Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Analyse du discours : entre concepts et représentations linguistiques

Une analyse de discours sociolinguistique

Josiane Boutet

Texte intégral

1C’est à ma connaissance à mon regretté ami et collègue Bernard Gardin, l’un des fondateurs de la sociolinguistique française aux débuts des années soixante-dix, qu’on doit cette expression et cette catégorisation d’une analyse de discours sociolinguistique. Je la lui ai souvent entendue dire mais je ne l’ai pas trouvée écrite dans ses nombreuses publications, en particulier lorsqu’avec Frédéric François et Nanon Gardin nous avons édité deux volumes de ses travaux (2005). Cette catégorisation décrit et rend bien compte des caractéristiques des différentes recherches que Bernard Gardin a conduites. En effet, ses travaux se laissent difficilement classer dans l’un ou l’autre de ces domaines constitués qui ont pris au fil des années une autonomie relative : il fut tout autant représentant de l’analyse de discours de l’École de Rouen que pionnier de la sociolinguistique française. Lui-même se moquait des classements académiques : établir des frontières entre domaines ne faisait pas partie de sa pratique de chercheur ni d’enseignant. Aussi n’a-t-il jamais travaillé ni rédigé autour de ce syntagme d’une analyse de discours sociolinguistique. En conséquence, il a été peu repris dans les publications ou dans les débats entre chercheurs de ces deux domaines. Il n’a pas non plus contribué à élaborer un courant ou un domaine qui aurait été à l’interface ou à la conjonction entre ces deux domaines des sciences du langage : la sociolinguistique et l’analyse de discours.

2Or cette dénomination me semble bien caractériser une autre démarche scientifique dans toute sa complexité et sa richesse : celle de Sonia Branca, même si elle-même ne l’a jamais utilisée ou revendiquée.

3J’ai le bonheur de connaître Sonia depuis le début de sa carrière d’enseignant-chercheur et j’ai pu suivre les voies que ses interrogations et ses intérêts de recherche ont empruntées, en lien plus ou moins direct avec ses institutions de rattachement. Deux contextes scientifiques très différents encadrent sa vie professionnelle. D’abord à Aix-en-Provence dans les années soixante-dix, où la stature intellectuelle et la personnalité de Jean Stéfanini domine la linguistique française ; suivie par celle de Claire Blanche-Benveniste qui, dès les années soixante-dix et d’une façon tout à fait visionnaire, s’engage avec ses collègues dans l’ambitieux chantier d’une grammaire du français parlé. Sonia Branca, non seulement y participe mais est pendant de longues années le directeur de rédaction de la revue aixoise Recherches sur le français parlé. De ce contexte intellectuel exceptionnel, Sonia Branca conserve un goût certain pour les faits de langue et une approche de nature grammaticale, pour le français parlé, pour l’analyse minutieuse des agencements syntaxiques, pour l’étude d’une langue qui ne soit pas un artéfact construit par le chercheur, pour les corpus, pour une analyse de discours qui ne verse ni dans l’analyse de contenu ni dans l’interprétation herméneutique : toutes exigences dont on sait aujourd’hui combien elles sont difficiles à maintenir. En revanche, ce contexte scientifique, quoique tout à fait novateur, était fermé aux interrogations de nature sociolinguistique ou discursive. Sonia Branca a donc dû chercher ailleurs la possibilité de discuter de ces problématiques émergentes : à Montpellier, avec le groupe de la praxématique et la revue Cahiers de praxématique à laquelle elle collabore régulièrement. À Paris, avec la revue Langage et Société et son comité de rédaction auquel elle participe dès la création en 1976. Elle collabore à notre numéro zéro en 1977, par un article « Contribution à une critique des recherches sociolinguistiques ». Elle devient ensuite le directeur scientifique de la revue à la mort brutale de Pierre Achard en 1997 et elle le demeure jusqu’en 2005, date à laquelle je lui ai succédé. C’est ensuite sa nomination comme Professeur à Paris III dans le courant des années quatre-vingt-dix, une institution plus ouverte intellectuellement qu’Aix, moins marquée par une théorie en particulier, où coexistent et échangent plusieurs courants de pensée. Elle a pu y enseigner et y développer la sociolinguistique et l’analyse de discours, y déployer d’une façon probablement plus aisée ses intérêts pour les pratiques discursives : je pense par exemple à sa direction du numéro de Langage et Société (1999) sur les genres « Types, modes et genres : entre langue et discours », qui a permis de renouveler cette problématique discursive. Elle a enfin pu y développer un enseignement doctoral, y faire soutenir de nombreuses thèses et y diriger l’équipe de recherche SYLED.

