Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Les mots entre langue et discours

Des mots qui bougent : le lexique en mouvement

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « Le lexique en mouvement : création lexicale et production sémantique », dans la revue Langages n° 136, p. 5-26, Larousse, Paris, 1999.

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Danielle Leeman pour ses remarques précises et stimulantes.

  • 1 Par exemple, le statut d’épithète n’est assumable que par l’adjectif.
  • 2 « Les unités lexicales […] doivent être définies en termes d’emplois dans le cadre des phrases où e (...)
  • 3 Ainsi J. Lyons (1980 : 69) fait remarquer que « la distinction entre nom et verbe, en anglais, est (...)
  • 4 « Parmi les unités linguistiques, on distingue encore deux catégories, qui s’opposent par leur faço (...)

1Tout signe a simultanément un statut lexical (d’ordre différentiel : marcher, errer, flâner…), un statut grammatical (nom, adjectif, verbe, préposition, adverbe, conjonction, déterminant) et un statut syntaxique (sujet, objet, etc.), partiellement lié au statut grammatical1, susceptibles tous trois de subir des modifications en fonction des actualisations et de participer à des degrés divers au sens du dis- cours. Concevoir, toutefois, une sémantique dite « lexicale et grammaticale » implique d’identifier le type de relation entre ces deux éléments : soit le lexique et la grammaire sont pensés comme indissociables, ce qui amènerait à considérer que le sens d’une unité lexicale n’est fonction que de l’emploi qui en est fait2, i.e. de son cotexte ; soit ces deux pôles sont envisagés séparément, ce qui aboutirait à spéculer sur ce que serait un « sens grammatical ». Ce dernier pourrait être procuré par l’appartenance catégorielle de l’unité soumise à examen (le statut grammatical déterminerait une certaine manière de signifier3), ce que corroborerait la partition entre unités lexicales et unités grammaticales établie à partir d’un critère sémantique.4

2Cherchant à cerner les relations entre le lexique et la grammaire dans une perspective sémantique, on considère que si les emplois d’une unité lexicale sont révélateurs de son sens, le sens de cette unité est, et demeure, conditionné pour partie par le système lexical. L’examen des procédures néologiques tend, en effet, à prouver que l’innovation morphologique et/ou sémantique qui se manifeste en discours ne se construit pas ex nihilo, mais à partir d’un état de langue, de ce que l’on pourrait appeler « une mémoire lexicale », et suivant des règles dont la mise en application peut varier. Le système, par définition, est caractérisé par une permanence sur le plan des procédés sollicités, mais ceux-ci favorisent un mouvement constant qui aboutit à des réaménagements morphologiques, statutaires et sémantiques, susceptibles d’entraîner des conséquences grammaticales.

1. Le sens lexical n’est-il qu’une affaire d’emploi ?

  • 5 L’activité grammaticale « suppose qu’on puisse attribuer des propriétés à une formation langagière (...)

3Abordant la question du sens à partir de l’unité lexicale, donc en langue, on est amené à écarter l’hypothèse qui consiste à appréhender le mot comme une unité de discours définie exclusivement par son cotexte au profit de celle qui envisage le mot comme un signe dont les actualisations discursives sont susceptibles de mettre au jour des sèmes virtuels, induisant éventuellement des réaménagements sémantiques, voire sémiotiques de l’unité. En effet, ne considérer le sens d’une unité lexicale qu’en fonction de ses emplois favorise la description minutieuse de l’effet produit par le cotexte sur l’interprétation d’une occurrence, mais revient à occulter l’inscription de l’unité concernée au sein d’un système lexical5 et à sous-estimer l’impact de son fonctionnement sémiotique.

4Si l’étude des divers usages d’une unité, définis en termes distributionnels et en termes syntaxiques, est incontournable pour appréhender ses différentes acceptions ou valeurs, il n’en demeure pas moins que celles-ci sont conditionnées également par les traits sémantiques constitutifs – d’ordre morphologique ou actualisés lors d’emplois antérieurs – de cette unité et de celles qui lui sont concurrentes. Par exemple, l’emploi (attesté, d’après le Nouveau Petit Robert, depuis 1961) dans le domaine entrepreneurial de manageur a amplifié la valeur du trait ‘dirigeant’ moins saillant dans les usages (actualisés antérieurement) sportif (équivalent à entraîneur) et artistique (correspondant à imprésario), mais le sémantisme du terme se trouve corollairement contaminé, par rapport à son étymon anglais, par le sème ‘entraîneur/animateur’ attaché aux emplois précédents. Simultanément, manageur, s’inscrivant dans le paradigme formé par décideur et directeur, prive ces deux derniers lexèmes du trait ‘entraîneur’ et corollairement se trouve dépourvu du sème ‘décisionnel’ (voir Cusin- Berche, 1998). De même, la disparition de « la concurrence » est susceptible de favoriser un glissement sémantique, comme l’illustre l’exemple analysé par A. Martinet (1969 : 37) : « tant qu’il y avait des voitures à chevaux, on parlait d’automobiles ; aujourd’hui il n’y a plus, de nouveau, que des voitures », qui suggère que voiture s’est chargé des sèmes précédemment attribués à automobile. Cette régulation interne au système justifie que l’apparition dans le même champ d’un néologisme de signe contribue, par contamination, à l’émergence d’un néologisme formel, comme le souligne J.-F. Sablayrolles (1996 : 35) : « La machine à laver est devenu lave-linge avec l’introduction des lave-vaisselle ».

  • 6 « Il n’y a que des mots et des expressions particulières, dont il faut établir, une par une, les rè (...)

5Ainsi le lexique évolue dans une interaction constante entre langue et discours, ce qui implique l’adoption d’une approche non seulement syntagmatique (in praesentia), mais encore paradigmatique (i.e. in absentia) afin d’éviter une atomisation artificielle et dispendieuse.6

6De ce fait, l’examen des procédures néologiques en tant que manifestations d’une dynamique évolutive constitue un champ privilégié d’exploration du fonctionnement sémantique des unités. Notre objectif est de mettre au jour les processus en jeu dans la constitution de nouveaux sens, que ceux-ci soient liés à des formes originales ou déjà attestées, et ainsi de contribuer à l’élaboration de ce que l’on pourrait appeler une « grammaire lexico-sémantique ». C’est dire que nous partons de l’opposition traditionnelle matérialisée par la dichotomie néologie formelle vs néologie sémantique (Dubois et alii, 1994 : 322), réactualisée par J. Rey-Debove (1998 : 144) sous la forme néologie de signe et néologie de sens, plus satisfaisante puisqu’elle permet de rendre compte de l’association entre nouvelle forme et nouveau sens.

7Cette approche binaire se révèle un peu réductrice pour rendre compte de la complexité du phénomène, mais elle s’avère pertinente dans la mesure où elle met en évidence le fait que la néologie ne se manifeste pas nécessairement à travers la production d’un nouveau signifiant. Elle peut provenir de glissements progressifs du sens reposant sur une sélection des sèmes précédemment actualisés et se manifester, éventuellement à travers des conversions, par des variations statutaires (entre unité lexicale et unité grammaticale, ou réciproquement) ou catégorielles (nom propre devenant nom commun), des changements de classe grammaticale (adjectif devenant nom, etc.) ou de classe sémantique (de l’abstrait au concret, de l’animé au non-animé, etc.), car « Le système de la langue n’est pas une simple abstraction de linguiste : c’est un système vivant dans l’esprit des locuteurs, en perpétuelle transformation sous l’effet de son usage au quotidien » (Victorri, 1997 : 57).

  • 7 « Le lexique est dans la langue le lieu de l’irrégularité, du contingent, de la créativité individu (...)

8Bien que le lexique soit souvent considéré comme le lieu par excellence de l’hétérogénéité7, et particulièrement exposé à des évolutions, on envisage ici qu’il ne se constitue pas de manière anarchique uniquement au gré des variations du réel, des besoins de la société ou des modifications dans les savoirs, mais qu’il est le résultat de la mise en œuvre de procédures linguistiques complexes identifiables et dénombrables permettant une interconnexion entre forme et sens.

  • 8 Exemple emprunté à M.-N. Gary-Prieur (1985 : 59).

9On estime donc que l’on accède au(x) sens d’une unité lexicale grâce, notamment, à ses actualisations dans des contextes divers, à l’étude de sa distribution, mais cette approche s’appuie sur le présupposé qu’une unité lexicale attestée ne se prête pas à n’importe quelle actualisation ; ainsi, l’existence d’un énoncé tel que *Une mésange allumée remplissait la serviette du camion8 ne permet pas d’asserter que le lexème ‘mésange’ contient les traits ‘objet incandescent’, etc. Cela incite à émettre l’hypothèse que ce ne seraient pas les emplois qui détermineraient le(s) sens, mais le(s) sens qui conditionnerai(en)t les emplois. En effet, si les mots en discours sont susceptibles de variations sémantiques selon le cotexte (par exemple petit dans le petit garçon brise le vase ou dans le petit-fils brise le vase), réciproquement l’interprétation d’un énoncé s’appuie sur l’identité lexicale de ses composants – identité parfois corrélable à des statuts grammaticaux (comme en témoigne le fameux exemple : la petite brise la glace).

