Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots et leurs contextes

 | 
Fabienne Cusin-Berche

Les mots entre langue et discours

Du cotexte au contexte

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre» Sens et contre sens : du cotexte au contexte », dans la Revue de Sémantique et Pragmatique n° 1, p. 135-146, Sup’Or, Université d’Orléans, 1997.

Texte intégral

1Une recherche qui s’inscrit dans une perspective lexicologique fondée sur l’analyse des mots en discours – plus particulièrement sur l’introduction de nouvelles désignations au sein d’un sociolecte déterminé – afin de cerner les acceptions des vocables et leur influence sur les lexèmes amène inéluctablement à confronter aux données pragmatiques les résultats de la description sémantique immanente. Nous envisageons donc, à titre d’hypothèse, que l’approche pragmatique permet de prendre en considération l’ensemble des éléments implicites qui reposent sur un (des) savoir(s) supposé(s) partagé(s) et qui, en définitive, conditionnent le sens des constituants linguistiques du message. Si la prise en compte de ces données cognitives ou situationnelles semble incontournable pour interpréter le sens d’un énoncé et par conséquent des vocables qui le constituent – rechercher son ascendant ne signifie pas la même chose pour l’astrologue et pour le généalogiste –, on peut s’interroger sur l’effet exercé par ces données sur la langue. Ainsi, doit-on considérer que la notion syntaxique concernant la forme interrogative est nulle et non avenue, parce que pragmatiquement des phrases telles que Pouvez-vous vous taire/me passer le sel/ouvrir la fenêtre ?, formellement interrogatives, correspondent davantage à des injonctions polies qu’à des questions portant sur la possibilité de réaliser l’acte ? Ou encore, pour utiliser un exemple d’ordre lexical, faut-il intégrer au sémème de l’adjectif ‘mortel’ un sème ‘intensité’ ? Cet ajout pouvant être envisagé parce que, comme l’atteste le Nouveau Petit Robert, mortel est susceptible de correspondre à « extrêmement… (ennuyeux) » (« C’était mortel comme d’habitude » J.-P. Sartre), et que la génération des « vingt ans » l’utilise, avec une connotation laudative, pour qualifier un événement, une chose, une personne perçus comme « extraordinaires ». Le problème étant que l’énoncé X est mortel est susceptible, suivant la situation énonciative, soit d’être mis en relation avec Socrate est mortel et ainsi de rappeler une composante essentielle de la condition humaine, soit d’indiquer, contrairement au syllogisme bien connu, que X a une personnalité hors du commun, appréciée de manière positive.

  • 1 Tel qu’il a été présenté par G. Kleiber (1994a).

2L’intérêt que nous portons au contexte1s’insère, donc, dans une problématique lexicologique, ce qui revient à dire que notre appréhension de l’articulation sémantique/pragmatique est d’ordre méthodologique et que notre approche est étroitement conditionnée par le souci de déterminer quantitativement et qualitativement l’influence de l’environnement contextuel sur la construction du (des) sens d’une unité lexicale. Aussi la démarche adoptée repose-t-elle sur le présupposé théorique d’une interaction constante entre langue et discours, qui a pour corollaire l’interdépendance dynamique entre l’unité abstraite, le lexème, et l’unité discursive, le vocable.

1. L’unité lexicale entre langue et discours

3Le sémantisme d’un vocable n’est en effet accessible qu’en contexte ; ce n’est qu’au regard de l’insertion du mot dans une phrase que l’on peut envisager par exemple qu’un lexème tel que ‘femme’ a deux valeurs ou deux acceptions – pour reprendre la terminologie de R. Martin (1983) –, celle d’« épouse » dans Ma femme est une sorcière et celle d’« être humain de sexe féminin » dans La femme est une sorcière. De même cette insertion est incontournable pour mettre en évidence que le signifiant ‘avocat’ est homonymique, puisque le même avocat ne peut, sauf circonstances tout à fait exceptionnelles méritant un article dans la rubrique des faits divers, être à la vinaigrette et à la Cour. Aussi estimons-nous, à la suite d’É. Benveniste (1966 : 290), que « le “sens” d’une forme linguistique se définit par la totalité de ses emplois, par leur distribution et par les types de liaison qui en résultent ».