4Je souhaite ici dérouler le syntagme analyse de discours sociolinguistique, en développer la signification et la pertinence, en particulier au regard des travaux de Sonia Branca qui s’inscrivent de fait dans une telle recherche de croisement entre la sociolinguistique et l’analyse de discours. Après avoir rappelé quelques propriétés constitutives de la sociolinguistique et de l’analyse de discours, je revisiterai l’ouvrage de 1994 de Sonia Branca (en collaboration avec Nathalie Schneider) – L’écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck – qui, entre autres, pose une question vive, aussi bien aux analystes du discours qu’aux sociolinguistes, celle de l’action.

Sociolinguistique et analyse du discours

5La sociolinguistique et l’analyse de discours se sont installées à peu près à la même époque en France, durant les années 1970, même si dans le paysage des sciences du langage la tradition sociolinguistique était beaucoup plus ancienne : il suffit de songer aux études dialectologiques du XIXe siècle dont la sociolinguistique constitue une filiation directe ainsi qu’à la place et au rôle de Marcel Cohen comme précurseur de la sociolinguistique aux tous débuts du XXe siècle (Langage et Société, 2009). Un certain nombre de traits distinctifs me semblent, y compris aujourd’hui, caractériser aux plans théoriques et méthodologiques une démarche de sociolinguiste et une démarche d’analyse du discours, du moins dans la conception française. Le principe fondateur en sociolinguistique est l’hétérogénéité : hétérogénéité des systèmes linguistiques, qui est au fondement de la dialectologie puis de la linguistique variationniste ; hétérogénéité linguistique des communautés ou groupes sociaux, qui fonde l’étude des situations plurilingues (mélange des langues, contacts, hybridation, métissage, code-switching, etc.). Comme l’écrivait très justement Marcel Cohen dès 1956, « toute situation de communication est toujours multilingue » : une conception de la communication que reprendront Dell Hymes et John J. Gumperz. Les objets empiriques sont a priori des données orales issues d’enquêtes et d’observations en milieu dit naturel ou encore écologique : conversations, interactions, entretiens. Les méthodes, au carrefour entre l’héritage de l’enquête dialecto-logique et les enseignements de la sociologie et de l’ethnographie, reposent sur la construction des terrains d’enquête, l’observation des situations sociales et le recueil des données langagières. Enfin, la sociolinguistique est une linguistique sociale qui se soucie des effets de ses travaux, de leurs usages dans les sociétés et qui poursuit des buts de changements ou de transformations sociaux. William Labov a très bien exprimé cet objectif en parlant d’une « linguistique séculaire » devant « répondre aux questions que se pose le monde réel ».

6L’analyse du discours, du moins dans la conception française, s’intéresse de manière privilégiée à l’intrication, dans un dispositif d’énonciation, d’une organisation textuelle et d’une situation de communication. L’analyse du discours a de ce fait plutôt affaire à des textes écrits, des textes historiques, des archives, à des corpus institutionnels. Différents phénomènes de nature textuelle sont privilégiés : la cohérence (distinguée de la cohésion) des textes, entendus comme unités d’ordre transphrastique qui relèvent d’un genre de discours ; le genre de discours qui opère l’articulation entre texte et situation de communication (Branca, 1999) ; les positions d’énonciation. Tout genre en effet se caractérise non seulement par ses dispositifs de communication mais aussi par les positions de subjectivité énonciative qu’il implique. Cela explique le lien étroit qui s’est noué, au moins dans la tradition française de l’analyse du discours, avec les concepts des théories de l’énonciation linguistique. La problématique de la polyphonie intervient de manière privilégiée, dans une perspective bakhtinienne. La réflexion sur l’interdiscours et l’intertextualité est centrale dans l’analyse du discours. Enfin, la place de la discipline historique et de l’histoire, en grande partie du fait de l’héritage foucaldien revendiqué par l’analyse de discours française, est aux fondements de ce domaine, avec les contributions décisives des historiens Régine Robin (1973), Jacques Guilhaumou (2006), et aussi celles de Sonia Branca : ses travaux sur les peu-lettrés de la Révolution française (1994 avec Nathalie Schneider) ou ceux sur l’abbé Batteux (1991).

