Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Les mots dans l’entreprise et les textes de spécialité

Le statut de la référence dans les discours scientifiques et techniques

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre» Les souris vont-elles remplacer les rats de bibliothèque ? », dans la revue Travaux linguistiques du CerLiCO n° 11, p. 217-236, Presses universitaires de Rennes, 1998.

Texte intégral

Nos remerciements vont à Jean-Michel Fournier, Danielle Leeman et Michel Paillard pour leurs interrogations, suggestions et remarques stimulantes.

  • 1 La question de la référence au monde, cette “exigence désignatrice” des discours spécialisés, n’est (...)
  • 2 « La séparation rigide de signification et de dénotation n’est pas toujours possible ni désirable » (...)

1Les discours scientifiques – qui ont pour finalité de contribuer à l’élaboration des savoirs, donc à l’amélioration de la connaissance de l’univers – et les dis- cours techniques – qui ont pour mission de permettre l’utilisation de ces savoirs et de concourir à leurs applications concrètes – semblent constituer, du point de vue de l’observation d’une (éventuelle) influence exercée par la référence sur la construction du sens, des exemples privilégiés. C’est pourquoi on s’intéressera notamment aux actes de dénomination de caractère institutionnel qui, établissant un lien référentiel stable entre un élément du monde et un élément linguistique, témoignent de l’avancée des connaissances et sont susceptibles de participer à la construction et/ou à la modification des représentations verbales du réel et de ce fait à l’enrichissement de la langue1. Aussi est-on amené à se demander si la visée pragmatique, voire utilitariste, qui caractérise ces productions discursives exerce une influence telle que la distinction entre sens et référence dont G. Frege (1971) a pour- tant démontré la validité opératoire – pourrait dans ce contexte être considérée comme non pertinente. Autrement dit, le fonctionnement sémantique des unités lexicales en usage dans les discours spécialisés remet-il en cause, comme l’envisage R. Kocourek2, la frontière entre signification et dénotation et par conséquent la nécessité de dissocier au niveau linguistique le signifié de la valeur référentielle du signe ? Afin d’examiner cette marginalité linguistique prêtée aux termes scientifiques et techniques, nous porterons une attention particulière aux lexèmes polysémiques qui sont pourvus d’une acception « ordinaire » et d’une acception « technique ».

1. Particularité(s) sémantique(s) des termes scientifiques et techniques

2Partant du constat que le novice se heurte fréquemment à l’opacité du discours de l’expert, on peut se demander si cette difficulté d’appréhension du sens est corrélable à la méconnaissance de l’univers référentiel convoqué ou à un déficit de compétence linguistique ou encore à un fonctionnement sémantique original des unités lexicales constitutives des vocabulaires spécialisés. C’est en faveur de cette dernière hypothèse que se sont prononcés plusieurs linguistes tels que L. Guilbert (1973 : 9) : « Notre recherche consiste ici […] à propos des termes scientifiques et techniques, à nous demander s’ils n’ont pas leur manière particulière de signifier » ou P. Lerat (1995 : 23), qui considère que : « La double nature des termes (mots et expressions d’une langue, mais en même temps dénominations de notions) brouille les frontières saussuriennes entre linguistique immanente et linguistique externe ».

3Ces incitations à traiter comme un signe particulier le vocable pourvu du statut de terme trouvent leur justification dans le sentiment d’étrangeté ressenti par tout locuteur candide au contact d’énoncés spécialisés qui lui paraissent simultanément familiers et abscons. En effet, quel que soit le degré de complexité intellectuelle de l’objet discursif ou de l’univers référentiel actualisé – qu’il s’agisse de recette de cuisine ou de théorie mathématique –, le non-initié est confronté à des éléments linguistiques connus dont il lui est difficile, voire impossible dans certains cas, de saisir le sens particulier. Ainsi, lorsqu’un cuisinier explique à un novice que pour fabriquer une andouillette : « il faut que le charcutier ait gratté puis raidi les chaudins, qu’il ait coulé le menu de bœuf pour embosser les brasses puis qu’il les ait refourrées avec de la robe et réglées dans du bouillon » (Dupret, 1995 : 8), il plonge son interlocuteur dans un abîme de perplexité plus grand que s’il usait d’une langue étrangère ; car ce dernier éprouve l’impression diffuse d’être en présence d’un système lexical et syntaxique usuel tout en prenant conscience de son incapacité à interpréter l’énoncé.

4De cette situation paradoxale fort inconfortable naît le désir de déterminer la nature de l’obstacle. Les verbes gratter, raidir, couler, régler sont d’usage commun et identifiables en tant que verbes correspondant à des actions ; une analyse morphosémantique, même empirique, permet un décodage approximatif de embosser et refourrer ; les noms menu, brasse, robe ne relèvent pas a priori d’un vocabulaire savant, seul le terme chaudins n’est pas employé couramment – si l’on utilise comme critère les nomenclatures des dictionnaires de langue, tels que le Trésor de la Langue française. De ce fait, l’hypothèse concernant le rôle opacifiant du recours à une morphologie inusuelle ou à une structure syntaxique atypique ne peut être retenue.

