Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Des mots pour agir et des manières de dire

De nouveaux genres discursifs : les courriers électroniques

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « Courriel et genres discursifs », dans Internet, communication et langue française, sous la direction de Jacques Anis, p. 31-54. © HERMES Science Publications, Paris, 1999.

Texte intégral

  • 1 s’agit d’un corpus personnel composé de 104 messages réunis entre le 12 octobre 1995 et le 28 avril (...)
  • 2 À titre d’illustration, on peut signaler que l’Annuaire des sciences du langage qui recense les coo (...)
  • 3 « L’énonciation est cette mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation (...)

1Le champ d’investigation que nous proposons d’explorer ici concerne le courrier électronique et s’inscrit dans une perspective discursive venant compléter l’approche esquissée par J. Anis (1998 : 213-216)1. On envisage, en effet, que la banalisation récente2 de ce mode de communication au sein de communautés professionnelles a permis l’émergence d’écrits spécifiques et désormais caractérisables au travers de certains invariants. Notre hypothèse est donc que les échanges verbaux (qu’il s’agisse du courrier, objet de notre préoccupation, des listes ou des forums) qui s’opèrent par voie électronique sont à l’origine de nouveaux genres discursifs étroitement déterminés par une situation énonciative sui generis, différente de celle créée par une relation épistolaire comme de celle établie par les communications téléphoniques. Cette approche présuppose donc l’existence d’une influence contraignante exercée par le médium sur le discours, sur la mise en verbe, sur l’énonciation telle qu’elle est définie par É. Benveniste3, davantage que sur le système linguistique stricto sensu (syntaxique et/ou lexical).

  • 4 « La notion de “genre”, comme celle de “typologie” qui lui est corrélative, est en effet fort débat (...)

2Circonscrire la notion de genre discursif s’impose donc comme un préalable incontournable ; mais l’établissement de critères constitutifs faisant l’objet de nombreuses controverses4, dans un premier temps, on souscrit à la proposition de C. Kerbrat-Orecchioni (1980 : 170) : « tout genre se définit comme une constellation de propriétés spécifiques, que l’on peut appeler des “typologèmes”, et qui relèvent d’axes distinctifs hétérogènes (syntaxiques, sémantiques, rhétoriques, pragmatiques, extralinguistiques, etc.) ». Afin de cerner les propriétés particulières de ces messages, on se fonde sur l’examen de deux cent vingt et un textes, émis entre mars et décembre 1998 par soixante-deux énonciateurs différents, au sein de trois communautés discursives distinctes. Ainsi, l’observation du fonctionnement de ces discours, produits dans des contextes professionnels, menée à partir des indices paratextuels, intertextuels, métatextuels articulés aux traces linguistiques des opérations énonciatives, a-t-elle pour ambition la mise au jour d’invariants caractéristiques.

3La confrontation avec un ensemble discursif très hétérogène, regroupé à partir d’un critère technique, amène à mettre au jour en premier lieu les spécificités énonciatives induites par un médium à forte potentialité, puis à analyser plus précisément le corpus, i.e. explorer les usages différentiels que l’on appréhende comme générateurs de genres discursifs.

1. Conditions de production et de réception

4Le support électronique multiplie les possibilités de circulation d’informations et aboutit à des compositions textuelles pour lesquelles les notions mobilisées en analyse du discours se révèlent souvent lacunaires. Considérant que, malgré l’accroissement exponentiel du nombre d’internautes, quelques millions d’individus n’ont pas encore accès au courriel, il nous paraît utile de commencer par signaler des situations représentatives induites par ce mode de communication.

1.1 Spécificités techniques du mode de communication

1.1.1 L’instantanéité de la transmission : émission directe et lecture différée

  • 5 Comme en témoignent le corpus ainsi qu’une enquête menée auprès d’informateurs qui se trouvent dans (...)
  • 6 On introduit, ici, la distinction opérée par G. Genette (1982) qui désigne ainsi les éléments du pa (...)

5Le courrier électronique par sa dénomination même évoque le courrier postal et s’en distingue par la rapidité de transmission. Sa fonction est donc de satisfaire à une exigence d’immédiateté, d’accélération de la circulation des données informatives, finalité qui est susceptible de contaminer la qualité rédactionnelle. L’énonciateur qui veut transmettre une information, ou formuler une demande d’information, a le choix entre la rédaction d’un courrier traditionnel ou d’un courrier électronique, et l’échange oral par voie directe5 ou téléphonique. Le premier mode nécessite un certain formalisme – en particulier dans un contexte professionnel où l’écrit est associé à un acte susceptible d’effet juridique – et se prête à un exposé plus long. La tradition épistolaire exige, en effet, un dispositif complexe – de type paratextuel : mention de l’auteur et de ses coordonnées, lieu et date de la rédaction, objet, mention du destinataire, en- tête ; le corps du texte devant comprendre au minimum deux paragraphes (l’un qui justifie la démarche, l’autre qui expose la demande ou livre les données), formule de politesse et signature – ainsi que la prise en compte lors de la rédaction d’une situation d’énonciation différée. L’appel téléphonique peut s’accommoder d’un degré de formalisme moins important – déterminé par l’énonciation directe facilitant les ajustements interactifs – et contribue à la rapidité non seulement au niveau de la transmission première mais encore au niveau de la réponse, à la seule condition que l’interlocuteur soit disponible physiquement et intellectuellement au moment opportun. Quant à l’outil électronique, s’il permet une transmission instantanée (quelles que soient l’heure d’émission et la distance physique entre le lieu d’expédition et le lieu de réception), l’émetteur ne peut prévoir ni savoir avec certitude le moment où son message sera lu ; de ce point de vue, il se trouve dans une situation d’énonciation analogue à celle que produit le répondeur téléphonique. Ainsi, par rapport à la dichotomie énonciation directe vs énonciation différée, à propos de laquelle M. Perret (1994 : 12) précise que : « La caractéristique immuable de l’énonciation directe est que le temps de l’émission du message coïncide avec celui de sa réception et donc que l’allocutaire a toujours connaissance du temps de l’énonciation », on se trouve dans une situation intermédiaire, car s’il y a énonciation directe et réception présupposée imminente, la lecture, l’appropriation par l’allocutaire n’est pas instantanée ; mais, grâce au péritexte6, celui-ci identifie le moment d’énonciation, ou du moins celui de la connexion (un message pouvant être mis en attente avant l’envoi comme avant son

6« ouverture »).

1.1.2 Le discours reporté

  • 7 « Permet à l’utilisateur non seulement de recevoir des messages mais aussi d’en envoyer » (Anis et (...)
  • 8 « Toute interaction verbale peut être envisagée comme une suite d’événements dont l’ensemble consti (...)
  • 9 « Le discours rapporté n’a d’existence qu’à travers le discours citant, qui construit comme il l’en (...)

7Le courrier électronique – essentiellement interactif7 puisque des logiciels, tels que Outlook Express, proposent simultanément à la lecture d’un courrier une procédure de « réponse à l’auteur » – permet un certain nombre de combinaisons et de strates discursives, qui n’excluent et donc n’imposent aucune forme scripturale codée socialement. Une des spécificités les plus remarquables de ce mode de communication réside, en effet, dans la possibilité de construire des superpositions de discours, lesquels s’organisent autour d’un événement discursif initial et forment un texte8. Ainsi, la « réponse à l’auteur » qui insère les dires du récepteur premier, devenu de ce fait second énonciateur – et non énonciateur second parce qu’il ne s’agit pas de discours rapporté mais de discours reporté – dans l’espace textuel du message d’origine, favorise l’interlocution, alors même que « notre société admet de nombreuses pratiques verbales (écrites surtout, et même orales) qui excluent toute possibilité de réponse » (Kerbrat-Orecchioni 1990 : 14). La particularité de ce mode dialogal par rapport à un dialogue oralisé réside dans la possibilité technique de fragmenter et de disséminer sa réponse en divers endroits du message d’origine (ce qui à l’oral nécessiterait d’introduire des ruptures déroutant le flux discursif), ou d’insérer la réponse en avant-propos alors qu’une réponse épistolaire ne s’inscrit pas, a priori, dans le même espace textuel, et que celle-ci, par définition, est située dans une postériorité explicite par rapport au message premier –, ou parfois, encore, en fin du propos originel. La volonté d’apporter une réponse « point par point » au sein d’une correspondance traditionnelle impliquerait le recours au discours rapporté soit indirect, soit direct, lequel n’est jamais qu’un artefact souvent trompeur.9

8Quel que soit le lieu d’insertion des éléments constituant la réponse (en avant- propos, à la fin, ou par fragments disséminés), le résultat est identique dans la mesure où apparaît à l’écran (voire au tirage sur papier) l’ensemble des données qui forme une unité textuelle, fondée a priori sur une thématique commune inscrite dans un même espace discursif. La lecture de ces messages imbriqués modifie les habitudes des destinataires parce qu’elle brise la représentation chronologique ordinaire : soit (cas le plus fréquent) le texte qui se présente en dernier sur l’écran est le plus ancien, soit la dissémination est telle que l’attribution énonciative devient périlleuse, d’autant que cet ensemble peut être transféré à un troisième récepteur non intervenant mais pris à témoin. Par exemple, parmi les messages qui nous ont été transmis, un des interlocuteurs-répondeurs, dont le texte est placé en tête, introduit son dire par : « Je ne comprends rien à vos disputes à tous » et ajoute ses propres commentaires aux « disputes » entamées précédemment, en ignorant visiblement qu’il s’adresse directement à celui dont il fustige les propos. Aussi, ce dernier, qui attendait un soutien de la part de cet interlocuteur qu’il avait lui-même sollicité, perçoit le quiproquo et répond :

  • 10 Le surnom a été remplacé par nos soins.

