Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Les mots dans l’entreprise et les textes de spécialité

Le décideur des discours de l’entreprise

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « Relations sémantiques entre langue et discours », dans Le Langage et l’Homme, vol. XXXIV, n° 2-3, p. 281-294, Peeters, Bruxelles, 1999.

Texte intégral

1Les exigences inhérentes au traitement automatique des langues ont mis en exergue la nécessité de formaliser rigoureusement l’articulation forme/sens, et impliquent donc la mise au point d’une procédure descriptive de la langue, infaillible par son exhaustivité et son homogénéité, mais en même temps susceptible de rendre compte finement du rôle et du fonctionnement sémantique, dans les discours, de chaque unité lexicale ainsi que des évolutions, puisque nous avons affaire à des langues vivantes. Aussi l’insatisfaction que pourrait ressentir le lexicologue, face à certaines applications du traitement automatique, est liée au fait que ces dernières mettent en évidence l’incomplétude du travail conceptuel accompli sur la construction du sens. En effet, nous n’avons pas atteint le degré d’abstraction suffisant pour répondre de manière pertinente, dans tous les cas de figure, aux contraintes de l’automatisme qui supposent l’univocité du lien forme/sens, et donc pour résoudre de façon appropriée tous les problèmes inhérents, par exemple, aux phénomènes d’homonymie, voire de polysémie, et de synonymie.

  • 1 La néologie dénominative « ne réside pas dans la volonté d’innovation sur le plan de la langue, mai (...)
  • 2 « Nous entendons par là des formations verbales qui ne se distinguent nullement des mots ordinaires (...)

2Afin de contribuer au développement de la connaissance du fonctionnement sémantique des unités lexicales, il m’est apparu qu’un examen des procédures néologiques pouvait constituer un champ privilégié d’exploration. En effet, la langue étant un système complexe dont tous les éléments sont solidaires, l’introduction de nouvelles unités lexico-sémantiques est susceptible de favoriser l’observation du fonctionnement de ce système. Aussi l’intérêt porté à la néologie s’inscrit-il dans une perspective heuristique, au sein de laquelle l’opposition entre néologie consciente et inconsciente– que Guilbert a malencontreusement dénommées respectivement « néologie dénominative »1 et « néologie de langue »2 – demeure pertinente dans la mesure où elle tend à démontrer que, quelle que soit la motivation de l’auteur, le néologisme produit s’appuiera sur l’exploitation contrastive du système lexical et sémantique en vigueur.

3L’important dans notre perspective est, en effet, de déterminer sur quel(s) critère(s) et de quelle(s) façon(s) s’opère cette exploitation. On peut trouver un embryon de réponse à cette dernière question dans la distinction opérationnelle établie entre

  • 3 « La néologie de forme consiste à fabriquer, pour dénoter une réalité nouvelle, de nouvelles unités (...)

4« néologie de forme » et» néologie de sens »3, bien que celle-ci ait l’inconvénient de laisser entendre que dans le premier cas l’innovation ne serait que d’ordre formel et participerait de ce fait à l’extension de la synonymie alors que dans le second elle ne serait que sémantique, enrichissant ainsi l’inventaire des homonymes. Elle a pour avantage, toutefois, de suggérer l’existence d’un invariant, d’indiquer que le néologisme mobilise toujours les ressources de la langue en utilisant soit les procédures morphologiques classiques de dérivation, composition, abréviation, ou encore d’appropriation d’un mot d’origine étrangère, soit des procédures de « dérivation sémantique » de type métaphorique, métonymique, etc. qui infléchissent le sens d’une unité préexistante pour signifier quelque chose de nouveau. Il en résulte, quelle que soit la procédure mise en œuvre, une nouvelle association forme/sens, mais ce constat ne permet pas d’expliciter comment celle-ci se construit ni ses effets sur l’échiquier linguistique. En effet, l’examen de ces nouvelles unités révèle parfois les potentialités des morphèmes et/ou des lexèmes préexistants, cette mise au jour modifiant la représentation antérieure, c’est-à-dire la place attribuée précédemment à des éléments installés dans la langue. Comme l’a démontré D. Leeman (1994b : 138) : « le lexique se réorganise et se précise en s’enrichissant. »

