Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Post-scriptum

Texte intégral

1Que reste-t-il de l’aspect au terme de cette étude ?

2Cet ouvrage s’est efforcé de montrer comment la recherche approfondie de ces cinquante dernières années (disons, depuis Vendler) a modifié le paradigme aspectuel : s’éloignant progressivement de la motivation initiale de l’importation du concept slave, déjà controversé, qui désignait le verbe comme une unité lexicale contenant une temporalité interne et la présence ou l’absence d’un telos, l’emphase s’est à présent portée sur le type d’information encyclopédique que condense le verbe et qui explique son insertion dans divers schémas constructionnels ; ce que la racine verbale lexicalise détermine le schéma de composition événementielle (event composition) d’un verbe donné. L’étude de l’AsS ou Aktionsart des VPs a laissé la place à un module morpholexical commodément appelé « structure de l’événement » (event structure). Le terme « aspect », lorsqu’il est conservé à ce niveau d’analyse, n’est qu’une notation technique. Les notions d’Aktionsart – l’(a)télicité, le principe de Mesure, l’argument aspectuel distingué, etc. – restent des notions importantes mais qui se situent plus à l’interface sémantique-syntaxe-discours, ce sont des effets interprétatifs attachés aux types sémantiques des lexèmes impliqués qui interagissent avec les marqueurs d’aspect grammatical et la présence ou non d’autre matériau dans l’énoncé.

3Or, il est souhaitable de disposer d’une théorie qui puisse sinon expliquer, du moins reconnaître, que beaucoup d’emplois de be V-ing ou de l’imperfectif russe (et, bien entendu, de la forme simple du verbe anglais et du perfectif russe, tous deux points de vue « perfectif » selon Smith 1991) échappent totalement à une logique de culmination ou de non-culmination. De nombreux cas ont été présentés en russe où cela était net : que ce soit le comportement de l’aspect dans les questions en wh- (p. 133-134), le paramètre de l’agentivité ou du contrôle du référent du sujet dans la disponibilité de telle ou telle lecture de l’imperfectif (p. 111-115), la corrélation aspectuelle entièrement disponible aux modes non finis du verbe, l’AsPdV ne se réduit pas à un rôle d’élargissement de l’ontologie des types. Même si les théories mentionnées font des observations justes – discursivement, il est exact de considérer qu’un opérateur comme have V-en est plus stativisant que V-ed –, elles sont « monomodulaires », ne reconnaissent pas que des morphèmes aussi complexes que be V-ing ou l’imperfectif peuvent être actifs sur plusieurs niveaux (Guéron 2003). On doit préférer des théories qui envisagent des passerelles dans l’interprétation des formes d’un niveau linguistique vers l’autre, théories qui semblent intuitivement et empiriquement plus justes : l’étude de l’apparition de la catégorie aspect en russe (p. 123-128) a montré que celui-ci est né à partir de distinctions lexicales qui se sont grammaticalisées mais sans disparaître pour autant. Même si le verbe préverbé napisat′ est devenu le corrélat perfectif de pisat′ pour prendre la place des paradigmes temporels (aoriste, imparfait) de pisat′ ayant disparu, napisat′ reste une unité lexicale à part entière en russe moderne, analysable comme prédicat complexe, résultat de l’association entre une BV et un préverbe na- au sémantisme de spatialisation (Paillard). La motivation lexicale de napisat′ demeure intacte : na- dit que l’écriture des signes qui constituent la lettre est conçue comme « spatialisée », c’est-à-dire doit accéder à l’existence sur le support écrit qu’est la feuille ; mais dans le flux du discours et selon les contextes énonciatifs, cet accès à l’existence (le résultat concret de la lettre écrite) peut être mis en sommeil et, particulièrement dans les formes non finies, il ne peut rester que la simple mention d’un événement nouveau, rhématique, sur la scène du discours (Ja xoču napisatP pis′mo : I want to write a letter). La théorie des Formes Schématiques, qui met l’accent sur le mode de combinatoire des éléments du verbe russe (préverbe + BV) et fait que celui-ci doit être envisagé comme un prédicat complexe, est une piste de recherche fructueuse, une mine d’hypothèses qui ne constitue en rien une grille de lecture fixe. Cette insistance sur le verbe conçu comme l’élément central de schémas de prédication contribue largement à « dénaturaliser » (déslaviser) l’aspect : le verbe n’est plus seulement objet de spéculation métaphysique mais devient un objet discursif complexe qui est au centre de repérages divers qu’il convient de faire émerger.

