Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

L’enseignement du français : histoire et pratiques

L’apprentissage du français et des langues de France sous les trois Républiques 3, 4 et 5

Jean-Claude Chevalier

Texte intégral

La Troisième République

1À peine acquise la démission de Mac Mahon (30 janvier 1879), les principes républicains sont désormais triomphants  ; et leurs représentants. Jules Ferry devient ministre de l’Instruction publique (1881-1882-1883) et installe la laïcité avec un homme exceptionnel, Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire, adepte du protestantisme libéral. Un programme d’ensemble est destiné à installer durablement une République moderne, une et indivisible. Un baccalauréat sans latin est envisagé comme une pièce importante du dispositif ouvrant la direction de cette République au peuple. En fondant une école qui rappelle et sanctifie les principes de base des Révolutionnaires de la Convention de 1792, défendus par Barrère et l’abbé Grégoire. Et le premier de tous, avec la gratuité, c’est l’obligation du français à tous niveaux de cette nouvelle école comme fondement de la République. Cette décision implique un privilège donné aux exercices de français les plus représentatifs de cette ambition, comme la dictée qui est sacralisée dans les Écoles normales. Une orthographe impeccable est le premier attribut des hussards noirs de la République qui seront souvent conjointement secrétaires de mairie. Elle se joint à une interdiction absolue portée sur l’emploi de tout autre moyen d’expression, dialecte ou patois. Les petits élèves patoisants sont punis, contraints de porter des «  symboles  », marques infâmantes.

2Une grande attention est apportée à la formation des enseignants de cette nouvelle école. Pour le premier degré, les Écoles normales sont rationalisées et l’enseignement du français est renforcé, envahissant. Pour encadrer le second degré, depuis 1877, des bourses sont prévues pour soutenir les étudiants pauvres et des maîtres de conférences pour les encadrer. La formation des jeunes filles est renforcée, dès 1879, par la création d’une École normale supérieure à Sèvres et d’agrégations féminines. Un savant linguiste, le professeur Michel Bréal, sera nommé pour dix ans inspecteur général pour l’enseignement du français afin de superviser la perfection de la langue. Et de mettre en place le baccalauréat sans latin.

3Compatriote (l’un et l’autre sont natifs de St-Dié) et admirateur de Jules Ferry, le normalien Ferdinand Brunot (1860-1938) passe de Lyon à la Sorbonne en 1891. L’exaltation du français sera son souci premier. D’abord en assurant, à partir de 1894, la direction des cours d’été de l’Alliance française pour lesquels il réunira les meilleurs maîtres et les pionniers d’une nouvelle phonétique expérimentale sous la direction de l’abbé Pierre Rousselot. Ensuite, pendant toute sa carrière, la défense du français animera son action militante. Il rejoindra d’abord, au début du siècle, les animateurs de plusieurs campagnes pour la réforme de l’orthographe, lourd fléau social par sa complexité même, qui handicape les classes inférieures, puis en proposant aux étudiants dans ses cours de Sorbonne à partir de 1907 des méthodes nouvelles d’enseignement de la langue française. En promouvant en outre et défendant un Bac moderne, sans latin, nécessaire pour la promotion des enfants du peuple (la filière est établie à partir de 1902)  ; s’insurgeant contre les contestations virulentes de privilégiés «  humanistes  ». Enfin, en fondant l’Institut de phonétique en 1911 et développant et rendant populaires les enregistrements de la voix. L’idée centrale de Brunot est de partir du parler de l’enfant ou des jeunes gens, de leur apprendre à mieux connaître ce parler, à le corriger et à l’enrichir  ; en le confrontant à la grande littérature d’émancipation dont pour lui Victor Hugo est le héraut.