5Par exemple, l’adoption des théories managériales, amorcée depuis une quinzaine d’années en France, a contribué à un enrichissement lexical dont les discours entrepreneuriaux témoignent. L’innovation linguistique, souvent inconsciente mais motivée par l’émergence de nouveaux référents conceptuels, s’est réalisée suivant les procédures traditionnelles, c’est-à-dire par la spécification de certaines unités déjà en usage, comme ‘manageur’ ; ou par l’irruption d’un certain nombre de vocables, tels que ‘décideur’. Si ce dernier a surgi dans l’usage, c’est qu’il répond à un besoin extérieur à la langue ; cependant d’une part le fait que ce soit décideur qui ait supplanté décisionnaire et non *décidant ni *déciseur relève lui de la langue ; d’autre part sa présence au sein d’un paradigme désignant les êtres humains assumant des responsabilités dans une entreprise provoque une modification des traits afférents à directeur, administrateur, gestionnaire, etc.

  • 4 On trouvera en annexe à ce chapitre (p. 78-80) une liste des contextes du corpus d’études recueilli (...)

6Privilégiant une approche sémantique du lexique, dans la ligne de Benveniste (voir chapitre 1, p. 18), on observera les valeurs de ‘décideur’ à partir de quelques occurrences empruntées à des discours techniques et à travers onze discours lexicographiques4, pris comme témoins du savoir et des usages linguistiques contemporains, afin d’explorer les réseaux tissés, et ainsi d’examiner la procédure d’inscription d’un nouveau lexème dans le système linguistique, c’est-à-dire le fonctionnement interactif langue/discours.

7Pour ce faire, j’adopterai la démarche naturelle de l’usager de la langue confronté à son propre déficit de compétence linguistique – mis en évidence par la rencontre d’un mot inconnu, ou par le sentiment de l’inexistence du mot susceptible d’exprimer ce qu’il pense – qui d’emblée convoquera ses connaissances morphologiques, acquises de manière plus ou moins empiriques, afin de saisir le sens de l’unité lexicale en question, ou de produire une unité lexicale en adéquation avec le sens souhaité, même s’il fait l’effort de consulter un dictionnaire pour vérifier ou compléter ses intuitions personnelles.

1. Exploitation des réseaux morphosémantiques

  • 5 Tels que le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (1953-1971), le Grand La (...)

8Pourquoi s’intéresser particulièrement au mot ‘décideur’ ? Hormis son caractère néo- logique, confirmé par la datation, « 1969 » – d’après le Petit Robert de 1991 et le Nouveau Petit Robert de 1994 –, par sa présence dans le Dictionnaire des Mots Contemporains de 1987 et par son absence de la nomenclature du Robert Méthodique (1987) et même de dictionnaires plus complets5, ce lexème construit sur une base verbale (en l’occurrence décider) et pourvu d’un suffixe (-eur) semble se prêter à un décryptage morphosémantique.

9Le sémantisme de la base verbale, impliquant un sujet humain, convie à insérer le néologisme dans le paradigme des noms d’agent en -eur ; aussi pourrait-on, à l’instar de D. Corbin (1988 : 177), paraphraser l’opération sémantique sous-jacente par « Agent qui V » (décide). Néanmoins cette paraphrase soulève un certain nombre de questions : est-elle suffisante pour circonscrire le sens de cette unité particulière, en d’autres termes suffit-il de décider pour être/devenir décideur ? En outre permet- elle de justifier le choix du suffixe -eur alors que les unités lexicales pourvues des suffixes -ant (comme dans gérant), -ent (comme dans président) et -aire (comme dans plagiaire) sont également susceptibles d’être paraphrasées de manière identique ? Afin d’évaluer la pertinence de la reformulation proposée par D. Corbin, qui correspond d’ailleurs parfaitement à l’intuition linguistique de tout locuteur francophone, deux procédures s’offrent à nous : observer le fonctionnement discursif du vocable, puis analyser les gloses lexicographiques.

1.1 Le fonctionnement discursif

10Si dans les vingt-deux occurrences de ‘décideur’ collectées dans des documents diffusés par une grande entreprise publique, ce vocable semble bien désigner celui (ou ceux) qui décide(nt), on peut remarquer cependant qu’à chaque fois qu’il est accompagné d’un spécificateur, d’un syntagme prépositionnel ou d’un adjectif, ces derniers indiquent un ancrage institutionnel plutôt que l’objet de la décision.