4Toutefois, l’utilisation des données, ainsi recueillies, pose un problème d’ordre méthodologique et un problème d’ordre théorique en rapport avec la structure du système lexical. Le premier consiste à éviter de se livrer à des déductions trop hâtives, de type mécaniste, sur l’interrelation discours/langue, qui pourraient aboutir, pour prendre un exemple caricatural, à décider que vie, bifteck, pain et croûte sont des synonymes inscrits dans le système lexical parce que l’on a constaté une équivalence discursivo- sémantique entre gagner sa vie, gagner son bifteck, gagner son pain et gagner sa croûte. L’examen de l’ensemble de la distribution de chacune de ces unités lexicales empêche cette convergence, bien que l’équivalence contingente prouve que d’un point de vue notionnel vie, bifteck, pain et croûte ont quelque chose en commun.

5Le second problème porte sur l’utilisation des résultats d’une exploration contextuelle et rejoint notre présupposé théorique. Il s’articule autour de l’appréhension du mot comme « unité de discours définie par son contexte », ou comme « unité de langue » dont les actualisations discursives « impliquent des variations de sens selon les contextes », pour reprendre les termes de J. Dubois et C. Dubois (1971). Les deux approches présentées ont pour conséquence l’adoption d’un choix stratégique différent amenant soit à privilégier un système de représentation fondé sur l’homonymie, soit à favoriser une structuration reposant sur la polysémie. La première option (en vigueur dans le Dictionnaire de la langue française, Lexis) invite à considérer, par exemple, que le signifiant ‘élever’ est pourvu de trois signifiés distincts perceptibles à travers trois types de contexte : élever un fardeau, élever un enfant, élever un animal, c’est-à-dire qu’il y aurait trois homonymes dont les relations ne seraient que formelles (identité graphique et phonologique), similaires à celles entretenues entre les avocats à la Cour et à la vinaigrette. La seconde option, à laquelle d’ailleurs nous adhérons, vise à privilégier, à partir de l’analyse de multiples contextes, l’unité de sens et pourrait permettre de présenter les diverses acceptions comme autant de « dérivés sémantiques », ce qui amènerait à traiter le cas illustré par avocat comme un épiphénomène et à dégager des trois acceptions de élever les sèmes communs paraphrasables de la manière suivante : faire accéder à un niveau supérieur. S’approchant ainsi de l’idéal saussurien par la mise en correspondance d’un signifiant avec un signifié, cette démarche se révèle particulièrement pertinente pour le traitement automatique des langues, à partir du moment où l’on fait intervenir des spécificateurs discursifs.

6La divergence théorique fondamentale, qui s’exprime à travers ces deux approches, nous intéresse directement puisqu’elle conditionne la définition du rôle joué par le contexte : la première approche, en effet, revient à dénier l’existence d’un sens en langue et de ce fait attribue au contexte un rôle heuristique, alors que la seconde amène à considérer le contexte comme pourvoyeur éventuel de sèmes secondaires ou comme actualisateur de sèmes virtuels. Toutefois, les tenants de l’une ou de l’autre théorie mettent tous en évidence la nécessité d’étudier le mot en des contextes divers pour circonscrire, dans le premier cas, le sens du vocable et, dans le second, celui du lexème. Mais qu’entendent-ils par contexte ? Pour J. Dubois et C. Dubois (1971), il s’agit de la « situation » et de la « distribution » et, pour É. Benveniste (1966), de « l’emploi » et de la « distribution ». Aussi le recours à la notion de contexte nécessite-t-elle la prise en compte d’éléments hétérogènes, syntaxiques et/ou énonciatifs, que nous souhaitons dissocier à travers les désignations cotexte versus contexte.

2. Cotexte vs contexte

7Travaillant sur des discours produits au sein d’une même entreprise (EDF), appartenant à un registre identique de type socio-économique, c’est-à-dire ayant un thème commun, celui de la direction des hommes, nous constatons (Cusin-Berche, 1998) que, malgré l’apparente homogénéité de la situation énonciative, les mêmes unités désignatives sont susceptibles d’acquérir des valeurs diverses non usuelles (par exemple : acteurs désignant les employés, ou client désignant un supérieur hiérarchique). De ce fait, nous nous sommes interrogée sur la validité opératoire d’une délimitation des zones d’influence exercée respectivement par l’environnement linguistique immédiat, la distribution de l’unité lexicale observée, et par l’environnement situationnel de l’énoncé sur l’appréhension du sémantisme non seulement d’un vocable en usage, mais encore du lexème correspondant. On empruntera à C. Kerbrat- Orecchioni (1980) le nom de cotexte en l’infléchissant légèrement, dans la mesure où on l’utilisera pour désigner de manière restrictive ce qui relève de l’unité phrastique, de la distribution, et on réservera le nom de contexte à tous les éléments cognitifs, situationnels ou intertextuels, susceptibles d’intervenir dans le processus de construction ou d’identification du sens.