4Après la guerre, le premier acte de Brunot, élu doyen de la Sorbonne, en 1919, sera de créer un Institut de professeurs de français à l’étranger. Et d’appuyer Edouard Herriot, partisan des modernes, contre un ministre conservateur, Léon Bérard, qui rétablit le latin obligatoire dès la classe de 6e. Pour nourrir cette action militante, il publie en 1922 un gros ouvrage scientifique et pédagogique, une grammaire, la Pensée et la Langue, fruit de ses cours à l’ENS de Sèvres. Le modèle est la vie sociale et l’exemple des meilleurs auteurs, c’est-à-dire des grands auteurs classiques et romantiques, et de celui qu’il admire par dessus tous  : Victor Hugo. Il en attend beaucoup. Mais, dès sa sortie, dans le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris de 1922, la réalisation est violemment critiquée par celui qu’il croyait son disciple et qu’il appelait «  le pédagogue de Genève  »  : Charles Bally. Bally, tout enfiévré par la machinerie de Saussure qu’il vient d’éditer en 1916, censure férocement la démarche de Brunot, tenue pour non scientifique  ; et toute l’entreprise. Désormais Brunot, ulcéré, se consacrera presque exclusivement à la monumentale Histoire de la Langue Française commencée en 1905. Les académiciens (et particulièrement Abel Hermant) croient leur heure venue et publient, au bout de dix ans, une Grammaire de l’Académie Française, proposée comme un modèle (1932). Ce n’était qu’un avorton  ; Brunot se fâche et sort de son silence pour publier un éreintement ravageur. Certes, les grandes grammaires ne manquent pas, depuis les essais de Gustave Guillaume (Le problème de l’article, 1919) et les tomes de Damourette et Pichon (1911-1940), mais manque cependant une grammaire de base qui marquerait les règles fondamentales du français. C’est paradoxalement un belge, professeur d’athénée, qui apportera cet oiseau rare  : Maurice Grevisse avec le Bon usage dont l’importance se marquera au fil des années au point de devenir l’outil de référence, surtout après un article de célébration dû à André Gide. Avec un stock d’exemples signifiants s’étendant au fil des siècles, depuis les classiques jusqu’aux grands romanciers célébrés dans les années 1920 et suivantes. Ensemble cohérent, stable et qui doit donner l’impression que le français forme un tout structuré, limité, jalonné par les interdits. Dont l’école se doit d’assurer la pérennité.

La rupture de la guerre mondiale (1940-1945) et l’installation de la Quatrième République (1946-1958)

5En 1943, à Paris, je suis élève de Jean-Paul Sartre et j’assiste, enthousiaste, à la représentation des Mouches, montée par Charles Dullin. Création historique qui exalte la présence de la liberté dans la contingence, thème fort qui va dominer désormais l’idéologie française et marquer, entre autres, l’extension des études sous la Quatrième République.

6Les nouvelles autorités, issues de la Libération, tentent d’appliquer des propositions faites à Alger, comme le plan Langevin-Wallon qui préconise des «  méthodes actives  » dans l’enseignement. Le gros des troupes enseignantes et une bonne part des autorités répondent par l’inertie. Les projets seront pourtant repris en des points isolés par des «  classes nouvelles  » comme dans les lycées dits expérimentaux de Sèvres ou de Montgeron. Et développés dans le premier degré par les militants du Cercle de Recherche et d’Action Pédagogique, le CRAP et leur revue, les Cahiers pédagogiques, mettant en œuvre les réalisations de Célestin Freinet et autres innovateurs.

