Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Analyse du discours : entre concepts et représentations linguistiques

De la vulgarisation scientifique à la médiation scientifique

Des changements entre discours, langue et société

Sandrine Reboul-Touré

Texte intégral

1La science se diffuse dans la société via différents médias. Les savants peuvent être eux-mêmes à l’origine de la réécriture de leurs propos scientifiques, mais le plus souvent, la place est tenue par un intermédiaire, un vulgarisateur, un médiateur qui a été homme de lettres puis journaliste. Cette vulgarisation scientifique prend des formes diverses au cours des siècles et aujourd’hui, la science étant à portée de main de tout un chacun, on tend, face à ce nouveau phénomène de diffusion à parler de médiation scientifique. Nous chercherons à voir comment certaines évolutions dans la société s’entourent de discours et de nominations spécifiques.

Aux origines de la diffusion scientifique : une harmonie entre science et littérature

  • 1 « Faire sentir le prix des découvertes et conférer aux sciences le charme même des lettres, voilà j (...)
  • 2 Fontenelle, B. le Bouyer de, 1686, Entretiens sur la pluralité des mondes, Librairie de la Biblioth (...)
  • 3 « L’écriture de la science pose à qui veut être entendu d’un large public des problèmes linguistiqu (...)

2Longtemps, la science est restée dans la sphère des savants. Mais en France, le discours scientifique va commencer à sortir de cette sphère et à circuler dans d’autres lieux, dès le XVIIe siècle. C’est avec de grandes précautions que Fontenelle1 ose franchir ce cap, celui de parler de science afin d’instruire les non-savants dans les Entretiens sur la pluralité des mondes, publiés en 1686 et il précise dans sa préface2 : « Je suis à peu près dans le même cas où se trouva Cicéron, lorsqu’il entreprit de mettre en sa langue des matières de philosophie, qui jusque là n’avaient été traitées qu’en grec ». Il y a comme le passage d’une langue à une autre. En effet, la divulgation – phénomène nouveau au XVIIe siècle qui n’a pas encore reçu cette dénomination de vulgarisation scientifique – utilise de nombreux phénomènes linguistiques associés à la reformulation au niveau des mots, des phrases, des discours3. Ainsi, Fontenelle en mêlant science et littérature va donner naissance à un nouveau genre :

Cicéron avait raison de parler ainsi. L’excellence de son génie et la grande -réputation qu’il avait déjà acquise lui garantissaient le succès de cette nouvelle sorte d’ouvrages qu’il donnait au public ; mais moi, je suis bien éloigné d’avoir les mêmes sujets de confiance dans une entreprise presque pareille à la sienne.

3La nouveauté est indiscutable et l’entreprise hasardeuse car les savants comme le public peuvent être insatisfaits d’un entre-deux toujours délicat. D’où une autre précaution de Fontenelle :

Je dois avertir ceux qui liront ce livre, et qui ont quelque connaissance de la physique, que je n’ai point du tout prétendu les instruire, mais seulement les divertir en leur présentant d’une manière un peu plus agréable et plus égayée ce qu’ils savent déjà plus solidement ; et j’avertis ceux pour qui ces matières sont nouvelles que j’ai cru pouvoir les instruire et les divertir tout ensemble.

4C’est donc via le genre littéraire que nous pouvons appréhender les premiers éléments de science destinés au public ; le premier soir, les entretiens avec la marquise de G*** débutent ainsi :

Nous allâmes donc un soir après souper nous promener dans le parc. Il faisait un frais délicieux, qui nous récompensait d’une journée fort chaude que nous avions essuyée. La Lune était levée il y avait peut-être une heure et ses rayons, qui ne venaient à nous qu’entre les branches des arbres, faisaient un agréable mélange d’un blanc fort vif, avec tout ce vert qui paraissait noir.

5C’est dans un tel cadre que la nouvelle théorie concernant l’astronomie va être diffusée, afin de présenter la terre comme une planète qui a la particularité de tourner :

Madame, continuai-je, vous êtes si bien disposée à entrer dans tout ce que je veux vous dire, que je crois que je n’ai qu’à tirer le rideau et à vous montrer le monde. De la terre où nous sommes, ce que nous voyons de plus éloigné, c’est ce ciel bleu, cette grande voûte où il semble que les étoiles sont attachées comme des clous. On les appelle fixes, parce qu’elles ne paraissent avoir que le mouvement de leur ciel, qui les emporte avec lui d’Orient en Occident. Entre la Terre et cette dernière voûte des cieux, sont suspendus à différentes hauteurs le Soleil, la Lune, et les cinq autres astres qu’on appelle les planètes, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Ces planètes n’étant point attachées à un même ciel, ayant des mouvements inégaux, elles se regardent diversement, et figurent diversement ensemble, au lieu que les étoiles fixes sont toujours dans la même situation les unes à l’égard des autres ; le chariot, par exemple, que vous voyez qui est formé de ces sept étoiles, a toujours été fait comme il est, et le sera encore longtemps ; mais la Lune est tantôt proche du Soleil, tantôt elle en est éloignée, et il en va de même des autres planètes.

