Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Les mots dans l’entreprise et les textes de spécialité

Lorsque l’agent devient un acteur…

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « L’agent peut-il verbaliser l’acteur ? Actualisation discursive et potentialités linguistiques », dans Langue française n° 103, p. 80-90, Larousse, Paris, 1994.

Texte intégral

Que Danielle Leeman et Marie-Françoise Mortureux soient remerciées pour leur relecture attentive.

1Tout usager de la langue, un tant soit peu scrupuleux, face à une unité lexicale inconnue ou à un emploi méconnu, consulte un dictionnaire pour tenter d’accéder à la compréhension du mot et/ou de la chose. Outil incontournable, celui-ci ne donne pourtant pas toujours entière satisfaction. En effet, la définition lexicographique, élaborée à partir des usages discursifs les plus courants, de prescriptive est devenue descriptive, mais n’est pas encore parvenue à la dimension prospective, parce qu’elle ne rend pas compte des opérations présidant à la construction du sens, et qu’elle ne met pas au jour les potentialités linguistiques actualisées dans les discours. Sollicitée par une entreprise publique (EDF) pour effectuer une étude du vocabulaire du management, nous avons été confrontée à l’usage concurrentiel de deux termes, ‘agent’ et ‘acteur’, fréquemment mis en relation de coréférentialité. Afin d’expliciter l’émergence récente de ‘acteur’ dans ce contexte et de déterminer si la commutation discursive ‘agent’/‘acteur’ est justifiable en langue, l’exploration de quatre dictionnaires a semblé utile pour une première approche. Partant du postulat que l’opposition langue/discours a induit la distinction lexique/vocabulaire (voir Mortureux et Petit, 1989), nous considérons que ce dernier n’est jamais qu’une actualisation particulière des potentialités contenues en langue, un usage spécifique mais néanmoins motivé du lexique. Aussi, convaincue qu’il est indispensable d’étudier les différentes occurrences de l’unité lexicale, faisant l’objet de la recherche, au sein d’un corpus réel pour découvrir son identité implicite, nous nous proposons de confronter les discours lexicographiques examinés aux résultats d’une analyse des discours de l’entreprise EDF dans la perspective d’exhumer le sens en langue (dans la ligne de ce qui a été explicité dans la première partie).

1. Analyse des discours lexicographiques

1.1. Les définitions

2À la recherche des traits distinctifs permettant de caractériser différentiellement ‘agent’ et ‘acteur’ et d’expliciter leur présence au sein du vocabulaire d’une entreprise qui par définition ne recrute ni agent de police ni acteur de théâtre, est apparue la nécessité d’examiner deux dictionnaires usuels (dont un de type encyclopédique), pour saisir ce qu’apporte la lexicographie traditionnelle et obtenir une image synthétique de l’entendement commun, ainsi que deux dictionnaires plus spécialisés, qui sont susceptibles de fournir des précisions linguistiques supplémentaires. Ainsi comparerons-nous d’une part les définitions proposées par le Petit Larousse Illustré (1991, désormais PLI), avec celles présentées par le Petit Robert (1991, PR), et d’autre part les articles du Grand Larousse de la Langue française (1971-78, GLLF) dont le format facilite l’intégration de données linguistiques supplémentaires et enfin ceux du Robert Méthodique (1982, RM) qui est structuré à partir des formants lexicaux et non à partir des unités de discours (voir Mortureux, 1991).

Observant en premier lieu les articles concernant ‘acteur’– puisqu’il s’agit de « l’intrus » –, on remarque que le GLLF est le seul à attribuer trois sens à ce mot, les trois autres dictionnaires n’en distinguant que deux. Au sein du domaine artistique, il isole en effet un sens ponctuel (« 1. Personne qui joue un rôle dans une pièce de théâtre ») et un sens habituel (« 2. Personne qui exerce le métier de comédien »). Le RM et le PR, quant à eux, mettent l’accent sur l’aspect professionnel (« 1. Artiste dont la profession est de jouer un rôle à la scène »), alors que le PLI met en valeur l’activité proprement dite (« 1. Artiste qui joue dans une pièce de théâtre »). À travers cet unique exemple, transparaît déjà une légère différence d’ordre aspectuel qui s’articule autour des pôles [± ponctuel], ce trait perdant toute pertinence distinctive à la vue des définitions du GLLF.

  • 1 « La combinaison de l’effacement et de l’addition de sèmes spécifiques (c’est-à-dire la substitutio (...)
  • 2 S= sémème;s= sème; = et ; = ou; = inclus dans; = somme…

3En outre, la bipartition effectuée par les « petits » dictionnaires souligne le contraste entre l’emploi spécifique (« comédien ») et l’emploi non spécifique (équivalent à « protagoniste »), tandis que le GLLF, réservant deux entrées sur trois au domaine artistique, privilégie celui-ci aux dépens du troisième, lequel de surcroît est affublé de l’étiquette « Fig. ». Hormis ces petites divergences d’ordre macrostructurel, les diverses gloses définitionnelles tissent des liens entre les deux, ou trois, sens légèrement différents ; de ce fait la configuration des champs sémantiques esquissés est dissemblable. En effet, dans le GLLF, seul l’archisémème (« Personne ») est commun aux trois acceptions. Si l’on reprend les critères proposés par R. Martin (1983 : 63-75) pour rendre compte des « relations logiques qui lient les définitions d’un même vocable », la relation établie serait de type « polysémie étroite »1 (S3 = S2 = S1 = S) et non comme le laisserait entendre la mention « Fig. », « métaphorique », puisque cette dernière est caractérisée par la non-identité des archisémèmes. De surcroît les formules correspondant à ces trois énoncés définitoires2 :

  • 3 De même le Trésor de la Langue Française, qui qualifie également de sens figuré la seconde accep- t (...)