Il suffit de lire qui envoie à qui pour identifier les locuteurs et allocutaires… Donc, j’ai d’abord envoyé le premier message puis le second, où je parle bien moi, ton X10 de (…) En comptant le nombre de ‘>’ en début de ligne, tu vois les strates successives des messages : ici seuls les extraits de ton message figurent =>’>’ ; dans mon second message à Y, il devait y avoir deux couches :- mon premier message, 2 ‘>’ – puis sa réponse, un seul ‘>’ (ce truc se refait automatiquement à chaque fois qu’on clique sur Répondre).

9Cette longue explication tend à prouver l’absence de visibilité, voire de lisibilité, d’une situation d’énonciation complexe à laquelle on n’est pas habitué, et souligne l’importance de l’identification des sources énonciatives. Toutefois, l’interlocuteur dispose également de la possibilité d’émettre sa réponse indépendamment du message d’origine.

10Ainsi, l’outil électronique crée des conditions de production et de réception originales qui modifient les représentations habituelles de la « scène énonciative » et de ce fait nécessitent la prise en compte de la spécificité esquissée par une reconfiguration des repères coutumiers. Par exemple, l’émergence d’une catégorie intermédiaire entre énonciation différée et énonciation directe s’impose, de même le discours reporté ne peut être traité comme le discours rapporté. Enfin, le principe de linéarité du discours doit être réexaminé face aux imbrications discursives qui ne sont pas identiques à celles que l’on rencontre dans l’analyse conversationnelle. Pour terminer avec ces quelques spécificités générales, on signale la possibilité d’une double lecture, opérée successivement : l’une immédiate et conforme à l’usage normé de ce mode de communication, c’est-à-dire à l’écran ; l’autre exigeant de recourir à l’impression sur papier. Dans ce dernier cas, le support change, le péritexte est souvent plus complet – ce qui peut modifier le décodage des embrayeurs, donc infléchir l’interprétation du message. Cependant, quel que soit le mode de lecture exploité, le récepteur final est susceptible de se trouver face à une unité textuelle construite à partir de discours tenus par des énonciateurs différents, émis en des temps divers et à partir de lieux géographiquement distincts.

1.2 Spécificité textuelle

11On évoque ici la spécificité textuelle en usant du singulier parce que la particularité semble contenue dans la diversité des possibilités offertes : association, ou dissociation de textes monologaux et de textes plurilogaux. Ces derniers favorisent une hétérogénéité multiforme, définie par S. Moirand (1998) comme « une grande diversité des genres discursifs […] et donc une grande diversité de modes discursifs ».

1.2.1 La mise en texte plurilogale

  • 11 L’objet discursif est souvent désigné par les syntagmes document attaché ou fichier lié.

12Hors des situations d’interlocution manifestes évoquées ci-dessus, d’autres dispositifs contribuent à une mise en texte plurilogale. Un discours est qualifié de plurilogal lorsqu’« il emprunte à une multiplicité de sources énonciatives » (Moirand, 1999) ; ici, plus que d’emprunt traditionnel, il s’agit plutôt de faire coexister des discours qui n’ont pas été émis en même temps et qui sont susceptibles d’adopter des formes diverses. Ainsi, l’émetteur peut envoyer un message succinct (fréquemment métadiscursif) qui présente, accompagne ou commente un autre texte de plus grande ampleur (lettre, article, compte rendu, convocation à une réunion, etc.) qu’il aura lui-même élaboré ou qui proviendra d’une autre source énonciative (qui sera transmis en « pièce jointe11 » ou éventuellement « transféré »).

13Si, dans le cas du recours à des pièces jointes, les divers plans énonciatifs sont nettement séparés par des localisations matériellement distinctes qui nécessitent des « cliquages » successifs, l’usage de la procédure dite de « transfert » peut prêter à confusion lors de la réception, que le transmetteur y mêle ses propres commentaires ou non. N’apparaît, en effet, à l’écran, sur le listing de la boîte de réception, qu’un seul nom d’émetteur qui est soit l’énonciateur premier, soit le transmetteur, ce qui revient à une sorte d’écrasement d’une étape communicationnelle. La particularité de ce type de redistribution réside dans le fait que peut être désigné par un interlocuteur primaire, comme destinataire second d’un message, un récepteur inconnu de l’énonciateur premier, donc étranger aux affectations référentielles des embrayeurs interlocutifs (non concerné notamment par les « tu » ou les « vous » individuels du discours transmis). Cette procédure permet de construire des champs d’interlocution multiples et parallèles, différents par nature de ceux qui sont créés par une circulaire puisque dans ce dernier cas l’énonciateur primaire choisit ses destinataires (ou, éventuellement, choisit de ne pas les choisir) – étant entendu qu’un courriel peut avoir plus d’une centaine de destinataires explicites désignés individuellement par l’expéditeur et hiérarchisés. On entend par hiérarchisation le fait que les logiciels prévoient des degrés d’implication différents : les destinataires à proprement parler, c’est-à-dire ceux auxquels le message est adressé ; les destinataires en copie qui sont explicitement informés, mais ne sont pas considérés comme des interlocuteurs à part entière ; et les destinataires « en copie conforme invisible » qui sont ignorés des précédents et doivent rester hors du champ interlocutif, bien qu’ils soient sollicités par l’énonciateur primaire.

14Le transfert favorise l’émergence d’un troisième type d’acteur, au sein du schéma de communication tel qu’il fut élaboré par R. Jakobson (1963 : 214) : le transmetteur, qui a la possibilité de ne déposer aucune trace linguistique à la surface du texte et de n’être signalé que par son inscription péritextuelle, mais dont l’acte, non verbalisé, a des effets significatifs sur l’échange verbal. Ce dernier peut, également, se muer en médiateur s’il joint à la transmission des remarques, indications, commentaires, etc., lesquels figureront dans le même espace textuel. Le destinataire du discours transféré ne se trouve pas impliqué de la même manière que le destinataire du discours reporté :a priori il n’est pas susceptible d’être exposé à ses propres discours antérieurs et surtout il est explicitement écarté, exclu du champ de l’interlocution primaire (davantage encore que s’il figurait en copie), en d’autres termes il n’en est pas le destinataire.

15Enfin, dans la mesure où l’expéditeur est unique (individu ou collectif), prédéterminé par le logiciel, l’énonciateur peut ne pas être celui qui est annoncé sur le listing de réception ; en l’absence de mention distinctive explicite, la confusion sera totale puisqu’aucun indice extérieur au texte ne permet de l’identifier, ni l’écriture (voir la signature manuscrite qui doit figurer sur toute lettre) ni la voix ne contribuent, dans cette situation, à la reconnaissance. On peut signaler encore que la localisation du récepteur, élément incontournable pour le courrier postal et le décodage des embrayeurs spatiaux, est imprévisible dans la mesure où la possibilité de posséder plusieurs adresses électroniques va de pair avec la récupération en un point donné de tout le courriel. Le message, envoyé à un collègue, par exemple, à l’université de la Sorbonne nouvelle, est susceptible d’être reçu à Aix-en-Provence sans que l’expéditeur en soit averti (alors que le recours au téléphone portable implique explicitement l’absence de localisation du récepteur). Ainsi, le support électronique se prête à des échanges multiples orchestrés par les péritextes et permet une grande variété des positionnements de l’ensemble des locuteurs (énonciateur, médiateur) comme des récepteurs (allocutaire, destinataire consigné, destinataire officieux, destinataire secondaire), qui ne sont plus les seuls acteurs de la communication puisqu’il est possible qu’un récepteur de premier niveau se mue en transmetteur élargissant ou démultipliant ainsi la scène énonciative.

1.2.2 « L’hétérogénéité multiforme »

16Si l’abondance des modalités de circulation de l’information offertes par ce support favorise l’hétérogénéité énonciative et réceptive, elle ne doit pas occulter la possibilité de produire des écrits de diverses natures, plus ou moins codifiés. Cette hétérogénéité textuelle, dont le corpus témoigne, incite à examiner l’assertion de D. Maingueneau (1996 : 44) :» le support joue un rôle fondamental dans l’émergence et la stabilisation d’un genre ». Le pluriel dans le titre de ce chapitre, attribué à genre discursif, suggère déjà une remise en cause partielle de l’univocité de la relation support => genre.

  • 12 J. Anis signale la prédominance de cette forme au sein de son corpus : « l’équivalent de courtes le (...)
  • 13 « L’avis est une indication très courte, souvent sous forme de petite affiche », précisent J. Almér (...)
  • 14 Voir ici même, p. 112, et Cusin-Berche, 1997b : 27.
  • 15 Voir note 14, p. 34.