11Par exemple, dans l’énoncé 4, « La cohérence dans l’espace territorial est une réelle difficulté pour le décideur de niveau n », et dans l’énoncé 21, « aider les experts et les décideurs de l’entreprise à réfléchir », la préposition de marque l’appartenance à un niveau hiérarchique ou à un organisme, et ainsi les syntagmes prépositionnels permettent de localiser les décideurs, de les relier à une entité et donc de définir leur place dans la structure. De même en est-il pour les adjectifs, qui ne qualifient pas mais précisent les domaines auxquels les décideurs sont rattachés, comme dans 9,» les décideurs opérationnels optimisent la gestion », ou 14, « cible décideurs financiers ».

12Les adjectifs relationnels – que l’on trouve dans les documents émanant de cette entreprise associés également à ‘direction’ : direction opérationnelle s’opposant à direction fonctionnelle, direction financière à direction commerciale – participent à la constitution d’unités lexicales complexes à valeur dénominative et insèrent donc les décideurs dans une catégorie préétablie.

13En outre, lorsque l’on tente la commutation décideur(s)/celui ou ceux qui décide(nt) dans les phrases qui syntaxiquement s’accommodent de la substitution, on perçoit que la substantivation n’est pas sémantiquement neutre dans la mesure où elle permet de délimiter un groupe fonctionnel qui a pour mission de ‘décider’ et non de désigner des individus qui décideraient spontanément et/ou constamment, comme en témoignent notamment les emplois génériques suivants :

  • « L’existence de tels groupes de travail doit permettre une meilleure connaissance des informations disponibles qui sont souvent difficilement codifiables et se comprennent plus souvent par le dialogue sans pour cela diminuer en rien la responsabilité du décideur »

  • « Ce document, essentiellement méthodologique, a pour ambition, dans le cadre du Management Stratégique Intégré, de préciser, pour un niveau de décision donné, le « schéma conceptuel » de gestion auquel le décideur pourrait se référer »

  • « nous proposons, en nous appuyant sur le concept de système, de préciser pour un niveau de décision donné (par exemple celui d’un Chef de Centre de Distribution) le « schéma conceptuel » de gestion auquel le décideur pourrait se référer »

14Dans la mesure où ‘décider’ est un verbe non marqué qui renvoie à une opération mentale ordinaire, par opposition à ‘manager’ qui implique la mise en application d’une technique particulière, on peut émettre l’hypothèse que la création d’un substantif désignant les personnes qui accomplissent cet acte tend à spécifier l’action.

15Cette spécification induite par la substantivation freinerait la conversion systématique à laquelle nous convie pourtant la régie morphologique :

agent qui V = N radical V+ -eur

  • 6 Déficience que J.-J. Franc kel et D. Lebaud attribuent au sémantisme de souhaiter (1990 : 124).

16Militent en faveur de cette distorsion les déficits lexicaux du type *respireur ou *souhaiteur6 pour désigner ceux qui respirent ou ceux qui souhaitent, et l’impossibilité de déduire automatiquement d’un énoncé du type

X dirige les opérations → [que] X est directeur,

ne serait-ce que parce que celui qui dirige un État, ou un orchestre, n’est pas appelé directeur mais chef. Bien évidemment les absences d’attestation de *respireur ou de *souhaiteur peuvent être conjoncturelles, liées à des facteurs extralinguistiques ; cependant on peut noter que celui qui gère n’est pas un *géreur, mais éventuellement un gérant ou un gestionnaire, et que ceux qui nous gouvernent ne sont pas des gouverneurs mais des gouvernants ou de manière plus usuelle des dirigeants. Aussi par une intuition, fondée sur un processus analogique, est-on amené à penser que l’on peut décider de partir en vacances sans être un décideur et en sollicitant ses connaissances extralinguistiques, à spéculer sur le fait que le départ ne sera effectif que si l’on est décideur.

17Ces exemples, qui illustrent donc qu’un procès réalisé par un agent humain n’est pas toujours convertible en un substantif en -eur, nous invitent à regarder si tout nom humain en -eur, ayant une base verbale, correspond à agent qui V. Cela afin de vérifier si la spécification sémantique évoquée ci-dessus, pour justifier les manques ou les discordances repérées, perturbe également l’opération de décodage, qui suppose la stricte équivalence entre N → radical V + eur et agent qui V.

