Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Interfaçage sémantique – syntaxe et rôle aspectuel d’un argument distingué

Volltext

  • 1 Linking.

1Depuis les débuts de la sémantique générative, puis de façon renouvelée à partir de la phase Government and Binding de la GGT, la recherche s’est efforcée de faire émerger une représentation sémantique lexicale du verbe qui puisse fournir des règles solides de réalisation des arguments en syntaxe. Vers la fin des années 1980, une réflexion s’est amorcée sur les liens entre la question du calcul aspectuel au niveau VP et la question de la projection des arguments. Il s’agissait d’utiliser les notions aspectuelles (temps, telos, événement) dans un projet plus ambitieux consistant à revoir en profondeur les principes d’interfaçage1 entre la représentation conceptuelle et sémantique d’un côté, et la réalisation syntaxique des arguments de l’autre. Cette recherche est née d’une insatisfaction profonde liée à l’énonciation des rôles thématiques (abrégé en rôles-Θ) traditionnels, inaptes à prédire des alter-nances synta-xiques autrement que par simple postulation. Ainsi est apparue la notion du rôle aspectuel porté par certains arguments privilégiés du verbe, essentiellement l’argument interne direct. Tenny (1987, 1994) a su formaliser le plus explicitement possible cette réflexion, même si elle doit énormément aux travaux de Verkuyl pour le rôle des arguments internes sur le calcul du VP, et des travaux sur les proto-rôles sémantiques (Croft 1998, Dowty 1991) comme transcendant les rôles-Θ traditionnels (Fillmore). Dans son ouvrage Aspectual roles and the Syntax-Semantics Interface de 1994, Tenny consacre la notion de rôle aspectuel comme médiateur entre sémantique et syntaxe.

  • 2 Aspect and theta theory (1988).
  • 3 The Aspectual Nature of Syntactic Complementation (1992).
  • 4 Argument realization (2005). Contrairement aux autres auteurs cités, Levin et R.  Hovav s’inscriv (...)

2Le courant génératif va à son tour explorer cette voie prometteuse, dont Hoekstra2 et Mulder3, Ritter et Rosen, Levin et R. Hovav qui consacrent tout un chapitre dans leur dernier livre4 à l’approche aspectuelle de cette réalisation, et d’autres auteurs encore (Ramchand 1998, Croft 1998) dont les thèses seront présentées dans la suite de cet ouvrage. C’est donc au fond par des moyens détournés (les problématiques de l’alignement et le renouvellement de la réflexion sur les rôles-Θ) que l’étude de l’aspect sémantique/Aktionsart se trouve profondément modifiée. Par contrecoup, cette réflexion sur des modèles d’interface améliorés a entraîné l’adoption de théories du lexique plus sophistiquées, plus complexes que l’opinion répandue selon laquelle le lexique n’est qu’une sorte de pré-module syntaxique où rien de bien intéressant ne se passait avant l’insertion lexicale. Ceci m’amènera à examiner d’autres modèles, ceux de Hale et Keyser (1993), Pustejovsky (1991, 1995), Ramchand (1998).

3De façon très intéressante, cette problématique est peu présente en russe ; mis à part les travaux de Apresjan (1967, 1974) sur les alternances de valence du verbe en russe, et plus récemment, Timberlake, auteur d’une volumineuse Reference Grammar of Russian (2004), qui intègre la notion d’« argument aspectuel » comme médiateur entre structure conceptuelle et structure grammaticale, la question des rôles thématiques des arguments du verbe n’a jamais constitué un enjeu en soi. Au contraire, la question de la réalisation des arguments pour le verbe russe a partie liée avec l’étude de la préverbation et de toutes les modifications actancielles que celle-ci entraîne. La structure temporelle-événementielle à la Vendler a eu un impact chez certains auteurs, on l’a vu (essentiellement, Brecht, Kučera), mais en tant que principe explicateur de l’aspect grammatical (« configurationnel ») et non pas comme matrice « événementielle » au sens anglo-saxon du terme : je n’ai trouvé aucune étude qui porterait sur la structure événementielle des verbes utilisant les prédicats primitifs à la Dowty [(ACT (CAUSE) (BECOME) <STATE>]. Aujourd’hui, les questions liées à la combinatoire extrêmement complexe entre les préverbes et les bases verbales occupent l’espace le plus intéressant de la recherche sur l’aspect sémantique en russe, en particulier dans le cadre d’un projet français et russe très ambitieux et passionnant mené par Dobrušina, Paillard et Mellina (2001).

  • 5 linking rules.

4Le plan de ce chapitre va être le suivant : je vais sélectionner les théories qui me semblent les plus convaincantes, en les classant en deux grandes catégories, le critère de classification étant le type de primitives invoquées. Le consensus est en effet que l’aspect dans le sens technique que je viens de définir fournit une partie (tout du moins celle qui m’intéresse ici) des règles d’alignement pour des proto-rôles thématiques ; les divergences apparaissent non pas tant sur les modèles théoriques que sur les primitives choisies et donc sur la nature même de ces règles d’alignement5. Pour simplifier les positions selon ce critère, il y a ceux (la majorité) qui font usage des notions d’affectation, de telos, de résultat, de changement d’état, de temps, puis ceux qui convoquent des notions plus larges, telles que l’espace ou la force causale.

5Je distingue, pour la clarté de l’exposition, trois types d’approche :

  1. L’argument interne direct est un argument aspectuel s’il dénote un point final, une délimitation, un telos : c’est l’orientation prise par Tenny, Ritter et Rosen, Hoekstra et Hoekstra, et Mulder. C’est un argument distingué dans le sens où c’est cet argument qui est aspectuel, c’est-à-dire qui assure l’homomorphisme (Krifka) entre l’objet et l’événement, homomorphisme qui met les prédicats téliques ou quantisés à part des autres. Le prototype de cet argument aspectuel est le thème incrémental (Dowty 1991).

  2. Il convient de faire une place à d’autres modèles, dont il n’a pas encore été question ici, qui n’utilisent ni le temps ni le telos comme primitive, mais l’espace (Langacker, Guéron) ou la force causale liée à la transmission de force (Croft). Ces modèles sont nettement cognitivistes, mais ne sont pas incompa-tibles avec le troisième type d’approche.

    • 6 event complexity.

    Cette troisième voie capitalise plutôt sur les procédés de décomposition en prédicats primitifs formalisés par Dowty (1979), et invoque de façon cruciale non pas la délimitation mais les notions de changement d’état/-transition (Pustejovsky), ou des notions « quasi aspectuelles » (Levin et R. Hovav 2005) comme la complexité événementielle6 ; ces notions, intégrées dans des décompositions en sous-événements, réhabilitent en partie la classification temporelle de Vendler en y incluant des notions élargies, plus « cognitivistes » comme celles de Croft. Ces théories visent un objectif précis : tout principe « aspectuel » mis au jour dans le comportement d’un verbe doit être corrélé à un type de comportement syntaxique, et la décomposition s’étend jusqu’aux unités lexicales elles-mêmes. Ces modèles visent à une description exhaustive des items verbaux, qui part de leur identité sémantique propre pour arriver à des prédictions solides quant à leurs possibilités argumentales et syntaxiques.

1. Thème incrémental et propriété de Mesure

6Avant d’étudier en détail la théorie aspectuelle proposée par Tenny, qui m’a permis de comprendre les enjeux de ce type de recherche et a renouvelé en profondeur ma propre perception de ces phénomènes que j’hésite dorénavant à appeler « aspectuels », je présente rapidement les travaux de Dowty sur le proto-rôle aspectuel de « thème incrémental ».

1.1. Les proto-rôles thématiques

  • 7 lexical entailments.

7Critiquant les listes des rôles sémantiques traditionnels, Dowty (1991) s’efforce, par la méthode éprouvée des implications lexicales7 attachées aux V et VPs, de dégager des « proto-rôles » sémantiques. La liste qu’il propose de ces implications censées fonder les propriétés de ses deux proto-rôles d’Agent et de Patient fait apparaître, pour ce dernier, un rôle explicite de type aspectuel : le thème incrémental (propriété b).

  • 8 Contributing properties for the Patient Proto-Role :

Propriétés contribuant au proto-rôle de Patient :
a. il subit un changement d’état ; John moved the rock.
b. thème incrémental ; John filled the glass with water.
c. il est affecté causalement par un autre participant ; Smoking causes cancer.
d. il est immobile relativement au mouvement d’un autre participant ; The bullet overtook the arrow
e. il n’existe pas indépendamment de l’événement, ou pas du tout ; John built a house8. (Dowty 1991 : 572)

Dowty reprend la notion déjà développée par Krifka d’un homomorphisme objet-événement : un argument de type thème incrémental (Krifka parlait de « thème graduel ») mesure la progression de l’événement dénoté par le verbe par la consommation ou l’épuisement incrémental de l’objet au fur et à mesure que le procès s’y applique. Dans l’exemple sous b), une fois le verre rempli, l’événement fill the glass pourra être mesuré. Tenny développe une théorie similaire mais elle étend cette notion d’homomorphisme à d’autres configurations.

1.2. La Contrainte de Mesure sur les arguments internes directs

  • 9 Aspectual Interface Hypothesis.

8Le projet de Tenny est ambitieux : par son Hypothèse de l’Interface Aspectuelle (HIA)9, elle fait du calcul de l’aspectualité du VP un des principes d’interface entre la structure thématique et la projection syntaxique des arguments. Voici en quoi consiste l’HIA :

  • 10 The universal principles of mapping between thematic structure and syntactic argument structure a (...)

Les principes universels d’alignement entre la structure thématique et la structure syntaxique des arguments sont gouvernés par des propriétés aspectuelles. Les contraintes portant sur les propriétés aspectuelles associées aux arguments -internes directs, aux arguments internes indirects, et aux arguments externes dans la structure syntaxique régulent les types de participants événementiels qui peuvent occuper ces positions. Seule la partie aspectuelle de la structure thématique est visible aux principes d’alignement universels10. (Tenny 1994 : 2)

  • 11 Tenny (1987) utilisait le verbe simple measure pour décrire l’effet aspectuel de l’argument inter (...)
  • 12 Measuring-out Constraint, abrégé en MOC.

9L’argument est fort : les arguments syntaxiques principaux (direct et indirect internes, et l’argument externe) reçoivent leur propriété d’interface par leurs propriétés aspectuelles. L’argument déterminant quant à son rôle aspectuel est l’argument interne (réalisé comme le COD du verbe) car c’est lui qui a la capacité de « mesurer11 » directement l’événement auquel le verbe réfère : c’est la contrainte de Mesure12, c’est-à-dire le rôle joué par l’argument interne direct dans le marquage du terme temporel de l’événement.

Contrainte de Mesure (MOC) sur les Arguments Internes Directs :

  • 13 Measuring-Out Constraint (MOC) on Direct Internal Arguments:

(i) L’argument direct interne d’un verbe simple est contraint de telle façon qu’il ne subisse pas de changement ou de mouvement interne nécessaire, sauf s’il s’agit d’un mouvement ou d’un changement qui « mesure l’événement » temporellement (où le fait de « mesurer » implique que l’argument direct joue un rôle particulier dans la délimitation de l’événement).
(ii) Les arguments internes directs sont les seuls arguments manifestes qui peuvent mesurer l’événement.
(iii) Il ne peut pas y avoir plus d’une Mesure pour chaque événement décrit par un verbe13.(ibid. : 11)

10La clause (iii) est problématique : j’y reviendrai. Les notions cruciales qui informent la MOC sont le mouvement/le changement et la délimitation.

11Avec la clause (i), l’auteur signifie clairement que tous les verbes ne sont pas concernés par la MOC. C’est le cas des États : dans des phrases comme

1)

John likes Bill

2)

The candle glows,

ni Bill ni la bougie ne subissent de déplacement ou de changement nécessaire qui soit dicté par le contenu lexical du verbe. Il en est de même avec les prédicats atéliques de type Activité, qui constituent un réel problème dans la théorie :

3)

Dan pushed the cart

4)

Dan pounded the wall

12Même si le chariot a changé d’espace, the cart ne mesure pas l’événement pour autant car il n’est pas « affecté ». Dans le dernier exemple, le mur aura certainement souffert à la suite de l’action de Dan, mais l’unité lexicale pound n’implique pas un changement mesurable sur l’objet. Dans le chapitre suivant, je verrai que Hoekstra et Mulder offrent une solution intéressante à ce paradoxe. On se souvient que l’adoption d’une ontologie des Événements permet également d’apporter des réponses à cette difficulté (Mourelatos, cf. chapitre 2 p. 75-77). Au contraire, dans les phrases :

5)

Thomas ate an apple up

6)

Mary built a house

7)

The lake froze,

  • 14 Measuring-Out contains two ingredients: a measuring scale associated with an argument, and a temp (...)

à l’issue des événements désignés par les verbes eat, build et freeze, la pomme, la maison et la rivière ne pourront pas ne pas avoir subi de changement ; le changement interne, le caractère affecté de l’objet, est impliqué par le contenu lexical lui-même : « La Mesure contient deux ingrédients : une échelle de mesure associée à un argument, et une borne temporelle ou une délimitation14 » (ibid. : 15).

  • 15 Dans un cadre théorique différent (la TOPE de Culioli), c’est exactement la position de Paillard (...)
  • 16 path objects of route verbs.

13La MOC est la plus apparente dans deux types de verbes : les verbes à thème incrémental et les verbes de changement d’état. Pour les premiers (eat an apple), à chaque « incrément » de la pomme correspond la progression temporelle du verbe. Un verbe comme eat a la capacité de traduire la délimitation spatiale de l’objet apple en une délimitation temporelle15. Toute la problématique de l’aspect est là : comment transformer un événement, entité spatiale, en entité temporelle. La force de la MOC de Tenny est d’étendre cette propriété aux verbes de changement d’état et de déplacement. Dans un prédicat comme ripen the fruit, un changement d’état est également inhérent au sens du verbe. Mais l’acheminement inévitable vers le point terminal que désigne le contenu lexical n’est cette fois-ci pas le fait d’une progression incrémentale à travers l’objet, mais au travers d’un degré mesurable de la propriété exprimée par le verbe (ici, la maturité du fruit). C’est également vrai des Achèvements comme explode the bomb, qui sont des cas particuliers de changements d’état : même si l’explosion d’une bombe est instantanée, un temps, même minime, est consommé, et au cours de cet intervalle, même réduit, l’argument bomb peut mesurer l’événement. Enfin, les arguments internes des verbes de déplacement16 mesurent également l’événement ; dans les phrases

8)

Sue walked the Appalachian Trail

9)

Bill climbed the ladder,

la marche et la montée sur l’échelle sont mesurées par la longueur de la Appalachian trail et celle de l’échelle. L’avantage théorique énorme de la MOC est que le rôle aspectuel transcende les rôles-Θ postulés individuellement pour chacun des arguments du verbe ; c’est un principe abstrait d’interface qui permet des généralisations intéressantes.

14La clause (ii) de la MOC dit que tout argument non direct ne peut pas mesurer l’événement. C’est le cas du sujet ; Tenny insiste beaucoup sur ce fait. Avec un prédicat à thème incrémental, du type :

10)

John ate an apple,

la pomme subit nécessairement un changement d’état ; le sujet peut aussi être repu suite à l’ingestion de la pomme, ou bien malade, mais aucune implication quant à l’état du sujet n’est requise. Cette asymétrie entre les arguments interne et externe est bien expliquée par la MOC. Nous verrons dans la section suivante que si cela se vérifie pour l’anglais, ce n’est pas toujours le cas pour le russe, qui par l’utilisation de certains préverbes peut mesurer l’état final de l’objet mais aussi en partie celui du sujet, bien que cela ne soit qu’une implicature et non une implication, comme dans le cas de l’objet direct. Il reste que la nature de la contribution de l’argument externe à l’événement n’est pas de même nature que celle de l’événement interne. Dans des phrases comme :

11)

John broke the vase

12)

John baked a cake,

ce qu’a fait John peut être très varié (il a laissé échapper le vase, l’a brisé avec un marteau ; a mixé les ingrédients lui-même, ou bien n’a fait qu’enfourner le gâteau), mais surtout cela n’est pas dit explicitement, tandis que les prédicats break the vase et bake a cake décrivent précisément que d’un état X (vase non cassé / gâteau non cuit) on est passé à un état Y (vase cassé / gâteau cuit). L’asymétrie entre le rôle d’agent et le rôle de l’objet de type Mesure est fondamentale : par nature, l’agentivité/la causation ne se mesure pas selon une échelle induisant un changement ; l’agentivité est une information non aspectuelle, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il faille l’exclure dans une étude sur l’aspect (voir le chapitre 2 sur le russe, p. 111-116). Dans la MOC, le changement pour ces verbes se fait selon un paramètre unique. Voici ce que dit Tenny à propos de la phrase Frank cut wood :

  • 17 The difference between cut wood and uncut wood is more explicit than the difference between someo (...)

La différence entre du bois coupé et du bois non coupé est plus explicite que la différence entre quelqu’un qui est engagé dans l’activité de couper et quelqu’un qui n’est pas occupé à couper17. (ibid. : 86)

15Il est cependant des modèles, comme celui de Ritter et Rosen (1998, 2000), qui font l’hypothèse que la délimitation (la Mesure) de l’événement est une condition nécessaire, dans une langue comme l’anglais, pour conférer à l’argument externe (le sujet) le rôle d’initiateur de l’événement, qui est aussi un rôle aspectuel qui transcende le simple rôle-Θ d’agent. (cf. p. 202-205).

1.3. Les conséquences de la MOC

16L’hypothèse de Tenny a des répercussions inattendues et fondamentales sur les réalisations syntaxiques de plusieurs classes de verbes : sa MOC laisse ouverte la possibilité pour certains verbes, qui au départ n’ont pas la propriété de Mesure, de la recevoir au moyen de constructions diverses. Ainsi, de nombreuses réalisations argumentales qui a priori n’étaient pas motivées par des contraintes aspectuelles le deviennent sous cet angle ; c’est le cas de la construction avec objet redondant (cognate object), la construction utilisant his/her way, les verbes utilisés avec un pronom réfléchi optionnel, entre autres :

  • 18 Tous ces exemples sont de Tenny.

13)

Mary danced for an hour / *in an hour.

14)

Mary danced a silly dance for an hour / in an hour.

15)

John insulted his boss for five minutes / in five minutes.

16)

John insulted his way across the room ?for five minutes / in five minutes.

17)

John shaved for an hour / in an hour.

18)

John shaved himself *for an hour / in an hour18.

17Les tests des adverbiaux in / for x time montrent que l’ajout de ces trois éléments a, entre autres, pour effet de rajouter un argument de Mesure au verbe, qui de non-délimité devient délimité. Et immédiatement se dessine une généralisation sur les principes d’interfaçage sémantique/syntaxe : la théorie des rôles thématiques, inapte à caractériser les NPs a silly dance dans 14), his way dans 16), voire himself dans 18), cède la place à un rôle aspectuel de Mesure qui les subsume.

