Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Les classes aspectuelles en russe

Texte intégral

1C’est Sigurd Agrell qui, en 1908, a inauguré les débuts de l’aspectologie en étudiant le verbe polonais. Puis, comme le dit M.  Wilmet :

Les slavisants ont transmis le furet aux germanistes. Il est passé ensuite, de proche en proche, aux romanistes, puis aux anglicistes, aux africanistes, aux amérindianistes… (Wilmet 1997 : 309)

2En se transmettant de familles de langues en familles de langues, le « furet » a semé une grande confusion. Le terme « aspect » (vid, en russe) sert à décrire le système d’organisation des verbes tel qu’au moins deux verbes au contenu lexical identique sont appariés (corrélés), l’un d’aspect perfectif, l’autre d’aspect imperfectif, et que cet appariement doit fournir toutes les oppositions temporelles nécessaires. Agrell a justement introduit la notion de mode d’action ou Aktionsart pour distinguer l’aspect sémantique des verbes de l’aspect grammatical, ce que Garey fera quarante ans plus tard pour le français. Il faut noter tout de suite que parler de « l’aspect dans les langues slaves » en général est une erreur : au cours de son histoire, le russe a perdu tous ses para-digmes de conjugaison, auxiliée ou non (aoriste, parfait, imparfait), qui existaient en slave commun, la langue ancêtre des langues slaves. Mais le bulgare, par exemple, a conservé, en plus de l’appariement aspectuel, tous ses paradigmes temporels. La valeur de l’aspect, grammatical ou Aktionsart, n’est forcément pas la même selon la langue considérée. Je ne parlerai ici que du russe, langue aspectuelle « pure » dans le sens où il ne reste « que » l’opposition aspectuelle concentrée dans deux verbes ; à part au futur imperfectif et au passif, toutes les formes auxiliées ont disparu ; en revanche, les procédés d’affixation (préfixation, suffixation) verbale sont extrêmement développés.

  • 1 Le linguiste russisant Forsyth (1970) utilise le terme anglais de procedural.
  • 2 Perfectivisation is and remains a by-product of the word-building process.

3Ce tableau qui vient d’être brossé à grands traits de la réalité morpho-syntaxique de l’aspect en russe permet de comprendre les orientations prises par la recherche en slavistique russe. D’un côté, cette opposition terme à terme systématique entre un verbe perfectif et un verbe imperfectif explique pourquoi, très tôt, les linguistes russisants ont examiné le verbe russe presque exclusivement sous l’angle de l’aspect et de l’Aktionsart. L’autre fait saillant est que cette opposition se construit sur des procédés fondamentalement lexicaux, dérivationnels, la préfixation et la suffixation, et que ces procédés donnent souvent lieu, pour une seule base verbale, à une multitude de verbes désignant des modes d’action différents1, compliquant le schéma général des oppositions aspectuelles. Cette emphase sur l’aspect-Aktionsart a longtemps occulté le fait que la préfixation est avant tout un procédé de dérivation lexicale. Ce n’est que très récemment que ce changement de perspective s’est imposé, faisant dire à Timberlake (2004) que « la perfectivisation est et reste un sous-produit du processus de formation lexicale2 » (Timberlake 2004 : 19). Les travaux en cours actuellement sur les verbes et la préfixation (Krongauz 1998, Dobrušina, Paillard, Mellina 2001) confirment cette tendance et rompent avec cette primauté de l’aspect. Il convient d’admettre que l’opposition grammaticale perfectif/imperfectif repose en premier lieu sur des oppositions lexicales : l’aspect reçoit un marquage formel à un niveau très bas du VP. Mais doit-il être réduit à cela ?

4Parallèllement à cette recherche strictement aspectologique, il convient de faire place à une longue tradition de classement sémantique des types de prédicats, dont un des représentants est Ščerba (1931), puis Maslov, dont l’article de 1948 a jeté les bases d’une réflexion entre l’interaction des types lexicaux et de l’aspect, dans le même esprit que Vendler. Selivërstova (1982) a fourni un bilan extrêmement détaillé et précieux de cette recherche féconde dans un ouvrage consacré aux types de prédicats, avec le souci constant de comparer les approches russes avec les approches anglo-saxonnes, dont celle de Vendler. Trois points sont à noter dans la tradition russe de classification des types de verbes, qui méritent que l’on s’y arrête : 1) un traitement substantiellement différent est réservé aux États et à la notion de stativité en russe ; 2) le para-mètre de l’agentivité, du contrôle du sujet, présent mais de manière confuse chez Vendler, est ici un trait constitutif de la classification et interagit de façon tout à fait intéressante avec l’interprétation de certaines configurations aspec-tuelles ; 3) contrairement à une certaine tradition aspectologique anglo-saxonne (Brecht, Timberlake), qui considère que la fonction exclusive de l’aspect grammatical est de révéler les distinctions sémantiques aspec-tuelles potentiellement présentes dans les lexèmes verbaux, chez Selivërstova cette interaction est limitée.

5Pour le lecteur non russisant, je dois d’abord exposer les données essentielles du verbe russe. Puis, pour faire pendant au chapitre 1, je présenterai les grandes lignes d’une classification des types de prédicats hors aspect grammatical (Selivërstova, Ščerba), puis ferai un historique de la tradition aspectologique russe et évaluerai l’impact extraordinaire qu’elle a eu sur l’étude du verbe et de l’aspect sémantique en dehors du russe, pour terminer par les positions anglo-saxonnes sur le russe, qui ont systématiquement utilisé la classification vendlérienne dans un objectif global d’explication de l’aspect conçu comme aspect « configurationnel » (Timberlake). Une même interrogation me guidera dans ce chapitre : est-il souhaitable d’intégrer une classification des types sémantiques de verbes directement dans la formulation d’une théorie aspectuelle ? La question est cruciale en russe puisque tout lexème verbal est soit d’aspect perfectif soit d’aspect imperfectif dès l’entrée du dictionnaire. Un point mérite d’être noté immédiatement : les aspectologues n’ont pris en compte que les modes finis, généralement le passé, dans la mise au jour des valeurs aspectuelles. Or la corrélation perfectif/imperfectif existe pour les verbes aux modes non finis également. La lecture de ce cha-pitre doit donc s’effectuer en gardant ce fait présent à l’esprit, qui relativise ce qui va être exposé.

1. Données essentielles sur le russe

6Prenons une base verbale simple (ni préfixée ni suffixée), d’aspect imperfectif, čitat′, « lire ») ; à partir de čitat′, que l’on peut grossièrement classer comme verbe d’Activité, on peut former les verbes suivants, qui, préfixés, deviennent systématiquement perfectifs :

1)

Pročitat′ gazetu : lire le journal.

2)

Počitat′ čas : lire une petite heure.

3)

Načitat′sja (rycarskix romanov) : trop lire / s’abreuver (de romans de chevalerie).

4)

Perečitat′ : relire.

5)

Dočitat′ knigu : lire le livre jusqu’au bout.

6)

Vyčitat′ novost′ : apprendre une nouvelle.

7)

Otčitat′ za šalost′ : tancer quelqu’un vertement (pour une bêtise qu’il a faite).

7On constate le rôle fondamental de la préverbation dans ces exemples ; le préverbe a quatre domaines d’application sémantique (Paillard 2003) :

8– L’aspect grammatical : 1) est considéré comme le corrélat aspectuel perfectif de čitat′, n’ajoutant ni ne retranchant rien au sens fondamental du verbe. Le couple aspectuel consacré est donc čitat′pročitat′. Pro- dans ce cas a longtemps été considéré comme « préverbe vide » ou « neutre » ; cette analyse n’a aujourd’hui plus cours (cf. chapitre 4 et 5). Chacun de ces deux verbes fournit deux conjugaisons : le premier paradigme, aux flexions riches de personne, de genre (3ème personne) et de nombre, fournit le présent (verbe imperfectif) et le futur (verbe perfectif)

8)

Ja (pro)čitaju : je lis / je lirai.

Ty (pro)čitaeš′

On/ona/ono (pro)čitaet

My (pro)čitaem

Vy (pro)čitaete

Oni (proi)čitajut

9Le second paradigme, plus pauvre mais plus explicite quant au marquage temporel, fournit le passé : le suffixe l-, ancien participe parfait devenu flexion du passé, s’ajoute au radical ; la distinction de personne disparaît, seule reste l’indication du genre et du nombre (-Ø pour le masculin, -a pour le féminin, -o pour le neutre, -i pour le pluriel) :

9)

Ja (pro)čital, -a : je lisais (j’ai lu)

Ty (pro)čital, -a.

On/ona/ono (pro)čital, -a, -o, etc.

10Le russe ne se démarque pas de la majorité des langues : le temps présent n’a pas de morphème propre (-u, -eš′, -et, etc., sont des traits de personne), mais il utilise nécessairement le verbe imperfectif ; le passé est toujours marqué, par le morphème l-. À partir du verbe perfectif pročitat′, il est cependant possible d’obtenir un verbe imperfectif par suffixation : (→ pročityvat′), dont l’emploi n’est pas très courant, mais qui complique néanmoins le système (c’est le problème de l’imperfectif second.)

11– Les modes d’action : 4) et 5) constituent des modes d’action (Aktionsarten) pour le verbe čitat′ : ils dénotent un aspect particulier du procès čitat′, « lire » : son caractère répété (4) et finitif (5) : ces verbes sont d’aspect perfectif, selon une règle générale qui dit que tout verbe composant (ex : čitat′), d’aspect généralement imperfectif, devient perfectif lorsqu’un préverbe lui est ajouté. À partir de ces verbes est dérivé un verbe d’aspect imperfectif correspondant au moyen du suffixe imperfectivant généralisé -iva/-yva : perečityvat′ / dočityvat′.

12– La détermination quantitative et/ou qualitative du procès : le préverbe introduit des déterminations quantitatives et/ou qualitatives sur le procès désigné par le verbe simple qui peut être aussi bien un imperfectif qu’un perfectif. Počitat′ en 2) implique une mesure temporelle à l’événement (« lire un peu »), et načitat′sja en 3) désigne une (trop) grande quantité de lecture. Selon la fréquence d’emploi du verbe, un verbe imperfectif correspondant est dérivé ou non.

13– La création de nouvelles unités lexicales : dans 6) et 7), on perd progressivement l’idée de « lire » stricto sensu. Cette façon de considérer la préverbation, longtemps reléguée aux travaux et analyses des lexicographes, trouve un regain d’intérêt depuis quelques années, au point même que ce rôle lexical est passé au premier plan dans les travaux sur le russe depuis les années 1980 dans l’école américaine cognitiviste (Flier, Janda) et à partir des années 1990, dans l’école française et russe (Krongauz, Dobrušina, Paillard, Mellina) ; le rôle aspectuel du préverbe est simplement un des sens possibles du sens de base de la combinaison « préverbe + base verbale (BV) ». La seconde partie de cet ouvrage sera consacrée à ce changement radical d’emphase. Dans ce chapitre, je m’en tiens aux positions traditionnelles.

14On le voit, le russe fait partie de ces langues pour lesquelles, selon Comrie (1976), il est très difficile de délimiter les frontières entre morphologie dérivationnelle et flexionnelle, et entre morphologie, syntaxe et discours. Comme l’ont systématiquement souligné les linguistes russisants de courants très divers (Bondarko, Forsyth, Veyrenc, Hopper, Fontaine), le sens de l’opposition aspectuelle se réalise pleinement dans le discours, dans la syntaxe du texte, et n’est pas qu’un fait morphologique et lexical. Ainsi, le verbe perfectif pročitat′ knigu (« lire un livre ») au passé a au moins trois sens ; dans un échange dialogué, il peut signifier que le référent du sujet a lu le livre en entier :

10)

Ja pročital knigu, mogu vernut′ eë v biblioteku : j’ai lu le livre, je peux le rendre à la bibliothèque.

15Il peut aussi prendre un sens de parfait résultatif : le personnage qui énonce la phrase suivante a lu une nouvelle concernant une tierce personne, et c’est ce qui explique qu’elle soit venue ; elle n’a pas nécessairement lu tout l’article :

  • 3 Le verbe pročla est une variante parlée du verbe pročitala.

11)

Ja pročla3 v gazete, prišla : j’ai lu [la nouvelle] dans le journal, et je suis venue.

16Dans une narration en revanche, le perfectif dénote que l’événement « lire le journal » a rempli une séquence temporelle, ni plus ni moins que le passé simple « lut » en français ; c’est la fonction de séquentialité narrative banale de tout verbe perfectif au passé :

12)

On vzjal gazetu, pročël eë, i postavil obratno na stol : Il prit le journal, le lut et le posa de nouveau sur la table.

  • 4 Cette assignation d’un sens particulier est en soi très problématique car le préverbe u- n’a généra (...)

17Il se passe la même chose avec la classe des verbes de perception, d’émotion, etc. (c’est-à-dire les verbes d’État) : même si, considérée individuellement, la formation préverbée perfective peut prendre le sens d’inception de l’état ou de l’émotion4, son emploi en discours dépasse largement ce sens et est « simplement » perfectif (dénotation d’un fait nouveau sur la scène de la narration). C’est pourquoi la signification différente des deux membres du couple aspectuel qui est très souvent proposée pour ces verbes, du type :

videt′ (IMP, « voir ») / uvidet′ (PER, « commencer à voir, apercevoir ») ;
slyšat′ (IMP, « entendre » / uslyšat′ (PER, « commencer à entendre, percevoir »),

ne reflète pas la réalité de leur emploi :

13)

Dopil eë i uvidelP tam že, na škafu, vazu : Il finit de boire sa tasse et vit là-bas, sur l’armoire, le vase.

18Dans cet exemple, le perfectif uvidel signifie bien « aperçut », tout autant que le français « vit » ; c’est la séquentialité narrative qui confère cette valeur au verbe perfectif. Dans l’exemple suivant, uvideli ne signifie plus « apercevoir » mais « voir » à tous moments :

14)

Esli by vse dekabristy uvideliPsvoi imena na tabličkax našix nynešnyx ulic, ne bylo by, ja dumaju, nikakogo dekabr′skogo vosstanija. : Si tous les décembristes avaient vu leurs noms sur les plaques de nos rues d’aujourd’hui, il n’y aurait pas eu, à mon avis, de soulèvement.

19À l’infinitif, comme on s’y attend, cette notion d’inchoation est perdue (« voir d’un seul coup » ne signifie pas « commencer à voir ») :

15)

Ja čëtko ponimal, čto nikogda v žizni mne bol′še ne dovedëtsja uvidetPrazom takoe količestvo nebesnyx krasavic : Je comprenais très bien que jamais plus il ne me serait donné de voir d’un seul coup un tel nombre de beautés célestes.

20Il y a dans cet exemple un fait grammatical incontournable : l’expression ne dovedëtsja demande un verbe perfectif, quelle que soit la classe lexicale de celui-ci.

21C’est ce danger permanent de confusion entre aspect sémantique et aspect grammatical qui rend la tâche du linguiste russisant difficile ; il est tentant, et courant, de faire les raccourcis suivants : Verbe préfixé (pro-čitat′) = télicité (read through) = perfectif. L’étymologie suggère cet appariement : l’aspect grammatical perfectif est bien né d’une réanalyse des verbes préfixés, originellement « seulement » téliques. Mais l’analogie s’arrête là : une excursion historico-génétique est nécessaire pour clarifier ce point. (p. 116-118).

22Cette double réalité du verbe russe, dont la morphologie permet de multiplier les lexèmes par la préfixation et la suffixation et donc de générer des modes d’action (Aktionsart) différents à partir d’un verbe simple, et qui en même temps doit aligner ces formations sur un mode de fonctionnement unique (l’aspect), explique les deux orientations majeures de la recherche aspectologique sur le russe, qui s’est cristallisée dans les travaux fondateurs de l’École aspectologique de Saint-Pétersbourg (alors Leningrad) des années 1960 ; trois grands noms se détachent : Maslov, Bondarko, Isačenko. Tous ont opéré la distinction épistémologique fondamentale entre aspect et mode d’action, mobilisant tous les domaines de l’analyse linguistique : morphologie, sémantique, syntaxe et discours. L’opposition perfectif/imperfectif est une catégorie grammaticale de plein droit, les modes d’action appartiennent au lexique ; mais les deux relèvent de l’étude de l’« aspectualité » (asepktual′nost′ en russe), c’est-à-dire la façon qu’a le verbe d’exprimer les limites de l’action. Les travaux historiques de Maslov sur l’apparition de la catégorie « aspect » ont très largement contribué à ces positions.

23Mais auparavant, je présente un exemple de classification des types de verbes (de prédicats) du russe hors aspect grammatical, dans l’esprit de Vendler.

2. Les types de prédicats

  • 5 Le terme russe predikat a ici le sens de prédicat sémantique, autrement dit, le verbe et ses argume (...)
  • 6 En fait, le second chapitre est de la linguiste Bulygina.
  • 7 Le terme russe est « kontroliruemost′ », c’est-à-dire le fait que le sujet (animé humain) du prédic (...)

24Dans un ouvrage exhaustif sur la question, Selivërstova (1982) passe en revue les différents types de classification des prédicats5 russes dans les deux premiers chapitres, puis étend ses critères de classification à d’autres langues, dont l’anglais6. Elle compare notamment les approches de Vendler et de ses homologues russes, dont Maslov. Les traits qu’elle met au jour rappellent évidemment ceux de Vendler, à deux exceptions près : la catégorie des États est différente, et le critère de l’agentivité, du contrôle7, confusément présent chez Vendler, est ici pleinement reconnu comme critère incontournable d’une classification sémantique des prédicats. Enfin, les interactions avec l’aspect grammatical sont limitées à seulement quelques classes de verbes, et ne sont même pas imputables à des critères strictement aspectuo-temporels ; en cela, Selivërstova se démarque nettement des auteurs anglo-saxons dont il sera question à la fin de ce chapitre (Brecht, Timberlake). La présentation qui va suivre est importante car elle montre qu’il est possible de présenter le verbe russe en dehors d’une problématique centrée sur l’opposition verbe perfectif/verbe imperfectif.

2.1. Les États et les Qualités ou Propriétés8

  • 8 Le terme russe est svojstvo, « qualité ».
  • 9 It may be the case that I know geography now, but this does not mean that a process of knowing geog (...)
  • 10 We find […] that one cannot know, believe, or love deliberately or carefully, and none of us can be (...)
  • 11 progressive states, habitual states, states of the event. Le chapitre 3 traite de ces questions lié (...)

