Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Analyse du discours : entre concepts et représentations linguistiques

Le locuteur-marionnette

Entre mazarinades et sarkoziades

Yana Grinshpun

Texte intégral

Introduction

1On peut observer à toutes les époques une prolifération de discours dirigés contre une personnalité au pouvoir sur qui se fixent un certain nombre de ressentiments et de malaises. Ce type de phénomène peut intéresser l’analyse du discours à de multiples titres  ; dans cet article nous allons porter notre attention sur le processus de construction de «  marionnettes  » discursives, ces doubles plus ou moins stables d’individus «  réels  » sur lesquels se focalise pendant un certain temps une abondante production satirique.

  • 1 Cependant, comme le remarque Grand-Mesnil (1967 : 274), « entre la presse frondeuse et la presse ac (...)

2Nous allons prendre nos exemples dans deux corpus  : 1) les «  mazarinades  », qui couvrent la production textuelle de la période de la Fronde (1648-1653)  ; 2) les textes publiés contre Nicolas Sarkozy. Notre intention n’est pas de comparer ces deux ensembles1, qui sont sans commune mesure, mais seulement de nous intéresser aux processus discursifs qui convertissent une personne, un homme politique en l’occurrence, en personnage d’une production qui vise à le dénigrer.

3L’une des caractéristiques de la Fronde est la production d’un nombre considérable de libelles qui ne se réclamaient pas de groupes constitués, mais exprimaient des opinions particulières (Carrier, 1991  : 11). Le mot «  mazarinade  » apparaît dès 1651 dans un poème satirique de Paul Scarron, intitulé Mazarinade. De nos jours, une mazarinade désigne communément un pamphlet contre Mazarin, mais il n’en allait pas de même au XVIIe siècle  :

Les contemporains ne l’employaient pas alors dans le sens qu’il a pris ensuite  ; pour désigner les pamphlets, ils ne parlent que de “libelles diffamatoires”, de “feuilles volantes”, de “pièces curieuses”, de “pièces du temps”, de “pasquins” ou de “petits livres”. (Carrier, 1991  : 60)

  • 2 Pour plus de détails sur cette question, voir Carrier (1989, 1991) et Jouhaud (1951).

4Aujourd’hui les philologues et les historiens entendent par «  mazarinades  » un corpus d’archives  : tous les discours qui furent publiés pendant la Fronde, quel que soit leur support, leur mode de diffusion et leur objet2.

Les Mazarinades ne se limitent pas à la personne de Mazarin, elles visent souvent d’autres personnages  ; et de plus elles ne comprennent pas que des pamphlets au sens strict du mot  : beaucoup émanent de grands personnages et sont des documents authentiques, certaines sont des actes royaux, d’autres encore, comme les arrêts ou les remontrances des Parlements, ont un caractère officiel. Dans ces pièces de la Fronde, nous avons l’équivalent de tous les registres de la presse moderne, depuis le Journal Officiel jusqu’au Canard enchaîné. (Carrier, 1989  : 62)

5À l’égard de Mazarin, la créativité s’exerce dans les genres de discours les plus variés  : chansons, comptines, placards, caricatures, attendus, textes savants en grec et en latin, textes obscènes, etc.

6En ce qui concerne N. Sarkozy, en revanche, c’est sans doute moins la diversité des genres mobilisés qui retient l’attention que le pouvoir de diffusion des médias contemporains. Pour le moment, il n’existe aucun terme reconnu pour désigner la production discursive qui brocarde Sarkozy. Nous proposons ici le terme de «  sarkoziades  », terme qui ne recouvre pas seulement la production verbale  : au-delà des textes imprimés, il faut prendre en compte les clips vidéo, les chansons ou les bandes dessinées. Nous allons concentrer notre attention sur des textes qui s’appuient sur sa haine supposée à l’égard du roman de Mme de Lafayette La Princesse de Clèves.

Construction de la marionnette

  • 3 Pour les procédés de création des guignols, voir un excellent ouvrage de M. Coulomb-Gully, 2001, La (...)

