Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Présentation

Sophie Moirand, Florimond Rakotonoelina e Sandrine Reboul-Touré

Testo integrale

  • 1 Nous n’avons pas retenu les travaux qui faisaient partie de recherches collectives, réalisés dans l (...)

1Ce volume réunit dix textes de Fabienne Cusin-Berche, publiés entre 1992 et 1999, qui nous paraissent refléter la ligne directrice de ses travaux, dont on trouvera une liste exhaustive en fin d’ouvrage 1, et qui constituent un ensemble cohérent autour d’un même objet : décrire les mots du français dans deux perspectives complémentaires, tels qu’ils sont entérinés par la langue et tels qu’ils sont utilisés en discours. Ces travaux sont représentatifs en effet des positions théoriques de Fabienne Cusin-Berche dans le champ des études lexicales d’une part, dans celui d’une analyse des discours qui rend compte du fonctionnement des mots dans leurs contextes d’autre part. Ils sont le résultat d’interactions constantes entre un travail sur la langue et un travail sur les discours produits dans des situations de communication ou sur des supports variés (la communication interne de l’entreprise, les dictionnaires, les manuels, les courriels…), donc entre des analyses qui s’interrogent sur le fonctionnement des unités de la langue (les lexèmes) et celui des unités du discours (les vocables) dans leur environnement contextuel et leur situation d’énonciation.

La première partie illustre exemplairement les positionnements théoriques de Fabienne Cusin-Berche. Elle s’attache à décrire le fonctionnement des unités lexicales à travers leurs relations sémantiques à l’intérieur du système du français, tout en allant observer le fonctionnement sémantique des mots dans leur contexte verbal, voire grammatical (car, comme le dit l’auteur de cet ouvrage, un avocat ne peut être à la fois à la vinaigrette et à la Cour…), ainsi que l’usage qu’en font les locuteurs dans des situations de communication ordinaires : lorsque dans l’entreprise, par exemple, l’agent devient acteur, l’usager client et le directeur manageur, ce n’est pas un simple changement d’étiquettes, mais c’est une représentation des rôles assignés aux individus qui intervient dans l’organisation du travail. C’est alors qu’on en vient à s’interroger sur la création lexicale, en tant que production de sens nouveaux ou mise en discours de sens anciens qu’on actualise. C’est ainsi qu’on peut chercher à cerner la nature des unités lexicales du français tel qu’il fonctionne : si l’hôtel de ville n’est pas un hôtel où on peut aller dormir, que dire de beurette, mot issu d’une transformation qui joue sur les sons (le verlan) et d’une dérivation propre au français, et de tous les mots construits ou reconstruits qui manifestent justement des potentialités créatives des usagers de la langue lorsqu’ils prennent la parole ? Le mot est au cœur des recherches de Fabienne Cusin-Berche, à la croisée de la lexicologie, de la sémantique et de la pragmatique.

Si les positionnements théoriques de l’auteur sont explicités dans la première partie de cet ouvrage à l’aide d’exemples toujours précis, qui viennent étayer les démonstrations, la deuxième partie s’avère très représentative des analyses réalisées sur des données empiriques. Celles-ci se caractérisent en effet par leur grande finesse, leur minutie et leur exhaustivité, qu’il s’agisse de mettre au jour le fonctionnement du système lexical à travers les dictionnaires de langue, en diachronie ou en synchronie, ou bien de décrire l’usage que font des mots les locuteurs dans des situations de travail en entreprise ou dans l’écriture de textes de spécialité. C’est ici que l’introduction du management stratégique intégré dans l’entreprise Électricité de France permet à Fabienne Cusin-Berche de s’interroger sur les sens possibles et les sens retenus, dans les textes produits au sein de l’entreprise, du terme décideur ou sur ce qui se passe, au plan sémantique, lorsque l’agent (qui n’est pas un agent de police, ni un agent immobilier mais un salarié de l’entreprise) devient acteur (mais non pas évidemment un acteur de théâtre…), et pourquoi finalement ce dernier terme ne perdurera pas… Mais la nécessité de nommer de nouveaux concepts ou de nouveaux objets fabriqués implique aussi une réflexion sur la référence (la relation entre le mot et la chose) et c’est avec étonnement que l’on apprend que le boîtier relié à l’ordinateur, appelé par un ingénieur une souris, parce que le fil qui en sortait lui rappelait la queue de l’animal, finit par prendre peu à peu une forme plus conforme à sa dénomination… Cela amène Fabienne Cusin-Berche à s’interroger de manière plus globale sur les textes de spécialité et les mots qui les caractérisent (sigles, abréviations, compositions, emprunts…), mais également sur les caractéristiques de leur énonciation, ce qui nous conduit vers une analyse du discours qui articule formes linguistiques et visée pragmatique.