18La contrainte de Mesure peut également expliquer les différences constatées dans les verbes qui participent à l’alternance locative du type spray/load, qui dans les analyses traditionnelles sont des verbes à trois arguments, les deux arguments internes étant réalisés diversement en surface mais gardant leur rôle thématique en profondeur (Fillmore 1968). Là encore, Tenny suggère que les propriétés aspectuelles peuvent apparaître comme un principe explicatif plus puissant que la simple description en termes d’alternance argumentale « but (goal) / thème ». En particulier, le thème doit être une entité de type « matériau consommée par incréments dans le temps », et le but n’est pas un simple lieu, mais un élément qui peut être rempli par ou contenu dans l’entité thème au fur et à mesure que l’événement progresse (un contenant) :

19)

Spray the paint on the wall

20)

Spray the wall with paint

19Un verbe comme spray signifie bien qu’au fur et à mesure que le matériau (la peinture) est projeté, la surface (le mur) se remplit également. Cette alternance ne fonctionne pas si l’argument locatif (le garage) ne se remplit pas au fur et à mesure que l’objet (la voiture) le remplit (exemples 21 et 22) ; elle ne fonctionne pas non plus dans 24) car l’objet (la sœur) n’est pas un réceptacle qui se remplit au fur et à mesure que la lettre arrive :

21)

Push the car to the garage

22)

*Push the garage with the car.

23)

Send a letter to your sister

24)

*Send your sister with a letter.

20Nous allons voir bientôt que cette hypothèse d’une alternance réglée par le principe aspectuel tel que le propose Tenny ne va pas sans poser de problème pour le russe, qui utilise des préverbes différents pour réaliser cette alternance. Je consacre un chapitre entier (chapitre 5) à la discussion de ces verbes.

21Enfin, la clause (iii) de la MOC dit en plus qu’il ne peut pas y avoir plus d’une opération/fonction de Mesure pour tout événement décrit par le verbe. Dans les phrases 19) et 20), c’est soit the paint, soit the wall, promus arguments internes, qui mesurent l’événement. Le principe d’interfaçage aspectuel de Tenny implique une analyse binaire de ces verbes trivalents puisqu’un seul argument est capable de mesurer l’événement. Tenny attire l’attention sur bien d’autres phénomènes qui aboutissent à une réanalyse en profondeur des rôles thématiques. Elle finit par formuler trois (proto)rôles aspectuels et trois principes d’interfaçage :

22Mesure : il s’agit d’un participant qui mesure l’événement selon un para-mètre ou une échelle unique, et induit souvent mais pas nécessairement un point final. Ce participant doit être l’argument interne direct.

  • 19 Path.

23Trajet19 : il s’agit d’un participant qui ne fournit qu’une échelle de mesure, et pas nécessairement de point final (walk the trail, climb the ladder). Ce participant reste soit implicite soit il est réalisé comme argument interne.

  • 20 Terminus.

24Terminus20 : il s’agit d’un participant qui marque le point final. Les rôles aspectuels Trajet et Terminus fonctionnent ensemble, comme dans :

25)

John pushed the car to a gas station.

26)

He put the pot on the floor / down.

25Le Terminus est le plus souvent réalisé sous la forme d’un syntagme prépositionnel introduisant une délimitation, un point final pour la trajectoire implicite. Trajet et terminus sont généralement associés aux verbes de mouvement, et ne sont au fond qu’un cas particulier de Mesure.

1.4. Les limites de la Mesure

26Les avantages de l’analyse de Tenny sont immenses car, par son rôle de Mesure, elle fait de l’aspect sémantique un principe abstrait d’interfaçage entre structure lexicale et structure syntaxique (projection des arguments). Mais son analyse ne résout pas certains problèmes, en particulier :

  • Elle laisse en suspens la question d’un rôle aspectuel éventuel de l’argument externe (réalisé comme le sujet du verbe). Dowty (1991) note très justement que certains verbes admettent un thème incrémental en position de sujet syntaxique, comme enter dans John entered the icy water very slowly, ou des verbes comme emerge, submerge, deflate, bloom, etc. (Dowty 1991 : 570-571). Ritter et Rosen offrent des réponses intéressantes à cette difficulté, ce que nous allons voir immédiatement. Un autre problème que Tenny ne résout pas est lié à la clause (iii), qui dit qu’un verbe ne saurait accepter deux Mesures ; cette clause est parfois non vérifiée, comme dans la phrase, citée par Levin et R.  Hovav (2005), He cracked the eggs into the bowl : the eggs fournit la Mesure au verbe principal, et le SP into the bowl constitue bien un Terminus et un Trajet (donc une Mesure) ; pourtant la phrase est licite.

  • En dehors des verbes qui admettent un thème incrémental (Dowty) ou un thème holistique (au sens d’Anderson 1971, 1975), de nombreux verbes, même munis d’un argument interne direct qui a priori devrait mesurer l’événement, ne le font pas : ce sont les verbes de contact (push, hit), de mouvement sur une surface (sweep, rub), et même de nombreux verbes de création prenant un thème incrémental signalés par Smollett (comme par exemple build, bake ou eat dans certaines conditions). Un point non résolu est donc le fait que la notion de thème incrémental n’implique pas nécessairement qu’il y a télicité : il est naturel d’énoncer John baked a cake for two hours. La vraie question est : la notion de Mesure est-elle vraiment lexicalement spécifiée, ce qui nous ramène à la notion de télicité ?

  •  Une autre question qui se pose immédiatement est : dans le modèle de Tenny (et de Krifka), l’objet direct a un rôle capital (c’est le seul argument qui peut être une Mesure explicite) ; pourtant les cas où l’objet direct ne mesure rien sont très fréquents. En soi donc, même si le rôle aspectuel de Mesure est un principe d’interface important car il permet des généralisations qu’une simple énumération des rôles-Θ traditionnels n’autorise pas, il ne semble pas raisonnable d’en faire un principe unique de classification des V et VPs.

27Je poursuis la réflexion par la question du statut aspectuel de l’argument externe (le sujet) ; toujours dans une logique du point final, Ritter et Rosen (1998, 2000) formulent une hypothèse intéressante. Puis j’examinerai les propositions de Hoekstra (1992) et Hoesktra et Mulder (1998), et Mulder (1994), pour la question des arguments qui ne mesurent pas l’événement alors qu’ils devraient le faire. Enfin, il me faudra examiner plus en détail la question de l’objet direct dans son rôle de délimitation de l’événement.

2. La délimitation de l’argument externe

  • 21 event structure.
  • 22 D(elimited)-events

28Ritter et Rosen (1998, 2000) ont pour modèle la syntaxe générative : les propriétés aspectuelles des prédicats dérivent non pas de la structure séman-tique lexicale du verbe (dans leur schéma, un rôle trivial est accordé au lexique), mais de la représentation syntaxique de la structure événementielle21. Leur modélisation repose sur une distinction cruciale entre les types de prédicats : il y a les Événements délimités (Événements-D)22 et les autres. Les auteurs s’inspirent largement de Mourelatos, Tenny, Moens et Steedman. Elles s’inscrivent donc dans un programme de recherche qui tente de prédire des rôles-Θ plus abstraits du verbe qui ne dérivent pas directement du contenu sémantique de celui-ci. La représentation du verbe s’en trouve diminuée : il ne fait que nommer un type de situation, les autres informations sont obtenues syntaxiquement.

  • 23 [It is the] the delimited object… [that] gives the agent of the action causative force.
  • 24 D(elimiting)-language.

29Selon les auteurs, « [c’est] l’objet délimité [qui] donne à l’agent de l’action sa force causative23 » (Ritter et Rosen 1998 : 140). En d’autres termes, la délimitation liée au rapport verbe-objet transmet une force causative à un autre élément, qui devient l’argument externe : c’est le rôle d’originateur, qui marque la cause ou l’instigation de l’événement. L’anglais est une langue « Délimitante24 » : l’interprétation causative du sujet est disponible si le prédicat est délimité. La délimitation permet donc à un grand nombre d’éléments d’être des sujets, puisque c’est la délimitation fournie par l’objet qui est cruciale. Selon les auteurs, la généralisation pour l’anglais est que cette langue n’est pas directement sensible aux critères d’agentivité / animé humain ou non ; il est en revanche sensible aux prédicats délimités, ce que révèlent les phrases suivantes :

  • 25 Tous les exemples cités sont de Ritter et Rosen.

27)

Bill danced.

28)

*Sue danced Bill.

29)

Sue danced Bill across the room25.

30Dans la première phrase, Bill est un agent lexicalement sélectionné, l’association sémique sujet-verbe est étroite. Dans la phrase 28), Sue ne peut pas être la cause du fait que Bill danse, mais dans 29), Sue devient un sujet causateur licite parce qu’un prédicat délimité (across the room) a été ajouté au verbe de base. Souvent ce rôle abstrait d’initiateur/causateur, qui dépend du rôle de délimitation de l’objet, est difficile à décrire en termes de rôles-Θ traditionnels :

30)

The lion-tamer jumped the lions through the hoop

31)

John melted the chocolate

31Le dresseur de lion n’a de toute évidence pas sauté lui-même, et ce qu’a fait John pour faire fondre le chocolat reste indéterminé. La généralisation ici est que le sujet reçoit un rôle-Θ syntaxiquement, par la projection fonctionnelle « FP-delim(itation) » fournie par le PP through the hoop et le verbe prototypique de Mesure melt. On comprend pourquoi l’anglais admet presque n’importe quel type de sujet, pourvu que celui-ci soit jugé causateur/initiateur d’un prédicat délimité :

32)

He broke the table.

33)

The wind broke the branch.

34)

The key opened the door.

32Dans 32), 33) et 34), ce que fait le référent du sujet reste indéterminé, d’où la difficulté notoire d’assigner un rôle thématique fiable (agent, cause, force, instrument, etc.) ; le proto-rôle fournit par la « FP-init(iation) », elle-même déclenchée automatiquement par la « FP-delim. », subsume cette taxonomie imparfaite des rôles : un sujet animé humain, inanimé ou un instrumental peuvent indifféremment recevoir ce proto-rôle aspectuel d’initiateur/causateur. C’est comme si la FP-delim (Mesure) libérait toute contrainte thématique sur le sujet.

  • 26 « Event structure and ergativity » (2000).
  • 27 I(nitiating)-languages.
  • 28 Appelé quirky case en anglais.

33Cette hypothèse selon laquelle la délimitation entraîne l’initiation, qu’un verbe délimitant naturellement (lexicalement) ou par composition syntaxique assigne une force initiatrice à son sujet, non seulement est un résultat bienvenu dans cette nécessité de poser des principes plus généraux d’assignation de proto-rôles thématiques, mais prédit en plus des choses justes pour l’anglais et constitue un principe classificatoire fort des types de langues. Dans un autre article26, Ritter et Rosen proposent une typologie des langues basée sur les types d’événements que lexicalisent les langues. Dans les Langues Délimitantes (langues-D) comme l’anglais, les Accomplissements forment une classe naturelle avec les Achèvements (ils sont classifiés comme des « événements ») ; les langues-D sont sensibles aux propriétés syntaxiques et sémantiques de l’objet, comme leur spécificité/définitude (Verkuyl, Tenny), le marquage du cas (on pense au finnois qui utilise le cas accusatif pour délimiter l’événement, voir Kiparsky, Kratzer, 243-244). Dans les langues à point initial (langues-I)27, au contraire, Accomplissements et Activités forment une classe naturelle ; ces langues sont sensibles aux propriétés syntaxiques et sémantiques du sujet, comme son agentivité et son caractère plus ou moins animé, ce que marque l’alternance entre cas nominatif réservé aux agents stricts et cas inhérent28 aux autres cas. Selon Ritter et Rosen, l’islandais fait partie de ces langues-I ; seulement les agents (les véritables initiateurs) reçoivent le cas nominatif :

35)

Konan

py’ddi

bokina.

the womanNOM

translated

bookACC

« The woman translated the book ».

36)

Siggi

leyndi

konuna

sannleikanum :

SiggiNOM

concealed

the womanACC

the truthDAT

« Siggi concealed the truth from the woman ».

34Les sujets non agentifs, par contre, reçoivent le cas inhérent ; c’est le cas dans les Achèvements, qui ne peuvent recevoir le nominatif :

37)

Barninu

batnaði

veikin :

The childDAT

recovered

-from diseaseNOM

« The child recovered from the disease ».

38)

Barninu

finnst

mjolk

god :

The childDAT

finds

milkNOM

good

« The child finds milk good ».

  • 29 Events semantics in the lexicon-syntax interface (2000).

35Le japonais, et même le hollandais, fournissent des données intéressantes qui vont dans le même sens : le lien entre télicité et cas est également exploré en détail par Van Hout (2000)29.

36Admettre que les rôles-Θ de l’objet et du sujet sont assignés par des principes aspectuels oblige à séparer le niveau de la représentation cognitive du verbe et sa « syntaxe », à savoir ses possibilités de projections argumentales et les possibilités d’enrichissement syntaxique permises. Étudions à présent comment la Grammaire Générative et Transformationnelle a apporté sa contribution à cette réflexion sur ce qu’est le verbe.

3. Syntaxe et « petites propositions » (SC), incorporation, verbes légers

37La discussion dans ce chapitre a tendu à montrer qu’une logique du changement d’état semble être le facteur qui détermine l’(a)télicité des VPs, c’est-à-dire la capacité ou non du VP d’intégrer à la fois une partie processuelle et une partie dénotant un changement de situation, que celui-ci « culmine » en un point final ou non. Cela revient à dire que le verbe simple contient une part d’information fonctionnelle importante qu’il faut mettre au jour ; cela revient également à s’interroger tout simplement sur ce qu’est le verbe.

38J’examine ici les positions de quelques linguistes générativistes qui offrent des réponses originales à la question de la classification aspectuelle des VPs : j’ai été frappé par le consensus qui règne entre sémanticiens « lexicaux » et sémanticiens formels (les auteurs étudiés jusqu’ici) et les syntacticiens. Symptomatiques de ce consensus sont les thèses de Hale et Keyser (1993) et de Hoekstra et Mulder (1992, 1994, 1998) : les premiers, au travers de l’hypothèse de l’incorporation, ont souligné l’importance des opérations de syntaxe interne propres aux lexèmes, y compris verbaux, et ont eu soin de faire correspondre à cette syntaxe du verbe un contenu sémantique qui fait place à la notion de changement ; les seconds ont également tenté d’isoler dans le verbe une partie fonctionnelle et une partie sémantique, et ont posé les bases d’une théorie aspectuelle liée aux positions théta. Le point commun de ces approches est qu’ils soutiennent que l’information aspectuelle est dérivée d’un certain type de structure dans laquelle le verbe se coule ; celui-ci ne fournit que la partie idiosyncrasique, conceptuelle, et c’est la seule structure qui détermine les propriétés aspectuelles.

3.1. Incorporation et relations syntaxiques dans le lexique

  • 30 l-syntax, ou « syntaxe dans le lexique ».
  • 31 Lexical Representational Structure (LRS).

39Hale and Keyser (1993) s’inscrivent dans cette mouvance générative qui s’attache à corréler la sémantique riche du verbe avec une syntaxe qui puisse y répondre ; pour eux, le verbe contient plus de syntaxe qu’il n’y paraît. Cette syntaxe, qu’ils nomment syntaxe-l30, apparaît dès le lexique : en -D--structure, avant même l’insertion lexicale, chaque verbe est doté d’une Structure Représentationnelle Lexicale (SRL)31, qui représente la structure argumentale lexicale du verbe. Hale et Keyser s’inspirent de la notion de conflation développée par Talmy pour les verbes dénominaux notamment, et utilisent le concept de l’incorporation (Baker, 1988).

  • 32 head movement.

40Des verbes dénominaux comme shelve, saddle, etc., sont obtenus par mouvement de la tête32, c’est-à-dire par incorporation de l’item lexical dans la tête le gouvernant immédiatement. Les verbes les plus basiques obtenus de cette façon sont les vrais intransitifs (les inergatifs) comme laugh, sneeze, dance, qui sont générés à partir d’une structure utilisant des verbes légers comme give a laugh, do a dance, etc. : la tête nominale N s’incorpore au V abstrait léger dominant. Un argument en faveur de cette analyse vient des très nombreuses langues qui conservent une structure lexicale initiale du type transitif simple, sans incorporation : le basque dit lo egin (« do sleep ») pour traduire sleep, le jemez dit : zaae-‘a  song-do ») pour sing.

  • 33 VP-shells.

41Une autre catégorie fondamentale sur laquelle les auteurs assoient leur hypothèse est celle des verbes dénominaux de type shelve the books, corral the horses, box the apples, saddle the horse ou hobble the mule. Les auteurs apparient leur structure à celle d’un verbe comme put, de type : « she shelved her books < She put her books on the shelf ». La structure proposée fait usage des coquilles verbales33 de Larson. Partant du VP interne [her books put on the shelf], V remonte [put her books t on the shelf]. Puis le N final shelf fait l’objet de remontées cycliques dans chacune des têtes qui le gouvernent immédiatement : il remonte et s’incorpore à P(réposition), puis l’ensemble remonte à V, et enfin l’ensemble s’incorpore au verbe de la matrice. Le principe de l’incorporation est là : il consiste à faire remonter un item à la tête qui le gouverne immédiatement.

42La conséquence de ce mécanisme est importante sur la structure argumentale : puisqu’il y a de la syntaxe dans le verbe dès le lexique, la notion de structure argumentale se déduit de la structure du lexique. La hiérarchie traditionnelle des rôles (« Agent / expérient / but / source / lieu / thème ») corrélée avec les positions syntaxiques (sujet > agent, puis expérient…), qui constitue le principe essentiel de l’Hypothèse de l’Uniformité de l’Assignement Théta (UTAH) de Baker (1988), est remise en question. Hale et Keyser, comme Tenny et Levin et R.  Hovav, questionnent le statut autonome de ces rôles thématiques et s’efforcent de trouver une notion explicative qui en fait autre chose qu’une simple stipulation : cette notion est l’aspect. Pour Hale et Keyser, l’assignation des rôles-Θ se fait selon deux principes :

  1. la nature des catégories lexicales, peu nombreuses ;

  2. la projection syntaxique non ambiguë à partir de ces éléments lexicaux.

431) Ils voient dans les quatre catégories lexicales de base, V(erbe), N(om), A(djectif), P(réposition), les quatre fondamentaux dont ils ont besoin. Ces catégories sont basiques dans le sens où elles expriment les catégories notionnelles primitives exprimées linguistiquement : V dénote un événement (e), N un exemplaire ou une entité (n), A un état ou une relation (s), P une relation (r).

442) Le principe de « projection non ambiguë » implique que chaque tête X détermine une projection non ambiguë de sa catégorie (XP) et un arrangement non ambigu de ses arguments, comme spécifieur et complément. Hale et Keyser tirent parti des principes de binarité de l’arborescence et de la dominance qu’elle implique : les notions de c-commande et de complémentation se trouvent sémiotisés. C’est une conclusion à laquelle C.  Delmas (2003) est arrivé lorsqu’il discute de l’apport interprétatif du « graphe » syntaxique : les positions sont sémiotisées en termes structuraux, la distinction catégorie dominante / catégorie dominée met en place un sens. Hale et Keyser disent la même chose.

  • 34 Roles are derivative of lexical syntactic relations.