6La divulgation de la science prend aussi la forme de poèmes. Par exemple, La Fontaine met en avant les bienfaits du quinquina dans un long poème, en 1682 :

La fièvre, disait-on, a son siège aux humeurs.
Il se fait un foyer qui pousse ses vapeurs
Jusqu’au cœur qui les distribue
Dans le sang dont la masse en est bientôt imbue.
Ces amas enflammés, pernicieux trésors,
Sur l’aile des esprits aux familles errantes,
S’en vont infecter tout le corps,
Sources de fièvres différentes.

7Ou encore Jacques Delille (l’abbé Delille) dans Les trois règnes de la nature. Poëme en VIII chants, 1808, qui présente différents métaux :

  • 4 Extrait du chant V.

Il est d’autres métaux moins purs dans leur essence,
Tous différents, de poids, de couleur, de puissance :
Le tung-stène grisâtre ; et l’arsenic rongeur,
Qui du cuivre blanchi déguise la rougeur,
Et par deux attentats sert, doublement perfide,
Le monnayeur coupable et le lâche homicide,
Mais qui, par ses couleurs réparant ses forfaits,
À nos arts innocents prodigue ses bienfaits4.

8Ainsi, science et littérature ont pu se mêler avec notamment la poésie scientifique mais au XIXe siècle, deux voies divergentes vont se construire et de nouveaux genres vont apparaître, entre autres, avec l’avènement des revues :

La fin de l’Ancien régime et l’Empire marquent l’apogée d’une poésie scientifique en vers qui perd son prestige avec le triomphe du Romantisme, avant d’entamer un lent déclin, jusqu’à la disparition du genre, au début du vingtième siècle. Tout se passe comme si les critiques qui reprochaient de longue date au vers une incapacité à transmettre correctement la science, pour n’offrir, selon le mot de Buffon, qu’une parole où « la raison porte des fers », obtenaient gain de cause. (H. Marchal, 2008).

9Ces phénomènes de circulation de la science vers un public plus large tant qu’ils sont dans la sphère littéraire semblent plutôt catégorisés par leur forme que par leur contenu ; en effet, on parle de poésie scientifique, de prose scientifique.

Vers la vulgarisation scientifique : un nouveau genre ?

  • 5 J. Michelet, 1846, Le peuple, Hachette.

10Le mot vulgarisation apparaît assez tardivement comparativement à la réalité dans la société. Le Trésor de la langue française informatisé nous propose une première occurrence du mot vulgarisation – sans spécification – chez Michelet5, en 1846 :

La machine, qui semble une force tout aristocratique, par la centralisation de capitaux qu’elle suppose, n’en est pas moins, par le bon marché et la vulgarisation de ses produits, un très puissant agent du progrès démocratique ; elle met à la portée des plus pauvres une foule d’objets d’utilité, de luxe même et d’art, dont ils ne pouvaient approcher.

  • 6 Analyse et traitement informatique de la langue française, Nancy.

11En effet, une recherche dans le rayon des dictionnaires de l’ATILF6 avec le Thresor de la langue française de Jean Nicot (1606), le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1740), le Dictionnaire critique de la langue française de Jean-François Féraud (1788) et le Dictionnaire de l’Académie française première (1694), quatrième (1762), cinquième (1798), et sixième (1835) édition n’offre aucun résultat. Ce n’est que dans la 8e édition du Dictionnaire de l’Académie (1932-35) qu’apparaît le mot vulgarisation : n.f. action de vulgariser, article, livre de vulgarisation. Ce mot entre le plus souvent en distribution avec scientifique. La collocation vulgarisation scientifique, est plus tardive et semble apparaître sous la plume d’Emile Zola dans Thérèse Raquin, en 1867 :

Dès son arrivée, il [le mari de Thérèse] mangeait puis se mettait à lire. Il avait acheté les œuvres de Buffon, et, chaque soir, il se donnait une tâche de vingt, de trente pages, malgré l’ennui qu’une pareille lecture lui causait. Il lisait encore, en livraisons à dix centimes, l’Histoire du Consulat et de l’Empire, de Thiers, et -l’Histoire des Girondins, de Lamartine ou bien des ouvrages de vulgarisation scientifique. Il croyait travailler à son éducation. Parfois, il forçait sa femme à écouter la lecture de certaines pages, de certaines anecdotes.

