Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

L’alternance spray/load en anglais et en russe, de l’aspectologie à la « préfixologie »

Texte intégral

1Dans ce chapitre, je propose de montrer plus avant le caractère épiphénoménal des notions aspectuelles en comparant les alternances de type spray/load, pour ne prendre que la plus célèbre dans la littérature anglo-saxonne, avec ses réalisations en russe. Cette discussion va me permettre de présenter les acquis de la recherche récente en russe sur les verbes préverbés (Dobrušina, Paillard, Mellina, 2001, dorénavant abrégé en D/P/M) et d’orienter la réflexion vers une autre façon de considérer les contenus sémantiques verbaux. L’objectif est de montrer qu’en russe, même s’il a partie liée avec la perfectivation, le phénomène de la préverbation verbale déborde largement du cadre de l’aspectologie, en particulier des phénomènes de télicisation. Les chapitres précédents ont préparé le terrain à ce changement de perspective : je crois avoir démontré que l’équivalence entre perfectivation et atélicisation/quantisation est inexacte et n’épuise pas la description du phénomène de la préverbation.

1. Télicisation et préverbation en russe

  • 1 C’est-à-dire, avant les travaux sur la préfixation de Paillard (1991, 1993), Krongauz (1998), Zal (...)

2C’est une idée très répandue dans une certaine littérature (anglo-saxonne) sur l’aspect en russe que le phénomène de la préverbation, qui rend une base verbale perfective, est motivé par la télicisation de cette base : jusqu’à une date récente1, la préverbation était surtout traitée dans le cadre de l’aspectologie. Chez Smith (1991), on trouve, dans le chapitre de son ouvrage consacré au russe et écrit avec Rappaport, ces commentaires :

  • 2 Adding a prefix to a stem results in a perfective stem. […] Certain prefixes function primarily t (...)

L’ajout d’un préverbe à une base verbale en fait une base perfective. […] Certains préfixes fonctionnement prioritairement pour indiquer le point de vue perfectif, alors que d’autres interviennent en plus au niveau de l’aspect sémantique2. (Smith 1991 : 316)

3Werner (2000), dans un article passionnant sur le rapport entre cas, aspect et ergativité scindée, insiste également sur la fonction aspectuelle de perfectivation des préverbes du russe ; en plus, ces perfectifs ont une nature profondément syntaxique :

  • 3 We have established beyond doubt that perfectives are to be taken syntactically as embedded small (...)

Nous avons établi sans le moindre doute que les perfectifs doivent être considérés syntaxiquement comme des petites propositions enchâssées (des prédications objet, ou prédicats seconds)3. (Werner 2000 : 182)

4On pense aux particules vides de Hoekstra qui dominent les prédicats d’Accomplissement. Ceci revient à considérer tous les perfectifs du russe comme des constructions dont l’argument postverbal est constitué par une SC ; les phrases 1) et 2) reçoivent les structures suivantes :

1)

Pročitat′ knigu : lire le/un livre.

pro-lire livreACCUS

S(ujet) Včitat′ [SC knigu pro-]

2)

Prospat′ vsju noč′ : dormir toute la nuit,

pro-dormir toute-nuitACCUS

S Vspat′ [SC vsju noč′ pro-]

5Ce type d’analyse traduit en termes syntaxiques simples l’interprétation sémantique résultative si souvent, et à juste titre, attachée au perfectif : c’est le rôle que remplit la prédication secondaire de Werner. La même idée était exprimée par Kiparsky et Kratzer : le préverbe russe est un marqueur explicite de télicité/bornage (contrairement à l’allemand, où le préverbe n’est pas forcément télique) ; mutatis mutandis, le préverbe remplit une fonction analogue à l’accusatif finnois. Pour Kiparsky, la distinction en termes de délimitation qui est exprimée par l’alternance partitif (sens atélique)/accusatif (sens télique), est exprimée sur le verbe en russe par l’opposition imperfectif/perfectif, avec la préfixation comme exposant principal de la perfectivation. Certains russisants comme Brecht ont même réduit le perfectif à une seule fonction : c’est un opérateur de « télicisation » (cf. chapitre 2, p. 131-132). On se souvient de Filip pour qui le perfectif est opérateur de quantisation, c’est-à-dire qu’il a nécessairement des événements achevés dans sa dénotation. Il était alors inévitable que ces modèles confondent aspect-Aktionsart et aspect grammatical.

6Comme le note Krongauz dans son étude remarquable de la préverbation en russe (1998), longtemps l’étude du préverbe et des verbes préverbés s’est faite selon deux axes séparés : celui de l’aspectologie (c’est le cas des auteurs mentionnés ci-dessus) et celui de la lexicologie (le préverbe sert avant tout à dériver de nouvelles unités lexicales à partir d’un verbe composant de base). Or, l’analyse exclusivement aspectuelle de la préverbation pose des problèmes empiriques redoutables pour l’analyse du russe (on l’a déjà vu dans la section précédente consacrée au préverbe po-) : comme le note, si la perfectivation grammaticale, effectivement réalisée très majoritairement par la préverbation d’un verbe imperfectif simple, n’avait comme motivation que la télicisation/délimitation du verbe composant atélique – et, comme corrollaire, si l’imperfectivation n’avait comme seule motivation que l’atélicisation –, on s’explique alors très mal au moins trois phénomènes :

  • 4 Je note au passage que cette notion de thème incrémental est totalement absente de l’aspectologie (...)

71) Pourquoi le russe a autant de préverbes différents : il en a environ vingt de productifs, qui se combinent avec n’importe quel verbe de n’importe quelle classe (télique, atélique, statif) ; je choisis à dessein des verbes à thème incrémental, conjugués au passé4 ; le verbe préverbé obtenu est le corrélat perfectif de l’imperfectif simple, que l’on obtient en retranchant le préverbe :

3)

On

napisal

pis′mo : il a écrit une/la lettre.

Il

na-a-écrit

lettre

4)

On

pročital

knigu : il a lu le/un livre.

Il

pro-a-lu

livre

5)

On

sygral

melodiju : Il a joué un air de musique.

Il

s-a-joué

mélodie

  • 5 Dans toutes ses versions : boundedness, Measure, quantisation, etc.

8Si la fonction aspectuelle unique du préverbe était la télicisation5, on se demande pourquoi celui-ci change selon le verbe composant utilisé. Un petit nombre devrait normalement suffire.

92) Pourquoi un même préverbe peut être aussi polysémique : si la corrélation télicisation/préverbation perfectivante était aussi centrale, il est difficile d’expliquer pourquoi un préverbe comme na- ou pro- (mais c’est le cas de tous les préverbes) peut être utilisé aussi bien pour téliciser que pour atéliciser un verbe : napisat′ pis′mo, « écrire une lettre », est télique dans le sens où l’on suppose que la lettre écrite mesure la fin de l’événement. En revanche, nakupit′ knig (« acheter un grand nombre de livres ») n’est ni télique ni atélique (dans le sens traditionnel du terme) ; c’est la fameuse énigme de quantisation : la seule chose que dit une phrase contenant ce prédicat est qu’une grande quantité indéterminée de livres a été achetée.

103) Enfin, ces notions aspectuelles (télicisation/atélicisation) ne concernent que le verbe aux modes finis : c’est majoritairement au passé qu’il est possible d’en apprécier la pertinence (accompli/inaccompli) ; or, la distinction perfectif/imperfectif transcende tout le système verbal du russe, y compris les formes non finies (impératif, infinitif, gérondifs et participes), pour lesquelles d’autres critères entrent manifestement en jeu ; on peut se reporter par exemple à la discussion de l’alternance perfectif/imperfectif au mode impératif (chapitre 2, p. 112).

11Une fois ces prémisses présentées, je peux passer à l’analyse de l’alternance spray/load en anglais et en russe.

2. L’alternance spray/load en anglais

12Le problème initial, posé par Fillmore, vient de l’alternance syntaxique possible pour cette classe de verbes entre le thème et le lieu qui tous deux peuvent occuper la position d’argument postverbal (COD) :

6)

He loaded hay onto the truck.

7)

He loaded the truck with hay.

13Très vite, cette alternance a été expliquée par des principes aspectuels. Chomsky (1975), Anderson (1971) ont corrélé ces réalisations actantielles différentes à des différences subtiles d’interprétation (malgré un sens vériconditionnel identique) qui tiennent au caractère totalement affecté de l’argument en position postverbale : dans 6), tout le matériau est engagé dans l’événement, dans 7) tout le camion est rempli, c’est la distinction entre le thème « holistique » et le thème « partitif » d’Anderson. L’idée de base est que l’effet holistique ou partitif est une conséquence directe de l’interprétation en termes d’« affectation » associée aux objets directs. La réflexion a concerné d’autres verbes : certaines alternances existent sans qu’aucune différence sémantique ne soit constatée (hit), d’autres alternances induisent au contraire une différence radicale d’interprétation (break), d’autres n’ont qu’une possibilité (fill).

8)

He hit the stick against the fence.

9)

He hit the fence with the stick.

10)

He broke the stick against the fence.

11)

He broke the fence with the stick.

12)

He filled the tank with water.

13)

*He filled water into the tank.

148) et 9) ont le même sens vériconditionnel ; 10) et 11) décrivent deux réalités différences (la clôture se retrouve cassée dans un cas, le bâton dans l’autre), et 13) n’est pas recevable. Comme le notent Levin et R.  Hovav (2005 : 239), depuis Fillmore, le verbe en tant qu’unité lexicale n’a rien à voir directement dans ces alternances : c’est au contraire la structure syntaxique qui détermine la réalisation argumentale, d’où l’importance (démesurée) accordée aux notions aspectuelles et aux positions syntaxiques qui se retrouvent systématiquement et uniformément sémiotisées. Tenny (1994) envisage ces constructions dans le même esprit : l’argument réalisé comme objet direct interne est une Mesure, l’alternance est exclusivement régie par des principes aspectuels (cf. chapitre 4, p. 194-198).

15Dowty (1991) aborde la question sous un jour nouveau ; il trouve dans ces alternances la confirmation de sa théorie des proto-rôles : l’argument qui a le plus d’implications (présuppositions) liées au proto-rôle de patient (voir p. 194) est l’objet direct, et celui-ci est un thème incrémental (soit le camion qui se remplit, soit le foin qui remplit le camion). Pour l’auteur, il y a là deux sens différents du verbe load ; il ne s’agit pas comme chez Fillmore d’une structure profonde unique qui dérive deux configurations de surface. Effectivement, il ne s’agit pas d’un phénomène de composition sémantique général puisque d’autres verbes à trois places (hit) ne connaissent pas cette alternance. Ce que semble dire Dowty est que les notions de thème incrémental (qui n’est chez lui qu’un des proto-rôles de patient, une présupposition parmi d’autres souvent attachée à l’objet direct) et de « holistique/totalement affecté/partitif » (Anderson) ont été confondues. Cela pose encore une fois la question de la (ou des) notion(s) qu’il faut invoquer comme primitive(s) pour la réalisation syntaxique des arguments.

16Or, note Dowty, d’un verbe qui manifeste l’alternance à l’autre, les interprétations aspectuelles varient. En particulier, la notion de « complètement affecté/holistique » n’est pas la même dans le cas de load et dans le cas de spray, qui semblent pourtant former une classe naturelle. Cela tient au fait que les verbes dénotent des événements différents. Dans le cas de load, « charger », remarque Dowty, en général, on charge une entité pour l’emmener quelque part, la faire changer de lieu. Cette présupposition n’existe pas dans le cas de spray : en général, on étale de la peinture pour couvrir une surface, pas pour faire changer de lieu la peinture. Ainsi, face à la phrase :

14)

Mary completely loaded the truck with the hay,

le jugement des locuteurs sera que l’événement est terminé lorsqu’il ne restera plus de foin, et ce, même si le camion n’est pas complètement rempli. La notion de thème holistique d’Anderson est reléguée au rang de simple phénomène interprétatif. Dans la phrase

15)

Mary completely sprayed the wall with this can of paint,

peu importe s’il reste de la peinture ou non dans le pot : l’événement est jugé achevé quand tout le mur est effectivement couvert. En conséquence, le prédicat spray the wall with paint peut être télique ou atélique, car rien n’empêche de passer plusieurs couches de peinture sur une porte, tandis que load the truck with hay est presque forcément télique car une fois l’espace du camion rempli de foin, on ne peut plus en ajouter. Conclusion de Dowty : la divergence d’interprétation en termes d’affectation de l’argument interne direct tient aux propriétés physiques du camion vis-à-vis du foin vs. de la porte vis-à-vis de la peinture ; c’est une différence non pas sémantique au sens dur, mais pragmatique. La preuve en est qu’avec des verbes d’une classe similaire qui alternent, aucune différence en termes de holistique/partitif n’est à noter :

16)

Empty water from the tank / empty the tank of water.

17)

Strip bark from the tree / strip the tree of its bark.

17Dans ce cas, enlever l’eau du réservoir revient à vider celui-ci dans tous les cas (idem pour l’écorce et l’arbre), donc aucune différence aspectuelle n’est détectable entre les deux versions (le réservoir n’est ni plus ni moins vide dans un cas que dans l’autre). Dans le cas de load ou de spray, il est (physiquement) possible d’utiliser tout l’espace ou le volume d’un contenant ou d’une surface sans remplir tout cet espace ou ce volume. C’est pour cela qu’une différence aspectuelle est visible.

18Le cas des verbes fill et cover, qui n’alternent pas, est différent mais explicable en ayant recours à des principes similaires :

18)

Bill filled the tank (with water).

19)

*Bill filled water (into the tank).

  • 6 the core part.

19Le thème incrémental ne peut être que locatif (the tank). L’explication que suggère Dowty a recours aux propriétés lexicales intrinsèques à ces verbes : la notion d’espace complètement occupé ou recouvert est la partie essentielle6 du sens de ces verbes, contrairement à load ou spray, autant verbes de déplacement que de recouvrement/remplissage. Les critères ne sont tout à coup plus aspectuels : après tout, on peut remplir un réservoir à moitié, et la phrase *Bill filled water into the tank devrait être normale sous cette interprétation. Pourtant elle ne l’est pas dans le langage adulte des anglophones. Cette discussion suggère donc qu’il faut chercher la cause de ces alternances possibles ou impossibles ailleurs, à savoir dans le lexème verbal lui-même. Load, par exemple, est une notion verbale complexe : il condense l’idée d’une charge, d’une entité pesante et de transbordement de cette charge. Il peut donc inclure deux participants : l’entité chargée et l’espace ou le volume chargé. La différence tient aux propriétés lexicales singulières de l’unité load, non à une grammaire qui lui préexiste.