45Les rôles-Θ n’existent donc pas en tant que primitives : il n’existe que des relations déterminées par les catégories et leurs projections, c’est-à-dire des objets linguistiques limités par l’inventaire des catégories lexicales (V, A…) et par le principe de Projection non ambiguë. « Les rôles sont dérivés des relations syntaxiques lexicales34. » (Hale et Keyser 1993 : 69) C’est à peu de chose près ce que disent Ritter et Rosen sur l’assignation du rôle d’inititation de -l’argument externe : il est dérivé de la structure du VP. Le rôle thématique Agent, par exemple, est déduit du statut relationnel du NP dans la position Spec. La phrase :

39)

John put the books on the shelf,

  • 35 The matrix or outer V.
  • 36 The inner VP.

est dominée par le V principal35 qui domine le VP ou vP interne36 ; ce dernier est le complément du V enchâssant. La relation entre ce v et V est causale de par la position même de John en SpecV ; il est compris comme étant un Agent. On retrouve l’idée initiale des sémanticiens générativistes : [S CAUSE book put on shelf]. En dernier lieu, l’interprétation thématique provient des relations structurales des éléments impliqués dans la projection et des relations sémantiques élémentaires (Événement, État, etc.) associées à chacune des catégories. C’est lorsqu’ils développent la structure, et donc le sémantisme, du VP interne que Hale et Keyser m’interpellent vraiment. Il y a plusieurs configurations possibles.

  • 37 Interrelational r.

46Reprenons la phrase He put the books on the shelf. Deux catégories sont ici impliquées : V put introduit un événement (e), et P on implique une relation37. Les relations structurales :

NP books (SpecVP) – V (put) – PP on shelf.

impliquent la relation sémantique : e → (implicates) r. L’interprétation qui ressort de cette structure selon Hale et Keyser est : le changement. La phrase exprime un événement (put) à l’issue duquel une entité (books, sujet interne du prédicat) est impliquée dans une interrelation (P) avec l’entité correspondant au NP objet de P (shelf). Books est le « sujet » (interne) d’un prédicat de changement ; de cela on déduit que books est thème ou patient affecté. Cette information thématique est entièrement dérivée de la position structurale de books et de sa catégorie (n, entité). Et le principe aspectuel de changement se retrouve exprimé par ce qui ressemble fort à une petite proposition (SC) : books est sujet d’un prédicat put / on shelf. J’anticipe : c’est Hoekstra qui développera plus avant cette analyse en SC. Hale et Keyser s’en tiennent quant à eux aux relations de dominance dans vP.

47Lorsque le NP objet de P s’incorpore, on obtient les phrases du type :

40)

He shelved the books.

41)

He saddled the horse, etc.

avec toujours le schéma e (V) r (P). La différence est que les relations structurales se trouvent concentrées dans un seul item, le verbe. La même compositionnalité se retrouve lorsque l’élément qui s’incorpore n’est plus P mais A(djectif) :

42)

The cook thinned the gravy.

43)

The storm cleared the air.

  • 38 change resulting in a state.

48La structure est cette fois-ci : NP the gravy (SpecVP) – V – AP thin. Et la structure sémantique élémentaire associée à cette relation structurale est : e(V) → s(A). C’est-à-dire, un événement implique un état : l’interprétation obtenue est celle d’un changement qui a pour résultat un état38. Le sujet interne de ce prédicat de changement (gravy ; air) est naturellement le thème ou patient, c’est-à-dire l’entité qui a subi ce changement. On retrouve le même principe aspectuel de changement.

49C’est la relation d’implication de Hale et Keyser, matérialisée par la flèche (er / s), qui constitue la structure fonctionnelle du verbe. Cette structure fonctionnelle du verbe se résume à « changement d’état/changement de situation », avec un NP interne sujet d’un prédicat de changement ». Ce n’est donc pas l’item lexical final de surface (le « verbe » shelve ou clear) qui dénote le changement, mais c’est la combinaison entre les principes de syntaxe et le sémantisme élémentaire des catégories à laquelle participe le verbe qui fait cela. Le verbe de surface nomme simplement le changement. Ceci rappelle le calcul aspectuel de Dowty qui fait, comme on l’a vu, des notions de causation et de changement l’information fonctionnelle la plus importante (les prédicats CAUSE et BECOME) :

Put books on shelf CAUSE books to be on shelf.
Shelve books
CAUSE books to BECOME shelved.
Thin gravy → CAUSE gravy to BECOME thin.

50Cependant, les verbes à thème incrémentaux (eat, bake, etc.) demeurent problématiques : la partie droite de la réécriture proposée ci-dessus n’est pas toujours garantie.

Eat something → CAUSE something to BECOME eaten.

Bake something → CAUSE something to BECOME baked.

51Hoekstra et Mulder ont des réponses à cette énigme.

  • 39 cognate objects.

52Il reste la catégorie N, impliquée dans la dérivation des inergatifs et transitifs « simples » utilisant des verbes légers ou des « objets redondants ou postiches39 » :

44)

The child laughed.

45)

Petronella sang.

46)

We had a good laugh.

47)

She did her new song.

48)

She had a baby.

53Dans ces cas, la relation sémantique de base est : en ; un événement implique une entité ; ceci correspond à la notion sémantique que l’événement impliqué est créé, produit, réalisé. Les inergatifs ont ceci de particulier qu’ils n’acceptent pas l’alternance causative, contrairement aux autres verbes introduits plus haut qui participent de ces alternances :

49)

He shelves the books.

50)

These books shelve easily.

51)

The children laughed.

52)

*We laughed the children.

  • 40 [the] appearance of a subject in Spec VP [is] forced by predication.

54Pour Hale et Keyser, la différence tient à la présence ou non dans vP d’une prédication : « l’apparition d’un sujet dans Spec VP [est] rendue obligatoire par la prédication40 » (ibid. : 86). The children dans vP n’est pas une prédication. En somme, l’analyse suivante n’est pas permise :

CAUSE children to *BECOME laughed.

55Je renvoie aux travaux des auteurs pour les détails de cette question. Je retiens les principes résumés par Hale et Keyser eux-mêmes à propos du verbe :

  • 41 In reality, all verbs are to some extent phrasal idioms, that is, syntactic structures that must (...)

56En réalité, tous les verbes sont d’une certaine manière des expressions idiomatiques, c’est-à-dire des structures syntaxiques qui doivent être apprises sous la forme d’« appellations » conventionnelles d’événements dynamiques variés. […] La plupart des verbes monomorphématiques, voire certainement tous, sont lexicalement des objets syntagmatiques complexes41. (ibid. : 96)

57En résumé, un verbe contient une structure fonctionnelle, phrastique, que son seul contenu dénotatif ne révèle pas. Cette syntaxe interne est sémantiquement interprétable. Il faut donc résolument se concentrer sur le verbe : le changement de perspective est important.

58Je poursuis la dernière idée de Hale et Keyser : un VP est caractérisé par une prédication interne ; cette notion d’une prédication enchâssée est développée par Hoekstra et Mulder, qui font un usage plus systématique de l’incorporation et de l’analyse en petite proposition pour rendre compte de phénomènes aspectuels.

3.2. Théorie-Θ, Small Clause et aspect

59L’hypothèse majeure des auteurs dont il va être question consiste à démontrer que la transitivité est une propriété dérivée, le fait d’avoir un argument externe n’est pas une propriété inhérente d’une primitive lexicale, mais est une propriété compositionnelle.

3.2.1. La nature des verbes

60Hoekstra (1992) propose une typologie des verbes qui repose non pas sur des critères directement aspectuels mais fonctionnels ; le postulat est que tout verbe monomorphématique a une structure du type : F (+ N/A) (+ P). F est un trait fonctionnel ; P est mis pour préposition ; N dénote une entité nominale (non prédicative), A est mis pour Adjectif mais dénote en fait un prédicat ; les types de verbes recensés sont les suivants :

  • 42 a. only F: auxiliary verbs.

a. seulement F : verbes auxiliaires.
b. F + P : auxiliaires de type have.
c. F + N/A : verbes lexicaux ergatifs.
d. F + N/A + P : verbes lexicaux transitifs42. (Hoekstra 1992 : 74)

  • 43 Hoekstra adopte ici l’analyse générativiste de be et have défendue par Freeze (1992), Kayne (1993 (...)

61Il faut reconstituer le cheminement de l’auteur, qui part de l’analyse des auxiliaires, be et have. Be est selon lui un vrai verbe intransitif, le plus basique des verbes auxiliaires ; John is ill est dérivé d’une structure utilisant une petite proposition Be [SC John ill] complément de be, avec remontée de John pour vérifier le cas nominatif de temps. Cette analyse concerne également les -phrases contenant des constructions possessives, qui sont en fait des constructions locatives43. Be est le prototype du verbe fonctionnel : il n’assigne aucun rôle thématique et n’est pas assigneur de cas.

62Have est différent : un cas accusatif est disponible, et il semble exprimer une structure thématique. Depuis Kayne (1993), qui capitalise sur l’analyse de Benveniste selon laquelle « avoir » est un « être à » inversé, P(réposition) du possesseur (the book is to/with/by me) s’incorpore dans be : have est la lexicalisation de be + P. C’est P qui contribue à la nature thématique des DPs entourant have, mais il n’explique pas la transitivité sémantique apparente de have. Hoekstra fait l’hypothèse que le cas accusatif vient de P incorporé : have inclut donc, par rapport à be, de l’information fonctionnelle (F) supplémentaire. Sa dérivation pour have est dominée par cet élément fonctionnel F :

AgrS TNS AgrO F [DP1 P DP2]

63P s’incorporant à F donne have. En somme, have est la lexicalisation d’une préposition locative qui devient élément fonctionnel et hérite des potentialités d’assigneur de cas de P incorporé. La transitivité de have vient de la préposition incorporée. Have n’a aucune contribution thématique, ce n’est que de la structure (F) enrichie par P.

  • 44 Hoekstra appuie cette analyse sur des langues ergatives, telles l’eskimo, dans laquelle tout préd (...)

64Hoekstra se demande si have auxiliaire a la même structure ; la question est alors : d’où vient P ? Pour assurer un parallèle avec have verbe plein (the book is with/to John), il postule un syntagme prépositionnel de type by-NP dans une phrase passive44; 53) reçoit comme paraphrase thématique 54) :

53)

The enemy has destroyed the city,

54)

The city was destroyed by the enemy.

65Il est bien connu que have « restaure » la transitivité du participe ; ou plutôt, précise Hoekstra, lui donne son apparence transitive en intégrant dans un seul complexe un prédicat et son argument (le participe + son « objet »). L’argument externe n’est pas l’argument du seul participe, mais du complexe :

F [city destroyed P-by enemy] → F P-by enemy [city destroyed]

66Finalement, la phrase The enemy has destroyed the city provient d’une structure du type : The destroyed city is by the enemy, qui rappelle beaucoup ce que font les langues ergatives. Comme les sémanticiens générativistes, Hoekstra fait un saut analytique qui consiste à étendre l’analyse postulée pour have à tous les verbes transitifs. Le sujet de surface a toujours son origine dans P-by. Ainsi, le verbe de changement d’état clear dans 55) reçoit-il l’analyse suivante :

55)

The screen clears 

AgrS TNS F [the screen – clear].

67F est le trait fonctionnel qui dénote ici l’ingression (le changement d’état de Hale et Keyser) ; clear adjectif s’incorpore à F et devient verbe. La version transitive 56) a la structure qui suit :

56)

John clears the screen,

AgrS TNS F [the screen – clear] P-by [John],

68C’est-à-dire : « the screen clear becomes by John » ; P s’incorpore d’abord à F, puis à clear. L’analyse est étendue aux verbes intransitifs inergatifs comme dance : cesont des verbes transitifs qui résultent de l’incorporation d’un nom postiche (do a dance) ; do lui-même résulte de l’incorporation de P-by, si bien que la meilleure paraphrase pour John danced est : « there arose a dance by John ».

  • 45 Clearness.

69Ainsi, transitivité sémantique et syntaxique sont des propriétés dérivées, obtenues par incorporation d’un relateur P dans la tête ; le complément de P semble être l’argument de cette tête complexe dérivée. Les verbes lexicaux sont des dérivés, faits de matériau fonctionnel et d’une base lexicale qui s’incorpore dans une tête fonctionnelle. La catégorie V est donc hétérogène : il y a une division entre des catégories lexicales, qui ont un contenu référentiel (une grille-Θ), et les catégories fonctionnelles, qui contribuent à la vérification, à l’instanciation de ces traits. Par exemple, le verbe monomorphématique clear est syntaxiquement et sémantiquement complexe car il dénote au moins deux choses : l’ingression (ce que révèle une glose du type become clear), trait fonctionnel, et la notion d’éclaircissement45, qui est un contenu descriptif, la propriété d’une classe de référents. Le verbe est au fond cela : un élément complexe avec une primitive lexicale qui s’incorpore dans une tête fonctionnelle.

70En conclusion, la structure argumentale possible des verbes est très limitée ; le verbe tel qu’il se présente en anglais n’est jamais une primitive, mais est toujours le résultat de l’incorporation d’une primitive lexicale dans du matériau fonctionnel. S’il n’y a pas incorporation, le verbe reste fonctionnel (auxiliaire). La typologie qui figurait au début de cette section s’éclaire ; je la rappelle : tout verbe contient les éléments F (+ N/A) (+ P). F est de l’information fonctionnelle ; N/A est le contenu descriptif (entité ou prédicat) ; P est la préposition abstraite incorporée qui fournit l’argument externe. Il faut donc distinguer entre la base verbale (N/A) qui fournit l’information conceptuelle, et l’information structurelle (F). Ce qui intéresse Hale et Keyser et Hoekstra au premier chef est bien sûr F. Je montrerai que N/A est tout aussi intéressant, voire plus.

71Je peux maintenant, une fois présentés ces deux modèles, apporter une première réponse aux questions : qu’est-ce que l’aspect au niveau VP, pourquoi les jugements sur l’information sémantique de type télicité ou d’atélicité, qui figurent au centre de la plupart des modèles, sont-ils aussi peu fiables ? La réponse s’impose d’elle-même : parce que ces deux notions ne sont pas des primitives, mais sont au mieux dérivées compositionnellement. Prenons le VP diagnostic bake a cake, ni télique ni atélique en soi. Je le représenterai ainsi, suivant Hoekstra :

Bake a cake :
F + N/A + P.

72F est une information de type transition : d’un état non-X on passe à un état X. N/A est le contenu descriptif de bake, qu’on peut résumer en gros par : « fabriquer en chauffant, en cuisant », par rapport au simple make, par exemple, qui n’insiste pas sur la transformation thermique incluse dans bake. On a donc :

Bake a cake :
F (= « non X – X ») [cake bake (= moyen : « fabriquer en chauffant »] + P (by Y)

73La contribution N/A de bake décrit le moyen de la fabrication (chauffer), et donc le type d’activité impliquée (c’est la partie processuelle, la « performance » de Kenny), et F est l’élément qui fournit l’information fonctionnelle, qui est le passage d’un état à un autre (« non cuit/cuit »). Pour ce qui concerne l’application des adverbiaux respectifs diagnostics in x time et for x time, la question se résume en fait à l’élément sur lequel ils portent : in x time porte sur F (ce que focalise un adverbial comme in x time est le passage de non-cuit à cuit), for x time porte sur N/A, c’est-à-dire sur le contenu descriptif (le temps que prennent la fabrication et l’attention, l’application que le référent du sujet y met). En somme, on a deux cas de figure ; soit F est focalisé, soit A/N :

74F (transition : « de non-cuit à cuit sur une durée d’une heure ») - A/N [cuisson du gâteau].

75La phrase signifie que le sujet a été engagé dans un événement de type « transition égale à une heure de cuit à non-cuit », d’où le sens de création ; ou bien on a :

  • 46 Certains auteurs parlent de « mise en chômage ».

76F (« mis en sommeil46 ») – A/N [« cuisson du gâteau sur une durée d’une heure »].

77La phrase signifie simplement que le sujet a été engagé dans un événement de type « cuisson d’un gâteau » pendant une heure.

78On peut facilement postuler des variables sous la forme d’opérateurs abstraits associés à in an hour et for an hour : dans in an hour, la variable serait co-indicée avec la même variable dans F ; pour for an hour, la variable serait co-indicée avec une variable dans N/A. En dernier lieu donc, les jugements de télicité/atélicité dépendent de la force ou non du trait F. Lorsque F est explicitement marqué par un élément ajouté de type PP ou verbe à particule, il est souligné et la lecture est non ambiguë :

57)

Eat an apple to the core,

ne peut qu’avoir la structure :

F [transition : « non mangé – mangé jusqu’au trognon »] – A/N : [ingestion d’une pomme].

79Les notions sémantiques de télicité/atélicité sont donc le résultat d’un conflit entre F et le contenu descriptif ; le contenu descriptif ici force l’intérêt vers l’objet. C’est une conséquence du fait que les prédicats transitifs sont des structures dérivées et non pas des primitives. Mon analyse de la version atélique de bake a cake aboutit à une lecture imperfective de l’événement.

80De façon très intéressante, certaines langues sont obligées dans ce cas d’incorporer physiquement l’objet dans le verbe et/ou  de faire porter à l’objet le cas instrumental, et de changer la forme du verbe : c’est le cas en hindi et en hurdu, dans lesquelles le cas ergatif apparaît aux formes perfectives, mais dès qu’un NP objet indéfini est instancié, il s’incorpore littéralement au verbe et le cas ergatif n’est plus possible. Ce phénomène est particulièrement visible dans les langues dont l’objet reçoit la marque de l’antipassif, en eskimo (groënlandais de l’Ouest) par exemple :

58)

Kaali-p

nanoq

toqu-p-paa

Kaali-ERG

bearNOM

kill-TR-IND.3SG

« Kaali killed the polar bear »

59)

Kaali

nannu-mik

toqut-si-voq

Kaali-NOM

bearINSTR

kill-AP-IND.3SG

« Kaali killed a polar bear »

8158) est une construction transitive ergative : le complexe verbal -
(toqu-p-paa) porte à la fois l’accord du sujet et de l’objet. Une paraphrase serait : « C’est l’ours polaire (NOM) qui est tué (TR) – par Kaali (ERG) ». Dans 59), le verbe muni de l’affixe antipassif (AP) ne porte que l’accord du sujet, comme pour les verbes intransitifs ; l’objet est dégradé à l’instrumental, c’est-à-dire a le statut d’un adjoint oblique. Une paraphrase serait : « C’est Kaali (NOM) qui a tué (AP) – c’est un ours polaire la victime (INSTR) ». La construction antipassive a une structure parallèle à la construction intransitive ; il est d’ailleurs possible de dire :

  • 47 Ces exemples sont empruntés à Schmidt, West Greenlandic Antipassive, 2003 : 390.

60)

Kaali

toqut-si-voq

Kaali

NOM bearINSTR kill-AP-IND.3SG

« Kaali is a killer/murderer »47.

82La corrélation est très nette entre les statuts morphologiques différents de l’objet dans les deux cas, la présence ou non d’une information fonctionnelle de type Mesure ou Transition, et l’aspectualité des phrases.

83Muni de cette représentation enrichie du verbe, je peux aborder la partie proprement aspectuelle de l’analyse et tenter de répondre aux problèmes laissés en suspens par l’analyse de Tenny.