17Certains énonciateurs rédigent leur message sous forme épistolaire12, sous forme d’un compte rendu ou encore d’un « avis »13. Lors du dépouillement du corpus, on s’est servi de critères formels tels que la présence de formules d’interpellation et de salutation, ainsi que de critères structurels, existence de paragraphes introductif et conclusif, pour décider de l’assimilation d’un message à une lettre. De même les comptes rendus ont été regroupés à partir d’indices présentatifs, comme la numérotation et le titrage des paragraphes, de particularités structurelles, telles que l’absence de connecteurs entre les paragraphes ; et, souvent, la catégorisation ainsi établie se trouve validée par la mention « compte rendu » figurant dans le péritexte au titre de l’« objet ». Les « avis » se distinguent des messages par le caractère collectif de la formule d’interpellation et la concision de l’information transmise de manière impersonnelle. Cette rapide description revient à suggérer que si genre nouveau il y a, il seraità déterminer négativement, à partir des textes qui ne sont ni des lettres, ni des comptes rendus, ni des avis, et que l’on pourrait baptiser messiels14 pour éviter la polysémie de message et les apparenter à courriel (sorte de mot-valise que nous appelons compocation15, formée à partir de courri(er) él(ectronique)).

  • 16 La longueur moyenne se situant autour de quatre lignes.
  • 17 Nous renvoyons ici à la distinction opérée par C. Blanche-Benveniste (1995) entre « la langue parlé (...)

18Ainsi, la familiarisation avec ce mode de communication semble contribuer à l’abandon progressif d’une disposition identique à celle de la lettre pour le message initial (elle ne représente que 12,21 % du corpus, le genre compte rendu 5,8 % et le genre avis 2,2 %) au profit d’un écrit succinct16 plus spontané qui est fréquemment envoyé avant même d’être relu (et qui peut être associé à une lettre « jointe »), d’où certaines scories assimilées à des indices d’oralité. Le procès d’oralité fait à ces écrits est d’autant plus surprenant qu’il s’appuie, entre autres, sur des « phénomènes graphiques tels que l’oubli des espacements entre les mots, ou orthographiques », comme D. Luzzati le signalait à propos des écrits Minitel (1991 : 100), éléments qui n’ont justement aucune pertinence à l’oral et qui de ce fait devraient être considérés comme des caractéristiques d’un écrit spontané17 hâtif (le temps de connexion a un coût et la procédure de rédaction « hors ligne » est plus lourde), à vocation éphémère. Les conditions de production et de réception offertes par la messagerie électronique amènent à redélimiter certaines notions utilisées en analyse du discours, voire à mettre au jour de nouveaux éléments. Ainsi apparaît la nécessité de distinguer récepteur et destinataire, puisque le récepteur peut-être un destinataire de seconde main, i.e. non impliqué dans l’interlocution première. De même la notion d’unité textuelle est ici matérialisée par le partage d’un espace visuel commun (écran ou papier) et non en fonction de critères énonciatifs. L’analyse du corpus permettra de valider ou d’invalider la pertinence – non plus sur le plan technique, mais d’un point de vue linguistico-discursif – de l’introduction des notions de transmetteur, de médiateur, ainsi que celles de discours reporté et de discours transféré.

2. Particularités stylistiques et énonciatives

19Dans la perspective de « dégager des régularités mais aussi des variabilités formelles, sémantiques, fonctionnelles, rhétoriques » (Moirand 1992b : 29) et afin de neutraliser ce qui aurait pu apparaître comme une marque, un style personnel, une rhétorique par trop individuelle, les 221 messages (émis en 1998) qui constituent le corpus analysé correspondent essentiellement à trois ensembles énonciatifs différents. Cette tripartition établie en fonction de communautés discursives distinctes incite, bien évidemment, à dissocier les typologèmes propres à un groupe déterminé par sa situation socioprofessionnelle de ceux qui se révèlent constants et seraient donc attribuables à l’effet du médium.

  • 18 Le nombre restreint de messages laisse penser qu’il y a eu une sélection opérée par notre informate (...)
  • 19 Que l’on ne nommera pas afin de préserver la confidentialité des énonciateurs.
  • 20 Nous rejoignons ainsi R. Vion, lequel considère que l’utilisation de la notion de genre de discours (...)

20En premier lieu, 56 textes ont été collectés au sein d’une communauté discursive étrangère à notre cadre de travail puisqu’il s’agit de messages circulant (entre avril et novembre 1998)18 au sein d’une direction19 du ministère de l’Équipement, entre neuf responsables hiérarchiques, qui sont des ingénieurs des Ponts et Chaussées (même s’ils n’ont pas tous reçu cette formation) ; ces textes constituent le corpus 1. On suggère par cette présentation l’éventualité d’une influence d’une forte culture technicienne par opposition à celle, plus littéraire, qui serait susceptible d’infléchir les messages émis, par exemple, par les linguistes.20

  • 21 Il nous faut signaler que le système d’exploitation en vigueur dans cet établissement ne permet pas (...)

21On a également réuni 48 mails21 échangés par les membres du personnel de l’IUT d’Orsay (département informatique) entre mars et octobre 1998. Cette seconde communauté (source du corpus 2) est plus diversifiée dans la mesure où les dix-huit énonciateurs identifiés sont soit des enseignants (d’informatique, de mathématiques, de gestion, d’anglais, de techniques d’expression), voire des enseignants-chercheurs, soit le personnel (ATOS) chargé du fonctionnement administratif. Le troisième groupe (corpus 3), représenté par 117 messages échangés entre mars 1998 et décembre 1998, est plus hétérogène, car non déterminé par des contraintes institutionnelles. Si ces messages ont pour point commun un même destinataire, leurs origines, trente-cinq énonciateurs différents, sont très diverses, bien qu’il s’agisse majoritairement de chercheurs en sciences du langage, liés administrativement à des établissements différents implantés dans plusieurs pays.

  • 22 Sur la notion de genre, voir par exemple S. Branca-Rosoff, éd., 1999.
  • 23 « Le style est indissociablement lié à des unités thématiques déterminées et, ce qui est particuliè (...)

22Afin de vérifier si le support exerce une influence sur les genres codifiés, on examine en premier lieu les messages apparentés aux « avis », aux comptes rendus et aux lettres. Puis dans la perspective de mettre au jour l’originalité de la gestion plurilogale, voire pluridiscursive, on analysera les messages de type messiel qui introduisent et accompagnent les discours transférés et les documents joints. Cherchant à déterminer s’il s’agit d’un genre22 définissable à partir d’un style, au sens bakhtinien du terme23, on tentera de mettre au jour les traits linguistico-discursifs constitutifs de ce que l’on a évoqué sous le nom de messiel.

2.1 Influence sur les genres codifiés

23Cette approche ancrée sur une comparaison entre les trois ensembles constituant le corpus incite à reprendre à notre compte l’affirmation de J.-C. Beacco (1992 : 11) : « les rituels langagiers définissent des communautés qui ne sont pas isolées sur des bases ethniques/linguistiques mais par des pratiques langagières partagées ou reconnaissables ». Ainsi avons-nous un contraste assez net dans l’usage de ces formes précontraintes qui, rappelons-le, sont minoritaires puisqu’elles concernent moins de 25 % du corpus global.

2.1.1 En quête d’avis

24Les « avis » ne sont présents qu’au sein du corpus 2 et, encore, en nombre restreint. Leurs entrées en matière paraissent représentatives de ce genre à caractère interpellatif, car elles mettent en exergue les destinataires à partir de l’usage de la préposition à (déclinée éventuellement au pluriel aux) :

AUX ENSEIGNANTS DE le ANNÉE
Ça est ! ! ! ! Les PHOTOS des étudiants sont disponibles au secrétariat. Prénom Nom

AVIS À TOUS LES ENSEIGNANTS :
Vous trouverez dans votre corbeille, votre convocation pour la semaine des DS du 16 au 20 mars 1998.
Je vous demanderai de prévenir le cas échéant vos vacataires
Je vous remercie.

À l’attention des enseignants d’Année spéciale,
Les trombinoscopes sont disponibles au secrétariat.
MERCI.

RAPPEL aux enseignants qui auraient oublié de s’inscrire sur le fichier des étudiants de 2.ème année pour parrainer les stages :
Se reporter à la liste ci-dessous pour savoir le nombre de stagiaires par enseignant […] [suivi de la « signature automatique »]

Par mesure de sécurité, suite aux travaux en cours, l’entrée de L'iut est condamnée pendant 3 semaines à partir d’aujourd’hui (24.09)
Prénom Nom

  • 24 « L’orientation vers le destinataire, la fonction conative, trouve son expression grammaticale la p (...)
  • 25 « Il y a des messages qui servent essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communica- (...)
  • 26 « Locuteur et interlocuteur sont absents de cet acte d’énonciation qu’on appellera délocutif, comme (...)