20Dowty en revient à l’idée initiale du thème incrémental (qui n’est pas, il faut encore le rappeler, synonyme de « totalement ou partiellement affecté » chez lui) : l’alternance est possible pour load et spray, avec le COD qui est le thème incrémental, car un changement est détectable dans les deux cas : un changement de lieu pour le foin (load the hay), un changement d’état pour le camion (load the truck). Cette possibilité d’un double changement de thème incrémental est (conceptuellement) jugée significative en anglais. Mais pour un verbe comme put dans he put the book on the table, une version de type *he put the table with the book est irrecevable car on ne classifie pas des types de tables selon qu’un objet y a été mis ou pas, alors qu’on peut faire une distinction entre un camion qui a été chargé ou pas, ou bien entre des murs selon qu’ils sont recouverts de peinture ou non.

21L’alternance non signifiante du verbe hit en anglais s’explique par le fait que l’argument postverbal direct de hit est un proto-patient (« entité qui subit un contact ») mais n’est pas un thème incrémental : aucune conséquence aspectuelle banale n’est constatable (« totalement ou partiellement affecté ou non »), car le jugement des locuteurs ne dépend pas d’une partie de l’objet affecté : ce qui rend vraie ou fausse la phrase est la présence ou l’absence du contact entre la clôture et le bâton. Suivent le modèle de hit les verbes suivants, pour lesquelles la notion saillante est le contact : strike, slap, bash, bang, pound, tap, etc.; ils peuvent faire alterner leurs arguments postverbaux, mais le sens reste le même :

20)

He struck his fist against the wall.

21)

He struck the wall with his fist

22Le verbe suivant, au contraire, ne connaît pas d’alternance :

22)

Swat the boy with a stick

23)

*Swat the stick at / against the boy.

23Selon Dowty, un verbe comme swat décrit principalement la production d’un effet mental sur une victime, et cet effet est la motivation principale de l’agent pour réaliser l’action dénotée par le verbe. (Dowty 1991 : 596). Le mouvement de l’instrument est secondaire. Avec un verbe comme dash, au contraire, ce qui est « profilé » est le changement de position de l’objet qui est déplacé, considéré comme projectile. Le lieu où l’objet atterrit est secondaire, l’anglais traduit ceci linguistiquement en refusant à the wall la place de COD.

24)

*Dash the wall with the water.

25)

Dash the water against the wall.

24Crucialement, Dowty reconnaît, au moyen de son proto-rôle de patient, que le rôle de l’argument interne direct peut être très différent : plus il est thème incrémental plus il est « aspectuel », mais plus il s’éloigne de ce prototype moins il l’est. J’ai utilisé ici la notion de « profil » du verbe, une notion largement utilisée en grammaire cognitive : ceci suggère que la généralisation concernant les réalisations des arguments postverbaux est ailleurs. L’examen du russe va dès maintenant fortement suggérer des notions alternatives aux notions aspectuelles.

25Malgré toute la tradition « aspectuelle » de la littérature sur ces questions depuis Fillmore, Anderson, j’ai montré, m’appuyant sur les observations de Dowty, que les notions de « partiellement/complètement affecté » pour l’argument en place de COD sont secondaires et dépendent non pas de la construction syntaxique en soi, mais du profil (du sens intime) lexicalisé par le verbe et les implications (d’ordre physico-pragmatique) qui y sont attachées. Je poursuis cette investigation avec le russe, qui montre que les notions aspectuelles traditionnelles ne sont pas ce qui motive directement les alternances argumentales qui, elles, existent bel et bien.

3. Le russe et les préverbes dans l’alternance spray/load

26Le raisonnement est le suivant : le russe forme ses unités lexicales verbales de façon généralisée par la combinaison entre un verbe composant de base (ou base verbale, dorénavant abrégée en BV) et de ses vingt préverbes. Il est normal de penser que, si l’alternance de type spray/load est réglée par des principes aspectuels, un petit nombre (idéalement, un seul) de ces préverbes va marquer formellement cette alternance de façon explicite ; et ce serait encore mieux si ces quelques préverbes s’étaient spécialisés dans le marquage de la lecture totale/holistique de l’argument interne direct. Malheureusement, ni la première ni la seconde hypothèse ne sont vérifiées.

27C’était pourtant l’idée originale de Veyrenc (1968, 1980) : il existe en russe des préverbes « à effet syntaxique » ou préverbes forts dont la fonction est de marquer cela. Veyrenc voulait confirmer les thèses d’Anderson, Chomsky sur la notion de thème holistique/partitif en corrélant ces notions sémantiques à des principes constructionnels forts pour les verbes trivalents du russe. Dans les années 1970 il n’était pas question de petite proposition. Pourtant, dans son analyse de ces classes de verbes, Veyrenc a sans cesse recours à une notation qui y ressemble beaucoup. Je présente la thèse de Veyrenc, extrêmement intéressante, même si je la rectifierai ensuite par les acquis récents de la recherche.

3.1. Les données du russe : les préverbes « forts »

28Dans une série d’articles consacrés aux préverbes, Veyrenc étudiait ceux-ci sous l’angle de la syntaxe ; les titres sont éloquents : « Pour une grammaire syntagmatique des préverbes » (1980) ; « Expansion syntaxique et classement des préverbes » (1968) ; « Sur la double diathèse des énoncés translocatifs » (1976), etc. Il s’inscrit dans une longue tradition qui voit dans le phénomène de la préverbation une marque formelle de changement de diathèse pour le verbe composant, plus particulièrement, la marque d’une augmentation de la diathèse. Ce lien entre préverbation et transitivation, et le rôle de l’objet direct, se trouvait dès 1865 chez le grammairien russe Nekrasov :

Le caractère prolongé de l’action dočitat′ [« lire jusqu’au bout »] se présente à l’esprit non plus d’une manière générale et absolue, comme dans le verbe čitat′ [« lire »], mais d’une façon précise, fixée par une limite, une fin comprise non pas dans le verbe ni dans le préfixe, mais dans l’objet sur lequel s’exerce l’action : dans un livre, dans un manuscrit, etc. En d’autres termes, dans le verbe dočitat′, l’action de čitat′ perd le caractère absolu et indépendant de sa manifestation par rapport à l’objet. (Nekrasov 1865 : 179, cité par Karcevski, 77 ; je souligne)

29La liste est longue en russe de ces verbes devenus transitifs par la préverbation. Karcevski (1927) a systématisé cette approche ; voici quelques exemples qu’il proposait pour illustrer ce phénomène :

26)

verit′ : croire → uverit′ (persuader) / proverit′ (vérifier), etc.

xodit′ : marcher → isxodit′ gorod (arpenter la ville) ;

sidet′ (être assis) → prosidet′ stul (défoncer une chaise à force de s’y être trop assis) / peresidet′ grozu (attendre que l’orage passe, cf. anglais sit the storm out) ;

igrat′ (jouer) → vyigrat′ (gagner par le jeu) / proigrat′ (perdre).

  • 7 Le terme « translocation » a une définition purement syntaxique selon Veyrenc ; il signifie « per (...)

30Pour ce qui nous concerne ici, à savoir les verbes qui présentent une variation dans les « valences de droite » sans changement du sens vériconditionnel, Veyrenc les rassemble sous le terme de verbes translocatifs7. Voici une liste non exhaustive de ces verbes, classés selon des critères sémantiques ; la première catégorie fait apparaître la même forme du verbe ; la seconde fait apparaître deux verbes différents, ou plutôt la même base verbale avec un préverbe différent :

  •  Première catégorie : le verbe ne change pas.

27a)

Sbivat′ maslo

iz

smetany.

battre beurreACC

à-partir-de

crèmeGÉN

« Battre le beurre à partir de la crème. »

27b)

Sbivat′

smetanu

v

maslo.

battre

crèmeACC

dans

beurreACC

« Battre la crème en beurre. »

28a)

Namazat′

maslo

na xleb.

tartiner

beurreACC

sur painACC

« Tartiner le beurre sur le pain. »

28b)

Namazat′

xleb

maslom.

tartiner

painACC

beurreINSTR

« Tartiner/enduire le pain de beurre. »

  • Deuxième catégorie : le verbe change de par l’adjonction d’un préverbe.

29a)

Gruzit′

drova

na

baržu.

charger

boisACC

sur

pénicheACC

« Charger le bois sur la péniche » (anglais : load timber onto the barge)

29b)

Zagruzit′

baržu

drovami.

za-charger

pénicheACC

boisINSTR

« Charger la péniche de bois » (anglais : load the barge with timber)

31Le préverbe za- semble signifier que la surface entière d’un espace, le volume entier d’un réceptacle, sont recouverts par une entité.

30a)

Darit′

podarki

druz′jam.

offrir

cadeauxACC

amisDAT

« Offrir des cadeaux à des amis. »

30b)

Odarit′

druzej

podarkami.

o-offrir

amisACC

cadeauxINSTR

« Combler les amis de cadeaux. »

32Le préverbe o- (variante ob-) semble signifier que la personne est entièrement affectée par le don ou la perte des objets. Je rajoute à cette liste le préverbe u-, qui joue souvent un rôle similaire :

31a)

Stavit′

knigi

na polku.

mettre

livresACC

sur étagèreACC

« Mettre des/les livres sur l’étagère. »

31b)

Ustavit′

polku

knigami.

u-mettre

étagèreACC

livresINSTR

« Recouvrir l’étagère de livres. »

33L’observation de ces paires minimales appelle les remarques et commentaires suivants :

  • Le russe est apparemment plus explicite que l’anglais car il semble utiliser des préverbes spécifiques (« préverbes à effet syntaxique », selon Veyrenc) dont la fonction est de marquer formellement les énoncés de type b) dans certaines classes sémantiques : c’est le cas dans 29b), 30b), et 31b). Ces classes d’énoncés, surtout ceux qu’il nomme les « énoncés translatifs » (exemples 28 et 29), nous interpellent puisqu’on y trouve justement les verbes de type load/spray qui présentent les mêmes alternances en anglais. Dans tous ces énoncés, le second actant est toujours à l’accusatif, tandis que le tiers actant se présente sous des régimes différents (souvent l’instrumental).

  • Veyrenc confirme la différence sémantique constante entre les énoncés de type a) et ceux de type b) au moyen de l’opposition sémantique aspectuelle « holistique/partitif » qu’il emprunte à Anderson :

L’énoncé de type a) correspond à la diathèse neutre, non marquée, tandis que l’énoncé de type b) exprime une signification spécifique […] : marque d’exhaustivité touchant au matériau utilisé dans le cas des énoncés transformatifs, signification holistique se rapportant à l’étendue recouverte ou au volume rempli dans le cas des énoncés translatifs, totalité de l’engagement concernant la personne bénéficiaire dans le cas des énoncés transmissifs. (ibid. : 254)

34Ainsi, 27b) (sbivat′ smetanu v maslo : battre la crème en beurre) présuppose que toute la crème a été changée en beurre, tandis que 27a) (sbivat′ maslo iz smetany : battre le beurre à partir de la crème) n’implique pas cela. De même, dans 28b) (namazat′ xleb maslom : tartiner le pain de beurre), la totalité de la surface du pain est recouverte de beurre, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans 28a) (namazat′ maslo na xleb : tartiner le beurre sur le pain). La péniche est comprise comme étant entièrement remplie dans 29b), ce qui n’est pas nécessairement le cas dans 29a). Une difficulté survient immédiatement : l’interprétation holistique de l’argument interne direct est parfois corrélée à un changement de préverbe (deuxième classe de verbes), parfois non (première classe). Veyrenc constate simplement que dans certains cas, cette alternance est en quelque sorte appuyée par le changement de préverbe, mais il n’en dit pas plus. Il faut néanmoins expliquer ce phénomène, et répondre à la question posée par ce classement : les préverbes « forts » za-, ob-, u-, sont-ils réellement un indice morphologique de cette différence sémantique ?

35Veyrenc cherche ensuite à assigner deux structures différentes à ces paires d’énoncés. À cette asymétrie sémantique correspond une autre différence, syntaxique celle-là, entre les énoncés de type a) et ceux de type b) : dans les énoncés a), « la saturation de la troisième valence est obligatoire », tandis que la valence des énoncés de type b) « reste non saturée, puisque rien alors n’implique ni ne requiert la connaissance d’un tiers actant » (ibid. : 254) :

29a)

?? Gruzit′

drova.

charger

boisACC

« Charger le bois »

29b)

Zagruzit′

baržu

za-charger

pénicheACC

« Charger la péniche »

36Veyrenc déduit de cette propriété différente des deux constructions deux types de diathèse : les énoncés b) comportent une « frontière syntaxique entre leur second et tiers actant », ce qui n’est pas le cas de a). Il formule l’hypothèse suivante : les énoncés a) relèvent d’une diathèse d’être, les énoncés b) d’une diathèse d’avoir. Ainsi 29a) signifie-t-il « faire en sorte que le bois soit sur la péniche » ; c’est un être d’existence (« Il y a x sur y »), et 29b), « faire en sorte que la péniche ait le bois ». Le préverbe fort est za-, « spécifique de la diathèse d’avoir » pour les énoncés translatifs ; « la surface est totalement recouverte ou le volume totalement rempli par la matière. » (ibid. : 279). Il en est de même avec na- : 28a) signifie « faire en sorte que le beurre soit sur le pain », et 28b), « faire en sorte que le pain ait le beurre ». En revanche, dans ce cas, le préverbe ne change pas. Ainsi, la différence sémantique est-elle corrélée à une différence de comportement syntaxique : les préverbes za-, ob-, u- (il y en a d’autres) sont avant tout porteurs d’information structurelle (changement de diathèse). Cette diathèse d’avoir (énoncés b) suppose une constitution « polychrone », en plusieurs temps, par rapport à la construction synchrone des énoncés relevant de la diathèse d’être : crucialement, pour les énoncés b), l’accusatif de l’argument interne « ne peut être commandé que par le factitif sous-jacent », tandis que tous les termes du tiers actant ne peuvent être commandés que par la signification entière du lexème verbal « synthétiquement constitué et pris dans sa sémantique globale » (ibid. : 262). En termes plus familiers (d’ailleurs Veyrenc lui-même traduit cela en termes Andersoniens), les énoncés de type b) sont constitués en deux périodes :

  • ils ont une « prédication causative dominant l’ensemble du système » (ibid. : 263), et

  • une deuxième procédure fait intervenir la « copie d’un argument casuel (= notre sujet d’avoir) sur un argument vide de la phrase supérieure (la position d’objet de notre sème « factitif »). On trouve là une analyse qui a recours aux coquilles verbales (VP-shells) avant l’heure.