3.2.2. Aspect et théorie-Θ en grammaire générative48

  • 48 Hoekstra et Mulder (1990, 1991, 1993).
  • 49 « role-player », chez S.  Pinker par exemple.

84Rappelons le cadre dans lequel s’inscrit la réflexion des auteurs. Il existe des relations sémantiques (thématiques) entre une tête qui assigne un rôle sémantique (le verbe) et les constituants qui reçoivent ces rôles, appelés arguments du verbe. Le concept de rôle-Θ sert à formuler les principes d’interfaçage entre la notion sémantique de participant du verbe49 et la notion syntaxique d’argument. Selon Chomsky (1981), chaque argument n’est porteur que d’un rôle-Θ, et chaque rôle-Θ n’est assigné qu’à un seul argument. Puis la théorie doit fournir une liste des rôles-Θ selon le verbe, dont l’objectif est de nommer les participants à l’événement. Selon Hoekstra et Mulder, ces rôles-Θ servent à décrire des notions sémantiques vagues et mal définies : l’argument d’un verbe comme hit est agent, mais comment décrire exactement le rôle-Θ du sujet de eat ou de sleep ? Seule une partie de la représentation sémantique du prédicat est incluse dans le rôle-Θ. Donc, conclut Mulder, la grille-Θ ne peut être conçue que comme une abstraction obtenue à partir du sens d’une entrée lexicale assignant un rôle-Θ :

  • 50 A minimal requirement for any theory of thematic relations is that it contains statements about h (...)

Une exigence minimale à laquelle doit répondre toute théorie des relations thématiques est que celle-ci contienne des explications sur la façon dont cette abstraction est réalisée50. (1992 : 40)

  • 51 To the extent that the content of a θ-role can be predicted from the verb that assigns it, the la (...)

85Un principe d’assignation abstrait des rôles-Θ doit être mis au jour : dans cette optique, le rôle-Θ ne peut pas être une primitive. Un autre argument est le caractère redondant du contenu du rôle-Θ : « à partir du moment où le contenu d’un rôle-Θ peut être prédit sur la base du verbe qui l’assigne, l’étiquette donnée à ce rôle-Θ est redondante51 » (41).

86Enfin, les théories traditionnelles proposent des vues trop rigides sur les rôles-Θ car elles présupposent que, puisque ceux-ci sont assignés par le prédicat quelle que soit la construction dans laquelle il se trouve, ce prédicat reçoit à chaque fois le même rôle-Θ. Or, ce n’est pas nécessairement le cas. Par exemple, dans la paire de phrases :

61)

John eats.

62)

John eats an apple,

comment est-il possible de représenter le fait que l’argument interne est optionnel ? Il y a pire : les constructions résultatives contredisent radicalement les principes sur lesquels repose l’assignation du critère-Θ (chaque argument a un rôle-Θ) :

  • 52 Ces exemples sont empruntés à Hoekstra (1990).

63)

Hij veegt de bezem kapot

« He sweeps the broom broken »

64)

The clock ticked the baby awake.

65)

He ran the pavement thin52.

  • 53 The relation between a verb and its object is more adequately expressed as an aspectual relation (...)

87Que ce soit en anglais ou en hollandais, le complément NP du verbe n’est pas un objet sémantique du verbe, il ne lui assigne pas de rôle-Θ. Hoekstra, et Hoekstra et Mulder proposent une théorie alternative et dynamique de l’assignation des rôles-Θ. Les contre-exemples relevés ci-dessus sont mieux traités par une théorie aspectuelle (Hoekstra) : le point de départ est l’étude des structures résultatives. Dans 63), par exemple, une analyse en termes de petite proposition (SC) pour [de bezem kapot] change la donne : ce constituant dénote le point final de l’activité, donc a un rôle aspectuel. Or, ce complément SC n’est pas un participant dans l’événement. Il faut donc abandonner une vue des relations thématiques centrée sur le participant. La théorie aspectuelle peut fournir le principe d’abstraction nécessaire entre la représentation sémantique et l’interfaçage vers la syntaxe : « La relation entre un verbe et son objet est exprimée de façon plus adéquate comme une relation aspectuelle que comme une relation thématique53 » (Mulder 1992 : 49, citant Hoekstra).

88C’est Stowell (1981) qui a consacré le constituant appelé SC. Par exemple, dans la phrase I find [him incompetent], l’objet de find est la SC entre crochets, et him reçoit un rôle thématique du prédicat adjectival incompetent. Je ne reproduis pas ici tous les tests syntaxiques qui démontrent le statut de constituant de la SC (voir Hoekstra ou Radford 1988). Pour Hoekstra, la SC est la projection d’une catégorie fonctionnelle, F, à laquelle le verbe assigne un rôle-Θ. L’analyse du complément comme SC de ces verbes résultatifs s’inscrit complètement dans l’analyse générale des verbes, de type F + N/A, développée ci-dessus (p. 211-212). Hoekstra (1990) commence par analyser les SCs compléments de verbes résultatifs : le verbe enchâssant peut être ergatif ou inergatif. De façon systématique, ces SCs sont toujours liés au NP en position objet :

66)

The joggers ran the pavement thin.

67)

He laughed himself silly.

68)

*I ate the food sick.

69)

*I danced tired.

8968) et 69) sont agrammaticaux car le prédicat sick ne peut s’appliquer au NP the food, et tired doit être relié à un sujet dans la SC. Le lien direct entre le fait que le prédicat dénote l’état résultant du NP objet et l’analyse en termes de SC est particulièrement visible en hollandais :

  • 54 Ces exemples sont extraits de Hoekstra (1990).

70)

dat [het vliegtuig te pletter] is gevlogen.

« That the airplane to pieces is flown »

71)

dat het vliegtuig [zich te pletter] heft gevlogen

« That the airplane itself to pieces has flown »54

90Dans 70), le verbe vliegen est ergatif (inaccusatif), il prend l’auxiliaire perfectif zijn (be) ; dans 71), le verbe vliegen est inergatif, le faux réfléchi est nécessaire pour que l’interprétation résultative soit possible. Ce qui est important ici est le rôle déterminant de l’objet dans la construction de l’aspectualité ; ces constructions résultatives de type SC ne sont pas sélectionnées en termes de rôle-Θ : cet objet apparent est en fait le sujet de la SC, et c’est l’ensemble qui construit le sens résultatif, donc qui fournit un Terme/une Mesure au verbe (Tenny).

91Mais cela ne signifie pas pour autant que n’importe quel verbe enchâssant puisse prendre une SC ; les constructions résultatives suivantes, auxquelles il serait possible d’assigner un sens, sont agrammaticales :

72)

*The rejected lover hated his girlfriend dead.

73)

*I heard the song boring.

74)

*The psychopath killed the village into a ghost town.

92C’est où le schéma temporel à la Vendler-Dowty revient en force : il faut prendre en compte la nature aspectuelle du verbe recteur. Guéron et Hoekstra (1995) introduisent la notion de « restructuration de l’événement » pour rendre compte de la bonne ou de la mauvaise formation des constructions résulta-tives. Un événement est constitué d’un certain nombre de « tranches de temps ». Pour prendre un exemple désormais familier, le verbe write dans write a letter a un contenu descriptif, c’est un verbe d’activité, il a donc une structure interne représentable comme une série de tranches temporelles, de sous-événements (t1, t2, … tn) ; l’objet « lettre » est de même nature : c’est une entité qui va se constituer au fur et à mesure que des lignes, puis des paragraphes, seront écrits (c’est un thème incrémental) ; l’application successive de ces tranches temporelles avec les incréments de la lettre (paragraphe 1, 2… n) va finalement mener à la lettre écrite. Dans les constructions résultatives comme lock the dog out, contrairement à write par rapport à l’objet letter, le contenu descriptif de lock n’implique pas du tout d’objet dog (on ne verrouille pas un chien) ; mais lock est décomposable en tranches temporelles (lock = t1, t2 … tn) ; c’est un de ces sous-événements, une de ces tranches temporelles qui a fait que le chien sorte.

  • 55 stage-level.

93Or, les verbes hate ou hear sont des États, sans structure interne ; ils ne projettent pas de tranche t. N’ayant pas de t du tout, ils n’ont aucun dynamisme interne ; une construction résultative n’est jamais possible. À l’inverse, kill est un verbe qui contient une borne inhérente, qui est l’état final [entity is dead]  : la borne tn est toujours déjà fixée lexicalement. Pour que la SC résultative soit possible, la prédication enchâssée doit avoir un sémantisme transitoire55 et dynamique, mais non borné. Le rôle fonctionnel (F) du complément de type SC est de spécifier l’état cible. Il faut donc que la représentation événementielle du verbe recteur inclue, de par sa structure interne, une information fonctionnelle (F) de type ingression/inchoation qui légitimera la SC. Mais il faut aussi que le prédicat inclus dans le complément SC ait une structure interne :

75)

*John laughed himself intelligent.

  • 56 individual level.

94(Be) intelligent est un prédicat de type permanent56, il ne projette pas de t : la phrase est agrammaticale.

95Là où l’analyse d’Hoekstra est prometteuse est lorsqu’il fait le fameux « saut analytique » : il étend l’analyse en termes de SC aux verbes d’Accomplissement « simples » qu’il conçoit comme des objets sémantiques complexes ; ils désignent une activité et l’objet qui mesure cette activité, sous la forme d’un NP ou d’une SC :

76)

John ate a cake.

77)

John ate himself sick.

96À cette complexité sémantique correspond une complexité syntaxique : la phrase 88), John ate a cake, est assimilé à une configuration résultative. Hoekstra représente la structure sous-jacente à C de la façon suivante :

V [SC NP PRED]
+dyn

97Ceci revient à postuler un prédicat abstrait (PRED) vide ; la structure de C contient une particule up cachée (John ate a cake [up]), une particule vide. A cake est une abréviation pour ‘a cake –up’. Cette analyse semble motivée par le comportement de certains faits du hollandais :

78)

*Jan slaat het kopje.

« John beats the cup ».

79)

Jan slaat zijn broetje.

« John beats his little brother ».

80)

Jan slaat het kopje van de tafel.

« John beats the cup from the table ».

81)

Jan slaat de bal.

« John beats/hits the ball ».

98En termes traditionnels de rôle-Θ, l’agrammaticalité de 78) reste inexpliquée par rapport à 81). Mais si on adopte l’idée d’une structure en termes de SC avec particule vide, 79), 80), 81) s’expliquent : dans 79), le petit frère souffre suite aux coups, dans 81), la balle se retrouve à un endroit différent une fois frappée (c’est le sens de la phrase), dans 80), l’interprétation résultative est cette fois-ci transparente, la SC est présente en S-structure. En revanche, pour 78), aucune interprétation n’est possible pour la tasse : aucun prédicat, aussi abstrait ou vide soit-il, ne peut qualifier l’état résultant de la tasse. Cette analyse confirme celle que j’ai proposée pour bake a cake : tout prédicat d’Accomplissement a une structure sémantiquement, donc syntaxiquement, complexe dominée soit par F actif, auquel cas la formule de Hoekstra (V+dyn F [SC NP PRED]) se vérifie, soit F et la particule vide sont « mis en chômage », et la lecture est imperfective/atélique. Parfois cette particule vide a un exposant en surface, comme dans :

82)

John enriched himself

83)

John enlarged the picture.

9982) est analysé comme : John en – [SC himself rich]  : la SC est le constituant résultatif abstrait prédiqué de en-, équivalent de la particule vide. Dans la phrase 83), le NP the picture n’est pas Θ-marqué par le verbe mais « seulement » par en- ; -large dénote l’état résultant. Le vrai verbe est donc non pas -rich ou -large mais en- ; un phénomène d’incorporation de la tête explique l’adjonction de en- à -rich ou -large. Il y a intégration syntaxique du prédicat non causatif dans un verbe recteur abstrait.

100Il est très tentant d’élargir cette analyse au russe qui, par son système de préverbes attachés à la base verbale, semble fournir un exposant morpholo-gique en surface de ce trait fonctionnel F dont est prédiquée la SC résultative : ainsi, l’exemple russe fourni par les auteurs semble confirmer la réalisation en surface de cette particule vide postulée pour l’anglais :

84)

On napisal pis′mo : he wrote a/the letter.

He na-wrote letter

101Une structure sur ce modèle (Vpisat′ F (pis′mo / na-) est assignée à la phrase russe, suivant le modèle V+dyn F [SC NP PRED]. Le problème majeur que je vois dans cette analyse est qu’elle n’est absolument pas généralisable ni au préverbe utilisé ici (na-) ni aux autres préverbes : un très grand nombre de verbes préverbés n’impliquent naturellement ni un point final ni un état résultant (F) ; on se souvient en particulier de na-cumulatif, et de po-délimitant :

85)

On nakupil knig : il a acheté un très grand nombre de livres.

Il na-a-acheté livresGÉN

86)

On popil čaju : il a bu un peu de thé.

Il po-a-bu théGÉN

102Mais il y en a d’autres, dont za-inchoatif et pro-duratif :

87)

On zagovoril : il s’est mis à parler.

Il za-a-parlé

88)

On progovoril vsju noč′ : il a parlé toute la nuit.

Il pro-a-parlé toute nuitACC

103Dans tous ces cas, le préverbe modifie simplement les propriétés quantitatives du procès ou focalise un moment du procès désigné par le verbe (le début ou la durée) : il n’induit aucune modification de la propriété aspectuelle première du verbe. Certes, inchoation et durativité sont de l’information fonctionnelle. Le préverbe est depuis longtemps considéré comme un « prédicat complexe », ce qui va dans le sens d’une analyse de type SC ; mais les modalités de l’interaction entre le préverbe et la base verbale sont extrêmement complexes (chapitre 5), et le simple fait qu’il existe une vingtaine de préverbes productifs, chacun d’entre eux comprenant entre cinq et quinze valeurs différentes (Krongauz 1998, Paillard 2001), rend l’hypothèse d’une configuration syntaxique unique de type SC improbable.

104L’image qui se dégage néanmoins de cette analyse générative minimaliste est celle d’un verbe lexical principal sous-déterminé qui vient s’intégrer dans une structure syntaxique riche. Cette présentation est globalement en accord avec l’essentiel de la littérature sur la question qui considère bien qu’il faut distinguer entre structure conceptuelle événementielle (sous la forme de complément SC ou de prédicats primitifs à la Dowty) et apport lexical du verbe. Seulement, chez Hoekstra, le verbe a un contenu conceptuel quasi nul, ce que contestent certains auteurs et que je serai moi-même amené à contester en m’appuyant sur les recherches très récentes portant sur les phénomènes de combinatoire entre le préverbe et le verbe en russe, langue d’ailleurs souvent invoquée à l’appui de sa thèse par Hoekstra lui-même.

105Je présente les arguments proposés par Mulder pour rendre compte des énoncés problématiques chez Tenny :

89)

John teased his sister.

90)

John pushed the cart.

106Le paradoxe bien connu de ces verbes d’Activité est qu’ils prennent un objet [+ SQA] ou quantisé (his sister, the cart), qui devrait normalement mesurer l’événement (Verkuyl, Tenny), donc le rendre télique, mais ce n’est pas le cas. Mulder (1992), étendant l’analyse de Hoekstra, fournit une explication qui consiste à étendre la notion de verbe léger et d’incorporation.

3.2.3. Verbes légers et incorporation

107Cette section va surtout être l’occasion d’offrir des explications alternatives à celles proposées par Hoekstra et Mulder en m’appuyant sur une comparaison entre les constructions à verbe léger de l’anglais (have a / give a N) et le comportement du préverbe russe po- (Camus, Guiraud-Weber, Paillard). Le problème que veut résoudre Mulder est le suivant : comment étendre la théorie aspectuelle d’interfaçage de Tenny à tous les domaines de l’assignation des rôles-Θ ? Cela suppose une réponse aux questions suivantes :

1081) Un traitement aspectuel des arguments externes est-il possible ?

109C’est là le chaînon faible de la théorie : Mulder soulève la question mais ne la résout pas.

110Ritter et Rosen ont apporté des réponses (p. 202-205). Cependant, il n’y a problème qu’à partir du moment où l’on s’en tient à une théorie d’interfaçage exclusivement aspectuelle qui met à la première place les rôles-Θ ; je vais présenter ensuite des théories alternatives d’inspiration cognitiviste dont celle de Croft, qui invoque la notion de chaîne causale comme principe d’interface, et plus radicalement, les notions de forme schématique ou identité sémantique du préverbe et du verbe de base pour le russe (Dobrušina, Paillard, Mellina 2001), qui se passent complètement de la notion de rôles-Θ.

1112) Comment intégrer à la théorie les arguments qui ne mesurent pas explicitement l’événement, par exemple the cart dans push the cart ? C’est cet aspect que je développe ici.

1123) Que faire des verbes qui sélectionnent plus d’un argument interne, si, comme la théorie de Tenny l’implique, un événement ne peut être mesuré qu’une fois ?

113Mulder passe en revue les constructions à double objet (du type give), les alternances matériau/lieu (du type load/smear), puis toute une série de verbes jugés problématiques dans les théories des rôles-Θ (les verbes psychologiques ergatifs et inergatifs, les constructions à contrôle objet, etc.). Je résume rapidement l’essence de sa démonstration pour terminer par la solution préconisée pour push the cart.

114Mulder présente son hypothèse du VP à tête multiple. En D-structure, les VPs sont constitués de plusieurs petites têtes. C’est la vieille idée des sémanticiens générativistes remise au goût du jour. Les deux phrases suivantes :

91)

He gave me the book.

92)

He sprayed the wall with paint.

  • 57 I propose that this empty predicate be analyzed as a verb with possessive meaning, i.e. the empty (...)

ne comprennent qu’un objet en structure profonde. Pour les verbes représentant l’alternance dative (give), un prédicat vide doit être postulé pour connecter l’objet direct et l’objet indirect : « Je propose que ce prédicat vide soit analysé comme un verbe au sens de possession, c’est-à-dire comme la contrepartie vide du verbe lexical have57 » (Mulder 1992 : 68). Les deux objets internes ne forment qu’un seul constituant, une SC. Il faut ensuite trouver un prédicat vide qui puisse connecter l’objet indirect à l’objet direct ; ce verbe est un verbe léger avec un sens possessif :

93)

I gave John the book

I gave [John ø HAVE the book]

115Mulder généralise l’analyse aux constructions à contrôle objet, aux verbes psychologiques de type fear, worry, appeal, etc., et aux verbes à alternance locative :

94)

a- Verb [SC NPmat PPloc]  : spray paint on the wall.

b- Verb [SC NPloc Acompl PPmat]  : sprayed the wall (full) with paint.

116La lecture « holistique » (Anderson 1971, 1975) de l’argument locatif dans b- est soulignée par la présence de l’adjectif full. Je n’en dis pas plus sur cette alternance, qui sera l’objet du chapitre suivant.

  • 58 Single Object Corollary of the aspectual functions hypothesis.