25Pour Vendler, les États constituent une classe distincte des autres car ils sont immédiatement corrélés à une caractéristique morphosyntaxique particulière : ils ne prennent pas la forme progressive. Un État comme know (geography) peut être vrai d’un point temporel ou d’un intervalle, mais il ne peut pas se définir par une série de phases qui se succéderaient dans le temps9 ; autrement dit, il n’a pas d’existence phasale. Vendler rattache les verbes de sentiment (love, hate) et de cognition (believe) à la classe des États parce qu’ils dénotent des procès qui ne peuvent être « menés » délibérément ou avec attention10. Puis Vendler étend singulièrement la classe des États pour y inclure les verbes de qualités, exprimés par des prédicats adjectivaux avec copule : « being hard, hot, or yellow ; being married, being present or absent, healthy or ill », les opérations immanentes de la philosophie, dans ses propres termes, qu’il voulait démystifier dans son article. Et la liste se poursuit : « having, possessing, desiring, or wanting something, ruling, or dominating somebody or something » (ibid. : 107-108), les habitudes (Do you smoke?). À la suite de Vendler, beaucoup d’auteurs anglo-saxons ont étendu la classe des prédicats pour y inclure les États dérivés par changement aspectuel : les États progressifs, États habituels, États de l’événement, etc.11

  • 12 Respectivement, en russe : dejstvija ; sostojanija ; svojstva ou kačestva.

26La tradition russe est différente : Ščerba (1931), le pionnier de la classification sémantique des prédicats russes, en distinguait trois types : 1) les Actions ; 2) les États ; 3) les Propriétés ou Qualités12. C’est qu’il existe en russe, à côté des prédicats adjectivaux, une classe importante de verbe dénominaux ou -déajectivaux au sens intuitivement statif :

16)

byt′ leniv : être flemmard / lentjajničat′ : faire le flemmard.

byt′ uprjam : être entêté / umprjamit′sja : faire l’entêté ;

byt′ bolen : être malade / bolet′ : être malade.

byt′ bel : être blanc / belet′ : être (apparaître) blanc ;

byt′ zelënym : être vert / zelenet′ : verdoyer ;

byt′ pust : être vide / pustovat′ : être vide, être désert, ne pas être fréquenté.

  • 13 En russe, statičeskoe javlenie, et projavlenie, respectivement.

27Ščerba faisait l’observation intéressante que ces prédicats, en apparence statiques, s’apparentaient à des « actions » au sens intuitif du terme. Bulygina (1982) reprend cette analyse pour conclure que la catégorie de stativité ainsi que Vendler l’a définie ne s’applique pas telle quelle au russe. Pour ces verbes ci-dessus, la version adjectivale décrit généralement une Qualité, hors temps, tandis que le verbe correspondant exprime ce que la linguiste décrit comme un « phénomène statique » ou une « manifestation »13. Prenons quelques exemples :

17a)

Sneg bel : La neige est blanche. (adj.)

17b)

Eščë v poljax beleet sneg : Dans les champs s’étend encore de la neige, blanche (verbe).

18a)

Karmany u menja pustye : mes poches sont vides. (adj.)

18b)

Pomeščenie pustuet : le local est désert / a été vidé de ses habitants. (verbe)

  • 14 Sostojanie.

28Les phrases sous a) décrivent une Qualité ou Propriété. Les phrases en b) contenant un verbe décrivent une situation observée, commentée par le locuteur : les champs se dévoilent à sa vue comme blancs de neige ; il constate le vide du local. La catégorie très large des États vendlériens est divisée en deux ; il y a d’un côté les Qualités ou Propriétés, hors temps, et de l’autre les Phénomènes, qui sont dans le temps mais adynamiques. Les prédicats de Qualités ne sont pas créés par l’intervalle de temps dans lequel ils s’insèrent, ils n’ont pas de propriétés phasales (temporelles). Au contraire, ce que la tradition russe appelle les États14 fait partie de la super-catégorie des « Phénomènes » ; voici résumés les traits distinctifs des deux catégories qui justifient un traitement séparé (se reporter au schéma général p. 106) :

ÉTATS (sostojanie) :

  • 15 Fazovoe suščestvovanie.

29Ils ont une « existence phasale15 », comme les Actions et les Processus, c’est-à-dire qu’à chaque instant une nouvelle phase de l’état a lieu, identique à la précédente, et qui n’a pas besoin d’un apport d’énergie volontaire pour se maintenir. Ce trait rend compte de l’opposition entre les deux séries de prédicats sous 16), en particulier de l’observation que certains verbes statifs ont une interprétation quasiment active. Un État n’est donc pas compatible avec des contextes génériques ; pour cette raison, le russe peut énoncer 19), dans le temps, mais pas 20) et 21) :

19)

Vsë utro on byl razdražën : toute la matinée il a été énervé/agacé.

20)

*Ran′še on byl razdražën, a teper′ vesel : Auparavant il était nerveux/énervé, mais maintenant il est gai.

21)

*Voobšče-to emu xolodno, no v dannuju minutu emu teplo : En général il a froid, mais en ce moment il a chaud.

30Il faudra changer de prédicat et faire figurer un verbe :

22)

Ran′še on razdražalsja : Avant, il était souvent énervé.

23)

Voobšče-to on boitsja xoloda : En général il est frileux.

31Bulygina classe ces deux derniers prédicats dans la catégorie des « Classes » (les États génériques de Vendler), qui est rattachée à la super-catégorie des Qualités (voir ci-dessous). Notons que l’anglais ne connaît pas cette distinction puisqu’il peut sans problème utiliser le même prédicat dans les deux cas :

24)

He was nervous all morning / Before, he used to be nervous.

25)

He’s cold / He’s always cold.

32D’autres traits informent la classe des États russes : l’absence de changement, le sujet non agentif, l’orientation sujet des phrases les contenant.

QUALITÉS (svojstva)

  • 16 Klassy, en russe ; le terme signifie que ces prédicats dénotent non pas des situations particulière (...)

33En contrepoint, les Qualités ont une existence dans le temps à tout moment comme quelque chose d’entier, ils dénotent les propriétés immuables d’un objet linguistique (le sujet). Ils ont juste la capacité de se déplacer dans le temps, mais n’acquièrent pas leur existence par le temps. C’est ainsi que les États génériques de Vendler ne sont pas rangés dans la catégorie des États en russe, car leur existence est conditionnée par l’apport d’énergie, de force nécessaire pour maintenir l’état de chose qu’ils décrivent. En russe, Selivërstova appelle ces prédicats des « Classes16 » (rukovodit′, « rule », vospityvat′, « éduquer », pitat′sja, « se nourrir »). Pour être exhaustif, il faudrait également citer le sous-système des verbes de déplacement en russe, également sensibles à cette distinction :

26)

Pticy letajut : Les oiseaux, ça vole.

27)

Smotri, kak èta ptica bystro letit : Regarde comme cet oiseau vole vite.

34Les deux verbes sont d’aspect imperfectif : le premier, appelé verbe indéterminé, dénote un « mouvement de fonction » (Veyrenc 1980), c’est-à-dire envisage le déplacement comme une propriété du référent du sujet, hors actualisation ; c’est donc un prédicat de Classe (Qualité). Le second, appelé verbe déterminé, est toujours actualisé, et est un Processus. Ce statut morphologisé tout à fait particulier des verbes de déplacement dans les langues slaves renforce l’argument de Bulygina pour une distinction entre États et Qualités.

35Dans la même optique, les verbes d’émotion, de sentiment (ljubit′, « aimer », nenavidet′, « haïr », prezirat′, « mépriser ») sont rattachés aux Classes : ils n’ont pas de localisation fixe sur l’axe du temps, comme les Qualités, ils peuvent dénoter une situation générique :

28)

Ran′še ja prezirala ego, a teper′ gluboko uvažaju : Auparavant je le méprisais, mais à présent je le respecte.

36Enfin, les verbes de type dumat′, ščitat′, čto… (« penser, estimer que… »), extraits de l’axe du temps, sont des Qualités et non des États.

37Cette différence de catégorisation des États russes tient essentiellement à certaines propriétés morphologiques et lexicales des verbes, notamment l’existence de cette classe de verbes intuitivement statifs mais dynamiques tout de même (exemples sous 16). Ce qui au fond distingue les Qualités (totalement statiques, hors temps) et les États (en partie dynamiques, dans le temps) est le degré d’abstraction qu’ils supposent dans la dénotation de situations : les Qualités semblent dénoter des classes plus larges de situations que les États, plus transitoires. C’est une question de degré, de granularité de la description, attachés à tel ou tel verbe. Le russe se trouve exprimer cela par des items lexicaux différents ; l’anglais aura recours à des périphrases pour faire apparaître ces distinctions, par exemple be V-ing.

38Pour l’anglais, certains auteurs sont revenus sur le critère premier qui distingue les États, à savoir leur prétendue impossibilité de co-occurrence avec le progressif. Les Récanati (1999) reviennent sur le test de be V-ing pour dire qu’il est malgré tout compatible avec certains États : les verbes de position stand, lie, hang, etc., un verbe comme wear, dénotant tous des États (c’est-à-dire, dépourvus de dynamisme et de structure interne), sont tout à fait normalement utilisés avec be V-ing. L’absence de durée n’est pas en soi ce qui empêche be V-ing d’apparaître avec know, love, understand, puisqu’un État dure : on peut aimer quelqu’un pendant des années et connaître une langue toute sa vie. Le problème n’est pas -ing non plus : en emploi de gérondif ou de participe, knowing, understanding, loving, sont parfaitement normaux. C’est donc l’association de be et de -ing qui pose problème. Cette question conduit les auteurs à préciser la notion de durée : la durée d’un État est non intrinsèque tandis que la durée d’une Activité est intrinsèque. Autrement dit, « marcher » ne peut pas ne pas durer : on met une jambe devant l’autre, puis on recommence, et ainsi de suite. Dit autrement, « marcher » s’inscrit dans une logique qui doit prendre en compte un intervalle temporel. Ce qui n’est pas le cas d’un État : je sais que Paris est la capitale de la France parce que je l’ai appris à l’école, je l’ai entendu dire, etc., mais aucun de ces « événements » (l’avoir appris, entendu, etc.) ne décrit l’état de « savoir ». Un État n’est fondamentalement pas si différent que cela d’une Activité, tout est question de son degré d’abstraction, bien plus élevé dans la récapitulation qu’il propose des sous-événements qui sont dans sa dénotation.

  • 17 Les Récanati reprennent la notion de valeur épisodique de be V-ing (Langacker) pour expliquer cette (...)

39En ce qui concerne les États du type wear, stand, etc., il semble que l’anglais conceptualise différemment ce qui est observable de ce qui ne l’est pas. Un observateur extérieur peut voir littéralement quelqu’un qui se tient debout (X is standing), une photo accrochée au mur (the picture is hanging on the wall), quelqu’un qui porte un chapeau (X is wearing a hat)17, mais on ne « voit » pas quelqu’un qui connaît une réponse (*he’s knowing the answer), qui aime quelqu’un (*Peter is loving Mary), qui croit aux fantômes (*he’s believing in ghosts). Il y a donc d’un côté les États qui sont « homogènes absolument » (Récanati) et les autres, qui ressemblent forts aux États russes, dotés d’un certain dynamisme. Verkuyl (1989) note que pour certains États la forme progressive tend à actualiser leur nature immédiate, éphémère :

  • 18 Thus, a sentence like The village was lying in the valley seems to report a state of a village as s (...)

Ainsi, une phrase comme The village was lying in the valley semble rapporter l’état d’un village vu par le narrateur qui raconte l’histoire comme s’il venait de pénétrer dans la vallée. […] L’état est rapporté du point de vue du narrateur18. (Verkuyl 1989 : 46)

40Langacker (1987) soulignait également l’accès perceptuel direct de l’observateur marqué par be + V-ing dans des énoncés statiques comme :

  • 19 Remarque et énoncé cités par C.  Delmas (2000 : 184).

29)

This road is winding through the mountains19.

41Les remarques sur les États russes de Selivërstova/Bulygina peuvent donc être étendues à l’anglais, selon le grain de la description, et à condition d’inclure dans la description d’autres opérateurs comme be V-ing ; cela revient dans les faits à reconnaître que le calcul aspectuel repose sur les propriétés des phrases et non des seuls verbes.

2.2. La classification des prédicats du russe

42Voici donc le schéma général tel qu’il est proposé par Bulygina (1982 : 84-85) :

43Le terme générique pour décrire une situation verbale est une traduction littérale de l’anglais state of affair, ce qui montre bien que les propriétés des prédicats insérés dans les phrases sont prises en compte. Vendler, au contraire, tentait de limiter la prolifération en s’en tenant aux verbes seuls, même s’il y parvenait difficilement. Je commente les critères utilisés pour distinguer ces types de prédicats, du haut vers le bas en proposant à chaque fois quelques exemples représentatifs de verbes illustrant le type :

441) la présence ou l’absence de lien au temps permet de dériver deux grands types :

  • les Propriétés et Qualités, qui sont hors temps.

30)

Sneg bel : La neige est blanche. (adjectif)

31)

On ljubit moroženoe : Il aime les glaces. (verbe)

  • les Phénomènes, qui sont dans le temps (« épisodiques », dans les termes de l’auteur). C’est donc là la distinction première pour le russe, ce dont il vient d’être question dans 2.1.

452) Le trait qui sépare les Phénomènes en deux catégories est : la dynamicité/l’adynamicité (ou stativité). Les prédicats dynamiques reçoivent le nom d’Actions. Les prédicats adynamiques (« les Phénomènes statiques ») regroupent les États, les Situations, les Positions. Voici quelques exemples de « Phénomènes statiques » :

32)

Jej xolodno : Elle a froid. (adverbe avec sujet expérient au datif ; État)

33)

Narod bezmolvstvuet : Le peuple garde le silence. (verbe ; Situation)

34)

Na stene visit kartina : Au mur est accroché un tableau. (verbe ; Position)

35)

U Maši est′ den′gi : Macha a de l’argent. (copule « être » ; Localisation)

463) Le trait suivant qui sépare les prédicats dynamiques (Actions) en deux classes est : la durée ou son absence.

474) Les actions duratives sont appelées « Processus » (on reconnaît facilement les Activités de Vendler) et sont informées par le trait présence/absence de « perspective » (ou « directionnalité »), l’équivalent russe de la notion de telos.

  • les « Processus sans perspective » sont appelés « Processus homogènes » :

  • 20 Je ne fais figurer que les bases verbales imperfectives, mais il va de soi que les verbes perfectif (...)

36)

goret′ : brûler ; šumet′ : faire du bruit ; guljat′ : se promener ; draznit′ : disputer ; govorit′ : parler20.

48À partir du groupe suivant, l’aspect grammatical s’invite dans la discussion :

  • les « Processus avec perspective » sont appelés des « Tendances » (ou « Tentatives ») : le membre imperfectif de l’opposition exprime la tendance de l’action à se développer.

37a)

svetat′ : faire jour.

delat′ : faire ; brit′sja : se raser.

pisat′ pis′mo : écrire une/la lettre.

495) Les actions non duratives sont appelées « Événements » (ou « Actes ») et sont informées par le trait + ou – gradualité (ou présence/absence d’une phase préparatoire) :

  • les événements avec phase préparatoire sont appelés « Résultats » ; ils sont les corrélats perfectifs des Tendances (en 37a) :

37b)

rassvesti : faire jour.

sdelat′ : faire ; pobrit′sja : se raser.

napisat′ pis′mo : écrire une/la lettre.

    • 21 Le terme d’« Incident » n’est peut-être pas le meilleur en français, mais il a le mérite d’exister  (...)

     les événements sans phase préparatoire sont appelés les « Incidents21 » (ou « Réalisations ») ; on reconnaît les Achèvements de Vendler :

  • 22 Je donne ici les deux membres du couple (dans l’ordre, perfectif / imperfectif) pour bien souligner (...)

38)

priijti / prixodit′ : arriver, venir.

dostignut′ / dostigat′ : atteindre.

najti / naxodit′ : trouver.

razdat′sja / razdavat′sja22 : retentir (sonnerie).

50Je fais deux observations ici :

  •  Résultats et Incidents sont regroupés sous une même catégorie, celle des Événements ; on retrouve en tout point la classification de Mourelatos ou de Bach.

  • La catégorie des Accomplissements vendlériens n’existe pas en tant que classe naturelle : je développe ce point en 2.3.

516) Enfin, un trait qui informe de façon diverse tous les Phénomènes dynamiques est le contrôle ou son absence (ou l’agentivité). J’y consacre la section 2.4.

2.3. La corrélation avec l’aspect grammatical : Maslov

  • 23 « Vid i leksičeskoe značenie glagola v sovremennom russkom literaturnom jazyke » (L’aspect et le se (...)

52Malheureusement resté longtemps non traduit donc non lu en Occident, l’auteur qui a jeté les fondements d’un traitement sémantique lexical des verbes perfectif et imperfectif, neuf ans avant Vendler, est Maslov (1948). Le point de départ de son article programmatique23 était le suivant : la description des différents sens des deux verbes appariés perfectif et imperfectif reste fluctuante et imprévisible si elle ne se fait pas sur des fondements « ontologiques », « conceptuels », « réels » (Maslov 1948 : 71). L’objectif pour le linguiste aspectologue est de rechercher, sous le couvert du tout grammatical qu’est l’aspect, les interactions entre les différents contenus lexicaux verbaux de base. Maslov réagissait également au postulat dominant qui traitait de la corrélation aspectuelle sur des bases formelles morphologiques. Il propose d’y substituer des critères sémantico-syntaxiques : ainsi, des groupes de verbes peuvent-ils être classés ensemble selon leur sensitivité à un certain nombre de tests dont le plus célèbre, largement utilisé aujourd’hui pour confirmer l’appariement aspectuel entre deux verbes, est celui du présent historique : deux verbes sont appariés, et ce quel que soit le rapport morphologique entre les deux, si dans la transformation d’une phrase au passé utilisant un verbe perfectif on doit employer systématiquement un verbe imperfectif au présent pour décrire exactement le même contenu lexical.

53Sur ces bases sémantiques, Maslov établit trois classes de verbes : aux deux extrêmes de ce qu’il conçoit comme un continuum, les verbes d’aspect perfectif non corrélés (perfectiva tantum, abrégés en PT) et les verbes imperfectifs non corrélés (imperfectiva tantum, abrégés en IT), et au centre l’immense majorité des verbes russes normalement corrélés, eux-mêmes classés en trois sous-groupes. Les PT (en 39) sont ce qu’ils sont parce qu’ils dénotent : 1) des changements soudains, 2) ne sont pas processuels (la parenté avec Vendler se trouve ici, dans la formulation des critères). Les IT (en 40), au contraire : 1) décrivent des événements sans limite interne (atéliques) ; 2) sont dépourvus d’un trait duratif ou processuel.