37Fillmore, Anderson voyaient, pour les énoncés anglais du même type, des schémas casuels identiques et attribuaient les différences syntaxiques à des aménagements de surface différents. Ce que Veyrenc apporte de crucial à la discussion avec son analyse des énoncés russes est que :

381) l’intuition que les énoncés a) sont sémantiquement non marqués, intuitivement ressentis comme plus basiques en quelque sorte, reçoit une confirmation par l’analyse syntaxique ;

392) les verbes trivalents se ramènent finalement, moyennant une analyse du verbe en sèmes componentiels de base (être/avoir) dominés par une prédication enchâssante (son « factitif »), à des verbes bivalents : un verbe ne saurait comprendre plus d’un objet.

3.2. Les préverbes forts existent-ils vraiment ?

40Cette analyse, pour remarquable qu’elle soit dans sa recherche d’effets sémantiques de base corrélés à des effets syntaxiques réguliers au sein d’une classe unique de verbes, pose des problèmes pour ce qui est de la notion de « préverbe fort ». La difficulté majeure qu’il y a à reconnaître leur existence est le phénomène de la polysémie généralisée des préverbes. Par exemple, pour ce qui est des préverbes en cause ici, si on ne considère que za- et u-, les plus courants, les données sont plus complexes qu’il n’y paraît.

  • 8 landmark.
  • 9 Je traduis ici de façon maladroite les représentations diagrammatiques des auteurs.

41Je prends l’exemple du préverbe za-, convoqué dans l’alernance spray/load en russe. Za- a beaucoup d’autres sens qui n’ont strictement rien à voir avec la notion de « thème holistique ». Zaliznjak (1995), traitant de za- et commentant les travaux des cognitivistes russisants américains (Janda 1986, Levin, Flier 1985), explore l’hypothèse que tous les sens de za- découlent de métaphorisations successives du sens spatial premier. Le schéma cognitif pour za- est en gros : « mouvement d’un trajecteur vers le haut puis déviation par rapport à une droite » ; puis interagissent des éléments abstraits : « la trajectoire impliquée par za- va derrière/contourne le domaine8, ou va dedans ou encore le contourne en englobant un morceau »9. Au final, Zaliznjak identifie trois traits sémantiques principaux pour za- (je les donne, comme le fait l’auteur, en anglais et en lettres capitales) :

1) spatial → BEHIND ; IN ; EDGE. + UP; DEVIATION + FAR.
2) déviation du spatial → COVER / HIDE / ANNIHIL < BEHIND.
3) plus spatial : BECOME / BEGIN < IN.

42Voici quelques exemples ; la phrase contenant le verbe préverbé en za- est suivie d’une phrase avec le même verbe sans le préverbe :

32)

Sudno

zaplylo

daleko.

v more

Navire

za-a-navigué

loin

en-merACC

« Le navire a dévié de sa course loin vers le large »

33)

Sudno

plylo

Navire

a-navigué

« Le navire a navigué. »

34)

On zastelil

stol

skatert′ju

Il za-a-étendu

tableACC

nappeINSTR

« Il a recouvert la table de la nappe. »

35)

*On stelil

stol>

on

stelil

skatert′ : il a étendu la nappe.

Il a-étendu

table >

il

a-étendu

nappe

36)

On zabil

ženu

do polusmerti.

Il za-a-battu

femmeACC

jusqu’à demi-mort

« Il a battu sa femme jusqu’à la laisser pour quasi-morte ».

37)

On bil

ženu : il battait sa femme.

Il a-battu

femme

43Le za- qui nous intéresse ici est le second, détaillé ainsi par l’auteur :

  • 10 Submeanings.

III. COVER : zastavit′ komnatu mebel′ju, « encombrer la chambre de meubles » ; zabryzgat′ plat′e černilami, « éclabousser la robe d’encre » ; zavešat′ stenu kartinami, « remplir le mur de tableaux », etc. Dans tous ces cas, la formation est transparente : « za-mettre chambre de meubles » ; « za-projeter robe d’encre » ; za-pendre mur de-tableaux ». Ce trait sémantique principal COVER se décline en trois « sens particuliers10 » :

FILL: zalit′ bak vodoj, « remplir le réservoir d’eau », zabit′ golovu erundoj, « remplir la tête de bêtises ».
CLOSE: zakryt′ dver′, « fermer la porte » ; zavalit′ vxod kamnem, « boucher l’entrée par une grosse pierre ».
HIDE: založit′ knigu, « mettre un livre à un endroit tel qu’on ne le trouvera plus ». (Zaliznjak 1995 : 143-185

44Pour ce trait sémantique saillant de za-, dont la notation COVER est censée fédérer les divers sens, on perçoit mal la connexion en termes aspectuels (« entité recouverte totalement/pas totalement ») entre les exemples prototypiques regroupés sous COVER et ceux regroupés sous HIDE, qui ont parfois le même verbe, en particulier :

38)

Založit′

stol

knigami.

za-mettre

tableACC

livresINSTR

« encombrer la table de livres. »

39)

Založit′

knigu

kuda-to.

za-mettre

livreACC

quelque part

« Mettre/fourrer le livre quelque part (de telle façon qu’on ne peut pas le trouver) »

45Il se passe la même chose avec le préverbe u- ; même polysémie généralisée, et même emploi holistique ou pas holistique pour le même verbe ; le régime « normal » (accusatif + accusatif directionnel) de la phrase 41) ajoute le trait sémantique : « ranger soigneusement », qui n’a rien d’une notion aspectuelle ; d’où vient-elle ?

40)

Ustavit′

polku

knigami.

U-mettre

étagèreACC

livresINSTR

« Recouvrir l’étagère de livres. »

41)

Ustavit′

vse knigi

na polku.

U-mettre

tous-livresACC

sur étagèreACC

« Bien (soigneusement) ranger tous les livres sur l’étagère ».

46Enfin, n’oublions pas que le préverbe na- dans namazat′ (phrases 28a et 28b) est tout à fait capable de traduire l’idée d’une surface entièrement recouverte, quelle que soit la construction syntaxique. Il faut donc admettre que la structure argumentale des verbes préverbés est extrêmement imprévisible pour un même verbe avec un même préverbe : « La valence verbale n’a aucune incidence sur la valeur du préfixe » (Guiraud-Weber, 2002 : 242).

47Une autre piste d’analyse est possible : celle qui consiste à assigner au complexe « préfixe + verbe » une analyse de type SC, souvent proposée pour les perfectifs préverbés du russe. Reprenons un instant l’analyse en SC telle qu’elle était proposée par Hoesktra et Mulder (et d’autres auteurs, dont Werner). Cette analyse est séduisante : elle repose sur l’idée qu’il faut séparer l’information lexicale (idiosyncrasique) du verbe et l’information fonctionnelle (ce que code la prédication seconde, la SC). Le préverbe semble être un candidat idéal pour traduire cela. Or, si parfois il est aisé de déterminer en quoi consiste la prédication seconde, et donc de la corréler directement à une interprétation sémantique en terme de résultativité/état résultant, parfois il est plus difficile voire impossible de le faire. Dans le cas des verbes qui nous intéressent ici (les translocatifs de Veyrenc), pas de problème : l’expression zastelit′ stol skatert′ju : « couvrir la table de la nappe » peut facilement être représentée en appliquant la structure proposée par Hoekstra et Mulder (V F [SC NP PRED] :

Vstelit′ F za- (sens ?) [stol – skatert′ju ; le rapport entre ces deux entités définit la prédication seconde]

48Pour un verbe transitif simple, on y parvient à peu près bien, encore que la notion sémantique d’état résultant pour un verbe perfectif ne se vérifie parfois pas, on l’a vu :

Napisat′ pis′mo : écrire une/la lettre.
Vpisat′ F na-(sens ?) [pis′mo - état résultant : « lettre écrite »)]

Vypit′ stakan vodki : boire un/le verre de vodka.
Vpit′ F vy-(sens ?) [stakan vodki - état résultant : « vodka bue »)]

On se rappelle que pour ces cas, qui font apparaître un verbe simple en anglais (write the letter / drink the vodka), les auteurs présupposaient l’existence d’une particule vide censée représenter la prédication seconde (SC), sœur du verbe.

49Mais la polysémie généralisée des préverbes russes vient de nouveau perturber cette analyse ; pour un des sens parmi les plus productifs de za- (l’inchoation), je ne parviens pas à proposer un schéma de SC convaincant :

Zagovorit′ : se mettre à parler, prendre la parole.
Vgovorit′ F za- (sens ?) [???aucun état résultant, car le sens immédiatement détectable est celui d’inchoation]

50Mon point d’interrogation qui suit à côté de la lettre F(onctionnel) et le préverbe (sens ?) dans les expressions ci-dessus traduit le fait que le préverbe est éminemment polysémique et qu’il est extrêmement difficile de déterminer précisément le contenu exact de cette information fonctionnelle, qui semble varier au gré du verbe composant utilisé et de la construction syntaxique. Si on peut considérer que za- est un indice de cette structure fonctionnelle (F) dans zastelit′ stol skatert′ju (« toute la table est recouverte »), pourquoi cesse-t-il de l’être dans zagovorit′ (« ??couvrir toute la parole », n’est pas du tout le sens obtenu) : ou alors par « information fonctionnelle » on entend tout type d’information fonctionnelle, depuis la notion d’« état résultant » jusqu’à celle d’« inchoation ». Mais comment relier ces emplois divergents d’un même morphème, za- ? On se heurte toujours aux mêmes questions. Bien sûr, il est toujours possible de postuler l’existence de préverbes homonymes : mais dans ce cas, il faudra considérer que tous les préverbes sont homonymes les uns des autres ; il faudra même considérer qu’un préverbe peut être l’homonyme d’un autre lorsqu’il est employé avec une même base verbale, comme dans la paire minimale déjà donnée (exemples de 38 à 41).

51En conclusion, les données suggèrent fortement qu’il convient de focaliser l’analyse non pas sur une structure unique donnée d’avance pour l’association « préverbe + verbe » (de type SC, verbe léger ou autre), extérieure au verbe lui-même, corrélée à des notions (aspectuelles) elles aussi données d’avance (« + ou – affecté, + ou – holistique », etc.), mais qu’il faut s’intéresser sérieusement au mode de combinaison, variable, entre tel préverbe et telle base verbale, allié au sens (ou aux sens) abstrait(s) du préverbe et de la base verbale. Ceci relègue les notions aspectuelles convoquées fréquemment pour l’anglais (spray/load) au rang d’effets interprétatifs, comme l’a déjà montré Dowty, mais que confirme le russe de façon plus spectaculaire.

4. Vers des solutions : changement de perspective et théorie des Formes Schématiques

52Une recherche récente sur les verbes préverbés du russe offre des réponses ambitieuses, qui me semblent plus convaincantes que l’hypothèse aspectuelle. La solution qui se dessine a quelque chose de terrifiant par l’ampleur du travail qu’elle suppose. Krongauz (1998) fixe les perspectives qu’une recherche sérieuse sur la « préfixologie » implique, au nombre de trois ; il convient d’étudier :

  1. le « cadre d’un préverbe », c’est-à-dire son sens intime, abstrait, dégagé à partir de ses nombreux sens ; pour lui, cela consiste à pouvoir formuler toutes les règles qui relient les « sens particuliers » de chaque préverbe ;

  2. le « cadre de formation d’un préverbe donné avec le verbe composant » : en somme, il faut étudier le mode de combinaison possible (sémantique, syntaxique) entre le préverbe et la base verbale, en étudiant le sens intime de chacun d’eux ;

  3. ensuite, il faut étudier l’interaction entre le verbe préverbé / la base verbale et le contexte plus large.

  4. Les mises en œuvre de ces principes d’une étude préfixologique sont différentes selon les auteurs. Je présente deux approches : celle que préconise Krongauz lui-même, partagée par les cognitivistes américains, puis celle du groupe français et russe (Dobrušina, Paillard, Mellina, ainsi que Camus, Penanros), qui met au cœur du dispositif de description et d’explication des verbes préverbés la combinatoire entre l’identité sémantique propre (représentée par une « Forme Schématique », FS) du verbe composant (la BV) et la FS du préverbe : conformément à la tradition, le préverbe se voit confirmer son statut de prédicat complexe, de relateur (Paillard).

4.1. Préfixologie au lieu de l’aspectologie

53Krongauz (1998) note que la recherche sur le préverbe en russe est aujourd’hui dégagée de l’aspectologie. Si autrefois les sens aspectuels -(d’Aktionsart) de tel préverbe étaient considérés comme premiers, et les autres occurrences éventuelles du même préverbe étaient des homonymes, à présent une des variantes du sens du préverbe peut simplement inclure dans la liste de ses sens un mode d’action (Aktionsart). (Krongauz 1998 : 127). Le préverbe est pris pour ce qu’il est réellement dans son association avec le verbe : un élément servant à créer une nouvelle unité lexicale. L’auteur appelle à une véritable réhabilitation du lexique, qui est digne d’étude autant que les autres composants linguistiques (ibid. : 97).