2. Créativité vs productivité lexicale

  • 9 « Les sèmes inhérents résument des relations réflexives au sein de classes sémantiques; les sèmes a (...)

10Examiner l’éventualité d’une influence exercée par des sèmes permanents sur le sémantisme d’une unité lexicale à partir de la néologie est susceptible de paraître saugrenu puisque l’innovation semble a priori s’inscrire du côté de la création : ainsi la langue de bois n’est-elle pas une langue qui serait en matière ligneuse (bois paraît perdre ici ses sèmes inhérents9 au profit de traits connotatifs comme la ‘rigidité’). Cependant, toutes les enquêtes visant à solliciter les locuteurs sur leur « sentiment de nouveauté » (Rey, 1988 : 282) à l’égard d’unités lexicales montrent que « parmi les mots bien formés, les locuteurs sont incapables de discerner ceux qui sont “nouveaux” et ceux qui ne le sont pas » (Corbin, 1987 : 605). L’extraction automatique, qui implique une systématisation de la recherche sur des critères formels, ne permet pas davantage de résoudre le problème, en particulier parce qu’elle ne peut rendre compte de la néologie sémantique ni de la composition syntagmatique relevant de la néologie de signe (langue de bois), comme en témoignent des travaux récents :

« Notre démarche consiste à confronter un corpus de journal avec le TLF [Trésor de la Langue Française] en s’appuyant sur des procédures semi-automatiques. Cela permet d’alléger considérablement la tâche du linguiste, mais il reste néanmoins à ce dernier un travail important à faire : établir si un néologisme potentiel est ou non un vrai néologisme. » (Mathieu et alii, 1998 : 207)

11La difficulté d’identification est liée, notamment, au fait que lorsqu’on observe, d’un point de vue sémantique, les néologismes dits formels, on est confronté à deux types de situation : d’une part celle des unités lexicales dont le sens componentiel est aisément prédictible et qui de ce fait ne sont pas appréhendées comme nouvelles, d’autre part celle des vocables dont le sens est apparemment opaque et qui pour cette raison sont susceptibles d’être perçus comme des néologismes. Cette bipartition recouvre la distinction établie entre production et création d’une nouvelle unité lexicale que B. Fradin présente de la manière suivante :

« La productivité est la capacité à créer des expressions, qui ont pour vocation à devenir des unités lexicales, en recourant aux moyens formels qu’offre la langue pour construire des lexèmes ou des expressions […] La créativité en revanche s’affranchit des règles servant à la construction des unités lexicales. Elle ne met pas en œuvre – ou pas uniquement – des procédés appartenant à la grammaire de la langue (analogie, verlan, etc.) »
(Fradin, 1996 : 82)

2.1 La formation morphologique

  • 10 « Imprimeur spécialisé dans l’impression à partir de documents numériques» (Otman, 1998 : 168).
  • 11 « Action de remplacer de grands systèmes informatiques par des systèmes plus petits assurant des se (...)
  • 12 « 1. Bureau installé dans un véhicule automobile spécialement aménagé […] 2. Ensemble d’outils info (...)
  • 13 « Quel nom donner à son site Web? Le “nommage” fut l’un des thèmes majeurs évoqués à Autrans » (Le (...)

12Certaines réalisations lexicales, qu’elles soient en relation avec un concept ou un objet nouveau, comme imprimaticien10, micromiser11, bureau mobile12, ou qu’elles témoignent d’une nouvelle appréhension d’un phénomène ancien, telles que glau quissime pour sordide, ou nommage13 pour dénomination seront comprises approximativement par le locuteur francophone qui les rencontre pour la première fois, parce qu’elles mettent en œuvre, de manière certes originale, des éléments connus et identifiables.

  • 14 Nous avons proposé (Cusin-Berche, 1999) ce terme (forgé à partir de compo(sition) et (tron)cation) (...)

13Face, par exemple, à un énoncé du type les imprimaticiens contestent les dernières décisions, le cotexte permet de saisir partiellement, grâce au sémantisme du verbe contester, qu’il s’agit d’humains (et non, par exemple, de batraciens), mais cette information de caractère dénotatif se révèle insuffisante pour apprécier le sens de la désignation. En revanche, la connaissance du système lexical permet de rapprocher imprimaticien de imprimeur d’une part et du paradigme des noms désignant les personnes exerçant un métier d’autre part : technicien, électricien, informaticien ; donc si le profane ne peut asserter qu’il est confronté à un mot-valise, ou plus précisément ce que nous appelons une compocation14 (forgée à partir de imprim(eur inform)aticien), intuitivement il en saisira approximativement le sens par la similitude et la dissemblance avec des termes déjà rencontrés.

  • 15 L’inverse peut également se produire; par exemple, acteur, réservé pendant longtemps à la désigna- (...)

14Se réalisera de la même façon l’accès au sens de micromiser (décodé à partir de l’élément savant micro et du verbe minimiser), de bureau mobile (où bureau est associé à espace de travail et mobile à téléphone mobile, ordinateur mobile), de glauquissime (qui évoque l’adjectif glauque et le suffixe superlatif -issime) et de nom- mage (qui renvoie à nommer et au suffixe -age). Les composantes morphologiques se révèlent donc constitutives du sémantisme de l’unité lexicale, même si la fusion de plusieurs éléments ne correspond pas exactement à la somme de ses composants et bien que la lexicalisation, due aux emplois récurrents, induise une certaine érosion de la motivation initiale, autrement dit qu’elle soit susceptible d’accroître l’écart entre le sens componentiel et le(s) sens conventionnel(s).15

  • 16 Nous n’évoquons ici que les noms propres devenus communs à un tel point que les locuteurs actuels e (...)
  • 17 Unité de compte utilisée par les publicitaires pour hiérarchiser et évaluer les emplacements d’un p (...)
  • 18 « Manœuvre utilisant l’attraction d’un corps céleste pour modifier le vecteur vitesse d’un engin sp (...)
  • 19 En outre la siglaison, par exemple, qui met en défaut « la morphologie classique, concaténative, la (...)

15Certes, les procédures relevant du télescopage (sigles, acronymes, mots- valises, compocations), de l’emprunt, ou de l’antonomase linguistique16 favorisent la réalisation d’unités qui sont moins immédiatement décomposables et interprétables, et qui, de ce fait, impliquent un détour de type étymologique. Dans le premier cas, il s’agit de retrouver l’unité syntagmatique de base, comme en témoignent les attestations suivantes : ODV17 (Occasion De Voir), PACS (PActe Civil de Solidarité), netiquette (net (ét)iquette), gravicélération18 (gravi() (ac)célération). Il paraît difficile, toutefois, de soutenir que les auteurs de ces néologismes n’ont pas sollicité les formes de la langue pour construire ces mots ou ces expressions, dans la mesure où ils ont eu recours à une combinaison de moyens formels (composition et troncation).19

2.2 Les mots non construits

  • 20 Cette unité lexicale est intéressante à double titre, car elle témoigne de l’existence de procédure (...)
  • 21 « On dit qu’il y a calque linguistique quand, pour dénommer une notion ou un objet nouveaux, une la (...)
  • 22 « L’outing – de l’anglais “to out”, dévoiler, exposer –a véritablement explosé au début des années (...)
  • 23 Le Nouvel Observateur, 8-14 avril 1999, n° 1796, p. 8.
  • 24 Le Nouvel Observateur, 18-24 mars 1999, n° 1793, p. 112.

16Les deux autres lieux d’opacification (emprunt et antonomase) ont la particularité par rapport à ceux que l’on a évoqués ci-dessus de se présenter comme monomorphémiques (non construits et non complexes). Ils correspondent à une appropriation de signifiants – sans transformation, comme sandwich20 ou silhouette – ou avec assimilation – comme clone fabriqué à partir du grec klôn –, déjà constitués ailleurs ou en d’autres temps, ce qui revient à dire qu’ils ne sont pas nouveaux dans l’absolu. Du côté de l’auteur du néologisme, le mot est puisé dans sa culture technique ou littéraire pour l’antonomase, et linguistique s’il est emprunté à une autre langue ; dans ce dernier cas, éventuellement, il l’adapte à la morphologie/phonologie/syntaxe du français, ainsi qu’en témoigne l’orthographe de clone (et non klôn) par exemple, ou il traduit (recours au calque21), comme pour la souris du micro-ordinateur. Du coté du récepteur non prévenu (lors de la première occurrence du néologisme) – s’il n’a pas la même culture que le créateur –, la compréhension du mot s’appuie d’une part sur les indices métalinguistiques22 qui lui sont fournis (les reformulations éventuelles, comme « les réactions suscitées par le coming out (la sortie du placard) récent »23, ou « ce genre d’“outing” forcé, de délation telle que la pratiquent parfois les Anglo- Saxons »24), d’autre part sur le cotexte (environnement distributionnel, du type la maladie d’Alzheimer).