(p. 32-33)

  • 7 En effet, dans le corpus, il n’y a pas ou peu de définition ou de mise à distance de la séquence.

12Ce néologisme va rencontrer un succès toujours actuel. Le sens de la composition semble clair7 mais différentes valeurs peuvent être appréciées. Si vulgarisation, qui entre dans le paradigme de vulgaire, vulgairement, vulgarisateur, peut porter une valeur péjorative, l’articulation de vulgarisation avec scientifique peut rendre la collocation plus positive. Mais selon les contextes, on accorde à vulgarisation scientifique des connotations pouvant être opposées :

  • 8 La Pensée, 1976.

Pierre Boaistuau excelle dans ces divers domaines et il est certain que, si la vulgarisation scientifique était un genre reconnu, il serait l’un des auteurs fréquemment cités pour le XVIe siècle8.

13Ou encore :

  • 9 G. Bachelard, 1953, L’homme devant la science.

[face aux progrès de la science] comment décider sans une information suffisante ? C’est ici qu’intervient le rôle essentiel de la vulgarisation scientifique. Celle-ci doit permettre d’informer le grand public détenteur en définitive du pouvoir souverain de ces progrès9

14C’est aussi ce que résume L. Andriès :

Bien que la littérature de vulgarisation scientifique ait eu à lutter depuis toujours contre de nombreuses réserves et surtout contre le préjugé de la banalisation du savoir transmis, elle passe depuis longtemps pour être l’une des manifestations les plus significatives de l’esprit des Lumières. Selon l’interprétation la plus généralement admise, elle est traditionnellement considérée comme l’un des instruments idéologiques privilégiés au moyen desquels le parti des philosophes, au siècle des Lumières, aspirait à briser le monopole d’interprétation cosmologique de l’Église et à imposer ses propres modèles de rationalité. (Andriès, 2003).

15Ainsi, nous rejoignons S. Branca-Rosoff et J. Guilhaumou (1998) :

Nous souhaitons défendre une certaine façon de faire de la sémantique : contre un « cognitivisme » statique, nous insistons sur l’importance de l’histoire. Contre une philologie axée surtout sur les filiations, nous voulons montrer que l’apparition d’un néologisme dans une langue est un procès complexe où peuvent intervenir à la fois la dynamique des rapports polysémiques, l’existence de mots de la même famille déjà chargés de valeurs proches, mais aussi les discours où se construisent et se renouvellent le sens des mots et un imaginaire de la langue favorable à la néologie. Enfin, à l’encontre de la manière « classique » dont les historiens des idées politiques font appel à l’analyse lexicologique, notre démarche d’analyse de discours est foncièrement contextuelle au sens où nous nous efforçons d’investir le contexte, une fois sa description effectuée, dans la dynamique propre de la création néologique.

  • 10 Avec les auteurs suivants : E. Zola, S. Weil, A. Carel, A. Simonin, G. Perec, F. Cavanna, C. Roy.
  • 11 Gary, 2010, site Actua Litté.com, Les univers du livre.
  • 12 http://ngrams.googlelabs.com/
  • 13 P. Peccatte, 2011, site Culture visuelle, Média social d’enseignement et de recherche.
  • 14 Actua Litté.com
  • 15 F. Chateauraynaud & J. Debaz, 2010, site Socio-informatique et argumentation, http://socioargu.hypo (...)