4Le parti pris de cet ouvrage, qui est loin d’être complet dans le domaine, a été de présenter un grand nombre de théories parmi les plus représentatives, théories envisagées comme autant de plateformes d’observation qui toutes à leur façon éclairaient une facette de cet objet (aspectuel/événementiel/discursif) complexe qu’est le verbe. Toutes reconnaissent implicitement ou explicitement qu’une théorie multi-modulaire est nécessaire. Pour conclure, je suggère que la théorie des deux composants de Smith 1991 soit enrichie d’un troisième niveau. Voici comment j’envisage ces différents niveaux d’interprétation aspectuelle, qui constituent une feuille de route pour un autre ouvrage qui traiterait, lui, véritablement des phénomènes liés à la corrélation aspectuelle au sens de vid, c’est-à-dire de l’appariement morphologique binaire systématique du verbe, à tous les temps et modes, dans une langue comme le russe :

51) À un premier niveau, il faut prendre en compte la construction événementielle ou Syntaxe de Première Phase, c’est-à-dire étudier le verbe (la racine verbale) et son identité sémantique, ce qu’il lexicalise en propre, qui correspond ou ne correspond pas à l’ontologie (vendlérienne ou autre) des types de procès. Les critères pertinents de cette classification des types relève d’un module morpholexical qui se propose de classer les verbes selon l’information encyclopédique que ceux-ci condensent (manière, résultat, objet plaçable, instrument, etc.), corrélée à un patron syntaxique propre à ce sens idiosyncrasique, c’est la position anglo-saxonne ; ou bien la représentation de l’identité sémantique des verbes se fait au moyen de formes schématiques, c’est la position française et russe. Quel que soit le type de représentation que l’on adopte, il s’agit d’un invariant constructionnel : la combinaison « préverbe + verbe » (russe) ou « prédicats primitifs » / « verbe + satellite » (anglais), est justement cela. Cet ouvrage s’est intéressé à ce niveau-là, celui communément appelé « aspect sémantique ».

62) Un deuxième niveau s’intéresse à l’interprétation aspectuelle des phrases, qui est le produit de l’association entre le type sémantique de la base verbale munie de ses arguments NPs, et d’autres opérateurs ; les langues divergent fortement quant aux moyens morphosyntaxiques qu’elles mettent en œuvre. L’anglais utilise largement des périphrases auxiliées (be V-ing, have V-en), moyens qu’a développés cette langue pour installer un événement dans le temps déictique de l’énonciation, le russe en est presque totalement dépourvu et dispose de moyens dérivationnels (préfixation et suffixation). Au niveau d’une sémantique discursive donc, il est parfaitement légitime de considérer que be V-ing, have V-en, l’imperfectif russe, ont un effet temporel et éventuellement stativisant, mais présenter ces opérateurs comme des fonctions logiques de tranformation de types ontologiques est réducteur et rend difficilement explicable la reconnaissance que ces mêmes opérateurs ont parfois des fonctions autres qu’aspectuo-temporelles à un niveau supérieur.

  • 1 ■ Pour les détails de cette analyse de l’intersubjectivité et des marqueurs dans le discours, voir (...)

73) Ainsi, un troisième niveau doit-il être pris en compte dans l’analyse si l’on souhaite expliquer de façon satisfaisante les utilisations vraiment subjec-tives, modalisantes et énonciatives de l’AsPdV ; il n’est à vrai dire plus question d’aspect, la dénaturalisation envisagée du concept peut avoir lieu ici ; le verbe aspectué ne se réduit pas à la fonction de présenter la teneur d’une situation objective sous une certaine perspective, il fait bien plus que cela : il engage la perspective du locuteur-énonciateur, introduit une dimension modale, focalise sur le sujet et/ou l’objet en tant qu’entités linguistiques, attribue soit au locuteur soit à un protagoniste (appelé le « Sujet » par Smith 2003) le statut de Source Responsable de la subjectivité1 dans l’instance de discours. Toutes ces notions n’ont plus rien à voir avec le premier niveau. Elles appartiennent à un module que je qualifierai de pragmatico-énonciatif.

Notes

1 ■ Pour les détails de cette analyse de l’intersubjectivité et des marqueurs dans le discours, voir Smith 2003 (Modes of Discourse), chapitre 7.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540