54Dans la tradition lexicographique russe, la recherche d’un sens fondamental pour un préverbe était menée selon le principe suivant : à partir du sens des verbes préverbés, on soustrayait le sens du verbe composant (BV), et le reste était considéré comme le sens du préverbe. Une conséquence inévitable de cette façon de procéder était l’existence de préfixes neutres ou vides (c’est-à-dire, vides de sens référentiel). Par exemple, dans les formations zakričat′, « za-crier », zagovorit′, « za-parler », zaigrat′, « za-jouer », za- a constamment le sens d’ingression (« commencer à + Verbe ») ; les lexicographes en déduisaient que za- signifiait fondamentalement l’ingression. Mais dans les verbes zaregistrirovat′, « za-inscrire », zagrimirovat′, « za-grimer », za- n’avait pas ce sens fondamental et ne faisait que doubler le sens du verbe composant, fournissant un corrélat perfectif au verbe imperfectif de base. Ils en déduisaient donc qu’on avait affaire à un préverbe neutre (pléonastique). Cette façon de faire non seulement ne permettait pas de comprendre le lien entre le préverbe et l’aspect grammatical, mais invalidait même l’idée d’un invariant pour le préverbe.

55Ce problème de l’invariant pour un préverbe donné a commencé à être posé de façon systématique, hors la problématique de l’aspect, dans les années 1980. Deux grandes théories s’opposent : soit cet invariant se présente comme un sens commun dérivé du croisement de tous les sens particuliers de tel préverbe, soit il est représenté comme un invariant constructionnel abstrait incluant plusieurs moments (la théorie des FS). La seconde représentation est celle de Dobrušina, Paillard, Mellina (D/P/M) ; c’est celle que je vais défendre dans la section suivante. La première méthode accorde une grande place à l’analogie, c’est-à-dire à l’idée que le préverbe est pris dans des réseaux de sens et que c’est ainsi que se constituent sans arrêt de nouveaux verbes préverbés. Notons au passage que le même rôle important a été accordé à l’analogie dans l’étude des particules des langues germaniques (Bolinger cité par Quayle 1994 : 70 ; Mc Intyre, 2002 : 111). Un exemple extrême de cette position pour le russe est celui de Levin (1985) : pour l’auteur, le sens du préverbe est exclusivement lié aux réseaux analogiques auxquels celui-ci participe. L’auteur défend un mécanisme typiquement structuraliste. Il rejette l’idée même de représentations abstraites sous-jacentes aux éléments composant le verbe préverbé. Par exemple, l’interprétation de l’expression naguljat′ žir, « fatten up by grazing, for sheep » (litt., « na-walk fat »), repose sur l’intersection entre le sens de na- dans nakormit′, « feed », et de na- dans narastit′ « augment », nadet′, « put on », qui signifie que quelque chose est mis/ajouté sur quelque chose. De là on obtient : naest′ brjuxo, « acquire a pot-belly by overeating », litt. « na-eat pot-belly », naguljat′ brjuško / appetit, « put on a pot belly, work up an appetite », et donc naguljat′ žir. La métaphore joue un rôle très important dans ces réseaux analogiques. L’intersection de tous ces sens donne des créations nouvelles et inattendues.

  • 11 All the so-called abstract meanings of na- are progressive metaphoric extensions of a few simple (...)

Tous les sens soit disant abstraits de na- sont des extensions métaphoriques progressives de quelques sens concrets simples associés à la préposition na. […] Les sens sous-jacents sont des […] Gestalts concrètes, des symboles directement reliés à des situations concrètes11. (Levin 1985 : 18, 20)

56Krongauz (1998) note avec justesse les problèmes inhérents à une approche fondée sur l’analogie. Il donne l’exemple d’un néologisme (« occasionnalisme ») trouvé dans un texte, le verbe vyljubit′, qui n’est pas répertorié par les dictionnaires :

42)

Ljubov′ nado vyljubit′ : « amour il-faut vy-aimer ».

  • 12 Le russe utilise le terme de tolkovanie, qui signifie : « description détaillée du sens par une p (...)

57Le problème est qu’il est très difficile de s’appuyer sur une série utilisant le préverbe vy- associé à tel verbe individuel qui s’interpréterait comme vyljubit′, car il n’y en a tout simplement pas. Krongauz pose la question : sur quoi repose alors l’analogie ? (Krongauz 1998 : 22) Le sens de cette formation est pourtant très clair : pour se débarrasser de l’amour, il faut l’avoir éprouvé jusqu’au bout ; l’amour est considéré comme une « substance » qui au cours de son « utilisation » disparaît. Dans cette formation, les mécanismes sémantiques en jeu réduisent à peu de chose l’idée du verbe ljubit′, « aimer » ; le préverbe vy- interagit de façon active avec la base, jusqu’à lui imposer ses propres traits sémantiques (ibid. : 25) La difficulté de s’appuyer sur un modèle existant est liée au caractère diffus des sens contextuels du préverbe, à la transformation si fréquente d’une idée commune et vague dans des conditions sémantico-pragmatiques diverses (ibid. : 111) Crucialement donc, cela présuppose que le préverbe a bien un sens (une fonction), aussi abstrait soit-il. Ceci milite pour l’énonciation d’un invariant fonctionnel qui dépasse les effets locaux. Krongauz est conscient de ces problèmes : son modèle consiste à fournir des descriptions les plus détaillées possibles12 des relations entre les sens d’un préverbe et les règles de passage d’un sens à l’autre. Ceci le conduit à des regroupements sous des formulations de plus en plus abstraites, sans toutefois aboutir à l’énonciation d’un invariant fonctionnel. Tout est donc question du niveau d’abstraction souhaitable. L’idée que partagent néanmoins tous ces courants est que les processus morphologiques et syntaxiques sont motivés in fine par des principes sémantiques. Les travaux de Wierzbicka (1988, 1992) ont exercé une grande influence sur l’école russe contemporaine des « préfixologues ».

4.2. Scénario constructionnel abstrait et invariant : la théorie des Formes Schématiques (FS)

  • 13 Je simplifie la notation des auteurs pour en extraire l’idée principale ; pour avoir les détails, (...)

58Le modèle qui me convainc le plus est celui proposé par D/P/M, qui utilise la théorie des FS. Cette recherche s’inscrit dans une longue tradition qui reconnaît que le verbe préverbé s’accompagne de toute une série de modifications syntaxiques : transitivation, redéploiement des types de complément, etc. La notion d’un scénario exprimé par le préverbe vient des cognitivistes américains (Flier, Janda, années 1980) : cela suppose une compréhension du préverbe comme dénotant un événement actuel ou potentiel lié à un changement de situation. L’intérêt de cette approche est qu’elle permet d’exprimer un sens sous forme d’un prédicat extérieur par rapport au verbe composant, les deux se combinant. Le préverbe est relateur, comme la préposition dont il est issu, il dénote une relation (R) entre deux termes X et Y (symbolisé par : X R Y) et a sa forme schématique propre, ainsi que la base verbale (BV) composante. La FS est conçue comme une configuration qui puisse rendre compte de tous les sens mais sans être un des sens de la construction (c’est en cela qu’elle diffère des configurations des cognitivistes). C’est en quelque sorte la base à partir de laquelle, en interaction avec les éléments contextuels, va se révéler le sens de la construction. La description des deux FS se fait à la fois en termes de sémantique conceptuelle et de structure prédicative13 :

FS (BV)

FS (préverbe)

<( )1 source – ( )2 but>

ε

<( )x R ( ) y>

  • 14 Je renvoie aux travaux de Franckel et Paillard (2007), Franckel, ed., (2003), ainsi qu’aux travau (...)
  • 15 Déjà Isačenko (1960) établissait une différence entre les préverbes qualificateurs (ceux qui chan (...)

59Pour la BV, les notations « source » / « but » sont des généralisations (elles font référence au schéma de lexis, selon Culioli 1992) et décrivent une structure argumentale minimale du verbe qui correspond à un « schéma prédicatif » (Franckel et Paillard 2007 : 29). On est ici à un niveau plus primitif que celui des relations argumentales dans les théories syntaxiques traditionnelles : ( )1 et ( )2 sont les termes qui correspondent aux paramètres (aux moments significatifs) de la FS14. Ce qui est important est ε : ce terme signifie que le préverbe est considéré comme la source de reconfiguration de la base verbale. (D/P/M 2001 : 266) Le préverbe considéré comme « relateur » (X R Y) signifie concrètement que la combinaison entre les deux éléments est vue comme l’introduction du schéma du verbe (BV) dans le schéma du préverbe. Il faut alors définir exactement ce que sont X et Y. Selon les auteurs, Y est forcément extérieur à la BV. X est parfois la BV, parfois un autre élément de la construction. Le rôle formel du préverbe, dans l’hypothèse de Paillard, consiste à « retravailler » un des éléments de la BV (symbolisé par X). Ceci conduit les auteurs à dégager deux types de préverbes selon le mode d’interaction ; il y a les préverbes événements et les préverbes catégorisants15.

60a) Les préverbes événements sont v-, vy-, na-, nad-, ot-, pere-, pod- ; le préverbe relie deux objets ou états de chose différents dans X R Y, et par eux-mêmes X et Y expriment l’événement, la BV servant alors à décrire la façon dont se réalise l’événement. Prenons les deux expressions suivantes :

43)

Perešit′

pidžak

v

žilet : transformer (par la couture) une veste en gilet.

pere-coudre

veste

en

gilet

44)

Otbit′

nos

u statyi : casser le nez de la statue.

ot-battre

nez

à statue

61Dans le premier cas, le préverbe pere- relie un terme X (pidžak, « veste ») avec deux de ses états, qui constituent le terme Y : « veste »→ « gilet », soit la formule : pere- (X = État 1 : « veste » a la forme d’une veste → R = pere- → Y = État 2 : « veste » acquiert forme de « gilet »). La base verbale šit′, « coudre », décrit la façon dont se fait le changement. C’est bien le préverbe pere-, dénotant le passage d’un État 1 à un État 2 (c’est là son sens abstrait), qui exprime l’événement ; le verbe indique la façon dont s’effectue la transformation.

62Dans le second cas, le préverbe ot- signifie que le terme « X est interprété en liaison avec le fait qu’une rupture du lien a eu lieu entre X et Y ». Ot- relie nos, « nez » (X) à statuja, « statue » (Y) de telle façon que le lien est perdu entre les deux ; le préverbe désigne donc l’événement, à savoir que la statue a été privée de son nez. La BV bit′ indique la façon dont cette perte a eu lieu : par la force, par un impact.

63C’est dans cette catégorie des préverbes événements que l’on observe les cas les plus extrêmes de redéploiement de la base verbale composante.

  • 16 pereosmyslenie, en russe.

64b) En revanche, les préverbes catégorisants, do-, za-, iz-, po-, pri-, pro-, u-, indiquent que le processus désigné par la BV est recatégorisé16 ; ces préverbes ne désignent jamais un événement à eux seuls. L’événement est désigné par la base verbale, qui est reconfigurée. Nous avons déjà rencontré le préverbe pro- ; il signifie qu’un terme X « s’interprète en liaison avec le fait que Y est un intervalle pour X ». Dans l’expression :

45)

proplakat′

vsju noč′ : pleurer toute la nuit,

pro-pleurer

toute nuit

65X correspond au sens de la base plakat′, « pleurer », et Y est le complément de durée, l’intervalle désigné par vsja noč′, « toute la nuit ». On a donc la formule :

[X R Y] = [X = (plakat′) – R = pro- Y = (vsja noč′)],

c’est-à-dire, le processus de plakat′ est à considérer du point de vue de l’intervalle désigné par vsja noč′.

66Cette reconnaissance de deux grands types de préverbes est très importante : elle montre que ce qui est central est le schéma d’interaction « verbe composant » / « préverbe » ; le préverbe n’a pas en soi une valeur sémantique fondamentale dont découleraient tous les effets de sens ; son identité sémantique constitue par elle-même une construction abstraite, qui interagit ensuite avec la BV dans laquelle il s’insère.

67Mais les auteurs (D/P/M) ne s’arrêtent pas là ; outre la caractérisation générale entre les deux types de préverbes, il convient également de prendre en compte les modalités de la combinatoire des schémas formels de la BV et du préverbe. Il y a trois configurations possibles : soit les deux FS (cf. schéma ci-dessus) coexistent (configuration A), soit la FS du préverbe reconstruit la FS du verbe (configuration B), soit il y a croisement entre les deux FS (configuration C). Dans les exemples, je fais figurer à gauche de la flèche (→) la configuration de base du verbe composant, et à droite la configuration avec le préverbe, pour que le lecteur visualise bien les différences.

68a) Configuration A, « coexistence » : le schéma de la BV est caractérisé entièrement par le préverbe. La BV n’est pas modifiée, juste caractérisée plus précisément. C’est le cas typique des paires aspectuelles (46), des emplois de type Aktionsart (47) et des modifications qualitatives ou quantitatives du procès (48). L’adjonction du préverbe n’a dans ce cas pas d’effet syntaxique apparent par rapport à la base.

46)

Pisat′

napisat′ pis′mo : écrire une lettre.

Écrire

na-écrire lettre

69Na- a un sens abstrait de spatialisation (Mellina 2001) : ajouté à la BV pisat′, « écrire », il met en relation cette BV (X) avec un terme Y (pis′mo, « lettre ») qu’il « spatialise » : spatialiser une lettre à la suite d’un processus de type « écrire » signifie simplement « écrire une lettre », avec la lettre qui acquiert une visibilité (sur la feuille de papier) qu’elle n’avait pas avant (sens de na-) ; on a donc là le correspondant perfectif banal du verbe imperfectif pisat′. La BV ne change effectivement pas de sens, elle est précisée par la combinaison avec le préverbe.

47)

On pišet roman

On perepisyvaet

svoj roman : il réécrit son roman.

Il écrit roman

Il pere-écrit

son roman

70On a rencontré le préverbe pere- ci-dessus ; la combinaison se comprend ainsi :

71[X (on pišet roman, « il écrit le roman » : première variante du roman, État 1) → R = pere- → Y (« seconde variante du roman »)].

72La BV est juste re-caractérisée.

48)

On kupil

knigi

on nakupil

knig.