39)

očnut′sja, « revenir à soi », uliznut′, « s’éclipser », dat′ duba, protjanut′ nogi, etc., « passer l’arme à gauche, claquer », rexnut′sja, « perdre la boule », etc.

40)

sostojat′, « consister en », soderžat′, « contenir », vesit′, « peser », vygljadet′, « avoir l’air », etc.

54Ce classement montre que Maslov a perçu toute la complexité de l’interaction entre les deux critères : ontologiques (événements sémelfactifs, duratifs, etc.) et grammaticaux (l’appariement aspectuel, révélé par le test du présent historique, est purement linguistique). Les verbes en 39) dénotent des événements « très expressifs, à forte connotation stylistique émotionnelle » (ibid. : 75). Les verbes en 40) décrivent des événements totalement statiques, sans structure interne (des Qualités). Pour les PT (39), Maslov note crucialement qu’un substitut imperfectif est toujours possible, soit par un verbe supplétif soit par d’autres moyens morphosyntaxiques, dont la conservation pure et simple du verbe perfectif associé à la particule itérative byvaet / byvalo dans un contexte de présent historique :

41)

On očnulsja P On prixodit I v čuvstvo ; on dalP duba on ymiraet I :

« Il a repris conscience → il revient à lui » ; « il a passé l’arme à gauche → il meurt ».

42)

Byvaet vstrepenet’sjaP, posmotritP na menja i snova vpadaetI v zabyt′e :

« Il lui arrive souvent de tressaillir, me regarder et de nouveau s’oublier ».

55Car, comme le dit explicitement l’auteur, les valeurs de l’imperfectif ne se limitent pas à la valeur processuelle immédiate : l’itération, la généricité sont également des valeurs prototypiques de l’imperfectif. Même dans le groupe principal des verbes du russe (qui comprend trois sous-groupes), celui où les deux membres fonctionnent régulièrement en paires, des différences subtiles se font jour selon leur contenu sémantique (voir la classification de Bulygina p. 106) :

  1. dans la plupart des cas, hormis les différences d’interprétation classiques (« Tendances – Résultats », 43a), les membres perfectif et imperfectif sont souvent utilisés dans des contextes de synonymie (dans 43b, umeret′ et umirat′ impliquent bien la mort envisagée du sujet) ; « le contenu conceptuel ontolo-gique du fait énoncé reste le même dans les deux cas » (ibid. : 86) ;

  2. souvent, le membre perfectif est compatible avec un sens processuel et surtout avec « l’atteinte progressive » (ibid. : 85) d’un résultat, ce qui milite fortement contre l’association automatique entre prédicat perfectif et prédicat quantisé (exemple 44) :

43a)

On dolgo umiral I, no ne umer P : Il a longtemps agonisé, mais n’est pas mort.

43b)

Xoču umeret P. – Pomilujte, začem umirat I? : Je veux mourir. – Mais vous n’y pensez pas, pourquoi donc mourir ?

44)

Uže napolovinu sobralsjaP v dorogu, kogda stalo izvestno, čto poezdka ne sostoitsja : Il s’était déjà mis en route à moitié quand il devint clair que le voyage ne se ferait pas.

56Maslov a rendu possible l’étude des interactions complexes et subtiles entre le contenu conceptuel des verbes et l’aspect grammatical. Un critère est laissé de côté dans la discussion de l’auteur, qui brouillait les contours nets de la classification des verbes chez Vendler : celui de l’agentivité, du contrôle, évalué en pleine connaissance de cause chez d’autres auteurs russes, dont Bulygina.

2.4. Agentivité et contrôle

57Comme le remarquait Verkuyl, Vendler était intéressé au premier chef par les actions humaines. Bulygina n’est pas philosophe : elle assume donc l’existence de ce critère qui, de façon très intéressante en russe, interagit avec les classes de prédicats mais aussi, de façon plus inattendue, avec l’aspect grammatical. Je résume les faits majeurs.

  • 24 De Swart (1998), dans le même esprit, parle de « state of the event » pour des phrases au progressi (...)

58Du point de vue de la classification ontologique, c’est ce trait qui permet notamment de reconnaître à certains États un dynamisme (cf. la liste de verbes « statifs quasi-événementiels24 » sous 16, distincts des Qualités), et, à l’inverse, de constater que certains prédicats dynamiques en sont dépourvus (dožd′ šumel, « la pluie faisait du bruit » ; progremel grom, « le tonnerre retentit »). Dans la classe des Tendances et des Résultats, concernés au premier chef par l’opposition aspectuelle, un couple tel que svetat′ / rassvesti, « faire jour », n’a pas ce trait. Les choses deviennent vraiment intéressantes lorsqu’on se rend compte que le jeu de l’aspect est lui aussi sensible à cette distinction entre contrôle et absence de contrôle. De véritables distinctions -grammati-cales apparaissent, surtout aux modes non finis. À l’impératif positif, les deux aspects sont généralement possibles, moyennant quelques différences d’interprétation, non pertinentes ici :

  • 25 Tous les exemples qui suivent sont empruntés à Bulygina (1982 : 72-75).

45)

Pozvoni P bratu / Zvoni Ibratu : téléphone à ton frère !25

59Mais l’impératif négatif rend quasiment obligatoire l’utilisation de l’imperfectif :

46)

Ne zvoni Ibratu : téléphone à ton frère !

*Ne pozvoni P bratu

60Toutes les grammaires notent toutefois une exception ; lorsque l’impératif négatif équivaut à une mise en garde contre les conséquences éventuellement néfastes d’une action, le perfectif est possible :

47)

Ne upadite P – tut skol′zko ! : Ne va pas tomber – ça glisse !

48)

Ne opozdajte Pna poezd : Attention de ne pas manquer ton train.

49)

Ne prostudis P ! Ne zabolej P ! : Ne prends pas froid ! Ne tombe pas malade !

61Cette curieuse contrainte, généralement expliquée par des critères aspectuo-temporels-modaux (le verbe perfectif est hors actualisation, est un potentiel, le verbe imperfectif soulignerait l’actualisation effective de l’événement), ne se manifeste que pour des verbes dont le sujet ne contrôle pas la réalisation de l’événement ; ainsi, même si je veux mettre en garde contre les conséquences indésirables qu’aurait l’organisation d’une réception ou l’offre d’un cadeau, je ne peux pas dire, utilisant le verbe perfectif :

50)

*Ne ustrojP banket posle zaščity ! : Ne va pas organiser une réception après ta soutenance !

51)

*Ne podari P emu ètu knigu ! : Ne va pas (t’aviser de) lui offrir un cadeau !

62Les verbes imperfectifs sont la seule possibilité : Ne ustraivaj I…, Ne dari I

63La bonne généralisation ne tient pas à des critères d’aspect mais de capacité ou non qu’a le référent du sujet de contrôler la réalisation de l’action. L’impératif négatif perfectif n’est possible que si le verbe n’induit pas un contrôle : seules comptent alors les possibilités de réalisation de l’événement.

64Un test qui vient conforter cette conclusion de Bulygina est l’utilisation de l’infinitif imperfectif en position prédicative dans un emploi stylistiquement marqué, qui ne fonctionne que pour les verbes dont le sujet est doué de -contrôle (« une action dont la réalisation dépend de la volonté du sujet ») :

52)

My eë ubeždat I, ugovarivat I, a ona pušče plakat I ! : Et nous de la convaincre, de la persuader, mais elle de pleurer de plus belle !

53)

Mužik mešatsja I i kričat I: Oj, batjuški! Tonu! tonu! : Et le paysan de s’agiter et de crier : Oh, mon Dieu ! Je me noie ! Je me noie !

65Cet emploi n’est absolument pas possible avec des verbes dont les sujets sont non dotés de contrôle :

54)

*A dožd′ lit I : et la pluie de tomber !

55)

*Ona tolstet I : et elle de grossir!

66Il faudra le verbe perfectif conjugué pour obtenir le même effet stylistique :

56)

A dožd′ kak polët P! : Et la pluie de tomber!

67Le contrôle n’est bien sûr pas le seul critère en jeu (il faut que le verbe soit un verbe d’action, pas un État), mais c’est un critère nécessaire.

68Pareillement, il existe une construction impersonnelle avec le sujet au datif et le postfixe -sja (le réfléchi), très productive avec les verbes imperfectifs, qui contribue à « désagentiviser » le sujet, sur le modèle :

57)

NP nominatif + Verbe NP datif optionnel + verbe + -sja.

Ja rabotaju : je travaille → mne [xorošo] rabotaetsja : j’ai du cœur à l’ouvrage (litt. : « à-moi ça-travaille bien »)

69Cette structure exprime généralement la disposition intérieure du référent du sujet à mener l’action :

58)

Ne spitsja I, njanja - zdes′ tak dušno : Je n’arrive pas à dormir, nourrice ; il fait si chaud ici.

59)

Kak vam tam putešestvuetsja I? : Comment se passent les voyages pour vous? / Côté voyage, tout va bien pour vous en ce moment ?

70Cette construction est exclusivement orientée sur le sujet doué de contrôle, de volonté ; un verbe processuel avec un sujet privé de contrôle ne peut pas fonctionner ainsi :

60)

*Vode prevosxodno teklos I : L’eau coulait parfaitement bien.

61)

*Šaru nikak ne padalos I : Le ballon ne retombait pas.

62)

*Jej davno ne vljubljaetsja I: Ça fait longtemps qu’elle n’est pas tombée amoureuse.

71Outre que ces exemples montrent l’importance du paramètre « contrôle/action humaine », leur affinité avec l’opposition aspectuelle, en particulier la forte corrélation « contrôle d’un sujet doué de volonté → orientation sujet de ces énoncés → verbe imperfectif » suggère qu’il est peut-être possible d’envisager l’opposition verbe perfectif/verbe imperfectif autrement que sous un angle exclusivement aspectuo-temporel.

72Je termine cette exploration par un cas très net qui va dans le même sens : le fameux emploi de conation du verbe imperfectif. Pour les verbes de type Achèvement et certains Accomplissements (Tendances, et Événements – Résultats, Incidents – dans la classification russe), le verbe perfectif marque un résultat atteint tandis que le verbe imperfectif souligne les efforts déployés par le référent du sujet pour mener à bien l’action : c’est l’emploi dit « conatif » de l’imperfectif. Dans les théories aspectuelles les plus courantes, ce phénomène tient à l’interaction entre les caractéristiques des Achèvements, téliques et ponctuels, et le morphème imperfectivant atélicisant : en résumé, l’imperfectivisation atélicise ces verbes en leur conférant une partie processuelle qu’ils n’ont naturellement pas ; c’est ce conflit qui donne lieu au sens de conation. On croit donc tenir là une distinction véritablement aspectuelle qui révèle le bien-fondé de la théorie de la coercition ou modification des types. L’exemple suivant de Forsyth (1970) illustre :

  • 26 Exemple de Forsyth (1970 : 72)

63)

Poka on suščestvoval tvorčeski, ja četyre goda privykalI k nemu i ne mog privyknutP : For four years, while he still existed as an artist, I tried to get used to him, but I couldn’t26.

73Dans les traductions, le verbe imperfectif est généralement étoffé par des verbes intensionnels du type try to, « essayer de », etc. Cette analyse occulte complètement le fait que cette opposition n’est possible qu’avec un sujet doté de contrôle ; s’il n’était question que de temporalité, on devrait pouvoir dire normalement, sur le modèle de 63) :

64)

??Dolgo svetalo I, no ne rassvelo P : Il a essayé de faire jour pendant longtemps, mais le jour n’est pas venu.

74Le couple verbal impersonnel svetat′I / rassvestiP qui dénote le moment du jour où celui-ci se lève, ne se prête pas à ce type d’opposition. Bulygina oppose les paires de phrases suivantes :

  • 27 Exemples tirés de Bulygina (1982 : 81-82).

65)

Ona očarovyvalaI ego vsemi dostupnymi ej sredstvami i v konce koncov, kažetsja, dejstvitel′no očarovalaP ego : Elle tentait de le charmer par tous les moyens dont elle disposait et en fin de compte, apparemment, elle réussit vraiment à le charmer.

66)

Po utram ego dolgo budilaImat′, no obyčno prixodilos′ zvat′ na pomošč′ otca: tol′ko on mog ego razbuditP : Le matin, la mère essayait de le réveiller pendant longtemps, mais d’habitude il fallait appeler le père à la rescousse : lui seul pouvait le réveiller27.

75L’alternance fonctionne très bien ici. Mais il suffit de remplacer les sujets animés humains par des inanimés pour qu’elle ne fonctionne plus :

67)

*Eë golos očarovyvalIslušatelej, i v konce koncov očarovalPix : Sa voix charmait les spectateurs, et en fin de compte les charma.

68)

Po utram ego budiliIparoxodnye gudki, * no razbudit P ego udavalos′ tol′ko otcu : Le matin les sirènes des navires le réveillaient, mais seul le père parvenait à la réveiller.

76En résumé, avec un verbe dont le sujet n’est pas agentif, quel que soit l’aspect utilisé, le résultat est effectif ; avec un verbe dont le sujet est agentif, le succès de l’entreprise est impliqué seulement par le verbe perfectif, et le verbe imperfectif peut prendre un sens de conation (mais ce n’est pas obligatoire).

  • 28 Communication personnelle.
  • 29 Il convient également de citer les langues qui opposent les constructions antipassives, qui sont de (...)
  • 30 Le verbe imperfectif est également le seul moyen de marquer le « parfait expérientiel » (Mc Cawley (...)

77Ces données suggèrent qu’une simple théorie de la « coercition » (chapitre 3) des types aspectuels n’explique pas à elle seule ce phénomène. Au contraire, la contrainte forte d’agentivité/de contrôle du sujet rend cette interprétation licite. La vraie question que ceci pose, mais qui dépasse le cadre de cet ouvrage consacré à l’aspect sémantique, est bien sûr le sens de l’imperfectif. Le verbe imperfectif semble fondamentalement plus lié à une problématique du rapport étroit entre le verbe et le sujet qu’à une seule problématique aspectuo-temporelle. C.  Delmas28 a attiré mon attention sur le fait qu’en hébreu classique, un verbe au perfectif positionne son sujet après le verbe (V PERF + personne), tandis qu’un verbe imperfectif distingue le sujet en le plaçant en position initiale (PERSONNE + verbe imperfectif). Le perfectif semble « profiler » l’événement et l’état de la situation, l’imperfectif « profile » au contraire le sujet qui se distingue comme étant la source du procès ou le siège intéressant d’une propriété. D’autre part, dans les narrations au passé (dans le récit -biblique, par exemple), en général la séquence s’ouvre sur un verbe au perfectif, puis les autres événements qui s’enchaînent sont à l’imperfectif29. Ces phénomènes sont complexes mais ils semblent dire de façon claire que la distinction perfectif/imperfectif n’est peut-être tout simplement pas ontologiquement aspectuelle. L’opposition entre le verbe perfectif et le verbe imperfectif étant le seul moyen qu’a conservé le russe moderne pour fournir toutes les oppositions temporelles distribuées sur d’autres marqueurs en anglais ou en français, l’imperfectif a pu se spécialiser dans ce marquage distingué du rapport sujet-verbe30 qui, pourvu que le verbe soit suffisamment processuel et le sujet doté de conscience, donne lieu à cette interprétation de conation.

78Dans la tradition russe, cependant, l’aspectologie a très vite envahi le domaine de la classification des types de procès : c’est ce que je développe à présent.

3. Modes d’action et aspect : historique

79L’histoire de la catégorie de l’aspect (vid) révèle un malentendu intéressant : le terme qui n’était à l’origine destiné qu’à décrire des paradigmes de formes a progressivement désigné l’opposition sémantique grammaticale perfectif/imperfectif. Mais, étymologiquement, il est encore plus intéressant de constater que cette opposition grammaticale est issue d’une réanalyse de distinctions lexicales du slave commun : l’aspect en russe moderne est donc l’aboutissement de processus morphologiques dérivationnels (préfixation, suffixation) qui ont progressivement acquis un fonctionnement grammatical.

3.1. Naissance de la catégorie « aspect » (vid)

80Une présentation tout à fait éclairante de l’histoire de la notion de vid (traduit par « aspect ») se trouve chez Archaimbault (1999), ainsi que chez Fontaine (1983, chapitre 1). Je reprends quelques éléments de ces deux présentations, puis m’arrêterai plus en détail sur les travaux fondateurs des représentants de l’École de Saint-Pétersbourg, dont Maslov (1948) pour la partie étymologique.

81Le terme vid désigne, dans les premières grammaires du slavon et du russe (xve-xvie siècles), un des accidents du verbe, l’espèce, aux côtés d’un autre accident, la figure (načertanie). On constate une certaine fluctuation, mais en règle générale, que ce soit dans les grammaires de Damaskin (xve siècle), du Donat (1522) et de Smotrickij (1618), l’espèce (vid) renvoie à toute modification morphologique du verbe qui ne change pas le sens de celui-ci, tandis que la figure renvoie aux formes composées préverbées. L’importance de la morphologie verbale (préfixation et suffixation) a ainsi été consignée très tôt dans les grammaires. Archaimbault montre en outre que les représentations de l’aspect (au sens moderne) s’élaborent progressivement, notamment dans la mise en rapport sémantique de deux formes appariées, y compris l’infinitif.

82Chez Lomonosov (1757), le terme vid est tantôt synonyme de « conjugaison » (naklonenie), et tantôt renvoie à l’espèce, comme chez ses prédécesseurs. Archaimbault fait l’hypothèse qu’au travers de ce rapprochement du terme vid avec les modalités (modes) d’énonciation, Lomonosov a pu réfléchir aux modes en ce qu’ils expriment une perspective sur l’énoncé (Archaimbault 1999 : 125). Ainsi, se dessine la seconde grande valeur associée à vid (dérivé du verbe videt′, « voir »), la valeur de point de vue. Mais Lomonosov, tout occupé à prouver la grandeur de la langue russe, capable de rivaliser avec les grandes langues européennes, recense de façon artificielle huit temps (présent, passé indéfini, passé sémelfactif, plus-que-parfait premier, plus-que-parfait second, plus-que-parfait troisième, futur indéfini, futur sémelfactif), incluant dans ses paradigmes des formes totalement obsolètes. Toutefois, deux autres critères importants émergent : la notion d’« accomplissement » et le critère de la durée. Il est intéressant de constater que l’espèce « primaire » chez Smotrickij (pervoobraznyj ou soveršennyj vid) devient l’espèce « accomplie » : les grammairiens ont perçu et ont exploité la polysémie de l’adjectif russe soveršennyj, qui signifie autant « absolu, primaire », que « achevé, réalisé, accompli ». Ce terme désigne aujourd’hui l’aspect perfectif.