5Toutefois dès que l’on tente de combiner syntagmatiquement les sens habituellement associés à chacune de ces unités, dès que l’on examine les cotextes, on s’aperçoit, soit grâce à des indices syntaxiques – par exemple, le syntagme avec de la robe qui attribue à robe le statut de nom massif – soit à cause de schémas associatifs fondés sur l’expérience, que les vocables usités ne sont pas dotés du sens courant – si des énoncés tels que couler le ciment ou couler des jours heureux sont facilement interprétables par tout locuteur francophone, couler le menu de bœuf demeure énigmatique pour le profane. Le fait que le sens du vocable soit partiellement conditionné par le cotexte tend à confirmer que, de ce point de vue également, le terme fonctionne comme toute unité lexicale.

6Notre exemple montre que dans certains cas la difficulté d’accès au sens n’est pas induite par une procédure morphologique complexe ni par une construction syntaxique débridée (même si elle témoigne d’usages originaux), et que le cotexte signale la nécessité de se libérer des habitudes associatives préalables concernant le rapport forme/sens ; nous avons affaire ici à des emplois particuliers d’unités lexicales ordinaires engendrant des acceptions spécifiques. Si l’observation de l’énoncé cité page précédente a permis de localiser les manifestations effectives de la spécificité, elle ne permet en aucun cas de décrire les éléments constitutifs de cette spécificité, ni d’expliciter le processus qui la génère et encore moins d’« expliquer la relation entre un mot donné et les objets, idées, actions auxquels ce mot peut s’appliquer », ce qui, d’après L. Tracy (1997 : 72), représente un des objectifs de la sémantique.

2. Spécificité fonctionnelle ou institutionnelle ?

7Constater que le contexte d’énonciation et le cotexte conditionnent de manière interactive l’interprétation d’un terme – contribuant ainsi à la sélection des traits sémantiques actualisés par l’énoncé – renvoie à la problématique plus générale de l’articulation langue/discours, lexème/vocable sur laquelle repose la dichotomie polysémie vs homonymie (voir la première partie). Il n’est pas évident, cependant, que le récepteur non spécialiste disposant des données contextuelles et cotextuelles soit à même de saisir que refourrer avec de la robe corresponde à glisser la préparation dans un boyau fin et transparent – c’est-à-dire que robe soit l’équivalent de ce que le vulgum pecus appelle peau (comme dans la peau du saucisson). L’énoncé paraphrastique pose lui-même un problème d’interprétation, car il met en évidence un emploi particulier : on s’attendrait, en effet, vu l’équivalence proposée entre refourrer et glisser à refourrer dans la robe, or on a refourrer avec de la robe.

  • 3 Dont G. Kleiber rappelle les fondements théoriques (1997 : 26) dans les termes suivants :« Les tena (...)
  • 4 En effet, un même référent peut faire l’objet de désignations diverses sans que les désignateurs so (...)
  • 5 Glose extraite du Livre du charcutier rédigé par M. Poulain et J.-C. Frentz, paru aux éditions J. L (...)

8Afin d’éclairer notre lecteur sur cet énoncé opaque, nous avons adopté ce qu’on pourrait appeler, à titre d’hypothèse, une démarche référentialiste en décrivant l’objet, c’est-à-dire en indiquant la matière dont est faite la robe (boyau) et en précisant son apparence (fin et transparent). En outre les tenants du sens différentiel3 sont susceptibles de considérer qu’en substituant à robe le mot (d’usage ordinaire) peau sans expliciter l’écart sémantique dont témoigne la construction syntaxique (nom massif), nous étayons notre explicitation par un argument qui repose sur une coréférentialité potentielle, lequel est insuffisant pour décider de la synonymie des deux lexèmes4. Confronté, toutefois, à l’incompréhension du profane, on est tenté de se demander si l’identification de ce que désigne robe, de son référent, ne pourrait pas contribuer à l’appréhension du sens du mot. Or, pour le charcutier, qui n’ignore pas que « la partie blanche et droite du gros intestin du porc »5 servait à fabriquer la robe, le concept robe est associé d’abord et surtout à l’opération (dite) d’emballage.

  • 6 Dont les résultats ont été exposés lors d’un Colloque international qui s’est déroulé à l’universit (...)
  • 7 « Pour le praticien le jus ne peut se définir que par opposition à l’ensemble fond-potage-sauce, ce (...)