Il a-acheté

livres

il na-a-acheté

livres

73Dans 48), na- spatialise l’achat des livres, les rend visibles, d’où l’idée de grande quantité de livres achetés.

  • 17 perestraivanie en russe.

74b) Configuration B, « reconstruction17 » : le schéma de la BV se trouve reconstruit par le préverbe. Celui-ci évince des éléments sémantiques de la base ; il y a appauvrissement. Dans cette configuration B, sont mis au premier plan des éléments du schéma de base du préverbe ; l’idée de base de cette configuration est que le complément postverbal du verbe préverbé n’est cette fois-ci plus le complément de la BV mais est celui du préverbe :

49)

Petja

otsidel

nogu

*Petja

sidel

nogu.

Petja

ot-est-assis

sa-jambeACC

Petja

a-assis

sa jambe

« Petia ne sent plus sa jambe (à force d’avoir été trop longtemps assis dessus) »

50)

On propil

škaf

*on pil

škaf.

Il

pro-a-bu armoire

il a-bu

armoire

« Il a dilapidé l’armoire en boisson »

51)

On

dosmotrel

fil′m

# on

smotrel

fil′m.

Il

do-a-regardé

film

il

a-regardé

film

« Il a regardé le film jusqu’au bout »

75Dans 49), le préverbe ot- relie un élément introduit par le préverbe (X – noga, « jambe ») comme ayant perdu un lien avec un élément Y, et ceci s’est produit à la suite du processus sidet′, « être assis ». Ce que résume la formule :

76[X R Y] = [(X = noga) ot- (Y = « lien entre Petia et sa jambe » / « plus de lien entre Petia et sa jambe »)

77Sidet′ est normalement un verbe de position, qui met en scène un référent (animé ou non) occupant une position assise ou assimilée (pour un inanimé) sur un espace donné (on sidit na stule : il est assis sur la chaise) ; le préverbe ot- enlève cette dernière partie de la description du verbe de base (« une jambe ne s’assoit pas quelque part, on n’assoit pas une jambe quelque part ») – là est l’évincement, l’appauvrissement – et redéploie le profil de sidet′ : « on peut s’asseoir sur une jambe de façon telle que la position assise entraîne une perte de contact (ot-) avec la jambe ». La jambe devient l’argument affecté par le processus « asseoir » reconstruit par le préverbe ot-.

78Dans 50), pro- invite à reconsidérer l’armoire (X) en liaison avec (« comme reconstruite par ») le processus de boisson perçu comme un intervalle (sens de pro-) ; une armoire ne se boit pas littéralement : le préverbe pro- ôte au verbe pit′ la contrainte « buvable » sur son complément postverbal (évincement) et lui substitue un élément « intervallique », l’armoire vue comme des moyens financiers dégagés pour boire.

79Dans 51), do- invite à considérer la distance qu’il y a (sens de base de do-) entre le film (X) et le point d’arrivée du processus désigné par la BV smotret′ (« regarder ») ; d’où le sens « regarder la dernière partie du film ». Contrairement à 49) et à 50), l’association entre la BV et le complément (smotret′ fil′m) est une suite possible, mais ne signifie pas la même chose que dosmotret′ fil′m : smotret′ fil′m laisse supposer, si rien ne s’y oppose, que tout le film est vu, tandis que dosmotret′ fil′m ne profile que la fin de l’événement (« regarder la dernière partie du film ») ; l’évincement d’éléments sémantiques de la BV est ici plus net que dans 49) et 50).

80On aura compris que par rapport au schéma syntaxique initial de la BV composante, c’est dans cette configuration B que les plus grandes différences se constatent, au final, dans la syntaxe du verbe composé.

  • 18 peresečenie, en russe.

81c) Enfin, dans la configuration C, il y a « croisement18 » ; les deux bases (BV et préverbe) interagissent. C’est en quelque sorte l’inverse du cas précédent : il y a généralement enrichissement du schéma initial de base du verbe par le rajout d’un élément du schéma du préverbe.

52)

Risovat′ čelovečka

Pererisovat′

čelovečka

iz knižki

dessiner bonhomme

pere- dessiner

bonhomme

du livre

Čeloveček iz knigi

« Le bonhomme (vient) du livre »

53)

Džip exal

Džip naexal

na snežnuju babu

jeep a-roulé

jeep na-a-roulé

sur bonhomme de neige

Džip (okazyvaetsja) na snežnoj babe

« La jeep (se trouve) sur le bonhomme de neige »

54)

Koška prygnula

Koška

vyprygnula iz okna

chat a-sauté

chat

vy-a-sauté de fenêtre

Koška iz okna

« Le chat est en dehors de la fenêtre »

82À chaque fois, le préverbe ajoute un élément de base à la BV :

83Dans 52), le livre est relié au bonhomme, mais aussi à « dessiner ». Le sens est : « recopier un bonhomme à partir d’un livre ».

84Dans 53), on a le schéma :

85[X R Y] = [(X : « jeep » – élément qui se déplace < verbe exat′ – R = na- Y : ce déplacement aboutit à l’entité « bonhomme de neige »,] d’où le sens : « avec un véhicule, foncer dans, et détruire, le bonhomme de neige ».

86Dans 54) on a :

87[X R Y] = [X : « le chat qui saute » < verbe prygnut′ – R = vy- Y = « ce saut aboutit au chat en dehors de la fenêtre »], d’où le sens, que l’anglais rend de façon similaire : « the cat jumped out (of) the window ».

88Le préverbe russe n’est donc pas de façon inhérente un opérateur de télicisation, de quantisation (même s’il n’est pas incompatible avec ces notions), mais il est un outil qui redéploie le scénario de la base verbale et donc qui reconfigure également le statut des arguments de cette BV. D/P/M (2001) le disent très clairement : c’est l’association entre les FS du verbe et du préverbe qui décident de la configuration syntaxique des arguments ; le verbe de base peut conserver sa structure actancielle apparente intacte (configuration A), il peut perdre des actants (B) ou s’en voir ajouter (C). C’est la construction qui permet de prévoir le nombre d’éléments mis en relation.

89Ce rôle essentiel des verbes préverbés (qui constituent l’essentiel des verbes du russe, rappelons-le) comme prédicats complexes fait qu’il n’est pas possible de considérer un niveau argumental primitif distinct du niveau syntaxique ; tout se rejoue de façon différente pour chaque préverbe qui s’adjoint à chaque base verbale ; dans le modèle défendu par D/P/M, l’idée qu’un argument du verbe puisse être directement corrélé à une projection syntaxique propre est niée :

Nous considérons les propriétés syntaxiques du verbe (transitivité, intransitivité, construction prépositionnelle, etc.) comme les moyens concrets de réalisation des schèmes sémantiques… De notre point de vue, les FS, qui incluent tel ou tel élément sémantique, ne contiennent jamais aucune information relative à la façon dont cet élément va se trouver instancié dans la construction syntaxique du verbe. (D/P/M 2001 : 16)

90C’est pourquoi les auteurs ont recours aux notations utilisées dans la TOPE : C0 (pour le sujet), C1 (le premier complément postverbal), Ci (le complément réalisé de façon indirecte), qui sont parfaitement neutres quant à un quelconque rapport sémantique donné d’avance. Les trois niveaux d’analyse retenus par les auteurs sont :

  • Le niveau des schémas formels : la FS, qui contient ou ne contient pas de participants exprimés de façon inhérente ;

    • 19 syščnosti en russe.

    Le niveau des entités ou substances19 (les paramètres) qui peuvent occuper les places présupposées par le scénario de la BV : pour bit′ (cf. chapitre précédent), on a vu que la position « S(ource) de la force » peut être remplie par tout élément (symbolisé N) susceptible de transmettre une force (un être animé : « homme, ours »… ; un liquide qui se meut : « fontaine, source » ; un mécanisme qui contient un élément doté d’une force qui cogne contre une surface : « horloge, cloche »). Mais une entité immobile, qui ne peut jamais être comprise comme constituant une source d’énergie, de force, ne peut occuper la place S (C0) (* Luža b′ët : * la mare jaillit). Ces paramètres de la FS sont en deçà des actants traditionnels du verbe.

  • Le niveau de réalisation syntaxique (C0, C1, Ci), avec les places remplies ou non, qui variera selon le préverbe utilisé.

91Nous pouvons à présent reconsidérer la question des alternances de type spray/load en russe.

5. L’alternance des verbes translocatifs du russe revue à la lumière de la théorie des FS

92Examinons à présent, sur la base de cette réflexion, nos énoncés et les préverbes concernés. Je rappelle rapidement les données.

93Pour Veyrenc, les différences introduites par les préverbes étaient uniquement d’ordre syntaxique ; le sens abstrait du préverbe n’était pas sa préoccupation – il mettait sur le même plan les préverbes identifiés comme « forts » : za-, u-, ob-, pere-, et n’avait pas grand-chose à dire des autres, comme na-, qui acceptent les deux types de construction. Dans des exemples comme les suivants, il parlait de transitivité externe dans le premier cas (le régime objet knigi est rapporté au verbe composant), et de transitivité interne dans le second (le régime objet polku est rapporté au préverbe, le régime instrumental knigami rapportant le moyen par laquelle la fonction s’exerce) (Veyrenc 1980 : 205).

55)

On stavil svoi knigi na polku : il a placé ses livres sur l’étagère.

Il a-mis ses livres sur étagère

56)

On ustavil polku svoimi knigami : il a garni l’étagère de ses livres.

Il u-a-mis étagère ses livresINSTR

94Cela dit, il a négligé des données importantes. Je prends nos deux verbes diagnostics (spray : mazat′ ; load : gruzit′). Commençons par gruzit′, « load ». Les données sont complexes ; la première chose à noter est que la BV seule accepte déjà les deux constructions :

57)

Gruzit′

drova

na

baržu : load the timber onto the barge.

load

timberACC

onto

barge

58)

Gruzit′

baržu

drovami : load the barge with the timber.

load

barge

timberINSTR

95Il est vrai que le préverbe za- se trouve plus facilement dans la seconde configuration, même si ce n’est pas le seul préverbe possible :

59)

On zagruzil baržu drovami : il a chargé la péniche de bois.

60)

On nagruzil baržu drovami : il a chargé la péniche de bois.

96Po- est refusé, en revanche, et ne peut figurer que dans une seule construction :

61)

On *pogruzil baržu drovami : *il a chargé la péniche de bois.

62)

On pogruzil drova na baržu : il a chargé le bois sur la péniche.

97Ceci semble suggérer que le complément postverbal immédiat de zagruzit′ est nécessairement le lieu chargé ; mais ce n’est pas toujours vrai : zagruzit′ admet sans difficulté une entité chargée comme complément :

63)

Zagruzit′ 20 tonn peska / tovar / passažirov / fajl.

Charger 20 tonnes de sable / la marchandise / les passagers / télécharger un fichier.

98Le verbe gruzit′, « charger », connaît donc une alternance qu’il soit muni de préverbes ou non.

99Il est difficile de parler de préverbe fort dans ces conditions. D’autres verbes de cette classe (za-Verbe + deux compléments de type « thème » et « lieu ») sont en revanche beaucoup plus contraints ; les alternances sont refusées :

64)

stroit′

doma

na pole : construire des maisons dans le champ.

Construire

maisonsACC

sur champACC

65)

zastroit′

pole

domami : hérisser le champ de maisons.

za-construire

champACC

maisonsACC

66)

*stroit′ pole domami : *construire le champ de maisons.

67)

*zastroit′ doma na pole : *construire des maisons dans le champ.

68)

pit′

vodku : boire de la vodka.

boire

vodkaACC

69)

zapit′

gore

vodkoj : noyer son chagrin par / dans la vodka.

za-boire

chagrinACC

vodkaINSTR

70)

**pit′ gore : **boire son chagrin.

71)

*zapit′ vodku : *boire la vodka.

100Quelle conclusion tirer de l’observation de ces données ?

  • Le préverbe za-, largement utilisé dans ce type d’alternance, ne code pas directement la notion d’« entité complètement couverte/remplie » car même sans za-, le verbe gruzit′ admet les deux constructions ;

  • C’est au contraire le rapport forcément différent entre « charger » et ses compléments possibles (« bois/péniche ») et « construire » et ses compléments (« champ/maisons ») qui est conceptualisé différemment. Intuitivement, on peut charger du bois ou charger une péniche, tandis qu’un champ, contrairement à une maison, ne se construit pas, et le chagrin ne se boit pas. La langue reflète des profils verbaux différents associés à chacun de ces verbes vis-à-vis des entités du monde qu’ils mettent en relation.

  • La solution tient donc à la mise au jour d’un sens ou d’un scénario abstrait pour za- (et les autres préverbes qui participent de ces alternances), qui pourra expliquer le fait que le chagrin, qui ne se boit pas, va pouvoir se boire tout de même, et qu’une étagère, qui ne se « met » pas, va pouvoir « se mettre de livres » quand même.

101On observe les mêmes phénomènes avec mazat′, verbe du type spray (« enduire, couvrir, répandre »), qui se comporte exactement comme gruzit′, load :

72)

Mazat

xleb

maslom.

graisser

painACC

beurreINSTR

« Tartiner le pain de beurre. »

73)

[campagne de santé contre le cholestérol menée en Russie : ]

Russkix

priučat

ne mazat

maslo

na xleb.

Russes

vont-enseigner

ne-pas répandre

beurreACC

sur painACC

« On va accoutumer les russes à ne pas mettre de beurre sur le pain. »

102Comme pour gruzit′, les préverbes na- et za- sont possibles, avec des différences de sens :

74)

Namazat′

xleb

maslom

/ maslo

na xleb.

Na-répandre

painACC

beurreINSTR

/ beurreACC

sur painACC

« Tartiner le pain de beurre / mettre du beurre sur le pain. »

75)

Zamazat′

grjaznymi rukami

skatert′.

za-répandre

mains salesINSTR

nappeACC

« Tâcher/souiller la nappe de ses mains sales. »

103Zamazat′ a une connotation franchement négative, qu’a parfois aussi le verbe zagruzit′ (kto-to zagružen rabotoj : quelqu’un est surchargé de travail).