  • 31 Ces quatre formes sont : l’infinitif indéfini, pisat′, « écrire » ; le sémelfactif, dvinut′, « remu (...)
  • 32 Elle cite la grammaire de Michel de Neuville (1818), qui traitait explicitement des aspects dans le (...)

83À partir du début du xixe siècle, sous l’influence de la première Grammaire de l’Académie (1802), la prise de conscience de l’opposition aspectuelle se fait par le mode infinitif : la grammaire recense quatre formes de l’infinitif31, et associe à chacune une marque morphologique et une valeur sémantique. Archaimbault insiste sur le fait que cette « détemporalisation » du verbe va contribuer à imposer l’existence d’une catégorie des aspects. Elle note également, de façon plus surprenante, que la préoccupation aspectuelle semble avoir travaillé toute l’Europe à l’époque, y compris le français32, ce qui pourrait bien démolir le mythe de la paternité slave du terme d’aspect dans son acception contemporaine, attribuée à Nikolaj Greč.

84Greč et sa Grammaire détaillée de la langue russe (1807), traduite par Reiff, est donc considéré comme le père de l’aspect. Archaimbault pense plutôt qu’il a systématisé une réflexion dispersée sur l’aspect verbal (ibid. : 207). Greč rejette le modèle latin de Lomonosov, en particulier la chronologie (le verbe russe exprime non pas la chronologie mais les « circonstances de l’action »), et donne à l’infinitif une grande importance théorique. Il recense six points de vue sur l’action, nommés vidy (que Reiff, dans une de ses traductions, rendra par « branches »), qu’il associe systématiquement à des indices morphologiques :

  • Les quatres premiers aspects sont constitués des verbes simples (c’est-à-dire des racines verbales (les aspects défini, indéfini, itératif, « uniple ») ;

  • Les deux suivants sont des verbes composés, c’est-à-dire préverbés : l’aspect imparfait (indéfini, défini), et l’aspect parfait (indéfini, défini, uniple). (ibid. : 220)

85Le rôle prépondérant de la préverbation est consacré, et annonce une longue tradition (déjà entamée auparavant) de repérage dans la morphologie du verbe des marqueurs de tel ou tel indice aspectuel.

86Cette présentation forcément succincte de l’émergence de la notion d’aspect dans les grammaires du russe montre que cette prise de conscience s’est faite progressivement, à la croisée de la morphologie et des valeurs sémantiques, mais surtout, elle montre une chose importante, que résume Archaimbault :

… La prise en compte de l’infinitif comme élément central du système du verbe a permis à l’aspect d’acquérir son autonomie, en fondant sur l’opposition morphologique de formes non marquées temporellement, donc chronologiquement, les valeurs aspectuelles d’accomplissement, d’inaccomplissement, d’itérativité, etc. (ibid. : 224)

  • 33 Ou bien, dans les termes de Denis Paillard, de le « dénaturaliser ». L’ouvrage de Cohen (L’aspect v (...)

87Or, les aspectologues contemporains (non slavisants, essentiellement) accordent une place démesurée à l’opposition aspectuelle dans les formes tensées, ce qui contribue largement à en faire une catégorie qui touche le temps interne du verbe. Il serait bon de poursuivre la tradition historique et d’inverser le paradigme, et de se pencher sérieusement sur l’opposition aspectuelle dans les modes non finis, en un mot, de déslaviser et de détemporaliser l’aspect33. Je vais tenter de le faire progressivement dans les pages qui vont suivre, sans toutefois développer la syntaxe de l’infinitif, par manque de place.

3.2. Le xxe siècle et l’École aspectologique de Saint-Pétersbourg.

  • 34 Karcevskij 1927 : 103, cité par Fontaine 1983 : 27.
  • 35 Ibid. : 28.

88Au début du xxe siècle, deux axes d’étude se dessinent dans l’aspectualité : sont étudiés conjointement le rapport des verbes avec le temps et les modes d’action. L’inventaire des notions aspectuelles s’enrichit : il y a les aspects ponctuel, cursif, parfait, itératif, terminatif. Il s’agit de plus en plus de distinguer les significations purement aspectuelles de celles apportées par les préverbes. Une idée apparaît, qui va longtemps avoir cours : l’aspect grammatical repose sémantiquement sur le caractère fondamental du perfectif, dont la fonction positive est de borner l’action par une limite interne. Karcevskij (1927) isole deux principes invariants pour le couple aspectuel : le perfectif et le résultat d’un côté, et le « développement dans le temps d’un procès résultatif », propre à l’imperfectif. La « conception de tout procès comme se déroulant dans le temps est une chose si naturelle que la valeur imperfective des verbes fondamentaux se présente comme un fait primaire34 ». Karcevskij est en outre le premier à proposer une analyse originale du phénomène de la perfectivation d’un verbe par préverbation : le préverbe a une valeur sémantique et transitive et pas seulement aspectuelle. Le préverbe reconduit la valeur formelle de la préposition : sa transitivité. Le préverbe fait corps avec le sème associé (avec le verbe) ; s’associant à celui-ci, il s’intègre par là même dans un prédicat éventuel, tout comme la préposition, qui implique l’acte de prédication. « La transitivité verbale est encore augmentée du fait de la préfixation35. » Il faut enfin citer l’École de Prague et sa figure dominante, Jakobson (1963), qui consacre l’opposition binaire privative : le verbe perfectif est le seul membre sémantiquement marqué de l’opposition, en tant qu’il dénote la limite absolue de l’action. L’imperfectif constitue un non-choix de cette valeur. Cette position est a priori surprenante mais elle s’explique par les faits du russe : s’il est relativement aisé de circonscrire les sens du verbe perfectif, les emplois du verbe imperfectifs sont extrêmement variés et parfois contradictoires.

  • 36 Fontaine, op. cit. : 35.
  • 37 Ibid. : 36-37.
  • 38 M. Guiraud-Weber 1987: 190.

89Une distinction fondamentale est opérée dans les années soixante par Maslov et Bondarko entre l’aspect, catégorie morphologisée sous la forme d’une corrélation binaire du verbe, et les modes d’action, qui appartiennent à la sémantique lexicale. Les deux servent néanmoins à exprimer une catégorie plus large, l’aspectualité (aspektual′nost′). La catégorie grammaticale de l’aspect se manifeste dans un même lexème, dans le cadre d’une même signification lexicale. Quant aux modes d’action, ce ne sont pas des catégories grammaticales, elles n’interviennent que dans le cadre des distinctions lexicales entre les verbes, dans les types de groupements sémantiques. L’aspect devient donc une dénomination vide de sens (une « coquille vide », selon Guiraud-Weber), que les théoriciens sont appelés à préciser. Chez les Saint-Pétersbourgeois néanmoins, le point commun entre les deux composantes de l’aspectualité est que « l’un et l’autre se préoccup[ent] de la représentation que se fait le locuteur du déroulement de l’action36 ». Certains linguistes, comme Isačenko (1960), ont lié étroitement les modes d’action à des considérations morphologiques, c’est-à-dire en se fondant sur la présence des affixes. Bondarko en élargit considérablement la définition : les modes d’action étant censés décrire des distinctions lexicales, n’importe quel verbe, affixé ou non, est concerné. Il aboutit à des regroupements sémantiques de verbes, sans considération formelle excessive, et définit trois grandes classes : les « modalités caractérisées », celles qui contiennent effectivement des affixes (exemple : modalité ingressive – zagovorit′, « commencer à parler », pobežat′, « se mettre à courir »…) ; les « modalités non caractérisées » (sans affixes, exemple : modalité stative – deržat′, « tenir », sidet′, « être assis »…) ; les « modalités mixtes » (exemple : modalité sémelfactive, exprimée par le suffixe -nu- maxnut′, « remuer une fois », tronut′, « toucher une fois » ou par n’importe quel autre moyen morphologique – brosit′, « jeter », sxvatit′, « saisir »). Deux abstractions supérieures informent ce classement : c’est la présence ou non d’une borne (limite)37. D’autres auteurs ont des présentations différentes, mettant plus l’accent sur le critère sémantique. Avilova (1976), par exemple, regroupe trois types de modes d’action : temporelles, quantitatives, résultatives. D’autres auteurs n’en reconnaissent que deux types : les modalités des verbes terminatifs et aterminatifs. Veyrenc (1980) se démarque de cette perspective exclusivement aspectuelle et propose une grammaire syntagma-tique des préverbes. Guiraud-Weber (1987), dans un article au titre explicite (« Le concept de modalité d’action est-il encore utile ? ») arrive à la conclusion suivante : « Le concept même d’Aktionsart perd de sa substance et se confond, avec celui, beaucoup plus large, d’une classe sémantique du verbe38. »

90Il faut attendre les années 1980 pour voir la « préfixologie » prendre progressivement la place de l’aspectologie dans l’étude du verbe russe. C’est l’autre tournant épistémologique fondamental, dont je rendrai compte plus loin.

3.3. Étymologie de l’aspect

91L’apparition de la catégorie de l’aspect est très riche d’enseignement : c’est un argument fort, me semble-t-il, qui va dans le sens d’une différenciation stricte entre les domaines de l’aspectologie et de la formation lexicale de nouveaux verbes par préverbation. Pour comprendre la genèse de l’aspect, je dois faire une incursion dans le système des conjugaisons du vieux russe. Il faut d’abord définir certains des termes qui vont revenir dans cette étude diachronique :

  • Le terme de « slave commun » (s.c.) est la langue hypothétique, non attestée mais reconstituée, parlée par les tribus slaves d’une période allant grosso modo de – 500 à + 500 dans l’aire slave (Elbe, Dniepr-Desna, Carpates, Dvina occidentale). Ce slave commun est considéré comme une des variantes de l’indo-européen commun.

  •  Le vieux russe (v.r.) est la langue parlée au Moyen-Âge (ixe-xvie siècles) sur le territoire de la Russie centrale, septentrionale, du Nord-Ouest, la Biélorussie et le nord de l’Ukraine actuels. C’est en fait la langue commune des Slaves de l’Est, avant la différenciation avec l’ukrainien et le biélorusse ; le vieux russe est la suite du slave commun. Cette langue connaissait évidemment des variantes dialectales importantes.

  • Il y a enfin le vieux slave (Old Church Slavonic, en anglais), langue religieuse commune aux Slaves, qui est en fait du vieux bulgaro-macédonien. Le slavon russe est l’adaptation de cette langue commune, qui malgré son caractère littéraire a eu une influence sur l’évolution du russe.

92Je peux aborder à présent l’exploration diachronique. Je m’appuie sur les travaux de Maslov (1958) et Veyrenc (1970).

3.3.1. Système des flexions verbales en vieux russe (v.r.)

93Le v.r. a conservé de nombreuses flexions verbales du s.c., mais très tôt la morphologie des temps va s’éroder, et le système très riche de préverbation et de dérivation annonce déjà la formation de l’aspect. Veyrenc adopte une classification en temps du discours et temps de la narration, que je reproduis ici :

  • 39 xočem pomereti, « nous mourrons », littéralement : « nous voulons mourir » ; imam pobedeti : je vai (...)

94– Le v.r. avait six temps du discours : le présent simple, un futur périphrastique utilisant notamment le verbe « vouloir » et « avoir »39, et de nombreuses formes auxiliées. Il existait un parfait présent, utilisant « être » au présent, et marquant le résultat présent d’une action passée ; en voici le paradigme, avec le verbe veleti (« ordonner ») aux trois premières personnes du singulier :

69)

Velel, velela, velelo

esm′ :

j’ai ordonné [litt. : « ayant-ordonné(e), je-suis »]

esi

est′, etc.

95La forme en -l du verbe principal est une forme nominale, un ancien participe parfait, et s’accorde en genre et en nombre. Il y avait aussi un parfait futur, un parfait prétérit et un parfait aoriste. L’auxiliarité était très présente en v.r., avec seulement « être » ; le fait surprenant est que toutes ces formations ont disparu en russe moderne.

96– À côté de ces temps du discours, il existait trois temps de la narration, hérités d’un état très ancien : d’abord, il y avait l’aoriste, exprimant « un procès détaché de toute contingence chronologique » (Veyrenc 1970 : 78) ; très tôt, cette forme est cantonnée aux textes écrits, donc obsolète ; elle se caractérise par la consonne <x> (znax, « je sus » ; nesox : « je portai », etc.). Il y avait un imparfait (znaaxu, « je savais » ; nesjax, « je portais », etc.), désignant un procès étendu, formé à partir de l’aoriste ; très tôt aussi, il va s’éroder ; globalement, les temps de la narration étaient très décadents dès les débuts du vieux russe.

3.3.2. Moteurs du changement

97Selon Veyrenc, c’est dans la syntaxe qu’il faut chercher le moteur de l’évolution. Trois phénomènes principaux expliquent l’évolution, constatée très tôt :

  1. la perte de l’indication de personne dans l’auxiliaire « être » ;

  2. l’auxiliaire cesse d’être employé : le parfait (en -l) devient alors le seul temps du passé pour chaque verbe, c’est un prétérit nominal ;

  3. l’aspect, c’est-à-dire la dérivation verbale, se généralise pour compenser les pertes des paradigmes flexionnels.

98Voyons cela en détail.

  • 40 La grammaire du Donat (1522) illustre bien ce mélange de formes qui atteste de l’évolution de la la (...)

99Très tôt, dans la langue parlée, « être » en emploi de copule au présent de troisième personne du singulier disparaît : la prédication nominale devient la règle, et l’est toujours en russe moderne ; de Ivan est′ drug on passe à Ivan Ø drug (« Ivan est l’ami »). Le changement s’étend naturellement à « être » auxiliaire du parfait présent : Ivan Ø velel (« Ivan ordonné ») se substitue à Ivan velel est (« Ivan ordonné est »). L’auxiliaire se maintient plus longtemps aux autres personnes, mais l’indication de personne est de plus en plus assurée par le pronom personnel sujet qui se répand, y compris dans la flexion du parfait présent ; du coup, ce pronom évince l’ancienne flexion, donc l’auxiliaire : Kupil esm(« j’ai acheté », litt. : « ayant-acheté je-suis »), est remplacé par Ja kupil (« je Ø ayant-acheté »)40. Selon Veyrenc, la transformation est consommée dès le xiiie siècle. C’est, selon l’auteur, une transformation capitale, « car, des deux significations grammaticales que comportait à l’origine le verbe auxiliaire esm′ (personne + temps présent), seule la première subsiste dans le pronom personnel ». (Veyrenc 1970 : 82) Comme le temps disparaît, la valeur de parfait (résultatif) aussi : la forme est réanalysée comme un passé. Les temps de la narration sont ensuite affectés : l’ancien parfait devenu prétérit concurrence directement l’aoriste et l’imparfait. Ce prétérit nominal exploite alors « toutes les ressources de la dérivation verbale » (ibid. : 83) déjà existante pour compenser la perte de l’opposition temporelle. L’aspect peut alors se déployer.

3.3.3. Apparition de l’aspect

100La préverbation et la dérivation suffixale existent depuis le slave commun (s.c.). Je m’appuie sur les travaux de Maslov (1958), éminent étymologue des langues slaves et pionnier des études sur le classement sémantique (modes d’action) du verbe slave et russe. Je vais insister sur cet aspect des choses, pour deux raisons : 1) l’étymologie explique en grande partie le système morphologique actuel qui est relativement imparfait ; 2) la naissance de l’imperfectif est très éclairante quant à la raison d’être du phénomène aspect. Les faits étant d’une grande complexité, je vais tenter d’être le plus clair possible.

101– Dans une première époque du s.c., le slave connaissait plusieurs modes d’action : statal, sémelfactif, évolutif, indéterminé-itératif. Cette dernière classe est très importante car c’est sur deux des modèles morphologiques utilisés, particulièrement le modèle utilisant la voyelle a-, que vont se créer les verbes imperfectifs au moment de la formation de l’aspect.(lišit′ / lišat′, rešit′ / rešat′, stupit′ / stupat′…).

  • 41 Pour la translittération des exemples en vieux slave, je me fonde sur le tableau des alphabets du M (...)

102– Puis, plus tardivement, dans une seconde époque (historique), apparaissent les formations préverbales : dans l’ordre, le mode d’action résultatif, puis ingressif, puis duratif-limité (ce dernier s’est encore plus développé après l’apparition de l’aspect). Les préverbes étaient d’anciennes prépositions qui apportaient au verbe de base plusieurs sens, mais le point commun était le suivant : partout le préverbe conférait à l’ensemble un sens de directionnalité de l’action vers l’atteinte du résultat et il désignait aussi le moment où le résultat était atteint. Le vieux verbe s.c. bĭrati, muni du préverbe à sens collectif sŭ- (s- ou so- en russe moderne)41, signifiait « rassembler, collecter, ramasser », et pouvait dénoter à la fois le processus et le résultat, comme les verbes allemands, préfixés eux aussi, zusammentragen/versammeln. Ces verbes résultatifs préverbés se sont formés dans un premier temps à partir des verbes évolutifs et mutatifs, comme par exemple razbogatěti, « s’enrichir », à partir de bogatěti ; ocěpěněti, « s’engourdir », à partir de cěpěněti, etc. L’aspect grammatical n’existait pas encore : ces verbes préverbés s’employaient dans la double acception processuelle et résultative, selon qu’ils étaient conjugués au prétérit imparfait ou aoriste. L’imparfait sŭbĭraaše signifiait « il était en train de rassembler, il rassemblait plusieurs fois, etc. », l’aoriste sŭbĭra signifiait « il a rassemblé ». L’aspect grammatical apparaît en plusieurs étapes :

Étape 1 : apparition d’un aspect imperfectif optionnel pour les verbes résultatifs préverbés.