7Si certains ont pu penser que Canal+ avait favorisé l’élection de Jacques Chirac en le mettant en scène sous un jour sympathique dans l’émission «  Les guignols de l’information  », c’est parce que l’on reconnaît que la «  marionnette  » interagit avec l’individu «  réel  ». En effet, les acteurs politiques suscitent la production des textes (placards, chansons, libelles… à l’époque de Mazarin  ; presse, télévision, Internet aujourd’hui) qui les mettent en scène comme des personnages porteurs de valeurs considérées comme négatives dans une société donnée. Ces personnages caricaturaux se stabilisent à travers les médias et ils fonctionnent alors comme un cadre et un filtre qui permettent d’organiser la lecture des événements3. De toute façon, l’immense majorité des gens n’ont accès aux individus «  réels  » qu’à travers ces filtres qui rendent interprétables leurs actes et leurs paroles.

8L’existence de figurines concrètes (en particulier pour la France les «  guignols  » de Canal+, qui ont suivi «  Le Bébête show  ») porte à l’extrême un phénomène massif, beaucoup plus diffus  : le fait qu’il se construit dans -l’interdiscours médiatique des représentations des principaux acteurs de la vie publique – en particulier ceux du champ politique. Les sondages cherchent à capter ces «  images  » supposées en proposant aux sondés une liste de prédicats («  honnête  », «  compétent  »…) qu’ils doivent affecter à telle ou telle personne. Ainsi à propos des candidats à la présidentielle de 2012  :

9François Hollande est le candidat à l’Élysée le plus proche des préoccupations des Français (50  %) et le plus compétent (42  %), tandis que Nicolas Sarkozy est le plus crédible sur la scène internationale (51  %) et François Bayrou le plus honnête, selon un sondage TNS-Sofres et Mediaprism pour i-Télé. Toujours selon cette enquête rendue publique aujourd’hui, qui teste aussi Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et Éva Joly (EELV), Marine Le Pen (Front national) est la plus combative (65  %).

  • 4 Sondage réalisé le 8 décembre 2011 en ligne auprès d’un échantillon de 1 020 personnes de 18 ans et (...)

10Si le candidat PS François Hollande est considéré comme le plus proche des préoccupations des gens (50  % pensent que cette qualité s’applique bien à lui), il est également le plus compétent (42  %), talonné par Nicolas Sarkozy sur cette dernière qualité (41  %). M. Hollande est également le candidat le plus rassembleur (47  %) loin devant l’actuel président (3e à 32  %). Ce dernier domine pour la crédibilité internationale, loin devant François Hollande (2e à 39  %). Le chef de l’État est aussi considéré comme le plus courageux (52  %) et le plus charismatique (44  %).4

11En réalité, loin de refléter passivement une réalité qui serait déjà là, le sondage est aussi du discours, et contribue à construire cette «  réalité  » qui est censée indépendante d’elle.

12La construction d’un ensemble de «  marionnettes  » dans des récits ou des dialogues constitue l’étape suivante, quand de l’ensemble des discours tenus sur un individu émergent et se stabilisent un nombre réduit de prédicats attribués à un personnage et qui souvent se projettent dans des représentations iconiques (caricatures, guignols…). Dès lors, on perçoit les actes du Président de la République ou du Cardinal Mazarin à travers le cadre imposé par leurs «  marionnettes  ». Ce qui peut se schématiser ainsi  :

13Ici la notion d’ethos discursif joue un rôle essentiel, dans la mesure où c’est une notion foncièrement hybride (socio/discursive), un comportement locutoire socialement évalué. En analyse du discours l’ethos n’est pas une image du locuteur à l’extérieur à la parole, mais une figure qui se construit à travers le discours. Cet ethos discursif, dans le cas du discours politique, s’appuie sur «  des représentations de l’ethos de l’énonciateur avant même qu’il ne parle […]. Il est donc nécessaire d’établir une distinction entre ethos discursif et ethos prédiscursif (ou préalable) […]  » (Maingueneau, 2004  : 206). Dans le cas des locuteurs-marionnettes, l’ethos discursif conforte en général l’éthos préalable stabilisé dans l’interdiscours.