8La tentative de distinguer les effets de sens produits par le cotexte des effets induits par le contexte convie à adopter une démarche pragmatique, à se préoccuper de l’interprétation situationnelle des énoncés et à évaluer sa pertinence dans une perspective sémantique, puisque la finalité est de déterminer le sens en langue des unités lexicales constitutives de l’énoncé et d’évaluer l’incidence des environnements sur la construction du sémème associé au lexème.

2.1. Distorsion entre sens contextuel et interprétation contextuelle

9En premier lieu, de manière à examiner la recevabilité de l’hypothèse d’une différenciation des effets de sens entre cotexte et contexte, il faut vérifier s’il y a nécessairement convergence ou si les indices cotextuels peuvent aller parfois à contresens des indications contextuelles.

  • 2 [Note des éditeurs] « Hyponymie/hyperonymie : relation (sémantique) hiérarchique entre des mots tel (...)

10De fait certains usages discursifs inventoriés par la rhétorique classique mettent en évidence une distorsion significative. Ainsi en est-il de certains énoncés relevant de ce qu’on appelle l’antiphrase comme Quel beau temps ! ou Que tu as bonne mine ! dont l’éventuelle portée ironique reposerait sur l’inadéquation antinomique entre le sens linguistique produit par la cooccurrence des éléments et la situation prise comme référence. Si l’effet discursif recherché est, ici, de l’ordre du superlatif – l’antiphrase ne se justifiant que si le temps est jugé exécrable ou la pâleur considérée comme extrême –, on pourrait également prendre en compte des énoncés relevant de la litote et de l’euphémisme puisqu’ils sont susceptibles de représenter d’autres manifestations de cet écart entre sens produit et sens induit. Ces trois « figures » paraissent exemplaires dans la mesure où elles confirment la possibilité d’opposer dans certains cas « sens linguistique » et» interprétation » d’un énoncé. Aucun élément linguistique ne permet, en effet, d’identifier l’antiphrase en tant que telle, ni de décider qu’une phrase isolée comme Va, je ne te hais point, illustration stéréotypée de la litote, est équivalente à Je t’aime, ni qu’un malentendant est un sourd profond (sauf, éventuellement, l’intonation). Donc seuls les éléments contextuels vont permettre au récepteur de décrypter le message correspondant aux intentions du locuteur. Le sens des unités lexicales utilisées ne s’en trouve pas modifié, mais leur interprétation dans ces circonstances s’appuie sur la constitution préalable de réseaux sémantiques invitant à remplacer soit un mot par son antonyme dans le cas d’une antiphrase, soit un hyponyme par son hyperonyme2 dans le cas de l’euphémisme.

11Ce phénomène est susceptible de se manifester, également, au travers d’emplois spécifiques d’embrayeurs. En effet, si nous prenons l’exemple de ‘je’ qui, d’après Benveniste (1966), et conformément à l’usage le plus fréquent, « désigne celui qui parle et implique en même temps un énoncé sur cette personne », nous savons qu’il peut, en des contextes d’énonciation particuliers, lorsque énonciateur et locuteur sont susceptibles d’être dissociés, ne pas référer au sujet parlant ; ainsi que l’illustreraient de manière caricaturale un énoncé hypocoristique du type Oh ! Comme je gazouille, je vais bientôt pouvoir parler, moi, qui par définition concerne quelqu’un qui est dépourvu de la faculté de parole (enfant en bas âge), ou l’emploi de la locution figée Ce travail est fait à la va comme je te pousse.

12De tels exemples attestent du fait que les indices cotextuels et les indications contextuelles peuvent en certaines circonstances être contradictoires, c’est-à-dire que le sens prototypique construit à partir du cotexte est susceptible d’être invalidé par le contexte d’énonciation. Ils montrent également que si le contexte, exclusivement, permet de saisir de manière adéquate l’énoncé, la discordance interprétative ne modifie pas le sens linguistique des unités constitutives de l’énoncé. On serait, donc, tenté d’en déduire que les données contextuelles d’ordre situationnel n’ont d’incidence que discursive, reposant sur une disjonction provisoire entre signe et situation référentielle, et, comme le démontre C. Kerbrat-Orecchioni (1980) à propos des déictiques, de conclure que c’est le référent qui varie avec la situation et non pas le sens.