  • 25 En outre, il s’agit d’un phénomène universel : « Citons le chinois qui a saturé le vocabulaire du c (...)

17Ces procédures d’insertion constituent des « ressources » non négligeables et acquièrent de ce fait le statut de composantes du système. En effet, on sait que la pro- cédure d’emprunt est inscrite dans les fondements de la langue25 (fonds primitif hérité et emprunts constants), venant enrichir ainsi le stock d’unités lexicales simples, et que la lexicalisation de noms propres, qui implique une transgression catégorielle, est d’usage ancien (le Renart/d du Roman a supplanté son ancêtre le goupil depuis près de sept siècles) et demeure vivace, notamment dans les vocabulaires techniques et scientifiques où inventeur/découvreur et invention/découverte sont susceptibles d’être reliés par une dénomination commune.

2.3 La productivité morphologique

  • 26 « La manifestation anti-Pacs organisée le 7 novembre dernier par Christine Boutin », « Les couleurs (...)
  • 27 [Note des éditeurs] Pour parler d’affixe ou de formant, il faudrait prendre en considération l’éven (...)

18En outre, toutes ces formations relevant de ce qu’on appelle la créativité lexicale, et qui introduisent de nouveaux morphèmes, voire de nouveaux morphes – résultant de manipulations exercées sur des morphèmes attestés antérieurement –, participent également à la productivité par le fait même qu’elles se prêtent à la dérivation. Par exemple, pacser, anti-pacs26 confirment l’accession de l’acronyme au statut de morphème-base, managérat, managérial entérinent l’intégration de ce qui fut un emprunt, en tant qu’élément du système morphologique de la langue d’accueil, renarde, renardeau, renardière attestent de la généricité de renard. En ce qui concerne le télescopage, on constate – grâce, entre autres, aux unités lexicales du type infographiste, infocommunications, inforoute ou infogérance – qu’à partir d’un mot- valise, informa(tion automa)tique (Reboul, 1996), il est possible de forger d’autres termes, au sein desquels un ou deux segments (en l’occurrence info- et -tique) de ce qui servit de base sont susceptibles de fonctionner alternativement comme des affixes27. De même une troncation par apocope (vélocipède) permet à un segment atrophié de devenir une base productive de dérivation ou de composition (vélodrome, vélomoteur, véloski). Cette accession au statut de morphème de certains segments lexicaux illustre, de plus, la vivacité de l’interaction langue/discours que nous évoquions précédemment, puisque l’on considère traditionnellement que les néologismes sont d’abord affaire de discours avant de prendre (éventuellement) place au sein du système lexical, alors que dans ce cas on dispose d’une manifestation encore plus explicite de la bidirectionnalité, déjà signalée par L. Guilbert :

« On peut distinguer des formes néologiques non pas dans le processus parole → langue, mais inversement dans la relation langue →parole. Nous pensons particulièrement à des éléments formateurs du type mini, maxi, hyper […] avant d’accéder au niveau d’élément lexical doté d’un dynamisme créateur, ils se sont dégagés, en tant que tels, de premières réalisations lexicales » (Guilbert, 1975 : 44).

  • 28 Telles que : eurocrate, eurobanque, eurocentrisme, eurocrédit, eurodéputé, eurodevise, eurodollar, (...)
  • 29 « La troncation (abréviation syntagmatique) peut amener le préfixe à assumer la charge sémantique d (...)
  • 30 « Ce mode de création d’unités lexicales se caractérise par le télescopage de deux bases, dont cha- (...)

19Les exemples fournis par l’auteur sont certes interprétables comme des formants savants (latins pour les deux premiers et grec pour le dernier), ce qui suggère une relative disponibilité favorisant leur réemploi, mais les extensions récentes de euro(pe)28 – au sein desquelles il faut distinguer celles qui ont une valeur spatiale, territoriale (eurogrève), celles qui sont liées à la monnaie (eurodevise), et celles qui renvoient à l’entité politique (eurosceptique) – montrent plus clairement ce procédé de troncation donnant lieu à de nouvelles formations au sein desquelles la base tronquée est susceptible de remplir le rôle d’un préfixe29. On aurait pu être tenté de classer ces unités lexicales parmi les mots-valises, mais cela s’avère irrecevable puisque la règle morphologique constitutive de cette catégorie de mots30 n’est pas respectée (un seul des formants est tronqué et il n’y a pas de segment commun) et que la caractéristique sémantique mise en évidence par A. Grésillon – « le signifié du mot-valise s’obtient par une opération qui établit un rapport de co-prédication entre les signifiés des constituants A et B » (1983 : 89) – ne se retrouve pas dans les attestations citées ci- dessus – un eurosceptique n’est pas un Européen sceptique, mais une personne qui doute de l’efficacité de la communauté européenne – alors qu’elle est présente, par exemple, dans eurafricain.

2.4 Production et création ne sont pas dépourvues de systématicité

  • 31 J. Picoche et C. Marchello-Nizia, après avoir affirmé que « l’abrégement par troncation et siglaiso (...)

20La frontière établie entre production et création n’est pas étanche, mais, par cette distinction, on met en relief l’usage d’une part de procédures simples (dérivation, composition, troncation) et d’autre part de procédures complexes qui correspondent soit à la combinaison de deux procédés mis en œuvre simultanément (composition et troncation dans le cas de la siglaison et du télescopage), soit à un transfert (emprunt, antonomase) de signifiants qui acquièrent, ainsi, un contenu conceptuel en relation avec les connotations initiales. Celles-ci ne peuvent être considérées comme strictement aléatoires, comme « asystémiques » puisqu’elles sont sollicitées depuis des siècles, comme en témoignent la présence de sigles sur les médailles, les monuments anciens et les manuscrits médiévaux31, de mots-valises (tel sorbonagre résultant du télescopage de Sorbonne et onagre) dans l’œuvre de Rabelais, et de mots empruntés à diverses langues (comme nous l’avons déjà signalé) dans les dictionnaires français du XVIIe siècle. On constate une certaine régularité et une relative pérennité de ces procédures qui régissent le renouvellement constant du stock lexical (par la mise à disposition de nouveaux morphèmes), ce qui incite à les intégrer comme des éléments productifs du système et donc à partager le point de vue de M.-N. Gary-Prieur (1985 :

2163) : « Une langue évolue au cours du temps, et ce qui est perçu comme irrégulier à un moment donné peut être la trace d’une régularité ancienne, ou l’annonce d’une régularité future ».

  • 32 D. Corbin (1987), qui n’avait trouvé que deux exemples de “création” : gaz et scoubidou (p. 23), es (...)

22Ainsi pourrait-on considérer qu’à proprement parler seule la production lexicale est effective dans la mesure où il n’existe pas de « création ex nihilo »32 tant sur le plan morphologique que sémantique : les divers néologismes que nous avons évoqués montrent que la nouveauté se manifeste soit par l’association originale de morphèmes déjà répertoriés (dérivation, composition morphologique ou syntagmatique), soit par la combinaison d’éléments connus mais découpés de manière originale et accédant par là au statut de néomorphes. Ces manipulations ont pour conséquence le fait qu’une partie du sens qui se manifeste à travers les emplois soit conditionnée par la préexistence et la coexistence d’unités formant le système, même si (et parce que) les nouvelles combinaisons viennent suturer des vides et s’inscrivent différentiellement. Cela nous amène à considérer que si le sens d’une unité lexicale peut se préciser au sein d’un énoncé « en interaction avec les éléments qu’elle convoque » (Victorri, 1997 : 56), il n’en demeure pas moins qu’il est pour une part préconstruit par la langue.

3. La cinétique lexicale

23Concevoir, à l’instar de J.-F. Sablayrolles (1996 : 9), que les néologismes « forment une sorte de continuum qui part d’éléments qui ne sont pas primitivement des signes (suite de lettres ou de sons, syllabes), qui passe par des signes linguistiques non autonomes (morphèmes) et autonomes (mots) jusqu’à des séquences longues et complexes qui se démarquent de lexies mémorisées », s’avère une position séduisante. Mais cette présentation du phénomène ne permet pas de rendre compte de mouvements plus complexes, tant sur le plan morphologique que sur le plan sémantique, qui interviennent sur des unités déjà attestées et qui mettent en jeu la relation grammaire/lexique.

3.1 Mouvement morphologique

  • 33 L’insertion de mots anglais, par exemple, a introduit des déchiffrages particuliers tels que « end  (...)

