Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Des mots pour agir et des manières de dire

Le serment : des mots pour le faire

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre» Les mots pour le faire : approche sémantique et sémiotique du serment », dans Droit et Cultures n° 23, p. 185-201, Université Paris X-Nanterre, 1992.

Pour faciliter la lecture des notes, on a modernisé l’orthographe de celles-ci.

Texte intégral

1Confronté à l’hétérogénéité non seulement référentielle mais encore conceptuelle du ‘serment’, le linguiste francophone est amené à explorer les traits distinctifs constitutifs de la structure sémantique de ce lexème et à s’interroger sur le sens du mot et la signification de la chose.

  • 1 [Note des éditeurs] « Selon M.-F. Mortureux (1993 : 124), les paradigmes sont des “listes de syn- t (...)

2Préalablement à la quête des ‘mots’ pour le faire, il semble donc nécessaire d’examiner les paradigmes définitionnels et désignationnels1 élaborés par les lexicographes. En effet, les auteurs de dictionnaires de par leurs rôles institutionnels, prescriptif et descriptif, façonnent une norme conforme à l’idéologie dominante et révèlent (ne serait-ce que pour les condamner) les usages en vigueur. Ainsi l’analyse des stratégies adoptées et des configurations sémantiques esquissées, entre autres par les lexicographes de la Renaissance, permettra d’exhumer des états transitoires conditionnant l’appréhension contemporaine du mot et de la chose. Une étude des unités linguistiques requises pour la description de cet acte métadiscursif, complétée par l’examen des unités linguistiques nécessaires à sa réalisation, mettra en évidence l’interstice étroit où le faire et le dire s’interpénètrent, et où le dire est modalité du faire.

1. Des mots pour le définir

3Le serment figure en bonne place parmi les quelques items français privilégiés par les rédacteurs des dictionnaires anciens, ou modernes, qui rendent compte des fondements de notre langue. En effet, présent dans les ouvrages les moins exhaustifs, il fait l’objet d’un article explicatif détaillé. C’est dire que s’il fut usité fréquemment, il n’en demeurait pas moins d’un usage délicat, sa validité dépendant exclusivement des valeurs morales et des croyances religieuses promues par l’idéologie dominante. Les lexicographes, de fait, ne peuvent esquiver la problématique profane/sacré, au sein de laquelle ils interviendront pour préserver l’éthique en vigueur. Chargés de décrire les usages divers du mot et les pratiques louables ou blâmables de la chose, ils se trouvent investis d’un pouvoir moralisateur, qui les conduit à s’ériger en censeurs.

4Ainsi les définitions et les descriptions proposées à l’article Serment fluctuent, au point de devenir parfois contradictoires, en fonction de la date de publication, du contexte socioculturel dans lequel s’inscrit l’énoncé, mais également en fonction des convictions idéologiques de l’énonciateur.

1.1 Interprétations du fonds latin : du Jusjurandum au Sacramentum

5L’établissement d’une comparaison entre les aventures diachroniques du ‘serment’, telles qu’elles apparaissent aujourd’hui, et les divers discours tenus, sur ce sujet, par les auteurs de dictionnaires anciens révèle des écarts importants. L’accent mis ici sur le mot, là sur la chose, et le choix opéré entre la description formelle et la prescription morale expliquent partiellement ces variations.

6D’un point de vue étymologique, l’appropriation française des termes latins jusjurandum et sacramentum s’accompagna d’une fusion, puis d’une redistribution du champ sémantique, privilégiant le second terme par l’adoption du signifiant ‘serment’. Option étrange, car elle suppose une inversion des valeurs initiales. En effet, d’une part sacramentum jouissait, semble-t-il, d’une acception plus restrictive que jusjurandum. Il désignait, essentiellement, l’acte de langage effectué par les soldats pour sceller leur engagement. La parole donnée, en ces circonstances, matérialisait et pérennisait l’assujettissement de l’individu à l’autorité supérieure. En outre, il aurait été utilisé primitivement dans des situations litigieuses, pour désigner un dépôt d’argent, gage de la véracité des affirmations. La référence au sacré, sème constitutif de sacramentum, serait motivée par la destination religieuse des biens, ou paroles, ainsi consignés. Une similitude du processus (don de parole ou d’argent) et des effets (l’engagement) explique le glissement initial. Dans les deux situations, le jureur sacrifie et consacre une partie de son avoir ou de son être, afin de rendre crédible son dire. D’autre part, jusjurandum jouissait d’une extension plus large. S’appliquant à divers actes de la vie politique et juridique, il avait implicitement tantôt valeur promissoire, tantôt valeur probatoire. Exclu du français courant, mais ramené par une captation juridique à un emploi réservé et restreint, il résista au phénomène d’assimilation morphologique et se maintint quelque temps en sa forme latine.

7Ainsi la distinctivité latine originelle fondée sur un critère relatif au domaine d’emploi (sacramentum militaire ; jusjurandum politique et juridique) fut, donc, abolie progressivement par l’intégration exclusive de ‘serment’, forme moderne du « sagrament » roman. La marginalisation, suivie de l’abandon pur et simple de jusjurandum, accrut par transfert la charge sémantique de ‘serment’. Ce phénomène (restriction lexicale/extension sémantique) n’entrava pas l’émergence de dérivations successives. Au XIIe siècle, en particulier, l’Église s’empara de sacramentum pour engendrer le sacrement ; et au XIIIe siècle fut attesté ‘jurement’, dérivation nominale de ‘jurer’. Toutefois, la nouvelle configuration sémiotique française ne recouvra que de façon fugitive la distinction latine originelle.

  • 2 Estienne, R., Dictionnaire français-latin contenant les mots et manières de parler français, tourné (...)

8Ces allusions aux valeurs primitives latines se trouvent justifiées par le fait qu’elles furent prises en compte par R. Estienne *, auteur du premier dictionnaire bilingue de grande ampleur (1539), mettant en œuvre la langue « française »2. Le lexème ‘serment’ fut donc inscrit d’emblée dans la mémoire collective en tant qu’acte social, pourvu de valeurs juridico-religieuses. Les nombreuses occurrences latines et françaises, présentées par R. Estienne, témoignent des multiples emplois et fonctions de cet item. Elles permettent de le définir comme un engagement contraignant (« astreindre par serment ») dont la validité dépend de la profération d’énoncés particuliers effectuée en des circonstances exceptionnelles. Le serment aurait, de ce fait, pour fonction de garantir la véracité du propos et/ou la sincérité de la promesse (voire sa longévité : « tenir son serment »). Situation étrange, où la parole devient engagement du dire.

