Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Les fondements de l’aspect sémantique

Testo integrale

Préambule : Pourquoi une classification aspectuelle ?

  • 1 Le terme a été forgé par Sigurd Agrell en 1908, lorsque celui-ci décrivait le verbe polonais, afi (...)

1Toute classification sémantique aspectuelle s’appuie sur deux compo-santes, deux méthodes : au départ, les linguistes se donnent un certain nombre de primitives, puis ils inventent des procédés de calcul divers et de composition entre ces primitives. L’étude de l’AsS implique donc d’abord des choix ontologiques : les entités que les linguistes se proposent de manipuler sont soit de nature temporelle – des points, des intervalles, des « tranches de temps » – soit ce sont des événements auxquels les phrases des langues naturelles font naturellement référence (Davidson 1967, Mourelatos 1978, Parsons 1990, Krifka 1998), pour d’autres encore, l’Aktionsart1 des verbes et VPs ne récapitule que de l’espace, plus précisément des trajectoires spatiales (Langacker 1980) ; à un niveau de généralisation supérieure, les verbes ne profilent que différentes portions de chaînes causales (Croft 1998). Munis de cette ontologie des objets, les linguistes suivent généralement une voie commune qui se décline différemment selon le cadre théorique dans lequel ils opèrent : que leur modèle s’adosse à une conception logicienne de la langue (Dowty 1979) ou plutôt globalement « cognitiviste » (Pustejovsky 1991, Klein 1994), ils ont eu amplement recours à des prédicats primitifs de type génératifs qui postulent l’existence de structures conceptuelles lexicales (au sens de Jackendoff 1990, Levin et RHovav 1995, 1998, 2005) censées représenter des patrons de base que des opérateurs (ACT, CAUSE, BECOME, etc.) ou des principes d’opposition simple (le principe d’opposition d’Aristote) viennent traduire linguistiquement. D’autres modèles, comme le modèle de la GGT, ont fait un usage ample d’entités fonctionnelles, telles que les verbes légers et les petites propositions. Ce que toutes ces approches ont en commun est la séparation qu’elles présupposent, et qui semble fondamentalement juste, entre une structure fonctionnelle du verbe ou VP qui utilise des concepts en nombre limité (la télicité/l’atélicité ou la notion de changement d’état/transition) et une partie sémantique lexicale qui ne fait que nommer le type de changement exprimé par l’item appelé « verbe ».

  • 2 Le terme consacré en anglais est aspect shift.

2La question centrale à laquelle se proposent de répondre ces théorisations de l’Aktionsart est celle du phénomène généralisé de changement de classe aspectuelle2, selon lequel un V ou VP, sous l’effet de l’interaction de divers éléments co-textuels, modifie à la fois sa structure syntaxique et lexicale. Un choix même limité d’exemples donnera déjà la mesure du problème auquel nous devons apporter des réponses dans cet ouvrage :

1)

John drank a beer.

2)

John drank beer.

3)

John ran for two hours.

4)

John ran three miles in an hour.

5)

John ran to the store.

6)

John ran away.

7)

John wrote a letter.

8)

John was writing a letter.

9)

Write your way into the graduate school of your choice.

10)

John’s written off four cars.

  • 3 Il s’agit de la traduction du terme anglais coercion.

3Dans toutes ces phrases, les verbes drink, run et write semblent changer de sens selon le contexte syntaxique dans lequel ils apparaissent : si on s’accordera pour dire qu’il est bien question de « boire » dans 1) et 2), le verbe run ne dit pas tout à fait la même chose dans 3), qui décrit vraiment l’activité réelle d’un sujet (la course), et dans 6), où l’information principale est que le référent du sujet n’est plus présent (away). Les choses sont plus radicales dans les exemples faisant figurer le verbe write : s’il est bien question de l’écriture d’une lettre dans 7) et 8), les modalités en sont différentes puisque 7) nous laisse conclure facilement à l’existence de la lettre, ce que 8) n’implique pas forcément : je peux énoncer 8) sans qu’aucune lettre n’accède jamais à l’existence. C’est le fameux « paradoxe imperfectif » (Dowty 1979). Les phrases 9) et 10) sont encore plus surprenantes : un élément nominal de type directionnel semble faire fonction de COD pour un verbe clairement non directionnel dans 9), et il n’est plus du tout question d’écriture dans 10). Ces exemples résument bien la problématique qu’il nous incombe de clarifier, à savoir l’idée que tout se calcule : l’Aktionsart du VP vient autant du verbe que de l’interaction de ce verbe avec d’autres expressions, dont des expressions nominales argumentales (principalement le COD), mais aussi de la présence d’un certain type d’adverbiaux (in x time / for x time), des formes de « coercition3 » (be V-ing), de la présence de PP et/ou de particules et autres constructions résultatives – tous ces éléments contribuent aux phénomènes de changement de type aspectuel des prédicats.

4Mais ces phénomènes, pour répandus qu’ils soient, ne sont pas généralisables à tous les verbes ; certains ne l’acceptent pas :

  • 4 Les exemples 14) et 16) sont de Hoekstra (1988).

11)

*He killed himself free (sur le modèle de : He read himself blind).

12)

*He reached his way onto Mount Everest.

13)

*He arrived out of the house.

14)

*The rejected lover hated his girlfriend dead.

15)

*He is knowing the answer.

16)

*Medusa saw the hero into stone4.

5Les verbes comme arrive, kill, appelés Achèvements dans la littérature, et les verbes d’États n’admettent pas de telles compositions, ce qui est surprenant compte tenu de la plasticité que semblait démontrer le verbe anglais dans les exemples précédents. Ces données fournissent les deux types de questions auxquelles cet ouvrage devra répondre :

  1. Dans les exemples de 1) à 10), a-t-on affaire, pour chaque verbe, à une seule entrée lexicale ou plusieurs ? Est-on devant des cas de polysémie ou d’homonymie ? Intuitivement, on aimerait dire qu’il s’agit du même verbe drink, write ou run. Si on accepte cette idée, alors il faut adopter une méthode décompositionnelle telle que ces changements de catégories soient explicables, prédits, et non pas postulés, ou alors on risque une prolifération des types aspectuels de base. D’où la question suivante : quel modèle décompositionnel adopter ? Quelle structure interne du verbe faut-il mettre au jour ?

  2. Ce modèle que je me propose de dégager devra aussi rendre compte des données de 11) à 16). Le problème semble être ontologique : les primitives dont se composent des verbes comme arrive, kill ou hate, know, a priori privés soit de structure temporelle (ils expriment un point d’arrivée – reach – ou désignent un état de chose non sujet à changement – hate) soit de structure spatiale (la cible semble être soit atteinte – kill – soit égale au point de départ – know), semblent leur interdire toute composition.

6Les raisons sont donc multiples d’étudier l’aspect sémantique. Je commencerai évidemment par remonter aux sources de cette réflexion. Dans ce chapitre, il sera question de l’influence formidable qu’a exercée Vendler sur la recherche autour de la structure temporelle interne du verbe. Cependant, Vendler a eu des prédécesseurs, antiques et contemporains : d’Aristote à Kenny, en passant par Ryle, le verbe a toujours été un sujet d’intérêt primordial pour les philosophes. Une fois présentées les thèses de Vendler, j’évaluerai leur apport pour l’anglais et le russe, et montrerai ce faisant comment la réflexion linguistique s’est emparée et a théorisé ce qui n’était au départ que des réflexions philosophiques.

1. La perspective philosophique

  • 5 Le terme grec est ousia, participe substantivé au neutre pluriel du verbe einai (« être ») ; signif (...)
  • 6 La première phrase de la Métaphysique est : « L’homme a naturellement la passion de connaître », av (...)

7Il est reconnu que le précurseur de toute cette réflexion sur la classification des types de verbes selon leurs propriétés temporelles est Aristote. Dans la Métaphysique (mais aussi dans l’Éthique à Nicomaque), Aristote ne s’occupe évidemment pas de classification linguistique des verbes per se, mais d’un recensement des différents modes de l’être, de l’étant : la substance ou essence ou présence5 est directement abordable par l’homme, qui l’intercepte par le biais des sens6. Sa philosophie repose de façon cruciale sur une problématique de changement, de déploiement de l’ousia, en cela elle est temporelle. Après avoir résumé les thèses d’Aristote, j’effectuerai un bond spectaculaire dans le temps pour arriver à Ryle (1949), Kenny (1963), Vendler (1967) et Davidson (1967).

1.1. Aristote

  • 7 Traduction récente (2002) de la Métaphysique.

8Selon les termes de B. Sichère7, Aristote cherchait à faire émerger les différents modes de l’être (ousia) dans une problématique du changement, du mouvement et de la production des choses, qui se déploient dans le temps pour viser un telos ; le changement est :

le mouvement (kineseis) par lequel s’accomplit, dans le régime de la physis, le déploiement de l’ousia à partir de ce à quoi elle était depuis toujours appelée (« to ti ên einai »), jusqu’à l’accomplissement entier de cet être promis (telos), au sommet de sa propre présence et de son éclat. (Sichère 2002 : 24)

9C’est dans le livre Θ que l’on trouve ces notions exprimées de la façon la plus explicite et transposable directement à une entreprise de classification des verbes, dans le chapitre 6 en particulier. L’étant-ousia se présente à l’homme, avec son visage (eidos), et il s’agit de cerner sa relation avec les autres étants. L’être a plusieurs définitions :

  • la catégorie qui l’exprime fondamentalement est la substance (ousia), mais :

  • l’être peut aussi se présenter en puissance (dynamis) et en acte (energeia), comme soumise au mouvement (kineseis).

10Citons Aristote :

L’Acte (energeia) d’une chose veut dire qu’elle n’est pas dans cet état où nous disons d’elle qu’elle est en simple puissance […] l’Acte, c’est, par exemple, le rapport de l’ouvrier qui construit effectivement à celui qui peut construire ; […] le rapport de l’homme qui regarde à celui qui ferme les yeux, tout en ayant le sens de la vue. (Traduction de Sichère 2002 : 311)

11Mais :

Toutes choses ne sont pas en Acte de la même manière… Certaines actions sont incomplètes : pour elles, l’action véritable est le mouvement où est implicitement comprise la fin (telos) qu’on se propose (ibid. : 313).

12C’est le mode de la kineseis : il désigne des mouvements incomplets comme l’amaigrissement, l’étude, la marche, la construction, etc. L’exemple de « maigrir » est éclairant : les moyens mis en œuvre sont en mouvement, mais ne constituent pas leur propre fin ; c’est la maigreur qui est le but.

  • 8 Measuring out (Tenny 1994).

13Il est facile de voir dans l’energeia les précurseurs des Activités et des États vendlériens, et dans le mode de la kineseis, les Accomplissements, plus complexes. Certains passages d’Aristote trouvent un écho surprenant dans la littérature contemporaine sur le rôle joué par l’objet direct dans la fonction aspectuelle de Mesure8 de l’événement exprimé par le verbe :

  • 9 Une citation de C.  Tenny parmi d’autres : « The difference between cut wood and uncut wood is more (...)

Dans d’autres cas [dans le mode de la kineseis], il y a quelque chose de produit en dehors de l’acte ; ainsi, pour la faculté de construire, il se produit la maison, outre l’acte même qui la construit ; […] dans le cas de la maison édifiée, la fin est plus marquée que la puissance. Ainsi, l’action de construire se manifeste dans la chose construite ; cette action se produit, et elle existe, en même temps que la maison… De manière générale, le mouvement se montre dans le mobile qui est mû9. (ibid. : 320)

14Lorsqu’il n’y a pas de chose produite, la fin dernière réside dans l’agent (le sujet) ; « voir » et « construire une maison » ont un telos, mais il est compris en lui-même dans « voir », tandis qu’il est logé dans l’objet édifié pour « construire ». On comprend mieux l’importance accordée par toute une littérature linguistique à ce critère dans la classification des verbes. Aristote en faisait grand cas : l’être en acte (energeia) et l’être en mouvement (kineseis) visent nécessairement un but final, le telos, sorte d’apothéose de l’être totalement constitué, donc il (l’Acte) est naturellement appelé à exprimer la réalisation complète de la chose, entelechia. Qu’on en juge :

  • 10 Éthique à Nicomaque, livre 1, 1094 a : 34

Tout art et toute recherche, comme toute action et tout choix délibéré, passent pour viser à quelque bien10.

Le mot d’Acte est tiré de l’action qui exécute l’œuvre et exprime la tendance à la réalisation complète de la chose.

  • 11 Nous soulignons.

[Il est] impossible d’être constructeur si l’on n’a déjà rien construit ; [mais] tout phénomène qui se produit tend, et se dirige vers un principe et une fin11. (Traduction de B. Sichère 2002 : 319-320)

15Celui qui va populariser la notion de telos dans la classification des verbes en en faisant le critère de différenciation aspectuelle est H.  Garey (1957). La notion d’(a)télicité s’est cependant considérablement raffinée depuis Garey. O.  Dahl (1981) donne une liste très parlante des termes innombrables utilisés d’Aristote à nos jours pour cerner ce critère qui informe la bipartition des -classes sémantiques des verbes selon le critère aspectuel ; je la reproduis et donne les termes en anglais :

energeia

kineseis (Aristote)

imperfective

perfective (Langacker 1980)

cursive

terminative

irresultative

resultative

durative

nondurative

nonpunctual

punctual

nonconclusive

conclusive

nontransformative

transformative

noncyclic

cyclic (Bull 1963)

atelic

telic (Garey 1957)

nonbounded

bounded (Allen 1966)

activity

accomplishment (Vendler 1967)

activity

performance (Kenny 1963)

nepredelnyj

predelnyj (du russe predel′, « limite »)

nicht-grenzbezogen

grenzbezogen (allemand) (Dahl 1981 : 80)

16Je rajoute d’autres termes, plus récents :

non culminated

culminated process/culmination

(Moens et Steedman 1988)

cumulative

quantised (Krifka 1992, 2001)

process

transition (Pustejovsky 1991, 1995)

1-state content

2-state content (Klein 1994)

17Cette liste est impressionnante et révèle le véritable « chaos terminolo-gique » (le terme est de Dahl, repris par Depraetere 1995) qui règne autour de ces notions. Il n’est pas question ici de passer en revue chacun des modèles que récapitule cette opposition, mais d’offrir une analyse critique de l’(a)télicité comme critère d’explication des phénomènes d’Aktionsart.

18Venons-en à présent aux philosophes plus proches de nous dans le temps : Ryle et Kenny, puis Vendler et enfin Davidson, afin de donner un aperçu du traitement linguistique qui a été proposé à partir des observations d’Aristote.

1.2. Ryle, Kenny

  • 12 Achievement verbs ou success verbs ou got-it verbs.
  • 13 Task verbs.

19C’est une philosophie de l’esprit qui anime Ryle, ce n’est ni le temps ni le telos. Dans le chapitre 5 de The Concept of Mind (1949), appelé Dispositions and occurrences, il fait grand cas des verbes qu’il nomme les verbes de « réussite12 » : ces verbes expriment le succès d’une tâche entreprise, notion exprimée par les verbes de « tâche13 ». Son objectif est de montrer que les verbes qui l’intéressent vraiment, à savoir les verbes de cognition, dont les occurrences mentales qu’il appelle minding, n’ont rien de mystérieux mais se comportent logiquement comme ces verbes de réussite. Il veut démystifier le comportement réputé obscur de ces verbes. Sa classification nous semble quelque peu impressionniste, habitués que nous sommes à la quadripartition temporelle de Vendler. Elle n’en est pas moins intéressante car elle permet de comprendre Vendler.

    • 14 Respectivement, dispositional words et episodic words.

    Une opposition cardinale concerne les « dispositions » comme know, believe, aspire, etc., qui ne « narrent aucun incident » (dans les termes propres à l’auteur), et les « mots épisodiques »14, qui rassemblent ces fameux verbes de réussite ainsi que les autres classes des verbes d’« activité » et de « processus » aux contours mal délimités.

    • 15 Performance verbs ; je conserve le terme « franglais » de « performance » lorsque je nomme le type (...)

    Parmi ces mots épisodiques, les verbes de réalisation ou de « performance15 » constituent une espèce qui se divise en deux :

  •  les verbes de tâche ne marquent que le processus, la « performance », mais Ryle note à plusieurs reprises la confusion qui s’établit souvent entre ceux-ci et les verbes de réussite ; à propos des couples de type kicking and scoring, hunting and finding, looking and seeing, travelling and arriving, le premier étant « tâche », le second « réussite », il écrit :

  • 16 We very often borrow achievement verbs to signify the performance of the corresponding task activ (...)

Nous empruntons souvent les verbes de réussite pour désigner la réalisation de l’activité correspondante, là où les chances de succès sont bonnes… On peut décrire un coureur comme gagnant sa course dès le début de celle-ci malgré le fait qu’il puisse ne pas la gagner au final16. (Ryle 1949 : 149-150)

  •  les verbes de réussite (les deuxièmes membres des couples ci-dessus) sont les plus intéressants :

  • 17 In applying an achievement verb we are asserting that a state of affairs obtains over and above tha (...)

20En utilisant un verbe de réussite nous assertons qu’un certain état de chose l’emporte sur celui qui ne consiste qu’en la simple réalisation de l’activité correspondante, s’il y en a une. Pour qu’un coureur gagne, non seulement il doit courir mais en plus ses concurrents doivent arriver sur la ligne finale après lui17. (ibid. : 150 ; notre traduction)

  • 18 J’ai choisi à dessein de traduire achievement verb par « réussite » malgré une tradition qui parfoi (...)

21Il y a déjà là une conscience aigüe de la particularité des verbes de réussite ou d’Achèvement18, que nous rencontrerons à chaque instant dans notre étude. Cette classe est large puisqu’elle inclut tous les verbes qui présupposent le succès d’une entreprise : Ryle cite les verbes spell, catch, solve, find, cure, score, deceive, arrive, conquer, buy. Certains seront réanalysés comme « Accomplissements » par Vendler. On a ici en germe les Achèvements de Vendler, avec leur phase processuelle présupposée et la soudaineté de la transition qu’ils dénotent, même si Ryle ne développe pas cet aspect temporel.

22Cette discussion sur les verbes de réussite est symptomatique de la difficulté à déterminer les contours exacts de ce qu’est l’entité (le « mot », selon Ryle) appelée « verbe » : certains (comme win) dépendent, pour leurs conditions de vérité, non seulement de l’activité supposée d’un sujet, mais de l’activité d’autres sujets (on ne peut dire de quelqu’un qu’il gagne une course que si d’autres individus sont en train de la perdre) ; d’autres n’incluent aucune phase processuelle dans leur dénotation, ce que révèle la combinaison impossible avec certains adverbes ; ils ne focalisent que le résultat de l’entreprise :

17)

*carefully, attentively, studiously, vigilantly discover, prove, solve, see, arrive, conquer, buy…

  • 19 Oddly elusive.
  • 20 Special kinds of operations or experiences, perplexingly undetectable action or reaction.