24Le stock lexical se trouve, par le mouvement d’insertion et d’exclusion de morphèmes, dans une dynamique constante. Les procédures sollicitées sont diverses, mais elles ne varient pas fondamentalement dans le temps, contrairement à leur mise en œuvre qui se modifie et introduit des anomalies (provisoires ?) : les emprunts ne sont pas soumis systématiquement à une francisation graphique, perturbant ainsi l’harmonie graphie/phonie postulée33, les troncations ne s’opèrent pas toujours de manière prévisible : pourquoi info- ou -tique sont-ils sélectionnés tour à tour pour signifier informatique ? On ne répondra pas, ici, de manière détaillée à cette question qui, relevant de la problématique morphologique, fera l’objet d’une étude spécifique, mais on se contentera de signaler que « info- » en position initiale indique le moyen par lequel est réalisée l’activité désignée par le second formant (infocommunications : communications établies à l’aide de technologies informatiques ; infographie : dessins réalisés à l’aide de l’outil informatique ; infonaute : personne qui navigue à l’aide des systèmes informatiques), alors que « -tique » en position finale permet de dénommer une application informatique (bureautique : ensemble des techniques visant à automatiser les travaux de bureau ; domotique : ensemble des techniques visant à automatiser la gestion de l’habitation ; productique : ensemble des techniques visant à automatiser la production). Cette allomorphie apparente permet donc une gestion pertinente de la polysémie de l’unité lexicale informatique (outil, produit).

25Ainsi peut-on envisager que « le mot construit condense des informations exprimables en phrases [et] que, d’une certaine façon, la dérivation affixale ou la composition transforment une phrase (une proposition) en mot » (Mortureux, 1997 : 178), ce qui revient à démontrer que lexique et syntaxe peuvent être étroitement corrélés dans une perspective sémantique.

3.2 Mouvement statutaire

  • 34 « Le trait général de ces conglomérés est qu’une construction complexe se soude en un bloc, sans qu (...)
  • 35 « Carte électronique permettant, dans les transports en commun, de régler son droit de transport et (...)

26Cette relation est sans doute encore plus manifeste lorsque des segments syntaxiques deviennent des unités lexicales à valeur dénominative se présentant comme des lexies complexes de type N+ Adj (comme bureau mobile, mémoire morte, intelligence artificielle) ou N + SP (autoroute de l’information, banque de données, boule de commande) ou encore relevant de ce que É. Benveniste appelle des conglomérés34 (tels rendez-vous, tire-au-flanc, va-nu-pieds, passe sans contact35). On peut analyser ce changement de statut comme le résultat d’une dégrammaticalisation, voire d’une lexicalisation.

27Il est en effet d’usage d’opposer lexique et grammaire à partir d’une discrimination « catégorielle » comme le signalent M. Riegel et alii (1994 : 532) :

« Des choix théoriques et méthodologiques ont pu amener à exclure du lexique des mots “indésirables” appartenant à des catégories limitées et closes, dont de surcroît la valeur référentielle n’est pas toujours aisément identifiable. Il s’agit de mots grammaticaux tels que les prépositions, les conjonctions, les déterminants et les pronoms dont l’étude relève prioritairement de la syntaxe, mais que les dictionnaires de langue enregistrent, traitent et définissent au même titre que les autres mots. »

  • 36 On oppose « les lexèmes, appartenant à des inventaires illimités et ouverts, et les grammèmes, qui (...)

28Ainsi, à travers les dichotomies mots grammaticaux vs mots lexicaux (Delesalle et Gary-Prieur, 1976), mots outils vs mots pleins (Mortureux, 1997), grammèmes vs lexèmes (Dubois et alii, 1994), unités lexicales vs unités grammaticales (Rey-Debove, 1998) se matérialise une scission opérée sur des critères divers, soit de nature interne : la manière de signifier ou de référer, soit de manière externe : la potentialité extensive des deux « listes »36 édifiées sur les catégories grammaticales.

29Avant d’examiner chacun de ces critères de plus près, remarquons d’emblée l’aveu implicite de leur relative fragilité dans le fait que, s’il y a unanimité des auteurs cités à propos du classement des prépositions, des conjonctions et des déterminants, du côté des unités grammaticales, les pronoms ne sont mentionnés que par S. Delesalle et M.-N. Gary-Prieur, A. Niklas-Salminen et M. Riegel et alii ; en revanche, J. Dubois et alii sont les seuls à intégrer « certains adverbes ».

Une partition discutable

30Contrairement à ce que suggère la constitution de « listes », on a affaire à un continuum plutôt qu’à des classes étanches opposables. Par exemple, si l’on observe l’ensemble des prépositions telles que répertoriées par M. Riegel et alii (1994 : 369), on constate qu’un certain nombre d’unités relevées sont « issues par conversion d’autres catégories : adverbe (devant, derrière), adjectifs (J’ai lu tous ses romans, sauf le dernier – Il a de l’argent plein les poches), noms (côté cour, question sentiments) et surtout participes passés (vu, excepté, passé (huit heures)) et présents (suivant, durant, moyennant, étant donné). »

31Mais cette conversion n’est pas définitive ; en d’autres termes, si l’emploi adverbial a précédé l’emploi prépositionnel, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui devant et derrière peuvent être adverbes (il marche devant, il marche derrière), prépositions (il regarde droit devant lui, il regarde derrière lui) et même noms (le devant de la maison/le derrière de la maison) ; que sauf est soit adjectif (l’honneur est sauf), soit préposition (avoir perdu tout, sauf l’honneur) ; que plein peut être adjectif (un verre plein), préposition (des idées plein la tête) ou nom (il a fait le plein). Les autres prépositions citées ont également plusieurs appartenances que nous ne développons pas ici car elles ne font que confirmer ce qui est perceptible à partir des premières : une unité grammaticale est associable à plusieurs catégories et une unité lexicale est susceptible de devenir une unité fonctionnelle.

Des classes qui ne sont pas si fermées qu’on le dit

  • 37 A. Martinet (1969 : 175) relie, d’ailleurs, l’émergence des « nouveaux indicateurs de fonction (pré (...)
  • 38 On pourrait ajouter histoire :« J’ai fait ça, histoire de l’embêter ».

32Si les noms, verbes et adjectifs forment des classes ouvertes, on ne saurait souscrire à l’idée que toutes les unités grammaticales constituent des classes fermées37. Ainsi M. Noailly-Le Bihan (1982 : 334) relève-t-elle de multiples attestations de prépositions « nouvelles » telles que côté, question, façon, genre, rayon, style, tendance, version38 et en déduit que « ces opérations de transfert intéressent probablement les lexicologues, qui devront admettre que de telles unités substantives ont désormais dans la langue un emploi parallèle de prépositions et que cette classe, qu’on dirait close, est au contraire bien ouverte. »

33G. Gross (1994 : 227) montre aussi que ce que l’on présente le plus souvent comme des « locutions » prépositives ou conjonctives n’a rien de figé et se prête à des variations qui excluent que l’on parle de liste fermée : dans le but de, dans le seul et unique but de, dans un but évident de (où évident commute avec bon nombre d’adjectifs), afin de/que, à cette fin de/que, etc.

Une distinction sémantique contestable

34On peut, encore, s’interroger sur les critères sémantiques distinctifs (l’absence d’apport substantiel et la dimension aréférentielle) qui caractériseraient différentielle- ment les unités grammaticales. En se fondant sur des exemples d’unités grammaticales telles que les prépositions à ou de et en les opposant à des unités lexicales comme chat ou pomme, on est prédisposé à admettre que les premières sont

  • 39 Par exemple le Trésor de la Langue Française consacre vingt pages à la préposition de (Volume VI, 7 (...)

35« vides » référentiellement et seulement fonctionnelles alors que les secondes auraient un référent aisément identifiable. Comme le disent M. Arrivé et alii (1986 : 559), « pour certaines prépositions, l’éventail des interprétations est tellement vaste qu’il devient difficile de leur accorder un statut autonome. »39

36Mais on ne peut pas généraliser à l’ensemble des prépositions ce qui vaut pour à et de : des morphèmes tels que avant ou après évoquent tout autant que précéder ou suivre un certain concept, et il en est sans doute de même pour entre, hors ou hormis, malgré ou parmi. D’ailleurs des commutations sont parfois possibles entre mots dits « pleins » et mots dits « vides » ou « fonctionnels » ; on pourrait admettre comme paraphrastiques il est pour cette candidature/il soutient cette candidature, où pour véhicule l’essentiel du sens puisque il soutient cette candidature/il est contre cette candidature ne sont plus synonymes. De même pour il vient avec sa sœur/il accompagne sa sœur, ou encore sous prétexte qu’il avait mal à la tête, il ne voulut pas participer à la fête peut être considéré comme l’équivalent de prétextant qu’il avait mal à la tête, il ne voulut pas participer à la fête.

37On constate donc une relation synonymique entre des unités dites grammaticales et des unités dites lexicales.

Des relations lexico-sémantiques traditionnelles

38Le fait que les unités grammaticales soient fréquemment polysémiques ne constitue pas un critère distinctif qui permette de les opposer aux unités lexicales, car il s’agit bien d’une propriété des langues.

39Ainsi, contre n’est pas toujours l’équivalent de opposé : Max était contre le mur de Berlin n’exclut pas « que Max, en tant que personne physique, fut concrètement appuyé contre un certain ouvrage de maçonnerie » (Leeman, 1998 : 451), auquel cas on n’utilisera pas opposé mais adossé. Néanmoins, en contexte, on note que contre n’est pas remplacé par opposé ou adossé mais par opposé à ou adossé à, ce qui revient à dissocier deux éléments, l’un lexical, donc substantiel sémantiquement, l’autre purement relationnel, mais tous deux associés dans contre. De même sans peut être remplacé par dépourvu de (une voiture sans moteur/une voiture dépourvue de moteur) et avec par muni de (une voiture avec moteur/une voiture munie d’un moteur). Ces substitutions peuvent aussi être opérées à partir de conjonctions (quand tu viendras/au moment où tu viendras) ; et on notera enfin que comme (il est comme son frère/il est semblable à son frère) peut avoir comme antonyme un adjectif (il est différent de son frère).