9La fragilité de cet acte métadiscursif, quelque peu tautologique, et le risque d’érosion qui en résulte, favorisant le parjure, ont sans doute effleuré les successeurs de R. Estienne. Car ceux-ci se sont employés à expliciter, à souligner la dimension sacrée initiale pour donner à ce terme, et par là même à l’acte, une texture spécifique, extraordinaire.

  • 3 Nicot, J., Thrésor de la langue françoise, 1606. « Serment est le juron qui se fait pour affirmer q (...)
  • 4 Voir une définition de l’hyponymie en note 2, p. 20.

10Ainsi, J. Nicot3 (1606) exclut-il du champ du serment toute référence profane en établissant une équivalence entre ce lexème et sacramentum, en lui accordant indûment le statut d’hyperonyme de jusjurandum. En effet, si la présence du premier vocable latin, au sein de l’article Serment, est justifiée par un argument d’ordre morphologique (« Dont il est fait par syncope »), suggérant la synonymie, la présence du second est motivée par un argument pragmatique, induisant l’hyponymie4. Conservé dans sa forme latine originelle, ce dernier est d’une part réduit exclusivement à un usage juridique, d’autre part ramené au cœur de la problématique profane/sacré par l’intermédiaire de son antonyme ‘blasphème’. La mise en exergue du ‘serment’ (aux dépens du ‘jurement’) ainsi que le recours à l’étymon ont pour vocation d’imprégner de sacralité l’histoire du mot.

  • 5 Furetière, A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que (...)

11À la fin du XVIIe (1690), A. Furetière5 souligna la coréférentialité des lexèmes latins, mais omit de signaler la répartition des emplois (militaire/juridique). Il semble, donc, que l’aspect fonctionnel lui parut non pertinent. Il confirma, tout d’abord, que « serment vient de sacramentum ». Ainsi est mise en évidence une parenté latino-française, certes valorisante, mais indéfinie quant à sa nature. Voulut-il mettre en évidence la filiation phonétique, ou indiquer une équivalence des signifiés ? Le lecteur pourra noter que le relateur (« vient de ») désigne la provenance, mais n’impose pas l’équivalence. L’équivoque semble relever de la manipulation lorsque, dans l’édition de 1727, l’auteur ajoute à la parenthèse étymologique « On disait autrefois sacrement pour serment. » Que la fausseté de l’allégation soit volontaire ou non, la référence au vocable ‘sacrement’ convie le lecteur à transférer les sèmes religieux, propre à ce terme, sur le serment.

12En outre, A. Furetière affirma que sacramentum « est la même chose que ce que les païens appelaient jusjurandum ». Le serment se trouve considérablement amendé par cette indication, qui le présente explicitement comme provenant d’une tradition païenne archaïque et implicitement comme résultant d’une tradition religieuse postérieure. Ainsi, l’auteur annule la spécificité, donc la validité du jusjurandum, en insistant sur la similitude des choses désignées et en justifiant la présence des deux signifiants par l’existence de traits historico-culturels distincts (païens/chrétiens).

  • 6 Richelet, P., Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, 1680.« Serment. C’est une aff (...)

13Est mise en œuvre, de ce fait, une stratégie argumentative captieuse qui, simultanément, investit de sacralité sacramentum, et déprécie jusjurandum en le privant non seulement de sa valeur religieuse mais également juridique. L’auteur agit sur une proximité des signifiants (sacrement-serment) pour suggérer une similitude des signifiés, afin de sacraliser le serment ; puis prend en compte une dissemblance des signifiants pour proposer une analogie sacralisante des signifiés. À la rubrique « jurement », il signale que l’Église (sans doute représentée par le « on disait » évoqué précédemment) dénommait les jurements reçus en justice : « sacramens, parce qu’ils ont quelque chose de sacré, de secret et de mystérieux ». A. Furetière se réfère, ici, aux connotations particulières attribuées, par Tertulien, au sacramentum. Le Père de l’Église occidentale avait, en effet, considéré qu’il existait une analogie entre le serment prêté par les soldats et l’engagement des chrétiens qui se réalisait lors du baptême. Le serment, ainsi pourvu d’une valeur initiatique, devint rite sacré et glissa progressivement vers le signifié grec de « musterion ». Grâce à la nouvelle charge sémantique dont il se trouvait nanti, ‘sacrement’ pouvait en être dérivé avec le sens de don divin. La polémique diachronique prit une dimension caricaturale lorsque P. Richelet, en 1719, reconnut à ‘serment’ trois acceptions différentes6, dont la dernière associée à jusjurandum ne diffère point des précédentes mais évoque un usage abusif et condamnable.

14Ces glissements lexicaux et sémantiques, qui prennent appui sur des associations et des dissociations successives, tentent de préserver la virginité mystique du serment et, simultanément, de l’inscrire historiquement comme produit d’une évolution culturelle. En revanche, le jusjurandum est progressivement dévalorisé, présenté comme un vestige du paganisme (Furetière), susceptible de devenir blasphème (Nicot), apte à se prêter à des dérives infamantes (Richelet). Ainsi, se trouve-t-il en quelque sorte, exproprié par le ‘serment’ français. Pourvu de toutes les virtualités dépréciatives, il devint progressivement le double négatif du sacramentum-serment.

1.2 Variations françaises : de jurement à serment, de la synonymie à l’antonymie

15Jouant successivement sur la paronymie pour définir le mot (« serment », sacrament(um)) et sur l’hétéronymie pour désigner la chose (« serment », jusjurandum), nos lexicologues ont adopté une stratégie discursive peu rigoureuse à propos du fonds latin. Cependant celle-ci témoigne de leurs difficultés à cerner synchroniquement ‘le serment’ français et à le distinguer du ‘jurement’. Tout au long de la Renaissance, la délimitation d’un champ sémantique, aux contours flous et variables, suggérant l’existence de liens alternativement synonymiques, hyperonymiques ou encore antonymiques préoccupera les rédacteurs des dictionnaires.