14S’agissant d’énonciations satiriques, on est amené à privilégier une conception de l’ethos qui accorde un rôle important au corps. Ainsi, pour D. Maingueneau, même à l’écrit l’ethos implique l’existence d’une «  vocalité  » spécifique qui permet de rapporter le texte à un «  corps  » de l’énonciateur  ; l’ethos permet de faire adhérer «  physiquement  » à un certain univers de sens  : «  Comment évoquer par exemple une scénographie prophétique ou un code langagier populaire, en négligeant le ton prophétique ou la gouaille, les façons de proférer et de gesticuler qui sont inséparables de tels types d’énonciation  ?  » (2004  : 203). Il ne s’agit pas du corps réel de l’énonciateur en chair et en os, mais de celui du «  garant  » de l’énonciation, construit par l’énonciateur, auquel sont attachées des représentations collectives. Dans le cas des productions satiriques, il est difficile au destinataire de construire un ethos distinct de celui projeté par l’auteur des discours cités, puisqu’il s’agit de figures qui s’appuient sur des stéréotypes simples et massifs, inscrits dans une culture qui est censée partagée.

15Ces stéréotypes relèvent de diverses catégories, mais qui en général se mêlent dans une même marionnette  :

  • certains s’appuient sur une mémoire historique, quand ils sont liés à des événements ou des périodes (cf. la cruauté et le fanatisme du Nazi)  ;

  • d’autres sont des ethnotypes (l’Anglais, le Chinois…)  ;

  • d’autres enfin sont des «  caractères  » (l’avare, le parvenu, le timide, le naïf…).

Mazarin

  • 5 Cf. Y. Grinshpun, 2011, p. 341.

16La marionnette de Mazarin mêle des prédicats stéréotypiques relevant de l’ethnotype (l’Italien) et de «  caractères  » (l’efféminé, le beau parleur, le trompeur…), prédicats eux-mêmes associés à une mémoire historique  : une identification avec Concino Concini qui jouait auprès de Marie de Médicis un rôle comparable à celui du Cardinal auprès d’Anne d’Autriche. En fait, cette «  mémoire discursive  » va au-delà du seul Concini  : elle implique l’énorme production qui depuis le XVIe siècle stigmatise l’influence politique et culturelle italienne5. En creux, cette marionnette de Mazarin appelle une contre-marionnette, un anti-ethos auquel le destinataire est censé s’identifier  : celui du «  vrai Français  », viril et franc.

17À titre d’exemple, citons un passage de Gabriel Dupuyherbault qui, dans son traité Theotimus sive de tollendis et expungendis malis libris (1549), lance une attaque virulente contre la corruption et le libertinage que les œuvres littéraires italiennes auraient répandus en France.

  • 6 C’est nous qui mettons en gras.

J’ignore, par quelle mauvaise volonté du destin les bonnes lettres depuis quelque temps ont commencé à sentir le paganisme, surtout auprès des Italiens, très doués pour les matières profanes, qui sont si éloignées de notre piété […] Aujourd’hui certains livres que l’on juge merveilleux, alors qu’en réalité il n’y en a pas de plus pernicieux et de plus fades, sont aux mains et dans les maisons des fainéants  : des livres imprimés en Italie, que les Français traduisent en leur langue, et desquels aucun fruit ne peut être tiré […] Nous devons beaucoup de choses aux intelligences italiennes, mais pour beaucoup de choses nous avons également le regret d’être en dette avec eux. De même que quand un Italien s’approche de vous, vous flairez immédiatement un je ne sais quoi de mou, de flasque, de peu viril, vous diriez presque un relent, une odeur, de même dans leurs écrits vous chercheriez en vain quelque chose de majestueux et de viril. Pour nous, en somme, il aurait mieux valu que l’Italie eût gardé chez soi ses marchandises, ses parfums, ses pommades et ses livres.
(1549, p. 77-79)6

18On le voit, ici la manière de parler est aussi une manière d’être qui vise à légitimer à la fois la parole dénonciatrice et le monde dont cette parole participe. Les valeurs négatives du «  mou  », du «  flasque  » et du «  peu viril  » s’opposent au «  majestueux  » et au «  viril  » de l’ethos français, celui qu’entend montrer le locuteur à travers son énonciation même. Les livres italiens participent du même «  monde éthique  » (Maingueneau, 2004  : 208) que les «  parfums  » et les «  pommades  », attributs féminins par excellence. En filigrane on décèle le stéréotype de l’homosexuel, du «  bougre  », qui en France est régulièrement associé aux Italiens depuis l’arrivée à la cour des reines de la famille Médicis et de leurs courtisans.

