

4Cette modernisation, l’auteur y aura contribué à sa manière, discrètement mais aussi efficacement et solidement. Nous en voulons pour preuve la réflexion approfondie qu’elle aura menée sur des notions et des concepts qui sont au cœur de la sémantique lexicale et qu’un petit nombre de linguistes ont accepté de rencontrer non sans précautions tant le pari de les analyser en est risqué. La notion d’unité lexicale en est le prototype. Fabienne Cusin-Berche présente une conception de la norme lexicale ancrée sur un système tripode : le premier appui est le lexème qui reste l’unité atomique abstraite du système lexical ; le second est le néologisme qui constitue une réalisation concrète singulière mais jamais une unité lexicalisée ; le troisième est l’unité lexicale qui ressortit au plan des réalisations concrètes et présente également un usage stable et général. Cohérente avec ses choix théoriques, elle propose une conception de l’unité lexicale permettant de capter des entités lexico-sémantiques en discours et reste fascinée par ce point d’équilibre où se composent plusieurs opérations de nature différente pour un résultat que le terme de mot ne capte que très grossièrement. Les échanges que nous avions sur la problématique de la dénomination, dans notre groupe de recherche, auront été largement alimentés par cette recherche personnelle.

5Et les questions de pleuvoir. Qu’est-ce qui constitue l’unité lexicale ? Et à quel moment peut-on dire qu’on dispose de toutes ses propriétés définitoires ? Plus difficiles encore, les réponses à donner quand il s’agit de traquer les marqueurs de la lexicalisation dans le discours ? Quelle est la part du « réel » dans l’inclusion ou l’exclusion des candidats à la lexicalisation et quelle est la nature exacte de ce fameux réel si commodément convoqué ou révoqué dans les travaux contemporains ? Fabienne Cusin-Berche n’esquive aucune de ces questions. Quoique dotée d’une sensibilité singulière pour tout ce qui concerne les conditions concrètes et pratiques de la « cinétique lexicale », elle ne perd jamais de vue que la matière lexicale reste d’abord et avant tout une matière linguistique et que la réalisation matérielle ne dicte pas directement ses choix, même si elle pèse d’une certaine manière sur les processus de lexicalisation. Ainsi l’émergence d’une unité est-elle liée à des facteurs extralinguistiques d’une part mais sa lexicalisation reste toujours conditionnée par le système lexical en vigueur d’autre part.

6Cependant, il n’y a pas d’automaticité en la matière et les contingences pragmatiques apportent leur part de contribution : les « bonnes » formations lexicales ne suffisent pas à produire la lexicalisation et les « mauvaises » formes au contraire peuvent y parvenir. Autrement dit, norme et lexicalisation ne marchent pas nécessairement de conserve dans le meilleur des mondes possibles. En montrant que la maxime de Pangloss n’a pas cours en matière lexicale et que l’examen intelligent de ce qui résiste reste l’unique voie praticable, Fabienne Cusin-Berche a servi pleinement la cause de la recherche en sciences du langage.

Auteur

Président de l’université Paris III-Sorbonne nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540