25Il est surprenant de découvrir cet en-tête (sauf en 5), parfois mis en évidence par l’usage des majuscules, dans la mesure où il paraît non pertinent dans cette situation. Le système permet, en effet, de sélectionner individuellement les destinataires concernés – contrairement aux avis traditionnels sur affichettes placardées sur un mur, donc lisibles par tous, mais devant attirer l’attention de chacun ; l’interpellation, de surcroît collective, paraît donc perdre de sa valeur conative24 au profit d’une valeur phatique25. Elle n’a d’intérêt informatif éventuel que de signaler au récepteur que le message qui suit ne lui est pas spécifiquement destiné, ce qu’aurait pu indiquer tout aussi bien la préposition pour (moins phatique ?). On note que le collectif est désigné par sa fonction professionnelle avec, parfois, une restriction déterminée par le groupe d’étudiants auquel il a affaire. Ce mode de désignation est révélateur d’une communauté qui raisonne suivant un schéma tertiaire (le groupe étudiant, le groupe enseignant, le groupe personnel administratif). La majorité de ces avis se distingue encore de l’avis traditionnel par le fait qu’ils sont dotés d’une signature tapuscrite (deux sont anonymes), qui individualise ce message de portée générale. Hormis les éléments paratextuels, apparaît comme un trait constitutif du genre la délocution26 (au sens de non-interlocution), qui nous a convaincue d’intégrer le message 5 (ci-dessus) à cette catégorie bien qu’il soit le seul à ne pas contenir de formule d’interpellation. Le message 2 constitue également un cas particulier puisqu’il contient des traces du procès d’énonciation à travers les embrayeurs « vous », « votre », « vos » et « je » ; cependant il est surmonté de l’énoncé métadiscursif « Avis » qui témoigne de la volonté de l’énonciateur qu’on le perçoive comme tel. Du point de vue des embrayeurs temporels, le présent prédomine avec une valeur aspectuelle limitative. L’inscription dans la contemporanéité est relayée une fois par l’emploi de l’embrayeur « aujourd’hui » ; l’énonciateur (exemple 5) a d’ailleurs ressenti la nécessité d’indiquer la date de référence entre parenthèses.

  • 27 L’infinitif et le participe « constituent une saisie minimale de l'idée verbale, par le biais uniqu (...)

26Par rapport à l’avis prototypique (tel qu’il est présenté dans les manuels destinés aux formations de secrétariat), les messages analysés ci-dessus ont pour particularité de véhiculer des informations qui ont une valeur contemporaine (et non pérenne) ; c’est pourquoi les présents utilisés ici ont bien en charge d’instancier le moment d’énonciation – alors que l’avis sur affichette est souvent dépourvu de verbe et surtout de verbe conjugué à un autre mode que l’infinitif27. La caractéristique d’immédiateté, voire d’une certaine éphémérité, prêtée au support électronique se trouve ainsi réactivée par la volonté du scripteur de créer syntaxiquement une proximité temporelle entre énonciation et réception.

2.1.2 Les comptes rendus

27Ce genre de document ne semble pas rencontrer la faveur des universitaires, car, même sous forme de document joint, on en trouve peu par rapport à l’utilisation faite au sein du corpus 1. Sans doute en transite-t-il malgré tout par courrier ordinaire, ce qui renforcerait l’hypothèse que le recours à l’outil électronique est réservé aux transmissions considérées comme urgentes (appel à communication, annonce de colloques, échanges à propos de projets éditoriaux, convocation à des réunions, etc.).

28On découvre dans le corpus 2 deux textes assimilables à ce genre, l’un étant surtitré « compte rendu de la réunion du jeudi 9 avril 1998 », ce qui ne laisse pas de doute sur la détermination des auteurs dont les signatures tapuscrites sont suivies d’un énoncé métadiscursif restreignant la portée de ce document :» P.S. : Ce compte rendu n’engage que ses auteurs ». Le texte, dominé par la fonction référentielle, est par conséquent dépourvu de marques conatives et/ou émotives : il est délocuté. L’événement textuel que représente la rédaction d’un compte rendu diffusé par courriel dans cette communauté est lié à une situation conflictuelle, dont le second exemple intitulé « relevé de conclusion suite à la concertation sur l’évolution de notre équipement » témoigne également.

  • 28 « J’ai bien entendu indiqué que les dispositions françaises devraient traiter tous les modes altern (...)
  • 29 « Matignon est content qu’on fasse des études pour aller au fond des choses », « Bref, on continue (...)
  • 30 On note que ce présent a une valeur de futur proche.

29Sur les onze comptes rendus – qui ne sont jamais que des comptes rendus de réunion – figurant dans le corpus 1 (soit 19,6 % de ce corpus), six sont désignés en tant que tels au sein du péritexte, dans le champ « objet », suivi du nom de l’organisme réuni et/ou de la thématique traitée, puis de la date où s’est tenue cette réunion, par exemple : « objet : CR réunion XXX ‘directives transport combiné’ du 7/10/98 ». La rédaction du texte étant inévitablement postérieure au déroulement de la réunion, la valeur aspectuelle d’accompli (véhiculée ici par le passé composé) occupe une place prépondérante, bien qu’apparaissent des présents et des futurs fonctionnant comme des embrayeurs calculés à partir de l’événement discursif premier (la date de la réunion). Il y a donc une certaine hétérogénéité par rapport au système temporel de référence. Ces comptes rendus, jamais signés et plutôt impersonnels, laissent émerger quelques marques de l’énonciateur soit par le biais du « je » suivi constamment du passé composé28 (dans trois CR) – ce qui revient à dire que l’implication directe du sujet énonciateur ramène le locuteur à la situation d’énonciation seconde –, soit par le « nous » et le « on »29qui incluent de temps à autre l’allocutaire, par exemple : « En conclusion, la YYY nous envoie30 un projet sur ce sujet pour que nous puissions y faire nos corrections ». Certaines occurrences de « nous », cependant, excluent le destinataire du compte rendu (« Nous avons appris à ce sujet ») mais intègrent les participants à la réunion. Autre élément remarquable du point de vue des rituels intra-communautaires : les destinataires mentionnés dans le péritexte ont pour caractéristique de ne pas avoir assisté à la réunion dont il est question.

30La diffusion par courriel se justifie donc par le fait qu’il s’agit bien de redistribuer l’information et non de l’entériner (de la valider ou de l’invalider). En outre, ce mode de communication semble favoriser la présence des quelques énoncés personnels auxquels il a été fait allusion, car on ne retrouve pas ces traces énonciatives dans les comptes rendus officiels archivés.

2.1.3 La forme épistolaire

31Le genre « lettre » est actualisé quatorze fois dans le corpus 3, ce qui représente 11,9 % de ce fragment de corpus, à treize reprises dans le corpus 2, soit 27 % de ce regroupement. Deux textes – rédigés d’ailleurs par le même énonciateur –, correspondant à 3,5 % de la production du corpus 1, s’en approchent dans la mesure où il y a plusieurs paragraphes, un « Merci » final (en position conclusive : détaché en milieu de ligne) qui sert de salutation et une signature tapuscrite, mais il n’y a pas de formule d’appellation, ni de paragraphe introductif. Il s’agit de directives fort polies, clairement assumées par l’auteur : quatre « je » figurent dans la première, comme dans la seconde, et sont relayés par des déterminants possessifs. La lettre « expédiée » le 22 juillet, d’après le péritexte, commence ainsi :

Je souhaite disposer, le jour de mon retour de congés, soit le 18 août, d’un dossier complet sur l’état actuel des relations des ports avec la SNCF et la CNC

et celle datée du 14 novembre par :

Je souhaite que l’on aborde plusieurs questions.

  • 31 « Les termes présent et passé apparaissent inappropriés dans le cas du subjonctif car ces formes ne (...)
  • 32 « Tarif moins élevé si l’on passe par un opérateur étranger », « pour examiner avec lui ce que nous (...)
  • 33 « On aborde », « formation initiale et continue de nos ingénieurs », « m’a montré clairement que no (...)
  • 34 « J’ai envoyé à X,à Madame Y et à toi-même une note précise ».

32Si le « je souhaite » a incontestablement un caractère performatif qui l’instancie, le « on aborde » doit être relié à l’« objet » figurant dans le péritexte et de ce fait a valeur de futur (il s’agit d’une réunion à venir31) par rapport au souhait exprimé, lequel correspond plutôt à un ordre implicite. La première missive a un destinataire privilégié explicite et un destinataire mentionné en copie, ainsi n’apparaissent dans le corps du texte que deux marqueurs susceptibles d’inclure les deux récepteurs prévus32, mais ils ne sont jamais intégrés comme des allocutaires autonomes (pas de vous). Le destinataire d’élection a rediffusé l’information au moyen du « transfert », sans y ajouter le moindre commentaire ; cette étape fait surgir trois autres destinataires qui peuvent également se sentir concernés par ces pronoms. Dans la seconde lettre, en revanche, ne figure sur le courriel initial qu’un seul destinataire qui est de nouveau associé à l’énonciateur33, mais qui est sollicité, une fois, directement34. Toutefois cette marque personnelle n’a pas dissuadé l’allocutaire de transférer le texte à quatre autres personnes, parmi lesquelles l’une l’a de nouveau ventilé sur deux autres collègues, accroissant de ce fait le nombre de récepteurs non inscrits comme destinataires de cette lettre. En l’absence de paragraphes introductifs, les « objets » et les données temporelles mentionnés dans les péritextes s’avèrent indispensables à la construction d’une interprétation adéquate. L’avantage de ces transferts successifs réside dans l’évitement, pour le transmetteur-destinataire premier, voire second, d’une reformulation des propos originels destinée à renseigner ses collaborateurs et ses subordonnés. Le circuit de l’information est déterminé par les relations hiérarchiques.