40Les relations antonymiques et synonymiques qui sont généralement présentées comme des éléments structurels qui organisent le lexique concernent également les unités grammaticales : sur/sous, avant/après, et/ou forment des paires au même titre que beau/laid ; et car est un équivalent de puisque, parce que, de même que en et dans signifient tous deux l’intériorité, vers dans aller vers est synonyme de en direction de comme le nom cause (la cause de ma venue) est susceptible de commuter avec raison, objet, etc.

  • 40 « C’est une relation lexicale très générale qui contribue à gérer les relations entre mots différen (...)

41Le troisième type de relation fréquemment évoqué à propos des unités lexicales relève de la métonymie40. Si, par exemple, on considère qu’une phrase comme l’usine est en grève témoigne d’une acception métonymique de l’unité usine (qui désigne en l’occurrence le personnel de l’usine), on peut envisager à travers certains exemples illustrant ce que G. Gross (1996 : 125) appelle des prépositions composées, que les formes « simples » entretiennent une relation métonymique avec la catégorie complexe : « j’ai reçu ces remerciements du (de la part du) voisin. Ce bijou a été réparé par (par les soins de) Paul ».

42On souligne, en outre, que les unités grammaticales, comme les unités lexicales, sont soumises à des restrictions distributionnelles ; autrement dit, de la même manière qu’un verbe sélectionne ses noms sujets (La porte grince/ ? ? La générosité grince) ou objets (je casse un œuf/ ? ? je casse un bœuf), une préposition est susceptible d’imposer un choix dans ses arguments ; ainsi D. Leeman (1994a) remarque-t-elle que dans permet difficilement la localisation relativement à la personne (Il y a des pépins dans le raisin/ ? ? Il y a des reins dans l’homme), et à l’inverse chez exclut le non-animé (chez le coiffeur/*chez le salon de coiffure) (Cadiot, 1997). Il y a des verbes qui ont très peu de restrictions : par exemple, voler peut a priori être associé à des N concrets et abstraits (voler un livre, voler une idée), animés ou non (voler un chat, voler une voiture), et il en est de même de certaines prépositions telles que malgré ou sans (malgré/sans le livre, malgré/sans l’idée, malgré/sans le chat, malgré/sans la voiture). De même, dans les déterminants, l’article défini paraît ne pas connaître de restrictions distributionnelles, ce qui n’est pas le cas du partitif et de l’indéfini : J’ai l’argent/de l’argent/*un argent ; J’ai le billet/*du billet/un billet.

43On en déduit que certaines unités grammaticales, hormis leur dimension fonctionnelle (elles mettent en relation soit deux énoncés soit deux unités), sont pourvues d’un sens lexical et dans ce cas elles ne « réfèrent » pas moins que les verbes ou les adjectifs avec lesquels elles peuvent commuter.

De la relativité du critère de la définition par inclusion

  • 41 L’exemple fourni concerne « que : pronom relatif désignant une personne ou une chose », à quoi est (...)

44Dire que les mots grammaticaux « ont un contenu pauvre, quasiment réduit à leur fonction » (Lehmann et Martin-Berthet, 1998 : 21) soit apparaît comme une généralisation abusive, soit nécessite une redéfinition de la catégorie susvisée. Ce besoin se manifeste d’autant plus que ces auteurs présentent l’impossibilité d’une définition « par le système de l’inclusion »41 comme une propriété, commune aux mots grammaticaux et aux primitifs lexicaux, témoignant de la faiblesse du contenu sémantique des items concernés. Il semble cependant que peu d’adjectifs (par exemple, dans le Nouveau Petit Robert, la définition de beau est « qui plaît à l’œil ») possèdent un archilexème, alors que leur sens est réputé « plein », et a contrario qu’un pronom tel que nous peut-être considéré comme un incluant de je + alii. En outre, comme les unités lexicales ne peuvent pas être caractérisées dans leur entier par une relation d’inclusion, on ne peut retenir ce critère pour les différencier des unités grammaticales, si on maintient les catégories en l’état.

Une grammaticalisation qui n’est pas toujours à sens unique

  • 42 Les auxiliaires traditionnels (avoir, être) comme les auxiliaires modaux (devoir, pouvoir) relèvent (...)

45Les études sur la grammaticalisation considèrent, quant à elles, que la langue évolue du lexical au grammatical, du concret vers l’abstrait et enfin du moins grammatical au plus grammatical, du moins abstrait au plus abstrait (voir Heine, Claudi et Hünnemayer, 1991). Cette idée peut, en effet, être illustrée par l’évolution de verbes comme aller qui indique un déplacement et qui par la suite est susceptible de devenir un auxiliaire temporel42 (je vais dessiner un mouton) ; ou par la disparition du sens concret d’un mot tel que volage qui faisait référence à l’action de voler avec des ailes et qui désormais indique l’inconstance, et par le développement polysémique de quand, qui « dès les premiers textes est employé comme conjonction au sens temporel » (Rey et alii, 1992), puis se prête à l’expression de l’opposition, jugée moins concrète dans la mesure où elle repose sur une catégorie logique (et non chronologique).

  • 43 Sans compter les nombreuses unités lexicales composées dont le format de tête est une préposition ((...)

46Pourtant, hormis la lexicalisation de syntagmes verbaux (les conglomérés) tels que rendez-vous, que nous avons évoquée précédemment, on remarque que certains syntagmes prépositionnels comprenant un pronom, comme chez soi (on est bien chez soi/chacun veut un chez soi), ou quant à soi (rester sur son quant-à-soi) sont susceptibles de devenir des noms43. On pourrait citer encore des formes plus complexes du type : qu’en dira-t-on ou chacun pour soi (craindre le qu’en dira-t-on/le chacun pour soi est devenu la règle) et l’usage nominal de certaines prépositions comme pour, contre (mesurer le pour et le contre), voire de certaines conjonctions (le pourquoi et le comment). Seules les conjonctions de coordination paraissent résister à ces variations, bien qu’on trouve dans le vocabulaire informatique un « et » correspondant à une « fonction booléenne appliquée à deux ou plusieurs variables qui conduit à leur produit logique » (Morvan, 1996 : 95).

  • 44 « Cet on a toujours raison […] le on exerce une dictature» (Morfaux, 1980 : 247).
  • 45 « C’est le je qui a conscience de ce moi » (Morfaux, 1980 : 185).
  • 46 « Le consommateur serait en train de développer son “moi/nous”, attitude qui se caractérise par un (...)
  • 47 « Le nom, au masculin singulier au sens de “son bien, sa propriété” (v. 1175), ne s’emploie plus qu (...)

47Dans les vocabulaires de spécialité, on rencontre de nombreuses créations nominales par transformation statutaire : les philosophes emploient le on44, les psychanalystes utilisent le moi, le sur-moi, le je45 et le ça, les marchandiseurs (techniciens du marketing) usent du moi/nous46. De même peut-on considérer que le pronom possessif est susceptible d’accéder à un statut nominal puisque les miens/les siens/les tiens sont commutables avec mon/son/ton entourage familial (Pense aux tiens !) et des siennes avec des sottises (il a encore fait des siennes)47. En outre, si des pronoms, des prépositions ou des conjonctions sont susceptibles de devenir des noms (donc des unités lexicales), on observe aussi que le développement polysémique ne va pas nécessairement d’un sens plus concret (ou moins abstrait) à un sens moins concret (ou plus abstrait), comme en témoigne les miens. Ainsi, la bidirectionnalité semble inscrite en langue et ne nous permet pas de maintenir « clôtures » et « limites » comme des caractéristiques permanentes qui permettraient de distinguer les unités grammaticales des unités lexicales.

48L’opposition unités lexicales/unités grammaticales, construite sur les critères des auteurs cités précédemment, est pertinente, mais nécessite d’affiner la définition en extension qui en est donnée : ce qui est proposé comme des spécificités sémantiques justifiant la constitution d’une classe unité grammaticale n’est pas vérifiable sur toutes les prépositions (a fortiori sur les locutions prépositives), à propos de toutes les conjonctions… ; en d’autres termes, ce n’est pas valide pour toutes les composantes en toutes circonstances.

3.3 Mouvement sémantique

49Loin d’être un épiphénomène, la néologie sémantique, origine de la polysémie, correspond à un mouvement interne qui satisfait cette nécessité existentielle, pour la langue, de conjuguer changement et stabilisation, extension et économie. Dès qu’une forme nouvelle est intégrée au lexique, son sens évolue et se délie de la « prescription morphologique » fondatrice, l’écart étant particulièrement sensible lorsque l’unité produite s’inscrit dans un processus dénominatif.