23Ryle peut ainsi rendre compte des verbes de perception (on verra que cela correspondait aussi à l’une des préoccupations majeures de Vendler), qualifiés de « curieusement évanescents19 » selon les épistémologues. Pour Ryle, il n’y a aucune raison de traiter ces verbes à part, comme des « sortes particulières d’opérations ou d’expériences20 » (ibid. : 151) : ils n’ont rien de plus mystérieux que les verbes de réussite ; la description d’une personne « qui regarde et qui voit » (looking and seeing) est logiquement égale à la description de quelqu’un « qui pêche à la ligne et attrape le poisson » (angling and catching).

24Si Ryle cherchait à établir une philosophie de l’esprit, c’est plutôt une philosophie de l’action volontaire qui anime Kenny. Son programme est exprimé explicitement au chapitre 7 de Action, Emotion and Will ; il cherche à :

  • 21 …isolate a simple and fundamental pattern of description of human activity, which reports of emotio (...)

… isoler un schéma simple et fondamental de description de l’activité humaine, ce que montre la façon similaire qu’a la langue de désigner les états émotionnels et les actions volontaires. J’appellerai ce schéma le schéma de « l’acte et de l’objet »21. (Kenny 1963 : 151)

25Il fait cela en trois étapes :

  1. Il commence (chapitre 7) par opérer une distinction entre les relations (John is tall) et les actions (John is walking), qui sont deux choses bien différentes ;

    • 22 singling out one type as palmary for the description of voluntary action.

    Puis, son véritable dessein se révèle au chapitre 8, le plus intéressant pour nous puisqu’il y distingue les verbes de types variés, « en isolant un type devant servir d’étalon pour la description de l’action volontaire22 » (ibid. : 152).

    • 23 offer a sketch of a theory of the will.

    Son chapitre 9 s’emploie à distinguer différents types d’objets. Il peut enfin, dans les tout derniers chapitres, « offrir l’ébauche d’une théorie de la volonté23 » (ibid. : 152).

26Dans le chapitre 8, qu’il déclare directement inspiré d’Aristote (Éthique à Nicomaque, Physique, Métaphysique), Kenny utilise largement les tests d’inférence logique et les opérateurs d’aspect grammatical (be V-ing, have V-en) pour asseoir sa démarche de classification sémantique :

    • 24 Static verbs.

    Une première catégorie est constituée par les verbes statiques24 qui n’admettent pas le progressif mais répondent aux tests d’inférence utilisant le parfait et le présent :

A has Ø-ed → A Ø-s (la flèche signifie « implique logiquement »)

C’est le cas de verbes comme know, be happy, parfois see :

18)

I have loved her for seven years I still do love her.

19)

I have been afraid of this all day → I still am afraid.

  • 25 Respectivement, performance verbs et activity verbs.

27Les autres verbes, ceux qui admettent le progressif, se subdivisent en deux classes : les verbes de performance et les verbes d’activité25, répondant aux inférences respectives

A is Ø-ing (A man is building a house) A has not Ø-ed (he has not yet built a house)
A is Ø-ing (I am listening) A has Ø-ed (I have listened).

28En se référant au parfait et au progressif, Kenny inaugure une longue tradition qui deviendra un passage obligé dans toute classification aspectuelle : une phrase d’exemple célèbre est

20)

A man may be walking to the Rose and Crown, and yet never walk there, perhaps because he is run over on the way. (ibid. : 174)

29Un des objectifs principaux que je me donne dans cet ouvrage est de défendre l’idée que l’AsS et l’AsPdV (be v-ing, have V-en) sont de nature différente. L’entreprise est difficile car dès le début les deux notions ont été confondues : le consensus a longtemps été que le second a été le révélateur du premier. Ce point de vue est parfaitement défendable pour un philosophe comme Kenny qui cherche à établir des bases linguistiques pour défendre sa conception de la philosophie de l’action ; mais pour le linguiste, il y a un réel paradoxe à vouloir défendre en même temps l’idée que les deux composants doivent être tenus séparés (Garey 1959, Comrie 1980, Smith 1991) mais que dans la réalité des faits linguistiques, ils interagissent constamment. Nous allons voir comment diverses théories vont se mettre en place (les théories de la « coercition ») pour tenter de surmonter ce paradoxe imperfectif.

  • 26 states last for a time; activities go on for a time. (ibid. : 175)

30Le temps comme primitive26 est présent chez Kenny, mais ce n’est pas là son propos essentiel ; la catégorie qui retient toute son attention est celle des verbes de performance. Ces verbes sont centraux car ils sont les véhicules privilégiés des actions qui impliquent l’intention, la volonté d’un sujet intentionnel, agissant :

  • 27 Performances are brought to an end by states. Any performance is describable in the form : “bring i (...)

Les verbes de performance se terminent par un état. Toute performance peut être décrite sous la forme : « faire en sorte que p ». Faire la vaisselle consiste à faire en sorte que les plats soient propres ; […] ; aller à pied à Rome consiste à faire en sorte que je me retrouve à Rome. […] Les performances sont spécifiées par leur état final27. (ibid. : 177-178)

  • 28 John is bringing it about that John is taller than James.

31Les verbes de performance sont variés : certains décrivent des accès à l’existence (« bringings-into-existence », comme par exemple building a house), d’autres des altérations (painting a statue scarlet), d’autres encore des changements de lieux pour un objet (putting the baby to bed), d’autres enfin focalisent sur le changement opéré en l’agent lui-même (growing up), etc. Il y a donc un fossé entre une phrase qui rapporte une performance et une phrase qui exprime une relation : la phrase John is taller than James ne peut pas être réécrite comme : « John fait en sorte que John soit plus grand que James28 ». Comme les verbes de performance présupposent un sujet agissant pour provoquer un changement, ils sont les seuls à avoir une vraie voie passive. Néanmoins, certaines actions qui nous affectent ne se trouvent pas à la voix passive : making a mistake, falling over, missing the bus. Puisque les performances dénotent prototypiquement des actions humaines volontaires, les tests les plus parlants à cet égard sont ceux de l’impératif et des compléments de but.

21)

We look for things in order to find them.

22)

??With what intention do you weep? 

23)

Act generously!

24)

??Laugh heartily at this joke!

  • 29 attempting to bring it about that p: “listening: attempting to hear”.

32Cependant, note Kenny, certains verbes d’activités partagent ces propriétés : eux aussi sont souvent paraphrasables par : « tenter de faire en sorte que p29 ». L’auteur établit là une tradition qui, aux critères strictement aspectuo-temporels, ajoute d’autres notions pour une classification des verbes comme la causation, l’accès à l’existence, l’activité plus ou moins volontaire, l’agentivité, etc. Ces critères ont établi une certaine confusion dans la classification des verbes, notamment eu égard aux tests du progressif et des adverbiaux.

  • 30 English… connects an event more closely with the patient than with the agent.
  • 31 But what is peculiar to the patient is that after the event its present state must be different fro (...)

33Une observation qui sera systématiquement reprise et même théorisée est le rôle de l’objet dans la notion de changement inhérente à ses verbes de performance : « l’anglais relie un événement de façon plus étroite avec le patient qu’avec l’agent30 » (ibid. : 180). Un changement peut intervenir aussi dans l’agent, « mais ce qu’il y a de particulier avec le patient est qu’après l’événement son état actuel doit être différent de son état avant l’événement31 » (ibid. : 181). Il y a là une distinction philosophique digne d’intérêt entre l’objet comme entité soumise au changement et le sujet, qui est la cause de ce changement. De là vient l’idée que dans la modélisation linguistique des classes aspectuelles sémantiques de verbes, le rôle de l’objet a pris une importance cruciale pour la détermination de l’Aktionsart du VP (Tenny 1994, Hoekstra, Mulder 1994, Ritter et Rosen 1998, 2000, Kiparsky 1998, etc.).

  • 32 it is / was / will be the case that.

34Ainsi Kenny a-t-il démontré qu’il existe des bases solides pour établir la catégorie philosophique des actions humaines volontaires. Il conclut en critiquant le traitement logique des temps par Prior (1968) ; pour ce dernier, le temps est un attribut des propositions, pas des verbes (les opérateurs temporels sont résumés par les formules : « c’est / c’était / ce sera le cas que X32 ». Prior n’opère qu’avec trois temps, tandis que les langues naturelles ont bien plus que trois temps ; le système de Prior ne fournit aucun moyen d’exprimer les inférences que Kenny a utilisées (les temps progressifs, le parfait, etc.). Le verbe chez Prior n’est résumé que par la formule « … est le cas que », donc il est statif. Il ne peut pas formaliser ces aspects des temps qui intéressent la philosophie. Kenny a suggéré que le verbe aussi a du temps. L’aspect sémantique comme catégorie de plein droit est née. Ceci nous mène directement à Vendler.

1.3. Vendler et le schéma temporel du verbe

35Vendler est le descendant direct des auteurs dont il a été question précédemment : en particulier, il a rendu disponible à l’analyse linguistique une grande partie des intuitions de Ryle sur la classe des verbes de réussite, ses fameux « Achèvements ». Sa classification est devenue une étape incontournable de toute étude sur l’AsS.

1.3.1. L’arrière-plan

36L’article « Verbs and Times » de Vendler a consacré en linguistique anglaise (et au-delà de l’anglais, ce que nous verrons au chapitre suivant avec le russe) la classification des verbes selon leurs propriétés temporelles en Activités, États, Accomplissements, Achèvements, et cette quadripartition lexicale intrinsèque au verbe s’est donc imposée dans la littérature comme le premier composant de l’aspect, l’AsS, le second étant l’aspect grammatical, l’AsPdV (Smith 1991). La classification vendlérienne s’attache à faire émerger le schéma temporel des verbes par toute une série de tests devenus des passages obligés dans les études aspectologiques : les tests de be V ing et des adverbiaux duratifs en in x time et for x time, déjà présents chez Kenny. C’est en partie le comportement des phrases comportant un verbe au présent simple ou au présent progressif qui a poussé Vendler à proposer sa typologie, d’où le pluriel -s sur Times. Verkuyl (2000, 2005) note à plusieurs reprises l’incompréhension qu’a suscitée Vendler chez les auteurs qui lui ont succédé et qui ont affiné ce calcul de l’aspectualité. Selon Verkuyl, la quadripartition vendlérienne a été (mal) comprise comme l’établissement de classes lexicales de verbes ; c’est par exemple ce qu’a fait Dowty (1979), qui s’est efforcé de faire dériver les types de verbes les uns des autres par l’application d’opérateurs en prenant les classes de Vendler pour des primitives lexicales. Face à ces débats, j’ai choisi de rendre compte de ma propre lecture de l’article de Vendler.

  • 33 The meaning of a word is to a large extent a function of its syntactic constraint.

37Dans un autre article, « Linguistics and the a priori », qui ouvre son recueil d’articles du livre de 1967 (Linguistics in Philosophy), Vendler défend sa méthode d’investigation. Plusieurs idées émergent pour l’analyse critique de l’article qui va m’intéresser ici (« Verbs and Times ») : l’auteur dit explicitement vouloir utiliser les acquis formidables selon lui de la grammaire transformationnelle pour montrer l’utilité de l’analyse linguistique sur la détermination de certaines notions philosophiques, et refuse de s’appuyer sur les études sémantiques, trop rudimentaires à l’époque selon lui pour véritablement éclairer les questions qui le préoccupent. Ceci est important ; générativiste de la première heure, il ne peut pas ne pas prendre en compte le niveau du syntagme verbal (VP) : « le sens d’un mot est en grande partie fonction de ses contraintes syntaxiques33 » (Vendler 1967 : 8). Il est clair, dès les toutes premières lignes de « Verbs and Times », qu’il faut considérer le VP et non le seul V :

  • 34 Obviously these differences [among verbs suggesting processes, states, dispositions, occurrences, t (...)

38De façon évidente ces différences [entre les verbes qui expriment des processus, des états, des dispositions, des événements, des tâches, la réussite, etc.] ne peuvent pas être expliquées seulement en terme de temps : d’autres facteurs, comme la présence ou l’absence d’un objet, les conditions, les intentions, entrent également en jeu. Néanmoins, on sent que l’élément temps reste crucial34. (ibid. : 97-98)

  • 35 Vendler is a philosopher: he tried to connect ontological categories to linguistic clues in order t (...)
  • 36 Philosophical statements mirroring some idiosyncratic aspect of a particular language are no less t (...)

39Mais il sait aussi que le niveau VP, auquel il a recours sans cesse, va brouiller les catégories ontologiques nettes qu’il recherche : c’est pourquoi son article s’appelle Verbs (et non Verb phrases) and Times. Il ne voit là aucune contradiction : il est philosophe, un philosophe qui veut jeter des lumières sur le domaine encore obscur du schéma temporel inhérent au terme qui explicitement emporte le temps : le verbe. Je laisse parler Verkuyl : « Vendler est un philosophe : il essayait de lier les catégories ontologiques à des indices linguistiques pour être en mesure d’établir des distinctions entre ces catégories35 » (Verkuyl 2005 : 29). Une critique qui a souvent été adressée à Vendler est que ses observations ne concernent qu’une langue (l’anglais) et ne sont pas, ou difficilement, transposables dans d’autres langues. Mais là encore, ce n’est pas un problème : « Les affirmations philosophiques qui reflètent un aspect idiosyncrasique d’une langue particulière ne sont pas moins vraies que celles qui correspondent à un trait commun36 » (Vendler 1967 : 29). Comme il ne cherche pas à établir une théorie linguistique, il aurait trouvé dans n’importe quelle langue matière à discussion philosophique. Je vais à présent évaluer l’apport de Vendler dans la description du verbe anglais, puis je ferai la même chose pour le russe. Il est temps de passer à l’analyse de l’article proprement dit.

1.3.2. Les Verbes et les Temps37

  • 37 « Verbs and Times ».
  • 38 Genus, en anglais.

40L’article se divise en deux parties : une fois présentés les outils conceptuels qui permettent de dégager la structure temporelle inhérente aux différentes espèces38 de verbes, Vendler consacre plus de la moitié de l’article à clarifier les différences et les subtilités au sein des verbes non processuels, qui sont les opérations immanentes de la philosophie. Le présupposé de l’article est que le temps est directement introduit dans nos énoncés par le verbe, et c’est le verbe qui est le véhicule conceptuel de notre idée d’action et d’événement.

  • 39 Respectivement, activity terms et state terms.

41Une distinction première s’impose entre les verbes dénotant des activités et ceux qui expriment des états39 : le schéma temporel d’un verbe comme run consiste en différentes phases, tandis qu’un verbe d’état comme know n’implique aucune sous-activité identifiable. Le révélateur de cette différence est le progressif be V-ing, compatible avec les premiers, impossible avec les seconds. Ce statut à part des prédicats statifs traverse toute la littérature sur l’aspect depuis Vendler. Puis, au sein des Activités, une distinction supplémentaire est nécessaire entre une inscription homogène du procès dans le temps, sans que le verbe ne contienne de point d’aboutissement naturel, et un procès menant à un terme. C’est la différence entre une Activité pure (He’s been running for half an hour), à propos de laquelle, à tout moment de l’intervalle considéré, peut être asserté he was running, et un Accomplissement (The runner has run a mile), pour lequel il n’est pas possible de dire qu’à tout moment de l’intervalle considéré, he ran a mile. Cette distinction est capitale : elle recouvre l’opposition entre les prédicats téliques et atéliques, quantisés ou cumulatifs, non délimités ou délimités (voir le tableau de Dahl ci-dessus, p. 36-37).

  • 40 Dorénavant j’adopte le terme d’Achèvement.

42Mais il existe une autre espèce de verbes qui ne s’inscrivent pas dans le temps et n’acceptent pas le progressif : ce sont les verbes de réussite ou Achèvements40 de Ryle, qui partagent certaines propriétés tantôt avec les États, tantôt avec les Accomplissements. C’est le critère temporel qui les distingue des premiers : les États peuvent s’étendre sur une durée de temps (For how long did you love her ?), pas les Achèvements (*For how long did you reach the top ?). Ce qui les rapproche des seconds sont les structures de surface équivalentes dans lesquelles on les trouve :

25)

It took him three hours to reach the summit.

26)

It took me an hour to write the letter.

43Outre le caractère involontaire du procès verbal dans 25), qui n’est pas une propriété temporelle, il y a une autre différence entre les deux phrases : 25) n’a pas de structure temporelle, 26) en a une. La phrase 25) est un raccourci et signifie en fait :

27)

It took three hours of climbing to reach the summit.

44Le prédicat reach the summit a une durée minimale, presque égale à zéro ; sa partie processuelle est rejetée dans le présupposé. La mesure de durée (an hour) dans la phrase 26) mesure vraiment le temps de l’événement write the letter, ce que fait apparaître la glose en 28) :

28)

The writing of the letter went on during that hour.

45Un autre test permet de mettre à part les Achèvements « purs » : ils n’admettent pas le présent simple dans leur emploi actuel, mais de façon paradoxale, préfèrent le present perfect :

29)

?? Now he finds the treasure.

30)

Now he has found the treasure.

46Une première remarque à ce stade de la discussion fait apparaître que la classification de Vendler n’est pas si nette que les présentations ultérieures peuvent le laisser croire. À propos des États et des Achèvements, Vendler constate d’abord que le sens de la modalité du pouvoir radical (can / be able to) avec ces deux espèces équivaut souvent à une actualisation effective du procès (l’« entéléchie » d’Aristote) ; ainsi la phrase 32) est-elle synonyme de 31) :

31)

He could know the answer if he had read Kant.

32)

He would know the answer if he had read Kant.

47Il en est de même pour certains Achèvements : énoncer to be able to -recognize, to be able to spot the plane revient à énoncer to recognize, to spot the plane. Avec les autres espèces de verbes, cette interprétation n’est pas disponible : la phrase 33), qui contient un verbe d’Activité, n’implique pas 34) :

33)

I could run if my legs were not tied,

34)

I would run if my legs were not tied.

48Tous les Achèvements ne se comportent pas de la sorte ; des verbes comme start et stop, classés comme Achèvements, ne se prêtent pas à cette équivalence : « pouvoir commencer à courir » n’est pas la même chose que « commencer effectivement de courir. » (To be able to start running ≠ to start running.) La conclusion de l’auteur est que le critère temporel n’est pas suffisant pour fixer la catégorie des Achèvements : c’est le caractère volontaire de l’action du référent du sujet d’un verbe comme start, ou son caractère involontaire (comme avec le verbe spot), qui induit cette différence de comportement. On retrouve ce recours à des critères différents (temps, agentivité plus ou moins volontaire) que l’on trouvait déjà chez Kenny.