4Il est notable, en l’occurrence, que le premier archisémème (S1) soit l’hyponyme du second (S2) ; en d’autres termes que l’usage baptisé figuré (par le PR et le GLLF), qui n’est en fait qu’un usage moins fréquent, puisse être présenté par les lexicographes comme secondaire, alors même que cet énoncé définitoire de caractère générique peut inclure la première définition (∑12), et qu’en outre il est davantage motivé morphosémantiquement. Motivation clairement exprimée par le RM qui renvoie au formant de base (« Élément qui signifie “agir 1” ») et suggérée par le biais étymologique dans le GLLF (« lat., actor qui agit »).3

  • 4 Voir note 2, p. 20.

5Quant au PLI, il met en œuvre un troisième type de représentation : comme dans le PR la relation entre les archisémèmes relève de l’hypo/hyperonymie4S1 S:

6Mais ici, dans la mesure où il n’existe aucun sème spécifique commun entre les définitions 1 et 2 (la seule analogie est d’ordre syntaxique : Nom humain + qui + Verbe), l’interprétation diffère des précédentes (∑1 ≠ ∑2). Si le GLLF présente ‘acteur’ comme ayant trois sens unis par une relation de type « polysémie étroite », le PR et le RM comme possédant deux acceptions (la seconde étant plus motivée) liées par une relation de type métaphorique, le PLI tend à effacer la motivation et à montrer que ce mot a deux sens totalement indépendants. Le signifiant constituant le seul élément commun, il ne s’agit plus de polysémie mais d’homonymie.

  • 5 ‘Acteur’ est de ce point de vue semblable à ‘danseur’ comme en témoigne l’analyse de ce dernier fai (...)

7Le mode de désignation varie également d’un dictionnaire à l’autre. Ainsi en dans le PR (en dans le GLLF) il s’agit de désigner une personne par le biais de la profession qu’elle exerce, alors qu’en dans le GLLF, c’est par le type d’occupation à laquelle elle se livre occasionnellement5, tandis qu’en dans le PR (en dans le GLLF) il s’agit de désigner le rôle joué par une personne dans des circonstances étroitement définies. Le premier énoncé définitoire proposé par le PLI occulte le trait professionnel au profit du trait conjoncturel (contrairement au PR) : ainsi l’amateur qui joue occasionnellement dans une pièce a droit à l’appellation ‘acteur’ (comme l’indique le GLLF 1°) et le professionnel en dehors de la scène n’est plus ‘acteur’, mais ‘artiste’ ou ‘comédien’ (ce qui est en contradiction avec le GLLF 2°). La seconde définition du PLI (« Personne qui prend une part déterminante dans une action ») met en relief le fait qu’il ne s’agit pas seulement de « participer activement à une action » (GLLF), mais qu’il faut avoir un rôle prépondérant pour mériter l’appellation ‘acteur’ (trait exprimé dans le PR par l’adjectif important apparaissant dans la définition : « Personne qui prend une part active, joue un rôle important », et grâce à la dichotomie ‘complice’/‘acteur’ mise en œuvre par la citation :» “Acteur ou simplement complice” (Daudet) »).

1.2 Synonymes et antonymes

8Les éléments fournis pour constituer les réseaux sémantiques (antonymes, synonymes, etc.) par les dictionnaires de langue permettent d’opposer ‘acteur’, pour le sens baptisé « figuré », à ‘spectateur’, ‘témoin’ ou à ‘complice’. Dans le premier cas (GLLF :» Contr. : 3. spectateur, témoin ») est mis en valeur l’engagement physique et moral : l’un fait, l’autre regarde ; l’un est actif, l’autre passif, contemplatif ; dans le second (relativement à complice), l’axe actif/passif demeure valide, mais de manière différente puisqu’une gradation intervient, l’un est plus directement impliqué que l’autre. Ces mots désignés par le GLLF comme « Contraires » ne sont, d’ailleurs, pas regroupés dans le PR sous la rubrique pourtant traditionnelle de « Antonymes », sans doute parce qu’ils ne sont pas en relation de disjonction exclusive (si « Luc est acteur » implique que Luc n’est pas spectateur, le fait de ne pas être spectateur n’implique pas le fait d’être acteur). En outre les Robert, n’utilisant qu’exemples ou citations (PR : « “Acteur ou simplement complice” (Daudet). Les acteurs et les témoins de ce drame. » ; RM : « Les acteurs et les témoins de ce drame. Je préfère être acteur que spectateur ») pour exhiber ces dichotomies, suggèrent qu’il s’agit d’oppositions discursives, de relations antinomiques et non antonymiques. Toutefois la mention de ces emplois est informante sur le plan de la langue, en particulier la phrase empruntée à Daudet permet de confirmer que le trait [+actif] n’est pas suffisant pour caractériser ‘acteur’, qu’il faut lui associer celui de [+agentif].