117J’en viens aux verbes légers, auxquels Mulder consacre tout un chapitre, et à push the cart. Pour les verbes de contact (hit/push, etc.), qui bien qu’ayant un NP délimité restent atéliques, il faut trouver une représentation telle qu’un autre objet que cart va pouvoir quand même mesurer l’événement. Sachant qu’un événement ne peut être aspectuellement borné qu’une fois (contrainte sémantique), un verbe ne peut avoir qu’un seul objet (c’est le corollaire syntaxique du principe sémantique, que Mulder appelle le « Corollaire de l’Objet Unique de l’hypothèse fonctionnelle aspectuelle58 » (Mulder 1992 : 61). Il faut donc réanalyser une structure comme He pushed the cart de telle façon que the cart / push soit dominé par un prédicat supérieur faisant intervenir un verbe léger :

  • 59 The push the cart problem can be solved if the relevant construction is analyzed as a light verb (...)

Le problème de push the cart peut être résolu si la construction est analysée comme une construction à verbe léger, avec incorporation du nom complément dans un verbe recteur vide59. (ibid. : 199)

118Selon que l’incorporation a lieu ou pas détermine la structure de surface : on aura une version périphrastique, sans incorporation (a), ou une version synthétique, avec incorporation (b) :

95)

a- give the cart a push.

b- push the cart.

119Dans les deux cas, la représentation en D-structure est : He ø [the cart push]. a) n’est pas ambigu : le chariot a bien changé de lieu lorsque l’événement est épuisé, a push est bien une Mesure de l’événement. b) est au contraire ambigu. L’analyse de, reprise de Hoekstra, est la suivante : l’information de cardinalité non ambiguë dans a) est due à une projection fonctionnelle liée au système des déterminants, absente dans b). Cette absence dans b) a deux conséquences : 1) elle provoque l’incorporation, et 2) elle laisse la cardinalité de l’objet ouverte, de telle façon que l’objet (the cart) peut être interprété comme dense ou discret. L’intuition est juste : l’association de cardinalité des NPs (the cart a push) rend l’événement nécessairement perfectif, comme dans l’exemple suivant :

96)

This very helpful lady gave the cart a push for me, but I didn’t know the push was coming, and the cart hit the back of my leg.

120Give a push révèle ses potentialités perfectives dans le discours : la pression exercée a un impact sur la suite, l’état du monde change ; la Mesure de Tenny est là, non pas dans le seul syntagme verbal, mais dans l’impact de celui-ci sur la suite des événements. Dans la version synthétique, qui est par hypothèse (Mulder) dérivée de la version périphrastique avec la cardinalité de a push diluée dans l’incorporation (give a pushpush), le sens obtenu n’est plus « exercer un mouvement de pression sur un objet, de telle façon que l’objet va changer l’état de la situation » mais seulement « exercer de la pression sur un objet, et cela aura un effet ou non sur la situation ». On se retrouve finalement dans un cas similaire à bake the cake : soit F est focalisé, soit N/A. La différence est que là où *give the cake a bake n’est pas possible, give the cart a push l’est. La différence est conceptuelle : un contenu descriptif comme bake implique une transformation de l’objet, tandis que push est un verbe de contact et n’induit pas de transformation. La clé de l’explication est sûrement là : dans le concept que nomme le verbe. Typiquement, les emplois de push a cart sont généralement imperfectifs (97 reçoit une lecture progressive-durative) :

97)

She pushed the cart up one aisle and down the next while marveling at the selection. The shelf of the cart was soon overflowing with toys and supplies,

121La substitution par give the cart a push n’est pas possible : l’information de cardinalité absente a bien provoqué l’incorporation, selon Mulder. Mais il suffit d’ajouter une borne sous la forme d’un PP pour que la lecture redevienne perfective :

98)

A quarter mile down the road he stopped and looked back. We’re not thinking, he said. We have to go back. He pushed the cart off the road and tilted it over where it could not be seen and they left their packs and went back to the station.

122La notion de restructuration de l’événement (Guéron et Hoekstra) est utile ici : on se souvient que pour write a letter, c’est l’application successive de tranches temporelles qui constituent write, avec les incréments de la lettre, qui assurent la Mesure. Toutes les tranches temporelles doivent être épuisées pour que soit constatée l’écriture de la lettre : c’est pourquoi on ne peut pas énoncer *give the letter a write. Write implique un thème incrémental, ce qui n’est pas le cas de push. Un verbe comme push a ceci de particulier qu’un seul sous-événement (une seule tranche temporelle) suffit à provoquer un changement de situation vis-à-vis du chariot, tandis qu’une seule tranche temporelle de l’écriture de la lettre ne suffit pas pour garantir l’existence de la lettre. C’est ce que révèle d’ailleurs la structure à verbe léger : give the cart a push implique bien push the cart, l’inverse n’est pas forcément vrai.

99)

The shopping cart thing kills me. I had one lady load up her car and just gave the cart a push to the side. Well, my truck was where she pushed it. She didn’t see me in there. I was writing some stuff down, and was just getting out when it hit my truck.

123Cette analyse permet donc en partie de conserver la notion de Mesure de Tenny, en proposant un classement des verbes (VPs) selon un gradient : dans John wrote the letter, c’est l’état final de la lettre qui mesure la fin (et donc l’existence) de l’événement write ; dans John gave the cart a push, c’est non pas l’état final du chariot, mais la position spatio-temporelle modifiée du chariot qui mesure la fin de l’événement : d’une situation où le chariot ne bougeait pas, on est passé d’une situation où il a été poussé. Si on adopte cette sémantique élargie, alors le problème de push a cart n’existe plus. Mais cela semble trop « simple ». Dans la section suivante, je poursuis la discussion entamée sur give a N en la comparant avec le préverbe russe po-(Verbe), qui révèle un phénomène semblable.

4. Les verbes légers et une autre sémantique des événements : le cas du russe po-

4.1. Les constructions avec verbes légers en anglais

124Hoekstra et Mulder ont attiré l’attention sur les constructions à verbe léger et leur rapport aspectuel avec la version synthétique (verbe + objet), rarement traités dans la littérature aspectuelle. Pour les auteurs, je rappelle que dans le premier cas, le rôle aspectuel dérive du schéma de SC : He ø [the cart push] ø = give. L’information de cardinalité explicite (article a) explique le rôle aspectuel récupérable de Mesure par le biais de la construction à verbe léger.

125Wierzbicka (1982, 1988), Cotte (1998) ont également traité de ces questions des verbes légers suivis d’un nom déverbal avec l’article indéfini. L’approche de Cotte me semble la plus éclairante : discutant de la construction have + a N (elle vaut également pour le verbe give, comme dans give a push), l’auteur a insisté sur l’apport du référent indéfini dans la construction du sens aspectuel de l’ensemble : l’article a souligne le fait que le référent qui le suit n’existe que par l’énoncé où il est, a dans give a push « peut signifier l’actualisation du procès [] dans une situation » (Cotte 1998 : 424). Ainsi, dans la structure à verbe léger have/give/take a + nom déverbal, les virtualités actualisantes de l’article a sont dérivées opérationnellement du fait qu’un individu est saillant, délimité, devient « une entité dotée de frontière », l’article indéfini a un pouvoir focalisant sur le procès car sa singularité ressort. Ceci s’accorde parfaitement avec l’observation que ces constructions ne peuvent dénoter qu’un événement délimité et ponctuel. A marque toujours une quantité ni réductible ni extensible : « tout existant a une quantité ». Peut-être est-ce là l’intuition fondamentale de Tenny/Hoekstra/Mulder sur la notion de Mesure, on se souvient également des remarques de Verkuyl ; les exemples prototypiques qui sont proposés pour illustrer ce mécanisme aspectuel font invariablement figurer des déterminants indéfinis :

100)

Write a letter / build a house…

126Mulder a raison lorsqu’il dit que dans le verbe push, la cardinalité se trouve diluée, et donc la Mesure a priori perdue ; c’est a push dans give a push qui est responsable de la focalisation donc de l’individuation du procès (on ne peut « mesurer » que ce qui existe sous la forme d’une quantité discrète et délimitée). Mourelatos (1979) disait la même chose dans d’autres termes : push the cart n’est pas un événement au sens de Davidson, c’est-à-dire pas dénombrable, mais simplement une « Occurrence », alors que give a push l’est ; ce principe de comptage était d’ailleurs un des deux tests pour faire ressortir la classe des « Événements » chez Mourelatos. Les approches se rejoignent, la Mesure est largement dérivable de l’association entre « article a + nom déverbal », du fait que a « est animé d’un mouvement à l’étroit, d’une limitation, où s’expriment, mieux que dans les autres déterminants indéfinis, la focalisation et l’existence en situation » (Cotte 1998 : 424). L’énonciativiste-néo-métaopérationnaliste que je suis ne peut que souscrire à ce point de vue : la notion aspectuelle de Mesure est rendue possible par la présence d’un thème incrémental dans le VP menant potentiellement vers le point final de l’événement et des potentialités opérationnelles de l’article a, qui entraîne la construction avec verbe léger dans son sillon. Un argument majeur vient du russe, qui peut construire un effet très similaire d’actualisation spatio-temporelle d’un procès limité non pas au moyen d’une structure « verbe léger + article indéfini (le russe n’a pas d’article) + nom », mais avec un préverbe perfectivant mais non quantisant, le plus sémantiquement vide de tous : po- (Guiraud-Weber 2002, Camus 1998).

127Voyons d’abord le détail de l’analyse de Cotte. Le rôle de a dans give a push est de réduire le procès potentiel désigné par la base (push) à la dimension d’une actualisation en situation. Les conditions sémantiques d’apparition de la structure sont résumées ainsi (Cotte, Wierzbicka) :

  • La structure doit désigner un procès particulier, limité.

  • Ce procès ne doit pas être absolument ponctuel : les Achèvements purs (*have a find, *have a decide, * have a break of the glass) ne le tolèrent pas.

  • Les procès sont courts malgré tout (*have a watch), segmentables en instants qui se répètent : have a nap, a smoke, a swim, a bite, a stroke of the fur, etc., sont des procès constitués de gestes identiques.

    • 60 En russe aussi, puisqu’un préverbe différent est utilisé pour « manger » (s′′est′) et « boire » ( (...)

    La possibilité ou non d’avoir la structure à verbe léger dépend de la capacité du nom à désigner un « entier notionnel » : have a drink ne pose pas problème puisque drink dénote une activité relativement simple et homogène (l’absorption de liquide), mais pas *have an eat, car eat n’est pas totalement prévisible, l’entité consommée est plus compliquée à absorber que dans le cas de drink (tout dépend de l’aliment : eat ne présuppose pas un enchaînement régulier pour les différentes phases du procès : il est conceptuellement et, en anglais, linguistiquement – plus complexe60). Have a chew est acceptable car il décrit une sous-partie de eat, il est notionnellement plus « simple », constitué d’une répétition de gestes à l’identique.

  • A + verbe doit concentrer un « échantillon où se révèle l’essence d’un procès » (Cotte 1998 : 426). Dans have a drink, a swim, a chew, have a kick of the football, etc., sont présupposées plusieurs sous-occurrences de drink/swim/chew (c’est-à-dire, des sous-parties – sous-événements plus ou moins identiques qui se succèdent). Au contraire, *he had a build of the house /
    *a write of the letter
    , ne sont pas admis car on a affaire ici à un objet (incrémental) créé une fois pour toutes, non itérable. Have a + N fait en quelque sorte exister le procès dans le temps comme unité segmentable, individualisable ; la même structure est inutile, donc exclue, dans *have a build of the house, car dans ce cas l’existence présupposée de la maison, objet nécessairement créé (objet « effecté ») après l’application du procès build, suffit à faire exister l’événement dans le prédicat build a house (là est tout l’intérêt linguistique du rôle de Mesure). De la même façon, have a swim in the river / have a walk around the town sont licites, mais pas *have a swim across the river, *have a walk to the post office, car les SP à eux seuls garantissent l’existence temporelle de l’événement (ce sont les Trajet-Terminus, assimilés au rôle de Mesure, de Tenny).

128Il ressort de ceci que linguistiquement en anglais, il semble difficile de désigner en même temps une occurrence particulière de swim dans un espace-temps limité (lexicalisé sous la forme have a swim) pour un sujet, et de dire simultanément que ce sujet a en plus changé d’espace : *he had a swim to the shore est effectivement illicite, on dira he swam to the shore. Autrement dit, dans la réalité extralinguistique on peut tout à fait nager pour nager et en même temps nager pour changer d’espace, mais l’anglais (ainsi que le russe, qui dans le cas des verbes de déplacement dispose d’un sous-système supplémentaire constitué de verbes allant par paires) ne peut pas focaliser les deux événements dans un même espace-temps. D’où les deux structures. C’est une contrainte conceptuelle et linguistique qui semble très forte.

129Si cela est vrai, la solution « verbe léger + N déverbal » est une solution élégante qu’a trouvé l’anglais à un problème fondamental : comment faire exister dans un espace-temps contenu un événement dont rien (c’est-à-dire, pas d’objet direct) par ailleurs ne garantit linguistiquement l’existence. Il est important de noter que les caractéristiques du procès comptent, mais pas le thème incrémental en soi : drink implique tout autant que eat une disparition incrémentale de l’objet qui mesurera l’événement une fois le procès achevé ; pourtant have a drink of the water est possible là où *have an eat of the meat est problématique. Un effet de type Mesure existe bel et bien, mais la Mesure ne préexiste pas comme notion aspectuelle indépendante. Ce qui compte est l’apport lexical-conceptuel du verbe, trop négligé dans la littérature étudiée jusqu’ici, où une place démesurée a été accordée à l’information fonctionnelle aspectuelle au détriment du verbe, c’est-à-dire ce que conceptualise la base verbale. Mon étude du russe va largement corriger cette tendance. J’aboutirai aux mêmes conclusions lorsque je discuterai de la fameuse alternance des verbes de type spray/load chez les Anglo-saxons, pour qui l’essence même de l’alternance tient aux propriétés différentes des arguments (thème plus ou moins affecté et plus ou moins holistique) ; chez les slavisants, certaines de ces notions ont été invoquées en leur temps (Veyrenc), mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

130Je passe à l’étude du préverbe po- en russe, qui manifeste des propriétés similaires à la structure anglaise avec verbe léger.

4.2. « Po-Verbe » en russe : les données contradictoires

131Il existe une longue tradition dans l’étude linguistique sur la préverbation de n’étudier ce phénomène que par le prisme de l’aspectologie, c’est-à-dire de la contribution du préfixe au pairage aspectuel et aux modes d’action (Aktionsart). De ce point de vue, le préverbe le plus répandu, le plus polysémique, parce que le moins chargé sémantiquement, donc le plus difficile à expliquer de tous, est po-. Comme la plupart des préverbes, mais de façon plus généralisée, il met en jeu les quatre domaines sémantiques d’application des préverbes, que je rappelle :

  • Il sert à dériver de nouvelles unités lexicales : lit′, « verser » / polit′, « arroser » ; dat′, « donner » / podat′, « tendre, tourner, etc. » ; znat′, « savoir » / poznat′, « connaître à fond, faire l’expérience de quelque chose », etc. Mais c’est surtout sa contribution aspectuelle qui a retenu l’attention, jusqu’à une date récente.

  •  Il met en jeu l’aspect grammatical : attaché au composant verbal imperfectif, il permet de dériver un très grand nombre de verbes perfectifs (stroit′ / postroit′, « construire », blagodarit′ / poblagodarit′, « remercier », činit′ / počinit′, « réparer » etc.). Dans ce cas, la tradition lui reconnaît le statut peu enviable de « préverbe vide », c’est-à-dire simplement perfectivant-résultatif. Il est reconnu par Comrie (1976) comme un des signes indéniables de la grammaticalisation poussée de l’aspect dans les langues slaves :

  • 61 The criteria that go most towards making a systematic set of aspectual oppositions are […] : the (...)

Les critères qui contribuent le plus à la constitution d’une série d’oppositions aspectuelles sont : […] la présence d’un préfixe sémantiquement vide (tel que ga- en gothique, meg- en hongrois, da- en géorgien, pa- en lituatien, po- en slave), ou d’autres préfixes s’associant à des séries plus restreintes de verbes61. (Comrie 1976 : 81)

  •  Il a partie liée avec l’expression d’un mode d’action particulier (souvent l’inchoation) et modifie souvent la nature qualitative et/ou quantitative du procès ; dans ce cas, sa contribution sémantique tourne autour de la notion de délimitation de l’action verbale, c’est le po-délimitant dont il a déjà été question au chapitre 2, c’est-à-dire l’idée que l’activité désignée par le verbe a été peu intensive et/ou n’a duré que peu de temps ; cet emploi concerne des verbes non résultatifs (atéliques)  :

101)

On pokuril časok

/ poguljal

po gorodu.

Il po-a-fumé petite-heure

/ po-s’est-promené

dans ville 

« Il a fumé une petite heure

/ s’est promené un peu dans la ville. »

132Les auteurs qui ont travaillé sur po- sont innombrables. Par exemple, Guiraud-Weber proposait, comme invariant pour po-, la notion de partitivité du procès/quantification du procès. Mais les données l’ont contrainte à revoir sa position : constatant qu’avec un même verbe, po- peut exprimer deux notions contradictoires, c’est-à-dire être délimitant (102, 104) ou résultatif (103, 105), elle y voit un marqueur généralisé d’aspect perfectif (Guiraud-Weber 2002). Elle cite les paires minimales suivantes :

102)

Pogladit′

časok

bel′ë : repasser le linge une petite heure.

Po-repasser petite-heure linge

103)

Pogladit′

vsë

bel′ë : repasser tout le linge.

Po-repasser tout linge

104)

Požarit′ rybu

nesko′lko minut : faire griller le poisson quelques minutes

Po-griller poisson quelques minutes

105)

Požarit′

rybu

k

užinu : faire griller le poisson pour le dîner.

Po-griller poisson pour dîner

133On pense évidemment aux paires minimales de l’anglais du type she baked the cake for an hour / in an hour. La comparaison avec le russe sur ce point montre bien que les notions de télicité/quantisation ne sont pas directement responsables de ces alternances : les deux verbes en russe sont d’aspect perfectif. Ce qui retient l’attention en revanche est que les deux verbes ci-dessus ont une autre forme de perfectif avec un autre préverbe, qui induit nécessairement une quantisation :

106)

Ona vygladila

vsë bel′ë za tri časa : elle a repassé tout le linge en 3 heures.

Elle vy-a-repassé tout linge en trois heures

107)

Ona zažarila

rybu : elle a fait cuire le poisson.

Elle za-a-grillé poisson

134Flier (1985), traitant de po-délimitant, donne l’exemple suivant avec la base verbale risovat′ (« dessiner »), dont le verbe perfectif « normal » est narisovat′ :

108) Ja b

tože

s

udovol′stviem

tebja

porisoval :

JeCOND aussi avec plaisir

toi

po-a-dessiné

« Je te tirerais (dessinerais) bien aussi le portrait » (en anglais, Flier propose « draw you a bit »)

  • 62 … transitive delimitives with objects of interest, rather than objects produced, annulled or alte (...)

135Dans ce cas, on a affaire à po- utilisé avec des « verbes transitifs délimitants s’associant à des objets d’intérêt plutôt que des objets produits, annulés ou altérés (des objets de performance, selon Dowty 1979)62 » (Flier 1985 : 45). 