49Enfin, dans la dernière partie de l’article, Vendler en arrive au cœur même de sa démonstration : utilisant les tests linguistiques développés dans la -première partie, il montre que les verbes véritablement statifs (being married, being ill), les prédicats de qualité (being hard, being yellow) et les verbes de savoir et d’émotion, qu’il range dans la catégorie des États (desiring, knowing, loving), partagent tous les mêmes propriétés, ce qui explique pourquoi les opérations immanentes de la philosophie traditionnelle ont été considérées comme des qualités. Mais il note immédiatement que certains verbes d’Activité, employés de façon générique, sont aussi assimilables à des États : si une phrase comme 35) interroge sur une activité, la phrase 36) fait référence à un état :

35)

Are you smoking ?

36)

Do you smoke ?

  • 41 C. Smith (1991) parle de derived state.

50Dans la littérature ultérieure, cette remarque a suscité un grand débat autour de la notion d’« État dérivé » : certains suivent Vendler et assimilent les Activités génériques (phrase 36) à des États41, d’autres (Dowty, Parsons, Moens et Steedman, de Swart) font du progressif un opérateur de coercition qui transforme des Activités en États, la phrase 35) dénoterait donc fondamentalement un État progressif. Je me prononcerai en temps voulu sur ces questions.

51Vendler peut alors se concentrer sur les notions philosophiques bien connues (perception, compréhension, connaissance) pour montrer que les verbes les exprimant (to think, to know, to understand ; to see, to hear) présentent des divergences conceptuelles qui leur sont propres mais qui sont explicables linguistiquement. C’est le cas de think, tantôt Activité (37), tantôt État (38) :

37)

He is thinking about Jones.

38)

He thinks that Jones is a rascal.

52Cependant, l’anglais n’est pas aussi explicite avec certaines de ces opérations de l’esprit : pour know et see, Vendler reconnaît qu’il est difficile d’établir la catégorie à laquelle ils appartiennent. Know, État, devient parfois Achèvement, dans :

39)

[Quelqu’un cherche la solution à un problème, puis : ]

Now I know it! 

  • 42 achievement initiating the generic state of knowing.

53Dans ce cas, know est un « Achèvement qui décrit l’état générique initial de la connaissance42 ». Understand réagit de la même façon aux tests. See est encore plus complexe : il est Achèvement dans 40) et 41) :

40)

At that moment I saw him.

41)

I have seen it.

  • 43 « a queer accomplishment sense », dans les termes de Vendler.

54Mais il devient presque Accomplissement43 dans 42) :

42)

What are you doing ? I am seeing Carmen on TV.

55Contrairement à une idée répandue, les classes de Vendler ne sont pas si immuables qu’il y paraît : un même verbe peut appartenir à plusieurs -classes, ce qui conduit Vendler à déborder du domaine strict de l’« aspectualité interne » (Verkuyl 1989) pour prendre en compte d’autres éléments que le seul verbe. Cependant, Vendler cherchait bien, par des moyens linguistiques, à établir une ontologie des types de procès dans le but de revisiter l’épistémologie des notions philosophiques traditionnelles. Il veut établir des catégories ontologiques fixes, mais constate que les tests linguistiques parfois se dérobent. En somme, c’est un esprit en mouvement, enthousiasmé par les avancées récentes permises par la grammaire transformationnelle, qui justifie l’utilisation des méthodes de la linguistique dans la réflexion philosophique. Il n’y a chez Vendler aucune réflexion sur be V-ing en tant que tel, il n’y a non plus aucun souci d’articuler une théorie de l’aspect au niveau phrastique. Ce sont les auteurs subséquents qui vont utiliser sa quadripartition dans l’articulation d’une théorie de l’aspectualité et ainsi en partie introduire des notions étrangères à une classification purement lexicale. Une fois présenté l’apport des davidsoniens (Mourelatos, Bach) dans l’entreprise de classification des types de procès, je reviendrai à Vendler et évaluerai son impact dans la construction d’une théorie de l’aspect, m’appuyant sur les travaux de Verkuyl.

  • 44 mapping ou linking, en anglais.

56Quoi qu’il en soit, au moins deux propriétés apparaissent fermement dans un classement des verbes anglais : linguistiquement, les verbes d’État se détachent des autres types de procès par leur absence de structure temporelle interne, et la présence vs. absence d’une délimitation de l’action verbale est fondamentale. Nous verrons par la suite que ces deux notions de délimitation/point final/télicité/quantisation (Garey, Verkuyl, Krifka, etc.) et de « tranches temporelles » ou parties sous-événementielles internes au verbe (Davidson, Parsons, Higginbotham, Pustejovsky, Guéron, Hoekstra, etc.) sont cruciales dans l’interfaçage44 entre structure conceptuelle et structure syntaxique.

57Le modèle sous-jacent est bien évidemment aristotélicien et logicien : il traque les décompositions et autres découpages possibles des suites linguistiques qui n’ont pour finalité que de représenter le plus fidèlement possible la situation objective. Toutes les choses du monde sensible (physis) ayant une fin (telos), le verbe aussi doit s’analyser en fonction de la présence vs. absence de ce telos. Les éléments ou marqueurs linguistiques supplémentaires qui soit s’attachent au verbe (be V-ing, have V-ed) soit en délimitent la portée (for x time, in x time) doivent être corrélés à une différence dans la situation objective extralinguistique. Cependant, comme l’a noté justement Verkuyl, Vendler a largement confondu les paramètres strictement temporels, comme la structure phasale des situations, et les notions comme l’agentivité ou le contrôle du référent du sujet, notamment lorsqu’il a introduit les tests du progressif et des verbes de phase (begin, stop, etc.). Je développe ce point important dans la section 2.4., qui clôt ce chapitre.

58Il n’empêche que ce modèle, pour logicien qu’il soit, nous oblige à nous interroger sur les phénomènes extrêmement complexes et subtils liés à la conceptualisation des événements dans la langue, à leur traduction linguistique, notamment à l’interface sémantique-syntaxe où il faut bien trouver les moyens de représenter et de modéliser les virtualités combinatoires innombrables des verbes et de leurs arguments, d’évaluer l’apport de ces arguments, dont l’argument interne direct, dans la représentation de l’événement, des VPs et de leurs adjoints temporels ou autres, etc. Tout cela constitue l’aspect sémantique. Vendler est donc incontournable puisqu’il est celui qui a attiré l’attention de la manière la plus explicite sur ces questions, mais en se limitant au verbe.

59Chez Vendler, l’aspect lexical est avant tout du temps, le temps dérivé de la structure interne du verbe. Le trait qui informe l’autre grande classification, celle qui départage les États et Activités d’un côté des Accomplissements et Achèvements de l’autre, est la télicité.

2. La perspective linguistique : télicité et calcul aspectuel

60Une autre primitive apparaît clairement dans la classification de Vendler : le point terminal ou telos, qui a été largement utilisé et théorisé dans les -modèles qui ont suivi. Il en sera question à plusieurs reprises dans cet ouvrage ; j’examine ici la problématique générale, depuis ses origines linguistiques (Garey 1957) jusqu’au consensus actuel.

2.1. Statut et origine de l’(a)télicité

61La compréhension de cette question a beaucoup changé depuis Garey. La question fondamentale est celle du statut linguistique de cette dichotomie : a-t-on là un paramètre véritablement discriminant entre deux types irréductiblement opposés de VPs ? Le russe et son système très élaboré de préfixes fournira des réponses inattendues.

2.1.1. Garey

62Le terme de télicité, et son antonyme l’atélicité, est devenu populaire en linguistique avec Garey (1957). Mais la distinction qu’elle recouvre existe depuis très longtemps. On peut véritablement se demander pourquoi certains des termes, dont celui de télique vs. atélique, ont connu une plus grande fortune que les autres ; Dahl parle de « chaos terminologique » (voir le tableau de O.  Dahl, p. 36-37), et il a raison. Afin d’expliquer ce chaos, Dahl observe que cette liste reflète en fait deux positions sur la question : la position occidentale, celle représentée par Aristote et les langues non slaves, qui ne reconnaissent qu’un seul critère distinctif (la propriété T), et la position slave, qui reconnaît deux distinctions (propriétés T et P). Je cite Dahl :

Propriété T :

  • 45 Il faut entendre situation dans l’acception anglo-saxonne du terme (cf. Nomenclature p. 13).

Une situation45, un processus, une action, etc., ou le verbe, le VP, la phrase, etc., qui expriment cette situation, ont la propriété T ssi :
-ils sont dirigés vers l’atteinte d’un but ou d’une limite après lesquels l’action s’épuise et devient quelque chose d’autre. (Dahl cite ici S. G. Anderson 1972)
- ils mènent à un point bien défini au-delà duquel le processus ne peut pas continuer. (Dahl cite ici Comrie 1976)

Propriété P :

  • 46 T property :

Une situation, un processus, une action, etc., ont la propriété P s’ils ont la propriété T, et si le but, la limite, ou le point terminal en question est, ou est supposé être, véritablement atteint46. (Dahl 1981 : 81-82)

63Dahl propose le tableau suivant avec des exemples anglais :

43)

Not-T

T

Not-P

I was writing

I was writing a letter

P

(non réalisé)

I wrote a letter

  • 47 Un autre critère éminemment non-événementiel entre en jeu dans cet emploi de l’imperfectif à valeur (...)

64Pour les occidentaux non slavistes donc, est télique une situation qui a la propriété T, c’est-à-dire qui tend vers la limite finale, qui reste potentielle (passée cette limite, l’action s’épuise). Pour les slavistes, est télique (predelnyj, en russe) une situation qui a la propriété T et qui inclut l’atteinte effective du point final (propriété P). Effectivement, en russe le perfectif (on napisal pismo) induit presque forcément l’existence d’un état résultant (« une lettre écrite » : propriété P), tandis que le prétérit simple en anglais (le point de vue perfectif selon Smith) n’a pas la même implication. He wrote the letter for two hours est une phase acceptable en anglais, son strict équivalent avec le verbe perfectif est impossible en russe. Pour autant, Dahl simplifie les données puisque le verbe imperfectif russe, cette fois-ci (Ty pisal pismo ?) peut très bien exprimer la propriété T (voire même P), qui dénote également une situation télique47.

65Le problème avec ces différenciations est donc qu’elles ne sont corrélées à aucun critère morphosyntaxique fiable, ce que reconnaît Smith (2003) à propos du concept de télicité :

  • 48 Telicity is not expressed directly in language at the level of a general distributional property, (...)

La télicité n’est pas exprimée directement dans les langues au niveau d’une propriété distributionnelle générale, bien que ce soit une propriété conceptuelle importante des Événements pour les êtres humains. Il semble qu’elle n’ait pas de corrélats linguistiques en soi. La preuve syntaxique d’un Événement télique tourne autour de la notion de complétude, qui concerne l’interaction entre la durée et le changement d’État48. (Smith 2003 : 76)

66Tout le problème de la télicité est bien résumé là : est-ce un trait linguis-tique ou une propriété conceptuelle des événements tels que nous les vivons ? Tout au long de cet ouvrage, nous buterons sur cette question. Nous verrons dans le chapitre consacré à l’aspect en russe (chapitre 2) que cette question de l’imperfectif à valeur télique falsifie largement la théorie des deux composants et explique au fond le succès mitigé de Vendler dans la tradition russisante.

  • 49 (un)boundedness.

67Ces faiblesses liées au concept de télicité expliquent les tentatives nombreuses pour l’affiner. Par exemple, Depraetere (1995) revisite le chaos terminologique remarqué par Dahl et établit une distinction entre deux notions, confondues par Dahl lui-même : l’(a)télicité et le bornage ou son absence49. Je présente les thèses de Garey et développerai celles de Depraetere, qui emportent plus mon adhésion. Pour autant, le consensus n’existe pas sur les termes. Pour Bertinetto (2000), le terme de bornage désigne la même chose que ce que Depraetere appelle … la télicité.

68L’argument essentiel contre le fait de promouvoir démesurément l’(a)télicité comme principe classificatoire vient de considérations translinguistiques. En russe, ce concept, souvent considéré par les linguistes russisants anglo-saxons comme le principe de classification ultime des verbes préverbés par rapport à leur version non préverbée, est reconnu aujourd’hui (Ramchand 2004, Filip 2005) comme finalement peu opérant, et n’est plus systématiquement utilisé ; un même préverbe a presque systématiquement des utilisations télique et atélique au sens traditionnel de Garey :

44)

Proigrat ves den′ : jouer toute la journée.

pro-jouer toute journée

45)

Proigratvse dengi : perdre tout son argent (au jeu).

pro-jouer tout argent

46)

Napisat pismo : écrire une lettre.

na-écrire lettre

47)

Nakleit marku na konvert : coller le timbre sur l’enveloppe.

na-coller timbre sur enveloppe

69La recherche récente des dix dernières années, des côtés français et russe, a largement remis en question cette étude du phénomène de la préverbation comme phénomène aspectuel : le préverbe est un procédé de formation de nouvelles unités lexicales à partir d’un verbe composant de base. Que ce préverbe ait des utilisations aspectuelles médiatisées par une notion comme l’(a)télicité est vrai au niveau de la phrase, mais là n’est pas sa fonction première au niveau du verbe. Ainsi, la recherche actuelle (Paillard et Dobrušina, Paillard, Mellina) ne considère plus qu’on a deux pro- ou deux na- dans les paires minimales précédentes, un pro- et un na- aspectuels (pro- duratif en 44, na- télique en 46) et un pro- et un na- lexicaux (45, 47). Je crois que c’est ce changement radical de perspective dans une langue considérée depuis toujours comme langue aspectuelle par excellence, et dont on a d’ailleurs hérité tous ces concepts aspectuels, qui m’a donné envie de reconsidérer cette question de l’aspect sémantique.

  • 50 There must be a distinction between lexical aspect and grammatical aspect.

70Je prends néanmoins au sérieux la télicité et présente les thèses de Garey. Étudiant l’aspect verbal en français, il consacre la moitié de son article à démontrer la confusion qu’a engendrée la notion d’« aspect », importée depuis les langues slaves par les indo-européanistes pour l’étude du verbe français. En particulier, l’utilisation des termes de perfectif et imperfectif semble tantôt s’appliquer au verbe comme unité lexicale, tantôt au temps porté par ce verbe (imparfait, passé défini). Il rebondit sur la remarque du linguiste français Sten qui soutenait contre l’intuition commune que la phrase il se noyait impliquait malgré tout il s’est noyé parce que se noyer implique de toute façon la mort et est donc toujours perfectif. D’où la conclusion de Garey : « Il faut établir une distinction entre l’aspect lexical et l’aspect grammatical50. » (Garey 1957 : 105)

  • 51 a category of verbs expressing an action tending toward a goal – envisaged as realized in a perfe (...)
  • 52 … are those which do not have to wait for a goal for their realization, but are realized as soon as (...)

71La théorie des deux composants de l’aspect était née. L’aspect sémantique des verbes se détermine en fonction de l’existence ou non d’un but (telos) inscrit dans le sens du lexème verbal. Il y a donc d’un côté des verbes téliques comme « se noyer », qui constituent « une catégorie de verbes exprimant une action qui tend vers un but, envisagé comme réalisé à un temps perfectif, mais comme contingent à un temps imperfectif51 » (ibid. : 106). Les verbes até-liques, au contraire, « sont ceux qui n’ont pas besoin d’attendre un but pour leur réalisation, mais qui sont réalisés dès qu’ils commencent (“nager”)52 » (ibid. : 106).

72Les termes de perfectif et imperfectif sont réservés chez Garey à l’expression de relations temporelles : est perfectif le temps qui marque que le temps de l’événement (E) ne s’étend pas au-delà du temps de référence (R) ; est imperfectif le temps qui indique que E et R se confondent. Garey propose les combinaisons possibles des deux types d’aspect pour deux verbes :

Imperfectif

Perfectif

Télique

Pierre arrivait

Pierre est arrivé

Atélique

Pierre jouait

Pierre a joué (ibid. : 106)

73Au total, le calcul aspectuel devient possible si les deux composants sont envisagés comme deux notions séparées : l’opposition télique/atélique est une notion sémantique attachée au verbe ou VP, l’opposition perfectif/imperfectif exprime le temps. Garey est tout à fait conscient de la complexité attachée aux notions de télicité et atélicité ; elles ne sont pas données exclusivement par le verbe, mais se construisent :

  • 53 Can a verb have an aspect different from the aspect of its complement? Can it have an aspect differ (...)

74Est-ce qu’un verbe peut avoir un aspect différent de l’aspect de son complément ? Peut-il avoir un aspect différent de celui de la construction, verbe plus complément, dans laquelle il apparaît ? La réponse est nécessairement complexe53. (ibid. : 108)

75En conclusion, Garey a posé deux principes importants :

  1. Il a posé comme fondamentale la distinction entre les deux types d’« aspect » : c’est l’opposition télicité/atélicité qui informe la structure du premier, c’est le temps qui informe le second (l’aspect grammatical) ;

  2. Il admet que la télicité n’est corrélée à aucun critère formel en français : certains lexèmes sont naturellement téliques (« se noyer » implique forcément, même en puissance, la mort), d’autres le sont par composition avec l’objet, les adverbiaux, etc. Il est donc normal que les jugements d’(a)télicité soient souvent très fluctuants.

2.1.2. Télicité vs. bornage54

  • 54 Boundedness.

76Depraetere (1995), dans un article fort convaincant, a montré la confusion qui s’est largement opérée depuis Garey entre l’actualisation potentielle d’une situation et la réalisation véritable de la situation (au sens anglo-saxon du terme). Klein (1994, 1995) a attiré l’attention sur la même confusion : il ne faut pas mélanger l’existence d’une borne dans le monde réel ou raconté, qui est effectivement la propriété d’une situation à laquelle renvoie un énoncé, et la présence ou non d’une limite ou telos inhérent à tel ou tel contenu lexical. Depraetere radicalise la position : pour elle, une classification basée sur un point final potentiel, parce qu’inhérent à tel contenu lexical ou bien simplement voulu, relève du critère de l’(a)telicité. Au contraire, une classification basée sur l’existence de bornes temporelles réelles relève du bornage. Ainsi, dans sa définition de l’(a)télicité, l’auteur reprend les critères établis par Kenny notamment (le caractère délibéré de la limitation) : les trois phrases suivantes sont téliques car les situations décrites ont un point final naturel ou voulu qui doit être atteint pour que les situations soient achevées et au-delà de laquelle elles ne peuvent plus continuer :

48)

The bullet hit the target.