  • 6 PR : « 1° […] V. Artiste (pop.), comédien, interprète (et péj. cabot, histrion). Acteur, actrice cé (...)
  • 7 GLLF :« SYN : 1. interprète ;2 artiste, comédien ; 3. protagoniste ».

9La présence de synonymes dans les dictionnaires de langue est également significative. Par exemple, les cinq hyponymes cités par le PR6 tendent à prouver que ‘acteur’ est susceptible de fonctionner comme hyperonyme, terme générique. En outre l’équivalence unanime (PR, RM, GLLF7) instaurée entre le sens « figuré » et protagoniste étaye et renforce le caractère « superlatif » de cette désignation, c’est-à- dire qu’est dénommé ‘acteur’ celui qui joue le premier rôle, celui qui est le plus impliqué. Ainsi est prise en compte une gradation, une dimension quantitative qui suppose une évaluation positive.

10Ce survol comparatif a permis de confirmer que la préoccupation des lexicographes est d’ordre discursif, puisqu’ils privilégient la fréquence d’emploi aux dépens de la motivation (le sens le plus motivé est cité en dernier ; il est baptisé, de surcroît, figuré). Il a permis également de montrer que l’incomplétude des définitions pouvait amener le lecteur à construire une interprétation erronée. Ainsi malgré ce que laissent entendre les définitions des dictionnaires usuels (PLI, PR, RM), l’opposition professionnel/occasionnel n’est pas pertinente pour caractériser ‘acteur’ qui peut assumer les deux emplois. Le trait [+/– ponctuel] est donc neutralisé par le GLLF ; en revanche les quatre dictionnaires mettent en valeur (implicitement) les sèmes [+humain], [+actif] et [+agentif]. De ce fait, il semble légitime de s’interroger sur la distinction ‘acteur’/‘agent’.

1.3 Liens étymologiques et répartition des sens

  • 8 PR :« (“auteur, agent”, XIVe ; “personnage d’une pièce”, déb. XVIIe ; lat. actor) ».GLLF : « (lat. (...)
  • 9 GLLF :« 1. agent n.m. (lat. scolast. agens, part. prés. de agere, agir) […] 2. agent n.m. (ital. ag (...)

11Si aucun de nos dictionnaires ne mentionne une relation de type synonymique entre ces deux termes, le PR et le GLLF par un détour étymologique suggèrent une analogie archaïque entre ‘acteur’/‘auteur’/‘agent’8. La relation entre les lexèmes acteur/agent est rendue d’autant plus complexe que tous les lexicographes présentent ce dernier signifiant comme lié à deux signifiés hétérogènes, de type homonymique. Toutefois la distance établie est plus ou moins nette ; par exemple, le PLI n’a pas adopté la double entrée (comme il le fait pour d’autres homonymes), mais use de chiffres romains pour distinguer deux sous-ensembles – qui correspondent l’un à l’emploi non lexicalisé, l’autre à l’emploi lexicalisé –, alors que le GLLF et le PR accroissent la dissemblance en la justifiant étymologiquement9. Dans la mesure où nous ne nous intéressons à ‘agent’ que relativement à ‘acteur’, nous ne nous livrerons pas ici à une comparaison systématique des divers discours lexicographiques, mais nous exploiterons ces discours pour faire surgir la spécificité de ‘agent’ par rapport à ‘acteur’.

  • 10 GLLF : « Celui qui fait l’action, par opposition à celui qui la subit ». PR : « Celui qui agit (opp (...)

12Ce qui est donné comme le premier sens est le plus immédiatement motivé. Par exemple, bien que le RM ne le présente pas comme un dérivé du verbe agir – il s’agit de deux articles distincts –, il le définit de la manière suivante : « Personne qui agit ». ‘Agent’ présenté comme opposé à ‘patient’ par le GLLF, le PR et le RM10 partagerait donc le sème [+actif] avec ‘acteur’. Toutefois, sans doute parce qu’il est susceptible d’avoir un référent non humain – comme en témoignent les énoncés « Celui qui » (GLLF, PR, cf. note 10), lesquels contrastent avec « Personne qui » (RM) – ou un référent non animé – comme dans le GLLF : « 2. Ce qui détermine quelque chose », dans le PR : « 2° Ce qui agit, opère » et encore plus clairement dans le RM :

13« 2. Force, corps, substance intervenant dans la production de certains phénomènes » - le sème [+agentif] ne semble pas être inclus, c’est-à-dire que l’action effectuée est susceptible de ne pas être délibérée.