33Le genre épistolaire est adopté à l’IUT par les enseignants pour transmettre des informations, des explications, des demandes de faire à tous les autres enseignants, d’où la fréquence de la formule d’interpellation « chers collègues » avec parfois des variantes en genre et non en nombre. Une seule lettre n’a que deux allocutaires explicites, interpellés par leur prénom « X et Y », mais elle a été envoyée par l’auteur à tous les enseignants. Elles sont toutes signées par le ou les rédacteur(s) – une fois par un collectif « Le Bureau » –, et contiennent toutes des marques d’interlocution (je/nous et vous). Toutefois, elles se distinguent des missives postales par l’absence de formule de politesse comblée à quatre reprises par une salutation brève du type « cordialement », une fois par « bonnes vacances à tous » et trois remerciements. Ces derniers, qui présupposent que la lettre contienne une/des demande(s), semblent donc relativement représentatifs de ce type de correspondance électronique. Il semble en effet qu’une communication téléphonique pourrait faire apparaître en son terme l’expression de la gratitude d’un interlocuteur, mais elle serait suivie d’une formule de salutation figée du type « au revoir ».

  • 35 Certaines correspondent plus à des salutations qu’à de réelles formules de politesse : « Bien à vou (...)

34II s’avère donc que c’est au sein du courriel personnel qu’apparaît la proportion la plus élevée de messages conformes à ce genre, ce qui explique les résultats de l’analyse menée par J. Anis (1998). Toutefois, ces « lettres » ne sont pas toutes personnelles : six sur les treize qui m’ont été adressées le sont de manière exclusive. Il s’agit de collègues ou d’éditeurs étrangers, suisses ou belges en l’occurrence, mais cela est confirmé par d’autres messages (hors corpus retenu) provenant du Brésil, de l’Espagne et du Canada. Conformément au style épistolaire, ces correspondances personnelles contiennent une formule d’adresse calculée en fonction du type de relation sociale. Ainsi, trouvons-nous : « Chère collègue » ou « Chère Madame » ou encore « Madame et chère collègue ». Elles contiennent toutes une signature tapuscrite (mentionnant tout du long prénom et nom), parfois suivie de la signature automatique qui comprend généralement les coordonnées identitaires, institutionnelles, postales, téléphoniques et électroniques de l’auteur. Ce dispositif de signature automatique donne un statut particulier à ce que l’on appelle signature tapuscrite ; en effet, cette dernière n’a pas, contrairement à la signature manuscrite, de valeur d’authentification, en outre elle n’a pas de fonction informative puisque la signature automatique est habituellement plus complète. On peut envisager qu’elle serve à annoncer la fin du texte ; cependant la formule de politesse ou les salutations, qui la précèdent, indiquent déjà au destinataire l’achèvement du texte. Les formules dites de politesse ne diffèrent pas fondamentalement de celles qui sont en usage dans les correspondances classiques, elles sont parfois plus courtes35. Ainsi peut-on dire que le rituel épistolaire est maintenu, le support électronique n’est utilisé ici que pour raccourcir le temps d’acheminement.

35Les « lettres » reçues individuellement mais qui ont de multiples destinataires mettent en œuvre deux stratégies concurrentes pour établir l’interlocution : soit l’énonciateur use du singulier (« Chère collègue »), le système électronique se chargeant de la ventilation vers les diverses adresses, soit l’interpellation est plurielle et dans ce cas elle est décomposée en une forme féminine suivie d’une forme masculine, ou elle porte directement les marques du nombre (« Chers collègues »). Ce choix initial n’exerce pas toujours l’impact attendu sur les embrayeurs interlocutifs utilisés dans le corps de la lettre, dans la mesure où la langue française a recours à la forme ‘vous’ autant pour référer à un individu avec lequel on n’entretient pas de relation familière (ce dont témoigne déjà l’emploi de « collègue » en ouverture) que pour désigner un groupe d’interlocuteurs ; ce n’est donc qu’à travers l’utilisation du déterminant possessif votre que se manifeste la distinction. Ainsi peut-on remarquer que la formule associant les deux genres fonctionne sur un présupposé sélectif, comme en témoigne l’exemple suivant (les éléments soulignés le sont par nos soins) :

Chère collègue, Cher collègue,
Un peu avant le délai que je vous avais indiqué dans ma lettre […]. Si vous souhaitez que votre communication (qui peut bien sûr être remaniée) soit publiée dans ce volume […] envoyez-moi 2 exemplaires de votre texte avant le 10 octobre.

36La distribution des embrayeurs est identique à cette autre missive :

Chère collègue,
Les directeurs de collection des XY doivent se réunir à la fin du mois […] Si vous préférez être publiée par XY […] ne tardez pas à m’envoyer votre texte.

37Toutefois l’usage de ce même déterminant au pluriel peut se prêter à une interprétation individualisante comme pluralisante puisque l’accord est fonction de ce qui est possédé : c’est grâce au participe passé et à la connaissance des rituels communautaires que l’on décode les occurrences de votre comme singulatives (la rédaction collective d’une publication demeure encore exceptionnelle). L’actualisation de vos figurant dans l’extrait ci-dessous pourrait surgir de manière identique dans un texte à destinataire unique :

Cher(e)s membres du XXX,
[…] Vos remarques et suggestions peuvent leur être communiquées.

  • 36 « Bien cordialement », « Cordiales salutations », « Cordialement vôtre », « Mes sentiments les plus (...)
  • 37 « Merci d’avance », « Merci de bien vouloir nous répondre rapidement »,« Merci de me répondre par r (...)

38On peut encore noter à propos de cet échantillon que les formules de politesse sont plus fréquemment remplacées par des salutations, permettant une déclinaison de cordialité36 ou par des remerciements anticipés.37

39Sur la totalité du corpus épistolaire, aucun des auteurs ne songe à mentionner la date ; les embrayeurs temporels doivent donc être décodés à l’aide du péritexte. À propos de ce dernier, il faut souligner que, contrairement aux comptes rendus, on ne trouve jamais le terme lettre figurant au titre de l’« objet » : celui-ci renvoie à la thématique abordée. Les auteurs n’ont donc pas la volonté de constituer un objet discursif épistolaire. À une seule reprise apparaît à cet endroit le mot courrier suivi de la date d’une lettre postée précédemment, adressée par l’actuel destinataire.

  • 38 Par exemple lorsque je fournis à mon interlocuteur l’adresse suivante : fcusin@paris3.sorbonne.fr. (...)

40On constate, en définitive, que l’usage de formes précontraintes (avis, compte rendu, lettre) supportées par l’outil électronique varie en fonction des communautés discursives et du type de relation ainsi tissé entre les protagonistes. Le recours à ce mode d’acheminement semble être essentiellement conditionné par la rapidité de transmission et motivé occasionnellement par la capacité de diffusion, voire de rediffusion. En outre, on a pu remarquer quelques infléchissements des marqueurs spatiaux – le lieu d’énonciation est généralement absent du corps des textes, voire des péritextes, car il n’est susceptible d’être éventuellement suggéré qu’à partir de certaines adresses électroniques38 –, interlocutifs et temporels. L’usage prépondérant du présent permet également d’abolir le décalage entre le futur, voire le passé, et l’instance d’énonciation, donc de produire un effet de proximité anéantissant toute distance temporelle entre temps d’énonciation, temps de l’énoncé (en particulier dans les emplois où le présent réfère à un futur ou à un passé) et instance de réception. La mise en place d’un rituel plus « léger » par rapport aux formes prototypiques en vigueur lorsque l’on use d’un support papier est également remarquable d’un point de vue stylistique.

2.2. Spécificités fonctionnelles et construction d’un genre discursif

41Partant de l’hypothèse que les typologèmes les plus significatifs doivent survenir plus naturellement en des contextes spécifiques créés par l’outil électronique, on tente de dégager de situations plurilogales les caractéristiques linguistico-énonciatives des messages rédigés pour orchestrer et stratifier les divers dires. Ainsi examine- t-on séparément le discours de jonction et le discours reporté, qui correspondent à des scènes énonciatives dissemblables puisque, dans le premier cas, on a un discours qui introduit un autre discours – ces deux écrits s’opposant a minima par leurs genres – alors que, dans le second cas, la distinction essentielle est d’ordre énonciatif (alternance interlocutive).

2.2.1 Le discours de jonction

42On se s’intéresse pas à proprement parler aux pièces jointes qui relèvent d’un autre genre et qui sont étrangères à l’outil électronique, mais aux modalités discursives présidant à leur introduction ; on appelle donc discours de jonction le message de présentation-accompagnement d’une autre production discursive. Là encore sévissent des disparités significatives entre les composantes du corpus. Dans le corpus 1, cette procédure est utilisée à dix reprises et treize fois pour le corpus 3, alors qu’elle n’est réalisée qu’une seule fois dans le corpus 2 pour introduire une lettre de pétition adressée au directeur de l’établissement.