49)

Sheila collapsed.

50)

Sheila deliberately swam for two hours 

77En revanche, les deux phrases suivantes sont atéliques :

51)

Sheila is working in the garden.

52)

Sheila lives in Vienna.

78Ce n’est certainement pas une classification qu’auraient adoptée Vendler ou Garey, le premier parce qu’il a limité son étude au seul verbe, le second parce qu’il a perçu que la notion de délimitation était une propriété de la phrase entière mais n’a pas proposé de théorie aspectuelle. Je note en particulier la télicité de la phrase 50) : c’est que Depraetere, comme beaucoup d’auteurs contemporains (y compris l’auteur de ces lignes) qui utilisent le concept d’(a)télicité, considère celui-ci comme la propriété de phrases entières, de situations telles qu’elles sont représentée par les phrases ; c’est un changement majeur. Toutes les théories actuelles reconnaissent que la notion de choix du locuteur est importante : une même situation extralinguistique peut très bien être décrite de façon -télique (Susan is painting a picture) ou atélique (Susan is painting). Le problème avec une telle approche, intuitivement juste, est que l’(a)télicité cesse d’être ce critère solide qui départage les types de verbes puisqu’il devient la propriété des énoncés qui décrivent une situation donnée. C’est le consensus actuel ; nous verrons au chapitre 6 qu’il n’est aujourd’hui plus directement question d’(a)télicité mais de structure événementielle associée à la racine verbale.

79Pour Depraetere, en revanche, une phrase bornée représente une situation comme ayant atteint une borne temporelle, indépendamment du fait que la situation a un point final inhérent ou voulu, ou pas. Les quatre premières -phrases sont bornées :

53)

I met John at 5 o’clock.

54)

Judith played in the garden for an hour.

55)

Julian lived in Paris from 1979 until May 1980.

56)

I have lived in Paris.

80Le bornage est clairement le fait de l’utilisation des indications temporelles (prétérit, parfait, et adverbiaux de temps). Comme chez Vendler, des critères strictement aspectuels (point final inhérent) et d’agentivité (point final voulu) sont amalgamés. En revanche, les phrases suivantes sont non bornées :

57)

She lives on the corner of Russell Square.

58)

She is writing a nursery rhyme.

81Comme pour l’(a)télicité, le choix de présenter une situation comme bornée ou non est un choix du locuteur : la même situation présentée différemment, est bornée dans 59, non bornée dans 60 :

  • 55 Toutes les phrases de 48) à 66), ainsi que les suivantes, sont empruntées à Depraetere (1995).

59)

Judith played in the garden for an hour.

60)

Judith was playing in the garden in the course of the afternoon55.

82Cette approche différente du concept d’(a)télicité est meilleure que d’autres dont il a été question lorsqu’on se penche sur l’interprétation des phrases au progressif : selon Depraetere, le caractère (a)télique d’une situation n’est pas affecté par le progressif :

61)

John opened the parcel (télique borné)

62)

John was opening the parcel (télique non-borné).

83Cela remet en cause le paradoxe imperfectif (Dowty 1977). De plus, cette analyse suggère que la clé du progressif n’est pas là, dans la discrimination des types de procès, puisque les deux phrases suivantes sont toutes deux analysées comme non bornées :

63)

I was eating an apple.

64)

John eats an apple every day.

84Enfin, certaines intuitions sont confortées : les phrases suivantes au present perfect progressif sont bel et bien bornées ; la question de savoir si les référents des sujets sont encore occupés à l’activité décrite par le verbe n’a plus lieu d’être :

65)

Why are your hands so dirty? I’ve been playing in the mud.

66)

Her eyes are red. She’s been crying.

85En somme, le concept d’(a)télicité comme notion essentiellement discursive est compris aujourd’hui de façon bien différente qu’il ne l’était à l’origine, et c’est une conclusion heureuse :

  • Je prends le terme comme renvoyant à la propriété d’une situation décrite dans une phrase, qui prend en compte le type de verbe, le caractère plus ou moins inhérent ou volontaire de l’événement représenté dans la phrase. Ainsi, par exemple, le lien avec un adverbial duratif de type for x time suffit à téliciser un énoncé (cf. Kratzer, qui parle de télicité dans ce cas, cf. chapitre 4 p. 243-245).

  • En conséquence, et c’est le plus important, l’(a)télicité ainsi comprise ne peut pas être ce trait invisible présent dans le verbe lui-même (Garey) ; au mieux est-ce un principe d’interface parmi d’autres entre la structure interne au VP et l’inscription dans le temps : c’est par exemple la position de Ramchand 2004 (cf. chapitre 6). Dans une étude sur l’aspect sémantique, qui ne s’intéresse a priori qu’au niveau VP, l’(a)télicité est d’une utilité limitée.

86J’avance dans la réflexion en présentant d’abord les prémisses d’une méthode décompositionnelle en prédicats primitifs, que Dowty (1979) a formalisée, puis en examinant l’événement e de Davidson, qui apporte un éclairage nouveau sur le verbe et les autres éléments linguistiques porteurs d’information justement « événementielle ». Le point 2) noté à propos de Garey invite également à prendre en compte le rôle de l’objet direct dans l’articulation d’une théorie linguistique de l’aspectualité, en russe comme en anglais.

2.2. Dowty et le calcul aspectuel56 : la télicité vue comme « état résultant »

  • 56 aspect calculus.
  • 57 entailements.

87Dowty (1979) reprend les classes établies par Vendler pour les faire dériver les unes des autres au moyen d’une logique des implications57 des phrases contenant les types de verbes, par une méthode inspirée de la décomposition en prédicats primitifs sur le modèle de la sémantique générative. Pour Dowty, la télicité est représentée par l’état résultant dans les décompositions en prédicats primitifs qu’il propose. Il est significatif que dans Dowty 1991, l’auteur abandonne cette conception de l’état résultant pour faire dériver la notion de télicité de l’interaction d’un argument aspectuel distingué (ses proto-rôles, dont le thème incrémental) avec le verbe. Les années 1980-1990 ont en effet vu la conjonction de deux domaines de la recherche sur le verbe : la littérature sur les classes aspectuelles traduites en prédicats primitifs, et celle sur la réalisation en syntaxe des arguments du verbe en fonction de leurs rôles thématiques. C’est donc Dowty 1979 qui a consacré la méthode décompositionnelle en prédicat primitif, toujours utilisée aujourd’hui.

2.2.1. Les classes de Vendler-Dowty

88La littérature évoque toujours les classes aspectuelles de Vendler-Dowty comme si la présentation qui en est faite par le second était le prolongement naturel de celle du premier. Pourtant, même si les deux auteurs ont les mêmes objets d’analyse, ils ne recherchent pas la même chose et inscrivent leur -recherche dans des modèles différents. Dowty reprend la quadripartition de Vendler avec un souci : trouver le moyen par des décompositions en prédicats primitifs de faire dériver les classes vendlériennes les unes des autres. Je considère que ce n’était pas là la motivation principale de Vendler, qui cherchait simplement à asseoir une ontologie temporelle des verbes sur des critères linguistiques.

89Dowty s’inscrit dans le cadre théorique de la grammaire de Montague et la sémantique générative de Lakoff, McCawley, Fillmore, etc. Ce modèle doit assurer la correspondance compositionnelle entre la syntaxe de la logique intensionnelle et l’algèbre des sens obtenus, et par l’utilisation systéma-tique des implications constitue une théorie de la référence qui doit évaluer la vériconditionnalité des énoncés. Les investigations des sémanticiens générativistes consistaient à postuler des unités atomiques de sens dans des formes souvent morphologiquement reliées en anglais, comme dans les trois exemples contenant l’item lexical cool,

67)

The soup was cool.

The soup cooled.

John cooled the soup, (Dowty 1979 : 46)

et par un « saut analytique », à étendre l’analyse à des séries de formes non morphologiquement reliées mais unies par une même relation sémantique (d’implication), comme dans :

68)

Harry is dead (not alive)

Harry died.

John killed Harry. (ibid.)

90Dowty voit dans la classe des Achèvements le prototype même des verbes de changement d’état, par rapport aux Activités, simplement liés à la « performance ». Il propose un calcul aspectuel qui repose de façon cruciale sur la notion de changement d’état ; il consacre le statut particulier de ces verbes, reprenant la distinction opérée par Fillmore (1970) entre la classe des verbes de contact (les verbes de type hit) et des changements d’état (les verbes de type break), les seconds impliquant une notion de causation que les premiers n’ont pas. Dowty reprend la logique des sémanticiens générativistes de la décomposition en prédicats primitifs, (ACT, CAUSE et BECOME), pour l’appliquer aux classes aspectuelles. Un changement d’état dénoté par le verbe dry est réécrit de la façon suivante :

Dry : [[x ACT] CAUSE [y BECOME <DRY>]]

  • 58 Template.

91Cette formule permet de générer un très grand nombre de verbes ; la partie constante (ici, <DRY>) est l’élément idiosyncrasique, la racine, tandis que les prédicats constituent le patron58 pour ces verbes. La racine contient un État (ici, DRY) ; Dowty considère donc que la classe des États a un statut de primitive ontologique :

  • 59 The idea is that the different aspectual properties of the various kinds of verbs can be explained (...)

92L’idée est que les propriétés aspectuelles différentes des variétés de verbes peuvent être expliquées en postulant une classe unique de prédicats homogènes – les prédicats statifs – plus trois ou quatre opérateurs et connecteurs phrastiques59. (Dowty 1979 : 71)

93Il y a là une analyse réductionniste des classes aspectuelles, expliquées en termes de combinaisons à partir d’une sorte de verbe « aspectuellement simple et non problématique » (le verbe d’État) et utilisant les opérateurs logiques que sont les prédicats primitifs. Dowty explique ce statut particulier des États par leurs propriétés temporelles et modales :

  • 60 Statives can be judged true or false of an individual by reference to the state of the world at onl (...)

94Les États peuvent être jugés vrais ou faux d’un individu en référence à l’état du monde à un seul point temporel (tandis que les autres classes de verbes requièrent de l’« information » sur plus d’un point temporel et, dans certains cas, sur plus d’un monde possible)60. (ibid.)

  • 61 Par « événement » Dowty entend simplement les verbes processuels non statiques.
  • 62 An event takes place in time ; Dowty cite ici Henrik von Wright (1963).
  • 63 All achievements have a logical structure consisting of BECOME plus an embedded clause.

95Au contraire, les conditions de vérité pour les « événements61 » sont différentes : un événement a lieu « dans » le temps62 ; le prédicat closing a door exprime fondamentalement qu’à un instant t l’état « porte non fermée » est suivi d’un instant t’ où l’état « porte fermée » sera vérifié. Ces événements sont donc définissables en termes de « changement d’état » ; un des deux états est la négation de l’autre : en particulier, « tous les Achèvements ont une structure logique consistant en BECOME plus un prédicat enchâssé63 » (ibid. : 77).

96Puis, Dowty remarque qu’en sémantique générative, la classe des verbes causatifs correspond presque parfaitement aux Accomplissements. Pour le calcul aspectuel des Accomplissements, il introduit en plus l’opérateur logique CAUSE :

69)

John painted a picture :

[[John paints] CAUSE [BECOME [a picture exists]]]

  • 64 The coming about (CAUSE) of a particular state of affairs (BECOME)
  • 65 Predicate Raising.

97Un Accomplissement vendlérien est donc, dans l’analyse de Dowty, « la survenue (CAUSE) d’un état de choses particulier (BECOME)64 » (ibid.). L’utilisation des opérateurs structuraux (CAUSE, BECOME) obtenus par des opérations de montée de prédicat65 combinée au calcul aspectuel assuré par les mêmes formules garantissent l’objectif de sémantique structurale complète, avec une théorie de la référence assurée par la logique des implications. L’idée d’inclure ces opérateurs structuraux dans le calcul de l’aspectualité des VPs est cruciale pour les études qui vont suivre : sans Dowty, toutes les théories plus ambitieuses d’interfaçage sémantique/syntaxe motivées par l’aspect lexical des verbes (Tenny, Hoekstra, Mulder, Levin et R.  Hovav, Pustejovsky, Croft) n’auraient pas pu voir le jour.

2.2.2. La logique des intervalles – Be V-ing et le paradoxe imperfectif

98À un moment donné de la discussion, le progressif intervient pour modifier la représentation du type événementiel aspectuel de base. On perçoit là les débuts des théories de la coercition. Dowty bute sur un problème qu’il nomme le paradoxe imperfectif : la logique de l’implication en termes d’état résultant échoue lorsqu’un verbe d’Accomplissement est utilisé au progressif. Ainsi, 70) implique 71) :

70)

John was pushing a cart

71)

John pushed a cart,

99Mais, de façon surprenante, la phrase 72) n’implique pas 73) :

72)

John was drawing a circle

73)

John drew a circle.

100Or, le marqueur progressif est le même (be V-ing) dans les deux cas. Dans une théorie qui met la vériconditionnalité au cœur de la théorie, c’est un véritable problème. En rendre compte est un sine qua non pour la théorie du calcul aspectuel. La solution préconisée par Dowty consiste à adopter une séman-tique des intervalles plutôt qu’une sémantique des instants. La limite du calcul aspectuel que révèle le paradoxe imperfectif vient du fait que la notion de vérité d’une phrase à un point donné a été tenue pour basique, alors que la vériconditionnalité des Accomplissements et des Achèvements doit se calculer à partir d’un intervalle. Intuitivement, les conditions de vérité de John draws a circle se mesurent en fonction des moments qui entourent l’intervalle nécessaire pour réaliser l’événement.

  • 66 With an interval based semantics, we can define BECOME sentences (and other, complex change-of-stat (...)

Avec une sémantique basée sur des intervalles, nous pouvons définir les phrases avec BECOME (et d’autres phrases complexes dénotant des changements d’état) comme vraies d’un intervalle, quelle que soit la longueur de celui-ci, si l’intervalle en question est borné à un bout par un état de choses particulier et à l’autre bout, par un autre état particulier66. (ibid. : 139)

  • 67 Time-frame theory.
  • 68 The action or state denoted by the expanded tense is thought of as a temporal frame encompassing so (...)
  • 69 Inertia world.

101Intuitivement, les prédicats d’Activité aussi voient leurs conditions de vérité réalisées si la notion de vérité dans un intervalle est adoptée. Muni d’une sémantique des intervalles, Dowty peut désormais aborder la question des conditions de vérité du progressif ; il dit s’inspirer de la théorie du cadre temporel du progressif 67 de Jespersen, pour qui « l’action ou l’état dénoté par le temps continu est envisagé comme un cadre temporel qui englobe autre chose68 » (Jespersen 1973, p. IV-178, cité par Dowty 1979 : 145). À propos de la phrase 72), il faut considérer que l’existence du cercle était un des résultats possibles de l’activité de John : le progressif n’est pas simplement un opérateur temporel, mais un opérateur mixte modal et temporel. La notion cruciale est ici celle de l’idée d’un monde possible qui est exactement similaire à un autre jusqu’à un certain point. Mais quel est ce monde parallèle ? C’est un monde dans lequel le cours naturel des événements se produit. Dowty appelle ce monde possible le « monde inertiel69 », pour lequel il introduit un foncteur logique Iner.

  • 70 Ce terme est lourd mais je le conserve.
  • 71 Time of Utterance.
  • 72 Traduction de subinterval property.

102L’adoption d’une logique des intervalles plutôt qu’une logique des instants pour le calcul vériconditionnel des phrases est importante car elle prédit des choses apparemment justes pour l’anglais. La différence essentielle entre un État et les autres classes de prédicats est qu’un État est vrai d’un intervalle s’il est vrai à tous les moments de cet intervalle. Au contraire, un prédicat dyna-mique (Activité ou Accomplissement) vérifie sa vériconditionnalité si la situation dénotée est vraie à un intervalle plus grand qu’un point. Reprenant l’analyse de Taylor (1977), Dowty insiste longuement sur les propriétés -grammaticales des États par rapport aux Activités et Accomplissements. Ceci explique le fait bien connu qu’en anglais il est impossible d’asserter une phrase contenant un prédicat d’Activité ou d’Accomplissement au présent simple, car ces prédicats ont des conditions de vérité vérifiées à un intervalle forcément plus large qu’un point. Le présent simple est donc incapable d’assurer ce caractère nécessairement « intervallique70 » d’un prédicat dynamique au moment d’énonciation (*John walks now). Il est en revanche possible d’énoncer John walked yesterday. Le prétérit introduit des conditions différentes : les conditions d’application de l’opérateur passé dans John walked [PAST (John, walk)] rendent possibles la dénotation d’un intervalle dans lequel peut s’inscrire le procès puisque le moment de parole, TU71, est dissocié du temps de la phrase enchâssée. Formulée plus simplement, c’est l’idée que *John walks now n’est pas possible parce que l’énonciation de cette situation à TU implique qu’elle soit vraie à la fois d’un point (TU est un point) et d’un intervalle (walk ne peut pas ne pas durer), or un point n’est pas équivalent à un intervalle, sauf pour les États qui s’inscrivent dans une durée parce qu’ils dénotent une série de points tous identiques les uns aux autres ; John loves Mary est assertable car c’est un état de chose qui se vérifie à tous les points d’un intervalle. Au prétérit, John walked ne pose pas de problème parce que le point (TU) et l’intervalle (PAST) sont cette fois-ci dissociés : au point où le locuteur énonce John walked, il y a eu un intervalle [John-walk]. Dowty utilise la métaphore d’un film au ralenti : pour établir que quelqu’un marche, il faut au moins deux images, l’intervalle est nécessairement inclus dans la dénotation de x walks ; cela est vrai de tous les prédicats dynamiques : un changement de propriétés physiques, un changement de lieu, de situation ou d’état, toutes ces situations impliquent au moins deux moments sur la pellicule à au moins deux inter-valles, voire plus dans le cas d’un prédicat comme move from x to y. Il y a une différence tout de même. Les Activités pures ont la propriété « sub--intervallique72 » : si John a marché pendant deux heures, à tout moment il a marché ; les autres prédicats dynamiques n’ont pas cette propriété. Ces questions vont prendre une importance parfois démesurée dans certains modèles (Krifka, Filip pour le russe) qui voient dans la distinction algébrique quantisation vs. cumulativité un principe de classification aspectuelle essentiel.

  • 73 Stationary objects that momentarily come into the observer’s view.
  • 74 [It is] our total experience with prior stages of an individual that somehow makes them true.
  • 75 John-stages having stage-properties of speaking French.
  • 76 Respectivement, interval statives et momentary stage-predicates.
  • 77 Object-level statives.