14Ainsi que le prouvent non seulement les synonymes (« cause, ferment, instrument ») et les contraires (« conséquence, effet, résultat ») proposés par le GLLF ou le PR (« cause, facteur »), mais encore les verbes choisis (« détermine quelque chose », « cause ou provoque quelque chose ») pour décrire l’action, celle-ci est caractérisée par le fait qu’elle est à l’origine d’un processus. ‘Agent’ sert donc à désigner la personne ou la chose qui agit « par définition », « par nature », mais pas obligatoirement de manière volontaire, délibérée.

  • 11 GLLF : « 1. agent […] I. Personne qui agit au nom d’un individu ou d’une collectivité […] 2. Employ (...)
  • 12 PR, RM : « Appellation de très nombreux employés de services publics ou d’entreprises privées, géné (...)

15Le second sens11 – ou plutôt le second emploi –, qui est moins immédiatement motivé parce qu’il correspond à une appellation fonctionnelle (agent secret) ou statutaire (agent de la fonction publique), n’invalide pas ce trait non agentif dans la mesure où le dénommé agent n’est jamais qu’un intermédiaire12 qui agit pour le compte d’un individu, d’une entité ou d’un organisme. Il est en quelque sorte l’instrument d’un pouvoir, celui que l’on fait agir, et de ce fait le mot se trouve pourvu d’un sens factitif.

  • 13 PLI Agent (de police) : fonctionnaire subalterne ». GLLF :« 1. agent […] 3. personne qui cause o (...)

16Si ‘agent’, en tant qu’appellation, est susceptible de bénéficier d’un statut d’hyperonyme, l’appartenance à cette classe n’est pas présentée comme valorisante13. D’ailleurs ‘agent’ est rarement employé de façon absolue (sauf comme abréviation de agent de police), car c’est un terme passe-partout, sans identité particulière, qui ne prend de sens précis que par la détermination du domaine : agent diplomatique, agent littéraire, agent immobilier, etc.

17Ces données lexicographiques permettent de constater que les deux mots dont nous nous occupons proviennent du fonds latin et ne peuvent donc être considérés comme des néologismes, qu’ils sont liés non pas seulement morphologiquement mais aussi sémantiquement au verbe agir, qu’ils ont plusieurs emplois, que ‘acteur’ a toujours pour référent un être humain contrairement à ‘agent’. Dans les acceptions qui nous intéressent (relativement au vocabulaire d’entreprise), c’est-à-dire acteur « protagoniste » et agent « employé », les gloses définitionnelles révèlent le caractère agentif du nom acteur – si l’on entend par agentif le fait que le sujet décide d’agir, que l’action est volontaire, délibérée – et au contraire le caractère non agentif du nom ‘agent’, puisque dans ce dernier cas l’action est décidée par autrui (l’agent est en quelque sorte un prestataire de services). Les agents seraient, donc, ceux qui ont hérité d’une mission, qu’on leur en ait donné la charge ou qu’ils soient prédéterminés par la nature ou prédestinés par la structure sociale.

18On peut émettre l’hypothèse que la possibilité d’utiliser ‘agent’ pour désigner un élément non-humain pèse sur son emploi humain et privilégie potentiellement l’attribution du sème de non-agentivité. Ainsi l’absence de valorisation du statut juridico- professionnel, sa connotation péjorative, paraît-elle liée au fait que l’agent n’est pas un instigateur, mais un vecteur, tandis que l’acteur prend volontairement les choses en main. Cet écart pourrait justifier le passage de agent à acteur dans les discours de l’entreprise EDF.

2. L’agent et l’acteur dans les discours de l’entreprise EDF

19Si agent est en usage à EDF depuis la fondation de l’entreprise, comme en témoignent les occurrences relevées dans un texte de 1947, acteur n’est apparu qu’en 1978 dans un rapport à caractère confidentiel, puisque rédigé par des cadres appartenant à la Direction de la Distribution et destiné exclusivement à la Direction Générale. Cette dernière n’utilisera ce terme de manière systématique qu’à partir de 1988, date d’institutionnalisation du management ; ainsi l’usage officiel de ce nom est-il étroitement lié à la mise en place d’une nouvelle organisation du travail.

20Afin de préciser les valeurs respectives de ‘agent’ et de ‘acteur’ au sein des discours tenus par l’entreprise EDF, nous avons dépouillé quarante-deux textes qui nous ont permis d’obtenir 287 occurrences du premier et 161 occurrences du second. Le corpus ainsi constitué a montré que chacun de ces termes, malgré une coréférentialité fréquente, a su conserver une certaine autonomie sémantique, puisque l’introduction de ‘acteur’ n’a pas abouti à la disparition de ‘agent’. Il a également facilité l’étude comparative des contextes et notamment l’observation de certaines fonctions syntaxiques particulièrement significatives sur le plan sémantique.

2.1 L’attribut

  • 14 Les chiffres qui précédent les phrases indiquent l’ordre d’apparition de l’occurrence citée : 1. « (...)
  • 15 91. « Bien qu’un Centre de Résultats ne soit pas le seul acteur de la réflexion prospective » [EDF, (...)
  • 16 72. « Ensuite le niveau où est prise l’initiative du progrès, c’est […] L’agent de district » [EDF, (...)