16Pour repérer les différentes occurrences de vulgarisation scientifique sur une courte chronologie, nous avons consulté la base Frantext qui propose 19 occurrences situées dans 12 sources différentes10. Face à ce faible résultat, nous avons utilisé un nouvel outil – mis en ligne le 16 décembre 2010 – qui permet « d’explorer 5,2 millions de livres parmi ceux qui ont été numérisés, en anglais, mais également en français, chinois, allemand, russe et espagnol. En fait, 5 195 769 de livres précisément »11. Books Ngram Viewer12 (BNV), c’est son nom, permet d’examiner l’ensemble des mots contenus dans ce grand corpus réalisé à partir des livres numérisés par Google, essentiellement depuis 1800. « Ce projet a été initié en 2007 par un mathématicien et physicien américain, Erez Liebermann Aiden. Il a été soutenu par Google Labs et développé par des chercheurs de Harvard, [dont] Jean-Baptiste Michel, jeune polytechnicien français »13. Différentes explorations sont possibles afin de repérer les tendances d’un mot selon les années, les évolutions d’un mot sur différentes périodes ou encore afin de déceler la naissance d’un néologisme ; il est aussi possible de confronter plusieurs occurrences et plusieurs langues. Certains y voient : « un outil dément pour les historiens des langues, qui disposent désormais d’un appareil pour décortiquer complètement les usages, à travers 500 milliards de mots »14. Pour d’autres « ce genre d’outil est à utiliser avec précaution car il suppose de mobiliser en toile de fond une culture encyclopédique importante et de disposer d’un autre espace de calcul servant de contrepoint interprétatif »15. Les données quantitatives sont toujours à interpréter avec beaucoup de précautions mais elles donnent des indications insoupçonnables autrement (Reboul-Touré, 2011). Nous obtenons le schéma suivant pour vulgarisation scientifique :

Évolution des emplois de vulgarisation scientifique de 1800 à 2000

Évolution des emplois de vulgarisation scientifique de 1800 à 2000
  • 16 On peut relever environ 24 000 occurrences via Ngram viewer.
  • 17 Comme il est souligné dans La revue scientifique de la France et de l’étranger, en 1879 : « Figuier (...)

17La naissance de la collocation se situe en effet au milieu du XIXe siècle et la progression des emplois est remarquable16. La vulgarisation scientifique commence à entrer dans les foyers. En 1862, Louis Figuier17 publie Le savant du foyer – Notions scientifiques sur les objets usuels de la vie. Il précise dans sa préface :

Nous nous proposons de donner des renseignements scientifiques précis sur l’origine, la nature et les propriétés, des substances, des agents, des appareils qui sont en usage dans la vie ordinaire. Nous introduisons la science dans le logis ; nous la faisons asseoir au foyer domestique, pour qu’elle nous fournisse l’expli-cation des différents actes qui s’accomplissent dans le cours de notre existence (p. 11).

18Le sel, très répandu dans les cuisines, est ainsi décrit :

C’est un corps composé ; il est formé de la combinaison de deux corps simples, le chlore et le sodium. […] C’est une matière de saveur fraîche et vive, très soluble dans l’eau, et cristallisant avec la plus grande facilité en magnifiques cubes. Elle nous présente le type de ce que les chimistes désignent sous le nom de sels. […] C’est ainsi que se forma, au début de la chimie, la classe des sels, particulier dans le langage vulgaire, ce nom est devenu générique dans le langage des savants. (p. 128).

  • 18 La Nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie (1873-1973), avec (...)
  • 19 Site Gallica, http://gallica.bnf.fr/

19Par ailleurs, à la fin du XIXe siècle, apparaissent des revues de vulgari-sation scientifique : La Nature18, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, 1873 ; Eurêka. Tribune des inventeurs. Revue illustrée de vulgarisation scientifique et industrielle, 1892 ; L’étincelle électrique, 1880 ; L’ingénieur civil. Journal d’application et de vulgarisation des découvertes les plus récentes, 1892 ; Revue photographique de l’Ouest, 190619… Voici un extrait du premier numéro de la revue La Nature, 1873 :

Le phylloxera se comporte de la même manière que ces véritables sangsues des végétaux, connues sous le nom de pucerons, de cochenilles ou de kermès : il pique de son suçoir les parties jeunes des racines, pour aspirer et se nourrir des sucs qui les imprègnent. Ces piqûres multipliées évitent évidemment les tissus si délicats des organes d’absorption : la sève s’extravase, sa circulation devient irrégulière, le travail de nutrition des radicelles en voie d’accroissement se trouble…

  • 20 « De grandes figures comme Louis Figuier, Camille Flammarion, Gaston Tissandier, Henri de Parville (...)

20Le genre n’est plus littéraire20 alors qu’on a pu parler de littérature de vulgarisation scientifique, à l’époque des Lumières lorsque Fontenelle vulgarise l’univers de Copernic et la cosmologie de Descartes et que Voltaire et Madame du Châtelet divulguent Newton. (L. Andriès, 2003 : 21). La vulgarisation pourrait entrer dans « une typologie des grands secteurs d’activité de la société » (Branca-Rosoff, 1999 : 8) et pourrait être conçue comme un des secteurs de l’espace social contemporain :

Dans le modèle d’analyse interprétative par grands domaines d’activité, l’extra-linguistique prend tout naturellement le pas sur les caractéristiques formelles. L’approche institutionnelle suppose en tous cas un complément sociologique étayant la typologie de l’espace social qui sert de cadre d’observation. (idem, p. 11).