103Certains États se trouvent néanmoins au progressif, comme les verbes de position (lie, sit, stand). Leurs conditions de vérité incluent un intervalle : l’objet conserve une position plus longtemps qu’un moment. Le paramètre du locuteur est invoqué : ce sont des « objets stationnaires qui viennent de façon momentanée dans le champ de vision de l’observateur73 » (ibid. : 175). Les vrais États (know, love) ont des conditions de vérité différentes : « c’est notre expérience totale des phases antécédentes d’un individu qui, d’une certaine façon, les rend vrais74 » (ibid. : 179). Ainsi, la phrase John knows French est vraie non pas parce que John fait quelque chose en ce moment, mais en raison des « occasions passées de John qui ont montré qu’il connaît le français75 » (ibid.). Il y a donc deux types d’États : d’un côté, les États intervalliques (stand, sit, lie) et les États dénotant des phases momentanées d’un individu (be on the table, be asleep)76, de l’autre, les États dénotant des propriétés plus permanentes d’un objet (know, like, be intelligent)77. On reconnaît la distinction de Carlson (1977) entre prédicats transitoires et permanents.

104La logique des intervalles conduit également Dowty à raffiner considérablement la classification des prédicats d’Activités : certains sont temporellement homogènes, d’autres hétérogènes. Les activités du type walking, swimming ne posent pas trop de problème, mais qu’en est-il de verbes comme waltz ou -chuckle ? Ces Activités aussi impliquent un changement de position dans l’espace (des parties du corps se déplacent et occupent des positions différentes dans l’espace d’un moment à l’autre), mais quelles propriétés intervalliques sont nécessaires pour que x waltzes soit vrai ? Une valse présuppose trois pas, donc tout intervalle inférieur à trois ne vérifie pas les conditions de vérité pour x waltzes. Il faut rajouter des opérateurs pour spécifier les positions différentes du corps dans l’espace. Ces prédicats d’Activité sont appelés verbes hétéro-gènes par Taylor. La conclusion à laquelle arrive Dowty est importante : si des verbes hétérogènes comme waltz ou encore chuckle nécessitent plusieurs intervalles, l’implication qui fonde la classe des Activités, présente chez Vendler (x is V-ing → x has V-ed) n’est pas validée. Si x is chuckling, à partir de quel moment peut-on dire he has chuckled ? Pour être exact, il faudrait décomposer un verbe d’Activité comme walk en une suite d’Accomplissements minimaux (take a step, take another step…), mais comment trouver un Accomplissement minimal pour chuckle ? Certains (comme Smith 1991) ont suggéré de rajouter à l’inventaire ontologique de base une sous-classe d’activités, les Sémelfactifs, dans laquelle entreraient chuckle et blink, par exemple. Dowty, qui souhaite limiter la prolifération des classes de verbes, ne fait pas cela. Le danger est bien là : selon le grain de la décomposition sémantique en sous-intervalles (sous-événements), une multitude de classes risquent d’émerger au point que l’avantage initial des quatre classes de Vendler serait perdu car toutes ces classes ne seraient pas manipulables par une théorie linguistique. Il faut s’y résoudre : quel que soit le type sémantique de verbe, il est toujours possible de le décomposer en sous-événements aspectuels.

105Dowty est conscient de ces difficultés. Le test du progressif, jugé initialement non problématique pour les Activités, le devient sous cette analyse raffinée des Activités, et présente finalement le même paradoxe, à un degré moindre, que pour les Accomplissements. L’Activité hétérogène dans John is chuckling et l’Accomplissement canonique dans John is washing the car sont tout aussi paradoxaux : on ne sait pas plus dans un cas comme dans l’autre à quel moment il devient possible de considérer que John has washed the car ou que John has chuckled sont vrais. Tout dépend, en fin de compte, de la « position épistémique du locuteur » (ibid. : 172). Les conclusions de Dowty sont intéressantes :

Je n’ai pas réussi à trouver un seul verbe d’Activité qui ne puisse avoir un sens d’Accomplissement dans au moins un contexte spécial. (ibid. : 61)

  • 78 I have not been able to find a single activity verb which cannot have an accomplishment sense in at (...)

Ainsi, plus nous avons examiné la distinction entre Accomplissement et Achèvement d’un côté, et Activité de l’autre, plus celle-ci est devenue éphémère78. (ibid. : 172)

  • 79 Respectivement, single change of state et complex change of state.

106Tous ces raffinements dans l’analyse de Dowty, que la littérature escamote trop souvent, conduisent à une classification des classes de Vendler profondément remaniée. Deux séries de paramètres y figurent, que Vendler ne faisait apparaître qu’en filigrane : les propriétés temporelles de nature intervallique et/ou ponctuelle, et le critère agentif/causatif. Ainsi le tableau récapitulatif de ce calcul aspectuel que propose Dowty (1979 : 184) comprend le paramètre non-agentif/agentif en verticale, et une classification renouvelée en États, Activités, simple changement d’État et changement d’État complexe79 en horizontal. Les deux dernières catégories recouvrent la distinction Accomplissement/Achèvement de Vendler ; la différence entre le changement d’État « simple » et « complexe » tient à la nature, ponctuelle ou intervallique, de la transition entre les deux états (initial et final) : notice et kill sont des changements d’États simples, tandis que build a house et walk from x to y sont des changements d’État complexes. Je renvoie à Dowty pour le détail de la classification. Se profilent ainsi des notions primitives autres que le temps (Vendler) qui vont servir à rendre compte du schéma sémantique inhérent des classes de verbes :

DO – CAUSE – BECOME (CHANGE) – <STATE>.

107Le point sur lequel Dowty a le plus de difficulté reste la question de l’opérateur logique DO qu’il fait figurer dans la décomposition des verbes d’activité : dans le calcul aspectuel, a priori, DO distingue les États des Activités en structure logique. Mais il est obligé de reconnaître que la contribution de DO concerne surtout les notions de volition et/ou d’intention au sens large ; le seul cas où DO transforme un État en Activité concerne les adjectifs et les noms non statifs qui prennent be V-ing (John is being polite / a hero). Il en conclut que le rôle joué par DO dans le calcul aspectuel est bien moins net que pour CAUSE et BECOME : les derniers sont des opérateurs modaux et temporels, car ils impliquent un autre temps, un autre monde dans leur dénotation, et surtout ils évaluent le rapport aspectuel entre le verbe et l’argument interne (l’objet), tandis que DO est un prédicat extensionnel seulement, il évalue l’apport de l’argument externe (le sujet), ce qui revient à dire qu’il n’a pas d’effet aspectuel. DO n’a par exemple pas d’effet stable sur un prédicat comme hit the wall, qui a trois lectures : agentif intentionnel/non intentionnel/pas agentif du tout.

108Ceci est important : les verbes de contact (hit the wall) ou de mouvement (push the cart) posent un réel paradoxe puisque leur argument interne est défini et quantisé, et pourtant ils sont atéliques en ce sens que la contribution de l’argument interne sur l’aspectualité de l’ensemble semble nulle. On voit déjà se profiler ici une réflexion à venir sur la corrélation entre l’assignation des rôles sémantiques des arguments et les « ingrédients » primitifs des verbes tels qu’ils sont définis par Dowty : tout le débat va porter sur le statut à accorder à ces participants nécessairement impliqués par les prédicats primitifs DO, CAUSE, etc., notamment à savoir s’ils sont médiatisés ou non par des prin-cipes autres que simplement « thématiques », par exemple aspectuels (Tenny).

109Au final, reconnaît Dowty, la classification aspectuelle comporte des zones floues :

  • 80 Thus not only is this not a categorization of verbs, it is not a categorization of sentences, but r (...)

Ainsi, non seulement ceci n’est pas une catégorisation des verbes, ce n’est pas non plus une catégorisation des phrases, mais plutôt des contenus propositionnels véhiculés par des affirmations, étant donné certaines hypothèses d’arrière-plan partagées par le locuteur et l’interlocuteur sur la nature des situations discutées80. (ibid. : 185)

110Une lecture attentive de Vendler révèle donc que le paradoxe de be
V-ing
n’est pas si net que cela puisqu’il peut s’étendre à des verbes d’Activité (-chuckle, dance) aux conditions de vérités délicates à établir. Ce que ne dit pas explicitement Dowty mais que je conclus de ses observations est que be V-ing pose fondamentalement un problème tout autre que le problème posé par l’établissement de classes sémantiques de verbes.

  • 81  ensconced in the syntactic structure of the English language.

111Avec Dowty, Vendler est dépassé : l’aspect est bien une propriété temporelle dénotée par le verbe, mais c’est bien plus que cela ; la logique du changement d’état et du résultat consacre les notions de causation, d’agentivité, comme relevant du calcul aspectuel. Dowty raffine la catégorisation temporelle des prédicats au moyen de sa sémantique des intervalles, mais ce faisant il souligne à de très nombreuses reprises le caractère flou de la classification, qui dépend d’autres facteurs dont la position du locuteur en fonction de ces connaissances. À la lecture de Dowty, il est évident que la classification aspectuelle des verbes est importante car elle est « fermement installée dans la structure syntaxique de l’anglais81 » (ibid : 185), mais que les tests utilisés pour faire émerger cette classification sont fragiles. Ce que montre très bien Dowty est que plus le « grain » de la description est poussé, plus les diffé-rences temporelles entre les espèces de verbes qui semblaient irréductibles chez Vendler, s’estompent.

112Je vais à présent introduire une autre « primitive » dont j’aurai souvent besoin dans la suite du travail : l’événement de Davidson.

2.3. L’événement davidsonien

  • 82 Our common talk and reasoning about actions is most naturally analysed by supposing that there are (...)

113Dix ans après l’article de Vendler, une série d’articles de Davidson (dont « The Logical Form of Action Sentences », 1967) introduisait la notion d’événement comme une partie intégrante de la sémantique des phrases : toute phrase contenant un verbe d’action projette, en plus des arguments traditionnels, un argument e. Ses travaux s’inscrivaient dans tout un arrière-plan philosophique sur l’esprit et l’action, dont les plus prestigieux représentants sont Austin, Kim, Von Wright, Kenny, Chisholm, Reichenbach. Partant des écrits de Austin, dont A Plea for excuses, Davidson remarquait que toutes les reformulations ou descriptions alternatives de nos actions lorsqu’on s’excuse impliquent qu’il doit bien exister des événements au sens banal du terme : « notre façon de parler et de raisonner au sujet des actions se laisse naturellement analyser en supposant qu’il existe de telles entités82 » (Davidson 1967 : 109).

114Il faut trouver un moyen de représenter les relations de sens perçues intuitivement entre des phrases diverses et d’expliquer l’anomalie qui consiste à utiliser le pronom it, qui sert normalement d’antécédent à un terme singulier, comme reprise d’un syntagme verbal :

74)

John buttered the toast.

75)

John buttered the toast in the bathroom.

76)

Jones did it slowly, deliberately, in the bathroom, at midnight, with a knife

77)

Jones buttered the toast in the bathroom with a knife at midnight.

2.3.1. Les précurseurs

  • 83 brought it about that Smith is in a state of just having coughed.

115Le cheminement de la pensée de Davidson est intéressant. Il examine la formule de Kenny pour ses verbes de performance (« bring it about that p »), ainsi que celle de Chisholm pour ces mêmes verbes : « x makes p happen ». Davidson montre les limites de la première formule : p est, dans l’analyse de Kenny, un « état terminal » (ibid. : 110). Non seulement l’analyse réduit tous les événements à des États, mais on ne voit pas bien comment analyser un verbe comme cough dans Smith coughed. Va-t-on éclairer le sens de l’expression de départ en proposant une formule comme « Smith a fait en sorte que Smith est dans l’état d’avoir juste toussé83 » ? L’analyse de Kenny focalise l’agent et le résultat final obtenu, mais neutralise l’idée qu’un événement est survenu. Nous voyons à de nombreuses reprises, dans la littérature, cette tendance à réduire toutes les phrases ressenties comme événementielles à des États ; c’est le cas de Dowty, qui leur accorde statut de primitive, et des théories de la coercition, pour qui be V-ing et have V-en n’ont qu’une finalité : transformer un processus, un événement, en un État.

  • 84 state of affairs.
  • 85 entitities that can be the objects of propositional attitudes.

116Pour Chisholm, p dans sa formule est un « état de choses84 », défini par Davidson comme des « entités qui peuvent être les objets d’attitudes propositionnelles85 » ; réduire des événements à des « états de choses » conduit aux conclusions suivantes : les deux syntagmes suivants,

78)

Brutus’s stabbing of Caesar

79)

Brutus’s killing of Caesar,

qui induisent inévitablement deux attitudes propositionnelles différentes (on peut savoir que Brutus a tué César sans savoir qu’il l’a poignardé), invitent à considérer qu’il s’agit de deux événements distincts, contrairement à l’intuition. Mais surtout, du point de vue logique, les phrases suivantes démentent la perception commune qui établit des inférences logiques entre elles :

80)

Brutus killed Caesar with a knife.

81)

Brutus killed Caesar violently.

117Tuer quelqu’un avec un couteau et tuer quelqu’un violemment sont deux états de choses différents ; pourtant, prononcé dans un même contexte, tout locuteur sait qu’il s’agit du même événement. C’est une critique majeure qui a conduit Davidson à rejeter cette approche qui au fond niait qu’il existe des événements.

118Reichenbach (1947) constitue un début de solution ; il fait précéder ses formes logiques d’un opérateur existentiel. Il décompose la phrase suivante ainsi :

82)

Amundsen flew to the North Pole

(x) (x consists in the fact that Amundsen flew to the North Pole) (ibid. : 116)

119L’opérateur existentiel, préfixé à une phrase, forme un prédicat d’événement. Ce modèle rend justice à l’intuition commune qu’il existe bien des événements car il permet d’introduire ceux-ci comme des entités individuelles à propos desquelles une infinité de choses peuvent être dites. De plus, postuler une variable x réduit l’ambiguïté inhérente à la phrase, qui peut être comprise comme référant à un seul vol ou à potentiellement plusieurs. Davidson retient cette idée d’une logique quantificationnelle : la phrase ne désigne pas directement un événement, elle le fait de façon existentielle.

2.3.2. L’intérêt linguistique de l’événement davidsonien86

  • 86 On trouvera dans l’ouvrage de Van de Velde, Grammaire des Événéments, une analyse critique très fin (...)

120Je vois dans la théorie davidsonienne de grands avantages, que je résume ici.

121Davidson a montré qu’il n’y a aucune raison de vouloir réduire un événement à un État : l’événement est une primitive au même titre que l’État, et pourvu qu’on se donne une théorie adéquate, une sémantique de l’événement est non seulement possible mais souvent indispensable. Bien entendu, il y a des événements de diverses sortes : certains sont complets dès leur inception (John’s inviting Peter est un événement pleinement constitué dès que le carton d’invitation a été mis dans la boîte aux lettres), d’autres doivent attendre leur phase finale (John’s killing Peter ne sera vérifié qu’une fois Peter mort), mais peu importe : ils ont un statut ontologique égal car rien ne les distingue dans notre façon d’en parler. C’est là une théorie qui s’éloigne du schéma aspectuel de Vendler. C’est une théorie précisément parce qu’à la fois en termes d’inférences logiques et de structure grammaticale, on peut identifier une classe d’événements. Voyons le détail.

122Pour Davidson, le sens de la phrase contenant un événement va dépendre de sa structure, c’est même la structure qui révèle l’événement ; c’est la position exactement inverse de Kenny ou de Chisholm qui s’efforcent de réduire l’apport du verbe à d’autres types :

  • 87 It is good to keep track of the common element in fly to and fly away from and this of course we ca (...)

123Il est bon de ne pas perdre de vue l’élément commun entre fly to et fly away from, et nous ne pouvons pas le faire si nous traitons ces deux éléments comme des prédicats non structurés87. (ibid. : 119)

124Toute phrase contenant un verbe d’action contient un élément commun reconnu intuitivement comme pertinent. Il insiste beaucoup sur la structure littérale de la phrase : le verbe est central, il faut lui attribuer une valeur stable, individualiser son apport. Il faut rendre compte du fait qu’un même verbe (fly to Mars, fly away from Mars), employé dans des contextes syntaxiques différents, joue un rôle commun, et c’est cela qu’il veut montrer en ayant recours à e.

125En adoptant une logique quantificationnelle, Davidson donne un vrai statut linguistique à l’événement. L’essentiel de sa démonstration est là ; soit les deux phrases :

83)

Vesuvius erupted in A.D. 79.

84)

There’s a fly in here.

126La phrase 83) ne réfère pas plus à un événement individuel que la phrase 84) ne réfère à une mouche individuelle :

  • 88 There’s a fly in here is existential and general with respect to flies in here ; Vesuvius erupted i (...)

La phrase There’s a fly in here est existentielle et générale vis-à-vis des mouches qui sont ici ; Vesuvius erupted in A.D. 79 est une phrase existentielle et générale par rapport aux éruptions du Vésuve en l’année 79 ap. J.-C., s’il y a des choses comme les éruptions, bien entendu88. (ibid. : 135)

  • 89 There is no singular term referring to a mosquito in There is a mosquito in here.

127La première phrase permet seulement l’implication qu’il a existé un événement de la sorte décrite dans la phrase (« Il existe un événement qui est une éruption du Vésuve en 79 »). Une phrase avec un verbe d’action ne dénote jamais directement l’événement ; elle asserte l’existence d’un type d’événement. On déduit sans problème l’événement particulier « l’éruption du Vésuve en 79 ». De la même façon, nous dit Davidson, « il n’y a pas de terme singulier renvoyant à un moustique dans la phrase There is a mosquito in here89 » (ibid. : 165).

128Les générativistes l’ont bien perçu, qui ont introduit la catégorie du DP, avec D élément référentiel qui prédique l’existence d’un type particulier de N. La différence est que si l’article (le D) est visible dans « a » mosquito, l’événement e ne l’est pas dans la structure de surface de la phrase anglaise. Il ne faut pas confondre l’événement, qui est une variable représentée par e, et le terme singulier (le verbe), qui désigne le type d’événement. Même si les deux expressions suivantes peuvent désigner la même réalité objective :

85)

Doris capsized the canoe yesterday

86)

Doris’ capsizing of the canoe occurred yesterday,

  • 90 to give the logical form of a sentence is to give its logical location in the totality of sentenc (...)

la première ne fait qu’asserter l’existence d’au moins un chavirage (a cap-sizing), tandis que la seconde contient effectivement une description singulière et unique. La forme logique est essentielle dans la théorie, puisque « donner la forme logique d’une phrase consiste à donner sa position logique dans la totalité des phrases90 » (ibid. : 140). On comprend alors que e reçoive le statut d’argument :

  • 91 The basic idea is that verbs of action – verbs that say “what someone did” – should be construed as (...)