104On l’aura compris : les données sont complexes et falsifient largement le recours à des notions aspectuelles figées dans une place structurelle donnée pour expliquer ces alternances. Le préverbe n’est pas directement responsable des différences constatées pour nos deux verbes russes équivalents de load et spray puisque la base verbale admet les deux constructions. En revanche, il est vrai que le préverbe souligne cette construction et surtout l’étend à d’autres verbes pour forcer une alternance du même type (exemples 65 et 69). Dans ces conditions, je ne vois guère d’autres possibilités que de décrire précisément la combinatoire entre les deux scénarios : celui de la BV et celui du préverbe. À la lumière des travaux de D/P/M (2001), j’étudie za, u- et na-, les principaux préverbes concernés par l’alternance.

5.1. U- et l’efficacité du résultat20

  • 20 Tous les commentaires sur les verbes en u- et les exemples russes de cette section sont extraits (...)

105La discussion qui suit remet en cause les notions aspectuelles comme primitives sémantico-syntaxiques : celles-ci apparaissent au contraire comme des notions dérivées, issues d’un calcul pragmatique entre le verbe et le préverbe si ceux-ci se prêtent à ce type d’interprétation, ce qui ne sera pas toujours le cas.

106Je commence par le préverbe u- ; il faut dégager le scénario du préverbe, élément relateur (X R Y), et examiner la façon dont il « reconstruit » la base verbale. Voici la forme schématique (FS) de ce scénario pour u-.

  • 21 Je souligne les notions cruciales du scénario du préverbe.

FS de u-21 :
1) l’action est envisagée du point de vue de son résultat R, qui n’est pas l’issue standard du développement du procès P ;
2) R s’interprète comme le développement d’un certain état d’un terme particulier T ; cet état de T est actuel/existant avant même le développement de l’action ;
3) le développement de cet état T est déterminé par la quantité d’action qui doit être dépensée en lien avec l’atteinte de R. (D/P/M 2001 : 50)

107Ceci est un schéma abstrait, formel, non pas un invariant de type « valeur fondamentale » comme ceux que l’on trouve en grammaire cognitive (voir Janda, p. 288-290). Éprouvons-le sur un exemple. Soit le verbe ugovorit′, « convaincre », formé au moyen de U- + govorit′, « parler, dire » :

76)

Petja ugovoril

Mašu

sygrat′

partiju v šaxmaty.

Petia u-a-parlé

MachaACC

jouer

partie d’échecs

« Petia a convaincu Macha de faire une partie d’échecs ».

108La FS pour le verbe ugovorit′ dit :

  1. que l’action est envisagée du point de vue de son seul résultat R ; dans ce cas, « R = Macha est d’accord pour jouer aux échecs ». R n’est pas un résultat standard pour la BV govorit′ (ce verbe signifie généralement que l’on transmet une information à un tiers) ;

  2. que R constitue le développement de l’état T présent avant l’énonciation de la phrase : « Macha pas d’accord pour jouer aux échecs » ; cet état est présupposé ;

  3. enfin, que le développement de T (« Macha pas d’accord ») est déterminé par la quantité d’action govorit′ mise en œuvre par Petia pour atteindre R.

109En résumé, u- dit : « le résultat du procès est le seul qui compte (qu’elle joue aux échecs) ; avant le procès, il y a un état présupposé (elle ne veut pas) ; la quantité d’action (« parler ») va changer la donne et faire qu’elle accepte de jouer ». L’idée importante de u- est que le procès est vu depuis son résultat, son issue, un fait également noté par Krongauz (1998) : « U- présuppose que l’objet de l’action est amené dans un état particulier » (221). Dit autrement, le sens abstrait que récapitule u- est : « tel objet a la possibilité en lui d’acquérir tel état et c’est en relation avec l’atteinte de cet état qu’est considéré le procès ». C’est là une notion que je qualifierai de « quasi-aspectuelle », paraphrasant Levin et R. Hovav (2005) ; le résultat du procès ne dépend ni du contrôle, ni de l’effort de l’agent, mais de l’efficacité du procès constatée sur l’objet. En effet, le succès d’un procès de type ugovorit′, « convaincre » va être évalué non pas tant par les efforts de l’agent mais par la volonté ou non de l’objet de se laisser convaincre. Les auteurs offrent une paire minimale intéressante : pour le verbe « s’endormir », le russe connaît deux verbes quasi-synonymes, l’un avec le préverbe u- (usnut′), l’autre avec za- (zasnut′) ; la question du contrôle est cruciale :

77)

Kak ja ni staralsja, ja ne mog zasnut′ : J’avais beau essayer, je n’arrivais pas à m’endormir.

78)

Ja sam ne zametil, kak usnul : je ne me suis pas rendu compte que je me suis endormi.

110Usnut′ focalise exclusivement l’état résultant, ne dit rien des conditions de l’agent vis-à-vis de l’endormissement ; zasnut′ insiste plus sur l’impossibilité qu’avait le sujet de trouver le sommeil. Cela signifie que le préverbe ne véhicule pas directement de notions aspectuelles : il « met en chômage » tel ou tel composant (n’importe lequel a priori) de la base verbale.

  • 22 On se souvient de l’identité sémantique que Camus attribue à po- (actualisation spatio-temporelle (...)

111Venons-en aux verbes stavit′ / postavit′ / ustavit′ (« mettre »). La phrase *postavit′ polku knigami (« po-mettre étagèreACC livresINSTR ») n’est pas recevable car le sens de stavit′ est : « mettre/disposer quelque chose en position verticale » ; po- actualise seulement ce sens22 (le sujet est la source, l’étagère le point d’aboutissement), po- n’a pas la capacité de « redéployer » le scénario de la BV ; une étagère ne se met pas en position verticale. En revanche, le scénario de u- indique que seul le résultat compte, l’application de la force d’un agent est évaluée exclusivement en fonction de l’objet et justement pas du sujet agent « mis en sommeil » (D/P/M 2001 : 51). Une relation différente est donc envisageable entre : « livre/étagères/placer ». On peut avoir :

79)

Ustavit′

polku

knigami.

u-mettre

étagèreACC

livresINSTR

« Couvrir l’étagère de livres. »

112U- dit : « ne partons pas du schéma cognitif ordinaire pour stavit′, « mettre » (agent transmetteur d’énergie → action → livres → sur étagères), mais focalisons en quelque sorte le chemin inverse de ce schéma cognitif banal, qui reproduit les trois moments de la FS de D/P/M pour u- :

  1. « Livres sur étagères » (le point de vue est focalisé sur le résultat) ;

  2. R = « développement d’un état T » (présupposition : « mettre simplement les livres sur l’étagère » est considéré comme présupposé, impliqué) ;

  3. « Cet état T est déterminé en fonction de la quantité d’action qui a été nécessaire ».

113En somme, u- invite à « remonter » à l’action par le biais du résultat : quel peut être le résultat sur une étagère d’une quantité d’énergie qui s’est exercée sur elle au moyen de livres ? Que l’étagère est entièrement couverte de livres, bien entendu.

114Mais cette organisation n’est pas la seule possible : u- focalise sur le résultat de l’énergie fournie (« mettre, disposer »), l’état visible peut donc concerner soit l’étagère (« recouverte », c’est le premier cas), ou bien les livres eux-mêmes (qui passent en position d’objet direct) ; et en effet, on peut dire :

80)

On ustavil vse svoi knigi

na polku.

Il u-a-mis

tous livresACC sur étagèreACC

« Il a soigneusement rangé tous ses livres sur l’étagère ».

115Le procès est également envisagé sous l’angle du résultat, mais du point de vue des livres : quel peut être le résultat sur des livres d’une quantité d’énergie qui s’est exercée sur ces livres en rapport avec l’étagère ? Que les livres sont disposés avec grand soin, avec ordre. C’est exactement le sens de la phrase.

116Un argument supplémentaire pour ne pas lier tel ou tel préverbe (u-) à une notion aspectuelle unique de type holistique est le fait que parfois, un verbe avec le préverbe u- semble indiquer l’inverse de l’exhaustivité/le holistique, à savoir la diminution. C’est le cas avec certains verbes de création qui sont naturellement téliques, comme varit′ (griby) : « faire cuire (des champignons) ». Le scénario de ce verbe est typique de celui d’un verbe de création : un agent investit de l’énergie, des efforts (en contrôlant la température du feu, le point d’ébullition, etc.), pour aboutir à un résultat sur une cible, les champignons (le résultat attendu sera que les champignons seront plus ou moins cuits). Le résultat dépend de la force transmise. U- focalise le chemin inverse : du bilan (résultat) on remonte jusqu’au procès, u- marque l’efficacité du résultat de la cuisson sur les champignons. Dans ce cas des champignons, l’efficacité trop grande de la cuisson se solde par une diminution de ceux-ci :

81)

Griby

uvarilis′ : les champignons ont réduit à la cuisson.

Champignons

u-ont-cuit

117On obtient donc un effet de sens inverse du précédent (ustavit′ polku, « recouvrir entièrement, saturer l’étagère ») : il n’est pas nécessaire de postuler un u- homonyme du précédent ; u- reste le même, mais l’association entre u- et le VP varit′ griby conduit à une interprétation différente. Trop d’énergie constatée sur le terme R (l’objet) pour des champignons qui cuisent = « réduction à la cuisson », tandis qu’un trop-plein d’énergie constatée sur une étagère vis-à-vis de livres posés dessus = « étagère saturée, entièrement recouverte de livres ».

118Le préverbe u- semble inverser un scénario cognitif « normal » du type « source-transmission d’énergie → énergie → cible, résultat », en supprimant carrément la source, le contrôle : u- dit qu’il faut partir du résultat reconnu comme « efficace » et reconstruire le procès qui a été nécessaire pour en arriver là. Que des effets aspectuels de type holistique (surface recouverte) ou diminution (les champignons), existent ne peut être nié, mais ce sont des effets pragmatiques. C’était la même chose dans l’exemple du chapitre précédent avec le ciel parsemé d’étoiles (Nebo usypano zvëzdami) : peu importe qui (ici, personne) a répandu les étoiles dans le ciel, le résultat est bien là, le ciel est parsemé d’étoiles ; le français lexicalise cela autrement, avec un verbe spécifique « parsemer » (« ??ciel répandu d’étoiles »). Cette inversion du profil verbal en faveur du résultat explique que certains verbes en u- reconstruisent un sens complètement absent de la BV. Le verbe gnat′ signifie « conduire, pousser » et se dit d’un véhicule, d’un troupeau, etc. Il dénote un déplacement, une force dirigée vers ces objets ; le verbe ugnat′ (mašinu, stada, « voiture, troupeau ») prend le sens de « voler/dérober ces objets ». D’où vient la notion de « propriété volée », notoirement absente du verbe gnat′ ? Elle ne peut venir que de u- : le préverbe annule la force, l’énergie (l’idée d’exercer une force est perdue, ou plutôt rejetée dans le présupposé) ; u- reconstruit, restructure l’action verbale en fonction du résultat : la voiture, le troupeau sont reconsidérés non plus en tant qu’« objets mus par une force » mais « objets mus/déplacés en tant qu’objets simplement », abstraction totale est faite du « fournisseur d’énergie » (« le conducteur, le berger… »), seul compte le déplacement de l’objet : de là il n’y a pas loin à comprendre que les objets en question ont été emportés, donc volés.

119Je vais à présent étudier le second préverbe impliqué dans ces notions de holistique : za-, et voir si le même type de notions peuvent être appliquées.

5.2. Za- : déviance et extériorité

120Za- a été très étudié car il est extrêmement polysémique et productif, ses rapports avec les BV avec lesquelles il se combine sont très complexes, encore plus peut-être que pour u-.

  • 23 Respectivement, domain ou landmark, abrégé en LM, et trajector, abrégé en TR.
  • 24 Le terme d’« espace » est un terme abstrait, qui peut désigner un espace physique, une période de (...)
  • 25 the domain ; the extradomain.

121Les travaux pionniers sur za- sont ceux de la cognitiviste américaine L.  Janda (1986). L’auteur introduisait l’idée de déviation comme centrale au sens de za-. Je reproduis une partie de son analyse tant elle me semble avoir fourni l’impulsion aux scénarios abstraits adoptés aujourd’hui par de nombreux auteurs, dont Zaliznjak (1995), D/P/M, Krongauz, etc. Le sémantisme de za- est représenté par des configurations spatiales. Une configuration typique dans le modèle cognitif est la présence d’un domaine et d’un « trajecteur23 » qui se déplace en relation avec le LM. L’espace cognitif24 est divisé en deux domaines : le domaine et l’« extra-domaine25 ». Dans la configuration de base (1), za- marque une déviation de la trajectoire du TR hors du LM. Les configurations suivantes sont obtenues, comme c’est le cas dans les représentations cognitives, par métaphorisations successives de la trajectoire prototypique.

  • 26 Ces schémas sont empruntés à Janda (1984).

Configuration 1, de base26 :

Configuration 1, de base26 :

122Le TR transgresse les limites du LM, il passe dans l’extra-domaine. Différents sens sont obtenus, spatiaux :

  • 27 Le terme anglais utilisé par Janda est deflection (deflected).

123– la « déflexion, déviation », comme dans le verbe : zajti (pass by) ; une entité (TR) est déviée27 de son cours normal :

82)

On zašël

k Ivanu : il est passé chez / a fait un détour par chez, Ivan.

Il za-est-allé

chez Ivan

124Ce sens de déflexion s’étend aux verbes mentaux : le verbe zadumat′sja (à partir de dumat′, « penser ») signifie que l’on s’éloigne du cours normal de sa réflexion (« se laisser aller à penser à »). À l’idée de déviation s’ajoute parfois l’idée de fixation : le verbe zapomnit′, « retenir/fixer quelque chose en mémoire » marque à la fois la déviation du processus normal du souvenir (pomnit′) et sa fixation.

  • 28 The extradomain.

125Une autre conséquence de ce schéma de base est l’apparition d’un sémantisme de changement d’état pour certains verbes, mais pas n’importe lequel : comme le TR sort du domaine (LM), le changement va suivre les chemins suivants : normal → anormal ; actif → inactif ; doux → dur…Passant dans le domaine externe28, le LM est modifié, par exemple :

83)

Solit′ : « saler (mettre du sel) » → zasolit′ ogurcy : « mettre les cornichons dans la saumure » (pickle en anglais) ; s’ils étaient laissés dans leur état normal, les concombres s’abîmeraient.