  • 21 Voir la citation de Zola ci-dessus.

21Ce serait donc lorsque l’impact de la forme est moindre et que la diffusion de la science quitte le moule littéraire, qu’un nouveau genre se crée et qu’une nouvelle dénomination peut se faire jour. La science continue à se diffuser de plus en plus largement et la collocation va parallèlement se stabiliser. Le nombre conséquent d’occurrences, comme le montre le graphique ci-dessus, permet de parler d’une composition, d’une lexie complexe qui peut être considérée comme lexicalisée ; on relève au moins une mention dans un dictionnaire usuel comme le Petit Robert, 2011, à l’article vulgarisation : (1867)21 cour. Vulgarisation scientifique : le fait d’adapter un ensemble de connaissances techniques, scientifiques, de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialisé.

La médiation scientifique : quelle analyse du discours ?

22Les revues de vulgarisation sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses. Voici quelques titres : Ça m’intéresse, premier numéro en 1981 ; Ciel et espace, 1945 ; Cosinus, 1999 ; Pour la science, 1977 ; La recherche, [1946], 1970 ; Science et Avenir, 1947 ; Science et vie, 1913 ; Science et vie junior, 1988. De nouvelles créations sont proposées dans les années 2000, avec une diversité au niveau des thématiques ou bien des publics : Science et vie découvertes, 2000 ; Pharaon magazine, 2001 ; Cerveau et psycho, 2003. Nous pensons que la liste reste ouverte. Ainsi, le discours de la vulgarisation scientifique tient une place importante au sein des discours qui circulent dans notre société. La science est de plus en plus présente auprès des non-spécialistes.

  • 22 D. Jacobi et B. Schiele, 1988, Vulgariser la science, Champ Vallon.
  • 23 Mortureux M.F., 1993, « Paradigmes designationnels », SEMEN, n° 8, p. 121-142.
  • 24 Voir les travaux de Paul Siblot.

23Dans les années 1980, D. Jacobi22 (qui aujourd’hui, dans le domaine de la communication, s’intéresse aux discours des musées) et M.-F. Mortureux (qui a fait sa thèse sur La vulgarisation scientifique au XVIII e siècle à travers l’œuvre de Fontenelle) ont étudié ce discours de vulgarisation scientifique. Ils repèrent, entre autres, un phénomène linguistique intéressant, le fait qu’il existe de nombreuses désignations renvoyant à un même objet (ou à un concept) afin d’expliciter un mot/une notion spécialisé(e). M.-F. Mortureux proposera de parler de paradigmes désignationnels 23. C’est alors qu’une réflexion en sciences du langage autour des phénomènes linguistiques de reformulations, de discours circulants, de discours rapportés, de nomination24 va permettre à l’analyse du discours – dans la lignée de l’analyse du discours à la française – d’isoler un nouveau terrain de recherche, avec des catégories d’analyse spécifiques, celui des discours de transmission des connaissances :

  • 25 J.-J. Courtine, Corps et discours, thèse, Université Paris X.

Analyser les discours, en linguiste, c’est d’abord s’intéresser aux conditions d’emploi de la langue (comme le rappelle Courtine 198925), donc aux catégories qui contribuent à caractériser les objets, au travers de la manière particulière dont elles sont investies en discours […] Mais analyser la diversité des relations intra- et inter-discursives des discours qui transmettent des connaissances renvoie inévitablement aux conditions de production, de consommation et de circulation des textes et des interactions produits par des groupes plus ou moins restreints à l’intention de destinataires plus ou moins bien définis. (Beacco & Moirand, 1995).

24Le discours de la science se diffuse dans la société via un vulgarisateur qui va créer un nouveau discours pour un public non-spécialiste. On a alors parlé du triangle de la vulgarisation scientifique. Ce schéma permet en effet de construire un cadre intéressant pour l’analyse. Puis, dans les années 1990, l’articulation de la science, des médias et de la société prend une autre ampleur. En effet, beaucoup de phénomènes scientifiques vont avoir des impacts sur la société et dans la sphère politique (le sang contaminé, les organismes génétiquement modifiés, la vache folle, la grippe aviaire...). Il existe notamment des débats de société, des conférences de citoyens et de nouveaux médias qui se sont démocratisés comme l’internet. Le vulgarisateur n’est plus le seul à intervenir. De nouvelles figures apparaissent dans les échanges : le politique, l’expert, le témoin, le citoyen (Cusin-Berche, 2000). Et tous ces intervenants prennent la parole, le discours rapporté est très représenté, le discours de l’autre vient alors modifier l’écriture et le rôle du vulgarisateur qui, au lieu de rapporter des faits scientifiques comme auparavant, rapporte plutôt des discours sur les faits en faisant circuler la parole de différentes personnes impliquées par le fait scientifique (Reboul-Touré, 2004). Le citoyen se trouve de plus en plus en contact avec des noms spécialisés (H1N1, escherichia coli…) et des propos de vulgarisation scientifique sans pour autant faire la démarche d’aller chercher ces traces de science. La vulgarisation est partout, notamment dans la presse quotidienne (Moirand, 2007) ; elle quitte donc son terrain éditorial pour largement se diffuser.