L’idée de base est que les verbes d’action – les verbes qui disent « ce que quelqu’un a fait » – doivent être analysés comme contenant une place, pour les termes singuliers ou variables, qu’ils ne semblent pas avoir à première vue91. (ibid. : 118)

129Les verbes d’action contiennent une place argumentale supplémentaire, occupée par une variable cachée qui quantifie le type d’événement ; (e) implique une ontologie des événements particulière (comme entités individualisables). Contrairement à l’analyse logique standard, où une expression comme Brutus stabbed Caesar est une phrase « atomique » constitué d’un prédicat à deux places (stab) : [Stabbed (Brutus, Caesar)], pour Davidson, il s’agit d’une phrase quantifiée existentiellement impliquant un prédicat à trois places avec une variable événementielle liée : « il existe un événement e qui a constitué en un meurtre par poignard (a stabbing) de Brutus par César » :  e (Stabbing(Brutus, Caesar, e).

130La notation, révisée, est celle du néo-davidsonien T.  Parsons (1990). Le problème de la « polyadicité variable » (le terme était de Kenny) des verbes d’action commence à recevoir un traitement plus convaincant. En effet, l’adoption de e permet de faire ressortir les relations logiques et paraphrastiques entre les phrases suivantes :

87)

Brutus stabbed Caesar violently.

88)

Brutus stabbed Caesar with the knife.

89)

Brutus stabbed Caesar violently with the knife.

  • 92 B stabbed C somewhere (in a x way) somewhere (in the world) with something.

131En logique ordinaire, on suppose que « B a poignardé C » (B stabbed C) est une version elliptique et fixe de : « B a poignardé C quelque part (d’une façon X) quelque part (dans le monde) avec quelque chose92 ». Mais bien entendu, rien n’interdit de rajouter une infinité de modifieurs. Il est plus efficace d’avoir une analyse en termes de phrases subatomiques, pour expliquer les implications.

132Cette analyse oblige Davidson à reconnaître que les expressions adverbiales jouent également le rôle de véritables prédications d’événements. L’événement est donc objet théorique, objet grammatical ; même si le verbe est central, il n’est pas le seul à pouvoir l’exprimer. On ne peut percevoir les implications logiques entre toutes ces phrases qu’en admettant que e se projette dans tous les prédicats d’événements, exprimés diversement :

(e) [Stabbing(e) et Subj(e, B) et Obj(e,C) et In (e,b) et With (e,k)]
(e) [Stabbing(e) et Subj(e, B) et Obj(e,C) et In (e,b)]
(e) [Stabbing(e) et Subj(e, B) et Obj(e,C) et With (e,k)]
(e) [Stabbing(e) et Subj(e, B) et Obj(e,C)] (Parsons 1990 : 14)

133Par cette variable e, les connections s’imposent d’elles-mêmes ; Brutus stabbed Caesar in the back in the Forum entraîne :

  • 93 stabbed C in the back

B a poignardé C dans le dos.
B a poignardé C dans le forum
B a poignardé C, etc.93 (ibid. : 16)

  • 94 There exists an event that is a stabbing-of-Caesar-by-Brutus event, it is an into-the-back-of-Caesa (...)

134La phrase de surface complète dit : « Il existe un événement qui est un événement consistant en un coup-de-poignard-sur-César-par-Brutus, c’est un événement de coup-de-poignard-dans-le-dos, il a eu lieu dans le Forum, et Brutus l’a réalisé avec un couteau94. » Aussi bien les modifieurs adverbiaux que les prépositions dénotent l’événement ; cette remarque est très importante :

  • 95 In general, we conceal logical structure when we treat prepositions as integral parts of verbs; it (...)

En général, nous dissimulons la structure logique lorsque nous traitons des prépositions comme des parties intégrantes des verbes ; un des mérites de cette proposition est de suggérer un moyen de traiter les prépositions comme contribuant à la structure95. (Davidson 1967 : 119)

135On sait qu’en anglais les syntagmes prépositionnels expriment l’événement au même titre que les verbes. C’est encore plus vrai en russe, où les préverbes, qui sont étymologiquement des prépositions, jouent précisément de rôle de complexification événementielle. J’y reviendrai.

136Cette analyse rend également compte de façon naturelle de la relation entre les références explicites et implicites aux événements ; c’est le cas dans les deux phrases suivantes :

90)

The boiler exploded in the cellar.

91)

There was an explosion in the cellar.

  • 96 … explain[ing] why it [the sentence] is caught up in the network of entailments that intuition reco (...)

137La première exprime une quantification sur un événement mais la description d’aucun en particulier (« Il existe un événement x tel que x a été une explosion et x s’est passé dans la cave et x a concerné la chaudière ») tandis que la seconde exprime un événement singulier explicite ; adopter e pour les deux phrases, c’est néanmoins « expliquer pourquoi elle [la phrase] est prise dans un réseau d’inférences logiques que l’intuition reconnaît96 » (ibid. : 191).

  • 97 We often identify or describe events in terms of their causes and effects.
  • 98 Individuation requires sorts or kinds that give a principle for counting.

138Enfin, du point de vue ontologique, les événements sont des objets manipulables par la théorie, des « substances » (DeVelde, 2006 : 10). Davidson s’interroge longuement sur les critères d’identification et d’individuation des événements. Il lie fortement l’identification des événements à la notion de changement. La cause et l’effet permettent également d’identifier l’événement : « nous identifions ou décrivons souvent les événements en termes de leurs causes et leurs effets97 » (ibid. : 179). Même s’il explore le temps et le lieu comme critère d’individuation des événements, Davidson ne retient pas ce critère comme déterminant. C’est plutôt le principe de la cardinalité qui compte : « l’individuation exige des sortes ou des espèces qui fournissent un principe pour le dénombrement98 » (ibid. : 180). Cette position philosophique, très différente de celle de Vendler, est importante puisqu’elle a donné lieu à une autre grande tradition dans la classification des types de procès basée sur l’événement : chez Mourelatos (1978) et Bach (1981, 1986), ce principe de dénombrement sert à fonder ontologiquement la classe des Événements pour le premier, et l’archi-classe des « Éventualités » pour le second.

2.3.3. La classification des verbes et l’événement davidsonien

139L’article de Davidson n’induit pas directement une classification lexicale des types d’événements. D’autres auteurs ont tenté l’entreprise : je vais d’abord présenter la classification de Mourelatos, puis celle de Bach. Davidson va -inspirer d’autres auteurs, dont Krifka, qui développe une théorie reposant sur l’association algébrique entre l’objet « événement » et l’objet exprimé par le NP, et aboutit à certaines conclusions sur le calcul de l’aspectualité du VP (voir chapitre 3, p. 177-179).

140Mourelatos (1978) révise la répartition de Vendler et Kenny (1963) en y incluant le e de Davidson. On se souvient que Kenny reconnaissait trois types de verbes : les Activités, les « Performances » et les États ; ni les Achèvements ni les Accomplissements n’étaient reconnus comme des types séparés. Le regroupement des verbes dans les trois types était assuré par un tableau récapitulant les implications suggérées par les formes temporelles et neuf autres critères linguistiques. La critique majeure de Mourelatos sur la classification de Kenny/Vendler est que celle-ci était gâchée par le fait qu’elles incluent les catégories de l’aspect grammatical. Ce qu’il appelle la « multivalence séman-tique » de certains États comme understand, know était imputable non pas à des propriétés inhérentes aux verbes eux-mêmes, mais aux cas de « transposition sémantique fournie par le système aspectuel » (Mourelatos 1978 : 196). Kenny et Vendler auraient dû tenir compte de l’aspect utilisé dans les tests d’implication ; par exemple, dans la phrase 20) de Kenny, répétée ci-dessous en 92),

92)

A man may be walking to the Rose and Crown, and yet never walk there, perhaps because he is run over on the way.

la difficulté d’établir de façon fiable l’appartenance de walk à telle ou telle classe est essentiellement dû au fait que la première occurrence de walk est imperfective tandis que la seconde est perfective. Mourelatos suggère qu’il aurait été préférable de proposer une phrase entièrement au perfectif comme 93), ou à l’imperfectif comme 94) :

  • 99 spoken by an on-the-scene reporter, seconds after the subject has crossed the pub’s threshold; Mour (...)

93)

And there you have it, ladies and Gentlemen, he walks to the Rose and Crown99.

94)

If it is true now that he is walking to the Rose and Crown, it will be true that he was walking to the Rose and Crown.

141L’auteur propose donc une classification basée sur d’autres critères, afin de répondre au fait que certains verbes restent en dehors de la classification de Vendler et Kenny. Il y a par exemple le cas du verbe see, ni État ni Activité ni Accomplissement. La phrase I saw him run ne traduit pas un véritable état du sujet mais rapporte un Événement que l’on peut nommer comme « a seeing » ou « a sighting ». Mourelatos reprend la classification vendlérienne en l’insérant dans un contexte ontologique élargi qui inclut la notion d’Événement, et qui repose sur une trichotomie enchâssée dans un schéma de contrastes binaires ; une différence notable est que les « Occurrences ponctuelles » (Achèvements) et les « Développements » (Accomplissements) ne constituent pas deux types ontologiques distincts. Voici l’essence de sa classification :

  • 100 purely natural events.

1421) Les Événements100 se répartissent en deux sous-catégories :

    • 101 developments.

    les Développements101, contreparties des Accomplissements vendlériens, comme dans The sun went down ;

    • 102 punctual occurrences.

    les Occurrences ponctuelles102, contrepartie des Achèvements, comme dans The cable snapped ou He blinked.

  • 103 occurrences.
  • 104 processes.

1432) Les Événements sont dominés par une catégorie les englobant, les Occurrences103, qui comprend également les Processus104, Activités chez Vendler.

  • 105 situations.

1443) Enfin, le terme générique de Situations105 est le terme générique qui domine tous les verbes, qui comprend les Occurrences et les États. (adapté de Mourelatos 1978 : 201)

145Bach (1981, 1986) adopte une classification très proche, qui contient quatre catégories :

  • 106 States / Processes / Events / Protracted and instantaneous events.

États
Processus
Événements
Événements prolongés et instantanés106. (adapté de Bach 1981 : 67)

  • 107 A history is now taken to be a set of eventualities and relations among them.
  • 108 English is a pragmatic language.
  • 109 J’utilise le terme « situationnel » dans son acception française ici, pour tenter de traduire le mo (...)

146Comme Mourelatos, Bach a nié au temps le statut de primitive ontolo-gique ; en particulier, il s’inscrivait contre la position de Montague pour qui les événements étaient des propriétés d’instants de temps avant tout, notion trop abstraite à ses yeux et surtout contraire à l’intuition qui manipule les événements comme des objets qui peuvent se succéder ou se chevaucher. Les notions primitives sont celles qui reconnaissent l’association entre des histoires possibles et une collection d’individus possibles. Bach fonde alors sa classe fameuse des Éventualités, terme générique qui recouvre les États, les Processus, les Événements : « une histoire est considérée comme une collection d’éventualités et de leurs rapports entre elles107 » (ibid. : 70). Le terme d’« histoire possible » est inattendu : Bach rejette l’approche trop logiciste de Montague, pour qui les phrases à propos de relations temporelles ont toujours une valeur de vérité définitive et l’ordonnancement de deux événements ou plus est complètement indépendante de l’observateur. Reconnaissant que « l’anglais est une langue pragmatique108 », qui confère à ses éléments (les déictiques I, now, etc., les temps) une valeur situationnelle109 avant tout, le sens vériconditionnel des phrases déclaratives se fait en deux moments, selon Bach :

  • Les phrases sont des fonctions logiques depuis le contexte vers des contenus propositionnels ;

  • Ensuite, ces derniers sont à leur tour des fonctions depuis des mondes (des « histoires ») vers des valeurs de vérité.

  • 110 possible event ou possible history.

147L’important est que la vériconditionnalité des phrases est évaluée seulement une fois l’instance linguistique pragmatique construite. S. de Vogüe (2006) a certainement raison de suggérer que le terme français d’Éventualité n’est après tout pas un faux-ami de l’anglais Eventuality : avec le sens explicite d’« événement possible » ou d’« histoire possible110 » qu’il confère au terme, Bach semble reconnaître implicitement la primauté du construit linguistique, résultat de l’interaction entre le contexte (la situation d’énonciation) et la classification du verbe. Selon de Vogüe, « un verbe se caractériserait par le fait qu’il renvoie quelle que soit la catégorie du verbe en question [État, Processus, Événement] à ce qui peut comme ne peut pas être le cas » (de Vogüe 2006 : 48). Il y a là un projet plus vaste sur ce qu’est un verbe inséré dans un énoncé. Bach semble avoir eu conscience d’enjeux qui vont bien plus loin que la classification sémantique stricte et qui, à un niveau de grain supérieur, annulent les classes de verbes avec leurs propriétés que l’on aurait pu croire irréductiblement différentes. Tous les auteurs se sont en tout cas heurtés à cela : Dowty reconnaissait, à l’issue de son calcul aspectuel, que la distinction devenait de plus en plus évanescente au fur et à mesure que le grain de la description s’affinait (cf. ci-dessus p. 66). C’est certainement la raison pour laquelle aujourd’hui les chercheurs s’intéressent à ce que lexicalise chaque racine verbale et évitent des généralisations fondées sur des bases ontologiques.

148Quoi qu’il en soit, cette ontologie élargie permet une classification nettement améliorée des occurrences « sensorielles » : Mourelatos peut distinguer les États visuels ou auditifs (95, 96), qui ont leurs correspondants dans la classe des Processus (97, 98), des Développements (99, 100) et des Occurrences ponctuelles (101, 102), les deux dernières catégories étant des Événements :

95)

I see dimly.

96)

I hear you well.

97)

I’m seeing a bright light.

98)

I’m hearing a buzzing sound.

99)

I saw him cross the street

100)

I heard him sing a serenade.

101)

I caught a glimpse of him.

102)

I heard him cough.

  • 111 Events are those situations that can be directly or intrinsically counted. […] They fall under SORT (...)

149Il ne faut là aussi jamais perdre de vue que ce sont les éléments configurationnels et contextuels qui permettent ces distinctions. Deux tests majeurs pour faire émerger la catégorie des événements sont : les adverbiaux et autres éléments cardinaux, et les nominalisations en -ing ; « les Événements sont ces situations qui peuvent être dénombrées, directement ou de façon intrinsèque. […] Ils se rangent dans des espèces qui fournissent un principe de dénombrement111 » (Mourelatos 1978 : 209).

150Bach a fait ressortir cette affinité entre les objets qu’il cherche à décrire et les théories de la méréologie (partie-tout). Par exemple, le verbe push dans John pushed the cart for hours ne passe pas le test de la cardinalité dénombrable :

103)

For hours there was pushing of the cart by John (*a pushing)

104)

*He pushed the cart twice for hours (dans le sens de : *there were two pushings of the cart)

  • 112 process predication.

151Push the cart est ici un Processus112. Mais l’adverbial three times change la donne : la phrase he pushed the cart three times est acceptable car elle est comprise comme étant l’ellipse de

105)

He pushed the cart three times out of his way / over the hill / started pushing the car three times.

152Push dénote ici un Événement : la phrase implique bien three completed pushings of the cart. En revanche, les États ne se prêtent à aucun de ces tests :

106)

*There is a hating by John of liars.

107)

*There is a dominating by Helen of her husband.

153Mais on peut dire :

108)

There is hate by John of liars.

109)

There is dominance of her husband by Helen.

  • 113 Properties, processes, and events may be distinguished by considering the characteristics of the se (...)

154Ces manipulations laissent entendre que pour qu’il y ait véritablement un « Événement » il faut qu’il y ait transition (ce que Davidson, au demeurant, avait bien perçu). Cette façon de voir ne remet pas en cause la classification de Vendler ; elle la précise sur certains des points qui restaient flous. Elle ne peut pas se dispenser de la catégorie du temps, comme le fait remarquer Allen, un autre davidsonien : « les Propriétés, les Processus et les Événements peuvent être distingués en prenant en compte les caractéristiques de l’ensemble des intervalles temporels sur lesquels ils se déploient113 » (Allen 1984 : 258).

155J’ai donc mes ingrédients de base pour partir en quête d’un modèle qui réalisera le syncrétisme souhaitable dans la méthode de décomposition du verbe : le temps et le telos, qui départagent les classes vendlériennes de verbes ; les événements, qui sont assimilés à des objets, linguistiquement réalisés autant par les verbes que les éléments adjoints (prépositions ou adverbiaux, qui ont leur propre structure événementielle), et qui sont mesurés par les intervalles ou points temporels sur lesquels ils existent. À présent, la question fondamentale qu’a très bien posée Verkuyl (1972, 1989, 2000, 2005) est la suivante : est-il possible de construire une théorie de l’aspectualité, que tout le monde s’accorde désormais à reconnaître comme une propriété des phrases entières (Bach, Depraetere), à partir de ces ingrédients que sont le temps ou l’événement qui, chez Vendler et Davidson, respectivement, concernent le seul verbe ? C’est l’enjeu de cette dernière partie.

3. Théorie de l’aspectualité et temps vs. événement

156Depuis Vendler, et surtout Smith (1991) pour l’anglais, et depuis les années 1960 pour le russe (chapitre 2), la jonction entre une classification sémantique des verbes et de l’aspectualité s’est réalisée : un grand nombre d’auteurs ont jugé naturel d’allier la quadripartition vendlérienne à une mise au jour des propriétés aspectuelles phrastiques. Verkuyl est un des rares auteurs, dont je partage le point de vue, à s’être élevé contre l’idée d’inclure les classes vendlériennes, propriétés sémantiques des verbes, dans le calcul aspectuel, qui est la propriété des phrases. Je termine ce chapitre par cette question, cruciale pour la suite de la réflexion.

3.1. Compositionnalité aspectuelle

  • 114 The durative and non-durative aspects in these sentences appear to be composed of a verbal sub-cate (...)
  • 115 Respectivement, inner aspectuality et outer aspectuality.

157Dès sa thèse de 1972, Verkuyl a montré que l’aspect duratif ou perfectif d’une phrase qui contient respectivement l’adverbial for X time ou in x time ne se trouve dans aucun constituant de surface mais est dérivable de la composition de certains des constituants : « les aspects duratif et non duratif dans les phrases semblent être composés d’une sous-catégorie verbale d’un côté et d’une configuration de catégories de nature nominale de l’autre114 » (Verkuyl 1972 : 4, cité par Dowty 1979 : 64). D’où le titre programmatique de sa thèse : On the Compositional Nature of the Aspects. Il faut absolument distinguer deux niveaux structuraux dans la formulation d’une théorie aspectuelle : l’aspectualité interne, calculée à partir de l’association VP + NP2, et l’aspectualité externe115, propriété de la phrase (NP1 + V + NP2), dont l’auteur reconnaît que l’on sait encore bien peu de chose (1989).