16En quête des valeurs respectives du serment, du jurement et de la promesse, les lexicographes élaboreront un espace distinctif fondé sur des critères fonctionnels, situationnels, contextuels, mais également éthiques. Ainsi J. Nicot, après avoir déterminé la nature linguistique de l’acte (« est le juron qui se fait »), introduit une double finalité constitutive du sémème (« pour affirmer quelque propos et en être cru »). Précision riche puisqu’elle exhibe les fonctions métadiscursive et conative de l’acte. Quant au ‘jurement’, il est dépourvu d’identité propre. À cette entrée l’auteur ne fournit pas de définition, il se contente de juxtaposer deux lexèmes latins (juramentum, jusjurandum), attestant ainsi l’usage français de jusjurandum. Toutefois la présentation de ce vocable, élaborée au sein de l’article Serment, met en évidence tout d’abord son lien avec le domaine d’emploi (« Lequel étant déféré et exigé par la justice, retient ce nom »), puis esquisse un autre espace différentiel fondé sur la légitimité de l’acte (« usurpé illégitimement même s’il regarde l’honneur et le respect de Dieu, perd cette appellation »). L’attribution d’une dénomination spécifique (‘blasphème’), pour désigner un jurement illégal, enrichit les champs sémiotique et sémantique du serment. En effet, il est suggéré que non seulement la nature du propos mais encore la nature de l’acte (usurpé/exigé) qui préside à la réalisation du jurement sont constitutifs de sa sacralité. ‘Serment’ et ‘jurement’ ne s’opposent, donc, pas fondamentalement, mais se distinguent contextuellement, puisque le jurement, serment juridique, se trouve également circonscrit, inséré dans un champ religieux par l’intermédiaire de son antonyme.

17La virtualité profanatrice présentée comme inhérente au jusjurandum-jurement par J. Nicot fut radicalisée par P. Richelet. Auteur du premier dictionnaire monolingue français (1680), celui-ci préserva le serment de toute contamination en réaménageant les champs sémantiques, en opérant une dissociation radicale des items ‘jurement’ et ‘serment’. Il leur affecte deux entrées distinctes et indépendantes, occulte l’éventualité d’une corrélation sémantique, efface toute trace de co-référentialité latine. D’une part, il présente le serment comme une modalité affirmative particulière en ce qu’elle permet l’intervention testimoniale de Dieu. Cette première acception, par rapport à la définition donnée comme secondaire par Nicot, est intéressante dans la mesure où elle met en œuvre une inversion hiérarchique des valeurs : si le sème religieux est devenu explicite, le sème juridique (préalablement constitutif du jusjurandum-jurement) ne l’est plus. Néanmoins, sa présence est déductible du fait que le locuteur ne peut prendre l’initiative de l’acte (« on dira la vérité touchant les choses sur lesquelles on est interrogé ») et transparaît à travers le corpus fourni. On peut remarquer également la proposition d’une seconde acception (réactualisant le sacramentum latin) qui permet de dissocier l’engagement de dire la vérité et l’engagement verbal à demeurer fidèle. L’un et l’autre se matérialisant dans la réalisation d’actes de langage, désignés respectivement par les termes ‘affirmation’ et ‘protestation’.

18D’autre part, il réduit la polysémie de jurement en lui attribuant de manière exclusive les traits dépréciatifs cités précédemment (« jurement : blasphème »). Du fait de cette synonymie, le jurement se trouve dépouillé du sème ‘engagement’. Malgré l’absence de lien apparent entre jurement et serment, le lecteur jouissant d’une certaine compétence pourrait déduire qu’une altération des intentions, prêtées au locuteur, produirait une perversion des effets, constitutive du jurement. La comparaison des définitions paraphrastiques du serment avec la définition synonymique du jurement révèle un glissement de la description objective à l’appréciation qualitative et morale du fait. La répartition lexicale conforte l’omniprésence du sème religieux et permet, simultanément, de restreindre l’ambivalence fondamentale du serment (oscillant entre sacralisation et profanation).

  • 7 Dictionnaire de l’Académie.« Serment. Affirmation qu’on fait d’une chose en prenant Dieu à témoin. (...)

19Cependant cette tentative d’exorcisation se révéla non seulement fugitive mais encore vaine. Ainsi A. Furetière (1690), soucieux de rendre compte de l’usage en vigueur, atteste la polysémie de ‘jurement’ : dénomination d’un acte de langage (‘affirmation’), désignation de vocables injurieux (« se dit de termes d’emportement »). La double définition proposée invalide la présence de tout trait, référentiel ou conceptuel, commun aux deux acceptions et privilégie la première, en désignant la seconde comme une dérive extensive. En outre, l’Académie Française7, chargée d’épurer la langue vulgaire de ses scories malfaisantes et de divulguer « le bon usage », après avoir assigné au jurement le statut d’hyponyme dépréciatif de ‘serment’ (« Jurement. Serment qu’on fait en vain sans nécessité et sans obligation ») dès la première édition (1694) de son dictionnaire, indiqua que « serment se prend aussi pour jurement » (sans préciser que cet emploi concerne le serment judiciaire). Cette indication neutralise la discrimination établie préalablement et, simultanément, réinstaure un champ sémiotique et sémantique complexe en exacerbant la polyvalence du serment, préservé jusqu’à présent de toute altération par l’interposition sacralisante de l’étymon latin.

20Le serment et le jurement étant susceptibles de se prêter à des dérives blâmables, ou à être utilisés à des fins blasphématoires, il fallait découvrir le trait distinctif pertinent qui justifierait leur existence concomitante. A. Furetière induit une distinctivité sémantique fondée sur les lexèmes ‘affirmation’/‘action’ (« Jurement. Affirmation qu’on fait d’une chose dont on prend Dieu à témoin » ; « Serment. Action par laquelle on prend Dieu à témoin de la vérité de quelque affirmation »), lesquels ne sont pas antonymiques mais entretiennent une relation de type hypo-hyperonyme. Un rapide examen des occurrences concernant « affirmer » (dans sa forme non pronominale) démontre que ‘l’affirmation’, sème constitutif de jurement, ne peut se réaliser que verbalement, contrairement à la confirmation qui peut être apportée par des événements ou des faits extralinguistiques. En revanche une action (sème constitutif de serment) peut, certes, être langagière mais n’exclut pas d’autres modes de réalisation. Ainsi la présence, à titre de complément, du lexème ‘affirmation’ lors de la définition du serment, nous amène à envisager que si le jurement est conçu comme un acte discursif, le serment est défini comme un rituel de type méta-discursif, dont la motivation initiale et la réalisation sont de l’ordre du dire. Contribue à cette hiérarchisation, la nature différentielle des syntagmes (« une chose dont on prend Dieu », « action par laquelle on prend Dieu ») mettant en œuvre la divinité. Alors que le serment est procédure d’interpellation de Dieu, lequel est sollicité en tant que garant de la véracité du propos, le jurement est procédure d’affirmation, laquelle ne fait intervenir Dieu qu’à titre de témoin de la réalisation de l’acte. La diversité dans le degré d’implication de Dieu se manifeste également à travers la prohibition des abus : formulée de manière impersonnelle, justifiée par une continuité historique, pour le jurement (« Les vains jurements ont été de tout temps défendus ») ; alors que les serments inutiles relèvent d’une interdiction divine (« Dieu ne veut pas qu’on prenne son nom en vain ; c’est-à- dire qu’on fasse des serments inutiles, ou pour des choses légères »), motivée par l’emprunt irrévérencieux du nom de Dieu.