7Cet ouvrage sur les peu-lettrés des Comités révolutionnaires en Provence dans les années 1790, aux prises avec l’écriture du français national, vient précisément interroger cette partition entre sociolinguistique et analyse de discours, vient se situer à leurs frontières ou, peut-être, dans ce que serait une analyse de discours sociolinguistique.

Les pratiques d’écriture des peu-lettrés

8L’écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire : dans cet ouvrage, les textes des peu-lettrés de la Révolution française et leur édition sont analysés par les auteurs sur plusieurs plans. Une analyse classique de linguistique interne : étude de propriétés graphiques, orthographiques, méridionalismes, faits de morpho-syntaxe. Et une analyse discursive : genres et rhétoriques, faits d’énonciation, stéréotypes, formules. Mais toutes ces analyses ne sont pas décontextualisées ; elles sont précisément ancrées dans une tentative de reconstitution historique des pratiques d’écriture et de lecture durant la Révolution. Ce ne sont pas seulement les traces écrites des peu-lettrés des Comités qui sont étudiées mais aussi et de façon conjointe les dispositifs pratiques d’écriture : les conséquences linguistiques du fait d’écrire de sa propre main ou de faire écrire un écrivain public dans l’analyse des verbes de parole (p. 98 et sv.) ; les propriétés techniques de l’écriture (écrire avec une plume d’oie, de l’encre, devoir faire sans ratures ni tâches des pleins et des déliés) ; les niveaux de littératie, comme on dirait aujourd’hui, de ces peu-lettrés en lien avec leurs positions sociales ou professionnelles ; la production et la circulation sociale des textes des Comités, depuis le village jusqu’au niveau national construisant ainsi une identité nouvelle de citoyen. L’intrication historique des pratiques de lecture et d’écriture – les comptes rendus de séances des Comités sont lus publiquement pour être ensuite approuvés – est analysée, non seulement comme une pratique sociale des révolutionnaires, mais aussi dans ses conséquences textuelles et linguistiques. C’est ainsi que sont analysés le rôle de la répétition, de la stéréotypie et du formulaire dans les textes des peu-lettrés.

9L’édition de ces manuscrits et les analyses très fines qui en sont produites permettent aux auteurs de poser des questions d’une grande ampleur, constitutives des « Literacy Studies » anglophones (Langage et Société, 2010) : celles des pratiques de lecture et d’écriture, celle de leur insertion sociale dans des collectifs et des circuits de diffusion. Notamment, l’ouvrage sur les peu-lettrés apporte un ensemble d’arguments linguistiques précis contre la partition stricte entre oralité et écriture que d’autres auteurs ont pu dénoncer sur d’autres plans, historiques ou ethnographiques :

La Provence du XVIIIe siècle n’est pas une civilisation de l’oral, mais une civilisation où l’oral fonctionne dans un univers déjà gouverné par l’écrit. L’enseignement primaire est certes médiocre, les taux d’alphabétisation sont assez faibles et un grand nombre d’individus sont exclus de l’écrit ou en ont une maîtrise approximative. Mais tout porte à croire qu’il existait pour tous de nombreuses inter-actions entre oral et écrit. Il y avait les lectures populaires, almanach ou ouvrages de la Bibliothèque Bleue, lus à haute voix pendant les veillées, jusqu’à être quasiment connus par cœur […]. D’autres formes d’écrit ont pénétré les campagnes que ce soit par l’intermédiaire du clergé qui tient les registres d’état-civil, note les baptêmes, les sépultures et les mariages ou par l’intermédiaire de la justice qui enregistre des actes notariés […]. Si les villageois n’écrivent pas, ils connaissent ou du moins reconnaissent, les formes de ce français administratif. (1994 : 25)