103La base d’apparition de l’aspect (la distinction perfectif/imperfectif) a été fournie par les verbes terminatifs/délimités et, en particulier, les verbes préverbés relevant du mode d’action résultatif. Dans ceux-là, la nécessité s’est fait sentir de différencier deux possibilités sémantiques, qui avant étaient exprimées par une seule forme (mais par le paradigme temporel) : la « directionnalité processuelle » vers l’atteinte du résultat (pour le verbe diagnostic choisi par Maslov, « rassembler », il s’agissait d’exprimer le fait qu’un sujet se trouve dans le processus désigné par ce verbe), et atteinte réelle du résultat (le rassemblement effectif). Ceci s’est fait par le procédé de la suffixation, sur un modèle de verbes déjà existants qui avaient un sens d’indéfini et de multiplicité de l’action délimitée : le deuxième membre des paires iznesti / iznositi ; priletěty / priletati, etc. En plus de leur ancien sens d’indéfini-multiple, ceux-ci développent progressivement un sens processuel. À partir du verbe unique préverbé sŭbĭrati est formé le verbe sŭbirati, avec le suffixe -ira ; sŭbiraetĭ signifie alors « il est en train de rassembler, de réunir, etc. ». L’indéfinitude et la multiplicité constituent donc l’étymon du sens processuel. Le verbe iznositi, qui auparavant signifiait « sortir à plusieurs reprises », reçoit le sens de « commencer à sortir, être dans le processus de sortir ».

104Les débuts de l’imperfectif sont donc là, dans l’extension de la base verbale signifiant la limite, en utilisant les bases déjà existantes au sens itératif qui en viennent à signifier le processuel, l’action en cours. Le slave a trouvé là un moyen qui exprime la même chose que les correspondants allemands et français :

70)

Er ist beim Zusammentragen / Il est en train de ramasser / He is collecting, etc.

105Le point particulièrement intéressant est que cette forme dérivée n’existe d’abord que pour les verbes résultatifs. L’imperfectif est donc d’abord lexicalement limité. Il cohabite non pas avec un verbe perfectif, qui n’existe pas encore, mais avec un verbe d’aspect général ; il n’est encore qu’une extension à sens processuel. Cet imperfectif naissant est d’abord facultatif, car le sens processuel pouvait encore être exprimé au moyen de l’« aspect général ». L’imperfectif est donc, à son apparition, le membre marqué de l’opposition, morphologiquement et sémantiquement. Je vois là de grandes similitudes avec l’apparition de be V-ing en anglais, sur le plan du mécanisme sémantique : l’ancêtre vieil anglais beon V-ende, qui avait souvent un sens itératif, a petit à petit lui aussi commencé à souligner le côté processuel de l’événement.

Étape 2 : apparition du perfectif par réanalyse de l’aspect général.

106Dans une étape ultérieure, les formes dérivées imperfectives se développent de plus en plus, monopolisant la sphère du sens actuel-processuel. Il arrive un moment où la forme initiale du verbe (l’aspect général) ne peut plus exprimer le présent actuel, c’est-à-dire l’événement qui se déroule au moment de parole, en réponse à la question : « Čto èto ty delaeš′ ? », (« Qu’est-ce que tu fais en ce moment ? »). Maslov insiste beaucoup sur ce point ; la combinaison entre un verbe de phase (« commencer, continuer », etc.) et l’infinitif général n’est plus possible : *načĭnetĭ sŭbĭrati. La conséquence de ceci est que l’ancien aspect général devient aspect perfectif, mais seulement pour ces verbes-là (les verbes résultatifs préverbés).

107Pour l’expression du sens itératif-habituel, la concurrence demeure longtemps encore entre aspect imperfectif et aspect général (réanalysé comme perfectif) ; c’est en partie toujours le cas aujourd’hui en russe. Le sens actuel-processuel ne peut jamais être exprimé par un verbe perfectif :

71)

Čto èto ty delaešI? : “Qu’est-ce que tu fais ?”

72)

PišuI pis′mo. / *NapišuP pis′mo : « J’écris une lettre ».

108En revanche, le perfectif est compatible avec un événement itéré :

73)

On vsegda pisalI pis′ma : il écrivait toujours des lettres.

74)

On, byvalo, napišetP pis′mo… : Il avait pour habitude d’écrire une lettre.

Étape 3 : extension de la corrélation aspectuelle à d’autres verbes.

109De plus en plus, cette opposition aspectuelle s’étend à d’autres classes de verbes, en priorité aux verbes évolutifs et mutatifs, c’est-à-dire ceux dont le résultat/la limite n’est pas marquée de façon stricte par un préverbe, mais dont la délimitation est construite soit par leur sens « naturel », soit par des marqueurs contextuels. Certains d’entre eux, déjà prédisposés à exprimer une limite (dati, pustiti, lišiti : « donner, laisser partir, priver »…), deviennent naturellement perfectifs et, conformément au modèle, utilisent les anciennes bases marquant l’itération pour former l’imperfectif (davati, lišati) ; ou bien ils appliquent les suffixes imperfectivants (c’est le cas de *pusti- + -a-ti → puštati – russe : puskat′). D’autres verbes, non délimités « naturellement » (dělati, « faire », pĭsati, « écrire »), suivent une autre voie : profitant de l’existence d’un verbe préverbé (délimité) à sens très voisin, ils s’organisent en couple de corrélation : les anciens composés préverbés lexicalement résultatifs (sŭdělati, napĭsati) sont réanalysés comme grammaticalement perfectifs. Donc, sur le modèle de formations déjà existantes (sŭbĭrati / sŭbirati ; pasti / padati) s’alignent des paires aspectuelles au sémantisme analogue, mais formées différemment (sŭdělati / dělati ; napĭsati / pĭsati).

110Ainsi s’explique l’asymétrie constatée dans les réalisations morphologiques des paires aspectuelles du russe moderne : suffixation et préfixation relèvent bien d’un même phénomène (la naissance de l’aspect), mais à des époques différentes. Le russe est resté assez conservateur et a gardé les deux procédés ; mais le bulgare, par exemple, a étendu plus que le russe le procédé de la suffixation (pour le verbe « écrire », on trouve en bulgare un couple obtenu par suffixation : napisa / napisvam). Le principe qui a présidé à l’apparition de l’aspect est clair : il s’est fait par le recyclage de matériau déjà existant. Il n’y a là rien de bien étonnant : ce fut aussi le cas pour l’anglais, où les formes ancêtres de be V-ing, have V-en existaient déjà en vieil anglais, elles ont ensuite été réanalysées. La suite est prévisible : les verbes slaves qui étaient déjà indéterminés deviennent naturellement imperfectifs ; c’est parmi cette classe que l’on trouve le plus d’imperfectiva tantum ; les verbes délimités (les ingressifs, les verbes dénotant une durée limitée) deviennent perfectifs ; on trouve là la majorité des perfectiva tantum, qui vont se trouver appariés à des verbes imperfectifs au gré des besoins du discours.

Étape 4 : changement du contenu sémantique de l’aspect.

111Au fur et à mesure que s’étend la catégorie de l’aspect à toutes les classes de verbes, le contenu sémantique général de l’aspect change aussi. À ses débuts, le verbe imperfectif marquait explicitement la processualité-l’actualité de l’événement. Puis son contenu s’élargit. Le verbe perfectif a comme origine l’ancien verbe préverbé/délimité d’aspect général, il est donc d’abord marqué comme résultatif (télique), son contenu sémantique a d’abord impliqué clairement l’atteinte effective du résultat. Réanalysé comme aspect perfectif, son sens est devenu nécessairement plus abstrait au fur et à mesure qu’il s’étendait aux autres verbes, d’autant plus qu’en même temps, pour le russe, les paradigmes temporels (aoriste, imparfait) étaient perdus.

112On a là l’explication de ces invariants pour les verbes perfectif et imperfectif, retenus par Maslov, Bondarko, etc., en termes, respectivement, de « totalité indivisible de l’action » et de « marquage de l’action hors totalité ». C’est suite à ces éclaircissements sur l’étymologie de l’aspect que la notion de résultat n’est plus automatiquement attachée au verbe perfectif. Maslov conclut son étude en insistant bien sur ce point. Il n’a de cesse de souligner la distinction très nette qu’il convient d’établir entre l’apparition de l’aspect perfectif (soveršennyj vid, en russe) et ce qu’il appelle « perfectivisation » (perfektivizacija), qui a été l’union d’une base verbale avec un préfixe, simple procédé sémantique lexical qui a précédé l’apparition de l’aspect. La perfektivizacija s’est appliquée à la catégorie des verbes délimités (verbes préverbés résultatifs), qui ensuite seulement se sont désagrégés pour se partager en verbe imperfectif d’abord, perfectif ensuite, par réanalyse de l’ancien aspect général.

113En résumé, j’ai là l’argument dont j’avais besoin pour montrer que l’appariement direct entre des notions comme la télicité et le verbe perfectif est faux, ou tout du moins très indirect, pour l’analyse du russe moderne. Je résume l’essentiel de l’argument étymologique qui va me servir pour ce qui suit :

  1. avant même que l’aspect n’existe, les préverbes servent à former des verbes résultatifs sur des bases verbales qui ne sont pas forcément résulta-tives ; c’est un procédé strictement lexical, comparable en tout point aux verbes préverbés de l’allemand ou du hollandais ;

  2. puis ces verbes résultatifs forment le prototype d’une dérivation nouvelle car le besoin se fait sentir de disposer d’un verbe qui indique la processualité, l’actualité de l’événement ; il s’agit d’une sorte de résolution du « paradoxe imperfectif » avant l’heure. Le verbe préverbé développe alors une forme suffixée pour exprimer cela, prenant modèle sur des verbes à sens itératifs déjà existants. L’imperfectif était né.

  3. Ensuite seulement, la forme initiale est réanalysée comme perfective. Il n’est donc plus possible de dire que le verbe perfectif est télique, et que le préverbe apporte directement une « mesure » à la base verbale qui en serait dépourvue. Poser tel quel : pročitat′ = read through ; s′′est′ = eat up, est faux.

  4. Je retiens enfin que l’imperfectif est né du besoin d’exprimer l’action actualisée. De façon surprenante, l’anglais a eu recours à be V-ing de façon systématique (au xviiie siècle) lorsque le verbe simple a cessé de pouvoir prédiquer l’événement du temps présent du locuteur, une fois que le verbe a eu perdu toutes ses flexions de personnes.

114Deux phénomènes morphosyntaxiques ont ainsi été moteurs du changement du système temporel du russe :

  1. La perte de la personne (AGR) : le déplacement du marquage de personne de l’auxiliaire aux pronoms personnels conduit à la disparition de l’auxiliaire, ce qui à son tour permet la réanalyse des anciens participes comme formes de prétérit, ce qui fait disparaître l’aoriste et l’imparfait déjà décadents ;

  2. Le temps actuel (T) : l’aspect apparaît pour compenser ces pertes, réanalysant des moyens déjà existants (préverbation et suffixation) ; l’imperfectif naît du besoin de prédiquer l’événement du temps du discours.

115Dans un ordre différent, le système aspectuo-temporel de l’anglais a évolué pour les mêmes raisons : le verbe a perdu ses marques de personne (AGR), et un autre moyen a dû être trouvé pour marquer le temps présent actualisé (T) : l’auxiliarité. L’aspect grammatical en russe est bien né d’une réanalyse des procédés morphologiques dérivationnels. Il est donc légitime de considérer le verbe russe sous cet angle.

4. Classement sémantique des verbes et aspect

116Cette incursion historique, qui montre clairement que la corrélation verbe perfectif/verbe imperfectif s’est faite bien après l’apparition des verbes préverbés à sens télique, me fait douter des modèles développés par les russisants anglo-saxons (dont Brecht, Merrill, Timberlake), qui soutiennent que l’aspect est une donnée configurationnelle dont la compréhension ne peut passer que par une étude systématique des interactions entre l’aspect lexical du prédicat et son insertion dans le temps. Beaucoup de ces auteurs ont naturellement tenté d’adapter directement les classes de Vendler au russe, avec un succès très relatif, comme le note Timberlake (2004 : 411). La section 2 de ce chapitre a montré qu’il est tout à fait possible de dissocier une classification sémantico-lexicale des types de verbes de la construction d’une théorie aspectuelle. Je dois néanmoins rendre compte de ces modèles qui ont eu, et ont toujours, un impact extraordinaire dans la réflexion sur l’aspect.

117Les russisants américains (Brecht, Merrill, Timberlake) ont donc utilisé les classes de Vendler dans un vaste projet de description aspectuelle glo-bale des formes tensées du verbe : Timberlake (1984) est l’auteur qui a montré comment les propriétés sémantiques pertinentes des verbes – l’aspect sémantique – interagissent avec diverses configurations temporelles – d’où le terme d’aspect « configurationnel » qu’il utilise pour décrire cette interaction ; ce croisement entre propriétés sémantiques aspectuelles (à la Vendler) et aspect grammatical (perfectif/imperfectif) rend compte des diverses configurations de base de l’imperfectif (progressif, duratif, itératif, parfait). Les classes de Vendler dans cette optique, sont obtenues par composition entre les opérateurs configurationnels et les prédicats lexicaux atomiques. Ceci revient en fait à aller encore plus loin que Vendler dans l’interaction entre aspect grammatical et sémantique.

4.1. L’adaptation difficile des classes de Vendler au verbe russe

  • 42 telic activities (Timberlake 2004 : 411).

118La situation se présente ainsi : les verbes morphologiquement simples, c’est-à-dire les bases verbales imperfectives (ni préfixés ni suffixés, comme znat′, « savoir », pisat′, « écrire », pit′, « boire ») expriment soit des États soit des Activités ou des Accomplissements potentiels, en tout cas ne sont a priori pas téliques ou délimités. Les verbes perfectifs obtenus par préverbation (soit napisat′, « écrire quelque chose », vypit′, « boire quelque chose ») ajoutent à cette activité l’idée d’une progression vers un telos ou une limite (c’est ce dernier terme qu’utilisent les linguistes russes), donc deviennent des Accomplissements (des « Résultats », dans la classification de Bulygina). Parmi ces verbes d’activités préverbés, un grand nombre dérivent un verbe imperfectif second par suffixation, mais pas tous : c’est le cas de vypit′ qui dérive vypivat′, mais napisat′ n’a pas dérivé *napisyvat′. Selon Timberlake, dans une optique vendlérienne, l’imperfectif vypivat′ est problématique puisqu’il semble décrire à la fois une Activité (atélique, vu que c’est un verbe imperfectif) mais qui progresse vers un but, donc c’est aussi un Accomplissement de par la présence du préfixe vy-. On arrive à une caractérisation des verbes imperfectifs seconds comme Activités téliques42, ce qui est effectivement insolite si on utilise la classification vendlérienne directement dans l’élaboration d’une théorie aspectuelle. L’analyse de Timberlake pour ces imperfectifs dérivés est trop catégorique ; si l’analyse qui en fait des verbes d’Activités orientés vers un aboutissement est souvent juste (phrases 75 et 76), les contre-exemples sont nombreux (77 et 78) :

75)

Každyj den′ on vypivalIS po polulitru kvasu : chaque jour il buvait (il absorbait, engloutissait) un demi-litre de kvass.

76)

Za obedom i za užinom on elI užasno mnogo; emu podavali i segodnjašnee, i vcerašnee, […] i on vsë s′′edalIS s žadnost′ju : Au déjeuner et au dîner il mangeait énormément ; on lui servait les plats du jour et ceux de la veille […] et il mangeait (engloutissait) tout avec avidité.

77)

Muž načal vipivatIS : Mon mari a commencé à avoir une inclination pour les boissons alcoolisées / à boire trop.

78)

On s′′edaetIS mnogo xleba za obedom : Il mange (engloutit) beaucoup de pain pendant le repas.

119Il est exact de dire que les phrases 75) et 76) dénotent une limite ; en revanche, 77) et 78) sont atéliques, pourtant ce sont des imperfectifs seconds préfixés et suffixés. J.  Veyrenc (1980) donne trois critères principaux d’utilisation de l’imperfectif second par rapport à l’imperfectif simple qui orientent la problématique vers d’autres directions : « Absence/présence d’un complément d’objet ; nature du complément d’objet ; nature du complément non objet. » (Veyrenc 1980 : 169-170). Cette prise en compte de l’objet dans le calcul de l’aspect du VP est ce qui a motivé les recherches de H.  Verkuyl pour l’anglais. Je reviendrai en détail sur ces questions liées au russe, mais pour le moment je note deux points :

  1. la présence ou l’absence de limite (la télicité/l’atélicité) n’est pas un critère constamment praticable pour classer un verbe russe, même si la morphologie de celui-ci semble fortement suggérer le contraire. Même si le verbe russe préfixé vypit′ (et son imperfectif second vypivat′) est morphologiquement transparent (association du préverbe vy-, qui, extrait de la combinaison syntagmatique, traduit grosso modo l’idée d’épuisement à l’instar de out ou up en anglais, et du verbe simple pit′, « boire »), cette compositionnalité à fleur de langue ne garantit pas une transparence sémantique, pas plus que le verbe drink de l’anglais. L’équation que l’on trouve très souvent dans des études traitant de ces questions en russe, du type vypit′ = drink up / finish drinking (Filip 2000, cf. chapitre 3), est une interprétation excessive d’indices morphologiques, une surinterprétation que les faits de langue en synchronie ne confirment pas et que l’étude étymologique infirme. Ces questions sont très complexes, et une application à l’emporte-pièce des « critères vendlériens » ne fait qu’obscurcir les problèmes. Le problème de fond demeure qu’aspect sémantique et grammatical sont confondus dans les faits de l’analyse.

  2. En revanche, la question de la présence/absence d’un complément d’objet est un critère de premier ordre pour le calcul de l’aspect ; une théorie de l’aspect sémantique qui en ferait abstraction, aussi bien pour l’anglais que pour le russe, prédirait des choses fausses. C’est une façon de voir l’opposition aspectuelle autrement : le verbe imperfectif n’est souvent possible que parce que l’objet est discursivement déjà donné ; le verbe perfectif est généralement obligatoire parce que l’objet est explicitement introduit dans le discours. Un des enjeux de l’opposition aspectuelle est là : le tout est de trouver un cadre théorique capable d’accommoder ces données. Les travaux récents de Paillard et. al. sur les verbes préverbés offrent des réponses nouvelles et prometteuses à ces questions (cf. chapitre 5).

4.2. L’aspect configurationnel

  • 43 The inherent nature of the situation involved is vital to an understanding of the grammatical categ (...)