18II semble que la relation sémantique du nom d’agent en -eur à sa base verbale soit plus complexe qu’elle n’apparaît à première vue. En effet, si l’on consulte, par exemple, le Dictionnaire des termes nouveaux des sciences et des techniques (Quemada et alii, éds, 1983), on s’aperçoit que l’achemineur (1975) ne désigne pas celui qui achemine le courrier, mais celui qui élabore un réseau de transport de courrier, que l’automatiseur (1974) n’est pas celui qui automatise mais le promoteur de l’automatisation industrielle, que le débordeur (1977) ne déborde pas mais qu’il est chargé de guider la manœuvre des ponts roulants dans les ports, etc. Ce qui revient à dire que, dans le domaine technique, les noms d’agent en -eur ne désignent pas strictement ceux qui font l’action, mais ceux qui participent à la réalisation d’une opération. En outre, on constate qu’un programmeur demeure programmeur même s’il ne programme plus, parce qu’il a appris à programmer, de même un directeur peut ne plus diriger et rester directeur parce que ce poste lui a été attribué administrativement. Lorsqu’on parle d’un directeur/administrateur/contrôleur en vacances/en retraite/au chômage, on utilise une désignation de type professionnel qui suggère que la personne en question possède en théorie la capacité de diriger/administrer/contrôler, même si, dans les circonstances citées, elle ne dirige/n’administre/ne contrôle pas effectivement.

19On note donc un certain décalage d’ordre pragmatique entre l’agent et l’activité au moyen de laquelle il est défini, qui milite en faveur de la spécification dont la paraphrase initiale ne permet pas de rendre compte avec précision. Mais cet écart n’est-il pertinent que lorsque le nom en -eur a une « valeur professionnelle », pour reprendre la terminologie de Benveniste (1974 : 113-128), ou, en d’autre termes, peut-on généraliser ce constat ?

20Si l’on regarde des mots comme viveur, voyeur, gagneur, exploiteur, on ne peut que reconnaître qu’ils entretiennent un rapport particulier à ces activités puisque le viveur s’oppose au vivant par le fait qu’il mène une vie de plaisir, le voyeur se distingue du voyant parce qu’il éprouve du plaisir à contempler ce qui ne devrait pas être vu, le gagneur n’est pas obligatoirement le gagnant, l’exploiteur diffère de l’exploitant en profitant des personnes ou des occasions de manière abusive, etc. De même, le buveur n’est pas seulement celui qui se contente de boire un verre d’eau ou un jus de fruit, mais celui qui boit, en trop grande quantité, des boissons alcoolisées. Au vu de ces exemples on pourrait être tenté d’affecter au suffixe une valeur péjorative reposant sur des critères moraux, mais celle-ci serait inadéquate dans le cas, par exemple, de penseur qui désigne celui qui fait preuve de pensées novatrices sur des problèmes généraux (comme le prouve l’étrangeté d’une phrase comme X pense à tout, c’est un vrai penseur).

21Cependant la spécification semble absente de promeneur qui désigne celui qui se promène, de payeur qui renvoie à celui qui paie, etc., c’est-à-dire des noms d’agent dont le suffixe, d’après Benveniste, a une « valeur occasionnelle ou habituelle ». Comment rendre compte de manière cohérente de la diversité sémantique mise au jour à travers ces exemples, qui pourraient être complétés par des cas particuliers mettant en défaut le décodage morphologique examiné ci-dessus (le gouverneur de la Banque de France ne gouverne pas mais dirige) ? Sans doute en approfondissant l’exploration morphologique et en y ajoutant des caractéristiques syntaxiques et distributionnelles. On peut en effet distinguer les noms en fonction de leur forme féminine, ce qui permettrait de regrouper administrateur et directeur, de mettre en évidence que ces deux lexèmes sont construits sur un supin, pour reprendre la terminologie de M. Plénat (1988) – et ci-dessus au chapitre 1, p. 25 –, et donc correspondent à un procès accompli, ce qui expliquerait que les agents pourvus de ces titres entretiennent un rapport moins direct avec la réalisation effective de l’action (comme le sauveteur par rapport au sauveur). Toutefois cela ne permet pas d’expliciter la particularisation sémantique dont bénéficient certains mots, qui ont un féminin en -euse.

22On pourrait également utiliser la distinction formalisée par G. Kleiber (1984 : 77-94), entre dénomination et désignation pour séparer les noms qui entretiennent les relations les plus distendues avec la base verbale de ceux dont les relations sont étroites. Ainsi les noms à valeur professionnelle relèveraient de la dénomination, dans la mesure où le rapport est institutionnalisé, et les autres de la désignation puisque le lien est contingent. On évitera d’en déduire que les premiers sont totalement démotivés, mais on proposera de les considérer comme dérivant sémantiquement du nom de l’opération, c’est-à-dire que le contrôleur ne serait pas celui qui contrôle (par exemple que ses enfants ont fait leur devoir) mais celui qui a acquis un savoir-faire, et qui de ce fait peut être chargé d’effectuer des contrôles, le programmeur celui qui a appris et peut donc réaliser un programme informatique.