21La position d’attribut, quoique peu fréquente (7,4 % des occurrences concernant acteur et 2,7 % des attestations de agent), est celle qui met en évidence le plus nettement l’écart sémantique entre ‘acteur’ et ‘agent’. Cette divergence s’exprime tout d’abord à travers la nature des sujets dont ils sont attributs. En effet, acteur est toujours attribut d’un nom animé, ayant pour référent un individu14 ou un collectif humain15, alors que agent se trouve dans un rapport d’égalité avec un sujet non animé16 quatre fois sur huit.

22Ainsi, hormis le caractère [± animé] du sujet, une seconde différence se manifeste à travers la relation qui unit le sujet à l’attribut. Acteur en position d’attribut exprime une propriété dont le sujet est susceptible d’être une occurrence.

  • 17 151, 191. « Les effectifs du SPF seraient […] de 2020 agents » [EDF, Service de Formation Professio (...)

23Le fait de devenir acteur est, dans onze attestations sur douze, présenté comme inaccompli, ou jugé comme insuffisamment accompli, les énoncés étant épistémiques – de 1978 à 1988, l’intégration des agents dans la catégorie des acteurs correspond à un souhait prêté à ceux-ci – ou déontiques – de 1988 à 1990, l’insertion du personnel ou des entités dans le champ des acteurs relève de la volonté directoriale –, de fait l’appartenance à la classe des acteurs est toujours connotée positivement. En revanche, parmi les huit occurrences de agent, quatre17 indiquent une mesure, ainsi ce terme devient-il une simple unité de compte qui de surcroît est fréquemment mise en relation de consubstantialité avec un sujet non humain, il est donc posé comme une substance non animée et de ce fait dévalorisé.

  • 18 100. « [la DPT doit] être davantage acteur » [EDF, Direction de la Production et des Transports, fé (...)
  • 19 1. « Les exigences des hommes au travail […] devenir plus acteur et moins sujet » [EDF, Rapport de (...)
  • 20 6. « L’agent EDF […] a le sentiment d’être assez peu un acteur et plus un spectateur » [EDF, Rappor (...)

24Cela explique sans doute, partiellement, que agent ne soit jamais intégré, dans notre corpus, à des modalités épistémiques ou déontiques, mais aussi que, contrairement à acteur, il ne se prête pas à une gradation même négative. En effet, alors qu’il est demandé aux agents ou à certaines entités d’être davantage acteurs, il n’est pas question pour les acteurs de devenir davantage/moins agents18. ‘Agent’ a donc une valeur dénominative, et correspond ici à une appellation, tandis que ‘acteur’, lorsqu’il est attribut du sujet, sert à désigner une façon d’être, un comportement. Ainsi est-il, dans les premiers temps de son utilisation, opposé à sujet19 puis à spectateur20 et associé à auteur (réactivant une confusion archaïque, cf. GLLF et PR), ce qui exhume les traits ‘autonomie’ et créativité’.

25L’utilisation de acteur en tant que désignation officielle – c’est-à-dire à partir du moment où la Direction Générale en a usé – s’est traduite par un accroissement de sa fréquence d’emploi et simultanément par une disparition de cette fonction d’attribut qui ne ressurgit que timidement par la suite, alors que le terme est moins usité. Ce n’est donc qu’en 1988 que acteur est susceptible de devenir sujet syntaxique ; il passe alors du statut de propriété à un statut référentiel et surgit dans les mêmes contextes que agent, c’est-à-dire suivi le plus souvent de verbes non « dynamiques » (terme emprunté à J. François, 1989 : 214 et sv.) qui amoindrissent son ‘agentivité’.

2.2 Les structures à compléments

26Dans la mesure où une étude exhaustive du corpus et des diverses positions syntaxiques occupées par ces deux termes ne peut figurer ici, nous nous contenterons de signaler la prédominance de la fonction de complément de nom (57,1 % des occurrences concernant acteur, 50,5 % des occurrences de agent). Hormis l’aspect quantitatif, cette donnée a paru significative puisque acteur et agent sont formellement et syntaxiquement présentés comme des termes secondaires, subordonnés au nom de tête et que cette « secondarisation » n’est pas sans relation avec le résultat de l’analyse sémantique menée sur ces deux mots en position de sujet et de complément d’objet, laquelle montre de son côté une relativisation, ou une minoration, de leurs rôles dans l’entreprise et donc leur dépendance.