136Mais si l’objet est véritablement vu comme créé, il faut narisoval :

109)

On narisoval

portret

svoej

ženy

i povesil

ego na stenu :

Il na-a-dessiné

portrait

de sa

femme

et a-accroché lui

au mur

« Il a peint le portrait de sa femme et l’a accroché au mur. »

137-Weber note que les frontières entre le po- délimitant et le po- perfectivant/résultatif ne sont absolument pas étanches, et surtout, ne sont corrélées à aucune différence syntaxique notable. Ainsi, très souvent, un verbe qu’on serait tenté de caractériser comme po- délimitant devient le corrélat aspectuel banal d’un verbe d’activité, avec perte totale du sens de délimitation :

110)

My xorošo porabotali : On a bien travaillé.

Nous bien po-avons-travaillé

111)

Gde

možno

xorošo

poest′?  : Où peut-on bien manger ?

possible bien

po-manger

112)

Počitajte mne,

požalujsta! : Faites-moi la lecture, s’il vous plaît !

Po-lisez

à-moi, s’il vous plaît

  • 63 Flier glose po-délimitant comme : « Verb a while », et pro-délimitant comme : « Verb for n time »

138On se souvient que Flier (1985), traitant de po- délimitant et d’un autre préverbe qui construit un effet sémantique assez similaire, pro-délimitant63, proposait de les ranger dans la classe des « Consommations ». Ce ne sont pas des Accomplissements canoniques classiques car leur forme d’imperfectif, qui parfois existe pour certains d’entre eux, ne peut pas dénoter une action « progressive-durative » actuelle mais seulement « générique-itérée », contrairement aux Accomplissements canoniques :

113)

Čto ty sejčas delaeš′ I? : Qu’est-ce que tu fais en ce moment ?

*Ja pokurivaju I,* poleživaju I na divane.

Je po-fume, po-suis-allongé sur divan.

Ja kurju I, ležu I na divane : Je fume, je suis allongé sur le divan.

Je fume, suis-allongé sur divan

139Ils ne répondent pas non plus à aucun des tests de télicité/quantisation traditionnels tel que celui de for x time / in x time (test d’homogénéité) et celui de l’imperfectif (Verkuyl 1989)  :

  • 64 Les parenthèses autour de (po-) signifient que les deux membres du couple aspectuel (popet′ perfe (...)

114)

On

(po)pel

(ariou) polčasa

/ *za polčasa64

« Il (po)a-chanté (air)

pendant une demi-heure / en une demi-heure »

« Il a chanté (un air) pendant une demi-heure / *en une demi-heure. »

Anglais : « He sang an aria for half an hour / ?in half an hour »

140Le perfectif préverbé popet′ n’est pas compatible avec le type « in half an hour » ; il faudra dans ce cas changer de préverbe (On spel ariju) ; en revanche, il est compatible avec le type « for half an hour » qui fait ressortir l’atélicité des prédicats. Le verbe perfectif popet′ se comporte donc exactement comme le verbe imperfectif non préverbé pet′.

  • 65 La flèche signifie « implique logiquement » (il s’agit du test appelé en anglais progressive enta (...)

115)

Kogda

ja

prišla,

on pelI

(ariou)

65 On popelP

(ariou)

“Quand je suis-arrivée, il chantait (air)

Il po-a-chanté (air)

« Quand je suis entrée, il chantait (un air)

il a chanté (un air). »

Anglais : « When I came in, he was singing an aria

He sang (an aria) »

  • 66 Je remercie Olga Kravtchenko-Biberson qui a établi ces tests.

141L’imperfectif non-préfixé pel ainsi que le perfectif préfixé popel passent le test, ce qui confirme le caractère atélique (non quantisé) des deux formes66.

142Ce ne sont pas non plus des Achèvements car ils ne peuvent pas dénoter de brusques changements d’état. Un autre auteur, Kučera (1983), les range dans une classe intermédiaire, une sous-classe atélique d’événements, dérivés des verbes d’Activités. Isačenko (1960) mettait quant à lui l’accent sur la description négative de ce po-délimitant ; ce qui apparaît nettement est l’impossibilité de cet emploi avec les Qualités ou les Propriétés de Selivërstova (1982)  :

116)

Pobegat′, poljubovat′sja, podumat′ : « courir / admirer / penser » (un peu / un moment)

117)

Verbes de relation : *poimet′, « avoir », *pojavljats′ja, « être » (un peu)

Verbes modaux : *poumet′, *pomoč′, « pouvoir » (un peu)

Verbes statifs de disposition : *poljubit′, « aimer », *poznat′, « savoir » (un peu).

143Certains de ces verbes (en 117) existent, mais avec un sens différent : pojavljat′sja : « apparaître », pomoč′, « aider », poljubit′, « tomber amoureux », poznat′, « connaître à fond ». Po- ici n’est plus aspectuel mais lexical.

144Quoi qu’il en soit, la valeur délimitative de po- apparaît majoritairement avec les verbes atéliques, et c’est en cela qu’ils rappellent la construction à verbe léger en have/give a N de l’anglais ; un grand nombre de possibilités et d’impossibilités relevées ci-dessus se retrouvent :

118)

počitat′ knigu : have a read of the book.

pobit′ mjač : have a kick of the ball.

pokurit′ : have a smoke.

popit′ čaju : have a drink / a sip of tea.

podumat′ : have a think, etc.

poslušat′ : have a listen.

145Mais on ne peut pas dire :

119)

*popit′ stakan vody : *have a drink of the glass of vodka. (il faut un autre préfixe : vypit′)

*pokurit′ sigaretu : ??have a smoke of a cigarette (idem : vykurit′ sigaretu)

*popisat′ pis′mo : *have a write of the letter (napisat′ pis′mo)

*poučit′ russkij jazyk : *have a study of Russian. (vyučit′)

*poslyšat′ : *have a hear (uslyšat′), etc.

146Il existe des différences plus subtiles :

120)

pobit′ butylki (« po-beat bottles »)

121)

*pobit′ butylku (« po-beat a bottle »)

147120) est possible en russe, dans le sens break (the) bottles (on note toutefois l’impossibilité de *have a break of the bottles en anglais), mais 121), avec butylku, « bouteille » au singulier n’est pas licite, pas plus que *have a break of the bottle ; il faut changer de préfixe si l’objet cassé est unique : razbit′ butylku.

148En résumé, on a donc là un objet bizarre, po-, qui se combine autant avec les verbes téliques qu’atéliques, a un sens de délimitation avec les seconds et un sens résultatif banal avec les premiers, parfois pour un même verbe (cf. le cas de pogladit′, « repasser un peu ou tout le linge »). Le point qui ressort tout de même est que dans les cas de concurrence possible avec un autre préverbe, plus « chargé » sémantiquement (porisovat′ / narisovat′, « dessiner » ; popit′ / vypit′, « boire » ; popet′ / spet′, « chanter » etc.), c’est le statut de l’objet qui change : simple objet de performance (Dowty) pour po-, objet créé ou entièrement consommé (quelque chose qui ressemble fort à un thème incrémental) pour l’autre préfixe (na-, vy-, s-).

149Puisqu’il est impossible d’assigner franchement à po- un sens aspectuel stable, mieux vaut tenter de trouver un sens stable (invariant) à po- à partir de l’autre domaine d’interaction entre le préverbe et le verbe : celui de la dérivation lexicale. C’est la voie très prometteuse, à mes yeux, suivie par tout un pan de la recherche très récente sur les préfixes du russe ; je présente ici la thèse de Camus (1998).

4.3. Po- et l’extension spatio-temporelle de l’événement

150Si autrefois l’accent était donc mis sur les propriétés aspectuelles et d’Aktionsart des préverbes (dont et surtout po-), dans la recherche récente, l’emphase s’est déportée sur leurs propriétés lexicales-notionnelles, avec l’idée en plus qu’un « scénario abstrait » (largement inspiré par la grammaire cognitive, Janda 1985, Krongauz 1998) peut être formulé pour chaque préverbe. Cet invariant se présente non pas comme une valeur promue fondamentale, comme c’est le cas par exemple chez Guiraud-Weber (2002) qui avance la notion de « partition du procès », ou chez Flier (1985) qui assigne à po- la notion topologique invariante d’« exploration des contours d’un domaine » dont découleraient par métaphorisation les autres valeurs, mais il s’agit plutôt de dégager un schéma formel du préverbe, son scénario nécessairement abstrait qui rende compte de tous ses emplois (Dobrušina, Paillard 2001). Et c’est sur ce point en particulier que la comparaison avec have/give a N est intéressante.

151Camus commence par noter les ambiguïtés de po- relevées ci-dessus. Il propose d’expliciter son rôle abstrait en partant du domaine lexical, ce qui exclut d’emblée le recours à des notions aspectuelles. Par exemple, le verbe polit′ est à la fois une entité lexicale indépendante (« arroser ») et aussi la version délimitative de lit′, « verser un peu » :

122)

Polej

mne

vody : Verse-moi un peu d’eau.

Po-verse

à-moi

eau

123)

On polil

cvety : Il a arrosé les fleurs.

Il

po-a-versé fleurs

152Dans 123), po- sert à créer une nouvelle unité lexicale. L’auteur développe une approche originale qui étudie les modes variables d’interaction de l’unité po- (sans a priori sur celle-ci) avec les contextes, ce qui revient à étudier -l’interaction entre po- et la base liée. Il étudie d’abord les liens entre les verbes dat′, « donner », et podat′, « tendre, rendre » :

124)

Žora podal

/ dal emu finku.

Zora po-a-donné

/ a-donné à-lui poignard

« Jora lui a tendu

/ lui a donné un poignard »

125)

Žora

ručkoj

vperëd

podal

/ *dal emu finku.

Zora

le-manche

en-avant

po-a donné

/ *a-donné à-lui poignard

« Jora lui tendit / lui *donna un poignard le manche en avant ».

153Nous avons là deux verbes dérivationnellement liés (utilisant la même racine verbale dat′, « donner »), qui sont synonymes dans certains contextes (124), mais pas dans d’autres (125). Dans 125), podat′ avec po- « n’actualise pas le changement de localisation » de l’objet transmis, mais « le geste en soi, à savoir les circonstances spatio-temporelles dans le cadre desquelles se déroule ce changement de localisation. » (Camus 1998 : 105) Le don n’est envisagé dans 125) que comme un geste. Dans 124), avec le verbe simple dat′, « donner », le dernier terme (emu, « à lui ») est le localisateur effectif de l’objet finka, « poignard », le référent « a » le poignard au terme du procès. Au contraire, la version avec podat′ a pour effet de rendre cette question du localisateur marginale.

154On pense immédiatement à l’anglais, qui fait jouer dans ce cas la distinction entre le verbe give et le verbe dénominal hand, avec hand qui insiste aussi sur le changement de localisation en instrumentalisant la main (C. Delmas 2006). On pense également à give somebody a hand, « donner un coup de main », mais à l’impossible *give sb a give. Ce fonctionnement nous ramène à la question des verbes légers : le VP swim across the river inclut dans sa dénotation l’existence d’un terme à l’événement (le Trajet-Terminus de Tenny)  : le référent du sujet se retrouve forcément de l’autre côté de la rivière à la suite de la nage. En revanche, have a swim in the river ne désigne que l’endroit où se déroule la séance particulière de nage. À propos du verbe podat′, Camus avance l’hypothèse que po- marque une « représentation événementielle du don » (ibid. : 106) ; je propose d’étendre cette explication pour les VPs anglais de type have a swim, dans lesquels le choix de la suite « verbe léger + nom déverbal » donne une simple « représentation événementielle du mouvement (ici, la nage) ».

155Camus poursuit sa démonstration en utilisant un verbe qui m’interpelle particulièrement puisque c’est celui qui traduit break en anglais : bit′, et la forme perfective en po-, pobit′. Il n’est plus directement question de dérivation d’une nouvelle unité lexicale : le verbe pobit′ est un des corrélats perfectifs de la base imperfective bit′. Il n’empêche que les mêmes propriétés de po- se retrouvent. En anglais, break est le prototype du verbe d’Accomplissement, de l’« événement complexe » (Levin et R.  Hovav 2005) ; il est traditionnellement associé au patron sémantique de type : « x CAUSE y to BECOME <BROKEN> » (Dowty 1979), ou bien (ce qui revient à dire la même chose) est un verbe qui attribue naturellement un rôle aspectuel de Mesure à son objet direct (Tenny). On l’aura deviné : ce n’est pas le cas en russe, où le schéma de lexicalisation est bien différent (qu’on se souvienne de la discussion sur rezat′, « cut »). Selon Dobrušina, Paillard (2001), la forme schématique, c’est-à-dire, l’identité sémantique propre de bit′ dans la structure « X bit′ Y », son scénario abstrait, est la suivante :

  • 67 Le scénario proposé par les auteurs est en fait plus complexe, je le simplifie pour conserver l’e (...)

« X est cause d’un certain type d’altération de Y, dont les modalités dépendent des propriétés de Y67 »

156La différence cruciale est que le verbe bit′ n’a pas d’inscrit en lui l’idée de changement d’état radical pour l’objet que break implique forcément. Bit′ est proche du sémantisme du lexème français « coup » (Paillard) ; il lexicalise plus un point d’impact qu’un changement de situation. Par conséquent, le russe ne peut pas utiliser le verbe bit′ et sa version en po- (pobit′) pour désigner l’événement singulier suivant :

126)

*On pobil butylku : Il a cassé une/la bouteille.

157Mais avec l’objet au pluriel ou un collectif (« la vaisselle »), pobit′ devient possible :

127)

On pobil butylki / posudu : il a cassé les bouteilles / la vaisselle.

  • 68 L’auteur qui s’est intéressé de la façon la plus convaincante aux propriétés « événementielles » (...)
  • 69 Voici quelques exemples avec le préverbe raz- : razojtis′ : « se disperser, pour un groupe », à p (...)

158L’analyse que propose Camus de cette contrainte étrange est extrêmement intéressante. Voici le raisonnement : l’objet butylka, « bouteille », a déjà en lui la propriété « cassable », il contient déjà une idée d’altération nécessaire, hors toute mise en relation avec un verbe : une bouteille se présente entière ou en morceaux68. Selon Camus, du fait de cette propriété intrinsèque de butylka, le verbe doit porter une trace de cela ; or po- n’est pas un bon candidat à cette fonction car il est « seulement actualisateur de circonstances spatio--temporelles » : comme pour podat′ ci-dessus, po- ne peut actualiser que le « geste », le « coup », qui consiste à envoyer la bouteille par terre ou à donner des coups de pied dedans, par exemple (bit′ ne lexicalise qu’un impact) ; pour obtenir l’interprétation souhaitée (« casser une bouteille » = « faire subir à la bouteille un changement radical de son aspect, de « entière » à « en morceaux »), po- est en quelque sorte trop « faible » ; il faut un préverbe qui ait d’inscrit dans son sémantisme propre cette idée d’éparpillement, de morcellement absente du verbe bit′ : le préfixe approprié est raz- (razbit′ butylku = « casser une/la bouteille »), qui intègre un sémantisme de dispersion69. L’impossibilité d’avoir *pobit′ butylku ne s’explique donc pas par l’observation des simples propriétés (extralinguistiques) de l’objet corrélées à une information de type « atélicité » que coderait po-, mais par la combinaison impossible des scénarios de bit′ (la base verbale), du préfixe po- et du singulier sur butylka. En revanche, le pluriel sur butylki rend pobit′ possible : le pluriel ne désigne pas tant les quantités de bouteilles qui ont radicalement changé de nature (ce que rendrait de façon plus efficace le préverbe raz- : razbit′ butylki) que la « quantité de procès » concernée ; la pluralité a pour effet de dissocier le procès pobit′ de butylki ; la pluralité neutralise en quelque sorte le sens de cassage irrémédiable, butylki devient « mesure (sic) définissant dans l’espace l’extension de la notion bit′ ». (Camus 1998 : 108) Pobit′ signifie en somme : « il y a eu cassage de bouteilles » ; ma paraphrase en français utilise une construction à verbe léger ; malheureusement, à cause de la lexicalisation forte de la notion de changement radical d’état pour l’objet inscrite dans le lexème anglais break, aussi bien *have a break que *have breaks of the bottles sont agrammaticaux.

159Il n’est pas étonnant que le même verbe pobit′ convienne très bien avec un NP comme žena, « femme, épouse » :

128)

Pobit′ ženu : battre sa femme.

160Žena, contrairement à butylka, « ne détermine pas hors temps le procès bit′ » (une femme n’est pas de l’ordre du « cassable » ou « battable ») ; žena est simplement « entité de l’espace en liaison avec laquelle le procès bit′ se réalise comme un événement dans le temps » (Camus 1998 : 108). Par contre, une épouse peut malheureusement être rouée de coups au point qu’on la laisse quasiment pour morte ; pour exprimer cela, le russe doit changer de -préverbe : izbit′ ženu (do polusmerti) : « battre sa femme (jusqu’à la laisser pour quasi-morte) ».

161Voici en conclusion l’hypothèse élargie de Camus sur po- :

  • La notion exprimée par le composant verbal (bit′, dat′) est « envisagée du point de vue de son extension spatio-temporelle » : le geste (dat′), les bouteilles ou la femme comme objets localisés (la cible de l’impact présupposé par bit′) ;

  •  « Cette notion ne peut se réaliser qu’au travers de son avènement dans le temps, c’est-à-dire sous la forme d’un événement. » (ibid. : 109)

162On comprend mieux pourquoi le préverbe po- sert de perfectif à de si nombreux verbes ; son sens abstrait est minimal, comparé à d’autres préverbes : po- dit simplement que tel procès se réalise sous la forme d’un événement. Qui dit événement dit agent responsable de l’événement, ce qui explique l’impossibilité de po- dans certaines combinaisons, comme le note Camus (110) :

129)

Derevja,

*posypannye jablokami :

Arbres,

po-répandus pommesINSTR

« Des arbres couverts de pommes »

130)

Derevja, usypannye jablokami :

Arbres,

u-répandus pommesINSTR

« Des arbres couverts de pommes »

163La forme posypannye (à partir du verbe sypat′, « déverser, répandre, etc. »), qui existe par ailleurs, n’est pas possible dans ce contexte car aucun agent n’a pu mener à bien l’événement consistant à couvrir l’arbre de pommes. Il faut changer de préverbe : u-, avec sa sémantique de l’efficacité du procès (Paillard) mesurée exclusivement sur l’argument interne direct, convient tout à fait. Po- est en revanche possible dans :

131)

Alleja, posypannaja peskom :

Allée, po-répandue sableINSTR

« Une allée sablée (couverte de sable) »

164Qui dit allée sablée dit forcément sableur, donc événement actualisant le sable sur l’allée. L’analogie est frappante avec les contraintes régissant la construction à verbe léger de l’anglais :

132)

*The ball had a roll down the hill.

133)

The children had a roll down the hill.