23Toutefois, il est difficile de décrire viveur, voyeur, gagneur, exploiteur en ces termes, bien qu’il s’agisse d’une façon particulière de faire ou d’être, car celle-ci ne requiert pas, me semble-t-il, un apprentissage spécifique. De ce fait, il paraît nécessaire de prendre en considération le sémantisme de la base – de vérifier s’il correspond à une opération complexe, ou s’il s’agit d’une activité naturelle – et également l’ensemble du champ lexical propre à chaque unité, dans la mesure où l’on peut considérer que la valeur d’exploiteur, par exemple, n’est telle que relativement à exploitant. Aussi peut-on supposer que si *dirigeur apparaissait dans l’usage, il se définirait par opposition à directeur et à dirigeant et serait susceptible de désigner celui qui dirige une opération.

24Ce rapide parcours des emplois des noms en -eur a permis de vérifier que la spécification, qui pesait sur ‘décideur’, pressentie à la lecture des occurrences correspondait bien à ce que véhiculent certains noms d’agent en -eur, et notamment ceux qui sont en usage dans le domaine professionnel.

1.2 Les gloses lexicographiques

25Maintenant, on peut se demander pourquoi ‘décideur’a pris ce sens particulier, et si décider se prêtait à une spécification d’ordre technique (comme contrôleur) ou statutaire (comme directeur), dans la mesure où ce verbe est susceptible de performativité.

26En regardant les paraphrases définitionnelles des lexicographes, on remarque que tous les dictionnaires, sauf le Dictionnaire de notre temps (1991) diffusé par Hachette, insistent sur la possibilité d’une dimension collective du référent. En outre aucune définition ne contient le verbe ‘décider’ (même s’il apparaît dans les indications étymologiques), mais le nom ‘décision’ (au singulier ou au pluriel) figure dans toutes, ce qui milite en faveur de la dénaturalisation de l’action.

27Le Petit Larousse Illustré et le Lexis confirment que ne peut être décideur qui veut, qu’il « faut être habilité à prendre des décisions », ce qui revient à suggérer qu’une instance supérieure (celle qui habilite) doit intervenir pour délivrer l’autorisation de la prise de décision. À l’opposé, le Dictionnaire des termes nouveaux des sciences et des techniques laisse entendre qu’il suffit de prendre des décisions. Quant au Dictionnaire de notre temps, au Dictionnaire des mots contemporains (Éditions Le Robert, 1983), au Petit Robert et au Nouveau Petit Robert, ils présentent le décideur comme le dépositaire du pouvoir de décision. Ainsi la configuration sémantique de ‘décideur’ est reliée inexorablement à la notion de pouvoir.

28L’exploration des dictionnaires Robert et du Dictionnaire des termes nouveaux des sciences et des techniques permet également de découvrir l’existence de décisionnaire (rappelant gestionnaire), qui, lui, est clairement mis en relation avec décision. Si le Lexis cantonne cette forme à un emploi adjectival, les Robert la pourvoient d’un sens plus agentif que décideur (« exerçant un pouvoir de décision »). Quant au Dictionnaire des termes nouveaux des sciences et des techniques, il considère les deux lexèmes comme des synonymes, sans introduire la moindre nuance de sens, ce qui ne peut que laisser perplexe celui qui consulte ce type d’ouvrage en vue d’un réemploi du mot.

29Toutefois, cette construction directe sur la forme nominale invite à examiner gestionnaire par opposition à gérant. Et l’on remarque que le premier s’occupe exclusivement de gestion, alors que le second gère un commerce ou une entreprise pour le compte d’une autre personne. L’apparition de décisionnaire serait donc liée à une spécialisation de la fonction, à une technicisation faisant de la prise de décision une procédure complexe.

2. Réorganisation des relations sémantiques

30Comment se situe le décideur dans le paradigme des noms d’agent en usage dans les entreprises ? Les différentes attestations présentes dans les discours techniques et dans les dictionnaires montrent que les décideurs ont des responsabilités, qu’ils font partie des chefs, c’est-à-dire de la sphère dirigeante, comme le directeur, et on pourrait être tenté de considérer qu’ils sont sémantiquement proches. Toutefois, on s’aperçoit qu’à la question Quelle profession exerce X ?, les réponses *il est décideur/*il est directeur paraissent saugrenues. Ce qui revient à dire que ni l’un ni l’autre ne correspondent à un métier, contrairement à programmeur, contrôleur, etc.