21L’examen de la notion d’engagement dans les définitions de jurement et de serment fait apparaître un autre trait distinctif. Si par le jurement on confirme un dire, par le serment on s’engage à dire ou à faire. Le dire n’est plus seulement une fin, mais également un moyen par lequel on conditionne son propos à venir ou son devenir. Le sème ‘anticipation’ est attesté par la disjonction temporelle effective syntaxiquement dans les définitions du serment :» on prend Dieu à témoin qu’on dira », « protestation que l’on fait qu’on s’acquittera ». En revanche, le jurement est totalement évincé de l’usage prospectif, et paraît être supplanté par la promesse. La mise en œuvre d’une disjonction temporelle modifie l’enjeu, dans la mesure où un énoncé anticipateur est plus directement constitutif du faire, et a une valeur initiatrice.

  • 8 Furetière, 1690 : « On fait le serment, quand on lève la main devant un juge, qui fait promettre su (...)

22D’ailleurs, si nous nous fions aux occurrences présentées par les divers lexicographes attestant le fait que ‘jurement’ et ‘promesse’ puissent être faits l’un et l’autre sous ou avec serment, nous en déduirons que ces deux lexèmes ne peuvent être des équivalents du serment mais ses éventuels compléments. Ainsi, d’après A. Furetière8, la promesse sous serment judiciaire peut ne pas constituer la finalité de la procédure mais avoir pour fonction d’attester la véracité du propos, alors que le jurement, dans le cadre du serment de fidélité, garantit la sincérité de la promesse. Le serment jouirait, donc, d’une relative autonomie sémantique par rapport à la promesse et au jurement puisque son intervention induit leur sacralisation. Toutefois, ces deux lexèmes, même s’ils s’excluent mutuellement et demeurent implicites, interviennent en tant que sèmes indissociables de la réalisation du serment. En effet, si un serment est toujours un jurement ou une promesse, l’inverse est faux.

  • 9 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751-1771.
  • 10 Dictionnaire universel français et latin, des pères jésuites de Trévoux. Édition de 1721 ; Jurement (...)

23Cependant cette hypothèse se trouve complètement invalidée par les Encyclopédistes9 qui réaffirmèrent la synonymie ‘serment’-‘jurement’, mais en attribuant cette fois au premier la mission de confirmer la sincérité d’une promesse et au second celle de confirmer la vérité d’un témoignage. Ainsi ont-ils matérialisé, par une spécification sémique de chaque signifiant, la distinction assertoire/promissoire esquissée à l’intérieur de l’article Serment rédigé par P. Richelet (en 1680), et qui sera explicitée par les jésuites de Trévoux10 (en 1771). Après avoir réactualisé l’opposition fonctionnelle (sacramentum-jusjurandum), les encyclopédistes précisèrent que ‘serment’ est d’un usage plus fréquent parce qu’il désigne le fait de jurer de manière solennelle et qu’il est souvent employé métaphoriquement. Ils mentionnèrent, également, que le mot ‘jurement’ « exprime quelquefois de l’emportement entre particuliers ». Les jésuites de Trévoux reprirent, dans la dernière édition de leur dictionnaire, cette configuration sémantique et tentèrent en outre de matérialiser syntaxiquement les usages disgracieux de ‘jurement’ en jouant sur les genres. Ainsi la pluralité de « jurements » désignait-elle l’usage perverti (signifié ultérieurement par ‘juron’) et s’opposait à la singularité de l’usage vertueux.

24Il est perceptible, à travers les nombreuses tergiversations définitionnelles, que les présentations du champ sémantique propre au serment ne résultent pas d’une accumulation linéaire de traits plus ou moins spécifiques conférée à une diversité de signifiants, mais de la détermination idéologique des lexicographes. Ceux qui rendent compte de l’usage exhibent la problématique synonymique et ceux qui veulent l’infléchir tentent d’exiler sous la rubrique « jurement » le versant dépréciatif du serment. Ainsi P. Richelet et l’Académie associèrent-ils tout d’abord le jurement au blasphème puis le désignèrent comme « un serment sans nécessité ni obligation ». La polysémie attestée du terme reposait sur un glissement implicite de l’effet à la cause. La seconde acception n’étant qu’une extension paraphrastique de la première désignait l’origine du blasphème. C’était reconnaître l’existence effective d’une synonymie partielle entre ‘serment’ et ‘jurement’, admettre leur identité référentielle tout en soulignant leurs valeurs différentielles. L’inflexion de l’usage, en revanche, est tentée par une réfection pure et simple du champ sémantique, à partir de notions en constante mutation.

25Les lexicographes contemporains (éd. Robert 1986 et éd. Larousse 1987) reprennent à leur compte les définitions académiques qui maintiennent pourtant le maximum de confusion. Ils s’en sortent en signalant l’obsolescence du lexème ‘jurement’. Toutefois omettent-ils de préciser que l’ensemble des valeurs, propres à chaque terme définitoire, a subi une modification substantielle. Ainsi, la participation divine n’apparaissant plus que comme un virtuème implicite du serment, le blasphème se trouve irréductiblement dissocié de ce dernier, et l’inanité ou la futilité dénoncée n’est plus appréhendée comme sacrilège. Néanmoins si, en cette fin du XXe siècle, l’absence de contrainte sociale ou religieuse n’est plus inéluctablement dépréciative, sa présence demeure constitutive du serment. Ce dernier se présente, en effet, comme doublement astreignant puisqu’il est un acte de langage solennel, imposé par une autorité (juridique ou administrative), générateur d’une obligation, d’un engagement. Aussi sa réalisation suppose-t-elle l’accomplissement d’un acte illocutoire pourvu d’une finalité perlocutoire, doté d’un pouvoir persuasif. La singularité du serment est contenue dans cette circularité, dans laquelle origine (être contraint de) et effet (être contraint à) sont analogues, où mal et remède sont similaires, et où le doute à l’égard de la parole est levé par la parole. Le serment puise son originalité dans cette apparente récurrence (dire solennellement qu’on va dire), récitation (notamment au travers de la formule sacramentelle), répétition, donc dans cette procédure accumulative qui crée un espace mythique abolissant le temps, propice à la régénérescence et pourvu de sa propre efficacité.