  • 7 Cf. par exemple Le passe-port et l’adieu de Mazarin en vers burlesques (8 janvier 1649), « Adieu, l (...)
  • 8 Comme l’affirme un autre pamphlet, « Jamais homme ne fut plus attaché que lui aux objets de sens, n (...)

19Considérons à présent la scénographie du Ballet dansé devant le roi et la reine régente sa mère par le trio mazarinique pour dire adieu à la France. En vers burlesques. (1649). Mazarin et sa famille y sont mis en scène à travers les stéréotypes négatifs attribués à l’époque aux Italiens. Le cardinal, comme dans de nombreux autres textes, y est associé avec les pommades et les baumes dans les diverses mazarinades7, c’est-à-dire aux apparences trompeuses. La scéno-graphie du bonimenteur s’appuie sur le stéréotype du commerçant italien «  furbo  », trompeur  ; le «  baume  » entre en résonance avec la «  pommade  » de l’efféminé.8

Entrée première
Mazarin habillé en vendeur de Baume
«  Messieurs, je vous offre mon Baume,
Le meilleur que dans ce Royaume,
Je puisse jamais débiter,
Je ne veux pas vous le vanter,
Mais faites en l’expérience,
Lors admirans ma quintessence,
[…]
Il est composé des soucis,
Et du sang des peuples trancis,
Avec cent dragmes de leurs peines,
Et cent onces des larmes vaines.
J’y mesle du iux des cirons,
Et des escargotsles roignons,
Des influences de la Lune,
Et de l’huile d’une infortune,
J’y mets la ratte & les poulmons,
Des plus enragés des Demons.  »

20Il se produit une contamination entre «  pommade  » et «  baume  ». Prolongeant en cela une métaphore immémoriale, très présente dans la rhétorique antique, c’est la parole elle-même qui se trouve maquillée, tournant la potion médicinale en poison. Le pamphlétaire se donne pour mission de révéler la vérité cachée, de ramener le baume trompeur à la vérité de ses constituants  : la souffrance du peuple de France.

21Un autre libelle anonyme intitulé Le diable exorcizé ou Mazarin chassé de France par le Parlement et le Clergé (Paris, 1651) instaure une scénographie d’exorcisme où le clergé interroge le «  démon  » Mazarin dont le corps de la France est possédé  :

  • 9  . Abréviation de « Démon ».
  • 10 Op. cit., p. 3.

Le Clergé
Tu semble à ta façon de faire
Un Demon extraordinaire
Parle selon ta volonté  ;
Mais respons-nous ta vérité
Le D.9 Mazarin
Je ne puis, c’est me faire injure
Je suis fourbe de ma nature
Et n’ay jamais fait que tromper
Abuser, seduire et dupper
Je suis fils aisné du mensonge  ;
Qui ne m’exerce et qui ne songe
Qu’à détruire cette vertu,
Par qui le vice est combattu.10

22C’est le premier échange entre l’exorciste et le démon, et il est centré sur la «  fourberie  » de Mazarin, trait le plus saillant de l’ethnotype de l’Italien. Le mot est d’ailleurs entré en français par l’italien furbo. Un peu plus loin, l’exorciste demande à Mazarin «  pourquoi venir dans la France si loin du lieu de ta naissance  ?  », et le démon répond  :

  • 11 p. 5.

Quoy que j’eusse assez de malice
Je ne pouvois enseigner rien
A tout le peuple Italien.11

23Un peu plus haut, ce même démon précise «  quoy que je sois Sicilien  » (p. 4)  ; en réalité, Mazarin était né dans les Abruzzes et a vécu à Rome. Mais dans la doxa de l’époque l’Italien du sud est le plus prototypique en matière de fourberie. Il suffit de songer que Les fourberies de Scapin de Molière (1671) se passent à Naples et que le valet qui donne son nom à la comédie est caractérisé dans la liste des personnages comme «  Valet de Léandre, et fourbe  ».