31En revanche à la question Quel emploi occupe X ?, on peut répondre il est directeur, mais pas * il est décideur. D’ailleurs aucune offre d’emploi ne contient une rubrique décideur. Ce dernier lexème ne correspond donc ni à une profession, ni à une fonction institutionnelle pouvant apparaître sur un organigramme, alors que directeur peut y figurer.

32Les attestations, mentionnées dans le corpus, montrent que le vocable décideur apparaît en relation différentielle avec le spécialiste (12. « dialogue entre les décideurs et les spécialistes ») avec l’expert (21. « aider les experts et les décideurs de l’entreprise à réfléchir »). Ces oppositions tendent à prouver qu’il ne se définit pas en fonction de connaissances techniques approfondies, et mettent en exergue une forte agentivité. On pourrait en déduire qu’il ne s’agit que de caractériser l’exercice d’un pouvoir. C’est-à-dire que comme acteur et manageur qui ont été introduits dans les discours entrepreneuriaux à la même période, décideur témoignerait de l’existence d’un autre point de vue et d’une autre approche de l’entreprise, dans la mesure où les désignations fonctionnelles (celui qui sert à) se développent au détriment des désignations administratives institutionnelles. Mais on peut également remarquer que la présence, aux côtés de directeur, de désignations telles que décideur et manageur diminue le champ sémantique couvert auparavant par directeur en laissant entendre qu’un directeur peut ne pas être décideur ni manageur.

  • 7 Voir note 53, p. 47.

33Cette présentation avait pour ambition d’apporter un éclairage sur le fonctionnement des systèmes lexicaux et sémantiques, à travers l’exemple de ‘décideur’. Elle voulait démontrer que le sens se construit à partir de l’interférence de plusieurs microsystèmes, et que sa découverte nécessite la réalisation d’un travail fondé sur l’articulation langue/discours, afin d’être en mesure de délimiter le sens en langue (voir la première partie). Ainsi, pouvant rendre compte du signifié de puissance7, le lexicographe serait en mesure d’exhiber le noyau sémique (les traits permanents actualisés quel que soit l’emploi) et d’indiquer à titre de mentions complémentaires les sèmes spécifiques se manifestant en fonction des situations. Une description sémasiologique construite à partir d’un noyau faciliterait, me semble-t-il, l’appréhension d’emplois non encore attestés.

Annexes

DICTIONNAIRES UTILISÉS

Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 1953-1971, Le Robert.

Le Grand Larousse de la Langue Française, 1971-1978, Larousse.

le Trésor de la Langue Française, 1971-1994, CNRS.

Dictionnaire Historique de la Langue Française, 1992, Le Robert.

Dictionnaire de notre temps, 1991, Hachette.

Dictionnaire des Mots Contemporains, 1987, Le Robert.

Nouveau Petit Robert, 1994.

Petit Robert, 1991.

Dictionnaire de la Langue Française, Lexis, 1992, Larousse.

Petit Larousse Illustré, 1991.

Dictionnaire des termes nouveaux des sciences et des techniques, 1983. Quemada B. et alii, éds, 1983, Conseil international de la Langue Française.

CORPUS

I Corpus lexicographique :

1.1 Les dictionnaires qui ne prennent en compte que décideur. Petit Larousse Illustré (1991) :

DÉCIDEUR n.m. Personne physique ou morale habilitée à prendre des décisions

Dictionnaire de Notre Temps, Hachette (1991) :

décideur [desidør] n. m. Personne qui a le pouvoir de prendre des décisions. adj. Je ne suis pas décideur en cette matière.

Dictionnaire des Mots Contemporains (1987) :

DÉCIDEUR sm. et adj. ~ 1969 (De décider, peut-être d’après l’angl. decider).

SM. Pol. personne ou organisme qui a un pouvoir de décision.

Le courant autogestionnaire aux États-Unis ne vise pas à changer les « décideurs », mais à contrôler les décisions pour obliger éventuellement les « décideurs » à en changer (E. 10.9.73). Une race de chefs : directeurs, concepteurs, « décideurs » ; les énarques sont modelés pour commander (P. 21.5.74). Aider les décideurs à faire le bon choix pour la collectivité (M. 31.5.78).

Adj. ou Apposition.