2.2. Effets linguistiques du contexte sur le système lexical

13Toutefois, tout changement du cadre référentiel exerce une influence sur l’appréhension du sémantisme de l’unité lexicale concernée par cette transposition et devient susceptible de favoriser la mise au jour des sèmes spécifiques occultés précédemment.

  • 3 Une étude approfondie de la relation ‘agent’/‘acteur’ se trouve au chapitre 5 (deuxième partie).

14Nous avons observé qu’une modification qui va à l’encontre des habitudes associatives concernant la relation signe/référent peut provoquer dans certaines circonstances un glissement sémantique de l’unité désignative, le contexte imposant la reconnaissance de l’émergence d’une nouvelle acception ou la prise en compte d’une acception spécifique. À titre d’exemple, on a pu remarquer, dans le corpus EDF évoqué précédemment, l’usage au sein d’une entreprise publique d’un mot comme acteur, introduit en 1978 pour qualifier un rôle valorisant revendiqué par les agents de l’entreprise, ainsi qu’en témoignent les trois attestations suivantes3 :

« Ce sera de plus en plus à EDF, comme ailleurs, le rôle d’acteur d’un libre jeu et de moins en moins celui d’interfaces […] que revendiqueront les agents »
[Direction de la Distribution (1978), Une politique pour l’amélioration de la communication, EDF]

« …les exigences de l’homme au travail qui peuvent se résumer ainsi : devenir plus acteur et moins sujet »
[Direction de la Distribution (1978), Une politique pour l’amélioration de la communication, EDF]

« L’agent EDF a le sentiment d’être assez peu un acteur et plus un spectateur » [anonyme (1979), Les relations humaines dans l’entreprise, EDF]

puis utilisé, à partir de 1988, pour désigner les agents d’EDF, c’est-à-dire ceux qui sont chargés des tâches d’exécution, comme le prouve la phrase :

« L’expérience montre que c’est sur l’acteur – celui qui exécute, celui qui fait – […] que repose, pour l’essentiel, la qualité »
[Direction Générale (1988), Le projet-qualité, EDF].

15Ces usages particuliers ont donc pour effet non seulement d’accroître la valeur strictement administrative de la désignation ‘agent’ (dévalorisée par la concurrence de ‘acteur’), mais encore de supprimer la relation de acteur au domaine artistique et le trait ‘fictif’ associé à la paraphrase définitionnelle de acteur-comédien – celui qui joue un rôle – au profit du domaine socio-économique et du caractère effectif du rôle exercé, de la dimension réelle de l’action accomplie. Néanmoins, une étude du contexte de acteur au sens de comédien met en évidence la relation entretenue par ce vocable avec ‘action’ (voir l’unité d’action prônée par le théâtre classique) et montre que, opposé à ‘figurant’, il désigne également « celui qui agit ». Aussi peut-on considérer que l’emploi entrepreneurial venant compléter l’emploi artistique a pour vertu de mettre au jour le noyau sémique de ‘acteur’ dont la formulation serait : « participant à l’action », que cette action soit représentée au théâtre ou dans un film, ou encore vécue directement. N’apparaît donc pas un nouveau sens, mais une nouvelle acception, dans la mesure où nous avons des sèmes communs stables auxquels viennent s’ajouter des « sèmes spécifiques »– pour reprendre la terminologie de B. Pottier (1974) – différentiels. L’effet sémantique constaté ne correspond pas exactement au même processus que celui qui préside à la constitution de désignations métaphoriques puisqu’il s’agit d’une sorte de remotivation du sens compositionnel établi à partir de la base nominale action et l’adjonction du suffixe -eur indiquant qu’il s’agit d’un agent humain.

16En revanche, les désignations métaphoriques qui, par définition, induisent une ambivalence de l’unité lexicale concernée imposent un transfert référentiel étroitement associé au maintien, au moins partiel, du sens antérieur. Aussi peut-on passer son temps à ouvrir puis à fermer des fenêtres ; l’effet et la réalisation de l’opération vont différer selon qu’il s’agit des fenêtres d’un bâtiment ou des fenêtres d’un document informatique, mais on ne peut nier la similarité conceptuelle entre les deux : espace délimité où apparaissent des données extérieures. On note que, dans ce cas, par opposition aux figures mentionnées à la page 20, le rétablissement du contexte d’énonciation ne contredit pas les données cotextuelles ; il permet de sélectionner les sèmes à actualiser. Toutefois la lexicalisation de la métaphore, institutionnalisant la polysémie du lexème, va faire émerger des cotextes spécifiques témoignant de la constitution d’une nouvelle acception tels que Activer la fenêtre ouverte (attestée dans Le manuel de l’utilisateur, diffusé par Microsoft) qui sont susceptibles de signaler le contexte particulier de validité, en l’occurrence un domaine technique, et d’actualiser des sèmes contenus potentiellement dans ‘fenêtre’.