27Toutefois agent et acteur peuvent également être l’élément de tête d’un syntagme nominal comprenant un complément de nom. Il arrive, en effet, fréquemment qu’ils soient associés à des spécificateurs qui se présentent soit sous la forme d’adjectif, soit sous la forme de syntagme prépositionnel (désormais SP). Ainsi est-il question des « acteurs politiques ou industriels », d’« acteur commercial », d’« acteurs économiques locaux », de « grands acteurs nationaux », d’« acteur européen », d’« acteurs locaux », d’« acteurs internes » ou « externes ». Dans la mesure où, par exemple, politique ne qualifie pas acteur mais indique le domaine d’activité, et interne le champ d’activité, on peut en déduire que les adjectifs employés ont une valeur relationnelle. En revanche, agent est rarement spécifié par un adjectif ; seul le syntagme agent EDF peut être assimilé à cette procédure, mais il est très souvent accompagné d’un SP qui se présente parfois sous une forme synaptique : de + N. Le de est susceptible d’introduire une indication catégorielle (« agent de maîtrise »,

28« agent d’encadrement », etc.), ou une information sur la tâche à accomplir, il correspond alors à charge de (« agent de développement », « agent de liaison », etc.). La structure de + Dét. + N exprime quant à elle l’appartenance à une entité (« agent de l’entreprise », « agent du service », etc.). Inversement, la construction – d’ailleurs exceptionnelle – acteur + de + N paraît indiquer l’appartenance (« acteurs d’EDF international »), alors que acteur + de + dét. + N désigne celui qui participe à, qui fait (« acteurs de son développement », « acteur de la vie locale », « acteur du champ social », « acteurs du système électrique », etc.).

29Ces emplois privilégiés en discours nous permettent de localiser une différence syntactico-sémantique importante pour la définition de ‘agent’ et ‘acteur’ en langue. Le fait qu’un SN de type « un acteur d’EDF » soit beaucoup plus rare qu’un SN de type « un agent d’EDF » semble témoigner de possibilités syntaxiques différentes. Si l’interprétation « de signale l’appartenance » est correcte, cela signifie que l’acteur ne se définit pas par une telle relation, au contraire de l’agent, dont l’identité est subordonnée à l’existence d’un ensemble qui l’englobe ; même lorsque le nom qui le complète (N2) semble indiquer le domaine, la tâche accomplie, il est susceptible aussi de désigner le service : l’agent d’encadrement encadre, mais fait également partie de l’encadrement ; l’agent d’accueil accueille, mais il appartient aussi au service de l’accueil.

  • 21 [Note des éditeurs] Le terme synapsie, emprunté à Benveniste (1974 : 172-173) désigne un « com- pos (...)
  • 22 Deux énoncés demeurent ambivalents : acteur de l’entreprise (rencontré onze fois) et acteur de la D (...)

30Il existe donc entre agent et son complément une relation statique, de localisation – non seulement sémantiquement mais encore morphologiquement puisqu’il s’agit de synapsies21 lexicalisées qui indiquent la place dans l’institution –, laquelle paraît peu exploitée pour acteur, qui entretiendrait en revanche avec le sien une relation dynamique. En effet, c’est la structure de type « un acteur du développement (de l’entreprise) » qui est la plus massivement représentée pour acteur ; développement ne peut pas être, ici, interprété comme un lieu ou le nom d’un service, la relation entre N1 et N2 n’est donc pas de l’ordre de l’appartenance. Le N2 a bien un sens verbal (il exprime une « action ») et acteur est interprété comme sujet agentif. Même si N2 n’est pas un dérivé verbal, la relation acteur-N2 est comprise comme une relation de sujet à objet : l’acteur de la vie locale est un de ceux qui permet l’existence de la vie locale, les acteurs du champ social sont ceux qui font évoluer le champ social, les acteurs du système électrique sont ceux qui font fonctionner le système électrique, les acteurs de la campagne ne sont pas les habitants de la campagne, mais ceux qui mènent campagne. Il s’agit d’une action transitive concrète : dans tous ces SN, le N2 désigne un domaine spécifique (actualisé par l’article) dont l’existence est présupposée.22

31Ainsi sommes-nous confrontée à l’instabilité discursive dont témoigne l’évolution sémantique et sémiotique de ‘acteur’ qui est employé en premier lieu pour caractériser le nouveau rôle que devraient jouer les agents (s’opposant à : spectateur, sujet), puis qui se substitue à ‘agent’ pour désigner le personnel d’exécution (s’opposant à hiérarchie puis à manager), mais qui est simultanément utilisé comme désignation générique, incluant tout le personnel de l’entreprise par opposition aux partenaires extérieurs, et qui enfin, sous la forme figée acteurs externes, englobera tout organisme ou entité extérieurs.

  • 23 Nous reprenons ici l’analyse de M. Plénat (1988) – voir également chapitre 1, p. 25.

32Ce parcours des discours de l’entreprise EDF a permis de montrer que ‘acteur’ est apte non seulement à la désignation d’un individu ou d’une entité œuvrant pour la réalisation de quelque chose, mais encore à l’expression d’une propriété (à la caractérisation morale ou autre d’une personne). Cette dernière particularité, à peine effleurée par les dictionnaires, pourrait être justifiée morphologiquement. Si ‘agent’ et ‘acteur’ sont sémantiquement tous deux liés au verbe ‘agir’, morphologiquement ‘agent’ a la même base que le verbe tandis que ‘acteur’ a le radical de ‘action’. En termes contemporains23, ‘agent’ est formé sur un « thème de présent » (le verbe agir) alors que ‘acteur’ ou ‘action’ sont formés sur un « thème de supin ». Cette répartition formelle peut être corrélée à une répartition sémantique, le verbe indiquant un procès en cours et le « supin » un procès accompli : ‘l’agent’ serait donc celui qui agit, et ‘acteur’ désignerait l’état de celui qui a agi (qui a montré qu’il était capable d’agir) mais qui n’est plus nécessairement en train d’agir.