84)

Kormit′ rebënka : « nourrir, donner à manger à un enfant » → zakormit′ rebënka : « gaver l’enfant » ; le changement est radical car excessif.

126Et puis il y a bien sûr le sens d’inchoation, si productif avec za- :

85)

On

zagovoril.

Il

za-a-parlé

« Il s’est mis à parler / a pris la parole. »

86)

Orkestr

zaigral.

Orchestre

za-a-joué

« L’orchestre a commencé à jouer. »

127L’explication est la même : selon Janda, tant que l’action n’est pas réalisée, elle reste un potentiel caché du sujet. L’activité se présente donc comme une déviation de cet état initial où il ne se passe rien, d’où l’idée d’inchoation.

128La configuration qui nous intéresse (nos verbes spray/load) est celle-ci :

Configuration 2 :

Configuration 2 :

129Le TR se présente non plus comme une simple ligne mais comme une masse d’objets, discrets ou non, qui recouvre en partie le domaine (LM) ; Janda utilise le terme de COVER. Des exemples prototypiques sont :

87)

Zapjatnat′

čest′ : entacher, souiller l’honneur.

za-tacher

honneur

88)

Šum

zaglušil

golos oratora.

Bruit

za-a-étouffé

voix orateurGÉN

« Le bruit a couvert (anglais : drowned out) la voix de l’orateur. »

130Il est important de noter que za- ici ne fait que dupliquer un sème déjà présent dans le verbe en le portant à l’excès. Ces verbes préverbés en za sont considérés comme les corrélats aspectuels normaux des verbes non préverbés (les BV) correspondants, d’aspect imperfectif.

131La configuration 3, que Janda résume par le terme de SPLATTER, est représentée de la même façon que la seconde à la différence que TR est un groupe d’objets discrets plutôt qu’une simple masse ; elle rend compte ainsi du sens de :

89)

Zabryzgat′

plat′e

grjaz′ju.

za-asperger

robeACC

boueINSTR

« Éclabousser (anglais : splatter) la robe de boue. »

90)

Zasorit′ pljaž : souiller la plage (anglais : litter the beach)

132La BV bryzgat′ signifie simplement, sans aucune connotation négative particulière : « jaillir, asperger ». Sorit′ signifie « jeter quelque chose de sale par terre ». Za- rajoute l’idée : « au-delà de ce qui est raisonnable ».

133Armé de ces notions, on comprendra mieux la FS que proposent D/P/M (2001) pour za- :

  1. l’action s’interprète en fonction d’un terme (= élément) T ;

  2. T se trouve dans une relation de négation/une relation problématique/une relation de déviance avec un élément N ;

  3. l’élément N prend en compte des éléments composants de la BV (D/P/M 2001 : 56)

134On retrouve, traduits en termes différents, l’idée de Janda sur la déformation, le caractère non standard, du scénario normal associé à la BV. Par exemple, dans :

91)

Petja zagovoril

Mašu

do polusmerti.

Petia za-a-parlé

MachaACC

jusqu’à-demi-mort

« Petia a abreuvé Macha de paroles »,

le verbe govorit′ s kem-to, « parler avec quelqu’un » suppose le transfert d’informations en direction de quelqu’un. Ici, za- induit la négation de cet aspect normal de govorit′ vis-à-vis de quelqu’un : « parler à quelqu’un au-delà du raisonnable », d’où : « sâouler/abreuver quelqu’un de paroles ». Mais zagovorit′, sans complément, signifie simplement : « il a pris la parole, a commencé à parler ». La question de l’assignation des rôles-Θ se pose : il n’est pas satisfaisant de considérer qu’on a un verbe zagovorit′ qui peut recevoir soit un seul rôle-Θ soit deux soit trois. Les rôles-Θ ne sont pas donnés d’avance. L’analyse suppose un raisonnement inverse : on a un verbe de base govorit′ dont le scénario suppose plusieurs éléments (« un parleur », « l’action même de parler », « un destinataire des paroles », « le contenu des paroles », etc.). Za- a aussi un scénario qui signifie : « réinterprétons la BV en introduisant sur un des participants (n’importe lequel, y compris le verbe composant) un scénario déviant, non standard ».

1351) Zagovorit′ : « se mettre à parler » : la parole est présentée comme activité « déviante », c’est-à-dire comme la négation d’un autre état : le seul état qui soit dans un rapport négatif par rapport à parler c’est le silence, d’où le sens de « se mettre à parler. » Za- marque ici l’irruption d’un procès sur le fond d’une absence notoire de procès. Comme l’ont montré Paillard et Giusti (1998), cet emploi inchoatif de za-Verbe n’est possible qu’avec des verbes qui dénotent un fonctionnement binaire pour le participant principal. La phrase Motor zarabotal (« le moteur a commencé à fonctionner ») est possible parce qu’un moteur fonctionne ou ne fonctionne pas, mais *Ivan zarabotal (« Ivan a commencé à travailler ») n’est pas possible car la transition entre ne pas travailler et travailler n’est pas aussi nette pour un humain (quelqu’un peut travailler sans que cela se voie nécessairement). Un animé humain ne se définit pas par deux types de fonctionnement antinomiques, comme une machine. Ivan zagovoril, « Ivan s’est mis à parler », est en revanche possible car on est sur le mode « silence/parole » : parler ou ne pas parler, cela s’entend.

1362) Zagovorit′ Mašu : « abreuver Macha de paroles » : ici, za- construit un sens différent mais déductible de sa FS : « Macha est considérée, par rapport au destinataire normal de paroles qu’elle devrait être (sens de govorit′), dans un rapport anormal par rapport à ce scénario attendu (sens de za-) » ; il n’y a pas loin jusqu’au sens de « parler trop à quelqu’un » ; notons qu’avec la BV govorit′, le destinataire est toujours au cas datif (govorit′ Maše) ; avec zagovorit′, Maša est au cas accusatif (Mašu).

137Il existe un autre sens de zagovorit′ :

1383) Zagovorit′ zubnuju bol′ : « jeter un sort (et faire disparaître) un mal de dents ». Dans ce cas, par la parole il s’agit de « faire dévier » le mal de dents.

139Comme pour u-, ce scénario induit par za- s’accompagne d’un redéploiement du scénario de la BV (quelle que soit la classe sémantique à laquelle le verbe appartienne) et donc d’une modification parfois sensible du profil cognitif normal de la BV. Le préverbe za- ajouté aux verbes de déplacement plyt′ (« naviguer ») et idti (« aller, marcher »), induit une perte de contrôle (sudno zaplylo, cf. exemple 32) ou une déviation de la trajectoire normale du sujet (on zasël k Ivanu, cf. exemple 82). D’ailleurs, « s’égarer » se dit zabludit′sja en russe.

140Si tout cela est vrai, alors nos alternances du type spray/load avec za- n’ont rien d’aspectuel. Prenons la phrase :

92)

On

zagruzil

baržu

drovami.

Il

za-loaded

bargeACC

timberINSTR

« He loaded the barge with timber. »

141Par rapport au scénario normal « charger du bois », za- introduit un point de vue déviant, anormal, du point de vue d’un nouvel élément introduit dans le scénario, la péniche ; dit plus simplement, paraphrasant Paillard, za- dit : « Du point de vue de charger le bois, considérons un scénario extérieur par rapport à sa normalité première en introduisant la péniche ». Le calcul interprétatif fait le reste : que peut signifier, du point de vue de la péniche (le réceptacle), l’extériorité de charger le bois ? La seule possibilité est : « charger la péniche », tout simplement, considérer la péniche (et non plus le bois) comme là où l’événement « charger » (gruzit′) se réalise. Il faut noter que le verbe gruzit′, load, n’est pas un verbe de transfert normal : il implique une charge, un poids excessif, à la différence de stavit′, put, simple verbe de placement ; il est donc déjà en soi légèrement déviant, utilisé dans ce type de contexte. Le verbe zastavit′ aura un sens bien plus « déviant » que zagruzit′, il signifiera carrément « encombrer quelque chose de quelque chose » :

93)

Zastavit′

komnatu

mebel′ju.

za-mettre

chambreACC

meublesINSTR

« Mettre des meubles partout dans la chambre / surcharger, encombrer la chambre de meubles ».

142Les dictionnaires notent souvent un emploi de type excès pour le verbe zagruzit′ :

94)

Kto-to zagružen rabotoj : quelqu’un est surchargé de travail.

95)

Pulkovo zagruženo : Pulkovo [compagnie d’aviation russe] est surchargée (il s’agit de réservations en surnombre).

143L’idée d’anormalité, du caractère excessif du scénario, semble bien inscrite dans za-. C’est pourquoi on ne peut pas faire autrement que de dire :

96)

Zastroit′ pole domami : recouvrir un champ de maisons. (to build a field up with houses)

97)

Zasejat′ polezernom : ensemencer un champ de blé.

98)

Zapit′ gore vodkoj : noyer son chagrin dans la vodka.

99)

Zamazat′ skatert′ grjaznymi rukami : souiller la nappe de ses mains sales.

144Ce que le russe offre de remarquable est que le lexème obtenu est transparent : le verbe composant est, respectivement, « construire », « semer », « boire », « répandre », tandis que le français doit avoir recours à un autre lexème verbal (par spécialisation sémantique – « recouvrir » – ou par métaphorisation – « noyer »), sauf dans le cas d’« ensemencer », le seul qui soit transparent par rapport au verbe composant « semer ». Le mécanisme est toujours le même : pour zastroit′ pole domami, soient trois notions (« champ », « maisons » « construire ») ; on construit des maisons dans un champ, mais un champ n’est pas constructible. Pourtant, il existe une situation anormale, déviante par rapport au scénario normal, dans laquelle un champ autrefois nu est maintenant couvert de maisons qui ont été construites : le rôle de za- est là. Il force à mettre ensemble des participants liés de façon pas forcément naturelle. Za- dit ce qu’il faut entendre, comme scénario déviant, par stroit′ doma : « les maisons occupent l’espace du champ » ; le champ est alors (re)considéré comme le lieu où sont construites des maisons. Ou encore : za- = « agir sur le champ par la construction dans un scénario déviant par rapport à ce que construire implique ; on ne construit normalement pas un champ, mais par la construction, on agit sur le champ (de façon inattendue) ». Puis intervient le calcul interprétatif, variable selon le verbe utilisé et la nature du complément d’objet direct : dire zatroit′ pole domami est un choix marqué ; si ce choix est fait, c’est sûrement qu’il y a de bonnes raisons de le faire : il y a quelque chose de visible, d’inhabituel à propos du champ, il est hérissé / couvert de maisons ; je note que l’anglais utilise la particule up dans ce sens (the field is built up).

145Les notions aspectuelles (« plus ou moins affecté », holistique, etc.), dans ce schéma, sont des inférences interprétatives, et ne sont en aucun cas primitives : pour le champ, l’interprétation est naturellement holistique ; tout le champ est recouvert de maisons, du moins telle est l’impression du locuteur ; on n’énoncerait même pas cette phrase si le champ n’était pas entièrement construit, à y bien réfléchir. Mais dans le cas de zamazat′ skatert′ grjaznymi rukami, « souiller la nappe de ses mains sales », cette interprétation est perdue : en général, lorsqu’on souille une nappe de ses doigts sales, on ne souille pas l’étendue entière de la nappe. Le même raisonnement vaut pour zapit′ gore vodkoj : rien ne dit qu’en buvant la vodka on va noyer tout son chagrin. Za- dit seulement : le chagrin ne se boit pas, mais considérons pit′ du point de vue du chagrin quand même ; le sens d’excès est là.

146Je peux à présent revenir sur la question du fameux na- de quantisation (Filip), après quoi je conclurai provisoirement sur le russe et sur la vision radicalement différente de l’aspect sémantique que cette réflexion implique.

5.3. Na- et la spatialisation

147C’est Mellina (2001) qui a traité de na- dans l’ouvrage collectif de D/P/M. Disons-le immédiatement : l’énigme de quantisation (Filip) n’a absolument plus lieu d’être sous cette approche. Na- a été souvent traité dans la littérature, avec des résultats variés. Pour Tixonov (1962), le na- qui dénote une surface et le na- de cumulativité sont deux préfixes homonymes complètement indépendants :

100)

Namazat′

sapogi

vaksoj.

na-répandre

chaussuresACC

cirageINSTR

« Enduire les chaussures de cirage. »

101)

Nakupit′

knig.

na-acheter

livresGÉN

« Acheter un grand nombre de livres. »

  • 29 [It] denote[s] […] the totalizing and quantification of a closed, unsegmentable process. 

148À l’opposé, pour Van Schooneveld (1978), na- se voyait attribuer le sens fondamental unique de « manifestation, évidence » : une situation verbale est projetée sur un « locus » ou point de manifestation. Russell (1985) reprend cette analyse (na- comme « locus » - lieu - et quantité), en tentant d’établir la classe vendlérienne à laquelle rattacher les verbes en na- ; en particulier, le na- cumulatif est une sorte d’Achèvement : « [Il] dénote… la totalisation et la quantification d’un processus fermé, non segmentable29. Pour Filip, na- cumulatif dénote un processus cumulatif mais segmentable, donc quantisé au final. Mellina nous entraîne vers une tout autre voie. Voici la FS que propose l’auteur pour na-.

  1. na- établit une relation entre un terme X et un terme Y ;

  2. Y se présente comme un espace abstrait ;

  3. dans une première situation (Sit1), X a un statut indépendant vis-à-vis de l’espace Y. Dans une seconde situation Sit2, X est à comprendre en liaison avec l’espace Y ; dans sa relation avec Y, X acquiert un statut spatial. (D/P/M 2001 : 256)

149Nous retrouvons une formulation de la FS en termes abstraits, comme pour za- et u- ci-dessus. La notion cruciale est ici l’espace : Y confère à X des caractéristiques spatiales. Y est un espace si X peut être décrit avec les coordonnées de na-. Que signifie ceci ?