120Je ne peux malgré tout pas négliger l’influence qu’ont eue des auteurs comme Brecht, Timberlake (1985) ou Padučeva (1998) dans la recherche sur les rapports entre l’AsS et l’AsPdV. Pour Brecht, les choses sont claires : « la nature inhérente de la situation concernée est vitale pour une compréhension de la catégorie grammaticale de l’aspect43 » (Brecht 1985 : 11). Les VP -téliques sont par nature perfectifs, les VP atéliques et les États sont imperfectifs. L’argument majeur de Brecht est que cette corrélation entre les situations téliques et le perfectif d’un côté, les situations atéliques et l’imperfectif de l’autre, est confirmée par des arguments formels (morphologiques) et séman-tiques. C’est une vision idéale et simplifiée qui repose presque entièrement sur le postulat que la morphologie reflète directement les distinctions sémantiques aspectuelles, ignorant le fait que l’apparition de la catégorie aspect dément justement cette corrélation. Je présenterai ensuite la position de Guiraud-Weber (1987) et Sobolev (1995), qui contestent cette thèse. Voici comment s’articule cette corrélation selon Brecht :

  • Les verbes exprimant une situation atélique (État, Activité) sont morphologiquement simples, et sont rendus perfectifs par l’adjonction d’un préverbe : xotet′ / zaxotet′ (« vouloir ») ; myt′ / vymyt′ (« laver »), šit′ / sšit′ (« coudre »)…

  • Les verbes normalement téliques (Accomplissements, Achèvements) sont préverbés et leur imperfectif est obtenu par dérivation : otkryt′ / otkryvat′ (« ouvrir ») ; priexat′ / priezžat′ (« arriver »).

  • 44 Je donne les paires de verbes dans l’ordre « perfectif / imperfectif ».

121Il est très facile de trouver des contre-exemples à l’hypothèse d’une corrélation directe entre les faits morphologiques et un fondement sémantique de la corrélation aspectuelle. Les États aussi bien que les Accomplissements connaissent l’appariement aspectuel, un des membres étant obtenu indifféremment soit par préfixation (79) soit par suffixation (80)44 :

79)

ponravit′sja / nravit′sja : plaire.

uznat′ / znat′ : savoir.

ispeč′ / peč′ : faire cuire.

zamërznut′ / mërznut′ : geler.

80)

ostat′sja / ostavat′sja : rester, demeurer.

ponjat′ / ponimat′ : comprendre.

zapisat′ / zapisyvat′ : noter, prendre en note.

ubit′ / ubivat′ : tuer.

122Je note qu’entre le tchèque et le russe, qui sont des langues cousines, d’une langue à l’autre le même verbe forme son couple aspectuel par suffixation ou par préverbation :

81)

« demander quelque chose » : ru. sprosit′ / sprašivat′ -(suffixation) – tch. zaptat se / ptat se (préverbation)

« poser » : ru. položit′ / klast′ (supplétion)tch. položit / pokladat (supplétion + suffixation)

« acheter » : ru. kupit′ / pokupat′ (changement vovalique + préverbation) – tch. koupit / kupovat (suffixation)

123Toutes les irrégularités relevées sont normales et attendues : la morphologie des couples aspectuels est héritée de l’histoire de la langue (on se souvient que le phénomène d’imperfectivation a utilisé du matériau déjà existant, à savoir les suffixes itératifs réanalysés). Certains procédés d’imperfectivisation ne sont plus productifs (l’alternance -i/-a, par exemple, les couples de supplétion), d’autres le sont (c’est le cas de la suffixation en -iva/-yva).

124Un argument fort contre la thèse de l’aspect configurationnel, qui ne repose que sur des énoncés déclaratifs au passé, vient de l’alternance perfectif/imperfectif (au passé également) dans les questions, notamment dans les questions en wh-, étudiées par de nombreux auteurs (Chaput 1990, Vogeleer 1993, Israeli 1998, Padučeva 1991, 1993). Israeli (1998) note que les distinctions -aspectuo-temporelles (processus – résultat) sont neutralisées dans les questions en wh- par des facteurs pragmatico-discursifs tels que la présence ou l’absence d’un « contrat pragmatique » (entre locuteur et interlocuteur), les perceptions et l’attitude des locuteurs (reproche, émulation), etc. Voici deux exemples de questions en who (did X) ? :

82)

– Prodan višnëvyj sad ?

– Prodan.

– Kto kupilP ? (*Kto pokupalI ?)

– Ja kupilP (*Ja pokupalI).

« Has the cherry orchard been sold? »

« Yes, it has been sold. »

« Who bought it? »

« I bought it. » (Tchekhov, The Cherry Orchard).

83)

[les deux protagonistes de l’échange savent qu’un tiers vient d’acheter une maison qui était trop chère ou trop vieille :]

Kto pokupal I ètot dom ? : Who bought this house ?

  • 45 Vogeleer nomme cette restriction la condition de multiplicité des occurrences hypothétiques, qui pe (...)

125Dans 83), également analysé par Forsyth, le locuteur qui utilise le perfectif kupil cherche à connaître l’identité du nouveau propriétaire de la cerisaie, qui vient de changer de mains ; dans 83), qui suppose une familiarité entre les deux protagonistes de l’échange, l’imperfectif pokupal, aux mêmes conditions de vérité que kupil qui n’est pas possible dans ce contexte, signifie que l’énonciateur cherche à savoir qui est l’auteur véritable de cet achat contesté (il y a quelque chose à redire à la maison). Vogeleer (1993) a montré qu’une contrainte forte sur l’emploi de ces imperfectifs constatifs est le contenu référentiel ou non de l’expression nominale du VP ; plus ce contenu est non référentiel, plus l’imperfectif a des chances d’apparaître45.

126En tchèque, cette contrainte est encore plus forte ; les grammaires et manuels notent qu’il est presque systématique de poser une question concernant l’accomplissement d’une action ponctuelle et unique au moyen du verbe imperfectif, tandis que le perfectif sera réservé aux affirmations :

84)

[contexte : une mère dit à sa fille, Véronika, d’aller se laver et se brosser les dents avant d’aller se coucher ; réponse de la jeune fille :]

Véronika – Už jsem si je vyčistilaP. A umylaP jsem se : Je me les suis déjà brossées. Et je me suis lavée.

85)

[Puis elle demande la même chose à son fils : ]

La mère – ČistilIsis zuby ? MylIses ? : Est-ce que tu t’es brossé les dents ? Est-ce que tu t’es lavé ?

127Quelle que soit l’analyse que l’on ait de cette alternance, elle n’est certainement pas motivée par des principes configurationnels (aspectuo-temporels) au sens de Brecht.

4.3. Étude des bases verbales (BV)

128Toutes ces remarques n’invalident pas pour autant la constatation qu’une écrasante majorité des verbes simples (non préverbés) sont d’aspect imperfectif. Cela ne préjuge en rien de leur classement comme Activité ou Accomplissement ; tout dépend de leur emploi, et notamment de la présence ou non d’un objet ou de toute autre expression délimitante. Dans certains de leurs emplois, véritablement atéliques, ils n’ont pas de correspondant perfectif préverbé. Ce qui est systématique, en revanche, est que, comme le souligne Brecht, ils sont capables de renvoyer à un présent actuel-spécifique. Je donne des exemples de quelques racines verbales dans le tableau suivant :

86)

Verbe imperfectif, forme un couple aspectuel normal :

Verbe imperfectif sans correspondant perfectif :

stroit′ dom, plany : construire une maison, des plans

stroit′ grimasy, iz sebja duraka : faire des grimaces, se faire passer pour un idiot

rvat′ bumagu, cvety : déchirer, arracher, cueillir / une feuille de papier, des fleurs

ego rvët : Il vomit, il a des nausées.

gret′ vodu : chauffer l’eau

solnce greet : le soleil chauffe (= « donne de la chaleur »).

mërznut′ : geler (reka mërznet : la rivière gèle)

ruki mërznut : j’ai froid aux mains (= « mains ressentent du froid »).

soxnut′ : sécher (bel′ë soxnet, cvety soxnut : le linge sèche, les fleurs sèchent)

vse vidjat, čto ty no nemu soxneš′ :

tous voient que tu souffres pour lui.

žeč′ bumagu : (faire brûler) du papier

moroz žëg lico : le froid me brûlait le visage.

pit′ stakan vodki : boire un verre de vodka

on p′ët : c’est un ivrogne.

est′ jabloko : manger une pomme

dym est glaza : la fumée fait mal aux yeux.

myt′ ruki, posudu : (se) laver les mains,

la vaisselle

reka moet berega : la rivière baigne les berges

ždat′ avtobusa : attendre le bus.

ždali, čto on budet xorošim poètom : ils s’imaginaient qu’il ferait un excellent poète.

129Un verbe n’est pas naturellement classé comme Activité, Accomplissement, etc. Tout au plus peut-on le définir comme un « Événement » (Davidson). Tout dépend des éléments présents dans le co-texte d’emploi du verbe, dont et surtout la présence ou non d’un objet. La conclusion à laquelle ces données m’amènent est que le verbe morphologique simple d’aspect imperfectif est, du point de vue de son apport lexical, sous-déterminé, voir vague, ni Activité ni Accomplissement, encore plus que le verbe anglais. La caractéristique véritablement frappante de ces verbes « simplex » russes est qu’ils admettent généralement une très grande variété de NPs comme arguments internes ; c’est par exemple le cas du verbe rezat′, « couper », cité par Isačenko (1960) et repris par Paillard (2003 : 193) :

87)

Rezat′, « couper », xleb (« pain »), verëvku (« ficelle »), derevo (« arbre »), kuricu (« poulet »), mjač (« balle »).

130L’adjonction d’un préverbe va en revanche s’accompagner d’une sélection au niveau de l’objet :

88)

Narezat′ xleb : trancher le pain ;

Razrezat′ verëvku : couper la ficelle ;

Porezat′ derevo : faire une incision sur l’arbre ;

Zarezat′ kuricu : égorger un poulet ;

Srezat′ mjač : couper une balle, etc.

131Ceci montre que le choix du préverbe est sémantiquement motivé et ne saurait se résoudre à une simple télicisation du verbe composant. Examinons les exemples suivants :

89)

Ona xotela ponjat′, kak xirurg režet I čeloveka : elle voulait comprendre comment le chirurgien opère un homme.

90)

Volk režet Ičeloveka : le loup égorge l’homme.

  • 46 Voici par exemple l’« élucidation du sens » du verbe cut que propose Higginbotham (1989 : 467) : En (...)

132Le verbe rezat′, selon le contexte, signifie « opérer » ou « égorger » ; il signifie en fait quelque chose comme : « au moyen d’un instrument coupant, faire une incision plus ou moins significative ». L’interprétation exacte dépendra du contexte/co-texte. Ce qui est en cause ici n’est pas l’aspect, mais le contenu sémantique exact que récapitule le lexème rezat′. L’appariement « rezat′ = cut = couper » que proposent les dictionnaires est inexact et néglige un para-mètre très important : la façon dont chaque langue conceptualise un événement. Le considérer comme un simple verbe d’Accomplissement -télique revient à passer à côté de l’essentiel. Pour un anglophone, le verbe cut implique déjà une transformation de son objet46 : le syntagme to cut a man, si tant est qu’il est interprétable, implique que l’homme est en morceaux, ce que n’implique absolument pas le syntagme rezat′ čeloveka, qui signifie de façon beaucoup plus générale que l’homme a subi une incision, de quelque nature qu’elle soit.

133Un imperfectif second comme zarezat′ ne laisse subsister qu’un sens, celui d’« égorger » :

91)

Arnol′d s gnevom zarezaet I Konstantina nožom: “Podonok”.

Leopol′d: “Etogo toze rež I.”

Arnold, furieux, égorge Constantin avec son couteau : « Salaud ! »

Léopold : « Égorge aussi celui-là ! »

134Dans cet exemple, l’indication scénique utilise le verbe zarezat′, descriptivement précis (le lecteur doit comprendre que le sens est celui d’« égorger » et non d’« inciser » ou d’« opérer »), mais le personnage de Léopold, qui incite Arnold à faire la même chose sur un autre personnage, utilise l’imperfectif du verbe simple rezat′ (rež′ !) car le sens est tout à fait clair. C’est souvent le cas dans les textes ; une fois le sens précis exprimé au moyen du verbe préverbé, le verbe non préverbé est ensuite repris :

[le passage décrit le rite de l’égorgement du mouton chez les peuples musulmans – Tchouvaches, Tatars – du Caucase :]

92)

Na sledujuščij den′ okolo poludnja zarezajutI barana dlja pominok. Odnako rezatI barana čuvašu ne polagaetsja ; kak pravilo, dlja ètogo priglašajut kakogo-nibud′ znakomogo tatarina iz sosednej derevni : Le jour suivant vers midi, ils égorgent le mouton pour la veillée. Cependant, un Tchouvache ne doit pas tuer/égorger le mouton ; selon les règles, pour cela on fait venir d’un village voisin un Tatar de ses connaissances.

  • 47 The lexical meaning of most simplex verbs signals a specific situation. (Brecht 1985 : 15)

135Ces exemples montrent que ni l’aspect grammatical (les deux verbes – -zarezajut et rezat′ – sont imperfectifs) ni l’aspect sémantique (les deux verbes sont dans ce contexte des Accomplissements) ne sont en cause ici. Brecht a justement noté que le verbe imperfectif « simple » est souvent utilisé pour signifier l’actualité de l’événement dans le présent de l’énonciateur : « le sens lexical de la plupart des verbes simplex signale une situation spécifique47 ». En fait, dans ces exemples, ce qui est perdu en spécificité sémantique lexicale est gagné en spécificité situationnelle (rezat′ renvoie à une situation actualisée, qui n’a pas besoin d’être aussi précise puisqu’elle est observée en contexte, donc identifiée a priori). Cela peut fournir une réponse à l’énigme des imperfectifs seconds : le verbe préverbé, qu’il soit perfectif ou imperfectif second, exige dans tous les cas la présence d’un COD (s’il est transitif, bien entendu). Veyrenc et Forsyth font remarquer que la plupart du temps, les imperfectifs seconds relèvent d’un niveau de langue soit plus soutenu (technique) soit plus vulgaire, selon l’item lexical, mais surtout inactuel. Ceci jette un sérieux doute sur l’unique fonction de « télicisation » du perfectif.

  • 48 … To provide a general means of transforming one kind of situation into another without modifying t (...)

136À la télicisation opérée par le préverbe sur le verbe imperfectif simple, Brecht oppose logiquement l’opération d’atélicisation : c’est le processus inverse par lequel des situations téliques sont vues de façon non téliques. Le mécanisme fonctionne dans les deux sens. La fonction basique de l’aspect pour l’auteur est résumée ainsi : « fournir un moyen général de transformation d’une sorte de situation en une autre sorte sans modifier la nature globale de la situation en aucune autre façon48 » (Brecht 1985 : 17). Il s’agit d’une théorie de la coercition des types aspectuels sémantiques (cf. chapitre 3). L’argument est le suivant : un certain nombre de notions spécifiques (processus, répétition, conation, etc.) ont été traditionnellement attachées aux énoncés contenant un verbe imperfectif. Dans l’optique traditionnelle, la raison pour laquelle ces notions sont générées reste inexpliquée. Brecht fait l’hypothèse que ces associations s’expliquent par la seule prise en compte de l’interaction entre aspect situationnel et aspect grammatical. Ainsi, une Culmination (Accomplissement) atélicisée devient Activité, car une partie intégrante de la composition des Culminations est processuelle ; le sens progressif-duratif naît naturellement :

93)

On ob′′jasnjalI mne to, čto ja ne ponjal : Il m’expliquait ce que je n’avais pas compris.

137En revanche, un Achèvement atélicisé donne un sens de répétition, car la partie essentielle de la structure des Achèvements est le changement instantané, et la seule interprétation atélique possible d’une telle situation est l’analyse de la situation comme un état continu qui contient un nombre indéfini de « changements brusques » (une situation répétée équivaut à un État) :

94)

Viktor prixodilI i srazu že uxodil : Victor arrivait et repartait aussitôt.

138Brecht met l’accent sur une caractéristique importante des Achèvements, déjà notée ; leur incapacité à renvoyer à un événement qui peut être prédiqué de façon déictique du moment présent :

95)

*Čto slučaetsja ? : Que se passe-t-il ?

*Vot on prixodit : Le voici qui arrive.

*On naxodit ključ : il trouve la clé.

139La contrainte est forte : un vrai Achèvement ne peut désigner, à l’imperfectif, qu’une action qui se répète, la situation dénotée est toujours une situation inactuelle (Guiraud-Weber 1987 : 192). On l’a vu, les imperfectifs seconds partagent souvent cette propriété :

96)

*On sejčas pročityvaet knigu : il est en train de lire ce livre.

140Cela est vrai, mais ne diffère en rien des homologues français (*Il trouve la clé) et anglais (*He’s finding the key now) des verbes d’Achèvement ; le problème réside dans l’absence de structure temporelle propre aux Achèvements et à la particularité qu’ils ont de ne dénoter qu’un état final : « trouver la clé », c’est déjà « l’avoir trouvée ». C’est donc l’association entre le temps de la conjugaison (présent/passé – rappelons-nous la logique des intervalles) et la structure du verbe d’Achèvement qui pose problème. Aux modes non finis, cette contrainte disparaît :

97)

Začem? – dumal ja, – začem naxoditI obščee rešenie, esli častnoe rešenie najtiPprošče i bystree? : À quoi bon? – pensais-je –, à quoi bon trouver une décision collective, s’il est plus facile et plus rapide de trouver une décision individuelle

141Les interactions entre aspect situationnel/aspect grammatical ne s’arrêtent pas là ; un Achèvement peut devenir quand même Activité, il y a alors conflit :

98)

Levin slušal i pridumyvalI i ne mog pridumatP čto skazat′ : Levin listened and tried to think of something to say, but couldn’t.

142Le verbe pridumat′ / pridumyvat′ signifie to think of something ; on peut considérer que c’est un Achèvement (un « Incident », selon Selivërstova). Le sens qui apparaît dans la phrase est celui de conation : l’imperfectif marque une tentative plus ou moins longue qui vise à amener la transition instantanée dans le nouvel état. Ce sens de conation est expliqué dans la théorie de Brecht : il est conditionné par des règles sémantiques. Cette explication temporelle est cependant falsifiée par le fait que le paramètre de contrôle du sujet est crucial pour permettre cette valeur (p. 111-116).

143Le changement situationnel provoqué par le changement d’aspect est un phénomène général ; même les Activités atéliques (čitat′, guljat′) peuvent être transformées en État, selon Brecht :

99)

My každyj večer guljaliI v parke : Tous les soirs nous nous promenions dans le parc.