158Pour Verkuyl, le verbe a un sens stable, constant, n’est ni Accomplissement ni Activité, mais c’est la présence ou l’absence de matériau linguistique au niveau de VP qui doit décider de l’assignation de tel ou tel verbe à telle ou telle classe vendlérienne, pas l’inverse. La différence avec Vendler est là : seul le niveau syntagmatique (VP) permet d’élaborer des classes aspectuelles linguistiquement pertinentes. Les deux phrases suivantes :

110)

Mary walked miles.

111)

Mary walked three miles.

  • 116 Nous verrons au chapitre 2 que cette opposition entre « stativité/dynamicité » a été essentielle da (...)
  • 117 Se reporter au chapitre 3, section 3, pour une définition exacte de ces termes (quantisation et bor (...)

ne révèlent pas deux types ontologiques différents (Activité vs. Accomplissement), mais informent d’une même situation objective de deux façons différentes. Pour l’auteur, le verbe est porteur d’une information sémantique qu’il représente par [± ADDTO] : le trait [+ ADDTO] exprime l’idée de dynamisme, de changement et de non-stativité inhérente au verbe116 (comme dans walk, play, par exemple), le trait [– ADDTO] est le trait statif (know, etc.). Le nom, lui, a le trait ± S(specified) Q(uAntity) : [+ SQA] résume le trait quantisé, borné du NP (a sonata, a piece of music…), [– SQA] le trait cumulatif117, non borné (music, sonatas…). Au niveau du VP, un objet sémantique complexe est créé qui hérite des traits des deux composants ; ainsi, le calcul se fera des deux façons suivantes pour les phrases 110) et 111) :

110)

Mary walked miles.

111)

Mary walked three miles.

V[+ ADDTO] + NP2,[– SQA] → [– TVP] (duratif)

V[+ ADDTO] + NP2,[+ SQA] [+ TVP] (terminatif)

  • 118 Path.
  • 119 At phrase level there is no or hardly any room for fixed ontological entities.

159Seul un trait positif sur les deux éléments rend l’ensemble du VP terminatif. L’aspectualité se construit de bas en haut : le trait [+ SQA] combiné au trait [±/ADDTO] du verbe détermine l’aspect de l’objet sémantique complexe qu’est le VP. C’est une approche méréologique de la structure interne des événements, qui de façon cruciale n’a pas recours aux classes vendlériennes. Le sens du VP est en fin de compte une fonction (trajet118) qui va de la dénotation du sujet vers la dénotation de l’objet à des instants différents. Cette notion de trajet est importante, nous la retrouverons dans d’autres approches. Ce positionnement théorique conduit Verkuyl à être très sceptique envers l’établissement de catégories ontologiques comme l’événement davidsonien : « au niveau du syntagme il n’y a quasiment aucune place pour des entités ontologiques fixes119 » (Verkuyl 2005 : 29).

160Tout se calcule finalement à partir de la présence ou l’absence des informations sur le V et le NP interne ou externe ; sur ces critères compositionnels, il adopte une tripartition État-Procès-Événement ; il s’agit d’une classification non pas des espèces de verbes, comme chez Vendler, mais des VPs, c’est-à-dire au niveau du syntagme. Voici comment Verkuyl arrive au calcul aspectuel pour ses trois classes :

État : [– ADDTO] [± SQA]
Processus : [+ ADDTO] [– SQA]
Événement : [+ ADDTO] [+ SQA] (adapté de Verkuyl 2005 : 23)

  • 120 C’est la raison pour laquelle je n’utilise pas de majuscules pour designer les termes d’états, proc (...)

161Il ne s’agit pas là d’une tripartition qui ferait concurrence à la quadripartition vendlérienne, mais bien d’une construction de types aspectuels obtenus par calcul algébrique entre la dénotation du NP2 et la dénotation du NP1 relayées par le verbe. Cette distinction entre états, processus et événements n’est pas ontologique mais métalinguistique, dans les termes mêmes de l’auteur120. C’est la présence ou l’absence de matériau linguistique (± ADDTO ; ± SQA) qui décide de l’assignation d’un verbe à telle ou telle classe ; de même, la terminativité (telos) apparaît non pas comme intrinsèquement attachée au lexème verbal, mais se déduit du matériau présent ou non sur le verbe ou les NPs. Walk three miles est interprété comme terminatif (télique) par l’effet conjugué de la propriété [+ SQA] de three miles qui vient restreindre, à un moment donné, l’additivité (la dynamicité) [+ ADDTO] propre au verbe walk.

162L’esprit est complètement différent de celui de Vendler. Quant à la classe « événement », elle n’est pas une primitive, mais une désignation métalinguistique commode. Voici une citation importante :

  • 121 [+ SQA] NPs like three miles and the letter [in write the letter] restrict the progress expressed b (...)

[+ SQA] NPs comme three miles et the letter [dans write the letter] restreignent la progression exprimée par les verbes walk et write plutôt qu’ils ne fournissent une culmination ou un telos : l’argument interne ne laisse aucune place pour que la marche ou l’écriture se poursuive, en quelque sorte. […] Qu’un Trajet borné ait un point final est une simple conséquence et est bien plus un épiphénomène qu’un élément central du sens [du VP] : ce n’est simplement pas codé121. (ibid. : 28-29)

163Cette façon de voir a des conséquences importantes sur la catégorie des Achèvements de Vendler. On l’aura compris : Verkuyl n’intègre pas la classification lexicale de Vendler dans la construction de sa théorie de l’aspectualité. Examinons les arguments qui l’ont amené à cette position.

3.2. Confusion de paramètres

  • 122 a complex sentential property, selon l’auteur.

164Verkuyl ne réfute pas la quadripartition sémantique de Vendler, il propose simplement qu’elle reste cela, à savoir un classement sémantique faisant ressortir quelques propriétés temporelles supposées inhérentes des verbes. Il y a cependant une incompatibilité foncière à l’utiliser directement pour l’élaboration d’une théorie de l’aspectualité, qui appartient à un niveau structurel plus élevé122. Plusieurs observations très pertinentes l’amènent à cette conclusion.

165Il note d’abord que Vendler a poursuivi une tradition entamée par Agrell lorsqu’il a fondé la catégorie de l’Aktionsart, censée décrire la façon dont les actions sont envisagées ; le terme même d’Aktionsart fait intervenir une notion étrangère au temps, la façon dont le référent du sujet envisage l’action. Là est le problème avec le fameux test du progressif. Outre le fait que depuis Vendler il a été noté que les États et les Achèvements prennent be + V-ing, il y a une critique plus sérieuse : le choix même des exemples proposés par Vendler, utilisant des sujets animés humains, donc capables d’actions volontaires, brouille le paramètre temporel et le mélange avec des notions comme l’agentivité et le contrôle du sujet. Comme le note Verkuyl, des exemples comme les suivants n’apparaissent jamais chez Vendler :

112)

The weather is developing a strange pattern.

113)

Imports are increasing in price as a reflection of the weakening dollar.

114)

We are at a point here where small things are mattering. (exemples de Verkuyl 1989 : 45)

166Au contraire, celui-ci fondait son opposition entre Activités et Accomplissement d’un côté, et États et Achèvements de l’autre, au moyen de verbes qui sont hauts sur l’échelle d’agentivité pour les premiers (He is running, she is eating a sandwich) et très bas pour les seconds (*I am knowing, ??She was reaching the top). Le test de for x time rangerait develop et increase dans la classe des Accomplissements ; ils ont pourtant des propriétés très différentes des verbes proposés par Vendler. 112) et 114) ne sont pas agentifs, 115) n’a pas de structure phasale, on ne sait tout simplement pas dans quelle catégorie le classer. De même, l’utilisation que Vendler fait du verbe stop pour mettre ensemble les Activités et les Accomplissements révèle encore une fois autant l’agentivité du verbe enchâssé que sa structure phasale :

115)

He stopped running.

116)

He stopped drawing a circle.

117)

??The mummy stopped drying out. (ibid.)

167Les deux premières phrases, utilisées par Vendler, font ressortir autant l’agentivité que le progrès inhérent aux verbes utilisés, tandis que la dernière, proposée par Verkuyl, qui contient pourtant un verbe dynamique, est -curieuse simplement parce qu’il est difficile d’attribuer une quelconque agentivité ou contrôle à une momie sur l’activité de sécher. Comme le conclut Verkuyl, même si la plupart des phrases sur lesquelles les linguistes raisonnent parlent d’actions humaines, l’agentivité et le caractère processuel des verbes d’actions sont deux notions différentes : le problème est que Vendler n’a jamais reconnu la première propriété comme informant son classement.

  • 123 Il sera plus longuement question du test de for x time dans le chapitre 3.

168Dans le même esprit, Verkuyl propose une critique des autres tests de Vendler pour faire émerger ses classes : on se souvient par exemple que le test de « It took x time to do y » lui a servi à séparer définitivement les Achèvements des Accomplissements (section 1.3.2.) puisque pour un verbe d’Achèvement tel que reach, dire It took him three hours to reach the summit n’implique pas qu’à tout moment au cours de ces trois heures on puisse énoncer He was -reaching the summit, contrairement à un verbe d’Accomplissement comme write (a letter), qui passe le test sans difficulté. Au contraire, les tests des adverbiaux (for x time / in x time) lui avaient permis de mettre ensemble ces mêmes Accomplissements et les Achèvements123.

118)

He wrote the letter in / ??for an hour

119)

He reached the summit in / *for an hour.

169Verkuyl note avec raison que le test It took x time to y teste en plus une vague notion d’agentivité, que les deux autres tests ne font pas ressortir. Le même mélange des paramètres nuit donc à l’énonciation d’une théorie strictement aspectuelle. De façon intéressante, les études de classification des types de prédicats du côté russe (Selivërstova 1982) incluent de façon explicite et assumée le critère du contrôle (l’agentivité) comme critère de démarcation des classes lexicales ; elles vont même plus loin puisqu’elles en font un critère -interagissant de façon systématique avec l’aspect grammatical (chapitre 2).

170Suivant la logique de Verkuyl, il n’y a donc aucune raison de séparer les Accomplissements des Achèvements si le but qu’on se fixe est d’élaborer une théorie aspectuelle, c’est-à-dire une théorie qui se fixe comme objectif de représenter la façon dont les locuteurs conceptualisent les actions et les événements dans les énoncés de la langue.

3.3. Les Achèvements revus

  • 124 Piñon est un des rares auteurs à défendre l’idée que les Achèvements constituent une classe ontolog (...)

171Une question laissée en suspens est : faut-il faire des Achèvements un type ontologique à part ? Il y a deux questions en fait : si l’on s’en tient à une entreprise de classification sémantique, il est indéniable que, dans la représentation que tout locuteur de l’anglais s’en fait, des verbes comme reach, arrive, recognize, ne lexicalisent que le résultat d’un processus, tandis que des verbes comme write, draw, run, ont une partie processuelle plus développée. Reach, arrive et recognize sont bien des « occurrences limite » ou boundary happening, selon Piñon (1997)124, mais si le but est d’établir une théorie des types aspectuels, argumente Verkuyl, alors Accomplissements et Achèvements forment une seule classe naturelle.

  • 125 discover some individual in one swoop. (Verkuyl 2005 : 30)
  • 126 take away a barrier, find what is covered (ibid.)

172L’auteur donne l’exemple du verbe discover, considéré depuis Vendler comme le prototype même de l’Achèvement. L’argument est le suivant : par une sorte de convention, discover est compris comme « découvrir quelque chose d’un seul coup125 », et les phrases censées illustrer ce sens sont du type He discovered a treasure. Il en est de même pour les Accomplissements : write est généralement traité comme un Accomplissement par une association abusive avec un argument singulier, write a/the letter. Or, il est possible, comme le font les lexicographes, que les linguistes continuent obstinément d’ignorer, de définir le verbe discover sans suggérer un sens quelconque d’achèvement : « enlever un obstacle, trouver ce qui est caché126 » ; ces définitions courantes de discover n’incluent de façon cruciale aucune information sur la durée du procès conduisant au point final, ne suggèrent aucunement une durée instantanée. Des phrases comme :

120)

John discoved many valuable treasures during his long career as a gold digger.

121)

John discovered much more than he expected,

  • 127 Why should die express an inherent goal rather than expressing something like “cease to live”? […] (...)

où il est tout à fait permis d’hésiter entre une Activité ou un Accomplissement, sont généralement ignorées. Il est ainsi possible de définir des verbes comme win, discover, explode, etc., sans jamais utiliser la notion de telos : « Pourquoi mourir devrait-il exprimer un but inhérent plutôt que “cesser de vivre” ? […] Pourquoi exploser devrait exprimer un but inhérent plutôt que quelque chose comme “faire se répandre” ?127 » (Verkuyl 2005 : 28).

173Vendler a fait des expressions write a letter, draw a circle les prototypes de ses exemples de verbes d’Accomplissement car dans la représentation stéréotypée des années 1950, ces deux actions prenaient un certain temps. Avec les progrès de la technologie, il devient possible d’écrire une lettre ou de dessiner un cercle en une fraction de seconde, en pressant une simple touche sur le clavier d’un ordinateur. Aujourd’hui, note Verkuyl, si un locuteur souhaite décrire fidèlement ce qu’il fait lorsque lorsqu’il écrit une lettre, généralement pré-formatée dans les logiciels de traitement de texte et obtenue en pressant une touche, il dira naturellement :

122)

Now I’ve (just) written a business letter,

  • 128 There are no decisive criteria for Achievementhood.

chose impensable du temps de Vendler. Est-ce que cela fait de write un Achèvement pour autant ? La réponse de Verkuyl est négative : la durée supposée intrinsèque attachée à la dénotation d’un verbe comme write ne nous empêche pas de l’utiliser pour décrire un événement aujourd’hui devenu instantané ; la langue n’a pas jugé utile de changer de verbe pour décrire un processus qui a changé ; la conclusion est sans appel : « il n’y a aucun critère décisif pour créer une classe des Achèvements128 » (Verkuyl 1989 : 58). Le paramètre de la durée intrinsèque qu’emporte avec lui un lexème verbal n’est donc en soi pas crucial pour une théorie aspectuelle. L’Achèvement est un Accomplissement qui, dans notre conceptualisation habituelle, stéréotypée de l’événement décrit, a une durée égale à zéro, mais qui peut être modifié. Un dernier argument qui milite en faveur d’une prise en compte non pas du seul verbe mais du VP muni de ses arguments dans une théorie aspectuelle est la contribution de l’argument externe (le sujet) dans le calcul aspectuel au niveau de la phrase.

3.4. L’événement comme « dividu »

  • 129 The event is there because there is a VP that denotes it, but this VP is there only if there is mor (...)

174Les Formes Logiques de Verkuyl, de façon significative, ne contiennent pas de prédicats e séparés : l’événement n’est pas une primitive, il se déduit de l’application des fonctions opérant entre la dénotation de l’argument externe, le verbe et la dénotation de l’objet interne ([± ADDTO] et [± SQA]). L’idée de base étant que le sens de la phrase est obtenu à partir du sens des éléments la composant, du bas (items lexicaux) vers le haut (syntagmes, etc.), l’événement ne préexiste pas au VP : « l’événement est là parce qu’il y a un VP qui le désigne, mais ce VP est là seulement s’il y a plus d’informations élémentaires apportées par le verbe et son argument interne direct129 » (Verkuyl 2000 : 174). L’intérêt d’une telle approche réductionniste est que Verkuyl accorde une place à l’argument externe du verbe, le sujet, dans son calcul aspectuel. Il pose le problème des NPs à sujets multiples qui falsifient la notion même d’événement dans le calcul de l’aspectualité. Ainsi, combien d’« événements », au sens le plus intuitif qui soit, une phrase comme 123) inclue-t-elle ?

123)

Mary mailed five letters while still in France.

175Plusieurs possibilités combinatoires s’offrent : trois lettres à Bordeaux, deux à Paris ? une à Marseille, quatre à Toulouse ?, etc. Dans ce cas, le nombre de e davidsoniens qu’il faut postuler devient très incertain. Le nombre d’événements n’est pas postulé d’emblée, il se déduit (ou ne se déduit pas). L’événement n’est pas un individu mais un « dividu », qui se réalise au fur et à mesure que s’actualise dans le temps réel l’information de cardinalité présente dans la phrase. Le verbe détient une information temporelle stable, c’est la nature des arguments (interne d’abord, externe ensuite) qui modifie l’aspectualité du VP et donc l’existence d’un ou de plusieurs « événements ». Tout cela est juste, mais n’a rien de contradictoire avec ce que dit Davidson : on se souvient que la logique de ce dernier est quantificationnelle et existentielle. L’événement est une abstraction dans sa théorie : une phrase comme 123) n’exprime pas un ou des événements singuliers, elle exprime simplement l’existence d’un certain type d’événement(s) ; c’est la combinatoire avec les autres éléments de la phrase qui décidera si on a affaire, au sens banal du terme, à un événement ou plusieurs. Il n’y a donc là aucune contradiction.

176Verkuyl a cependant raison d’inclure le sujet dans le calcul aspectuel si l’aspect est, comme je le crois, une propriété des phrases. Une caractéristique ressort à propos du verbe anglais : à cause de sa morphologie « pauvre », il est sous-déterminé quant aux schémas possibles de dénotation du sujet vers la dénotation de l’objet. Le russe, en revanche, est beaucoup plus transparent et confirme les positions de Verkuyl en syntaxe de surface : certains préverbes ont justement pour fonction de spécifier cette information de cardinalité et de trajectoire sur le NP (le NP1, le sujet, ou le NP2, l’objet) et cette fonction de succession et d’additivité propre au verbe. Les deux paires de phrases sui-vantes en anglais présentent en surface des informations de cardinalité différentes sur les NPs (he/a Russian girl ; they/Russian girls) ; de ce calcul on déduit que 124) dénote un événement plus « borné » que 125). C’est vrai aussi en russe, à ceci près que c’est directement visible sur le verbe lui-même, modifié par un préverbe différent (po- ou pere-) dans chaque cas :

124)

He married a Russian girl.

125)

They all married Russian girls.

126)

On ženilsja na russkoj devuške.

Il s’est-marié avec fille russe

127)

Vse oni pereženilis na russkix devuškax.

Tous ils pere-se-sont-mariés avec filles russes

177On note le même changement de préverbe dans 130) et 131), qui sont les traductions respectives de 128) et 129) :

128)

He fell ill.

129)

They all fell ill.

130)

On zabolel.

Il za-est-tombé-malade

131)

Oni pereboleli.