2. Des actes pour le faire

  • 11 A. Furetière, 1727, précise que : « Les cardinaux ont entre autres privilèges celui d’être crus en (...)

26La défiance (la mise en cause de l’authenticité du dire) a donc fait surgir le besoin de serment. Besoin social, certes, puisque le serment répond à une exigence extérieure, qui nécessite la présence minimale d’un destinataire ainsi que d’un témoin intangible qui donc est lien avec l’Autre, et lien avec un Au-delà. Mais également, il semble correspondre à un besoin individuel, comme l’attestent les allusions aux serments réputés inutiles, à un désir de nouer des liens de nature particulière, et de les exposer pour les garantir. Ainsi est mise en œuvre la magie du verbe, l’incrédulité étant abolie par l’objectivation du propos qui de l’état d’un dire se meut en une parole. Conversion fondamentale parce qu’elle autorise la séparation énonciateur/énoncé et qu’elle rend possible la donation : l’énonciateur se retrouve subordonné à ce qui fut sa parole, assujetti à son interlocuteur qui en est désormais détenteur. Survit, donc, à l’état de substrat la mise en dépôt, la parole ne recouvrant une relative fiabilité qu’à travers la dépossession et la consignation ; le serment n’intervenant que dans le cas où il est impossible d’être cru sur parole.11

2.1 La mise en procès du serment

  • 12 Godefroy, F., Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe,18 (...)

27On pourrait s’étonner de la distorsion analogique mise en évidence par l’invitation à dire « je jure » pour faire ou prêter serment, alors qu’il suffit de dire « je promets » pour faire, ou simuler, une promesse. En effet, s’il est nécessaire de dire pour faire, faut-il encore dire une chose pour en faire une autre, dans la mesure où ‘jurer’ n’entraîne ni jurement ni juron. La dissociation mise au jour est le résultat d’une érosion linguistique. L’éviction au XVIe siècle de « sermenter »12, lequel ne parvint jusqu’à nous que sous la forme du dérivé participial « assermenté », puis l’éviction, au XIXe, de « jurement » semblent révélatrices d’une mutation conceptuelle et par extension fonctionnelle du serment. Si l’élimination d’un des termes du couple synonymique (jurement-serment/sermenter-jurer) confirme une constante linguistique (la disparition de tout lexème devenu superfétatoire), il n’en demeure pas moins étrange qu’à trois siècles de distance l’exclusion frappe le signifiant non dissociatif. Il se peut que l’éradication de « sermenter », puis de « jurement », réponde à des exigences analogues de type idéologique, à l’expression d’un désir de dissocier dénomination de l’acte et réalisation. Les correspondances lexicales (jurer-jurement, sermenter-serment) ont pu être ressenties comme trop banalisantes, dévalorisant le caractère singulier, existentiellement extraordinaire, de cet engagement solennel. Ainsi, amputé de son dérivé verbal, confiné au rôle de substantif, le serment s’objectiva. Il fallut se résoudre à le faire (comme on fait une action), à le prêter (comme on prête une chose) ou à revenir au verbe jurer, et à renoncer à toute relation formelle entre la désignation de l’acte accompli (serment) et la désignation du mode d’accomplissement (jurement). C’est dire que sa réalisation requiert soit l’intervention d’un auxiliaire, soit le recours à une substitution lexicale, artifice qui dissocie la dénomination de l’acte de sa mise en œuvre.

  • 13 Les officiers de police judiciaire mentionnés aux articles R 249 et R 251 prêteront serment devant (...)
  • 14 Nous citons ci-dessous quelques exemples empruntés à la littérature: « Je fais le serment que tout (...)

28En dépit de leur similarité distributionnelle, les lexèmes ‘prêter’ et ‘faire’ semblent bénéficier de valeurs pragmatique et sémantique différentes, lesquelles expliquent leur maintien concurrentiel à travers les siècles. En effet, si l’énoncé « faire serment » est acceptable sous la forme performative, « prêter serment » est perçu comme constatif ou descriptif. C’est dire que ‘prêter’ a une autonomie sémantique qui fait obstacle à la fusion, qui dissocie l’acte de son objet. En outre, dans la conscience linguistique contemporaine, le prêteur ne s’engage que pour une durée délimitée. Ne serait-ce que par association avec des syntagmes tels que « prêter assistance, prêter main-forte, prêter secours » où ‘prêter’ signifie : (se) mettre à la disposition de quelqu’un pour un temps déterminé. Les occurrences anciennes13 n’invalident pas toujours ce constat, fait en synchronie contemporaine :à plusieurs reprises est envisagée, suite à une prestation, la réitération du serment. Corrélativement à cette divergence d’ordre temporel apparaît un écart qualitatif :» faire serment » correspond plus directement à l’accomplissement même de l’action, alors que « prêter serment » désigne la nature de l’acte accompli, ou à accomplir. Ainsi ce dernier peut être utilisé de manière absolue pour décrire ce qui est en train de se faire, ce qui vient d’être fait ou prescrire ce qui reste à faire, tandis que « faire serment » exige la présence d’un complément, fréquemment indirect.14

  • 15 Il s’agit de l’emploi métaphorique : cette couleur jure avec celle-là…
  • 16 Jurer comme un chartier. Un homme grossier qui jure sans cesse. Jurer contre quelqu’un.
  • 17 Je vous promets qu’il est là. Je te promets qu’il est venu.« Je vous promets que je suis devenu trè (...)