  • 48 Actualisation qui correspond à ce que P. Cadiot et F. Nemo (1997 : 31) appellent un « emploi catégo (...)

50Ainsi, pour reprendre un exemple déjà utilisé (afin d’illustrer la procédure de siglaison), lorsqu’un locuteur francophone rencontre ODV pour la première fois, il peut se livrer à deux types d’interrogation : soit demander ce que signifie ODV, et alors Occasion De Voir constituera une réponse pertinente ; soit ce qu’est une ODV, et dans ce cas le décryptage du sigle sera secondaire (il faudra préciser que c’est une unité de compte permettant de classer des emplacements publicitaires en fonction du nombre de personnes qui auront l’occasion de voir le panneau). Alors que demander ce que signifie renard amènerait l’interlocuteur à expliciter ce que c’est (c’est le nom d’un mammifère carnivore). En revanche, le glissement d’un usage dénominatif (nom d’une catégorie d’animaux) à un usage désignatif (Kleiber, 1984) non prototypique (méfie-toi de cet homme, c’est un vieux renard !)48 construit sur un stéréotype culturel (le renard du Roman a pour propriétés d’être rusé et habile) pourvoit le lexème d’une valeur qualifiante significative.

51L’infléchissement du sens, opéré par la sélection de sèmes afférents et révélé par la modification de l’affectation référentielle, confirme l’existence, sous la pression de l’environnement lexical et culturel, d’une dynamique sémantique similaire à celle qui est en œuvre sur le plan morphologique dans la mesure où il y a sélection d’éléments existants (sèmes connotatifs dans le cas de la néologie sémantique, morphes dans le cas de la néologie formelle) et réemploi partiel qui donne lieu à une nouvelle combinaison.

  • 49 On aurait pu choisir un exemple plus contemporain tel que conséquent, qui, employé au sens d’im- po (...)

52Dans le processus d’évolution du sens, on peut considérer, accessoirement, le phénomène d’érosion mis en lumière par la comparaison de type diachronique entre glose étymologique et sens en usage : par exemple49, comprendre fut le « doublet sémantique de prendre jusqu’au XVIe s., employé avec la valeur très violente de “empoigner, happer” » (Rey et alii, 1992 : 461), puis il a évincé entendre dans l’usage courant. Synchroniquement, cela n’a l’intérêt que d’illustrer le processus de glissement sémantique – comprendre ayant le sens de prendre évolue vers le sens véhiculé alors par entendre et en définitive élimine ce dernier, qui prend la place de ouïr –, conditionné par des contraintes de type sémiotique, et de confirmer la validité de la loi économique : la langue élimine les doublons sémantiques, alors qu’elle tolérerait quelques homonymes. Toutefois les cas d’homonymie incontestables et absolus (i.e. homophones et homographes) sont peu nombreux comparativement aux lexèmes polysémiques, à la multiplication des valeurs ou des sens acquis par un item, laquelle pose un problème aigu de délimitation et de représentation de la diversité.

  • 50 « Le but étant l’analyse du sens, on a souvent été conduit à considérer comme homonymes des termes (...)

53Quelques lexicographes, tels J. Dubois et ses collaborateurs, désirant privilégier la dimension sémantique aux dépens du repère formel, ont opté, lors de la conception du Lexis50, pour un traitement homonymique d’unités considérées dans la tradition dictionnairique comme polysémiques et, simultanément, pour un regroupement des dérivés au sein du même article. Ainsi, bon fait l’objet de cinq entrées dans ce dictionnaire, alors que le Nouveau Petit Robert et le Petit Larousse Illustré n’en proposent que deux. Toutefois, toutes les acceptions ne sont pas séparées de cette manière – le premier article du Lexis concernant bon est subdivisé en cinq gloses définitionnelles –, ce qui tend à montrer que l’écart entre le sens initial et les acceptions suivantes est graduable. La formalisation, esquissée par R. Martin (1983 : 63) pour rendre compte de la pluralité de sens, structure nettement ces degrés de proximité divers entre les différentes acceptions – restriction de sens, extensions de sens, relation métonymique, relation métaphorique, polysémie étroite, polysémie lâche – et s’appuie sur le principe que l’homonymie n’est attestée qu’en l’absence de tout sème commun.

  • 51 Caractérisée, selon R. Martin, par la présence d’un seul sème spécifique commun.
  • 52 Comme celle d’un étudiant de Nanterre pour qui exil correspondait à sortir de l’île… Ou encore le r (...)

54De fait, la question des frontières se pose : l’application systématique du critère étymologique ne peut être considérée comme pertinente pour tous les cas (par exemple voler-dérober/voler de ses propres ailes n’ont plus de sèmes communs) ; la séparation en vertu de la catégorie grammaticale (appliquée par le PLI et le NPR pour le dégroupement de bon : 1. adjectif, 2. nom) n’est pas toujours adaptée ; le nom bleu et l’adjectif bleu ne sont opposables qu’en fonction de leur emploi en discours, et il n’y a d’ailleurs qu’une seule entrée dans les dictionnaires cités ci-dessus. En outre, le critère référentiel (relation à un objet du monde) ne peut servir à décider en faveur de l’homonymie puisque, pour reprendre les catégories relationnelles définies par R. Martin, les relations métaphoriques, métonymiques et la polysémie lâche51 reposent sur cette variation. Il semble, d’ailleurs, que les usagers de la langue tentent toujours (quitte à fournir des gloses fantaisistes52) de mettre au jour un dénominateur commun aux différentes acceptions d’une même forme, comme le confirme J. Rey- Debove (1998 : 219) :» Les “dégroupements” sont très mal acceptés par les locuteurs qui cherchent en vain le lien rompu par le choix homonymique. »

  • 53 Le signifié de puissance « se présente comme une description empirique sémantiquement, un ensemble (...)
  • 54 « […] Il nous semble indispensable de comprendre qu’il n’y a pas pour la langue de monde sans l’hom (...)

55D’où les tentatives de J. Picoche (inspirées des théories guillaumiennes) fondées sur l’établissement d’un signifié de puissance53 et, dans un tout autre cadre théorique, celle de P. Cadiot et F. Nemo reposant sur la distinction entre propriétés extrinsèques et propriétés intrinsèques54 pour trouver un principe organisateur qui rende compte de l’unité et de la diversité. Ces deux démarches très stimulantes s’opposent à la démarche lexicographique traditionnelle dans la mesure où elles ne sont pas construites sur les « choses » mais sur les emplois diversifiés d’un lexème.

56La première repose sur l’analyse des vocables, l’examen des usages attestés (par exemple : il est monté à cheval/il est monté sur ses grands chevaux/il a coupé sa queue de cheval) pour élaborer une définition qui permette de rendre compte des effets de discours. Ainsi, s’appuyant sur le « continuum » (posé par G. Guillaume), Picoche, récusant la notion de noyau sémique, adopte une présentation qui inclut le domaine concret, comme en témoigne, entre autres, la définition de cheval extraite de son « Micro-dictionnaire » (1993 : 159) : « Le mot cheval désigne une espèce d’animal domestique herbivore, nommée par les zoologistes équidés, ou seulement le mâle adulte de cette espèce. Le cheval est normalement la propriété de son maître […] I. Sa taille […] 2. Sa morphologie […] 3. Sa puissance […] ».

57A contrario la démarche de P. Cadiot et F. Nemo (1997 : 26-28), dont le postulat initial implique que les propriétés intrinsèques n’aient « pas grand-chose à voir avec le sens du nom », ne peut rendre compte du sens d’un mot « quand il désigne une réalité dont il est aussi le nom », ce qui est susceptible d’exclure de l’examen de la pluralité des sens l’acception que l’on pourrait appeler fondatrice, dans la mesure où, pour l’exemple ci-dessus, cela amènerait à écarter « espèce d’animal domestique » de la définition du lexème cheval.

  • 55 « On peut soutenir que les sèmes afférents de fleuve sont plus permanents que les sèmes inhérents, (...)

58Il semble, en effet, que la polysémie d’une unité lexicale se développe à partir des sèmes connotatifs, dont les propriétés extrinsèques sont susceptibles de rendre compte, comme en témoigne la démonstration de M. Noailly à propos de fleuve55. Cependant si les emplois non dénominatifs exhument les traits permanents constitutifs du signifié, l’existence d’usages dénominatifs divers est également révélatrice. Ainsi l’unité lexicale souris, qui est initialement le nom d’un petit mammifère rongeur, mais qui a servi également à désigner une femme avec laquelle un homme entretient des relations éphémères, une partie charnue située à l’extrémité du gigot et un boîtier connecté à un micro-ordinateur, du fait de ses multiples usages dénominatifs, n’actualise plus de manière constante le trait animé mais se trouve caractérisée par petitesse, rondeur : ce qui, lors d’une première approche, pouvait paraître secondaire (ce que l’on considère comme des sèmes connotatifs) est susceptible de correspondre, par la suite, au noyau sémique de l’unité, lequel est trop abstrait et minimaliste pour fournir une définition différentielle donc pertinente et opérationnelle du lexème.