7On notera cependant une décision remarquable  : en 1951, est adoptée la loi Deixonne qui va – timidement – dans le sens de l’ouverture au plurilinguisme  ; elle rappelle la prééminence du cadre français, mais autorise l’enseignement des langues locales et dialectes occitans, germaniques, etc. parlés en France  ; qui, depuis Jules Ferry, avaient été pourchassés à l’école et interdits. Le succès est limité, les difficultés nombreuses, mais l’exemple est symbolique de l’ouverture et du désir de liberté dans le choix des langues. Autre opération remarquable  : au début des années 1950, Georges Gougenheim, linguiste novateur de renom, est chargé de piloter à l’École normale supérieure de St-Cloud l’opération qui sera appelée «  le français fondamental  », fondée sur des enregistrements de conversations avec des magnétophones alors à leurs débuts. Elle privilégie le fonctionnement d’une langue familière, celle des conversations quotidiennes, souvent discordante de la langue du Bon usage  ; et vise à la répandre grâce aux équipes du CREDIF. Le scandale est grand dans les milieux dits cultivés. Et pourtant des inventaires qui se multiplient attestent eux aussi de l’existence et de pratiques du français, en particulier oral, qui ne sont pas reconnues par les manuels de base. On citera en premier les inventaires du lexique pratiqués à Besançon, puis ceux qui seront pratiqués à Nancy sous la direction du recteur Paul Imbs sur gros ordinateurs Gamma 60, une nouveauté  : démarrant timidement au début des années 1960, poursuivis et développés sous le nom de Trésor de la Langue française. Qui donneront lieu à un énorme dictionnaire, résultat d’un mémorable colloque de lexicographie et lexicologie tenu à Strasbourg en 1957  ; les relevés seront étendus peu à peu à des couches d’utilisateurs de plus en plus larges. Tentant de rivaliser avec les hardiesses du Dictionnaire analogique dit Le Robert.

La Cinquième République (à partir de 1958)

8Sous les flons flons de propagande, le conservatisme est de règle dans le régime gaullien  ; mais le désir de nouveauté se manifeste par de multiples indices qui deviennent envahissants. Par exemple, à la base, dans une mutation constante, même si elle est parfois décevante, des méthodes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui tiennent compte des nouvelles compilations. Ou dans les lycées et collèges par la naissance de groupuscules d’agitateurs  ; mais aussi par la création, malgré l’obstruction des conservateurs, d’une agrégation des lettres modernes en 1960, particulièrement bienvenue pour les élèves de l’ENS St-Cloud, généralement d’origine modeste. La machinerie restée immuable ne contient que difficilement une formidable explosion politique, sociale et intellectuelle, qui se résume intellectuellement sous le terme de structuralisme, originé dans la linguistique. Dès cette époque, des mouvements pédagogiques novateurs comme «  Enseignement 70  » tentent de mettre le feu à la tradition pédagogique, ravivant les espoirs des militants des classes nouvelles de la Libération. Et une association nouvelle, l’Association Française des Professeurs de Français (plus tard «  des Enseignants de Français  »), en marge des organismes officiels, propose, en 1967, de nouvelles voies pour l’enseignement, tenant compte des progrès des sciences humaines et de leur incroyable prestige. Se réclamant d’intellectuels glorieux  : Roland Barthes, Michel Foucault, Claude Lévi-Strauss, Jacques Lacan, Jean-Luc Godard, d’autres idoles  ; les séminaires, les organismes de recherche, les revues nouvelles incessamment créées, les spectacles provocateurs entretiennent l’enthousiasme, l’exaltation même d’une révolution culturelle. La linguistique prétend au titre de «  science pilote  » et se multiplie dans des groupuscules et manifestations. En juillet 1967, un angliciste philosophe, Antoine Culioli organise à Nancy un grand colloque animé par un trio fabuleux, dit BCG  : François Bresson, le psychologue, Antoine Culioli, le linguiste, Jean-Blaise Grize, le logicien  ; et invite quatre linguistes de la nouvelle vague  : des structuralistes, comme on disait, Jean Dubois et Jean-Claude Chevalier, un disciple de Noam Chomsky, Nicolas Ruwet et un élève et collaborateur de Zellig Harris, Maurice Gross. S’adressant à 250 stagiaires, étudiants et enseignants, au comble de l’excitation. On broie de la nouveauté et de l’utopie  ; on brandit Aspects de Chomsky, qui vient de paraître. L’explosion est proche, toutes les explosions.