43Le discours de jonction, qui surgit dans le corpus 2, présente les données énonciatives contraignant cette lettre, et convie les récepteurs à ajouter leur signature. Il se distingue des autres textes émis au sein de cette communauté par son caractère abrupt : il ne contient pas de formule d’appel (fait rare au sein de cette communauté) et l’énonciateur n’est inscrit qu’implicitement à travers les sollicitations des destinataires de ce message, l’usage du « vous » présupposant l’existence d’un « je »à partir duquel il peut se construire.

  • 39 « Ave ». « Ciao », « Bonjour. »,« Fabienne », « Chère Fabienne » (à deux reprises), « Chers collègu (...)
  • 40 « bon travail ou bonnes vacances », « Amitiés », « Bien à toi » (à trois reprises), « Bonne récepti (...)
  • 41 Lequel est parfois exprimé par un syntagme verbal : « je t’envoie », « je fais suivre », « je vous (...)

44Les textes joints dans le corpus 3 sont pour une part des rapports d’activités scientifiques (à trois reprises), pour une autre part égale des articles de linguistique non encore publiés, avec des versions intermédiaires successives, ou de courts textes, baptisés souvent « notice », en vue d’intégration dans une revue d’information (trois fois), et enfin le corpus étudié comprend une lettre de convocation et un projet éditorial. C’est dire qu’il s’agit de documents, de formes contraintes, rédigés avec soin, dont la date d’énonciation est antérieure à la date du discours de jonction figurant dans le péritexte, lequel permet de localiser le moment de la transmission. On peut souligner que, pour ce groupe, les énonciateurs des messiels sont également énonciateurs des pièces jointes, et ils définissent leurs « objets » soit de façon thématique, par exemple « autonymie » pour un article sur cette problématique, soit en fonction du nom de la revue de destination (« Buscila 48 ») ou encore de l’organisme/institution destinataire (« CEDISCOR-SYLED »). La lettre de convocation n’est accompagnée d’aucun message en préambule, alors que d’autres documents sont précédés de discours de jonction qui contiennent des propos lapidaires de type instruction, par exemple un des expéditeurs écrit sans aucune circonlocution « message en attaché ; X a le même » ou plus généreusement « cadeau : mon avant-dernier article […] ». Toutefois, la majorité des auteurs emploient une formule d’ouverture39, le plus souvent moins solennelle que celles des lettres examinées précédemment, qui remplit une fonction phatique au même titre que le message conclusif40. L’énoncé le plus utilisé concernant la « jonction » est neutre, dans la mesure où il s’inscrit dans une perspective de spatialisation. Se construit, en effet, un paradigme à partir de : ci-joint, ci-après, ci- attaché, auquel vient s’ajouter un ci-dessous (émanant du corpus 1) soulignant l’interstice différentiel41 entre ce nouvel espace discursif accessible et le message d’annonce. Trois énonciateurs ont recours aux présentatifs :

Voici l’état définitif de notre projet.
Voici la notice développée transmise par X.
Voici le bref texte proposé pour le rapport.
Voilà je fais suivre sans avoir relu pour l’instant le texte du rapport.

45La brièveté de ces messiels tend à mettre en exergue le document joint et contraste avec les insertions effectuées dans le corpus 1. En effet, au sein de cette communauté, les textes transmis par cette procédure – qui sont désignés explicitement comme : « compte rendu », « tableau », « note », « remarques », « résumé »,

46« fiche » – relèvent le plus souvent d’une énonciation collective et sont soumis pour être complétés, modifiés, corrigés. C’est dire qu’ils s’inscrivent dans une perspective interlocutive, mise en place par le discours de jonction, lequel est privé de formules d’interpellation comme de salutation. Cette absence, toutefois, n’est pas corrélable au discours de jonction mais au rituel communautaire, car elle constitue un trait permanent, propre à toutes les formes de messages électroniques émanant de ce groupe.

47Les documents étant au centre de divers échanges, matérialisés par des « Réponses », les messiels de jonction comprennent donc des invitations à s’immiscer dans le texte joint. Par exemple :

Afin de faire le point sur la consommation des crédits d’études de la Direction, il est nécessaire de connaître l’état d’avancement (administratif et financier, notamment) des diverses études prévues au programme 1998 de la XYZ.
Vous êtes donc priés de fournir ces informations pour les études vous concernant.
Afin de faciliter cet état, je vous invite à compléter et à me retourner le tableau ci-joint.
« Fichier : Programme études 98 […] »
Le Directeur a demandé que le point soit fait pour le lundi 28 septembre prochain. [Signature automatique]

48Ce message qui s’inscrit dans la perspective d’un faire-faire est construit en deux séquences, chacune étant introduite par une locution prépositive à valeur finale qui exprime la volonté de convaincre. Il s’agit pour l’auteur non seulement d’obtenir les informations demandées, mais encore que ces éléments soient reportés sur le document joint. Alors que l’énonciateur assume la seconde injonction, il recourt au discours indirect pour indiquer, de manière modalisée, les délais d’exécution impartis, ce qui crée un effet polyphonique conviant à interpréter de façon rétroactive la première demande comme émanant de cet énonciateur second. La pluralité est de rigueur également au niveau des destinataires, qui figurent nommément dans le péritexte, et s’exprime dans le discours par l’accord de « priés ». La réponse, accompagnée d’un fichier joint, tranche par son émotivité pleinement assumée (« je suis contente que nous fassions ce point […] »), mais ne contient aucune allusion explicite aux documents joints et reprend pour ce nouvel envoi la liste initiale des destinataires à laquelle est ajoutée le premier énonciateur. La réponse est ici une approbation de la demande d’information, en d’autres circonstances, elle pourra être une appréciation sur le document en annexe (« très instructif ton compte rendu »), parfois accompagnée d’un document en retour (« X, j’ai remis en forme ta note qui est bien complète », « Pour compléter les remarques de X je vous remets le résumé que j’avais fait »), ou un avis de réception réduit à sa plus simple expression :» OK », ou encore « OK, merci », ou enfin un commentaire réactif relativement construit. Ces messiels de « Réponse » s’inscrivent donc dans une perspective métadiscursive et fournissent parfois en pièce jointe des éléments complémentaires pour alimenter le débat.

49Pour caractériser les messiels que l’on a appelés discours de jonction, on se trouve dépourvu de points de comparaison homogène. Lorsque le courrier électronique n’était pas répandu, l’envoi d’un article était accompagné soit d’une dédicace manuscrite, soit d’une lettre (une carte de visite) pour souhaiter la bonne réception du document. Dans un contexte administratif, la diffusion des comptes rendus, des notes, des études était assurée par les secrétariats et ne faisait donc pas l’objet d’un métadiscours, les destinataires figuraient sur une liste avec la mention « en copie ». La brièveté des discours de jonction pourrait donc, au regard d’une époque révolue, paraître d’une prolixité indécente, d’autant que l’« objet » est déterminé en fonction du texte joint, ce qui marginalise ce préambule au sein de la scène énonciative.

  • 42 Par exemple : « La réunion sur […] a montré le peu de données que possède la XYZ d’où son incapacit (...)

50On peut cependant souligner que d’un point de vue stylistique ces discours se présentent comme des lieux privilégiés d’une expression personnelle dont la présence des embrayeurs interlocutifs témoigne, ainsi que la densité des appréciatifs42 qui sont généralement exclus du style administratif caractérisé par son impersonnalité, sa détermination à ne satisfaire que la fonction référentielle et à censurer l’émotif, comme le conatif, pour ne pas évoquer le poétique.

2.2.2 Les « réponses » et les discours reportés

51La dénomination discours reporté n’a pas été forgée pour satisfaire un goût inavouable pour les néologismes, mais parce qu’elle permet de désigner un objet textuel construit à partir d’une multiplicité énonciative dialogale qui ressemble à une situation conversationnelle et qui s’en distingue par sa matérialité graphique, laquelle implique une segmentation, voire une sédimentation discursive. Un échange de vive voix, direct ou par téléphone interposé, favorise une interaction immédiate dans la mesure où les interlocuteurs possèdent des indices (ton de la voix, silence, grimace éventuelle, etc.) qui les renseignent sur les dispositions réceptives de l’allocutaire, lequel peut en outre interrompre le locuteur, et permet donc un ajustement rapide, susceptible de modifier le flux discursif. En revanche, l’échange électronique s’inscrit dans une succession séquentielle délimitée matériellement (spatialement et temporellement). Par rapport à un échange de type épistolaire, l’outil offre cependant la possibilité (comme on l’a dit plus haut) d’insérer sa réponse au milieu d’un discours initialement monolithique qui se trouve ainsi fragmenté, alors même qu’il avait été émis d’un seul tenant.

52Le corpus révèle là encore des pratiques discursives variant en fonction des communautés. Si au sein du corpus 3 la réponse hors discours reporté est prédominante (30 courriels) par rapport à la réponse insérée sur le message originel (19 cas de cette espèce), dans le corpus 1 la solution du discours reporté est privilégiée (9 textes) aux dépens de la réponse indépendante (1 exemple), la réponse étant toujours placée en avant-propos du message initial.