  • 4 Les notions de sème inhérent et de sème afférent sont définies à la note 9, p. 32.

17Un phénomène sémantique similaire se manifeste au sein d’énoncés relevant d’une construction métonymique, comme pourrait en témoigner la présence fréquente dans les discours tenus à EDF des syntagmes : Les clients coupés ou Les clients mal alimentés. La connaissance du contexte d’énonciation permet, en effet, de saisir que les prédicats coupés et mal alimentés ne concernent pas les clients en tant qu’êtres humains – ce qui aurait pu se produire dans un contexte médical – mais l’alimentation en courant électrique qui peut être interrompue ou de mauvaise qualité. Comme précédemment, il n’y a pas ici contradiction entre l’information contextuelle et l’information cotextuelle, mais complémentarité : la première permettant de reconstruire la structure profonde et de saisir le message dans sa spécificité. Dans la mesure où ce type de formulation est récurrent, il acquiert de ce fait un caractère figé occultant le processus elliptique originel : on peut émettre l’hypothèse que le trait [+ humain] contenu dans l’acception courante de client serait susceptible de disparaître dans certains discours, et devrait donc être considéré comme un sème afférent, et non inhérent4, relevant de ce que B. Pottier (1974) désigne par « virtuème ». Militerait en faveur de l’inscription en langue de cette disparition l’usage de client comme adjectif, qui est mentionné par le Trésor de la Langue Française (« L’essor des industries clientes de la houille ») et que l’on trouve fréquemment dans les discours des entreprises.

18Après avoir envisagé l’influence du cadre référentiel sur la production ou la reconnaissance de nouvelles acceptions, on peut s’interroger sur les rôles du cotexte et du contexte dans la résolution d’une ambiguïté lexicale ayant pour origine l’existence d’unités homonymiques. M. Charolles (1996 : 164-165) montre très clairement qu’une phrase telle que À l’aéroport de Strasbourg, il y a dix vols par jour contient des indices cotextuels qui invitent à saisir vol en relation avec l’aviation, mais pourrait être comprise comme véhiculant des informations sur les vols commis par des voleurs, cela pour des raisons liées à une fréquence d’emploi plus élevée entraînant « une plus grande saillance dans le lexique mental ». Cependant, eu égard à notre préoccupation de délimiter l’influence du cotexte par rapport à celle du contexte, nous n’en concluons pas que « l’interprétation du lexème vol est indépendante du contexte » (ibid.), mais qu’elle est imperméable à la suggestion cotextuelle, parce que dominée ou conditionnée par la contextualisation mentale. Aussi constate-t-on que le cotexte minimaliste ne permet pas toujours de résoudre l’ambiguïté lexicale, de réduire la polysémie initiale et donc de choisir le sens idoine lorsqu’un signifiant est susceptible d’être associé à deux signifiés perçus dans la conscience synchronique comme étrangers l’un à l’autre.

  • 5 Construit à partir des composantes morphologiques : act(-ion) + -eur.

19Ce rapide parcours a permis de vérifier que lorsque les données situationnelles entrent en contradiction avec les données linguistiques, il n’en résulte pas de modification du sens des unités lexicales mais un changement d’ordre pragmatique pesant sur l’interprétation de l’énoncé, et qu’en revanche une unité lexicale faisant l’objet d’un nouvel emploi, c’est-à-dire utilisée dans un contexte jusqu’alors inhabituel, peut, tout en conservant le même environnement linguistique et le même noyau sémique, acquérir des sèmes complémentaires qui infléchissent légèrement le contenu du sémème soit par le biais de la métaphore (fenêtre), soit par le biais de la métonymie (client), ou encore par remotivation du sens compositionnel (acteur5). Nous avons également remarqué que lorsqu’un signifiant dispose en langue de deux signifiés (vol), l’environnement linguistique du mot observé peut militer en faveur d’un des sens, lequel est susceptible d’être invalidé sous l’influence du contexte énonciatif ou cognitif. De ce fait, on serait tenté de considérer que la dissociation cotexte/contexte est possible et, à partir des exemples traités, que le contexte énonciatif peut assumer un rôle déterminant non seulement pour l’interprétation pragmatique mais encore pour la détermination sémantique de l’unité lexicale, et qu’il doit être pris en compte lorsqu’on désire inventorier les potentialités sémantiques d’un lexème et les relier entre elles dans la perspective de la construction d’un signifié unitaire.