165Je propose d’analyser have/give a N de la même façon que po- verbe : les deux formes font exister un procès dans l’espace-temps en actualisant seulement ses propriétés événementielles. Par have/give, les N déverbaux a swim, a roll, a smoke, a push, etc., accèdent à une existence singulière (grâce à l’article a) et événementielle ; la différence avec le russe est dans le fait que la présence d’un objet créé invalide la structure anglaise : *he had a build of the house n’est pas recevable car on aurait deux « Mesures », un événement existant deux fois en sorte, alors que la phrase ne vise pas à dire cela : l’objet the house suffit à faire exister l’événement, le verbe simple suffit (He built a house). Le russe dit, au contraire, on postroil dom (avec po- résultatif simple) de façon banale, pour souligner l’accès à l’existence spatio-temporelle de la maison ; mais il peut dire aussi on vystroil dom, avec le préverbe vy-, dans le sens plus précis d’« ériger, d’édifier une maison particulière » (s’il est question des réalisations d’un architecte, par exemple). Un fait saillant est que postroit′ sert de perfectif au verbe stroit′ (« construire ») dans beaucoup de ses sens non spécialisés : « construire le communisme ; une hypothèse ; un exposé » ; etc. Vystroit′ est en revanche descriptivement plus précis : il convient pour décrire l’édification d’un bâtiment ou d’un système (de gouvernement par exemple) élaboré. L’analyse de po- par us explique bien ce fait : po- actualise simplement un procès, qui se résume, dans le cas de la base verbale stroit′, « construire », comme : « actualiser l’événement de type assemblage de matériaux d’une maison ». De là on arrive à l’interprétation : « construire la maison, la maison existe comme objet construit ».

166Pourquoi alors po- a-t-il si souvent aussi ce sens délimitatif (« faire quelque chose pour un certain temps ») ? Flier (1985) avait déjà noté ces propriétés particulières de po-, non pas préverbe dérivationnel mais délimitatif. Il écrivait que dans cet emploi, l’activité (po-Verbe) est mesurée en termes de temps ; il s’agit de « rendre le potentiellement infini fini en une certaine occasion », ce qui est une intuition excellente. L’activité verbale est mesurée/évaluée en termes de temps, comme le nom indénombrable (mass noun) est évalué en terme de mesure de quantité. Au fond, « lire un peu pendant une heure » (počitat′ cas) a une vie propre que mesure « deux heures », ce n’est pas un trajet vers deux heures de lecture. L’activité s’arrête lorsque l’événement est totalement mesuré, et cet événement est généralement jugé court car en général on ne lit pas d’affilée toute une vie sans interruption (mais il est possible de dire : on porabotal desjat′ let na ètom zavode, potom…  : « il a travaillé dix ans dans cette usine, ensuite »…). J’aboutis à la conclusion suivante : il faut élargir la notion de Mesure, qui dépend du préverbe utilisé. Avec po-Verbe, on se situe plutôt dans une logique de télicité/bornage (Depraetere 1995), tandis qu’avec des préverbes descriptivement plus précis comme vy- ou na-, on est dans une logique de télicité/quantisation. Mais cette distinction, pour utile qu’elle soit, est loin d’épuiser les potentialités sémantiques innombrables des préverbes russes. Je diffère cette question jusqu’au chapitre suivant.

167Il est temps de conclure. On comprend à présent pourquoi la tradition russe n’a pas eu recours à la méthode anglo-saxonne de décompositions en prédicats primitifs (CAUSE BECOME <STATE>) ou aux notions de thème incrémental/objet plus ou moins affecté, Mesure de l’objet direct, etc. : le verbe russe rend littéralement sa structure visible dans la combinatoire « préverbe + verbe composant + objet », le choix et l’interprétation de l’objet étant régulés directement par le choix du préverbe avec ses propriétés sémantiques propres. Le verbe anglais, de par son « dénuement » morphologique (il s’agit d’une unité monomorphématique la plupart du temps), se prêtait naturellement à des méthodes visant à enrichir sa structure. Cela dit, la « visibilité » du verbe préverbé russe ne va pas de soi non plus : l’enjeu consiste à énoncer les propriétés sémantiques abstraites de chacun des éléments entrant dans la composition, et c’est un travail difficile au vu de la polysémie extrême des verbes préverbés, dont on va immédiatement percevoir l’ampleur. Pour autant, je pense qu’il est possible de rendre compte des phénomènes de l’anglais et du russe en des termes assez similaires : au-delà des différences non négligeables de surface, je souhaite trouver des notions convergentes dans l’analyse et les mécanismes grammaticaux en jeu. Je suis obligé à ce stade de me défaire des notions aspectuelles traditionnelles (plus ou moins affecté, Mesure, thème incrémental, etc.), non pas que celles-ci n’existent pas – elles ne sont à mes yeux que des notions interprétatives que l’on constate de façon post hoc –, mais je pense qu’elles ne sont pas les notions directement impliquées dans l’analyse des méca-nismes complexes observés ; elles n’expliquent pas les nombreuses alternances argumentales relevées, du type spray/load, pour ne citer que la plus connue de toutes (dont il va être question bientôt) ; autrement dit, elles ne sont pas des primitives corrélables directement à des modifications syntaxiques, ce qui est au fond tout l’enjeu de cette recherche.

  • 70 event composition ou event structure.
  • 71 L’anglais utilise les termes de root ou constant.

168Une fois la discussion terminée sur les alternances de type spray/load et leur réalisations en russe, dans le chapitre suivant, je verrai que les recherches les plus récentes dans le domaine anglais, sur non plus « l’aspect sémantique » mais sur la « composition » ou « structure événementielle70 » des prédicats, se rapprochent des mêmes recherches menées sur le verbe russe. Les deux, dans le cadre de théories certes différentes, ont pour objectif de mettre au jour les mécanismes grammaticaux responsables des alternances constatées, et seule une analyse serrée du verbe, de la base verbale71 et des alternances syntaxiques et argumentales qui en sont la conséquence, peut expliquer ces phénomènes. Ceci implique une redéfinition du lexique, l’inclusion de celui-ci dans un niveau d’analyse linguistique régulé par des principes grammaticaux et conceptuels au moins aussi complexes que celui de la syntaxe (Levin et R.  Hovav, Pustejovsky, Croft, Ramchand pour l’anglais ; Krongauz, Dobrušina, Paillard, pour le russe).

169Je termine ce long chapitre par la contribution de l’objet direct dans la construction aspectuelle, que j’ai souvent abordée mais pas analysée en détail.

5. La question de l’objet direct dans l’approche aspectuelle de classification des VPs

170Les théories qui viennent d’être discutées accordent une place importante à l’argument aspectuel « distingué », l’objet direct, à la fois dans les classifications proposées et dans le mécanisme de régulation des alternances entre les arguments. J’examine les arguments pour et contre cette théorie de l’argument aspectuel distingué, en particulier le statut de l’accusatif dans la construction de la télicité (Kratzer 1998, 2000, Kiparsky 1998). Cette discussion me permettra d’aborder, dans le chapitre suivant, la question controversée des rapports entre construction de la télicité et alternances argumentales dans la fameuse classe des verbes de type spray/load en anglais. J’examinerai en particulier cette alternance en russe, où aucune des notions aspectuelles généralement avancées pour l’anglais (affectation, thème holistique ou incrémental) ne figure directement.

171J’ai déjà établi qu’il n’est pas possible d’assimiler les notions de télicité et de thème incrémental ; certains thèmes incrémentaux se trouvent dans des configurations atéliques. On se souvient des exemples de type he baked the cake for / in two hours. Chez Dowty (1991), un seul proto-rôle est aspectuel, le thème incrémental, et il est presque exclusivement réalisé par l’objet direct ; chez Tenny, ce dernier est le seul argument qui peut être une Mesure explicite (mais tous les objets directs ne sont pas des Mesures). Le thème holistique de Dowty (le Trajet-Terminus de Tenny) est également aspectuel, mais il n’est pas réalisé par l’objet direct. Sachant donc que tous ces modèles (y compris ceux de Krifka et de Filip) attribuent à l’objet direct un rôle capital, on est en droit de se demander si l’assignation de celui-ci ne serait pas largement aspectuelle. Certaines langues semblent confirmer cela.

  • 72 Kiparsky (1998) utilise les termes de (un)bounded et unbounded, que je choisis de traduire par (a (...)

172C’est un fait connu que les objets directs n’ont pas un rôle thématique commun, à la fois dans une même langue et translinguistiquement. Le trait accusatif est ininterprétable a priori. Mais certains auteurs défendent l’idée d’une théorie aspectuelle de l’assignation de l’objet direct en tirant parti du fait que dans certaines langues, l’alternance accusatif/partitif reproduit la distinction télique/atélique. C’est le cas de Kiparsky, Borer (1998) pour le finnois, Kratzer (2004) pour le finnois, l’allemand. En finnois, l’objet karhua, « ours » dans 134), est marqué par le cas partitif et la phrase est atélique, tandis que l’objet karhun, « ours », dans 135) porte le cas accusatif et la phrase reçoit une interprétation télique72 :

134)

Ammuin karhua : I shot at a/the bear. (partitif)

135)

Ammuin karhun : I shot a/the bear. (accusatif)

  • 73 culmination requirement. En français on parlerait sûrement de verbe « potentiellement télique ».

173Dans ces deux exemples, une alternance des cas est corrélée à une différence d’Aktionsart. Il faut simplement préciser ce que l’auteur entend par « télicité », qui n’est pas la même chose que la quantisation algébrique de Krifka. Je présente rapidement la notion de télicité défendue par Kratzer car elle ressemble fort à l’idée qui s’en est dégagée dans la discussion précédente sur l’alternance verbe léger/verbe plein de type give a push / push, et po-Verbe en russe. Pour Kratzer, un verbe d’Accomplissement (comme shoot en anglais) a la propriété qu’elle nomme « nécessité de culmination effective73 » : une fois le trait [télique] appliqué par conjonction, la phrase devient vraiment télique au sens où elle l’entend ; l’Accomplissement shoot reçoit la Forme Logique suivante et le commentaire :

Accomplissement : Shoot – [shoot-at (x) et [culminate (x) → hit (x)] :

  • 74 To account for the relativity of culmination, the logical-conceptual predicate “culminate” is rel (...)

Pour souligner le caractère relatif de la culmination, le prédicat conceptuel--logique « culminate » [dans la formule ci-dessus] porte sur le seul argument objet direct74. (Kratzer 2004 : 391)

174Cette notation signifie qu’un Accomplissement vendlérien ne devient vraiment télique qu’une fois le deuxième conjoint [« culminate » → hit] instancié. Il ne s’agit pas d’une quantisation algébrique à la Krifka, mais d’une télicité relative. Ce trait télique vérifie alors le trait ininterprétable [accusatif] sur l’objet : c’est en ce sens que l’objet direct marque la télicité. L’idée qui ressort est que dans le lexique, le verbe shoot est indifférencié entre shoot-at (potentiellement télique) et shoot (effectivement télique) : s’il est inséré dans la computation syntaxique sous la forme shoot + objet direct (accusatif), il est télique. Sinon, l’anglais choisit la construction prépositionnelle à sens conatif (shoot at) et le finnois, le partitif.

175Cette distinction est importante : on se souvient que pour Krifka, un prédicat quantisé est un prédicat qui ne contient pas des sous-événements de même nature que l’événement principal exprimé par le prédicat dans sa dénotation. On se souvient des problèmes insurmontables posés à la théorie par les verbes russes avec le préverbe na-, verbes cumulatifs mais quantisés (car perfectifs). D’après Krifka, les prédicats suivants ne seraient pas quantisés mais cumulatifs car le prédicat knit mittens a des sous-événements de même nature dans sa dénotation ; or, ces trois prédicats régissent positivement aux tests de télicité généralement admis (in x time) :

  • 75 Ces exemples sont empruntés à Kratzer.

136)

She knit wonderful mittens for three days / in less than three days.

137)

We cooked the egg in/for five minutes.

138)

She cleaned the house in/for two hours75.

176Pour Kratzer, ces prédicats sont téliques car les conditions de culmination sont vérifiées, activées par le contexte. On se souvient qu’en russe ce phénomène est général et falsifie largement la notion des verbes perfectifs comme prédicats quantisés ; que l’événement soit rapporté au perfectif ou à l’imperfectif, il est télique au sens de Kratzer, télique et borné au sens de Depraetere (1995) :

139)

Dva časa on mylsjaI : Pendant deux heures il s’est lavé.

140)

On vymylsjaPza dva časa : Il s’est lavé en deux heures.

177Je partage totalement cette notion de télicité largement assouplie, qui montre encore une fois qu’il s’agit bien d’une propriété des phrases. Dans d’autres cas, la culmination n’est pas une simple condition construite dans le contexte mais est impliquée par le lexème verbal lui-même : les verbes anglais kill, break, des Achèvements vendlériens, sont toujours téliques. Il n’existe pas d’alternance conative pour ces verbes en anglais (*break at / *kill at). Kratzer, Kiparsky voient dans le finnois une illustration optimale du rôle que l’objet direct a à jouer dans l’énoncé des conditions de culmination d’un prédicat. La classification des verbes dans cette langue est traversée par l’alternance accusatif/partitif ; le partitif représente, dans la FL de Kratzer ci-dessus pour shoot, le premier conjoint (l’Accomplissement avec la culmination comme simple condition), et l’accusatif, le second conjoint (l’Accomplissement avec sa culmination effective). Kiparsky donne la liste suivante des verbes finnois selon le cas qu’ils régissent :

  • 76 Cette liste d’exemples est adaptée de Kiparsky. Il est intéressant de constater que les verbes ic (...)

Accusatif : →

buy, take, drop, carry out, lose, find, accept, etc.

Partitif →

– État psychologiques : despise, admire, be interested in, envy, love, avoid, thank, etc.

– Verbes intensionnels : try, ask for, imitate, think about, -massage, rub.

– Verbes de contact : swing, shake, rock, touch, nod, etc.76

178Beaucoup de verbes alternent en induisant un changement de sens ; Kiparsky donne les exemples suivants, résultatifs :

141)

Jussi maalas-i

talo-n

(punaise-ksi)

Jussi painted

house-ACC

(red)

142)

Jussi maalas-i

talo-a

(punaise-ksi)

Jussi painted

house-PART

(red)

179La phrase 141) a un sens résultatif : la maison devient rouge suite à la peinture qui y est appliquée, le prédicat second fournit la condition de culmination réalisée pour cet Accomplissement : l’interprétation est they painted the whole house red, et « maison » est à l’accusatif. 142), avec le cas partitif sur « maison », est atélique et reçoit un sens progressif (he was painting the house red). Ce qu’il y a de remarquable en finnois, contrairement à l’anglais, est que même les États sont concernés : par composition syntaxique, des verbes statifs comme lie (« être couché ») et love (« aimer ») peuvent régir l’accusatif.

143)

Äiti

makas-i

lapse-nsa

kuoliaa-ksi

mother

lie-PAST

childACC

dead

144)

Rakast-i-n

te-i-dä-t

rappio-lle

love PAST

youACC

into-ruin

180Le sens obtenu pour ces deux phrases est : pour la première, littéralement, « the mother lay her child dead », en anglais correct, she killed her child by lying on top of it, et quelque chose comme « I loved you into ruin » pour la seconde, difficilement interprétable en anglais (I destroyed you from too much loving). L’argument qui reçoit le cas accusatif est celui qui est directement affecté par le changement, celui donc qui permet d’évaluer la télicité de la phrase.

181Kratzer note enfin que les verbes kill ou buy, prototypes du verbe -télique (Achèvement) en finnois, n’impliquent pas de culmination et peuvent être suivis du partitif, avec un sens progressif :

145)

I killed just bear-PART (= I was just killing the bear).

182L’impression qui se dégage est que le rôle joué par l’imperfectif en russe est porté par le partitif en finnois ; nous retrouvons encore une logique proche de celle des langues qui ont le morphème antipassif avec l’objet « dégradé » à un cas oblique. On se souvient du cas de break en anglais et de bit′ en russe : si break est forcément télique en anglais (*break at est fortement agrammatical, ainsi que toute autre composition enrichie du type *he broke the plates off the table), bit′ en russe est un verbe atélique : on b′ët posudu (he breaks the dishes) n’implique qu’une force transmise à la vaisselle et un point d’impact ; la notion de « casser » la vaisselle en morceaux, inhérente au sens de break, n’est construite qu’au moyen du préfixe raz- (on razbil posudu). D’une langue à l’autre, les conditions générales de « télicité » attachées aux items lexicaux changent, mais une chose demeure : les langues ont les moyens, divers (forme simple/progressive en anglais ; accusatif/partitif sur l’objet en finnois ; verbe perfectif préverbé/verbe imperfectif non préverbé en russe), de souligner le statut différent du rapport verbe-objet, ce qui a des répercussions évidentes sur l’aspectualité de la phrase.

183L’accusatif en finnois a une distribution étroite, à en croire les auteurs : le partitif est un cas par défaut. Sur ce point, le russe est bien évidemment différent : il est impossible de corréler accusatif et télicité en russe (un simple État prend normalement l’accusatif, le cas par défaut) ; le russe ne connaît pas d’alternance de cas semblables aux exemples finnois (shoot / shoot at the bear) qui reposerait sur une différence de cas. Ce qui manque cruellement à ce stade de la discussion est une théorie solide de l’assignation du cas accusatif, ce qui n’est pas mon objectif ici. Pour Kratzer, cette distribution limitée de l’accusatif en finnois s’explique si celui-ci est la version ininterprétable de [télique] sur le nom (l’objet direct). En revanche, pour un petit nombre de verbes (ceux qui impliquent nécessairement la culmination, les « Achèvements purs »), l’accusatif est obligatoire. Le verbe finnois win n’est jamais suivi du partitif, par exemple.

  • 77 boundedness.
  • 78 bounded atelic verbs.

184Il convient malgré tout de relativiser ce rapport entre objet accusatif et télicité. Kiparsky fait plusieurs observations très intéressantes : il note que la télicité et le « bornage77 » ne doivent pas être assimilés. Il existe en finnois une classe de verbes « bornés atéliques78 » dont l’objet prend l’accusatif ; ce sont des verbes statifs pour la plupart, appelés dans la littérature « quasi-résultatifs » :

146)

Omist-i-t

nämä

talo-t

vuode-n

ownPAST

theseACC

housesACC

yearACC

« You owned these houses for a year. »

  • 79 gradability.