144L’adverbial každyj večer supprime le composant processuel du verbe guljat′. Il existe un suffixe (toujours le même, mais dans sa version archaïque), -va, qui servait en russe classique à dériver des États itérés :

100)

V molodosti on otlično pevalI : In his youth he had been an outstanding singer. (pet′pevat′)

145Du point de vue interprétatif, toutes ces remarques sont exactes : un verbe change d’interprétation sous l’effet d’autres opérateurs. En particulier, à l’imperfectif, un verbe télique devient facilement atélique. Mais on va voir que l’inverse est tout aussi vrai : un verbe perfectif, qui devrait être télique, est aussi parfois atélique (cf. Filip et l’énigme de quantisation en russe, chapitre 3). Ce que je tente de montrer ici est que l’affirmation sur laquelle repose toute cette démonstration (« la nature inhérente de la situation concernée est vitale pour une compréhension de la catégorie grammaticale de l’aspect », Brecht 1985 : 11) est excessive et non supportée par les données du russe parce qu’elle néglige au moins deux données très importantes : 1) le contrôle/l’agentivité du sujet, et 2) le comportement très différent de l’opposition perfectif/imperfectif dans les questions (en wh- notamment) et dans d’autres configurations (modes non finis). La discussion précédente a suggéré que l’aspect n’est peut-être au fond qu’un épiphénomène et que c’est la modalité du rapport sujet-verbe-objet qui est peut-être fondamentalement en cause. Dans de très nombreux cas, l’imperfectivation d’un verbe n’émousse en rien la télicité du verbe de base. Brecht évoque cette question, il est un des rares à le faire : il reconnaît l’omniprésence du sens de « constatation d’un fait » lié au verbe imperfectif, admettant que c’est un des « plus difficiles et importants faits de grammaire de l’aspect en russe ». Ce sens concerne en priorité les Culminations. Il y a aussi le sens d’« action annulée » qui doit recevoir une explication, comme dans :

101)

Vanja uže otkryvalIokno : Vania a déjà ouvert la fenêtre (puis l’a refermée).

146Il est surprenant, dans une théorie qui fait de l’atélicisation l’apport sémantique central de l’imperfectivité, de trouver un sens pareil ; le verbe imperfectif otkryvat′ devrait être atélique (progressif, itératif), pourtant dans ce contexte ce n’est pas le cas, il semble même « sur-télique » (fenêtre ouverte – puis refermée : fin du cycle). Pour ces emplois, Brecht propose la solution suivante, inédite, ad hoc, mais néanmoins intéressante :

  • 49 [With the imperfective verb] the existence of the goal or end-point is obvious from the whole situa (...)

[Avec le verbe imperfectif] l’existence du but ou du point final est rendue évidente par la situation, et la représentation paradoxalement atélique de la situation produit une neutralisation de ce point final49. (Brecht 1985 : 29)

147Elle rejoint la description qu’utilisent Forsyth et d’autres auteurs (Bondarko) de « constatation d’un fait » pour l’imperfectif ; l’imperfectif de la phrase 101) ne dit que : « je constate qu’il y a eu ouverture de la fenêtre ». L’effet « action annulée » est une inférence pragmatique ; on peut utiliser le verbe oktkryval même si la porte ou la fenêtre sont encore ouvertes. L’auteur de ces lignes a effectué un voyage dans le Transsibérien il y a deux ans ; la coutume veut qu’à chaque arrêt du train, les passagers sont autorisés à descendre se dégourdir les jambes sur le quai, mais il faut appeler la chef de compartiment du wagon que l’on occupe pour qu’elle ferme à clé votre compartiment. Après un arrêt, je remonte dans le train, vois passer une autre chef de wagon, et lui demande d’ouvrir mon compartiment ; quelques instants plus tard, la chef de mon compartiment passe, me voit assis dans mon compartiment, et me fait remarquer, étonnée :

102)

Vam otkryvaliI, a ? : Tiens, on vous a ouvert ?

148Il va de soi que la porte est ouverte, puisque du couloir elle me voit assis dans le compartiment. Elle ne peut pas me dire Vam otkryli ? (verbe perfectif) puisque c’est évident ; elle ne peut que constater le fait : « Quelqu’un vous a ouvert, mais pas moi ! ». Cette utilisation de l’imperfectif n’a rien à voir avec un phénomène d’atélicisation. La chef de train cherchait simplement à savoir qui était le responsable de l’ouverture de la porte, l’« ouvreur », en quelque sorte. Il y a là une logique qui rappelle l’utilisation des structures antipassives : l’objet est présent mais « dé-focalisé », d’où l’incertitude quant à l’état actuel de la fenêtre ou de la porte dans ces phrases.

149Il se passe la même chose dans les trois énoncés ci-dessous avec le verbe priglasit′ / priglašat′ (« inviter ») :

  • 50 Ces exemples sont de Forsyth (1970).

103)

On priglasilP menja v gosti, i zavtra ja pojdu : Il m’a invité chez lui, et demain je viendrai.

104)

On priglašalImenja v gosti v prošlom godu. V ètom godu ja ždal, čto on menja tože priglasit, no on ne priglasilP : Il m’avait invité l’an dernier. Cette année j’attendais qu’il m’invite, mais il ne l’a pas fait (il ne m’a pas invité).

105)

Začem ja èto priglašalI ego? : Mais pourquoi donc est-ce que je l’ai invité ?50

  • 51 Action as a new topic (perfective verb) / nature of the action already clear (imperfective verb) (F (...)

150Avec le verbe perfectif (103), l’implication est que l’invitation tient toujours (les grammaires parlent d’une interprétation « parfaite » du passé perfectif) ; avec le verbe imperfectif, seul le contexte permettra de décider si l’invitation est toujours d’actualité ou non : ce n’est pas le cas dans 104), c’est le cas dans 105), qui est polémique. Ceci conduit Forsyth à dégager des critères qui n’ont plus rien d’aspectuels : « action vue comme un nouveau topique (verbe perfectif) / nature de l’action déjà évidente (verbe imperfectif)51 ».

  • 52 There is a marked tendency for complements with ne xotet′, ne xote’tsja, ne želat′ to be imperfecti (...)

151Je ne développerai pas cet aspect des choses dans cet ouvrage. Il suffit ici de constater que ces critères, pour vagues et intuitifs qu’ils soient, n’ont rien à voir avec la motivation initiale d’un classement sémantique aspectuel des prédicats ; c’est une donnée discursive, textuelle. Un argument qui va dans le même sens concerne la négation et son rapport intime avec le verbe imperfectif : « il existe une tendance marquée pour les compléments des verbes ne xotet′, ne xote′tsja (« ne pas vouloir »), ne želat′ (« ne pas souhaiter ») d’être imperfectif, quelle que soit la nature de l’action concernée52 » (Forsyth 1970 : 252). Timberlake note également que si les Achèvements ne peuvent pas être utilisés dans une configuration durative ou progressive dans un énoncé affirmatif (106, 107), les configurations itératives et négatives (108, 109) les rendent possibles :

106)

*On dolgo prixodilI domoj : He arrived home for a long time.

107)

Ja vstretil počtal′ona na lestnice, kak raz kogda *on prinosilI mne pis′mo : I met the postman on the stairs just as he was bringing me a letter,

108)

Texnika okazyvalasI vsë bessil′nee : The equipment turned out to be ever more ineffectual.

109)

On dolgo ne naxodilI ključ : For a long time he did not find the key.

152Tous ces exemples restent inexpliqués dans une approche « configurationnelle » de l’aspect : si l’aspect sémantique est « vital » (Brecht) pour comprendre l’aspect grammatical, pourquoi cesse-t-il de l’être complètement dans certaines configurations, négatives et aux modes non finis ?

153Je conclus de cette discussion une chose importante qu’il me faudra développer ensuite : les phénomènes de la préverbation et de la suffixation ne jouent pas le rôle de translation aspectuelle de type Aktionsart pour les verbes d’une classe vers une autre classe. L’explication de ces phénomènes (je ne traiterai que de la préverbation) passe par la prise en compte d’un niveau plus primitif que l’aspect sémantique : la façon dont le russe conceptualise et lexicalise les événements.

4.4. Les approches anti-configurationnelles

154Guiraud-Weber (1987) constitue le contrepoint exact de l’approche vendlérienne, elle critique cette présentation de Brecht, trop influencée par la description du verbe anglais : « Il ne convient pas de distinguer en russe les verbes d’État et d’Activité » (Guiraud-Weber 1987 : 193) car ils se comportent exactement de la même façon du point de vue de l’aspect. Selon l’auteur, les situations pertinentes pour une approche configurationnelle de l’aspect sont de trois types :

Adynamiques ;
Dynamiques à effet progressif (DEP) ;
Dynamiques à effet immédiat (DEI). (ibid.)

155Guiraud-Weber fait appel à deux notions cruciales : le changement ou son absence et le type d’effet. Tout processus dynamique vise un changement, ce qui est un concept plus large (mais aussi plus vague) que l’(a)télicité. Par -exemple, un verbe perfectif comme zakričat′ (« se mettre à crier ») est dynamique, pourtant il n’est pas télique ou terminatif puisqu’il dénote le début de l’action. Ensuite, le terme « à effet progressif » signifie que le procès est vu dans son déroulement interne, et le terme « à effet immédiat » que ce changement est instantané. Guiraud-Weber maintient donc ce statut particulier des Achèvements (les Dynamiques à effet immédiat sont en fait des Achèvements).

156La première classe des verbes adynamiques comprend les verbes d’état, de relation, d’activité sans changement, du type : soderžat′sja (« contenir »), prinadležat′ (« appartenir »), kričat′ (« crier »), plavat′ (« nager »), guljat′ (« se promener »), etc. L’écart par rapport à Vendler est considérable : en russe, États et Activités ne se distinguent pas du point de vue formel (linguistique). La classe des DEP inclut un très grand nombre de verbes, comme poslat′ / posylat′ (« envoyer »), napisat′ / pisat′ (« écrire »), svjazat′ / vjazat′ (« tricoter »), etc. La classe des DEI contient les Achèvements, comme poterjat′ / terjat′ (« perdre »), prijti / prixodit′ (« arriver »), slučit′sja / slučat′sja (« se produire »), etc. Dans cette classe, l’auteur note, comme Brecht, que le verbe imperfectif est inapte à exprimer le présent actuel. C’est dans cette dernière classe que se trouvent les quelques verbes perfectifs hors couples : sxodit′ (« faire un saut quelque part ») ; xlynut′ (« jaillir ») ; zabludit′sja (« s’égarer ») ; ruxnut′ (« s’écrouler »). À partir de ces classes sont définis « trois types de participation à l’opposition aspectuelle. » (ibid. : 194), résumés dans le tableau suivant :

classe sémantique :

classe aspectuelle :

AD

→ imperfectifs hors couple

DEP

→ couples à paradigme fonctionnel complet

DEI

→ couples à paradigme fonctionnel défectif

+ perfectifs hors couple. (ibid. : 195)

157Cette présentation me paraît plus juste que celle de Brecht car elle n’implique aucune idée préconçue sur le rapport morphologie-aspect : préverbation et suffixation sont aussi aptes à dériver un verbe d’un aspect à partir d’un verbe de l’autre aspect, aucun de ces deux procédés n’a la préséance. Guiraud-Weber s’empresse d’ajouter quelque chose de très important :

Le système verbo-aspectuel du russe est loin d’être immuable et il évolue sans cesse. Son évolution tend à réduire les catégories hors couple et nous voyons apparaître le couplage aspectuel entre les imperfectifs adynamiques et des perfectifs à effet immédiat, notamment ingressif… [Ce processus] s’accompagne de la désémantisation du préverbe. (ibid. : 195)

  • 53 « Note sur les soi-disants imperfectiva tantum du russe », Russian linguistics, 2005.

158Il est vrai que les russisants américains (pas tous, heureusement), trop occupés à montrer la pertinence des classes aspectuelles de Vendler ou trop centrés sur la morphologie, ont négligé cet aspect des choses. L’auteur de ces lignes a constaté cela dans sa pratique courante du russe : presque tous les verbes se présentent en couple aspectuel. Comrie (1976) l’avait noté : le préverbe « vide » po- se généralise comme marqueur perfectivant généralisé. Un article très récent du linguiste russe Sobolev53, basé sur un corpus de langue contemporaine rassemblé à partir d’Internet, critique le postulat dominant (représenté par Brecht et Padučeva) du « conditionnement de principe du sens grammatical de l’aspect par la sémantique lexicale du verbe » (citant Padučeva, Sobolev 2005 : 190). Il montre que la thèse qui soutient que les verbes imperfectiva tantum, dénotant des États atemporels, n’apparaissent pas en couple aspectuel, est fausse : la dynamique du système force un appariement aspectuel. Pour Sobolev, il n’y a

…aucune […] raison de lier directement le processus de perfectivisation ou d’imperfectivisation à une classe ou une autre de lexèmes en fonction du sémantisme de ces lexèmes et de déterminer le sens grammatical de l’aspect en fonction de la sémantique lexicale. (ibid. : 196).

159C’est une position extrême, mais les exemples de l’auteur sont convaincants. Il étudie en particulier le comportement de deux verbes d’État par excellence, prixodit′sja et dovodit′sja, tous deux traditionnellement donnés comme imperfectiva tantum par les grammaires et les dictionnaires à cause de leur sémantisme atemporel et de leur absence de structure interne. Ces verbes ont un sens relationnel, qui peut être traduit par : « be related to » en anglais :

110)

On mne dovoditsjaI / prixoditsjaI dvojurodnym bratom : Il est mon cousin (littéralement, en anglais : he’s related to me as a cousin).

160Sobolev montre que l’usage contemporain fait apparaître non seulement un emploi temporel normal (avec l’adverbe teper′ : maintenant), mais un corrélat perfectif :

111)

Ja vyšla zamuž za Friza, potom razvelas′ i teper′ prixožusI ženoj Džonu : J’ai épousé Friz, ensuite j’ai divorcé et maintenant je suis devenue la femme de John.

112)

Ljubopytno, čto rebënok formal′no pridëtsjaP djadej Kristine Orbakajte : Il est curieux de voir que l’enfant sera formellement l’oncle de Kristina Orbakaïta.

161L’auteur fustige les codificateurs de la langue qui reproduisent des choses lues et relues qui ne correspondent plus à l’état de la langue. Sans aller aussi loin, je partage sur le fond la thèse de l’auteur. La prise en compte de l’aspect sémantique permet de prédire certains sens et d’en invalider d’autres, mais n’explique pas l’aspect grammatical. Il faut sortir du « conditionnement lexicaliste » (J. Fontaine) pour comprendre l’aspect grammatical.

162En guise de clôture de ce chapitre, il convient de mentionner que des approches différentes existent, comme celles de Forsyth (1970) et Klein (1995). Pour ces deux auteurs, les classes sémantiques sont convoquées mais pas directement, l’aspect grammatical existe indépendamment des classes sémantiques des verbes.

4.5. L’aspect grammatical considéré hors aspect sémantique

163Le plan du livre de Forsyth (1970), un classique unanimement reconnu par tous les slavisants, est très révélateur : le chapitre sur les regroupements sémantico-aspectuels des paires aspectuelles vient seulement après les chapitres 1 (Aspect as a privative opposition) et 2 (Aspect and form, qui traite des modes d’action, de la préverbation et de la suffixation). Ce n’est qu’un sous-chapitre, inclus sous le titre général du chapitre 3, Aspectual pairs. Forsyth n’est pas totalement convaincu du bien-fondé de cette approche ; il utilise des termes prudents :

Il peut être utile de classifier [les verbes russes] dans des groupes, en prenant en compte à la fois le sens lexical et les potentialités aspectuelles.

  • 54 It may be useful […] to classify [Russian verbs] into groups, taking into account both lexical mean (...)

Les verbes russes peuvent être classifiés de façon très large dans des groupes sémantiques aspectuels54. (Forsyth 1970 : 46-47 ; je souligne)

164Le reste de l’ouvrage dément presque entièrement ce programme : son titre complet est A Grammar of Aspect – Usage and Meaning in the Russian Verb. Ce à quoi se livre Forsyth avant tout est une description extrêmement détaillée des usages du verbe russe : son ouvrage est précieux et est toujours abondamment cité, c’est une référence, bien que datant de 1970. Il décrit l’opposition aspectuelle au passé, au présent, à l’impératif et à l’infinitif, s’appuyant sur d’excellents exemples contextualisés. Plus l’auteur avance dans l’analyse de ses énoncés, plus il doute de son invariant de départ (l’opposition binaire privative) et du bien-fondé de ses regroupements sémantico-aspectuels initiaux. Comme je l’ai indiqué ci-dessus, c’est bien le verbe imperfectif qui pose problème par son caractère fréquemment non aspectuel au sens traditionnel. Le chapitre de conclusion dément complètement les positions de départ :

  • 55 Certain standard constructions, particularly those in which only the imperfective is used, show con (...)

Certaines constructions standard, en particulier celles dans lesquelles l’imperfectif est utilisé, montrent de façon définitive que la façon dont l’action se déroule dans la réalité n’entre pas en compte dans l’aspect55. (ibid. : 357)

165Le choix entre le verbe perfectif ou le verbe imperfectif repose en fin de compte sur :

  • 56 …the subjective assessment of the semantic-syntactical value to be given to the expression of the a (...)

… l’évaluation subjective de la valeur sémantico-syntaxique à donner à l’expression de l’action dans le contexte donné, le choix étant dicté par des considérations de syntaxe, d’emphase et d’expression émotionnelle56. (ibid. : 357)

166Pour Forsyth, les choses sont claires : l’aspect grammatical n’est pas un phénomène sémantique au sens de Brecht, il n’a pas pour fonction d’encoder formellement des distinctions sémantiques ; c’est un phénomène qui, concernant l’énoncé dans son entier, relève de la sémantique, de la syntaxe et du discours. Curieusement, les linguistes qui citent Forsyth (tous le font à un moment donné) escamotent ce qui pour moi est la vraie originalité de son apport, et se réfèrent à son regroupement sémantico-aspectuel qui n’occupe en tout et pour tout que dix pages sur un ouvrage qui en compte 357 et qui est ensuite invalidé à chaque page.

167C’est également la voie suivie par Klein (1995), qui met l’accent sur le paramètre temporel dans le choix aspectuel. Il commence par énoncer les règles morphologiques de base de construction des items lexicaux en russe en fonction des paramètres aspectuels ; il n’y a là rien de nouveau :

  1. Les verbes simples (c’est-à-dire, non préfixés ni suffixés) sont d’aspect imperfectif et expriment majoritairement les « 1-state contents » (un état considéré hors opposition).

  2. L’adjonction d’un préverbe a pour effet de rendre le verbe imperfectif simple perfectif ; lexicalement, est créé un « 2-state content » : le préverbe ajoute le composant and then no longer. Par exemple, otkryt′ okno (« ouvrir la fenêtre ») signifie bien que d’un état [non ouvert] la fenêtre passe à l’état [ouvert] : le premier état est l’état source (ES), le second est l’état cible (EC).