9Une enquête sur les Difficultés linguistiques des jeunes en formation professionnelle courte6 menée auprès d’enseignants de technologie – officiant dans des Lycées Professionnels (LP) et des Centres de Formation d’Apprentis (CFA) – a fait apparaître un problème similaire (voir Cusin-Berche, 1995) : certains termes techniques considérés comme non compris des élèves sont, d’après leurs enseignants, susceptibles d’être utilisés à bon escient pour désigner l’objet en question. Ainsi, les professeurs de charcuterie estiment que le mot ‘jus’, par exemple, n’est compris que par moins de la moitié des élèves, mais qu’il est utilisé par tous souvent de manière adéquate ; ce constat paradoxal nous amène à envisager que les élèves concernés disposent d’une compétence référentielle qui leur permet de montrer ou de reconnaître un jus, d’associer le vocable à un élément du monde, mais qu’ils sont dans l’incapacité d’accéder au concept ‘jus’.7

10On peut, en outre, se demander si la prise en compte quasi instinctive, lorsqu’il s’agit d’objets concrets, d’un lien référentiel ne constitue pas, dans certains cas, un obstacle dans le processus de construction d’un sens (nouveau ou inconnu du récepteur), car, comme le démontre de manière pertinente D. Leeman (1997), on ne peut prédire les emplois des mots, ni leur interprétation à partir du référent.

  • 8 Processus qui peut intervenir également dans la construction du sens prototypique.
  • 9 Voir note 53, p. 47.
  • 10 « La présence du référent, sa tangibilité, le rend très séduisant, et il devient par défaut un élém (...)

11En l’occurrence, il est envisageable que ce soit l’importance accordée à l’association du mot robe à l’objet particulier vêtement8, qui nuise à l’appréhension du signifié de puissance9, c’est-à-dire que le locuteur non averti serait victime de la « séduction »10 exercée par la tangibilité du référent. Cependant, une fois initié, celui- ci sera amené soit à privilégier les termes génériques (vêtement/boyau) qui renvoient à des catégories d’objets différents et considérera alors qu’il a affaire à des homonymes ; soit à valoriser la dimension sémantique par la mise au jour des sèmes communs (résumables grossièrement par enveloppe extérieure) actualisés par les deux emplois, ce qui le conduira à envisager le lexème en question comme bénéficiant d’une pluralité d’acceptions, plus que d’une pluralité de sens.

  • 11 « La prétendue spécificité des lexiques techniques se situe davantage dans la spécificité de la cho (...)
  • 12 Voir note 54, p. 47.

12C’est pourquoi il paraît utile de vérifier si le sens attesté d’un terme correspond à « l’actualisation et [à] la spécification arbitraire des propriétés sémantiques prédictibles » du lexème – pour paraphraser D. Corbin11 – ou s’il doit être corrélé à un fonctionnement linguistique particulier, comme l’envisagent les partisans d’une sémiogenèse du nom, qui excluent de leur champ d’investigation la désignation technique (dans l’exemple traité, il s’agit de élément 79 désignant l’or) qui est, d’après P. Cadiot et F. Nemo (1997 : 26),» exacte en termes de PI [propriétés intrinsèques12] [mais] n’a pas grand-chose à voir avec le sens du nom […] le rapport à l’objet qu’elle suppose étant beaucoup trop spécifique. »

  • 13 « Les termes sont descriptibles selon les modes d’analyse linguistique, comme tout mot ou toute sui (...)
  • 14 Voir note 15, p. 56.

13Nous retrouvons là les positions défendues par L. Guilbert et P. Lerat, auxquelles nous avons fait allusion précédemment, le premier estimant que la manière de signifier des termes scientifiques et techniques implique la priorité du référentiel sur le morphologique, et le second considérant que le terme est une unité lexicale qui ne se distingue des autres mots que par son fonctionnement sémantique, parce que sa définition est conventionnelle13. Ces deux points de vue se rejoignent dans la mesure où ils soulignent que la relation établie entre le mot, qui a accédé au statut de terme, et sa définition est davantage conventionnelle que compositionnelle et par là même accordent au lien référentiel une place privilégiée dans le processus de construction du sens. Ces suggestions appellent plusieurs remarques. D’une part il existe en français un certain nombre de mots non complexes et non construits14, qui peuvent être ou ne pas être des termes scientifiques ou techniques – ou encore avoir un double statut comme souris, fenêtre– pour lesquels l’analyse morphologique est par essence non pertinente ; seule une glose étymologique qui fera apparaître un processus d’emprunt plus ou moins ancien (pour nos deux derniers exemples, il s’agit d’emprunts au latin) serait susceptible d’apporter un éventuel éclaircissement sur leur sens. Les définitions de ces unités lexicales – qui se distinguent des autres par le fait qu’on ne peut leur attribuer une interprétation sémantique conforme à leur structure morphologique – ne sauraient être que conventionnelles, qu’il s’agisse de vocables spécialisés ou de mots ordinaires. Si nous examinons, en effet, les définitions fournies par le Nouveau Petit Robert (1994) à propos de fenêtre, pour reprendre un des deux exemples cités ci-dessus, il paraît difficile d’attribuer un degré de conventionnalité moins important à la définition réputée « ordinaire » : « 1. Ouverture faite dans un mur, une paroi pour laisser pénétrer l’air et la lumière » qu’à la définition dite « spécialisée », annoncée par la mention du domaine :» 4. INFORM. Partie de l’écran d’un ordinateur, de forme rectangulaire, à l’intérieur de laquelle se trouvent des informations relatives à une tâche donnée ».