Dans le monde dur des affaires, on envie les technocrates décideurs (O. 24.9.73).

1.2 Les dictionnaires qui prennent en compte décideur et décisionnaire Dictionnaire de la Langue Française, Lexis (1992)

DÉCIDER […]  décideur n. m. Personne physique ou morale habilitée à prendre des décisions. […] .décision […] . décisionnaire adj. Pouvoir décisionnaire, dans un organisme, pouvoir que détient un membre de participer à un vote visant à prendre une décision.

Petit Robert (1991) :

DÉCIDEUR, EUSE [desidør, øz]. n. (1969 ; de décider, probabl. d’apr. l’angl. decider) Polit., Admin. Personne physique ou morale ayant le pouvoir de décision. V. Décisionnaire. « Les vrais problèmes sont […] dans la sphère des décideurs » (Nouv. Obs., 28-8-1972). -Adj. Organisme décideur.

DÉCISIONNAIRE [desizjonEr]. n. (V. 1980 ; XVIIIe, adj.) Personne physique ou morale exerçant un pouvoir de décision. V. Décideur.

Nouveau Petit Robert (1994) :

DÉCIDEUR, EUSE [desidør, øz]. n. -1969 ; (de décider, probabl. d’apr. l’angl. decider) Personne physique ou morale ayant le pouvoir de décision. => décisionnaire. « De grandes compagnies proclament qu’au sommet elles ont une « décideuse » » (Évén. du. jeudi, 1988). -Adj. Organisme décideur.

DÉCISIONNAIRE [desizjonEr]. n. et adj. (v. 1980 ; XVIIIe, adj. autre sens ; de décision) 1• Personne physique ou morale exerçant un pouvoir de décision. => décideur. Le rôle des décisionnaires. 2• Adj. Qui concerne la prise de décision. Rôle décisionnaire d’un comité. Instance décisionnaire.

Dictionnaire des Termes Nouveaux des Sciences et des Techniques (1983) :

DÉCIDEUR n.m. 75

gestion. organisation, administration > gestion

Personne physique ou morale qui prend des décisions.

V. décisionnaire

DÉCISIONNAIRE n.m. 76

gestion. organisation, administration > gestion

Personne physique ou morale qui prend des décisions.

V. décideur

1.3 Les dictionnaires qui n’évoquent que décisionnaire Dictionnaire Historique de la Langue Française (1992) :

DÉCISION n. f. […] a pour dérive DÉCISIONNAIRE adj. (XVIIIe s.) « qui tranche rapidement et d’autorité », et le néologisme DÉCISIONNEL, ELLE adj ; (1958), créé au sens de

« qui ressortit à la décision ».

TLF (1971-1994) :

DÉCISION […] Rem. On rencontre dans la documentation a) Décisionnaire, adj., rare. qui tranche rapidement et d’autorité. L’orgueil intellectuel le plus décisionnaire et le plus convaincu de son autonomie (VALÉRY […]. Attesté comme subst. avec un ex. emprunté à Montesquieu dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s., à partir d’Ac. Compl. 1842, mais avec la mention « inusité » ou « peu usité » ; Lar. Lang. fr. ajoute également un ex. d’emploi adj., emprunté également à Valéry. b) Décisionnel, elle, adj., néol. Qui ressortit à la décision. Centres décisionnels. La « fonction décisionnelle » constitue la tache majeure des détenteurs du pouvoir (J. MEYNAUD […]. Des modèles décisionnels privés et publics (PERROUX, Ecom. […]. Attesté par le seul Lar. Lang. fr.

Décideur et décisionnaire sont absents du Robert Méthodique (1987) et du Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (1983).

II. Occurrences extraites d’un corpus de textes

Discours entrepreneurial

Discours (63 documents, 1524 pages) émis par une grande entreprise publique (entre 1947 et 1991).