91968. C’est la fête universelle de tous ou presque, pratiquants du français ou non. Cette libération est la fête des discours, de tous les discours. Appelant au renouvellement de tout et de tous. Marquée particulièrement, fin 68, par la création du Centre expérimental de Vincennes, porteur d’un grand espoir de mutation  ; et particulièrement au département de Linguistique qui formera des centaines de disciples, français et étrangers.

10Les novateurs en pédagogie du français s’affichent au premier rang, parcourent la France  ; on notera comme symbolique un colloque marquant sur «  L’enseignement de la littérature  », sous l’autorité de Tzvetan Todorov et de Serge Doubrovski, tenu à Cerisy en juillet 1969  : il rassemblait français et étrangers, entre autres Roland Barthes, Algirdas Greimas, Gérard Genette, Paul Zumthor, beaucoup de linguistes  ; le livre qui en est sorti inspire de multiples entreprises. On notera aussi que l’AFPF, devenue AFEF, se développe très rapidement sous l’impulsion d’un animateur remarquable, professeur à l’ENS St-Cloud  : Pierre Barberis, premier du premier concours d’agrégation des lettres modernes et d’un groupe d’enseignants issus principalement de lycées expérimentaux comme celui de Sèvres. Même expansion de groupes comme le Cercle de Recherche et d’Action pédagogique, dont on a signalé la naissance à la Libération. Mai 68 est passé par là  ; et de nombreux enseignants sont en ébullition. Le soufflé retombera assez vite, mais laissera de multiples traces.

11Tous ces groupes disposent de deux Bibles de la modernité  : les tomes successifs des Figures de Gérard Genette (le Figures 1 est sorti en 1966, d’autres suivront) qui inspireront beaucoup d’enseignants et les doteront d’un riche vocabulaire du champ de l’énonciation. L’influence en est encore sensible. La deuxième Bible, c’était ce qu’on appelait le Genouvrier-Peytard. Larousse qui l’éditait se signalait comme héros de la modernité en surfant sur le succès de la Grammaire Larousse du français contemporain, des Grammaires structurales de Jean Dubois et de la Sémantique structurale d’Algirdas-Julien Greimas. Le Genouvrier-Peytard, incarnation de la modernité, sera la Bible des enseignants de pointe, mais terrorisera la masse.

121972. Année marquée par l’accueil de groupes d’enseignants à l’Institut National de la Recherche Pédagogique, visant, sous l’autorité de Louis Legrand et de ténors de la linguistique, à expérimenter l’infusion de différents mouvements linguistiques dans les pratiques pédagogiques et à définir avec et par les enseignants de base quelques modèles selon quatre directions  :

  • Groupe Jean-Claude Chevalier avec Simone Delesalle, Jacqueline Bastuji, Hélène Huot, écho de l’aventure vincennoise,

  • Groupe Patrick Chareaudeau relayant la sémantique de Bernard Pottier,

  • Groupe Morteza Mahmoudian dans la ligne d’André Martinet, regroupant surtout des maîtres du premier degré,

  • Groupe Oswald Ducrot, visant à exploiter quelques schémas logiques popularisés par ce savant logicien.

13Leurs analyses et propositions seront reprises avec l’arrivée des ministères socialistes. Précédemment, une première commission de réforme du français, dite Pierre Emmanuel, du nom de son président, le poète académicien, avait déjà esquissé quelques ouvertures et fait des propositions de réformes qui n’eurent pas de suite. Mais elles sont relancées avec l’arrivée d’un gouvernement socialiste, en 1981  ; cette fois, les réformes sont prises au sérieux et des commissions mises en place sous la responsabilité des ministres de l’Éducation  : Alain Savary, puis Jean-Pierre Chevènement, enfin Lionel Jospin. Les principes sont définis par Alain Savary, qui meurt trop tôt. Thérèse Delpech assurait le pilotage. Plusieurs de leurs rapports sont publiés et leurs conclusions sont renforcées et développées par un ultime rapport établi sur ces problèmes «  sur la demande de M. le Président de la République  » par les membres du Collège de France, animés par Pierre Bourdieu.