53Le statut de réponse est intégré automatiquement au péritexte, où il figure comme préambule de l’« objet », ce dernier étant, par choix du répondeur, identique, dans tous les courriels dont nous disposons, à celui du message initial. Un seul message émanant du corpus 1 ne comporte pas la mention « réponse », mais par l’amorce du discours (« OK pour la réunion de sous-direction ») est facilement identifiable comme telle ; on peut, dans ce cas, émettre l’hypothèse que l’information initiale a été transmise par un autre canal (éventuellement une boîte vocale). En outre, on trouve des messages étiquetés par l’automate « réponse » et qui n’ont pas pour fonction de répondre à une demande précise, mais de poursuivre un échange d’information plus ou moins distendu dans le temps. L’énonciateur présenté comme répondeur a par ce moyen économisé sa peine (il suffit de cliquer,à partir d’un message reçu antérieurement, sur « Réponse à l’auteur »), et le destinataire se trouve face à un discours qui dénie sa discontinuité temporelle – l’absence, inhabituelle dans cette communauté, de formule d’interpellation contribuant à masquer les ruptures discursives. Toutefois, le dispositif de « réponse » semble encourager cette pratique puisque la moitié des réponses autonomes est dépourvue de formule phatique de cet ordre.

  • 43 « Bien reçu » surgit à deux reprises.
  • 44 « OK» revient trois fois, « d’accord »,« oui », « non ».

54Dans toutes les autres « réponses » autonomes du corpus 3 figurent des marques interactives soit explicites – pour confirmer la réception43, ou pour exprimer d’emblée le consentement, éventuellement le désaccord44 ou encore le soulagement (« Ouf »), la gratitude (« Merci ») – soit par des moyens plus subtils qui réfèrent au contenu du texte initial et dont nous voulons rendre compte en reproduisant ci-dessous les phrases d’ouverture :

Ce rendez-vous est parfait.
II faudra que l’on discute de tout ça. II y a des numéros plus anciens.
Je serai en effet bien présente.
Petite erreur de planning.
II y a déjà des changements !
On se voit jeudi soir de toutes façons.
Le e-mail de [prénom] est […].

  • 45 C’est-à-dire ce que la grammaire traditionnelle appelait articles définis, adjectifs possessifs et (...)

55Ces énoncés ne sont en effet interprétables qu’en relation avec les messages originels, remis en contexte, ce à quoi nous sommes invités soit en vertu d’indices linguistiques, qu’il s’agisse de l’emploi de désignateurs45, d’anaphorisants lacunaires ou de manière implicite par le recours à des comparatifs, des marqueurs épistémiques, appréciatifs, et chronologiques ; soit en vertu du principe de coopération (Grice 1979), c’est-à-dire d’une certaine logique conversationnelle, laquelle implique, par exemple, que l’on ne donne pas d’emblée l’adresse électronique de quelqu’un sans raison, sans y avoir été convié (la désignation par le prénom soulignant la connivence).

56Les discours reportés contiennent également ces marques cohésives ; cependant la différence essentielle réside dans la présence du texte initial qui permet d’identifier le référent, de mettre en relation anaphorisé et anaphorisant, de rendre moins incongrue la présence des marqueurs des actes illocutoires de consentement (d’acquiescement) ou de refus (de dénégation), d’insérer des énoncés réactifs sans avoir à reformuler les données d’origine ; par exemple dans le corpus 1, à la suite d’un courriel usant du discours indirect libre : « J’ai eu XY. Effectivement, il y aura une réunion le 6 juillet dans l’après-midi sur […]. Mais nous ne sommes pas conviés. », l’allocutaire sans préambule s’insurge : « J’espère que tu lui as dit que ce n’est pas normal de ne pas être conviés ! ! ! ».

  • 46 « On appellera deixis l’opération qui consiste à effectuer la saturation référentielle d’un embraye (...)

57On se trouve là dans une situation d’embrayage apparemment similaire à celle qui est en vigueur dans un échange oral, mais dont le fonctionnement référentiel est résolument contextuel (renvoi au texte précédent ou au péritexte) et non situationnel : c’est dire que les embrayeurs n’ont pas valeur déictique46. On se trouve de ce fait dans une situation de type épistolaire, le « je » étant décodé par la signature ou grâce au péritexte, les embrayeurs temporels par rapport à la date mentionnée en incipit. En ce qui concerne le corpus 3, le plus remarquable dans ces enchaînements de discours qui pour demeurer lisibles ne dépassent pas les trois strates – est la généralisation de l’absence de formule d’interpellation, alors que les salutations finales demeurent fréquentes pour clore la réponse, ou tenter de clore l’échange. L’absence dans le corpus 2 d’interlocution de ce type est quant à elle significative du mode relationnel en cours dans cette communauté où les messiels transmettent des informations, et lorsqu’il y a demande, il s’agit plutôt d’une demande de faire et non de dire.

58La procédure automatique de « réponse à l’auteur » donne lieu à diverses utilisations, de l’ordre de la réplique (réponse proprement dite) ou du complément d’information qui s’inscrivent dans une dynamique conversationnelle, qui contribuent à l’élaboration d’une unité textuelle reposant sur une continuité artificielle.

59Nous n’avons pas traité ici des discours transférés de manière autonome parce que notre corpus ne présente pas d’éléments intéressants de ce point de vue. En effet, ce type de procédure très présente dans le corpus 1 (14 opérations) ne donne lieu à un discours de transfert qu’une seule fois (« Je vous transmets un message de l’Alliance française au Nicaragua ») et encore dans un contexte marginal, annoncé par la définition de l’« objet » :» Fonds de solidarité Nicaragua ». Dans le corpus 2, un courriel de ce type n’est rédigé que pour transmettre une demande, émanant d’un autre département, dont la cible n’est pas individuelle (« Le département de Chimie recherche un ou plusieurs étudiants du Département informatique pour Projet tutoré »). Étudier les effets de cette procédure sur la communication nécessiterait la mise à disposition des réponses de ces récepteurs secondaires et nous ne disposons que d’un seul exemple, ce qui est trop peu pour en extraire des conclusions généralisables. Néanmoins, dans ce cas, il s’agit d’une demande d’information, et le bénéficiaire de la transmission attribue au transmetteur la place de destinataire de sa réponse, et à l’énonciateur premier le rôle de récepteur passif (« en copie »).

60L’examen de ces courriels permet de considérer l’émergence d’un genre messiel dont les manifestations sont déterminées par les rituels de la communauté discursive et par les moyens techniques offerts. Le support conditionne le genre dans la mesure où le dispositif péritextuel dispense les énonciateurs de certaines opérations prédéterminantes qui conditionnent la production et l’interprétation des énoncés. Ainsi l’identification de l’expéditeur exonère-t-elle l’auteur de l’obligation de signer ; même si une seule des communautés observée s’épargne presque systématiquement cette peine, on peut imputer cette particularité au support puisque tous les autres documents circulant par des moyens traditionnels sont paraphés. Le destinataire a la possibilité immédiate de connaître la position qui lui est dévolue dans l’échange par la hiérarchisation visible des divers récepteurs. La mention (non obligatoire) de « l’objet », assumant une fonction épigraphique assimilable à celle d’un titre, évite bien des préambules, de rigueur lors d’échanges téléphoniques ou épistolaires. Enfin, l’insertion automatique des données temporelles justifie le recours fréquent à des embrayeurs, alors que le lieu de l’énonciation est dénié en tant que repère énonciatif. Ce cadre figé associé à l’immédiateté de la transmission, relayée par l’occultation de la distance, mais aussi à la durée réduite de la conversation du courriel (nécessité d’effacer régulièrement les messages reçus) semble favoriser l’expression spontanée, envisagée dans son éphémérité, d’où le surgissement inattendu d’expressions de l’affect et la présence de scories. Le dispositif exerce donc une influence sur la structure des énoncés : par exemple, les séquences d’ouverture et de fermeture sont réduites au minimum, lorsqu’elles ne sont pas purement et simplement supprimées, créant l’illusion d’une continuité entre les échanges. On a souvent évoqué, d’ailleurs, les salutations ou les remerciements qui, s’ils sont présents, le sont dans leur forme minimale à travers une nominalisation systématique (« Merci » et non « Je te remercie »), qui se substitue aux formules d’adresse et aux formules de politesse conventionnelles.

61Ainsi, ce nouveau mode de communication nécessite de remodeler l’appareil descriptif utilisé précédemment en analyse du discours. On a intérêt à élaborer une terminologie nouvelle pour cerner cette scène énonciative dans sa spécificité. C’est pourquoi on a proposé de redéfinir paratexte/péritexte, destinataire/récepteur et suggéré la prise en compte du transmetteur dans le processus communicationnel du discours transféré et du discours de jonction en tant que marqueurs d’une situation d’énonciation particulière. Enfin, on souhaiterait pouvoir recourir à la notion d’énonciation inférée afin de sortir de la désignation négative : il ne s’agit ni d’une énonciation différée, du moins les interlocuteurs font comme si ce n’était pas le cas, leur discours déniant la distance temporelle et spatiale entre énonciation et réception (d’où l’allusion à l’inférence), ni d’une énonciation directe puisqu’il y a distance physique.