  1. « L’existence de tels groupes de travail doit permettre une meilleure connaissance des informations disponibles qui sont souvent difficilement codifiables et se comprennent plus souvent par le dialogue sans pour cela diminuer en rien la responsabilité du décideur » [A : 1979/5, p. 11]

  2. « Ce document, essentiellement méthodologique, a pour ambition, dans le cadre du Management Stratégique Intégré, de préciser, pour un niveau de décision donné, le « schéma conceptuel » de gestion auquel le décideur pourrait se référer » [DD : 1988/12, p. 1]

  3. « nous proposons, en nous appuyant sur le concept de système, de préciser pour un niveau de décision donné (par exemple celui d’un Chef de Centre de Distribution) le

  4. “schéma conceptuel” de gestion auquel le décideur pourrait se référer » [DD : 1988/12, p. 2]

  5. « La cohérence dans l’espace territorial est une réelle difficulté pour le décideur de niveau n qui doit répartir efficacement les objectifs/moyens entre les sous-unités de niveau n-1 » [DD : 1988/12, p. 9]

  6. « Le cadre méthodologique et réglementaire doit être connu pour laisser aux décideurs les espaces de liberté les plus larges possibles » [DD : 1988/12, p. 10]

  7. « renseigner les décideurs sur les interactions les plus importantes » [DD. 1988/12, p. 11]

  8. « La recherche de l’optimum collectif voudrait que l’on tarifie l’électricité sur les coûts de court terme et que l’on affiche, pour éclairer les décideurs, leur évolution prévisible » [DG : 1989/1, p. 24]

  9. « Renforcement de la collaboration avec les co-acteurs. Constructeurs et producteurs d’équipements, consommateurs d’électricité, prescripteurs, décideurs, organismes financiers, installateurs » [DG : 1989/2, p. 71]

  10. « L’ambition majeure du nouveau Service est de transformer la fonction administrative en véritable Service de Gestion et d’Animation des Ressources Humaines, afin que les décideurs opérationnels optimisent la gestion de leur personnel et l’animation de leurs équipes » [DD : 1989/6, p. 2]

  11. « favoriser l’échange d’expériences entre décideurs » [DG : 1989/7, p. 34] 11.» Les services experts doivent mettre davantage de conseil et d’outils au service des décideurs » [SFP : 1989/12, p. 8]

  12. « Ce glossaire a pour objet de clarifier un certain nombre de notions de base pour faciliter le dialogue entre les décideurs et les spécialistes » [DEGS : 1990/1 : a, p. 1]

  13. « Il [le SDC] établit une « grille de décisions » à usage de tous les décideurs et communicants » [DC : 1990/11, p. 3]

  14. « La DSFJ (cible décideurs financiers) » [DC : 1990/11, p. 20]

  15. « Les clients, les citoyens et les décideurs estimeront que les collaborateurs d’EDF se comportent comme des interlocuteurs responsables » [D.C. : 1990/11, p. 28]

  16. « Les décideurs et les élus locaux sont les interlocuteurs privilégiés des centres » [DEGS : 1990/12, p. 53]

  17. « L’élargissement des responsabilités des décideurs » [DG : 1991/4, p. 5]

  18. « La prospective est une activité fonctionnelle, c’est-à-dire une activité de conseil aux décideurs » [CP : 1991/5, p. 4]

  19. « Elle se contente de fournir aux décideurs une grille d’évaluation » [CP : 1991/5 : a, p. 5]

  20. « en distinguant clairement le rôle des experts, d’une part, celui des décideurs opérationnels » [CP : 1991/5, p. 6]

  21. « aider les experts et les décideurs de l’entreprise à réfléchir sur l’avenir, en leur proposant des questions, des méthodes de réflexion » [CP : 1991/5, p. 10]

  22. « alerter les décideurs sur les mutations sensibles » [CP : 1991/5, p. 10]

Notes

1 La néologie dénominative « ne réside pas dans la volonté d’innovation sur le plan de la langue, mais dans la nécessité de donner un nom à un objet, à un concept nouveau» (Guilbert, 1975 : 40).

2 « Nous entendons par là des formations verbales qui ne se distinguent nullement des mots ordinaires du lexique au point qu’ils ne se remarquent pas lorsqu’ils viennent à être employés pour la première fois » (Guilbert, 1975 : 43).

3 « La néologie de forme consiste à fabriquer, pour dénoter une réalité nouvelle, de nouvelles unités ; la néologie de sens consiste à employer un signifiant existant déjà dans la langue considérée en lui confé- rant un contenu qu’il n’avait pas jusqu’alors » (Dubois et alii, 1994).

4 On trouvera en annexe à ce chapitre (p. 78-80) une liste des contextes du corpus d’études recueilli autour de décideur.

5 Tels que le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (1953-1971), le Grand Larousse de la Langue Française (1971-1978), le Trésor de la Langue Française (1971-1994) et le Dictionnaire Historique de la Langue Française (1992).

6 Déficience que J.-J. Franc kel et D. Lebaud attribuent au sémantisme de souhaiter (1990 : 124).

7 Voir note 53, p. 47.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540