14Sont donc mises en place des commissions de réforme disciplinaires, représentant les divers niveaux d’enseignement en particulier pour l’enseignement du français, sous la responsabilité de Jean-Claude Chevalier. Avec la volonté d’aboutir, elles publient des rapports  : du moins, la commission de français en a publié un, avec quelque difficulté, il est vrai. Le rapport, prenant acte de ce que le retrait des cadres latins donnait beaucoup de liberté aux études françaises, notant par ailleurs que les publics enseignés et enseignants étaient en pleine mutation, insistait sur plusieurs directions majeures d’innovation  :

  1. De multiples voies d’apprentissage du vocabulaire étaient ouvertes.

  2. Des modèles de construction de discours étaient dégagés grâce aux travaux des sémioticiens, de Gérard Genette, etc.

  3. Des études sur les types d’argumentation devaient être engagées. Elles permettraient aux élèves de toutes origines, pensait-on, de se construire une place dans la société.

  4. Était souhaitée une confrontation texte/image dans un cadre sémiotique.

15Seules des directions étaient esquissées, étant bien évident que l’âge des enfants imposait des démarches particulières. Du moins, les manuels à l’usage des classes s’en inspireraient largement.

16Pour officialiser ces propositions et les transformer en Instructions et Directives à l’intention des enseignants, un Conseil national des programmes est mis en place sous la responsabilité d’un philosophe, Luc Ferry qui sera ministre. Il se fondra plus tard dans un Haut Conseil de l’Éducation.

17Cette même année 1989, le ministre de l’Éducation Lionel Jospin, considérant l’extrême difficulté d’enseigner dans ce bouleversement général des formes et des contenus éducatifs, mettait en place des Instituts universitaires de formation des maîtres, dits IUFM, qui devaient prendre en charge la formation des maîtres. Ils commençaient à fonctionner en 1990. Lieux nécessaires, mais qu’on pouvait prévoir comme centres de multiples tourbillons et analyses plus ou moins contestables dans une période où tout concept, toute décision en matière d’enseignement étaient problématiques. La langue, en particulier, est le lieu de multiples angles d’analyses et d’exploitations  : d’une part, toutes sortes d’argumentations discursives sont envisagées, d’autre part, à un autre niveau, de multiples constructions de phrases tant pour le choix des vocabulaires, des lexies ou des syntagmes que pour le type de discours sont inventoriées. La démultiplication est la règle. L’enseignant est tenu pour maître d’un discours dont il ne maîtrise que difficilement les multiples faces d’édification au contact de publics différents. En sorte qu’aucun type ou modèle n’est irrécusable. Un supplice de Tantale. Le problème semblait quasi-insoluble, mais enfin il a été depuis lors résolu  : les IUFM ont été récemment supprimés  ; le thermomètre étant cassé, on n’est plus en droit de parler de pathologie de l’enseignement. Et que les enseignants se débrouillent  !

18À un niveau de perspectives plus élevé, le Premier ministre socialiste Michel Rocard, en 1989, confia au linguiste Pierre Encrevé, professeur à Paris-8 Vincennes à St-Denis, disciple et admirateur de William Labov, le soin de composer un Conseil supérieur de la langue française pour piloter des réformes. Et sur son conseil nomma, en première série, des linguistes comme Maurice Gross, Jean-Claude Chevalier, Claude Hagège ou Bernard Quemada, des scientifiques, des écrivains français, étrangers ou de la francophonie, comme Erik Orsenna, des académiciens, des journalistes comme Bernard Pivot, des industriels comme Jean-Louis Beffa, une vingtaine de personnes en tout. En commençant par une réforme de l’orthographe qui pourrait faciliter l’apprentissage et l’usage de différentes variétés de français. Vieux serpent de mer, usé par un siècle de propositions qui n’avaient déplacé que des points de détail. La Commission qui réunissait tous ces noms prestigieux ne fit guère mieux que Ferdinand Brunot, un siècle plus tôt… À titre privé, Pierre Encrevé, organisateur de la Commission, en faisait bien davantage en proposant un curriculum de simplification des discours administratifs  ; et des moyens d’expression pour les malentendants.