14En effet, le degré de motivation susceptible d’éclairer la relation entre la forme et les sens, eux-mêmes suggérés par les énoncés définitoires, ne paraît pas plus important dans un cas que dans l’autre. Le concept, désigné par le syntagme « définition conventionnelle », semble donc ne pas s’inscrire dans une problématique strictement linguistique réactivant le débat sur l’arbitraire du signe, mais acquérir de la pertinence dans un cadre énonciatif d’ordre sociologique. R. Martin (1990 : 86-87), précisant que « la définition conventionnelle délimite conventionnellement le sens, par nature vague, des mots du langage ordinaire quand ceux-ci sont voués à un usage technique », et opposant ce type de définition à ce qu’il appelle la « définition naturelle » qui serait « descriptive et non pas stipulatoire », confirme le caractère extralinguistique des critères constitutifs de la conventionnalité, dans la mesure où sont pris en considération, comme éléments discriminants, le contexte énonciatif (« usage technique ») et la visée énonciative (« stipulatoire »).

  • 15 « Dans un sens large, la définition naturelle est, sans plus, celle des mots du langage ordinaire, (...)

15C’est donc en vertu de l’aspect injonctif de l’acte définitoire, lié au statut du définisseur, et éventuellement de la nature des objets définis15, et non en fonction des traits sémantiques actualisés par le vocable, qu’on attribuerait la qualité de conventionnelle. Ainsi, les deux définitions de fenêtre appartiendraient à cette catégorie bien qu’elles soient descriptives, parce qu’elles sont rédigées par un lexicographe et qu’elles concernent des objets non naturels ; pourtant fenêtre 1 ne sera pas spontanément classé par un francophone parmi le vocabulaire spécialisé. Il nous semble donc que, sans invalider la dimension conventionnelle, parler de définition institutionnelle permettrait de rendre compte plus précisément du caractère sociodiscursif de la dénomination terminologique, qui fait généralement l’objet d’un acte de baptême et est accompagnée, à cette occasion, d’un énoncé définitoire. Cependant, que le mode de promulgation d’un terme diffère de celui d’un néologisme ordinaire n’implique pas que l’unité lexicale spécialisée puisse être étrangère au système linguistique et sémantique en vigueur.

3. L’analyse morphosémantique est-elle inopérante ?

16D’autres termes se prêtent, comme la majorité des lexèmes, à une analyse morphologique compositionnelle. Ainsi, puisant notre corpus dans le Dictionnaire de l’informatique (Morvan, 1996), on remarque l’emploi terminologique de mots complexes et construits, pour les uns déjà intégrés à l’usage ordinaire mais pourvus d’un sens particulier au sein du domaine – tels que assembleur (construit sur le modèle de remorqueur, planeur, etc. à partir de la base verbale assembl-, complétée par le suffixe

  • 16 Logiciel est apparu en 1970, fabriqué à partir de la base logique à laquelle on a ajouté le suffixe (...)
  • 17 lnformatique néologisme introduit en 1962 par P. Dreyfus et construit à partir des mots informa(tio (...)

17-eur), éditeur (édit- + -eur) – ou des mots forgés pour le domaine, tels que interpréteur. Sans omettre des constructions plus complexes qui, étymologiquement, se présentent comme des mots-valises (composition et troncation), et dont les syllabes finales finissent par s’inscrire dans le système comme des suffixes productifs ; c’est le cas par exemple de progiciel16, didacticiel, ludiciel forgé sur logiciel, lui-même construit, dans une perspective antonymique, à partir de matériel, ou encore de domotique, bureautique, monétique, productique, robotique, construits à partir d’informatique17 (voir Reboul, 1994). Ces quelques exemples montrent que les dénominations techniques mettent en œuvre les règles morphosémantiques en vigueur dans l’usage ordinaire : l’assembleur assemble, l’éditeur édite, l’interpréteur interprète – comme l’aspirateur aspire et l’émetteur émet –, le ludiciel est un logiciel destiné à un jeu, le didacticiel un logiciel destiné à l’enseignement, la bureautique est une application informatique pour les travaux de bureau, la monétique est une application informatique pour les moyens de paiement, etc.

18Dans la mesure où nous sommes ici confrontés à des dénominations, une approche pragmatique nous amène à privilégier la formule : « Qu’est-ce qu’un assembleur ? », aux dépens de l’interrogation plus linguistique : « Que signifie ‘assembleur’ ? », bien que celle-ci demeure essentielle pour le lexicologue, puisqu’elle suppose l’insertion de l’acception spécialisée dans la configuration sémantique du lexème.