Ils pere-sont-tombés-malade

178Le préverbe pere- s’est spécialisé dans cette valeur distributive : il « suppose soit un sujet complexe, soit un objet au pluriel », souvent les deux (M. Guiraud-Weber, 2004 : 65). Il exprime directement une trajectoire puisque son sens premier est celui de « traverser, à travers » (On peresël ulicu : il a traversé la rue). Dans les exemples ci-dessus, c’est le trait [±/SQA] de l’argument externe que vise le préverbe (je note au passage que le nombre d’« événements » objectifs obtenus est aussi incertain en russe qu’en anglais) ; dans les exemples qui suivent, c’est au contraire les propriétés [±/SQA] de l’argument interne qui provoquent l’apparition du préverbe na-  :

132)

The girl bought a book / some books.

133)

The girl bought many books.

134)

Devuška kupila knigu / knigi.

Jeune fille a-acheté un livre / des livresACC

135)

Devuška nakupila *knigu / knig

Jeune fille na-a-acheté un livre / des livresGÉN

  • 130 unspecified but delimited quantity.

179Le verbe simple kupit′ ne précise pas la quantité de livres achetés, qui peut aller d’un seul à un certain nombre ; le préverbe na-, quant à lui, a pour fonction de dénoter explicitement une grande quantité d’objets représentée par l’argument interne, qui reçoit le cas génitif, qui marque selon A.  Timberlake une « quantifiée non spécifiée mais limitée130 » (2004 : 319). Nous verrons au chapitre 3 que le préverbe po- a une fonction similaire de modification de la dénotation de l’argument interne.

180L’intérêt de cette comparaison anglais/russe est que la seconde langue marque explicitement le type de trajectoire « sérielle » qui va du sujet vers l’objet. Les énoncés qui contiennent les préverbes na- et po- posent un problème redoutable aux théories qui font reposer l’opposition perfectif/imperfectif sur les traits quantisé (télique)/cumulatif (atélique). Le verbe composé nakupit′ de la phrase 135) est sans ambigüité aucune perfectif, pourtant il est a priori atélique puisque l’énoncé focalise une situation interne complexe (en termes davidsoniens, une multitude de sous-événements à la structure interne incertaine). De ce problème il sera plus longuement question au chapitre suivant qui traitera de la quantisation (Krifka).

181Ce premier chapitre exploratoire m’a conduit à dégager trois primitives qui informent les classifications sémantiques des verbes proposées dans la littérature : le temps (Vendler), la télicité (Vendler et Garey) et l’événement (Davidson) ; quels que soient les modèles adoptés par la suite, elles seront les éléments essentiels de toute classification des verbes et VPs. Même s’il peut apparaître que les primitives « temps » et « événement » sont irréconciliables au premier abord, il s’agit en fait de deux niveaux de généralisations, l’événement constituant, à mon sens, le principe abstrait qui permet d’englober le premier. Il semble que la variable événementielle e et l’idée de base qui la sous-tend (« on peut parler des événements comme on parle des objets », qui est la position initiale de Davidson) soient largement redevables de la structure de l’anglais, qui permet de convertir très facilement une phrase comportant un verbe d’action (I saw John) en syntagme nominal au moyen de -ing (a seeing), et fournit donc sans peine ce principe de comptage qui est le critère fondateur des événements (Mourelatos 1978). Je n’ai jamais lu un seul auteur qui fasse même référence au e davidsonien en russe. Vendler a sans nul doute mis au jour des critères plus intuitivement perceptibles d’un point de vue translinguistique : un certain nombre de linguistes russisants, anglo-saxons il est vrai, ont mis ses quatre classes au service d’une description du verbe russe (chapitre 2). Malgré tout, les notions d’événement et de sous-événement(s) dont se décompose le verbe, même si elles sont aujourd’hui utilisées de façon plus triviale que ne l’entendait Davidson, offrent un mode de notation utile dans la description des classes de verbes (cf. chapitre 5 et la structure événementielle).

182L’intérêt d’une étude serrée des auteurs fondateurs dont il a été question dans ce chapitre a de plus montré, loin des idées toutes faites sur la question, que ceux-ci ont toujours reconnu des zones de flou, d’incertitude, dans les critères mêmes des classifications défendues. Des classes importantes de verbes, en particulier les Achèvements, n’ont pas à ce jour reçu de statut ontologique stable ; tantôt ils sont assimilés aux Accomplissements, tantôt ils sont rangés dans une super-catégorie « Événement ». Même la distinction entre certains prédicats d’Activités et d’Accomplissements, qui semblait si nette et non controversée chez Vendler, est parfois sujette à caution (cf. le cas de waltz et chuckle chez Dowty). Nous verrons par la suite les élargissements des classes de base qui ont été proposées par divers auteurs pour résoudre ces difficultés.

183Le point essentiel qui ressort de ce premier chapitre est que l’aspect est une propriété de la phrase entière ; une classification sémantique des types de verbes devrait donc s’entendre comme la mise au jour des propriétés diverses, essentiellement temporelles et événementielles, qui informent l’interprétation des phrases de la langue, mais alors est-il encore question d’une classification des verbes comme unités lexicales ? Ensuite, le critère du contrôle, de l’agentivité, qui semble être un paramètre essentiel pour faire émerger les -classes aspectuelles, n’est jamais reconnu comme tel pour l’anglais, chez Vendler par exemple. J’adopte un modèle proche de celui défendu par Verkuyl : il ne peut être question d’aspect qu’au niveau phrastique ; les primitives temporelles du verbe de Vendler ne constituent qu’une des pièces du puzzle, d’autres paramètres doivent être convoqués. Cependant, le grand succès des théories du changement et de la coercition des types aspectuels pour l’anglais s’explique directement par ce qui vient d’être dit : puisqu’une large majorité d’auteurs a voulu conserver les classes vendlériennes, la seule solution dans l’élaboration d’une théorie aspectuelle était de les faire dériver les unes des autres au moyen de fonctions logiques de transformation : c’est ce à quoi sera consacré le chapitre 3.

184J’examine à présent comment divers auteurs, russes et anglo-saxons, ont entrepris des classifications du verbe russe : malgré des convergences importantes, des différences se dessinent, notamment dans la prise en compte explicite du critère de l’agentivité et des diverses sous-classes d’États.

Note

1 Le terme a été forgé par Sigurd Agrell en 1908, lorsque celui-ci décrivait le verbe polonais, afin de séparer les modes d’action du verbe et l’aspect grammatical. J’utiliserai le terme d’Aktionsart comme synonyme d’AsS des verbes, c’est-à-dire comme renvoyant aux propriétés aspectuo-temporelles des verbes dans le but d’une classification de ceux-ci sur ces bases.

2 Le terme consacré en anglais est aspect shift.

3 Il s’agit de la traduction du terme anglais coercion.

4 Les exemples 14) et 16) sont de Hoekstra (1988).

5 Le terme grec est ousia, participe substantivé au neutre pluriel du verbe einai (« être ») ; signifie : « propriété, ce qui appartient en propre, l’avoir » (traduction de Sichère 2007).

6 La première phrase de la Métaphysique est : « L’homme a naturellement la passion de connaître », avec eidenai, infinitif parfait du verbe eidô, « je vois ».

7 Traduction récente (2002) de la Métaphysique.

8 Measuring out (Tenny 1994).

9 Une citation de C.  Tenny parmi d’autres : « The difference between cut wood and uncut wood is more explicit than the difference between someone who is engaged in the activity of cutting and someone not engaged in cutting. » (1994 : 86)

10 Éthique à Nicomaque, livre 1, 1094 a : 34

11 Nous soulignons.

12 Achievement verbs ou success verbs ou got-it verbs.

13 Task verbs.

14 Respectivement, dispositional words et episodic words.

15 Performance verbs ; je conserve le terme « franglais » de « performance » lorsque je nomme le type de verbe, et utilise sa traduction approximative par « réalisation » lorsque le concept est décrit.

16 We very often borrow achievement verbs to signify the performance of the corresponding task activities, where the hopes of success are good… A runner may be described as winning his race from the start, despite the fact that he may not win it in the end.

17 In applying an achievement verb we are asserting that a state of affairs obtains over and above that which consists in the performance, if any, of the subservient task activity. For a runner to win, not only must he run but also his rivals must be at the tape later than he.

18 J’ai choisi à dessein de traduire achievement verb par « réussite » malgré une tradition qui parfois utilise le calque français « achèvement » ; si cette traduction est acceptable lorsqu’il s’agit de désigner la classe des Achèvements de Vendler, pour qui le paramètre temporel domine, le terme de « réussite » me semble meilleur pour traduire l’idée de Ryle, qui ne prenait en compte que ce critère-là.

19 Oddly elusive.

20 Special kinds of operations or experiences, perplexingly undetectable action or reaction.

21 …isolate a simple and fundamental pattern of description of human activity, which reports of emotional states and reports of voluntary action alike exemplify. I shall call this pattern the pattern of “act and object”.

22 singling out one type as palmary for the description of voluntary action.

23 offer a sketch of a theory of the will.

24 Static verbs.

25 Respectivement, performance verbs et activity verbs.

26 states last for a time; activities go on for a time. (ibid. : 175)

27 Performances are brought to an end by states. Any performance is describable in the form : “bring it about that p.” Washing the dishes is bringing it about that the dishes are clean ; …; walking to Rome is bringing it about that I am in Rome. […] Performances are specified by their ends.

28 John is bringing it about that John is taller than James.

29 attempting to bring it about that p: “listening: attempting to hear”.

30 English… connects an event more closely with the patient than with the agent.

31 But what is peculiar to the patient is that after the event its present state must be different from its state before the event.

32 it is / was / will be the case that.

33 The meaning of a word is to a large extent a function of its syntactic constraint.

34 Obviously these differences [among verbs suggesting processes, states, dispositions, occurrences, tasks, achievements, and so on] cannot be explained in terms of time alone: other factors, like the presence or absence of an object, conditions, intended states of affairs, also enter the picture. Nevertheless, one feels that the time element remains crucial.

35 Vendler is a philosopher: he tried to connect ontological categories to linguistic clues in order to be able to distinguish between them.

36 Philosophical statements mirroring some idiosyncratic aspect of a particular language are no less true than the ones corresponding to some common feature.

37 « Verbs and Times ».

38 Genus, en anglais.

39 Respectivement, activity terms et state terms.

40 Dorénavant j’adopte le terme d’Achèvement.

41 C. Smith (1991) parle de derived state.

42 achievement initiating the generic state of knowing.

43 « a queer accomplishment sense », dans les termes de Vendler.

44 mapping ou linking, en anglais.

45 Il faut entendre situation dans l’acception anglo-saxonne du terme (cf. Nomenclature p. 13).

46 T property :

A situation, process, action, etc, or the verb, VP, sentence, etc, expressing this situation, etc, has the T property iff :

– It is directed toward attaining a goal or limit at which the action exhausts itself and passes into something else;

– it leads up to a well-defined point beyond which the process cannot continue.

P property:

A situation, process, action, etc, has the P property if it has the T property and the goal, limit, or terminal point in question is, or is claimed to be, actually reached.

47 Un autre critère éminemment non-événementiel entre en jeu dans cet emploi de l’imperfectif à valeur télique : il est très courant dans les questions. Le tchèque, langue cousine du russe, connaît cet emploi de l’imperfectif dans les questions de façon encore plus systématique ; ce que semble dire l’imperfectif dans ce cas est simplement : « L’événement a-t-il eu lieu ? » (c’est la valeur de simple dénotation de l’imperfectif, Forsyth 1970).

48 Telicity is not expressed directly in language at the level of a general distributional property, although it is an important conceptual property of Events for human beings. There seem to be no linguistic correlates of it per se. The syntactic evidence for a telic Event turns on the notion of completion, which involves the interaction of duration and change of State.” Garey (1957) s’exprimait dans des termes semblables : “The distinction between telic and atelic verbs is not part of the formal structure of French, since it does not correlate with any formal criterion, but is rather part of the semantic structure of the language, determined as it is by a semantic trait.” (Garey 1957 : 110)

49 (un)boundedness.

50 There must be a distinction between lexical aspect and grammatical aspect.

51 a category of verbs expressing an action tending toward a goal – envisaged as realized in a perfective tense, but as contingent in an imperfective tense.

52 … are those which do not have to wait for a goal for their realization, but are realized as soon as they begin (« nager »).

53 Can a verb have an aspect different from the aspect of its complement? Can it have an aspect different from that of the construction, verb plus complement, in which it appears? The answer is necessarily complex.

54 Boundedness.

55 Toutes les phrases de 48) à 66), ainsi que les suivantes, sont empruntées à Depraetere (1995).

56 aspect calculus.

57 entailements.

58 Template.

59 The idea is that the different aspectual properties of the various kinds of verbs can be explained by postulating a single class of homogeneous predicates – stative predicates – plus three or four sentential operators and connectives.

60 Statives can be judged true or false of an individual by reference to the state of the world at only a single moment of time (while other classes of verbs require “information” about more than one point in time and in some cases, from more than one possible world).

61 Par « événement » Dowty entend simplement les verbes processuels non statiques.

62 An event takes place in time ; Dowty cite ici Henrik von Wright (1963).

63 All achievements have a logical structure consisting of BECOME plus an embedded clause.

64 The coming about (CAUSE) of a particular state of affairs (BECOME)

65 Predicate Raising.

66 With an interval based semantics, we can define BECOME sentences (and other, complex change-of-state sentences) as true of an interval, no matter what its size, if the interval is bounded at one end by one particular state of affairs and at the other end by another particular state.

67 Time-frame theory.

68 The action or state denoted by the expanded tense is thought of as a temporal frame encompassing something.

69 Inertia world.

70 Ce terme est lourd mais je le conserve.

71 Time of Utterance.

72 Traduction de subinterval property.

73 Stationary objects that momentarily come into the observer’s view.

74 [It is] our total experience with prior stages of an individual that somehow makes them true.

75 John-stages having stage-properties of speaking French.

76 Respectivement, interval statives et momentary stage-predicates.

77 Object-level statives.

78 I have not been able to find a single activity verb which cannot have an accomplishment sense in at least some special context.

Thus the more closely we have examined the accomplishment/achievement vs. activity distinction, the more ephemeral it has become.

79 Respectivement, single change of state et complex change of state.

80 Thus not only is this not a categorization of verbs, it is not a categorization of sentences, but rather of the propositions conveyed by utterances, given particular background assumptions by speaker and/or hearer about the nature of the situations under discussion.

81  ensconced in the syntactic structure of the English language.

82 Our common talk and reasoning about actions is most naturally analysed by supposing that there are such entities.

83 brought it about that Smith is in a state of just having coughed.

84 state of affairs.

85 entitities that can be the objects of propositional attitudes.

86 On trouvera dans l’ouvrage de Van de Velde, Grammaire des Événéments, une analyse critique très fine des positions de Davidson.

87 It is good to keep track of the common element in fly to and fly away from and this of course we cannot do if we treat these as unstructured predicates.

88 There’s a fly in here is existential and general with respect to flies in here ; Vesuvius erupted in A.D. 79 is existential and general with respect to eruptions of Vesuvius in A.D. 79 – if there are such things as eruptions, of course.

89 There is no singular term referring to a mosquito in There is a mosquito in here.

90 to give the logical form of a sentence is to give its logical location in the totality of sentences.

91 The basic idea is that verbs of action – verbs that say “what someone did” – should be construed as containing a place, for singular terms or variables, that they do not appear to.

92 B stabbed C somewhere (in a x way) somewhere (in the world) with something.

93 stabbed C in the back

B stabbed C in the forum

B stabbed C, etc.

94 There exists an event that is a stabbing-of-Caesar-by-Brutus event, it is an into-the-back-of-Caesar event, it took place in the Forum, and Brutus did it with a knife.

95 In general, we conceal logical structure when we treat prepositions as integral parts of verbs; it is a merit of this proposal that it suggests a way of treating prepositions as contributing structure.

96 … explain[ing] why it [the sentence] is caught up in the network of entailments that intuition recognizes.

97 We often identify or describe events in terms of their causes and effects.

98 Individuation requires sorts or kinds that give a principle for counting.

99 spoken by an on-the-scene reporter, seconds after the subject has crossed the pub’s threshold; Mourelatos emprunte cette phrase à Leech (1969 : 139).

100 purely natural events.

101 developments.

102 punctual occurrences.

103 occurrences.

104 processes.

105 situations.

106 States / Processes / Events / Protracted and instantaneous events.

107 A history is now taken to be a set of eventualities and relations among them.

108 English is a pragmatic language.

109 J’utilise le terme « situationnel » dans son acception française ici, pour tenter de traduire le mot context qu’utilise Bach.

110 possible event ou possible history.

111 Events are those situations that can be directly or intrinsically counted. […] They fall under SORTS that provide a PRINCIPLE of count.

112 process predication.

113 Properties, processes, and events may be distinguished by considering the characteristics of the set of temporal intervals that they hold or occur over.

114 The durative and non-durative aspects in these sentences appear to be composed of a verbal sub-category on the one hand and a configuration of categories of a nominal nature on the other.

115 Respectivement, inner aspectuality et outer aspectuality.

116 Nous verrons au chapitre 2 que cette opposition entre « stativité/dynamicité » a été essentielle dans les classifications lexicales du verbe russe (Ščerba, 1931).

117 Se reporter au chapitre 3, section 3, pour une définition exacte de ces termes (quantisation et bornage).

118 Path.

119 At phrase level there is no or hardly any room for fixed ontological entities.

120 C’est la raison pour laquelle je n’utilise pas de majuscules pour designer les termes d’états, processus et événements. (se reporter à la mise au point terminologique en début d’ouvrage)

121 [+ SQA] NPs like three miles and the letter [in write the letter] restrict the progress expressed by the verbs walk and write rather than providing culmination or telos : the internal argument leaves no room for further walking or writing, so to say. […] That a bounded Path has a final point simply follows but is closer to being an epiphenomenon than being a central element in the meaning: it is simply not encoded.

122 a complex sentential property, selon l’auteur.

123 Il sera plus longuement question du test de for x time dans le chapitre 3.

124 Piñon est un des rares auteurs à défendre l’idée que les Achèvements constituent une classe ontologique à part.

125 discover some individual in one swoop. (Verkuyl 2005 : 30)

126 take away a barrier, find what is covered (ibid.)

127 Why should die express an inherent goal rather than expressing something like “cease to live”? […] Why should explode express an inherent goal rather than something like “cause to scatter”?

128 There are no decisive criteria for Achievementhood.

129 The event is there because there is a VP that denotes it, but this VP is there only if there is more elementary information contributed by the verb and its internal argument.

130 unspecified but delimited quantity.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540