19Actif aussi était le secrétariat général du Conseil, animé par Bernard Cerquiglini, qui se donna pour tâche, dans les premières années, de mieux faire connaître la diversité des français en s’appuyant sur de multiples statistiques et plus particulièrement sur les enquêtes de l’INED (Institut national d’études démographiques) attestant que des centaines de langues étaient parlées et/ou entendues en France. Enquêtes qui conduisaient à donner légitimité par exemple à des langues comme les créoles et à prévoir dans les écoles l’enseignement de ce que F. Brunot, cent ans plus tôt, dans l’Histoire de la langue française, appelait des baragouins. Un rapport du secrétaire général, Bernard Cerquiglini donc, daté de 1999, fait le point sur l’état présent des langues en France et sur les méthodes employées pour assurer des passerelles. En outre, un état présent a été établi dans un fascicule de 2010, «  Plurilinguisme et enseignement des langues en Europe  ». Dès le 7 mai 1999, la France avait signé la Charte européenne des langues régionales, s’inscrivant dans un système beaucoup plus vaste d’apprentissage des langues pratiquées en Europe. À partir de 2005, l’enseignement des créoles en France et dans les pays d’outre-mer deviendra possible  ; des concours pour les enseignants sont organisés à cet effet.

20On notera en appendice – terme qui n’a rien de méprisant – le travail des Commissions de terminologie qui visent depuis 1991 à proposer des termes techniques français en lieu et place des termes étrangers. Avec des succès variés. Qui, du moins, vont ajouter à la multiplication des lexies.

21Enfin, à partir des années 2000, l’enseignement du français aux étrangers a été situé dans un vaste ensemble européen d’apprentissage des langues dont les principes étaient élaborés au Conseil de l’Europe à Strasbourg, vérifiés par des exercices communs à tous les étrangers apprenant une langue dans l’espace européen  ; on consultera un texte rédigé par trois éminents spécialistes  : Willem Frijhoff, Daniel Coste et Pierre Swiggers.

22Pour embrasser un aussi vaste horizon de développement, qui se fait parfois explosion, les ordinateurs de Nancy ont été mis à contribution dès les années 70. Est en effet créé, dans le cadre de Nancy, le centre Frantext qui met à la disposition de tous – et aux auteurs de grammaires, livres d’exercices et dictionnaires particulièrement – un matériel surabondant comptant aujourd’hui des centaines de millions d’occurrences recouvrant de multiples emplois à tous niveaux. Centre de compilation parmi d’autres comme Toronto au Canada.

23Les conséquences de cet énorme mouvement d’inventaires et de créations ne sont pas minces. Toute grammaire, tout dictionnaire, tout particulier, enseignant ou autre s’abreuvant à ces centres informatisés sont dès lors débordés par la masse des données. La langue se dévoile comme un formidable réservoir de capacités d’expression et compréhension. Un premier témoignage  : la grande grammaire de Martin Riegel et al. Mais aussi particulièrement typique, on le verra lors de sa publication, la Grande grammaire dirigée par d’éminents spécialistes, Anne Abeillé, Danielle Godard et Annie Delavaux, en voie d’achèvement, démultiplie les problèmes en puisant dans les compilations de Nancy. De même le Bon usage de Grevisse, confié maintenant à son gendre, André Goosse et à une équipe, n’a pas échappé au phénomène  ; toutes sortes de réalisations référencées débordent l’ordinaire des «  règles  » que le rédacteur initial, Maurice Grevisse avait soigneusement articulées sur la littérature reconnue par l’Académie française  ; et limitées par là même. Cette multiplicité des données jointe progressivement à la souplesse des machineries variationnistes de type labovien a changé considérablement l’image de la langue pour les utilisateurs et pour les analystes  : elle se présente comme un tout infiniment démultiplié selon les circonstances de l’énonciation et les milieux sociaux.