19Si, pour obtenir une réponse en relation avec ces questions, on se reporte aux gloses définitoires fournies par le Trésor de la Langue française, on trouve en

  • 18 « De plus en plus, en raison du passage d’un nombre important de termes spécialisés dans la langue (...)

20« I.A.l. » un énoncé fondé sur la motivation, qui indique le sens du mot, et de ce fait relève d’une démarche linguistique « Celui ou celle qui assemble », et en « II », précédée d’une mention du domaine, une définition qui sans être encyclopédique a un caractère terminologique18, c’est-à-dire s’attachant à décrire la chose : « Programme écrit spécialement pour un ordinateur déterminé et qui permet de traduire les instructions mnémoniques en instructions numériques et aussi [de] les ordonner. »

  • 19 On trouve le même type de glissement référentiel à propos de éditeur, serveur, compilateur, lecteur (...)
  • 20 Contrairement à ce que L. Guilbert suggère (voir supra).

21Cet exemple est assez représentatif de l’inscription du vocabulaire informatique au sein du système linguistique19, car ce qui distingue le plus nettement l’assembleur informatique de l’assembleur défini précédemment, c’est la nature du référent : dans le premier cas assembleur désigne un outil et dans le second (« celui ou celle qui ») un humain. En revanche, les signifiés peuvent être considérés comme identiques (X qui fait l’action exprimée par le verbe assembler) puisque tous deux ont pour mission d’assembler, que ce soit l’être humain ou le programme ; ce dernier assemblant les instructions mnémoniques aux instructions numériques dans la perspective de substituer les premières aux secondes. Donc le terme scientifique et technique, comme toute unité lexicale complexe, n’est pas totalement dépourvu de motivation20, mais l’approche morphologique se révèle malgré tout insuffisante tant pour saisir le concept spécifique que pour reconnaître le référent particulier. Le suffixe -eur ajouté à une base verbale indique, certes, l’agent qui fait l’action décrite par la base, mais il est utilisable pour désigner un agent humain ou un agent non humain. On pourrait donc considérer que ce suffixe est assorti d’un signifié stable au sein duquel la caractérisation référentielle est neutralisée, ce qui tendrait à prouver que la référence est dissociable du sens. Toutefois, les partisans de l’analyse componentielle appréhenderont l’opposition humain/non humain comme un trait sémantique pertinent et non comme un indice référentiel.

  • 21 « 12595 programmathèque, n. f. Domaine : télédétection. Définition : 1 Ensemble organisé de pro- gr (...)

22Nous interrogeant sur l’efficacité de l’analyse morphologique de type compositionnel pour accéder au sens d’un terme, nous aurions pu démontrer également que cette approche est parfois susceptible de se révéler trompeuse. À titre d’exemple, on peut évoquer le mot d’origine savante bibliothèque et son dérivé bibliothécaire, construits l’un et l’autre sur la base biblio- mettant en valeur livre. Lorsque ces lexèmes furent intégrés dans le vocabulaire informatique, le lien référentiel au livre dans sa matérialité disparut, bibliothèque désignant un ensemble de programmes précompilés mis à la disposition des programmeurs et bibliothécaire un programme chargé de la gestion des bibliothèques d’un système d’exploitation. Toutefois demeurent l’idée d’un ensemble de supports d’information ainsi que la relation opérationnelle entre le bibliothécaire et la bibliothèque. Cela tend à prouver qu’une analyse morphosémantique d’un terme peut contribuer à l’appréhension du signifié si l’on se dégage du lien référentiel initial, comme pour tout emploi dit métaphorique d’un mot « ordinaire » – bien qu’il eût été préférable, en l’occurrence, d’utiliser le mot programmathèque21.

4. L’impact référentiel

23Peut-on, dès lors, envisager que, conformément aux propos de L. Guilbert, la manière de signifier d’un terme implique une priorité référentielle, ou doit-on considérer que, plus précisément, c’est la manière de définir qui donne une priorité à la dimension référentielle, elle-même motivée par le souci de faciliter l’identification de ce dont il s’agit, condition nécessaire à l’exécution d’une consigne – comme un illustre visiteur de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) s’en est aperçu, à ses dépens, lorsqu’on l’a invité à utiliser « la souris » pour obtenir des informations. Le problème d’incompréhension du message n’étant pas ici lié à la difficulté d’associer un référent (contrairement aux chaudins rencontrés précédemment), mais à l’impossibilité d’identifier, parmi ceux dont il disposait, celui qui convient, du fait de l’ignorance de son existence. Cet exemple caricatural a une vertu : il illustre le problème de la dénomination dans son aspect le plus trivial, puisqu’il s’agit du nom d’un objet tangible et non du nom d’un concept ou d’une notion, et que le mot choisi pour dénommer est un mot simple. Ainsi surgit la difficulté de définir le sens d’un vocable à valeur dénominative s’appliquant à un objet concret sans avoir recours à des traits référentiels (qui décrivent la chose), comme le prouve la glose définitionnelle fournie par le Nouveau Petit Robert :

« 4. Boîtier connecté à un terminal ou à un micro-ordinateur, que l’on déplace sur une surface plane afin de désigner un point sur l’écran de visualisation et d’agir sur lui ».