29Néanmoins, les formules consacrées privilégient « je jure ». Sauf à user de « faire serment », l’emploi de ‘jurer’ est une condition quasi nécessaire à la réalisation de l’acte, mais insuffisante puisque, avec un sujet inanimé15, il signifie ‘produire une discordance’, et utilisé de manière intransitive, il signifie : ‘proférer des jurons’.16 À travers les syntagmes « je jure + infinitif passé ou présent, je jure que + indicatif passé » resurgissent les sèmes archaïques assertifs du jurement, à savoir : ‘déclarer formellement la réalité présente ou passée d’un acte’. Quant aux constructions « je jure que + indicatif futur, je jure de + infinitif, je jure + nom », elles mettent en œuvre les sèmes : ‘promesse’, ‘engagement’. Cela montre que la réalisation et la double finalité (assertoire/promissoire) du serment sont étroitement déterminées syntaxiquement. Toutefois les prescriptions syntaxiques peuvent également s’éroder, comme en témoigne l’utilisation de plus en plus fréquente du présent ou du passé à titre de complément de « promettre »17. Ainsi pourvu d’une valeur assertive, ce dernier serait en passe d’acquérir la double fonctionnalité de ‘jurer’ et pourrait se substituer à lui dans l’usage quotidien : usage faisant abstraction, semble-t-il, du sème ‘sacralité’. La substitution évoquée ci-dessus a pour effet de restreindre le domaine d’emploi du performatif ‘je jure’, d’en accroître le sémème et de l’associer inéluctablement au serment solennel, voire institutionnel.

2.2 La mise en œuvre

  • 18 « Charles voulut que celui qui jurait, dit ces mots : Je, N…, promets et jure à la part du Roi Char (...)

30Hormis les contraintes lexicales et syntaxiques évoquées ci-dessus, l’accomplissement de l’acte nécessite le respect d’un schéma actantiel, et fait intervenir une structure prépositionnelle différentielle. Ainsi, la formulation de l’engagement requiert tout d’abord la marque de l’énonciateur, exprimé généralement par le ‘je’ (même lorsqu’il est prononcé par plusieurs personnes) qui, à en croire C. Fauchet18, était à l’époque de Charlemagne suivi du nom du jureur. L’unicité énonciatrice aurait été alors renforcée par la contrainte nominative à valeur identificatrice. Exigence réactivée, à l’époque contemporaine, lors d’un engagement écrit :» Je soussigné(e) déclare (m’engage) par la présente… » En revanche, le destinataire demeure fréquemment implicite. Seuls les serments d’amour introduisent le partenaire sous forme pronominale (« je te jure que je t’aime », « je vous jure de vous aimer »). Spécificité inhérente à ce type d’engagement dont la finalité vise non seulement à attester l’existence et la pérennité de sentiments amoureux, mais encore à préciser le bénéficiaire de cet amour. L’examen des formules anciennes révèle la participation d’un troisième actant (je jure Dieu, les dieux, le Styx), sujet vénérable, dont la fonction testimoniale implique la sanction du parjure. Dans les formules moins archaïques, le troisième personnage est introduit par la préposition ‘devant’ (« devant le juge », « devant Dieu », « devant Dieu et les hommes »), qui permet d’attribuer simultanément, du fait de la métaphore spatiale, aux interpellés les rôles de témoin et de récepteur.

31L’intervention du troisième actant a, donc, pour objet de garantir la sincérité de l’énonciateur. À cette fin d’autres éléments plus ou moins tangibles, mais dotés inéluctablement d’une valeur symbolique, sont associés au serment par l’intermédiaire de prépositions (‘sur’, ‘par’) ou d’adjectifs possessifs (‘mon’). Ainsi Furetière fait-il état de la nécessité, dans le cadre d’un serment judiciaire, de « promettre sur la part qu’on prétend au paradis de dire la vérité ». La promesse engageant l’existence posthume, sert de garantie à la véracité du propos tenu présentement. La préposition ‘sur’ désigne la mise en gage anticipatrice. Il semble qu’elle agisse de même, lorsqu’elle précède la mention de valeurs morales ou religieuses. Ainsi, quand on jure « sur son honneur » ou « sur sa foi », ces éléments deviennent otages et sont voués au sacrifice. L’information spatiale véhiculée habituellement par cette préposition est en l’occurrence écartée. Dès qu’elle introduit des intermédiaires matériels – tels que « la croix », « l’autel », « les cendres de ma mère » – la propension à la percevoir comme marque positionnelle est forte. Cependant, les entités abstraites étant plus abondantes et les éléments concrets très fortement emblématiques, il est probable que, par contamination, ceux-ci assurent également un rôle de garant.

32La préposition ‘par’, qui pourrait paraître équivalente, dans la mesure où elle intervient dans un contexte identique et induit des éléments similaires, fait jouer à ceux-ci un rôle différent. Ils deviennent en quelque sorte agents, passages obligés. Que l’on rencontre « par le Père le Fils et le Saint-Esprit et les Quatre Évangiles que je touche et baise », « par le Grand Dieu que j’adore », « par les ondes du Styx », il s’agit de moyens transcendantaux qui ont aussi, mais secondairement, pour fonction d’attester la parole. Interpellant des puissances supérieures, les invitant à être témoin-relais du dire, le jureur s’expose à la vengeance divine. C’est dire qu’il se donne lui- même en otage, qu’il se sacrifie.

33Quant aux formes archaïques « je jure Dieu », « je jure le ciel », « je jure mon honneur »– que nous retrouvons dans le registre familier « jurer ses grands dieux »– elles sont généralement conjointes à une promesse, laquelle fait l’objet d’un second acte de langage. Ainsi le serment de fidélité des évêques présentait clairement cette dissociation du serment en deux actes distincts : « Je jure le très Saint nom de Dieu, sire, et promets à votre majesté que je lui serai tant que je vivrai fidèle sujet […] » Le déboîtement opéré entre le jurement et la promesse est remarquable. Le premier verbe semble n’avoir qu’une fonction interpellative, invocatoire, et induit une différence radicale entre le chef spirituel et le chef temporel auquel la promesse est faite. La dissociation entre témoin et récipiendaire est rarement établie de manière aussi nette. À l’accoutumée, seuls les énoncés explicatifs et/ou descriptifs dissocient explicitement le témoin et le destinataire.

34L’occultation fréquente du destinataire, sa désindividualisation, lors de la réalisation du serment, amplifie la valeur transcendantale de l’acte. Ainsi peut-on dire que le serment est un acte individuel de nature sociale, dans la mesure où il expose l’individu à l’opprobre public, aux récriminations sociales ainsi qu’à la vengeance divine. Il acquiert sa solennité de l’effacement et de la dépersonnalisation du bénéficiaire. Cela se fait jour lorsqu’on compare « je vous jure que c’est vrai » avec « je jure que c’est vrai », ou encore : « je vous jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions » avec « je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions ».

3. Des mots pour se dédire

  • 19 J’eus la faiblesse d’éluder mon serment, n’osant le violer; les Dieux m’en ont puni » (Fénelon, Les (...)