Sarkozy

24En ce qui concerne la marionnette de Sarkozy, ce ne sont pas l’ethnotype ni la mémoire historique qui priment, mais des stéréotypes comportementaux attachés à des caractères relativement intemporels  : le «  nouveau riche  », le «  frimeur  » (arrogant exprimé en termes de bling-bling) pour qui l’argent compte davantage que la culture. Cette marionnette a de multiples désignations, qui mettent en saillance ses diverses facettes  : «  the King of the world  », «  Nico Montana  », «  Starko  », «  King of bling-bling  », «  Sarkoman  », «  petit roi  », «  petit Nico  », etc. Rapidement s’est construit un personnage affublé d’attributs du nouveau riche (la Rolex, le yacht, le Fouquet’s, etc.) associés à un modus loquendi extrêmement familier. Nous nous intéresserons dans ce qui suit à deux traits particulièrement mis en évidence  : l’arrogance et l’inculture. Le premier est bien illustré par «  l’affaire Zapatero  » et le deuxième par «  l’affaire de la Princesse de Clèves  ».

  • 12 Nous en retraçons la chronologie dans un article à paraître dans les Cahiers de Praxématique (2013)

25Pour la «  petite phrase  » attribuée à Sarkozy sur le premier ministre espagnol José Luis Zapatero («  Il n’est pas très intelligent  ») qui a fait le tour du monde en avril 2009, nous renvoyons à l’étude détaillée de D. Maingueneau (2011). Cette petite phrase a été portée à la connaissance du public par un article de Libération (16 avril 2009) qui s’intitulait  : «  Sarkozy se voit en maître du monde  ». Il s’agissait en fait, par un découpage et un éclairage appropriés des citations, de confirmer l’un des traits de l’ethos prédiscursif associé au Président français  : l’arrogance… Ce trait, à l’intérieur du stéréotype du nouveau riche, s’associe souvent avec l’inculture. Dans le cas de Sarkozy, cela va jusqu’à la haine de la culture humaniste. Cet ethos négatif tire sa force critique d’un ethos présidentiel idéalisé qui possède les traits contraires  : dans la tradition politique française le président de la République est cultivé. C’est la Princesse de Clèves qui va permettre à ses adversaires de mettre en évidence cette composante de l’ethos de la marionnette de Sarkozy. Le point culminant a été la période des protestations de la communauté universitaire de 2009 contre les réformes touchant le statut des enseignants-chercheurs et la formation des enseignants. En fait, N. Sarkozy n’a pas attaqué frontalement la culture générale, mais il s’en est pris en 2006 à la mise au programme de La Princesse de Clèves dans certains concours administratifs. Ses attaques se sont renouvelées dans trois interventions, entre 2006 et 2009.12

26Dès 2006 paraît dans Libération un article signé par Christine Lapostolle, écrivaine et enseignante, où l’on trouve la citation suivante  :

Monsieur Sarkozy prétend qu’il n’y a aucun intérêt à faire lire La Princesse de Clèves à l’école. Ce sont du moins des propos que lui prête la bande dessinée la Face karchée de Sarkozy  : «  Meeting de Lyon. 23 février 2006. La princesse de Clèves  ! Voilà ce que donne l’Éducation nationale pour épreuve d’examen  ! Étonnez-vous que ça aille si mal. Si c’est ce qu’on enseigne à nos enfants.  » Ces propos, peut-être déformés, sont plausibles.13

  • 14 P. Cohen, R. Malka & Riss, 2006, La face karchée de Sarkozy, éd. Fayard, p. 122.

27La bande dessinée à laquelle fait référence Christine Lapostolle est sortie en novembre 2006. Elle met en scène une caricature de Sarkozy14, à laquelle sont attribués les propos cités par l’article de Libération.