Notes

1 s’agit d’un corpus personnel composé de 104 messages réunis entre le 12 octobre 1995 et le 28 avril 1997. Notre texte était rédigé lorsque nous avons eu connaissance de l’article de R. Panckhurst (1999), consacré à l'analyse du courriel émis par ses étudiants. Ces deux analyses peuvent être considérées comme complémentaires malgré l’absence de concertation préalable.

2 À titre d’illustration, on peut signaler que l’Annuaire des sciences du langage qui recense les coordon- nées de 900 linguistes ne mentionnait dans l’édition 1996 qu’une trentaine d’adresses (représentant 3,3 % de l'ensemble), alors que la version 1999 en contient trois cent quatre-vingt-quatre, soit 34,56 % des personnes recensées.

3 « L’énonciation est cette mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation » (Benveniste, 1974 : 80).

4 « La notion de “genre”, comme celle de “typologie” qui lui est corrélative, est en effet fort débattue depuis longtemps, et se réfère finalement à des aspects de la réalité langagière assez différents les uns des autres » (Charaudeau, 1997 : 131).

5 Comme en témoignent le corpus ainsi qu’une enquête menée auprès d’informateurs qui se trouvent dans des entreprises équipées du courrier électronique, les contacts directs y compris avec les col- lègues du bureau voisin se font de plus en plus rares et sont remplacés par le courriel.

6 On introduit, ici, la distinction opérée par G. Genette (1982) qui désigne ainsi les éléments du paratexte qui sont inséparables du texte, en affectant cette dénomination aux rubriques prédéterminées par le logiciel utilisé et qui apparaissent dans l’en-tête de réception. Du point de vue du contenu, ce péritexte est similaire au paratexte épistolaire : mention du ou des destinataire(s) direct(s) ou en copie, de l’émetteur, des date et heure d’émission, et de l’objet. Nous réservons le terme de paratexte à la désignation de ces mêmes éléments lorsqu’ils se présentent comme intégrés au texte : par exemple, dans le cas d’un « document transféré » le péritexte renvoie à l’acte de transmission (auteur de cet acte, date et heure de sa réalisation, destinataire(s)) et le paratexte qui figure dans le corps du texte correspond au péritexte de la précédente situation d’énonciation (énonciateur premier, date et heure de l’envoi au destinataire initial).

7 « Permet à l’utilisateur non seulement de recevoir des messages mais aussi d’en envoyer » (Anis et Lebrave, 1986 : 107).

8 « Toute interaction verbale peut être envisagée comme une suite d’événements dont l’ensemble constitue un “texte” » (Kerbrat-Orecchioni, 1990 : 10).

9 « Le discours rapporté n’a d’existence qu’à travers le discours citant, qui construit comme il l’entend un simulacre de la situation d’énonciation citée. On peut par une mise en contexte particulière détourner complètement le sens d’un texte » (Maingueneau, 1986 : 86).

10 Le surnom a été remplacé par nos soins.

11 L’objet discursif est souvent désigné par les syntagmes document attaché ou fichier lié.

12 J. Anis signale la prédominance de cette forme au sein de son corpus : « l’équivalent de courtes lettres accentuées, ponctuées et disposées en paragraphes […] semble cependant dominer largement » (1998 : 216).

13 « L’avis est une indication très courte, souvent sous forme de petite affiche », précisent J. Alméras et D. Furia, 1973. Méthodes de réflexion et techniques d’expression, Armand Colin, Paris.

14 Voir ici même, p. 112, et Cusin-Berche, 1997b : 27.

15 Voir note 14, p. 34.

16 La longueur moyenne se situant autour de quatre lignes.

17 Nous renvoyons ici à la distinction opérée par C. Blanche-Benveniste (1995) entre « la langue parlée dans des milieux professionnels » et« l’oral spontané ».

18 Le nombre restreint de messages laisse penser qu’il y a eu une sélection opérée par notre informateur, mais celle-ci importe peu dans la mesure où elle aurait été réalisée en fonction de critères relatifs au contenu.

19 Que l’on ne nommera pas afin de préserver la confidentialité des énonciateurs.

20 Nous rejoignons ainsi R. Vion, lequel considère que l’utilisation de la notion de genre de discours « exige d’abord de distinguer, dans l’exercice du langage, ce qui relève de la relation sociale et ce qui relève de la relation interlocutive » (Vion, 1999 : 95).

21 Il nous faut signaler que le système d’exploitation en vigueur dans cet établissement ne permet pas, lors d’un tirage sur papier, de récupérer le péritexte si précieux pour le décodage ultérieur.

22 Sur la notion de genre, voir par exemple S. Branca-Rosoff, éd., 1999.

23 « Le style est indissociablement lié à des unités thématiques déterminées et, ce qui est particulière- ment important, à des unités compositionnelles : type de structuration et de fini d’un tout, type de rap- port entre le locuteur et les autres partenaires de l’échange verbal (rapport à l’auditeur ou au lecteur, à l’interlocuteur, au discours d’autrui, etc.). Le style entre au titre d’élément dans l’unité de genre d’un énoncé » (Bakhtine, 1984 : 269).

24 « L’orientation vers le destinataire, la fonction conative, trouve son expression grammaticale la plus pure dans le vocatif et l’impératif » (Jakobson, 1963 : 216).

25 « Il y a des messages qui servent essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communica- tion, à vérifier si le circuit fonctionne, à attirer l’attention de l’interlocuteur » (ibid. : 217).

26 « Locuteur et interlocuteur sont absents de cet acte d’énonciation qu’on appellera délocutif, comme s’il était délié de la locution » (Charaudeau, 1992 : 575).

27 L’infinitif et le participe « constituent une saisie minimale de l'idée verbale, par le biais unique de sa représentation de la durée qu’elle occupe (aspect non accompli/accompli). On est donc dans le domaine du virtuel : le procès n’est affecté ni à une personne particulière, ni à une époque précise » (Leeman, 1994c).

28 « J’ai bien entendu indiqué que les dispositions françaises devraient traiter tous les modes alterna- tifs », « J’ai confirmé notre accord sur la recherche de cohérence […] En aparté, j’ai rappelé au XXX que l’enveloppe […] », « Pour la XXX, j’ai rappelé que la charte de place […] » (les pronoms sont soulignés par nos soins).

29 « Matignon est content qu’on fasse des études pour aller au fond des choses », « Bref, on continue à travailler dans la transparence et la multimodalité », « est-on au courant de la réponse? », « Il rappelle que, si l’on prend en compte XXX, il faut par contre prendre au niveau des coûts […] » ; lorsque ce pro- nom est suivi d’un futur périphrastique, il renvoie à l’indéfini : « on va nous demander des précisions », « on va essayer de démonter notre méthodologie ».

30 On note que ce présent a une valeur de futur proche.

31 « Les termes présent et passé apparaissent inappropriés dans le cas du subjonctif car ces formes ne nous situent pas dans une époque » (Leeman, 1994c : 56).

32 « Tarif moins élevé si l’on passe par un opérateur étranger », « pour examiner avec lui ce que nous pouvons faire ».

33 « On aborde », « formation initiale et continue de nos ingénieurs », « m’a montré clairement que nos services », « le rôle de nos services », « Nous devons les cadrer ».

34 « J’ai envoyé à X,à Madame Y et à toi-même une note précise ».

35 Certaines correspondent plus à des salutations qu’à de réelles formules de politesse : « Bien à vous », « Bon été et amitiés ».

36 « Bien cordialement », « Cordiales salutations », « Cordialement vôtre », « Mes sentiments les plus cordiaux », « Cordialement ».

37 « Merci d’avance », « Merci de bien vouloir nous répondre rapidement »,« Merci de me répondre par retour électronique ».

38 Par exemple lorsque je fournis à mon interlocuteur l’adresse suivante : fcusin@paris3.sorbonne.fr. il peut en déduire que la Sorbonne est mon lieu privilégié d’émission, en revanche Fcusin-berche@wanadoo.fr ne lui permet d’envisager que la localisation nationale.

39 « Ave ». « Ciao », « Bonjour. »,« Fabienne », « Chère Fabienne » (à deux reprises), « Chers collègues ».

40 « bon travail ou bonnes vacances », « Amitiés », « Bien à toi » (à trois reprises), « Bonne réception », « Bise ».

41 Lequel est parfois exprimé par un syntagme verbal : « je t’envoie », « je fais suivre », « je vous remets ».

42 Par exemple : « La réunion sur […] a montré le peu de données que possède la XYZ d’où son incapacité à faire des propositions […]. Le schéma est resté très flou […] par contre la présentation du XYZ est de très grande qualité […] remarquablement bien présentée. Un très bon état des lieux », « les échanges ont été plus conviviaux ».

43 « Bien reçu » surgit à deux reprises.

44 « OK» revient trois fois, « d’accord »,« oui », « non ».

45 C’est-à-dire ce que la grammaire traditionnelle appelait articles définis, adjectifs possessifs et adjectifs démonstratifs » (Perret, 1994 : 31).

46 « On appellera deixis l’opération qui consiste à effectuer la saturation référentielle d’un embrayeur en sélectionnant un élément dans le champ visuel des interlocuteurs par une mimique d’ostension : geste du doigt, de la tête, direction du regard» (Perret, 1994 : 63).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540