35La polyvalence du serment, dont témoignent les expressions « jurer sous serment  », « promettre avec serment », « s’engager par serment » n’entame en aucune sorte son indestructibilité. En effet, qu’il domine, qu’il accompagne ou qu’il modalise ces divers actes, il a pour effet de les rendre indéfectibles. Si l’on peut se dédire d’une affirmation ou d’une promesse, dès que celles-ci sont faites sous serment, leur rétractation devient irrecevable et indicible. Le jureur, dessaisi de sa parole et réduit à l’impuissance, ne peut se désengager. Ainsi est-il contraint pour défaire ce lien (qu’il ne peut dénouer) de le rompre. L’écart qualitatif entre la promesse et le serment s’exprime dans l’opposition sémiotique dégagement/désengagement. Ce dernier ne se réalisera qu’au prix d’une transgression, laquelle induira un changement d’état, le jureur devenant parjure. Celui qui a fait serment a donc pour unique alternative de le respecter ou de le violer, en dépit d’infructueuses tentatives pour l’éluder19. En revanche, les syntagmes « être acquitté », « être absous » ou encore « être dispensé de tenir son serment » attestent de la possibilité d’être délié par celui qui l’a reçu.

  • 20 Jureur :« Qui jure, qui blasphème » (Richelet P., op. cit., 1680).« Qui blasphème ; qui a la mauvai (...)

36En outre, la représentation contemporaine de l’infraction est intéressante dans la mesure où elle réactive la neutralisation de jurement/serment, à travers la disparition de « jureur »20 ainsi que celle de « blasphème/blasphémateur » dans la configuration synonymique de parjure. Elle confirme la prépondérance du sème ‘engagement’ aux dépens de ‘sacré’ dans le serment, l’annexion de l’assertoire au promissoire, la suprématie du sème ‘trahison’ dans le parjure qui désigne indifféremment : la faute et son auteur ; celui qui ferait un serment captieux et celui qui ne tiendrait pas parole ; celui qui tromperait les hommes en faisant de faux serments et celui qui insulterait Dieu en faisant des serments inutiles.

37Par son aliénation indélébile, par l’aspect rituel, par l’engagement qu’il présuppose, par sa dimension sacrée qui exclut toute modification provenant de l’intéressé, par son caractère péremptoire et ses répercussions éternelles, le serment rejoint le sacrement. Cependant, le sacrement est un don divin reçu par l’homme et, de ce fait, il apporte purification et salut, tandis que le serment, don de parole voué au divin, évoque la possibilité de la damnation. Ainsi la relation du sacré est-elle commune, comme en attestent les syntagmes « formules sacramentelles » et « formules consacrées » par lesquelles on a coutume de caractériser les formules de sacrement. Si le mot a gagné en prestige, parce que ses valeurs sémantiques, son champ sémiotique et ses domaines d’emploi se sont restreints, en revanche, la chose a perdu de son efficacité sociale parce que la perception sociale du sacré s’est amenuisée.

Notes

1 [Note des éditeurs] « Selon M.-F. Mortureux (1993 : 124), les paradigmes sont des “listes de syn- tagmes (en général nominaux, parfois verbaux) fonctionnant en co-référence avec un vocable initial dans un discours donné”. Il s’agit donc d’un ensemble de reformulants parmi lesquels il est nécessaire de dis- socier ceux qui ont une valeur désignative – en vertu de quoi ils constituent le paradigme désignationnel – de ceux qui correspondent à des périphrases définitionnelles et forment de ce fait le paradigme défini- tionnel. » (définition de F. Cusin-Berche, dans Charaudeau et Maingueneau, éds, 2002 : 415-416).

2 Estienne, R., Dictionnaire français-latin contenant les mots et manières de parler français, tournés en latin. Nous citons ci-dessous quelques-unes des occurrences présentées par l’auteur à l’article Serment: « Le serment et jurement qu’on fait pour quelque chose. Le serment que les soldats font./Astreindre par serment./Bâtir et controuver certaine forme de serment./Confirmer par serment./Faire serment./Jurer et faire serment de garder et entretenir les lois./Faire serment solennel./Jurer et promettre par serment de garder quelque chose./Prêter serment en témoi- gnage./Tenir son serment. » Estienne R., Dictionarium Latino gallicum, 153« Sacramentum/sacramenti, serment./Sacramentum militare, le serment que les soldats font./[…] Aliquem sacramento rogare, Astreindre par serment./Sacramentum, certaine forme d’argent que chacune des par- ties voulaient anciennement consigner en certaines causes : mais le vainqueur retirait ses deniers, et ceux du vaincu étaient confisqués : comme de présent en cas de proposition d’erreur le demandeur consigne la forme de six vingts livres Parisis, laquelle somme est adjugée au roy si perd la cause./Sacramento contendere, faire gagure judiciaire à l’encontre d’aucun par consignation d’argent./Justo sacramento contendere, mouvoir à aucun procès portant gagure et consignation d’amende d’une part et d’autre que les anciens appelaient Sacramentum, pour ce que les deniers de celui qui perdait, étaient confisqués et employés au fait des sacrifices et autres choses appartenantes à la religion.Sacrosanctum, sacrosancti, toute chose qui est défendue de violer sous peine de la vie.Jusjurandum, jusjurandi, le serment qu’on fait pour quelque chose.Jusjurandum affere et deffere, quand une partie offre de jurer pour prouver ce qu’elle dit.Dare jusjurandum exigere et reddere, faire faire serment à aucun et lui faire pareillement. »

3 Nicot, J., Thrésor de la langue françoise, 1606. « Serment est le juron qui se fait pour affirmer quelques propos qu’on tient et en être cru. Sacramentum. Dont il est fait par syncope, tout ainsi que juron ou jurum de jusjurandum. Lequel étant déféré et exigé par la justice, retient ce nom, mais usurpé illégitimement même s’il regarde l’honneur et le respect de Dieu, perd cette appellation. »