  • 22 Voir note 21, p. 35.

24Les unités lexicales utilisées pour la rédaction de ce quatrième énoncé définitoire contribuent à mettre en valeur la dimension homonymique de souris (occultation de tout sème commun), laquelle n’est pas assumée d’un point de vue formel par les lexicographes qui ne dégroupent pas l’article consacré à cet item en fonction de l’acception informatique (omettant même de fournir une indication de domaine). Ils suggèrent par cette disposition que cette dernière a un lien sémantique avec le sens dit premier (« 1. Petit mammifère rongeur (muridés), voisin du rat, dont l’espèce la plus répandue, au pelage gris, cause des dégâts dans les maisons »), ce que l’explication de type étymologique – recours au calque22 (formation très productive dans le vocabulaire informatique) – ne justifie nullement, mais permet d’occulter provisoirement.

  • 23 M. Paillard suggérait glissette.
  • 24 Consacré par un Arrêté du 30 mars 1987, lui-même publié au Journal Officiel du 7 mai 1987.

25Il est évident que, si ce nouvel usage de souris est apparu, c’est parce qu’il correspondait à la nécessité de dénommer un nouvel objet, c’est-à-dire qu’il répond à une stimulation extérieure à la langue. Toutefois le fait que ce soit souris sur lequel l’inventeur ait jeté son dévolu, et non par exemple *mobilette (qui pourrait évoquer la petitesse et la mobilité de l’objet en question) ou tout autre mot forgé pour la circonstance23, met au jour une problématique d’ordre linguistique puisque la nouvelle acception s’insère dans une configuration sémantique préalablement établie qu’elle modifie inéluctablement. Ce qui revient à dire que le lexème – l’unité lexicale de la langue – ne ressort pas indemne de ce nouvel emploi.24

  • 25 « Dispositif de dialogue que l’on déplace sur un plan horizontal et qui permet de déplacer un symbo (...)
  • 26 Nous revenons ici sur le caractère prototypique parce que souris au sein de notre propos ne figure (...)

26Pourquoi D. Engelbart, l’inventeur de ce « dispositif »25, a-t-il choisi ce terme (certes, dans sa version anglaise) plutôt qu’un autre ? Y avait-il dans le sémème de souris établi préalablement un – voire des – sème(s) favorisant l’actualisation de cette pluriréférentialité, qui a incontestablement une incidence sur la représentation sémantique du lexème puisqu’elle implique l’invalidation de traits considérés antérieurement comme prototypiques26 tels que ‘animé’ ?

27On voit donc que l’examen des discours techniques favorise la mise au jour de deux processus distincts et interactifs : la construction de la dénomination qui s’inscrit dans un cadre référentiel et se manifeste linguistiquement par l’émergence d’un néologisme (formel ou sémantique), et la construction ou la reconstruction (lorsqu’il s’agit d’un nouvel usage) du signifié de puissance du lexème, opération qui est le corollaire de l’intégration du néologisme dans le système linguistique. Ainsi le fait que notre ingénieur éprouva le désir de dénommer son instrument souris parce que

  • 27 M. Alberganti, « L’homme qui a inventé la souris sort de l’ombre », Le Monde du 24 avril 1997.

28« le fil qui sort de la boîte rappelle la queue de l’animal »27 – alors que « la boîte métallique munie de deux roues disposées à angle droit » ressemblait, dans les premiers temps, fort peu à l’animal qui porte ce nom – et que, sous l’influence de la parenté établie par le nom, l’objet en question devint de plus en plus ressemblant, démontre l’interaction constante entre univers cognitif (en tant que représentation mentale préétablie), référentiel (correspondant aux éléments tangibles du réel) et linguistique (en tant que systèmes de signes permettant d’accéder à une représentation du réel).

  • 28 Si l’on consulte, à titre d’exemple, le Robert électronique, on voit qu’une calculatrice de poche e (...)

29En définitive, tous les exemples évoqués jusqu’à présent tendent à prouver que l’actualisation en discours d’un nouveau lien référentiel voué à la stabilité est susceptible d’exercer une influence sur la perception de la configuration sémantique du lexème ; ainsi assiste-t-on à une réorganisation, à un réaménagement qui permet de dégager les sèmes inhérents, qui, par exemple, pour souris ne comprendraient plus ‘animé’ mais sans doute ‘petitesse’, ‘mobilité’, ‘furtivité’, etc. Cependant, il faudrait éviter d’en déduire mécaniquement que le référent influe directement et constamment sur le sens sinon les phénomènes de pluriréférentialité et de coréférentialité seraient réductibles aux phénomènes linguistiques d’homonymie et de synonymie. Or, nous avons vu, par exemple, que éditeur, qu’il désigne un homme ou un programme informatique, conserve le même sens : X qui édite. Par ailleurs, hormis l’exemple célèbre de l’étoile du soir et de l’étoile du matin qui illustre la distinction entre coréférentialité et synonymie, on peut, de façon plus prosaïque, constater que si calculette et calculatrice28 désignent le même objet le sens induit n’est pas strictement identique puisque morphologiquement calculette souligne la petitesse et calculatrice la capa- cité à effectuer un calcul.