25Face à ce phénomène de société et à cette nouvelle circulation des discours, on peut se demander si le terme de vulgarisation scientifique est toujours pertinent. Pourrait-on parler de médiation scientifique sans pour autant gommer celui de vulgarisation scientifique ? Pour B. Bensaude-Vincent et A. Rasmussen, les mots « se trouvent en excès. Aux termes “popularisation” ou “vulgarisation”, développés au cours du XIXe siècle, l’usage actuel tend à substituer celui de “médiation” scientifique. » (1997 : 14). Il y aurait alors une succession de stades qui livreraient « autant de repères permettant de baliser un processus génétique, l’émergence progressive d’un nouveau genre littéraire et d’une nouvelle profession, la médiation scientifique. » (idem, p. 18). Pour nous, il n’y a pas substitution de l’un à l’autre car c’est vulgarisation scientifique qui est le plus utilisé comme le montre le graphique suivant :

Comparaison des emplois de « vulgarisation scientifique » et « médiation scientifique » de 1860 à 2000

Comparaison des emplois de « vulgarisation scientifique » et « médiation scientifique » de 1860 à 2000

26Si dans cette comparaison le nombre d’occurrences de médiation scientifique semble inexistant, un autre graphique, plus approprié, permet d’apprécier une évolution certaine, avec une croissance remarquable à partir des années 1980 :

Évolution des emplois de médiation scientifique de 1800 à 2000

Évolution des emplois de médiation scientifique de 1800 à 2000
  • 26 B. Lamizet, 1999, La médiation culturelle, L’Harmattan.
  • 27 Comme pour vulgarisation scientifique, la séquence n’entre pas dans des cadres définitoires ou dans (...)

27La médiation, mot déjà enregistré dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, 1694, avec la définition suivante : « Entremise. Cet accommodement a esté fait par la mediation d’un tel Prince. on s’est servi de sa mediation. on a accepté, on a refusé sa mediation », entre aujourd’hui dans deux séquences, médiation culturelle 26 et médiation scientifique dont le nombre d’occurrences va croissant. La collocation médiation scientifique n’est pas vraiment figée puisqu’on trouve des séquences avec des extensions comme la médiation scientifique et technologique, une médiation scientifique et virtuose, la médiation scientifique, encyclopédiste ; la collocation semble transparente27 ; elle semble en cours de stabilisation sans toutefois être enregistrée dans un dictionnaire comme le Petit Robert 2011.

  • 28 Une base de données de « près de 31 000 sources en 26 langues en provenance de 200 pays, dont plus (...)

28La séquence médiation scientifique est aussi présente dans la presse. C’est ce que nous montre une base de données comme Factiva 28, avec quelques occurrences mais une exploration via un moteur de recherche comme Google propose 169 000 résultats. Les lieux de développement de la médiation scientifique seraient plus informels. L’évolution du champ de la diffusion de la science interroge le domaine de l’analyse du discours :

On est en effet passé de travaux portant sur les vocabulaires scientifiques et techniques à des travaux portant sur la diversité des discours produits dans un domaine de spécialité et, de ce fait, aux discours de médiation entre discours premiers – ceux de la science – et discours seconds – discours didactiques ou discours de vulgarisation – pour enfin s’interroger sur les relations interdiscursives entre sciences, médias et sociétés […] On peut […] mettre au jour ces déplacements à l’intérieur même du champ des sciences du langage, mais on peut également les étudier à la lumière des déplacements qui se sont produits dans les représentations de la science et de la technologie dans les sociétés démocratiques dites « avancées » ces dernières décennies, et les rapporter à l’histoire à long terme des rapports souvent conflictuels entre la science, la nature et la société. Ils ne sont pas en effet sans conséquence sur les déplacements opérés par les linguistes quant aux choix de leurs objets d’études, de leurs objectifs de recherche, et par suite des notions opératoires et des catégories de description mises en œuvre dans les analyses des discours « de » la science, « sur » la science ou « autour » de la science. (Moirand, 2007).