Conclusion

24Le mouvement depuis vingt ans cherche à embrasser la multiplicité croissante des extensions de la langue française, en respectant le principe de base  : «  La langue de la République est le français  ». Ce qui signifie que tout ce qui touche à l’état, au sens large, doit se dire en un français reconnu pour tel, puisque le français est la langue de la République, mais qu’en dehors de ces emplois obligés le parleur choisit les éléments de langue qui lui semblent les plus efficaces pour établir des échanges avec les autres milieux sociaux. Éléments qu’on découvre de plus en plus nombreux et complexes.

25Même s’il s’agit là d’une mutation intégrative dans le complexe européen, il n’en reste pas moins que cette évolution spectaculaire est grosse de multiples conflits et qu’il faudra un effort considérable des organismes d’enseignement et de législation pour en assurer le succès, un effort pour donner une certaine cohérence à l’ensemble du dispositif français d’enseignement de la langue. Un exemple  : un effort certain a été poursuivi pour apprendre aux jeunes des discours de tous ordres, en se fondant sur une étude systématique de l’argumentation, de l’énonciation et des variables lexicales. Considérant la place de plus en plus grande donnée à cet enseignement dès les premières classes du collège, ne faut-il pas voir là une des causes d’une dégradation partout signalée et inventoriée de l’orthographe, pilier de l’école républicaine, dont l’apprentissage est souvent sacrifié  ?

26Signe parmi d’autres de la formidable mutation des esprits et des compétences que décrivait Michel Serres dans un article récent du Monde dont tout est à retenir  ; je citerai seulement la phrase de conclusion  : «  Je voudrais avoir 18 ans, puisque tout est à refaire, puisque tout reste à inventer.  ».

27Fraternité avec un grand savant qui pourra consoler les esprits angoissés.

Bibliographie

Chartier A.-M., 2007, L’école et la lecture obligatoire. Histoire et paradoxes des pratiques d’enseignement de la lecture, Retz.

Chevalier J.-C., 1992, «  L’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot  », in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. III. Les France, 2. Traditions, Paris, Gallimard, p. 421-459.

Délégation générale à la Langue française et aux langues de France, 1999, Rapport de Bernard Cerquiglini.

Grevisse M., Goosse A., 2007, Le Bon Usage, quatorzième édition, Duculot.

Jeunon P., Laporte P., Potelet H., 2001, Français 5 ème, Hatier.

López J. S. (coord.), 2010, Plurilinguisme et enseignement des langues en Europe  : aspects historiques, didactiques et sociolinguistiques. Trois regards (Willem Frijhoff, Daniel Coste, Pierre Swiggers) en parallèle, Granada, Editorial Universidad de Granada.

Manesse D., Cogis D., 2007, Orthographe  : à qui la faute  ?, ESF éditions.

Programmes du collège (programmes de l’enseignement du français), 2008, Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008.

Rectifications de l’orthographe, 1990, Journal officiel de la République française.

Réflexions sur l’enseignement du français, 1985, Textes produits par la commission de réflexion sur l’enseignement du français 1983-1985, Centre national de Documentation du Maine et Loire.

Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., 2009, Grammaire méthodique du français, PUF, 4e édition.

Serres M., 2011, «  Éduquer au XXIe siècle  », Le Monde, dimanche-lundi 6-7 mars 2011, Paris.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540