33L’interprétation ci-dessus n’invalide pas la distinction [± agentif] suggérée par les lexicographes, mais la complète. Ainsi ‘agent’ est un nom qui a pour fonction de désigner la personne ou la chose qui agit. Il ne correspond pas à une estimation qualitative mais à une étiquette relativement vague, et qui doit être spécifiée lorsqu’il est question de désigner le statut d’une personne. L’action de l’agent n’est pas présentée comme agentive, c’est-à-dire supposant l’exercice de la volonté, de la liberté, de l’esprit d’initiative, etc. : l’agent est vu comme une personne qui agit, certes, mais sous la dépendance de la décision d’un tiers, et comme l’intermédiaire entre la puissance/l’institution qui le domine et les usagers/bénéficiaires du service que procure l’institution. ‘Acteur’ est un nom qui ne peut désigner que des personnes ou des collectifs, jugés en fonction de leur participation à une action. Cette appréciation est positive et le terme acteur mélioratif. On peut donc considérer que l’utilisation éphémère (de 1988 à 1990) de ‘acteur’ en tant que synonyme de ‘agent’ relève de l’artefact discursif et cet emploi, n’étant pas en conformité avec les potentialités linguistiques, n’a pu par conséquent perdurer.

Notes

1 « La combinaison de l’effacement et de l’addition de sèmes spécifiques (c’est-à-dire la substitution de sèmes) et l’identité des archisémèmes sont les deux traits caractéristiques de ce […] type » (Martin, 1983 : 71).

2 S= sémème;s= sème; = et ; = ou; = inclus dans; = somme…

3 De même le Trésor de la Langue Française, qui qualifie également de sens figuré la seconde accep- tion, note :« [Avec parfois un approfondissement étymologique du mot] Personne qui agit ».

4 Voir note 2, p. 20.

5 ‘Acteur’ est de ce point de vue semblable à ‘danseur’ comme en témoigne l’analyse de ce dernier faite par É. Benveniste : « Au sens strict un nom d’agent comme danseur désigne “celui qui danse”, mais il a deux emplois : l’un professionnel “danseur de ballet”, l’autre qu’on peut dire occasionnel “celui qui est occupé à danser” à un moment donné : “de nombreux danseurs tournaient dans la salle”. Les deux emplois se distinguent à la fois par leur sens et par leur syntaxe : le premier peut se construire en prédi- cat “il est danseur (à l’opéra)”, le second non » (Benveniste, 1974 : 116).

6 PR : « 1° […] V. Artiste (pop.), comédien, interprète (et péj. cabot, histrion). Acteur, actrice célèbre. V. Étoile, star, vedette. Acteurs modestes. V. Doublure, figurant […] 2° […] V. Protagoniste ».RM : « 1° […] V. Artiste, comédien, interprète. Artiste célèbre. V. Star, vedette. 2° […]. V. Protagoniste ».

7 GLLF :« SYN : 1. interprète ;2 artiste, comédien ; 3. protagoniste ».

8 PR :« (“auteur, agent”, XIVe ; “personnage d’une pièce”, déb. XVIIe ; lat. actor) ».GLLF : « (lat. actor, qui agit, orateur, acteur; XIIIe s., Roman de la Rose, au sens de “auteur”, par confu- sion avec le lat. auctor ; du XVe au XVIe s., “auteur d’un livre”; du XVe au XVIIe s., “auteur” en général ; XVIIe s., sens moderne) ».

9 GLLF :« 1. agent n.m. (lat. scolast. agens, part. prés. de agere, agir) […] 2. agent n.m. (ital. agente, du lat. agens) ». PR : « 1. AGENT n.m. (1337 ; lat. scolast. agens, subst. du p. prés. de agere “agir, faire”) […] 2. AGENT n.m. (1578 ; repris par l’it. agente, au lat. jur. et médiév. agens “celui qui fait, qui s’occupe de”, de agere) ».

10 GLLF : « Celui qui fait l’action, par opposition à celui qui la subit ». PR : « Celui qui agit (opposé au patient, qui subit l’action) ». RM :« Personne qui agit (opposé au patient, qui subit l’action) ».

11 GLLF : « 1. agent […] I. Personne qui agit au nom d’un individu ou d’une collectivité […] 2. Employé, employée d’une administration publique et de certaines administrations privées ». PR et RM : « 2. AGENT […] 1° Personne chargée des affaires et des intérêts d’un individu, d’un groupe, ou d’un pays, pour le compte desquels elle agit. […] 2° Appellation de très nombreux employés de services publics ou d’entreprises privées, généralement appelés à servir d’intermédiaires entre la direction et les usagers ». PLI :« II. a. Personne chargée de gérer, d’administrer pour le compte d’autrui ».