30L’examen d’unités lexicales polysémiques dont une des acceptions est réputée spécialisée tend à démontrer que, si le sens scientifique ou technique demeure partiellement abscons pour le novice, la difficulté de compréhension éprouvée par ce dernier ne peut être imputée à un fonctionnement linguistique marginal du vocable. Il semble, en effet, qu’une unité lexicale polysémique employée dans un contexte spécialisé soit susceptible de signifier autre chose, c’est-à-dire de s’écarter du sens prototypique, sans pour autant signifier autrement. La prédominance de l’aspect référentiel, envisagée par L. Guilbert, ne peut être, à notre avis, considérée comme une caractéristique linguistique du terme scientifique et technique mais plutôt comme une caractéristique déterminante de la communication savante ou plus précisément de la représentation que l’on s’en fait.

  • 29 Nouveau Petit Robert (1994 : 899).

31Ainsi l’existence d’un interstice différentiel entre sens et référence ne peut être remise en cause à propos du seul vocabulaire spécialisé, mais elle se pose avec une acuité particulière dès que l’on a affaire à des mots simples (morphologiquement) qui ont pour fonction de dénommer des objets concrets ; car l’explicitation du sens du vocable passe par l’énumération de traits descriptifs concernant la chose (par exemple : un fauteuil est un siège à dossier et à bras, à une seule place29), lesquels ont une vertu classificatoire, c’est-à-dire qu’ils participent à l’organisation de la représentation du réel dont la langue témoigne.

Notes

1 La question de la référence au monde, cette “exigence désignatrice” des discours spécialisés, n’est plus inscrite dans une perspective strictement terminologique. Elle s’inscrit dans une perspective soit sémantique et cognitive (en termes de prototype, de processus ou de représentation), soit communica- tive » (Moirand, 1994b : XVII).

2 « La séparation rigide de signification et de dénotation n’est pas toujours possible ni désirable » (Kocourek, 1991 : 177).

3 Dont G. Kleiber rappelle les fondements théoriques (1997 : 26) dans les termes suivants :« Les tenants du paradigme différentiel prônent, à la suite de Saussure, un sens relativiste, autonome, détaché de la référence et de la réalité : les signifiés sont purement différentiels, définis non pas positivement par leur contenu, mais négativement par leurs rapports avec les autres unités du système et leur plus exacte caractéristique est d’être ce que les autres ne sont pas (F. de Saussure, 1972 : 162) ».

4 En effet, un même référent peut faire l’objet de désignations diverses sans que les désignateurs soient synonymiques; par exemple, dans un énoncé tel que : J’ai consulté un médecin… Ce charlatan m’a prescrit de la poudre de perlimpinpin, charlatan fonctionne bien en discours comme anaphorisant de médecin mais on ne peut établir pour autant une équivalence sémantique en langue entre médecin et charlatan (ne serait-ce que parce que tout charlatan n’est pas médecin et tout médecin n’est pas charla- tan).

5 Glose extraite du Livre du charcutier rédigé par M. Poulain et J.-C. Frentz, paru aux éditions J. Lamores en 1989, et reproduite par F. Dupret (1995 : 104). On notera que ce dernier précise qu’aujour- d’hui il s’agit le plus souvent de boyaux artificiels, ce qui tendrait à montrer que boyau désignant la matière première aurait pu être considéré comme une propriété intrinsèque, mais est devenu une pro- priété extrinsèque (voir note 54, p. 47, à propos des propriétés intrinsèques (PI) et des propriétés extrin- sèques (PE)).

6 Dont les résultats ont été exposés lors d’un Colloque international qui s’est déroulé à l’université Paris X-Nanterre, les 19, 20 et 21 décembre 1994 (voir Anis et Cusin-Berche, éds, 1995).

7 « Pour le praticien le jus ne peut se définir que par opposition à l’ensemble fond-potage-sauce, ces derniers étant susceptibles d’être “liés” – par l’ajout d’un “élément de liaison” (amidon, fécule, jaune d’œuf, etc.) –, alors que l’absence de cette opération semble constitutive de la notion de jus, puisqu’il est présenté, par un des glossaires, dans les termes suivants : “Tout liquide aromatique sans liaison” » (Cusin-Berche, 1995 : 49).

8 Processus qui peut intervenir également dans la construction du sens prototypique.

9 Voir note 53, p. 47.

10 « La présence du référent, sa tangibilité, le rend très séduisant, et il devient par défaut un élément de la signification du mot qui le désigne » (Tracy, 1997 : 70).