  • 2 Ils sont signalés dans la liste des travaux et publications en fin d’ouvrage.

2La troisième partie de cet ouvrage montre l’intérêt que l’auteur a toujours porté aux fonctionnements pragmatiques et énonciatifs qui non seulement actualisent les sens des mots en contexte, mais permettent de comprendre les fonctionnements discursifs des genres tels que les locuteurs, ordinaires ou experts, les vivent et les expérimentent. On en trouvera ici trois illustrations. Dès 1992, Fabienne Cusin- Berche s’interrogeait sur le serment et ce qu’il implique : des conditions et des mots nécessaires pour le faire. Auteur également de travaux à orientation didactique 2, elle a cherché à mettre au jour les marques d’une énonciation particulière, celle des manuels qui cherchent à diffuser des notions de base de sciences du langage à des lecteurs novices. Cette quête des fonctionnements discursifs, qu’elle avait commencée lors de sa première thèse en sémiotique littéraire, et qui s’est poursuivie, lors de sa seconde thèse en sciences du langage, à travers l’étude des discours du management, puis à travers l’étude des discours de transmission de connaissances et des discours des médias, se clôt, dans ce volume, sur la recherche de genres émergents, que contri- buent à construire le courrier électronique et les échanges sur l’internet… C’est alors que Fabienne Cusin-Berche, spécialiste des mots, nous propose de nouvelles dénominations pour désigner certaines caractéristiques de ces objets discursifs nouveaux (le discours reporté, le discours de jonction, l’énonciation inférée et le genre messiel).

  • 3 Nous avons, pour la cohérence et la lisibilité de l’ouvrage, changé parfois les titres et intertitr (...)

Tout cela contribue à faire de cet ouvrage une somme de réflexions de haut niveau sur le fonctionnement des mots du lexique, constamment accompagnées de descriptions très précises et très fines de leur mise en discours par les usagers du français, et de la façon dont ils sont utilisés dans les contextes, les situations et les genres où on les rencontre. Ainsi le lecteur non spécialiste, auquel cet ouvrage est également destiné, peut-il commencer par la deuxième partie, voire peut-être la troisième partie, avant d’aborder les textes théoriques, toujours illustrés par les mots que l’on entend et que l’on emploie, de la première partie : l’ordre proposé des chapitres dans chacune des parties, les renvois d’une partie à l’autre, les définitions en bas de page, l’index 3constituent des aides concrètes à la lecture, tandis que l’humour discret, très représentatif de la personnalité de l’auteur, qui surgit aux détours d’une phrase ou d’un exemple, parvient à donner à la linguistique française « un tour » divertissant.

Note

1 Nous n’avons pas retenu les travaux qui faisaient partie de recherches collectives, réalisés dans le cadre du Centre de Recherches linguistiques à l’université Paris X-Nanterre, ni ceux réalisés dans le cadre du Centre de Recherche sur les discours ordinaires et spécialisés (CEDISCOR, EA SYSTÈMES LINGUISTIQUES, ÉNONCIATION et DISCURSIVITÉ) à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle, en particulier ceux qui avaient déjà fait l’objet de publications aux Presses de la Sorbonne Nouvelle. Ils sont signalés dans la liste des travaux et publications de l’auteur en fin d’ouvrage.

2 Ils sont signalés dans la liste des travaux et publications en fin d’ouvrage.

3 Nous avons, pour la cohérence et la lisibilité de l’ouvrage, changé parfois les titres et intertitres, recomposé ou décomposé les paragraphes, supprimé les répétitions et actualisé les références, et ajouté en note quelques définitions.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540