12 PR, RM : « Appellation de très nombreux employés de services publics ou d’entreprises privées, généralement appelés à servir d’intermédiaires entre la direction et les usagers ».

13 PLI Agent (de police) : fonctionnaire subalterne ». GLLF :« 1. agent […] 3. personne qui cause ou provoque quelque chose (souvent péjor.). » PR. : « 2. AGENT […] (surtout péj.) Personne chargée des affaires et des intérêts ».

14 Les chiffres qui précédent les phrases indiquent l’ordre d’apparition de l’occurrence citée : 1. « les exigences des hommes au travail […] devenir plus acteur et moins sujet » [EDF, Rapport de la Direction de la Distribution, octobre 1978, p. 2] ; 4. « On voit mal comment ils [les agents] pourraient se sentir acteur [sic] de la campagne » [EDF, Rapport de la Direction de la Distribution, octobre 1978, p. 29] ; 6.« L’agent EDF […] a le sentiment d’être assez peu un acteur et plus un spectateur » [EDF, Rapport ano- nyme, mai 1979, p. 8] ; 10. « Pour que chacun de spectateur devienne acteur, voire, mieux encore, un véritable « auteur » de l’entreprise » [EDF, Direction du Personnel et des Relations Sociales, juin 1986, p. 54] ; 79. « ce qui implique : que nous soyons un acteur essentiel […] de l’innovation » [EDF, Direction Générale, juin 1989, p. 12] ; 90. « Chacun doit être acteur de l’entreprise » [EDF, Direction de la Production et des Transports, 1989, p. 11] ; 101. « Chacun doit comprendre les enjeux du changement et y contribuer positivement : être acteur de l’entreprise » [EDF, Direction de la Production et des Transports, février 1990, p. 5].

15 91. « Bien qu’un Centre de Résultats ne soit pas le seul acteur de la réflexion prospective » [EDF, Direction Edf-Gdf Services, janvier 1990, p. 12] ; 100. « [la DPT] Pour l’international, Être davantage acteur » [EDF, Direction de la Production et des Transports, février 1990, p. 3] ; 102. « [la DAI et les direc- tions opératrices] ont désormais à être davantage acteur » [EDF, Direction de la Production et des Transports, février 1990, p. 12] ; 137. « l’entreprise devenue acteur commercial », [EDF, comité de la Prospective, mai 1991, p. 9].

16 72. « Ensuite le niveau où est prise l’initiative du progrès, c’est […] L’agent de district » [EDF, Direction Générale, avril 1987, p. 3], 151, 191. « Les effectifs du SFP seraient […] de 2020 agents » [EDF Service de Formation Professionnelle, décembre 1989, p. 39 et Direction du Personnel et des Relations Sociales, janvier 1990, p. 69] ; 198. « L’effectif total est de 122 300 agents » [EDF, Direction Générale, mai 1990, p. 30].

17 151, 191. « Les effectifs du SPF seraient […] de 2020 agents » [EDF, Service de Formation Professionnelle, décembre 1989, p. 39 et Direction du Personnel et des Relations Sociales, janvier 1990, p. 69] ; 198. « l’effectif total est de 122 300 agents » [EDF, Direction Générale, mai 1990, p. 30] ; « nous sommes 148 000 agents » [EDF, Direction du Personnel et des Relations Sociales, février 1991, p. 1].

18 100. « [la DPT doit] être davantage acteur » [EDF, Direction de la Production et des Transports, février 1990, p. 3] ; 102. « [La DAI et les directions opératrices] ont désormais à être davantage acteur » [EDF, Direction de la Production et des Transports, février 1990, p. 12] ; 112. « La DPT devra enfin et surtout faire que les personnes de L’entreprise soient davantage des acteurs de son développement » [EDF, Direction de la Production et des Transports, octobre 1990, p. 12].

19 1. « Les exigences des hommes au travail […] devenir plus acteur et moins sujet » [EDF, Rapport de la Direction de la Distribution, octobre 1978, p. 2].

20 6. « L’agent EDF […] a le sentiment d’être assez peu un acteur et plus un spectateur » [EDF, Rapport anonyme, mai 1979, p. 8] ; 10. « Pour que chacun de spectateur devienne acteur, voire, mieux encore, un véritable « auteur » de l’entreprise » [EDF, Direction du Personnel et des Relations Sociales, juin 1986, p. 54].

21 [Note des éditeurs] Le terme synapsie, emprunté à Benveniste (1974 : 172-173) désigne un « com- posé nominal formé de plusieurs bases françaises reliées par un trait d’union » (Mortureux, 1997 : 191).

22 Deux énoncés demeurent ambivalents : acteur de l’entreprise (rencontré onze fois) et acteur de la DPT (utilisé à quatre reprises). Lorsqu’ils ne sont pas inclus dans une formulation déontique – telle que :« chacun doit être acteur de l’entreprise » – ils peuvent indiquer simultanément l’appartenance et/ou le champ d’activité.

23 Nous reprenons ici l’analyse de M. Plénat (1988) – voir également chapitre 1, p. 25.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540