4 Voir une définition de l’hyponymie en note 2, p. 20.

5 Furetière, A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, 1690.« Serment. Action par laquelle on prend Dieu à témoin de la vérité de quelque affirmation. […] Ce mot vient de sacramentum, qui est la même chose que ce que les païens appelaient jusjurandum.Édition de 1727 : Serment. Acte religieux par lequel on assure une chose en prenant Dieu à témoin et déclarant que l’on renonce à la miséricorde, ou que l’on se soumet aux effets de sa vengeance, en cas que l’on ne dise pas la vérité, le serment a été principalement établi, afin que ceux, sur qui la crainte des hommes ne paraîtrait pas capable de faire assez d’impression, soit à cause qu’ils sont en état de braver ou d’éluder leurs forces, soit parce qu’ils peuvent se flatter d’échapper à leur vengeance, fussent plus étroitement engagés à dire la vérité, ou à tenir leur parole, par la crainte d’une divinité, qui peut tout et qui veut tout. »

6 Richelet, P., Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, 1680.« Serment. C’est une affirmation qu’on fait par laquelle on prend Dieu à témoin qu’on dira la vérité touchant les choses sur lesquelles on est interrogé. (Recevoir le serment de quelqu’un. Ablancourt. Déférer le serment à quelqu’un. Prendre une personne à serment.) »Serment de fidélité. C’est une protestation que l’on fait qu’on s’acquittera fidèlement de l’emploi qu’on va exercer. (Les avocats à leur réception font serment de fidélité à la cour.)Jurement. Blasphème. (Un exécrable jurement. Faire des jurements. On devrait punir avec sévérité les jurements des hommes.)Édition de 1719 : même définition du Serment qu’auparavant, mais ajout d’une troisième acception« Serment. (Jusjurandum) Jurement. Il ne faut pas faire des serments inutiles, il proféra d’exécrables serments. »Pour Jurement, même première partie, complétée par : « Jurement (Jusjurandum) Serment. Voyez serment. »

7 Dictionnaire de l’Académie.« Serment. Affirmation qu’on fait d’une chose en prenant Dieu à témoin. Serment solennel. Serment fait en justice. Faux serment. Serment captieux. Faire serment sur les reliques. […] Se prend aussi pour jure- ment.Jurement. Serment qu’on fait en vain sans nécessité, et sans obligation. En pluriel il signifie ordinaire- ment blasphèmes, imprécations et exécrations. Jurement se met en bonne part dans cette phrase. Le jurement que Dieu fit à nos pères. »

8 Furetière, 1690 : « On fait le serment, quand on lève la main devant un juge, qui fait promettre sur la part qu’on prétend en paradis, de dire la vérité. »

9 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751-1771.

10 Dictionnaire universel français et latin, des pères jésuites de Trévoux. Édition de 1721 ; Jurement et Serment, mêmes définitions que Furetière, 1690.Édition 1771 : « Jurement. Affirmation qu’on fait d’une chose, en marquant cette affirmation d’un sceau de religion. On divise communément le jurement en assertoire ou en promissoire. Le premier se fait pour assurer une chose présent ou passé; le second regarde l’avenir et se fait pour assurer une promesse. Souvent en jurant on se contente d’attester Dieu, c’est-à-dire de l’invoquer comme témoin de ce que l’on jure ; ce jugement se nomme invocatoire. […] »

11 A. Furetière, 1727, précise que : « Les cardinaux ont entre autres privilèges celui d’être crus en jus- tice sur leur simple parole, sans être obligés de faire aucun serment et leur témoignage vaut celui de deux témoins. »

12 Godefroy, F., Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe, 1882.« On le doit sermenter et faire jurer de dire vérité » (Practique de Boullin).« Laquelle il a faite et serementée en nostre main bien deheument » (Hommage fait par Guillaume, Comte de Namure, 1386.)« Nous allasmes tous trois d’ung accord sermenter que jamais nous n’aurions repos tant que vous aurions mis à mort » (Peceforest).Huguet, Dictionnaire de la langue française du XVIe, 1962.« Sermenter. Jurer, prêter serment. »

13 Les officiers de police judiciaire mentionnés aux articles R 249 et R 251 prêteront serment devant le tribunal de police de leur résidence. Ce serment devant le juge devra être renouvelé en cas de change- ment de poste de l’intéressé. »« Le duc n’a le gouvernement de l’Ile de France que pour trois ans et a même négligé jusqu’ici d’en prêter le serment. » (PH. de Dangau, Journal, tome VII, 1669-1700).« Le Roi fit prêter à Monsieur le Chancelier le serment pour la charge de greffier de l’ordre du Saint-Esprit qu’il n’exercera que quelques jours et puis il la remettra à Monsieur le Marquis. » (Idem)

14 Nous citons ci-dessous quelques exemples empruntés à la littérature: « Je fais le serment que tout ce qui a été dit à mon égard est faux. » (Chateaubriand F., Mémoires d’outre- tombe, tome IV, 1848).« J’en fais ici le serment » (Flaubert G., Correspondance, Tome 1, 1846-47).« J’en fais le serment de n’en jamais user » (Flaubert G., op. cit.).« Je fais ici le serment d’offrir mon cœur et ma patte à celle de vous qui en voudra. » (Musset A., Histoire du merle blanc, 1842).« J’en fais serment à mademoiselle » (Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839).

15 Il s’agit de l’emploi métaphorique : cette couleur jure avec celle-là…

16 Jurer comme un chartier. Un homme grossier qui jure sans cesse. Jurer contre quelqu’un.

17 Je vous promets qu’il est là. Je te promets qu’il est venu.« Je vous promets que je suis devenu très naïf » (Nerval G., OEuvres, Pléiade).« Je vous promets que je l’attendais » (M. de Saint-Pierre, Les Aristocrates).

18 « Charles voulut que celui qui jurait, dit ces mots : Je, N…, promets et jure à la part du Roi Charles, Monseigneur, et de ses enfants, que je lui suis fidèle, et le serai tous les jours de ma vie sans fraude et mal-engin » (Fauchet C., Fleurs maison de Charlemagne, 1601).

19 J’eus la faiblesse d’éluder mon serment, n’osant le violer; les Dieux m’en ont puni » (Fénelon, Les Aventures de Télémaque, 1699).

20 Jureur :« Qui jure, qui blasphème » (Richelet P., op. cit., 1680).« Qui blasphème ; qui a la mauvaise habitude de jurer le nom de Dieu. On a renouvelé l’ancienne Ordonnance de Saint-Louis contre les jureurs et blasphémateurs du nom de Dieu, qui ordonne de leur percer, de leur arracher la langue » (Furetière. op. cit., 1690).« Qui jure beaucoup par mauvaise habitude, ou par passion (C’est un grand jureur, un grand jureur du nom de Dieu. Il faut châtier les jureurs) » (Académie, op. cit., 1772).Ce lexème ne figure plus dans les dictionnaires contemporains.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540