59Loin d’être un phénomène mineur et perturbateur, la polysémie apparaît comme une donnée essentielle, voire existentielle, de la langue en général et non seulement du lexique en particulier (comme en témoigne, par exemple, la polysémie des formes temporelles). Toutefois, selon S.-N. Known-Pak (1997 : 32), les langues extrême-orientales seraient moins exposées à ce phénomène, ce qui s’explique par le fait que « plus une langue est ambiguë syntaxiquement, moins elle comporte de mots polysémiques, et vice versa ». Ainsi retrouvons-nous la nécessité d’articuler lexique et grammaire dans une perspective de complémentarité et non d’identité.

60L’examen des procédures néologiques que nous avons mené, mettant en exergue une relative systématicité dans le développement du lexique, tant sur le plan morphologique que sur le plan sémantique, tend à convaincre, paradoxalement, d’une continuité qui milite en faveur de l’existence d’une identité lexicale conçue comme un signifié construit en et par la langue, susceptible d’évoluer en discours mais dont le sens est, et demeure, conditionné pour partie par le système. La dimension grammaticale est particulièrement sollicitée à travers les phénomènes de conversion, de lexicalisation et de grammaticalisation : c’est dire qu’elle permet d’identifier certains mouvements lexicaux internes non repérables morphologiquement. On remarque à ce propos que la grammaticalisation est traditionnellement appréhendée comme un appauvrissement de sens, alors que la lexicalisation associée à la» dégrammaticalisation » est pressentie comme un enrichissement.

61Cependant, on peut supputer l’existence d’un sens grammatical procuré par l’appartenance catégorielle, mais il faudrait le construire de manière à subsumer toutes les variations observables : ce que procure l’appartenance à la classe ‘verbe’ est plus abstrait que ce que recouvrent les étiquettes action, état, etc. Le sens de la catégorie ‘verbe’ est différent du sens des catégories ‘nom’, ‘adjectif’… Autrement dit les mots cause (N), causer (V), à cause de (Prép) s’opposent en ce qu’ils véhiculent différemment la notion de « cause » du fait qu’ils appartiennent à des catégories différentes. Réciproquement à cause de (Prép), au moment de (Prép), jusqu’à (Prép) ont en commun, du fait qu’il s’agit de prépositions dans les trois cas, leur manière de véhiculer respectivement la cause, le moment ou le lieu. En tant que prépositions, elles partagent leur sens grammatical, mais s’opposent par leur sens lexical. De même peut-on envisager l’existence d’un sens syntaxique donné par le statut mais qui resterait à élaborer pour définir ce qui est commun, par exemple, à tous les sujets vs tous les objets vs tous les attributs, pour tenter de saisir le sens de la fonction ‘sujet’ en elle-même et non celui des mots qui l’assurent dans les énoncés.

62Actuellement, on ne dispose pas de définition vraiment satisfaisante des sens grammaticaux (du signifié correspondant au signifiant que constitue l’appartenance catégorielle) ni des sens syntaxiques (du signifié correspondant au signifiant que constitue la position dans la structure de la phrase), c’est pourquoi on ne peut corréler systématiquement catégorie grammaticale, position syntaxique et sens lexical. Néanmoins, dans une perspective exploratoire d’ordre lexicologique, les approches grammaticale et syntaxique constituent des outils, certes imparfaits mais indispensables, pour mettre au jour des indices permettant d’appréhender le(s) sens d’un lexème à partir de ses actualisations discursives.

Notes

1 Par exemple, le statut d’épithète n’est assumable que par l’adjectif.

2 « Les unités lexicales […] doivent être définies en termes d’emplois dans le cadre des phrases où elles apparaissent » (Le Pesant et Mathieu-Colas, 1998 : 6).

3 Ainsi J. Lyons (1980 : 69) fait remarquer que « la distinction entre nom et verbe, en anglais, est corro- borée par tout un ensemble de différences syntaxiques et flexionnelles qui font qu’on n’a aucun mal à identifier snow comme forme verbale […] et snow comme forme nominale […] la distinction entre le verbe “snow” et le nom “snow” ne peut se faire sur des bases purement sémantiques ». É. Benveniste (1966 : 152) à propos de la distinction entre verbe et nom déclare qu’« une opposition entre “procès” et “objet” ne peut avoir en linguistique ni validité universelle, ni critère constant, ni même sens clair.»

4 « Parmi les unités linguistiques, on distingue encore deux catégories, qui s’opposent par leur façon de faire sens : d’une part, il ya des mots […] qui, même en dehors de tout emploi dans un énoncé, évoquent une réalité […]. D’autres mots […] ne réfèrent pas » (Mortureux, 1997 : 10).

5 L’activité grammaticale « suppose qu’on puisse attribuer des propriétés à une formation langagière sans avoir aucun égard ni à celui qui la profère ni à son éventuel destinataire ni aux circonstances de la profération. D’où il suit que certaines de ces propriétés seront hors circonstances, c’est-à-dire constantes » (Milner, 1989 : 45).

6 « Il n’y a que des mots et des expressions particulières, dont il faut établir, une par une, les règles d’emplois. Ces règles ne se combinent pas nécessairement et ne forment pas ce tout qu’on pourrait appeler une langue. […] Si l’on croit cela, alors la linguistique est illusoire» (Milner, 1989 : 44).

7 « Le lexique est dans la langue le lieu de l’irrégularité, du contingent, de la créativité individuelle » (Delesalle et Gary-Prieur, 1976 : 18) ; « La matière lexicale à traiter est caractérisée par l’hétérogénéité » (Rey-Debove, 1998 : 212).

8 Exemple emprunté à M.-N. Gary-Prieur (1985 : 59).

9 « Les sèmes inhérents résument des relations réflexives au sein de classes sémantiques; les sèmes afférents, dits improprement connotatifs, résument des relations non réflexives entre des classes, que d’autres auteurs – dans un contexte théorique différent – ont nommé fonctions pragmatiques » (Rastier, 1996 : 12).

10 « Imprimeur spécialisé dans l’impression à partir de documents numériques» (Otman, 1998 : 168).

11 « Action de remplacer de grands systèmes informatiques par des systèmes plus petits assurant des services équivalents » (Journal Officiel, 7 mars 1993).

12 « 1. Bureau installé dans un véhicule automobile spécialement aménagé […] 2. Ensemble d’outils informatiques et de télécommunications mobiles destiné à un professionnel itinérant » (Otman, 1998 : 50).

13 « Quel nom donner à son site Web? Le “nommage” fut l’un des thèmes majeurs évoqués à Autrans » (Le Monde, 19-20 janvier 1997).

14 Nous avons proposé (Cusin-Berche, 1999) ce terme (forgé à partir de compo(sition) et (tron)cation) pour désigner un ensemble d’unités lexicales apparentées au « mot-valise » mais qui s’en distinguent par le fait que le « segment commun aux deux bases » (Mortureux, 1997 : 52) est tout au plus réduit à une seule lettre (ici le m) lorsqu’il n’est pas tout simplement absent comme dans héliport (héli(coptère aéro)port) ; c’est dire que les bases se repèrent difficilement.

15 L’inverse peut également se produire; par exemple, acteur, réservé pendant longtemps à la désigna- tion d’une personne exerçant un métier artistique, est aujourd’hui remotivé comme en témoignent les allusions aux acteurs sociaux ou économiques.

16 Nous n’évoquons ici que les noms propres devenus communs à un tel point que les locuteurs actuels en ont oublié l’origine; c’est le cas par exemple de renard, géant, galopin, vandale, furie, bougre, pou- belle, silhouette

17 Unité de compte utilisée par les publicitaires pour hiérarchiser et évaluer les emplacements d’un pan- neau.

18 « Manœuvre utilisant l’attraction d’un corps céleste pour modifier le vecteur vitesse d’un engin spa- tial » (Quemada, éd., 1983 : 147).

19 En outre la siglaison, par exemple, qui met en défaut « la morphologie classique, concaténative, la morphosyntaxe et la sémantique », est récupérée « par le système : la forme des mots ainsi créés semble bien contrainte par la forme du mot français en général » (Mortureux, 1994 : 24).

20 Cette unité lexicale est intéressante à double titre, car elle témoigne de l’existence de procédures antonomasiques dans la langue anglaise, puisque c’est le cuisinier du comte de Sandwich (1718-1792) qui inventa cette forme de repas sommaire pour éviter à son maître de quitter sa table de jeu.

21 « On dit qu’il y a calque linguistique quand, pour dénommer une notion ou un objet nouveaux, une langue A (le français, par exemple) traduit un mot simple ou composé, appartenant à une langue B (allemand ou anglais, par exemple) en un mot simple existant déjà dans la langue ou en un terme formé de mots existant aussi dans la langue » (Dubois et alii, 1994 : 73).

22 « L’outing – de l’anglais “to out”, dévoiler, exposer –a véritablement explosé au début des années 90 » (Le Nouvel Observateur, 8-14 avril, 1999, n° 1796, p. 28).