11 « La prétendue spécificité des lexiques techniques se situe davantage dans la spécificité de la chose désignée que dans celle du mot qui la désigne, dont le sens attesté représente l’actualisation et la spécialisation restrictive arbitraire des propriétés sémantiques prédictibles » (Corbin, 1987 : 390).

12 Voir note 54, p. 47.

13 « Les termes sont descriptibles selon les modes d’analyse linguistique, comme tout mot ou toute suite de mots : on peut les répartir en classes grammaticales, leur assigner une fonction syntaxique et une distribution, les conjuguer ou les décliner, évaluer leur orthographe et leur prononciation, bref les soumettre au régime commun à une différence près, la sémantique, puisque leur définition est conventionnelle » (Lerat, 1995 : 26).

14 Voir note 15, p. 56.

15 « Dans un sens large, la définition naturelle est, sans plus, celle des mots du langage ordinaire, c’est- à-dire la définition d’objets naturels […] Dans un sens plus restreint, la définition naturelle est non seule- ment une définition d’objets naturels, mais encore une définition formulée par les locuteurs eux-mêmes et non par le technicien qu’est le lexicographe » (Martin, 1990 : 86-87).

16 Logiciel est apparu en 1970, fabriqué à partir de la base logique à laquelle on a ajouté le suffixe -iel. Progiciel est un néologisme créé en 1973 par J.E. Forge, à partir des mots pro(duit) et (lo)giciel. Didacticiel a été formé en 1979 sur didacti (que) et (logi)ciel. Ludiciel qui date de 1980 est construit à par- tir de ludi (que) et (logi)ciel ; d’après le Dictionnaire de l’informatique.

17 lnformatique néologisme introduit en 1962 par P. Dreyfus et construit à partir des mots informa(tion) et (automa)tique. Productique apparu en 1979, proposé par Philips Data System, construit à partir de produc(tion) et du suffixe -tique d’informatique, qui désigne des applications. Monétique crée en 1982 par la société Sligos, à partir de moné(taire). Bureautique forgé en 1976 par L. Nauguès, à partir de bureau. Domotique forgé en 1982, à partir de la base latine domus. Robotique créé en 1975, à partir de robot (d’après Morvan, 1996).

18 « De plus en plus, en raison du passage d’un nombre important de termes spécialisés dans la langue générale, les dictionnaires de langue les plus orthodoxes réservent une large part aux termes techniques, scientifiques, et sont amenés à proposer des définitions terminologiques » (de Besse, 1990 : 259).

19 On trouve le même type de glissement référentiel à propos de éditeur, serveur, compilateur, lecteur, moniteur, pointeur, etc.

20 Contrairement à ce que L. Guilbert suggère (voir supra).

21 « 12595 programmathèque, n. f. Domaine : télédétection. Définition : 1 Ensemble organisé de pro- grammes de calculateurs accompagnés des documents explicatifs permettant leur emploi par des per- sonnes autres que leurs auteurs. 2. Lieu où sont conservés ces programmes » (Délégation Générale à la Langue Française, 1993 : 231).

22 Voir note 21, p. 35.

23 M. Paillard suggérait glissette.

24 Consacré par un Arrêté du 30 mars 1987, lui-même publié au Journal Officiel du 7 mai 1987.

25 « Dispositif de dialogue que l’on déplace sur un plan horizontal et qui permet de déplacer un symbole lumineux sur l’écran d’un visuel » (Dictionnaire de l’informatique : 253).

26 Nous revenons ici sur le caractère prototypique parce que souris au sein de notre propos ne figure qu’à titre d’illustration, alors qu’une monographie consacrée à ce mot nécessiterait de prendre en compte d’autres acceptions moins fréquentes, souvent obsolètes, que le Dictionnaire historique de la langue française (1992 : 1996) mentionne : « Dès les premiers emplois, le mot entre dans des locutions figurées […] où les caractères de la souris (discrétion, petitesse) sont mis en jeu. […] Par analogie de forme avec le corps de la souris le mot s’est employé comme le latin mus, désignant la partie charnue du bras. […] Par référence à la discrétion de la souris ou à son activité de rongeur qui cause des ravages, le mot s’emploie aussi en parlant de personne ».

27 M. Alberganti, « L’homme qui a inventé la souris sort de l’ombre », Le Monde du 24 avril 1997.

28 Si l’on consulte, à titre d’exemple, le Robert électronique, on voit qu’une calculatrice de poche est une calculette et qu’une calculette est une calculatrice de poche… On pourrait considérer, du fait de la présence d’un syntagme modificateur, que calculatrice est l’hyperonyme de calculette (toute calculette est une calculatrice), mais comme il n’existe pas de calculatrice qui ne soit pas de poche, nous sommes bien en présence de dénominations totalement concurrentes.

29 Nouveau Petit Robert (1994 : 899).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540