10L’insistance manifestée dans cet ouvrage sur la prise en compte des pratiques et non pas seulement des produits (ici des textes administratifs) rencontre une problématique vive aujourd’hui dans les sciences humaines et sociales, celle de l’action. La perspective praxéologique en linguistique ne manque pas de poser des questions très particulières quand, comme l’a fait Sonia Branca avec les peu-lettrés de la Révolution française, on prend comme objet des pratiques sociales et langagières relevant de l’histoire. Le chercheur ne peut évidemment pas appréhender les situations sociales de production des textes au moyen des méthodes de nature ethnographique, caractéristiques des linguistiques actionnelles : observation, observation participante, immersion. Le « terrain » de l’histoire a ses propres règles, contraintes et possibilités (Branca-Rosoff, 2007).

L’action et la praxis

11La question de l’action est désormais centrale dans de nombreuses disciplines au point qu’on parle d’un « tournant praxéologique » ou d’un « virage actionnel » des sciences humaines et sociales. Avec d’autres auteurs, j’ai déjà souligné que cette conception agissante du langage s’ancre dans une longue tradition intellectuelle : elle s’amorce avec la philosophie de Wittgenstein ; la conception de Pierre Bourdieu d’une théorie de la pratique ; celle de l’agir communicationnel chez Habermas ; la pragmatique linguistique et la mise en avant d’une dimension illocutoire et performative du langage ; l’ethnométhodologie ; les théories de l’énonciation et singulièrement la conception d’Antoine Culioli de l’activité langagière ; l’action langagière ou « agir verbal » dans les termes de Jean-Paul Bronckart (2004). En France dès les années quatre-vingt, les travaux pluridisciplinaires du Réseau Langage et Travail ont contribué à faire émerger cette problématique (Borzeix et Fraenkel, 2001). Le courant pluri-disciplinaire nord-américain des « Workplace Studies », comme le courant de l’analyse conversationnelle (Mondada, 2008) sont porteurs d’interrogations actuelles sur l’action, dont l’action langagière.

12Dans toutes ces approches, le langage n’est pas appréhendé seulement dans sa dimension représentationnelle comme le font le plus souvent les sociologues, ou dans sa dimension formelle comme le font les linguistes, mais en tant qu’agissant sur et dans le social, ayant un pouvoir d’action sur ce monde ; parler constitue une pratique sociale qui a des effets de transformation et d’action, qui est performative. C’est en ce sens que Jenny Simonin, Pierre Fiala et moi-même avions créé de toutes pièces en 1976 le néologisme de « pratiques langagières ». L’important dans ce syntagme que nous avons proposé était le substantif de pratiques. Nous proposions de substituer à une centration sur les systèmes linguistiques, une centration sur les pratiques des locuteurs dans toute leur diversité. Sans nous être inscrits dans la pragmatique linguistique et sans bien entendu avoir pu prévoir ce que plusieurs années plus tard on nommera le « tournant actionnel » des théories du langage et que nous avions en quelque sorte anticipé, nous mettions en avant une conception du langage comme action – c’est-à-dire une conception de nature praxéologique. Avec l’emploi du mot de pratiques, nous mettions au centre du projet linguistique les usages, les emplois des langues et du langage par les locuteurs, ce qu’ils font avec la langue, et non pas les langues elles-mêmes et leurs formes décontextualisées. La notion de pratiques langagières fut très largement reprise par la suite, comme une sorte d’équivalence à « usages, façons de parler, conduites de langage ». L’ancrage dans la théorie marxiste des pratiques sociales, qui avait été déterminant pour nous, s’est bien souvent perdu. Or nous affirmions avec cet emploi de la notion de pratiques que l’activité de langage des locuteurs est d’abord et avant tout une pratique sociale. Dans cette conception théorique, le langage est considéré avant tout comme une praxis.