23 Le Nouvel Observateur, 8-14 avril 1999, n° 1796, p. 8.

24 Le Nouvel Observateur, 18-24 mars 1999, n° 1793, p. 112.

25 En outre, il s’agit d’un phénomène universel : « Citons le chinois qui a saturé le vocabulaire du coréen, du japonais et de l’annamite; le sanskrit dont l’influence sur le vocabulaire culturel de l’Asie centrale, de l’Inde et de l’Indochine a été considérable » (Sapir, 1968 : 54).

26 « La manifestation anti-Pacs organisée le 7 novembre dernier par Christine Boutin », « Les couleurs primaires, ça fait trop anti-Pacs » (Le Nouvel Observateur, 18-24 mars 1999, n° 1793, p. 112).

27 [Note des éditeurs] Pour parler d’affixe ou de formant, il faudrait prendre en considération l’éventuelle valeur dénominative des séquences tronquées : -tique est un formant lorsqu’il conserve la valeur déno- minative de informatique.

28 Telles que : eurocrate, eurobanque, eurocentrisme, eurocrédit, eurodéputé, eurodevise, eurodollar, eurofranc, eurogrève, euromarché, euromissile, eurosceptique, eurosignal, eurostratégique, eurovision.

29 « La troncation (abréviation syntagmatique) peut amener le préfixe à assumer la charge sémantique de l’unité entière» (Dubois et alii, 1994 : 377).

30 « Ce mode de création d’unités lexicales se caractérise par le télescopage de deux bases, dont cha- cune est tronquée, dans des conditions telles que le mot créé conserve un segment commun aux deux bases » (Mortureux, 1997 : 52).

31 J. Picoche et C. Marchello-Nizia, après avoir affirmé que « l’abrégement par troncation et siglaison sont des procédés strictement modernes » (1994 : 340), constatent :« Le sigle est un fait d’économie de la langue […] Il y en a d’anciens : NSJC “Notre Seigneur Jésus-Christ”, INRI “Iesus Nazaremus, Rex Iudaeorum”, RPR “Religion Prétendue Réformée”, SAR “Son Altesse Royale”, SM “Sa Majesté”, simples abréviations de copistes qui n’apparaissent nullement dans les domaines où nous les trouvons aujour- d’hui » (1994 : 364).

32 D. Corbin (1987), qui n’avait trouvé que deux exemples de “création” : gaz et scoubidou (p. 23), est amenée à rectifier à la suite d’une recherche plus approfondie cette proposition (p. 519). De même, J. Picoche et C. Marchello-Nizia, qui n’excluent pas cette possibilité, demeurent discrètes sur les exemples :« la langue crée sans cesse, mais pas ex nihilo (ou tout à fait exceptionnellement) ; elle utilise, par divers procédés, des formes déjà existantes » (1994 : 338).

33 L’insertion de mots anglais, par exemple, a introduit des déchiffrages particuliers tels que « end » de week-end que l’on prononce [~ ], alors qu’en français on pourrait l’oraliser [ã] comme dans prend. Mais peut-on considérer week-end comme un mot étranger, alors qu’il est inséré depuis un siècle et que son sens n’est plus exactement conforme au sens originel? En outre, les diverses propositions émises à pro- pos de la réforme de l’orthographe témoignent de la dysharmonie de cette relation graphie/phonie au sein même du vocabulaire français.

34 « Le trait général de ces conglomérés est qu’une construction complexe se soude en un bloc, sans que les éléments soient mutilés ou altérés » (Benveniste, 1966 : 171).

35 « Carte électronique permettant, dans les transports en commun, de régler son droit de transport et d’ouvrir les portiques d’accès » (Otman, 1998 : 288).

36 On oppose « les lexèmes, appartenant à des inventaires illimités et ouverts, et les grammèmes, qui appartiennent à des inventaires fermés et limités » (Dubois et alii, 1994 : 276) ; « deux types d’unités se distinguent par les faits suivants : les morphèmes lexicaux sont extrêmement nombreux et leur liste est ouverte […] les morphèmes grammaticaux sont en nombre restreint et leur liste est fermée » (Niklas- Salminen, 1997 : 19).

37 A. Martinet (1969 : 175) relie, d’ailleurs, l’émergence des « nouveaux indicateurs de fonction (prépositions, conjonctions, locutions, locutions prépositives ou conjonctives) » à « un accroissement de la complexité des relations humaines [qui] entraînera nécessairement une perception plus aiguë de la variété des rapports entre les différents éléments de l’expérience ».

38 On pourrait ajouter histoire :« J’ai fait ça, histoire de l’embêter ».

39 Par exemple le Trésor de la Langue Française consacre vingt pages à la préposition de (Volume VI, 717-737) et vingt et une à la préposition à (Volume I, 2-23).

40 « C’est une relation lexicale très générale qui contribue à gérer les relations entre mots différents aussi bien qu’entre acceptions différentes d’un même mot (polysémie) » (Mortureux, 1997 : 85).

41 L’exemple fourni concerne « que : pronom relatif désignant une personne ou une chose », à quoi est ajouté le commentaire : « pronom n’est pas un incluant de l’univers de référence mais un incluant de l’univers des signes », ce que nous ne récusons aucunement; cependant la présence d’une mention catégorielle au sein de l’énoncé définitoire ne constitue pas, à nos yeux, une preuve de l’inexistence d’un archilexème mais témoigne d’une stratégie lexicographique. On pourrait, en effet, rencontrer la définition suivante de maison : nom commun désignant un bâtiment d’habitation.

42 Les auxiliaires traditionnels (avoir, être) comme les auxiliaires modaux (devoir, pouvoir) relèvent du même processus, i.e. en certains contextes ils perdent leur sens initial au profit de valeurs particulières. On peut étendre ce constat aux « verbes supports » tels qu’étudiés par divers membres du laboratoire longtemps dirigé par M. Gross (faire dans faire un voyage n’a pas la même valeur que faire dans faire un meuble/fabriquer un meuble).

43 Sans compter les nombreuses unités lexicales composées dont le format de tête est une préposition (sans-abri, sans-papier, contre-expertise, contre-exemple, pourboire, au-delà, pardessus, sauf-conduit, etc.).

44 « Cet on a toujours raison […] le on exerce une dictature» (Morfaux, 1980 : 247).

45 « C’est le je qui a conscience de ce moi » (Morfaux, 1980 : 185).

46 « Le consommateur serait en train de développer son “moi/nous”, attitude qui se caractérise par un foisonnement de liens faibles, de nouvelles proximités » (Badot et alii, 1998 : 241).

47 « Le nom, au masculin singulier au sens de “son bien, sa propriété” (v. 1175), ne s’emploie plus que dans la locution y mettre du sien (1696) “contribuer à, favoriser qqch par sa bonne volonté”. Courant au masculin pluriel, les siens (v. 1240), il équivaut à “sa famille, ses amis, ses partisans”. La locution familière faire des siennes signifie (1558) “faire des folies, des sottises” » (Rey et alii, 1992 : 1942).

48 Actualisation qui correspond à ce que P. Cadiot et F. Nemo (1997 : 31) appellent un « emploi catégo- risant non dénominatif ».

49 On aurait pu choisir un exemple plus contemporain tel que conséquent, qui, employé au sens d’im- portant, est maintenant mentionné par les lexicographes, mais avec circonspection (« (emploi critiqué) »), alors qu’il semble s’installer dans la langue avec une valeur superlative (très important = conséquent).

50 « Le but étant l’analyse du sens, on a souvent été conduit à considérer comme homonymes des termes qui, jusqu’ici, du fait de leur étymologie, étaient considérés comme une seule et même unité » (Lexis, préface 1979, Larousse, Paris).

51 Caractérisée, selon R. Martin, par la présence d’un seul sème spécifique commun.

52 Comme celle d’un étudiant de Nanterre pour qui exil correspondait à sortir de l’île… Ou encore le récent slogan publicitaire de Monoprix/Prisunic « Dans ville, il y a vie ».

53 Le signifié de puissance « se présente comme une description empirique sémantiquement, un ensemble compact de sèmes qui n’apparaissent presque jamais tous à la fois en discours parce que le contexte en filtre un, ou quelques-uns seulement, et crée autour d’eux ces associations stables que sont les acceptions cataloguées dans les dictionnaires » (Picoche, 1992 : 81).

54 « […] Il nous semble indispensable de comprendre qu’il n’y a pas pour la langue de monde sans l’homme et que les mots assument d’emblée un monde avec l’homme, la dynamique interne des mots ayant son origine […] dans cet avec. […] pour décrire un objet, il faut décrire à la fois ses propriétés intrinsèques (désormais PI), ses propriétés neganthropiques, et le type de rapport que l’on entretient avec lui que nous appellerons propriétés extrinsèques (désormais PE). Le terme de rapport étant défini comme la forme spécifique que prend le contact avec un objet » (Cadiot et Nemo, 1997 : 24).

55 « On peut soutenir que les sèmes afférents de fleuve sont plus permanents que les sèmes inhérents, ce qui semble quelque peu paradoxal » (1996 : 36).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540