28Au printemps 2009, ces propos sur La Princesse de Clèves prennent une tout autre dimension puisqu’ils seront perçus rétrospectivement comme emblématiques de la politique de Valérie Pécresse, alors ministre de l’Enseignement supérieure et de la recherche, et de Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale. Lors des manifestations universitaires, on trouve des banderoles, des affiches, des badges qui évoquent l’attitude de Sarkozy à l’égard du roman de Mme de Lafayette. En voici quelques exemples  :

  1. «  Nicolas, les sadiques et les imbéciles sont dans la rue avec la guichetière  »

  2. «  La princesse crève  »

  3. «  Libérez la princesse de Clèves  »

  4. «  Le duc de Nemours vous rend bien vos preuves d’amour  »

29N. Sarkozy n’a jamais lié explicitement le roman de Mme de Lafayette avec l’Université ou la culture humaniste. Mais ses propos sur la Princesse ont été associés à d’autres discours sur l’état de la recherche française, notamment celui prononcé le 22 janvier 2009 où le Président s’est montré méprisant à l’égard des universitaires, qualifiant la recherche française de médiocre. Ce discours qui précède de peu les manifestations et les grèves universitaires a permis de réinterpréter les énoncés sur La princesse de Clèves et de les incorporer à l’ethos d’une marionnette qui déteste la culture humaniste. Au terme du processus, on trouve par exemple cette banderole où Sarkozy est catégorisé en âne. Cet animal fonctionne comme une sorte de «  sous-marionnette  » focalisée sur l’inculture. Quant à l’emploi du latin, il a pour effet d’inverser les rapports de force  : à l’intérieur de la parole sarkozienne la culture humaniste est disqualifiée, mais à l’intérieur de l’univers humaniste, incarné dans l’usage du latin, le Président se transforme en âne.

30Cette affaire n’a pas manqué de stimuler la créativité des contestataires  : pièces de théâtre, cours improvisés sur la place publique, clips diffusés sur You Tube ou Daily Motion, chansons, caricatures… Peu à peu, la Princesse de Clèves est devenue un élément toujours disponible qui a le pouvoir d’activer automatiquement une facette de la marionnette de Sarkozy. Il ne se passe plus de jours sans que dans les médias une allusion ne se glisse qui conforte cette facette  :

On connaissait son aversion pour La princesse de Clèves ou encore sa passion pour Louis-Ferdinand Céline. À l’approche des fêtes de fin d’année, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a dévoilé un peu plus ses goûts littéraires, en recommandant certaines lectures à ses ministres, nous apprend Le Canard enchainé. (8-11-2011)15

Communiqué de Presse de l’équipe de campagne de Marine Le Pen
Faute de lire La princesse de Clèves, Nicolas Sarkozy s’inspire de Bertolt Brecht  : il change le peuple puisque celui-ci déplait à ses dirigeants. Les ouvriers l’abandonnent, des figurants donneront le change. (3 février 2012)16

31Dans ces deux exemples on a affaire au début du texte. Ce qui frappe, c’est la fonction jouée ici par la princesse de Clèves  : il ne s’agit même pas de critiquer l’inculture de N. Sarkozy mais de disposer d’un présupposé qui sert de «  point d’accroche  » pour l’énonciation  ; à ce titre, il doit être partagé par les destinataires et provoquer une adhésion immédiate.

32Que ce soit au XVIIe ou au XXIe siècle, il y a interaction entre l’acteur politique «  réel  » et sa marionnette  : cette dernière s’autonomise et finit par fonctionner comme un mode de lecture du comportement de l’individu, qui de son côté est bien obligé de prendre en compte les propriétés de cette marionnette pour prendre des décisions. Il y a là une économie cognitive considérable puisque les acteurs sociaux disposent d’une grille d’analyse préétablie qui présente en outre l’avantage de susciter la connivence, et donc de renforcer la communauté de conviction que le locuteur implique par son énonciation.

Bibliographie

Carrier H., 1991, Les mazarinades  : la presse de la Fronde (1648-1653). La conquête de l’opinion, Genève, Droz.

Carrier H., 1989, Les mazarinades  : la presse de la Fronde (1648-1653). Les hommes du livre, Genève, Droz.