2. Sens discursif et sens linguistique

20Pour mettre en évidence le rôle du contexte, nous avons jusqu’ici privilégié des exemples neutralisant le cotexte, ce qui pourrait laisser entendre que ce dernier n’exerce que peu d’influence sur le sémantisme de l’unité lexicale, alors qu’au sein d’un discours le cotexte sert le plus souvent de révélateur sémantique et d’indicateur contextuel. C’est ce qu’illustre une phrase paradoxale telle que « Je vous le concède elle est morte mais elle n’est pas décédée » – extraite du film L’armoire volante de Carlo Rim – qui présente linguistiquement un problème dans la mesure où décédé est présenté discursivement comme l’antonyme de mort, alors qu’il est inscrit dans le système lexical comme un quasi-synonyme. Il y a donc une anomalie cotextuelle, reflétant d’ailleurs une situation insolite, et qui ne peut être résolue qu’à travers la mise en relation de deux registres énonciatifs divergents : l’un « non marqué » qui renvoie à l’absence de vie, l’autre de type juridico-administratif qui implique la réalisation d’un acte officiel attestant l’absence de vie.

  • 6 La notion de signifié de puissance est définie à la note 53, p. 47.

21Aussi nous semble-t-il important d’observer les principales données cotextuelles agissant sur la constitution de réseaux notionnels et sémantiques afin de cerner la valeur d’un vocable et de définir précisément le signifié de puissance6 du lexème. L’analyse menée à partir du corpus entrepreneurial (évoqué précédemment), qui a pour cible l’introduction de nouvelles désignations, nous a amenée à vérifier que la détermination néologique se manifestant discursivement constituait un objet privilégié pour observer l’interaction langue/discours puisque, d’une part, l’usage de nouvelles unités est conditionné par le système lexical et que, d’autre part, la langue s’enrichit grâce aux actualisations discursives dictées par des données extralinguistiques.

  • 7 La notion de paradigme désignationnel est définie à la note 1, p. 127.

22L’approche distributionnelle nous a permis, entre autres, d’établir ce que M.-F. Mortureux (1993) appelle des « paradigmes désignationnels »7, c’est-à-dire de repérer les désignations entrepreneuriales en vigueur depuis cinquante ans fonctionnant de manière coréférentielle avec les désignations managériales, récemment entrées en usage. Ainsi est-ce à partir de critères distributionnels que nous avons rapproché les vocables ‘agent’ et ‘acteur’ ou encore ‘usager’ et ‘client’. L’étude des cotextes a, par exemple, mis en évidence que les agents comme les acteurs sont considérés comme des exécutants susceptibles d’être motivés, impliqués, mobilisés, préparés, responsabilisés, qu’ils peuvent avoir des compétences, etc. Ils ont donc un certain nombre de prédicats communs qui militent en faveur d’une équivalence discursive établie à partir du raisonnement suivant : si on peut dire la même chose de X et de Y, c’est que X et Y sont similaires. Cependant, ils se distinguent par le fait que seuls les agents sont susceptibles de bénéficier de mesures administratives (être nommé, affecté, géré, logé, etc.) et que les acteurs, exclusivement, peuvent être créatifs, faire preuve d’un esprit d’invention, etc.

23Aussi peut-on en déduire linguistiquement, à partir de ces données discursives, que ‘agent’ correspond, notamment, à une étiquette administrative désignant une catégorie d’individus définie en fonction de son appartenance (en l’occurrence, à un service public), et qui, en raison de son statut, bénéficie de dispositifs influant sur sa vie personnelle et professionnelle, alors que ‘acteur’ renvoie à ceux qui ont agi dans une situation donnée, sans pour autant être les instigateurs des procès auxquels ils ont prêté leur concours, ce qui revient à dire qu’il ne s’agit que d’une désignation fonctionnelle, voire situationnelle. La similitude marquée par la coréférentialité discursive et la dissemblance suggérée par l’attribution de prédicats spécifiques à chacune de ces deux unités sont corrélables à des données morphologiques : ‘acteur’ étant formé sur un thème de supin, pour reprendre la terminologie de M. Plénat (1988), c’est-à-dire forgé à partir de ‘action’ et marqué par le trait ‘accompli’, il ne peut désigner qu’une personne en fonction de sa participation à l’action. Alors que ‘agent’, formé sur un thème verbal, est un nom qui désigne la personne ou la chose qui a pour fonction d’agir. Il ne correspond pas à une estimation qualitative mais à une étiquette relativement vague.