13Se poser la question de l’agir verbal, c’est opérer un décentrement très important : c’est passer de la seule étude des produits de l’activité verbale à celle de leur processus et conditions de production. C’est passer de l’étude des seuls corpus recueillis, de quelque nature qu’ils soient (phrases, énoncés, discours, textes, dialogues, conversations, interactions verbales, pratiques langagières, conduites discursives), à l’étude conjointe et indissociable des conditions sociales de production. Lorsque le chercheur en sciences du langage, linguiste, socio-linguiste comme analyste du discours, transforme et construit en corpus des matériaux linguistiques recueillis, deux postures théoriques et méthodologiques s’offrent à lui. Soit il autonomise ces données constituées en corpus et les étudie en elles-mêmes et pour elles-mêmes, considérant les -situations sociales de production comme un simple entour dont la pertinence n’est évocable, si elle l’est, que dans les termes d’une description écologique : le corpus provient par exemple d’un dialogue téléphonique entre jeunes dans un appartement, d’une interaction sur un banc public, dans un commerce, etc. Soit il considère que les contextes de production ne sont pas de simples descripteurs mobilisables ou non, mais qu’ils sont constitutifs des productions verbales, allant jusqu’à la position des ethnométhodologues, pour qui l’enchaînement des interactions construit les situations sociales. L’étude de l’engendrement, de l’énonciation, de l’élaboration du dire dans des situations sociales particulières est indissolublement constitutive de l’étude de leurs formes linguistiques et discursives.

Conclusion

14Dans une analyse de discours qualifiable de « sociolinguistique » la question de l’agir verbal ne pourrait qu’être posée, avec toutes les conséquences théoriques et méthodologiques que ce positionnement implique. Cela supposerait probablement une réflexion critique sur la permanence de l’emprise, dans l’analyse du discours française, du texte (littéraire comme politique) et des écrits monumentaux. Cela impliquerait aussi d’appréhender la notion de situation sociale ou de contexte, non pas seulement au plan des cadres institutionnels ou historiques, mais aussi au plus près des pratiques non verbales des locuteurs dans leur articulation dynamique avec leurs pratiques langagières. Car comme le souligne avec justesse Laurent Filliettaz, « l’installation progressive de la notion de l’action dans le champ de l’analyse du discours n’est pas sans effets sur la manière de penser les rapports entre texte et contexte » (2006 : 71).

Bibliographie

Borzeix A. & Béatrice F., 2001, Langage et travail, Paris, Éditions du CNRS.

Boutet J., 2008, La vie verbale au travail. Des manufactures aux centres d’appels, Toulouse, Octares.

Boutet J., Fiala P. & Simonin-Grumbach J., 1976, « Sociolinguistique ou sociologie du langage », Critique, n° 344, p. 68-85.

Branca S., 1991, La leçon de lecture. Textes de l’abbé Batteux, Paris, Éditions des Cendres.

Branca-Rosoff S., 1999, « Des innovations et des fonctionnements de langue rapportés à des genres », Langage et Société, n° 87, p. 115-129.

Branca-Rosoff S., 2007, « Sociolinguistique historique et analyse du discours du côté de l’histoire : un chantier commun ? », Langage et Société, n° 121-122, p. 164-176.

Branca S. & Schneider N., 1994, L’écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck.

Bronckart J.-P., 2004, « Pourquoi et comment analyser l’agir verbal et l’agir non-verbal en situation de travail ? », Cahiers de la section des sciences de l’éducation, n° 103, p. 111-144.

Cahiers de Linguistique Française, 2004, Les modèles du discours face au concept d’action, n° 26.

Gardin B., 2005, Langage et luttes sociales, Limoges, Lambert-Lucas.

Gardin B., 2005, Paroles d’ouvrières et d’ouvriers, Limoges, Lambert-Lucas.

Guilhaumou J., 2006, Discours et évènement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Langage et Société, 2009, Marcel Cohen : aux origines de la sociolinguistique, n° 128.

Langage et Société, 2010, Les New Literacy Studies, n° 133.

Filliettaz L., 2006, « La place du contexte dans une approche praxéologique du discours. Le cas de l’argumentation dans les interactions scolaires », Pratiques, n° 129/130, p. 71-88.

Mondada L. (dir.), 2008, La pertinence du contexte. Contributions de l’ethnométhodologie et de l’analyse conversationnelle, Verbum, n° 2-3.

Robin R., 1973, Histoire et linguistique, Paris, A. Colin.

Auteur

Professeur des Universités, La Sorbonne et Denis Diderot, Directrice de la revue Langage et Société

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540