Grand-Mesnil M.-N., 1967, Mazarin, la Fronde et la presse (1647-1649), Paris, Armand Colin.

Jouhaud C., 1997, «  Quelques réflexions sur les placards imprimés et leurs réceptions entre Ligue et Fronde  », in Barbier F., Martin H.-J. (dir.), Le livre et l’historien, Études offertes en l’honneur du professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, p. 403-414.

Maingueneau D., 2011, «  Les “petites phrases” Sur une petite phrase “de” Nicolas Sarkozy. Aphorisation et auctorialité  », Communication et Langages, n° 168, p. 43-56.

Maingueneau D., 2004, Le Discours Littéraire, Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin.

Moreau C., 1853, Choix de mazarinades, Paris, Jules Renouard.

Semprini A., 1995, La marque, Paris, PUF, coll. Que sais-je  ?.

Textes sources  :

Ballet dance devant le roi et la reine regente sa mere par le trio mazarinique pour dire adieu à la France. En vers burlesques, (1649), À Paris, chez Claude Morlot, rue de la Boucherie, aux vieilles Estuves.

Le diable exorcizé ou Mazarin chassé de France par le Parlement et le Clergé (Paris, 1651).

Notes

1 Cependant, comme le remarque Grand-Mesnil (1967 : 274), « entre la presse frondeuse et la presse actuelle, la comparaison est moins arbitraire qu’il n’y paraît. Tout parallèle doit certes tenir compte de différences radicales : absence de quotidiens, faible tirage de la Gazette, le seul hebdomadaire régulier, presse non périodique au débit fort irrégulier. […] En lisant bon nombre de pamphlets qui attaquent la politique de Mazarin et la manière dont il règle seul les affaires, l’on ne peut s’empêcher de les rapprocher des éditoriaux de nos actuels hebdomadaires politiques. »

2 Pour plus de détails sur cette question, voir Carrier (1989, 1991) et Jouhaud (1951).

3 Pour les procédés de création des guignols, voir un excellent ouvrage de M. Coulomb-Gully, 2001, La démocratie mise en scène, aux éditions CNRS, surtout le chapitre 5.

4 Sondage réalisé le 8 décembre 2011 en ligne auprès d’un échantillon de 1 020 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Notice disponible auprès de la commission des sondages (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/12/23/97001-20111223FILWWW00406-sondage-hollande-proche-des-francais.php (consulté le 23/12/2011)).

5 Cf. Y. Grinshpun, 2011, p. 341.

6 C’est nous qui mettons en gras.

7 Cf. par exemple Le passe-port et l’adieu de Mazarin en vers burlesques (8 janvier 1649), « Adieu, l’inventeur de pommades, Adieu, l’homme aux bonnes senteurs ».

8 Comme l’affirme un autre pamphlet, « Jamais homme ne fut plus attaché que lui aux objets de sens, ni plus enseveli dans les plaisirs et dans la volupté. N’a-t-il pas employé la fainéantise des Moines d’Italie, trois années entières, à composer des pommades pour blanchir ses mains. » (Lettre d’un religieux envoyé à Monseigneur le Prince de Condé, à Saint-Germain-en-Laye, contenant la vérité de la vie et mœurs du Cardinal Mazarin. (18 janvier 1649)).

9  . Abréviation de « Démon ».

10 Op. cit., p. 3.

11 p. 5.

12 Nous en retraçons la chronologie dans un article à paraître dans les Cahiers de Praxématique (2013).

13 L’article est consultable sur le site http://www.liberation.fr/tribune/010166942-la-princesse-
de-cleves-au-karcher

14 P. Cohen, R. Malka & Riss, 2006, La face karchée de Sarkozy, éd. Fayard, p. 122.

15 http://www.myboox.fr/actualite/noel-les-conseils-de-lecture-de-nicolas-sarkozy-11211.html

16 http://www.marinelepen2012.fr/2012/02/03/nicolas-sarkozy-disciple-de-brecht/

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

Auteur

Université Sorbonne nouvelle, Paris 3, Clesthia (SYLED)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540