  • 8 [Note des éditeurs] « Holonymie/méronymie : relation (sémantique) entre des mots dont l’un (holonym (...)

24Le repérage systématique des distributions analogues et différentielles d’unités lexicales construit à partir de l’inventaire des positions syntaxiques permet de vérifier le degré de synonymie postulée à partir d’une coréférentialité qui n’aurait pu être qu’accidentelle et qui, dans ce cas, n’aurait d’incidence que discursive. Toutefois, l’exploitation de la dimension cotextuelle ne se limite pas à la prise en compte de la distribution ; elle permet également d’examiner les relations cooccurrentielles favorisant une investigation sémantique plus approfondie. Par exemple, la présence de l’unité lexicale en position d’attribut et l’étude des attributs qui lui sont fournis lorsque les deux pôles entretiennent des relations consubstantielles se révèlent très informantes (comme nous le verrons par la suite), de même l’instauration de relations holonymiques signalées par l’emploi des deux-points introduisant l’énumération des constituants (méronymes)8.

25Ainsi, lorsqu’on travaille sur un corpus authentique, les données cotextuelles doivent être corrélées aux indications contextuelles, c’est-à-dire que l’on ne peut accéder à la valeur des unités discursives, et donc déterminer le sens des unités lexicales, sans conjuguer de manière constante approche pragmatique et description sémantique. Par exemple, cherchant à cerner le sens de client dans le discours tenu par EDF, nous observons les énoncés suivants :

« L’usager, qui était devenu progressivement client, devient aujourd’hui un client sans cesse plus exigeant qui fait jouer à son profit, de façon extrêmement forte, la concurrence entre les énergies »
[Direction Générale (1988) Le management stratégique, EDF]

« L’usager naguère captif est devenu un client légitimement de plus en plus exigeant, faisant jouer à son profit la concurrence entre énergies »
[Direction Générale (1989) EDF, notre ambition, EDF]

« L’abonné est devenu un client »
[Direction Générale de GDF (1990) Les orientations stratégiques de gaz de France, EDF]

« EDF, passée en quelques décennies d’un monopole hexagonal alimentant des abonnés captifs à une entreprise industrielle et commerciale en concurrence avec d’autres énergies, présente sur le marché européen, et servant des clients bien informés » [Direction Générale (1991) Le management à EDF, EDF]

26Ces phrases, qui attestent la coréférentialité de client et d’usager puis celle de client et d’abonné, mettent simultanément en évidence l’existence d’un interstice différentiel entre usager/abonné d’une part et client d’autre part, puisque le verbe devenir indique un changement d’état. Lors d’une première approche, les antinomies discursives présentées ici pourraient, en fonction d’une connaissance du domaine linguistico-juridique, être mises en relation avec un changement statutaire de l’entreprise qui n’appartiendrait plus au service public et aurait donc été privatisée. Toutefois cette interprétation reposant sur des connaissances extra-discursives, et qui est conforme à l’usage courant, est invalidée par la réalité. Or, dans la mesure où le changement de désignation (on passe de usager à client) n’est pas corrélable avec un changement du statut juridico-économique, nous avons ici un indice pragmatique qui nous amène à considérer que client et usager sont pourvus dans le contexte d’acceptions non usuelles : il reste donc à examiner comment ces emplois spécifiques s’inscrivent en langue.

27Lorsqu’on observe le cotexte, afin de découvrir ce qui justifie la mutation désignative proposée par EDF, on s’aperçoit que l’usager comme l’abonné sont dits captifs, alors que le client est présenté comme accroissant sans cesse son exigence, laquelle est mise en relation avec l’émergence de la concurrence détrônant le monopole hexagonal. Ainsi est dénoncée une évolution comportementale des consommateurs (devenus exigeants) qui serait imputable à la perte du monopole et donc au surgissement de la concurrence. Cependant ce syllogisme repose sur un artefact discursif. Si l’antinomie monopole/concurrence est inscrite en langue, il s’opère ici un glissement car la notion de monopole, désignée comme archaïque, s’applique toujours à l’entreprise (qui jouit du monopole de la distribution et de la vente d’électricité en France), alors que la notion de concurrence, présentée comme récente, ne concerne pas l’entreprise, mais l’énergie électrique qui se trouve, sur le plan de son utilisation, et cela depuis le début du siècle, en concurrence avec d’autres sources telles les énergies chimique, thermique, solaire, etc.