29À l’heure actuelle, les conditions sociales d’une émergence de la médiation scientifique sont réunies, avec des professionnels de l’édition qui créent de nouvelles revues, avec la naissance de sites sur l’internet, donc avec la circulation de nouveaux discours articulant science, médias, politique. La médiation scientifique rend plus difficile l’identification des lieux où la science peut se diffuser et elle peut surgir au quotidien. Ainsi, une connaissance de la science – même superficielle – entre dans la culture générale des citoyens (Beacco & Reboul-Touré, 2004). La médiation scientifique pourrait devenir le terme clé de la diffusion de la science dans la société d’aujourd’hui.

Bibliographie

Andriès L. (dir.), 2003, Le partage des savoirs, XVIII e-XIX e siècles, PUL.

Beacco J.-C. & Moirand S., 1995, « Autour des discours de transmission de connaissances », Langages, n° 117, p. 32-53.

Beacco J.-C. & Reboul-Touré S., 2004, « Points de vue critiques sur les discours : à propos de culture générale dans les discours de transmission des connaissances », Tranel, n° 40, p. 165-180.

Bensaude-Vincent B. & Rasmussen A. (dir.), 1997, La science populaire dans la presse et l’édition : XIX e et XX e siècles, CNRS éditions.

Branca-Rosoff S., 1999, « Types, modes et genres : entre langue et discours », Langage et société, n° 87, p. 5-24.

Branca-Rosoff S., 2001, « La sémantique lexicale du mot “quartier” à l’épreuve du corpus Frantext (XVIIe-XXe siècles), Langage et Société, n° 96, p. 45-70.

Branca-Rosoff S. & Guilhaumou J., 1998, « De “société” à “socialisme” : l’invention néologique et son contexte discursif. Essai de colinguisme appliqué », Langage et société, n° 83-84, p. 39-77.

Charbonneau F., 2005, L’art d’écrire la science : anthologie de textes savants du XVIII e siècle français, Les presses de l’Université Laval.

Cusin-Berche F. (éd.), 2000, « Rencontres discursives entre sciences et politique dans les médias », Les Carnets du CEDISCOR, n° 6, Presses Sorbonne Nouvelle.

Marchal H., 2008, « La poésie scientifique : approches pédagogiques », http://pedagogie.ac-amiens.fr/lettres/lycee/poesie/H.%20Marchal%20Po%E9sie%20scientifique.pdf

Moirand S., 2004, « De la médiation à la médiatisation des faits scientifiques et techniques : où en est l’analyse du discours ? », in Actes du colloque Sciences, Médias et Société, Lyon, ENS-LSH, p. 71-99, http://science-societe.free.fr/documents/pdf/Sciences_medias_societe_2004/Moirand.pdf

Moirand S., 2007, Les discours de la presse quotidienne, PUF.

Reboul-Touré S., 2004, « Écrire la vulgarisation scientifique aujourd’hui », in Actes du colloque Sciences, Médias et Société, Lyon, ENS-LSH, p. 195-212, http://science-societe.free.fr/documents/pdf/Sciences_medias_societe_2004/Reboul_Toure.pdf

Reboul-Touré S., 2011, « À la recherche de l’identité plurielle », Synergies Italie, n° 7, Gerflint, p. 17-27.

Notes

1 « Faire sentir le prix des découvertes et conférer aux sciences le charme même des lettres, voilà justement le rôle de Fontenelle à l’Académie : appelé à remplacer Jean-Baptiste Du Hamel comme secrétaire perpétuel en 1697, le nouvel historien de la compagnie se recommandait avant tout par ses Entretiens sur la pluralité des mondes, ouvrage qui avait expliqué l’astronomie cartésienne aux courtisans en la parant des fleurs de la galanterie délicate et de l’esprit ». (Charbonneau, 2005, p. 8).

2 Fontenelle, B. le Bouyer de, 1686, Entretiens sur la pluralité des mondes, Librairie de la Bibliothèque nationale, sur le site Gallica.

3 « L’écriture de la science pose à qui veut être entendu d’un large public des problèmes linguistiques, car bien avant Lavoisier, les savants usaient entre eux […] d’une langue formelle, que l’emploi d’équations, d’un vocabulaire technique, de procédures descriptives minutieuses, rendait malaisément lisible au profane ». (Charbonneau, 2005, p. 10).