185Les verbes de relation (comme own), de savoir, de perception, prennent l’accusatif, mais pas les verbes d’émotion, qui prennent le partitif. La notion cruciale est ici non pas la stativité ou la limite (le telos) mais la « gradabilité » ou « scalarité79 » : on peut aimer, admirer, etc. quelqu’un ou quelque chose plus ou moins (partitif), mais on ne peut pas posséder ou savoir quelque chose plus ou moins : on le possède ou on ne le possède pas, etc. (accusatif). C’est tout du moins ce qui est conceptualisé en finnois par l’emploi de l’accusatif avec ces verbes. C’est encore cette notion de « gradabilité » qui explique l’observation suivante : Kiparsky (et Kratzer) remarquent qu’une expression adverbiale de mesure ou de degré (du type for x time) peut fournir malgré tout une condition de culmination. Dans la phrase anglaise avec push, l’adverbial for two hours dit que l’événement push the cart a culminé (est donc en un sens – assoupli – télique) dans un espace limité à deux heures. Pour Kiparsky, ce n’est pas un accident si un grand nombre de langues, comme le finnois (c’est le cas dans 146), utilisent justement l’accusatif pour ces adverbiaux. C’est également tout à fait vrai du russe. L’accusatif sur ces expressions de mesure/de durée fournit l’élément délimitant (la culmination). Dans ce cas, l’accusatif impose une culmination, non pas au sens de la Mesure de Tenny (qui est une mesure incrémentale qui ne concerne que l’objet direct) mais au sens de la propriété vraie d’un événement qui culmine en fonction de la propriété d’avoir duré tant de temps, donc le « bornage ». Il est frappant qu’en russe, les adverbiaux de type in x time et for x time utilisent tous deux l’accusatif (dva časa, « pendant deux heures » / za dva časa, « en deux heures ») ; en revanche, les adverbiaux de temps qui ne dénotent pas une durée ne sont pas à l’accusatif :

147)

On exal dnëm : il voyageait de jour (instrumental)

148)

On žil pri Staline : il vivait à l’époque de Staline (préposition + locatif)

149)

On živët v Moskve s 2000 goda : il vit à Moscou depuis l’an 2000. (préposition + génitif)

186En termes syntaxiques, dans ce cas, la tête flexionnelle [télique] vérifie les traits de plus d’un DP (l’objet direct et l’expression adverbiale de mesure/durée). Pourvu qu’un trait ininterprétable [+ accusatif] soit accessible sur l’expression de mesure, la télicité/bornage se trouve construite. On se souvient qu’en russe, il existe un préverbe, extrêmement productif, pro-, qui commande l’accusatif sur l’adverbial de temps devenu un quasi-objet direct ; un très bel exemple de ce phénomène est fourni par Karcevskij (1927) pour illustrer le rôle transitivant des préverbes, pro- en l’occurrence :

  • 80 L’exemple est tiré d’une nouvelle de Tourguéniev.

150)

« - Polnote! – promolvila ona. Vy vsë smeëtes′ da šutiteI, i prošutiteP tak vsju vašu žizn′. – Gm! Prošutit’P žizn′! Novoe vyraženie! Ved′ vy… upotrebili glagol šutit′ – v smysle dejstvitel′nom. » :

« Ca suffit! – déclara-t-elle. Vous ne faites que rire et plaisanter, et vous allez plaisanter comme ça toute votre vie. – Mm ! Consommer sa vie à force de plaisanter ! Une nouvelle expression ! Vous venez d’utiliser le verbe “plaisanter” dans un sens actif !80 »

187La base verbale imperfective simple šutit′ est atélique et signifie « plaisanter » ; normalement, l’ajout du préverbe pro- construit un sens intervallique, pour souligner que l’activité désignée par « plaisanter » s’est étendu sur une période de temps spécifiée par un adverbial temporel à l’accusatif qui se construit directement, comme un COD :

151)

On prošutil

vsë utro : Il a plaisanté toute la matinée.

Il pro-a-plaisanté toute-matinéeACC

188L’exemple de Karcevski révèle que le locuteur vient de créer un nouveau lexème avec le verbe prošutit′ : prošutit′ vsju žizn′, qui dans une interprétation normale voudrait dire « plaisanter pendant toute une vie », mais qui en vient à signifier ici « plaisanter sa vie », c’est-à-dire, « consommer/gâcher sa vie à plaisanter ». Le rôle télicisant de l’accusatif sur un adverbial qui devient objet direct du verbe, ne saurait être mieux illustré ici ; cependant, ce rôle est une conséquence de l’effet du préverbe pro-, dont il va être question dans le chapitre suivant.

189Il est temps de récapituler. Les données discutées ici suggèrent deux choses contradictoires en apparence : en finnois, l’accusatif ou le partitif sur l’objet direct sont directement corrélables à des différences aspectuelles (télicité/atélicité). Cependant, un examen approfondi a montré que la notion de télicité doit être considérablement assouplie, et ne doit pas être assimilée à la notion algébrique de quantisation (Krifka, Filip), sous peine d’être incapable de rendre compte des données du finnois. La généralisation intéressante concerne le rôle de l’accusatif : en finnois comme en russe, les expressions temporelles de mesure et de durée prennent également l’accusatif, et assignent à la phrase dans laquelle elles apparaissent des propriétés « quasi-téliques », c’est-à-dire de bornage (« la propriété d’avoir culminé pour un intervalle de x temps »). Ceci est conforme à la conclusion à laquelle je suis arrivé dans la section précédente lorsque j’ai comparé les verbes « atéliques » de type push, etc., à leur version avec verbe léger (give a push), et lorsqu’il a été question du préfixe po- du russe : finalement, la solution de l’anglais, qui double le verbe simple (push) par une version plus « télique » (give a push), est certainement motivée par la nécessité de rendre explicitement bornée une situation qui ne le serait pas autrement. Après Kiparksy, Kratzer, on peut considérer que have/give a V est explicitement télique dans le sens où une expression de mesure à l’accusatif cachée domine la structure (have a swim = have a swim for a certain period of time) ; cette conclusion rejoint celle que j’ai développée à la suite de Camus pour le préfixe russe po-, dont la fonction est d’« actualiser les circonstances spatio-temporelles de l’événement » (on poplaval časok : « he had a one-hour swim »), qui rend la phrase bornée au sens assoupli de Kratzer.

190Le problème est alors : à quoi sert la notion même de télicité si elle n’est conçue que comme un gradient qui va des verbes intrinsèquement téliques (break, kill en anglais) à des verbes qui ne le sont pas mais le deviennent au prix d’une transformation syntaxique (have a swim / poplavat′) ? Finalement, elle sert justement à cela : à pouvoir parler des activités a priori atéliques comme si elles ne l’étaient pas, à en limiter l’extensité à l’espace-temps du locuteur. Je m’explique : dans la réalité, on ne nage pas sans jamais s’arrêter (ce qu’une interprétation à la lettre des Activités de Vendler laisserait croire) ; un événement extralinguistique comme « nager » est forcément borné ; on a parfois besoin de dire qu’un événement a « culminé » (est télique) non pas parce qu’il dénote nécessairement un point final au-delà duquel on sera obligé de constater l’épuisement du procès engagé (c’est la contribution de l’objet de type Mesure de Tenny), mais parce qu’il a la propriété d’avoir duré tant de temps et que c’est justement cela qui le rend « télique ». En somme, un verbe comme break sous-catégorise toujours son objet de façon telle qu’il implique que celui-ci ne peut pas ne pas changer son essence, alors que ce n’est pas le cas de verbes comme push ou swim ; pourtant, il faut bien avoir les moyens linguistiques de dire qu’une séance de nage a eu/a/aura lieu dans un temps limité (tout comme on doit pouvoir dire, à l’inverse, que casser un verre est quelque chose d’atemporel, d’itéré). La structure avec verbe léger (He had a swim) fait la même chose que ce que fait le verbe break vis-à-vis de son objet (He broke a glass). On comprend alors que la phrase *He had a break of a glass est inutile, donc elle n’existe pas.

191Je propose donc de réanalyser le terme « télique » ainsi : est télique tout prédicat (toute phrase, en fait) qui limite d’une façon ou d’une autre (par l’objet direct, par un complément de mesure/de durée à l’accusatif, par enrichissement syntaxique) le procès en l’actualisant pour un espace-temps limité, celui du discours construit par la phrase. Dans ce cas, la notion de télicité n’est « que » représentationnelle, c’est-à-dire une notion interprétative, et non plus une notion primitive au sens où elle informerait de façon intrinsèque (comme chez Vendler et dans les modèles aristotéliciens logicistes discutés jusqu’ici) les lexèmes verbaux. Je propose donc de conserver le terme de « télique », mais de le spécialiser dans l’expression d’une propriété intrinsèque de certains items lexicaux comme break ; dans tous les autres cas (l’accusatif des adverbiaux de durée, po- en russe), mieux vaut parler de « bornage », qui dénote une propriété entière de la phrase.

  • 81 Event complexity.

192En tout cas, des notions plus larges qu’aspectuelles semblent être en jeu dans les possibilités ou impossibilités des combinatoires observées : je défendrai des notions appelées « quasi-aspectuelles » comme la notion de complexité événementielle81 défendue par Levin et R.  Hovav (2005), notion intrinsèquement liée au sens « intime » du verbe. Une étude compositionnelle semble donc la seule issue possible pour arriver à une classification réelle des verbes, c’est-à-dire une classification qui puisse expliquer les combinatoires possibles pour tel ou tel verbe, et qui ne repose pas sur les notions aspectuelles traditionnelles de type affectation, télicité au sens de « quantisation », trop généralisantes. Mais il y a d’autres principes généraux cognitifs à dégager, ce que je ferai au chapitre 6.

  • 82 Modes of discourse, qui est d’ailleurs le titre de l’ouvrage de Smith.

193Une conclusion générale des quatre chapitres qui ont précédé, consacrés à l’évaluation des modèles qui ont fondé la réflexion sur l’aspect séman-tique ou Aktionsart, m’amène à considérer que l’utilisation directe de classes sémantiques basées sur les propriétés ontologiques des verbes (Vendler) pour construire une théorie des types aspectuels est vouée non seulement à la circularité mais parfois même à prédire des choses fausses. Il y a fondamentalement un défaut de raisonnement à faire du verbe feed un État habituel dérivé dans une phrase comme He fed the cat every day last year alors que de toute évidence les propriétés statives viennent des éléments de la phrase entière et non du verbe, qui reste toujours égal à lui-même. J’adopte au contraire la position de Smith 2003, qui reconnaît au final trois grands types de situations événementielles, mais à un niveau d’analyse supérieur, le seul qui soit véritablement linguistique et nous éloigne de l’ontologie : le mode du discours82, celui des propositions entières et non du seul verbe. De façon intéressante, Smith utilise le terme d’« Éventualités » de Bach (ce qu’elle ne faisait pas en 1991), qui met en avant le caractère linguistiquement construit des types de situation. Sur ce seul paramètre du discours ou mode textuel, Smith dégage trois grands types de situations : les Situations (qui sont soit des Événements soit des États), les « General Statives » (qui sont des phrases génériques, ressemblant à s’y méprendre aux Qualités et Propriétés ou aux Classes de Selivërstova pour le russe), et enfin les Entités abstraites (les Faits et les Propositions). Smith insiste bien que ce sont les propriétés de phrases et non de verbes. À ce niveau d’analyse, je n’ai aucune objection à considérer, comme elle le fait, qu’un present perfect (We have already eaten dinner) soit classé comme un État. La différence cruciale est qu’il ne s’agit plus ici d’une théorie de la coercition des types puisqu’on a quitté le niveau du VP, mais d’une reconnaissance que have V-en a effectivement un fonctionnement assimilable à un statif au niveau discursif, même si cela ne saurait tenir lieu de théorie de have V-en. Nous sommes là véritablement au niveau linguistique.

194La question de ce que lexicalise exactement le verbe et VP peut donc être posée sur des bases autres, vraiment linguistiques, qui ne partent pas de l’idée préconçue que les primitives métaphysiques (temps, télicité, affectation, transition) sont forcément des critères qui vont se retrouver à ce niveau. C’est ce que je vais faire à présent : tenter de dégager les critères sémantiques pertinents que lexicalise le verbe. Le chapitre suivant commence cette investigation : il est entièrement consacré à l’alternance de type spray/load en anglais et en russe, et sera l’illustration de cette réflexion renouvelée dont je parlais plus haut sur la préfixologie russe en lieu et place de l’aspectologie.

Anmerkungen

1 Linking.

2 Aspect and theta theory (1988).

3 The Aspectual Nature of Syntactic Complementation (1992).

4 Argument realization (2005). Contrairement aux autres auteurs cités, Levin et R.  Hovav s’inscrivent dans une optique de sémantique lexicale.

5 linking rules.

6 event complexity.

7 lexical entailments.

8 Contributing properties for the Patient Proto-Role :

a. undergoes change of state;

b. incremental theme;

c. causally affected by another participant;

d. stationary relative to movement of another participant;

e. does not exist independently of the event, or not at all.

9 Aspectual Interface Hypothesis.

10 The universal principles of mapping between thematic structure and syntactic argument structure are governed by aspectual properties. Constraints on the aspectual properties associated with direct internal arguments, indirect internal arguments, and external arguments in syntactic structure constrain the kinds of event participants that can occupy these positions. Only the aspectual part of thematic structure is visible to the universal linking principles.

11 Tenny (1987) utilisait le verbe simple measure pour décrire l’effet aspectuel de l’argument interne sur le verbe ; puis elle a ajouté la particule out ; measure est devenu measure out, marquant ainsi la prise en compte du changement final qu’induit la mesure. En français, faute d’un équivalent concis à measuring out, j’utiliserai le terme de Mesure avec le « M » initial en lettre capitale.

12 Measuring-out Constraint, abrégé en MOC.

13 Measuring-Out Constraint (MOC) on Direct Internal Arguments:

(i) The direct internal argument of a simple verb is constrained so that it undergoes no necessary internal motion or change, unless it is motion or change which “measures out the event” over time (where “measuring out” entails that the direct argument plays a particular role in delimiting the event).

(ii) Direct internal arguments are the only overt arguments which can ‘measure out the event’.

(iii) There can be no more than one measuring-out for any event described by a verb.

14 Measuring-Out contains two ingredients: a measuring scale associated with an argument, and a temporal bound or delimitedness.

15 Dans un cadre théorique différent (la TOPE de Culioli), c’est exactement la position de Paillard qui note qu’avec des verbes comme manger, lire, écrire, etc., dans des phrases du type Pierre a lu le livre la « délimitation notionnelle » qui se fait à partir de l’objet est « reprise sur le plan temporel » (1988 : 96).

16 path objects of route verbs.

17 The difference between cut wood and uncut wood is more explicit than the difference between someone who is engaged in the activity of cutting and someone not engaged in cutting.

18 Tous ces exemples sont de Tenny.

19 Path.

20 Terminus.

21 event structure.

22 D(elimited)-events

23 [It is the] the delimited object… [that] gives the agent of the action causative force.

24 D(elimiting)-language.

25 Tous les exemples cités sont de Ritter et Rosen.

26 « Event structure and ergativity » (2000).

27 I(nitiating)-languages.

28 Appelé quirky case en anglais.

29 Events semantics in the lexicon-syntax interface (2000).

30 l-syntax, ou « syntaxe dans le lexique ».

31 Lexical Representational Structure (LRS).

32 head movement.

33 VP-shells.

34 Roles are derivative of lexical syntactic relations.

35 The matrix or outer V.

36 The inner VP.

37 Interrelational r.

38 change resulting in a state.

39 cognate objects.

40 [the] appearance of a subject in Spec VP [is] forced by predication.

41 In reality, all verbs are to some extent phrasal idioms, that is, syntactic structures that must be learned as the conventional “names” for various dynamic events. […] Most, probably all, superficially monomorphemic verbs are lexically phrasal.

42 a. only F: auxiliary verbs.

b. F+P: HAVE-type auxiliaries.

c. F+N/A: ergative lexical verbs.

d. F+N/A+P: transitive lexical verbs.

43 Hoekstra adopte ici l’analyse générativiste de be et have défendue par Freeze (1992), Kayne (1993), Guéron (1986).

44 Hoekstra appuie cette analyse sur des langues ergatives, telles l’eskimo, dans laquelle tout prédicat transitif a un statut nominal.

Peter killed the polar bear = “The polar bear is Peter’s killed one”.

Il en vient à rapprocher les phrases passives et les prédicats transitifs à travers une étude des participes.

45 Clearness.

46 Certains auteurs parlent de « mise en chômage ».

47 Ces exemples sont empruntés à Schmidt, West Greenlandic Antipassive, 2003 : 390.

48 Hoekstra et Mulder (1990, 1991, 1993).

49 « role-player », chez S.  Pinker par exemple.

50 A minimal requirement for any theory of thematic relations is that it contains statements about how this abstraction should be made.

51 To the extent that the content of a θ-role can be predicted from the verb that assigns it, the label that is given to the θ-role is redundant.

52 Ces exemples sont empruntés à Hoekstra (1990).

53 The relation between a verb and its object is more adequately expressed as an aspectual relation than as a thematic one.

54 Ces exemples sont extraits de Hoekstra (1990).

55 stage-level.

56 individual level.

57 I propose that this empty predicate be analyzed as a verb with possessive meaning, i.e. the empty counterpart of main verb have.

58 Single Object Corollary of the aspectual functions hypothesis.

59 The push the cart problem can be solved if the relevant construction is analyzed as a light verb construction, with incorporation of the complement noun into an empty matrix verb.

60 En russe aussi, puisqu’un préverbe différent est utilisé pour « manger » (s′′est′) et « boire » (vypit′), ce qui milite contre un traitement uniforme de la préverbation perfectivante de type Mesure ou télicité.

61 The criteria that go most towards making a systematic set of aspectual oppositions are […] : the presence of an otherwise semantically empty perfectivising prefix (such as Gothic ga-, Hungarian meg-, Georgian da-, Lithanian pa-, Slavonic po-,) or other prefixes with more restricted sets of verbs.

62 … transitive delimitives with objects of interest, rather than objects produced, annulled or altered (performance object, Dowty 1979).

63 Flier glose po-délimitant comme : « Verb a while », et pro-délimitant comme : « Verb for n time ».

64 Les parenthèses autour de (po-) signifient que les deux membres du couple aspectuel (popet′ perfectif et pet′ imperfectif) se comportent de la même façon vis-à-vis de ces tests, de même que la présence ou non de l’objet direct (ariju) ne change rien.

65 La flèche signifie « implique logiquement » (il s’agit du test appelé en anglais progressive entailment).

66 Je remercie Olga Kravtchenko-Biberson qui a établi ces tests.

67 Le scénario proposé par les auteurs est en fait plus complexe, je le simplifie pour conserver l’essentiel de l’analyse.

68 L’auteur qui s’est intéressé de la façon la plus convaincante aux propriétés « événementielles » des NP pour l’anglais est Pustejovsky (1991, 1995), avec sa structure qualia (cf. chapitre 6).

69 Voici quelques exemples avec le préverbe raz- : razojtis′ : « se disperser, pour un groupe », à partir du verbe simple idti, « aller » ; razrezat′ : « couper en morceaux », à partir de la base verbale rezat′, « couper ». etc.

70 event composition ou event structure.

71 L’anglais utilise les termes de root ou constant.

72 Kiparsky (1998) utilise les termes de (un)bounded et unbounded, que je choisis de traduire par (a)télique car il s’agit ici d’une propriété du VP, et afin d’éviter une confusion supplémentaire.

73 culmination requirement. En français on parlerait sûrement de verbe « potentiellement télique ».

74 To account for the relativity of culmination, the logical-conceptual predicate “culminate” is relativized to the direct object argument.

75 Ces exemples sont empruntés à Kratzer.

76 Cette liste d’exemples est adaptée de Kiparsky. Il est intéressant de constater que les verbes ici énumérés, qui prennent le partitif en finnois, se construisent majoritairement au moyen de cas obliques en russe (génitif, datif, instrumental, locatif) ; une alternance entre cas accusatif et instrumental est systématique pour les verbes de contact.

77 boundedness.

78 bounded atelic verbs.

79 gradability.

80 L’exemple est tiré d’une nouvelle de Tourguéniev.

81 Event complexity.

82 Modes of discourse, qui est d’ailleurs le titre de l’ouvrage de Smith.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540