28Dans ce contexte, client est dépourvu de sa virtualité d’acquéreur (trait qui le distingue habituellement de l’usager, puisque ce dernier se définit par rapport à un droit d’usage, éventuellement gratuit ou supposant une participation financière mais qui n’est en aucun cas cessible), mais il est réinvesti, cependant, par un trait comportemental (‘exigeant’), lié à sa qualité d’homme « libre », laquelle lui est attribuée implicitement, induite par la présence contrastive du syntagme usager captif (ou abonné captif). L’articulation des sèmes ‘libre’/‘captif’ relègue donc au second plan la dimension commerciale constitutive de client (dans l’usage contemporain) au profit d’une représentation d’une relation de pouvoir, comme en témoignent les attestations suivantes :

« le client n’est pas forcément un responsable hiérarchique »
[Direction du Personnel et des Relations Sociales (1985) Projet d’entreprise : un premier bilan, EDF]

« le client au sens de la qualité pouvant être un client au sens commercial du terme, un client interne, ou la hiérarchie »
[Direction Générale (1988) Le projet qualité à EDF, EDF]

29Ainsi peut-on remarquer que client est susceptible également de désigner les responsables hiérarchiques, donc l’emploi de client aux dépens de usager mis en relation avec la mutation comportementale du consommateur relève de l’acte perlocutoire, qui vise à convaincre les agents de l’entreprise que le pouvoir est détenu par le client, et que ce dernier est non seulement libre mais encore capteur.

30Le client est devenu, d’un point de vue pragmatique, pour la direction un instrument de gestion et de stimulation du personnel, un outil de management (« chaque client est intégré par la Direction comme un outil essentiel de management », Direction de la communication, 1990, Schéma Directeur de la Communication). Qu’implique d’un point de vue sémantique cet usage particulier de client, pourvu du statut d’holonyme par rapport à hiérarchie, comme nous l’avons vu précédemment, ou par rapport à d’autres collectifs ?

« Un groupe de vingt agents […] va établir l’image qu’ont de ce service ses clients : le personnel, les syndicats, les ministères du Travail et de l’Énergie »

[Gestion Sociale (1985) EDF-GDF : vers un projet du service du personnel, EDF]

31Comme l’atteste l’énoncé précédent, ces usages discursifs ainsi que l’exploration des attestations lexicographiques nous ont permis de mettre au jour que ‘client’ est un nom relationnel, dans la mesure où le client se définit soit par rapport à sa dépendance à l’égard d’un supérieur (emploi antique en relation avec un patron ou patricien) ou à l’égard de celui à qui il demande un service, soit par rapport à sa prééminence sur un fournisseur (le client est roi) ou un prestataire de service.

32En conclusion, il nous semble que la relation cotexte/contexte est une relation interactive susceptible de jouer sur le sémantisme du vocable ou du lexème en actualisant certains sèmes, le premier en participant à l’établissement d’un champ sémantique, le second en activant un champ notionnel qui peut conditionner l’environnement linguistique du mot et qui le pourvoit de sèmes spécifiques. Afin de circonscrire l’identité constitutive de lexèmes à partir de l’analyse des vocables correspondants, la distinction sémantique/pragmatique est opératoire dans la mesure où elle est appréhendée sous l’angle interactif, puisqu’elle permet d’obtenir une description plus fine des potentialités sémiques des unités lexicales ainsi examinées.

Notes

1 Tel qu’il a été présenté par G. Kleiber (1994a).

2 [Note des éditeurs] « Hyponymie/hyperonymie : relation (sémantique) hiérarchique entre des mots tels que l’hyponyme inclut le sémème de l’hyperonyme alors que la classe de référence de l’hyperonyme inclut la classe de référence de l’hyponyme » (Mortureux, 1997 : 189). Ainsi fleur est hyperonyme de rose, tulipe, etc. et caniche hyponyme de chien

3 Une étude approfondie de la relation ‘agent’/‘acteur’ se trouve au chapitre 5 (deuxième partie).

4 Les notions de sème inhérent et de sème afférent sont définies à la note 9, p. 32.

5 Construit à partir des composantes morphologiques : act(-ion) + -eur.

6 La notion de signifié de puissance est définie à la note 53, p. 47.

7 La notion de paradigme désignationnel est définie à la note 1, p. 127.

8 [Note des éditeurs] « Holonymie/méronymie : relation (sémantique) entre des mots dont l’un (holonyme) dénomme un ensemble dont les autres (méronymes) dénomment les parties » (Mortureux, 1997 : 189).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540