4 Extrait du chant V.

5 J. Michelet, 1846, Le peuple, Hachette.

6 Analyse et traitement informatique de la langue française, Nancy.

7 En effet, dans le corpus, il n’y a pas ou peu de définition ou de mise à distance de la séquence.

8 La Pensée, 1976.

9 G. Bachelard, 1953, L’homme devant la science.

10 Avec les auteurs suivants : E. Zola, S. Weil, A. Carel, A. Simonin, G. Perec, F. Cavanna, C. Roy.

11 Gary, 2010, site Actua Litté.com, Les univers du livre.

12 http://ngrams.googlelabs.com/

13 P. Peccatte, 2011, site Culture visuelle, Média social d’enseignement et de recherche.

14 Actua Litté.com

15 F. Chateauraynaud & J. Debaz, 2010, site Socio-informatique et argumentation, http://socioargu.hypotheses.org/?s=ngram+viewer

16 On peut relever environ 24 000 occurrences via Ngram viewer.

17 Comme il est souligné dans La revue scientifique de la France et de l’étranger, en 1879 : « Figuier est un des premiers en France qui aient fait de la vulgarisation scientifique, et il est resté un des auteurs les plus goûtés de ce public très nombreux qui achète les Connais-toi toi-même, notions de physiologie à l’usage de la jeunesse et des gens du monde […] et il est resté un des auteurs les plus goûtés de ce public nombreux ».

18 La Nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie (1873-1973), avec ses suppléments Boite aux lettres et Nouvelles scientifiques (1891-1926), est la revue de vulgarisation scientifique et technique par excellence. Fondée en 1873 par Gaston Tissandier chez le grand libraire scientifique Georges Masson, puis reprise par Henri de Parville, elle fut la seule revue de vulgarisation, avec « Cosmos », qui ait paru jusqu’au XXe siècle, où elle fut absorbée par La Recherche, en 1973. La Nature bénéficia d’une souscription du Ministère de l’instruction publique pour les bibliothèques populaires et scolaires. Elle devait être « un Magasin pittoresque exclusivement consacré à la science, c’est-à-dire une revue largement illustrée, à la fois élémentaire et savante, rédigée par des spécialistes ayant déjà fait leurs preuves » (notice nécrologique de Gaston Tissandier par Henri de Parville, « La Nature », 1899), Le conservatoire numérique des arts et métiers, http://cnum.cnam.fr/

19 Site Gallica, http://gallica.bnf.fr/

20 « De grandes figures comme Louis Figuier, Camille Flammarion, Gaston Tissandier, Henri de Parville et bien d’autres, sont attachées à cette conception de la science. La deuxième moitié du XIXe siècle est aussi l’époque des grandes conférences publiques, dont les conférences du dimanche, données au CNAM. De nombreuses collections apparaissent, comme la « Bibliothèque utile », ou bien la « Bibliothèque des merveilles », des périodiques comme « Cosmos », ou « La Nature ». Enfin, les Expositions universelles sont aussi des manifestations de vulgarisation au cours desquelles les grandes découvertes et les progrès techniques sont présentés à un large public. On peut ajouter à ce rapide tableau l’importance de la mise en scène dans les manifestations publiques, et de l’illustration dans les éditions », Le conservatoire numérique des arts et métiers, http://cnum.cnam.fr/
Site Gallica. http://gallica.bnf.fr/

21 Voir la citation de Zola ci-dessus.

22 D. Jacobi et B. Schiele, 1988, Vulgariser la science, Champ Vallon.

23 Mortureux M.F., 1993, « Paradigmes designationnels », SEMEN, n° 8, p. 121-142.

24 Voir les travaux de Paul Siblot.

25 J.-J. Courtine, Corps et discours, thèse, Université Paris X.

26 B. Lamizet, 1999, La médiation culturelle, L’Harmattan.

27 Comme pour vulgarisation scientifique, la séquence n’entre pas dans des cadres définitoires ou dans des zones discursives hétérogènes.

28 Une base de données de « près de 31 000 sources en 26 langues en provenance de 200 pays, dont plus de 600 dépêches actualisées en continu », http://www.dowjones.com/fr/products/product-factivacom.asp.

Table des illustrations

Titre Évolution des emplois de vulgarisation scientifique de 1800 à 2000
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Comparaison des emplois de « vulgarisation scientifique » et « médiation scientifique » de 1860 à 2000
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Évolution des emplois de médiation scientifique de 1800 à 2000
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Université Sorbonne nouvelle, Paris 3, Clesthia (SYLED)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540