  3. Enfin, la suffixation par -iva/-yva qui s’applique à un « 2-state verb » préfixé marque l’ES comme « état distingué » (distinguished state, DS) pour le marquage aspectuel. Par exemple, le verbe imperfectif perepisyvat′, to copy, dérivé à partir de perepisat′ (lui-même dérivé de pisat′), signifie : « to copy and then not to copy », mais -yva signifie explicitement que l’EC n’est pas concerné par l’assertion. C’est la même chose pour otkryvat′ okno : l’état cible [fenêtre ouverte] n’est plus l’enjeu de l’assertion.

  • 57 Le topic time (ou encore assertion time) est défini par l’auteur comme the claim for which an asser (...)

168Klein définit l’aspect (dans les modes finis, bien entendu) comme la relation temporelle entre le temps de la situation décrite par le verbe (T-SIT) et le temps sur lequel porte l’assertion, ce qu’il appelle le topic time (TT)57. Le verbe perfectif signifie que TT a un sous-intervalle commun avec l’ES et l’EC. Donc, seuls les 2-state contents sont concernés ; dans cette optique, les 1-state contents sont obligatoirement imperfectifs. L’assertion porte donc, dans le cas du perfectif, sur ES et EC.

169Le verbe imperfectif signifie que TT a un sous-intervalle commun avec le DS, c’est-à-dire le seul état des 1-state et l’ES des 2-state ; DS peut être inclus dans TT, il peut lui être simultané, il peut s’agir du contenu entier, cela reste non précisé, mais la condition est que TT ne focalise pas EC. L’assertion porte donc sur DS ; EC peut être atteint, mais ce n’est pas ce qui est asserté.

170Le membre marqué reste le verbe perfectif ; celui-ci dit explicitement que l’EC, construit par le 2-state, doit faire partie de la dénotation de l’item (par définition) ; cet EC est impliqué, ne peut pas ne pas être là. L’idée d’introduire le temps d’assertion (topic time) comme élément déterminant du choix perfectif/imperfectif est un progrès par rapport aux explications qui reposent sur la présence ou l’absence d’une structure interne à la situation dénotée par le verbe pour l’opposition perfectif/imperfectif (Comrie, Smith, entre autres). La présence vs. l’absence d’assertion de l’EC explique souvent certains choix aspectuels, comme dans les exemples suivants :

113)

A kogda on prišël na vstreču, russkix tam okazalos′ troe. Oni posadiliP ego v mašinu, otvezliP v Klosternojburgskij les, svjazaliP, biliI, žgliI zažigalkami lico, slomaliP celjust′, ruki, nogi i tri rebra i sbrosiliP v ovrag.

Et quand il est arrivé à la réunion, il y avait trois Russes. Ils l’ont fait asseoir dans la voiture, l’ont emmené dans la forêt de Klosternoïbourgski, l’ont ligoté, battu, lui ont brûlé le visage avec des briquets, lui ont cassé la machoîre, les bras, les jambes et trois côtes et l’ont jeté dans un fossé.

171Tous les verbes sont d’aspect perfectif sauf deux : bili (« battre ») et žgli (« brûler ») sont à l’aspect imperfectif. Cette alternance entre verbe perfectif et imperfectif, a priori curieuse dans une séquence narrative, est tout à fait normale en russe. L’explication tient à l’aspect sémantique différent de ces deux verbes ; la substitution avec les verbes perfectifs correspondants (pobili ou pribili ego ; sožgli lico) impliquerait la mesure et le point terminal (le 2-state) forcément atteint : pribili impliquerait que le personnage a été tabassé jusqu’à l’inanition, et sožgli lico, que son visage a été entièrement brûlé. Cette interprétation n’étant pas souhaitable, le verbe imperfectif est utilisé. On pense à la fonction appelée « de-emphasis » de l’imperfectif de Brecht.

172Cela signifie que l’appartenance sémantique du verbe utilisé, à un premier niveau d’analyse, détermine bien le choix aspectuel. C’est là où une analyse modulaire prend son sens : l’aspect grammatical est sensible aux différences d’aspect sémantique du prédicat au niveau d’un module lexico-sémantique, et reconduit parfois en partie cette information. Cela n’a rien d’étonnant : Vendler a montré qu’un même principe opérait pour l’anglais avec be V-ing, incompatible avec les vrais statifs. Mais la difficulté est que parfois cette différence ne joue plus. Dans l’énoncé suivant, les conditions objectives de la situation (état cible du 2-state effectivement atteint) devraient garantir l’utilisation du verbe perfectif, c’est pourtant le verbe imperfectif qui est utilisé :

114)

V Moskve v zale zasedanij Verxovnogo Suda SSSR slušaetsja sumgaitskoe delo. Idët process, rasskryvajuščij sut′ pamjatnyx vsem sobytij fevralja, kogda ozverevšie prestupniki ubivaliI, nasilovaliI, grabiliI, žgliIdoma.

À Moscou, dans la salle de l’assemblée du Tribunal Suprême de l’URSS on auditionne l’affaire de Sumgaït. Le procès se déroule, rappelant l’essentiel des événements de février, lorsque les prévenus devenus fous ont tué, violé, pillé et brûlé des maisons.

173Il y a de toute évidence d’autres paramètres qui entrent en jeu ici. Le sens immédiatement perceptible de ces verbes à l’imperfectif est celui de rappel d’événements connus du destinaire. Il s’agit de rappeler les chefs d’accusation à l’encontre des prévenus, l’orientation discursive a changé. La substitution avec les verbes perfectifs changerait la forme et le sens du message :

  • du point de vue de la forme, il faudrait que les arguments internes directs soient obligatoirement exprimés pour les deux premiers verbes : ubili mnogo ljudej (« ont tué beaucoup de gens ») i iznasilovali ženščin (« ont violé des femmes »), ograbili i sožgli doma.

  • du point de vue du sens, les événements décrits seraient soit nouveaux (inconnus) pour le destinataire, donc venant de se passer et aux effets encore très présents, ou bien le locuteur soulignerait ce que les criminels en question ont réussi à faire.

174Cependant, contra Klein, un verbe de type 1-state (avec pour seul état pertinent l’EC) peut très bien, par émulation en quelque sorte, devenir 2-state et apparaître au perfectif à côté d’un vrai 2-state, comme dans :

115)

Ja prožil u Fëdora četvero sutok, ne vspominaja ob Inne i svoëm komp′utere. Nam s Fedej bylo o čëm pogovoritP i o čëm pomolčatP.

Je suis resté chez Fiodor quarante-huit heures et n’ai plus pensé ni à Inna ni à mon ordinateur. Fiodor et moi nous avions de quoi parler et aussi des choses à ne pas dire (litt. : « de quoi se taire »).

116)

– Nam nado pogovoritP.

– Ja slušaju.

– Eto ne dlja telefona. Nam nado vstretitsja P.

– Nam ne o čem govoritI i nezačem vstrečatsja I.

– Il faut qu’on parle.

– Je t’écoute.

– Je ne peux pas au téléphone. Il faut qu’on se rencontre.

– Nous n’avons rien à nous dire et aucune raison de nous rencontrer.

175La généralisation de Klein ne correspond pas exactement à la réalité de la langue : tous les verbes présents dans ces exemples, qu’ils soient
1-state (pogovorit′, « parler », pomolčat′, « se taire ») ou 2-state (vstretit′sja, « se rencontrer »), sont ici à l’aspect perfectif. 116) est très intéressant : les deux verbes au perfectif pogovorit′ (1-state, Activité) et vstretit′sja (2-state, Accomplissement) sont repris, en contexte négatif, par leurs correspondants imperfectifs (govorit′ / vstrečat′sja). C’est une nécessité formelle : n’importe quel type de verbe présenterait cette alternance dans ce contexte.

176Les théories « configurationnelles » discutées dans ce chapitre ainsi que les éléments d’analyse diachronique sur l’apparition de la corrélation aspectuelle donnent à voir un certain nombre de données qui ne concernent que l’aspect dans les modes finis, essentiellement au passé :

  • Les classes de Vendler s’adaptent mal aux faits du russe ; la majorité des bases verbales, d’aspect imperfectif, ne sont ni Activités ni Accomplissements, la configuration discursive est primordiale pour leur assignation à l’une ou l’autre des classes aspectuelles. Un fait têtu dans l’étude des paires perfectif/imperfectif est le statut discursif de l’événement, que je peux résumer à grands traits ainsi : « nouveau (rhématique) » / « ancien (thématique) » ; cette problématique nous éloigne singulièrement de la sémantique lexicale.

  • L’adjonction d’un préverbe change la donne et induit très souvent, il est vrai, une télicisation du VP que la simple base verbale ne permettait pas naturellement ; seulement, peut-on réduire l’apport du préverbe à cette seule fonction ? Que veut dire le préverbe na- dans napisat′ ? Pourquoi semble-t-il avoir un effet aspectuel dans napisat′ (télicisation) alors qu’il n’en a aucun (ou tout du moins pas le même) dans nakupit′ knig, « acheter beaucoup de livres », perfectif malgré tout ? Ce qui manque est une théorie beaucoup plus générale de la perfectivation, ce qu’un pan de la recherche très récente qui se concentre sur les préverbes a désormais mis au centre de ses préoccupations (Janda 1986, Krongauz 1998, Dobrušina, Paillard, Mellina 2001). L’aspectologie s’inscrit à présent dans un cadre élargi de réflexion qui inclut, de façon cruciale, une nouvelle approche du lexique. Elle est remplacée par la « préfixologie » (Krongauz 1998).

177Le chapitre suivant tentera d’apporter des réponses à ces questions.

Notes

1 Le linguiste russisant Forsyth (1970) utilise le terme anglais de procedural.

2 Perfectivisation is and remains a by-product of the word-building process.

3 Le verbe pročla est une variante parlée du verbe pročitala.

4 Cette assignation d’un sens particulier est en soi très problématique car le préverbe u- n’a généralement pas le sens d’inchoation dans les formations où il apparaît.

5 Le terme russe predikat a ici le sens de prédicat sémantique, autrement dit, le verbe et ses arguments. Le choix de ce terme vient du positionnement théorique de la linguiste russe, qui considère qu’un verbe décrit avant tout un état de choses (položenie veščej, ou state of affairs), donc a une portée phrastique.

6 En fait, le second chapitre est de la linguiste Bulygina.

7 Le terme russe est « kontroliruemost′ », c’est-à-dire le fait que le sujet (animé humain) du prédicat contrôle, au sens banal du terme, l’action que celui-ci désigne. Il ne s’agit pas à strictement parler d’agentivité dans le sens du rôle sémantique d’agent, mais de quelque chose de plus général que cela comme la volition, l’intentionnalité, la participation, etc.

8 Le terme russe est svojstvo, « qualité ».

9 It may be the case that I know geography now, but this does not mean that a process of knowing geography is going on at present consisting of phases succeeding one another in time. (Vendler 1967 : 99-100)

10 We find […] that one cannot know, believe, or love deliberately or carefully, and none of us can be accused of, or held responsible for, having “done” so either. We may conclude […] by saying that states and some achievements cannot be qualified as actions at all. (ibid. : 106)

11 progressive states, habitual states, states of the event. Le chapitre 3 traite de ces questions liées à la coercition des types.

12 Respectivement, en russe : dejstvija ; sostojanija ; svojstva ou kačestva.

13 En russe, statičeskoe javlenie, et projavlenie, respectivement.

14 Sostojanie.

15 Fazovoe suščestvovanie.

16 Klassy, en russe ; le terme signifie que ces prédicats dénotent non pas des situations particulières, mais des « classes » de situations disparates réunies sous un lexème.

17 Les Récanati reprennent la notion de valeur épisodique de be V-ing (Langacker) pour expliquer cette co-occurrence possible de ces types d’États avec be V-ing.

18 Thus, a sentence like The village was lying in the valley seems to report a state of a village as seen by the narrator who is telling the story as if he had just entered the valley. […] The state is reported from the point of view of the narrator.

19 Remarque et énoncé cités par C.  Delmas (2000 : 184).

20 Je ne fais figurer que les bases verbales imperfectives, mais il va de soi que les verbes perfectifs correspondants sont eux aussi concernés : sgoret′ / pošumet′ / poguljat′ / podraznit′ / pogovorit′.

21 Le terme d’« Incident » n’est peut-être pas le meilleur en français, mais il a le mérite d’exister ; le mot russe « proizšestvie » vient du verbe proizojti, « arriver, se produire, survenir ». Littéralement donc, « proizšestvie » signifie « survenance », terme qui n’existe pas en français. Le choix de ce terme en russe souligne l’absence de toute phase préparatoire au procès que désigne le verbe auquel il s’applique.

22 Je donne ici les deux membres du couple (dans l’ordre, perfectif / imperfectif) pour bien souligner que l’aspect n’intervient pas dans cette sous-classe sémantique.

23 « Vid i leksičeskoe značenie glagola v sovremennom russkom literaturnom jazyke » (L’aspect et le sens lexical du verbe dans la langue littéraire russe contemporaine).

24 De Swart (1998), dans le même esprit, parle de « state of the event » pour des phrases au progressif telles que Mary was reading a book. (355)

25 Tous les exemples qui suivent sont empruntés à Bulygina (1982 : 72-75).

26 Exemple de Forsyth (1970 : 72)

27 Exemples tirés de Bulygina (1982 : 81-82).

28 Communication personnelle.

29 Il convient également de citer les langues qui opposent les constructions antipassives, qui sont des constructions dans lesquels l’objet est défocalisé ou moins défini que dans leur contrepartie, les constructions transitives ergatives, qui mettent l’objet en saillance. Il est connu que dans certaines langues eskimos par exemple (Groënlandais de l’Ouest), une des corrélations discursives majeures de cette opposition morphologique qui touche à la relation « sujet-verbe-objet » est l’opposition entre un événement perfectif, ponctuel, résultatif (construction ergative) vs. un événement imperfectif, duratif, itératif (construction antipassive). Il y a là une voie de recherche prometteuse à explorer. (cf. l’article de Bittner, M., 1987, « On the Semantics of the Greenlandic Antipassive and Related Constructions », in International Journal of American Linguistics, vol. 53, n° 2, p. 194-231.

30 Le verbe imperfectif est également le seul moyen de marquer le « parfait expérientiel » (Mc Cawley 1971) : Vy kogda-nibud′ čitali I Vojnu i Mir? : Have you ever read War and Peace?

31 Ces quatre formes sont : l’infinitif indéfini, pisat′, « écrire » ; le sémelfactif, dvinut′, « remuer, déplacer en une seule fois » ; l’accompli, napisat′ , « écrire » ; l’itératif, pisyvat′, « écrire fréquemment ».

32 Elle cite la grammaire de Michel de Neuville (1818), qui traitait explicitement des aspects dans le verbe français.

33 Ou bien, dans les termes de Denis Paillard, de le « dénaturaliser ». L’ouvrage de Cohen (L’aspect verbal, 1989) constituait une tentative de déslaviser l’aspect.

34 Karcevskij 1927 : 103, cité par Fontaine 1983 : 27.

35 Ibid. : 28.

36 Fontaine, op. cit. : 35.

37 Ibid. : 36-37.

38 M. Guiraud-Weber 1987: 190.

39 xočem pomereti, « nous mourrons », littéralement : « nous voulons mourir » ; imam pobedeti : je vaincrai, « j’ai à vaincre ».

40 La grammaire du Donat (1522) illustre bien ce mélange de formes qui atteste de l’évolution de la langue sur ce point : les paradigmes de conjugaison montrent que les formes de « être » (esm′, esi) sont ressenties comme des pronoms personnels (ja, ty), et la première personne du passé reproduit l’ancienne forme d’aoriste (en -ex) : xotex (« je voulais »), xotel esi (« tu voulais »), xotel on (« il voulait ») (Archaimbault 1999 : 65).

41 Pour la translittération des exemples en vieux slave, je me fonde sur le tableau des alphabets du Manuel de Vieux Slave d’André Vaillant (1964 : 22). De nombreuses voyelles du vieux slave (ĭ,ě,ŭ, en particulier) ont disparu en russe moderne.

42 telic activities (Timberlake 2004 : 411).

43 The inherent nature of the situation involved is vital to an understanding of the grammatical category of aspect.

44 Je donne les paires de verbes dans l’ordre « perfectif / imperfectif ».

45 Vogeleer nomme cette restriction la condition de multiplicité des occurrences hypothétiques, qui peut trouver expression au moyen d’un indéfini (1), d’un pluriel ou d’un nom collectif (2), ou encore d’un « nom indéfini existentiel à référent non identifié » (3) :

1) Ty kogda-nibud′ nyrjalI? : As-tu jamais plongé (=fait de la plongée) ?

2) Ty davalI korove seno? : As-tu donné du/le foin à la vache ?

3) Ty segodnja pokupalI gazetu? : As-tu acheté le journal aujourd’hui ?

46 Voici par exemple l’« élucidation du sens » du verbe cut que propose Higginbotham (1989 : 467) : Entry for cut : « cut is a V that applies truly to situations e, involving a patient y and an agent x who, by means of some instrument z, effects in e a linear separation in the material integrity of y ».

47 The lexical meaning of most simplex verbs signals a specific situation. (Brecht 1985 : 15)

48 … To provide a general means of transforming one kind of situation into another without modifying the general nature of the situation in any other way.

49 [With the imperfective verb] the existence of the goal or end-point is obvious from the whole situation, and the apparently conflicting representation of the situation as atelic produces the deemphasis of this end-point.

50 Ces exemples sont de Forsyth (1970).

51 Action as a new topic (perfective verb) / nature of the action already clear (imperfective verb) (Forsyth 1970 : 65-66)

52 There is a marked tendency for complements with ne xotet′, ne xote’tsja, ne želat′ to be imperfective, whatever the nature of the action concerned.

53 « Note sur les soi-disants imperfectiva tantum du russe », Russian linguistics, 2005.

54 It may be useful […] to classify [Russian verbs] into groups, taking into account both lexical meaning and aspectual potentialities.

Russian verbs can be broadly classified into aspectual-semantic groups.

55 Certain standard constructions, particularly those in which only the imperfective is used, show conclusively that the question of how the action proceeds in reality does not enter into aspect.

56 …the subjective assessment of the semantic-syntactical value to be given to the expression of the action in the given context, the “choice” being governed by consideration of syntax, emphasis and emotional expression.

57 Le topic time (ou encore assertion time) est défini par l’auteur comme the claim for which an assertion is made.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540