150Le premier cas décrit par Mellina est celui des verbes de type « écriture » (pisat′, « écrire », risovat′, « dessiner », etc.) qui forment leur perfectif régulier au moyen de na- : dans napisat′ pis′mo, « écrire lettre », X (pis′mo) se trouve spatialisé et rendu autonome ; Y (l’espace abstrait induit par le scénario de na-) « transforme » l’existence de X (la lettre) comme entité existant spatialement. Le prédicat imperfectif pisat′ pis′mo (sans na-) signifie que la Sit1 est considérée du point de vue de la création de l’objet lettre : cette lettre peut exister ou non ; au contraire, dans napisat′ pis′mo, X acquiert un statut spatialisé, la lettre existe (rôle de na-) comme entité inscrite dans un espace ; en termes simples, cela présuppose qu’une lettre écrite existe, a existé ou existera indépendamment du processus « écrire ». Nous ne sommes pas très loin de l’idée que la lettre « mesure » spatialement l’événement, l’événement est calculé du point de vue de la lettre. Une lettre spatialisée, visualisée sur un support signifie concrètement une lettre écrite. L’objet « lettre » est autonomisé : ceci correspond bien à l’observation très souvent faite que le verbe perfectif focalise sur l’objet.

151Un deuxième cas est constitué par les verbes auxquels le scénario de na- (X R Y = espace) confère un statut spatial explicite au second terme ; X (l’objet) reçoit une existence dans l’espace au moyen d’une construction prépositionnelle qui double le rôle de na- :

102)

Nakleit′

marku

na konvert.

na-coller

timbreACC

sur enveloppeACC

« Coller un timbre sur l’enveloppe. »

152Dans une Sit1, X (« le timbre ») n’a aucun rapport spatial avec l’enveloppe ; na- dit ensuite ce qu’il faut entendre par une spatialisation du timbre par rapport à l’enveloppe ; la BV kleit′, « coller », explicite ce rapport (par la colle). C’est dans cette classe d’emplois que l’on trouve nos verbes de type spray/load :

103)

namazat′ xleb maslom : enduire les chaussures de cirage.

104)

namazat′ maslo na xleb : tartiner le beurre sur le pain.

  • 30 Je remercie Olga Kravtchenko-Biberson pour m’avoir aidé à y voir clair dans ces nuances très subt (...)

153Rappelons que la BV simple mazat′, « répandre, enduire », a déjà les deux réalisations argumentales possibles : na- n’apporte rien de plus, sinon qu’il assigne un statut spatial explicite à l’objet postverbal (xleb ou maslo). La différence entre nagruzit′ drova na baržu et zagruzit′ drova na baržu (load timber onto the barge) ne tient donc pas à la quantité de bois chargée : dans le premier cas, non marqué, na- confère une existence spatiale au bois par rapport à la péniche (d’où le sens de « charger » : le bois se voit sur la péniche), za- marque simplement le scénario linguistique « verbe gruzit′ + péniche » comme non standard (considérons la péniche par rapport à charger, pas le bois) ; par rapport à nagruzit′, zagruzit′ signifie que le bois se trouve plutôt dans la péniche, caché à l’œil de l’observateur30.

154Nous pouvons à présent expliquer le sens d’accumulation qui est si courant avec na- (Filip). Il n’est plus nécessaire d’invoquer un préverbe homonyme au na- de napisat′.

105)

Na

daču

naexali

gosti.

A

datcha

na-sont-allés

invités

« Un grand nombre d’invités sont arrivés à la datcha. »

106)

On

nabral

s soboj

edy i pit′ja.

Il

na-a-pris

avec lui

nourritureGÉN et boissonGÉN

« Il a apporté avec lui une bonne quantité de nourriture et de boisson. »

155Mellina remarque que très souvent ces verbes s’emploient avec une indication du lieu où est constatée l’accumulation (na dači, s soboj). De par son scénario, na- assigne un statut spatial à l’objet désigné (les invités, la nourriture et la boisson), c’est-à-dire que cet objet se détache du procès et acquiert une visibilité ; l’objet est digne d’intérêt ; ces verbes en na- sont souvent utilisés avec des expressions marquant une évaluation subjective de la quantité visible :

107)

Nabit′

more

posudy.

na-casser

merACC

vaisselleGÉN

« Casser une quantité de (« une mer de ») vaisselle incroyable ».

108)

Nabrat′

kuču

zakazov.

na-prendre

tasACC

commandesGÉN

« Prendre / accepter un tas de commandes. »

156Mellina note deux faits qui militent contre une assignation directe du sens quantificationnel à na- :

  1. le génitif n’est pas obligatoire sur le NP postverbal ; l’accusatif apparaît aussi normalement dans les deux phrases précédentes (more ; kuču) ;

  2. en revanche, l’expression cardinale explicite d’une grande quantité interdit l’emploi de na- ; il faut le verbe perfectif « normal » :

109)

*On nakupil sto knig : il a acheté cent livres.

110)

On kupil sto knig : il a acheté cent livres.

157Je récapitule : grâce au scénario de na-, le complément postverbal est comme détaché du procès et acquiert un statut spatial, d’où l’idée qu’il est visible, significatif ; de là naît l’idée de « grande quantité » ou « quantité excessive ». Il n’est donc plus nécessaire de se poser la question du caractère quantisé ou cumulatif des verbes en na- : c’est na- qui confère à l’objet ses propriétés de visibilité. Dans nakupit′ knig, les livres (knig) spatialisés, autonomisés, acquièrent une existence autonome, détachée du procès. Dans la Sit2, les livres deviennent autonomes : c’est tout simplement leur visibilité qui donne l’idée de grande quantité (2001 : 258). Dans le cas de napisat′ pis′mo, « écrire une lettre », le mécanisme est le même : la lettre acquiert une existence spatiale grâce à na-, elle existe, d’où l’interprétation résultative banale de ce verbe perfectif qui est le partenaire aspectuel normal de pisat′, « écrire » : la lettre est effectivement écrite ; au fond, qu’est-ce qu’« écrire une lettre » sinon faire accéder à l’existence, sur l’espace de la feuille de papier, les signes produits ? Le point commun de ces deux emplois de « na-Verbe » est qu’on ne voit que ce qui est en grand nombre, ce qui se détache subjectivement de la situation, et on ne juge de l’existence d’un objet de type « lettre » que lorsque celui-ci est visible, donc écrit sur la feuille. Il n’y a rien de fondamentalement aspectuel là-dedans.

158La conclusion de cette étude de l’alternance de type spray/load en russe est non négligeable : il n’est plus besoin de postuler que telle ou telle place d’argument est distinguée aspectuellement, tout dépend des capacités du préverbe. Cette réflexion déplace l’intérêt de la recherche sur le verbe lui-même en relation avec le scénario du préverbe : les propriétés aspectuelles cèdent la place à des propriétés bien plus générales concernant le profil du verbe et ce qu’il lexicalise. Tout n’est évidemment pas réglé, cette recherche se poursuit sur d’autres préverbes (tous ne sont pas décrits par les auteurs). Mais le recours aux Formes Schématiques nous dirige vers une sémantique formelle, la formalisation de schémas abstraits, ce qui est également une syntaxe, mais une syntaxe qui repose sur les possibilités combinatoires, le rapport base/préverbe en fonction d’un éventail large des notions manipulées, parfois apparentées à des notions aspectuelles (u- et la focalisation sur le résultat), parfois quasi-aspectuelles (na- et la spatialisation), parfois plus aspectuelles du tout, mais spatio-temporelles (po- et la simple actualisation dans l’espace-temps du -scénario de la BV), ou autres, comme za- qui marque la déviation par rapport à un scénario normal.

159Un autre point qu’il convient de noter dans cette discussion des exemples russes est que les traductions en français proposées ont eu recours à des verbes souvent différents (« mettre → recouvrir/encombrer ; asperger → éclabousser, souiller ; parler → abreuver quelqu’un de paroles », etc.), là où le russe utilise un procédé lexical et grammatical transparent (association préverbe + BV) ; la stratégie purement lexicale du français contraste avec le système très économique du russe : « couvrir l’étagère de livres » est opaque en français, par rapport à ustavit′ polku knigami en russe, tout à fait transparent pour ce qui est de la position des livres (la formation contient la BV stavit′, « mettre en position verticale »). Ce sont donc bien les procédés de formation d’unités lexicales qui sont centraux dans cette réflexion sur le verbe, et non plus l’aspect.

  • 31 maximilizing effect.

160Un autre fait que je note sans pouvoir en donner une explication est la position du locuteur, qui semble centrale dans le choix de tel ou tel préverbe : spatialiser, focaliser sur le résultat, attester d’un scénario déviant, tout ceci suppose une position active de l’énonciateur. Ceci peut constituer un programme de recherche à venir. Je suis frappé par ce rôle dévolu au préverbe : souvent il corrige, précise (en ajoutant ou en retranchant des éléments) le sens du verbe composant ; on a vu que u- dans griby uvarilis′ (« les champignons ont réduit à la cuisson ») enlève littéralement à un verbe de « performance » normal (varit′, « faire cuire ») un sème essentiel : son telos, justement. Ceci me rappelle beaucoup l’anglais avec ses particules, dont up, qui se laisse très mal définir en termes aspectuels ; l’« effet maximalisant31 » de McIntyre (2002) explique difficilement les potentialités lexicales de up associé à un verbe composant.

161J’ai eu recours dans cette discussion à des notions bien différentes des notions aspectuelles traditionnelles, notamment au profil verbal, à l’espace. Je dois les explorer sérieusement, car une analyse plus serrée des types sémantiques de verbes ne peut se faire que par le biais d’une mise au jour de la syntaxe de ces verbes en utilisant d’autres primitives, encore plus abstraites et plus formelles, comme par exemple l’espace (Langacker, Guéron) ou la notion de chaîne causale et de force dynamique-causative (Croft). Tout comme les chercheurs russisants dont j’ai présenté les thèses ci-dessus ont eu recours à l’« identité sémantique » ou la Forme Schématique (FS) de la base verbale et du préverbe, pour l’anglais je pense qu’il faut aller plus avant dans la logique décompositionnelle et étudier ce que la littérature anglo-saxonne appelle la « Structure Lexicale Conceptuelle » d’un verbe pris individuellement (sa LCS), ce qui implique également de repenser le lexique. Il devrait être clair à présent que les notions liées à l’Aktionsart du seul verbe doivent être abandonnées si l’on veut faire des généralisations efficaces pour prédire les réalisations syntaxiques diverses du verbe (et, pour le russe, du préverbe, qui est aussi un prédicat) ; un mode de description possible est celui qui met en jeu des scénarios cognitifs abstraits, suffisamment puissants pour à la fois dépasser des phénomènes interprétatifs locaux comme la Mesure (Tenny), mais dont la mise en oeuvre puisse quand même prédire les réalisations syntaxiques constatées. La théorie des Formes Schématiques offre un terrain favorable à cette investigation.

Notes

1 C’est-à-dire, avant les travaux sur la préfixation de Paillard (1991, 1993), Krongauz (1998), Zaliznjak (1995), etc.

2 Adding a prefix to a stem results in a perfective stem. […] Certain prefixes function primarily to indicate the perfective viewpoint, whereas others involve situation type as well.

3 We have established beyond doubt that perfectives are to be taken syntactically as embedded small clauses (object predications, or secondary predicates).

4 Je note au passage que cette notion de thème incrémental est totalement absente de l’aspectologie russe.

5 Dans toutes ses versions : boundedness, Measure, quantisation, etc.

6 the core part.

7 Le terme « translocation » a une définition purement syntaxique selon Veyrenc ; il signifie « permutation non signifiante des actants de droite » (Veyrenc 1980 : 273).

8 landmark.

9 Je traduis ici de façon maladroite les représentations diagrammatiques des auteurs.

10 Submeanings.

11 All the so-called abstract meanings of na- are progressive metaphoric extensions of a few simple concrete meanings associated with the preposition na-. Underlying meanings are […] concrete gestalts, […] symbols directly related to concrete situations.

12 Le russe utilise le terme de tolkovanie, qui signifie : « description détaillée du sens par une paraphrase ».

13 Je simplifie la notation des auteurs pour en extraire l’idée principale ; pour avoir les détails, se reporter à Paillard, « À propos des verbes préfixés », in Slovo, Revue du CRREA (Etudes linguistiques et sémiotiques), Vol. 30-31, 2004, p. 1-24.

14 Je renvoie aux travaux de Franckel et Paillard (2007), Franckel, ed., (2003), ainsi qu’aux travaux du groupe INLEX autour de De Vogüe et Camus. (http://camus.remi.free.fr/INLEX/index.html) .

15 Déjà Isačenko (1960) établissait une différence entre les préverbes qualificateurs (ceux qui changent le sens de base du verbe) et les préverbes modifieurs (ceux qui ne modifient pas trop le sens du verbe).

16 pereosmyslenie, en russe.

17 perestraivanie en russe.

18 peresečenie, en russe.

19 syščnosti en russe.

20 Tous les commentaires sur les verbes en u- et les exemples russes de cette section sont extraits de l’ouvrage de D/P/M (2001).

21 Je souligne les notions cruciales du scénario du préverbe.

22 On se souvient de l’identité sémantique que Camus attribue à po- (actualisation spatio-temporelle d’un événement avec la présence d’un agent responsable contrôleur de l’événement). Se reporter au chapitre précédent, p. 236-240.

23 Respectivement, domain ou landmark, abrégé en LM, et trajector, abrégé en TR.

24 Le terme d’« espace » est un terme abstrait, qui peut désigner un espace physique, une période de temps, une surface, un acte, etc.

25 the domain ; the extradomain.

26 Ces schémas sont empruntés à Janda (1984).

27 Le terme anglais utilisé par Janda est deflection (deflected).

28 The extradomain.

29 [It] denote[s] […] the totalizing and quantification of a closed, unsegmentable process. 

30 Je remercie Olga Kravtchenko-Biberson pour m’avoir aidé à y voir clair dans ces nuances très subtiles de sens.

31 maximilizing effect.

Table des illustrations

Titre Configuration 1, de base26 :
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Configuration 2 :
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540